Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les quartiers irréguliers de Beyrouth

 | 
Valérie Clerc-Huybrechts

I. Les interstices de l'histoire urbanistique

Chapitre I - La morphologie de la banlieue sud : un revers de l’urbanisme

Entrées d'index

Mots clés :

banlieue, urbanisme

Géographique :

Beyrouth, Liban

Texte intégral

1D’un point de vue morphologique, la banlieue sud de Beyrouth est très diversifiée. D’un quartier à l’autre, la forme et la hauteur des bâtiments, le profil des voiries, la relation entre les vides et les pleins et la configuration parcellaire ne se ressemblent pas (voir fig. 1-1 et 1-2). Certains quartiers sont hétérogènes : des maisons villageoises, des petits immeubles du milieu du siècle dernier et des barres des années 1990 se côtoient le long de rues plus ou moins étroites, souvent issues de tracés agricoles anciens, à Bourj el-Barajneh ou Haret Hreik par exemple. D’autres quartiers sont plus homogènes. Dans le quartier de Bir Hassan, les rues sont larges et orthogonales, les parcelles sont régulières et de grande taille (900 à 1 500 m2), les bâtiments de quatre niveaux au moins sont situés au centre de la parcelle, blocs alignés en ordre le long des rues. On retrouve une morphologie similaire à proximité de l’hôtel Marriott, ou encore dans les lotissements nouvellement bâtis le long de la route de l’aéroport et entre la cité sportive et la mer, le long de la rue Adnan el-Hakim. En contraste, les quartiers d’Ouzaï, Raml ou Jnah ont un système de voirie tortueux, des « parcelles » plus petites et plus irrégulières, des bâtiments plus bas, parfois d’un seul niveau, souvent accolés les uns aux autres, comportant parfois une cour intérieure ou un jardin. Certains ont un tissu dense et très serré, comme Hay el-Selloum ou, plus encore, comme les camps palestiniens.

Figure 1-1. Diversité morphologique en banlieue sud. 1/2.

Figure 1-1. Diversité morphologique en banlieue sud. 1/2.

Figure 1-1. Diversité morphologique en banlieue sud. 2/2.

Figure 1-1. Diversité morphologique en banlieue sud. 2/2.

La diversité des densités, des formes et des échelles du bâti et celle des relations entre les vides et les pleins est lisible sur ces tracés des emprises des bâtiments.
Les exemples sont issus des quartiers :
1 - Hay el-Zahra ;
2 - Horch Tabet ;
3 - Horch al-Qatil ;
4 - American Life Insurance ;
5 - Bir Hassan ;
6 - Hôtel Marriott ;
7 - Bourj el-Barajneh nord-ouest ;
8 - Ouzaï centre ;
9 - Ouzaï est ;
10 - Lotissement Daouq ;
11 - Camp palestinien de Chatila ;
12 - Jnah-Saint Simon ;
13 - Bourj el-Barajneh centre ;
14 - Haret Hreik ;
15 - Ghobeiry.

Source : Beyrouth sud, plan photogrammétrique, Oger International, 1991.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 1/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 1/7.

1 - Quartier Hôtel Marriott.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 2/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 2/7.

2 - Horch al-Qatil.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 3/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 3/7.

3 – Maramel.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 4/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 4/7.

4 - Hay el-Selloum.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 5/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 5/7.

5 - Jnah-Saint-Simon.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 6/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 6/7.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 7/7.

Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 7/7.

6 et 7 - Ouzaï.

Photos V. Clerc 1999 et 2000.

Des poches morphologiques en banlieue sud de Beyrouth

2Ces espaces diversifiés de la banlieue sud de Beyrouth forment comme des poches morphologiques. Ce tissu urbain différencié tient au fait que la banlieue sud s’est développée suivant plusieurs logiques, en plus ou moins grande conformité avec les règles d’urbanisme qui elles-mêmes ont varié dans le temps.

Zones de superposition et zones de juxtaposition

3En banlieue sud-est, ces poches morphologiques sont moins manifestes que dans la banlieue sud-ouest, car la ville s’y est formée autour des noyaux anciens des villages de Chiah, Haret Hreik, Mraijeh, Bourj el-Barajneh. Le tissu y varie en fonction de la date à laquelle ces localités se sont développées et résulte dans l’ensemble de l’extension progressive de ces localités et de l’accumulation dans le temps, sur un même espace, de logiques constructives de toutes les époques – mélange de maisons d’origine villageoise et d’immeubles de différentes époques, remplacement de bâtiments par d’autres, densification du bâti, lotissements, création de nouvelles voies avec des gabarits différents des précédentes. Bâtis, parcellaires et voiries diverses se mêlent dans une superposition de couches, selon un principe morphogénétique qui rejoint ce qui s’est passé à l’intérieur des limites de la ville de Beyrouth.

4En revanche, des poches morphologiques sont bien distinctes dans la partie sud-ouest de la banlieue (à proximité du boulevard de l’Aéroport et entre celui-ci et la mer), ainsi qu’à ses extrémités sud et est. Ces zones sont plus éloignées du noyau urbain ancien, dans les étendues sablonneuses à l’ouest et dans l’ancienne plaine agricole à l’est. Là, des poches se sont formées dans une logique morphogénétique de juxtaposition (voir fig. 1-3).

Figure 1-3. Juxtaposition de poches morphologiques en banlieue sud-ouest.

Figure 1-3. Juxtaposition de poches morphologiques en banlieue sud-ouest.

Les chiffres mentionnent les poches dont sont issus les tissus présentés dans la figure 1-1.

Fond de plan : Beyrouth sud, plan photogrammétrique, Oger International, 1991.

Juxtaposition de quartiers légaux et illégaux

5Les différences morphologiques des quartiers s’expliquent en partie par leur genèse. Une des différences les plus flagrantes est liée à la conformité ou non à l’urbanisme décrété. La morphologie n’est en effet pas la même si ces quartiers sont le fruit de plans d’urbanisme, de remembrements ou de lotissements enregistrés au cadastre et réglementés par ces plans d’urbanisme, ou s’ils ont été construits en dehors des règles et normes officielles ou en infraction avec la loi.

6Le lotissement Daouq, appelé parfois camp de Sabra car de nombreuses familles palestiniennes y ont loué des logements dès le début des années 1950 (Sayigh 1994 : 67), représente un cas à part. Créé en 1939 à côté de l’aérodrome de l’époque (où la Cité sportive sera construite ultérieurement), il a été constitué légalement, mais avant que les règlements et les plans d’urbanisme principaux aient été édictés. Très vite, il n’a donc plus répondu aux normes en vigueur. Ses parcelles sont plus petites et sa morphologie présente un tissu plus serré que les lotissements qui seront réalisés ultérieurement (voir fig. 1-5 et 1-6).

7La banlieue sud-ouest de Beyrouth est ordonnée par des plans d’urbanisme parfois anciens. Plusieurs des poches identifiables en banlieue sud sont des lotissements adoptant les tracés et les règlements du plan d’urbanisme de 1953 – celui de Bir Hassan, par exemple, est réalisé en 1959 – ou de 1974. D’autres sont issues de remembrements, comme celui de Raml el-Aali (1959-1978) ou celui situé au sud de la rue Adnan el-Hakim (1961-1978) (voir fig. 1-7). Les zones qui sont le fruit de ces plans d’urbanisme, de lotissement ou de remembrement présentent des morphologies similaires : voiries orthogonales, parcelles relativement grandes, implantation des bâtiments en retrait, immeubles au centre des parcelles…

  • 1 Dans le quartier de Sabra et Chatila, il n’y a qu’un seul camp palestinien. Qu’il soit appelé Sabra (...)
  • 2 L’analyse à la lunette binoculaire des photos aériennes verticales de 1991, 1995 et 1999 montre une (...)

8Les deux camps palestiniens Chatila1 et Bourj el-Barajneh forment deux poches d’habitat extrêmement serré (fig. 1-4) dont la morphogenèse est à relier directement à l’histoire de leur constitution : une implantation à l’origine sous tente, un découpage de « parcelles » en conséquence très serré, une évolution faite, à l’intérieur d’un périmètre, de durcification, de consolidations, de destructions et de reconstructions dépendantes pour l’essentiel de l’histoire politique palestinienne au Liban, et une densification, au sol et en hauteur, qui se poursuit encore durant toutes les années 1990, comme le montrent les photos aériennes2.

Figure 1-4. Densité du tissu urbain du camp palestinien de Chatila.

Figure 1-4. Densité du tissu urbain du camp palestinien de Chatila.

Pendant les années 1990, de nombreux bâtiments de cinq à sept étages ont été construits dans le camp palestinien de Chatila que l’on voit au second plan sur la photo.

Photo V. Clerc 2001.

Figure 1-5. La création du lotissement Daouq en 1939.

Figure 1-5. La création du lotissement Daouq en 1939.

Extrait du plan cadastral concernant la parcelle 1818, circonscription foncière de Chiah.

Source : cadastre de Baabda.

Figure 1-6. Le lotissement Daouq aujourd’hui.

Figure 1-6. Le lotissement Daouq aujourd’hui.

Situation du lotissement Daouq, sur l’ancienne parcelle 1818, sur le plan photogrammétrique de 1991 et sur le plan parcellaire actuel.
Les 62 parcelles créées en 1939 (1818 et 2138 à 2198) ne répondent pas aux normes des lotissements ultérieurs. Elles sont petites, parfois inférieures à 100 m2 (voir le tableau des surfaces de l’extrait du plan cadastral). Certaines ont ensuite été loties à leur tour, comme les parcelles 2192 (création des parcelles 2247 et 2248), 2157 (2249 et 2250), 1818 (2255 à 2301), 2197 (2312 à 2333 puis 2378 à 2386). La parcelle 1820 située au nord-ouest de ce lotissement (à côté du chemin parcelle 1819), à côté de la Cité sportive, a également été lotie (antérieurement à ces lotissements : 2120 à 2128, puis ultérieurement : 2378 à 2386), complétant l’ensemble qui apparaît actuellement sur le plan parcellaire.

Figure 1-7. Tracés des îlots issus des remembrements et des plans d’urbanisme dans le périmètre d’Élyssar.

Figure 1-7. Tracés des îlots issus des remembrements et des plans d’urbanisme dans le périmètre d’Élyssar.

9Des poches d’habitat irrégulier se sont installées dans des interstices laissés par l’urbanisation légale, entre des noyaux urbains anciens et des lotissements, soit par occupation illégale de terrain, comme pour les quartiers de Jnah, Hay el-Zahra, Horch al-Qatil, Horch Tabet, soit dans une configuration légale et foncière plus complexe, plus ancienne aussi, comme pour Raml ou Ouzaï. La banlieue sud-ouest est le lieu principal et quasi exclusif de Beyrouth où la ville s’est ainsi développée sur des terrains qui n’appartenaient pas à ceux qui y ont construit et sans l’accord des propriétaires.

10Certains quartiers, enfin, se sont développés par lotissements irréguliers : l’acquisition foncière est légale, mais il n’y a pas eu de lotissement enregistré au cadastre pour le découpage des terrains, et les bâtiments, le plus souvent édifiés sur des terres non destinées à l’urbanisation, ne respectent pas les règlements de zoning et de construction. Le plus important de ces quartiers, Hay el-Selloum, réalisé par des lotisseurs informels sur des parcelles agricoles achetées légalement, s’étend en un tissu relativement régulier et dense et qui se densifie encore aujourd’hui (Fawaz 2004). Ces quartiers sont généralement situés à l’est de la banlieue sud, dans les plaines agricoles de Hadath et Choueifate. Enfin, de nombreuses constructions datant du début des années 1990 qui s’étendent sur ces plaines ne respectent pas les règles d’urbanisme, et notamment les coefficients d’exploitation.

Ville légale et planifiée versus ville irrégulière

11L’hétérogénéité morphologique de la banlieue sud est donc due en grande partie à la présence de ces quartiers illégaux ou irréguliers. Morphologiquement, une coupure claire s’établit entre la ville légale et planifiée et la ville illégale ou développée en marge des logiques urbanistiques préconisées par l’État. Très différents des tissus urbains planifiés, les quartiers illégaux ont un tissu spécifique (Charafeddine 1987), distinct des tissus villageois traditionnels, issu des modes de découpage illégal des terrains, que cela soit le lotissement, relativement orthogonal, de parcelles agricoles ou le découpage, moins géométrique, de très grandes parcelles détenues en indivision.

La banlieue sud, un laboratoire de l’urbanisme moderne

12Cette coupure est couramment exprimée, par les habitants comme par les professionnels de l’urbain. Opposés au « reste » de la ville, les quartiers illégaux sont qualifiés de « villageois » (même s’ils n’adoptent pas vraiment une morphologie villageoise) et rejetés pour leur caractère « anarchique ». Ce discours est représentatif de l’idéologie urbaine dominante à Beyrouth, issue de l’urbanisme moderne, sur la morphologie que la ville doit adopter et dans laquelle l’ordre, la régularité, l’orthogonalité et la fluidité doivent régner.

13Les vastes étendues sablonneuses, vierges au début du xxe siècle, de la partie sud-ouest de la banlieue sud devaient précisément être le laboratoire de l’urbanisme moderne. Dès les années 1930 et 1940, les plans Danger et Écochard pour l’extension de Beyrouth proposent d’adopter pour cette zone les critères de l’urbanisme moderne et y planifient des quartiers haut de gamme et de loisirs. Une morphologie moderne est envisagée dans toutes les projections ultérieures : « Il importe d’utiliser au mieux pour le développement ordonné de la ville les parties de territoire relativement peu construites et permettant encore d’y réaliser des ensembles correspondant à une conception contemporaine de l’habitat et de l’urbanisme » (Ministère du Plan, début des années 1960 : 87). Cette morphologie moderne commence à trouver son expression dans des réalisations à partir des années 1950, notamment par le lotissement de Bir Hassan. Cette destination se retrouve dans tous les plans d’aménagement postérieurs et se poursuit en particulier pendant et après la création des quartiers illégaux, comme en témoignent le projet Oger de 1983, le Schéma directeur de la région métropolitaine de Beyrouth de 1986 ou le plan d’aménagement de la banlieue sud-ouest de Beyrouth, Élyssar, de 1995 (Oger Liban 1983 ; Direction générale de l’urbanisme 1986 ; Dar al-Handassah 1997). Encore aujourd’hui, les acteurs politiques et techniques qui ont conçu ce dernier plan d’aménagement réaffirment la nécessité de profiter de la reconstruction pour « mettre de l’ordre » et « nettoyer » une zone dite chaotique d’un point de vue urbanistique.

Tissu informel et points sensibles de l’histoire spatiale

14La projection d’un type de forme urbaine sur une zone vierge de construction aurait pu aboutir à une zone morphologiquement homogène. Or au contraire, la banlieue sud est une des parties de l’agglomération de Beyrouth les plus variées morphologiquement en raison de la présence des quartiers irréguliers. Les raisons du développement de ces quartiers ne seraient-elles pas à relier à cette volonté planificatrice moderniste et aux interactions entre deux logiques dans la fabrication de la ville ? D’un côté, la logique dirigée par les organisations et les acteurs institutionnels et, de l’autre, la logique des acteurs qui ne sont pas intégrés à cette sphère institutionnelle (acteurs, normes et plans).

Figure 1-8. Les dunes en limite de l’urbanisation de Beyrouth en 1936.

Figure 1-8. Les dunes en limite de l’urbanisation de Beyrouth en 1936.

Sur cette photo aérienne de 1936, prise en direction du sud-est, on aperçoit au premier plan et en bord de mer le port et le centre de Beyrouth. Plus haut, à la limite de l’urbanisation, la forêt des pins. Au-delà, au sud-est, la plaine agricole et les villages à l’emplacement de la future banlieue sud. Au sud-ouest (la tache blanche en haut et à droite), une partie des sables de Beyrouth. À cette époque, plusieurs plans d’urbanisme avaient déjà été envisagés sur ces sables.

Source : ministère des Affaires étrangères, reproduit dans Fournier et Ammoun 1999, p. 13.

Figure 1-9. Les vastes étendues sablonneuses, au sud-ouest de Beyrouth, lieu d’inscription des premiers plans d’urbanisme.

Figure 1-9. Les vastes étendues sablonneuses, au sud-ouest de Beyrouth, lieu d’inscription des premiers plans d’urbanisme.

En 1920, avant son urbanisation, la plaine située au sud de Beyrouth est partagée en deux parties : une plaine agricole et des villages à l’est, aux pieds des montagnes, et de vastes étendues sablonneuses à l’ouest, en bord de mer, sur lesquelles l’extension de la ville a été planifiée. L’étendue sablonneuse indiquée sur cette carte correspond à peu de chose près au périmètre d’Élyssar.

Source : Beyrouth, bureau topographique de l’AFL, 1/20 000, 1920.

  • 3 Pour une analyse de la situation urbaine de la banlieue sud et des enjeux politiques, fonciers et s (...)

15Bien sûr, ce n’est pas l’existence même de plans d’urbanisme sur cette zone qui a entraîné la formation des quartiers illégaux. De nombreux facteurs se mêlent qui donnent une explication du développement de ces quartiers en banlieue sud3. L’exode rural et les périodes de troubles politiques dès les années 1950 et, à partir des années 1970, les logiques miliciennes de la guerre, souvent à l’origine de l’offre de terrains ou de logement, l’afflux de réfugiés dans cette région de Beyrouth avant et pendant la guerre et une importante crise du logement dans les années 1980 (entraînant une forte demande de terrains) ont joué un rôle déterminant dans la genèse de cette situation. Mais l’histoire foncière et urbanistique, tout à fait particulière dans cette partie de la capitale, donne des clefs de lecture pour comprendre pourquoi les occupations illégales se sont orientées spatialement sur des terrains plutôt que sur d’autres. Mettre en regard la localisation de ces quartiers illégaux et l’histoire foncière et urbanistique particulière de cette partie de la ville éclaire une des facettes de ce qui a mené à la formation de ces « poches » d’habitat illégal, situation morphologique spécifique de la banlieue sud.

16La coïncidence entre la localisation de ces quartiers et les points sensibles de l’histoire foncière et urbanistique indiquerait de surcroît que l’irrégulier ne serait pas seulement ce qui s’est fait en dehors ou à côté de la logique institutionnelle. Il serait à relier directement à la planification institutionnelle, à ses heurts, ses erreurs, ses incertitudes, ses insuffisances et aux conflits qu’elle a suscités. Ces quartiers et, par extension, la diversité morphologique de la banlieue sud pourraient alors être lus comme un revers de l’urbanisme planifié.

17Malgré les apparentes ressemblances qui existent entre les quartiers illégaux de la banlieue sud-ouest, l’histoire foncière et urbanistique qui a accompagné leur apparition est chaque fois différente. Certains quartiers ont été centraux dans l’histoire foncière de la banlieue sud, d’autres sont situés sur des points névralgiques de l’histoire urbanistique de Beyrouth. C’est à partir de ces caractéristiques principales que les quartiers sont présentés dans les chapitres suivants.

Notes

1 Dans le quartier de Sabra et Chatila, il n’y a qu’un seul camp palestinien. Qu’il soit appelé Sabra ou Chatila, il n’y a donc pas d’ambiguïté, tant qu’il est précisé qu’il s’agit bien du camp. Il est appelé Sabra dans les documents d’Élyssar et Chatila par l’UNRWA et de nombreux auteurs (Sayigh par exemple). Ces derniers appellent généralement Sabra le lotissement Daouq décrit plus haut.

2 L’analyse à la lunette binoculaire des photos aériennes verticales de 1991, 1995 et 1999 montre une forte densification du camp de Chatila pendant au moins huit années après la fin de la guerre. En 1991, une grande partie des bâtiments du camp est partiellement ou totalement détruite et le reste est constitué d’immeubles bas (inférieurs à trois étages). En 1995, de nombreux immeubles atteignent cinq à sept étages : environ une trentaine des immeubles situés en lisière du camp (c’est-à-dire un peu plus de la moitié) et une trentaine environ en son centre. En 1999, les immeubles de cinq à sept étages sont largement majoritaires en lisière du camp (voir fig. 1-4), ils sont environ une quarantaine à l’intérieur du camp et une petite centaine de bâtiments y ont entre trois et cinq étages. NB : il y a environ 350 immeubles dans le camp d’après le plan de la banlieue sud réalisé par Oger en 1991 à partir de photographies aériennes et d’après le « Plan des destructions dans le camp de Chatila en 1991 » réalisé à partir des sources de l’UNRWA (Mauriat 1997 : 33).

3 Pour une analyse de la situation urbaine de la banlieue sud et des enjeux politiques, fonciers et spatiaux qui en sont à l’origine, voir en particulier Awada 1988 ; Charafeddine 1985 et 1987 ; Fawaz 1998 et 2004 ; Halabi 1988 ; Harb 1996, 2000 et 2005 ; Verdeil 2002 et Yahia 1994.

Table des illustrations

Titre Figure 1-1. Diversité morphologique en banlieue sud. 1/2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 1-1. Diversité morphologique en banlieue sud. 2/2.
Légende La diversité des densités, des formes et des échelles du bâti et celle des relations entre les vides et les pleins est lisible sur ces tracés des emprises des bâtiments.Les exemples sont issus des quartiers :1 - Hay el-Zahra ;2 - Horch Tabet ;3 - Horch al-Qatil ;4 - American Life Insurance ;5 - Bir Hassan ;6 - Hôtel Marriott ; 7 - Bourj el-Barajneh nord-ouest ;8 - Ouzaï centre ;9 - Ouzaï est ;10 - Lotissement Daouq ; 11 - Camp palestinien de Chatila ;12 - Jnah-Saint Simon ;13 - Bourj el-Barajneh centre ;14 - Haret Hreik ;15 - Ghobeiry.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 1/7.
Légende 1 - Quartier Hôtel Marriott.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 2/7.
Légende 2 - Horch al-Qatil.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 3/7.
Légende 3 – Maramel.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 4/7.
Légende 4 - Hay el-Selloum.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 5/7.
Légende 5 - Jnah-Saint-Simon.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 6/7.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 1-2. Diversité des rapports entre largeur des rues et hauteur des bâtiments en banlieue sud. 7/7.
Légende 6 et 7 - Ouzaï.
Crédits Photos V. Clerc 1999 et 2000.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 1-3. Juxtaposition de poches morphologiques en banlieue sud-ouest.
Légende Les chiffres mentionnent les poches dont sont issus les tissus présentés dans la figure 1-1.
Crédits Fond de plan : Beyrouth sud, plan photogrammétrique, Oger International, 1991.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-10.png
Fichier image/png, 289k
Titre Figure 1-4. Densité du tissu urbain du camp palestinien de Chatila.
Légende Pendant les années 1990, de nombreux bâtiments de cinq à sept étages ont été construits dans le camp palestinien de Chatila que l’on voit au second plan sur la photo.
Crédits Photo V. Clerc 2001.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 1-5. La création du lotissement Daouq en 1939.
Légende Extrait du plan cadastral concernant la parcelle 1818, circonscription foncière de Chiah.
Crédits Source : cadastre de Baabda.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 1-6. Le lotissement Daouq aujourd’hui.
Légende Situation du lotissement Daouq, sur l’ancienne parcelle 1818, sur le plan photogrammétrique de 1991 et sur le plan parcellaire actuel.Les 62 parcelles créées en 1939 (1818 et 2138 à 2198) ne répondent pas aux normes des lotissements ultérieurs. Elles sont petites, parfois inférieures à 100 m2 (voir le tableau des surfaces de l’extrait du plan cadastral). Certaines ont ensuite été loties à leur tour, comme les parcelles 2192 (création des parcelles 2247 et 2248), 2157 (2249 et 2250), 1818 (2255 à 2301), 2197 (2312 à 2333 puis 2378 à 2386). La parcelle 1820 située au nord-ouest de ce lotissement (à côté du chemin parcelle 1819), à côté de la Cité sportive, a également été lotie (antérieurement à ces lotissements : 2120 à 2128, puis ultérieurement : 2378 à 2386), complétant l’ensemble qui apparaît actuellement sur le plan parcellaire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-13.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 1-7. Tracés des îlots issus des remembrements et des plans d’urbanisme dans le périmètre d’Élyssar.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-14.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 1-8. Les dunes en limite de l’urbanisation de Beyrouth en 1936.
Légende Sur cette photo aérienne de 1936, prise en direction du sud-est, on aperçoit au premier plan et en bord de mer le port et le centre de Beyrouth. Plus haut, à la limite de l’urbanisation, la forêt des pins. Au-delà, au sud-est, la plaine agricole et les villages à l’emplacement de la future banlieue sud. Au sud-ouest (la tache blanche en haut et à droite), une partie des sables de Beyrouth. À cette époque, plusieurs plans d’urbanisme avaient déjà été envisagés sur ces sables.
Crédits Source : ministère des Affaires étrangères, reproduit dans Fournier et Ammoun 1999, p. 13.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 1-9. Les vastes étendues sablonneuses, au sud-ouest de Beyrouth, lieu d’inscription des premiers plans d’urbanisme.
Légende En 1920, avant son urbanisation, la plaine située au sud de Beyrouth est partagée en deux parties : une plaine agricole et des villages à l’est, aux pieds des montagnes, et de vastes étendues sablonneuses à l’ouest, en bord de mer, sur lesquelles l’extension de la ville a été planifiée. L’étendue sablonneuse indiquée sur cette carte correspond à peu de chose près au périmètre d’Élyssar.
Crédits Source : Beyrouth, bureau topographique de l’AFL, 1/20 000, 1920.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/70/img-16.png
Fichier image/png, 187k

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540