Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section A, Cyrrhestique)

Carchemish/Jerablous (Turquie) – A28

Texte intégral

Nom antique attesté

Europos

Autres toponymes

Jerablus, Djerabis-El-Kala’at

Localisation

Région

Karkemiş

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

au N. de la zone frontière turco-syrienne ; camp militaire installé sur l’acropole

Longitude

38.01586052

Latitude

36.82993614

Position

butte résiduelle

Environnement

première terrasse ; forte érosion du flanc oriental de l’acropole implantée sur une butte naturelle

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

acropole : 300 N.-S. x 100 O.-E. / villes basses : 685 x 550 m + 1075 m x 650 m

Superficie

50 ha minimum / ville hittite : 110 ha

Altitude

330 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

(re)fondation hellénistique, centre urbain fortifié

Période romaine

centre urbain, centre administratif, contrôle de route et traversée

Période sévérienne-sassanide

centre urbain, administratif

Occupation postérieure

occupation sporadique ottomane

Témoignages des voyageurs

H. Maundrell, Journey, 1714, p. 153

R. Pococke, Description, 1745, p. 161

F. R. Chesney, Expedition, 1850, cartes I et II

1Le tell, de très vaste étendue, dessine une aire semi-circulaire ou en fer à cheval, dont la partie nord-est est occupée par une colline dominant le fleuve (fig. 1). Au nord, il est bordé par un petit affluent.

Fig. 1 - Vue de la colline de l’acropole depuis le nord

Fig. 1 - Vue de la colline de l’acropole depuis le nord

D. G. Hogarth 1914, frontisp. infra

2Dans le compte-rendu des fouilles britanniques, qui concernent essentiellement les monuments hittites, peu d’éléments permettent de rendre compte de l’extension et de l’organisation du site au cours des périodes classique et byzantine. Dans les trois volumes publiés par le British Museum en 1914, 1921 et 1952, Carchemish, Report of the excavation of Jerablus, ces niveaux n’apparaissent que par défaut – c’est-à-dire lorsqu’ils ont perturbé ou pillé les constructions antérieures – et ont été détruits dans tous les secteurs fouillés, comme on peut le constater sur les clichés de fouilles. Le volume, annoncé par C. L. Woolley, sur les vestiges post-hittites n’ayant malheureusement jamais vu le jour, la perte d’informations est considérable. Le site a été identifié par F. Cumont avec la ville d’Europos (Ptolémée, V, 15,14 et Pline, HN, 5, 87), représentée sans toponyme sur la Table de Peutinger, en aval de Zeugma, et mentionnée sur les listes de souscriptions conciliaires.

Organisation du site

3Le site est constitué de trois ensembles, pourvus chacun d’une fortification (fig. 2) : Acropolis Mound, Inner Town et Outer Town, selon la terminologie des archéologues britanniques.

Fig. 2 - Plan général des fortifications hittites et localisation des ouvrages défensifs hellénistiques et romains

Fig. 2 - Plan général des fortifications hittites et localisation des ouvrages défensifs hellénistiques et romains

d’après C. L. Woolley 1921, pl. 3

L’acropole (Acropolis Mound)

4Cette colline escarpée, de 3 ha, domine le fleuve d’une cinquantaine de mètres. Côté fleuve, sa pente est régularisée par l’érosion. Côté ouest, vers la ville basse, une ravine centrale sépare deux collines distinctes, l’une au nord et l’autre plus allongée au sud.

La première ville basse (Inner Town)

5De 44 ha (environ 30 m au-dessus du fleuve), elle s’étend à l’ouest de la citadelle (fig. 3). Elle est délimitée par un puissant rempart dont le tracé a marqué la topographie du site. Quatre brèches correspondent aux portes de cette première enceinte urbaine : la porte nord, la porte orientale (Watergate) qui ouvre sur les installations fluviales au sud-est de l’acropole, et les brèches ouest et sud qui donnent accès à la seconde ville extérieure.

Fig. 3 - Vue de la ville basse depuis le flanc occidental de l’acropole. Au centre, les fouilles du palais en 1913 et, au dernier plan, la ligne du rempart occidental

Fig. 3 - Vue de la ville basse depuis le flanc occidental de l’acropole. Au centre, les fouilles du palais en 1913 et, au dernier plan, la ligne du rempart occidental

C. L. Woolley 1952, pl. 41b

La seconde ville basse (Outer Town)

6Elle est comprise dans une dépression de 102 ha. Elle est circonscrite par une levée de terre à peine discernable et des maçonneries en place. Au sud-ouest, le terrain s’élève vers de basses collines qui bordent la plaine.

7C. L. Woolley a considéré, à juste titre, cette organisation spatiale héritée de l’époque hittite comme une contrainte de nature topographique pour l’établissement du plan d’urbanisme hellénistique et romain :

8« Il est clair que les remparts ont été ruinés et ensevelis pendant la longue période d’abandon qui sépare la destruction de la ville hittite, par Nabuchodonosor en 604, et la réoccupation du site, à l’époque hellénistique. Il paraît également évident que les vestiges les plus monumentaux de la ville hittite, et donc nécessairement les fortifications massives, ont remodelé la topographie du site et que les nouveaux habitants ont dû en tenir compte en implantant leurs propres constructions ».

9Les fouilles de la ville hittite représentent, d’ailleurs, le seul repère spatial et stratigraphique exploitable pour localiser et analyser les informations publiées sur les couches d’occupation postérieures.

Fortifications

10La chronologie des trois enceintes de l’âge du Bronze (fig. 2), établie par C. L. Woolley, à partir des résultats des fouilles, fait état de différentes périodes de construction. Le rempart de l’acropole (fondation de pierre et élévation en brique crue) est daté de la première période hittite, celui de la première ville basse d’époque hittite moyen aurait été construit à l’économie pour enclore des constructions dans la plaine, tandis que la seconde enceinte extérieure, construction soignée et homogène, serait contemporaine d’une extension urbaine programmée au xiiie s av. J.-C.

11Par ailleurs, il est sûr, à la lumière d’allusions quasi-accidentelles de C. L. Woolley, qu’un rempart hellénistique ou romain ceinturait la première ville basse en suivant d’assez près le tracé de la seconde enceinte hittite. Ce rempart est fermement attesté en deux points du site, au bastion nord et à la porte sud, et probablement présent au sud-est de l’acropole, le long de l’Euphrate.

Période hellénistique et romaine

Le rempart nord

12Un rempart, daté de la période romaine, a été dégagé et détruit au-dessus du bastion nord hittite, qui se compose d’un double rempart à casemate avec une tour intérieure centrale (C. L. Woolley 1921, pl. 6). À l’ouest du bastion, le fouilleur signale un rempart romain, qui venait vraisemblablement s’appuyer sur la ligne du mur intérieur hittite, dont la maçonnerie en brique crue érodée formait une butte peu élevée mais suffisamment escarpée (C. L. Woolley 1921, p. 63). La fondation en pierre d’un autre mur, construit sur un massif de brique crue à l’angle sud-ouest du bastion hittite, correspondrait à une bretelle liant ce rempart romain à la tour hittite, encore accessible et en usage (C. L. Woolley 1921, section E, p. 61). Le prolongement de ce rempart romain vers l’est et l’ouest, quoique très probable, n’est pas signalé. Au-delà du fort nord-ouest, l’enceinte hittite se présente comme une butte de terre de 20 m de haut au sommet de laquelle de rares fondations de pierres et de bases de murs ont été attribuées à la période romaine. Étant donné leur position élevée, on suppose qu’elles correspondent à des segments du rempart romain ou à un réaménagement minimal du rempart de terre hittite (chemin de ronde ?, tour ?). Le tracé de l’enceinte en brique crue n’a été reconnu qu’en surface, à l’exception d’une tranchée transversale pratiquée par l’armée française qui a occupé le site en 1919-1921.

La porte ouest

13La porte d’origine a été arasée dès l’époque hittite et englobée dans un massif aussi haut que le rempart de terre, et les fouilleurs n’ont vu aucune trace de sa remise en fonction. À l’époque romaine, le passage d’une nouvelle canalisation en béton hydraulique a été creusé à travers ce qui restait de la porte hittite, sous la maçonnerie de brique crue qui bloquait la porte. Des constructeurs postérieurs ont pratiqué une tranchée de fondation dans la pente des accumulations, côté est, et coupé la canalisation romaine (C. L. Woolley 1921, p. 78, fig. 16). Il paraît peu vraisemblable qu’aucun accès n’ait existé de ce côté, d’autant plus que la brèche ouest est fortement marquée dans la topographie du site.

La porte sud (fig. 4)

14Le dégagement de la porte sud de l’enceinte hittite a mis au jour les vestiges des portes hellénistique et romaine, construites au même endroit. De ces ouvrages qui ont été détruits au cours des fouilles, aucun plan ni description n’a été publié. On peut juste déduire de la présentation de C. L. Woolley que, pour édifier une nouvelle porte, les constructeurs ont probablement arasé la porte monumentale hittite jusqu’au sommet de la première assise en élévation (C. L. Woolley 1921, p. 80-89). Des pierres de taille calcaires et des orthostates hittites ont été mis bout à bout et entassés sur plusieurs assises, jusqu’à 60 cm au-dessus du niveau de circulation hittite, pour former une plate-forme massive sur laquelle devait s’élever la nouvelle porte. Comme la partie occidentale de la porte hittite est la moins bien conservée et qu’une canalisation en pierre maçonnée au mortier en a coupé les trois murs de refend de la partie occidentale, on peut supposer que la porte hellénistique était désaxée d’au moins 5 m par rapport à la porte hittite (C. L. Woolley 1921, pl. 12).

Fig. 4 - La porte sud de la première ville basse hittite après démontage des constructions hellénistiques et romaines

Fig. 4 - La porte sud de la première ville basse hittite après démontage des constructions hellénistiques et romaines

C. L. Woolley 1921, pl. 11b

15Pour l’époque romaine, la tour d’une porte occupait la partie occidentale du chantier et était liée à une voie romaine bien conservée semble-t-il. Cette tour a été construite au-dessus de la plate-forme et des vestiges arasés de la porte hellénistique. En limite ouest des fouilles, une fondation de béton romain a recouvert le mur latéral de brique de la porte hittite et, au sud où le mur hittite était complètement détruit, des tambours de colonnes dites « grecques » et des blocs de construction ont servi de fondation au mur romain. La porte romaine est attribuée par C. L. Woolley au iie s apr. J.-C.

Le rempart fluvial

16La forte érosion du flanc oriental du site a rendu l’identification des vestiges très difficile. En suivant, avec difficulté, le tracé du rempart hittite, très remanié, les fouilleurs ont rencontré quelques constructions post-hittites, mais leur état de conservation très dégradé et l’absence d’indication sûre ne permettent pas de savoir si l’une d’elles appartenait à un mur d’enceinte. Comme ces vestiges ne sont pas précisément repérés sur les plans (C. L. Woolley 1921, pl. 14), ni même succinctement détaillés, nous devons nous contenter de citer les indications les plus marquantes :

  • une « ligne de fondation grecque » (C. L. Woolley 1921, section H, p. 101) ;

  • les vestiges d’un large bâtiment romain, dont les fondations sont établies dans les niveaux hittites. L’archéologue y localise une porte, en raison de la présence de voussoirs à proximité (C. L. Woolley 1921, section E, p. 101).

17Le secteur de la porte orientale hittite présente des éléments intéressants mais probablement non liés aux fortifications romaines : une fondation massive romaine, située au-dessus de l’angle nord-ouest de la porte ancienne, et une maison romaine, qui aurait incorporé un segment du dernier saillant du rempart fluvial (C. L. Woolley 1921, p. 103-110, plan 16).

18Bien qu’érodée, l’enceinte de la première ville basse hittite, qui est encore aujourd’hui conservée sur plus de 10 m de haut, a vraisemblablement été réutilisée dès l’époque hellénistique, comme le montre la reconstruction d’une nouvelle porte à l’emplacement de la porte sud hittite. L’existence d’un rempart romain sur le même tracé semble également certaine, d’après les informations issues de la fouille du bastion nord et de la porte sud. Le long du fleuve, la variété des maçonneries observées laissent penser que certaines phases de restauration du rempart hittite sont peut-être postérieures à cette époque. La présence d’une porte orientale romaine, selon la suggestion de C. L. Woolley, demeure hypothétique, mais un accès au fleuve paraît indispensable à la vie des habitants d’Europos qui devaient aller puiser de l’eau et accéder au quai.

Urbanisme

19Il est difficile de restituer l’organisation du centre urbain des périodes hellénistique, romaine et byzantine, tant les informations publiées sont partielles et les datations imprécises (le matériel issu des fouilles n’a jamais été étudié).

20Des indications concordantes sur l’aménagement général de la ville peuvent être tirées de trois documents : le plan dressé par H. Chermside en 1879, avant les grands travaux archéologiques ; la description de G. Bell en 1909 ; l’introduction de D. G. Hogarth, au premier volume de la synthèse des fouilles, publié en 1914.

Réseau urbain de la première ville basse (Inner Town)

21Selon le témoignage de G. Bell, qui visite pour la première fois le site en 1909, les ruines de la ville romaine et byzantine étaient très importantes dans la partie nord du site, c’est-à-dire dans la ville basse. Les vestiges architecturaux, qu’elle y remarque, sont nombreux et significatifs : des colonnes, des bases avec moulures et des fondations de murs autour de cours pavées. D’après D. G. Hogarth, le terrain, dans le secteur de la porte ouest, était accidenté, encombré par des pierres descellées et des pierres de taille orthogonales, blocs de construction de la période « romano-syrienne », remployées pour des constructions des périodes byzantine et arabe. Le réseau de rues, visible en surface (fig. 5) dans la ville basse, repéré par D. G. Hogarth, a été restitué sur le plan du site avant fouille, dessiné par H. Chermside en 1879. Ce plan fait état de deux secteurs caractérisés, chacun, par une orientation différente.

Fig. 5 - Restitution de l’organisation du centre urbain et localisation des différents bâtiments hellénistiques et romains de la ville basse

Fig. 5 - Restitution de l’organisation du centre urbain et localisation des différents bâtiments hellénistiques et romains de la ville basse

Montage d’après le plan de H. Chermside, D. G. Hogarth 1914, fig. 4, C. L. Woolley 1921, pl. 3 et 1952, pl. 41a

Secteur sud (en vert, fig. 5)

22La voie la plus marquée est orientée nord-sud. Elle est située dans l’axe de la porte sud et rejoint le secteur au sud-ouest de l’acropole, où a été identifié le forum romain. D. G. Hogarth et G. Bell l’ont désignée, tous deux, comme une rue à colonnade. Les maçonneries en place qui bordent cette rue ont été suivies sur au moins 18 m. À 36 m environ de la porte sud, la rue à colonnade croise une rue perpendiculaire qui semble moins large. Selon D. G. Hogarth, l’espace à l’ouest de la rue à colonnade était divisé en rues et en îlots par de longues lignes de blocs taillés disposés en parement. Malheureusement, aucune indication n’est donnée sur la dimension des îlots et aucun angle d’îlot n’apparaît sur le plan de H. Chermside. On peut seulement supposer que ce quartier en damier se dessinait orthogonalement par rapport à l’axe principal nord-sud.

Secteur ouest (en bleu clair, fig. 5)

23Dans l’axe de la brèche ouest, une ligne continue de blocs marque le tracé d’une rue qui semble se diriger depuis la porte ouest vers le centre de l’acropole. Trois autres rues inscrites dans la même orientation ont été reconnues. Cette orientation diverge d’environ 14,35o vers l’ouest par rapport aux rues du secteur sud.

24Sur le plan général, où sont replacés tous les vestiges romains signalés pour la ville basse, il est évident que les murs du forum (en rouge, fig. 5) s’alignent plutôt sur les orientations générales du réseau de la rue ouest (en bleu, fig. 5) que sur l’axe de la rue de la porte sud (en vert, fig. 5). Puisque la porte sud existait déjà à l’époque hellénistique, l’antériorité de ce réseau nord-sud paraît assez vraisemblable.

Période hellénistique

25Cette période est si mal documentée qu’il est nécessaire de s’appuyer sur les séquences stratigraphiques dressées sur les chantiers de la ville basse.

Apport de la stratigraphie et des fouilles dans la ville basse

26Les résultats les plus complets proviennent de la fouille de l’hilani, le palais hittite. Ils montrent que la destruction de la ville, à la fin du viie s. av. J.-C., fut suivie d’une longue période d’abandon jusqu’à la réoccupation d’époque hellénistique, puis d’une phase de reconstruction importante à l’époque romaine. Immédiatement sur le niveau de destruction de l’hilani, en effet, se sont accumulées des strates dues aux intempéries. La couche suivante, désignée comme un niveau « mixte », contenait des quantités de céramiques, toutes hellénistiques (C. L. Woolley 1952, p. 177-178). Seuls trois vestiges ont été associés à ce niveau hellénistique : une canalisation, qui passe contre le mur nord-ouest de l’hilani, une fosse circulaire creusée dans le sol hittite, et un mur qui traverse d’est en ouest la salle de l’hilani. Ce mur, qui incorpore un tambour de colonne classique, est attribué à la période hellénistique tardive (C. L. Woolley 1952, pl. 40b).

27La stratigraphie dans la cour du palais est un peu différente (C. L. Woolley 1952, p. 235, n. 3) : la couche de destruction est ici recouverte par un niveau épais de 0,85 m, contenant un matériel que les fouilleurs appelaient post-palace pottery. Il comprenait des tessons hellénistiques les uns à vernis noirs, avec décor floral peint (fig. 6), et les autres avec des coulures d’engobe rouge. Au-dessus, une couche de terre sableuse était scellée par un niveau de 5 cm de graviers. Les couches supérieures contenaient de la céramique romaine et des périodes postérieures jusqu’à l’époque islamique.

Fig. 6 - Fragment de céramique hellénistique provenant de la couche de destruction du palais hittite

Fig. 6 - Fragment de céramique hellénistique provenant de la couche de destruction du palais hittite

C. L. Woolley 1952, pl. 68d

28Le secteur de l’escalier monumental, qui liait le palais inférieur au reste du complexe situé contre le flanc sud-ouest de l’acropole, a posé un problème stratigraphique intéressant. Les palais semblent avoir été systématiquement détruits en 604 et les constructeurs suivants, qui ont creusé pour récupérer des pierres, ont tant bouleversé la zone que D. G. Hogarth avait daté l’ensemble de l’escalier de la période hellénistique (vol. III, p. 158). Au niveau de la onzième marche supérieure, en effet, les fouilleurs ont trouvé, en retirant une pierre de basalte, un tesson de vernis noir grec du ive s. Une analyse plus précise suggère que seule la partie supérieure de l’escalier était exposée et en usage à l’époque hellénistique (C. L. Woolley 1952, p. 172-173). D’après C. L. Woolley, les six marches de la troisième et dernière section de l’escalier étaient constituées de pierres plus petites et plus irrégulières que les marches inférieures, faites de blocs équarris, et portaient moins de traces d’usure. Il s’agirait, selon lui, d’une reconstruction « aussi tardive que l’époque hellénistique », également manifeste dans l’architecture de certains murs (non localisés, non décrits). La dernière mention de cette couche hellénistique se rapporte à la fouille de la cour située entre le temple du Dieu Tonnerre et l’entrée royale (C. L. Woolley 1952, p. 168). En reliant ces indices, on peut donc supposer que ce niveau était présent dans tout le secteur fouillé au sud-ouest de l’acropole. Même si l’espace compris entre le Lower Palace, la King’s Gate, à l’ouest, et la Watergate, à l’est, a été l’objet de gros travaux de dégagement sans attention particulière à la stratigraphie récente, il est très préoccupant de n’avoir aucune indication sur les constructions associées au niveau hellénistique, en dehors de l’hilani et de l’escalier monumental. Le matériel hellénistique recueilli était abondant, ce qui implique une occupation dense du secteur. Certes, les fondations massives d’époque romaine, qui ont atteint le sommet des murs hittites, ont vraisemblablement percé les niveaux du iiie et iie s. av. J.-C., mais rien, dans le rapport ni sur les clichés de fouilles, ne laisse croire qu’il y eut à l’époque romaine des travaux de nivellement de si grande ampleur qu’ils eussent totalement éradiqué les constructions hellénistiques. Il faut donc se résoudre à ne rien savoir de plus de la ville basse hellénistique et à formuler les hypothèses.

La colline de l’acropole

29Alors que les tranchées de la butte sud de l’acropole n’ont pas rencontré de niveau d’occupation hellénistique, les chantiers au nord-ouest, menés par R. C. Thompson et C. L. Woolley, ont mis au jour et détruit un grand bâtiment, attribué à cette période, construit immédiatement au-dessus du temple de la déesse Kubaba (fig. 7). La présentation de Woolley étant centrée sur l’édifice hittite (C. L. Woolley 1952, p. 210-213, pl. 49), nous ne pouvons appréhender les vestiges postérieurs qu’en fonction des dommages qu’ils ont fait subir au temple de Kubaba. La partie nord-est du temple a été détruite par l’érosion de la pente. À la période hellénistique, le secteur du temple semble avoir été en grande partie nivelé jusqu’au niveau des fondations hittites. En outre, les fondations des murs hellénistiques ont été creusées en dessous du sol de fonctionnement des salles du temple et traversent même les maçonneries des murs hittites, si bien que ces derniers ne sont préservés qu’à l’intérieur des pièces du bâtiment hellénistique. Le plan des murs hellénistiques n’a pas été publié et ne peut pas être non plus déduit d’après le plan du temple – les lacunes dues aux fondations hellénistiques ne permettent pas de restituer une organisation claire. Comme le fouilleur ne précise pas si la construction hellénistique se prolongeait au-delà du chantier de Kubaba, on peut seulement déduire qu’elle couvrait au moins la surface dégagée du temple, c’est-à-dire 26 x 18 m. Les maçonneries hellénistiques n’étant pas non plus décrites, tout au plus peut-on supposer qu’elles comportaient des pierres en fondation, puisque des fragments de l’autel hittite ont été réutilisés dans les fondations hellénistiques et que les orthostates en basalte du temple ont été pillés de préférence aux pierres calcaires. Comme la fouille ne semble pas avoir nécessité le démontage de nombreux murs en pierres hellénistiques – ce que n’aurait pas manqué de souligner C. L. Woolley – et qu’aucun mur en pierre n’est visible, juste au-dessus du niveau hittite dans les bermes en arrière-plan sur les clichés publiés (C. L. Woolley 1952, pl. 50-51), on conclura que l’élévation des murs hellénistiques était en brique crue.

Fig. 7 - Vue vers le nord du temple de Kubaba après destruction du bâtiment hellénistique

Fig. 7 - Vue vers le nord du temple de Kubaba après destruction du bâtiment hellénistique

C. L. Woolley 1952, pl. 50b

30La partie orientale de l’acropole était donc occupée à l’époque hellénistique par un bâtiment dont ni le plan, ni la fonction, ni la datation précise, ni les limites n’ont pu être déduits.

Périodes romaine et byzantine

31On connaît l’extension de l’occupation pour cette période vers le nord, vers l’est et dans la seconde ville basse. Des constructions monumentales du forum et de la colline de l’acropole ont aussi été partiellement mises au jour. Il faut cependant souligner que la datation romaine des vestiges découverts recouvre probablement, à quelques exceptions près, une large fourchette chronologique du iie au ive s. apr. J.-C.

Le secteur du forum romain (iie-iiie s.)

32C’est dans le secteur au sud-ouest, en contrebas de la colline de l’acropole, que le forum romain a été identifié par D. G. Hogarth. Cette zone recouvre le complexe palatial hittite, qui s’étend depuis l’entrée royale (King’s Gate) jusqu’à la porte du fleuve (Watergate) et qui a été dégagé jusqu’au niveau du sol hittite. Aucun plan, aucun détail des éléments architecturaux de ce forum n’a été publié, à l’exception des murs découverts au-dessus de l’entrée royale (fig. 8). Pour tenter de comprendre l’importance de ce quartier monumental romain, qui a été en très grande partie détruit au cours des fouilles, il faut ici faire appel aux clichés publiés et analyser toutes les allusions dispersées (C. L. Woolley 1952, p. 157-290).

Fig. 8 - Plan de l’entrée du complexe royal hittite, avec le tracé des murs du forum romain

Fig. 8 - Plan de l’entrée du complexe royal hittite, avec le tracé des murs du forum romain

C. L. Woolley 1952, pl. 43b

33Les murs romains, découverts au-dessus de l’entrée royale, semblent correspondre à l’angle sud-ouest du forum, inscrit dans une orientation générale nord-sud et est-ouest (murs a-a’ et b-b’ sur la fig. 8) Il s’agit de deux murs parallèles, d’environ 1,80 m de large, espacés l’un de l’autre de 6,5 m. Ils ont été suivis sur plus de 10 m, vers l’est, et sur environ 15 m, vers le nord. Ils croisent les murs de l’entrée royale hittite, dont ils remploient des orthostates en fondation. Sur un cliché de fouille (fig. 9), on peut voir, en berme, un segment du mur occidental du forum avant démontage : il est formé d’une assise de grosses pierres équarries, de différents modules, sur fondation de moellons. Si on replace le relevé de l’angle sud-ouest du forum, dans le plan d’ensemble des édifices royaux hittites (fig. 10), on constate que les murs méridionaux b-b’ du forum ont la même orientation que la voie hittite, qui mène vers l’est à la porte du fleuve ; il serait donc tentant de les prolonger vers l’est, parallèlement à la limite méridionale de cette voie. D’après C. L. Woolley, la partie orientale du Herald’s wall a été très perturbée par les fondations du forum romain. Le fouilleur mentionne, à l’ouest du relief hittite B16b, une lacune de 3 m dans le mur et un contexte perturbé par « deux puissants murs qui passent au-dessus de cette partie du site hittite et, entre eux, les fondations d’un petit bâtiment octogonal » qui descendent jusqu’au niveau du sol hittite (C. L. Woolley 1952, p. 187). D’après ces brèves indications, on ne peut déterminer la répartition spatiale de cet ensemble. Comme le bâtiment à l’arrière du Herald’s wall n’a pas été fouillé, il ne s’agit vraisemblablement pas du prolongement du double mur du forum (b, b’) qui passerait effectivement au sud du Herald’s wall. C. L. Woolley, qui décrit les pierres sculptées remployées dans les fondations romaines, indique juste la provenance d’un de ces reliefs : « également trouvé au-dessus de la voie menant du Herald’s wall à la Watergate, mais plus près de cette dernière » (C. L. Woolley 1952, p. 188). Ainsi, il faudrait situer cet ensemble au nord du Herald’s wall, traversant ou longeant la voie hittite, à environ 60 m de l’angle sud-ouest du forum. Un de ces deux murs romains doit être reconnu comme un des éléments ayant brouillé les séquences stratigraphiques entre la Watergate et le Lower Palace (fig. 10, mur C1) : fondé sur 2 m de maçonnerie au mortier de chaux, il coupait en oblique tout l’espace entre le Herald’s wall (à l’est du relief B16b) et le « point oriental de la pierre du grand lion (B33) au pied de l’escalier des palais » (C. L. Woolley 1952, p. 177). Son orientation s’inscrit donc dans l’axe de l’escalier monumental dont la partie supérieure avait été remise en usage à la période précédente. L’existence d’un petit bâtiment octogonal, est à retenir bien qu’il ne soit pas documenté par ailleurs (fig. 10, localisation possible en c).

Fig. 9 - Entrée royale hittite en cours de dégagement. Une assise du mur occidental nord-sud (a) du forum romain subsiste dans la berme ouest du chantier, les autres murs ayant été déjà démontés

Fig. 9 - Entrée royale hittite en cours de dégagement. Une assise du mur occidental nord-sud (a) du forum romain subsiste dans la berme ouest du chantier, les autres murs ayant été déjà démontés

C. L. Woolley 1952, pl. 46b

Fig. 10 - Localisation des vestiges des périodes hellénistique et romaine dans le secteur fouillé entre l’entrée royale et la porte du fleuve

Fig. 10 - Localisation des vestiges des périodes hellénistique et romaine dans le secteur fouillé entre l’entrée royale et la porte du fleuve

Montage d’après C. L. Woolley 1952, pl. 41a et 43b

34Deux autres murs, identifiés comme appartenant au forum romain, peuvent encore être situés sur le plan du complexe palatial hittite (fig. 10). Le premier (fig. 10, mur d) passait parallèlement au mur sud de l’hilani, à 1,45 m de distance (C. L. Woolley 1952, p. 181). Son orientation est donc semblable à celle des murs b-b’, précédemment cités, mais sa position est beaucoup plus au sud que celle du mur méridional du forum. Un second mur (fig. 10, mur e), de 1,5 m de largeur, très identifiable sur les clichés, traversait en diagonale le temple. D’orientation nord-ouest/sud-est, il a été reconnu sur 16 m, depuis la cour jusqu’à la salle du temple, dont il enjambait le montant oriental de l’entrée (C. L. Woolley 1952, p. 169). D’après les photos (fig. 11-12), il était constitué d’une résistante fondation de moellons maçonnée à la chaux, d’environ 2 m de haut, et avait conservé, au moins, trois assises de pierres de taille modulaires en élévation. On observe, sur une autre photo du temple, prise après le démontage de ce mur (fig. 13), une construction de même type, au sommet de la berme nord du chantier, à 2 m environ au-dessus du sol hittite (fig. 10, localisation possible du mur f). Ce mur, qui n’est pas signalé ailleurs, devait sans doute former un angle droit avec le mur précédent dégagé au-dessus du temple. Ces deux murs s’inscrivent assez bien dans les orientations du forum.

Fig. 11 - Mur romain (e) en cours de démontage dans la cour intérieure du temple, vue vers le nord-est

Fig. 11 - Mur romain (e) en cours de démontage dans la cour intérieure du temple, vue vers le nord-est

C. L. Woolley 1952, pl. 34a

Fig. 12 - Salle du temple vue du nord-est avec, au-dessus de l’angle sud de la salle, le prolongement du mur romain (e) avant démontage

Fig. 12 - Salle du temple vue du nord-est avec, au-dessus de l’angle sud de la salle, le prolongement du mur romain (e) avant démontage

C. L. Woolley 1952, pl. 35a

Fig. 13 - Vue de la cour intérieure depuis l’entrée de la chambre du temple, avec les fondations et la première assise d’un mur romain (f) au sommet de la berme ouest

Fig. 13 - Vue de la cour intérieure depuis l’entrée de la chambre du temple, avec les fondations et la première assise d’un mur romain (f) au sommet de la berme ouest

C. L. Woolley 1952, pl. 37a

35Par les caractéristiques de leur construction ou par leur orientation, tous ces murs semblent bien appartenir à une même période et former un ensemble à peu près cohérent qui couvre au moins 1 ha. Il est difficile de déterminer l’organisation du secteur et le nombre de bâtiments existants, même si leur caractère monumental est bien établi. Nous manquons aussi d’informations sur les niveaux de sols et le matériel qui leur étaient associés.

36Deux inscriptions grecques trouvées dans le secteur du forum confirment l’activité religieuse et civique de la ville à l’époque romaine. La première (IGLS I, no 136), associée à une statue en marbre, mentionne l’activité d’un proédre ou président du conseil de la ville, fonction attestée dans la plupart des cités grecques et dans la région à Palmyre au iie s. (J.-B. Yon 2012, p. 205-206). La seconde (IGLS I, no 133), une dédicace à Apollon, est gravée sur un bloc calcaire hexagonal, provenant sans doute d’un autel. Elle est datée, par comparaison avec le monnayage d’Antioche, du règne de Dioclétien (284/305).

Le secteur nord

37Des thermes, datés de l’époque romaine, ont été retrouvés en surface au nord de la ville (secteur du fort hittite nord-ouest, C. L. Woolley 1921, p. 67-68). L’archéologue, qui prévoyait de les publier dans un quatrième volume, les situe contre le rempart nord romain à proximité du petit affluent de l’Euphrate, qui coule en limite nord-est du site. Ces thermes (fig. 14) occupaient la partie sud du secteur. Leurs fondations ont atteint le niveau de sol des pièces du bâtiment hittite tardif, construit au-dessus du fort.

Fig. 14 - Vue du fort hittite en cours de fouille depuis le nord. Les vestiges des thermes romains correspondent aux murs en surface au dernier plan

Fig. 14 - Vue du fort hittite en cours de fouille depuis le nord. Les vestiges des thermes romains correspondent aux murs en surface au dernier plan

C. L. Woolley 1921, pl. 19a

38À l’est, entre ces thermes et la tour du bastion nord hittite, dans une petite dépression dans la butte formée par la ruine du rempart intérieur hittite (pas de localisation plus précise sur le plan, C. L. Woolley 1921, section F, pl. 6), les fouilleurs ont mis au jour une construction romaine, que C. L. Woolley suggère d’identifier comme le « proscenium d’un petit théâtre », situé contre le rempart (C. L. Woolley 1921, p. 62, ni dimension, ni relevé, ni photo). Les fondations de ce bâtiment s’avançaient jusqu’à l’alignement du mur extérieur des fortifications hittites, mais on peut difficilement déduire leur position et leur relation avec le rempart romain.

Le secteur est

39Les fouilles de la porte du fleuve (watergate) ont mis au jour des maçonneries attribuées à l’époque romaine tardive (C. L. Woolley 1952, p. 105). Des constructions s’étendaient sur la pente qui descendait abruptement depuis la porte hittite vers le fleuve. Une maison romaine a intégré un mur est-ouest (d’une date douteuse) identifié comme un saillant du rempart hittite.

La colline de l’acropole (fig. 15)

40L’absence de plans, localisant les vestiges découverts, et de photos de terrain limite ici encore l’exploitation des résultats, pourtant analysés avec soin (C. L. Woolley 1953, p. 205-210). Les fouilles furent entreprises, dès 1911, par D. G. Hogarth, à la recherche de la partie supérieure du complexe palatial hittite. Mais la première tranchée (E), sur le flanc sud-ouest de la colline, fut abandonnée au bout de deux semaines de travail, en raison de la « trop grande quantité et de la taille des blocs tombés et des fragments de maçonneries romaines » (vol. III, p. 206). Dans deux autres sondages (B et C), réalisés sur le sommet, où les vestiges romains avaient paru moins nombreux, des fondations romaines ont été entièrement dégagées. Elles reposaient sur un massif de brique crue d’époque hittite, situé à 8 m de profondeur. Dans la tranchée ouverte entre les deux sondages, à une profondeur de 7 m depuis la surface, les fondations romaines maçonnées au mortier de chaux descendaient jusqu’à 3,65 m ; au-dessous, se trouvaient des fondations en pierre d’orientation différente et non datées. La tranchée fut abandonnée par sécurité.

Fig. 15 - Localisation des chantiers sur la colline de l’acropole, A-tranchée nord-ouest, B-tranchée nord-est, C-sondage au sommet, D, E, F-tranchées abandonnées

Fig. 15 - Localisation des chantiers sur la colline de l’acropole, A-tranchée nord-ouest, B-tranchée nord-est, C-sondage au sommet, D, E, F-tranchées abandonnées

C. L. Woolley 1952, fig. 82

41Pour la datation de ces vestiges, il faut se reporter aux éléments chronologiques dont C. L. Woolley a su faire la synthèse.

42La séquence la plus précise a été obtenue sur le flanc oriental du tell dans une tranchée ouverte par R. C. Thompson et T. E. Lawrence et élargie par C. L. Woolley. La couche de surface est formée d’un enchevêtrement de fondations irrégulières de petits blocages, avec des traces de briques crues byzantines ainsi que des superpositions d’habitats du xixe s. À 2 m au-dessous, se trouvent les fondations romaines. Elles remonteraient au iie ou iiie s. apr. J.-C. et correspondent à l’édification d’un grand bâtiment. Cette construction, dont la superficie nous est inconnue, avait été préparée par un nivellement du sommet de l’acropole jusqu’à un niveau fixe correspendant à la période hittite, tandis que des tranchées de fondation très larges avaient été creusées dans les niveaux inférieurs, pour accueillir les maçonneries au mortier de chaux romain d’une profondeur de 3,5 m et de plus de 5 m de large. Ces phases de construction, telles que les restitue C. L. Woolley, permettent à l’archéologue d’expliquer pourquoi les rares couches hittites identifiées étaient sans connexion les unes par rapport aux autres.

43Les recherches, côté fleuve, confirment ces étapes : l’enceinte hittite, bien préservée et dont les fondations se trouvaient à 28,50 m au-dessus du fleuve, a été arasée au-dessus de la côte 31,50 m par rapport au fleuve par la construction d’un mur calcaire. Cet ouvrage en pierre, vestige d’un rempart ou d’un mur de terrassement, se dresse jusqu’au sommet de l’escarpement et n’a pas été daté. À l’est de ce mur, une construction en calcaire, qui affleure juste sous la surface, a été attribuée à la période byzantine.

44– Identification du bâtiment romain : La présence de fondations romaines aussi massives a bien évidemment été reliée aux vestiges écroulés sur les flancs méridional et oriental de la colline. Depuis la visite de H. Maundrell en 1697, les voyageurs les plus attentifs ont, en effet, remarqué là de nombreux blocs architecturaux d’une dimension impressionnante : des colonnes de 1,40 m de diamètre, des chapiteaux et des corniches (H. Maundrell), portant un « décor caractéristique de Baalbeck » (D. G. Hogarth). Ces débris proviennent nécessairement de l’élévation de l’édifice, rencontré dans tous les sondages au sommet du tell. Étant donnée la superficie occupée par les fondations et le type du décor architectural, D. G. Hogarth a proposé d’y voir les vestiges « d’un énorme temple de type romano-syrien » du iie ou iiie s. (vol. I, p. 2).

45Ce temple semble avoir été détruit systématiquement, puisqu’il n’est resté en place que la base de l’élévation et la solide maçonnerie de la fondation. Les murs subsistants ont donc été arasés jusqu’à un même niveau cohérent, c’est-à-dire jusqu’à la première assise de l’élévation en pierre, de 60 cm de haut.

46Le temple n’a pas été abattu par un tremblement de terre, mais a fait l’objet d’une destruction volontaire et organisée, sans doute pour en piller les blocs de construction (C. L. Woolley 1952, p. 206). Pour D. G. Hogarth, la destruction du bâtiment s’expliquerait plutôt par l’affaissement du flanc sud-est de la colline, qui fit basculer la majeure partie de l’élévation du temple. On peut penser également à un épisode lié à la destruction des temples païens au ive s., par comparaison avec la destruction du temple de Zeus Bêlos d’Apamée, nivelé jusqu’au niveau des fondations.

47Les inscriptions, trouvées hors contexte sur l’acropole, réunissent une dédicace religieuse au nom de Ulpius Sabinus, originaire de Cyrrhus (IGLS I, no 134), deux inscriptions funéraires, l’une en latin (IGLS I, no 137), l’autre en grec (IGLS I, no 138), la première au nom d’un membre de la légion III Gallicae et préfet de cavalerie de l’ala Commagenorum du iie s.

La seconde ville extérieure (Outer Town)

48Peu d’éléments confirment la réoccupation de cette partie du site, qui représente primitivement la dernière phase d’extension de la ville hittite. On y remarque deux levées de terre qui se dirigent vers les brèches de la première enceinte et prolongent les axes de circulation principaux de la première ville basse. D. G. Hogarth y a signalé des vestiges qui « ne suggèrent pas la plus haute antiquité ». Une indication plus sûre peut être tirée des sondages menés pour établir le tracé du rempart : C. L. Woolley a noté, en particulier sur les éminences englobées dans l’enceinte, la présence de « villas romaines » construites en remployant dans leurs murs des pierres du rempart hittite. Ces maisons pourraient appartenir à une extension urbaine en continuité avec la première ville basse et seulement protégée par la levée de terre du rempart hittite, ou, moins probablement, à un habitat dispersé autour d’Europos.

Aménagements fluviaux

49D. G. Hogarth et C. L. Woolley signalent, chacun, l’existence d’un quai, dont des segments étaient apparents, depuis la base orientale de l’acropole sur plus de 1,6 km de longueur vers l’aval. On peut observer, sur un cliché (fig. 16), l’appareil de cet ouvrage fluvial tel qu’il apparaît le long de la seconde ville basse : cinq assises de blocs quadrangulaires sur une hauteur supérieur à 2 m, ce qui porte l’épaisseur des blocs de 40 cm minimum (C. L. Woolley 1952, pl. 5). L’origine de ce quai est sans doute hittite, mais son fonctionnement aux périodes postérieures est vraisemblable et même confirmée par une inscription latine (IGLS I, no 139) trouvée en 1913, en contexte perturbé, près de l’entrée royale hittite, où passaient les murs occidentaux du forum. Selon l’interprétation de L. Jalabert et R. Mouterde, il s’agit d’une borne du quai de l’Euphrate :

(I)nde R(ipa) F(luui)i Agri P(edes) XI                           « De la rive, 11 pieds [3,60 m] de quai fluvial ».

Fig. 16 - Vue du quai

Fig. 16 - Vue du quai

C. L. Woolley 1921, pl. 5a

Nécropole

50F. Cumont et G. Bell signalent, chacun, l’existence d’une tombe rupestre à l’ouest du village de Jerablous. La description de F. Cumont est la plus détaillée : « deux salles, plusieurs niches contenant une quinzaine de sépultures ». Aucune information n’a été apportée depuis. En raison de la localisation imprécise de cette tombe, nous ne pouvons confirmer qu’elle appartient à la nécropole associée à la ville.

51Matériel non hittite

  • non publié, excepté un tesson de vernis noir à décor floral (fig. 6), provenant du chantier de l’hilani

52Chronologie d’après les fouilles

  • période néolithique

  • période hittite

  • période hellénistique

  • période romaine

  • période byzantine

  • période médiévale

Bibliographie

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 280 et fig. 6.

G. Bell, Amurath, 1911, p. 33-34.

F. Cumont, Études Syriennes, 1917, p. 287.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 450.

D. G. Hogarth, Carchemish, Report of the Excavation at Jerablus on the Behalf of the British Museum, Part I, Londres, 1914.

C. L. Woolley, Carchemish, Report of the Excavation at Jerablus on the Behalf of the British Museum, Part II, The Town Defences, Londres, 1921.

L. Jalabert et R. Mouterde, IGLS 1, 1929, no 133-139.

C. L. Woolley, Carchemish, Report of the Excavationat Jerablus on the Behalf of the British Museum, Part III, the excavation of the Inner Town, Londres, 1952.

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project: Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 85, p. 61, fig. 9.

J.-B. Yon, IGLS XVIII-1 Palmyre, Beyrouth, 2012, no 216.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Vue de la colline de l’acropole depuis le nord
Crédits D. G. Hogarth 1914, frontisp. infra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 2 - Plan général des fortifications hittites et localisation des ouvrages défensifs hellénistiques et romains
Crédits d’après C. L. Woolley 1921, pl. 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 3 - Vue de la ville basse depuis le flanc occidental de l’acropole. Au centre, les fouilles du palais en 1913 et, au dernier plan, la ligne du rempart occidental
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 41b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 4 - La porte sud de la première ville basse hittite après démontage des constructions hellénistiques et romaines
Crédits C. L. Woolley 1921, pl. 11b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 5 - Restitution de l’organisation du centre urbain et localisation des différents bâtiments hellénistiques et romains de la ville basse
Crédits Montage d’après le plan de H. Chermside, D. G. Hogarth 1914, fig. 4, C. L. Woolley 1921, pl. 3 et 1952, pl. 41a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 - Fragment de céramique hellénistique provenant de la couche de destruction du palais hittite
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 68d
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 7 - Vue vers le nord du temple de Kubaba après destruction du bâtiment hellénistique
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 50b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 8 - Plan de l’entrée du complexe royal hittite, avec le tracé des murs du forum romain
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 43b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 9 - Entrée royale hittite en cours de dégagement. Une assise du mur occidental nord-sud (a) du forum romain subsiste dans la berme ouest du chantier, les autres murs ayant été déjà démontés
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 46b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 10 - Localisation des vestiges des périodes hellénistique et romaine dans le secteur fouillé entre l’entrée royale et la porte du fleuve
Crédits Montage d’après C. L. Woolley 1952, pl. 41a et 43b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 11 - Mur romain (e) en cours de démontage dans la cour intérieure du temple, vue vers le nord-est
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 34a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 12 - Salle du temple vue du nord-est avec, au-dessus de l’angle sud de la salle, le prolongement du mur romain (e) avant démontage
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 35a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 13 - Vue de la cour intérieure depuis l’entrée de la chambre du temple, avec les fondations et la première assise d’un mur romain (f) au sommet de la berme ouest
Crédits C. L. Woolley 1952, pl. 37a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 14 - Vue du fort hittite en cours de fouille depuis le nord. Les vestiges des thermes romains correspondent aux murs en surface au dernier plan
Crédits C. L. Woolley 1921, pl. 19a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 15 - Localisation des chantiers sur la colline de l’acropole, A-tranchée nord-ouest, B-tranchée nord-est, C-sondage au sommet, D, E, F-tranchées abandonnées
Crédits C. L. Woolley 1952, fig. 82
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 16 - Vue du quai
Crédits C. L. Woolley 1921, pl. 5a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7129/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540