Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les quartiers irréguliers de Beyrouth

 | 
Valérie Clerc-Huybrechts

I. Les interstices de l'histoire urbanistique

Chapitre II - Points sensibles de l’histoire urbanistique, les quartiers de Horch Tabet et Horch al-Qatil

Entrées d'index

Mots clés :

banlieue, urbanisme

Géographique :

Beyrouth, Liban

Texte intégral

1La banlieue sud-ouest de Beyrouth, dans laquelle sont situés les quartiers illégaux, est une zone particulière dans l’histoire des plans d’urbanisme de cette ville : ils concentrent une très grande partie d’entre eux au cours du xxe siècle. Cette planification s’accompagnait d’une réglementation et d’outils qui devaient permettre l’application des critères les plus modernes de la formation spatiale de la ville. La plus grande hétérogénéité morphologique actuelle de la région de Beyrouth correspond donc à la zone privilégiée de l’application d’une volonté continue dans l’histoire de morphologie urbaine homogène, radicalement moderne.

Une forte concentration de plans et projets d’urbanisme sur la zone sablonneuse

2Située à l’emplacement d’un élargissement de la plaine côtière, la banlieue sud est une zone d’extension de la ville. Dans sa partie est, les villages de la plaine agricole ont formé les noyaux du principal développement vers le sud de Beyrouth. Sa partie ouest était, jusqu’au milieu du xxe siècle, essentiellement constituée de terres sablonneuses peu habitées et peu exploitées d’un point de vue agricole, mis à part quelques champs entre les fermes de Bir Hassan et le lieu-dit d’Ouzaï développé autour du sanctuaire sunnite dédié à l’imam du même nom, au bord de la mer (voir fig. 1-10). Très peu occupée par les cultures ou l’habitat, proche de la ville et de la mer, cette partie sablonneuse a constitué un terrain privilégié pour les plans des villes nouvelles, d’urbanisme et de remembrement de Beyrouth.

Figure 1-10. Au milieu des sables (en grisé), quelques zones agricoles, au nord d’Ouzaï, en 1841.

Figure 1-10. Au milieu des sables (en grisé), quelques zones agricoles, au nord d’Ouzaï, en 1841.

Source : « La péninsule beyrouthine en 1841-1842 » (Davie 1984 : 37-42).

3Dès le début du xxe siècle, des plans de villes nouvelles y sont projetés. En 1906, un promoteur et ingénieur libanais d’Égypte, Chakkour Pacha, projette un quartier nouveau à l’emplacement actuel d’Ouzaï, à l’image de ce qui se fait à l’époque au Caire (Héliopolis), en raison des « caractéristiques de ce secteur du point de vue de sa salubrité et de la beauté de son paysage » (République libanaise 1955 : 14). C’est également dans la partie nord de cette plaine sableuse que l’urbaniste français Michel Écochard situe une ville nouvelle en 1942, pour les mêmes raisons : « le premier principe qui justifie le choix de l’emplacement est d’ordre climatique […], les vents du sud-ouest apportent l’air frais » (Ghorayeb 2000 : 285). C’est également sur l’ensemble de cette zone sablonneuse qu’il implante sa Cité gouvernementale ouest, au début des années 1960, et qu’il localise une zone de ville nouvelle à urbaniser en priorité (voir fig. 1‑12, 1‑13 et 1-14). C’est aussi sur la zone sablonneuse, entre Khaldeh et Jnah, que la commission technique dirigée en 1950 par Ernest Egli a proposé d’édifier une ville nouvelle, Bayrût al-Jadîda, centrée autour du carrefour de Chatila (Egli et Meyer 1950, cités par Davie 2001 : 96), une zone résidentielle de luxe et de grands équipements. Mis à part un bâtiment de la Cité gouvernementale (voir fig. 1-15), ces villes nouvelles et cités gouvernementales ne seront pas réalisées, mais les schémas routiers et le zoning proposés par Écochard marqueront cette région à travers le plan directeur général de 1964.

Figure 1-11. Les bois de Horch Tabet et Horch al-Qatil. ½.

Figure 1-11. Les bois de Horch Tabet et Horch al-Qatil. ½.

Photo V. Clerc 1999.

Figure 1-11. Les bois de Horch Tabet et Horch al-Qatil. 2/2.

Figure 1-11. Les bois de Horch Tabet et Horch al-Qatil. 2/2.

Les bois étaient encore très préservés avant la guerre. En haut, Horch Tabet au début des années 1970 (photo extraite deKhalaf et Khoury 1993, figure 40). Sur la photo, le bois est situé en arrière de la Cité sportive (au premier plan) et du camp palestinien de Chatila (l’extension du camp s’est faite sur les pentes situées entre ce bois et la Cité sportive). Lorsque les terrains ont été occupés, pendant la guerre, de nombreux arbres ont été préservés. En bas, le quartier illégal de Horch al-Qatil aujourd’hui, à l’ombre des pins

  • 1 Complété par le décret 18357 du 14 janvier 1958 et modifié par le décret 14312 du 21 avril 1970. (...)
  • 2 Compété par le décret 5937 du 03/11/1966 et modifié par les décrets 3390 du 23/10/1969 et 14313 du (...)

4C’est sur cette partie de la banlieue sud que se focalisent également les premiers plans d’urbanisme et les schémas d’aménagement de la région de Beyrouth promulgués par décret après l’indépendance : la loi du 1er mai 1950 sur la construction dans la région de l’ancien aérodrome de Beyrouth, réglementant la construction sur le boulevard de Khaldeh ; le Plan de la banlieue sud de Beyrouth de 1953 (décret n° 2616 du 14 septembre 1953)1, premier plan d’urbanisme au Liban, réalisé peu avant le Schéma directeur de Beyrouth municipe de 1954 ; le Plan directeur général relatif à la subdivision des districts dans la banlieue de la ville de Beyrouth, approuvé par le décret 16948 du 23 juillet 19642, communément appelé « second plan Écochard », qui concerne l’ensemble des banlieues de Beyrouth sauf la Zone des sables, mais qui y définit le périmètre de la zone G ; le plan réglementant la zone G3 (décret 1474 du 8 juillet 1971) ; et le plan directeur général de la banlieue sud de Beyrouth (décret 9258 du 12 octobre 1974) (voir fig. 1-16).

  • 3 Sources : Palais de justice de Beyrouth et Direction générale de l’urbanisme.

5C’est également en banlieue sud-ouest, sur la même zone sablonneuse, qu’ont eu lieu les cinq premières et seules procédures libanaises de remembrement urbain réalisées entre 1955 et 19703. Les premières procédures de remembrement urbain sont lancées près de l’ancienne école de combat, dans l’actuelle région de Horch al-Qatil, en 1955 (décret 9951) et en 1957 (décret 17981) ; entre Sabra et l’actuelle ambassade du Koweït en 1959 (décret 1851) ; le long du boulevard de l’aéroport, dans la zone appelée aujourd’hui Raml el-Aali, en 1959 (décret 3046) ; et à l’ouest de l’ancien aérodrome de Beyrouth, actuellement le long de la rue Adnan el-Hakim, en 1961 (décret 6332). Il n’y a pas ensuite d’autre lancement de procédure de remembrement urbain avant 1970 (décret 14957 dans la région de Sinn el-Fil, à l’est de Beyrouth), date à laquelle ces procédures commencent à être utilisées dans d’autres parties de la banlieue de Beyrouth.

6Ces remembrements se situent dans des zones à forte valorisation foncière potentielle, essentiellement le long du boulevard de l’Aéroport, nouvellement percé en direction de l’Aéroport international de Beyrouth (AIB), lui-même installé sur cette zone peu urbanisée et ouvert en juillet 1950, avant même l’achèvement des travaux. La loi définissant les modalités de la procédure de remembrement avait été promulguée en décembre 1954, afin de pouvoir exécuter par ce moyen les projets de villes nouvelles et le plan d’urbanisme de septembre 1953 pour la banlieue sud de Beyrouth. Cette loi était réclamée depuis plusieurs années par les ingénieurs et urbanistes (Naggear 1948 et 1998). Elle devait éviter à l’État une grande partie des dépenses d’expropriation (les terrains avaient pris de la valeur avec la construction de l’aéroport et le remembrement permettait à l’État de récupérer gratuitement 25 % de la surface des terrains remembrés) et permettre la reconfiguration foncière des parcelles qui ne s’adaptaient pas à l’orthogonalité des plans (voir fig. 1-17 et 1-18).

Figure 1-12. Les villes nouvelles proposées par Écochard en banlieue sud-ouest.

Figure 1-12. Les villes nouvelles proposées par Écochard en banlieue sud-ouest.

Sources : étude de M. Écochard, MAE, Série E. Levant. Fonds Beyrouth à Nantes (dans Ghorayeb 2000) ;ministère du Plan, Études préliminaires du plan directeur de Beyrouth et de sa banlieue, 1963 (deux versions); Cité des ministères, Schéma d’organisation des villes nouvelles et de la cité des ministères, 10/03/1963.

Figure 1-13. Emplacements des villes nouvelles prévues par Écochard en banlieue sud-ouest.

Figure 1-13. Emplacements des villes nouvelles prévues par Écochard en banlieue sud-ouest.

La proposition d’Écochard du 27/07/1942 pour une « Ville nouvelle » situe celle-ci en banlieue sud-ouest, au bord de la mer, incluant les actuels quartiers de Jnah et Hay el-Zahra et le nord de l’actuel quartier d’Ouzaï. Sa proposition du début 1963 est située dans un périmètre proche de celui d’Élyssar (Jnah est exclu, Raml est inclus). Elle est appelée dans une première étude « Zone 7, zone de ville nouvelle (étude d’urgence et décret de mise à l’étude) » puis, ultérieurement, « Zone D1, zone à urbaniser en priorité ». Les espaces réservés pour les « Ville nouvelle et Cité des ministères » dans une proposition du 10/03/1963 sont situés dans cette zone.

Fond de plan, plan photogrammétrique, Oger international, 1991.

Figure 1-14. Plan général d’aménagement des Cités gouvernementales en 1961.

Figure 1-14. Plan général d’aménagement des Cités gouvernementales en 1961.

Ce plan Écochard montre qu’il prévoit d’urbaniser toute la Zone des sables entre Beyrouth et l’Aéroport international de Beyrouth.

Source : Urbanisme, n° 211, 1986, p. 55.

Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 1/3.

Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 1/3.

Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 2/3.

Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 2/3.

Source : Aractingi [1963 ou 1964], p. 8-10 ; fond de plan, plan photogrammétrique, Oger international, 1991.

Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 3/3.

Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 3/3.

Plan de masse, vue générale et situation sur un plan actuel.
La cité gouvernementale ( —  —  — ) devait être construite dans la partie du terrain de l’ancien aérodrome de Beyrouth  (————) qui se situe en dehors de la limite de Beyrouth municipe (— . ­ — . —)

Figure 1-16. Emprise des plans d’urbanisme en banlieue sud-ouest.

Figure 1-16. Emprise des plans d’urbanisme en banlieue sud-ouest.

Fond de plan, plan photogrammétrique de la banlieue sud, 1991.

Figure 1-17. Plan de situation des remembrements engagés en banlieue sud.

Figure 1-17. Plan de situation des remembrements engagés en banlieue sud.

Fond de plan : carte de 1991 et et plan parcellaire édité par Élyssar.

Figure 1-18. Plan de situation parcellaire des remembrements engagés en banlieue sud.

Figure 1-18. Plan de situation parcellaire des remembrements engagés en banlieue sud.

Les cinq premiers remembrements libanais
1. 1955 (décret 9951).
2. 1957 (décret 17981)-1959 (décret 733).
3. 959 (décret 1851).
4. 1959 (décret 3046)-1978 (décret 1368).
5. 1961 (décret 6336)-1978 (décret 1371).
Les remembrements de 1983
15. 1983 (décret 292)-1987.
6. 1983 (décret 303) (numéros 15 et 16 de la liste libanaise).

Règles et morphologie urbaine

7À travers ces plans, la banlieue sud doit devenir le lieu privilégié de la mise en application des principes urbanistiques modernes : zoning et règlements d’urbanisme doivent permettre de créer un tissu urbain ordonné, orthogonal, aéré, peu dense, et de « réaliser des ensembles correspondant à une conception contemporaine de l’habitat et de l’urbanisme », selon les termes de Michel Écochard en 1963 (Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, p. 87).

8Deux catégories d’instruments d’urbanisme y sont envisagées à cet effet. Le premier, l’urbanisme opérationnel, est souvent projeté pour cette zone, mais a finalement assez peu été utilisé jusqu’à aujourd’hui.

  • 4 Décret 6102 du 24/11/1966.
  • 5 Décret 959 du 29/01/1965.

9Les villes nouvelles et les cités gouvernementales non réalisées de Danger et Écochard entraient dans cette logique. La zone G, définie par le Plan directeur de 1964, devait être aménagée et exploitée à partir de 19664, par une société foncière mixte (outil défini à cet effet en 19655), conformément à l’article 19 de la loi de l’urbanisme du 24 septembre 1962 ; mais elle ne le sera finalement pas : selon l’un des propriétaires de la zone, les propriétaires n’auraient eu ni l’intérêt ni la motivation nécessaires pour se regrouper en société foncière, comme l’imposait le décret.

  • 6 Décret 14313 du 21 avril 1970, modifiant le plan directeur de 1964 pour ce qui est du règlement de (...)

10La modification, en 1970, du plan directeur de 19646, partage cette zone G en trois et stipule que la zone G3, seule encore concernée par la mise en place éventuelle d’une société foncière, peut désormais faire également l’objet d’un aménagement par remembrements réalisés par la Direction générale de l’urbanisme. L’outil du remembrement urbain aura finalement été préféré à celui de la société foncière : les remembrements de la zone G3 ont été réalisés dans les années 1980 (voir plus loin). Les remembrements urbains décrits plus haut ont donc finalement été les seules opérations, foncières, d’urbanisme mises en place dans la banlieue sud, concrétisant, en termes de forme parcellaire, les plans et les règlements d’urbanisme.

11Seconde catégorie d’instruments, l’urbanisme réglementaire. Zoning et réglementation urbaine ont défini dans cette zone des densités et des règles de construction qui sculptent la ville selon un modèle moderne, aéré, orthogonal et relativement unifié.

  • 7 Décret 18357 du 14/01/1958. Le CET passe à 1,25, 1,50 ou 1,75 mais le CES diminue à 20 et 25 %. La (...)
  • 8 Décret 9285 du 12/10/1974. Pour la majeure partie des secteurs du plan (zone A1.4), le CET passe à (...)

12C’est le Plan de 1953 pour la banlieue sud (décret 2616) qui a essentiellement marqué la morphologie projetée de la Zone des sables. Il a défini, pour la quasi-totalité de la zone planifiée, un tissu dont on peut observer la morphologie dans le lotissement de Bir Hassan, à partir de l’imposition d’une taille minimum de parcelles de 900 m2, d’un coefficient d’exploitation total (CET) de 1,20 et d’un coefficient d’exploitation au sol (CES) de 40 %, chiffres de la zone II qui couvre la plus grande partie de la surface de la zone planifiée (voir fig. 1-19). Aucune parcelle n’est inconstructible, en particulier dans les zones boisées. Ces règles d’urbanisme pour la Zone des sables sont peu remises en cause pendant les cinquante années suivantes. Les tracés du plan de 1953 seront modifiés par la réalisation d’un réseau de grandes voiries, mais la définition de la taille et de la forme des îlots reste la même. Les coefficients sont légèrement augmentés en 19587, puis dans le plan directeur de la banlieue sud de 19748.

Figure 1-19. La zone II dans le plan d’urbanisme de la banlieue sud de 1953.

Figure 1-19. La zone II dans le plan d’urbanisme de la banlieue sud de 1953.

Le périmètre du plan de 1953 est principalement régi par le règlement de la zone II.

Fond de plan : dessin réduit du décret 2616 de 1953.

  • 9 Décret 16948 du 21/04/1964. À côté de la zone des Sables, des zones B2 autorisent des CET de 2,00 e (...)
  • 10 Le décret 14313 du 21/04/1970 autorise des coefficients similaires à ceux autorisés dans le reste d (...)
  • 11 Le plan directeur général de la banlieue sud de 1974 et celui de 1971 pour la zone G restent valabl (...)
  • 12 Décret 10231 du 09/05/1997. Les CET ne dépassent pas 1,4 dans la majeure partie du projet, sauf dan (...)

Mais on peut noter que ces règles induisent un tissu moins dense que celui qui est autorisé pour le reste des banlieues de Beyrouth par le plan directeur des banlieues de 19649. Mis à part dans la zone G lors d’un court intermède entre 1970 et 197110, ce n’est qu’avec le projet Élyssar11 que certaines parties de la Zone des sables – mais seulement les zones d’habitat planifié – se voient attribuer des coefficients similaires au reste de la banlieue12.

Les quartiers illégaux Horch Tabet et Horch al-Qatil, zones sensibles de l’histoire urbanistique

  • 13 Au xixe siècle déjà, l’un de ces deux bois avait fait l’objet d’une procédure d’expropriation pour (...)
  • 14 Peut-être jusqu’en 1877 d’après des actes consignés au cadastre de Baabda dans le dossier de la par (...)
  • 15 Entretien avec un ancien directeur national du cadastre.
  • 16 Code foncier ottoman de 1858, article 92 (Young 1906, tome VI).
  • 17 Dont les familles Ayoub, Tabet, Chouqair, Pharaon, Haddad, Chiha, Najjar, Sursock, Tueini, Fiani… S (...)

13Parmi les quartiers illégaux de la banlieue sud, Horch Tabet à Sabra et Horch al-Qatil (voir fig. 1-11) semblent être les quartiers dont l’occupation est la plus liée à l’histoire urbanistique13 de la zone et en particulier aux difficultés de mise en place des plans et projets d’urbanisme. Horch al-Qatil et Horch Tabet ont une histoire assez similaire. Ce sont deux zones boisées (horch signifie bois ou forêt), toutes deux intégrées dans la zone G3 définie par Écochard. Elles ont fait l’objet de plans d’urbanisme et d’une réglementation spécifiques, qui y ont imposé la création de parcelles de grande taille, à un moment inconstructibles, pour préserver le caractère boisé de la zone. Ces zones ont été remaniées par deux remembrements, promulgués le même jour, le 25/02/1983 (celui de Sabra reste inachevé, celui de Horch al-Qatil, terminé en 1987, remaniait un remembrement précédent). Commencées dès les années 1970, les occupations illégales de terrains se sont surtout développées, pour les deux zones, dans les années 1983-1984. Dans les deux cas, nombreux sont ceux qui pensent que les terrains étaient auparavant municipaux (Charafeddine 1987 : 128 et 178 et Charafeddine 1985 : 96). De fait, il est possible que ces forêts aient été, jusqu’à la fin du xixe siècle14, des terrains du domaine de l’État mis à la disposition de la collectivité des villages avoisinants (Chiah, Bir Hassan…) et qu’un individu les ait alors « pris, jusqu’à la limite de Bourj el-Barajneh »15, malgré l’interdiction de se comporter en propriétaire sur de telles terres et le droit des membres du groupement bénéficiaire (en l’occurrence, ici, les villages) de s’y opposer16. Ces forêts sont en tout cas des propriétés privées, au moins depuis la mise sous cadastre au début des années 1930. Ils appartenaient à cette époque en partie au même propriétaire : principalement les héritiers de Khalil Naoum Tabet pour le bois qui porte le nom de cette famille, et plus de vingt propriétaires de familles différentes, dont la même famille Tabet, pour l’autre17.

14D’un point de vue urbanistique, les périmètres des quartiers illégaux de Horch al-Qatil et Horch Tabet correspondent de manière assez précise à la zone de pinèdes existant lors de la réalisation du schéma d’organisation des villes nouvelles et de la Cité des ministères, présenté dans le rapport Écochard de 1963 (voir fig. 1-20). Ces bois ont la particularité d’avoir été inclus dans le périmètre des plans directeurs de la banlieue sud de 1953 et de 1974, dans la zone G de 1964, dans la zone G3 des plans de 1970 et 1971 et dans le périmètre des remembrements urbains de 1955, 1957 et 1983. Aucun de ces plans, règlements ou remembrements n’éclaire à lui seul les raisons pour lesquelles des quartiers illégaux se sont installés sur ces terrains boisés plutôt que sur d’autres. En revanche, le délai entre 1964  et 1971 de la réalisation des documents officiels attendus sur cette zone, puis ensuite, et surtout, l’attente, entre 1971 et 1983, du début de leur mise en application ainsi que  l’incertitude qui en a résulté pour les propriétaires, ont probablement mis ces terrains boisés dans une situation critique pendant plusieurs années.

Figure 1-20. L’emprise des pinèdes conservées dans le schéma d’organisation de la « Ville nouvelle et Cité des ministères » d’Écochard.

Figure 1-20. L’emprise des pinèdes conservées dans le schéma d’organisation de la « Ville nouvelle et Cité des ministères » d’Écochard.

Sources : Écochard, sans titre, dans Cité des ministères, Schéma d’organisation des villes nouvelles et de la Cité des ministères, 10/03/1963, 1/10 000.

15La qualité d’espace vert de ces bois joue un rôle important dans le processus. Jusqu’à la fin des années 1950, l’ensemble de la banlieue sud était planifié de façon homogène, que le terrain d’origine soit planté ou non : c’est le cas par exemple dans le plan d’aménagement défini par le décret 2616 de 1953, qui prévoyait les mêmes coefficients de constructibilité pour tous les terrains, ou des remembrements de 1955 et 1957 des terrains situés à Horch al-Qatil, qui prévoyaient des parcelles de petite taille, ne permettant pas la préservation du bois. Ce n’est qu’à partir des études menées par Écochard, au début des années 1960, que les plans d’urbanisme cherchent à préserver de l’urbanisation les zones boisées existantes. Déjà les villes nouvelles prévues par Écochard dans les plans de 1961 contournent les zones forestières. Il n’est pas encore question, dans le plan de 1964, de réglementation pour la banlieue sud-ouest (seules les oliveraies de la plaine de Choueifate sont réglementées) et aucune règle ne protège explicitement les espaces verts que constituent ces bois de pins. Mais la création d’une zone G à aménager, dont ces bois font partie, offre la possibilité de mettre en place un règlement particulier. Aucun coefficient n’est alors encore défini pour cette zone G. Il est prévu d’y réaliser une société foncière qui déterminera la nature de l’urbanisation à prévoir. Il est cependant déjà question, dans les textes et commentaires du décret, de préserver, voire de classer, des espaces verts : « Il importe que les bois, parcs existants à l’intérieur ou à proximité de l’agglomération, ne puissent plus être défrichés ou déboisés » (Bricet 1965 : 12). Le plan aurait pris en compte la conservation de ces bois (Salam 1970 : 179). De fait, dans les années qui suivront, la zone boisée se verra attribuer à la fois un règlement différent de ce qui est prévu alentour et des voiries qui remettent radicalement en cause les plans antérieurs.

16Ces bois deviennent alors les lieux dérogeant aux principes en vigueur jusque-là. La société foncière est mise en place en 1966, mais ce n’est qu’en 1970, lors de la modification du règlement de 1964, que les propriétaires savent réellement à quoi s’en tenir : le décret 14313 interdit toute construction à l’intérieur des zones boisées de la zone G3 pour les « sauvegarder ». C’est une des seules interdictions totales de construire dans une zone de la banlieue sud, mis à part la zone non ædificandi établie au nord de l’aéroport international en vue de son extension. Les plages l’avaient été en 1964 mais, à partir de 1970 justement, les constructions y sont à nouveau permises, pour des établissements touristiques ou hôteliers.

17Cette interdiction a été de courte durée. Elle a été transformée dans le décret de 1971 relatif à la zone G, par une autorisation de construire dans des proportions équivalentes à celles des zones non boisées (CET : 1,4 ; CES : 15 %), mais qui restent inférieures à celles des zones avoisinantes (CET : 2 ; CES : 40 %). Le plan joint au décret impose par ailleurs d’autres contraintes pour la zone boisée. Si, pour les zones non boisées, il définit des parcelles de grande taille (entre 1 500 et 2 600 m2), mais respecte les lotissements existants et les tracés de voiries et d’îlots définis dans le plan de 1953, en revanche, pour les zones boisées, ce décret transforme le tracé des voiries et redéfinit la forme des parcelles (une par îlot), sans tenir compte des tracés et parcellaires définis dans des plans d’urbanisme antérieurs. La conservation des petits terrains constructibles existant n’aurait pas permis de préserver les arbres. Ainsi, les contraintes sont fortes : les parcelles sont de très grande taille (25 000 m2 en moyenne pour Horch al-Qatil), et l’abattage des arbres est interdit en dehors du secteur d’implantation des bâtiments. Ceux-ci, si les propriétaires veulent utiliser la totalité de leurs droits à construire, doivent faire environ dix étages (pour une parcelle de 25 000 m2), en raison de la faiblesse du coefficient d’exploitation au sol, et être obligatoirement situés à l’emplacement indiqué par le plan joint au décret (voir fig. 1-21).

Figure 1-21. La zone G3 dans la banlieue de Beyrouth. Décret 1474 du 08/07/1971.

Figure 1-21. La zone G3 dans la banlieue de Beyrouth. Décret 1474 du 08/07/1971.

Le décret 1474 de 1971 réglemente la zone G3. Pour les zones boisées (hachurées), il délimite des parcelles de très grande taille, un faible coefficient d’exploitation au sol (15 %) et impose l’emplacement des bâtiments dans ces parcelles. Par ailleurs, « il est obligatoire de conserver les arbres qui sont hors de la zone de construction et des routes attenantes ». Comme pour les zones non boisées, le CET est de 1,4. Pour le reste de la zone G, d’après le décret 14313 de 1970, la zone G1 est soumise au règlement approuvé par le décret 2616 de 1953 et ses modifications et la zone G2 est du domaine public réservé à l’utilité publique.

18Pour que le parcellaire soit conforme au plan du décret de 1971, un remembrement s’impose pour ces zones boisées. Pour Horch al-Qatil, il y avait déjà eu des décrets de remembrement en 1955 (n° 9951), en 1957 (n° 17981) et en 1959 (n° 733). Or la forme et la taille des parcelles imposées par le plan de 1970 ne correspondent pas à celles que le précédent décret de remembrement de 1959 avait établies (suivant le plan de 1953). Il en est de même à Horch Tabet, où le plus grand terrain du bois a été loti en 1960, selon un découpage qui ne correspond pas à ce qui est désormais prescrit dans le décret.

  • 18 Pour les petites parties des quartiers illégaux de Horch al-Qatil et Horch Tabet qui ne sont pas si (...)

19Or, ce n’est qu’à la faveur d’une accalmie de la guerre en 1983, après le retrait israélien, douze ans après la promulgation de ce décret, qu’est entamée la procédure de remembrement qui doit permettre aux terrains de prendre la taille et la forme définies en 1971. Les terrains restent donc pendant toute cette période non conformes au décret de 1971. Les propriétaires ne connaissent pas les limites de leurs futurs parcelles, prévues en indivision et de surcroît faiblement constructibles. C’est justement pendant ces années, avant et au début de la guerre civile (après les accords du Caire de 1969 et jusqu’à l’invasion israélienne de Beyrouth de 1982), qu’a eu lieu la première vague importante de développement des quartiers illégaux dans ces deux bois (Charafeddine 1987 : 175-178). Avec l’installation précisément sur ces terrains plutôt que sur d’autres, tout se passe comme si les occupants avaient tiré profit de la non-cohérence, à partir de 1971, du découpage parcellaire existant avec le plan d’urbanisme décrété, c’est-à-dire de l’important décalage dans le temps entre l’approbation des plans d’urbanisme et leur application foncière18 (voir fig. 1-22). Dans l’attente de la mise en place du remembrement, les propriétaires n’auraient pas pu faire respecter leurs droits, encore non définis, contre les squatters.

Figure 1-22. Zones boisées préservées dans les plans d’urbanisme et quartiers illégaux.

Figure 1-22. Zones boisées préservées dans les plans d’urbanisme et quartiers illégaux.

Les quartiers illégaux de Horch Tabet et Horch al-Qatil recouvrent les zones boisées préservées dans les décrets d’urbanisme 14313 de 1970 et 1474 de 1971, à l’intérieur de la zone G, et s’inscrivent à l’intérieur des limites des pinèdes contournées par le plan Écochard de 1963.

Fond de plan, plan photogrammétrique de la banlieue sud, Oger international, 1991.

  • 19 De 1970 à la fin de la guerre, dix-huit décrets de remembrement ont été promulgués, en 1970, 1972 ( (...)
  • 20 La promulgation a lieu sous l’ancienne législation, quelques mois avant que ne soit promulgué le dé (...)

20En 1983, pendant les quelques mois de répit, une importante activité urbanistique est menée sous l’impulsion du président Gemayel : lancement de nombreuses études, notamment pour la réalisation du Schéma directeur pour la région métropolitaine de Beyrouth, promulgation de nouvelles lois sur l’urbanisme et sur le remembrement, etc. Les décrets de remembrement n’ont pas cessé d’être pris pendant la guerre19, mais un nombre important est promulgué en 1983, notamment au début de l’année pour les terrains situés dans la zone G : l’un pour Horch Tabet (décret 303), l’autre pour le reste de la zone G, y compris Horch al-Qatil (décret 292). Ces deux décrets sont promulgués le 25 février20. Mais il est déjà trop tard : les bois sont déjà en grande partie occupés, et les combats reprennent début 1984, avant que ces remembrements ne soient terminés. Le processus d’occupation illégale de ces terrains reprend à la faveur des conquêtes territoriales des forces chiites (Picaudou 1989 : 197), sans toutefois sortir de la limite des zones effectivement boisées. Aujourd’hui, l’ensemble de ces bois est occupé.

  • 21 Dès la publication du décret, « toutes les opérations se rapportant aux biens-fonds objets du remem (...)

21Le remembrement de Horch Tabet – situé au sud du camp palestinien de Chatila – entamé en 1983 n’a jamais abouti, les fonctionnaires ne pouvant se rendre sur le terrain durant les événements. Les propriétaires des parcelles remembrées, ne pouvant plus exploiter leurs terrains21 ni connaître les limites de leurs nouvelles parcelles tant que le remembrement n’était pas achevé, n’ont donc pas pu faire valoir leurs droits ni défendre leurs biens contre l’occupation illégale. Contrairement à ce qui s’est passé sur d’autres terrains occupés, il n’y a plus eu de transactions foncières sur la plupart des parcelles de Horch Tabet. La dernière vente d’un terrain issu du lotissement de la parcelle 288 date de 1984, tandis qu’aucune vente n’a été enregistrée sur la parcelle 286 depuis 1955 (fig. 1-23 et 1-24).

Figure 1-23. Une généalogie des propriétaires de la parcelle 286, Chiah.

Figure 1-23. Une généalogie des propriétaires de la parcelle 286, Chiah.

En 2000, aucune vente n’a été enregistrée au cadastre dans la parcelle 286 depuis 1955.

Source : cadastre de Baabda, circonscription foncière de Chiah, feuillet foncier de la parcelle 286 cadastrée le 11/07/1932. En médaillon, situation de la parcelle dans l’emprise du remembrement de Horch Tabet. Fond de plan banlieue sud, Oger international, 1991.

Figure 1-24. La propriété des parcelles issues de l’ancienne parcelle 288 à Horch Tabet.

Figure 1-24. La propriété des parcelles issues de l’ancienne parcelle 288 à Horch Tabet.

En 2000, les terrains issus de l’ancienne parcelle 288, lotie en 1960, appartiennent encore fréquemment aux propriétaires de l’époque ou à leurs héritiers. Le faible mouvement de la propriété des terrains semble au moins autant lié à l’engagement d’une procédure d’urbanisme qu’à l’occupation illégale des terrains.

Source : cadastre de Baabda, feuillet foncier de la parcelle 288, circonscription de Chiah. En médaillon, plan de situation de l’ensemble de parcelles dans l’emprise du remembrement de Horch Tabet, fond de plan banlieue sud, Oger international, 1991.

  • 22 Nombre des principaux propriétaires font partie des mêmes familles que ceux qui l’étaient au moment (...)
  • 23 Source : cadastre de Baabda.
  • 24 Source : cadastre de Baabda.

22Le remembrement du reste de la zone G3 a abouti en 1987 pour la partie correspondant à Horch al-Qatil, mais il n’a jamais été terminé pour la partie ouest (fig. 1-16 et 1-25). Dans le contexte de la guerre, les propriétaires22 ont mis un certain temps à se faire connaître au cadastre. Ce n’est qu’après la guerre que la plupart d’entre eux ont pris possession des titres de propriété de leurs nouveaux terrains, occupés. Jusqu’à aujourd’hui, ils ne se sont pas encore tous fait connaître au cadastre : en 2000, dans cinq des huit grands terrains de Horch al-Qatil, entre 5 et 15 % des parts des parcelles n’ont pas encore été réclamés par les propriétaires23 (fig. 1-26). Mais, en raison de la taille des terrains créés par le remembrement, suivant les directives de 1971 pour préserver les zones boisées, les propriétaires ne détiennent que des parts indivises de terrains : chaque terrain est possédé par une quinzaine de personnes en moyenne24.

23Tout s’est donc passé comme si les heurts et délais de réalisation des plans d’urbanisme pour la banlieue sud avaient créé les conditions d’une « offre » de terrain pour le développement des quartiers illégaux. Des décalages dans l’application d’une succession de règlements, les faibles coefficients de constructibilité des terrains en raison de leur qualité d’espaces verts et le retard pris dans la mise en œuvre des remembrements semblent avoir été déterminants.

Figure 1-25. Évolution parcellaire de Horch al-Qatil depuis la réalisation du cadastre.

Figure 1-25. Évolution parcellaire de Horch al-Qatil depuis la réalisation du cadastre.

1. Situation avant 1930. Les petites parcelles sont celles de Bir Hassan. La partie située à l’est du dessin correspond aujourd’hui au boulevard de l’Aéroport, la partie située à l’ouest à la caserne Henri Chéhab.
2. Situation en 1931, au moment de la réalisation du cadastre. Un lotissement a été réalisé sur la grande parcelle est.
3. Situation prévue en 1959, après le remembrement par décret 733 de 1957, indiqué en pointillé, non terminé. Le parcellaire de 1931 semble rester en vigueur jusqu’à l’achèvement des procédures en 1987. La partie du remembrement située de l’autre côté du boulevard de l’Aéroport n’a pas été indiquée. À l’ouest, plusieurs lotissements ont été réalisés sur la parcelle 227 (voir en partie 3 l’évolution de cette parcelle).
4. Situation en 1987, après remembrement de la zone G3, (décret 292 de 1983, suivant les directives du plan de 1971 pour la zone G3). Le remembrement a été terminé en 1987 pour la zone indiquée en pointillé. Au nord-est, le remembrement d’une zone G1 et d’une petite partie d’une zone G3 (III) a également été terminé (voir figure sur la zone G3 plus haut). La partie de la zone G3 située au sud-ouest, non indiquée ici, n’a pas abouti. Au nord-est, les parcelles ont été loties dans les années 1960.

Sources : cadastre de Baabda et Direction générale de l’urbanisme.

Figure 1-26. Les propriétaires de la parcelle 6956 à Horch al-Qatil.

Figure 1-26. Les propriétaires de la parcelle 6956 à Horch al-Qatil.

Les propriétaires de la parcelle 6956 à Horch al-Qatil, occupée illégalement, inscrite au cadastre le 29/11/1988 après le remembrement n° 292 du 25/02/1983 dont elle a fait l’objet, se sont fait connaître progressivement, généralement après la guerre. Certains des propriétaires de cette parcelle ont aussi des parts dans les autres grands terrains. Certains sont les héritiers des propriétaires de 1930. En 2000, la propriété de 155 parts (sur 2 400) n’avait pas encore été réclamée.

Source : cadastre de Baabda, circonscription foncière de Chiah, livre foncier.
En médaillon, situation dans Horch al-Qatil. Fond de plan banlieue sud, Oger international, 1991.

Notes

1 Complété par le décret 18357 du 14 janvier 1958 et modifié par le décret 14312 du 21 avril 1970.

2 Compété par le décret 5937 du 03/11/1966 et modifié par les décrets 3390 du 23/10/1969 et 14313 du 21/04/1970, notamment pour la zone G3.

3 Sources : Palais de justice de Beyrouth et Direction générale de l’urbanisme.

4 Décret 6102 du 24/11/1966.

5 Décret 959 du 29/01/1965.

6 Décret 14313 du 21 avril 1970, modifiant le plan directeur de 1964 pour ce qui est du règlement de la construction, du lotissement et de l’exploitation.

7 Décret 18357 du 14/01/1958. Le CET passe à 1,25, 1,50 ou 1,75 mais le CES diminue à 20 et 25 %. La densité augmente donc, mais sur une surface au sol plus petite.

8 Décret 9285 du 12/10/1974. Pour la majeure partie des secteurs du plan (zone A1.4), le CET passe à 1,40 et le CES à 30 %.

9 Décret 16948 du 21/04/1964. À côté de la zone des Sables, des zones B2 autorisent des CET de 2,00 et un CES de 40 %, sur des parcelles de surface au minimum égale à 600 m2. Le décret 14313 du 21/04/1970 le modifiant autorise même par endroits des CET de 2,2 et 2,4.

10 Le décret 14313 du 21/04/1970 autorise des coefficients similaires à ceux autorisés dans le reste de la banlieue, c’est-à-dire un CET de 2,00 et un CES de 40 %, dans les zones non boisées de la zone G. Mais le décret 1474 du 08/07/1971, réglementant la zone G3, redescend le CET à 1,40 et le CES à respectivement 15 et 30 % pour les zones boisées et non boisées.

11 Le plan directeur général de la banlieue sud de 1974 et celui de 1971 pour la zone G restent valables dans la banlieue sud-ouest de Beyrouth jusqu’à l’approbation du plan d’aménagement Élyssar par le décret 6913 du 28/06/1995.

12 Décret 10231 du 09/05/1997. Les CET ne dépassent pas 1,4 dans la majeure partie du projet, sauf dans certaines parties d’Ouzaï (1,7) et dans les zones d’habitat planifié (2,00, voire à 2, 5 à Sabra).

13 Au xixe siècle déjà, l’un de ces deux bois avait fait l’objet d’une procédure d’expropriation pour le passage de la ligne de chemin de fer Beyrouth-Saïda. Celle-ci passait, suivant le registre ottoman (1855), à Bir Hassan, notamment dans les parcelles 1922, 1946 et 288, cette dernière parcelle étant celle sur laquelle se situe Horch Tabet.

14 Peut-être jusqu’en 1877 d’après des actes consignés au cadastre de Baabda dans le dossier de la parcelle 299.

15 Entretien avec un ancien directeur national du cadastre.

16 Code foncier ottoman de 1858, article 92 (Young 1906, tome VI).

17 Dont les familles Ayoub, Tabet, Chouqair, Pharaon, Haddad, Chiha, Najjar, Sursock, Tueini, Fiani… Sources : cadastre de Baabda, procès-verbaux de délimitation des parcelles 288 (17/02/1939), 299 (17/02/1931) et 306 (11/08/1932).

18 Pour les petites parties des quartiers illégaux de Horch al-Qatil et Horch Tabet qui ne sont pas situées exactement dans l’emprise des zones boisées définies dans les décrets de 1970 et 1971, la question urbanistique se mêle vraisemblablement plus fortement à l’histoire foncière et à l’attitude des propriétaires. Pour Horch al-Qatil, une différence entre la partie effectivement boisée et les zones définies comme telles dans les décrets est peut-être à l’origine d’erreurs d’interprétation des propriétaires. La partie occupée qui sépare les deux zones indiquées comme boisées dans le décret de 1971 (et donc non mentionnée comme boisée) est indiquée comme encore boisée sur d’autres plans et cartes des années 1970 (par exemple, la carte « Beyrouth et banlieue », établie et publiée par le Bureau I. Stephan, 1/20 000, date estimée 1975). En outre, elle l’était au moment de la réalisation des plans d’Écochard en 1963. On peut faire l’hypothèse que, apprenant, en 1970, que les zones boisées étaient devenues inconstructibles puis, en 1971, qu’elles étaient difficilement constructibles, les propriétaires ont eu des attitudes différentes de celles des propriétaires des parcelles des zones non boisées, même si ces zones boisées n’étaient pas définies comme telles dans les décrets. W. Charafeddine parle par exemple, pour ce quartier, de parcelles données en location par leurs propriétaires, avant 1975, pour la construction d’habitations individuelles provisoires (1987 : 175). La partie sud de la zone triangulaire ouest de ce quartier – un morceau de l’ancienne parcelle 227 (dont est issu le Golf Club, voir la planche de l’historique de cette parcelle présenté en troisième partie), lotie dans les années 1950, probablement après 1953, car le lotissement suit les tracés du Plan d’urbanisme de la banlieue sud de Beyrouth de cette date – est justement la première partie occupée de ce quartier de Horch al-Qatil (cf. carte « Beyrouth et banlieue », op. cit.). Pour Horch Tabet, le quartier irrégulier est plus large que la seule zone boisée car le remembrement prévu pour la zone boisée devait en réalité reprendre l’ensemble du lotissement de 1960 de la parcelle 288.

19 De 1970 à la fin de la guerre, dix-huit décrets de remembrement ont été promulgués, en 1970, 1972 (2), 1974, 1975, 1978, 1979, 1980, 1981 (2), 1982, 1983 (4), 1984 (2), 1986. Source : Palais de justice de Beyrouth.

20 La promulgation a lieu sous l’ancienne législation, quelques mois avant que ne soit promulgué le décret-loi 70/83 du 9 septembre 1983 sur le remembrement qui, contrairement à la loi du 07/12/1954 qu’il remplace, impose, sans cependant définir de sanctions, la réalisation du remembrement dans les deux ans.

21 Dès la publication du décret, « toutes les opérations se rapportant aux biens-fonds objets du remembrement sont gelées – de même que sont supprimés tous les permis accordés, arrêtés tous les travaux en cours et abrogés tous les tracés dans la région du remembrement. » (Mallat 1997 : 106).

22 Nombre des principaux propriétaires font partie des mêmes familles que ceux qui l’étaient au moment de la réalisation du cadastre dans les années 1930 (source : cadastre de Baabda).

23 Source : cadastre de Baabda.

24 Source : cadastre de Baabda.

Table des illustrations

Titre Figure 1-10. Au milieu des sables (en grisé), quelques zones agricoles, au nord d’Ouzaï, en 1841.
Crédits Source : « La péninsule beyrouthine en 1841-1842 » (Davie 1984 : 37-42).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-1.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 1-11. Les bois de Horch Tabet et Horch al-Qatil. ½.
Crédits Photo V. Clerc 1999.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-2.png
Fichier image/png, 180k
Titre Figure 1-11. Les bois de Horch Tabet et Horch al-Qatil. 2/2.
Légende Les bois étaient encore très préservés avant la guerre. En haut, Horch Tabet au début des années 1970 (photo extraite deKhalaf et Khoury 1993, figure 40). Sur la photo, le bois est situé en arrière de la Cité sportive (au premier plan) et du camp palestinien de Chatila (l’extension du camp s’est faite sur les pentes situées entre ce bois et la Cité sportive). Lorsque les terrains ont été occupés, pendant la guerre, de nombreux arbres ont été préservés. En bas, le quartier illégal de Horch al-Qatil aujourd’hui, à l’ombre des pins
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 1-12. Les villes nouvelles proposées par Écochard en banlieue sud-ouest.
Crédits Sources : étude de M. Écochard, MAE, Série E. Levant. Fonds Beyrouth à Nantes (dans Ghorayeb 2000) ;ministère du Plan, Études préliminaires du plan directeur de Beyrouth et de sa banlieue, 1963 (deux versions); Cité des ministères, Schéma d’organisation des villes nouvelles et de la cité des ministères, 10/03/1963.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-4.png
Fichier image/png, 363k
Titre Figure 1-13. Emplacements des villes nouvelles prévues par Écochard en banlieue sud-ouest.
Légende La proposition d’Écochard du 27/07/1942 pour une « Ville nouvelle » situe celle-ci en banlieue sud-ouest, au bord de la mer, incluant les actuels quartiers de Jnah et Hay el-Zahra et le nord de l’actuel quartier d’Ouzaï. Sa proposition du début 1963 est située dans un périmètre proche de celui d’Élyssar (Jnah est exclu, Raml est inclus). Elle est appelée dans une première étude « Zone 7, zone de ville nouvelle (étude d’urgence et décret de mise à l’étude) » puis, ultérieurement, « Zone D1, zone à urbaniser en priorité ». Les espaces réservés pour les « Ville nouvelle et Cité des ministères » dans une proposition du 10/03/1963 sont situés dans cette zone.
Crédits Fond de plan, plan photogrammétrique, Oger international, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-5.png
Fichier image/png, 363k
Titre Figure 1-14. Plan général d’aménagement des Cités gouvernementales en 1961.
Légende Ce plan Écochard montre qu’il prévoit d’urbaniser toute la Zone des sables entre Beyrouth et l’Aéroport international de Beyrouth.
Crédits Source : Urbanisme, n° 211, 1986, p. 55.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-6.png
Fichier image/png, 278k
Titre Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 1/3.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-7.png
Fichier image/png, 219k
Titre Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 2/3.
Crédits Source : Aractingi [1963 ou 1964], p. 8-10 ; fond de plan, plan photogrammétrique, Oger international, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-8.png
Fichier image/png, 185k
Titre Figure 1-15. La Cité gouvernementale de Bir Hassan. 3/3.
Légende Plan de masse, vue générale et situation sur un plan actuel.La cité gouvernementale ( —  —  — ) devait être construite dans la partie du terrain de l’ancien aérodrome de Beyrouth  (————) qui se situe en dehors de la limite de Beyrouth municipe (— . ­ — . —)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-9.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 1-16. Emprise des plans d’urbanisme en banlieue sud-ouest.
Légende Fond de plan, plan photogrammétrique de la banlieue sud, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-10.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 1-17. Plan de situation des remembrements engagés en banlieue sud.
Crédits Fond de plan : carte de 1991 et et plan parcellaire édité par Élyssar.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-11.png
Fichier image/png, 296k
Titre Figure 1-18. Plan de situation parcellaire des remembrements engagés en banlieue sud.
Légende Les cinq premiers remembrements libanais1. 1955 (décret 9951). 2. 1957 (décret 17981)-1959 (décret 733).3. 959 (décret 1851).4. 1959 (décret 3046)-1978 (décret 1368).5. 1961 (décret 6336)-1978 (décret 1371).Les remembrements de 198315. 1983 (décret 292)-1987.6. 1983 (décret 303) (numéros 15 et 16 de la liste libanaise).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-12.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 1-19. La zone II dans le plan d’urbanisme de la banlieue sud de 1953.
Légende Le périmètre du plan de 1953 est principalement régi par le règlement de la zone II.
Crédits Fond de plan : dessin réduit du décret 2616 de 1953.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-13.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 1-20. L’emprise des pinèdes conservées dans le schéma d’organisation de la « Ville nouvelle et Cité des ministères » d’Écochard.
Crédits Sources : Écochard, sans titre, dans Cité des ministères, Schéma d’organisation des villes nouvelles et de la Cité des ministères, 10/03/1963, 1/10 000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-14.png
Fichier image/png, 175k
Titre Figure 1-21. La zone G3 dans la banlieue de Beyrouth. Décret 1474 du 08/07/1971.
Légende Le décret 1474 de 1971 réglemente la zone G3. Pour les zones boisées (hachurées), il délimite des parcelles de très grande taille, un faible coefficient d’exploitation au sol (15 %) et impose l’emplacement des bâtiments dans ces parcelles. Par ailleurs, « il est obligatoire de conserver les arbres qui sont hors de la zone de construction et des routes attenantes ». Comme pour les zones non boisées, le CET est de 1,4. Pour le reste de la zone G, d’après le décret 14313 de 1970, la zone G1 est soumise au règlement approuvé par le décret 2616 de 1953 et ses modifications et la zone G2 est du domaine public réservé à l’utilité publique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-15.png
Fichier image/png, 293k
Titre Figure 1-22. Zones boisées préservées dans les plans d’urbanisme et quartiers illégaux.
Légende Les quartiers illégaux de Horch Tabet et Horch al-Qatil recouvrent les zones boisées préservées dans les décrets d’urbanisme 14313 de 1970 et 1474 de 1971, à l’intérieur de la zone G, et s’inscrivent à l’intérieur des limites des pinèdes contournées par le plan Écochard de 1963.
Crédits Fond de plan, plan photogrammétrique de la banlieue sud, Oger international, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 1-23. Une généalogie des propriétaires de la parcelle 286, Chiah.
Légende En 2000, aucune vente n’a été enregistrée au cadastre dans la parcelle 286 depuis 1955.
Crédits Source : cadastre de Baabda, circonscription foncière de Chiah, feuillet foncier de la parcelle 286 cadastrée le 11/07/1932. En médaillon, situation de la parcelle dans l’emprise du remembrement de Horch Tabet. Fond de plan banlieue sud, Oger international, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-17.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 1-24. La propriété des parcelles issues de l’ancienne parcelle 288 à Horch Tabet.
Légende En 2000, les terrains issus de l’ancienne parcelle 288, lotie en 1960, appartiennent encore fréquemment aux propriétaires de l’époque ou à leurs héritiers. Le faible mouvement de la propriété des terrains semble au moins autant lié à l’engagement d’une procédure d’urbanisme qu’à l’occupation illégale des terrains.
Crédits Source : cadastre de Baabda, feuillet foncier de la parcelle 288, circonscription de Chiah. En médaillon, plan de situation de l’ensemble de parcelles dans l’emprise du remembrement de Horch Tabet, fond de plan banlieue sud, Oger international, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-18.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 1-25. Évolution parcellaire de Horch al-Qatil depuis la réalisation du cadastre.
Légende 1. Situation avant 1930. Les petites parcelles sont celles de Bir Hassan. La partie située à l’est du dessin correspond aujourd’hui au boulevard de l’Aéroport, la partie située à l’ouest à la caserne Henri Chéhab.2. Situation en 1931, au moment de la réalisation du cadastre. Un lotissement a été réalisé sur la grande parcelle est.3. Situation prévue en 1959, après le remembrement par décret 733 de 1957, indiqué en pointillé, non terminé. Le parcellaire de 1931 semble rester en vigueur jusqu’à l’achèvement des procédures en 1987. La partie du remembrement située de l’autre côté du boulevard de l’Aéroport n’a pas été indiquée. À l’ouest, plusieurs lotissements ont été réalisés sur la parcelle 227 (voir en partie 3 l’évolution de cette parcelle).4. Situation en 1987, après remembrement de la zone G3, (décret 292 de 1983, suivant les directives du plan de 1971 pour la zone G3). Le remembrement a été terminé en 1987 pour la zone indiquée en pointillé. Au nord-est, le remembrement d’une zone G1 et d’une petite partie d’une zone G3 (III) a également été terminé (voir figure sur la zone G3 plus haut). La partie de la zone G3 située au sud-ouest, non indiquée ici, n’a pas abouti. Au nord-est, les parcelles ont été loties dans les années 1960.
Crédits Sources : cadastre de Baabda et Direction générale de l’urbanisme.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-19.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 1-26. Les propriétaires de la parcelle 6956 à Horch al-Qatil.
Légende Les propriétaires de la parcelle 6956 à Horch al-Qatil, occupée illégalement, inscrite au cadastre le 29/11/1988 après le remembrement n° 292 du 25/02/1983 dont elle a fait l’objet, se sont fait connaître progressivement, généralement après la guerre. Certains des propriétaires de cette parcelle ont aussi des parts dans les autres grands terrains. Certains sont les héritiers des propriétaires de 1930. En 2000, la propriété de 155 parts (sur 2 400) n’avait pas encore été réclamée.
Crédits Source : cadastre de Baabda, circonscription foncière de Chiah, livre foncier.En médaillon, situation dans Horch al-Qatil. Fond de plan banlieue sud, Oger international, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/71/img-20.png
Fichier image/png, 79k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable