Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Chapitre VII : cadis et gouverneurs : histoire d’une émancipation

II - Servitude et affranchissement du cadi

Texte intégral

  • 16  Cf. Coulson, « Doctrine and Practice », p. 214 ; Van Ess, « La liberté du juge », p. 26 ; Khoury, (...)
  • 17  C’est en tout cas ce que prescrit al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 245.

1L’impression de bonne entente qui prédomine à la lecture des sources masque une autre réalité. Dès la fin de la période umayyade – et peut-être auparavant –, des tensions surgirent entre cadis et gouverneurs. Bien que ces derniers n’eussent plus, dans la pratique, la charge de trancher les litiges « civils » – le cadi étant désormais le fonctionnaire spécialisé dans ce genre d’affaires –, le cadi demeurait pour l’émir un subordonné révocable à tout instant 16. Par ailleurs, il ne représentait une justice étatique que dans la mesure où les pouvoirs publics le secondaient dans l’exécution de sa mission. En effet le cadi ne disposait pas en propre d’une administration lui permettant d’agir seul et dépendait des pouvoirs de coercition mis à sa disposition par le gouverneur pour faire venir à l’audience un défendeur réfractaire ou pour appliquer un jugement 17. Cette indéniable hiérarchie entre cadis et gouverneurs poussait ces derniers, lorsque cela les arrangeait, à intervenir directement dans les affaires judiciaires.

1. Rivalités autour de la prison

  • 18  Schneider, « Imprisonment », p. 167; id., « Sidjn », EI2, IX, p. 547.
  • 19  Abdel-Rahim, « Legal institutions », dans Serjeant (éd.), The Islamic City, p. 45.
  • 20  Schneider, « Imprisonment », p. 158-59.
  • 21  Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 64, 260; voir également Schneider, « Imprisonment », p. 159.
  • 22  Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 259.
  • 23  Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 65, 68.

2Dans les sources qui nous sont parvenues, une telle ingérence se manifeste à propos de la prison. I. Schneider suppose que les cadis avaient autorité sur les établissements où ils envoyaient leurs détenus 18. Mais au début de l’époque abbasside, une telle autorité était loin d’être évidente. Bien que les juristes les aient tenus pour responsables du bien-être des prisonniers, le contrôle qu’ils exerçaient sur les lieux d’incarcération dépendait du bon vouloir de l’émir. De même qu’un gouverneur fournissait à son cadi des hommes d’armes pour exécuter ses jugements, on peut supposer qu’il mettait à sa disposition une prison dont il gardait néanmoins la clef. Il y avait là en germe de potentiels conflits de compétences. Seules les forces de coercition prêtées par l’émir permettaient d’appliquer une peine de prison 19. Celui-ci pouvait ainsi se considérer comme le véritable maître des prisonniers : de même qu’il les conduisait en détention, il pouvait les libérer. La doctrine juridique considère néanmoins que le cadi est seul habilité à relâcher un détenu, notamment lorsqu’il s’agit d’un emprisonnement pour dette. Dans un tel cas, l’incarcération n’était pas prononcée pour une durée déterminée : elle ne poursuivait pas un objectif pénal, mais constituait un moyen de contrainte à l’encontre du mauvais payeur 20. Le cadi était censé libérer le détenu lorsque ce dernier, las de croupir en prison, se décidait à acquitter sa dette, ou lorsqu’il devenait évident qu’il était insolvable 21 – en tout état de cause, un débiteur ne devait pas demeurer en prison plus de quatre ou six mois 22. La levée d’écrou était un acte judiciaire, intervenant après un examen minutieux de la situation financière du détenu ; même le créancier qui avait pitié de lui ne pouvait décider seul de son élargissement et le cadi ne devait donner son aval qu’après l’expiration d’un délai visant à s’assurer qu’aucun autre créancier ne se présentait 23.

  • 24  Voir les cas recensés pour l’Égypte par Coulson, « Doctrine and Practice », p. 215.

3Depuis une époque reculée, les cadis considéraient que la libération d’un individu enfermé par leurs soins relevait de leurs prérogatives. Mais certains émirs exploitaient l’ambiguïté suscitée tant par leur participations indirecte à l’incarcération que par le statut subalterne du cadi : déjà à l’époque umayyade des conflits de compétences se focalisèrent sur la prison 24. Wakīʿ rapporte un événement que l’on doit situer en 126/744, sous le califat de Yazīd b. al-Walīd :

  • 25  ʿAbd Allāh b. Abī ʿUṯmān, un temps gouverneur de Baṣra en 126/744. Il fut nommé par le gouverneur (...)
  • 26  Il s’agit de ʿĀmir b. ʿUbayda al-Bāhilī, qui avait déjà exercé la judicature de Baṣra en 120-121/ (...)
  • 27  Il y a probablement une erreur due au copiste dans le texte arabe, et nous suggérons de lire « a (...)
  • 28  « Nazala l-ukm » dans l’édition d’al-Marāġī, ce qui n’a pas de sens ici. Nous proposons de lire (...)
  • 29  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 43-44.

On dit qu’Ibn Abī ʿUṯmān 25 ramena ʿĀmir b. ʿUbayda 26 [à la judicature]. Deux hommes vinrent lui soumettre leur dispute et [le cadi] emprisonna l’un sur la demande de l’autre. ʿAbd Allāh b. Abī ʿUṯmān fit néanmoins libérer le prisonnier et son adversaire vint trouver ʿĀmir b. ʿUbayda. Celui-ci quitta [l’audience] 27, s’installa chez lui et cessa de rendre la justice 28. ʿAbd Allāh b. Abī ʿUṯmān ramena l’homme en prison et ordonna à ʿĀmir b. ʿUbayda de rendre à nouveau la justice. Mais ce dernier refusa et [le gouverneur] nomma ʿAbbād b. Manṣūr 29.

  • 30  Schneider, « Imprisonment », p. 158 sq.
  • 31  Voir al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 68.

4L’origine de ce conflit résidait probablement dans une affaire de dette, principal motif d’incarcération d’un plaideur lorsque celui-ci refusait de rembourser son créancier ou prétendait ne pas en avoir les moyens 30. Malgré sa concision, ce récit montre que le cadi ne contrôlait pas toujours la libération de ses détenus. Pourtant, bien que la théorie juridique selon laquelle l’élargissement d’un prisonnier dépendait du cadi ait été rédigée à une époque postérieure aux faits examinés 31, la réaction de ʿĀmir b. ʿUbayda suggère qu’il en allait déjà ainsi dans son esprit. Les motivations de l’émir sont inconnues : peut-être le débiteur était-il de ses connaissances ou de ses clients, ou bien quelqu’un était-il venu intercéder en sa faveur. Quoi qu’il en soit, son intervention signifie qu’il considérait, pour sa part, que rien ne l’empêchait d’intervenir dans une affaire relevant du cadi et de s’interposer entre ce dernier et un défendeur : cela correspondait, somme toute, au droit d’ingérence d’un supérieur dans le travail de son employé. Cette structure hiérarchique de l’appareil judiciaire était sans doute acceptée de facto par le personnel carcéral : ʿAbd Allāh b. Abī ʿUṯmān n’organisa pas l’évasion du prisonnier, mais bien sa libération, ce qui impliquait la participation du ou des geôliers. Nul ne sait si ceux-ci obéirent au gouverneur de bon gré ou s’ils succombèrent à la menace de représailles : l’autorité du gouverneur apparaissait comme supérieure, en la matière, à celle du cadi. Que ce dernier ait été prévenu de l’élargissement du prisonnier par son adversaire est d’ailleurs surprenant : le cadi, déjà mis au fait, avait-il décidé de fermer les yeux pour éviter les remous ? Ou bien faut-il conclure qu’il n’était pas ou peu tenu informé de ce qu’il se passait dans la prison ? Cette dernière possibilité, qui semble plus probable – l’attitude qu’adopta ensuite le cadi montre qu’il était peu attaché à son maintien en fonction –, tendrait à prouver que la prison était placée sous l’autorité directe du gouverneur.

  • 32  Il aurait été cadi de Kūfa pendant une période allant de 53 à 75 ans, depuis le califat de ʿUmar (...)

5Un récit relatif à Šurayḥ (m. entre 76/695-96 et 80/699-700)
– cadi semi-légendaire de l’époque sufyānide 32 – vient confirmer cette hypothèse. Wakīʿ rapporte deux confrontations de ce cadi à un problème similaire :

ʿAbd Allāh b. Aḥmad b. Ḥanbal me rapporta d’après son père, d’après Hušaym, d’après Muġīra, d’après Ibrāhīm :

  • 33  Frère du calife ʿAbd al-Malik, il fut gouverneur d’Iraq en 74/693-94. Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p (...)
  • 34  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 279.

Šurayḥ rendit un jugement contre un homme et le jeta en prison. Bišr b. Marwān 33 envoya quelqu’un lui dire [de sa part] : « Libère l’homme ! » Šurayḥ lui répondit : « La prison est tienne et le portier (bawwāb) est tien. Mais en ce qui me concerne, je considère qu’il doit [ce qui lui est réclamé] et c’est pourquoi je l’ai emprisonné. » Et il refusa de le libérer 34.


*

Ibrāhīm b. Abī ʿUṯmān me rapporta d’après Sulaymān b. Manṣūr, d’après Ismāʿīl b. Ḥammād :

  • 35  ʿUbayd Allāh b. Ziyād b. Abīhi (m. 67/686), gouverneur d’Iraq de 55/675 à 64/684. Pellat, Le Mili (...)
  • 36  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 308 (les italiques sont les nôtres).

Šurayḥ emprisonna un homme et ʿUbayd Allāh b. Ziyād 35 lui dit : « Fais-le sortir ! » Šurayḥ lui répondit : « Ô émir, la prison est tienne, le fonctionnaire (ʿāmil) est tien, tu ordonnes et tu es obéi. » Et Šurayḥ refusa de le faire sortir lui-même 36.

  • 37  Ses jugements furent souvent considérés comme des précédents par les ḥanafites, et Wakīʿ lui cons (...)
  • 38  La sujétion des cadis à leurs gouverneurs apparaît encore dans un récit relatif au cadi kūfiote B (...)

6Bien qu’ils mettent en scène deux gouverneurs différents, ces passages ont une structure comparable et font peut-être référence à un événement unique que les rapporteurs ne savent dater avec certitude. Mais l’historicité de l’affaire importe moins que sa valeur symbolique. Šurayḥ fut en effet considéré comme le modèle du bon cadi, exemple pour les générations postérieures 37. L’anecdote peut donc être lue comme un cadi du iie/viiie siècle l’aurait écoutée de la bouche d’un rapporteur : comme un récit vraisemblable – conforme donc à une réalité passée ou présente – et, de même, comme la façon de procéder dans un cas semblable. Dans cette perspective, ces récits apportent deux renseignements précieux. Ils confirment tout d’abord qu’à l’époque umayyade la prison (siǧn ou abs) était placée sous l’autorité du gouverneur : ce n’était qu’en tant que subordonné de l’émir que le cadi l’utilisait pour incarcérer des plaideurs. Il pouvait donc difficilement s’opposer aux agissements de l’émir à l’intérieur d’un lieu sur lequel il jouissait seulement de l’autorité que l’émir voulait bien lui prêter. Les deux versions de l’histoire divergent par ailleurs sur la fin : la première suggère que Šurayḥ eut le dessus sur le gouverneur, tandis que la seconde précise qu’il refusa simplement de le libérer « lui-même ». De fait, l’aboutissement de l’affaire est volontairement occulté afin de mettre en exergue la droiture du cadi et sa résistance (verbale) à l’injustice. Mais le résultat est probablement identique dans les deux cas : même si Šurayḥ n’obéit pas au gouverneur, il faut penser que ce dernier libéra le prisonnier. Or Šurayḥ était présenté comme un cadi exemplaire : on concevait donc difficilement, à l’époque où se répandit ce récit, qu’un cadi impose ses vues au gouverneur et maintienne un individu en prison contre la volonté de son supérieur. Le bon cadi était celui qui, demeurant fidèle à ses principes, ne collaborait pas activement aux injustices de l’émir. Un cadi ne pouvait agir contre le détenteur de l’autorité 38.

  • 39  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 232 ; al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 356. Hallaq interprête ce der (...)
  • 40  Voir supra. Peut-être l’affaire ne représentait-elle pas en l’occurrence un enjeu capital pour l’ (...)
  • 41  Gouverneur de Baṣra à plusieurs reprises, notamment en 146-147/764, de 160/777 à 163/780, puis de (...)

7Dans de telles conditions, on comprend que les gouverneurs aient été tentés d’ignorer la volonté de leurs cadis. Il est probable qu’à l’époque umayyade la pratique ait été assez courante, les cadis ne tenant pas à perdre leur place pour une affaire de ce genre : Šurayḥ apparaît comme l’archétype du cadi résistant dans ses paroles mais soumis dans ses actes, et l’exemple de ʿĀmir b. ʿUbayda est le premier cas d’opposition active que relève Wakīʿ. Une affaire comparable est évoquée en Égypte vers 135/752-53 : le cadi Ḫayr b. Nuʿaym exigea – en vain – que le gouverneur Abū ʿAwn ʿAbd al-Malik b. Yazīd remette en prison un soldat qu’il avait élargi sans son accord 39. De fait, à l’aube de la période abbasside, plusieurs cadis semblaient prêts à se dresser contre l’ingérence des gouverneurs : à Baṣra, ʿĀmir b. ʿUbayda finit par obtenir gain de cause 40. D’autres cas se présentèrent, échelonnés dans le temps, à Baṣra et à Kūfa. Vers 146-147/763-64, Sawwār b. ʿAbd Allāh (cadi de Baṣra entre 140/757-58 et 156/773) résista au gouverneur de la ville, Muḥammad b. Sulaymān al-ʿAbbāsī 41 :

  • 42  Sur ce traditionniste et philologue baṣrien, mort en 231/845 ou 232/846, voir Pellat, « Ibn Sallā (...)

J’ai appris ce qui suit d’après Muḥammad b. Sallām 42 :

  • 43  Secrétaire (kātib) de Muḥammad b. Sulaymān. Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 151.

Ḥammād b. Mūsā 43 était très influent auprès de Muḥammad b. Sulaymān. Sawwār emprisonna un homme, mais Ḥammād envoya quelqu’un le sortir de prison. Sawwār enfourcha sa monture et vint trouver Muḥammad b. Sulaymān qui siégeait devant une assemblée de personnes placées selon leurs rangs (ʿalā marātibi-him). Il s’assit de manière à ce que Muḥammad puisse le voir, puis appela un officier (qā’id) et lui dit :

– Es-tu prêt à obéir à mes ordres ?

– Oui, répondit l’homme.

– Prends place ici !

Et Sawwār le fit asseoir à sa droite. Puis il appela un autre et agit de la sorte avec tout un groupe d’officiers.

  • 44  « Fī l-aras. » Peut-être faut-il lire « fī l-abs », « en prison ».

– Allez trouver Ḥammād b. Mūsā, leur dit-il enfin, et mettez-le sous bonne garde 44.

Leurs regards se tournèrent vers Muḥammad qui leur fit signe d’exécuter l’ordre de Sawwār. Ils s’en furent donc et mirent Ḥammād b. Mūsā en prison. Sawwār s’en retourna chez lui.

Le soir venu, Muḥammad b. Sulaymān voulut se rendre chez Sawwār qui, l’apprenant, déclara : « C’est plutôt à moi d’aller chez l’émir ! » Il s’y rendit donc et [l’émir] lui dit :

– Abū ʿAbd Allāh, je m’apprêtais justement à venir te voir !

– C’était à moi de me déplacer ! répondit Sawwār.

– J’ai appris ce qu’avait fait cet ignorant. Je souhaiterais néanmoins que tu lui pardonnes sa faute.

– J’y suis disposé, dit Sawwār, à condition qu’il ramène l’homme en prison.

– Il va le ramener, la tête basse et en se faisant tout petit.

Il envoya chercher l’homme, le remit en prison et fit sortir Ḥammād.

  • 45  La mention d’al-Mahdī est probablement erronée, car Sawwār n’était plus cadi de Baṣra lorsque cel (...)

On écrivit à al-Mahdī 45 pour l’instruire de ces événements. Celui-ci envoya une lettre à Sawwār, dans laquelle il lui donnait des nouvelles et le félicitait pour ce qu’il avait fait. Il écrivit des mots durs à Muḥammad b. Sulaymān, en mentionnant Ḥammād par ces mots :

  • 46  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 69-70 ; une version de ce abar est rapportée par Ibn al-Ǧawzī (al- (...)

« Le rāfiite ! Le rāfiite ! Par Allāh, si le châtiment divin ne devait venir après les sanctions terrestres, c’est par le sabre que je le corrigerais, afin que son supplice serve d’exemple ! Il fait fi de l’avis (ra’y) du cadi des musulmans ; grâce à sa position à tes côtés, il laisse libre cours à ses passions ; il insulte les lois/les jugements (al-akām) au mépris de l’ordre divin, en défiant le Commandeur des croyants ! Il dit [n’avoir agi] que grâce à toi, qui lui as laissé les coudées franches. Pardieu, s’il recommence, je me mettrai en colère pour [défendre] la religion d’Allāh et je vengerai les amis d’Allāh de ses ennemis. Salut 46 ! »

  • 47  Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 284.
  • 48  C’est la date que mentionne Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ (Ta’rī, p. 284) pour la nomination d’Ismāʿīl b. ʿAl (...)
  • 49  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 62.
  • 50  Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 284 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 60.
  • 51  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 57.

8Le cadi Sawwār b. ʿAbd Allāh ne se heurta pas de front au gouverneur mais à son secrétaire : Muḥammad b. Sulaymān put ainsi se présenter comme victime, de même que Sawwār, de l’abus de pouvoir de son éminence grise. Si cet épisode se produisit bien vers 146/764, Muḥammad b. Sulaymān ne se trouvait pas en position de force à Baṣra : selon Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, il n’était alors que le vicaire (alīfa) du véritable gouverneur abbasside, Ismāʿīl b. ʿAlī b. ʿAbd Allāh b. ʿAbbās, parti un moment de Baṣra 47. En 143/760-61 48, Sawwār était venu saluer Ismāʿīl b. ʿAlī b. ʿAbd Allāh à son arrivée en poste et l’émir l’avait accueilli avec beaucoup de respect, l’invitant à s’asseoir à une place éminente dans son maǧlis 49. Muḥammad b. Sulaymān pouvait donc difficilement affronter Sawwār b. ʿAbd Allāh, homme considéré qui avait même été gouverneur de la ville pendant une dizaine de jours – probablement vers 140/757-58 50. Enfin, et c’est sans doute la raison principale, cette affaire survint alors qu’al-Manṣūr venait de franchir un cap décisif. Depuis 145/762 et la fondation de Bagdad, le calife avait entrepris de centraliser l’empire et de s’approprier progressivement la désignation des cadis. En 145/762, Sawwār fut très probablement le premier cadi à connaître les effets de cette politique : après une courte interruption pendant laquelle la justice fut rendue par ʿAbbād b. Manṣūr, il fut ramené à la judicature par le calife en personne 51. Ceci changeait considérablement les relations entre cadis et gouverneurs.

  • 52  Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 505-506.
  • 53  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 151-52. Voir la traduction de ce abar infra, § III.2.

9Nommant de plus en plus rarement le cadi de sa ville, l’émir ne fut plus libre de le révoquer à sa guise. Il perdit ainsi l’essentiel de ses moyens de pressions. Il devint donc plus facile pour un cadi de contester ouvertement des agissements qu’il devait jusque-là tolérer sans trop protester. À la suite de Sawwār, d’autres cadis osèrent se dresser contre les obstructions à la justice que constituaient les libérations intempestives du gouverneur. Vers 153/770 ou 154/771, le cadi Šarīk b. ʿAbd Allāh entra dans un conflit similaire avec le même Muḥammad b. Sulaymān, alors gouverneur de Kūfa 52. L’affaire tourna à nouveau autour de Ḥammād b. Mūsā que Šarīk condamna lors d’un procès sans savoir qu’il s’agissait du protégé de l’émir. L’homme fut envoyé en prison, sans doute à cause d’une dette, mais le gouverneur le fit aussitôt libérer. Mis au courant, le cadi parvint à faire pression sur Muḥammad b. Sulaymān et obtint que Ḥammād b. Mūsā retourne en prison 53.

  • 54  Voir la longue liste des gouverneurs de Baṣra à son époque dans Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 284.
  • 55  Voir supra chapitre I, § II.2.2.

10Le nouvel équilibre des forces était cependant fragile. La fermeté d’al-Manṣūr, qui appuyait sa politique de centralisation sur de rapides changements de gouverneurs – pour les empêcher d’acquérir trop de pouvoir 54 –, permit à un cadi comme Šarīk de revendiquer un contrôle étroit de ses prisonniers ; mais les gouverneurs n’attendaient qu’un signe de faiblesse de l’autorité centrale pour restaurer leurs prérogatives. Le même Muḥammad b. Sulaymān – qui décidément donna bien du fil à retordre aux cadis – tenta de rétablir son autorité sur le cadi à l’avènement d’al-Rašīd 55. Muʿāḏ b. Muʿāḏ, cadi de Baṣra nommé par le calife, se croyait sans doute, comme Šarīk ou Sawwār, en position d’exiger que le gouverneur respecte les emprisonnements qu’il avait prononcés. Mais cette fois-ci, excédé de devoir renoncer à un droit qu’il considérait comme sien, Muḥammad b. Sulaymān refusa de capituler :

  • 56  C’est-à-dire qu’il ne se rendit plus à la mosquée pour rendre la justice.
  • 57  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

Des gens (qawm) amenèrent Sinān b. al-Muḥaddiṯ al-ʿAnbarī – qui occupait un poste (ʿamal) au Fārs – devant [le cadi]. Ils alléguaient que l’homme avait là-bas tué son fils et produisirent contre lui des témoins. Muʿāḏ ordonna son incarcération, mais Muḥammad [b. Sulaymān] le fit sortir de prison. Muʿāḏ resta désormais chez lui 56, ce qui importuna Muḥammad. Il le révoqua donc et nomma [à sa place] ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad al-Maḫzūmī. Muʿāḏ avait cette fois-ci exercé [la judicature] pendant un an 57.

  • 58  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 151.

11L’opposition ouverte du cadi à Muḥammad b. Sulaymān conduisit cette fois-ci à sa révocation pure et simple. Le rapport de force entre gouverneurs et cadis ne bascula pas d’un seul coup au profit des seconds. Leurs relations évoluèrent parallèlement aux tensions entre l’autorité centrale et les pouvoirs provinciaux. C’est seulement lorsque le califat était fort et s’imposait aux émirs locaux qu’un cadi pouvait acquérir un droit de regard plus exclusif sur les affaires judiciaires. Et encore un cadi comme Šarīk, qui finit par obtenir gain de cause, n’agissait-il pas sans crainte de représailles : le texte de Wakīʿ sous-entend que le cadi dut rassembler tout son courage avant de manœuvrer contre le gouverneur 58.

2. Vers un renversement des rapports de force

12Les conflits d’autorité sur les prisonniers ne représentaient qu’un aspect de la sujétion des cadis vis-à-vis des gouverneurs qui les avaient nommés. Il est probable que ces derniers intervenaient régulièrement dans le cours de la justice. Les informations qui nous sont parvenues sur les cadis sont cependant l’œuvre de ʿulamā’ qui eurent intérêt, après le iiie/ixe siècle, à mettre en relief l’exemplarité d’anciens cadis soucieux de défendre la Loi contre les exactions du pouvoir. C’est pourquoi les cas de résistance aux pressions ont laissé les traces les plus visibles, tandis que les récits d’affaires où le cadi est impuissant donnent l’impression d’être tronqués – comme les abar-s se rapportant à Šurayḥ. Il est possible malgré tout de percevoir l’évolution qui se produisit au début de l’époque abbasside et qui conduisit les cadis d’Iraq à imposer leur autorité judiciaire aux gouverneurs.

2.1. Quand l’émir fait obstacle à la justice

13Au tout début de la période, sous le califat d’al-Saffāḥ, le gouverneur de Baṣra Sulaymān b. ʿAlī – qui avait pouvoir de nommer son cadi – fut assez puissant pour tenter d’autres formes d’obstruction à la justice. Wakīʿ en rapporte un exemple significatif :

  • 59  Abū ʿUbayda Maʿmar b. Muṯannā (m. 209/824-25) semble le premier auteur d’un ouvrage biographique (...)

Abū ʿUbayda 59 dit :

Abū l-ʿAbbās [al-Saffāḥ] nomma Sulaymān b. ʿAlī [gouverneur] de Baṣra. Celui-ci révoqua al-Ḥaǧǧāǧ b. Arṭāt [de la judicature] et y ramena ʿAbbād b. Manṣūr. La raison m’en a été rapportée par Ibrāhīm b. Abī ʿUṯmān, d’après ʿAlī b. Muḥammad b. Sulaymān al-Hāšimī, qui avait entendu son père dire ce qui suit :

  • 60  Abū Sufyān, père du premier calife umayyade Muʿāwiya.
  • 61  ʿAbd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. Nawfal b. al-Ḥāriṯ b. ʿAbd al-Muṭṭalib b. Hāšim (m. 84/703), éminent Hā (...)

Il y avait [à Baṣra une femme nommée] Ḥammāda al-Hurmuziyya, descendante de ʿAbd Allāh b. Hurmuz, lui-même mawlā d’Abū Sufyān b. Ḥarb 60. Les mawālī d’Abū Sufyān, comme les mawālī de tous les Hāšimites en Iraq, s’étaient réfugiés auprès de ʿAbd Allāh b. al-Ḥāriṯ 61 car celui-ci jouissait d’une position importante auprès des Hāšimites et des Sufyānides : en effet sa mère, Hind, était la fille d’Abū Sufyān et la mère de celle-ci était la fille de ʿAmr b. Umayya. De la sorte, les Āl Hurmuz avaient acquis de l’honneur et des biens à Baṣra, et on les comptait parmi les mawālī de ʿAbd Allāh b. al-Ḥāriṯ.

  • 62  Personnage connu pour son appartenance aux fityān de Baṣra. Ibn Mākūlā, al-Ikmāl, I, p. 39.
  • 63  Littéralement : « on ne lui donnait pas la nisba [de chanteur]. »
  • 64  Abū ʿUṯmān Saʿīd b. Misǧaḥ, chanteur de l’époque umayyade. Voir sa biographie dans al-Iṣfahānī, K (...)

Un de ses cousins se fiança à elle et Maʿrūf b. Suwayd, un mawlā de Sulaymān b. ʿAlī, fit de même. Puis les deux hommes prétendirent chacun qu’elle l’avait épousé et portèrent leur dispute devant ʿAbbād b. Manṣūr. Celui-ci était célébré pour sa justice. Son fils, Salama b. ʿAbbād 62, aimait chanter et chantait fort bien. Il savait improviser, mais ne gagnait pas d’argent par ce biais, ni n’était considéré comme un chanteur 63. Il s’était adjoint un ġulām noir nommé Misǧaḥ, lui avait appris à chanter et celui-ci transposa en arabe des poèmes persans ; on l’appelait « Misǧaḥ le Jeune », par opposition au chanteur Saʿīd b. Misǧaḥ « l’Ancien 64 ».

  • 65  Le texte mentionne ici « Muḥammad b. Sulaymān », mais il s’agit certainement d’une erreur : comme (...)

Ils portèrent donc leur dispute devant ʿAbbād, qui trancha au bénéfice du cousin, rejetant les prétentions de Maʿrūf b. Suwayd. La judicature relevait alors de [Sulaymān b. ʿAlī 65] et c’est lui qui avait nommé ʿAbbād. [Sulaymān b. ʿAlī] l’envoya chercher et lui dit :

– Si tu es décidé à rendre ton jugement contre Maʿrūf, démissionne de la judicature.

[ʿAbbād] démissionna donc. Quelques jours plus tard, [le gouverneur] l’envoya chercher et lui demanda :

– Si je te ramène à la judicature, acceptes-tu de trancher en faveur de Maʿrūf ?

– Oui, répondit ʿAbbād.

Il le nomma donc de nouveau cadi et les deux hommes revinrent porter leur litige devant lui.

Muḥammad b. Sulaymān al-Hāšimī dit :

Tous les nobles (ašrāf) de Baṣra, sans exception, vinrent ce jour-là à l’audience de ʿAbbād, à cause de la noblesse de Ḥammāda, qui était en outre une très belle femme. Lorsque les deux hommes exposèrent leur dispute, ʿAbbād lui demanda :

– Qu’as-tu à dire ?

  • 66  « Sahl » dans le texte arabe, ce qui semble une erreur de copiste.

Ḥammāda, dont le visage était dévoilé afin qu’on puisse la reconnaître, lui répondit en l’appelant « ʿAbd Allāh » et l’assemblée rit d’elle au point de la faire rougir. ʿAbbād rendit son jugement en faveur de son cousin et rejeta les prétentions de Maʿrūf. Cela mit en colère [Sulaymān b. ʿAlī], mais il ne voulut point révoquer [ʿAbbād] publiquement. Le fils du cadi, [Salama 66] b. ʿAbbād, dit alors ces vers :

 Ô cadi pour qui l’injustice est une habitude !

  • 67  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 44-45.

 Nous t’avons ramené pour que ton jugement donne Ḥammāda à Maʿrūf 67

14Le gouverneur d’al-Saffāḥ se sentait pleinement autorisé à s’immiscer dans la judicature. Contrôlant la nomination et la révocation
du cadi, il considérait que ce dernier était à son service. La pratique judiciaire ne se conformait pas toujours à l’étalon supérieur que représentait la Loi ou la coutume : ce que l’émir voulait, le cadi devait l’appliquer. Le cadi demeurait sans doute libre, le plus souvent, de trancher selon ses conclusions personnelles ; il fallait que les intérêts du gouverneur soient menacés par un procès pour qu’il tente d’influencer le jugement. Dans l’affaire présente, Sulāymān b. ʿAlī voulait probablement étendre son emprise sur la haute société de Baṣra par une alliance matrimoniale avec l’un de ses mawālī. Face à un cadi peu coopératif, l’émir n’hésita pas, une première fois, à exiger de lui sa démission. À l’exemple de Šurayḥ, ʿAbbād ne résista pas à cette injonction : si sa conscience lui interdisait de rendre un jugement contraire à ce qu’il estimait juste, il ne pouvait que s’incliner sans résistance devant la sanction de sa désobéissance. Il reconnaissait, par là, l’autorité qu’avait sur lui le gouverneur.

15Mais pourquoi le gouverneur rappela-t-il ʿAbbād au bout de quelques jours ? Peut-être sa révocation avait-elle fait du bruit et Sulaymān craignait-il qu’un nouveau jugement, rendu par un autre cadi en faveur de son protégé, ne soit perçu par les Baṣriens comme une manœuvre malhonnête. Il fallait donc que ʿAbbād, qui avait la réputation d’un homme intègre, revienne lui-même sur son jugement. Que le cadi n’ait pas été révoqué immédiatement après son second jugement aurait de quoi surprendre. En fait, le gouverneur était cette fois-ci pris à son propre piège : les rumeurs allaient bon train et la haute société se pressa pour assister à l’aboutissement de l’affaire. Sulaymān b. ʿAlī ne pouvait révoquer son cadi sous un prétexte fallacieux : le renvoyer maintenant lui aurait attiré la réputation d’un gouverneur injuste. Si les prérogatives d’un émir lui permettaient à cette époque d’influencer le jugement de son cadi – en le menaçant de révocation –, cela ne pouvait se faire qu’en catimini : aux yeux de la population, un cadi ne devait pas défendre les intérêts privés du gouverneur mais rendre une justice impartiale. Il était déjà socialement inacceptable de révoquer un cadi pour insoumission au pouvoir politique local. Il ne manquait plus qu’un changement dans les rapports de force pour que les cadis s’affranchissent des pressions émirales.

2.2. Premiers changements : la désobéissance au gouverneur

16Les réformes d’al-Manṣūr, là encore, modifièrent les relations entre cadis et gouverneurs : il devint plus facile pour les premiers d’enfreindre les ordres du pouvoir local qui, quant à lui, ne put plus sanctionner la désobéissance du cadi. Ce dernier n’avait plus besoin de s’en remettre à l’opinion publique : il se trouvait de facto protégé par les bouleversements de la hiérarchie administrative. C’est à nouveau à Baṣra que l’on trouve un exemple de ces changements, à la fin du règne d’al-Manṣūr, entre 156/773 et 158/774-75 :

Abū Zakariyyā’ b. Yaḥyā b. Ḫallād al-Minqarī me rapporta d’après al-Aṣmaʿī, d’après Abū ʿĀṣim al-Nabīl, d’après ʿAmr b. al-Zubayr al-Ṣayrafī :

  • 68  Saʿīd b. Daʿlaǧ, gouverneur militaire de Baṣra de 156/773 à 158/774-75. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. (...)

J’étais avec ʿUbayd Allāh b. al-Ḥasan dans le dār al-dīwān quand un messager d’Ibn Daʿlaǧ 68 vint le trouver, accompagné de neuf soldats. ʿUbayd Allāh était en train de faire ses ablutions. Comme il demandait à le voir, nous l’informâmes qu’il faisait ses ablutions ; l’homme attendit jusqu’à ce que ʿUbayd Allāh revienne, vêtu d’un court vêtement dans lequel il s’était enveloppé. L’officier (al-qā’id) lui tendit une lettre d’Ibn Daʿlaǧ et ʿUbayd Allāh la lut. Elle disait que le Commandeur des croyant ordonnait de transférer les biens dont les propriétaires étaient inconnus au Trésor public (bayt al-māl). Après avoir lu la lettre, ʿUbayd Allāh dit au messager :

– Tu peux te retirer : je vais lui répondre.

– Je ne m’en irai pas sans ta réponse, dit l’autre.

– Va donc lui dire ceci : « Par Allāh, même si tu ne m’avais demandé qu’un dirham, je ne te l’aurais pas donné ! »

– Ennemi d’Allāh ! C’est ta tête que je vais lui apporter !

Il dit :

[Les soldats] se mirent à ourdir quelque chose entre eux, si bien que nous nous apitoyâmes sur le sort de ʿUbayd Allāh qui restait de son côté silencieux. Ils étaient sur le point de le maltraiter lorsqu’Allāh inspira à l’un d’entre eux ces paroles :

– Qu’allez-vous faire ? Nous ne sommes que des messagers : rapportez la réponse de l’homme et si l’on vous donne ensuite un ordre à son sujet, revenez le trouver !

Allāh éloigna ainsi [le danger] et la troupe s’en alla. Nous interrogeâmes alors ʿUbayd Allāh, qui expliqua :

– [L’émir] écrit pour réclamer les biens en déshérence (al-ašriyya) !

Il envoya ensuite chercher ʿAbd Allāh b. ʿUṯmān b. al-Ḥakam al-Ṯaqafī et celui-ci arriva.

Abū ʿĀṣim dit d’après [ʿAbd Allāh b. ?] ʿUṯmān b. al-Ḥakam :

Il était soucieux lorsque j’arrivai et je lui demandai :

– Qu’y a-t-il ?

– J’ai reçu une lettre d’Ibn Daʿlaǧ, me répondit-il, dans laquelle il demande les biens en déshérence, et j’ai répondu : « Non, par Allāh, pas même un dirham ! »

– Ta réponse est excessive, lui dis-je. Pourquoi ne les as-tu pas renvoyés en douceur ?

– C’est comme ça… Y a-t-il quelque chose à faire ?

Je sortis et m’en allai voir Ibn Daʿlaǧ, qui était en proie à une vive colère et pestait contre lui. Lorsqu’il me vit, il m’adressa la parole en ces termes :

– As-tu vu ce rebelle de cadi ?

– De qui parles-tu ? lui demandai-je, en faisant semblant de ne pas comprendre.

– ʿUbayd Allāh b. al-Ḥasan, ce… – et il ajouta ici [des grossièretés] ! Par Allāh, je vais écrire au Commandeur des croyants et je vais faire ceci et cela !

– Ce n’en sera que pire, pour toi ! lui dis-je. Tu as écrit au Commandeur des croyants pour chanter ses louanges ; vas-tu, maintenant qu’il l’a nommé [cadi], écrire pour le dénigrer ? Le Commandeur des croyants te dira alors : « C’est toi, et toi seul, qui m’a mis dans cette situation ! »

– Tu as raison, par Allāh. Que penses-tu que je doive faire ?

– [Il faut] que tu présentes la chose sous son meilleur jour et que nous défendions [le cadi].

Il dit :

  • 69  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 95-96.

C’est ce qu’il fit, et il laissa ʿUbayd Allāh tranquille 69.

17On mesure ici la transformation des rapports entre cadi et gouverneur : quelques années plus tôt, un cadi qui aurait ainsi refusé d’obéir au gouverneur – que l’ordre ait émané directement de lui ou qu’il n’en ait été que le vecteur – et aurait en outre répondu de cette façon se serait vu révoqué sur-le-champ. La réaction des soldats est d’ailleurs intéressante : instinctivement, ils ne purent supporter un tel affront et oublièrent presque qu’ils n’étaient pas habilités à violenter le cadi. Ils réagirent peut-être comme il aurait auparavant été normal de le faire, lorsqu’une telle rébellion contre l’autorité locale était inacceptable. Mais le plus significatif est sans conteste la colère d’Ibn Daʿlaǧ, qui fut d’autant plus virulente qu’il ne pouvait pas agir de lui-même. Il n’avait plus le pouvoir de châtier l’insolent : ʿUbayd Allāh b. al-Ḥasan avait été nommé par le calife al-Manṣūr et l’émir ne pouvait le relever de ses fonctions. La seule solution eût été d’écrire au calife pour se plaindre du cadi
– solution d’autant plus facile que ʿUbayd Allāh avait désobéi à un ordre émanant du pouvoir central –, dans l’espoir qu’il veuille bien le révoquer. Le gouverneur n’avait donc plus de moyen de pression direct sur le cadi.

2.3. La justice du cadi contre les exactions de l’émir

18C’est probablement de l’année 169/785-86, à la fin du règne d’al-Mahdī, qu’il faut dater l’événement suivant qui montre combien le gouverneur d’un grand mir était désormais impuissant face au cadi :

  • 70  ʿUmar b. al-Hayyāǧ b. Saʿīd, compagnon du cadi Šarīk. Voir al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 288.

ʿUmar b. [al-]Hayyāǧ70 dit :

  • 71  Ǧarīr b. ʿAbd Allāh al-Baǧalī (m. 51/671), compagnon du Prophète installé à la fin de sa vie dans (...)
  • 72  Il s’agit de Šarīk b. ʿAbd Allāh, cadi de Kūfa de 153/770 à 169/785-86.

Une femme qui descendait de Ǧarīr b. ʿAbd Allāh 71 vint trouver Šarīk 72 à l’audience (maǧlis al-ukm) et lui dit :

  • 73  « Anā bi-llāh » est une forme abrégée de « anā bi-llāh mustaʿīn ». Voir al-Ṭabarī, Tafsīr, IV, p. (...)

– Je réclame l’aide d’Allāh, puis celle du cadi 73 ! Je suis une descendante de Ǧarīr !

Elle répéta ces paroles et Šarīk lui demanda :

– Cela suffit, maintenant. Qui donc t’a causé du tort ?

  • 74  Gouverneur de Kūfa en 169/785-86. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 603.
  • 75  « Un persan » (fārisī) chez al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 290.

– L’émir Mūsā b. ʿĪsā 74, répondit-elle. J’avais un jardin planté de palmiers, au bord de l’Euphrate, que j’avais hérité de mes ancêtres. Je l’ai partagé avec mes frères et j’ai érigé un mur (ā’i) [pour séparer ma part], auquel j’ai préposé un cavalier (fāris75 pour surveiller les palmiers. L’émir a acheté leurs parts à mes frères et m’a proposé un prix pour que je vende la mienne, mais j’ai refusé. La nuit dernière, il a envoyé cinq cents hommes, qui ont détruit le mur. Je ne sais plus désormais [où s’arrête] ma parcelle !

  • 76  C’est ainsi que procède le cadi lorsqu’un défendeur refuse de se présenter à l’audience avec son (...)

[Šarīk] imprima son sceau sur un morceau d’argile (īna76 et lui dit :

– Va à sa porte, afin qu’il se présente [ici] avec toi.

La femme amena le sceau [au palais du gouverneur]. Le āǧib le prit, se présenta devant Mūsā et l’informa de l’affaire. Ce dernier envoya le āib al-šura au cadi en le chargeant de lui dire : « Gloire à Allāh ! Une femme prétend quelque chose qui n’est pas prouvé et tu lui prêtes main-forte contre moi ! » Le āib al-šura demanda [à Mūsā] : « Dispense-moi [de cette mission] ! », mais [l’émir] refusa. En sortant, il ordonna à son jeune esclave (ġulām) d’apporter un lit et d’autres affaires dans la prison, puis s’en alla porter le message à Šarīk.

– Saisissez-vous de lui ! ordonna le cadi.

– J’ai déjà préparé ce dont j’ai besoin, dit [le āib al-šura]. Je savais que tu agirais ainsi.

Mūsā apprit la nouvelle et envoya son āǧib [au cadi].

– Il va m’arriver la même chose, dit ce dernier. Que doit faire le messager ?

  • 77  Ancien gouverneur de Kūfa, entre 158/774-75 et 163/779-80. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 547, 569.

[Šarīk] l’envoya effectivement rejoindre son compagnon [en prison]. [L’émir] manda Isḥāq b. al-Ṣabbāḥ 77 et un groupe de notables (wuǧūh), et leur dit :

– Allez trouver [le cadi], car il m’a traité avec mépris.

[Isḥāq b. al-Ṣabbāḥ et les notables] allèrent le voir après la prière de l’après-midi à sa mosquée où il était en train de siéger. Quand ils eurent transmis le message [de l’émir], [Šarīk] leur dit :

– Comment se fait-il que je ne vous aie jamais vus venir me voir pour autre chose ? Il y a ici des jeunes gens (fityān) du quartier qui vont chacun se saisir de l’un de vous et vous emmener en prison !

– Es-tu sérieux ? lui demandèrent-ils.

– Pour sûr ! répondit-il. [J’agis de la sorte] afin qu’on ne porte plus le message d’un tyran !

  • 78  Il s’agit du pont de pierre, restauré par ʿUmar b. Hubayra, qui permettait de traverser l’Euphrat (...)

Mūsā se rendit de nuit à la prison et les en fit sortir. Mis au courant, Šarīk scella le qimar et prit la direction de Bagdad. Mūsā se mit à sa poursuite avec une escorte et le rattrapa au pont de Kūfa 78. Il se mit à l’implorer au nom d’Allāh, en disant :

– C’est de ta faute ! Regarde tes frères que tu emprisonnes !

– Oui, répondit [Šarīk]. C’est parce qu’ils sont venus de ta part, pour une affaire qui ne les concernait pas. Je ne reviendrai pas, à moins qu’ils ne soient tous ramenés en prison. Sinon, je m’en vais voir le Commandeur des croyants et je lui présente ma démission !

 [L’émir] ordonna donc de les remettre en prison. Le geôlier (al-saǧǧān) arriva et en informa [Šarīk]. Ce dernier ordonna à ses auxiliaires d’amener Mūsā à l’audience et il siégea pour trancher l’affaire qui l’opposait à la descendante de Ǧarīr. Il fit ensuite libérer ceux qu’il avait incarcérés et condamna [le gouverneur] à reconstruire le mur. Puis il se leva, fit asseoir [Mūsā] à ses côtés et lui dit :

  • 79  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 170-71. Voir ce abar, rapporté avec quelques différences de détai (...)

– Salut, ô émir 79 !

  • 80  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 290.
  • 81  Tsafrir, The History, p. 23.
  • 82  Le texte parle de « ʿĪsā b. Mūsā », mais ce dernier fut gouverneur de Kūfa bien avant l’arrivée e (...)
  • 83  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 169-70.

19Traiter ainsi le gouverneur de Kūfa eût été impensable un quart de siècle plus tôt. Il n’était même plus question d’obéissance aux ordres de l’émir : ce dernier fut au contraire sommé de se plier à la volonté du cadi et de se présenter à l’audience sur sa convocation. Reprenant ce abar sous une forme augmentée, al-Ḫaṭīb fait dire à Mūsā b. ʿĪsā, lorsque celui-ci envoya les notables parlementer avec Šarīk : « Apprenez-lui qu’il m’a traité avec mépris et que je ne suis pas comme la ʿāmma 80 ! » Même si le gouverneur ne prononça pas ces paroles verbatim, il s’agissait bien de cela : connu par ailleurs comme un traditionniste favorable à une opposition active contre un pouvoir injuste 81, Šarīk considérait désormais le gouverneur comme un plaideur ordinaire. L’époque où le cadi devait lui obéir au doigt et à l’œil était loin désormais. Le cadi n’était plus le subordonné du gouverneur, il ne devait rendre compte de sa pratique judiciaire qu’au calife, et l’émir, par la même occasion, tombait sous le coup de la procédure ordinaire. On peut d’ailleurs se demander si son contrôle de la prison ne commençait pas à s’atténuer. La libération des prisonniers, en pleine nuit, prit l’allure d’une évasion organisée : il semble bien qu’en la matière l’émir ne pouvait plus agir au grand jour. Un autre récit montre en outre que le gouverneur de Kūfa ne tenait pas, en temps normal, à s’immiscer dans les affaires du cadi : Šarīk aurait un jour violemment corrigé un chrétien, employé par l’émir Mūsā b. ʿĪsā 82, qui avait avoué avoir maltraité un musulman. Le chrétien s’en fut ensuite se plaindre à l’émir, mais ce dernier refusa d’intervenir contre Šarīk 83.

  • 84  Voir par exemple Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 69 (traduction supra, chapitre VII, § II.1).

20La fin du abar traduit plus haut est révélatrice de cette évolution : lorsque la séance fut levée, Šarīk prit le gouverneur par la main pour l’asseoir près de lui et le salua avec respect. À l’audience, le cadi ne reconnaissait pas le statut politique et social de l’émir, et le considérait comme un plaideur ordinaire, à égalité avec son adversaire. Ce ne fut qu’une fois le jugement rendu que le cadi lui témoigna le respect dû à sa fonction. Cependant, même ce respect n’était plus celui d’un employé envers son supérieur : le cadi l’assit « à ses côtés », donc au même niveau que lui. Chaque place, dans une assemblée, correspondait à un rang bien défini 84. Il en allait de même à l’audience du cadi, où les deux plaignants devaient se tenir à équidistance du cadi, étant théoriquement égaux devant la justice. En asseyant le gouverneur à ses côtés, le cadi revendiquait une forme d’égalité entre leurs fonctions. D’un fonctionnaire subalterne aux pouvoirs restreints, le cadi avait acquis, en l’espace de quelques décennies, un statut lui permettant de se comparer au gouverneur puisqu’il était comme lui nommé et révoqué par le calife.

  • 85  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 12-17.
  • 86  Ǧaʿfar b. al-Qāsim b. Ǧaʿfar b. Sulaymān b. ʿAlī al-ʿAbbāsī, gouverneur de Baṣra sous al-Wāṯiq (r (...)
  • 87  Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XI, p. 123.
  • 88  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.
  • 89  Il aurait ainsi agressé en pleine rue un homme qui se réjouissait de sa révocation, et se serait (...)
  • 90  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.
  • 91  Les propos d’al-Kirmānī, qui commença par préciser que ce n’était pas de Ǧaʿfar b. al-Qāsim qu’il (...)
  • 92  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 179.
  • 93  Ǧaʿfar b. al-Qāsim se plaignit ainsi d’être obligé d’assister à l’audience même lorsque les plain (...)

21Grâce à la politique d’al-Manṣūr et de ses successeurs, les cadis iraqiens conquirent une grande autonomie vis-à-vis des gouverneurs locaux. Au iiie/ixe siècle, les sources n’évoquent plus d’émirs essayant d’imposer leur domination à un cadi. Il semble que ce dernier était parvenu à asseoir son autorité sur sa juridiction. Si un gouverneur outrepassait ses prérogatives ou abusait de son pouvoir, il risquait dorénavant de devoir en rendre compte devant le cadi. Sous al-Mutawakkil, le cadi d’al-Ahwāz Muḥammad b. Manṣūr condamna ainsi le gouverneur du arāǧ, ʿUmar b. Faraǧ al-Ruḫḫaǧī, qui s’était imprudemment vanté en public d’avoir détourné plusieurs milliers de dinars. Informé de la condamnation par le āib al-abar, le calife fit arrêter al-Ruḫḫaǧī et le soumit à la torture, tandis qu’il chargeait le cadi de lui envoyer ses biens pour qu’ils soient versés au Trésor public 85. Un peu plus tôt à Baṣra, le gouverneur Ǧaʿfar b. al-Qāsim 86 aurait été révoqué pour avoir composé un hiǧā’ du calife al-Wāṯiq, dans lequel il aurait été jusqu’à revendiquer le califat pour lui-même 87. Le cadi de l’époque, Aḥmad b. Riyāḥ, sembla jouer un rôle dans cette révocation : c’est lui, selon Wakīʿ, qui aurait dénoncé le gouverneur au calife 88. D’un tempérament violent 89, l’émir Ǧaʿfar b. al-Qāsim se vit reprocher nombre d’exactions par la population. Il est possible qu’al-Wāṯiq, mécontent de ce gouverneur, ait encouragé ses victimes à aller trouver le cadi. Ce dernier se vit alors confier la responsabilité des maālim, tribunal chargé de traiter les réclamations contre les fonctionnaires et les hauts représentants de l’État 90. L’émir, contre lequel les plaintes se multipliaient 91, fut sommé par le cadi de se présenter tous les jours à l’audience, pour qu’il ne soit pas nécessaire de l’envoyer chercher à chaque fois qu’un plaideur l’attaquait en justice 92 ; de fait, l’homme attendait dans un coin de la mosquée qu’on l’appelle pour le confronter à ses accusateurs et s’approchait spontanément du cadi lorsqu’une affaire le concernait 93. En demandant à un cadi de juger le gouverneur de sa ville, al-Wāṯiq confirma l’indépendance de la justice vis-à-vis du pouvoir local. Un gouverneur devait désormais s’attendre, lorsque le pouvoir central n’avait plus besoin de ses services, à comparaître devant le cadi qui exerçait en même temps que lui.

Notes

16  Cf. Coulson, « Doctrine and Practice », p. 214 ; Van Ess, « La liberté du juge », p. 26 ; Khoury, ʿAbd Allāh Ibn Lahīʿa, p. 37.

17  C’est en tout cas ce que prescrit al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 245.

18  Schneider, « Imprisonment », p. 167; id., « Sidjn », EI2, IX, p. 547.

19  Abdel-Rahim, « Legal institutions », dans Serjeant (éd.), The Islamic City, p. 45.

20  Schneider, « Imprisonment », p. 158-59.

21  Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 64, 260; voir également Schneider, « Imprisonment », p. 159.

22  Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 259.

23  Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 65, 68.

24  Voir les cas recensés pour l’Égypte par Coulson, « Doctrine and Practice », p. 215.

25  ʿAbd Allāh b. Abī ʿUṯmān, un temps gouverneur de Baṣra en 126/744. Il fut nommé par le gouverneur d’Iraq ʿAbd Allāh b. ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz. Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 241. Voir Pellat, Le Milieu barien, p. 280.

26  Il s’agit de ʿĀmir b. ʿUbayda al-Bāhilī, qui avait déjà exercé la judicature de Baṣra en 120-121/738-39. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 192, 203, 273. Voir Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 42.

27  Il y a probablement une erreur due au copiste dans le texte arabe, et nous suggérons de lire « araǧa » plutôt que « araǧa », qui ne semble pas pertinent dans ce contexte.

28  « Nazala l-ukm » dans l’édition d’al-Marāġī, ce qui n’a pas de sens ici. Nous proposons de lire « taraka l-ukm ».

29  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 43-44.

30  Schneider, « Imprisonment », p. 158 sq.

31  Voir al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 68.

32  Il aurait été cadi de Kūfa pendant une période allant de 53 à 75 ans, depuis le califat de ʿUmar à celui de ʿAbd al-Malik b. Marwān. Il est souvent dépeint comme le cadi idéal. Kohlberg, « Shurayḥ », EI2, IX, p. 528-29.

33  Frère du calife ʿAbd al-Malik, il fut gouverneur d’Iraq en 74/693-94. Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 169 ; Pellat, Le Milieu barien, p. 278.

34  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 279.

35  ʿUbayd Allāh b. Ziyād b. Abīhi (m. 67/686), gouverneur d’Iraq de 55/675 à 64/684. Pellat, Le Milieu barien, p. 277 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, IV, p. 193.

36  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 308 (les italiques sont les nôtres).

37  Ses jugements furent souvent considérés comme des précédents par les ḥanafites, et Wakīʿ lui consacre la plus longue biographie de son ouvrage, soit plus de 200 pages (Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 189-408). Voir Kohlberg, « Shurayḥ », EI2, IX, p. 529 ; Schneider, Das Bild des Richters, p. 74 ; Tillier, « L’exemplarité chez al-Tanūḫī », p. 16.

38  La sujétion des cadis à leurs gouverneurs apparaît encore dans un récit relatif au cadi kūfiote Bilāl b. Abī Burda, en poste de 110/728 à 120/738, anti-modèle de l’époque umayyade : voyant un homme sous un parasol alors qu’il se trouvait à l’ombre, un émissaire du gouverneur ordonna à Bilāl de le jeter en prison. L’homme y demeura jusqu’au retour de l’émissaire, sans doute quelques mois plus tard. Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 36.

39  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 232 ; al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 356. Hallaq interprête ce dernier cas comme le signe de l’indépendance des cadis vis-à-vis du pouvoir délégant (The Origins and Evolution, p. 83). Les cadis souhaitaient peut-être dès cette époque une telle indépendance ; néanmoins, l’attitude des gouverneurs montre qu’ils étaient loins de la leur accorder. Sur les tensions entre cadis et gouverneurs à la fin de l’époque umayyade, voir également Masud, « The Award of Matāʿ », p. 368-71.

40  Voir supra. Peut-être l’affaire ne représentait-elle pas en l’occurrence un enjeu capital pour l’émir. On peut d’ailleurs se demander si l’attitude de ʿĀmir b. ʿUbayda n’était pas simplement liée au désir d’être révoqué : son opposition à l’émir aurait alors été une forme de provocation.

41  Gouverneur de Baṣra à plusieurs reprises, notamment en 146-147/764, de 160/777 à 163/780, puis de 167/783 à 173/789. Pellat, Le Milieu barien, p. 281.

42  Sur ce traditionniste et philologue baṣrien, mort en 231/845 ou 232/846, voir Pellat, « Ibn Sallām al-Djumaḥī », EI2, III, p. 927.

43  Secrétaire (kātib) de Muḥammad b. Sulaymān. Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 151.

44  « Fī l-aras. » Peut-être faut-il lire « fī l-abs », « en prison ».

45  La mention d’al-Mahdī est probablement erronée, car Sawwār n’était plus cadi de Baṣra lorsque celui-ci monta sur le trône en 158/775 : il faut plutôt penser qu’al-Manṣūr est l’auteur de ces lignes.

46  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 69-70 ; une version de ce abar est rapportée par Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VI, p. 527) qui l’attribue à tort au petit-fils de ce cadi, nommé lui aussi Sawwār b. ʿAbd Allāh : ce dernier exerça la judicature du côté est de Bagdad de 237/851-52 à 246/860-61, sous al-Mutawakkil. Ibn al-Ǧawzī situe cet événement sous le califat d’al-Rašīd.

47  Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 284.

48  C’est la date que mentionne Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ (Ta’rī, p. 284) pour la nomination d’Ismāʿīl b. ʿAlī comme gouverneur de Baṣra.

49  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 62.

50  Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 284 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 60.

51  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 57.

52  Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 505-506.

53  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 151-52. Voir la traduction de ce abar infra, § III.2.

54  Voir la longue liste des gouverneurs de Baṣra à son époque dans Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 284.

55  Voir supra chapitre I, § II.2.2.

56  C’est-à-dire qu’il ne se rendit plus à la mosquée pour rendre la justice.

57  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

58  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 151.

59  Abū ʿUbayda Maʿmar b. Muṯannā (m. 209/824-25) semble le premier auteur d’un ouvrage biographique consacré aux cadis, intitulé Abār quāt al-Bara. Il constitue une source importante de Wakīʿ sur les cadis de Baṣra. Voir Ḥāǧī Ḫalīfa, Kašf al-unūn, I, p. 29 et II, p. 1351. Sur cet auteur, voir Gibb, « Abū ʿUbayda », EI2, I, p. 158.

60  Abū Sufyān, père du premier calife umayyade Muʿāwiya.

61  ʿAbd Allāh b. al-Ḥāriṯ b. Nawfal b. al-Ḥāriṯ b. ʿAbd al-Muṭṭalib b. Hāšim (m. 84/703), éminent Hāšimite installé à Baṣra. Il fut un temps gouverneur de la ville en 64/684. Al-Saḫāwī, al-Tufa al-laīfa, II, p. 27. Voir également Pellat, Le Milieu barien, p. 278 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, IV, p. 77.

62  Personnage connu pour son appartenance aux fityān de Baṣra. Ibn Mākūlā, al-Ikmāl, I, p. 39.

63  Littéralement : « on ne lui donnait pas la nisba [de chanteur]. »

64  Abū ʿUṯmān Saʿīd b. Misǧaḥ, chanteur de l’époque umayyade. Voir sa biographie dans al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, III, p. 84-88 ; al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XV, p. 257.

65  Le texte mentionne ici « Muḥammad b. Sulaymān », mais il s’agit certainement d’une erreur : comme l’annonce le début du texte, le gouverneur était à cette époque Sulaymān b. ʿAlī et c’est lui, à n’en pas douter, qui contrôlait la judicature. La confusion est probablement due à la mauvaise réputation de Muḥammad b. Sulaymān, qui s’illustra plus tard par ses tentatives de soumettre la judicature à son autorité (voir chap. I, § II.2.2).

66  « Sahl » dans le texte arabe, ce qui semble une erreur de copiste.

67  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 44-45.

68  Saʿīd b. Daʿlaǧ, gouverneur militaire de Baṣra de 156/773 à 158/774-75. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 510, 547. Voir aussi Pellat, Le Milieu barien, p. 281.

69  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 95-96.

70  ʿUmar b. al-Hayyāǧ b. Saʿīd, compagnon du cadi Šarīk. Voir al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 288.

71  Ǧarīr b. ʿAbd Allāh al-Baǧalī (m. 51/671), compagnon du Prophète installé à la fin de sa vie dans la région de Kūfa. Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, I, p. 187 sq.

72  Il s’agit de Šarīk b. ʿAbd Allāh, cadi de Kūfa de 153/770 à 169/785-86.

73  « Anā bi-llāh » est une forme abrégée de « anā bi-llāh mustaʿīn ». Voir al-Ṭabarī, Tafsīr, IV, p. 49.

74  Gouverneur de Kūfa en 169/785-86. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 603.

75  « Un persan » (fārisī) chez al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 290.

76  C’est ainsi que procède le cadi lorsqu’un défendeur refuse de se présenter à l’audience avec son adversaire : le sceau du cadi (ou une lettre de lui), confié au demandeur, tient lieu de convocation officielle à l’audience. Si le défendeur refuse toujours de venir, le cadi fait appel au gouverneur pour le faire amener de force. Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 245.

77  Ancien gouverneur de Kūfa, entre 158/774-75 et 163/779-80. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 547, 569.

78  Il s’agit du pont de pierre, restauré par ʿUmar b. Hubayra, qui permettait de traverser l’Euphrate au niveau de Kūfa. Al-Balāḏurī, Futū al-buldān, p. 285.

79  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 170-71. Voir ce abar, rapporté avec quelques différences de détail, dans al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 290-91 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 417.

80  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 290.

81  Tsafrir, The History, p. 23.

82  Le texte parle de « ʿĪsā b. Mūsā », mais ce dernier fut gouverneur de Kūfa bien avant l’arrivée en poste de Šarīk, puisqu’il quitta définitivement ses fonctions en 145/762-63 ou 146/763-64, alors que Šarīk fut nommé cadi en 153/770. Cf. al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 477.

83  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 169-70.

84  Voir par exemple Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 69 (traduction supra, chapitre VII, § II.1).

85  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 12-17.

86  Ǧaʿfar b. al-Qāsim b. Ǧaʿfar b. Sulaymān b. ʿAlī al-ʿAbbāsī, gouverneur de Baṣra sous al-Wāṯiq (r. 227/841-42 à 232/846-47). Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XI, p. 123. Il aurait auparavant été nommé gouverneur de Médine, en 209/824-25. Al-Basawī, al-Maʿrifa wa-l-ta’rī, I, p. 197.

87  Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XI, p. 123.

88  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.

89  Il aurait ainsi agressé en pleine rue un homme qui se réjouissait de sa révocation, et se serait excusé devant le cadi en faisant état du trouble de ses humeurs. Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 177-78.

90  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.

91  Les propos d’al-Kirmānī, qui commença par préciser que ce n’était pas de Ǧaʿfar b. al-Qāsim qu’il se plaignait, montrent que l’émir déchu n’en était pas à son premier procès.

92  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 179.

93  Ǧaʿfar b. al-Qāsim se plaignit ainsi d’être obligé d’assister à l’audience même lorsque les plaintes, déposées par le bas-peuple, ne le concernaient pas. Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 179.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable