Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Première partie. Les ondes de choc régionales et internationales des révolutions arabes

Chapitre 4. La Russie face aux révoltes libyenne et syrienne

Des enjeux jugés majeurs, une politique défensive

Anne de Tinguy

Résumé

Résumé : Face aux soulèvements dans le monde arabe, la Russie a glissé d’une attitude de compréhension à une prise de distance avec les stratégies adoptées par la majorité des États occidentaux et arabes, d’abord dans le cas libyen mais surtout dans le dossier syrien. Dans ses choix, la diplomatie russe est aussi bien guidée par des considérations stratégiques régionales (appui à un partenaire de longue date, ventes d’armes, facilités navales à Tartous, peur d’avoir à ses frontières un « second Afghanistan » …) que par des enjeux internationaux majeurs : estimant que la protection de la souveraineté est un facteur essentiel de la stabilité de l’ordre international, les dirigeants russes refusent toute idée de changement de régime imposé de l’extérieur. N’entendant pas se laisser influencer comme dans le cas libyen, ils veulent contenir l’extension de la zone d’opération de l’OTAN et dissuader toute initiative susceptible de créer un précédent. Pour l’heure, au début de 2013, dans l’affaire syrienne, la Russie apparaît isolée et sa politique a pu être jugée contreproductive : le conflit continue à s’enliser et le nombre de victimes à augmenter. Aux yeux de certains, elle ne va pas dans le sens de ses intérêts, qui devraient, dans le domaine économique, la pousser à nouer des coopérations avec les monarchies du Golfe.

Abstract: Challenged by the uprisings in the Arab World, Russia has changed its attitude toward the Arab Spring. After having understood and in a way supported the revolutions in Tunisia and Egypt, the Russian government started to disagree with European, Arab, and US policies towards and analysis of the Arab Spring in other countries. Russian officials expressed their disagreement first in the Libyan case and then more clearly in the Syrian case. Two kinds of reasons can explain the evolution of the Russian diplomacy. First, regional reasons: Syria is a long-standing ally of Russia in the Middle East that buys Russian weapons and allows Moscow to use the Tartous naval base. Second, international factors: after the NATO intervention in Libya, the Russian leaders refused any kind of political change from outside and an expansion of NATO’s areas of operation; they are convinced that national sovereignties should be protected as they guarantee the stability of the international order. At the start of 2013 with regards to the Syrian war, Russia seemed isolated; its policy was considered counterproductive. As the war is still harming Syria and its people, some analysts stress a paradox in Russian diplomacy: namely, the fact that by supporting Assad’s regime, Moscow may be not following its own economic interests, which should in fact lead this country to form stronger partnerships with the Gulf monarchies.

Texte intégral

1Le pouvoir russe a analysé les crises libyenne et syrienne comme des défis majeurs à l’influence de la Russie dans la vie internationale. Dans un premier temps, il a fait des soulèvements en Tunisie, en Égypte et en Libye, des analyses proches de celles de ses partenaires occidentaux. Au moment de l’intervention en mars 2011 en Libye, après s’être abstenu lors du vote de la résolution 1973 au Conseil de sécurité des Nations Unies, il change d’attitude. Il critique vivement cette opération, puis prend sur la question syrienne des positions différentes de celles d’une large partie de la communauté internationale, faisant usage à trois reprises de son droit de veto à l’ONU. Bien qu’il se défende d’être le protecteur de Bachar al-Assad, il est considéré comme tel dans les pays occidentaux et dans nombre de pays du Moyen-Orient et à ce titre comme co-responsable des massacres perpétrés et de l’inaction de l’ONU. Après avoir rappelé les positions prises par les autorités russes entre 2011 et début 2013, nous tenterons de comprendre les causes et le sens de leur politique, en particulier de leur engagement aux côtés du régime syrien. Nous nous interrogerons ensuite sur les répercussions que celle-ci pourrait avoir pour la Russie.

De la Libye à la Syrie : l’évolution des positions russes

2Surpris, comme les Occidentaux, par l’ampleur des événements dans le monde arabe, les dirigeants russes les analysent dans un premier temps comme des mouvements spontanés, ils privilégient des explications internes et condamnent les violences contre les civils. Le 26 janvier 2011, à Davos, le président Medvedev déclare que « ce qui est arrivé en Tunisie est une sérieuse leçon pour tout gouvernement ». Là comme ailleurs, « les gouvernements doivent écouter ce que disent les populations » 1. Le 4 mars, dans une interview à la radio Ekho Moskvy, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères, évoque « une explosion populaire, spontanée » liée aux conditions économiques et à des pouvoirs autoritaires qui depuis des décennies n’ont pas su évoluer.

Libye : de l’abstention au Conseil de sécurité à la critique de l’intervention

3Au Conseil de sécurité, la Russie s’associe aux premières condamnations du régime libyen. Le 26 février 2011, elle vote la résolution 1970 qui évoque « des crimes contre l’humanité », décide un embargo sur les exportations d’armes à la Libye et un certain nombre de sanctions à l’égard des dirigeants libyens. Dans les jours qui suivent, Sergueï Lavrov redit que le recours à la force des autorités contre des civils est « inacceptable » et se félicite de l’unanimité lors du vote de la résolution 1970. Le 17 mars, la Russie s’abstient lors du vote de la résolution 1973 qui instaure une zone d’exclusion aérienne « pour protéger les populations et zones civiles menacées d’attaques ». La « responsabilité de protéger les civils » est au cœur de ce texte dont la rédaction est complexe, mais dont le sens ne fait guère de doute : en autorisant « toutes mesures nécessaires », il ouvre la voie au recours à la force contre Kadhafi. Trois jours plus tard, le président Medvedev justifie à nouveau l’abstention de la Russie : « tout ce qui est arrivé en Libye est le résultat du comportement absolument intolérable des dirigeants libyens et des crimes qu’ils ont commis contre leur peuple ». Cette position n’a pas fait l’unanimité à Moscou : au sein du MID, le ministère des Affaires étrangères, certains, dont l’ambassadeur à Tripoli, n’y étaient pas favorables. Ce qui a probablement décidé le pouvoir à préférer l’abstention au veto, c’est l’appel le 12 mars de la Ligue arabe en faveur de la zone d’exclusion aérienne ; c’est aussi le souci de ne pas compliquer le dialogue avec Washington au moment où l’administration Obama relançait leur relation ; c’est enfin la décision de la Chine de s’y associer (Dannreuther 2011, p. 2‑3 ; Levesque 2012 ; Shumilin 2013).

  • 2 Déclaration du président Medvedev « sur la situation en Libye », 21 mars 2011, www.kremlin.ru

4L’attitude de la Russie change dès le début de l’intervention en Libye qui coïncide avec celui du soulèvement en Syrie. Le 21 mars, Vladimir Poutine qualifie la résolution 1973 de « déficiente et préjudiciable », la compare à un « appel aux croisades du Moyen Âge » et accuse la coalition occidentale d’envahir « un État souverain ». Fait inhabituel, l’expression publique de désaccords entre les deux hommes étant rare, le président Medvedev se démarque quelques heures plus tard de cette déclaration qualifiée « d’inacceptable » : « il n’est pas possible, dit-il, d’utiliser des expressions qui pourraient se référer à un choc des civilisations et de parler de croisades » 2. Divergence ou répartition des rôles ? Quoi qu’il en soit, à partir de là, les critiques russes sont incessantes. La Russie rappelle « le caractère exclusivement humanitaire de la résolution 1973 », elle reproche aux États membres de l’OTAN d’en avoir eu « une large interprétation » qui est « inacceptable » et d’avoir ce faisant « grossièrement violé le mandat donné par le Conseil de sécurité ». « Une bonne résolution a été transformée en un chiffon de papier pour couvrir une opération militaire inutile », affirme Dmitri Medvedev le 20 juin dans une interview au Financial Times ajoutant que s’il avait su que la résolution serait utilisée « pour bombarder la Libye, (il) aurait certainement donné des instructions différentes aux diplomates russes aux Nations unies ». Le concept de « responsabilité de protéger » est dès lors au cœur du débat. Le 10 octobre, dans une interview à Profil, Sergueï Lavrov évoque à propos de « ce qu’on appelle “le printemps arabe” », une « collision entre des approches conceptuelles différentes ». « Il y a, dit-il, un groupe de pays, en particulier occidentaux, et certains régimes arabes qui estiment que ce concept doit s’appliquer de façon universelle lorsque les peuples commencent à manifester leur mécontentement et que les autorités utilisent la force pour restaurer l’ordre ». La Russie, explique le ministre, en a une autre conception : « nous sommes complétement opposés à tout acte de violence contre des populations civiles… Mais nous estimons que la liberté a des limites… Autrement il n’y aura pas de liberté mais de l’anarchie… Notre objectif principal est d’assurer le respect du droit international. Et celui-ci exige que les litiges soient résolus par des voies pacifiques ».

  • 3 Déclaration de D. Medvedev lors d’une rencontre avec Angela Merkel, citée par Levesque 2012. 

5Pendant les opérations en Libye, les dirigeants russes continuent à dénoncer ce qu’ils estiment être les nombreuses violations des résolutions du Conseil de sécurité par l’Alliance atlantique et à déplorer les pertes civiles. Parallèlement, ils tentent, sans résultat, des médiations. Dmitri Medvedev dépêche entre autres à la mi-juin son envoyé spécial à Tripoli, Mikhaïl Marguelov. Le 19 juillet, il affirme encore « réalisable, un compromis entre les rebelles et les partisans de Kadhafi » 3. Le 22 août, la Russie prend acte de la prise de Tripoli par les insurgés. Elle ne reconnaît cependant le Conseil National de Transition que le 1er septembre, juste avant la « Conférence des amis de la Libye » qui se réunit ce jour-là à Paris pour préparer l’après Kadhafi.

Syrie : l’engagement quasi inconditionnel aux côtés de Bachar al-Assad

6C’est dans ce contexte qu’est définie la politique russe en Syrie, État avec lequel la Russie a des liens de longue date. Tout en affirmant reconnaître la nécessité de changements politiques, les autorités russes s’engagent fortement aux côtés du pouvoir syrien.

7Les Occidentaux désignent explicitement Bachar al-Asssad comme responsable des violences qui ont débuté en Syrie en mars 2011 et dont le bilan humain est lourd (en deux ans, selon les estimations onusiennes, quelque 70 000 victimes, un million de réfugiés et des millions de déplacés à l’intérieur du pays), ils appellent à des sanctions contre le régime syrien, puis réclament le départ de Bachar al-Assad et reconnaissent, dès sa formation en novembre 2012, la Coalition nationale des forces révolutionnaires et d’opposition comme le représentant légitime du peuple syrien. La Turquie, les monarchies du Golfe et plusieurs autres États du Moyen-Orient sont sur les mêmes positions. Certains, dont des monarchies du Golfe, soutiennent en outre militairement l’opposition syrienne. La Ligue arabe suspend le 12 novembre 2011 la participation de la Syrie. L’Organisation de coopération islamique, au sein de laquelle l’Iran est désormais l’un des seuls soutiens de Damas, prend la même décision le 15 août 2012.

  • 4 Voir entre autres les interviews de D. Medvedev le 20 juin 2011 au Financial Times et de S. Lavrov (...)
  • 5 Procès verbal de la réunion du 4 octobre 2011 du Conseil de sécurité des Nations Unies SC/10403.

8Le pouvoir russe s’associe aux « condamnations de l’utilisation de la force contre les civils par le gouvernement syrien » et « affirme ne pas défendre le régime de Bachar al-Assad ». Mais il refuse de considérer que celui-ci est seul responsable des violences. L’opposition l’étant, à ses yeux, également, il s’oppose à toute sanction ou menace de sanction et pression sur Damas et rejette tout appel à la démission de Bachar al-Assad comme précondition à des négociations de paix 4. Cette position l’amène à trois reprises à faire usage de son droit de veto au Conseil de sécurité. Le 4 octobre 2011, la Russie bloque un projet de résolution qui prévoit des sanctions, ce qui, déclare Vitali Tchourkine, l’ambassadeur de Russie aux Nations Unies, « serait contraire au principe du règlement pacifique de la crise sur la base d’un véritable dialogue syrien » 5. Le 4 février, puis une troisième fois le 19 juillet 2012, elle fait à nouveau usage de son droit de veto. Le 3 août, elle vote en outre contre une résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies qui appelle à « une transition politique ». Vitali Tchourkine y voit un soutien à la rébellion.

  • 6 Interviews de S. Lavrov le 21 septembre 2011 à Rossiïskaia Gazeta, le 10 octobre 2011 à Profil, le (...)
  • 7 Intervention de V. Tchourkine au Conseil de sécurité le 4 octobre 2011 ; communiqués de presse du M (...)

9Ce que propose continûment le gouvernement russe, c’est un dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition menant à la réconciliation et à la réforme : des « négociations avec la participation de toutes les parties, sans précondition et sans ingérence extérieure constituent, dit-il, la seule voie acceptable pour sortir de la crise ». « L’alternative, c’est la guerre civile », affirme Sergueï Lavrov le 21 septembre 2011, en reprochant alors et par la suite aux Occidentaux de « chercher à persuader l’opposition de refuser tout dialogue avec les autorités » 6. Aux yeux des dirigeants russes, il y a deux oppositions : d’un côté des « provocateurs », des « extrémistes » « qui commettent des atrocités contre ceux qui respectent les forces de l’ordre », « une opposition radicale qui s’appuie sur des tactiques terroristes, au mépris du droit et en espérant recevoir un appui étranger » ; de l’autre, des « forces constructives » prêtes au dialogue avec le pouvoir 7.

  • 8 Communiqués du MID 30 août, 27 septembre, 11 et 27 octobre 2011 ; interview de S. Lavrov à Euronews(...)
  • 9 Interviews de S. Lavrov le 5 novembre à al-Ahram et le 19 décembre 2012 à Euronews et conférence de (...)

10En cherchant à s’appuyer sur ces dernières, le Kremlin tente à plusieurs reprises de se poser en médiateur. En janvier 2012, il nomme Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre des Affaires étrangères, envoyé spécial en Syrie, avec pour mission d’œuvrer à « une réconciliation nationale ». Le 7 février 2012 il dépêche Sergueï Lavrov à Damas. La Russie établit aussi des contacts avec l’opposition, recevant à plusieurs reprises des personnalités favorables au dialogue avec les autorités 8. Elle soutient par ailleurs la mission de paix de Kofi Annan, émissaire des Nations Unies et de la Ligue arabe, qui débouche en avril 2012 sur la création d’« une mission de supervision des Nations Unies en Syrie », le plan adopté à Genève le 30 juin 2012 ainsi que celui présenté en décembre suivant par Lakhdar Brahimi, nouvel émissaire international en Syrie. Ces initiatives sont toutes des échecs, les tentatives de négociation butant entre autres sur la question de la démission préalable de Bachar al-Assad à laquelle Moscou s’oppose. Une sortie de crise ne peut venir, affirme-t-elle, que d’un dialogue entre toutes les parties, sans « ingérence extérieure dans les affaires intérieures de la Syrie ». Ce souci la conduit à refuser de reconnaître la Coalition Nationale des forces révolutionnaires et d’opposition syrienne et à vivement critiquer la décision des États qui l’ont reconnue, cherchant néanmoins à la fin de 2012 à entrer en contact avec ses dirigeants 9. Sans succès dans un premier temps.

  • 10 Interviews de S. Lavrov à al-Ahram 5 novembre 2012 et à la BBC, 7 mars 2013.

11La Russie n’apporte pas seulement à Damas un soutien politique et diplomatique. Fournisseur d’armes traditionnel de la Syrie depuis la période soviétique, elle continue à lui livrer des matériels militaires, redisant en février 2013 qu’elle entend respecter ses obligations contractuelles. Officiellement, il s’agit avant tout de matériels défensifs livrés dans le cadre de contrats signés antérieurement. Des conseillers russes sont en outre présents sur le terrain. Des mouvements de la marine russe, notamment en décembre 2011 (plusieurs bâtiments de guerre, conduits par l’unique porte-avions russe, sont un moment déployés au large du port syrien de Tartous) et en janvier 2013, sont par ailleurs perçus comme des manifestations de soutien à Damas (Isachenkov 2013 ; Filiu 2013, p. 209 et 273) 10.

  • 11 www.mospat.ru, site officiel du département des Affaires extérieures du Patriarcat de Moscou.

12Relayée par les médias (qui sont pour la plupart contrôlés par le pouvoir), la position des autorités est largement suivie en Russie. Si l’on en juge par les résultats de sondages conduits par le Centre d’étude de l’opinion publique Levada en avril 2011 et en février 2012, elle est approuvée par une grande partie de la population (www.levada.ru). Et elle bénéficie de soutiens actifs comme celui de l’industrie de défense, en particulier de Rosoboronexport, l’entreprise d’État en charge des exportations d’armes, et de l’Église orthodoxe, qui est proche du pouvoir, très présente dans la sphère publique et qui apporte fréquemment son appui à la diplomatie russe. À l’invitation du Patriarcat d’Antioche avec lequel le Patriarcat de Moscou entretient des relations nourries, le patriarche Kirill fait en novembre 2011 à Damas une visite qu’il qualifie « de paix » au cours de laquelle il est reçu par Bachar al-Assad. Par la suite, le Patriarcat dénonce les « immenses dommages » portés aux chrétiens de Syrie et leur apporte une aide multiforme qui transite par le Patriarcat d’Antioche 11. La politique du gouvernement est cependant parfois contestée soit, pour reprendre la classification du politologue russe Dmitri Trenine, par des « conservateurs » et des « ultranationalistes » qui souhaitent que la Russie soit encore plus ferme face aux États-Unis, soit par des « libéraux » qui estiment qu’elle va à l’encontre des intérêts du pays (Trenine 2013, p. 23‑24). Des intellectuels réputés – comme l’économiste Vladislav Inozemtsev, le spécialiste de l’islam en Russie Alexey Malashenko ou celui du Moyen-Orient Vitaly Naoumkine – se montrent très critiques. Certains demandent que la politique étrangère soit définie en tenant compte en priorité de l’impératif de modernisation interne, ce qui au Moyen Orient pourrait entre autres se traduire par une relance des liens économiques et commerciaux avec les riches monarchies du Golfe – ventes d’armes, investissements (Malashenko 2012a et 2012b ; Inozemtsev 2012 ; Naoumkine 2012).

Pourquoi un tel engagement aux côtés du régime syrien ?

13Pourquoi la Russie s’engage-t-elle aussi fortement aux côtés d’un régime mis au ban d’une large partie de la communauté internationale ? Les facteurs d’explication sont nombreux. Certains ne sont qu’indirectement liés au dossier syrien.

La Syrie au cœur de la quête d’influence de la Russie au Moyen-Orient

14La Syrie est aujourd’hui le premier point d’appui de la Russie au Moyen-Orient. Que Moscou soit désireuse de protéger ses intérêts dans ce pays et par là ses positions dans la région contribue à expliquer sa politique.

  • 12 Interview de S. Lavrov à Rossiïskaia Gazeta, 21 septembre 2011.

15Depuis le milieu des années 2000, la Russie cherche à retrouver de l’influence dans une région où l’URSS a longtemps été très présente, mais dont elle s’était en partie désintéressée après l’effondrement de l’Union soviétique (Nizameddin 2013 ; Kreutz 2007 ; Carrère d’Encausse 1976). Vladimir Poutine a multiplié les initiatives, faisant valoir que les millions de musulmans que compte la Russie la placent naturellement en position de médiateur entre le monde musulman et l’Occident (de Tinguy 2008 ; Malashenko 2008). Malgré la guerre en Tchétchénie, elle s’est rapprochée de l’Organisation de la Conférence Islamique. Elle a noué ou renoué des relations avec l’Égypte et la Jordanie, l’Algérie et le Maroc, l’Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats Arabes Unis… Elle a continué à entretenir avec l’Iran une coopération qui s’était développée à partir de 1989, elle a parallèlement réussi à conforter sa relation avec Israël rétablie grâce à l’immigration en 1990‑1991, tout en s’engageant aux côtés du Hamas après la victoire de celui-ci lors des élections de 2006. Elle a mis en place de nouveaux instruments d’influence (diffusion en arabe à partir de 2007 de Russia Today, la chaîne de télévision en continue créée en 2005 à destination de l’étranger, et relance en 2009 de la version arabe du journal Les Nouvelles de Moscou). Cette politique a aussi visé la Syrie qui est, déclare Sergueï Lavrov le 21 septembre 2011, « la pierre angulaire de l’architecture moyen-orientale dont dépend largement le maintien de la paix et de la sécurité au Moyen-Orient » 12.

  • 13 Rapprochement égypto-américain de 1973, abrogation du traité d’amitié soviéto-égyptien en 1976.

16La Syrie est un partenaire de longue date. Du temps de l’URSS, elle avait pris une importance particulière après la défection de l’Égypte 13 qui avait été à partir du milieu des années 1950 le premier et le principal point d’appui de cette dernière au Moyen-Orient. Pendant longtemps, l’URSS a été le grand fournisseur d’armes de la Syrie avec laquelle les liens étaient nourris (présence sur le sol syrien de milliers de conseillers et techniciens militaires soviétiques, formation de nombreux Syriens dans les universités ou les académies militaires soviétiques, mariages mixtes). Après 1991, la coopération continue. Lorsqu’il est ministre des Affaires étrangères (1996‑1998), Evgueni Primakov se rend trois fois en Syrie et Hafez al-Assad est reçu à Moscou en 1999. Les rapports ne sont pas dénués de tout problème – le Kremlin n’a pas toujours soutenu Damas, du moins autant que celui-ci l’aurait souhaité, sur la question libanaise, il ne lui a pas non plus accordé tous les armements demandés –, mais ils sont bons. Bachar al-Assad est reçu à Moscou en janvier 2005, en décembre 2006, puis en août 2008. Et en mai 2010, il accueille à Damas le président Medvedev : c’est la première visite d’un chef d’État russe. Lors de la rencontre de 2005, Moscou accepte d’effacer les trois quarts des dettes de la Syrie (13,4 milliards de $). Pour la Russie, celle-ci est un partenaire utile : elle a des liens étroits avec l’Iran et lui a souvent apporté un soutien diplomatique – notamment sur la Tchétchénie ou lors de la guerre en 2008 avec la Géorgie (Kreutz 2010, p. 12 et suivantes ; Glasman 2012 ; Levesque 2012). La Russie a, en outre, dans ce pays, où continuent à résider de nombreux Russes, de multiples intérêts. À un moment où le pouvoir considère à nouveau officiellement l’outil militaire, dont il a entrepris la modernisation, comme un instrument de puissance, les facilités navales dont la Russie a héritées en 1991 à Tartous représentent un atout stratégique d’importance, non pas tant en raison du rôle que joue aujourd’hui ce port dans sa politique, mais des capacités de projection dont celui-ci pourrait lui permettre de se doter. Les mouvements de bâtiments russes au large de la Syrie en 2012‑2013, en particulier les exercices faits en janvier 2013 en Méditerranée orientale par des bâtiments venant des quatre flottes russes, les plus grands depuis la chute de l’URSS, sont une nouvelle manifestation de l’attention renouvelée que la Russie porte à ses intérêts maritimes. Petite base logistique dont les infrastructures sont modernisées et élargies depuis 2009, la seule dont dispose la Russie en Méditerranée, Tartous renforce significativement ses capacités opérationnelles dans la région en permettant à sa flotte d’atteindre plus facilement la Corne de l’Afrique et l’Océan Indien (Delanoë 2013 p. 4‑6 ; Synovitz 2012).

17La Syrie est en outre un marché appréciable pour son industrie de la défense qui a perdu en Libye d’importants contrats. Principal fournisseur d’armes de ce pays du temps de l’URSS, la Russie l’est restée après 1991. Et c’est entre autres pour relancer les commandes syriennes que Moscou a accepté en 2005 d’effacer une grande partie de ses dettes. Sur la période 2007-2011, au total près de 80 % des nouveaux armements syriens sont russes. À la fin de 2010, la Syrie représente 8 % des commandes passées à Rosoboronexport (3,6 milliards $). Les protestations israéliennes ont parfois conduit le gouvernement russe à geler des contrats ; tous n’ont pas pour autant été abandonnés (c’est notamment le cas de ceux portants sur la livraison de missiles anti-aériens S‑300). Pour l’essentiel, la Russie a honoré les contrats signés. Et la coopération militaire est à l’origine de nombreux liens entre officiers syriens et russes, qui seraient quelques centaines, voire des milliers à résider à ce titre en Syrie (Makienko 2013, p. 363-364 ; Delanoë 2013, p. 2‑3 ; Financial Times 13 juin et 12 octobre 2012). En dehors des ventes d’armes, les liens économiques entre les deux pays sont limités. Depuis 2005, la Russie a néanmoins fait plusieurs investissements conséquents dans l’industrie syrienne, notamment dans le domaine énergétique (contrats portant sur l’exploration et l’exploitation de champs gaziers, la construction près de Homs d’une usine de traitement du gaz, celle d’un gazoduc…) (Delanoë 2013, p. 6 ; Kreutz 2010, p. 9).

Un élément de la politique occidentale de la Russie

18Les objectifs que Moscou poursuit au Moyen-Orient ne sont pas les seuls facteurs explicatifs de sa politique. La Russie a analysé le dossier syrien à travers le prisme de ses intérêts globaux : ce dossier ne peut notamment être dissocié de sa politique occidentale.

  • 14 Interventions de V. Tchourkine le 4 octobre 2011 au Conseil de sécurité, de S. Lavrov à la Conféren (...)

19La crise syrienne intervient à un moment où les responsables russes semblent avoir conclu à la nécessité de redéfinir leurs rapports avec les Occidentaux. À la fin des années 1990 et au fil de la décennie qui suit, leur capacité à influencer les politiques occidentales a été mise à mal à plusieurs reprises dans des dossiers qu’ils jugent essentiels (élargissement à l’est de l’Alliance atlantique, intervention de l’OTAN au Kosovo, puis celle des États-Unis et de la Grande-Bretagne en Irak, politiques américaine et européenne dans l’espace postsoviétique, en particulier en Ukraine et en Géorgie, programme américain de défense anti-missile). Estimant que leur pays n’est pas traité « d’égal à égal » (selon l’expression régulièrement utilisée par Vladimir Poutine) et qu’il n’est pas associé à la prise de décisions qui le concernent directement, ils n’entendent plus, sans réagir, se voir imposer des décisions auxquelles ils sont hostiles. La coopération avec les Américains et les Européens reste fondamentale et les dirigeants russes souhaitent la développer chaque fois qu’elle correspond aux intérêts russes. Mais lorsqu’ils estiment que ceux-ci ne coïncident pas avec ceux des Occidentaux, ils cherchent à s’imposer, si besoin est en s’opposant (de Tinguy 2013). C’est ce qu’ils font en Syrie. Leur réaction est d’autant plus forte qu’ils ont l’impression d’avoir été piégés en Libye : ils estiment qu’une fois de plus ils n’ont été ni écoutés ni associés à la décision par les Occidentaux qui ont outrepassé le mandat qui leur avait été donné par le Conseil de sécurité. Le fait que l’opération libyenne se soit faite sous bannière de l’OTAN ajoute à leur indignation et ils redoutent que les crises libyenne et syrienne soient une opportunité ou un prétexte pour l’Alliance atlantique pour continuer à étendre sa zone d’influence et d’opérations (Trenine 2013, p. 12) 14. Dès lors, ils sont décidés à refuser tout ce qui pourrait s’apparenter à une répétition du scénario libyen. En se démarquant des États-Unis et des Européens, en s’opposant avec l’appui de Pékin à des sanctions qui pourraient éventuellement déboucher sur un recours à la force « en violation de la souveraineté d’un État », ils indiquent qu’ils n’entendent ni céder aux injonctions des Occidentaux, ni servir de faire-valoir à leur politique, ce qui a été à leur avis le cas en Libye. Ce qu’ils veulent, c’est montrer que la Russie représente une alternative et qu’elle pèse sur la structuration du système international.

L’hostilité de la Russie à un changement de régime imposé de l’extérieur

  • 15 Sur la position russe, voir entre autres l’interview de S. Lavrov à la BBC, 7 mars 2013.

20Aux yeux de Moscou, exiger le départ de Bachar al-Assad est une ingérence inacceptable dans les affaires intérieures d’un État souverain. Son opposition totale sur cette question est un autre facteur explicatif de sa politique, un chercheur américain allant jusqu’à estimer que « le jour où le président Obama a déclaré le 18 août 2011 que “le temps était venu pour le président Assad de partir”, faisant du changement de régime une priorité officielle des États-Unis, la fenêtre pour un terrain commun avec la Russie aux Nations Unies s’est complètement fermée » (Charap 2013, p. 37‑39) 15.

21Cette question est au cœur de la conception que les dirigeants russes ont des relations internationales. En Syrie comme ailleurs, ils s’élèvent contre une remise en question de la souveraineté des États : comme les dirigeants chinois, ils estiment que la protection de la souveraineté est un facteur essentiel de stabilité de l’ordre international (Trenine 2013, p. 14‑16 ; Laidi 2011, p. 57). Formellement, on l’a vu, ils reconnaissent le principe de la responsabilité de protéger, endossé en 2005 par l’Assemblée générale des Nations Unies, qui figure dans les résolutions 1970 et 1973. De fait, la Russie reconnaît aussi que cette responsabilité peut rendre nécessaire une intervention militaire. Lors de la guerre avec la Géorgie en 2008, elle s’est référée à la nécessité de défendre la population d’Ossétie du Sud. Mais, à ses yeux, le Concept de politique étrangère de la Fédération de Russie approuvé par Vladimir Poutine le 12 février 2013 le souligne à nouveau, ce principe ne doit pas servir de « prétexte » à une intervention militaire et « au renversement d’autorités légitimes dans des États souverains ». Une opération militaire, si elle s’avère nécessaire à la protection des civils, n’implique pas le renversement du gouvernement en place ou l’aide à une opposition qui combat celui-ci par les armes. La décision du recours à la force doit en outre, à son avis, être étroitement encadrée. Le 10 octobre 2011, dans une interview déjà citée, Sergueï Lavrov le limite à deux cas : « le droit de se défendre lorsqu’on est attaqué et en cas de décision en ce sens du Conseil de sécurité ». Il estime en outre que le recours à la force doit être mandaté et contrôlé tout au long de l’opération par les Nations Unies qui peuvent ainsi s’assurer de la conformité de la mise en œuvre du mandat donné avec celui-ci.

  • 16 S. Lavrov, réponses aux questions de Rossiïskaia Gazeta et de ses lecteurs, 22 octobre 2012.

22Ce positionnement rejoint des considérations à la fois géopolitiques et internes à la Russie. Les responsables russes soupçonnent les États-Unis de chercher à écarter un gouvernement dont la politique étrangère, notamment le soutien à l’Iran, contredit leurs intérêts : la responsabilité de protéger, affirme Sergueï Lavrov le 22 octobre 2012, est avant tout une couverture pour « un grand jeu géopolitique » et le « reformatage de la carte géopolitique du Moyen-Orient » 16. Ils s’en inquiètent d’autant plus que les interventions conduites par les États-Unis depuis la fin de la guerre froide ont, à leur avis, contribué à déstabiliser le système international. Plus important encore, Vladimir Poutine ne veut pas créer un précédent qui pourrait éventuellement un jour se retourner contre certains de ses partenaires de la CEI, voire contre la Russie elle-même. Depuis les révolutions de couleur en Géorgie et en Ukraine (2003-2004), le Kremlin se méfie des aspirations au changement des sociétés et du soutien apporté par les États occidentaux à la « promotion de la démocratie ». Il reste convaincu que la révolution orange en Ukraine a été avant tout le fruit de manipulations occidentales dont le but était d’affaiblir le pouvoir de la Russie dans ce qu’il considère être sa zone d’influence et il redoute que ces « processus de changement » ne gagnent la Russie. Bien qu’il n’y ait aucun lien entre ces événements, les révolutions arabes, puis la montée des contestations en Russie à la fin de 2011 et au début de 2012 n’ont fait qu’aviver sa méfiance. Lors d’une enquête faite en février 2011 par le Centre Levada, près de quatre personnes sur dix estiment qu’un soulèvement populaire semblable à celui qui se produit alors en Égypte pourrait se produire en Russie. Dans ce contexte, la Syrie permet aux autorités de lancer un message à la fois aux contestataires et aux Occidentaux : elles n’accepteront ni contestation ni ingérence extérieure dans les affaires intérieures russes.

La peur d’une déstabilisation régionale

23Les dirigeants russes ont d’autres inquiétudes. Avant même les soulèvements en Syrie, ils ont lu les révolutions arabes comme porteuses de menaces de déstabilisation régionale et de montée d’un islam radical qui pourrait avoir des répercussions en Russie. Le 22 février 2011, à Vladikavkaz, Dmitri Medvedev évoque le risque de « désintégration de certains États importants et très peuplés », qui pourrait « conduire à l’arrivée au pouvoir de fanatiques » et à « une propagation de l’extrémisme ». Il appelle alors à « regarder la situation en face » : « tout ce qui se passe là-bas au Moyen-Orient aura un impact direct sur notre situation intérieure sur le long terme, sur des décennies ». Le danger islamiste et celui du chaos sont estimés plus élevés en Syrie qu’ailleurs parce que l’opposition comprend des éléments djihadistes, dont certains auraient des liens avec al-Qaida, que les risques de conflits inter-ethniques et inter-confessionnels (sur lesquels insistent les dirigeants russes) sont perçus comme très réels, que ceux d’une prolifération des armes chimiques que possède Damas sont à prendre en compte, parce que l’Arabie saoudite met à profit le printemps arabe pour renforcer ses positions dans la région (Kaczmarski 2011 ; interview de S. Lavrov à al-Ahram, 5 novembre 2012 ; Trenine 2013, p. 17). Du fait de la proximité géographique, les responsables russes redoutent que leur pays soit directement concerné. Lorsqu’ils évoquent la peur d’avoir à leurs frontières un « second Afghanistan », ils ne font pas que chercher à instrumentaliser les craintes occidentales. L’après-Kadhafi en Libye, où de vastes stocks d’armes ont été pillés, n’a fait que les conforter dans leur analyse : ils dénoncent la prolifération d’armes dans la région, à commencer par le Mali, et leur récupération par des radicaux islamistes proches d’al-Qaida.

Quelles conséquences pour la Russie ?

24La politique russe a été définie, on le voit, en fonction de multiples paramètres, dont certains n’ont qu’un rapport indirect avec la Syrie. Elle pourrait avoir pour la Russie des conséquences elles aussi multiples, mais pour l’heure difficiles à évaluer.

25Aura-t-elle pour effet de renforcer son influence dans la vie internationale et de lui permettre de s’imposer, aux côtés de la Chine, comme un acteur structurant des relations internationales ? Ou débouchera-t-elle sur un affaiblissement de son autorité au Moyen-Orient et plus largement dans le monde ? La réponse dépendra probablement en bonne partie de l’issue du conflit syrien. Les dirigeants russes n’ont pas utilisé les moyens dont ils disposent (vote au Conseil de sécurité, livraisons d’armes) pour faire pression sur Damas. Ils se sont posés en médiateur et ont plaidé la non-ingérence, mais ils ont cautionné et armé une des parties en conflit. Deux ans après le début de la révolte, la Russie est isolée. Le régime syrien ayant été condamné par de très nombreux États, par la Ligue Arabe, le Conseil de coopération du Golfe, l’Organisation de la Conférence islamique, l’Assemblée Générale des Nations Unies, l’UE, elle n’est guère soutenue que par l’Iran, la Chine (peu impliquée dans ce dossier) et quelques États d’Amérique latine. À l’Assemblée générale des Nations Unies, elle se retrouve en minorité face à quelque 130 États. Son positionnement à l’ONU représente un autre risque d’affaiblissement de son autorité internationale : alors que son attachement aux Nations Unies est depuis 1991 une des grandes caractéristiques de sa diplomatie, en faisant usage à trois reprises de son droit de veto, Moscou contribue à marginaliser le Conseil de sécurité en tant qu’acteur du règlement de la tragédie syrienne (Shumilin 2013). Les prises de position en mars 2013 de la France et de la Grande-Bretagne en faveur de livraison d’armes à l’opposition sont révélatrices d’une évolution en ce sens.

26Au Moyen-Orient, étant donné l’ampleur des initiatives prises par le pouvoir russe depuis le milieu des années 2000, les enjeux pour la Russie sont considérables. Là aussi l’incertitude prévaut au début de 2013. L’évolution de sa situation sera fonction de sa politique et de sa capacité à l’infléchir, mais aussi de celle des forces en présence en Syrie, du maintien ou non de Bachar al-Assad au pouvoir, du degré d’engagement d’autres acteurs extérieurs, en particulier des États-Unis, de l’Arabie saoudite et de l’Union européenne, de la perception par ces derniers de la place qui peut être la sienne au Moyen-Orient. Si le conflit syrien se poursuit, le Kremlin espère que les rapports de force lui seront favorables, qu’il sera perçu comme un acteur incontournable d’une sortie de crise et qu’il pourra tirer profit de la politique menée depuis 2011. Pour l’heure, sa situation dans la région est fragile. Le risque encouru par les autorités russes est que leur politique vaille à leur pays une animosité croissante, notamment au sein des populations sunnites, et qu’elle mine le capital de sympathie acquis dans les années 2000 ou qui restait encore de la période soviétique. L’accueil réservé le 15 novembre 2012 à Sergueï Lavrov lors d’une réunion à Ryad du Conseil de coopération du Golfe est un signe parmi d’autres de la dégradation de son image dans cette partie du monde (Katz 2012a). Incertitude également en Syrie où les dirigeants russes ont cherché à jouer un rôle de premier plan. Sans résultat. Entre 2011 et 2013, ils n’ont pas réussi à modifier la politique de Bachar al-Assad qui n’a pas hésité à les mettre dans des situations parfois humiliantes. Ainsi en février 2012 lors de la visite de Sergueï Lavrov à Damas, où il est acclamé et dont il revient en affirmant que Bachar al-Assad s’est engagé à faire cesser les violences, celui-ci ne diminue même pas l’intensité des bombardements sur Homs. L’hostilité populaire qui s’est maintes fois exprimée à l’égard de la Russie – « journée de colère » du 13 septembre 2011, drapeaux russes piétinés et brûlés le 7 octobre 2011, manifestations du 10 février 2012 sur le thème « La Russie tue nos enfants », « excuses » exigées en décembre 2012 du Kremlin par Moaz al-Khatib, chef de la Coalition nationale syrienne (CNS) – apparaît début 2013 comme un obstacle de taille à l’établissement de bonnes relations avec une Syrie qui ne serait plus dominée par Bachar al-Assad (Shumilin 2013 ; Malashenko 2012a et 2012b ; Filiu 2013 p. 152 et 192).

  • 17 German Marshall Fund, Transatlantic Trends 2012 ; the 2013 GlobeScan/PIPA poll for the BBC, www.glo (...)

27Qu’en sera-t-il de la relation avec les États-Unis et l’Union Européenne ? La politique russe a déjà des répercussions : elle accentue la redéfinition en cours de celle-ci. Les dissensions sur les crises libyenne et syrienne confortent une dynamique à l’œuvre depuis déjà plusieurs années : la coopération reste fondamentale, on l’a dit, mais la dimension compétition et la méfiance se renforcent. Les analyses occidentales des positions russes sont pour beaucoup très sévères : le pouvoir russe est dénoncé par de nombreux observateurs comme le protecteur d’un régime dictatorial et meurtrier, co-responsable de la mort de dizaines de milliers de Syriens et de la paralysie du Conseil de sécurité (Rojansky 2012 ; Filiu 2013, p. 136, 187 et 271 ; Katz 2012b, p. 5‑7). Alors que les autorités russes déploient depuis le milieu des années 2000 des efforts notables pour tenter de développer une diplomatie d’influence destinée à créer un environnement qui soit plus favorable à leur pays, leur politique et les analyses qui en sont faites contribuent à la dégradation de son image, désormais majoritairement négative en Amérique du nord et au sein de l’Union européenne 17. En Russie, les enquêtes d’opinion du Centre Levada montrent que le dossier syrien alimente la forte méfiance qui existe depuis plusieurs années au sein de la population à l’égard des États occidentaux.

28Ces événements auront-ils par ailleurs des conséquences politiques, économiques ou autres en Russie ? La grande crainte du Kremlin est, on l’a dit, qu’ils aient des répercussions sur le territoire russe, en particulier au nord Caucase. Si c’était le cas, ce serait un sérieux revers pour Moscou qui a jusqu’ici réussi à séparer sa politique dans le monde arabo-musulman de celle dans les régions russes où vivent des populations musulmanes.

Conclusion

29Inquiets des répercussions que les révoltes libyenne et syrienne pourraient avoir sur les positions de leur pays dans la région, ne les analysant pas comme des mouvements de fond, probablement irrépressibles, au sein des sociétés de ces pays, effrayés par une évolution des relations internationales sur laquelle la Russie aurait peu de prise, craignant une nouvelle extension du rôle de l’Alliance atlantique dans le monde, redoutant de créer des précédents qui pourraient éventuellement un jour avoir des conséquences dans l’espace postsoviétique, les dirigeants russes ont cherché en Syrie à préserver le statu quo. Ils ont mené une politique à la fois défensive et instrumentale qui n’a pas permis pour l’heure de favoriser une sortie de crise et dont les effets pour la Russie apparaissent au début de 2013 très incertains. Les positions qu’ils ont prises conduisent à s’interroger sur la persistance au sein des élites dirigeantes des désarrois liés à la perte d’influence de l’après 1991, sur la volonté du Kremlin de voir la Russie être un des grands centres de pouvoir de la planète et sur les moyens qu’il utilise pour tenter d’y parvenir : elles confirment que la question de la puissance continue à être un élément structurant de la politique étrangère russe. Au-delà du cas de la Russie, l’incapacité de la communauté internationale à trouver une position commune sur un dossier aussi tragique que la Syrie illustre à nouveau la confusion de l’ordre international aujourd’hui et les limites de la notion de gouvernance mondiale.

Bibliographie

Bibliographie

Carrère d’Encausse Hélène 1976, La politique soviétique au Moyen-Orient, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences politiques.

Charap Samuel 2013, « Russia, Syria and the doctrine of intervention », Survival février-mars, p. 35‑41.

Dannreuther Roland 2011, « Russia and the Arab revolution », Russian Analytical Digest 98, 6 juillet, p. 2‑4.

Delanoë Igor 2013, « Le partenariat stratégique russo-syrien : la clef du dispositif naval russe en Méditerranée », Note n° 06/13 de la Fondation pour la Recherche Stratégique, février, 9 p.

Filiu Jean-Pierre 2013, Le nouveau Moyen-Orient – Les peuples à l’heure de la révolution syrienne, Paris, Fayard.

Glasman Frantz 2012, « Crise syrienne : le Kremlin à l’heure du choix », Politique Internationale 134, hiver, www.politiqueinternationale.com

Gowan Richard 2012, « How will Russia manage defeat over Syria ? », World Politics Review, 17 décembre, 2 p.

Inozemtsev Vladislav 2012, « Zatchem nam Siriia [Pourquoi avons-nous besoin de la Syrie ?] », Vedomosti, 24 décembre, www.vedomosti.ru

Isachenkov Vladimir 2013, « Russian arms trader: Syria shipments will continue », ABC News, Associated Press, 13 février.

Kaczmarski Marcin 2011, « Russia’s Middle East policy after the Arab revolutions », Varsovie, OSW (Centre for Eastern Studies), Commentary, 26 juillet, 6 p., www.osw.waw.pl

Katz Mark 2012a, « Moscow and the Middle East: repeat performance ? », Russia in Global Affairs, juillet-septembre, www.globalaffairs.ru

Katz Mark 2012b, « Russia’s Security Council diplomacy and the Middle East », Russian Analytical Digest 114, 4 juin, p. 5‑7.

Katz Mark 2011, « Russia and the Arab spring », Russian Analytical Digest 98, 6 juillet, p. 4‑6.

Kreutz Andrej 2010, « Syrie, le meilleur atout de la Russie au Moyen-Orient », Russie. Nei. Visions 55, novembre, 24 p., www.ifri.fr

Kreutz Andrej 2007, Russia in the Middle East – Friend or Foe ? Westport, CT, Praeger, 222 p.

Laïdi Zaki 2011, « Les BRICS : un cartel d’ambitions souverainistes », Le Débat, novembre-décembre, p. 50‑59.

Levesque Jacques 2012, « La Russie et les États-Unis entre la coopération et la méfiance », in G. Hervouet, M. Fortmann (dir.), Les conflits 2011 dans le monde, Institut Québécois des Hautes Études Internationales, p. 186‑216.

Makienko Konstantin 2013, « Ventes d’armes russes au Proche et Moyen-Orient depuis 1991 », in A. Dubien (dir.), Russie 2013 – Regards de l’Observatoire franco-russe, Cherche-Midi, p. 362‑364.

Malashenko Alexey 2012a, « Ot Karibov do Sirii » (De la crise des Caraïbes à la Syrie) », Carnegie Moscow Center, posté le 19 juillet, www.carnegie.ru

Malashenko Alexey 2012b, « Siriïskaia razvilka » (L’avenir de la Syrie), Carnegie Moscow Center, posté le 31 mai, www.carnegie.ru

Malashenko Alexey 2008, « Rossiia i mousoul’manskiï mir (La Russie et le monde musulman) », Carnegie Moscow Center, Travaux de recherche, 3, 27 juin, 27 p.

Naoumkine Vitaly 2012, « Blizhnemou Vostokou pridietsa nesladko » (Des temps difficiles sont à venir au Moyen-Orient), RSMD (Conseil russe pour les Affaires internationales), 7 décembre, www.russiancouncil.ru

Nizameddin Talal 2013, Putin’s New Order in the Middle East, Londres, Hurst, 358 p.

Rojansky Matthew 2012, « The method to Putin’s Syria madness », Special to CNN, 23 mars.

Shumilin Alexandre 2013, « Rossiia i problema Sirii [La Russie et le problème syrien] », RSMD (Conseil Russe pour les Affaires internationales), 31 janvier, www.russiancouncil.ru

Shumilin Alexander 2012, « Why Putin has begun abandoning Assad », Moscow Times, 22 mars.

Synovitz Ron 2012, « Explainer: why is access to Syria’s port at Tartus so important to Moscow ? », Radio Free Europe/Radio Liberty, 19 juin, 2 p.

Tinguy de Anne, à paraître, « Russie, le syndrome de la puissance », in M.-F. Durand, C. Lesquesne (dir.), La puissance, Paris, Sciences po, CERISCOPE, http://ceriscope.sciences-po.fr

Tinguy de Anne (dir.) 2008, Moscou et le monde. L’ambition de la grandeur : une illusion ?, Paris, Autrement.

Trenine Dmitri 2013, Rossiia i krizis v Sirii (La Russie et la crise syrienne), Moscou, Carnegie Moscow Center, Travaux de recherche, février, 42 p., www.carnegie.ru

Notes

1 Source des déclarations et textes officiels cités dans cet article : www.mid.ru, www.kremlin.ru, www.un.org

2 Déclaration du président Medvedev « sur la situation en Libye », 21 mars 2011, www.kremlin.ru

3 Déclaration de D. Medvedev lors d’une rencontre avec Angela Merkel, citée par Levesque 2012. 

4 Voir entre autres les interviews de D. Medvedev le 20 juin 2011 au Financial Times et de S. Lavrov le 21 septembre 2011 à Rossiïskaia Gazeta ; et l’intervention de V. Tchourkine le 4 oct. 2011 au Conseil de Sécurité, S/PV. 6627.

5 Procès verbal de la réunion du 4 octobre 2011 du Conseil de sécurité des Nations Unies SC/10403.

6 Interviews de S. Lavrov le 21 septembre 2011 à Rossiïskaia Gazeta, le 10 octobre 2011 à Profil, le 5 novembre 2012 à al-Ahram et le 7 mars 2013 à la BBC.

7 Intervention de V. Tchourkine au Conseil de sécurité le 4 octobre 2011 ; communiqués de presse du MID des 3 et 7 octobre, 7 novembre 2011.

8 Communiqués du MID 30 août, 27 septembre, 11 et 27 octobre 2011 ; interview de S. Lavrov à Euronews, 19 décembre 2012 ; RSMD (Conseil russe pour les Affaires internationales), 24 décembre 2012, www.russiancouncil.ru

9 Interviews de S. Lavrov le 5 novembre à al-Ahram et le 19 décembre 2012 à Euronews et conférence de presse le 12 décembre 2012 à Moscou.

10 Interviews de S. Lavrov à al-Ahram 5 novembre 2012 et à la BBC, 7 mars 2013.

11 www.mospat.ru, site officiel du département des Affaires extérieures du Patriarcat de Moscou.

12 Interview de S. Lavrov à Rossiïskaia Gazeta, 21 septembre 2011.

13 Rapprochement égypto-américain de 1973, abrogation du traité d’amitié soviéto-égyptien en 1976.

14 Interventions de V. Tchourkine le 4 octobre 2011 au Conseil de sécurité, de S. Lavrov à la Conférence sur la sécurité, Munich 2 février 2013 ; déclaration le 15 juin 2011 de Dmitri Rogozine, ambassadeur de Russie auprès de l’OTAN, et celle d’Evgueni Primakov citée par Interfax le 24 octobre 2011.

15 Sur la position russe, voir entre autres l’interview de S. Lavrov à la BBC, 7 mars 2013.

16 S. Lavrov, réponses aux questions de Rossiïskaia Gazeta et de ses lecteurs, 22 octobre 2012.

17 German Marshall Fund, Transatlantic Trends 2012 ; the 2013 GlobeScan/PIPA poll for the BBC, www.globescan.com ; de Tinguy, 2013.

Auteur

Anne de Tinguy

Professeur des universités en histoire contemporaine à l’INALCO et chercheur au CERI

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable