Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Deuxième partie : Le systeme juridictionnel iraqien

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

  • 299  Schacht, « Abū Ḥanīfa », EI2, I, p. 123.
  • 300  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VII, p. 331 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 18.
  • 301  Cf. Melchert, « How Ḥanafism came to originate in Kufa », p. 326-27.

1La réforme des désignations de cadis, à partir d’al-Manṣūr, provoqua indirectement un resserrement de l’administration judiciaire sur la capitale iraqienne. À la fin du iiie/ixe siècle, ce processus aboutit à l’émergence d’un système pyramidal dans lequel une grande partie des juridictions provinciales étaient confiées à une poignée de cadis professionnels résidant à Bagdad et déléguant leurs fonctions à des vicaires. Cette évolution de l’institution judiciaire était indissociable d’un phénomène plus général. La centralisation contemporaine de la fondation de Bagdad encouragea l’installation dans la capitale d’une partie des élites juridiques qui espéraient trouver à la cour le soutien de mécènes ou un emploi au service de la dynastie. Les savants issus de cercles juridiques minoritaires dans les autres villes, comme certains disciples d’Abū Ḥanīfa qui ne trouvaient pas assez d’audience à Kūfa, furent peut-être plus attirés encore que les autres. Selon J. Schacht, Abū Ḥanīfa ne serait pas venu librement à Bagdad à la fin de sa vie mais y aurait été amené prisonnier par le pouvoir abbasside, afin de châtier sa prise de position en faveur du révolté ḥasanide al-Nafs al-Zakiyya 299. Plusieurs de ses disciples kūfiotes émigrèrent en revanche d’eux-mêmes à Bagdad, tel le cadi Asad b. ʿAmr al-Baǧalī 300 ou Abū Yūsuf. Le succès que ce dernier remporta auprès d’al-Rašīd encouragea certainement l’installation à proximité de la cour de nombreux juristes du même courant : c’est ainsi que, d’un cercle de savants kūfiotes, le ḥanafisme devint un mouvement avant tout bagdadien 301. Par-delà l’attrait que représentait la cour, celle-ci devint vite le passage obligé des juristes désireux de poursuivre une carrière judiciaire. Dans les amār du Sud iraqien, l’influence des notables sur le choix des cadis s’étiola au iiie/ixe siècle, tandis que la désignation des cadis correspondit de plus en plus aux orientations politiques du pouvoir central. Les savants d’une ville ne pouvaient dès lors plus compter sur la population locale pour les promouvoir auprès du calife et faire reconnaître leurs compétences : il leur fallait aller se faire connaître directement à la capitale. Peut-être fut-ce une des raisons de la professionnalisation précédemment remarquée : souvent arrachés à leur ville d’origine, les jeunes juristes ne pouvaient espérer accéder à la judicature au terme d’une carrière professionnelle non juridique, en comptant sur leur réputation auprès de simples notables. Il était désormais nécessaire d’entrer dans la judicature par la petite porte, en exerçant très tôt les fonctions de témoin instrumentaire (šāhid) ou de greffier (kātib), qui permettaient avec le temps de faire connaître ses aptitudes juridiques auprès des autorités intéressées.

  • 302  Cf. Northedge, « Sāmarrā’ », EI2, VIII, p. 1039.
  • 303  Voir la liste des cadis de Sāmarrā’ (annexe D).
  • 304  Kennedy, The Prophet, p. 181 ; Bianquis, « Autonomous Egypt », p. 86.

2La concentration de la judicature à la cour s’accentua à la fin du iiie/ixe siècle : les cumuls de juridictions s’amplifièrent et les circonscriptions provinciales furent de plus en plus confiées à des cadis professionnels résidant à Bagdad. Ce renforcement de la centralisation doit être rapproché de deux phénomènes : le retour de la cour à Bagdad après son déménagement temporaire à Sāmarrā’, entre 221/836 et 279/892 302, et le déclin du Sud iraqien suite à la révolte des Zanǧ. L’intermède de Sāmarrā’ conduisit presque à une réduction de la concentration judiciaire à la cour. L’influence considérable qu’y possédait le grand cadi fut surtout conjoncturelle : intrinsèquement liée à la mina et à la problématique de l’autorité califale, elle s’effondra après l’éviction d’Ibn Abī Du’ād sous al-Mutawakkil. Le rôle de la judicature suprême diminua alors au point que le grand cadi ʿAlī b. Muḥammad b. Abī l-Šawārib, à partir de 262/875-76, eut moins de pouvoir que le cadi de Bagdad Ismāʿīl b. Isḥāq. La plupart des cadis de Sāmarrā’ marquèrent d’ailleurs si peu leur temps qu’il est impossible, en l’état actuel, d’en reconstituer la liste complète 303. Malgré l’attrait que la capitale représentait en son temps, il s’agissait avant tout d’une ville militaire, conçue pour isoler l’armée turque de la population bagdadienne ; elle n’avait pas pour vocation d’attirer les ʿulamā’. Le milieu savant de Bagdad ne suivit pas massivement le pouvoir pendant ces quelques décennies et Sāmarrā’, très excentrée par rapport au reste de la province iraqienne, ne devint jamais le centre nerveux de la judicature. Le retour du califat à Bagdad en 279/892 provoqua en revanche une brusque accélération de la centralisation, qui désormais n’était plus entravée par l’éloignement entre le pouvoir central et les plus hauts représentants de la judicature. D’autre part, la révolte des Zanǧ, qui dura de 255/868 à 271/883, porta un coup fatal au sud de l’Iraq : l’économie agricole fut ruinée, les routes commerciales déviées, les populations déplacées 304. Ces troubles marginalisèrent encore les amār, qui perdirent une grande part de leur attractivité, et renforcèrent la concentration des juristes à Bagdad.

  • 305  Donner, « The Formation of the Islamic State », p. 288.
  • 306  Robinson, Empire and Elites, p. 167.

3L’évolution du système juridictionnel iraqien témoigne parallèlement de la lente construction d’un État islamique. Dans un article de 1986, F.M. Donner considère l’apparition d’une administration judiciaire relevant du pouvoir comme un des signes de l’émergence d’une structure étatique au début de l’époque umayyade 305. Si l’on définit l’État comme l’autorité souveraine s’exerçant sur l’ensemble d’un peuple et d’un territoire déterminés, l’émergence d’un État islamique fut un processus lent qui se poursuivit sur plusieurs siècles. À travers l’évolution politique et fiscale de la Ǧazīra, C.F. Robinson montre qu’une ambition impériale pérenne n’apparut pas avant l’arrivée des Marwānides et ne fut réalisée que sous les Abbassides 306. L’histoire du système juridictionnel confirme à son échelle la lenteur de l’intégration du territoire iraqien au sein de l’État califien : au début du iiie/ixe siècle, le nombre de circonscriptions en Iraq se limitait pour l’essentiel à celles de Baṣra, Kūfa, Wāsiṭ et Bagdad, et rares étaient les villes secondaires qui avaient un cadi nommé par le pouvoir. Chaque circonscription étant limitée en théorie comme en pratique à un diamètre d’une journée de marche, le territoire iraqien était loin d’être couvert dans son ensemble par la justice étatique, ce qui laisse supposer que l’arbitrage jouait encore un rôle important dans un grand nombre de localités. Bien qu’en terme de carrière, une hiérarchie capitale-province se dessinât déjà au profit de Bagdad, les cadis de cette ville n’avaient en réalité aucune autorité sur des circonscriptions extérieures. À la fin du siècle, en revanche, le nombre des circonscriptions judiciaires avait considérablement augmenté – passant de 7 districts recensés au début du siècle à environ 23 –, et leur gestion fut facilitée par la concentration des juridictions provinciales aux mains de cadis bagdadiens. La délégation par ces derniers de vicaires dans nombre de petites localités accrut du même coup l’étendue territoriale placée sous l’autorité de cadis, et réduisit probablement d’autant la place de l’arbitrage. Le renforcement de la centralisation judiciaire correspondit aussi à un élargissement du contrôle étatique sur le territoire iraqien.

  • 307  Yāqūt, Muʿǧam al-udabā’, p. 2282. Selon al-Ḫaṭīb et Ibn al-Ǧawzī, il était plus précisément (...)
  • 308  Sur la carrière d’al-Tanūḫī, voir Tillier, « L’exemplarité chez al-Tanūḫī », p. 4-7.
  • 309  Yāqūt, Muʿǧam al-udabā’, p. 2280. Pour la localisation des trois premières, voir Cornu, Atla (...)

4Le devenir de cette centralisation à l’époque būyide nécessiterait une étude à part entière. Quelques indices montrent néanmoins qu’une évolution se profilait dans la seconde moitié du ive/xe siècle. Le renforcement des grands officiers de l’armée, puis l’arrivée en Iraq des Būyides, modifièrent à terme le système mis en place au siècle précédent. La cour califale était désormais concurrencée par celle de l’amīr al-umarā’ : s’il ne disposait pas toujours du pouvoir de désignation, celui-ci jouissait d’une grande influence sur le choix des cadis. La carrière du cadi al-Muḥassin b. ʿAlī al-Tanūḫī (m. 384/994), auteur du Nišwār al-muāara et d’al-Faraǧ baʿd al-šidda, témoigne de cette évolution. Appartenant à une prestigieuse famille de juristes ḥanafites originaire d’al-Anbār puis installée à Bagdad à la fin du iiie siècle de l’hégire, il commença sa carrière au Ḫūzistān en 347/957 grâce à la protection que lui offrit al-Muhallabī, vizir de l’amīr al-umarā’ Muʿizz al-Dawla. Le vizir, qui avait été l’ami de son père, le fit revenir à Bagdad deux ans plus tard et, sur sa recommandation, le grand cadi Abū l-Sā’ib lui confia la juridiction de Saqī l-Furāt 307. Plus tard, le calife al-Muṭīʿ le nomma cadi de ʿAskar Mukram, Īḏaǧ et Rāmahurmuz au Ḫūzistān, et il obtint la judicature de Wāsiṭ en 363/973. Il se fit ensuite remarquer par l’amīr al-umarā’ ʿAḍud al-Dawla, maître de l’Iraq à partir de 367/977, et entra à son service 308. Si l’administration judiciaire demeurait centralisée, la cour du grand émir semblait désormais un passage obligé et les désignations à la judicature se faisaient et se défaisaient dans son entourage. Le nombre de circonscriptions judiciaires continua probablement d’augmenter dans le courant du ive/xe siècle : al-Tanūḫī aurait ainsi été vicaire (alīfa) du grand cadi Abū l-ʿAbbās Ibn Abī l-Šawārib dans plusieurs localités situées entre Bagdad et Kūfa, comme al-Ǧāmiʿayn, Sūrā, Bābil et Ḫuṭarniya, qui n’étaient pas citées comme districts judiciaires à la période précédente 309.

5Malgré ces ajustements, le fonctionnement quotidien de l’organisation judiciaire ne sembla pas modifié en profondeur. Les procédures reposaient toujours sur la réflexion des cadis eux-mêmes ou de juristes sans fonctions officielles, et le pouvoir central n’imposait jamais de règle à l’administration interne de la machine judiciaire. Cela signifie-t-il, pour autant, que les cadis étaient libres de gérer leurs affaires sans intrusion du pouvoir délégant ? Rien n’est moins sûr : que les cadis se soient donné un cadre légal pour accomplir leur mission ne signifiait pas que leurs délégants souhaitaient s’y conformer ni qu’ils le reconnaissaient officiellement. C’est ce sur quoi il convient maintenant de se pencher.

Notes

299  Schacht, « Abū Ḥanīfa », EI2, I, p. 123.

300  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VII, p. 331 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 18.

301  Cf. Melchert, « How Ḥanafism came to originate in Kufa », p. 326-27.

302  Cf. Northedge, « Sāmarrā’ », EI2, VIII, p. 1039.

303  Voir la liste des cadis de Sāmarrā’ (annexe D).

304  Kennedy, The Prophet, p. 181 ; Bianquis, « Autonomous Egypt », p. 86.

305  Donner, « The Formation of the Islamic State », p. 288.

306  Robinson, Empire and Elites, p. 167.

307  Yāqūt, Muʿǧam al-udabā’, p. 2282. Selon al-Ḫaṭīb et Ibn al-Ǧawzī, il était plus précisément cadi d’al-Qaṣr et de Sūrā (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIII, p. 155 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, IX, p. 27).

308  Sur la carrière d’al-Tanūḫī, voir Tillier, « L’exemplarité chez al-Tanūḫī », p. 4-7.

309  Yāqūt, Muʿǧam al-udabā’, p. 2280. Pour la localisation des trois premières, voir Cornu, Atlas, « ʿIrāq », C4. Sur Ḫuṭarniya, localité située à proximité de Bābil, voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, II, p. 378.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable