Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Troisième partie. Au-delà du confessionnel et du tribal, espaces et sociétés en révolution

Chapitre 11. La Syrie d’un soulèvement à l’autre

Exacerbation du confessionnalisme, déséquilibres socio-économiques et ambiguïtés géopolitiques

Thomas Pierret

Résumé

Résumé : Le basculement de la révolution syrienne dans la guerre et l’enlisement de cette dernière trouvent leur origine dans la conjonction de trois facteurs. Le premier est le fondement confessionnel alaouite des forces armées, condition de possibilité de la violence extrême exercée contre la société en révolte et, partant, garantie de la survie du régime face à cette dernière. Le second est la libéralisation de l’économie accélérée dans les années 2000, qui a enlevé au régime les instruments redistributifs par lesquels il compensait, à l’endroit des populations sunnites, le manque de légitimité lié à son ossature confessionnelle. Le troisième est la nature de l’insurrection armée apparue durant l’été 2011, dont la forte implantation rurale et rurbaine pose deux difficultés à l’armée loyaliste : d’une part, l’étalement géographique de cette insurrection requiert, pour la combattre, des effectifs qui se révèlent rapidement indisponibles ; d’autre part, l’armée est contrainte d’affronter des rebelles souvent issus de régions qui ont traditionnellement fourni une bonne partie de ses militaires de carrière sunnites.

Abstract: The transformation of the Syrian revolution into a civil war and the current stalemate of the conflict result from a combination of three factors. The first is the Alawite-dominated character of the military, which has allowed the regime to use extreme levels of violence against society, thereby ensuring Assad’s survival until now. The second factor is the liberalization of the economy during the decade that preceded the uprising, which deprived the regime from the redistributive instruments through which it had compensated, in the eyes of the Sunni population, the lack of legitimacy due to its sectarian character. The third factor is the nature of the armed insurgency that started during the summer of 2011, whose strong rural roots have exposed loyalist forces to a chronic lack of manpower : first, because the rapid spread of the insurgency have forced the regime to fight on too many fronts at the same time ; second, because the army has had to confront rebels who often stemmed from regions that have traditionally provided much of this same army’s Sunni career soldiers.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Voir Lobmeyer 1995. Pour une mise à jour basée sur une source inédite, voir Benkorich 2012.
  • 2 Pour une analyse socio-économique, démographique et spatiale de la révolution syrienne, voir Vignal (...)

1En février 2012, les Syriens commémoraient le trentième anniversaire du massacre de Hama, ville de l’Oronte dont la destruction partielle par l’armée en 1982 avait coûté la vie à plusieurs milliers de personnes 1. Le siège de Hama avait constitué le dernier épisode d’un soulèvement entamé trois ans plus tôt et qui avait un temps semblé sur le point d’emporter le régime de Hafez al-Assad. Le cours des faits avait été radicalement différent de celui qui serait le leur trente ans plus tard : de 1979 à 1982, une insurrection armée lancée par des islamistes radicaux s’était momentanément muée en soulèvement populaire dans les villes du Nord, en particulier Hama et Alep ; à partir de mars 2011, en revanche, nous avons assisté à un mouvement de protestation populaire pacifique qui, sous l’effet de la répression, s’est mué en une insurrection armée dans laquelle les islamistes jouent un rôle croissant 2.

  • 3 Sur le rôle de la Russie, voir le chapitre d’Anne de Tinguy dans ce volume.

2Mon but n’est pas de refaire ici l’histoire des événements du début des années 1980 mais plutôt par effet de contraste, d’éclairer la morphologie de la crise actuelle en dégageant une série de similarités et de différences entre ces deux épisodes de contestation et de violence. Sur cette base, j’aborderai successivement trois axes de réflexion qui me paraissent essentiels à la compréhension des aspects intérieurs de la révolution syrienne, à l’exclusion, donc du jeu des acteurs étatiques étrangers, absent de cette contribution par manque de place 3 : le facteur confessionnel, clé de la résistance du régime face au mouvement de contestation ; la dimension socio-économique, située au cœur des transformations qui ont conduit au soulèvement de 2011 ; la dynamique de militarisation de l’opposition, qui a plongé le pays dans une guerre dont rien ne permet actuellement d’espérer la fin prochaine.

Le facteur confessionnel, clé de la survie du régime

  • 4 Sur le rôle du facteur confessionnel dans la crise de 1979‑1982, voir Seurat 2012.

3En 2011 comme en 1979, la capacité du régime à survivre plusieurs années durant à un puissant mouvement de contestation réside pour l’essentiel dans les liens primordiaux (confessionnels, claniques et familiaux) qui garantissent la loyauté des forces armées envers le président 4. De ce point de vue, le cas de la Syrie est très similaire à celui de l’Irak de Saddam Hussein ou, si l’on substitue au facteur confessionnel son pendant tribal, à celui de la Libye de Mouammar Kadhafi.

  • 5 Sur les origines de l’hégémonie alaouite dans l’armée syrienne, voir Van Dam 2011.

4Alors que la communauté alaouite du président Bachar al-Assad représenterait environ 10 % de la population syrienne, elle est réputée largement majoritaire parmi les officiers, les hommes de rang de la garde prétorienne du régime (Garde Républicaine, 4e Division Blindée et Forces spéciales) et les tentaculaires services de renseignements (mukhabarāt). Cet élément militaro-sécuritaire alaouite est la clef de voûte du régime depuis les années 1960 5. On notera que dans les forces armées, les alaouites sont secondés en influence par un autre groupe « minoritaire », bien qu’arabe et sunnite, en l’occurrence des bédouins et chaouaïa (bédouins moutonniers sédentarisés) de la région de l’Euphrate. En dépit des relations beaucoup plus conflictuelles qu’entretient la population kurde avec le régime, l’appareil répressif comprend également un nombre non négligeable de membres de cette minorité ethnique.

5Solidarité confessionnelle et alliance des minoritaires ne sont pas les seuls ciments unissant la figure présidentielle à l’armée. Ces ciments sont en effet renforcés par des liens familiaux, les proches parents d’al-Assad exerçant des fonctions militaro-sécuritaire de premier plan : Hafez Makhluf, cousin germain du chef de l’État, dirige les Renseignements Généraux ; Atif Najib, un autre cousin, est le chef des Renseignements à Deraa lorsqu’y débutent les manifestations en mars 2011 ; Asif Chawkat, beau-frère du président, un temps directeur des Renseignements Militaires, exerce la fonction de vice-ministre de la Défense jusqu’à son assassinat en juillet 2012.

6L’exemple le plus emblématique de cette patrimonialisation des forces armées par la famille Assad est toutefois la règle non écrite en vertu de laquelle le frère du président chapeaute la garde prétorienne du régime : il y a trente ans, c’était Rif‘at al-Assad, frère de Hafez, qui dirigeait la répression de l’insurrection à la tête de ses Brigades de Défense ; depuis 2011, un rôle similaire est dévolu à Maher al-Assad, frère de Bachar, qui commande la Garde Républicaine et les anciennes Brigades de Défense, devenues 4e Division Blindée. Au-delà de ces illustrations particulièrement visibles, famille élargie et réseaux claniques prolongent l’arrimage des forces armées au chef de l’État jusqu’aux échelons inférieurs de la hiérarchie militaire.

7La présence d’une telle configuration en Syrie et en Libye, et son absence dans les cas tunisien et égyptien, expliquent en grande partie la diversité des scénarios observés dans ces pays en 2011 : dans les deux premiers cas, la loyauté « automatique » du noyau dur des forces armées permet l’emploi d’une violence illimitée non seulement contre les contestataires mais aussi, dans une logique de représailles collectives, contre les agglomérations où ils agissent ; à l’inverse, n’étant pas bâties sur des groupes sociaux distincts de la majorité de la population, les forces de répression tunisiennes et égyptiennes ne vont pas au-delà des tirs contre les manifestants.

  • 6 Durant les séjours que j’ai effectués en Syrie entre 2003 et 2010, j’ai souvent été frappé d’entend (...)
  • 7 Il est probablement des cas de figures moins tragiques en Afrique subsaharienne. Toutefois, à la di (...)

8Eu égard à la dimension confessionnelle et familiale de leur institution militaire, nombre de Syriens savaient, depuis l’expérience de 1979‑1982, que le renversement du régime impliquerait nécessairement une phase de grande violence 6. En effet, point n’est besoin d’être expert en transitologie pour comprendre qu’un système politique tel que celui qui dirige la Syrie depuis 1963 ne peut être ni réformé, ni renversé sans trop de casse. S’agissant de réformes, le manque de légitimité du régime l’a conduit à considérer qu’il serait trop risqué pour lui d’engager ne serait-ce qu’une démocratisation de façade sur le modèle du multipartisme formel instauré en Égypte en 1979. Quant à un renversement « en douceur », il requiert une dissociation entre la figure présidentielle (nécessairement sacrifiée ou du moins mise à l’écart dans la foulée) et les institutions étatiques, en particulier l’armée. Or, pour les raisons évoquées plus haut, une telle dissociation n’est pas envisageable en Syrie. Soulignons par ailleurs que cette dernière n’est pas une dictature militaire au sens classique du terme, c’est-à-dire un régime soumis à une institution militaire, mais un système dominé par une constellation de réseaux informels basés sur des solidarités primordiales et qui contrôlent les forces armées, entre autres choses. À vrai dire, personne ne sait comment de tels régimes peuvent être démantelés sans passer par une phase de guerre civile ou une intervention militaire étrangère (Irak, Libye) 7.

9Que le spectre de la guerre obscurcisse l’horizon du changement politique en Syrie explique dans une large mesure les réticences observées dans certains secteurs sociaux face au mouvement contestataire entamé en mars 2011. La solidité démontrée par le régime face à un mouvement protestataire prolongé a conduit de nombreux observateurs à s’interroger sur les « soutiens » dont bénéficiait le clan Assad dans la population, évoquant des groupes tels que les minorités religieuses, effrayées par l’éventualité d’un pouvoir islamiste, la bourgeoisie, bénéficiaire de la récente libéralisation économique, les fonctionnaires, extrêmement nombreux dans cet État à l’administration surdimensionnée, et bien sûr les effectifs pléthoriques du parti-État, le Baas. En réalité, l’existence de ces groupes n’explique rien en elle-même dans la mesure où aucun n’est spécifique à la Syrie : l’Égypte de Moubarak comptait également une importante population non musulmane (copte) globalement méfiante vis-à-vis des islamistes, une communauté des affaires choyée par les politiques néo-libérales, une bureaucratie gigantesque et un parti-État, le Parti National Démocratique, aux capacités de patronage considérables. Cependant, rien de tout cela n’a empêché le vieux Raïs de tomber au bout de dix-huit jours de manifestations.

  • 8 La proportion de chrétiens, seconde minorité religieuse en importance après les alaouites, était d’ (...)

10Pour comprendre la spécificité syrienne, il importe en fait de distinguer parmi deux types de « soutiens » dont a pu bénéficier le régime. La première catégorie se compose de ceux qui préféraient le maintien d’Assad à l’alternative qui aurait probablement émergé des urnes si des élections libres avaient été organisées en mars 2011, à savoir un pouvoir islamiste sunnite situé quelque part entre l’idéologie des Frères Musulmans et celle de l’AKP turc. Ceux que terrorise cette perspective sont, pour l’essentiel, les minorités religieuses. On l’a dit, la situation est la même en Égypte, avec cette différence majeure qu’en Syrie, l’une de ces minorités, les alaouites, est aux commandes de l’appareil répressif. Les autres minorités confessionnelles (chrétiens, druzes, ismaéliens, chiites duodécimains) ont aujourd’hui un poids démographique trop faible pour réellement peser dans la balance 8.

  • 9 Pierret 2011, p. 183 sq.

11Il est une autre catégorie de Syriens qui n’ont pas soutenu la révolution, ou du moins ont tardé à le faire, et cela alors même qu’ils ne craignaient nullement les islamistes puisqu’ils les auraient sans doute promus s’il leur avait été proposé de le faire dans le cadre d’élections démocratiques. Nous pensons ici avant tout à la bourgeoisie commerçante sunnite, principale source de financement d’une élite religieuse propageant une vision du monde souvent moins libérale que celle des Frères Musulmans 9. En mars 2011, cette bourgeoisie sunnite n’appréhendait donc pas l’alternative au clan Assad, d’autant plus que ce dernier lui imposait, en contrepartie des récentes mesures de libéralisation, un racket généralisé ainsi que la concurrence déloyale de capitalistes organiquement liés au pouvoir tels que le cousin d’Assad, Rami Makhluf, frère du susmentionné Hafez. Ce que ces commerçants sunnites craignaient, c’était en réalité les modalités probables de la transition, c’est-à-dire la guerre civile. À la différence des classes populaires qui, on va le voir, ont fourni le gros des troupes de la contestation, les privilégiés estimaient avoir trop à perdre pour s’engager dans une aventure aux conséquences malheureusement prévisibles.

12On pourrait objecter que le rôle prédominant des groupes défavorisés dans la révolution syrienne a donné à cette dernière un aspect de « lutte des classes » qui explique également la relative loyauté de la bourgeoisie au régime. C’est en partie exact mais c’est la nature de l’armée qui constitue, ici encore, la variable indépendante de l’équation : en Égypte et en Tunisie, les généraux ont rendu le processus révolutionnaire relativement « acceptable » aux yeux des classes dominantes en l’encadrant et en prévenant ainsi toute dérive vers une révolution sociale. Incapable de proposer autre chose qu’une défense à mort du clan présidentiel, l’armée syrienne n’est pas susceptible de jouer un tel rôle.

13En résumé, l’idée selon laquelle le régime syrien se serait maintenu plus longtemps que ses homologues tunisien et égyptien parce qu’il aurait joui d’une légitimité supérieure est un contresens. C’est le cas, du moins, si on interprète cette légitimité comme le fait, pour ceux qui la reconnaissent, de préférer le régime actuel à un autre, plutôt que de préférer un régime, quel qu’il soit, à l’absence de régime, c’est-à-dire à la guerre et au chaos. De ce point de vue, on peut même dire qu’en réalité, la capacité de résistance du régime syrien est inversement proportionnelle à sa légitimité puisque cette capacité de résistance repose précisément sur le caractère peu représentatif (et donc peu légitime) de ses forces armées.

  • 10 On en veut notamment pour signe le relatif succès des grèves commerçantes organisées à Damas en mai (...)

14Encore faut-il, pour entretenir cette forme de légitimité négative, que le maintien du régime présente un avantage comparatif par rapport à la plongée dans l’anarchie. La chose n’est plus évidente à partir de février 2012, quand les forces loyalistes se mettent à détruire des villes entières en commençant par Homs. Assad perdra dès lors bon nombre de ses « soutiens » dans la bourgeoisie, en particulier à Damas 10.

La question sociale, clé du basculement

15On vient de le voir, aspects confessionnels et socio-économiques sont difficilement dissociables s’agissant de politique syrienne. Les conséquences des mesures de libéralisation économiques mises en œuvre par le régime durant la dernière décennie en sont un autre exemple.

  • 11 Place du Caire sur laquelle se déroulent les principales manifestations contre Hosni Moubarak duran (...)

16Certains des foyers du soulèvement de 2011 avaient déjà été le théâtre d’une contestation intense en 1979‑1982. C’est bien sûr le cas de Hama, où durant le printemps et l’été 2011, les manifestants syriens établissent « leur » Midân Tahrir 11 sur la place de l’Oronte, laquelle accueille des manifestations monstres jusqu’à l’intervention militaire du mois d’août. Non loin de là, un autre point chaud du mouvement est la petite ville de Jisr al-Shughur, théâtre d’un massacre tristement célèbre en 1980. Des observations similaires peuvent être faites pour Homs ou Lattaquié.

  • 12 Les travaux de référence sur la dimension rurale du régime baassiste syrien sont Hinnebusch 1989 et (...)
  • 13 Sur les origines de la contestation à Deraa, voir Leenders et Heydemann 2012.

17Il serait toutefois erroné de ne voir dans la révolution de 2011 qu’une simple réplique du soulèvement écrasé trois décennies plus tôt. En réalité, la configuration actuelle relève bien moins de la continuité que du retournement. Le mouvement de 1979‑1982 était essentiellement citadin et voyait les classes moyennes urbaines conservatrices tenter de renverser un pouvoir encore socialiste. À l’époque, le monde rural avait fort peu bougé, le régime ayant partiellement réussi à transcender le clivage confessionnel sunnito-alaouite par le biais de ses politiques économiques et en particulier de la réforme agraire 12. L’exemple le plus éclatant de ce succès était sans doute la région du Hauran (province de Deraa), plaine agricole située au Sud de Damas, quasi exclusivement sunnite mais néanmoins terre d’origine de nombreuses figures officielles dont les plus connues sont aujourd’hui le vice-président Farouk al-Chareh, le vice-ministre des Affaires Étrangères Faysal Miqdad, et l’ancien chef des services de renseignements Syrien au Liban, Rustom Gazhale. Cela n’a pas empêché, on le sait, la province de Deraa de devenir le berceau de la révolution de 2011 13. Qu’un bastion loyaliste soit devenu un foyer de contestation illustre l’ampleur du processus de retournement qu’a connu la Syrie du fait des transformations économiques récentes.

  • 14 Sur la phase de libéralisation économique, voir Donati 2009, p. 153‑160. Pour une analyse faisant d (...)

18Très timidement engagée dans les années 1970 puis, un peu plus sérieusement à la fin des années 1980, l’ouverture de l’économie syrienne n’a réellement pris les traits d’un tournant néo-libéral que durant les années 2000 14. De ce tournant, nous retiendrons ici deux conséquences fondamentales. La première, de nature politique, est l’affaiblissement du parti Baas, principal promoteur du modèle socialiste, en tant que structure d’encadrement de la population. L’idéologie baassiste ne convainquant plus personne depuis longtemps, le parti s’était mué en simple canal de redistribution de ressources. L’amoindrissement de cette capacité de redistribution du fait de la marginalisation du Baas par le clan présidentiel a entraîné l’émergence d’un profond malaise dans les rangs mêmes du parti. Dans le cas de Deraa, en particulier, ce malaise s’exprime bien avant 2011. En 2007, un cadre du parti dans la province confie ainsi :

  • 15 Cité par International Crisis Group, 2011, p. 12. Sur le sentiment de marginalisation exprimé par c (...)

« Nous n’organisons aucune activité dans quelque domaine que ce soit, et nous n’avons pas le budget nécessaire pour essayer de le faire. Nous ne pouvons même pas toucher les jeunes en offrant un minimum d’infrastructures sportives. Il est déjà suffisamment difficile d’organiser la réunion interne de la section locale » 15.

19Dans ce contexte, on n’est guère surpris par la démission de centaines de cadres du parti dans la province durant les premières semaines du soulèvement de 2011, phénomène qui sera également observé quelques mois plus tard dans la province d’Idlib. Dans ces deux cas, on n’est donc pas face au soulèvement de la « société civile » contre le « parti-État », mais plutôt face à la contestation d’une région contre le pouvoir central.

20Encore une fois, le socio-économique rejoint ici le confessionnel : le Baas ayant été l’instrument par lequel le régime avait pu transcender en partie le clivage sunnito-alaouite, son affaiblissement a immanquablement mis à nu l’État profond, c’est-à-dire l’appareil militaro-sécuritaire dominé par le clan Assad et ses coreligionnaires. La décennie précédant la révolution avait de fait vu les services de renseignements jouer un rôle croissant dans la gestion du pays, avec pour corollaire une intensification des pratiques prédatrices des hommes forts de l’appareil sécuritaire. Deraa constitue, ici également, un cas idéal-typique : lorsque débute le soulèvement de 2011, les services de sécurité y sont dirigés par Atef Najib, un cousin du président qui, s’étant comporté de fort mauvaise manière lorsqu’il était en poste à Damas, avait été envoyé sévir en province ; il s’y était notamment illustré en prélevant un pourcentage sur les transactions foncières qui, dans cette région frontalière, sont soumises à l’approbation des services de sécurité.

  • 16 La dynamique de périphérisation aurait même touché la région côtière, dont est originaire la famill (...)

21La deuxième conséquence majeure du tournant néo-libéral est d’ordre macroéconomique dans la mesure où elle a creusé l’écart de richesse entre les métropoles de Damas et Alep, d’une part, et le reste du pays, d’autre part. Dans un système socialiste, c’est l’État qui décide de l’allocation des investissements et peut éventuellement corriger les écarts de développement entre régions. Dans un système libéral, l’allocation de l’investissement est laissée aux acteurs privés, qui agissent en vertu de logiques purement économiques et se concentrent donc sur les régions où les investissements sont promis aux rendements les plus élevés, c’est-à-dire les aires métropolitaines 16.

22L’analyse qui précède explique la sociologie de la révolution de 2011 : le centre de gravité de la contestation n’est plus, comme en 1979, la classe moyenne citadine mais une population beaucoup plus modeste et « périphérique » issue soit des bourgades et villes de provinces, soit des banlieues et quartiers pauvres des métropoles. Il y a bien sûr des exceptions à ce constat. À Homs et Hama, par exemple, les jeunes des classes moyennes n’ont pas tardé à rejoindre en grand nombre le mouvement de contestation. Des spécificités locales doivent ici être prises en compte, telles que l’existence d’un clivage socio-spatial très marqué entre quartiers sunnites et alaouites (Homs) ou la force, pour des raisons historiques, de la haine vouée au régime (Hama). À l’inverse, le gouvernorat d’Alep, majoritairement rural et pauvre, est demeuré relativement calme jusqu’au début de l’année 2012 et ce pour des raisons qui doivent encore être pleinement élucidées. Certes, la gestion sécuritaire de la province se caractérise par le fait qu’en l’absence de population alaouite autochtone, les services de sécurité et, après mars 2011, leurs supplétifs civils (chabbiha), ont largement recruté parmi les clans sunnites locaux tels que les Berri. Toutefois, un constat identique s’applique à la région de Deir ez-Zor, qui fut malgré cela le théâtre d’imposantes manifestations jusqu’à son occupation par l’armée en août 2011.

De la révolution à la guerre civile

23Fondée en juillet 2011 par des officiers en rupture de ban, ce que l’on nomme communément l’Armée Syrienne Libre consiste en réalité en une multitude de bataillons (kata’ib) établis de manière autonome par des déserteurs et volontaires civils, sunnites pour l’essentiel. C’est seulement à partir de l’été 2012 que l’on assiste à des tentatives crédibles de doter cette nébuleuse insurgée d’un commandement unifié, initiatives dont la plus aboutie est, à ce jour, le Conseil militaire suprême du général Salim Idris, créé en décembre 2012.

24Durant les premiers mois, le conflit paraît extrêmement déséquilibré : dotée de quelques milliers d’hommes (dont de nombreux civils peu entraînés), mal équipée, l’opposition fait face à une armée pléthorique et dotée d’un matériel certes vieillot mais quantitativement imposant. En 1982, cette armée était finalement venue à bout de l’insurrection islamiste, au prix que l’on sait. Trente ans plus tard, cependant, cette même armée fait face à un défi d’une tout autre ampleur qu’elle se révélera incapable de relever.

  • 17 Voir Hanna 2007.

25L’échec de l’armée syrienne face à la rébellion entamée en 2011 résulte de la nature rurale et semi-rurale du mouvement, laquelle implique deux conséquences principales. La première est que, les soldats sunnites étant traditionnellement recrutés dans ce même monde rural, l’armée se voit demander de réprimer des milieux sociaux dont sont issus bon nombre de ses membres. En 1979‑1982, le problème se posait de manière moins aiguë en raison du caractère citadin du mouvement, encore que les missions répressives les plus brutales eurent quand même été confiées à des unités composées d’alaouites et de bédouins 17. En 2011, en revanche, l’armée doit intervenir dans des régions qui sont pour elle des réservoirs de recrutement historiques. Le cas de figure le plus emblématique est celui d’al-Rastan, petite ville située au nord de Homs dont sont originaires le général Moustafa Tlass, proche de Hafez al-Assad et ministre de la Défense de 1973 à 2003, et le lieutenant ‘Abd al-Razzaq Tlass, parent éloigné du précédent et premier officier à annoncer publiquement sa désertion en juin 2011.

26La nature de l’ancrage sociologique de l’insurrection résulte par ailleurs dans le fait que celle-ci n’est plus concentrée dans les agglomérations importantes, comme c’était le cas trente ans plus tôt, mais agit sur des surfaces étendues et parfois difficiles d’accès, comme le « maquis » créé durant l’été 2011 dans la région de Jabal al-Zawiya (province d’Idlib). Juguler une insurrection de ce type requiert des effectifs beaucoup plus nombreux que la répression d’une guérilla urbaine, un problème qui devient insurmontable lorsque les forces de répression manquent d’effectifs fiables pour les raisons confessionnelles et sociologiques qui viennent d’être mentionnées.

27En dépit des centaines de milliers d’hommes qu’elle aligne sur papier, l’armée du régime se montre donc rapidement incapable de tenir ses positions. Les problèmes commencent dès le moment où les troupes sont déployées pour venir à bout des manifestations pacifiques, tâche qui, par définition, requiert moins de troupes que l’élimination d’opposants armés. Comme l’explique un jeune activiste de Douma, une agglomération située à l’extrémité nord-est de l’aire métropolitaine damascène, des relations de connivence s’établissent rapidement avec les hommes du rang :

  • 18 Entretien, Copenhague, 12 septembre 2011.

« Ils nous ont d’abord envoyé des troupes d’élites, puis les mukhabarāt sont passés derrière pour opérer des rafles. Par la suite, ceux-là ont été envoyés réprimer la contestation ailleurs dans le pays. On a alors vu arriver des unités ordinaires, chargées de tenir les checkpoint. Rapidement, nous avons su nous entendre avec eux : ils nous laissaient passer alors qu’ils savaient très bien que nous organisions les manifestations » 18.

  • 19 Entretien téléphonique, 16 novembre 2011.

28Un activiste de Hama affirme qu’un phénomène similaire entraîne, durant l’automne 2011, le remplacement de tous les soldats assignés aux checkpoints dans la ville par « des alaouites et des chaouaïa » 19. Afin d’éviter trahisons et désertions, le régime choisit donc de ne déployer que partiellement ses forces dans les zones contestataires, soumettant ainsi le noyau loyaliste de l’armée à un risque d’hyper-extension.

29Le phénomène décrit plus haut ne fera évidemment que s’accentuer face à la militarisation de l’opposition, qui exige le déploiement d’effectifs croissants dans des missions combattantes et, partant, augmente la probabilité de désertions. En janvier 2012, le régime fait face à une situation extrêmement inquiétante puisque les rebelles contrôlent alors, entre autres, une bonne partie de la province d’Idlib, la majorité de Homs, plusieurs quartiers de Hama, la ville stratégique de Zabadani à la frontière libanaise ainsi que certaines banlieues de l’est de Damas. Afin de renverser la tendance, les forces loyalistes décident alors de pallier leurs problèmes d’effectif par l’usage d’une puissance de feu incomparablement supérieure à celle des insurgées. L’artillerie lourde entre alors en action, pour la première fois, contre les quartiers de Homs tenus par l’opposition. Les mois suivants verront ensuite le déploiement d’hélicoptères de combat puis, à partir de l’été, celui de bombardiers et, à compter de décembre, de missiles balistiques Scud. Cette escalade n’empêchera toutefois pas les rebelles d’avancer continuellement dans tout le pays, créant progressivement un maquis dans l’hinterland sunnite de Lattaquié, « capitale » du pays alaouite, prenant l’essentiel de la province d’Alep et la moitié de son chef-lieu durant l’été 2012, coupant l’autoroute Damas-Alep à hauteur de Ma‘rat al-Nu‘man en novembre, et provoquant la paralysie de l’aéroport international de Damas le mois suivant.

Conclusion

30La nature confessionnelle et familiale du régime baassiste syrien explique à la fois sa vulnérabilité et sa solidité : elle le fragilise parce qu’en minant sa légitimité, elle empêche toute forme de libéralisation politique et génère des tensions qui débouchent épisodiquement sur des épisodes contestataires d’une violence extrême (1979, 2011) ; elle est garante de solidité parce qu’elle permet aux Assad de réaliser le rêve de tout dictateur, c’est-à-dire employer contre les opposants et leur environnement social une violence sans limite. Si cette violence vient à bout du soulèvement de 1979 mais échoue face à celui de 2011, c’est parce qu’entre-temps la libéralisation économique a entraîné le retournement contre le régime des classes sociales inférieures qu’avait jadis neutralisées le socialisme baassiste. Ce retournement se traduit d’abord par le mouvement de contestation qui gagne les périphéries du pays et de ses grandes villes à partir de mars 2011, puis par une insurrection armée qui, du fait de son ancrage sociologique et spatial, constitue pour les forces loyalistes un problème insoluble.

Bibliographie

Bibliographie

Balanche Fabrice 2006, La région alaouite et le pouvoir syrien, Paris, Karthala.

Balanche Fabrice 2011, « Géographie de la révolte syrienne », Outre Terre 29/3, p. 437‑458.

Batatu Hanna 1998, Syria’s Peasantry, the Descendants of Its Lesser Rural Notables, and Their Politics, Princeton, Princeton University Press.

Benkorich Nora 2012, « Trente ans après, retour sur la tragédie de Hama », La Vie des idées 16 février 2012. [En ligne] http://www.laviedesidees.fr/Trente-ans-apres-retour-sur-la.html

Courbage Youssef 2007, « La population de la Syrie : des réticences à la transition (démographique) » in B. Dupret, Y. Courbage, Z. Ghazal et M. Al-Dbiyat (éd.), La Syrie au présent. Reflets d’une société, Paris, Actes Sud, p. 189.

Donati Caroline 2009, L’exception syrienne : entre modernisation et résistance, Paris, La Découverte.

Hanna Abdallah 2007, « Postcript: Towards an Interpretation of the Social Background of the Events of Hama in 1982 », in G. Khoury et N. Méouchy (éd.), États et sociétés de l’Orient arabe en quête d’avenir (19452005), Paris, Geuthner, tome 2, p. 337‑339.

Hinnebusch Raymond 1989, Peasant and Bureaucracy in Ba’thist Syria: The Political Economy of Rural Development, Boulder, Westview Press.

Hinnebusch Raymond 2012, « Syria: From ‘Authoritarian Upgrading’ to Revolution ? », International Affairs 88/1, p. 95‑113.

International Crisis Group 2011, « Popular Protest In North Africa And The Middle East (VI): The Syrian People’s Slow Motion Revolution », Middle East/North Africa Report 108 [En ligne] http://www.crisisgroup.org/en/publication-type/media-releases/2011/mena/the-syrian-peoples-slow-motion-revolution.aspx

Leenders Reinoud et Heydemann Steven 2012, « Popular Mobilization in Syria: Opportunity and Threat, and the Social Networks of the Early Risers », Mediterranean Politics 17/2, p. 139‑159.

Lobmeyer Hans Günter 1995, Opposition Und Widerstand in Syrien, Hambourg, Deutsches Orient-Institut.

Pierret Thomas 2011, Baas et Islam en Syrie : la dynastie Assad face aux oulémas, Paris, Presses Universitaires de France (Proche-Orient).

Pierret Thomas 2013, « The Syrian Islamists and the Revolution: Militarisation and Reconstruction » [En ligne] http://moulayhichamfoundation.org (à paraître).

Seurat Michel 2012, Syrie : l’État de barbarie, Paris, Presses Universitaires de France (Proche-Orient).

Van Dam Nikolaos 2011, The Struggle for Power in Syria: Politics and Society under Asad and the Ba’th Party, Londres, Tauris.

Vignal Leïla 2012, « Syrie, anatomie d’une révolution », La Vie des idées, 27 juillet. [En ligne] http://www.laviedesidees.fr/Syrie-anatomie-d-une-revolution.html

Notes

1 Voir Lobmeyer 1995. Pour une mise à jour basée sur une source inédite, voir Benkorich 2012.

2 Pour une analyse socio-économique, démographique et spatiale de la révolution syrienne, voir Vignal 2012. Pour une perspective géographique, voir Balanche 2011. Pour une analyse extrêmement fine du cours des événements depuis mars 2011, voir les différents rapports publiés depuis lors sur le site de l’International Crisis Group. Sur le rôle des islamistes, voir Pierret 2013.

3 Sur le rôle de la Russie, voir le chapitre d’Anne de Tinguy dans ce volume.

4 Sur le rôle du facteur confessionnel dans la crise de 1979‑1982, voir Seurat 2012.

5 Sur les origines de l’hégémonie alaouite dans l’armée syrienne, voir Van Dam 2011.

6 Durant les séjours que j’ai effectués en Syrie entre 2003 et 2010, j’ai souvent été frappé d’entendre mes interlocuteurs évoquer la perspective d’un changement de régime en des termes relevant presque systématiquement du champ sémantique de la guerre.

7 Il est probablement des cas de figures moins tragiques en Afrique subsaharienne. Toutefois, à la différence des régimes arabes évoqués ici, aucun État subsaharien ne figure parmi les pays possédant les plus grandes armées de la planète relativement à la taille de leur population (en 2011, l’armée syrienne comptait environ 300.000 hommes d’actives plus autant de réservistes pour environ vingt millions d’habitants).

8 La proportion de chrétiens, seconde minorité religieuse en importance après les alaouites, était d’environ 5% avant le conflit actuel (Courbage 2007, p. 189).

9 Pierret 2011, p. 183 sq.

10 On en veut notamment pour signe le relatif succès des grèves commerçantes organisées à Damas en mai-juin 2012 ou, au même moment, les rumeurs selon lesquelles Assad aurait réuni les grands commerçants de la capitale en leur promettant de « briser le souk Hamidiyye » sur leurs têtes.

11 Place du Caire sur laquelle se déroulent les principales manifestations contre Hosni Moubarak durant l’hiver 2011.

12 Les travaux de référence sur la dimension rurale du régime baassiste syrien sont Hinnebusch 1989 et Batatu 1998.

13 Sur les origines de la contestation à Deraa, voir Leenders et Heydemann 2012.

14 Sur la phase de libéralisation économique, voir Donati 2009, p. 153‑160. Pour une analyse faisant de la libéralisation économique le principal facteur explicatif de la révolution de 2011, voir Hinnebusch 2012.

15 Cité par International Crisis Group, 2011, p. 12. Sur le sentiment de marginalisation exprimé par certains baassistes durant les années 2000, voir également Donati 2009, p. 153‑160.

16 La dynamique de périphérisation aurait même touché la région côtière, dont est originaire la famille Assad (Balanche 2006).

17 Voir Hanna 2007.

18 Entretien, Copenhague, 12 septembre 2011.

19 Entretien téléphonique, 16 novembre 2011.

Auteur

Lecturer in Contemporary Islam à l’Université d’Édimbourg

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable