Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Jebel Khaled (Syrie) – B23

Texte intégral

Nom antique attesté

Nicatoris ?, Amphipolis ?

Autres toponymes

Kara Membidj, Jebel Oum Mourrh, Jebel Khalid

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

en aval du barrage de Teshrin

Longitude

38.17321546

Latitude

36.35925816

Position

plateau escarpé

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

1,5 N.-S. x 0,5 km E.-O.

Superficie

57 ha

Altitude

427 m

Critères de datation

stratigraphie, inscription, monnaies, architecture, céramique

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

ville, centre administratif et militaire

    iiie s.

ville fortifiée, palais du gouverneur, temple et habitat

    Fin iiie-milieu iie s.

ville fortifiée, palais du gouverneur, temple et habitat

    Milieu-fin iie s.

ville fortifiée, palais du gouverneur, temple et habitat

Période romaine

réoccupation temporaire et partielle

    ier s. av. J.-C.

habitat domestique

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

abandon

Période sévérienne-sassanide

castrum, ermitage chrétien

    Déb. iiie-milieu iiie s.

abandon

    Milieu iiie-déb. ive s.

abandon

    ive-viie s.

castrum temporaire

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, carte III (Kara Bambuche Ruin or Büyük Membij or Bambij)

H. Kiepert, Karte, 1893 (Kara Bambidj)

C. Héraud, Mission, 1922, f. VII (grottes artificielles)

1Le site (fig. 1) occupe le sommet d’une longue éminence rocheuse en bordure de l’Euphrate, séparée à l’ouest du massif du Jebel Mashi par une large ravine orientatée du nord au sud parallèlement au fleuve. Le sommet se présente comme une plate-forme grossièrement triangulaire dont la base se trouve au nord, et s’étire vers le sud-est. La topographie actuelle du terrain est très accidentée et reflète bien les grandes phases d’aménagements du site durant son occupation : exploitation partielle du site comme carrière de pierres, travaux de fortifications et régularisation des buttes rocheuses par des murs de terrassement.

Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Jebel Khaled

Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Jebel Khaled

G. W. Clarke 1999, p. 236

2Les fouilles et études menées depuis 1986 par la mission australienne dirigée par P. J. Connor (jusqu’en 1996) et G. W. Clarke (université de Melbourne) poursuivent quatre objectifs :

  • reconnaissance du système de fortification ;

  • fouilles de l’habitat ;

  • fouilles du palais de la citadelle ;

  • fouilles des édifices importants repérés en sondages test : un temple hexastyle et un complexe commercial à stoa.

3Les résultats obtenus sont très importants et ont révélé certains aspects archéologiques inédits pour cette région. Un plan topographique plus précis, avec la localisation des vestiges visibles en surface et des édifices, serait utile. Cependant, l’état de la documentation publiée jusqu’en 2010 ne peut rendre justice au remarquable travail accompli par la mission.

Topographie du site

4Il est essentiel d’examiner en détail la topographie du site (fig. 2) pour mieux comprendre les modalités d’implantation des ouvrages fortifiés, et notamment l’emprise des carrières de pierre exploitées sur le site, ainsi que la densité de l’occupation intra muros. Le site est délimité par le tracé de l’enceinte hellénistique à l’exception du flanc oriental marqué par une falaise très pentue. Sa superficie d’environ 50 ha est dominée, au nord et au sud, par deux collines dont les sommets sont relativement plats et les pentes assez douces (alt. maximale de 421 m, reliefs compris entre les courbes 175 000 et 150 000 sur le plan publié). Ces collines sont séparées par une large ravine qui crée une dépression légère au centre du site dans l’axe de la porte principale de l’enceinte, puis très profonde en descendant jusqu’à la rive.

Fig. 2 - Plan topographique du site et localisation des secteurs fouillés

Fig. 2 - Plan topographique du site et localisation des secteurs fouillés

d’après G. W. Clarke 2000, p. 124

La colline septentrionale

5Ses limites sont dessinées par les flancs nord et ouest du Jebel et découpées à l’est par une ravine très pentue. Au nord, se trouve une butte surélevée qui forme une avancée arrondie dominant la petite plaine de Youssef Pasha. Le rempart nord, après avoir escaladé le dénivelé de la ravine nord du site, passe précisément sous cette butte, en longeant la partie inférieure de la colline (fig. 3). Une large zone (très marquée sur la photo aérienne) a été ici aplanie par les carriers pour extraire des blocs en grande quantité et préparer la pose des assises de fondations du rempart. Au sud de la butte, le tracé du rempart rejoint en escalier la courbe de niveau 175 000 qui délimite la partie supérieure de la colline nord. Cette limite topographique indique la présence des fronts de carrière au-dessus desquels s’élèvent la tour nord-est et la moitié nord du rempart occidental. D’autres secteurs d’extraction de pierres marquent également les flancs de la colline intra-muros : il s’agit, soit de carrières en fosse, comme celles à l’arrière de la tour d’angle, soit de carrières en front, plus particulièrement sur les flancs supérieurs de la colline au nord et à l’est, soit de carrières en galerie (grande concentration de cavités artificielles au nord et dans la partie inférieure de la face sud de la colline). La partie supérieure et le flanc sud de la colline nord constituent une vaste superficie peu accidentée, par comparaison au reste du site, et par conséquent très favorable à une occupation dense en damier.

Fig. 3 - Segment oriental du rempart nord, 1999.

Fig. 3 - Segment oriental du rempart nord, 1999.

La colline sud

6De dimension plus restreinte, elle est limitée à l’est par l’érosion de la falaise orientale du Jebel. Depuis sa limite sud, on domine l’extrémité méridionale du site qui descend progressivement jusqu’à l’abrupt au-dessus du fleuve. Le flanc nord présente, quant à lui, une longue pente étagée jusqu’à la dépression centrale du site. À l’ouest, le rempart suit la base de la colline sud marquée par des fronts de taille importants ; la fondation de la tour 10 est d’ailleurs en partie taillée dans le rocher. La partie supérieure de la colline est presque entièrement occupée par la citadelle fortifiée qui constitue, après la tour nord-est, le second point culminant du site. Seule l’extension nord-est de la citadelle est construite sur un niveau inférieur.

La ravine centrale

7C’est un élément topographique important qui réduit fortement la surface habitable du site, étant donné son escarpement et son développement en deux branches vers le nord et le sud. Elle fournit également un accès direct vers la rive de l’Euphrate. D’origine naturelle, elle a été exploitée comme carrière de pierre. Dans la partie supérieure du flanc nord, plusieurs galeries creusées pour extraire des blocs ont été intégrées dans l’habitat ou réutilisées en bergeries. Une de ces cavités avait un linteau orné d’une série de métopes incisées. Le flanc sud abrite également une série de cavités artificielles dont certaines ont pu être transformées en hypogées, en particulier l’une d’elles décorée de colonnes adossées, taillées dans les parois.

Accès au fleuve

8Une route aménagée dans le rocher, le long de la pente nord de la ravine centrale, a été repérée (non positionnée sur les plans publiés). Elle commence à l’ouest juste avant que l’escarpement de la ravine ne s’accentue. Elle suit d’abord une orientation est-ouest puis tourne brusquement vers le nord le long de la paroi rocheuse à l’ouest (front de taille ?) tandis qu’à l’est, elle est délimitée par une balustrade taillée dans le roc. Après 20 m, elle décrit un tournant en U et se prolonge vers le sud. La dernière section est encadrée par deux murs en moellons de calcaire (longueur totale et largeur de la voie non précisées). Nous ne savons pas quels aménagements ont été remarqués le long de la rive dans le secteur où débouche la ravine. Depuis la mise en eau du lac de Tabqa, la partie inférieure de la ravine a été inondée.

Fortifications hellénistiques

9L’enceinte en pierre de taille, comportant 21 tours, a été repérée sur 2,7 km de long avec une lacune sur les trois‑quart du flanc oriental du site. Les pierres calcaires employées ont été extraites sur le site même et sont de type modulaire (1,10 x 0,525 x 0,525 m). Les courtines sont caractérisées par un mur à caisson de 2,80 m de profondeur (fig. 4). Elles sont formées de deux parements avec un appareil régulier comprenant une rangée de carreaux et de boutisses et un remplissage de débris de taille. Les boutisses, engagées dans la profondeur du mur, créent des caissons placés en alternance sur chaque parement. Là où la hauteur du mur est la mieux conservée, la position des caissons alterne bien à chaque assise. Les tours, ainsi que certains segments des courtines du rempart occidental, se signalent par une construction massive sans remplissage qui combine des assises de carreaux et de boutisses d’une façon pragmatique. En l’absence de publication de plan détaillé ou de relevé pierre à pierre de l’enceinte, excepté sur la tour nord-ouest et la porte principale qui ont été fouillées, seule la description générale présentée par P. J. Connor et G. W. Clarke en 1996 permet de rendre compte des grandes caractéristiques des fortifications. Le tracé des fortifications frappe par son caractère pragmatique : aucune régularité de l’espacement entre les tours ni dans leur plans. L’emplacement des tours n’est pas seulement dicté pour protéger les changements de direction du rempart, mais aussi pour stabiliser l’ouvrage en des points topographiques accidentés. La fondation du rempart comprend deux assises posées directement sur le rocher. Par endroits, le rocher a été aplani sur une largeur excédant la profondeur du mur et laissé tel quel en avant des courtines. Quand le dénivelé est très fort, le rocher a été taillé en pallier pour accueillir une fondation en escalier. À la tour 10, la fondation est partiellement dressée dans le roc, tandis que la tour 20, la plus grande, projetée d’au moins 10 m dans la pente, a nécessité la construction en terrassement du mur frontal.

Fig. 4 - Rempart à caissons de l’enceinte hellénistique

Fig. 4 - Rempart à caissons de l’enceinte hellénistique

© P. Leriche 1994

Fig. 5 - Segment occidental du rempart nord, 1999.

Fig. 5 - Segment occidental du rempart nord, 1999.

Le tracé du rempart nord (fig. 3 et 5)

10Il est caractérisé par un très fort dénivelé entre la tour 1, sur le flanc nord de la ravine nord-est du site, et la tour 15 nord-ouest, la plus haute de l’enceinte. Aucune des quatre tours du rempart nord, de dimension et de plan variés, n’est en projection. À 10 m à l’est de la tour 14, aucun bloc n’a été retrouvé : d’après les fouilleurs, cette lacune pourrait révéler l’emplacement d’une poterne.

Tour 5 nord-ouest (fig. 6)

11Il s’agit de la seule tour demi-circulaire de l’enceinte. Les fouilles ont permis d’en retrouver la structure (élévation maximale conservée sur deux assises) et de dresser une stratigraphie. La fondation de la tour, posée sur le rocher excavé, dessine un fer à cheval de 18,5  m de long et de 14,5 m de large (fig. 7). Le mur arrière, de 1,84 m de profondeur, est accolé à la face externe de la fondation du rempart à caissons. Le mur à caissons, qui est ici plus étroit (1,65 m de profondeur), est consolidé par la présence de caissons plus petits et de blocs alignés sur toute la profondeur du mur (tranchée 1, à l’ouest de la porte). La porte désaxée vers l’ouest est aménagée dans la profondeur des deux murs (3,59 m au total). Le passage, de 2 m de large au sud, est rétréci à la hauteur du mur arrière de la tour (1,50 m). On accède à cette ouverture depuis une carrière en fosse située immédiatement au sud-est de la tour. La courtine orientale décrit un angle aigu pour arriver perpendiculairement contre le mur oriental de la tour (parements externes de la tour et de la courtine non liés). La jonction avec la courtine ouest dessine un angle oblique qui englobe entièrement l’angle sud-ouest du fer à cheval et porte ponctuellement la largeur du rempart à 4,40 m.

Fig. 6 ‑ Tour d’angle nord-ouest, 1999

Fig. 6 ‑ Tour d’angle nord-ouest, 1999

Fig. 7 ‑ Relevé de la tour nord-ouest au 1/150e

Fig. 7 ‑ Relevé de la tour nord-ouest au 1/150e

G. W. Clarke 2002, p. 7, fig. 7

Rempart ouest

12La section nord du rempart occidental, entre la tour 5 et la porte occidentale, se développe en lignes brisées de longueurs très variables. Elle occupe le flanc ouest de la colline nord du site, dans une zone extrêmement remaniée par le travail d’extraction de blocs calcaires visibles depuis la tour 5. Une large zone de carrière a été laissée à l’extérieur de la courtine entre les tours 6 et 7. Les tours 8, 10 et 11 sont en projection. La section sud du rempart ouest garde les courbes de niveaux les plus hautes à l’intérieur de la ville. Les tours rectangulaires en projection sont plus régulièrement espacées. La tour 15 est à cheval sur le rempart.

Porte principale (fig. 8)

13La porte occidentale a été repérée dans une dépression située au mi-temps du rempart ouest, à l’endroit où un chemin moderne passe encore entre les tours 12 et 13. Les fouilles, menées entre 1988 et 1991, ont permis d’obtenir le plan de ces constructions en appareil massif. La porte est formée d’une avant-cour encadrée par deux tours carrées à cheval sur les courtines (tour nord : 16,2 x 16,5 m et tour sud : 16,2 x 16,35 m). Les tours, qui sont peu saillantes par rapport aux courtines (5 m environ), flanquent une avant-cour de 12 m de large sur 10 m de long. La porte proprement dite est délimitée par deux murs de refends de 4,5 m de profondeur et légèrement en retrait par rapport aux murs-arrière des tours. L’entrée n’est pas dans l’axe de l’avant-cour mais décalée vers le sud (mur nord de l’entrée : 4,5 m de long et mur sud : 2,70 m). Le dégagement interne de l’entrée mesure 5,5 m de large et possède un dallage de calcaire retrouvé à 1 m sous la surface. Deux crapaudines et le logement de la barre de fermeture centrale indiquent que le passage était fermé par une porte à deux battants. Le seuil est de 4,5 m de large. La base des montants en pierre de taille est conservée in situ. Les tours ont été partiellement fouillées : elles sont conservées sur 2 à 2,45 m de haut (fondations comprises). Elles sont fondées sur le rocher excavé, puis, à partir du niveau de l’entrée, construites en pierres de taille. On a remarqué de grandes différences dans le traitement des parements des murs. L’ensemble (irrégularité des dimensions des blocs des assises de fondation, blocs non ravalés en fondation, présence sporadique de bossages d’économie en façade) révèle une construction précise, efficace mais essentiellement pragmatique et économique.

Fig. 8 ‑ Relevé de la porte occidentale hellénistique

Fig. 8 ‑ Relevé de la porte occidentale hellénistique

G. W. Clarke 2002, p. 18, fig. 1

Le rempart sud

14Il délimite la partie inférieure du site et comprend la plus grande tour des fortifications (tour 20 : 13,25 x 17,25 m).

Rempart est

15Seule l’extrémité sud du rempart oriental est attestée. Ce segment protège la partie la plus accessible depuis le sud. Aucun prolongement de l’enceinte n’a été retrouvé le long de la falaise au-dessus du fleuve dont l’escarpement pouvait fournir une défense naturelle suffisante.

La citadelle

16Les fortifications de la citadelle totalisent 0,7 km de long et comprennent neufs tours. La partie ouest délimite, au sommet de la colline sud, un espace grossièrement rectangulaire, tandis qu’à l’est s’étend une plate-forme allongée. Les fouilleurs proposent de situer l’accès de la citadelle sur la courtine, de 7 m de long, qui joint les tours 29 et 30.

Datation

17Les fortifications hellénistiques semblent avoir été construites en une seule phase, étant donné leur homogénéité. Seule une réfection (à la jonction de la courtine nord avec la tour nord de la porte principale) a été signalée. La date de construction des fortifications, proposée par P. J. Connor et G. W. Clarke, s’inscrit dans la première moitié du iiie s. av. J.-C. et, plus particulièrement aux environs de 280. Le matériel issu des fouilles de la porte principale comportait deux monnaies d’Antiochos Ier, dont une associée à la couche de construction de la tour nord (no inv. 91.239). Parmi d’autres monnaies, toutes séleucides, trouvées en fouilles (contexte stratigraphique non précisé), les fouilleurs signalent une monnaie d’Antiochos II et deux émissions d’Antiochos III. Dans l’avant-cour, des monnaies datées de 80 à 70 av. J.-C. pourraient correspondre à la dernière période de fonctionnement de la porte. Le matériel céramique recueilli est plus mélangé : vernis noirs attiques, tessons de west slope et fragments de céramique glacurée et de grey ware. La séquence stratigraphique de la tour nord-ouest est difficile à interpréter : elle comprend une couche très étendue, appelée « stratum 3 », caractérisée par un dépôt calcaire et des éclats de taille, située environ à 9 cm au-dessus du rocher. Elle contenait, dans la tranchée ouest, des tessons de vernis noir, dont deux attiques, et des fragments de bols hellénistiques à engobe rouge et brun. Mais les fouilleurs n’ont pas tranché la question de savoir si cette couche est à associer à la construction ou à la destruction de la tour. Dans les couches inférieures, de nombreuses céramiques hellénistiques ont été trouvées, dont un fragment de céramique glaçurée. La datation de la tour et des remparts vers 280 av. J.-C. s’appuie, avant tout, sur une comparaison architecturale avec d’autres exemples de fortifications hellénistiques grecques et proche-orientales et non sur la stratigraphie. Comme le soulignent les auteurs, elle n’est pas en contradiction avec le matériel trouvé.

Urbanisme

Période hellénistique

18En l’absence de plan synthétisant les vestiges en surface et les secteurs fouillés, l’organisation de l’occupation intra muros est difficile à restituer. L’occupation la plus dense semble se répartir sur deux grands secteurs. Le premier comprend le sommet et le flanc sud de la colline nord, soit une superficie de 14 ha minimum. C’est dans cette zone que, sur la photo aérienne, des lignes d’orientation nord-sud/est-ouest révèlent le plus nettement la présence d’un plan de lotissement de type hippodamien. On remarque, en particulier, un grand quadrilatère (non fouillé) situé en bas de la pente au nord de l’axe de la porte principale (fig. 9). Le relevé de ces alignements en surface qui dessinent les divisions du plan de lotissement (rues et îlots), encore inédit, devrait apporter des données plus précises. Le second secteur correspond à celui des bâtiments officiels répartis sur la citadelle et sur les pentes qui descendent vers la ravine centrale. Étant donné la présence de nombreux fronts de taille et fosses d’extraction sur les flancs des collines nord et sud (fig. 10), on peut envisager le développement d’un habitat semi troglodyte ou, du moins, l’annexion de ces cavités par les maisons les plus proches dès l’époque hellénistique.

Fig. 9 ‑ Vue de la pente méridionale de la colline nord avec le tracé du lotissement au sol, 2010

Fig. 9 ‑ Vue de la pente méridionale de la colline nord avec le tracé du lotissement au sol, 2010

Fig. 10 ‑ Habitat troglodyte et carrière en fosse, 2010

Fig. 10 ‑ Habitat troglodyte et carrière en fosse, 2010

Îlot du quartier nord

19Un chantier, mené par P. J. Connor et H. Jackson, a été ouvert sur la partie orientale de la colline nord (fig. 11). Le secteur fouillé (35 x 100 m) est occupé par, au moins, cinq unités d’habitations contigües comprises dans un îlot bordé par trois rues, côtés est, ouest et sud. Les murs des maisons sont construits en moellons de calcaire maçonnés à la terre et fondés la plupart du temps sur le rocher. Plusieurs sols et plusieurs phases de constructions ont été repérés, qui interviennent durant la période hellénistique. Après la phase d’abandon au cours du ier s. av. J.-C., le secteur a été superficiellement réinvesti par des « squatters ». La présence d’élévations en brique crue est attestée dans la maison X. Dans une des pièces de cette maison, les enduits peints retrouvés permettent de restituer un décor soigné, composé de panneaux de couleurs (rouge, jaune et noir) et de bandes à décor floral ou avec personnages. D’après le plan le plus complet publié, seule la largeur est-ouest de l’îlot dégagé mesure 35 m (l’angle sud-est est très clair). Les fouilles ont été étendues vers le nord, campagne après campagne, pour suivre le prolongement des murs périphériques est et ouest, sans que la limite nord de l’îlot ait pu être clairement repérée. En fait, la délimitation complète de l’îlot semblait avoir été atteinte en 1993 à environ 48 m de l’angle sud-est de l’îlot, où le mur périphérique oriental paraît s’interrompre et forme un angle droit avec un double mur orienté est-ouest bordé par un espace de 3 m de large, sans construction. Cet espace non construit est délimité au nord par un dispositif presque identique de terrassement (deux murs quasi parallèles). Il pourrait correspondre à une rue ou à une allée interne de l’îlot ; cependant, aucune des maisons ne présente de porte ouvrant sur cet espace. De plus, côté ouest, le mur périphérique de l’îlot est continu et forme la limite ouest d’une pièce qui occupe l’extrémité occidentale de cette possible rue. La partie nord du chantier ne paraît pas pour l’instant avoir révélé d’indices plus tangibles pour localiser les angles nord-est et nord-ouest de l’îlot. Le mur périphérique ouest a été suivi en continu sur une longueur de 95 m où il présente un angle droit bien clair avec un mur d’orientation est-ouest. Mais celui-ci ne semble pas délimiter une rue ; au contraire, deux murs, situés légèrement en retrait vers l’est, viennent s’y accoler. La limite orientale de l’îlot a été repérée sur environ 80 m. Au-delà l’habitat se prolonge vers le nord mais sur un alignement différent.

Fig. 11 ‑ Vue vers le nord de l’îlot fouillé, 2010.

Fig. 11 ‑ Vue vers le nord de l’îlot fouillé, 2010.

Maisons à péristyle (area C)

20Le second chantier sur l’habitat a été ouvert à mi-pente de la colline nord, le long de la rue nord-sud qui longe l’îlot d’habitation fouillé. La partie occidentale est occupée par un ensemble rectangulaire avec une entrée importante à l’est. Le mur de rue à l’ouest est doublé par un mur parallèle, considéré par les fouilleurs comme la limite ouest de l’ensemble rectangulaire. Une première phase de construction a été mise au jour en 2000 : elle est caractérisée par un stylobate en pierre de taille de 17,7 m de long, conservé sur un seul côté, ainsi que par trois tambours de colonnes in situ. Il pourrait s’agir du péristyle d’une cour ou d’une stoa. Le stylobate a été ensuite détruit ou réutilisé comme fondation de murs de moellons dans le dernier état. La chronologie relative des autres vestiges reste à préciser. Dans la partie orientale du chantier se trouvait un four (de potier ?) de 2 m de profondeur. Un second four occupait le centre d’une des pièces fouillées au sud du complexe rectangulaire qui appartiennent à un ensemble indépendant de celui-ci.

21Un troisième bâtiment, avec une aile à colonnade au sud et un portique, a été fouillé dans le même secteur.

Le palais de la citadelle

22Les remparts de la citadelle délimitent un espace d’au moins 2,2 ha qui semble densément construit. La partie occidentale de cet ensemble fortifié est formée par un grand quadrilatère dont le centre est occupé par un bâtiment, identifié par la fouille comme le palais du gouverneur. Le long du rempart oriental, une série de constructions composées de multiples pièces ressemblant à des casemates ont été repérées en prospection géophysique (carte non publiée et secteur non fouillé). Sur l’extension nord-est, où aucune construction n’est mentionnée, se situerait, d’après les fouilleurs, la porte de la citadelle sur le côté nord, entre les tours 29 et 30, c’est-à-dire à un endroit accessible depuis le centre du site et la porte principale de l’enceinte. La porte du palais se trouve, quant à elle, sur la façade orientale du bâtiment. Cette disposition implique l’existence d’une voie qui, venant du nord-est, passait entre les bâtiments accolés au rempart oriental de la citadelle et le mur extérieur nord du palais, puis contournait l’angle nord-est de celui-ci. Il serait, d’ailleurs, intéressant de vérifier si cet axe est visible sur les cartes géophysiques. Le palais de la citadelle (fig. 12), composé de plus de 25 pièces, a été intégralement fouillé. Il est construit sur la partie haute de la colline sud. Le sommet a été nivelé pour obtenir une plate-forme rocheuse, sur laquelle est directement construite la quasi-totalité de l’édifice. Il semble qu’immédiatement à l’ouest se trouve un affleurement calcaire plus élevé, taillé en front de taille le long du palais. Les murs extérieurs ouest et sud du palais, ainsi que les murs de divisions de la majorité des pièces, ont été placés dans des tranchées de fondations creusées dans le roc. Les sols reposent sur un radier compact posé directement sur le rocher aplani. Seules les pièces en limite nord et est du palais (pièces 3, 6-9 et 25) sont en projection sur les pentes naturelles de la colline, sur des fondations de 1,5 à 3,55 m de haut qui jouent le rôle de murs de soutènement. À l’intérieur de ces pièces, la différence entre le niveau de la plate-forme rocheuse et le dénivelé des pentes est comblée par un remplissage d’éclats calcaires. Côté extérieur, il reste à préciser si les assises de fondation, comme les cinq assises du mur nord caractérisées par un bossage d’économie (fig. 13), étaient en partie visibles ou non et à quel niveau se situe le sol de circulation (coupe stratigraphique non publiée).

Fig. 12 - Plan du palais au 1/400e

Fig. 12 - Plan du palais au 1/400e

G. W. Clarke 2002, p. 26, fig. 1

Fig. 13 - Fondations et deux assises d’élévation du mur extérieur nord, 1996.

Fig. 13 - Fondations et deux assises d’élévation du mur extérieur nord, 1996.

23Un indice important pour la chronologie relative du palais a été obtenu par la fouille de la partie sud-ouest du palais. Les pièces (non numérotées), situées à l’ouest de la pièce 22 et au sud de la pièce 24, ne semblent pas avoir été terminées : les sols et les seuils n’ont pas été posés et le rocher n’a pas été aplani. Cette aile, qu’elle fasse partie du plan original du palais ou corresponde à une extension planifiée dans un second temps, n’a donc jamais été achevée. Certains de ces murs ont été identifiés comme des murs de soutènement pourvus de canalisations mais le rapport final de 2002 ne précise pas lesquels.

24À l’exception des cloisons internes des pièces 14 et 15, tous les murs du palais sont construits en pierres de taille avec des carreaux de 35 x 70 x 100 cm et des boutisses de 35 x 70 x 70 cm. Les matériaux de construction ont fait l’objet d’un pillage intense qui a laissé peu d’élévations en place. Les murs les mieux conservés, qui comprennent deux assises en élévation au maximum, sont caractérisés par un appareil massif combinant deux carreaux posés en délit avec une boutisse intercalée. Dans la plupart des cas, les murs ont été démontés jusqu’au sommet des fondations, mais sur certains secteurs, notamment la façade ouest du palais, les assises de fondation avaient également disparu de sorte que la délimitation des pièces attenantes ne se signalait aux fouilleurs que par le tracé de la tranchée de fondation creusée dans le rocher.

25En dépit de ce pillage, le plan du palais et l’élévation de la cour ont pu être restitués. Les dimensions des pièces sont toutes assurées mais l’identification de leur fonction est plus incertaine : le matériel trouvé sur place renvoie, en effet, au fonctionnement le plus tardif de la pièce et non à sa destination première. La position de certaines salles associées à la présence d’éléments décoratifs (blocs d’architecture et peintures murales) permet, cependant, de hiérarchiser l’importance sociale des ailes nord et sud du palais. Le plan du palais s’organise autour d’une cour centrale qui commande l’accès à toutes les autres parties du bâtiment. Aucun indice ne permet de restituer un second étage. Le plafond était constitué d’une charpente plane de bois dont deux poutres de pin ont été retrouvées dans la pièce 19. Des fragments de tuiles hellénistiques et des clous ont été retrouvés en abondance.

26Les niveaux de sols dégagés sont en très grande majorité constitués d’un conglomérat d’éclats calcaires mais certains d’entre eux doivent plutôt correspondre, notamment dans la cour et les salles de réception, au radier sous-jacent d’un dallage, comme le montre l’exemple de la pièce 9 avec son pavement de dalles rectangulaires intact.

27L’entrée principale se trouve sur la façade orientale du palais et semble correspondre à la pièce 16, située à peu près dans l’axe de la cour. L’ouverture de cette pièce vers la cour était, en effet, mise en valeur par un emmarchement pourvu d’une colonne centrale et de deux pilastres d’angle ainsi que par le décor peint, retrouvé sur les éléments architecturaux appartenant à cette pièce et encore en place sur le mur nord de cette pièce. L’existence d’une porte vers l’extérieur ne peut pas être prouvée puisque le mur extérieur oriental a entièrement disparu. G. Clarke n’exclut pas l’hypothèse selon laquelle l’entrée du bâtiment peut avoir été représentée par la pièce 18, ouverte sur l’angle sud-est de la cour.

28Les fouilles de la cour (pièce 26) ont fourni suffisamment d’éléments pour permettre de restituer son organisation et son décor architectural en élévation. Au sol a été retrouvé un stylobate fondé sur le rocher et construit en pierre de taille. Au sommet de ces pierres, le passage de deux canaux d’écoulement des eaux a été creusé. D’autres drains ont été aménagés sur le niveau du rocher mais leur connexion avec la citerne repérée à l’angle sud-est de la cour n’a pas été établie. La citerne conique, avec embouchure de 1 m de diamètre, mesurait plus de 3 m de profondeur. Ces canaux ont, sans doute, servi à drainer les eaux de pluie vers l’intérieur du péristyle qui aurait pu abriter des plantations. Une tranchée creusée le long de la face interne du stylobate et remplie d’une terre homogène est, en effet, interprétée par les fouilleurs comme un aménagement de jardin d’agrément. Le stylobate est le seul élément encore en place d’un péristyle décastyle, dont les autres composantes ont été retrouvées dans les couches de destruction (fig. 14). Les colonnes supportaient des chapiteaux doriques et une corniche peinte en bleu et rouge alternant métopes non décorées et triglyphes. De superbes gargouilles léonines, dont sept fragments ont été retrouvés, déversaient l’eau de pluie dans les céramiques placées sous ces gouttières et callées dans une dépression creusée dans le rocher.

Fig. 14 - Pierres de taille et base de colonne du péristyle

Fig. 14 - Pierres de taille et base de colonne du péristyle

© A. Comfort 1999

29Les ailes sud et nord du palais abritent une salle de réception centrale et une série de pièces de service. Chacune de ces ailes est accessible, depuis la cour, par la porte décentrée d’un long corridor sur lequel s’ouvre, entre deux colonnes, la salle de banquet.

30Dans l’aile nord, la salle 12 a reçu un traitement particulièrement somptueux : entrée à deux colonnes in antis, décor peint en trompe-l’œil, colonne centrale entre deux pilastres muraux et sans doute un pavement de marbre d’après un fragment retrouvé. Deux portes symétriques, dans la moitié nord de la salle, donnent accès à une série de petites pièces aux murs peints de diverses couleurs et qui servaient au stockage et à la préparation des denrées culinaires d’après le matériel – amphores, dolia, mortiers, poids, ossements, charbon et cendre – de la dernière phase d’utilisation laissé sur place. Il faut ici noter que les pièces 8 et 9, dont les portes ont été bouchées, n’ont pas connu de seconde phase d’occupation. Elles étaient mieux préservées et contenaient respectivement des céramiques de stockage et un ensemble de vaisselle de table. Une monnaie d’Antiochos III a été trouvée dans la pièce 9.

31La pièce 3, accessible depuis le couloir 1, est très intéressante : elle abritait un autel retrouvé in situ sur sa base rectangulaire avec, à proximité, des dépôts de cendres, de charbon et d’ossements animaux. Le sol était constitué d’un enduit coulé sur un radier de calcaire, ce qui fait penser à un sol d’extérieur. La rareté des tuiles dans les couches de destruction de la pièce 3 renforce l’idée qu’il s’agit d’une courette à ciel ouvert.

32L’aile sud, de plan plus simple, accueille une salle de réception plus spacieuse avec un décor peint de faux marbre. Elle est flanquée de deux cuisines (tannour dans la pièce 19).

33À l’est, se trouvent une salle de bains (pièce 14 avec deux foyers pour fournir de l’eau chaude) et des latrines (pièce 13) dont le niveau de sol avec enduit hydraulique est très bien préservé. À l’angle nord-ouest de la cour, la pièce 2 a pu abriter un escalier accédant au toit ; une fonction similaire est proposée pour la pièce 18.

34La fonction des salles qui composent l’aile occidentale du palais est plus difficilement identifiable en raison d’une importante phase de réoccupation qui a profondément bouleversé le secteur. La salle 25, vide de matériel, a été identifiée par G. W. Clarke comme un jardin intérieur. Trois sceaux officiels séleucides ont été trouvés dans les pièces 22 et 23, dans le même niveau qu’une monnaie de Séleucos II. Ce sont, avec les fragments d’enduits peints, les rares éléments qui nous renvoient à la première phase d’occupation. La salle 22 a accueilli ensuite une occupation domestique dont les débris sont associés à deux monnaies de la fin de l’époque hellénistique (Démétrios II et Antiochos IX). Tous les murs d’origine de la partie occidentale étaient déjà partiellement ou entièrement pillés lorsque cette phase finale d’occupation intervint, puisque les modestes murs nouvellement édifiés sur la surface des pièces 24 et 25, construits de moellons de calcaire sans fondation, ne tiennent pas compte du mur de séparation du plan originel. Les fouilleurs ont distingué trois sols successifs pour cette phase de réoccupation domestique.

35– Chronologie :

36Les différentes phases d’occupation du palais sont clairement datées par les nombreuses monnaies recueillies en fouilles. Le premier groupe permet de circonscrire la durée du fonctionnement du palais depuis sa première phase de fonctionnement, aux environs du premier quart du iiie s., jusqu’à son abandon, au début du ier s. av. J.-C. : il réunit quelques 58 monnaies qui couvrent toute la période séleucide depuis le règne d’Antiochos Ier (deux exemplaires), jusqu’à celui d’Antiochos XII (un exemplaire). Les émissions monétaires d’Antiochos III (douze exemplaires) et d’Antiochos IX (douze exemplaires) sont les mieux représentées. Le matériel céramique trouvé in situ semble confirmer cette fourchette chronologique pour la période hellénistique. L’abandon a été immédiatement suivi d’un pillage intensif des matériaux de construction. Puis la partie ouest du palais ruinée est réinvestie, toujours dans les premières décennies du ier s. av. J.-C. Le second groupe de monnaies, sans doute associé à une nouvelle phase de pillage, remonte au ive s. (cinq monnaies de Constantin II, trois de Valentinien et deux d’Arcadius). Le troisième groupe est constitué de monnaies byzantines de Justinien, Maurice et Constance II (contemporain des constructions du début de l’époque byzantine trouvées dans le secteur B ?) et de monnaies omeyyades trouvées dans les fosses de pillage.

37Temple (sondages alpha, bêta et gamma, area B)

38Au nord de la colline de l’acropole, une série de sondages a été ouverte dans la partie centrale du site au bord de la branche méridionale de la ravine qui découpe le flanc oriental de Jebel Khaled. Dans ce secteur, la pente sud de ce wadi est renforcée par un mur de soutènement (non localisé sur les plans). À l’extrémité nord de ce mur, se trouve un escalier dont onze marches taillées dans le roc sont encore visibles. À l’aboutissement de cet escalier, sur une aire de 15 m2, des trous de pillage ont ramené en surface des pierres de taille et des fragments de colonnes, qui dénonçaient la présence d’un grand bâtiment monumental. Un segment d’un grand podium en pierre de taille avec deux bases de colonnes in situ a été mis au jour dans le sondage alpha en 1986-1987. En 2002, l’ensemble d’un grand temple hexastyle dorique a été redécouvert. Il était dressé sur un podium, à l’ouest duquel se trouvaient, dans une avant-cour, cinq autels-colonnes destinés aux libations, aux offrandes et aux crémations. Un fragment de sculpture en marbre représentant la main d’une statue monumentale a été recueilli en fouille et provient vraisemblablement de la statue de la divinité à laquelle était consacré le temple.

Période romaine

39Aucun indice d’occupation pour cette période n’a été signalé en dehors d’une monnaie de Nerva provenant de la fouille du palais de la citadelle et des hypogées romains sur le pourtour du site.

Période byzantine

Camp militaire ?

40Des sondages-test ouverts dans la zone des édifices publics (sondages bêta et gamma, area B) indiquent que le secteur était totalement ruiné et évacué à la fin de l’ère hellénistique. Le niveau du temple hellénistique était recouvert d’une couche alluviale d’un demi-mètre de terre, lorsqu’un bâtiment a été construit à cet endroit (plan non publié). Il est constitué par des murs d’orientation nord-sud construits en moellons calcaires fondés sur une couche argileuse compacte de 15 à 20 cm d’épaisseur. Une monnaie de bronze de Constance II, retrouvée dans le sondage près de la surface, suggère la datation de ces vestiges. En raison de leur alignement rectiligne, les fouilleurs ont proposé d’interpréter ces vestiges comme les éléments d’un camp militaire temporaire du début de l’époque byzantine.

Nécropole

41La nécropole hellénistique s’étend hors les murs. Une prospection géophysique sur la pente orientale du wadi à l’ouest du site avait pour but de détecter des tombes à ciste non pillées. Une série de tombes repérées ont été fouillées mais n’ont pas fourni de matériel datable. Les tombes sont creusées dans une couche caillouteuse et construites en dalles de pierre dressées.

42Une série d’hypogées romains est signalée intra-muros, sur les flancs de la ravine centrale qui descend jusqu’au fleuve. Ces tombes rupestres ne sont pas décrites.

43Matériel

  • Le matériel issu des fouilles a fait l’objet de publications en nombre croissant depuis 1996.

44Céramique

  • P. J. Connor, « Terra cotta from Seleucid Jebel Khalid », Meditarch 7, p. 77-81, 1994.

  • H. Jackson, « 1997 and 1999 Study Seasons: the local pottery of the domestic quarter », Meditarch 12, 1999, p. 171-165.

  • J. Tidmarch, « The fine ware », Meditarch 13, 2000, p. 146-149.

  • G. W. Clarke, « Stamped amphora Handles », Jebel Khalid on the Euphrates, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, Sidney, 2002, p. 273-290.

  • H. Jackson, « The lamps from the domestic quarter », Jebel Khalid on the Euphrates, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, Sidney, 2002, p. 147-200.

  • Métaux

  • M. MacConchie, « Metal finds: preliminary report », Meditarch 13, 2000, p. 131-133.

  • Numismatique

  • C. E. Nixon « The coins », Jebel Khalid on the Euphrates, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, Sidney, 2002, p. 291-310.

45Archéozoologie

  • L. Mairs, « Jebel Khalid : Preliminary archaeozoology report », Meditarch 8, 1995, p. 124-127.

  • L. Mairs, « Archaeozoology report for 1993, 1995, and 2000 excavations seasons », Meditarch 13, 2000, p. 134-146.

46Archéobotanique

  • D. Steele, « Faunual remains », Jebel Khalid on the Euphrates, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, Sidney, 2002, p. 125-146.

47Autres matériaux

  • G. W. Clarke, « Four hellenistic seal impressions », Jebel Khalid on the Euphrates, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, Sidney, 2002, p. 201-204.

  • M. O’Hea, « The glass and personnal Adorment », Jebel Khalid on the Euphrates, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, Sidney, 2002, p. 245-273.

48Chronologie d’après les fouilles

  • 1er quart du iiie s. av. J.-C.  (construction de l’enceinte et de l’acropole)

  • iiie-iie s. av. J.-C. (palais du gouverneur, temple et urbanisme hippodamien)

  • fin iie-début ier s. av. J.-C.  (abandon et ruine des bâtiments)

  • premier tiers du ier s. av. J.-C. (réoccupation domestique du palais du gouverneur et des maisons)

  • à partir du milieu ier av. J.-C. (abandon)

  • ive s. apr. J.-C. (camp militaire temporaire)

  • période byzantine (ermites chrétiens dans les galeries d’anciennes carrières)

Bibliographie

G. W. Clarke, « Jebel Khalid : the Acropolis Building », Meditarch 7, 1994 p. 69-75.

G. W. Clarke, « Jebel Khalid on the Euphrates : 1993 seasons », Meditarch 8, 1995, p. 119-127.

G. W. Clarke et P. J. Connor, « Jebel Khalid : First Campaigns », Meditarch 9/10, 1997 p. 151-184.

G. W. Clarke, « The Upper Euphrates Valley in the Hellenistic-Roman Period », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates the Tishrin Dam Area, G. del Olmo Lete éd., Sabadell, 1999, p. 637-642.

G. W. Clarke, P. J. Connor et al., Jebel Khalid on the Euphrates, Report on excavations 1986-1996, vol. 1, Meditarch Suppl. 5, 2002, Sidney.

P. Leriche et J. Gaborit, « La ville et son rôle dans la Syrie hellénistique. Quelques réflexions à la lumière de découvertes récentes », L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre au ier s. av. notre ère, M.-T. Le Dinahet dir., Rennes, 2003, p. 374-391.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue aérienne de Jebel Khaled
Crédits G. W. Clarke 1999, p. 236
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 2 - Plan topographique du site et localisation des secteurs fouillés
Crédits d’après G. W. Clarke 2000, p. 124
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-2.png
Fichier image/png, 451k
Titre Fig. 3 - Segment oriental du rempart nord, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 - Rempart à caissons de l’enceinte hellénistique
Crédits © P. Leriche 1994
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 - Segment occidental du rempart nord, 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig. 6 ‑ Tour d’angle nord-ouest, 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 7 ‑ Relevé de la tour nord-ouest au 1/150e
Crédits G. W. Clarke 2002, p. 7, fig. 7
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 8 ‑ Relevé de la porte occidentale hellénistique
Crédits G. W. Clarke 2002, p. 18, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 9 ‑ Vue de la pente méridionale de la colline nord avec le tracé du lotissement au sol, 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 10 ‑ Habitat troglodyte et carrière en fosse, 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11 ‑ Vue vers le nord de l’îlot fouillé, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 12 - Plan du palais au 1/400e
Crédits G. W. Clarke 2002, p. 26, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 13 - Fondations et deux assises d’élévation du mur extérieur nord, 1996.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 14 - Pierres de taille et base de colonne du péristyle
Crédits © A. Comfort 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7159/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable