Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Deuxième partie. Vers la fin des monopoles médiatiques ? Libération de la parole et maintien de la censure

Chapitre 6. Le « choc des ondes »

Les médias après le Printemps arabe

Yves Gonzalez-Quijano

Résumé

Résumé : Ne serait-ce que par leur nouveauté, les réseaux sociaux ont accaparé une grande part des commentaires sur le thème de la « révolution Facebook ». Pourtant, la distinction entre « nouveaux » et « anciens » médias ne fait guère de sens, tant la couverture des soulèvements arabes a mis en évidence la fluidité des flux entre les différentes plates-formes numériques. Dans « l’après » de la crise cependant, quand la scène politique se reconstruit sur de nouveaux rapports de force, on observe un retour aux fondamentaux de la fabrique de l’opinion arabe, marqués en particulier par la dépendance quasi structurelle de toute initiative vis-à-vis des puissances politiques ou économiques. En définitive, c’est en tant que chambre d’écho de la sphère publique que la médiasphère arabe transmet les « ondes de choc » du Printemps arabe.

Abstract: Social networks, if only because of their novelty, have captured a large share of the comments about the Facebook or the “Twitter Revolution” and the likes. However, the distinction between “new” and “old” media is more than ever meaningless, as the coverage of Arab uprisings has revealed how continuous the flows are between the various digital platforms. In the post crisis environment, when the political scene is reconstructed on a new balance of power, one can observe a return to the fundamentals of the fabric of Arab opinion, marked in particular by the quasi-structural dependence of any initiative vis-à-vis political or economic decision-makers. Ultimately, it is as an echo chamber of the public sphere that the Arab media sphere spreads the “shock waves” of the Arab Spring.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple « Lectures thématiques », Revue française de science politique, 2012.
  • 2 La remarque vaut pour l’ouvrage que l’auteur de ces lignes a publié en octobre 2012 aux éditions Ac (...)
  • 3 Reporters sans frontières, Classement mondial de la liberté de la presse 2013.

1Est-il possible de tenter un bilan, même provisoire, des transformations qu’a connues la scène médiatique arabe depuis ce qu’il est convenu d’appeler le Printemps arabe ? L’exercice paraissait audacieux au moment de la tenue du colloque, un an après la chute des régimes tunisien et égyptien ; à l’heure d’écrire ces lignes, tout juste deux ans après les premiers soulèvements arabes, la tâche paraît encore plus difficile. D’autant plus que la recherche, pour une fois prudente, ne s’est guère risquée sur ce terrain. Faute d’un délai suffisant pour « digérer » les événements naturellement, mais sans doute surtout en raison de la très faible lisibilité des évolutions en cours, la production scientifique sur cette question 1 se situe le plus souvent dans un cadre national, ou bien comme un volet au sein d’une analyse plus globale (Achcar 2013). La perspective régionale, quand elle est adoptée, ne concerne que la question des « nouveaux médias 2 », en revanche abondamment traitée dans la presse. En définitive, une des rares approches globales disponibles est celle qu’a publiée l’organisation Reporters sans frontières dans le cadre de son classement mondial annuel sur la liberté de la presse 3. Le sous-titre suffit à donner le ton : « Après les printemps, les espoirs déçus ».

2Manifestement, l’heure est à une certaine déconvenue, dont témoigne à sa façon le succès d’une expression comme l’« hiver arabe ». Dans bien des cas, les déceptions sont même à la hauteur des illusions qu’avaient suscitées l’enthousiasme pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et ces réseaux sociaux qui faisaient tomber les dictatures. De fait, une fois cet enchantement dissipé, la scène médiatique arabe, avec les spécificités qui en font un système si particulier, semble bien avoir survécu, inchangée ou presque, aux convulsions régionales. Cruel, le constat n’annonce guère de perspectives. Sauf à déplacer l’observation pour se situer du côté des pratiques, des usages et de la perception, par les populations, de l’offre d’information qui leur est faite. Sur ce terrain, il est davantage possible de penser que les perspectives ouvertes par les soulèvements arabes ont un avenir.

La médiasphère 4 arabe : mutations techniques vs contrôle national de l’information

  • 4 « Une médiasphère est un système dynamique d’écosystèmes complexes réorganisés par et autour d’un m (...)

3Avant la venue du « Printemps arabe », les jugements dominants sur la médiasphère arabe étaient fort négatifs. Revenant sur le point de vue plus optimiste d’un Marc Lynch attentif aux transformations de l’opinion publique (Lynch 2006), les auteurs de Arab Media (Mellor, Rinnawi, Dajani, Ayish 2011), un ouvrage par ailleurs plutôt novateur sur la question, insistaient par exemple, chacun à leur façon, sur la pesanteur d’une censure que les acteurs s’imposent parfois d’eux-mêmes. En dépit de certaines différences d’un pays à un autre dans cet espace qui regroupe tout de même plus d’une vingtaine d’États, les politiques officielles vis-à-vis de l’information, largement commandées par la méfiance vis-à-vis de la diversité de l’opinion et notamment de toute initiative privée indépendante, contribuaient à façonner l’image globale d’une région dominée par l’autoritarisme et l’immobilisme politique. Non sans raison d’ailleurs, tant les régimes locaux rivalisaient de zèle et d’ingéniosité lorsqu’il était question de contrôler l’opinion et presque aussi souvent de la museler, qu’il s’agisse des médias traditionnels ou de la presse en ligne.

4Sans nul doute, cette lecture ne prend certainement pas suffisamment en compte bien des éléments. Sur le plan strictement technique par exemple, un certain nombre de facteurs rendent depuis longtemps plus difficile le maintien « en l’état » des systèmes de contrôle qui avaient pu garantir jusqu’alors un verrouillage assez efficace de la communication. Combinées à d’autres vecteurs de changement – la privatisation plus ou moins complète des télécommunications, les progrès de l’éducation, l’accélération de l’exode rural, l’essor de la globalisation et des migrations de travail, la globalisation des échanges… –, ces données techniques ont en réalité contribué à la mise en place, sans cesse davantage manifeste, d’une nouvelle médiasphère « révélée » comme par magie par les événements de l’année 2011. Rappeler cette scansion technique des mutations de la médiasphère arabe est donc une critique des lectures qui la présentaient sous le seul aspect de l’immobilisme et qui, logiquement, se sont traduites, au temps des soulèvements, par des discours brodant sur le thème de la « divine surprise ». Mais retracer les étapes d’une « révolution numérique » arabe qui a bouleversé les données de l’information arabe, c’est aussi, bien évidemment, rompre avec une vision trop facilement éblouie par les mérites inconditionnels du Web 2.0, de Twitter ou de Facebook !

  • 5 L’écrivain Abdul-Rahman Mounif racontait ainsi, bien plus tard, combien une personnalité comme lui, (...)
  • 6 À la notable exception de la radio – on pense ainsi à la Voix des arabes (Sawt al-Arab) – qu’il n’e (...)

5Après l’accession à l’indépendance des pays de la région, en général vers le milieu du xxe siècle, le système médiatique qui s’est mis en place a été modelé par la volonté des nouvelles autorités, quelles que soient leur légitimité et leur orientation politique, d’imposer leur monopole sur l’information. Parfaitement réelle et documentée, cette lecture n’exclut pas toutefois une autre chronologie scandée, elle, par les transformations techniques. Celles-ci, liées d’une manière ou d’une autre au développement du numérique, ont eu pour effet d’ouvrir des brèches dans le mur de la censure. Selon un rythme plus ou moins décennal, les évolutions technologiques ont contribué, indiscutablement, à une minoration du contrôle centralisé de l’opinion. Les années 1980 constituent un bon point de départ, avec la commercialisation des premières applications numériques grand public : la télécopie – sévèrement réprimée à ses débuts par nombre de régimes locaux 5 –, les traitements de texte et la publication assistée par ordinateur ont ainsi assuré les bases techniques d’une avancée capitale pour les médias arabes puisqu’elle a permis la création – ou plus exactement la re-création car une situation comparable sur le plan de la diffusion avait déjà existé au temps de la Renaissance arabe – d’une presse transnationale. Rompant avec la dynamique qui n’avait cessé de conforter les différents monopoles nationaux sur l’information 6, la fin des années 1980 vit ainsi l’essor de grands titres (al-Hayat, al-Qabas, al-Sharq al-awsat…) qui s’adressaient à un public transnational, il est vrai limité ou presque aux seules élites.

6Les années 1990 furent celles d’une autre révolution, celle des chaînes satellitaires, révolution bien plus spectaculaire car elle touchait cette fois-ci le grand public. Créée en 1991 grâce à des fonds saoudiens fort proches de la dynastie régnante, la Middle East Broadcasting Company (MBC) fut la première de ces grandes chaînes panarabes. Moins de vingt ans plus tard, celles-ci sont aujourd’hui selon les statistiques de l’ASBU (Arab States Broadcasting Union) plus de 700 à se disputer, dans tous les domaines de la production télévisuelle, l’attention du public arabophone. Entre-temps, celui-ci a pu bénéficier d’une offre considérablement élargie dans le domaine de l’information avec l’apparition de grandes chaînes spécialisées (notamment al-Jazeera pour le Qatar en 1996 et al-Arabiyya pour l’Arabie saoudite en 2003). Entamée via la presse écrite, l’évolution de la médiasphère arabe vers une plus grande autonomie vis-à-vis des tutelles étatiques a pu ainsi être confirmée. À défaut d’être totale, la possibilité pour le citoyen arabe de combiner différents points de vue – L’opinion et son contraire fut ainsi longtemps le mot d’ordre d’al-Jazeera – a introduit dans la région les germes d’une information davantage plurielle.

  • 7 Gonzalez-Quijano 2012a, p. 43.

7Quant au début du xxie siècle, il a vu l’essor de l’internet arabe, selon plusieurs étapes. Les véritables débuts se situent au milieu des années 1990, lorsque des organes de presse (al-Hayat, al-Nahar, al-Safir…) commencèrent à investir le réseau mondial. La navigation sur ce réseau ne devint toutefois une pratique généralisée que vers le milieu de la décennie suivante, précisément au temps du Web 2.0., période qui vit émerger une première vague de blogueurs très souvent journalistes-citoyens. La situation était mûre pour que fleurisse, au début de la décennie suivante, un mouvement associé, nul ne peut le contester, à une intense activité sur les réseaux sociaux, principalement Facebook jusqu’à cette période, plutôt Twitter depuis. Quelques chiffres permettent de quantifier ces gains d’influence : entre 2001 et 2007 on est ainsi passé de 1 à 30 millions d’utilisateurs d’internet dans le monde arabe ; ils sont 70 millions en juin 2011 et vraisemblablement plus de 120 millions en 2014 (soit environ une personne sur trois). Naguère encore invisible ou presque dans les statistiques, la langue arabe, désormais à la septième place sur internet, possède le plus fort taux de croissance au monde, loin devant toutes les autres langues : plus de 2 500 % entre 2000 et 2011 7.

Les limites de la révolution des nouveaux médias

8À l’évidence, ce nouveau contexte, qui rend obsolète non seulement les vieilles recettes de la censure et du contrôle policier mais jusqu’à la conception même d’une information monolithique sous le contrôle d’un pouvoir centralisé, a joué un rôle dans le déroulement des événements du Printemps arabe. Mais de façon tout aussi évidente, on a accordé aux médias en général et aux réseaux sociaux une importance démesurée en braquant les projecteurs sur une catégorie d’acteurs bien particulière, celle des activistes de l’internet et autres journalistes-citoyens, dans le cadre de la grande scène de la première Révolution 2.0 du troisième millénaire !

9La permanence de grilles de lectures inspirées de l’orientalisme explique en partie le succès de ce narrative faisant de Facebook ou Twitter, ces applications imaginées et commercialisées par les géants de la Silicon Valley, le ressort principal des soulèvements « indigènes » arabes. Pourtant, même ainsi, la fortune médiatique de cette nouvelle version de Lawrence in E-rabia (Burris 2011) ne laisse pas de surprendre tellement les arguments à l’encontre de cette lecture sont nombreux. Pour s’en tenir au seul domaine de la sociologie des médias, on peut rappeler ainsi que les situations réunies sous le terme générique de Printemps arabe relèvent pourtant de contextes très différents. Sans s’attarder sur les détails, il est facile de noter que le développement des nouvelles technologies au Yémen, n’a pas grand-chose en commun avec celui du Bahreïn ; que si la Tunisie et l’Égypte sont globalement comparables en terme de pénétration d’internet au sein de la population, une analyse plus détaillée fait apparaître des différences très importantes, l’utilisation de Facebook par les Tunisiens s’avérant tout à fait remarquable ; que l’histoire de l’activisme en ligne dans la Syrie de Bachar al-Assad n’a guère de trait commun avec la situation de pays tels que le Maroc ou la Jordanie…

10On pourrait multiplier les remarques de ce type, que mettent en avant certains des « cyberpessimistes » qui, tels Evgeny Morozov ou Malcom Gladwell (Morozov 2011, Gladwell 2010), s’opposent aux lectures trop volontaristes des partisans des « nouvelles technologies de libération ». De fait, l’observation d’autres théâtres des soulèvements arabes, qu’il s’agisse de pays ayant connu des transformations politiques – le Yémen, la Libye par exemple – ou d’États où les protestations n’ont pas suivi le même cours, tels le Bahreïn ou le Maroc, montrent bien que les réussites spectaculaires du premier Printemps arabe en Tunisie et en Égypte sont davantage l’exception que la règle. Pour ne rien dire de la situation en Syrie où les médias sociaux, au fil du conflit, contribuent bien davantage à une aggravation de la violence qu’à la création d’un espace de dialogue et d’expression publique. En d’autres termes, l’expérience montre que l’idéalisme teinté de fascination pour la technique, trop souvent présent chez les thuriféraires des réseaux sociaux, doit être tempéré, notamment en replaçant les réalités du cyberactivisme, comme a pu le faire le Tunisien Sami Ben Gharbia, dans le contexte plus vaste de la diplomatie d’influence au temps du Cyber Power (Ben Gharbia 2010).

11À tous ces arguments qui militent pour une lecture toute relative de la capacité des nouveaux médias à provoquer un changement politique ou même seulement à influer durablement sur le cours des événements, on peut encore ajouter quelques remarques. En rappelant notamment ce que Tourya Guaaybess propose de nommer la « confluence médiatique » arabe (Guaaybess 2011), à savoir non seulement la convergence numérique qui permet la disponibilité de plusieurs médias autrefois distincts sur un même support, mais également l’imbrication de ces différents médias au sein d’un système complet. Largement focalisés sur des réseaux sociaux dont on « découvrait » l’existence dans le monde arabe, les récits du Printemps arabe n’ont pas su prendre en compte bien souvent cette nouvelle donnée de la médiasphère arabe. Entamée par une chaîne telle qu’al-Jazeera dès sa création dans la seconde moitié des années 1990, avec notamment le lancement d’un site internet qui a pu se hisser parmi les plus fréquentés au monde lors des bombardements israéliens sur Gaza durant l’hiver 2008-2009, cette interaction entre des formats « traditionnels » et d’autres plus « modernes » est pourtant bien réelle puisque, entre autres exemples, plus de la moitié des programmes diffusés par la chaîne qatarie au début de l’année 2011 provenait de documents puisés sur internet tandis que le canal al-Jazeera Mubasher (al-Jazeera Live) s’enrichissait d’une antenne égyptienne au plus fort des soulèvements dans ce pays.

12Discutable d’un point de vue technique, la partition entre les « médias sociaux » d’internet et les autres, plus anciens, l’est donc encore plus au crible de la sociologie de la réception, tant il est évident pour les observateurs que la réception des temps forts du Printemps arabe a été associée, dans le monde arabe, à leur diffusion par les chaînes télévisées. Rappeler cette réalité, ce n’est pas nier le rôle des réseaux sociaux mais rappeler la relativité de leur emprise au regard d’une anthropologie de la communication (Winkin 2000) plus attentive aux pratiques. La montée en puissance des nouveaux médias constitue à coup sûr un élément déterminant dans le déclenchement des soulèvements, mais plus dans le cadre de la constitution, notamment auprès des couches les plus jeunes de la population, d’une « culture numérique » qui transforme en profondeur les modes de socialisation et le rapport à la chose politique. Une réalité que semble bien confirmer, au moins dans la phase actuelle des changements, les difficultés du passage au politique qu’ont éprouvées la plupart des nouvelles mobilisations numériques arabes, ainsi que le retour sur le devant de la scène des forces constituées sur des modalités plus traditionnelles, à commencer par celles de l’islam politique, forces qui sont également celles qui, bien souvent, ont tiré profit des dynamiques créées par d’autres mouvements et qu’elles se sont contentées d’accompagner, dans le meilleur des cas.

Une très relative ouverture au niveau étatique : les cas tunisien et égyptien

13Al-sha’ab yurid islâh al-i’lâm ! « Le peuple veut la réforme des médias ! » À côté de la dignité, de la démocratie et d’autres revendications scandées par les manifestants figurait bien la question de l’information. Sachant que les situations politiques sont toutes différentes et qu’il faut également tenir compte de celles où, à l’image du Maroc par exemple, sont intervenus des changements importants qui ne sont pas allés jusqu’à la chute du régime, est-il possible de tirer un premier bilan des acquis des soulèvements dans ce domaine particulier ? La réponse est non ! D’abord parce qu’une des rares certitudes que l’on possède est précisément le fait que les processus ouverts il y a deux ans sont encore loin d’être allés à leur terme. Mais la difficulté d’un tel bilan tient aussi à la nature de la médiasphère arabe, qui a la particularité d’être constituée selon des échelles à la fois indépendantes et solidaires : la première concerne l’espace national, réunissant presque toujours des acteurs officiels et privés, ces derniers se répartissant selon toute une gamme qui va du statut semi-officiel, associé, y compris à titre familial, au pouvoir en place, à celui d’acteur véritablement indépendant ; la seconde regroupe des acteurs transnationaux arabes à l’image des quotidiens ou des chaînes télévisées qui ont réapparu à la faveur de l’essor des communications numériques ; la troisième, plus récente, relève d’une circulation de l’information au niveau non plus régional mais mondial, avec des acteurs étrangers diffusant ou non en arabe (chaînes arabophones nord-américaine, russe, iranienne, chinoise, anglaise, française, turque…) mais également, du fait des évolutions techniques, avec une importance croissante de grandes sociétés de l’internet telles que Twitter, Facebook ou Google. Idéalement, une analyse dynamique de la médiasphère arabe voudrait que l’on s’intéresse simultanément à ces trois échelles, avec leurs interrelations constantes. Pour la démonstration, il faut pourtant se résoudre à les dissocier, en privilégiant d’une certaine manière, tout en reconnaissant ses limites, la perspective nationale-étatique.

14Sur ce plan, le Printemps arabe semble, au premier regard, avoir considérablement modifié les données dans la mesure où la chute de certains régimes a également entraîné la fin des politiques les plus caricaturales dans le domaine de l’information, la Libye fournissant sans doute le meilleur exemple possible dans ce domaine avec la disparition, qui n’est pas regrettée, d’un système totalement consacré à chanter, imperturbablement, les louanges du « Guide de la Révolution libyenne » et de ses œuvres. Favorables également ont été pour la liberté d’expression dans la région les « ondes de choc » des soulèvements arabes qui ont suscité en plus d’un lieu, même en l’absence de transformations politiques radicales, une évolution positive. Positive mais loin d’être assurée, comme le montre le cas algérien où l’annonce, en octobre 2011, d’une ouverture du paysage audiovisuel à l’initiative privée tarde depuis à se concrétiser. Incontestablement encore, les changements politiques ont suscité, dans plusieurs pays, la création d’entreprises de presse : journaux, revues, radios, télévisions, sites en ligne… ; quelques mois plus tard, elles sont malgré tout, malheureusement, très nombreuses à avoir disparu. Indéniablement enfin, les pressions internes, celles qui proviennent de populations réclamant une information plus diversifiée, acquièrent davantage de force dans le contexte politique régional, mais également dans le nouveau contexte créé par l’essor de la numérisation de l’information et de communication, qu’il s’agisse des transmissions satellitaires ou du réseau internet ; reste à savoir si c’est suffisant pour modifier la donne…

15Les progrès sont en effet très lents, y compris là où la chute d’un régime particulièrement autoritaire a créé a priori les conditions d’un réel changement. Ainsi, en Tunisie comme en Égypte, là où la radicalité des transformations politiques se conjugue pourtant avec l’existence d’un milieu journalistique d’une indéniable richesse professionnelle, l’observation des évolutions durant les deux dernières années fait apparaître un bilan qui est loin d’être positif. Créée quelques jours à peine après la fuite de Ben Ali et confiée à une personnalité unanimement respectée, Kamel Labidi, l’INRIC (Instance nationale pour la réforme de l’information et de la communication) décidait, un an et demi plus tard, de se dissoudre pour protester contre la mauvaise volonté évidente du gouvernement en place (dominé par le parti Ennahda). En réalité, cet échec ne faisait qu’entériner une situation chaotique sur le terrain, avec une succession d’erreurs et même de scandales, des plus risibles – la diffusion par inadvertance sur une chaîne nationale de programmes anciens à la gloire du dictateur en fuite – aux plus inquiétants, en l’occurrence l’utilisation, ou plutôt la manipulation, par toutes sortes de forces politiques, des médias (à l’image de la diffusion, devenue une véritable affaire d’État, d’un dessin animé inspiré de la bande dessinée de l’Iranienne Marjane Satrapi en octobre 2011). Décidée, en pleine période électorale, par le propriétaire de la chaîne Nessma (Gonzalez-Quijano 2011) – une chaîne aux intérêts très proches de l’ancien pouvoir –, cette diffusion révélait, s’il en était besoin, que l’action du secteur privé audiovisuel n’était pas forcément une panacée, surtout dans un contexte comme celui de la Tunisie où les réflexes des professionnels de l’information ont évidemment été considérablement émoussés par plus de deux décennies d’une dictature rigoureuse.

16Pour la plupart des observateurs, la situation des médias ne cesse de se dégrader. Au fil des mois, on observe une multiplication des actions en justice, accompagnées de détentions, à l’encontre de journalistes. En utilisant toutes les arguties juridiques possibles, souvent d’ailleurs en mobilisant des dispositions héritées du précédent régime, les autorités paraissent décidées à rétablir un contrôle aussi ferme que possible de l’information. On relève ainsi, pour la seconde moitié de l’année 2012 seulement, la crise entre la direction et les journalistes au quotidien al-Sabâh, la détention du producteur audiovisuel Sami Fehri depuis août 2012, les poursuites contre la blogueuse Olfa Riahi à qui l’on reproche ses révélations sur la vie privée du ministre des Affaires étrangères, au prétexte notamment qu’elle n’est pas journaliste professionnelle, les requêtes au Pénal contre une entreprise de presse, Business News, en principe soumise au Code de la presse… Malgré sa mobilisation pour défendre une liberté reconquise il y a peu, la profession est engagée dans un combat dont l’issue est objectivement très incertaine.

17En Égypte également, le bilan de la période post-révolutionnaire est lui aussi très en demi-teinte avec, là encore, une inflation très remarquée des poursuites pénales contre les journalistes. Une organisation locale, le Arabic Network for Human Rights Information, a ainsi publié un rapport 8 qui révèle dans toute sa dimension la politique exceptionnellement répressive du gouvernement Morsi, depuis son élection en juin 2012. En dépit d’une réelle résistance de la part des journalistes concernés, souvent organisés, comme en Tunisie d’ailleurs, en associations s’efforçant de lutter contre les interventions de la sphère politique, les médias nationaux sont en définitive passés de la tutelle de l’ancien régime à celle du nouveau. Le dernier ministre de l’Information, Osama Heikal, nommé par le Conseil supérieur des forces armées (CSFA) a quitté son poste sans avoir dû s’expliquer sur les circonstances du drame qui s’est déroulé devant le bâtiment de la Télévision, en octobre 2011 (25 morts, des centaines de blessés, essentiellement de confession copte). À l’image de la quasi-totalité des nominations dans les entreprises d’information nationales, il a été remplacé par Salah Abdel-Maqsud, un des leaders des Frères musulmans.

  • 9 Gonzalez-Quijano 2012b.

18Comme en Tunisie, le secteur privé, pourtant bien présent en Égypte, ne joue pas un rôle de contre-pouvoir. Au niveau régional, une chaîne telle qu’al-Jazeera, engagée, au sens le plus fort du terme, durant les événements qui ont provoqué la chute de Moubarak, soutient désormais totalement le gouvernement au pouvoir. D’une manière tellement caricaturale d’ailleurs qu’elle s’attire, à nouveau à l’image de la situation en Tunisie, les railleries d’un public pourtant totalement acquis à sa cause il y a peu 9. Mais le rôle du secteur privé local est tout aussi limité. Créées dans l’enthousiasme révolutionnaire, de nombreuses sociétés, aussi bien dans la presse écrite que dans le secteur audiovisuel, ont rapidement disparu, ou bien ont été rachetées. En effet, le nouveau contexte politique n’a pas véritablement modifié la donne et, dans l’Égypte post-Moubarak, le business de l’information reste entre les mains d’acteurs clés dont l’assise financière est relayée par un investissement politique (ou bien tout simplement le relais de ce dernier) : la chaîne al-Hayat est ainsi la propriété de l’actuel dirigeant du parti Wafd ; ONTV, aujourd’hui achetée par le milliardaire tunisien Tarek Ben Ammar, était financée par le milliardaire libéral Naguib Saouiris, mécène du parti al-Masriyyin al-Ahrar (Parti des Égyptiens libres). Comme au temps du régime précédent, le pouvoir actuel n’a guère de difficulté à rappeler à l’ordre des médias sur lesquels il lui est facile d’exercer toutes sortes de pressions administratives, juridiques, économiques, techniques et même sécuritaires : censure d’émissions, éviction de journalistes, retrait des autorisations d’émettre, blocus de la cité des médias, brouillage des fréquences, descente de baltagiyyas, ces voyous bien souvent exécuteurs des basses œuvres du régime, etc.

19Après l’enthousiasme des premiers jours, force est de constater, en Tunisie comme en Égypte mais à la vérité dans toute la région, que le Printemps arabe n’a pas apporté de changement radical au modèle économique qui continue à dominer les médias locaux : faute de rentrées publicitaires suffisantes (sauf dans les pays de la Péninsule arabique, et encore) et en l’absence d’un lectorat payant susceptible de leur assurer une réelle autonomie, les entreprises de presse, en particulier dans l’audiovisuel où les investissements sont beaucoup plus importants, continuent à fonctionner à fonds perdus. Leur existence, par conséquent, dépend entièrement, tantôt de la manne publique (directement ou indirectement, par le jeu des subventions indirectes via la publicité ou les tarifs de la distribution notamment), tantôt de la manne privée laquelle est, pratiquement toujours, étroitement liée à la scène politique, aussi bien officielle qu’officieuse (familles princières par exemple) ou encore d’opposition (acteurs politiques, locaux, régionaux ou internationaux intéressés à la diffusion de leur message). Un état de fait qui ne se limite pas, loin s’en faut, au seul secteur de l’information ; la situation des très nombreuses chaînes religieuses, mais également celles qui sont spécialisées dans le sport ou encore le divertissement montre que ce n’est pas seulement le secteur de l’information, mais bien l’ensemble du système médiatique qui est dominé par les enjeux de puissance entre les grands acteurs arabes.

20En conséquence, Printemps arabe ou non, on verra se prolonger, et éventuellement s’aggraver, la situation de déséquilibre qu’ont créée, depuis les dernières décennies du siècle passé, les investissements massifs dans les industries médiatiques arabes des fortunes du Golfe, privées, publiques et para-publiques. À la seule différence près que ces grandes manœuvres financières s’étendent désormais aux médias sociaux et à l’information en ligne, dans le cadre d’une évolution qui voit se développer des investissements croisés entre des investisseurs locaux et étrangers (à l’image des accords passés entre le tycoon australien Rupert Murdoch et le prince saoudien Walid Ibn Talal, lui-même investisseur important dans le capital de Twitter).

21Impossible par conséquent d’attendre – voire d’espérer ! – le moindre changement ? Oui, sans doute, si l’on se place du point de vue de la production d’une information soumise au bon vouloir des forces politiques à l’échelon national, régional et même international. À terme, pourtant, le passage toujours plus massif des entreprises de presse au numérique ne peut manquer d’accélérer une évolution qui déborde la sphère étroite du politique pour gagner la sphère publique à travers de nouveaux formats qu’un chercheur comme Marwan Kraidy réunit sous le terme de reality television (Kraidy 2010). En multipliant les liens avec ce qui se diffuse désormais sur l’internet arabe, cette nouvelle médiasphère arabe possède une dynamique en propre qui élargit sans cesse les termes d’un débat public où la jeunesse arabe, notamment dans sa composante féminine, est de plus en plus aussi bien juge que partie. Matrice des mutations des sociétés arabes qu’ont mises au jour les événements de ces deux dernières années, cette nouvelle médiasphère n’a pas fini de vibrer, en harmoniques sans nul doute souvent discordantes, aux ondes de choc du Printemps arabe.

Bibliographie

Bibliographie

« Lectures thématiques », Revue française de science politique, 5/2012, vol. 62, p. 915‑939 [En ligne] www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-915.htm. Adresse visitée au 31/01/2013 comme toutes celles qui suivent.

Achcar Gilbert 2013, Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe, Paris, Actes Sud (Sindbad).

Anhri 2012, The Crime of Insulting the President, a Crime of an Authoritarian Regime [Le Caire, 2012] [En ligne] http://www.anhri.net/en/?p=10908

Ben Gharbia Mohammed 2010, « The Internet Freedom Fallacy and the Arab Digital Activism », Nawaat, 27 septembre 2010 [En ligne] http://nawaat.org/portail/2010/09/17/the-internet-freedom-fallacy-and-the-arab-digital-activism/

Burris Greg 2011, « Lawrence of E-rabia: Facebook and the new Arab revolt », Jadaliyya, 17 octobre 2011 [En ligne] http://www.jadaliyya.com/pages/index/2884/lawrence-of-e-rabia_facebook-and-the-new-arab-revo

Debray Régis 2000, Introduction à la médiologie, Paris, Gallimard.

Gladwell Malcolm 2010, « Small Change. Why the revolution will not be tweeted », The New Yorker, 4 octobre 2010, [En ligne] http://www.newyorker.com/reporting/2010/10/04/101004fa_fact_gladwell

Gonzalez-Quijano Yves 2011, « Tunisie : les ‘salafistes’ à l’attaque de Nessma TV », Culture et politique arabes, 11 octobre 2011 [En ligne] http://cpa.hypotheses.org/2991

Gonzalez-Quijano Yves 2012a, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Paris, Actes Sud (Sindbad).

Gonzalez-Quijano Yves 2012b, « Et l’étoile d’Al-Jazîra a pâli », Le Monde diplomatique, mai 2012 [En ligne] http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/GONZALEZ_QUIJANO/47701

Guaaybess Touriya 2011, Les médias arabes. Confluences médiatiques et dynamiques sociales, Paris, CNRS éditions.

Kraidy Marwan 2010, Reality Television and Arab Politics. Contention in Public Life, New York, Cambridge U.P.

Lynch Marc 2006, Voices of the New Arab Public. Iraq, al-Jazeera, and the Middle East Politics Today, New York, Columbia U.P.

Mellor Noha, Rinnawi Khalil, Dajani Nabil et Ayish Muhammad. I. 2011, Arab Media, Cambridge (UK), Polity Press.

Morozov Evgeny 2011, The Net Delusion. The Dark Side of the Internet Freedom, New York, Public Affairs.

Reporters sans frontières, Classement mondial de la liberté de la presse 2013. [En ligne]  http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html

Winkin Yves 2000, Anthropologie de la communication, Paris, Le Seuil.

Notes

1 Voir par exemple « Lectures thématiques », Revue française de science politique, 2012.

2 La remarque vaut pour l’ouvrage que l’auteur de ces lignes a publié en octobre 2012 aux éditions Actes Sud/Sindbad sous le titre Arabités numériques. Le printemps du Web arabe.

3 Reporters sans frontières, Classement mondial de la liberté de la presse 2013.

4 « Une médiasphère est un système dynamique d’écosystèmes complexes réorganisés par et autour d’un média dominant (simple), généralement le dernier en date. » (Debray 2000, p. 51).

5 L’écrivain Abdul-Rahman Mounif racontait ainsi, bien plus tard, combien une personnalité comme lui, pourtant privilégiée par bien des aspects, avait dû batailler pour l’obtention d’une télécopieuse à son domicile, dans la Syrie de Hafez al-Assad !

6 À la notable exception de la radio – on pense ainsi à la Voix des arabes (Sawt al-Arab) – qu’il n’est pas possible d’étudier dans les limites de cette contribution.

7 Gonzalez-Quijano 2012a, p. 43.

8 ANHRI, The Crime of Insulting the President, a Crime of an Authoritarian Regime http://www.anhri.net/en/?p=10908

9 Gonzalez-Quijano 2012b.

Auteur

Enseignant-chercheur à l’Université Lumière-Lyon 2 et au GREMMO

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable