Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Turquie en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (section A, Cyrrhestique)

Horum Höyük (Turquie) – A04

Texte intégral

Nom antique attesté

Urima/Ourima ?, Antioche de l’Euphrate ?

Autres toponymes

Ouroum, castle Graum

Localisation

Région

Birecik

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 1,8 km E. du village d’Acemi

Longitude

37.86918928

Latitude

37.1028821

Position

tell ancien

Environnement

terrasse de conglomérat naturel en bordure du fleuve ; parties basses du site sur une couche alluviale

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Superficie

21 ha

Altitude

350-383 m

Critères de datation

céramique, architecture, stratigraphie, inscription

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

habitat

Période romaine

ville

Période sévérienne-sassanide

ville

Occupation postérieure

xiie-xiiie s. et période ottomane

Cartographie

F. R. Chesney, Expedition, 1850, p. 46 et carte II (castle Huroum or Graum)

H. Kiepert, Karte, 1890, carte Syrie du Nord (Horoum kale)

1Le site est composé d’un tell ovale de 30 m de haut, occupé depuis le Chalcolithique, et d’une ville basse étendue sur 20 ha dont les vestiges sont masqués par les vergers. Le tell a été signalé pour la première fois en 1850 par F. R. Chesney sous le toponyme Oroum ou Graum et identifié avec Urima/Ourima (Ptolémée). Relativement mal situé sur les cartes du xixe s., il a été peu visité. En 1907, F. Cumont y décrit « un petit tell avec quelques restes de murailles ».

2En 1989, le tell et la ville basse ont fait l’objet de prospections avec ramassage céramique systématique par la mission américaine conduite par G. Algazé et R. Breuninger. Puis, quatre campagnes de fouille d’urgence ont été menées, entre 1996 et 1999, sous la direction de C. Marro (CNRS) et A. Tibet (IFÉA) dans le cadre de la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate (MAÉ). En 2000, le site a été noyé lors de la mise en eau du barrage de Birecik : seul le sommet du tell est resté hors de l’eau.

Organisation du site

3Le site est composé de deux ensembles :

  1. un tell de 33 m de haut et 30 m de long du nord au sud dont le flanc oriental face à l’Euphrate présente des pentes plus abruptes (fig. 1).

  2. une vaste zone construite développée en contrebas du tell sur 20 ha environ.

4Peu de matériel céramique y a été retrouvé en prospection.

Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive gauche

Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive gauche

© M.‑C. Laroche 1996

5La découverte la plus intéressante pour l’époque classique concerne les aménagements situés le long de la rive moderne, recouverts en partie par les dépôts fluviatiles et en partie par les eaux de l’Euphrate. L’occupation du site pour les périodes hellénistique, romaine et byzantine, indiquée par le matériel prélevé lors des prospections de 1989, a été peu documentée par les fouilles axées sur les problématiques archéologiques des IIIe et IIe millénaires. En revanche, les fouilles ont mis au jour des constructions du xiie-xiiie s. au sommet du tell (chantier A), organisées en terrasses sur le flanc sud (fig. 2 chantiers F-K).

6La concentration de vestiges d’époques classique et byzantine dans la ville basse est significative (blocs d’architecture, pavements de mosaïque, construction en béton romain en aval du site) mais n’a pas fait l’objet de fouille, faute de temps (aucun relevé n’a été publié ; quelques nettoyages de surface, cependant, ont eu lieu en 1999 dans la partie nord de la ville basse).

Fig. 2 ‑ Plan du site avec la localisation des chantiers

Fig. 2 ‑ Plan du site avec la localisation des chantiers

C. Marro et A. Tibet 2000, pl. I

Fortifications

7Les fouilleurs ont proposé d’identifier un ensemble rectangulaire situé au sommet du tell (chantier A) comme les vestiges d’un fortin d’époque romaine, en raison de la taille des murs. Il s’agit d’un long bâtiment rectangulaire orienté nord-sud (mis au jour sous les niveaux médiévaux A0088-A0090, plan non publié en 2009).

Urbanisme

Période hellénistique

8Aucun vestige de cette période n’a été trouvé en fouille ; cependant les installations fluviales non datées pourraient renvoyer à cette époque (voir ci-après).

Période romaine

9Les vestiges fouillés au sommet du tell (chantier A) étaient mal conservés et perturbés par des fosses postérieures. Au bâtiment rectangulaire identifié comme un fortin, sont associés deux gros murs parallèles orientés nord-sud et construits avec des matériaux disparates maçonnés au mortier de chaux.

Période « romaine tardive » ou byzantine (ve-vie s. ?)

10Un seul aménagement mis au jour sur le tell (chantier D) appartient à cette période : il s’agit d’un mur de soutènement construit perpendiculairement à la pente inférieure orientale du tell (sommet du mur D0022 alt. : 348 m) ; il a retenu en partie, côté ouest, une couche d’éboulis importante créée par l’érosion des parties supérieures de la pente. À l’est, se trouvait une « terrasse » datée de l’époque médiévale qui a recouvert le sommet du mur de soutènement (surface de la terrasse alt. : 349 m). Ce mur a été interprété comme un mur de protection de la base du tell contre l’érosion du fleuve. Aucune construction (ou niveau de sol) associée à ce mur n’a été signalée.

11Le site est composé d’un tell ovale de 30 m de haut, occupé depuis le Chalcolithique, et d’une ville basse étendue sur 20 ha dont les vestiges sont masqués par les vergers. Le tell a été signalé pour la première fois en 1850 par F. R. Chesney sous le toponyme Oroum ou Graum et identifié avec Urima/Ourima (Ptolémée). Relativement mal situé sur les cartes du xixe s., il a été peu visité. En 1907, F. Cumont y décrit « un petit tell avec quelques restes de murailles ».

12En 1989, le tell et la ville basse ont fait l’objet de prospections avec ramassage céramique systématique par la mission américaine conduite par G. Algazé et R. Breuninger. Puis, quatre campagnes de fouille d’urgence ont été menées, entre 1996 et 1999, sous la direction de C. Marro (CNRS) et A. Tibet (IFÉA) dans le cadre de la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate (MAÉ). En 2000, le site a été noyé lors de la mise en eau du barrage de Birecik : seul le sommet du tell est resté hors de l’eau.

Organisation du site

13Le site est composé de deux ensembles :

  1. un tell de 33 m de haut et 30 m de long du nord au sud dont le flanc oriental face à l’Euphrate présente des pentes plus abruptes (fig. 1).

  2. une vaste zone construite développée en contrebas du tell sur 20 ha environ.

14Peu de matériel céramique y a été retrouvé en prospection.

15La découverte la plus intéressante pour l’époque classique concerne les aménagements situés le long de la rive moderne, recouverts en partie par les dépôts fluviatiles et en partie par les eaux de l’Euphrate. L’occupation du site pour les périodes hellénistique, romaine et byzantine, indiquée par le matériel prélevé lors des prospections de 1989, a été peu documentée par les fouilles axées sur les problématiques archéologiques des IIIe et IIe millénaires. En revanche, les fouilles ont mis au jour des constructions du xiie-xiiie s. au sommet du tell (chantier A), organisées en terrasses sur le flanc sud (fig. 2 chantiers F-K).

16La concentration de vestiges d’époques classique et byzantine dans la ville basse est significative (blocs d’architecture, pavements de mosaïque, construction en béton romain en aval du site) mais n’a pas fait l’objet de fouille, faute de temps (aucun relevé n’a été publié ; quelques nettoyages de surface, cependant, ont eu lieu en 1999 dans la partie nord de la ville basse).

Fortifications

17Les fouilleurs ont proposé d’identifier un ensemble rectangulaire situé au sommet du tell (chantier A) comme les vestiges d’un fortin d’époque romaine, en raison de la taille des murs. Il s’agit d’un long bâtiment rectangulaire orienté nord-sud (mis au jour sous les niveaux médiévaux A0088-A0090, plan non publié en 2009).

Urbanisme

Période hellénistique

18Aucun vestige de cette période n’a été trouvé en fouille ; cependant les installations fluviales non datées pourraient renvoyer à cette époque (voir ci-après).

Période romaine

19Les vestiges fouillés au sommet du tell (chantier A) étaient mal conservés et perturbés par des fosses postérieures. Au bâtiment rectangulaire identifié comme un fortin, sont associés deux gros murs parallèles orientés nord-sud et construits avec des matériaux disparates maçonnés au mortier de chaux.

Période « romaine tardive » ou byzantine (ve-vie s. ?)

20Un seul aménagement mis au jour sur le tell (chantier D) appartient à cette période : il s’agit d’un mur de soutènement construit perpendiculairement à la pente inférieure orientale du tell (sommet du mur D0022 alt. : 348 m) ; il a retenu en partie, côté ouest, une couche d’éboulis importante créée par l’érosion des parties supérieures de la pente. À l’est, se trouvait une « terrasse » datée de l’époque médiévale qui a recouvert le sommet du mur de soutènement (surface de la terrasse alt. : 349 m). Ce mur a été interprété comme un mur de protection de la base du tell contre l’érosion du fleuve. Aucune construction (ou niveau de sol) associée à ce mur n’a été signalée.

Les aménagements fluviaux

21L’étude géomorphologique menée par C. Kuzuçuoglu a mis en évidence deux phénomènes importants pour la compréhension des installations repérées le long de la rive :

  • entre l’âge du Bronze et à l’époque romaine, le lit majeur de l’Euphrate est très encaissé et érode la terrasse holocène sur laquelle repose le tell ;

  • entre l’époque romaine tardive et la période médiévale, au contraire, les dépôts fluviatiles sont plus importants et entraînent une surélévation du lit du fleuve.

22Depuis la construction du barrage d’Atatürk, les dépôts fluviatiles ont fortement diminué et le courant, implacable quand les vannes du barrage sont ouvertes, a érodé la rive récente (fig. 3). Cette érosion rapide a mis au jour, entre 1996 et 1999, un ensemble de constructions en pierre de taille modulaire dans le cours du fleuve. Ces constructions (fig. 4) ont été repérées en deux points distants de 250 m le long de la rive, leur sommet se trouve à 339,65 m d’altitude soit à 2,80 m sous la surface de la rive actuelle. Ces vestiges n’ayant pas été fouillés nous n’avons pas d’indications sur leur élévation (nombre d’assises ?) ni sur l’altitude de la base de l’assise repérée.

Fig. 3 ‑ Vue de la rive depuis l’aval

Fig. 3 ‑ Vue de la rive depuis l’aval

© G. Thébault 1999

Fig. 4 ‑ Localisation des constructions en pierre repérées le long de la rive

Fig. 4 ‑ Localisation des constructions en pierre repérées le long de la rive

C. Marro et A. Tibet 1999, pl. II

23Le premier segment (secteur 1) est situé en aval à 200 m de la pointe sud du tell et a été relevé en continu sur 30 m de long environ. Le second secteur (secteur 2) s’étend de la pointe nord du tell vers l’amont sur 40 m. Étant donné que ces constructions sont en partie recouvertes par la rive moderne, nous n’en connaissons que l’emprise dans le lit de l’Euphrate : pour le secteur 1, la limite orientale de ces aménagements est située à environ 6 m de distance par rapport au tracé et, pour le secteur 2, à un peu plus de 12 m. Ces constructions présentent un appareil en boutisse (pierres de taille disposées sur le petit côté perpendiculaire à la rive) qui a fait l’objet de nombreuses réparations (demi-blocs et fragments grossièrement retaillés, remplacements de deux pierres en boutisse par des pierres en carreaux, etc.). Les relevés montrent que plus de quatre modules différents de pierre de taille ont été mis en œuvre dans ces constructions. Chaque secteur présente un dispositif en V saillant dans le cours de l’Euphrate qui peut être interprété comme un môle destiné à protéger l’intervalle du courant de l’Euphrate. Entre les secteurs 1 et 2, en effet, aucune construction similaire n’a été retrouvée le long de la rive. S’il existe, le prolongement de ces installations se trouve donc sous le bourrelet fluvial moderne, en retrait de plus de 2 m vers l’ouest par rapport à l’alignement des murs repérés dans le lit du fleuve. Dans cette perspective, nous serions en présence d’un exemple rare d’aménagement portuaire documenté pour le Moyen-Euphrate.

Secteur 1

24Il réunit quatre murs inscrits dans un même ensemble mais caractérisés, chacun, par un module de construction différent (fig. 5a). Le mur 1a, de 2 m de large, a été relevé sur 25,5 m de long ; il est formé d’une double rangée de boutisses de même module (module 1 caractérisé par un rapport longueur/largeur de 1:2), excepté à son extrémité nord au contact du mur 1c avec lequel il forme un angle saillant vers le nord-est de 70o (fig. 5b).

Fig. 5a ‑ Relevé du secteur 1 par J.‑F. Bernard

Fig. 5a ‑ Relevé du secteur 1 par J.‑F. Bernard

C. Marro et A. Tibet, 1999, pl. II

Fig. 5b ‑ Vue du secteur 1

Fig. 5b ‑ Vue du secteur 1

© G. Thébault 1999

25Le mur 1b, perpendiculaire à la face interne du mur 1a, est formé d’une seule rangée de boutisses (module 2 de rapport 1:3). Il mesure environ 1,75 m de large et a été repéré sur 1,60 m. Il semble se prolonger sous la berge.

26Le mur 1c, de 2,70 m de large, est formé d’une triple rangée de boutisses (module 3 de rapport de 1:2), appareil homogène repéré sur 6 m. Il devait se prolonger sur 12 m vers le nord-ouest puisque, après cet intervalle, on retrouve quatre boutisses du même module alignées avec la rangée médiane du mur 1c. Au-delà, le mur a été reconstruit (englobé dans le mur 1d) et sa limite extérieure a été légèrement avancée. Le mur 1d est composé d’un appareil en boutisse de pierres rectangulaires de différents formats (ex : 0,60 x 1,60 m ; 0,70 x 1,17 m) et semble se poursuivre sous la rive actuelle.

27En l’absence de fouille, il est difficile de déterminer les phases de construction de cet ensemble. Il serait tentant de restituer un premier môle formé par les murs 1a et 1b à 45°, puisque l’extrémité du mur 1a au contact du mur 1c correspond visiblement à une reconstruction (pierres de modules inégaux dont une disposée en carreau, et présence d’une pierre grossièrement retaillée dans l’angle interne pour rattraper la différence de largeur entre les murs 1a et 1c). Dans l’hypothèse inverse (mur 1a contemporain du mur 1c), il est difficile d’expliquer la fonction du mur 1b : il ne peut pas, en effet, être interprété comme un renforcement du mur 1a qui est très bien conservé et moins soumis à la force du courant que le mur 1c. En revanche, il est évident que le mur 1c a subi des modifications et que sa face la plus exposée a été renforcée (élargissement formé par le segment 1d).

28Nous donnons ci-dessous les dimensions des différents modules que nous avons distingués (les mesures prises sur les plans publiés ne sont pas assez précises, mais permettent d’établir le rapport longueur/largeur).

29Module 1 : 1 x 0,50 m / module 2 : 1,75 x 0,58 m / module 3 : 0,45 x 90 m.

Secteur 2

30Les constructions repérées y sont plus discontinues et plus disparates qu’en aval du tell. On peut distinguer trois ensembles (fig. 6a) :

  • au centre, le môle 2a composé de deux murs d’environ 5 m de long qui forment un angle saillant à 70o ; leur limite extérieure semble avoir été renforcée par une nouvelle rangée de blocs, majoritairement des boutisses mais aussi des pierres retaillées à différents formats et disposées de manière pragmatique.

  • au sud, le segment 2b a été relevé sur 7,25 m de long. Ce mur de 2,2 m de large est formé d’au moins deux rangées de boutisses (modules 5 et 6). Le mur a été remanié et les pierres abîmées retaillées et remployées dans la réparation, comme le prouve le détail du relevé à l’extrémité sud du mur (fig. 6b). Les boutisses en façade présentent un ressaut extérieur de 7 cm de haut et étaient maintenues entre elles par des tenons en fer (fig. 7).

  • le segment 2c semble correspondre à une vaste plate-forme de 13 m de long et de 6 m de large qui passe sous la rive actuelle. Le relevé montre une série de segments de murs disparates, chacun composé de quelques boutisses similaires, mais pour lesquelles on ne retrouve aucun des modules utilisés par ailleurs.

Fig. 6a ‑ Relevé du secteur 2 par J.‑F. Bernard

Fig. 6a ‑ Relevé du secteur 2 par J.‑F. Bernard

C. Marro et A. Tibet 1999, pl. II

Fig. 6b ‑ Relevé détaillé du segment 2b par J.‑F. Bernard

Fig. 6b ‑ Relevé détaillé du segment 2b par J.‑F. Bernard

C. Marro et A. Tibet 1998, pl. IV

Fig. 7 ‑ Détail de l’appareil en pierre de taille avec les logements des tenons du secteur 2b

Fig. 7 ‑ Détail de l’appareil en pierre de taille avec les logements des tenons du secteur 2b

© G. Thébault 1999

31Aucune datation précise n’est proposée dans les rapports publiés mais ces aménagements sont classés comme des vestiges d’époque tardive. Le contexte géomorphologique, cependant, indiquerait plutôt qu’ils ont été mis en place à un moment où le lit de l’Euphrate était assez encaissé, c’est-à-dire avant la période romaine tardive. Les techniques de construction permettent de les situer plus près de l’époque hellénistique que de la fin de l’époque romaine. En outre, les nombreuses réfections et renforcements opérés dans les maçonneries suggèrent qu’ils ont fonctionné pendant une longue période.

32Ces installations fluviales constituent le seul indice étudié sur l’importance et la fonction de la ville basse. Si les publications futures confirment la datation de ces quais pour l’époque hellénistique ou romaine, il sera alors temps de reconsidérer l’hypothèse de J. Wagner qui a suggéré d’identifier le site avec Antioche de l’Euphrate – toponyme tiré de Pline (HN, 5. 86) et attesté par quelques monnaies d’époque romaine donnant le nom complet de la ville. En revanche, les fouilles n’ont apporté aucun élément déterminant en ce qui concerne l’identification avec Ourima.

Fig. 8 ‑ Vue de la vallée en amont de Zeugma avec le sommet du tell émergeant dans le lac du barrage en 2002.

Fig. 8 ‑ Vue de la vallée en amont de Zeugma avec le sommet du tell émergeant dans le lac du barrage en 2002.

33Matériel issu des prospections

  • céramiques hellénistiques : bols à lèvres incurvées, vernis noirs

  • céramiques romaines : fine red glazed wares, Early/Late Roman brittle ware, grooved rims

  • tuiles

34Périodisation selon les prospecteurs

  • période 4 (Obeid)

  • période 5b (Uruk)

  • période 8 (2200-1900 av. J.-C.)

  • période 11 (du ive s. av. J.-C. au iie s. apr. J.-C.)

  • période 12 (du iiie s. aux ve-vie s. apr. J.-C.)

  • période islamique récent

35Périodisation selon les fouilles

  • Chalcolithique ancien et moyen

  • âge du Bronze moyen et récent

  • période romaine

  • période byzantine

  • xiie-xiiie s.

  • période ottomane

Bibliographie

F. Cumont, Études syriennes, 1917, p. 151 et p. 291.

G. Algazé et R. Breuninger, « Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project: Final Report », Anatolica 20, 1994, site no 10, p. 30, fig. 5.

C. Marro, A. Tibet et R. Ergeç, « Fouilles de sauvetage de Horum Höyük. Premier rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 5, 1997, p. 371-391.

C. Marro, A. Tibet et R. Ergeç, « Fouilles de sauvetage de Horum Höyük. Deuxième rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 6, 1998, p. 349-378.

C. Marro, A. Tibet et R. Ergeç, « Fouilles de sauvetage de Horum Höyük. Troisième rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 7, 1999, p. 285-307.

C. Marro, A. Tibet et F. Bulgan, « Fouilles de sauvetage de Horum Höyük. Quatrième rapport préliminaire », Anatolia Antiqua 8, 2000, p. 257-278.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue du site depuis la rive gauche
Crédits © M.‑C. Laroche 1996
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 2 ‑ Plan du site avec la localisation des chantiers
Crédits C. Marro et A. Tibet 2000, pl. I
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3 ‑ Vue de la rive depuis l’aval
Crédits © G. Thébault 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 4 ‑ Localisation des constructions en pierre repérées le long de la rive
Crédits C. Marro et A. Tibet 1999, pl. II
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5a ‑ Relevé du secteur 1 par J.‑F. Bernard
Crédits C. Marro et A. Tibet, 1999, pl. II
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5b ‑ Vue du secteur 1
Crédits © G. Thébault 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 6a ‑ Relevé du secteur 2 par J.‑F. Bernard
Crédits C. Marro et A. Tibet 1999, pl. II
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 6b ‑ Relevé détaillé du segment 2b par J.‑F. Bernard
Crédits C. Marro et A. Tibet 1998, pl. IV
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7 ‑ Détail de l’appareil en pierre de taille avec les logements des tenons du secteur 2b
Crédits © G. Thébault 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 8 ‑ Vue de la vallée en amont de Zeugma avec le sommet du tell émergeant dans le lac du barrage en 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7103/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 676k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540