Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Al-Najm (Syrie) – B18

Texte intégral

Nom antique attesté

Caeciliana ? Beth Ammaria, Apamari ?

Autres toponymes

Qalaat Nejm, Kala‘at Najem, el-Najm

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Longitude

38.26129314

Latitude

36.55586812

Position

promontoire calcaire et terrasse haute

Informations sur l’état du site

État de conservation

partiellement noyé

Superficie

5 ha

Altitude

400 m

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

habitat et nécropole

Période sévérienne-sassanide

habitat et nécropole

Occupation postérieure

jusqu’aux invasions mongoles (xiiie s.)

1Le site associe le célèbre château ayyoubide (fig. 1), un petit tell, aujourd’hui noyé dans le réservoir du barrage de Teshrin, et une nécropole rupestre dont ne subsistent que les hypogées creusés dans les parties supérieures des ravines environnantes. La position remarquable du château pour le contrôle de la vallée a induit plus d’un érudit à envisager une origine romaine à ce site et à soutenir son identification avec Caeciliana, en dépit de la trop grande distance par rapport à Europos-Jerablous.

Fig. 1 ‑ Vue du château depuis le sud-ouest

Fig. 1 ‑ Vue du château depuis le sud-ouest

© A. Comfort 1998

2Ce site est un point de traversée, contrôlé par Menbij, déjà actif sous les Omeyyades et connu dans les sources arabes sous le toponyme Jisr Menbij (le pont de Menbij). D’après les chroniqueurs arabes, le site, fortifié sous Nour al-Dîn, est pris par Saladîn en 1176 et transmis comme fief à ses héritiers. Entre 1208 et 1215, la forteresse est restaurée par le sultan d’Alep, al-Zahîr Ghazî. Les derniers travaux sont entrepris sous le règne d’al Nazîr Youssouf II, avant l’attaque mongole de 1259. Au xive s., une garnison y est stationnée. Au sud-est, à l’emplacement de l’actuel cimetière, des vestiges en élévation indiqueraient l’emplacement d’une église remontant à l’époque des Croisades, d’après A. Gonzàlez Blanco.

Le tell

3Le tell se trouve sur les replats d’érosion du plateau au sud de la forteresse ayyoubide et au nord des terrasses alluviales. De 20 m de haut et peu pentu, il s’étend sur 220 m de long, côté Euphrate, et sur à peu près 80 m au nord et au sud. A. Moore y a distingué un noyau ancien sans doute pré-hellénistique qui aurait été recouvert par les agglomérations byzantine et médiévale. C’est ici qu’il faut localiser le faubourg développé autour de la citadelle ayyoubide à partir de 1216 selon les sources arabes. Une petite stratigraphie, créée par une tranchée au bulldozer en limite sud du site, a permis au prospecteur d’observer des murs de briques, des fondations de pierre et des niveaux de sols en place. Des constructions en pierre étaient visibles en surface. A. Gonzàlez Blanco a également observé des vestiges de murs dans la zone du village à proximité du château mais leur datation, parfois « antique », parfois « contemporaine de la forteresse », n’est pas précisément argumentée. Du matériel du Haut Empire aurait été trouvé autour de la citadelle. Si cette datation est confirmée, l’identification d’el-Najm avec Beth Ammari/Apammari serait envisageable.

Le château

4Le château actuel, typique de l’architecture militaire ayyoubide, occupe un promontoire, isolé du reste du plateau, dominant au nord une plaine ouverte vers l’Euphrate. L’existence de constructions préexistantes au château ayyoubide a été confirmée par les études architecturales de C. Yovitchich et attribuée à la citadelle d’époque zenguide. Toutefois, J. A. Martinez Lopez a repéré une maçonnerie derrière le mur sud de la tour centrale, lors de travaux de restauration. Bien que cette structure ne soit ni décrite ni documentée dans les rapports préliminaires publiés, A. Gonzàlez Blanco veut y voir un vestige romain, voire antérieur à l’époque romaine. Par ailleurs, on fera l’hypothèse que la salle souterraine du palais correspond à un hypogée romain réutilisé. Sa typologie (salle quadrangulaire sur laquelle s’ouvrent trois banquettes sous arcs) s’apparente à celle des hypogées romains à arcosolia. Son escalier a été bouché par un pilier dans la phase finale du palais, tandis qu’un nouvel accès était ouvert sous une niche. Si l’on est bien en présence d’une tombe antique, la nécropole signalée sur les flancs des wadi, à l’ouest du site, se serait étendue jusqu’au promontoire.

Nécropole

5La colline immédiatement à l’ouest et au sud-ouest de la citadelle est perforée de tombes, du milieu de sa hauteur jusqu’au sommet. À l’ouest du château, A. Egea Vivancos a repéré douze hypogées ainsi que deux salles rupestres rectangulaires, qui correspondent sans doute aux carrières du chantier médiéval. A. Gonzàlez Blanco a prospecté une série d’hypogées dont plusieurs de plan en croix grecque avec une capacité de trois sarcophages. Il signale alentour d’autres creusements, qu’il interprète comme des cuveaux funéraires creusés directement dans le rocher mais nous nous demandons s’il ne s’agit pas d’entrées d’hypogées remblayées. A. Gonzàlez Blanco a repéré également trois bassins creusés dans le roc au-dessus d’un hypogée, qu’il interprète comme un symbole de la Trinité. La présence de tombes chrétiennes semble, en tout cas, attestée par la présence de croix gravées sur les parois. Le dessin d’une des croix gravées (type grec avec ramifications) conduit le prospecteur à proposer de la dater du ive s.

6Chronologie d’après l’étude architecturale (J. A. Martinez Lopez 1998)

  • tour centrale romaine ? byzantine ?

  • construction de la citadelle polygonale au xe s.

  • restauration ayyoubide entre 1208 et 1215

7Périodisation selon les prospections (A. M. T. Moore 1985)

  • période préhellénistique (tell)

  • période romaine (tell et nécropole)

  • période byzantine (tell et nécropole)

  • période islamique (château, faubourg et carrière de pierre)

Bibliographie

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 450-451 (identification avec Bethammaria).

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 282, note 2 (identification avec Caeciliana).

A. M. T. Moore, « The archaeological survey of 1977 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 47, site no 2 (Tell Nejm).

G. Matilla Séiquer, « El peso de la tradicion : lugares altos y entarramientos » Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 110 et 289.

J. A. Martinez Lopez, « Del castro romano al castillo arabe : Qalaat Naym, una fortificacion en la frontera del Eufrates », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 437-464.

A. Egea Vivancos, Eufratense et Osrhoene, 2005, p. 386-388 (site QN).

C. Yovitchitch, « Qalaat Najem : forteresse-palais des bords de l’Euphrate », Chronos 23, 2011, p. 105-140.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue du château depuis le sud-ouest
Crédits © A. Comfort 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 362k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540