Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Chapitre VII : cadis et gouverneurs : histoire d’une émancipation

I - Une entente cordiale apparente

Texte intégral

  • 3  Coulson, Histoire du droit islamique, p. 31.
  • 4 Ibid.
  • 5  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 108.
  • 6  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 122.
  • 7  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 97.
  • 8  Il s’agit probablement d’Ismāʿīl b. ʿAbd al-Raḥmān, un savant kūfiote connu sous le nom d’Ismāʿīl (...)
  • 9  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 141. Sur le poète Yaḥyā b. Nawfal, voir Ibn Qutayba, al-Šiʿr (...)

1Selon N.J. Coulson, l’époque umayyade ne fut pas marquée par des tensions particulières entre entre cadis et gouverneurs. Les cadis, fonctionnaires délégués, se soumettaient sans contestation aux ordres de l’autorité politique, incarnée au niveau local par les gouverneurs. Ils recevaient certes des directives mais ne semblaient pas s’en plaindre. Bien au contraire, d’aucuns paraissaient rechercher « l’avis de leurs supérieurs politiques sur des points de droit 3 ». Malgré une ingérence ponctuelle dans leurs affaires, les cadis auraient gardé en général une grande liberté, responsable de l’hétérogénéité du traitement des litiges privés à la fin de l’époque umayyade 4. Plusieurs récits biographiques confirment l’impression d’une bonne entente entre les cadis et leurs gouverneurs. À Kūfa, Ibn Šubruma et Ibn Abī Laylā apparaissaient comme de hauts fonctionnaires jouissant à la cour locale d’une certaine considération. L’émir s’en remit à leurs conseils, par exemple, lorsqu’il chercha quelqu’un pour escorter sa nouvelle épouse à al-Ḥīra 5. Les deux hommes étaient en outre consultés avant la nomination de certains fonctionnaires 6. Ibn Šubruma recommanda à ʿĪsā b. Mūsā des membres de sa tribu briguant une fonction rémunérée : un Tamīmite aurait grâce à lui été un temps employé pour percevoir les impôts fonciers – probablement le ʿušr – sur les concessions (qaā’iʿ) du Sawād 7. Ibn Šubruma intervint même auprès du gouverneur pour que ce dernier rembourse les dettes d’Ismāʿīl al-Makkī 8, puis lui confia un poste à ses côtés. Ibn Abī Laylā jouissait d’une position semblable : il avait l’habitude d’intercéder auprès de ʿĪsā b. Mūsā en faveur de ses amis (abāb) qui obtinrent grâce à lui des fonctions importantes. Cela lui fut d’ailleurs reproché par un poète comme Yaḥyā b. Nawfal al-Yamānī 9.

  • 10  Le texte emploie le verbe « aftā », « rendre une fatwā ». Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, (...)
  • 11  Cf. Abū Yūsuf, Itilāf Abī anīfa wa Ibn Abī Laylā. Voir Tsafrir, The History, p. 25.

2La bonne entente entre cadis et gouverneurs se traduisait par une étroite collaboration apparente. Celle-ci se manifestait probablement dans l’administration judiciaire quotidienne, mais les sources n’en gardent pas trace : les actions coordonnées de cadis et de gouverneurs pour assigner une personne à comparaître ou exécuter un jugement ne retinrent pas l’attention des historiens. Il fallait que l’événement affecte une personne hors du commun pour que cette collaboration se révèle au grand jour. Des auteurs tardifs mentionnent ainsi un différend entre Abū Ḥanīfa et Ibn Abī Laylā, au cours duquel ce dernier sollicita l’intervention du gouverneur : selon Ibn Ḫallikān, Abū Ḥanīfa aurait ouvertement critiqué un jugement de add qu’Ibn Abī Laylā avait rendu, puis fait exécuter, à l’encontre d’une femme accusée de qaf (accusation calomnieuse de fornication). Le cadi aurait alors prié l’émir de Kūfa d’interdire à Abū Ḥanīfa toute prise de position sur sa pratique judiciaire 10. Les détails de cette anecdote sont peut-être exagérés – Ibn Abī Laylā aurait fait administrer à la femme le double des coups de fouet prescrits pour ce genre d’affaire, car elle aurait taxé son interlocuteur de « fils des deux fornicateurs » (ibn al-zāniyayn) –, et tendent à mettre en valeur la personne d’Abū Ḥanīfa, reconnu à l’époque d’Ibn Ḫallikān comme le fondateur d’un des quatre principaux mahab-s. Les divergences et oppositions entre les deux hommes sont néanmoins connues 11 et les attaques d’Abū Ḥanīfa purent très bien conduire le cadi à recourir au gouverneur.

  • 12  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 120. Ibn Qutayba (ʿUyūn al-abār, II, p. 201) rapporte é (...)
  • 13  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 104.
  • 14  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 104.
  • 15  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 122. Le passage de Wakīʿ n’est pas très explicite : la polite (...)

3Ces éléments ne doivent cependant pas occulter que les cadis étaient encore les employés de l’émir et qu’ils restaient dans une large mesure leurs subordonnés. Wakīʿ rapporte comment Ibn Abī Laylā et Ibn Šubruma se levaient chaque matin aux aurores pour se rendre au palais de l’émir 12 et y veillaient parfois le soir jusqu’à une heure tardive 13. Comme tout un chacun, Ibn Šubruma devait se plier aux règles de l’audience de ʿĪsā b. Mūsā et attendre pour s’en retourner chez lui le soir que l’ordre ait été donné aux hôtes de se retirer 14. Le gouverneur empêchait d’ailleurs Ibn Šubruma de prendre trop ses aises à son audience : un jour où, comme il en avait l’habitude, le cadi ôtait ses sandales pour les placer sous ses pieds, il lui fit dire par un de ses suivants d’arrêter immédiatement ses saletés 15.

Notes

3  Coulson, Histoire du droit islamique, p. 31.

4 Ibid.

5  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 108.

6  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 122.

7  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 97.

8  Il s’agit probablement d’Ismāʿīl b. ʿAbd al-Raḥmān, un savant kūfiote connu sous le nom d’Ismāʿīl al-Makkī, qui aurait rapporté le adī d’après al-Ḥasan al-Baṣrī. Yaḥyā b. Maʿīn, Ta’rī, III, p. 348.

9  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 141. Sur le poète Yaḥyā b. Nawfal, voir Ibn Qutayba, al-Šiʿr wa-l-šuʿarā’, p. 463 sq.

10  Le texte emploie le verbe « aftā », « rendre une fatwā ». Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 180 ; al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, III, p. 222-23.

11  Cf. Abū Yūsuf, Itilāf Abī anīfa wa Ibn Abī Laylā. Voir Tsafrir, The History, p. 25.

12  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 120. Ibn Qutayba (ʿUyūn al-abār, II, p. 201) rapporte également une anecdote où Ibn Šubruma apparaît comme conseiller du gouverneur ʿĪsā b. Mūsā. Cf. Ibn ʿAbd Rabbih, al-ʿIqd al-farīd, II, p. 466.

13  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 104.

14  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 104.

15  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 122. Le passage de Wakīʿ n’est pas très explicite : la politesse voulait peut-être alors qu’on demeure chaussé à l’audience de l’émir. Le cadi ôtait néanmoins ses sandales pour se mettre à l’aise.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable