Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Eski Meskené (Syrie) – B31

Texte intégral

Nom antique attesté

Barbalissos

Autres toponymes

Eski Meskéné, Kalat Bâlis

Localisation

Région

Tabqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

7, 5 km au N.-E. de Meskené

Longitude

38.08046512

Latitude

36.01904073

Position

collines étagées

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé à 90 %

Dimensions du site

450 E.-O. x 400 m N.-S.

Superficie

18 ha

Altitude

300 m

Critères de datation

architecture, stratigraphie, céramique

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

ville fortifiée, contrôle de route et traversée

Occupation postérieure

jusqu’au xiiie s.

1Le site occupe une plate-forme rocheuse à peu près rectangulaire dont les flancs septentrional et oriental arrondis dominent la plaine alluviale (fig. 1), tandis que la limite occidentale a été probablement créée par une vallée artificielle. Au sud du site, le terrain est marqué par les reliefs étagés du plateau calcaire. La moitié occidentale, où ont été fouillés les niveaux du Bronze récent de la ville d’Emar, est caractérisée par une élévation rocheuse au nord-ouest de 309 m d’altitude, un promontoire au sud-est à 326 m et une vaste dépression au centre incisée de profondes ravines récentes. La partie orientale correspond à la ville fortifiée byzantine et médiévale, d’une surface de 16 ha environ, dont seuls les vestiges du rempart sud-ouest de l’enceinte byzantine sont aujourd’hui émergés (fig. 2).

Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Bâlis-Eski Meskené depuis le sud-ouest

Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Bâlis-Eski Meskené depuis le sud-ouest

A. Poidebard 1934, pl. 136

Fig. 2 ‑ Vue du site en 2009 au bord du réservoir du barrage de Tabqa, après restauration des tours d’angle du rempart ouest.

Fig. 2 ‑ Vue du site en 2009 au bord du réservoir du barrage de Tabqa, après restauration des tours d’angle du rempart ouest.

2La ville fortifiée, repérée et identifiée depuis la reconnaissance de la vallée par F. R. Chesney en 1832, a été bien étudiée par E. Herzfeld et F. Sarre dont les plans font toujours référence. Les tranchées ouvertes, sous le Mandat français, par G. Salles et E. De Lorey, et dont les résultats n’ont pas été publiés, ainsi que les fouilles menées entre 1970 et 1973 par l’IFEAD et la DGAMS ont concerné les niveaux de la ville médiévale. La ville romaine et byzantine, identifiée à Barbalissos, enfouie sous les niveaux médiévaux, n’est donc quasiment pas documentée.

3Les informations essentielles proviennent de l’observation des vestiges en surface de Herzfeld et de la stratigraphie de certains sondages des fouilles d’urgence. Le site a été noyé par le lac du barrage de Tabqa.

Fortifications

4Les limites de la ville sont reconnaissables grâce aux vestiges des fortifications (fig. 3) dont le plan irrégulier suit les contours topographiques du terrain naturel. Le rempart sud, d’environ 350 m de long, est longé par un fossé qui sépare la ville du reste de la plate-forme rocheuse. L’emplacement d’une porte y a été reconnu. Le rempart nord, tourné vers l’Euphrate, est rectiligne et bien reconnaissable sur 200 m, mais on ne distingue pas suffisamment son extrémité orientale pour déterminer la configuration de l’angle nord-est de l’enceinte. Le tracé du rempart oriental, sans doute à pans coupés, semble englober l’avancée du plateau rocheux vers l’est mais son détail est également imprécis, excepté au contact de la porte nord-est de la ville. Le rempart occidental se divise en deux segments de part et d’autre d’un angle rentrant qui correspond à la porte occidentale des fortifications. Au sud, se trouve une avancée rectangulaire marquée par deux tours d’angle. Ces tours dont certains pans en élévation sont encore conservés (bien visibles sur la photographie aérienne de 1930, fig. 1) ont été identifiées par E. Herzfeld comme des ouvrages d’origine byzantine en raison de leur technique de construction d’arases de brique cuite et mortier de chaux très régulières. La tour nord (fig. 4) accueillait un prétoire bien conservé, dont le plan a été retracé (fig. 5). La tour sud correspond à un bastion en brique cuite. Les variations de niveau du lac de Tabqa ont dégagé le soubassement en pierre de taille de calcaire tendre du rempart sud  (fig. 6) et mis en évidence au moins trois phases dans le bâti : un mur en pierre de taille en soubassement, une élévation en brique cuite à la chaux blanche englobée par une reconstruction massive au mortier noir, puis par un placage de briques cuites vertes et jaunes en façade.

5Les fouilles très limitées des fortifications ont montré que les remparts d’origine ont été restaurés pendant la période musulmane. La porte occidentale, en partie dégagée, était formée, dans son dernier état, d’une tour de plan rectangulaire (14,7 x 12,10 m) à cheval sur le rempart. Le noyau de maçonnerie byzantine était recouvert par des murs de placage de brique cuite caractéristique de l’époque ayyoubide et contemporains du minaret encore debout au centre du site. Le plan des premiers états byzantins n’est pas précisé.

Fig. 3 ‑ Plan de la ville fortifiée et identification des vestiges par E. Herzfeld

Fig. 3 ‑ Plan de la ville fortifiée et identification des vestiges par E. Herzfeld

E. Herzfeld 1911, abb. 43

Fig. 4 ‑ Vue de la tour nord-ouest après restauration en 2009

Fig. 4 ‑ Vue de la tour nord-ouest après restauration en 2009

Fig. 5 ‑ Plan du prétoire byzantin par E. Herzfeld

Fig. 5 ‑ Plan du prétoire byzantin par E. Herzfeld

E. Herzfeld 1911, abb. 44

Fig. 6 ‑ Rempart sud, coupe dans la maçonnerie d’un bastion, 2009

Fig. 6 ‑ Rempart sud, coupe dans la maçonnerie d’un bastion, 2009

6Un autre segment de la muraille antique a été repéré au sud-est où un vaste quadrilatère de 75 x 75 m, repérable au sol, avait été désigné comme un khan récent par E. Herzfeld. Ce bâtiment, qui a été daté par la fouille des périodes post-ayyoubides, s’appuyait au nord sur le rempart romain ou byzantin arasé. Notons que l’orientation des maisons ayyoubides détruites par ce khan n’était pas orthogonale au rempart antique.

Organisation intra-muros

7Si le réseau de rues, les maisons et les mosquées d’époque ayyoubide ont été bien documentés, peu d’éléments permettent de restituer l’organisation de la ville romaine et byzantine.

8Le niveau d’occupation romain-byzantin est pourtant attesté dans un sondage central de 7 m de profondeur mené par J. Dufour (mission de L. Golvin) et poursuivi par celle de J.-C.  Margueron jusqu’aux niveaux du Bronze récent. La séquence stratigraphique n’est pas publiée mais L. Golvin a mentionné que le niveau 3, caractérisé par un pavement de mosaïque, correspond à « un niveau antique probablement byzantin ». Les fouilles n’ont pas mis au jour de basilique byzantine sous la grande mosquée qui paraît reprendre le plan d’un édifice abbasside, les niveaux les plus anciens ont été temporairement datés de l’époque omeyyade.

Nécropole

9De nombreuses tombes rupestres ont été creusées sur les flancs de la plate-forme rocheuse en contrebas de la ville fortifiée et sur les pentes du promontoire nord-est d’Emar (fig. 7). Les hypogées pillés, accessibles en 2009, témoignent d’une grande variété de plans et d’aménagements funéraires. On dénombre des exemples avec de larges niches rectangulaires dont le côté le plus long est creusé parallèlement aux parois de la chambre (fig. 8), des loculi sous linteau plat ou sous arc, ou des arcosolia. La chambre centrale est plutôt large et la taille assez grossière, même pour les encadrements des portes et des niches. Dans une des tombes visitées en 2009 (fig. 9), les parois étaient ornées de symboles ou figurines sculptés en bas relief, placés, à l’imitation de stèles funéraires, dans des cadres, rectangulaires ou arrondis, creusés sur l’espace libre entre les ouvertures des loculi ou près de la porte (fig. 10). Sur six, seules quatre représentations étaient encore identifiables : deux personnages debout, dédicants ou défunts, et des bucrânes (fig. 11-12).

Fig. 7 ‑ localisation des nécropoles sur le plan topographique simplifié

Fig. 7 ‑ localisation des nécropoles sur le plan topographique simplifié

Dessin O. Callot, J.-C. Margueron 1982, fig. 1

Fig. 8 ‑ Vue d’une alcôve avec banquettes funéraires sous niches

Fig. 8 ‑ Vue d’une alcôve avec banquettes funéraires sous niches

Fig. 9 ‑ Vue extérieure de la tombe au bucrâne avec l’entrée encadrée par deux loculi en partie détruits

Fig. 9 ‑ Vue extérieure de la tombe au bucrâne avec l’entrée encadrée par deux loculi en partie détruits

Fig. 10 ‑ Intérieur de la tombe au bucrâne ; sur la paroi à droite de la porte, loculi et stèle rupestre représentant un personnage féminin aux bras levés ; on notera la présence de traces d’enduit rouge

Fig. 10 ‑ Intérieur de la tombe au bucrâne ; sur la paroi à droite de la porte, loculi et stèle rupestre représentant un personnage féminin aux bras levés ; on notera la présence de traces d’enduit rouge

Fig. 11 ‑ Quatre stèles sur la paroi face à la porte ; en haut à gauche, avec un personnage féminin debout avec un bras replié, et à droite un bucrâne

Fig. 11 ‑ Quatre stèles sur la paroi face à la porte ; en haut à gauche, avec un personnage féminin debout avec un bras replié, et à droite un bucrâne

Fig. 12 ‑ Stèle rupestre avec un double bucrâne

Fig. 12 ‑ Stèle rupestre avec un double bucrâne

10Chronologie d’après la fouille

  • âge du Bronze récent

  • période romaine (?)

  • période byzantine

  • période omeyyade (?)

  • période abbasside

  • période ayyoubide

  • période post-ayyoubide et ottomane

Bibliographie

F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise, 1911, p. 114.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 453.

A. Poidebard, La trace de Rome, 1934, pl. 136, p. 129-130.

L. Golvin, « A la recherche de la cité médiévale de Bâlis... », Le Moyen-Euphrate, zone de contacts et d’échanges, J.-C. Margueron éd., Strasbourg 1979, p. 389-396.

A. Bounni, « Campaign and Exhibition from the Euphrates in Syria », AASOR 44, 1979, p. 1-7.

J.-C. Margueron, « La ville », A l’occasion d’une exposition Meskené-Emar. Dix ans de travaux 1972-1982, Textes réunis par D. Beyer, 1982, p. 17-22.

A. Raymond et J.-P. Paillet, Bâlis II, Damas, IFEAD, 1995.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Bâlis-Eski Meskené depuis le sud-ouest
Crédits A. Poidebard 1934, pl. 136
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2 ‑ Vue du site en 2009 au bord du réservoir du barrage de Tabqa, après restauration des tours d’angle du rempart ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 3 ‑ Plan de la ville fortifiée et identification des vestiges par E. Herzfeld
Crédits E. Herzfeld 1911, abb. 43
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 4 ‑ Vue de la tour nord-ouest après restauration en 2009
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 5 ‑ Plan du prétoire byzantin par E. Herzfeld
Crédits E. Herzfeld 1911, abb. 44
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 6 ‑ Rempart sud, coupe dans la maçonnerie d’un bastion, 2009
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 ‑ localisation des nécropoles sur le plan topographique simplifié
Crédits Dessin O. Callot, J.-C. Margueron 1982, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 8 ‑ Vue d’une alcôve avec banquettes funéraires sous niches
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 9 ‑ Vue extérieure de la tombe au bucrâne avec l’entrée encadrée par deux loculi en partie détruits
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 10 ‑ Intérieur de la tombe au bucrâne ; sur la paroi à droite de la porte, loculi et stèle rupestre représentant un personnage féminin aux bras levés ; on notera la présence de traces d’enduit rouge
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Fig. 11 ‑ Quatre stèles sur la paroi face à la porte ; en haut à gauche, avec un personnage féminin debout avec un bras replié, et à droite un bucrâne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 12 ‑ Stèle rupestre avec un double bucrâne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7168/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540