Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Avant-propos

Texte intégral

1Ce catalogue raisonné est issu d’une base de données des sites hellénistiques, romains et byzantins de la vallée du Moyen-Euphrate. Il réunit et analyse les informations archéologiques publiées jusqu’en 2010 ou recueillies sur le terrain lors des prospections réalisées entre 1998 et 2006, avec la collaboration d’Anthony Comfort et d’Yves Guichard.

2Les notices des sites sont regroupées par sections géographiques et ordonnées sur chaque rive, de l’amont vers l’aval. Ces sections géographiques, inspirées des divisions régionales antiques, en particulier des listes de Ptolémée, ont été établies en fonction de la topographie de la vallée, structurée par des verrous géologiques exploités pour les aménagements hydrauliques turcs et syriens. Dans la partie septentrionale du Moyen-Euphrate, elles correspondent donc aux aires de prospections et de fouilles préventives réalisées en amont des barrages turcs et syriens.

3Section A : sites de la rive droite en Turquie, en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (Cyrrhestique) ;

4Section B : sites de la rive droite en Syrie, en amont des barrages syriens de Teshrin et de Tabqa (Cyrrhestique et Chalcybonitique) ;

5Section C : sites de la rive gauche en Turquie, en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş (Osrhoène) ;

6Section D : sites de la rive gauche en Syrie, en amont du barrage de Tabqa (Osrhoène) ;

7Section E : sites de la rive droite en Syrie, en aval de Tabqa (Palmyrène et Arabie Déserte) ;

8Section F : sites de la rive gauche en Syrie, en aval de Tabqa (Mésopotamie).

9Chaque notice s’ouvre par une fiche d’identification du site qui récapitule les données toponymiques, topographiques, archéologiques et chronologiques, données qui sont ensuite détaillées dans les grandes rubriques thématiques. À la fin de la notice, les références bibliographiques utilisées sont présentées par ordre chronologique de publication, pour mettre en valeur les inventeurs du site et l’intensité des investigations, ce qui permet de saisir la fortune critique d’un site. Comme nous avons supprimé les champs non renseignés dans chaque notice, il peut être utile de se reporter à l’exemple de notice complète présenté à la fin de l’avant-propos.

Le tableau récapitulatif

10Il constitue, en quelque sorte, la « carte d’identité du site » - nom, toponymie antique et moderne, localisation, état de conservation, dimensions - augmentée d’une présentation synthétique de notre analyse sur les périodes d’occupation attestées et de références à la cartographie ancienne. La précision des données dépend de la date et du type de travaux menés publiés sur les sites.

Règles toponymiques

11Nous avons retenu le nom le plus courant ou le nom scientifique c’est-à-dire le toponyme publié par la mission archéologique qui a travaillé sur ce site ou y travaille actuellement ; ainsi Carchemish/Jerablous se rapporte au nom donné à ce site par la mission du British Museum et celui de Doura-Europos a été retenu en référence à la publication inaugurale de F. Cumont, Les Fouilles de Doura-Europos, parue en 1927. Pour les sites identifiés avec certitude, nous avons accolé le toponyme actuel au nom antique classique (ex : Belkıs/Zeugma ; Tilmusa/Apamée ou Dibsi Faraj/Neocaesaria). Nous avons conservé les toponymes turcs (ex : Birecik ou Belkıs) et recherché une transcription simple en français des toponymes arabes (ex : Tell Abou Hassan, Jebel Khaled) puisque les translittérations des missions archéologiques anglaises, allemandes, espagnoles et françaises sont toutes différentes. Enfin, nous avons ajouté la précision « nécropole » ou un repère par rapport aux points cardinaux, pour distinguer les sites funéraires des sites d’habitat, quand les nécropoles constituaient un ensemble particulièrement important ou une zone funéraire distincte, sans relations spatiale ou chronologique avec le site d’habitat le plus proche.

12Pour ne pas créer de doublet toponymique, nous avons regroupé toutes les variantes toponymiques répertoriées dans la sous-rubrique « Autres toponymes ». Il s’agit souvent de nuances de translittérations mais aussi de la substitution d’une appellation locale à un nom officiel : par exemple le site de Kasra a été signalé sous le nom d’Oum Rejaba au xixe s. et le site d’Apamée possède un toponyme turc, Keskince, qui a remplacé le nom du village arabe de Tilmusa.

Localisation

13Les coordonnées en latitude et longitude sont données dans un système non projeté, en WGS 84 puisque la vallée est traversée par deux projections différentes en UTM. Le géoréférencement était indispensable pour la réalisation des cartes mais il a semblé utile d’indiquer les distances par rapport à un point de référence, village ou route principale.

14Le géoréférencement a soulevé un problème majeur puisque nous ne possédions aucune coordonnée précise pour plus de la majorité des sites inventoriés. Les explorateurs du xixe s. n’en avaient pas les moyens et les chercheurs du xxe s., prospecteurs et archéologues, ont eu recours à des cartes de localisation très générales ou à une carte topographique du site sans coordonnées universelles. Seuls deux études font exception :

  1. les prospections réalisées par L. Copeland en Syrie, entre la frontière et Qal‘at Nejm. L’archéologue a précisé la position des sites en latitude et en longitude (en degrés minutes) dans son catalogue.

  2. les prospections réalisées par B. Geyer et J.-Y. Monchambert en Syrie, entre Deir et Abou Kémal. Ces chercheurs se sont, en effet, référés au système de coordonnées des cartes italiennes qu’ils ont utilisées sur le terrain (projection cartographique conique « near conformal » de Lambert, utilisée en Syrie jusqu’en 1973).

15Nous avons donc pu transposer les coordonnées indiquées dans ces deux catalogues dans le système WGS 84, par une simple conversion des degrés minutes en degrés décimaux, dans le premier cas, et grâce à un programme de conversion conçu par C. Benech à partir d’un algorithme réalisé par le service de Géodésie et un nivellement de l’IGN.

16Pour les sites situés entre Raqqa et Abou Kémal, région que nous avons nous-même prospectée entre 1999 et 2002, nous avons utilisé le répertoire des points GPS pris sur les sites que nous avons pu retrouver. Pour la très grande majorité des sites, en revanche, il nous a fallu procéder au cas par cas et établir la localisation de chaque site en recoupant différentes sources documentaires. Pour les voyages d’exploration et d’études du xixe s., nous avons comparé les cartes anciennes avec les cartes topographiques récentes et, pour obtenir une localisation plus précise, nous nous sommes appuyé sur le découpage détaillé des itinéraires. Pour les sites fouillés ou prospectés plus récemment, nous nous sommes référé aux cartes de localisation publiées et avons recherché sur les photos satellitaires des repères sûrs (villages, oueds, escarpements, tracés des routes). Les résultats obtenus ont été contrôlés plusieurs fois et, pour les sites où subsiste une marge d’erreur, ce fait a été précisé dans les notices de catalogue.

Informations sur l’état du site

17La proportion de sites détruits ou noyés est d’environ un tiers, compte tenu des variations du remplissage des lacs de retenue des barrages qui permettent parfois la réalisation de nouvelles fouilles de sauvetage. Les calculs de superficie et les données métriques sont reconstitués à partir des informations publiées : nous avons tenté autant que possible d’estimer la superficie des niveaux de réoccupation aux périodes hellénistique, romaine et byzantine. De même, les critères de datation ne concernent que les périodes étudiées. Les différents indices de datation sont liés au type des investigations menées sur les sites. Les marqueurs chronologiques, issus du matériel céramique et monétaire recueilli en fouille ou prospection attestent une période d’occupation dont la durée est assez longue. En fouille, ces catégories constituent un bon indicateur chronologique pour la datation de chaque niveau identifié par un terminus ante quem et un terminus post quem. Les éléments d’architecture, les techniques et les matériaux de construction observés, en particulier, sur les vestiges en élévation, peuvent constituer un indice pertinent de datation puisque que les caractéristiques de la taille de pierre et des mortiers évoluent entre les périodes hellénistique et byzantine. Bien que rares, les sondages stratigraphiques, qui retracent la chronologie relative des phases de construction et d’abandon, constituent la source d’information la plus complète sur l’ensemble ou un secteur du site étudié. Les données épigraphiques (inscriptions lapidaires, parchemins, ostraca, graffitis et timbres) sont en nombre limité dans la région mais il nous a paru intéressant de les mettre en valeur car elles peuvent fournir une datation ponctuelle incontournable. D’autres indicateurs indirects et encore moins fréquents, comme les mosaïques, et certaines catégories de matériel, comme les armes, le verre, les tissus, ont été pris en compte.

Présentation synthétique des données archéologiques

18Cette rubrique comporte plusieurs niveaux d’information. Elle est centrée sur l’occupation de la période hellénistique à la période byzantine. Le tableau a servi à traiter de manière homogène les indications chronologiques très disparates dont nous disposions pour l’ensemble des sites. Il permet de faire apparaître les indications chronologiques générales pour les périodisations issues des prospections, sans occulter les datations précises obtenues sur les sites précisément documentés. Les divisions principales du tableau renvoient aux trois phases historiques-clés qu’a connues le Moyen-Euphrate entre la conquête macédonienne et la conquête musulmane et dont l’arrière-plan politique est présenté dans le premier volume. Chaque phase-clé est subdivisée en plusieurs périodes pour faire apparaître les changements détectés sur quelques sites de référence.

19La période hellénistique est subdivisée en quatre séquences qui mettent en valeur les décennies comprise entre la conquête d’Alexandre et l’avènement de l’empire séleucide à la fin du ive s. av. J.-C., l’évolution intervenue au cours du iiie s. av. J.-C., entre la fin et le milieu du iis. av. J.-C. jusqu’à la conquête parthe, sur la partie méridionale et orientale de la vallée, dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C. La période romaine comprend la phase finale de l’empire séleucide jusqu’à la création de la province de Syrie au ier s. av. J.-C., la première période d’affrontement militaire entre Parthes et Romains dans la première moitié du ier s. apr. J.-C. et la phase de paix relative qui court du milieu du ier s. au iis. apr. J.-C. jusqu’à l’annexion de la Mésopotamie et de l’Osrhoène par Rome, en 197. La période sévérienne-sassanide a été synthétisée en trois grandes phases car les critères de datation n’ont pas permis de proposer une périodisation plus nuancée : la première moitié du iiie s. apr. J.-C. correspond à l’unification de la vallée sous les Sévères jusqu’à la conquête sassanide de 256. S’en suit une période de crise, qui marque de la seconde moitié iiie s. au début du ive s. apr. J.-C., et qui s’achève après la réforme de Dioclétien. La phase finale de l’empire romain d’Orient ou la période byzantine court du ive s. au viie s.

20Ces subdivisions chronologiques correspondent aux principaux changements politiques mais certaines ont été définies d’après l’importance des données chronologiques que nous avons réunies sur ces phases. Elles reflètent donc, avant tout, l’état des connaissances archéologiques pour chaque période : c’est pourquoi la période hellénistique – quatre périodes entre la fin du ive s. et la fin du iie s. av. J.-C. – est plus détaillée que la longue période qui s’étend des Sévères aux dernières guerres sassanides contre l’empire d’Orient. Nos connaissances sur la période hellénistique reposent, en effet, sur les fouilles d’au moins neuf sites qui ont fourni des chronologies relatives bien identifiées et convergentes, alors que, pour la période sévérienne-sassanide, le détail des datations est moins représentatif. L’évolution des niveaux d’occupation entre le iiie et le viie s. n’est précisément documentée que sur quatre sites. Le tableau offre donc trois niveaux différents de lecture : le premier concerne les périodes-clés d’occupation du site, le second en détaille la chronologie relative, le troisième correspond à nos annotations. À chaque période est, en effet, associée une ligne de commentaire que nous avons utilisée de manière pragmatique pour les caractéristiques du niveau d’occupation attesté.

Rubriques thématiques

21La suite de la notice propose une description du site et un bilan des informations archéologiques recueillies sur place, ainsi qu’une analyse critique quand la valeur et le détail des recherches s’y prêtent. Pour les champs « Fortification », « Urbanisme » et « Nécropole », nous avons opté pour un développement chronologique puis par secteur. En ce qui concerne la documentation graphique et photographique présentées dans ce catalogue, nous avons privilégié les plans généraux, souvent retravaillés, des vues en contexte des sites, les relevés et les photographies des vestiges auxquels nous faisons référence. Pour les objets nous avons retenu en priorité le matériel qui pouvait fournir des éléments de datation. Nous avons indiqué tous les témoignages épigraphiques, latins, grecs, araméens et syriaques mentionnés dans les publications, quelque soit leur support : inscriptions lapidaires, pavement de mosaïques, ostraca, tuiles estampillées, et timbres amphoriques d’importation. Cependant, comme l’exploitation approfondie de ce corpus requiert une compétence trilingue d’épigraphiste que nous ne détenons pas, nous nous sommes appuyé, avant tout, sur les traductions établies, excepté lorsqu’il y avait matière à discussion ou analyse, dans les domaines liés aux problématiques toponymique et chronologique que nous développons dans cet ouvrage.

Contributions

22De nombreuses notices ont été enrichies par les contributions et la réflexion des chercheurs travaillant dans la vallée de l’Euphrate et par des prospections menées dans le cadre de la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate et de la mission franco-syrienne de Doura-Europos. Pour les sites en amont des barrages turcs, je remercie en particulier A. Comfort qui m’a communiqué les résultats de ses recherches et A.M. Manière-Lévêque qui a collaboré à la rédaction de la notice sur Séleucie-Zeugma et m’a permis de consulter la synthèse inédite qu’elle a préparée sur les nécropoles occidentale et orientale de ce site. Pour les prospections approfondies de la région de Raqqa et de Deir ez-Zor, Y. Guichard a réalisé une couverture photographique par cerf-volant sans laquelle l’analyse et la restitution de nombreux sites auraient été impossibles. J’ai bénéficié de l’expertise de J.-C. Bessac, de J. Abdul Massih et de P. Leriche, pour l’analyse des techniques de construction des remparts de Jazla et de Tabouz, et des indications de F. Alabe sur les céramiques. Les informations qu’Y. Abdullah m’a généreusement fournies sur ses fouilles en cours ont été décisives pour l’étude des sites de Kasra, Khmeyda et de Zalabiya. Je dois également beaucoup à S. Al-Sbhib et J.-L. Montero Fenóllos qui m’ont invitée à participer aux fouilles de Tell as-Sinn. H. Saad, M. Fakrou, A. Kinnawi ont revu avec moi de nombreux sites, de Sarrin, Shash Hamdam ou Eski Meskené. Que tous considèrent ce livre comme un hommage aux travaux exceptionnels qu’ils ont menés ou poursuivent sur les sites du Moyen-Euphrate.

23Crédits photographiques : Sauf indication du contraire, les photographies sont de l’auteur.

NOM ACTUEL (PAYS)

Nom antique attesté

Autres toponymes

Localisation

Région

Situation

Accès

Longitude

WGS 84

Latitude

WGS 84

Position

Environnement

Informations sur l’état du site

État de conservation

Dimensions du site

Superficie

Altitude

Critères de datation

Périodes d’occupation attestées

Période hellénistique

    Fin ive s.

    iiie s.

    Fin iiie - milieu iie s.

    Milieu iie - fin iie s.

                                                                      

Période romaine

    Déb. ier s.- fin ier s. av. J.-C.

    Déb. ier s. apr. J.-C. - milieu ier s.

    Milieu ier - fin iie s.

Période sévérienne-sassanide

    Déb. iiie - milieu iiie s.

    Milieu iiie - déb. ive s.

    ve - viie s.

Occupation postérieure

Cartographie ancienne

Fortifications

Urbanisme

Nécropole

    Matériel

    Périodisation selon les prospections ou les fouilles

Références

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7086/img-1.png
Fichier image/png, 16k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540