Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Tell Al-Hajj (Syrie) – B28

Texte intégral

Nom antique attesté

Eragiza

Autres Toponymes

Tell el Hajj

Localisation

Région

Tabqa

Situation

rive droite de l’Euphrate

Longitude

38.0815094

Latitude

36.2137374092

Position

butte résiduelle

Environnement

terrasse formée de conglomérat fluviatile

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Dimensions du site

tell : 500 m x 300 m / forteresse : 80 m E.-O. x 110 m N.-S.

Superficie

5 ha

Altitude

300-315 m alt.

Critères de datation

céramique, monnaie, architecture, stratigraphie, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

agglomération fortifiée

    Fin ive s.

rempart extérieur attesté

    iiie s.

agglomération

    Fin iiie-milieu iie s.

agglomération

    Milieu-fin iie s.

agglomération

Période romaine

castrum, stationnement de la cohors Secunda Pia Felix

    ier s. av. J.-C.

destruction totale

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

castrum et habitat extra-muros

    Milieu ier-fin iie s.

castrum et habitat extra-muros

Période sévérienne-sassanide

castrum et agglomération

    Déb. iiie-milieu iiie s.

occupation sporadique (déclin)

    Milieu iiie-déb. ive s.

reconstruction du fort et des maisons extra-muros

    ive-viie s.

reconstruction du fort avec dispositif de fossés

Occupation postérieure

habitat sporadique jusqu’au viiie s.

Cartographie

Carte FFL, 1945, f. no NJ37-III Djerabloûs (Tell el Hâjj)

1Le site correspond à un tell ovale aux pentes faiblement escarpées. Il s’élève sur une terrasse naturelle, formée de conglomérats déposés puis régulièrement érodés par le fleuve. Le tell est composé de deux secteurs distincts (fig. 1). D’abord, les flancs du tell, qui recouvrent la ville basse, présentent une pente d’environ 8 %, exceptés les flancs nord-est et est du site, plus abrupts en raison de l’érosion fluviale. Puis le sommet est nettement marqué par une surface plane (à partir de la courbe de niveau 313) et délimité par une ligne de crêtes. Les phases d’occupation sur le tell s’échelonnent de la fin du Ve millénaire au viiie siècle apr. J.-C. La nécropole romaine a été repérée au sud du tell.

Fig. 1 ‑ Localisation et identification des niveaux d’occupation hellénistique et romain fouillés

Fig. 1 ‑ Localisation et identification des niveaux d’occupation hellénistique et romain fouillés

D’après R. Stucky 1974, plan 1

Fortifications

2Une enceinte extérieure dans la partie basse du tell est attestée pour la période pré-romaine. La construction du premier rempart à la base du tell, à 301 m d’altitude, remonte au dernier quart du IIe millénaire. Une seconde enceinte extérieure (localisation en rouge, fig. 1) remonterait à la fin de la période achéménide ou au début de l’époque hellénistique.

Le rempart pré-romain sur les pentes du tell

3Dans le sondage ouest (fig. 2) a été découvert un mur d’enceinte (D20a) fondé au-dessus des accumulations qui masquaient le rempart du IIe millénaire. Ce mur, de 3,80 m de large et conservé sur 3 m de haut, a été construit en brique crue sans socle de pierre et suit une orientation nord-sud parallèle à la pente. Le niveau de circulation extérieur de ce rempart semble bien identifié et recouvre des couches contenant du matériel du début de l’époque hellénistique. Plus haut dans la pente, un troisième mur en brique sans socle d’orientation est-ouest était associé à du matériel du ier s. apr. J.-C. Dans le sondage oriental (fig. 3), quatre murs de brique crue également sans socle de pierre ont été dégagés. Le rempart hellénistique correspondrait au mur Y20 dont la base est située à l’altitude 309 m. Très érodé par la pente, il est construit en briques de 38 x 30 x 14 cm avec des joints de 8 cm. Le matériel associé date du ve-iiie s. av. J.-C. Les couches à 30 cm au‑dessous du mur contenaient de la céramique Obeid. Les murs, qui étaient conservés sur une hauteur de 2 m dans le sondage nord-est (R. Stucky 1974, profil 6), ont trouvé une étroite correspondance avec les vestiges du sondage sud-est (R. Stucky 1974, profil 5). Sur le flanc nord-est du tell, le rempart d’époque classique (mur A-A’/B-B’ sur la fig. 6) a été construit en brique crue sur le socle du mur de la fin du IIe millénaire. Le matériel associé au rempart est très mélangé : une céramique Uruk, une lampe et des tessons hellénistiques ainsi qu’un fragment de céramique glaçurée dite « parthe ».

Fig. 2 - Coupe stratigraphique du flanc occidental du tell

Fig. 2 - Coupe stratigraphique du flanc occidental du tell

d’après R. Stucky 1974, profil 4

Fig. 3 - Coupe stratigraphique du flanc oriental du tell. Partie supérieure de la coupe

Fig. 3 - Coupe stratigraphique du flanc oriental du tell. Partie supérieure de la coupe

d’après R. Stucky 1974, profil 2

4Cette enceinte pré-romaine suit donc à peu près le tracé de l’enceinte du IIe millénaire. Elle représenterait, selon R. Stucky, une fortification défensive construite préventivement à l’arrivée d’Alexandre ou bien les remparts de l’établissement hellénistique du début du ive s. av. J.-C. Sa destruction a été datée du début ier s. apr. J.-C., d’après le matériel trouvé dans les couches de destruction et a été reliée à la conquête romaine. Aucun des murs romains découverts dans les sondages sur les flancs du tell ne semble correspondre à un mur d’enceinte, ce qui laisse croire que la ville basse, à cette époque, n’était pas fortifiée.

Le fort romain

5Le fort, au sommet du tell (localisation en bleu, fig. 1), constitue une fortification entièrement nouvelle de la première moitié du ier s. apr. J.-C., destinée à la garnison romaine (R. Stucky 1974, p. 41). Le fort a été rénové au début du iie s. et complètement reconstruit dans la seconde moitié du ive s., puis entre le ve et le viiis.

6Du fort, les portes occidentale et septentrionale, la tour de l’angle nord-ouest et un segment du rempart nord ont été fouillés. Les défenses extérieures (glacis et fossés) ont été étudiées en connexion avec les portes nord et ouest et la stratigraphie de la ville basse.

7Des sondages, dans le secteur sud (fig. 1, en M17 et en M13 sur le carroyage), ont permis de suivre le prolongement de la courtine sud du rempart occidental sur 45 m. À partir des distances connues (65 m entre l’axe de la porte ouest et la tour nord-ouest et de 40 m entre celle-ci et la porte nord), nous proposons de compléter le plan du fortin, en se basant sur la symétrie d’ensemble et les courbes de niveau, et de restituer un vaste parallélépipède de 80 m est-ouest sur 130 m nord-sud.

Fig. 4 ‑ Plan de la porte occidentale du castrum, des sondages à l’intérieur du castrum et des fouilles de la ville basse

Fig. 4 ‑ Plan de la porte occidentale du castrum, des sondages à l’intérieur du castrum et des fouilles de la ville basse

R. Stucky 1974, plan 2

Fig. 5 ‑ La porte occidentale du castrum romain depuis le sud-ouest

Fig. 5 ‑ La porte occidentale du castrum romain depuis le sud-ouest

R. Stucky 1974, taf. f

La porte occidentale et son glacis (fig. 4-5)

8Dans son premier état, la porte paraît formée de deux tours carrées, placées à l’arrière du rempart. La chronologie des maçonneries de la courtine nord du rempart occidental, établie par R. Stucky, suggère que le tracé du premier rempart (mur a’) a toujours été respecté et que les trois phases majeures de reconstruction (murs b’-d’) ont entraîné un renforcement de la face interne du rempart. La même séquence a été obtenue à la tour nord-ouest du castrum. Dans son dernier état, la porte est formée d’un seuil rectiligne en pierre de 3,5 m de long et flanquée de deux bastions rectangulaires (4,40 E.-O. x 6,40 m N.-S.). Le bastion nord est caractérisé par un mur frontal, épaissi à 3,4 m de profondeur, légèrement saillant par rapport à la courtine. Le parement extérieur du bastion est constitué de blocs retaillés. Une porte ouverte dans le mur oriental permet d’accéder à la pièce intérieure de 3,50 x 3,70 m. Le bastion sud, dont la moitié nord a été fouillée, paraît tout à fait symétrique (R. Stucky 1974, LMN/20-21, plan 2, taf. 2e-f et 3a-b). Pour le glacis associé à la porte occidentale, trois phases ont été distinguées en liaison avec les renforcements des remparts (fig. 6).

  1. Un premier glacis constitué de remblais couvrait la base du rempart primitif dépourvu de tour saillante et s’étendait sur plus de 8 m en avant des courtines, la base du glacis étant elle-même protégée par un mur de brique crue restauré.

  2. Avec la construction du mur frontal saillant des tours de la porte ouest, le premier mur de brique est arasé et inclus dans la nouvelle extension du glacis jusqu’à 12 m en avant de la tour, tandis qu’une nouvelle maçonnerie de brique crue est construite pour protéger le pied de ce second glacis.

  3. Le glacis est conservé sur 6 m et suivi d’un fossé creusé dans la partie restante.

Fig. 6 - Coupe stratigraphique des aménagements défensifs associés au castrum dans le sondage ouvert devant la tour sud de la porte occidentale

Fig. 6 - Coupe stratigraphique des aménagements défensifs associés au castrum dans le sondage ouvert devant la tour sud de la porte occidentale

d’après R. Stucky 1974, profil 3

La tour nord-ouest (fig. 7-8)

9Située à 70 m au nord de la porte occidentale, elle protégeait l’angle nord-ouest du fort. Le plan de son dernier état est le résultat de reconstructions successives. Elle est construite sur un socle de pierre dont la limite extérieure dessine un arc de cercle de 45°. À l’intérieur, deux murs de pierre délimitent une pièce de forme triangulaire concave. Témoins d’une tour antérieure de 5 m de diamètre, ils ont été deux fois détruits et renforcés, de sorte que l’accès à la pièce intérieure a été muré dans la dernière phase de fonctionnement. Alors que, dans le premier dispositif, la tour ronde devait être projetée au devant des courtines, elle ne forme plus alors qu’un arrondi au point de rencontre des remparts ouest et nord (R. Stucky 1974, plan 3, taf. 4 a-b-c).

Fig. 7 ‑ Plan de la tour nord-ouest du castrum

Fig. 7 ‑ Plan de la tour nord-ouest du castrum

R. Stucky 1974, plan 3

Fig. 8 - Vue de la tour nord-ouest du castrum depuis l’est

Fig. 8 - Vue de la tour nord-ouest du castrum depuis l’est

R. Stucky 1974, taf. 4a

La porte nord (localisation RS/27, fig. 1)

10Seul le bastion oriental de la porte nord du castrum a été mis au jour. D’après son plan, on peut restituer un dispositif identique à celui de la porte occidentale. La fouille de l’angle sud-est du mur oriental de ce bastion a fait apparaître le départ de la courtine en brique crue du rempart nord.

Chronologie

11R. Stucky a proposé une chronologie très complète des différentes phases du castrum et de ses glacis.

12Ia– Construction du premier castrum de plan rectangulaire, avec un glacis, dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. 

13Ib– Reconstruction des remparts et d’un glacis sous Trajan, puis abandon progressif au iiie s.

14IIa– Reconstruction de la forteresse sur le tracé des premiers remparts, avec un dispositif de tours saillantes et extension du glacis (seconde moitié du ive s.).

15IIb– Rénovation du glacis et de quelques bâtiments, puis abandon progressif de la ville basse.

16III– Dernière reconstruction du castrum, avec les tours rentrantes et aménagement des fossés (non précisément datée, entre le ve et le viiie s. ?).

Urbanisme

17La première occupation du site remonte à la période Obeid. Après la destruction de la ville fortifiée existante entre les IIe et Ier millénaires, le site est abandonné jusqu’aux ve-ive s. av. J.-C. Mais la période achéménide semble seulement attestée par le matériel associé à l’enceinte pré-romaine de la ville basse, dans des niveaux où les céramiques hellénistiques sont majoritaires.

Période hellénistique

La ville basse

18Les murs en brique crue sans socle de pierre trouvés dans les sondages sur les flancs du tell correspondent à l’occupation hellénistique qui s’est prolongée jusqu’au ier siècle (fig. 2). Dans le sondage oriental (fig. 3), le mur de brique, dont la base est à l’altitude 310,2 m, est lié à de très nombreux fragments de céramique (vernis noir avec décor incisé). Dans quelques-unes des couches à l’ouest, ont été trouvées de la sigillée et une lampe du ier s. apr. J.-C., entre les cotes d’altitude 310,80 et 311,30 m. Sous les murs les plus récents, les couches (alt. 309,10-310 m) ont livré une terra cotta et des fragments de céramique hellénistique.

19Les sondages de la rue dans l’axe de la porte nord (fig. 9) ont mis au jour, à l’est de la rue romaine, un dallage en pierre de taille (module des blocs : 0,90 x 0,45 m). Cet ouvrage pourrait remonter à la période hellénistique puisque le mur extérieur de la maison romaine a été fondé directement sur le pavement. Par ailleurs, dans le sondage stratigraphique contre la tour sud de la porte ouest du castrum (fig. 6), le premier glacis romain a visiblement détruit des maçonneries de brique crue antérieures (deux phases du mur A) qu’on peut attribuer à la période hellénistique (datation non précisée par R. Stucky).

Fig. 9 - Habitat romain bordant la rue nord et recouvrant un niveau hellénistique

Fig. 9 - Habitat romain bordant la rue nord et recouvrant un niveau hellénistique

R. Stucky 1974, taf. 5c

La ville haute

20Au sommet du tell, quelques éléments d’occupation antérieurs à la construction du fortin romain ont pu être dégagés. Dans la partie occidentale (fig. 10), un mur en brique crue d’une largeur de 2 m a été mis au jour, à 3 m de profondeur sous la surface (altitude du sommet du mur à 311,50 m). Il est associé à un matériel remontant aux iie-ier siècle av. J.-C. Au-dessous, un mur de même type et de même orientation, dont la base est à 310,84 m d’altitude, est daté par une monnaie de la fin du iiie siècle au début du iie av. J.-C. (R. Stucky 1974, p. 38-39, monnaie no 3). Ces murs ont une orientation nord‑sud.

Fig. 10 - Coupe stratigraphique des occupations à l’intérieur du castrum

Fig. 10 - Coupe stratigraphique des occupations à l’intérieur du castrum

d’après R. Stucky 1974, profil 10

21Les niveaux hellénistiques ont donc été découverts dans tous les sondages profonds ouverts par la mission archéologique mais, à l’exception du tracé de l’enceinte dans la partie basse du tell, il est difficile de restituer l’organisation intra-muros de cette occupation. On peut, cependant, noter que tous les murs de cette période s’inscrivent clairement dans une orientation nord-sud et est-ouest et que la surface minimale couverte par cet établissement fortifié s’étend sur 150 m du nord au sud (de R/30 à Z-A+/16 sur le carroyage) et sur 220 m d’est en ouest (de Z/20 à D/20 sur le carroyage).

22La destruction de l’agglomération fortifiée hellénistique a été fixée par R. Stucky au début du ier s. apr. J.-C. C’est dans un établissement apparemment détruit de fond en comble qu’une agglomération se développe ensuite autour du nouveau castrum.

Période romaine et byzantine (première moitié du ier s. apr. J.-C. - viiie s.)

Le castrum

23Les aménagements à l’intérieur du castrum sont connus par une série de bâtiments, fouillés dans la partie centrale et occidentale et dont la fonction n’a pas été clairement déterminée. Il s’agit de constructions soignées comportant des moellons de pierres ou des blocs d’assises. Un système d’évacuation d’eau a été retrouvé. Les tuiles estampillées de la Cohors secunda pia felix proviennent de la ville haute. L’activité de cette cohors inédite pourrait être rattachée à la construction du premier fort. La Cohors prima militaria Thracum, dont la présence sur le site est attestée par une inscription sur pierre (R. Stucky 1974, p. 56), aurait ensuite stationné de la fin du ier s. apr. J.-C. jusqu’au deuxième quart du iie s., d’après les sources littéraires qui confirment son arrivée en Syrie en 88 et son départ en Palestine en 128. Le matériel trouvé dans ce secteur renvoie très essentiellement à l’activité de ces garnisons et comporte : céramiques fines, importées de la côte ; épitaphe de soldat ; fût de colonne gravé de graffiti grecs ; lampes, dont des exemplaires à couronnes de laurier d’Antioche ; céramique en quantité, fibule de bronze (type oméga) ; boulets de catapulte dont certains avec graffiti.

La ville basse

24L’occupation romaine autour du castrum s’organise le long des chemins menant aux portes du fort. Les maisons sont construites selon les traditions locales (murs de brique crue avec socle de pierre et toit en terrasse. Le matériel associé renvoie lui aussi à une production régionale. Certaines maisons ont été partiellement fouillées le long des rues menant aux portes nord et ouest du castrum (fig. 11). Dans le sondage oriental (fig. 3), les niveaux associés au mur X20 sont datés par une monnaie de Néron (R. Stucky 1974, no 37). Les couches supérieures contiennent une lampe à huile du iie s. et une monnaie de Nerva (R. Stucky 1974, no 21). Dans la partie occidentale (fig. 4), une maison en limite nord de la rue principale, dont la longueur atteint 15 m, était bordée à l’ouest par une rue secondaire d’1 m de large et d’orientation nord-sud. La limite ouest de la maison voisine se prolonge au-delà de la limite ouest du sondage. Cette dissymétrie suggère que le plan d’urbanisme n’était pas régulier mais s’est développé en fonction de l’accroissement de la population.

Fig. 11 ‑ Fouilles de la rue ouest depuis le sud. Tranchée stratigraphique qui a mis en évidence les différents niveaux de rues

Fig. 11 ‑ Fouilles de la rue ouest depuis le sud. Tranchée stratigraphique qui a mis en évidence les différents niveaux de rues

R. Stucky 1974, taf. 4f

Chronologie de l’agglomération romaine

25Les phases d’occupation autour du castrum ont a été étudiées dans la stratigraphie dressée dans la rue ouest qui présente neufs niveaux de rues contenant un matériel abondant (R. Stucky 1974, profil 11) et marqués par deux périodes d’abandon.

  • Phase Ia (entre 81 et 96) : trois premiers niveaux de rue comportent un trottoir de pierre sans mur en liaison ; ils sont contemporains des premiers murs de brique crue sans socle de pierre des maisons nord et nord-ouest.

  • Phase Ib (entre 138 et 161) : une destruction et un nivellement (remblais) touchent les rues principales. Trois niveaux de rue se succèdent. Le niveau du sol monte aussi dans la maison nord reconstruite. Dans les déblais, une monnaie sert de terminus post quem (milieu du iie s.). Ont été trouvées également des monnaies d’Antonin le Pieux dans les remblais de la rue nord, et de Nerva, Trajan, Hadrien dans les maisons.

  • Phase II (milieu ive s.) : elle est caractérisée par le nivellement et l’établissement d’un 7e niveau de rue. Un second nivellement et une nouvelle rue sont liés à la construction d’une canalisation couverte de dalles modulaires dans la partie nord.

  • Phase III : c’est le dernier niveau de rue (datation non précisée).

26Les différentes phases de la ville basse sont à mettre en relation avec la chronologie établie pour le castrum. L’installation du premier castrum a entraîné le développement d’un habitat sur les pentes supérieures du tell qui a connu une première croissance dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. (Ia). Il est suivi, au début du iie s, d’un lent déclin, sans doute lié au déplacement de la frontière en Mésopotamie, jusqu’à l’abandon total du site au cours du iiie s. (Ib). Avec la reconstruction du castrum dans la seconde moitié du ive s., l’agglomération a été partiellement réinvestie (IIa-b). Alors que le fort est une dernière fois restauré, seul un habitat sporadique autour de la rue ouest se maintient jusqu’au viiie s. (III).

Nécropole

27Un hypogée (fig. 12) situé au sud du tell a été dégagé en 1971, au pied nord d’une colline sur laquelle se trouvait une station de pompage. L’hypogée est creusé dans la roche en calcaire tendre du piémont d’érosion du Jebel Aruda et recouverte d’un demi mètre de conglomérat de gravier.

Fig. 12 ‑ Plan de l’hypogée fouillé par la mission en 1971 au sud du tell

Fig. 12 ‑ Plan de l’hypogée fouillé par la mission en 1971 au sud du tell

R. Stucky 1974, plan 10

28Le toit de la tombe s’était écroulé. Après dégagement des décombres et de la terre accumulée, et le pompage de l’eau, le plan et les coupes de l’hypogée ont été relevés. Au nord, un escalier de 6 m de long et de 1 m de large, comportant douze marches, mène à la chambre centrale carrée (4,5 x 4,5 m) dont le plafond devait être voûté. Dans chaque paroi, s’ouvrent deux niches voûtées qui contenaient quatre cuves parallèles sur leur longueur et creusées dans la roche (le sommet des parois des cuves est à 80 cm au dessus du sol de la chambre principale). Au fond des niches, au-delà de cette première série de cuves, s’ouvre un arcosolium qui accueille de une à quatre cuves supplémentaires disposées parallèlement à la paroi du fond. Les niches sont travaillées avec un soin inégal et différent en taille et en proportion. Aucune n’est perpendiculaire par rapport à la chambre centrale et aucune paroi n’est orthogonale à une autre. De nombreux fragments de tiges en fer (clous) ont été retrouvés dans les chambres. Un rang de clous entre une chambre et sa niche laisse conclure qu’il s’agit de support de rideau ou d’offrande votive. Des trois inscriptions grecques remarquées, une seule a pu être lue (R. Stucky 1974, p. 59) ; elle se trouvait au dessus de la chambre sud du côté est. Par manque de temps, les cuves n’ont pas été fouillées. Il est probable que les tuiles retrouvées ont servi à recouvrir toutes les cuves. Des fragments de dalles de pierre ont aussi été retrouvés : certains, situés au pied de l’escalier, provenaient très certainement de la porte de l’hypogée. Dans le matériel de la tombe se trouvait une marmite aux parois côtelées, sans doute de type brittle ware, bien conservée. Elle est datée de l’époque romaine au début de la période byzantine. Cette tombe relevée faisait partie d’un ensemble qui n’a pas été dénombré. Elle a été choisie comme la plus facile à dégager parmi de « très nombreuse tombes ». Deux autres tombes « situées plus haut » étaient accessibles mais avaient servi de carrière pour la construction d’un moulin.

29Matériel des fouilles partiellement publié

  • terra cotta hellénistiques

  • tuiles estampillées COH II PF (Cohors II pia felix)

  • stèle funéraire avec inscription latine d’un soldat trouvée en remploi (R. Stucky 1972, p. 34)

  • colonne avec graffiti grecs (R. Stucky 1974, p. 57)

  • autel avec personnage incisé

  • série de lampes importées d’Antioche

  • boulets, fragments de cuirasse, fibule en bronze de type oméga

30Chronologie d’après la fouille

  • période Obeid

  • période Uruk jusqu’au Ier millénaire (agglomération fortifiée)

  • ive s. av. J.-C. (agglomération fortifiée)

  • début ier s. apr. J.-C. (destruction)

  • milieu du ier s. (construction du premier castrum, reconstruction de la ville basse et phase I du glacis et de la rue)

  • début iie s., sous Trajan (réfection du glacis)

  • milieu iie, sous Antonin (abandon progressif de la ville basse)

  • milieu ive s. (reconstruction du fort et des maisons extra-muros au-dessus des décombres des édifices antérieurs)

  • aux ve-vie s. (nouvelle modification du glacis (IIb) et déclin de l’occupation puis dernière reconstruction du fort, du fossé et des rues, occupation sporadique extra-muros jusqu’au viiie s.)

  • cimetière musulman

Bibliographie

R. Stucky, Museum Helveticum 29, 1972, p. 288-290.

R. Stucky, « Erster Vorlaufiger Bericht über die auf Tell el Hajj Ausgrabungen », AAAS, XXIII, 1973, p. 163-200.

R. Stucky, Tell el Hajj in Syrien, 1. verläufiger Bericht, Grabungskampagne 1971, Berne 1972.

R. Stucky, Tell el Hajj, 2. verläufiger Bericht, Grabungskampagne 1972, Berne 1974.

R. Stucky, « Tell el Hajj », AAAS, XXV 1975, p. 165-182.

Ph. Bridel et R. Stucky, « Tell el-Hajj, place forte du limes de l’Euphrate au ier s. et au ive s. après J.-C. », Le Moyen-Euphrate, zone de contacts et d’échanges, J.-C. Margueron éd., Strasbourg 1979, p. 349-353.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Localisation et identification des niveaux d’occupation hellénistique et romain fouillés
Crédits D’après R. Stucky 1974, plan 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 2 - Coupe stratigraphique du flanc occidental du tell
Crédits d’après R. Stucky 1974, profil 4
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-2.png
Fichier image/png, 495k
Titre Fig. 3 - Coupe stratigraphique du flanc oriental du tell. Partie supérieure de la coupe
Crédits d’après R. Stucky 1974, profil 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-3.png
Fichier image/png, 487k
Titre Fig. 4 ‑ Plan de la porte occidentale du castrum, des sondages à l’intérieur du castrum et des fouilles de la ville basse
Crédits R. Stucky 1974, plan 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-4.png
Fichier image/png, 412k
Titre Fig. 5 ‑ La porte occidentale du castrum romain depuis le sud-ouest
Crédits R. Stucky 1974, taf. f
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 6 - Coupe stratigraphique des aménagements défensifs associés au castrum dans le sondage ouvert devant la tour sud de la porte occidentale
Crédits d’après R. Stucky 1974, profil 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-6.png
Fichier image/png, 515k
Titre Fig. 7 ‑ Plan de la tour nord-ouest du castrum
Crédits R. Stucky 1974, plan 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-7.png
Fichier image/png, 287k
Titre Fig. 8 - Vue de la tour nord-ouest du castrum depuis l’est
Crédits R. Stucky 1974, taf. 4a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-8.png
Fichier image/png, 997k
Titre Fig. 9 - Habitat romain bordant la rue nord et recouvrant un niveau hellénistique
Crédits R. Stucky 1974, taf. 5c
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-9.png
Fichier image/png, 836k
Titre Fig. 10 - Coupe stratigraphique des occupations à l’intérieur du castrum
Crédits d’après R. Stucky 1974, profil 10
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-10.png
Fichier image/png, 488k
Titre Fig. 11 ‑ Fouilles de la rue ouest depuis le sud. Tranchée stratigraphique qui a mis en évidence les différents niveaux de rues
Crédits R. Stucky 1974, taf. 4f
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-11.png
Fichier image/png, 698k
Titre Fig. 12 ‑ Plan de l’hypogée fouillé par la mission en 1971 au sud du tell
Crédits R. Stucky 1974, plan 10
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7165/img-12.png
Fichier image/png, 589k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable