Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section A, Cyrrhestique)

Belkis-Zeugma (Turquie) – A08

Texte intégral

Nom antique attesté

Séleucie de l’Euphrate, Zeugma

Autres toponymes

Zima, Balkis, Bâlkis Kalé, Belkis

Localisation

Région

Birecik

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à l’O. du barrage de Birecik

Longitude

37.86688217

Latitude

37.05458918

Position

collines étagées

Informations sur l’état du site

État de conservation

menacé

Dimensions du site

partie basse 1200 E.-O. x 560 m N.-S. ; au total, Belkıs Tepe et Ayaş Tepe compris, 1500 E.-O. x 1200 m N.-S.

Superficie

61 à 150 ha

Altitude

350-560 m

Critères de datation

monnaie, architecture, stratigraphie, inscription, céramique, mosaïque

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

fondation hellénistique

    iiie s.

occupation sur le Karatepe

    Fin iiie-milieu iie s.

extension urbaine ?

    Milieu-fin iie s.

extension urbaine ?

Période romaine

centre urbain

    ier s. av. J.-C.

sanctuaire commagénien sur le Belkıs Tepe

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

extension urbaine et forum

    Milieu ier-fin iie s.

urbanisme en terrasse et camp de la legio IV Scythica

Période sévérienne-sassanide

centre urbain

    Déb. iiie s.-milieu iiie s.

maisons et camp romain

    Milieu iiie s.-déb. ive s.

déclin et reconstructions denses

    ive-viie s.

habitat et église

Occupation postérieure

jusqu’au xiie s.

Témoignages des voyageurs

R. Pococke, Description, 1745, p. 156
W. F. Ainsworth, Travels, 1842, t. I, p. 304

1Le site est établi à flanc de coteau sur une série de terrasses aménagées, dominant la rive droite du fleuve. Au sud, il est barré par le Belkıs Tepe, culminant à 562 m (fig. 1). Trois nécropoles (orientale, méridionale et occidentale) délimitent les 75 ha occupés par la ville antique. Les fouilles d’urgence conduite entre 1992 et 2000 ont été concentrées sur les terrasses inférieures, noyées depuis l’été 2000 dans le réservoir du barrage de Birecik.

Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive gauche, au premier plan la falaise blanche du Karatepe bordé à droite par le vallon du Bahce Dere, au-dessus la masse du Belkıs Tepe et à gauche la colline d’Ayaș Tepe

Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive gauche, au premier plan la falaise blanche du Karatepe bordé à droite par le vallon du Bahce Dere, au-dessus la masse du Belkıs Tepe et à gauche la colline d’Ayaș Tepe

© mission ZMVE 1995

2Le site a été reconnu en 1836 par W. F. Ainsworth, lors de la mission de reconnaissance britannique sur l’Euphrate, et figure sur les cartes anglaises (cartes Chesney I-II 1850) et sur les cartes allemandes (cartes Kiepert), à partir du milieu du xixe s., sous le toponyme « Balkis ». En 1879, E. Sachau assiste au dégagement de pavements de mosaïque figurés, pillage qu’il attribue aux contacts du British Museum à Alep. Les premières recherches scientifiques remontent au début du xxe s. : relevés épigraphiques dans la nécropole ouest par J.-B. Chabot et par V. Chapot. Ce dernier a fourni une première estimation du potentiel archéologique de la ville antique et proposé d’y reconnaître Neocaesaria. Mais c’est F. Cumont qui, en 1907, met en évidence l’importance du site et établit son identification avec Séleucie/Zeugma.

3Les recherches reprennent dans les années soixante-dix avec les prospections de J. Wagner (monographie publiée en 1976) en collaboration avec le musée de Gaziantep.

4L’annonce de la construction du barrage de Birecik, à quelques kilomètres en aval dans la vallée, suscite des programmes archéologiques de sauvetage internationaux qui se succèdent et s’intensifient entre 1992 et 2000 :

  1. 1993-1999 : fouilles du Musée de Gaziantep sous la direction de R. Ergeç, F. Bulgan et K. Sertok.

  2. Fouilles de la maison de Dionysos dite « villa Ergec », du Dere 1, et du « bâtiment aux sceaux ».

  3. 1993-1994 : mission australo-turque (co-dir. D. Kennedy et R. Ergeç).

  4. Fouilles de la « villa Kennedy », prospections, relevés épigraphiques.

  5. 1995-1999 : mission franco-turque (co-dir. R. Ergec et C. Abadie-Reynal, MAÉ-CNRS).

  6. Prospections sur le site et les nécropoles 1997-1999 et 12 chantiers entre 1996 et 1999.

  7. Hiver-printemps 2000 : poursuite des fouilles des maisons de Poséidon et de l’Euphrate par M. Önal (Musée de Gaziantep). Dépose des mosaïques, dépose des peintures (CÉPMR).

  8. Été 2000 : Zeugma Archaeological Project, 18 équipes internationales (soutiens privés du GAP et du Parckard Humanities Institut ; coordination : Oxford Archaeological United ; Restauration : Centro di Conservazione Archeologica et participation du MAÉ/CÉPMR) ; 18 chantiers ZAP + 2 chantiers ZIG.

5Nous renvoyons donc aux deux plans topographiques issus de ces deux programmes pour localiser les chantiers : le plan topographique du site (fig. 2) par P. Lebouteiller et A.-M. Manière (mission ZMVE) et le plan topographique (fig. 3) montrant la division en zones de fouille et la localisation des chantiers du ZAP (R. Early 2003).

Fig. 2 ‑ Plan topographique de Séleucie/Zeugma et localisation des principaux vestiges

Fig. 2 ‑ Plan topographique de Séleucie/Zeugma et localisation des principaux vestiges

Archives mission ZMVE

Fig. 3 ‑ Plan topographique de la partie basse du site avec la localisation des chantiers de la campagne de fouille d’urgence 2000

Fig. 3 ‑ Plan topographique de la partie basse du site avec la localisation des chantiers de la campagne de fouille d’urgence 2000

R. Early 2003, fig. 2

6Depuis la mise en eau, en 2000, des parties inférieures du site (20% de la surface de la ville), les opérations ponctuelles d’urgence du Musée de Gaziantep se poursuivent sur la rive du lac artificiel soumise aux fluctuations du niveau du réservoir du barrage. Des missions programmées ont repris sur les hauteurs avec des problématiques de fouilles sur le camp romain, l’habitat et le théâtre.

Topographie

7La topographie du site emprunte ses caractéristiques générales au relief de la rive droite (fig. 2) avec un abaissement des collines à 410-420 m d’altitude depuis le plateau calcaire de Nizip vers les terrasses alluviales à 350 m d’alt. de la vallée de l’Euphrate. En revanche, la présence du Belkıs Tepe, hauteur naturelle aux pentes régulières et dont le sommet culmine à 560 m d’altitude, représente un élément topographique remarquable qui rend le site exceptionnel (fig. 4).

Fig. 4 ‑ Vue du Belkıs Tepe et du relief de la rive droite depuis l’amont.

Fig. 4 ‑ Vue du Belkıs Tepe et du relief de la rive droite depuis l’amont.

8Le Belkıs Tepe constitue, en effet, une sorte barrière naturelle, qui coupe le site du plateau au sud, obligeant les voies d’accès à le contourner par des vallées latérales. Côté nord, le Belkıs Tepe domine une série de collines étagées ouvertes vers la vallée de l’Euphrate.

9L’espace entre le pied du Belkıs Tepe et la rive de l’Euphrate se divise en 3 niveaux :

  1. En contrebas des flancs nord-ouest et nord du Belkıs Tepe jusqu’à la côte d’altitude 420 m, le terrain reste pentu et modelé par trois buttes séparées par des dépressions en demi-cercle : la plus importante, l’Ayaş Tepe, de forme conique avec un sommet exigu (100 x 50 m), domine toute la partie orientale du site. Sa pente vers la vallée est longue et progressive (sommet à 460 m et base à 370 m). À l’ouest d’Ayaş Tepe, se dresse une butte similaire et plus réduite dont les pentes présentent des avancées en paliers vers le N.-N.-O. La troisième colline, au sommet plan, surplombe les terrasses au-dessus du vallon du Bahce Dere.

  2. Le niveau médian se situe entre les courbes topographiques 420-370 m (fig. 5). Il est caractérisé par une série de trois replats séparés par deux vallons (Dere 1 et Dere 2). À l’ouest (fig. 6), la hauteur tabulaire du Karatepe (alt. 424 m) aux flancs abrupts, surplombe directement la rive droite de l’Euphrate. Elle est bordée au nord-ouest par la vallée du Bahce Dere et à l’est par le Dere 2. Les deux autres hauteurs sont moins élevées (alt. 410 m) et prolongent les reliefs du niveau supérieur. La première, flanquée par deux vallons (Dere 1 à l’est et Dere 2 à l’ouest), forme une avancée au-dessus de la rive tandis que la plus orientale, étendue d’est en ouest, en contrebas d’Ayaş Tepe, surplombe les terrasses alluviales occupées par le cimetière et le village de Belkıs (Belkıs Köy). Les vallons (Dere 1 et 2), vers lesquels converge l’écoulement des eaux des niveaux supérieurs, se présentent comme de larges dépressions en U, en amont, puis s’encaissent progressivement vers l’aval.

  3. Les terrasses inférieures (370-350 m) sont en pente régulière vers le fleuve et délimitées par l’abrupt de la rive (haut. 3 à 5 m). Pratiquement absentes en bas du Karatepe, elles s’élargissent d’ouest en est pour atteindre 350 m du nord au sud à proximité du village. L’activité du barrage Atatürk découvre régulièrement une bande de terre limoneuse sous la rupture de pente de la rive moderne.

Fig. 5 ‑ Topographie des pentes nord du Belkıs Tepe qui met en évidence la présence de terrasses antiques médianes et inférieures

Fig. 5 ‑ Topographie des pentes nord du Belkıs Tepe qui met en évidence la présence de terrasses antiques médianes et inférieures

© G. Thébault 1998

Fig. 6 ‑ Vue de la colline tabulaire du Karatepe et de la vallée jusqu’à Horum Höyük, depuis le Belkıs Tepe

Fig. 6 ‑ Vue de la colline tabulaire du Karatepe et de la vallée jusqu’à Horum Höyük, depuis le Belkıs Tepe

© G. Thébault 1998

10La topographie actuelle est le résultat des aménagements (excavations et terrassements) structurant l’espace antique, et aujourd’hui masqués par l’accumulation de débris et de colluvions draînés sur les pentes par l’érosion et l’écoulement des eaux. Ce dernier phénomène est à prendre en compte puisque la masse de matériaux accumulés dans les vallons et les terrasses inférieures du site a fortement retardé la progression des fouilles d’urgence.

Organisation du site

11Le site archéologique recouvre entre 75 ha et 85 ha mais ses limites orientale et sud-ouest ne sont pas précisément fixées : l’extension maximale de la ville (85 ha) peut être déduite, comme l’a établi le premier F. Cumont, de la position des nécropoles rupestres à l’ouest (vallée du Bahce Dere), au sud (en contrebas du Belkıs Tepe) et à l’est (vallons à l’est du Belkıs Tepe). Cependant, la reconnaissance des nécropoles sud et orientale est encore à compléter (cf. Belkıs/Bahce Dere A08a, Nécropole est A08b). D’après les données actuelles, la ville s’étendait sur 1,3 km d’ouest en est, du Bahce Dere au flanc oriental d’Ayaş Tepe, et sur 1 km du nord au sud, Belkıs Tepe compris. Les prospections menées par J. Wagner, puis D. Kennedy, et par P. Lebouteiller et A. M. Manière ont permis de localiser les vestiges monumentaux sur toute la surface du site tandis que les fouilles d’urgence ont été limitées aux parties en dessous de la côte d’alt. 390 m, côte supérieure du remplissage du réservoir du barrage de Birecik.

12Nous présenterons d’abord les éléments bien identifiés en surface :

  • Le Belkıs Tepe a été rapproché par F. Cumont de l’iconographie des monnaies romaines de Zeugma qui représentent le temple et ses portiques (fig. 7). Les murs de soutènement, visibles sur les photos satellite, qui enclosent le premier replat du sommet du Belkıs Tepe (alt. : 560 m) et les fragments de statue monumentale d’Athéna, photographiés sur les pentes par V. Chapot et F. Cumont, confirment qu’une plate-forme a bien été aménagée et occupée par un édifice de culte. Au sommet, le terrain est irrégulier : affleurement du rocher, citerne creusée dans le calcaire et butte centrale de 2 m de haut où tout le monde s’accorde à localiser le temple. Deux saignées parallèles repérées sur le flanc nord-ouest du Belkıs Tepe semblent correspondre à l’implantation de l’escalier monumental qui reliait le temple à la ville.

  • Au N.-N.-E. du Belkıs Tepe, dans une dépression circulaire entre les buttes, a été reconnu l’emplacement du théâtre.

  • Quelques bâtiments en élévation ont été identifiés comme des bains : le premier sur la partie supérieure du flanc S.-S.-E. du Dere 1 ; le second, à l’est du théâtre, doit être plus vraisemblablement identifié comme un arc monumental ou peut-être un élément du portique représenté sur les monnaies.

Fig. 7 ‑ Monnaie romaine frappée à Zeugma

Fig. 7 ‑ Monnaie romaine frappée à Zeugma

© mission ZMVE

13L’organisation du reste du site est plus difficile à restituer et aucun plan synthétique des constructions découvertes en fouilles (1996-2000) et en prospection n’a été, pour l’instant, publié.

14Il faut avant tout insister sur les caractéristiques des travaux d’urbanisme liés à la topographie du site. Puisque, du pied du Belkıs Tepe à la rive, les collines et les vallons n’offrent qu’un nombre réduit d’espaces plans, les habitants de Séleucie/Zeugma ont eu recours à deux types d’aménagements pour gagner de nouvelles surfaces : excavation du substrat rocheux et construction de terrasses.

15Ces types d’aménagements ont été attestés en prospection (1997-1999) et retrouvés dans tous les chantiers de fouilles selon les estimations d’A. M. Manière :

  1. excavation du rocher : nivellement des sommets des collines et des fonds de vallon, parois rocheuses dressées (front de taille) ; excavation de pièces dans la profondeur du rocher calcaire. Un tiers des structures repérées en prospection correspond à des fronts de taille ou des ouvertures dans le rocher.

  2. construction de terrasses : les murs de soutènement ont été construits parallèlement aux flancs des collines, aussi bien face à l’Euphrate qu’à l’intérieur des vallons. Un quart des structures repérées en prospection correspond à des murs de soutènement.

16Enfin, la topographie du site a nécessité l’aménagement d’un réseau collecteur d’eaux depuis le pied du Belkıs Tepe jusqu’à la rive ; un conduit principal a été repéré dans l’axe du Dere 2 et étudié (réseau des conduites secondaires et regards) et un second égout a été trouvé en prospection.

17La topographie permet de restituer trois accès à la ville. Le premier correspond à l’axe du Bahce Dere, c’est-à-dire l’aboutissement de la route d’Antioche. On doit restituer au débouché du Bahce Dere, sur la rive, un nœud important des communications antiques : carrefour entre la route d’Antioche et la route de la vallée, point de traversée de l’Euphrate par le pont de bateaux qui, entre Séleucie/Zeugma et Apamée, reliait les deux rives depuis l’époque hellénistique. A.-M. Manière a suggéré de placer une seconde route partant au sud de la ville ; elle passerait par un petit col situé entre le Kırkbayırtepe et la colline de Yse. Une troisième route longeait sans doute la rive vers l’aval. Cet itinéraire a été emprunté par F. Cumont en 1907.

Fortifications

18Aucune trace d’enceinte n’est révélée par la topographie. Cependant, il faut prendre en compte l’existence de deux éléments fortifiés : le rempart du Karatepe et une supposée porte de la ville située dans le Bahce Dere, en limite ouest du Karatepe.

Le rempart du Karatepe

19Un ouvrage défensif a été mis au jour sur 2,50 m de long au sommet du Karatepe au rebord de la falaise dominant l’Euphrate. Ce rempart est constitué des deux parements (blocs calcaires taillés au ciseau à dent et chanfreinés) et d’un remplissage de gros moellons, le tout maçonné à l’argile. Le parement extérieur, dégagé sur trois assises jusqu’à sa fondation, était protégé par un glacis (empierrement) ; plusieurs facteurs, dont le matériel, plaident pour une datation romaine ou byzantine.

La porte ouest de la ville (fig. 2, no 1)

20Les travaux d’élargissement de la route moderne qui longe le flanc ouest du Karatepe ont détruit une importante construction en pierre de taille située sur la terrasse haute au bord du fleuve. Deux blocs calcaires, d’après N. Özdemer, représentant du musée de Gaziantep et chargé de la protection du site, pourraient correspondre au seuil d’une porte monumentale (dispositif de fermeture ou crapaudine). Ces vestiges n’ont été ni relevés ni photographiés avant destruction.

21La localisation de cette supposée porte pose un problème car elle est située en bas d’une pente assez abrupte : pour accéder au reste du site, il faudrait donc restituer un escalier pour monter directement au sommet du Karatepe ou une voie, montant le long du flanc nord de cette colline, pour rejoindre plus au nord le secteur du théâtre. Précisons que le sondage ouvert par D. Kennedy (fouilles Zap, zone 7, tranchée 1) sur le flanc ouest du Karatepe n’a donné aucune information complémentaire sur ce sujet mais qu’il n’a pas été poussé jusqu’au rocher.

22D’après Procope (De aedificiis, II, ix 18-20), Justinien aurait restauré les fortifications de Zeugma, « qui n’était fortifiée que de nom ». On attribuera donc à titre provisoire le rempart du Karatepe à l’époque byzantine.

Camp romain

23Un camp temporaire daté du ier s. a été fouillé au sud du site (cf. Belkıs sud A08c).

24Le camp de la legio IV Scythica, stationnée à Zeugma à partir de 66 apr. J.-C., semble avoir été repéré à l’ouest du site sur le replat dominant le Bahce Dere (fig. 8). Ce secteur appelé localement « Meydani » présentait une forte concentration de tuiles estampées au nom de cette légion. De récentes prospections géophysiques et des fouilles ont fourni des éléments intéressants : occupation du camp de la fin du ier ou du début du iie s. jusqu’au milieu du iiie s. et superficie du camp très réduite qui pourrait convenir au poste de commandement. Le lieu de stationnement des soldats était situé sans doute en dehors de la ville ; A. M. Manière a suggéré de le chercher sur les collines de l’autre côté du Bahce Dere, sur la zone plane située entre le Bahce Dere et le Hakim Dere.

Fig. 8 ‑ Localisation du camp romain sur une image satellite du site

Fig. 8 ‑ Localisation du camp romain sur une image satellite du site

M. Hartmann et A. Speidel, 2003, fig. 11

Urbanisme

25Les résultats de ces multiples campagnes archéologiques entre 1993 et 2000 regroupent une masse de données impressionnante, à peine effleurée par les rapports préliminaires.

26On résumera donc seulement les caractéristiques générales de ces découvertes.

27Le plan d’urbanisme est assez mal connu et ne peut être restitué, même dans ses grandes lignes, à partir des fouilles partielles de la partie basse du site. Aucun axe principal n’a été mis au jour et il est difficile de déterminer comment se déployait le réseau des rues d’un quartier à l’autre. D’après les fouilles d’urgence, on est en mesure de caractériser l’organisation des pentes inférieures de la ville avec une série de terrasses en escalier jusqu’aux terrasses au-dessus de la rive.

Période hellénistique (iie s. av. J.-C.)

28Aucun niveau antérieur au iie s. ne semble avoir été trouvé. Nous ne savons donc pas comment se présentait Séleucie à l’époque de sa fondation par Séleucos Ier. La présence de tessons hellenistiques dans le secteur du Karatepe permet de supposer que le sommet de cette colline a été occupé en premier. P. Leriche a suggéré d’y situer un phrourion, petite forteresse militaire. L’emplacement est, en effet, très avantageux pour surveiller Apamée sur la rive opposée ainsi que le carrefour du Bahce Dere d’où l’on accédait au pont de bateaux sur l’Euphrate. L’occupation au cours du iie s. est attestée dans le Dere 1 (mur de soutènement en appareil irrégulier fondé sur le rocher du chantier 5) et, plus à l’est, par des murs de terrasses et un dallage de pierre de taille modulaire (fig. 9, fouilles Zap, zone 7, trench 12). La limite orientale de l’occupation à la fin de l’époque hellénistique nous est signalée par la présence d’une petite nécropole dans la partie orientale du site (fouilles Zap, zone 9, trench 6).

Fig. 9 ‑ Aménagements de terrasses hellénistiques mis au jour dans le chantier 15

Fig. 9 ‑ Aménagements de terrasses hellénistiques mis au jour dans le chantier 15

R. Early 2003, fig. 12

Extension (ier s. av. J.-C.-déb. iie s. apr. J.-C.)

29L’extension de Zeugma est antérieure à l’arrivée des Romains. Elle semble avoir été accélérée pendant son rattachement temporaire au nouveau royaume de Commagène (entre 64 et 31 av. J.-C.). C’est sans doute sous l’impulsion d’Antiochos Ier que fut construit un édifice de culte royal dont proviennent les reliefs représentant des scènes de « déixosis » tout à fait semblables à ceux du Nemrut Daǧ ; la topographie très similaire du Nemrut Daǧ et du Belkıs Tepe laisse penser que le sanctuaire royal de Zeugma a pu être implanté sur une terrasse au sommet du Belkıs Tepe (fig. 1, localisation). Sur la stèle d’Antiochos Ier (fig. 10), retrouvée en août 2000, le roi est représenté sur la gauche, debout et de profil. Il est vêtu d’un vêtement de cérémonie, fait d’un lourd tissu passé entre les jambes et maintenu par une corde, permettant de monter aisément à cheval ; sa tête est coiffée d’une tiare à tête de lion, de type arménien. Il tient, dans la main gauche, un long sceptre et, de la droite, il serre la main d’un dieu, désignée, sur le texte gravé au revers du relief, sous le quadruple nom : « Apollon, Mithra, Hélios, Hermès ».

Fig. 10 ‑ Relief d’Antiochos Ier de Commagène

Fig. 10 ‑ Relief d’Antiochos Ier de Commagène

© A.-M. Manière 2000

30Le centre politique et religieux de la ville romaine était fixé dans la partie occidentale de Zeugma. Dans le Dere 1, deux places publiques étaient réparties sur deux terrasses successives et reliées par un escalier monumental orienté nord-sud (fig. 11, fouilles Zap, Trench 14). Dans le Dere 2 a été mis au jour une grande place dallée identifiée comme le forum (mission ZMVE, chantier 14). Sous ce dallage passait un égout dont la première phase remonte à la fin de l’époque hellénistique (mission ZMVE, chantier 6, 1997-1999).

Fig. 11 ‑ Vue de l’escalier du chantier 17 en cours de fouille

Fig. 11 ‑ Vue de l’escalier du chantier 17 en cours de fouille

© mission ZMVE 2000

31D’autre part, sur le secteur occidental de la ville, le matériel issu des niveaux situés en dessous du pavement d’une des mosaïques de la maison de Poséidon renvoie à la seconde moitié du ier s. apr. J.-C.

Habitat du iieiiie s.

32Une dizaine de maisons ont été partiellement fouillées entre 1993 et 2000. Elles ressemblent aux maisons méditerranéennes organisées autour d’une cour, souvent dotée d’un péristyle, et ont fourni de nombreux témoins du décor privé, mosaïques, stucs et peintures.

33Les quatre ensembles les plus complets, dénommés « maison Ergeç », « villa Kennedy », « maison des Synaristosaï », « maisons de Poséidon et de l’Euphrate », se trouvent dans la partie orientale du site, sans doute dans un quartier plus riche, voire résidentiel (fouilles du Musée de Gaziantep, de la mission ZMVE et du ZAP, zone 6).

Maisons de Poséidon et de l’Euphrate (ou maison de Pasiphaé)

34C’est sans doute l’ensemble le plus luxueux, par la variété de ses décors et ses dimensions (localisation, fig. 1 et plan fig. 12). La cour centrale comportait un péristyle qui se développait sur trois côtés (fig. 13-14). Le stylobate bordait une mosaïque où Neptune, Thétis et Océan siègent entourés d’animaux marins. Au sud, une fontaine englobant deux colonnes forme un dispositif appelé à se développer au point d’occuper totalement le mur du péristyle opposé à l’entrée. Au sud-est de cette salle, se trouvait un compluvium dont le nymphée plaqué de dalles de marbre occupait tout un mur et dont le bassin mosaïqué met en scène Achille à Skyros, avec un art achevé de la composition spatiale et du mouvement. Le triclinium, placé au nord de la cour, comporte un panneau avec le char de Dionysos (fig. 15) et un grand pavement de mosaïque représentant la légende de Pasiphaé (fig. 16). Dans la partie nord de la maison, les pièces sont, partiellement ou en totalité, creusées dans le rocher : quatre pièces dont trois ont gardé leurs pavements (Eros et Psyché, Naissance d’Aphrodite et mosaïque du Satyre). Les peintures murales étudiées mettent en scène des motifs variés : faux marbres, frise des serviteurs, décor floral ou représentations d’oiseaux ou de grands bouquets encadrant les panneaux, iconographie que l’on retrouve dans plusieurs résidences de la ville.

Fig. 12 ‑ Plan des maisons de l’Euphrate et de Poséidon

Fig. 12 ‑ Plan des maisons de l’Euphrate et de Poséidon

plan revu par A.-M. Manière, © mission ZMVE

Fig. 13 ‑ Péristyle, vu depuis le nord

Fig. 13 ‑ Péristyle, vu depuis le nord

© mission ZMVE, printemps 2000

Fig. 14 ‑ Chapiteau du péristyle

Fig. 14 ‑ Chapiteau du péristyle

© mission ZMVE, printemps 2000

Fig. 15 ‑ Triclinium, mosaïque du char de Dionysos

Fig. 15 ‑ Triclinium, mosaïque du char de Dionysos

© mission ZMVE 1999

Fig. 16 ‑ Triclinium, mosaïque de la légende d’Icare et de Pasiphaé

Fig. 16 ‑ Triclinium, mosaïque de la légende d’Icare et de Pasiphaé

© mission ZMVE 1999

35Au nord de cette maison, en 2000, ont été dégagées une rue est-ouest et une rue nord-sud permettant d’accéder à d’autres maisons construites sur un niveau de terrasse juste au-dessus (ZAP, tranchée 8). Les fouilles ont permis d’étudier essentiellement l’état daté du milieu iie s.-milieu iiie s. de ces résidences et leur réoccupation mais des sondages ont mis au jour, dans les niveaux d’habitats antérieurs, des maisons à cour centrale avec atrium de dimensions plus modestes.

Maison des Synaristosaï (localisation, voir fig. 1)

36La maison des Synaristosaï est beaucoup plus petite que la précédente, mais l’organisation des salles de réception est semblable (fig. 17) et reprend le principe de cour à ciel ouvert ornée d’un pavement à double composition géométrique et d’un bassin. Sa petite surface et la présence immédiate du rocher expliquent probablement l’absence de colonnes.

Fig. 17 ‑ Plan de la maison dite des Synaristosaï

Fig. 17 ‑ Plan de la maison dite des Synaristosaï

relevé et dessin par A.‑L. Seno et F. Lebec 2000, archives mission ZMVE

37À l’est et au sud, des compositions géométriques complexes ornaient deux chambres. La chambre du sud était surmontée d’un étage décoré probablement de mosaïques murales, vu la très petite taille des tesselles et la présence de tesselles à fond d’or retrouvées sur la couche d’incendie en place.

38On accédait au triclinium depuis la cour en passant par un dégagement, puis à une seconde cour ouverte dont la mosaïque illustre encore des animaux marins. Les limites de cette pièce sont taillées dans le rocher, de même que les pièces 9 à 12 (fig. 18). Certaines pourraient correspondre à la réutilisation de tombes rupestres du ier s. englobées dans l’extension orientale de la ville. Dans la partie orientale du chantier, a été, en effet, retrouvée une tombe rupestre fermée, non réutilisée (no E 258 sur le plan).

Fig. 18 ‑ Vue générale de la pièce 8 depuis l’est

Fig. 18 ‑ Vue générale de la pièce 8 depuis l’est

© A.-M. Manière 2000

39Dans la salle à manger, trois lits, indiqués par l’organisation des tapis géométriques, permettaient aux convives de déjeuner face à la composition figurée illustrant la scène d’une pièce de Ménandre, Les Synaristosaï (fig. 19). Le titre figure en quatre tronçons sur les architraves. En bas, l’inscription précise le nom de l’auteur : ΖΩΣΙΜΟΣ ΕΠΟΙΕΙ, « Zosimos a fait (ceci) ». Le même artiste avait signé la Naissance d’Aphrodite, mosaïque retrouvée dans la maison de l’Euphrate :

ΖΩΣΙΜΟΣ ΣΑΜΟΣ[ΑΤΕΥ]Σ ΕΠΟΙΕΙ                     « Zosimos de Samosate ».

40– Détails de la bordure : rinceau abritant des amours chassant des animaux féroces (lion, lionne, loup, sanglier, panthère) alternant avec les masques des saisons aux angles et les têtes de Gê et d’Acheloos. Un pavement découvert en 2008 à Cyrrhus offre une version d’éxécution plus soignée et plus naturaliste des éléments végétaux de cette bordure (J. Abdulmassih 2009). Ce thème de chasse est également fréquent à Apamée, Antioche et Daphné.

Fig. 19 ‑ Mosaïque du triclinium

Fig. 19 ‑ Mosaïque du triclinium

© mission ZMVE 2000

41L’étude réalisée sur ces maisons a été très complète : d’abord parce que les vestiges étaient conservés en élévation jusqu’à 1,50 m de haut et, en partie, scellés par l’incendie de 230, attribué à un raid destructeur des Sassanides sur la ville, ensuite parce que leur découverte, dès 1999, a permis une fouille extensive et la dépose de nombreuses mosaïques figurées et de tous les enduits peints, pendant l’hiver et le printemps suivant. C’est grâce à ces opérations qu’ont pu être restituées l’architecture privée et les phases de décoration successives. L’étude du décor privé permet ainsi d’estimer la monumentalité recherchée par les propriétaires, de percevoir l’univers culturel illustré par les mosaïques et les peintures de chaque pièce et de reconnaître la main de différents artistes. Nous renvoyons ici à l’ouvrage collectif consacré à toutes les peintures murales, stucs et graffiti de Zeugma, sous la direction d’A. Barbet, et aux synthèses parues en 2012 sur les fouilles et les mosaïques.

42Les enduits peints ont été déposés, avec la collaboration du Centre d’étude de la peinture murale (CÉPMR) de Soissons, puis restaurés et étudiés au Musée de Gaziantep. La plus ancienne, la fresque des serviteurs, est datée stylistiquement de 180 apr. J.-C. (fig. 20).

Fig. 20 ‑ Frise des Serviteurs de la maison de Poséidon

Fig. 20 ‑ Frise des Serviteurs de la maison de Poséidon

© mission ZMVE 2000

Époque byzantine

43La majorité des vestiges retrouvés remontent à l’Antiquité tardive. Il s’agit de reconstructions dans la ville détruite par les Sassanides au milieu du iiie s., qui induisent de grands changements dans le tissu urbain. On notera, en particulier, le développement de l’habitat privé au détriment des espaces publics et la réoccupation des grandes résidences avec une gestion plus économe de l’espace qui se traduit par des aménagements utilitaires (évier, abreuvoir) et par la subdivision de certaines pièces. La privatisation des espaces publics a été très bien évaluée dans le Dere 2 dont le forum est envahi de maisons assez modestes directement construites sur le dallage.

44L’habitation la mieux conservée comprend au moins trois pièces alignées le long d’un couloir de circulation ; les murs, formés de nombreux blocs de remploi maçonnés à la terre, correspondent à des soubassements d’élévation en brique crue (fig. 21-22).

Fig. 21 ‑ Habitat de l’époque byzantine dans le Dere 2

Fig. 21 ‑ Habitat de l’époque byzantine dans le Dere 2

© mission ZMVE 1999

Fig. 22 ‑ Réaménagment tardif et fonctionnel la pièce C6/P22 des maisons de l’Euphrate et de Poséidon

Fig. 22 ‑ Réaménagment tardif et fonctionnel la pièce C6/P22 des maisons de l’Euphrate et de Poséidon

© M.-P. Raynaud

45Le développement des zones artisanales est représenté par les nombreuses installations artisanales attestées dans le Dere 1 et dans le Bahce Dere.

46Une église semble avoir été fouillée dans la partie orientale du site (fouilles 2000, zone 6, trench 10). Mais ni son plan ni sa chronologie ne sont encore publiés. Dans le Dere 1, un fragment avec une croix sculptée pourrait provenir d’un édifice religieux très proche. A.-M. Manière a suggéré d’y associer les deux tombes byzantines trouvées dans le même vallon.

Aménagements de la rive

47Entre 1996 et 1999, quatre secteurs au bord de l’Euphrate ont été fouillés :

  • une grotte artificielle, creusée sous le Karatepe, avec un relief représentant le fleuve divinisé ; on y a retrouvé également des bassins creusés dans le sol, typiques d’une activité artisanale non datée ;

  • un massif de béton romain, vu par V. Chapot et F. Cumont et considéré comme un piédroit de pont par J. Wagner. Mais cette structure doit être identifiée comme un aménagement hydraulique ;

  • un mur avec contrefort qui pourrait correspondre à un quai.

48Dans le secteur du Bahce Dere, un sondage stratigraphique a révélé des vestiges du ier s. et permis de fixer les variations du cours du fleuve marquées par une accumulation alluviale pendant la période romaine, un surcreusement du lit puis une érosion à la période byzantine.

49L’emplacement du pont de bateaux ne peut donc être déduit que d’après des indications indirectes. L’hypothèse la plus probable est que le pont se trouvait à l’ouest de la ville, dans l’axe du Bahce Dere, au carrefour de la route d’Antioche et de la route de la vallée ; l’accès au pont devait donc être extérieur à la ville de Séleucie/Zeugma.

Nécropoles recouvertes par l’extension urbaine vers l’est

50Des tombes isolées signalent l’existence de nécropoles antérieures au iie s. apr. J.-C., recouvertes par l’extension urbaine romaine. Cet aspect a été bien compris grâce aux découvertes du chantier 6 (ZAP 2000).

51Une série de cuves rectangulaires, excavées dans le rocher, a été découverte en 2000 à l’est de la tranchée 6 (fig. 23). Une seule cuve (E259) a fourni du matériel précisément datable, un unguentarium et des éléments de couronne funéraire en or, datés des iie et ier s. av. J.-C. (fig. 24).

Fig. 23 ‑ Relevé de la partie orientale du chantier 6

Fig. 23 ‑ Relevé de la partie orientale du chantier 6

(relevé et dessin par A.-L. Seno et F. Lebec © mission ZMVE 2000).

Fig. 24 ‑ Eléments de couronne funéraire provenant de la tombe E259

Fig. 24 ‑ Eléments de couronne funéraire provenant de la tombe E259

© mission ZMVE 2000

52Dans le même secteur a été repérée une tombe rupestre non réutilisée et en partie détruite par des réaménagements postérieurs, ce qui permet de supposer que certaines pièces troglodytes de la maison dite des Synaristosaï faisaient partie à l’origine d’une nécropole rupestre, abandonnée au moins avant le iie s. apr. J.-C.

Bibliographie

E. Sachau, Reise, 1883, p. 177-178.

J.-B. Chabot, Journal Asiatique, 1900, p. 729.

V. Chapot, Frontière, 1907, p. 276-279.

F. Cumont, Études syriennes, 1917, p. 119-144.

R. Dussaud, Topographie, 1927, p. 449.

J. Wagner, Seleukia am Euphrat/Zeugma, Wiesebaden, 1976.

D. Kennedy éd., The Twin Towns of Zeugma on the Euphrates. Rescue Work and Historical Studies, JRA Suppl. 27, 1998.

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project: Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 19, p. 34, fig. 5.

M. Gschwind, « Hellenistische tradition contra italische Mode : ein frühkaiserzeitlischer Keramikkomplex aus Rettungsgrabungen in Zeugma am mittleren Euphrat », DaM 13, 2002, p. 321-360.

J. Abdulmassih, « La fortification polygonale et les mosaïques d’une maison romaine à Cyrrhus (Nebi Houri) », Syria 86, 2009, p. 300-305.

Publications issues de la mission franco-turque de « Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate » co-dir. R. Ergeç et C. Abadie-Reynal avec le soutien du MAÉ, du CNRS et de l’IFEA :

C. Abadie-Reynal, A. Desreumaux, C. Laroche, A. Hesse, P. Leriche, « Rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 4, 1996, p. 311-324 .

C. Abadie-Reynal, R. Ergeç et alii, « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate », Anatolia Antiqua 5, 1997, p. 349-370.

C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Buçak et alii, « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate », Anatolia Antiqua 6, 1998, p. 379-406.

C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, E. Buçak et alii, « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate », Anatolia Antiqua 7, 1999, p. 311-366.

C. Abadie-Reynal, E. Buçak, F. Bulgan et alii, « Mission de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate », Anatolia Antiqua 8, 2000, p. 279-337.

J. Gaborit et G. Poccardi, « Séleucie-Zeugma et la frontière de l’Euphrate », Mediterranea Antico, anno III, fasicule 1, 2000, p. 95-109.

C. Abadie-Reynal et alii, « Zeugma, rapport préliminaire des campagnes de fouilles de 2000 », Anatolia Antiqua 9, 2001, p. 243-305.

C. Abadie-Reynal et J. Gaborit, « Le développement urbain en Syrie du nord, étude des cas de Séleucie et Apamée de l’Euphrate », Topoi Suppl. 4, 2003, p. 149-169.

P. Leriche et J. Gaborit, « La ville et son rôle dans la Syrie hellénistique. Quelques réflexions à la lumière de découvertes récentes », L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre au ier s. av. notre ère, 2003, p. 374-391.

A. Barbet, avec F. Monier, J.-B. Yon, M. Dussauge et alii, Zeugma II, Peintures murales romaines, Varia Anatolica 27, automne 2005.

C. Abadie-Reynal, A.-S. Martz et A. Cador, « The Byzantine Pottery of Zeugma: the Evidence of Stratified Groups », International Round Table on Ceramics, Late Antique, Byzantine, Seljuk and Ottoman Pottery and Tiles in Archaeological Contexts, 1-3 juin 2005 (à paraître).

C. Abadie-Reynal, « Les importations de sigillées africaines à Zeugma », Mélanges en l’honneur de J.-P. Sodini, 2005, p. 523-546.

C. Abadie-Reynal et R. Ergeç éd., Zeugma I, Fouilles de l’habitat (1) la mosaïque de Pasiphae, Varia Anatolica 26, Istanbul, 2012.

C. Abadie-Reynal éd., Zeugma III, Lyon, TMO 62 (à paraître).

Publications du Zeugma Archaeological Project

Zeugma: Interim Reports, Journal of Roman Archaeology, Suppl. 51, 2003.

où on trouvera les contributions de :

R. Early et alii, « Rescue works by PHI: interim report, 2000 », p. 8-56.

C. R. Croowther, « Inscriptions of Antiochus I of Commagene and other epigraphical finds », p. 57-68.

C. Abadie-Reynal, J.-P. Darmon et A.-M. Manière-Lévêque, « La maison et la mosaïque des Synaristosai », p. 79-99.

M. Hartmann et M. A. Speidel, « The Roman army at Zeugma: recent research results », p. 100-126.

M. Önal, H. Güllüce, F. Bulgan et A. Beyazlar, Belkıs/Zeugma and its mosaïcs, R. Ergeç éd., Istanbul, 2007.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive gauche, au premier plan la falaise blanche du Karatepe bordé à droite par le vallon du Bahce Dere, au-dessus la masse du Belkıs Tepe et à gauche la colline d’Ayaș Tepe
Crédits © mission ZMVE 1995
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 2 ‑ Plan topographique de Séleucie/Zeugma et localisation des principaux vestiges
Crédits Archives mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 ‑ Plan topographique de la partie basse du site avec la localisation des chantiers de la campagne de fouille d’urgence 2000
Crédits R. Early 2003, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 4 ‑ Vue du Belkıs Tepe et du relief de la rive droite depuis l’amont.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 5 ‑ Topographie des pentes nord du Belkıs Tepe qui met en évidence la présence de terrasses antiques médianes et inférieures
Crédits © G. Thébault 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 6 ‑ Vue de la colline tabulaire du Karatepe et de la vallée jusqu’à Horum Höyük, depuis le Belkıs Tepe
Crédits © G. Thébault 1998
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 7 ‑ Monnaie romaine frappée à Zeugma
Crédits © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 8 ‑ Localisation du camp romain sur une image satellite du site
Crédits M. Hartmann et A. Speidel, 2003, fig. 11
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 9 ‑ Aménagements de terrasses hellénistiques mis au jour dans le chantier 15
Crédits R. Early 2003, fig. 12
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 10 ‑ Relief d’Antiochos Ier de Commagène
Crédits © A.-M. Manière 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 11 ‑ Vue de l’escalier du chantier 17 en cours de fouille
Crédits © mission ZMVE 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 12 ‑ Plan des maisons de l’Euphrate et de Poséidon
Crédits plan revu par A.-M. Manière, © mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 13 ‑ Péristyle, vu depuis le nord
Crédits © mission ZMVE, printemps 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 14 ‑ Chapiteau du péristyle
Crédits © mission ZMVE, printemps 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 15 ‑ Triclinium, mosaïque du char de Dionysos
Crédits © mission ZMVE 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 16 ‑ Triclinium, mosaïque de la légende d’Icare et de Pasiphaé
Crédits © mission ZMVE 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 17 ‑ Plan de la maison dite des Synaristosaï
Crédits relevé et dessin par A.‑L. Seno et F. Lebec 2000, archives mission ZMVE
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 18 ‑ Vue générale de la pièce 8 depuis l’est
Crédits © A.-M. Manière 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 19 ‑ Mosaïque du triclinium
Crédits © mission ZMVE 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 20 ‑ Frise des Serviteurs de la maison de Poséidon
Crédits © mission ZMVE 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 21 ‑ Habitat de l’époque byzantine dans le Dere 2
Crédits © mission ZMVE 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 22 ‑ Réaménagment tardif et fonctionnel la pièce C6/P22 des maisons de l’Euphrate et de Poséidon
Crédits © M.-P. Raynaud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 23 ‑ Relevé de la partie orientale du chantier 6
Crédits (relevé et dessin par A.-L. Seno et F. Lebec © mission ZMVE 2000).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 24 ‑ Eléments de couronne funéraire provenant de la tombe E259
Légende © mission ZMVE 2000
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7107/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 542k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540