Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section A, Cyrrhestique)

Bahce Dere Nécropole Ouest (Turquie) – A08a

Texte intégral

Nom antique attesté

nécropole occidentale de Séleucie/Zeugma

Localisation

Région

Birecik

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 1,5 km N.-O. de Belkıs

Longitude

37.86153345

Latitude

37.06113189

Position

collines étagées

Environnement

au débouché de la vallée du Bahce Dere ; à côté du Degirmen Bogazi

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Critères de datation

céramique, architecture, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

tombes à ciste ?

Période romaine

nécropole rupestre

Période sévérienne-sassanide

nécropole et zone artisanale

1Le vallon du Bahce Dere qui marque topographiquement la limite occidentale de la ville, correspond à la nécropole la mieux connue du site. Une route venant d’Antioche suivait probablement le flanc droit de la vallée pour atteindre l’Euphrate et le pont de bateaux reliant Zeugma à Apamée en rive gauche. La partie en aval du vallon a accueilli des installations artisanales à l’époque byzantine (fouilles de la mission franco-turque ZMVE, 1998) et un segment souterrain d’un aqueduc. Au nord, le vallon du Hakim Dere peut être considéré comme une extension de la nécropole occidentale de Séleucie-Zeugma.

2Une documentation précise et très importante a été recueillie sur la nécropole, pendant les campagnes d’urgenc, par A.-M. Manière et P. Lebouteiller (relevé topographique et typologie) et J.-B. Yon (épigraphie). Comme ces informations sont en grande partie inédites, nous ne présenterons ici qu’un bilan très général.

Fig. 1 ‑ Reliefs funéraires de l’anti-chambre de la tombe de Zénon étudiée par A.-M. Manière

Fig. 1 ‑ Reliefs funéraires de l’anti-chambre de la tombe de Zénon étudiée par A.-M. Manière

Fig. 2 ‑ Flanc occidental du Bahce Dere, 1996

Fig. 2 ‑ Flanc occidental du Bahce Dere, 1996

3La nécropole est constituée de tombes rupestres, creusées dans les bancs calcaires, sur plusieurs niveaux entre les courbes topographiques d’altitude 370 m et 390 m (fig. 2, A08).

4L’érosion de la roche tendre a souvent détruit les entrées et les plafonds de ces tombes, mais l’étude menée a permis de distinguer une très grande diversité de dispositifs d’entrée. Il s’agit de tombes privées ou collectives pouvant abriter plusieurs dizaines de cuves. La nécropole s’étend sur 600 m depuis le débouché du Bahce Dere sur la rive vers l’amont du vallon. Les tombes ont été repérées en plus grand nombre sur le flanc occidental ; ceci est peut-être dû au fait que le flanc oriental, plus escarpé, est moins accessible. Cette nécropole a été noyée en 2000 par la mise en eau du barrage de Birecik. L’étude a été très poussée et constitue une source d’information exceptionnelle sur les nécropoles rupestres de la vallée ; la typologie établie peut servir de comparaison pour la région.

Tombes à ciste

5Une série de six tombes à ciste de la période classique, signalée par l’équipe de prospection de G. Algazé, pourrait représenter les premières installations funéraires par comparaison avec les tombes hellénistiques fouillées à Séleucie/Zeugma.

Tombes rupestres

6La tombe W4, qui est datée par une inscription grecque, permet de fixer le fonctionnement de la nécropole rupestre à partir du ier s. av. J.-C.

7Les prospections ont permis de dénombrer 144 tombes rupestres.

8A.-M. Manière a dressé un classement typologique d’après l’organisation interne des tombes.

9Le type majoritaire correspond à la catégorie des tombes à arcosolia, c’est-à-dire pourvue de niches rectangulaires à arc surbaissé abritant une à quatre cuves. La seconde catégorie comprend les tombes à alcôves, c’est-à-dire avec des niches très profondes quadrangulaires où les cuves sont disposées perpendiculairement à la paroi du fond. Le type d’hypogée à loculi est moins représenté ; les niches étroites s’apparentent ici à des cavités rectangulaires dont le long côté est creusé perpendiculairement à la paroi de la chambre funéraire mais ne comportent qu’une seule cuve au sol (comme à Doura-Europos, contrairement au système palmyrénien à plusieurs « tiroirs »). Des catégories mixtes ont été également déterminées pour les tombes collectives : les arcosolia sont combinés avec des alcôves, dans deux cas, et avec des ailes dans 26 exemples.

10L’étude des accès à la chambre funéraire et d’aménagements extérieurs a révélé l’existence de nombreux dispositifs qui, selon la configuration du terrain, sont construits ou creusés, en partie ou en totalité. Il s’agit, en général, de galeries avec ou sans escalier, de type dromos, parfois associées à des vestibules. C’est dans ces vestibules, petites anti-chambres ou véritables halls, qu’étaient représentés ou nommés les défunts (reliefs ou inscriptions sur les parois ou sur des stèles posées).

11L’iconographie funéraire de la nécropole occidentale de Zeugma est assez bien connue – portraits des défunts naturalistes ou symboliques (un aigle pour les hommes et une corbeille pour les femmes) – de même que les formules funéraires (J.-B. Yon 2003), l’onomastique des habitants de Zeugma et la présence de stèles pour des légionnaires romains.

12La tombe la plus renommée (tombe W45) du Bahce Dere, repérée par J.-B. Chabot en 1898, est celle de la famille de Zénon (fig. 1) dont le vestibule, fermé par un mur en brique cuite, présente sur deux parois les membres d’une même famille (paroi de l’entrée de la chambre funéraire et paroi de gauche) : Dami, son père Zénon, puis deux femmes, Phaladionia et Ataia qui serait la mère de Dami. Au registre inférieur, deux aigles symbolisent les deux plus jeunes fils, Phalados et Zooras, leur nourrice Soumaïa et enfin leur sœur Zebinnous, représentées par un panier. Les hommes portent des noms grecs, Zénon et Dami, les femmes et les jeunes enfants ont conservé des noms sémitiques ou parthes.

13Une inscription, gravée dans le vestibule, précise que ce « monument est celui de Zénon sauf à gauche », ce qui signifie que la famille partage cette tombe avec d’autres propriétaires.

14Périodisation

  • tombes hellénistiques ?

  • hypogées rupestres romains

Bibliographie

J.-B. Chabot, Journal Asiatique, 1900, p. 729.

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 276-279.

F. Cumont, Études Syriennes, 1917, p. 119-144.

J. Wagner, Seleukia am Euphrat/Zeugma, Wiesbaden, 1976.

D. Kennedy (éd.), The Twin Towns of Zeugma on the Euphrates. Rescue Work and Historical Studies, JRA Suppl. 27, 1998.

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project: Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 18, p. 33, fig. 5.

C. Abadie-Reynal, E. Buçak, F. Bulgan et alii, « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate », Anatolia Antiqua 8, 2000, p. 279-337.

C. Abadie-Reynal et alii, « Zeugma, rapport préliminaire des campagnes de fouilles de 2000 », Anatolia Antiqua 9, 2001, p. 243-305.

J.-B. Yon, « À propos de l’expression ἄλυπε χαῖρε », Syria 80, 2003, p. 151-160.

J.-B. Yon et R. Ergeç, « Nouvelles inscriptions de Zeugma », Zeugma III, Lyon, TMO 62 (à paraître).

Synthèse en préparation :

A.-M. Manière, « Les nécropoles occidentales et orientales de Séleucie/Zeugma ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Reliefs funéraires de l’anti-chambre de la tombe de Zénon étudiée par A.-M. Manière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7108/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 2 ‑ Flanc occidental du Bahce Dere, 1996
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7108/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable