Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Deuxième partie : Le systeme juridictionnel iraqien

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1  Voir les références données en introduction.

1Une institution étatique ne se caractérise pas uniquement par la subordination de ses acteurs à l’autorité souveraine, mais également par son fonctionnement au niveau local et par son intégration à une structure élargie. Les procédures judiciaires sont aujourd’hui assez bien connues, ainsi que le rôle des auxiliaires participant quotidiennement à l’exercice de la justice 1. Les cadis d’Iraq étant ici considérés comme acteurs d’un système politique et administratif, il convient d’examiner les unités macroscopiques qui le composent, ainsi que les relations horizontales les rattachant l’une à l’autre.

2À l’aurore de la période abbasside, Ibn al-Muqaffaʿ constatait la diversité juridique qui prévalait en Iraq. Les Abbassides tentèrent de réformer le système judiciaire par la centralisation des nominations et par la mise en œuvre progressive d’une politique favorable à certains courants juridiques, aboutissant au cours du iiie/ixe siècle à une polarisation de la diversité iraqienne autour de trois ou quatre écoles principales. Cette unification relative, cependant, n’impliquait pas nécessairement l’homogénéité du système judiciaire. Dans quelle mesure la justice étatique couvrait-elle le territoire iraqien, voire l’ensemble du dār al-islām ? À travers ses attributions judiciaires et extrajudiciaires, le cadi était un des principaux garants de l’islamité de la communauté. L’élaboration de la norme juridique résultait surtout de la réflexion privée des fuqahā’, qui étaient loin de tous exercer une charge judiciaire et qui orientaient l’évolution de la société par leur enseignement ou leurs fatwā-s. Ces dernières, pourtant, n’avaient pas de caractère contraignant. Lorsqu’un problème apparaissait et qu’un litige s’ensuivait, seul le cadi jouissait de l’autorité permettant d’imposer une solution conforme au droit, en vertu du caractère performatif de son jugement. La norme était islamique, mais son application contraignante était étatique. Poser la question de l’espace sur lequel s’appliquait l’autorité du cadi revient donc à s’interroger sur l’étendue du contrôle étatique abbasside à l’intérieur d’un territoire donné.

3Les circonscriptions des cadis iraqiens doivent ainsi être définies, afin de voir dans quelle mesure la province d’Iraq était soumise à un exercice étatique de la justice. La couverture judiciaire d’un territoire résulte non seulement de l’étendue géographique des districts, mais également de la continuité de l’institution, tant dans l’espace que dans le temps, à travers les relations qui unissent ses acteurs et qui en font un ensemble organisé et cohérent. Le système judiciaire iraqien, comme nous le verrons, reposait sur une structure hiérarchique dans laquelle Bagdad en vint à jouer un rôle primordial, notamment pour promouvoir et redistribuer les cadis de la province. Il faudra donc observer la place spécifique tenue à l’intérieur de la capitale par le milieu de la cour, centre nerveux de l’administration judiciaire abbasside.

Notes

1  Voir les références données en introduction.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable