Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Amarna 1 (Syrie) – B04a

Texte intégral

Autres toponymes

Tash Atan Adessi, Ghanimiyé

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

dans le village situé en bordure du plateau de Membij

Longitude

38.00980677

Latitude

36.74015405

Environnement

sur les pentes du plateau calcaire

Informations sur l’état du site

État de conservation

protégé

Dimensions du site

20 x 23 m minimum

Altitude

370 m

Critères de datation

architecture, céramique, inscription, mosaïque

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

église et tombe

ive-viie s.

église (1ère phase fin ive et 2e phase début ve s.)

Occupation postérieure

islamique

1En 1997, une église a été repérée dans le secteur nord du village sur le plateau (tranchée O., à 650 m au sud du tell) et fouillée par la mission syro-belge qui travaillait à Tell Amarna. Le bâtiment très arasé (fig. 1) et les pavements de mosaïque, retrouvés en 1997, ont été datés du ve s. La poursuite de la fouille et l’étude des mosaïques ont été entreprises, à partir de 1999, dans le cadre d’une convention entre la DGAMS, l’Université de Liège, le Centre Polonais d’Archéologie Méditerranéenne de l’Université de Varsovie et la Société Hellénique pour la Protection de l’Environnement et du Patrimoine Culturel de Thessalonique. La dépose des mosaïques a amené la découverte d’un second niveau de pavement comprenant une inscription datée de la fin du ive s. On ne sait si l’occupation sur le bord du plateau à proximité du village comprend d’autres vestiges que cette église et si les fouilles ont mis au jour des constructions annexes à l’édifice religieux. Il est en tout cas nécessaire de rattacher cette église aux niveaux d’occupation byzantine trouvés sur le site en contrebas (B04). La présence de mosaïques dans ce secteur avait été signalée par F. Cumont qui a parcouru la vallée en 1907 : sur une hauteur voisine de Tell Ghanimiyé (nom de Tell el-Amarna sur les cartes de H. Kiepert), les villageois auraient découvert des « mosaïques, des monnaies et du verre ». Cette information a été confirmée par une note de V. Chapot : « on me dit qu’on a trouvé des mosaïques sans inscriptions dans un tell voisin du village de Harmana ». E. Sachau a, quant à lui, signalé un secteur jonché de ruines à proximité du village sur le flanc nord du wadi près du mausolée de Sheikh Qasim.

Fig. 1 ‑ Vue générale des vestiges en cours de fouilles

Fig. 1 ‑ Vue générale des vestiges en cours de fouilles

© Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos, 2005, p. 48

État romain

2Un sondage stratigraphique a été ouvert dans la nef nord jusqu’au rocher. Les fondations des murs de l’église se situent à 0,80 m au-dessus du rocher et le premier sol de la mosaïque scelle un niveau avec des blocs de pierres et de tesselles d’un module différent, associé par les archéologues à un bâtiment de fonction indéterminée (habitat) probablement d’époque romaine.

Église byzantine (2 phases)

3Le plan général de l’édifice correspond à une basilique rectangulaire orientée est-ouest (fig. 2). L’espace de 19,60 x 22,70 m est composé d’une nef avec ses bas-côtés délimités par une série de quatre piliers et d’une abside aménagée dans le mur oriental et flanquée de deux petites salles. Le niveau des pièces de la partie orientale de l’église était surélevé par rapport à la nef (emmarchement pour les salles et double marche pour l’abside). La pièce sud-est (2,80 x 4,80 m) pourvue d’une fermeture à double battant a été identifiée comme une sacristie. Aucun mobilier ni aménagement cultuel (autel, béma) n’a été retrouvé dans l’église, en dehors d’une fosse rectangulaire aménagée dans le sol de la pièce nord-ouest (logement de la base d’un reliquaire ou d’une table d’offrande ?).

Fig. 2 ‑ Restitution des pavements de mosaïques de l’église du début du ve s

Fig. 2 ‑ Restitution des pavements de mosaïques de l’église du début du ve s

Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos, 2005, p. 81

4Les murs d’environ 0,70 m d’épaisseur présentaient deux parements en pierres de dimensions moyenne et irrégulières et d’arases de briques cuites (0,42 x 0,32 m). Les piliers de la nef étaient construits en briques cuites maçonnées à l’argile. L’état d’arasement des vestiges dans la partie ouest n’a pas permis de déterminer l’emplacement des portes d’accès, cependant une ouverture a été repérée dans le mur nord.

5Des pavements de mosaïques géométriques colorées recouvraient tout le sol de l’église : la mise en œuvre soignée, certains motifs (entrelacs de l’abside et de la nef, semis de boutons de rose) du répertoire et la palette chromatique renvoient à la production syrienne du ve s. La découverte d’une monnaie de Maurice (395-408) dans le mortier du nucleus du pavement de l’abside (sondage sud-est) permet de dater cet ensemble décoratif du début du ve s.

6La dépose des mosaïques a permis la découverte d’un état antérieur du sol de l’église, daté de la fin du ive s. : en témoignent une mosaïque géométrique simple (noir et blanc et deux couleurs) dans l’abside avec inscription grecque incomplète et un sol de calcaire dans la nef avec quelques pavements noir et blanc (fig. 3).

Fig. 3 - Inscription du premier pavement de l’abside de la fin du ive s.

Fig. 3 - Inscription du premier pavement de l’abside de la fin du ive s.

Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos, 2005, p. 121

7– Inscription grecque répartie en quatre tabulae :

IANIAI .../ΣΩΝ.../AΣ.......ΩTΗΡIAΣ.../...N

« (nom des dédicants)... pour le salut (de tes serviteurs) ... »

Nécropole

8Une tombe byzantine située au nord-ouest de l’église a été fouillée en 1998 (ossements mal conservés).

9Matériel des fouilles (chantier O)

  • une monnaie de Héraclius en bronze (AM 2827)

10Périodisation d’après les fouilles

  • période romaine

  • période byzantine (fin ive-ve s.)

Bibliographie

Ö. Tunca, « Tell Amarna. Présentation sommaire de sept campagnes de fouilles (1991-1997) », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates the Tishrin Dam Area, G. Olmo Lete éd., Sabadell, 1999, p. 129-136.

S. Jourdant, L’église d’Amarna en Syrie du Nord : étude d’une architecture et d’un pavement de mosaïque, DEA sous la direction de J.-P. Sodini, Université de Paris 2000.

Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos éd., Tell Amarna en Syrie : couleurs de la chrétienté, juin-août, 2005, catalogue de l’exposition, Mariemont, musée royal, Bruxelles-Varsovie, 2005.

Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos éd., Tell Amarna (Syrie) V. La basilique byzantine et ses mosaïques, Bruxelles-Varsovie, 2011.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue générale des vestiges en cours de fouilles
Crédits © Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos, 2005, p. 48
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 ‑ Restitution des pavements de mosaïques de l’église du début du ve s
Crédits Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos, 2005, p. 81
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 3 - Inscription du premier pavement de l’abside de la fin du ive s.
Crédits Ö. Tunca, T. Waliszewski, V. Koniordos, 2005, p. 121
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable