Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Dibsi Faraj (Syrie) – B32

Texte intégral

Nom antique attesté

Athis, Attas, Neocaesaria

Autres toponymes

Qsarin, Qsair al Dibsi, Dibsi

Localisation

Région

Tabqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 17 km à l’E. de Meskené

Longitude

38.26083388

Latitude

35.91424513

Position

promontoire

Environnement

replats d’érosion du plateau (strates de calcaire tendre blanc du Tertiaire recouvertes par des couches de conglomérat fluviatile)

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Dimensions du site

acropole : 6 ha

Superficie

35 ha

Altitude

295‑300 m

Critères de datation

céramique, monnaie, architecture, stratigraphie, inscription, mosaïque

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

agglomération non fortifiée

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

occupation réduite sur le promontoire

    Milieu ier-fin iie s.

bourg

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée

    Déb. iiie-milieu iiie s.

bourg

    Milieu iiie-déb. ive s.

forteresse et déb.de l’occupation extra-muros

    ive-viie s.

basilique, restauration de la forteresse, martyrium extra‑muros

Occupation postérieure

époque médiévale (xiie s.)

Cartographie

H. Kiepert, Karte, 1893, WB I (el Burj, identifié à Thapsaque)

C. Héraud, Mission, 1922, f. XIII (tour de Dibsi et muraille)

1Dibsi Faraj se trouve dans une petite vallée, créée par l’érosion du fleuve, de 4 à 6 km de large avec 70 m de dénivelé. Cette vallée est parcourue par un réseau de wadi. Le site est formé d’un promontoire dominant la plaine alluviale et occupé par une citadelle, ainsi que d’une ville basse située au sud-ouest. L’Euphrate longe la limite au nord-ouest du site.

2Le site se divise en quatre secteurs (fig. 1)

  1. Un promontoire rocheux au nord-est du site signalé par les vestiges des fortifications byzantines et désigné comme la “citadelle”. Il s’étend sur 370 m du nord-ouest au sud-est et sur 240 m du nord-est au sud-ouest.

  2. Un vaste tell plat qui s’étend à l’ouest de la citadelle et où s’est construit le village moderne. Dans cette zone, plusieurs ensembles peuvent être distingués : les quartiers à proximité immédiate des remparts, caractérisés par deux établissements de bains (bains nord et ouest), et la ville basse, qui s’étend à l’ouest et au sud-ouest de la citadelle, sur une surface d’au moins 25 ha, circonscrite par un mur de terre et un fossé.

  3. À l’extérieur de la ville basse, à 200 m au sud-est du fossé, une basilique martyrium.

  4. Enfin, les prospections pédestres entreprises par T. J. Wilkinson ont permis de repérer, au-delà du wadi qui coule à l’ouest du site, des vestiges d’époques romaine tardive et byzantine masqués par les alluvions apportés par les affluents secondaires de ce cours d’eau (fig. 1).

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site de Dibsi Faraj et des environs

Fig. 1 ‑ Plan topographique du site de Dibsi Faraj et des environs

T. J. Wilkinson 1975, fig. 1

Fortifications

La citadelle (fig. 2)

3La première enceinte est datable avant 294, par sa technique de construction et par les monnaies associées de l’époque de Dioclétien. Elle a été partiellement masquée ou coupée par les remparts d’époque byzantine.

4L’enceinte primitive couronne les parties supérieures du promontoire situé à 300 m d’altitude et exploite, au mieux, la disposition naturellement défensive du terrain. Les murs sont solidement fondés, si possible sur la roche naturelle, et construits en blocs de calcaire tendre.

Fig. 2 ‑ Plan topographique de la citadelle avec la localisation des sondages, les plans des édifices fouillés et le tracé des fortifications romaine et byzantine fouillées et restituées

Fig. 2 ‑ Plan topographique de la citadelle avec la localisation des sondages, les plans des édifices fouillés et le tracé des fortifications romaine et byzantine fouillées et restituées

R. P. Harper 1975, p. 323

5Le rempart oriental, situé côté plaine alluviale, se dirige du nord vers l’est sur 400 m avec, au milieu, un angle rentrant. Le rempart méridional présente un tracé rectiligne sur 160 m, puis s’oriente vers le sud-ouest pour rejoindre, à moins de 100 m, l’angle sud où se trouve la porte principale. Le tracé du rempart occidental se conforme strictement aux irrégularités topographiques en contournant le large wadi qui a incisé le flanc occidental du promontoire, ce qui crée un rétrécissement important de la partie centrale de la ville fortifiée. Les traces de quatre tours d’angle et de 17 tours sur les courtines ont été retrouvées mais R. P. Harper restitue au total 34 tours (les tours des quatre portes incluses). Les tours sont de plan carré, saillantes, distantes d’environ 30 m les unes par rapport aux autres. Les tours d’angle ont la forme d’un bastion à flancs brisés. Les portes, toutes identiques, sont flanquées de deux tours carrées. Trois portes ont été aménagées sur le rempart nord-est, l’une au centre sur le point le plus élevé, les deux autres situées dans l’axe de petites dépressions naturelles, avant les tours d’angle. Une dernière porte, la porte sud ouvrant sur la ville basse, est située à l’extrémité ouest du rempart sud-est, immédiatement avant l’angle du rempart ouest. Les réparations et la reconstruction partielle de l’enceinte ont été entreprises au début de l’époque byzantine. La reconstruction de la façade du rempart sud-est a entraîné un réalignement du tracé. Les tours primitives ont été arasées ou modifiées. Les tours d’angles ont été remplacées par des tours hexagonales avec une chambre interne de plan circulaire et, dans l’intervalle, le rempart a été pourvu de deux larges tours rectangulaires saillantes. Les accès aux nouvelles tours (porte et escalier) ont alors été aménagés dans l’épaisseur du rempart primitif. Les tours protégeant la porte principale sud de la ville ont été recouvertes d’une façade formée de conglomérat et de briques cuites. Sur le rempart nord, seule la porte occidentale a été maintenue, après avoir été reconstruite en maçonnerie de blocs calcaires. La courtine, entre la porte et l’angle nord-ouest des fortifications, est soutenue par une double arcade pleine, construite au-dessus d’une tombe taillée dans le roc. La porte centrale est supprimée et remplacée par une redoute massive, en projection par rapport au rempart. Cette redoute quadrangulaire protège le canal d’alimentation en eau qui entre ici dans l’enceinte, côté ouest. Une petite tour en brique, rectangulaire et saillante, renforce l’angle rentrant sur le tracé primitif du rempart nord. La tour suivante, sur le tracé primitif, est englobée dans une nouvelle tour rectangulaire, dont la maçonnerie associe briques cuites et conglomérat, tandis que la dernière tour, à l’est de la porte orientale, a été supprimée. La porte orientale (fig. 3) est réduite à une poterne, contrôlée désormais par une seule tour à l’est. Les pentes sur les flancs ouest et sud ont été creusées pour pouvoir réparer les faces des murs et des tours.

Fig. 3 ‑ Vue aérienne par cerf-volant de la partie orientale du site montrant l’angle sud-est de la citadelle, la liaison avec la ville basse occupée par le village moderne au sud et, en contrebas du rempart oriental, les sondages des thermes nord

Fig. 3 ‑ Vue aérienne par cerf-volant de la partie orientale du site montrant l’angle sud-est de la citadelle, la liaison avec la ville basse occupée par le village moderne au sud et, en contrebas du rempart oriental, les sondages des thermes nord

R. P. Harper 1974, p. 28, fig. 5

Les défenses de la ville basse (fig. 1)

6Un système de deux levées de terre associées à un fossé sépare la partie sud-ouest du site de la steppe environnante. Il décrit une courbe qui part du wadi principal, situé à l’ouest de la citadelle, et se prolonge sur 1 km environ vers l’est. Son tracé s’infléchit ensuite vers le nord-est et, après 1 km, rejoint la limite haute de la plaine alluviale. Cet ouvrage défensif est daté du ive s. d’après les résultats d’une tranchée pratiquée en 1972.

Urbanisme

7La stratigraphie des principaux chantiers de la citadelle révèle une occupation continue et croissante, à partir du ier s. apr. J.-C. jusqu’au viiie s., pour la dernière phase de construction. Le tremblement de terre de 853 a affecté le site mais, d’après le matériel trouvé dans une tombe islamique, il y a probablement eu une occupation résiduelle jusqu’au xiie s.

Extension du village primitif (ier-iiie s.)

8Le premier niveau d’occupation sur le promontoire nord-est remonte au ier s. apr. J.-C. Il correspond, d’après R. P. Harper, à un village centré sur les parties hautes de la moitié orientale du promontoire (sondages sud, area 2 et 3, fig. 2). Au cours des iie et iiie s., l’habitat s’étend vers le sud-ouest et le sud où des murs de maison ont été retrouvés sous le tracé de la première enceinte. À l’ouest, ce niveau est attesté sous l’aile sud des principia (aera 1).

Première phase de la citadelle et de la ville basse (fin du iiie-fin du ve s.)

9à partir de la fin du iiie s., la construction des fortifications et de nouveaux bâtiments publics bouleverse cette première agglomération, tout en en favorisant l’extension de l’habitat en contrebas du promontoire. Cette construction des fortifications, attribuée à l’époque de Dioclétien, est suivie par la mise en place du réseau viaire et des édifices officiels. Les habitations domestiques, placées sur le tracé de l’enceinte et à l’emplacement des premiers principia sont arasées. Dans l’axe des trois portes du rempart nord-est, l’existence de rues d’orientation nord-sud a été reconnue.

La basilique occidentale (phase 1)

10Dans la partie nord-ouest du site (area zéro, fig. 2), une riche maison avec ses bains privés, partiellement fouillée, a une orientation conforme à celle de la rue menant à la porte nord. Construite au début du ive s., cette demeure est pourtant abandonnée après 40 ans à peine d’utilisation en raison de l’édification d’une basilique dans cette zone, au milieu du ive s. Les constructions de cette période sont caractérisées par une maçonnerie de petits blocs calcaires soigneusement taillés.

11La basilique occupe un espace de 41,5 m sur 29,5 m, délimité par le tracé du rempart à l’ouest (fig. 4). Sa construction a coupé les aménagements (murs, drains, rues) du ive s. Elle comporte une nef centrale avec hexaèdre du chœur et deux ailes latérales flanquées au nord et au sud par deux couloirs. À l’extrémité est de la nef latérale nord se trouve la chapelle. L’accès principal se fait par une porte à l’extrémité orientale du couloir nord qui joue le rôle d’un pseudo narthex. Une inscription grecque en relief, qui ornait un bloc calcaire en remploi dans le bâtiment d’époque omeyyade en L (construit dans la partie sud-est de la basilique), donne peut-être la date de la construction de l’édifice chrétien, soit 657 de l’ère séleucide (345-346), ce qui concorde avec le terminus post quem de 340 déterminé en stratigraphie.

Fig. 4 - Plan de la basilique ouest de la citadelle

Fig. 4 - Plan de la basilique ouest de la citadelle

R. P. Harper 1975, p. 331

Principia (phase 1)

12Le bâtiment est adjacent au rempart oriental et situé à l’est de la porte nord-ouest. Il était à l’origine construit en blocs calcaires. Dans sa première phase, le bâtiment est divisé entre un ensemble de pièces au nord-est pour les principia et une aile sud réservée au prétoire. Le prétoire est composé de trois pièces en enfilade au nord, menant à une salle à abside ornée d’une mosaïque géométrique. Au sud, seule la cour pavée appartient au plan primitif. Les chambres orientales sont entièrement reconstruites dans la seconde phase.

La ville basse

13À partir du ive s., l’occupation s’étend autour du promontoire avec la construction de deux établissements de bains, au pied des remparts, et une zone large d’habitat, à l’ouest. Dans cette zone recouverte par le village moderne de Dibsi Faraj, les archéologues ont dû limiter les sondages à deux pièces d’une maison dont les pavements de mosaïque successifs attestent une occupation du ive au vie s. Les axes de circulation et les phases de développement de cette urbanisation n’ont pu être reconnus mais les édifices fouillés suggèrent qu’une réorganisation de la ville basse et la construction d’édifices publics interviennent au cours du ve s.

Les thermes

14Les thermes les plus anciens, situés en contrebas du rempart occidental (area 8, fig. 2) ont été abandonnés au ve s. et sont remplacés par un nouvel établissement construit le long du rempart est, à proximité du canal d’alimentation en eau de la citadelle. La date de construction précise de ces thermes est connue par une dédicace inscrite sur la mosaïque d’une entrée indiquant 264 de l’ère séleucide, soit 452. La construction est soignée et les décors abondants comme le montrent les pavements de mosaïque du frigidarium représentant des oiseaux et des animaux sauvages, des lions attaquant une gazelle.

Basilique martyrium dite extra-muros

15L’emplacement de la basilique, à 400 m au sud-ouest de la citadelle et à 200 m de la limite de la ville basse, a été signalé aux fouilleurs par la découverte d’un pavement de mosaïque et d’une inscription funéraire latine, remployée en base de piliers dans le bâtiment très détruit. Son plan classique (dimension : 51 x 23,75 m) comporte une nef centrale à abside et deux nefs latérales (fig. 5). Un panneau de mosaïque avec inscription grecque, retrouvé dans la partie orientale du narthex, porte les noms des donateurs, Jean l’aîné et Paul le périodeute, ainsi que la date d’achèvement des travaux dans le mois xanthique 740 de l’ère séleucide (soit mars - avril 429). Le pavement de l’abside représente une colonnade (fig. 6).

Fig. 5 ‑ Plan de la basilique-martyrium

Fig. 5 ‑ Plan de la basilique-martyrium

R. P. Harper 1975, p. 335

Fig. 6 ‑ Vue aérienne par cerf-volant de la basilique-matyrium

Fig. 6 ‑ Vue aérienne par cerf-volant de la basilique-matyrium

R. P. Harper, 174, p. 29, fig. 11

Modifications au vie s.

16La reconstruction de l’enceinte s’accompagne de travaux sur les principaux bâtiments : construction de bains aux principia, modification et nouveaux pavements des basiliques, extension des thermes nord. On ne sait si la fermeture de deux portes du rempart ouest a modifié le réseau des rues à l’intérieur de la citadelle.

La basilique occidentale (Phase 2)

17À l’époque byzantine, intervient une réfection des pavements de mosaïque, des ailes et de la chapelle nord-est. Dans l’aile nord, a été découvert un panneau géométrique incluant dans sa bordure une dédicace aux martyrs Bacchus, Serge et Paul, inscrite en grec.

Principia (Phase 2)

18Au début du vie s. l’ensemble du bâtiment a été restauré en brique cuite et blocage. Des réfections sont attestées pour les portes et les sols dans l’aile sud, tandis qu’à l’ouest est ajoutée une aile d’une surface de 500 m2, destinée aux bains desservis par l’adduction d’eau aménagée dans le nouveau rempart occidental. On accède à ces bains par un passage situé le long de la tour romaine, condamnée, à l’ouest de la porte nord. Le complexe thermal était bien conservé avec son système d’hypocauste et un pavement en opus sectile comportant des plaques de marbres qui ont été ensuite pillées à l’époque islamique.

Les thermes nord

19Leur plan a été modifié au vie s. par l’extension du tepidarium qui a nécessité la fermeture de la première porte. Les pavements de mosaïque sont renouvelés, notamment dans le frigidarium où le panneau primitif est remplacé par un pavement à l’effigie d’Hygeia.

Nécropole

20Une tombe rupestre a été signalée au pied du rempart nord. Elle a été obstruée par une double arcade pour soutenir la fortification de l’époque byzantine. Le rapport ne précise pas si la tombe était antérieure à la construction de l’enceinte primitive, avant 294 mais c’est vraisemblable. On suppose d’ailleurs que le promontoire et les ravines ont accueilli d’autres hypogées.

21Matériel

  • chapiteau avec bustes de femmes et colonne avec une Victoire

  • matériel associé à la construction de la première enceinte dont une série d’ostraca avec inscription en noir portant le nom de soldats romains (Lucius Crispus, Iulius Germanus) et des monnaies de la tétrarchie antérieures à 294

  • sigillées orientales et imitations dont tessons glaçurés de type parthe ; brittle ware, céramique fine de la fin de l’époque romaine et céramique du début de l’époque islamique (une sélection de céramique provenant de la campagne de 1972 a été publiée)

22Chronologie d’après la fouille

  • ier siècle apr. J.-C. (occupation réduite sur les parties hautes du site)

  • fin iiie s., avant 294 (fortifications et construction des principia)

  • déb. ive s. (développement de l’urbanisme, réseau viaire et égout, construction des bains à l’extérieur des remparts et développement d’une ville basse entourée d’une défense de terre)

  • milieu ive s. (construction de la basilique)

  • 1re moitié du ve s. (construction de la basilique-martyrium)

  • vie s. (restauration des fortifications à l’époque byzantine)

  • période omeyyade (bâtiment en L occupant la basilique et habitations privées dans les autres bâtiments publics)

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise I, Berlin, 1905, p. 130-131 (identification avec Athis).

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 453 (identification avec Athis).

A. K. Rihaoui, « Étude préliminaire sur le sauvetage des monuments dans la région du barrage de l’Euphrate », AAAS 15-1, 1965, p. 105, site no 4.

R. Mouterde et A. Poidebard, Limes de Chalcis, Paris, 1945, p. 155-157.

R. P. Harper, « Excavations at Dibsi Faraj, Northern Syria 1972 », AAAS 24 1974, p. 25-38.

R. P. Harper, « Second Preliminary Report at Dibsi Faraj », AAAS 24, 1975, p. 30-37.

R. P. Harper, « Excavations at Dibsi Faraj, Northern Syria 1972-74. A Preliminary Note on the Site and its Monuments », Dumbarton Oaks Papers 29, 1975, p. 319-334.

T. J. Wilkinson, « Appendix », Dumbarton Oaks Papers 29, 1975, p. 334-338.

R. P. Harper, « Athis-Neocaesaria-Qasrn-Dibsi Faraj », Le Moyen-Euphrate, zone de contacts et d’échanges, J.-C. Margueron éd., 1979, p. 227-342.

P. Donceel-Voûte, Les pavements des églises de Syrie et du Liban, Louvain, 1988, p. 69-87.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Plan topographique du site de Dibsi Faraj et des environs
Crédits T. J. Wilkinson 1975, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 2 ‑ Plan topographique de la citadelle avec la localisation des sondages, les plans des édifices fouillés et le tracé des fortifications romaine et byzantine fouillées et restituées
Crédits R. P. Harper 1975, p. 323
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7169/img-2.png
Fichier image/png, 350k
Titre Fig. 3 ‑ Vue aérienne par cerf-volant de la partie orientale du site montrant l’angle sud-est de la citadelle, la liaison avec la ville basse occupée par le village moderne au sud et, en contrebas du rempart oriental, les sondages des thermes nord
Crédits R. P. Harper 1974, p. 28, fig. 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7169/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 4 - Plan de la basilique ouest de la citadelle
Crédits R. P. Harper 1975, p. 331
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7169/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 5 ‑ Plan de la basilique-martyrium
Crédits R. P. Harper 1975, p. 335
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7169/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 6 ‑ Vue aérienne par cerf-volant de la basilique-matyrium
Crédits R. P. Harper, 174, p. 29, fig. 11
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7169/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable