Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Deuxième partie. Vers la fin des monopoles médiatiques ? Libération de la parole et maintien de la censure

Chapitre 8. Algérie : entre mesures et mesure

À l’écoute du changement sur une radio étatique

Nedjib Sidi Moussa

Résumé

Résumé : Cette contribution se propose de mesurer les ondes de choc des révolutions arabes à travers l’écoute des programmes d’une radio algérienne. Sur le plan théorique, cette étude s’appuie notamment sur les réflexions d’auteurs comme Hannah Arendt et Antonio Gramsci. Sur le plan matériel, ce texte recourt à l’analyse de 167 émissions diffusées entre septembre 2010 et décembre 2011. L’attention est portée plus particulièrement sur les interventions des opposants dans ce média après les émeutes dites « de l’huile et du sucre » en janvier 2011.

Abstract: This contribution aims at measuring the shock waves of the Arabic revolutions through the listening of the programs of an Algerian radio. On the theoretical level, this study leans in particular on author’s reflections as Hannah Arendt and Antonio Gramsci. On the material level, this text is built on the analysis of 167 programs broadcasted spread between September, 2010 and December, 2011. The attention is more particularly focused on the interventions of the opponents in this media after the so-called riots of ‘the oil and the sugar’in January, 2011.

Texte intégral

  • 1 Nadjia Bouachira, « Rachid Grim, politologue : ‘Comme en octobre 1988, nous ne sommes pas loin de l (...)
  • 2 Abderrahmane Semmar, « Très vive tension à Bab el Oued : les jeunes promettent de déclencher ‘une r (...)
  • 3 « Algérie : un 5e mort dans les émeutes, au moins 800 blessés », Le Parisien, 9 janvier 2011 [en li (...)
  • 4 Kamel Lakhdar-Chaouche, « Les réformes en Algérie sont jugées prometteuses. Le verdict mitigé d’Hil (...)

1Si l’Algérie a connu environ 10 000 protestations en 2011, cette année s’est surtout singularisée, la première semaine de janvier, par les émeutes dites « de l’huile et du sucre », en raison de la hausse du prix de ces produits. Cette caractérisation, parfois teintée d’ironie ou de mépris, permet de circonscrire cet événement à des causes alimentaires et fournit une explication économique, en évacuant sa dimension politique. On a ainsi parlé de « révolte de la faim 1 » quand des jeunes Algérois ont déclenché une « révolte contre la mal vie et le chômage 2 ». Le coût humain n’en fut pas moins élevé. Un premier bilan 3 faisait état de cinq morts, 800 blessés et de milliers d’arrestations. En réponse à cette protestation populaire aussi subite que massive, cette même année 2011 a été marquée, du côté des oppositions, par diverses tentatives de mise en forme d’une contestation sociale qui demeure, pour l’essentiel, réfractaire à toute institutionnalisation – et que l’on peut assimiler au « subversivisme » (Gramsci 1996, p. 292) où les micro-révoltes sont favorisées pour leur coût limité (Dris-Aït Hamadouche 2012, p. 59). Du côté du gouvernement, plusieurs mesures ont été prises pour désamorcer le mécontentement. En plus d’annonces à caractère socio-économique, un dialogue politique a été mené avec de nombreux acteurs et plusieurs textes ont été discutés dans l’urgence par les parlementaires. Promulguées en janvier 2012, ces lois ont été perçues comme des marques de bonne volonté par les partenaires internationaux 4 et stigmatisées par les opposants.

  • 5 « Police politique : l’Algérie otage de ses ‘‘moukhabarates’’ », El Watan, 15 mars 2011.

2Loin de rendre compte de toutes les protestations sociales ou contre-mesures gouvernementales – c’est-à-dire les dispositions prises pour s’opposer aux manifestations ou les prévenir –, cet article cherche à montrer comment se mesure et s’énonce l’exigence du changement, chez des acteurs qui se présentent comme opposants au « système », au « régime » ou au « pouvoir ». Ces derniers termes, interchangeables, appartiennent au lexique politico-médiatique et servent autant à désigner qu’à entretenir le caractère diffus de la domination. J’ai focalisé mon attention sur deux émissions de la radio Alger Chaîne 3, en couvrant la période d’octobre 2010 à décembre 2011. Cet exercice permet d’interroger la structure sociale algérienne qui se caractériserait par « la distribution inégale du droit à la parole » (Laacher 1985, p. 138). L’analyse des deux émissions permet de tester l’hypothèse d’une redistribution de la « parole légitime » (Laacher 1985) consécutive aux émeutes nationales de janvier 2011 et aux divers soulèvements, conflits et révolutions dans le monde arabe. En effet, les « médias lourds » (radio et télévision hertzienne) sont tous propriété de l’État. L’accès des différentes sensibilités politiques à ces médias est revendiqué par l’opposition et fait partie des engagements du gouvernement. L’écoute d’un média étatique permet également de mesurer si l’on assiste, comme dans la presse privée connue pour sa relative liberté de ton, à la levée de certains tabous. Le lectorat algérien fut par exemple surpris de trouver dans les kiosques un dossier sur le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), héritier de la police politique : la Sécurité militaire 5.

3Après une brève mise en contexte, nous aborderons dans une première partie la question de l’ouverture entravée du champ médiatique, similaire à la situation du champ politique. Nous verrons ensuite dans une seconde partie comment s’exprime sur les ondes l’hégémonie des hommes de l’État, marginalisant de fait ceux de l’opposition.

« Tout changer pour que tout reste pareil »

4La thèse défendue ici est la suivante : si les médias ont tendance à servir au maintien de l’ordre, y compris dans les sociétés pluralistes (Demers et Viswanath 1999, p. 5), le maintien de l’apparent statu quo en Algérie relève moins du succès de la propagande étatique – sans en nier les effets – que de l’échec dans la constitution d’un « bloc historique » alternatif au régime (Gramsci 1971). Plus encore, la crise ouverte par les émeutes de janvier 2011 s’apparente à la problématique gramscienne de la « révolution passive » et du « transformisme » pour un régime autoritaire aux accents totalitaires : tout changer pour que tout reste pareil par la cooptation des contre-élites au potentiel subversif (Bayart et Bertrand 2005, p. 40) et gagner la bataille contre le temps. On le comprend, l’étude d’un média de masse ne peut être séparée du contexte social et politique dans lequel il se déploie.

  • 6 Mokrane Chebbine, « Il y a 23 ans, le 5 octobre 1988. Le Printemps algérien », Midi Libre, 5 octobr (...)
  • 7 Ahmed Moussa, « Ahmed Ouyahia à Al-Bayadh : “Notre printemps a eu lieu en mars 1962’’ », Liberté, 8 (...)
  • 8 Voir mon interview : « En Algérie comme ailleurs, le printemps est à venir ! », Basta ! 9 mai 2012 (...)

5Comparée aux pays les plus en pointe dans la contestation, la situation algérienne est souvent présentée comme un contre-exemple du mouvement régional. Certaines analyses insistent sur ce qui ne change pas à l’heure où tout semble basculer : le régime algérien serait « immobile » (Garçon 2011). Pourtant, afin de conjurer le spectre d’une nouvelle révolution, ce qui n’était qu’un « chahut de gamins » (qualificatif attribué aux émeutes d’octobre 1988 par un cadre du régime) est soudain devenu une seconde révolution voire un précoce « printemps algérien » pour les dirigeants 6. Les conservateurs ont trouvé leur mot d’ordre : si le pays a déjà connu son printemps – la généalogie printanière peut remonter jusqu’à 1962 7 – pourquoi suivrait-il le mouvement régional ? « L’Algérie est notre printemps » sera d’ailleurs le slogan de la campagne officielle pour les législatives de 2012 8.

6Parmi les facteurs mis en avant pour expliquer le maintien apparent du statu quo, on trouve la répression, la rente, la peur, l’absence d’organisation, les services secrets ou, plus surprenant, l’idée selon laquelle le peuple algérien « hiberne » (Peyroulou 2011, p. 99). Des travaux universitaires récents permettent pourtant de réfuter cette lecture fataliste. Si la répression peut jouer un rôle ambivalent dans un mouvement de protestation (Combes et Fillieule 2011), la rente n’entrave pas mécaniquement la démocratie (Hachemaoui 2012). Quant à la peur, elle est davantage une conséquence de l’absence de véritable changement plutôt qu’une cause. C’est une alternative radicale au régime – sous ses aspects tactiques et stratégiques – qui fait défaut plutôt que le manque d’organisation. L’action des services secrets devient inutile quand des organisations civiles désamorcent les conflits sociaux comme en son temps le Parti de l’Avant-Garde Socialiste (Gaa 1981, p. 14) et aujourd’hui le Parti des Travailleurs (PT), « soutien critique » du régime (Sidi Moussa 2012). Enfin, le niveau de protestations qui ne semble pas fléchir, permet de réfuter l’argument douteux d’une « hibernation » algérienne.

Propagande, « Bled Mickey » et complots

  • 9 Bouredji Fella, « De nombreux blessés parmi les résidents. Répression : trop, c’est trop ! », El Wa (...)
  • 10 L.H., « Ils sont venus par milliers des quatre coins du pays. Les gardes communaux ont marché à Alg (...)
  • 11 L.O., « DGSN. Hausse de salaire de 50% pour les policiers », Le Jour d’Algérie, 28 décembre 2010.

7La situation algérienne peut être comprise à l’aune des outils théoriques forgés dans d’autres contextes, en particulier quand on s’attache à décrire le maintien du système autoritaire et la sensation, souvent exprimée dans la société et le champ politique, d’être cerné par la falsification. La notion de totalitarisme forgée par Hannah Arendt s’avère précieuse pour comprendre les techniques de maintien de l’ordre utilisées par un régime plus fréquemment qualifié d’autoritaire (Hachemaoui 2009, p. 309) – le cas syrien, notamment avec le rôle joué par les services de renseignement et de répression, illustre la possibilité d’user des catégories arendtiennes pour le monde arabe (Seurat 2012, p. 37). Les analogies entre le régime algérien et le bloc soviétique ne manquent pas, en particulier dans l’étude du rapport entre les champs médiatique et politique. Après la répression du Printemps de Prague, les régimes bureaucratiques, incapables d’endiguer la diffusion des radios dissidentes, ont tenté d’établir un nouveau contrat social entre le parti-État et la société. Il ne s’agissait plus d’exercer la domination par la violence mais par des moyens pacifiques. Ainsi, en échange d’un certain confort dans sa sphère privée, la société devait « accepter de renoncer à l’usage de la liberté d’expression dans la sphère publique » (Mattelart 1995, p. 102). Ce contrat social a pris plusieurs formes en Algérie selon les contextes : libération nationale contre libertés individuelles, islamisation de la société contre islamisme armé et, dernièrement, protestations catégorielles contre alternative politique. Ce qu’ont parfaitement compris certains mouvements sectoriels qui se sont empressés de se déclarer « apolitiques » non seulement pour éviter la répression – parfois en vain 9 – mais aussi espérer obtenir satisfaction de la part d’un régime mis hors de cause 10. Sauf que les augmentations de salaires consenties par le régime, d’abord aux forces de l’ordre 11 puis aux protestataires, s’avèrent insuffisantes par rapport à la perte du pouvoir d’achat des dernières années et sont rattrapées par l’inflation.

  • 12 Samir Ould Ali, « La contrefaçon toujours aussi ravageuse », La Tribune, 28 mars 2011.
  • 13 K. Reguieg-Issaad, « Affaire des faux bacheliers à Oran. Six nouveaux cas de fraude à la faculté de (...)
  • 14 Hafida Ameyar, « Il revient sur l’affaire des faux moudjahidine. Mellouk interpelle les historiques (...)
  • 15 Ali Moussa, « Un faux agent du DRS et ses complices arrêtés à Tlemcen. Ils tentaient d’escroquer un (...)
  • 16 Hacène Ouali, « Karim Tabbou : ‘Le FFS ne participera pas au cirque politique’ », El Watan, 8 mai 2 (...)
  • 17 El Festi, éphémère journal en ligne satirique et libertaire, publiait en 2012 la chronique « Bled M (...)

8La propagande – qui, sans être strictement mensongère, recourt souvent au mensonge – se donne pour but d’exercer une influence sur des individus ou des groupes soit pour les faire agir dans un sens donné, soit « pour les rendre passifs, et les dissuader de s’opposer à certaines actions » (Durandin 1993, p. 138). Dans le cas algérien, il était surtout question de dissuader la population de manifester en 2011 puis de l’inciter à voter en 2012. Au moyen de la répétition, la propagande peut créer un « état de fatigue mentale qui est propre à l’assujettissement » (Tchakhotine 1992, p. 131) – l’effet recherché n’est donc pas toujours la persuasion. Enfin, les notions de clique, complot ou conspiration (Domenach 1979, p. 52) occupent une place prépondérante – ce qui se vérifie chez le gouvernement et une opposition obsédée par les manipulations ou qui en profite pour disqualifier les initiatives concurrentes (Baamara 2012). On peut également relever la récurrente dénonciation de la contrefaçon dans la société qu’il s’agisse des biens de consommation 12, des faux diplômes 13, des faux moudjahidine 14, des faux agents du DRS 15 ou du parlement « où siègent de faux trotskistes, de faux démocrates et de faux nationalistes 16 ». « Bled Mickey » est une expression populaire qui résume la situation – Mickey désigne aussi bien le célèbre personnage de Walt Disney que la bande dessinée comme genre littéraire. Elle révèle aussi bien le dégoût que l’impression de vivre dans un état de falsification permanente et de fiction généralisée 17.

  • 18 Zouheir Aït Mouhoub, « ‘Appel du 17 septembre’ : une manip’ d’État ? », El Watan, 23 septembre 2011

9Le droit au mensonge officiel, à l’exclusivité de la parole ou de l’interprétation se voit limité par l’intervention du « troisième homme », à savoir l’étranger, l’ennemi, les démocraties ou encore l’opinion mondiale (Aron 1984, p. 171). En Algérie, où le populisme (Leca et Vatin 1975, p. 323‑328) est commun à toutes les sensibilités politiques, ce « troisième homme » se voit généralement associé à l’Occident – et ses relais intérieurs « Hizb Fransa », le « parti de la France » supposé soutenu par les francophones et les binationaux –, à la « main de l’étranger » – pour entretenir une conception policière de la contestation – ou aux réseaux sociaux – nouveaux vecteurs d’une ingérence perçue comme diffuse et dématérialisée avec l’étrange appel à la révolution du 17 septembre 2011 sur Facebook 18.

  • 19 Voir ma tribune intitulée « Amère victoire de la ‘French Theory’ » publié partiellement par Rue89 l (...)

10Si l’Algérie n’est en guerre contre personne, il devient nécessaire de se méfier de tout le monde. La levée de l’état d’urgence le 24 février 2011 n’a pas conduit les autorités à admettre la liberté de manifester dans la capitale. Deux mois après, des travaux ont opportunément démarré Place des Martyrs pour éviter qu’elle ne devienne une nouvelle Place Tahrir. Selon les secteurs de la société, le péril anti-national a pour origine l’Occident – en premier lieu la France et les Etats-Unis – ou l’Orient – surtout l’Arabie saoudite et le Qatar. Une « mystérieuse conspiration mondiale succède à l’autre » (Arendt 2002, p. 670) d’autant plus facilement que l’on trouve Le protocole des sages de Sion chez des bouquinistes et que les théories de l’extrême droite française sont diffusées dans la presse quotidienne 19. Si le catastrophisme de certains journalistes officiels apparaît délirant, il ne l’est pas plus que certains discours entendus dans les cafés ou rues d’Alger – en particulier depuis la guerre civile (Silverstein 2002). La suspicion, l’incertitude et l’incrédulité généralisées – formes du rejet de la réalité concrète – laissent libre cours à l’imagination, aux fantasmes et à la peur.

  • 20 M.M. « Retour triomphal des Verts. État de fête général », Le Soir d’Algérie, 21 novembre 2009.

11À l’exception de la liesse consécutive à la qualification de l’équipe de football pour la Coupe du monde 20, les Algériens n’ont pas eu l’occasion d’agir en commun et de mesurer leurs propres forces. La tyrannie, qui engendre l’impuissance et annihile la sphère politique, s’accommode ainsi d’une « liberté de mouvement dans le désert » pour des individus condamnés à évoluer dans un « monde dominé par la peur et la méfiance » (Arendt 2008, p. 113). Ce qui explique pourquoi le régime tolère un pluralisme aussi inoffensif qu’encadré. Mais l’effet le plus pervers réside dans le sentiment de complicité des individus isolés avec les actes du régime. Ainsi, on peut mieux comprendre l’ambivalence des discours sur le « pouvoir » qui traduit autant la dépossession de toute capacité d’action chez l’individu, que son incompétence politique à pouvoir saisir ce qui se passe réellement, sans oublier ce sentiment paradoxal de connivence avec le régime – distinct de l’amour d’un Winston Smith défait pour l’invincible Big Brother.

Ouverture entravée du champ médiatique et « pluralisme administré »

  • 21 Quant au rôle de la radio, comme vecteur mais aussi comme cible stratégique chez les protestataires (...)

12Si la radio reste profondément ancrée dans les routines quotidiennes (Glevarec et Pinet 2009, p. 15), les travaux sociologiques sur les médias ont surtout privilégié la télévision et maintenant Internet, sans compter les nombreuses publications sur la presse. On retrouve cette tendance aussi bien avant qu’après les révoltes arabes (Mohsen-Finan 2009). Les nouveaux médias surclassent les anciens dans l’analyse, tandis qu’ils se combinent bien souvent dans la pratique (Guaaybess 2011). L’usage de la notion de « confluences médiatiques » se voit dès lors justifié. Par ailleurs, il apparaît plus pertinent de penser une crise politique et les compétitions tant pour la désectorisation que pour la resectorisation (Dobry 1992) en décloisonnant les sous-champs disciplinaires (sociologie des médias, des révolutions…) 21.

  • 22 Hacen Ouali, « Des chaînes algériennes offshore : ces télés qui font dans l’informel », El Watan, 2 (...)
  • 23 Djamel Belayachi, « L’Algérie censure Radio Kalima », Afrik.com, 19 mars 2010 [en ligne] http://www (...)

13Le champ médiatique algérien soumis à un monopole étatique depuis l’indépendance a connu une ouverture entravée (Djaafer 2009), comparable à celle vécue par le champ politique après les émeutes d’octobre 1988. La notion de « pluralisme administré » (Khalfoun 2000) permet de saisir la régulation sous contrainte du champ par la prééminence du ministère de l’Intérieur. Si de nombreux titres de presse ont vu le jour après les émeutes d’octobre 1988
– certains, comme La Nation ou Le Matin, ont disparu des kiosques avant de revenir en ligne –, l’État algérien a conservé sa mainmise sur la radio et la télévision, secteurs pour lesquels il n’existe pas encore de concurrence privée sur le plan légal. La radio publique se décline en plusieurs stations nationales dont la Chaîne 1 arabophone, la Chaîne 2 berbérophone, la Chaîne 3 francophone, la musicale El Bahdja ou Jil FM, la plus récente. Cette distribution correspond au maintien d’« espaces publics sectoriels » (Favre 2007, p. 194) par le jeu des clivages linguistiques et générationnels. On a certes vu apparaître des chaînes « offshore 22 » qui émettent depuis l’étranger comme Echorouk TV, tolérée depuis novembre 2011. Les autorités algériennes ne firent pas preuve d’autant de mansuétude avec Radio Kalima. Fruit d’une coopération algéro-tunisienne, cette station dissidente émettait sur le satellite depuis janvier 2010 mais son signal a été suspendu deux mois après par Eutelsat et son site Internet censuré en Algérie 23.

  • 24 Adel Mehdi, « La radio algérienne récupère son audience. La bataille des radios dans le Maghreb », (...)
  • 25 « La Radio algérienne sur Internet : une audience cumulée de plus de 3.5 millions d’auditeurs », Ra (...)

14Toutefois, placé en contexte d’extraversion (Bayart 1999), le monopole étatique n’a jamais été pur et parfait – c’est en cela que le régime algérien n’est pas totalitaire car ses moyens ne sont pas à la hauteur de ses prétentions. En témoigne l’attrait pour la station franco-marocaine Médi 1 qui permet de contourner les standards imposés en termes de contrôle de l’information ou de qualité des programmes. En 2010, des sondages 24 relevaient cependant la progression de l’audience de la radio algérienne (en particulier de la Chaîne 3) par rapport à sa concurrente régionale Médi 1. La Chaîne 3 était alors la première station nationale devant la Chaîne 1 et la Chaîne 2. Une étude plus récente, limitée aux auditeurs en ligne du 17 mai au 17 juin 2012, place Jil FM en tête, suivie par El Bahdja et Alger Chaîne 3 25.

15« Politique » est une émission hebdomadaire d’une cinquantaine de minutes, diffusée le samedi matin. Elle est présentée par Djahida Mihoubi, avec la collaboration de Lyes Djeraoud, rédacteur en chef du quotidien étatique Horizons. Ce programme n’a duré qu’une saison puisque Djahida Mihoubi fut nommée directrice de Radio Algérie Internationale de juin 2011 à juillet 2012. L’intitulé de l’émission invite à questionner l’« ambiguïté ontologique » (Anders 2002, p. 153) de la situation créée par la retransmission d’une telle émission dans une situation où l’expression politique – dans ce qu’elle a de collectif, public voire contestataire – demeure fortement encadrée ou réprimée par les agents de l’État. L’auditeur-citoyen se voit ainsi placé à distance d’une politique qu’il consomme le week-end à domicile ou dans son véhicule, sans possibilité de perturber, par son intervention, le dialogue entre des journalistes étatiques et des personnalités triées sur le volet qui usent bien souvent de la langue de bois. La politique radiodiffusée révèle son caractère fantomatique : elle est audible mais invisible dans l’espace public en dehors des campagnes électorales et des manifestations autorisées.

16Sur les vingt-sept éditions, diffusées entre le 25 septembre 2010 et le 14 mai 2011, le gouvernement a été représenté cinq fois, les partis de l’Alliance présidentielle neuf fois – le Front de Libération Nationale (FLN) trois, le Rassemblement National Démocratique (RND) trois, le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), islamiste, trois – et le PT, social-populiste, deux fois. L’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA), ancien syndicat unique, et deux organisations patronales – Confédération Algérienne du patronat et Forum des Chefs d’Entreprise –, ont tous été invités une fois. Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’Homme, a eu l’occasion de s’exprimer à deux reprises. Lors des élections législatives du 17 mai 2007 (35,65 % de participation), le FLN avait obtenu 34,96 % des suffrages exprimés, le RND 15,68 %, le MSP 13,37 % et le PT 6,68 %. En cumulant ces résultats, on arrive à 70,69 % pour les partis historiquement liés à l’administration
– l’ancien parti unique FLN et son alter ego, le RND –, ceux qui ont rejoint l’Alliance présidentielle – le MSP a soutenu la candidature d’Abdelaziz Bouteflika – et le PT qui soutient le président. On retrouve cette proportion pour notre programme. En effet, vingt-et-une émissions sur vingt-sept sont consacrées à une formation ou institution favorables à l’exécutif soit un taux de 77,77 %. L’éventuel impact du contexte révolutionnaire régional peut se refléter dans le fait que les représentants du gouvernement ne participent plus à cette émission après le 18 décembre 2010. Par son retrait, le gouvernement jusqu’alors omniprésent, semble envoyer un signal allant dans le sens de l’ouverture des médias en laissant s’exprimer les porte-parole des partis politiques. Le suivi d’un autre programme permet de relativiser ce repli.

Tableau 1 – Le champ politique algérien (2010-2012).

Partis de l’administration Soutiens « critiques » Partis d’opposition
FLN ; RND PT
MSP ⇒
⇐ FFS ; PLJ
El Islah ; Ennahda ; FNA ; RCD
Ce tableau propose une représentation schématique du champ politique algérien pour les partis cités dans le texte. Les flèches indiquent la tendance suivie par certaines organisations au cours de la période traitée. Ainsi, le MSP, membre historique de l’alliance présidentielle, va se réclamer de l’opposition après les émeutes de janvier 2011, tandis que le PLJ va se rapprocher du « pouvoir ». Le PT confirme son soutien « critique » au régime tandis que les autres partis confirment leur statut de partis de l’administration ou de partis d’opposition.

L’hégémonie constante des hommes de l’État

  • 26 Fayçal Métaoui, « Facebook et les réseaux sociaux. Quand la chaîne III parle de ‘révolte téléguidée (...)

17« L’invité de la rédaction », émission quotidienne d’une vingtaine de minutes, se situe dans la tranche horaire matinale consacrée à l’information. Sa présentatrice, Souhila El Hachemi, a suscité un tollé en stigmatisant Internet désigné comme le vecteur d’une conspiration internationale 26. Les mouvements de protestation auraient été « guidés, téléguidés et orchestrés par des pays occidentaux » comme elle le déclare le 13 mars 2011. Sur les cent quarante éditions diffusées d’octobre 2010 à décembre 2011, les membres du gouvernement ont été invités quarante-huit fois, des hauts fonctionnaires trente-cinq fois, les associations professionnelles vingt-cinq fois, des élus ou assimilés dix fois, des personnalités politiques sept fois, des dirigeants de l’UGTA sept fois, des universitaires cinq fois, des femmes trois fois et des étrangers trois fois. On remarque l’hégémonie des hommes de l’État, du gouvernement ou assimilés. Au total, ils sont invités à cent reprises (71,42 %), sans prendre en compte les universitaires ou les représentants des associations professionnelles et du patronat – dont l’activité est souvent liée à l’État, a fortiori quand il s’agit d’entreprises publiques comme la Société nationale de l’électricité et du gaz. On remarque une nette prédominance des personnalités ou institutions rattachées au ministère de l’Agriculture (quatorze fois dont neuf pour le seul ministre), devant le ministère de l’Environnement (six), de l’Habitat (cinq) ou de la Culture (cinq).

18Si les élus sont tous membres ou proches de l’Alliance présidentielle (FLN cinq fois, PT deux fois et RND une fois), les autres invités politiques se retrouvent dans les diverses tendances de l’opposition. Excepté Aboudjerra Soltani dont le parti (MSP) est encore membre de l’Alliance présidentielle, on retrouve, dans l’ordre chronologique : Karim Tabbou pour le Front des forces socialistes (FFS), Aïssa Abdelmekki (El Islah), Brahim Chekebkab (Ennahda), l’ancien chef du gouvernement et fondateur du Front démocratique (FD) Sid Ahmed Ghozali, l’ancien secrétaire général du FLN Abdelhamid Mehri et Mohammed Saïd, dirigeant du Parti de la liberté et de la justice (PLJ). Soit un taux de 4 % pour une opposition de fait marginalisée. À l’exception du FFS ou du FD, les opposants sont tous membres du courant islamo-nationaliste. On retrouvait déjà cette tendance pour l’émission « Politique », tout comme le monopole de la représentation des travailleurs confié à l’UGTA. À l’exception du FFS, toutes ces formations ou personnalités ont répondu favorablement à la convocation de la « Commission Bensalah » sur les réformes politiques, y compris les partis en attente d’agrément par le ministère de l’Intérieur comme le FD et le PLJ. C’est d’ailleurs en rapport avec ces tractations – animées pour le compte du président Abdelaziz Bouteflika par le président du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah, et deux conseillers présidentiels Mohammed Boughazi et Mohammed Touati en mai et juin 2011 – qu’il faut comprendre la présence de ces personnalités à l’antenne. Malgré leur scepticisme exprimé sur les ondes, ils légitiment, par leur participation, le dialogue politique initié par le régime.

19En prêtant attention de manière plus fine à la temporalité, on observe que ces opposants interviennent entre le 26 avril 2011 (Karim Tabbou) et le 13 juin 2011 (Abdelhamid Mehri). Mohammed Saïd apparaît en décalage avec ce calendrier puisqu’il n’est invité par la rédaction que le 22 septembre, soit trois mois après la fin des auditions de la commission. Contrairement à l’émission « Politique », aucune rupture n’est observée puisque les membres du gouvernement interviennent aussi bien avant qu’après les émeutes de janvier. Par ailleurs, le Front National Algérien (FNA), national-populiste, n’a jamais participé à ce programme bien qu’il ait répondu à l’invitation de la Commission Bensalah.

20De septembre 2010 à mai 2011, les organisations se réclamant de l’opposition ont eu l’occasion de s’exprimer à six reprises dans l’émission « Politique » : l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) deux fois, le FNA deux fois, Ennahda une fois et le FFS une fois. Seul le FNA, avait été invité avant les émeutes. À l’exception du FFS qui avait boycotté les législatives de 2007, ces formations sont toutes présentes à l’Assemblée Populaire Nationale. L’ANC a délégué Aïssa Abdelmekki, membre du mouvement El Islah. Lors des élections de 2007, le FNA avait obtenu 3,34 % des suffrages exprimés, Ennahda 1,29 %, El Islah 0,77 %, loin derrière le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) avec 4,88 %. S’il apparaît compliqué de comptabiliser les résultats obtenus par les diverses oppositions en raison de la catégorie floue des « indépendants », on a déjà vu plus haut que les partis favorables au gouvernement demeuraient hégémoniques. Au total, les six interventions de l’opposition dans l’émission donnent un taux indicatif de 22,22 %.

  • 27 Choukri Hmed et Hèla Yousfi, « La révolution tunisienne à l’épreuve du chiffon vert », Libération, (...)

21Ce cas précis permet de constater, à partir du 19 février 2011, la remise en cause de l’hégémonie de l’Alliance présidentielle et l’entrée dans une nouvelle phase de pluralisme limité, conséquence directe du contexte révolutionnaire régional. Toutefois, seules des formations islamistes ou apparentées sont autorisées à entrer dans le jeu médiatique, sans oublier le FFS, présenté comme « le doyen de l’opposition » et dont la participation aux prochaines législatives fait alors l’objet de tractations au sommet. Cette latitude concédée aux islamo-nationalistes ne peut cependant être perçue uniquement comme la volonté du régime d’effrayer le courant laïc ou de contrer un hypothétique retour du Front islamique du salut (Dris-Aït Hamadouche 2012, p. 61). Toujours est-il que d’autres organisations comme le RCD – réputé laïc, libéral et pro-occidental – se singularisent par leur absence sur les ondes, aussi bien avant qu’après les émeutes. Son président Saïd Saadi justifiera ses interventions dans les médias étrangers en raison de la censure officielle. La Coordination nationale pour le changement et la démocratie ou le Manifeste pour les droits et libertés qui ont émergé au début de l’année 2011 n’ont pas non plus été invités dans les deux émissions traitées. En excluant les oppositions non islamistes ou anti-islamistes, les médias officiels bornent les possibles : c’est le statu quo ou le « chiffon vert 27 ».

22Si l’on s’intéresse au discours développé par ces opposants dans « L’invité de la rédaction », deux exercices auxquels tous les intervenants se soumettent peuvent être mis en évidence : d’une part, la caractérisation du régime et d’autre part, leur définition du changement. Cependant, il n’existe pas de consensus sur les perspectives politiques pour les opposants médiatisés, ce qui accentue leur marginalisation. Régime est employé par Abdelhamid Mehri qui lui reproche de posséder « une partie occulte qui est exactement l’inverse et le contraire des textes écrits ». Système est employé par Aïssa Abdelmekki pour qui s’est installé « un système communautaire ». Et d’ajouter : « Il n’y a qu’à voir la couleur régionale du gouvernement qui nous gère » – allusion à la surreprésentation des ministres originaires de l’Ouest. Pouvoir est employé par Karim Tabbou qui déclare : « Le changement tel qu’il est recherché par le pouvoir, c’est un changement interne au pouvoir ». Selon Sid Ahmed Ghozali : « La véritable réconciliation dont nous avons besoin, c’est pas la réconciliation entre Algériens. (...) c’est entre le peuple, la société, et le pouvoir ».

23Changement est repris par Karim Tabbou et Abdelhamid Mehri. Pour le premier, il doit se réaliser sans violence. Quand le second parle explicitement de « changement de régime ». Mais les moyens pour y parvenir diffèrent. Karim Tabbou rappelle la proposition de son parti : « L’élection de l’Assemblée constituante viserait tout simplement à mettre une base institutionnelle dans laquelle va s’élaborer la première constitution qui sera pour la première fois l’émanation de la volonté populaire ». Dans le refus de cette perspective, Aïssa Abdelmekki fait un détour par l’année 1962 : « La société algérienne est ségrégée. (...) Il est impossible de travailler avec une Assemblée constituante. On a raté le train, on a raté le coche en 1962. Donc il faut faire avec la Constitution qu’on a mais il faut la confier à une commission ad hoc » qui comprendrait des juristes et des notables. Brahim Chekebkab est favorable à la mise en place d’une « commission de technocrates pour rédiger la nouvelle constitution ».

  • 28 Mustapha Hammouche, « Système et gérontocratie », Liberté, 10 décembre 2012.

24Dans leurs interventions, des opposants plutôt âgés ont eu à parler des jeunes, aux jeunes et au nom des jeunes – ce qui n’est pas sans rappeler le caractère gérontocratique du régime 28. Cette catégorie occupe une place paradoxale et sensible dans la situation algérienne. En dehors du fait que les révolutions arabes ont d’abord été perçues comme des mouvements de la jeunesse, les jeunes Algériens, quant à eux, ne se retrouvaient pas seulement parmi les émeutiers de janvier 2011 mais représentent surtout la majorité de la population si l’on s’en tient à la seule catégorie de l’âge. Les moins de 35 ans constituent plus des deux-tiers des Algériens dont ils partagent les préoccupations, tout en étant stigmatisés pour leurs déviances supposées ou craints pour leur potentiel subversif.

  • 29 « MC Alger. Les supporters réclament le départ de la direction actuelle », Midi libre, 17 juin 2012
  • 30 Mohammed-Amine Azzouz, « MCA-Sonatrach : La compagnie pétrolière acquiert 100% des actions de la SS (...)

25Cette catégorie de la population est rendue visible dans l’espace public par les protestations des étudiants, des chômeurs ou des supporters de foot. Ce dernier groupe qui alimente la rubrique des faits divers ou la presse sportive, constitue un autre type de mobilisation de la jeunesse et de son organisation, parfois autonome comme c’est le cas avec le phénomène ultra dont le premier groupe connu, les Verde Leone, s’est formé en 2007 autour de supporteurs du Mouloudia Club d’Alger (MCA), doyen des formations algéroises. Contrairement à l’Égypte ou à la Tunisie, les ultras algériens ne sont pas apparus en propre dans les protestations sociales qui sont restées sectorisées. Les supporteurs du MCA ont certes occupé la rue mais sur une revendication limitée à des enjeux sportifs : chasser la direction du club 29. C’est sans doute la peur de voir le mouvement s’installer dans la durée, son éventuelle connexion avec d’autres secteurs et la volonté de ne pas laisser un homme d’affaires franco-algérien gérer le club qui ont conduit les autorités à favoriser le retour de la Sonatrach dans le capital 30.

  • 31 Salim Koudil, « Naissance d’un nouveau mouvement de jeunes. Le MJIC, pour “fédérer toutes les lutte (...)

26Bien qu’aucun jeune en tant que tel n’ait été invité lors des deux émissions étudiées – cela tient notamment aux mécanismes de filtrage des organisations politiques –, on a pu voir émerger, du côté des oppositions, une structure très active sur les réseaux sociaux intitulée Mouvement des jeunes indépendants pour le changement (MJIC) et, du côté des médias officiels, une nouvelle station de radio Jil FM qui vise les moins âgés des auditeurs. Le MJIC s’est fait connaître par une conférence de presse à Alger 31 le 9 mars 2011 où, il a dressé un bilan critique de la situation sociale. Ce mouvement a aussi exprimé la volonté de lier les divers secteurs mobilisés grâce à une page Facebook éponyme. Dans sa proclamation, le MJIC s’est déclaré « indépendant de toute tutelle partisane » et a prétendu rassembler « des jeunes de tout le pays ». Il a revendiqué un « changement du régime » et s’est battu pour « l’instauration d’une démocratie réelle et d’un État de droit ».

  • 32 « Lancement de ‘’Jil FM’’, une nouvelle chaîne de la Radio algérienne », Le Temps d’Algérie, 16 jan (...)

27Pour sa part, Jil FM, lancée le 15 janvier 2012, a affirmé une vocation musicale. Sa page Facebook indique que cette station doit sensibiliser ses auditeurs sur « l’ensemble des mécanismes d’insertion professionnelle, de création d’entreprises et d’emplois et de la formation pour les métiers et artisanat ». 20 % du temps d’antenne doit être consacré à des émissions liées aux questions socioprofessionnelles 32 et ainsi faire la promotion des mesures gouvernementales. Cette initiative qui place le divertissement au centre de son activité et semble répondre à une demande ne doit pourtant pas être déconnectée des contre-mesures de l’État.

Conclusion

28Du côté de la jeunesse, on assiste pour l’instant à la réussite du maintien de la sectorisation – les jeunes supporteurs n’ont pas fait jonction avec les chômeurs mais se sont limités à des revendications sportives – et à l’échec de la désectorisation – le MJIC n’a pas réussi à fédérer les divers contestataires qui évitent de politiser leurs revendications. Dans le même temps, l’État cherche avec Jil FM et d’autres dispositifs à gagner la « guerre psychologique » en s’adressant directement à un public jeune qui pratique la « fuite » sous toutes ses formes – émigration clandestine, consommation de stupéfiants... –, ce qui réduit de fait l’emprise du régime sur cette catégorie (Bayart 1989, p. 315).

29Le statu quo en Algérie semble résulter d’un compromis instable basé sur deux aspects complémentaires : d’une part, la double-fiction de la délégation du pouvoir à des représentants mal élus ainsi que la démission d’un peuple préoccupé par des soucis d’ordre matériel ; d’autre part, la déconnexion entre une opposition rendue inaudible en raison de ses accointances avec le pouvoir – le FFS a participé aux législatives de 2012 tandis que Mohammed Saïd (PLJ) a été nommé ministre de la Communication en septembre 2012 – et des mouvements sociaux tactiquement apolitiques ou faisant preuve de subversivisme. Par ailleurs, le discours volontiers alarmiste ou conspirationniste véhiculé par les serviteurs de l’État pourrait prêter à sourire s’il ne trouvait pas un certain écho dans plusieurs secteurs de la population qui se voit cernée par la falsification sous toutes ses formes.

  • 33 Sans même parler des tensions dans les directions partisanes (FFS, MSP, RCD, RND, etc.), l’éclateme (...)
  • 34 Voir ma recension de l’ouvrage : « Algeria: The Revolution to Come ? », Jadaliyya, 18 avril 2013 [E (...)

30Sur un autre plan, on peut rester dubitatif quant à la portée des interventions des opposants dans les médias officiels, tant le pluralisme concédé par ce régime autoritaire aux accents totalitaires apparaît inoffensif en l’absence d’alternative radicale. Il serait faux de penser que les révolutions des pays voisins n’ont eu aucun impact sur l’Algérie – ne serait-ce que sur le plan discursif chez les opposants, à défaut de constituer un « bloc historique », ou sur celui des contre-mesures gouvernementales 33 qui prouvent la réactivité du régime face au « péril jeune ». On peut trouver dans les kiosques algérois un livre dont le titre réhabilite un terme réservé à la lutte de libération nationale : La démocratie en Algérie. Réforme ou révolution ? (Belalloufi 2012) 34. Le changement, s’il a lieu en dépit des contre-mesures, s’écoutera très probablement sur une radio publique libérée de l’hégémonie des hommes de l’État.

Bibliographie

Bibliographie

Anders Günther 2002, L’obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, Ivrea-L’Encyclopédie des nuisances.

Arendt Hannah 1958, « Totalitarian Imperialism : Reflections on the Hungarian Revolution », The Journal of Politics 20/1, p. 5‑43.

Arendt Hannah 2002, Les origines du totalitarisme. Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard.

Arendt Hannah 2008, Idéologie et terreur, Paris, Hermann.

Aron Raymond 1984, Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy.

Baamara Layla 2012, « (Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie », L’Année du Maghreb VIII, p. 161‑179.

Bayart Jean-François 1989, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

Bayart Jean-François 1999, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale 5, p. 97‑120.

Bayart Jean-François et Bertrand Romain 2005, « La problématique du legs colonial », Fasopo, [En ligne] http://www.fasopo.org/publications/legscolonial_jfrb_1205.pdf

Belalloufi Hocine 2012, La Démocratie en Algérie, Réforme ou révolution ? Sur la crise algérienne et les moyens d’en sortir, Alger, Apic-Lazhari Labter.

Combes Hélène et Fillieule Olivier 2011, « De la répression considérée dans ses rapports à l’activité protestataire. Modèles structuraux et interactions stratégiques », Revue française de science politique 61, p. 1047‑1072.

Djaafer Saïd 2009, « Algérie : une ouverture médiatique entravée », in Khadija Mohsen-Finan (éd.), Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud, p. 179‑190.

Demers David and Viswanath Kasisomayajula (éd.) 1999, Mass Media, Social Control and Social Change: A Macrosocial Perspective, Ames, Iowa State University Press.

Dobry Michel 1992, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP.

Domenach Jean-Marie 1979, La Propagande politique, Paris, PUF.

Dris-Aït Hamadouche Louisa 2012, « L’Algérie face au “printemps arabe” : l’équilibre par la neutralisation des contestations », Confluences Méditerranée, 2012/2, n° 81, p. 55‑67.

Durandin Guy 1993, L’Information, la désinformation et la réalité, Paris, PUF.

Favre Pierre 2007, « Les manifestations de rue entre espace privé et espaces publics », in P. Favre, O. Fillieule et F. Jobard (éd.), L’Atelier du politiste. Théories, actions, représentations, Paris, La Découverte, p. 193‑213.

Garçon José 2011, « Un régime immobile au milieu des révolutions », Esprit, décembre, p. 100‑106.

Glevarec Hervé et Pinet Michel 2009, La Radio et ses publics, Sociologie d’une fragmentation, Paris, IRMA.

Gramsci Antonio 1971, Lettres de prison (1926-1934), Paris, Gallimard.

Gramsci Antonio 1996, Cahiers de prison. Cahiers 1, 2, 3, 4 et 5, Paris, Gallimard.

Groupe d’autonomes algériens 1981, L’Algérie brûle !, Paris, Champ libre.

Guaaybess Tourya 2011, Les Médias arabes, Confluences médiatiques et dynamique sociale, Paris, CNRS éditions.

Hachemaoui Mohammed 2009, « Permanence du jeu politique en Algérie », Politique étrangère, juin, p. 309‑321.

Hachemaoui Mohammed 2011, « La corruption politique en Algérie : l’envers de l’autoritarisme », Esprit, juin, p. 111‑135.

Hachemaoui Mohammed 2012, « La rente entrave-t-elle vraiment la démocratie ? Réexamen critique des théories de ‘l’État rentier’ et de la ‘malédiction de ressources’», Revue française de science politique 62, p. 207‑230.

Khalfoun Tahar 2000, « La loi sur les partis politiques : un pluralisme administré », in G. Meynier (éd.), L’Algérie contemporaine. Bilan et solutions pour sortir de la crise, Paris, L’Harmattan, p. 267‑287.

Laacher Smaïn 1985, Algérie : réalités sociales et pouvoir, Paris, L’Harmattan.

Leca Jean et Vatin Jean-Claude 1975, L’Algérie politique, Institutions et régime, Paris, Presses de la FNSP.

Mattelart Tristan 1995, Le cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontalières, Grenoble, PUG.

Mohsen-Finan Khadija (éd.) 2009, Les médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud.

Peyroulou Jean-Pierre 2011, « En Algérie, les émeutes ne font pas le printemps », Esprit, décembre, p. 90‑99.

Seurat Michel 2012, Syrie. L’État de barbarie, Paris, PUF.

Sidi Moussa Nedjib 2012, « Extraversion spécifique et internationalisation bridée : les partis algériens face au projet de l’Union pour la Méditerranée », Dynamiques internationales 7, octobre, [En ligne] https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/dynamiquesinternationales/DI7/ SidiMoussa-DI7.pdf

Silverstein Paul 2002, « An Excess of Truth: Violence, Conspiracy Theorizing and the Algerian Civil War », Anthropological Quarterly 75/4, p. 643‑674.

Tchakhotine Serge 1992, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard.

Notes

1 Nadjia Bouachira, « Rachid Grim, politologue : ‘Comme en octobre 1988, nous ne sommes pas loin de la révolte de la faim’ », El Watan, 6 janvier 2011.

2 Abderrahmane Semmar, « Très vive tension à Bab el Oued : les jeunes promettent de déclencher ‘une révolte contre la mal vie et le chômage’ », El Watan, 6 janvier 2011.

3 « Algérie : un 5e mort dans les émeutes, au moins 800 blessés », Le Parisien, 9 janvier 2011 [en ligne] http://www.leparisien.fr/international/algerie-un-5e-mort-dans-les-emeutes-au-moins-800-blesses-09-01-2011-1219670.php

4 Kamel Lakhdar-Chaouche, « Les réformes en Algérie sont jugées prometteuses. Le verdict mitigé d’Hillary Clinton », L’Expression, 14 octobre 2012.

5 « Police politique : l’Algérie otage de ses ‘‘moukhabarates’’ », El Watan, 15 mars 2011.

6 Mokrane Chebbine, « Il y a 23 ans, le 5 octobre 1988. Le Printemps algérien », Midi Libre, 5 octobre 2011.

7 Ahmed Moussa, « Ahmed Ouyahia à Al-Bayadh : “Notre printemps a eu lieu en mars 1962’’ », Liberté, 8 novembre 2012.

8 Voir mon interview : « En Algérie comme ailleurs, le printemps est à venir ! », Basta ! 9 mai 2012 [en ligne] http://www.bastamag.net/article2365.html

9 Bouredji Fella, « De nombreux blessés parmi les résidents. Répression : trop, c’est trop ! », El Watan, 2 juin 2011.

10 L.H., « Ils sont venus par milliers des quatre coins du pays. Les gardes communaux ont marché à Alger », LeSoir d’Algérie, 8 mars 2011.

11 L.O., « DGSN. Hausse de salaire de 50% pour les policiers », Le Jour d’Algérie, 28 décembre 2010.

12 Samir Ould Ali, « La contrefaçon toujours aussi ravageuse », La Tribune, 28 mars 2011.

13 K. Reguieg-Issaad, « Affaire des faux bacheliers à Oran. Six nouveaux cas de fraude à la faculté de traduction », Liberté, 2 mai 2013.

14 Hafida Ameyar, « Il revient sur l’affaire des faux moudjahidine. Mellouk interpelle les historiques », Liberté, 5 juin 2012.

15 Ali Moussa, « Un faux agent du DRS et ses complices arrêtés à Tlemcen. Ils tentaient d’escroquer une fonctionnaire », Liberté, 3 juillet 2007.

16 Hacène Ouali, « Karim Tabbou : ‘Le FFS ne participera pas au cirque politique’ », El Watan, 8 mai 2011.

17 El Festi, éphémère journal en ligne satirique et libertaire, publiait en 2012 la chronique « Bled Mickey ». Sans oublier la chanson éponyme du rappeur Lotfi Double Kanon en 2004.

18 Zouheir Aït Mouhoub, « ‘Appel du 17 septembre’ : une manip’ d’État ? », El Watan, 23 septembre 2011.

19 Voir ma tribune intitulée « Amère victoire de la ‘French Theory’ » publié partiellement par Rue89 le 19 avril 2013 [en ligne] http://www.rue89.com/2013/04/19/algerie-french-theory-est-populiste-complotiste-raciste-241581

20 M.M. « Retour triomphal des Verts. État de fête général », Le Soir d’Algérie, 21 novembre 2009.

21 Quant au rôle de la radio, comme vecteur mais aussi comme cible stratégique chez les protestataires, il était déjà rappelé dans une réflexion sur la révolution hongroise (Arendt 1958).

22 Hacen Ouali, « Des chaînes algériennes offshore : ces télés qui font dans l’informel », El Watan, 25 avril 2012.

23 Djamel Belayachi, « L’Algérie censure Radio Kalima », Afrik.com, 19 mars 2010 [en ligne] http://www.afrik.com/article19285.html

24 Adel Mehdi, « La radio algérienne récupère son audience. La bataille des radios dans le Maghreb », L’Expression, 3 juillet 2010.

25 « La Radio algérienne sur Internet : une audience cumulée de plus de 3.5 millions d’auditeurs », Radio Algérie, 19 juin 2012 [en ligne] http://www.radioalgerie.dz/fr/la-une/64-a-la-une/23434-audimat-via-le-net-35-millions-dauditeurs-suivent-la-radio-algerienne

26 Fayçal Métaoui, « Facebook et les réseaux sociaux. Quand la chaîne III parle de ‘révolte téléguidée’ », El Watan, 13 mars 2011.

27 Choukri Hmed et Hèla Yousfi, « La révolution tunisienne à l’épreuve du chiffon vert », Libération, 21 octobre 2011.

28 Mustapha Hammouche, « Système et gérontocratie », Liberté, 10 décembre 2012.

29 « MC Alger. Les supporters réclament le départ de la direction actuelle », Midi libre, 17 juin 2012.

30 Mohammed-Amine Azzouz, « MCA-Sonatrach : La compagnie pétrolière acquiert 100% des actions de la SSPA ‘’Doyen-MCA’’ », El Moudjahid, 12 décembre 2012.

31 Salim Koudil, « Naissance d’un nouveau mouvement de jeunes. Le MJIC, pour “fédérer toutes les luttes’’ », Liberté, 10 mars 2011.

32 « Lancement de ‘’Jil FM’’, une nouvelle chaîne de la Radio algérienne », Le Temps d’Algérie, 16 janvier 2012.

33 Sans même parler des tensions dans les directions partisanes (FFS, MSP, RCD, RND, etc.), l’éclatement de l’Alliance présidentielle ou l’instabilité chronique du FLN.

34 Voir ma recension de l’ouvrage : « Algeria: The Revolution to Come ? », Jadaliyya, 18 avril 2013 [En ligne] http://www.jadaliyya.com/pages/index/11271/algeria_the-revolution-to-come

Auteur

ATER en sciences politiques à l’Université Paris I

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable