Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Première partie. Les ondes de choc régionales et internationales des révolutions arabes

Chapitre 3. Israël et les révolutions arabes

Mirage démocratique et menaces potentielles

Denis Charbit

Résumé

Résumé : L’objet de cet article est de décrire la réaction officielle du gouvernement israélien aux révoltes arabes de 2011 à 2013, en Tunisie, en Égypte et en Syrie. Il pointe notamment le scepticisme et les appréhensions initiales face aux retombées de ces bouleversements sur les relations bilatérales et sur l’équilibre stratégique régional et leur adéquation relative par rapport au bilan mitigé, en demi-teinte, complexe et provisoire, trois ans après le déclenchement du « printemps » arabe.

Abstract: The purpose of this article is to describe the official reaction of the Israeli government to the “Arab Spring” movement in 2011‑2013 in Tunisia, Egypt and Syria. In particular, it expresses the skepticism and apprehension of the Israeli government toward these changes and their implications on the bilateral relations with Egypt and the regional strategic balance. The balance sheet is still unclear and complex, three years after.

Texte intégral

1Dès leur déclenchement au début de l’année 2011, les révoltes arabes ont suscité en Europe et en Israël des réactions bien différentes sinon opposées. Alors qu’à l’Ouest, la chute des dictateurs tunisien et égyptien sous le poids du soulèvement populaire a soulevé une intense émotion, analogue à celle qui fut éprouvée lors de la chute du mur de Berlin en 1989, la réaction des autorités israéliennes a été sceptique, méfiante et dépourvue d’empathie.

2L’Europe était comblée : menée au nom du droit à l’insurrection contre la tyrannie et propagée par Twitter, la révolution sortait le monde arabe de son apparente léthargie politique, empruntant à l’Occident et sa technologie et ses valeurs démocratiques avec un effet de contagion qui en démontrait l’universalité.

3Le gouvernement israélien, lui, n’a pas dissimulé ses doutes : sans contester le moins du monde la portée considérable des événements, il pressentait que le départ des leaders sortants entraînerait la mise en place d’un ordre islamiste. Proclamer hic et nunc la victoire de la liberté et de la démocratie lui parut donc gravement prématuré et erroné puisque, selon ses prévisions, ce sont les partis islamistes qui prendraient le pouvoir par les urnes afin d’instaurer un régime hostile aux principes démocratiques fondamentaux comme aux intérêts stratégiques occidentaux. Le cas échéant, faute d’issue politique immédiate, les bouleversements intérieurs affaibliraient les États et leur capacité à faire régner l’ordre, ce qui déstabiliserait la région en général et menacerait les intérêts d’Israël en particulier.

4Sans chercher à renvoyer ces deux lectures dos à dos, il est vrai que, d’un côté, l’espoir d’un cours nouveau a étouffé toute velléité critique ; tandis que, de l’autre, la conviction que le changement basculera fatalement vers le pire a été généralisée, privant l’analyse de nuance et de subtilité.

5Pourquoi l’État d’Israël s’est-il montré si réservé ? Pourquoi est-il monté au créneau, pour exprimer à haute voix des mises en garde auxquelles on se gardait bien en Europe de faire écho afin de ne pas désespérer des révoltes tunisiennes et égyptiennes ? Quelles répercussions ces révolutions ont-elles pour Israël trois ans après l’onde de choc ?

Israël, une puissance de statu quo

  • 1 Greilsammer 2012, p. 124‑125.
  • 2 Bligh 2013, p. 115.

6Contrairement aux théories du complot qui repèrent en tous lieux et en toutes circonstances l’omnipotence de sa force occulte, l’État d’Israël a peu de prise sur ce qui se passe dans le monde arabe : il peut masser des troupes régulières à ses frontières, mobiliser les réservistes, alerter l’opinion publique, envoyer des messages à ses alliés américains et européens, adresser des avertissements aux États limitrophes, recruter des agents de renseignement ou les envoyer en mission, il ne dispose pas au sein des sociétés arabes de relais et de réseaux politiques, médiatiques et sociaux comparables à ceux dont bénéficient d’autres acteurs étatiques. Tant les spécialistes du renseignement que les chercheurs indépendants ont été, comme autrefois les soviétologues, pris de cours par les mouvements révolutionnaires 1. Ses capacités de manœuvre sur le terrain étant limitées voire inexistantes, Israël préfère gérer une situation dont il connaît les tenants et les aboutissants avec des acteurs stables, plutôt que d’avoir à se mesurer avec une situation inédite et instable qui lui échappe totalement, comme celle qui a surgi au début de l’année 2011. Les autorités israéliennes ont pour préoccupation première, sinon pour obsession, le maintien du statu quo. Tout changement leur apparaît préjudiciable, à commencer, bien sûr, par les efforts déployés par l’Iran et la Syrie dans le domaine militaire pour contester, respectivement, son monopole nucléaire et sa supériorité stratégique aérienne. Elles veillent également à ce que le conflit avec les Palestiniens se maintienne à un niveau de faible intensité, pour reprendre le terme par lequel on désigne aujourd’hui l’affrontement asymétrique et sporadique en termes de durée, d’enjeux et de pertes, entre les deux parties 2. Si le gouvernement ne s’est guère opposé à la reprise des négociations décrétée par John Kerry en juillet 2013 dans le but de préserver sa position diplomatique dans le monde occidental – à condition toutefois que la négociation ne débouche pas sur un traité de paix définitif –, il s’était fort bien accommodé de l’absence de pourparlers, comme c’était le cas depuis 2001 (exceptées les années 2006‑2008), considérant que la négociation reste vouée à l’échec à cause du fossé irréductible entre les positions des deux parties.

La Révolution tunisienne vue d’Israël

7L’attitude israélienne face au « printemps arabe » s’explique par un ensemble de facteurs culturels et idéologiques découlant de plus d’un demi-siècle d’affrontement entre nationalismes juif et arabe. Caractéristique d’un conflit de longue durée, la suspicion réciproque règne : le changement va toujours dans le mauvais sens, et lorsqu’il semble positif en apparence, il est sous-estimé, voire annulé au profit des éléments, fussent-ils mineurs, qui confirment la pérennité du conflit. La réaction israélienne illustre également le principe en vertu duquel un État juge une situation en fonction de la distance entre le lieu d’où il parle et le lieu dont il parle. La réaction israélienne à la révolte tunisienne et égyptienne montre bien la différence créée par la proximité géographique : lorsque l’insurrection s’est produite en Tunisie, donc relativement loin d’Israël, l’attitude a été désintéressée et bienveillante bien plus qu’on ne le croit, alors que le même événement apparu en Égypte, voisin et allié d’Israël, a suscité une réaction israélienne faite de vigilance et d’inquiétude.

8Dans le cas tunisien, il n’y eut aucune réaction officielle immédiate de la part des autorités israéliennes : la chute de Ben Ali fut perçue comme une affaire intérieure dépourvue de toute conséquence directe pour la sécurité d’Israël. Les Tunisiens avaient consenti durant plus de vingt ans à l’autorité du successeur de Bourguiba, ils étaient bien en droit d’y mettre un terme. Tout au plus avait-on signalé avec gratitude la protection que Ben Ali avait garantie à la communauté juive moribonde, et exprimé officieusement une crainte pour le sort de ses membres dans les nouvelles conditions politiques encore incertaines. Seule exception à la discrétion qui s’impose dans ce type de situation, le ministre Silvan Shalom, lui-même originaire de Tunisie, avait maladroitement appelé le gouvernement israélien à décréter officiellement le rapatriement en Israël des derniers juifs de Tunisie. L’attitude des médias et de l’opinion fut différente : alors que les médias israéliens n’accordent d’ordinaire aucune attention à ce qui se passe en Tunisie, voilà que l’acte d’immolation désespéré de Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010, réveilla chez la plupart des Israéliens une compassion spontanée. On salua la réussite inattendue du mouvement social qui mit fin au régime autocrate et corrompu de Ben Ali, percevant l’instauration de la démocratie comme un bienfait pour les Tunisiens eux-mêmes et, à plus longue échéance, comme un catalyseur potentiel pour la paix et la réconciliation israélo-arabe. Vu de loin, même l’épouvantail islamiste paraissait moins menaçant : interrogés à la radio et à la télévision, tant les spécialistes de la Tunisie que les natifs du pays établis en Israël de longue date témoignaient de l’exception tunisienne. Bref, la distance géographique entre les deux pays et l’absence de répercussions négatives immédiates ont rendu possible sinon stimulé la sympathie israélienne pour la « révolution de la dignité » (karâma).

9On peut émettre l’hypothèse que si les révolutions arabes s’étaient déroulées en Tunisie, en Libye et au Bahreïn seulement, mais ni en Égypte ni en Syrie, il est probable qu’Israël se serait contenté de manifester sa neutralité bienveillante puisqu’il n’aurait pas eu à se préoccuper de leur impact sur son environnement immédiat.

La Révolution égyptienne vue d’Israël

10À partir du moment où ces révolutions se sont déroulées aux marches d’Israël, le critère d’appréciation du gouvernement, de la presse et de l’opinion ne pouvait plus être aussi neutre, désintéressé et bienveillant. Les bouleversements en cours ont dans ce cas été jugés à l’aune de leurs conséquences sur le statu quo bilatéral et la stabilité aux frontières.

11Stabilité ou révolution : on ne saurait imaginer de plus grande antinomie entre l’intérêt d’Israël et celui des peuples arabes en pleine effervescence. En apparence, une insurrection sociale et politique destinée à faire tomber un régime en place et à modifier les rapports de force internes entre les groupes sociaux pouvait rester une affaire exclusivement intérieure sans impact sur les États voisins. La priorité était bien aux changements intérieurs. Cependant, il ne fallait guère être grand stratège pour deviner que ces bouleversements politiques et institutionnels ne demeureraient pas confinés à la sphère intérieure des pays concernés, mais auraient des répercussions sur la sécurité et la politique étrangère des pays voisins, et notamment Israël. Chacune de ces révolutions était un cas de figure à part pour deux raisons. Tout d’abord, si les deux insurrections ont poursuivi le même objectif – obtenir le départ du leader sortant – elles n’ont pas suivi le même cours : Moubarak a fini au bout de 18 jours par s’incliner devant la pression de la rue, le refus de l’armée de le suivre et l’abandon des États-Unis, tandis qu’Assad, s’appuyant sur les éléments loyalistes de l’armée et le soutien de l’Iran, de la Russie et d’une partie de sa population, persiste, coûte que coûte, à se maintenir au pouvoir au prix que l’on sait (plus de cent dix mille morts et près d’un million et demi de réfugiés à l’automne 2013). Du point de vue israélien, une différence majeure sépare sinon oppose les deux pays et a joué un rôle déterminant dans sa réaction : l’Égypte d’Hosni Moubarak était un pays allié, la Syrie de Bachar al-Assad un pays ennemi.

12Dans le cas de l’Égypte, une insurrection intérieure dont la première revendication était de précipiter la chute du leader ne pouvait être accueillie qu’avec effroi : si la paix était bien, comme le disaient ses adversaires, celle d’un homme, et non celle d’un peuple, le départ de Moubarak risquait de mettre en péril la continuité d’une politique étrangère, la familiarité nouée entre responsables politiques, l’entente entre services de sécurité des deux bords, une complicité de fait due à des années de bon voisinage.

13La sympathie bienveillante pour une cause populaire et démocratique, aussi légitime soit-elle, ne constituait pas pour Israël un motif d’approbation suffisant. La divergence avec l’Europe et les États-Unis était explicite : Israël estimait devoir évaluer l’impact de la revendication démocratique sur la stabilité régionale et sur son intérêt national, alors que pour les alliés occidentaux, la démission de Moubarak et la transition vers des élections libres étaient un préalable. Vox populi vox dei, la démocratie implique de se soumettre à la souveraineté populaire et à son verdict : il était inconcevable de persister à soutenir un dictateur à partir du moment où son pouvoir était ouvertement et globalement contesté de l’intérieur. En un certain sens, l’Europe et les États-Unis se sont rangés peu ou prou du côté de l’éthique de conviction, tandis qu’Israël, assumant son splendide isolement et l’impopularité de la cause défendue, s’est résolument situé du côté de l’éthique de responsabilité pour réclamer le maintien de Moubarak. Pour justifier sa position inconfortable, le gouvernement israélien s’est appuyé sur deux arguments. Le premier reposait sur le bilan passé et présent de l’action de Moubarak relatif au traité de paix israélo-égyptien tandis que le second portait sur l’avenir et les conséquences plausibles de sa chute.

14Fort de ce bilan et de cette crainte, il eut été étrange sinon ingrat de la part d’un Premier ministre israélien de tourner le dos à celui qui avait été le maître d’œuvre du traité de paix et le garant de sa durée, à plus forte raison, de réclamer son éviction. À cet égard, il convient de rappeler que si Sadate a pris l’initiative de la visite en Israël en 1977 puis signé le traité de paix avec Menahem Begin sous les auspices du président américain Jimmy Carter, son assassinat en 1981, avant même que le retrait israélien du Sinaï n’ait été effectué, a fait de son successeur, Hosni Moubarak, le responsable exclusif du maintien de la paix en dépit des vicissitudes et des crises régionales qui auraient pu l’ébranler.

15Une fois Moubarak déposé, la question décisive pour le gouvernement israélien n’était pas tant la nature du nouveau leadership, qu’il soit un gouvernement de transition ou une autorité élue au suffrage universel, ni même sa couleur politique, mais son attitude concrète sur le maintien du traité de paix et des relations bilatérales avec Israël : se révèlera-t-il aussi conciliant que le gouvernement sortant ou bien réfractaire et hostile ? C’est par rapport à cette préoccupation que la question du suffrage universel et du régime démocratique a été posée publiquement en Israël. Il ne s’agissait pas tant d’examiner les mérites comparés de la dictature et de la démocratie, mais de répondre à un dilemme véritable mettant aux prises l’objectif du maintien de la paix avec le résultat prévisible de l’élection au suffrage universel d’un président égyptien issu des Frères musulmans.

16En signalant les effets pervers du recours à la démocratie dans le monde arabe, Israël s’avançait sur une pente glissante et risquée. Autant des intérêts sécuritaires, quand bien même ils plaident pour le maintien du statu quo, étaient recevables, autant des considérations sur l’incapacité du monde arabo-musulman à intégrer les exigences de l’État de droit étaient, à ce stade, un tabou. Cela n’a d’ailleurs pas complètement échappé à Netanyahou, lequel a salué la revendication démocratique arabe dans ses discours prononcés à l’étranger (notamment à l’Assemblée générale des Nations Unies et au Congrès américain), réservant à la Knesset et à l’opinion israélienne, l’expression de ses doutes définitifs sur les chances d’instaurer la démocratie dans le monde arabe et sa conviction profonde de l’incompatibilité de l’Islam radical avec la démocratie. Le discours de Netanyahou à la Knesset en novembre 2011 est éloquent et vaut la peine d’être longuement cité :

  • 3 Benjamin Netanyahou, Discours d’ouverture de la rentrée parlementaire, 29 octobre 2011.

« En février dernier, je me tenais à cette même tribune tandis que des millions de citoyens égyptiens descendaient dans les rues du Caire. À cette époque, de nombreux observateurs, ainsi que la plupart de mes collègues de l’opposition, m’expliquaient que nous avions affaire à une nouvelle ère de libéralisme et de progrès qui mettrait à bas l’ancien régime. Je leur disais que j’espérais comme eux que ces souhaits se confirment, mais en dépit de nos espoirs, il y avait plus de chance pour que déferle sur le monde arabe une vague islamique, une vague anti-occidentale, une vague anti-libérale, une vague anti-israélienne, et au bout du compte, une vague anti-démocratique. Ils me disaient que j’essayais de semer la panique dans l’opinion publique, que je ne voyais pas et que je ne comprenais pas la direction dans laquelle les choses allaient bouger. Elles bougent, en effet, mais pas en avant, pas dans le sens du progrès, elles régressent plutôt, elles bougent à reculons. J’ai choisi de conformer notre politique à la réalité, pas à nos rêves. Je vous le demande aujourd’hui : qui d’entre nous n’a pas compris la réalité ? Qui d’entre nous n’a pas compris la marche de l’Histoire ? Je suis le dernier dinosaure à n’avoir pas commis l’erreur de voir dans le printemps arabe le progrès et la fraternité déferler sur nous à toute vitesse 3. »

17Par ces mots, Netanyahou confortait son image de leader réaliste ramant contre la tendance générale au « politically correct » et le sens commun. Il réglait, au passage, ses comptes avec l’opposition qu’il juge naïve et utopique tant dans son appréciation du problème palestinien que dans son évaluation des destinées du « printemps arabe ».

  • 4 Les résultats des dernières élections en Libye n’ont pas confirmé cette règle (qui a souffert d’aut (...)
  • 5 La thèse de la démocratie comme impératif préalable, reprise et développée par l’ancien refuznik Na (...)
  • 6 Byman 2012, p. 129.
  • 7 L’interview de Moshe Yaalon par le journaliste Yoni Kampinski diffusée le 14 juin 2012 sur la stati (...)

18Pour démentir le reproche qu’on a pu faire à Israël de poser sur le monde arabe un regard déformé par un déterminisme et un essentialisme confinant au racisme, le discours officiel israélien s’est appuyé sur un « constat » empirique : selon lui, toutes les fois que le suffrage universel a été instauré dans des pays arabes en vue de désigner démocratiquement des leaders dans le respect du pluralisme politique, la consultation populaire a systématiquement profité aux partis islamistes 4. À quoi bon la démocratie dans le monde arabe, du point de vue israélien, si elle favorise l’accession de partis politiques islamistes qui se révèleront non seulement plus hostiles à Israël, aux États-Unis et à l’Occident, mais, en outre, étoufferont les libertés fondamentales et les droits de l’homme, plus gravement encore que les dictatures sortantes ne l’avaient fait ? Cette mise en cause du caractère universel de la démocratie n’est pas sans précédent dans la classe politique israélienne : alors même qu’au début des années 1990, Netanyahou faisait encore de l’instauration de la démocratie une condition à la résolution du conflit israélo-arabe 5, il avait cessé d’en faire une revendication préalable depuis les élections parlementaires en Cisjordanie et à Gaza en 2006 qui avaient propulsé le Hamas à la première place 6. Netanyahou affiche désormais une position relativiste : la démocratie n’est pas une panacée, mais va de pair avec des cultures nationales et religieuses qui ont traversé et intériorisé définitivement l’épreuve des Lumières et reconnaissent, dès lors, l’autonomie de la sphère politique et l’égalité entre les individus sans distinction de religion, de race et de sexe. Moshe Yaalon voit dans le renversement de la situation au profit des islamistes la défaite d’une vision occidentale telle qu’il se la représente « basée sur l’ignorance, la naïveté et la tendance au wishful thinking. Cette conception repose sur un paternalisme occidental 7 ».

  • 8 Lehrs 2013, p. 2.
  • 9 Israël Hayom, 20 avril 2011.

19Pour la diplomatie israélienne, l’Europe confond la demande d’un changement social et politique, telle que l’ont exprimée les Égyptiens, avec une transformation démocratique assurée. L’instauration d’un processus électoral est une condition nécessaire à la démocratie, mais elle n’est pas suffisante : elle ne garantit pas la réussite de la transition démocratique et le triomphe des libertés fondamentales et des forces qui ont déclenché la révolution pour les faire prévaloir. La démocratie réduite à la seule consultation électorale peut être, dans certains cas, ni plus ni moins qu’un enfer politique pavé de bonnes intentions : le suffrage universel peut faire le lit de tous les démagogues qui, l’exploitant à leurs fins, parviennent au pouvoir sans qu’il soit même nécessaire pour eux de fomenter un coup d’État. Cette constatation ne manque pas de pertinence, mais juger de la valeur intrinsèque d’une insurrection par son retournement final éventuel conduit à une dénégation de son caractère initial authentiquement démocratique. Celle-ci apparut notamment dans la détermination farouche à rejeter la métaphore du « printemps arabe », tel le ministre des Affaires stratégiques, Moshe Yaalon, estimant que « l’événement est dramatique et historique. Un nom lui sera attribué, mais pas celui de “printemps arabe” 8 ». D’autres ont substitué au « printemps arabe » « l’hiver islamiste » – le premier étant forcément éphémère et le second évidemment définitif –, alors que la situation pouvait aussi bien osciller entre ces deux pôles. Netanyahou place son objectif constant dans la ligne de mire : « le printemps arabe risque de se transformer en hiver iranien 9. » La description des insurrections successives comme un « cataclysme », un « tremblement de terre » ou un « tsunami » est indicative également de la perception des événements comme relevant d’une catastrophe naturelle qui, fatalement s’abattra, comme une chape de plomb, sur « les Arabes ». Au-delà de la question des rapports entre démocratie et Islam, qui peut être légitimement débattue, l’interprétation israélienne du cours des événements n’a guère envisagé l’éventualité que des forces démocratiques, quand bien même seraient-elles minoritaires voire réprimées, puissent mener de vraies batailles politiques. Ce manque d’empathie envers l’opposition démocratique égyptienne ou tunisienne s’explique sans doute par le fait que ses dirigeants, sur la question d’Israël, ont souvent repris à leur compte non seulement un soutien compréhensible à la cause palestinienne, mais également la rhétorique anti-sioniste du complot.

20En outre, trois facteurs au moins étaient susceptibles de dessiner un scénario moins sombre que celui qui fut dressé : en s’abstenant de clouer Israël au pilori par les slogans anti-israéliens rituels, les manifestants de la place Tahrir avaient bien montré que leurs réclamations immédiates portaient sur la nature du régime, l’absence des libertés fondamentales, le malaise social et économique, mais non sur le traité de paix et les relations avec l’État d’Israël. De surcroît, il n’était pas totalement exclu que les nouvelles autorités, provisoires ou élues, respectent le principe de la continuité de la politique étrangère, qu’ils s’y plient par dépendance vis-vis des États-Unis, ou que la priorité soit accordée aux réformes de structure politique et économique intérieures, mettant en sourdine les revendications touchant à la politique étrangère. Enfin, le maintien du traité de paix était bien le seul point sur lequel un consensus international réunissant l’Europe, les États-Unis, la Russie, la Chine et le monde arabe pouvait être établi, à l’exception de l’Iran et du Venezuela d’Hugo Chavez. Nul doute que toute dénonciation unilatérale du traité par l’Égypte aurait mobilisé un intense ballet diplomatique, à commencer par une sévère mise en garde du secrétaire général de l’ONU.

  • 10 « ‘When some people in the West see what’s happening in Egypt, they see Europe 1989’, an Israeli of (...)

21En vérité, les événements en Égypte ont été interprétés, côté israélien, à l’aune de ce qui s’était produit en Iran en 1979 : tout comme le Shah Mohamad Reza Pahlavi, le raïs a été contesté à cause du caractère répressif et du népotisme de son régime, l’Amérique a sacrifié une fois de plus un de ses rares alliés dans la région au nom des droits de l’homme, et voilà que la révolution censée apporter la liberté se trouve confisquée pour devenir une révolution islamique, avec, cette fois, la bénédiction du suffrage universel 10.

  • 11 Heller 2012, p. 76.

22Quel bilan tirer des événements trois ans après ? Il y eut plusieurs signes d’inquiétude légitime pour l’État israélien : l’ouverture de la frontière égyptienne avec la bande de Gaza ; le voyage du président Morsi en Iran qui laissait présager après plus de trois décennies de rupture une reprise effective des relations diplomatiques entre les deux pays. Simultanément, la continuité des échanges diplomatiques avait été interrompue : Israël avait envoyé au Caire un nouvel ambassadeur aussitôt entré en fonction, tandis que son homologue égyptien n’est toujours pas revenu à Tel-Aviv ; l’encerclement de l’ambassade d’Israël assaillie par la foule en septembre 2012 ; l’intervention explicite d’Obama pour que Morsi finisse par agir et dépêche un commando égyptien sur les lieux pour délivrer le personnel diplomatique israélien. Cependant, ces motifs d’inquiétude n’ont pas fait le poids avec les marqueurs de la continuité. On s’était focalisé sur le risque que le traité de paix israélo-égyptien soit révisé, voire annulé. Ces craintes, à ce jour, sont demeurées infondées. L’opération militaire « Pilier de défense » lancée par l’armée israélienne le 14 novembre 2012 à Gaza a été l’occasion de tester, en temps de crise, la coopération entre les deux pays. À cette occasion, le président Morsi a joué un rôle de go-between entre Israël et le Hamas pour faire cesser l’opération au bout d’une semaine et éviter qu’elle ne dégénère en bataille aux extrêmes. De ce point de vue, le rapprochement objectif qui s’est opéré entre l’Égypte et le Hamas est plus un facteur d’apaisement qu’un facteur de trouble ; car dans cette alliance, inégale, c’est l’Égypte qui donne le ton. Le raz-de-marée des Frères musulmans aux élections législatives, puis la victoire (à l’arrachée) de Morsi aux présidentielles n’ont pas eu l’effet catastrophique prévu sur les relations avec l’Égypte 11. Dans ce contexte, le silence observé par le gouvernement israélien après la destitution de Morsi, le 3 juillet 2013, par l’armée, suite à une intense pression populaire, montre bien que sans aller jusqu’à exprimer publiquement des regrets, on a apprécié l’efficacité discrète de la coopération bilatérale entre les deux pays.

  • 12 Inbar 2012, p. 60.

23Pour Israël, les insurrections en Égypte et en Syrie sont également perçues à travers le risque d’une dégradation de la sécurité à ses frontières, tant dans le Sinaï qui jouxte le territoire israélien que de l’autre côté du plateau du Golan en territoire syrien. Alors que le Sinaï fut depuis sa réintégration à l’Égypte en 1982 une « bonne frontière », surveillée, côté égyptien, par des Casques bleus, et, côté israélien, par une présence minimum de garde-frontières, la situation s’était dégradée depuis quelques années au point de faire fuir la « bohème » israélienne qui avait adopté ces coins de paradis étalés le long de la Mer rouge. Lieu de passage des trafics de drogue et de réfugiés d’Érythrée et du Soudan (le plus souvent maltraités), voilà que le Sinaï est devenu un repaire pour des organisations islamistes armées clandestines qui s’allient aux tribus bédouines locales. Suite à des attentats perpétrés à partir du Sinaï soit contre Israël soit contre l’armée égyptienne, le gouvernement israélien a autorisé celle-ci à augmenter ses contingents dans le Sinaï pour mieux contrôler son territoire, et ce au-delà des effectifs fixés par le traité de paix qui stipule une démilitarisation du Sinaï. En d’autres termes, le premier motif d’inquiétude, côté israélien, se situe désormais au niveau de la gouvernance : dans quelle mesure le pouvoir – celui de Morsi, hier, celui, aujourd’hui, de Sissi, tient-il la situation bien en main sur le plan sécuritaire à moins que celle-ci lui échappe au profit d’éléments dangereux avides de perpétuer cet état d’instabilité pour renforcer leur propre autorité 12 ?

Du statu quo à l’instabilité régionale : le cas de la Syrie

  • 13 Panayiotides 2012, p. 25.

24Le cas de la Syrie illustre encore mieux le dilemme israélien. Voilà un pays avec lequel Israël entretenait un rapport hostile, et néanmoins complexe. D’un côté, la Syrie de Hafez et Bachar al-Assad était le pilier du Front du refus. Alliée à l’Iran, elle avait, depuis la guerre civile au Liban, utilisé la région sud contre Israël en s’appuyant notamment sur le Fatah, puis sur le Hezbollah. De l’autre, en dépit de l’hostilité déclarée, la Syrie a scrupuleusement respecté le statu quo militaire établi en 1974 à la frontière israélo-syrienne et garanti par des Casques bleus de l’ONU, admettant que la récupération du plateau du Golan résulterait d’une négociation et non de la force 13. Du point de vue israélien, la Syrie de la famille Assad présentait en outre l’avantage d’être un État fort et centralisé, manifestant une attitude rationnelle en temps de crise et surtout l’exercice d’un contrôle particulièrement étroit sur ses armements les plus dangereux. Il va sans dire que la situation en Syrie a introduit beaucoup d’incertitude dans une zone qui jouissait il y a peu encore d’une grande stabilité, ce qui ne laisse pas d’inquiéter Israël et une partie de ses alliés occidentaux (notamment en raison de la présence d’armes chimiques et biologiques, qui ne devraient pas, selon leur point de vue, tomber dans n’importe quelles mains).

Un bilan mitigé

  • 14 Tout de suite après l’éviction de Moubarak, des actes de sabotage sur le gazoduc se sont multipliés (...)

25Au cours des trente mois écoulés, les motifs d’inquiétude ont changé : alors que la préoccupation principale était initialement la mise en cause du traité de paix et des intérêts économiques israéliens en Égypte 14 avec la victoire des Frères musulmans, c’est principalement l’instabilité durable dans les zones frontalières qui inquiète aujourd’hui : tant la violence d’État effectuée par le pouvoir syrien que la perte du monopole de la violence du même État au profit d’organisations subversives, avec le risque, à terme, de la désintégration de la Syrie et l’affaiblissement de l’Égypte si elle ne met pas bon ordre à ce qui se passe dans le Sinaï.

26Le bilan n’est pas d’un seul tenant. Il est indéniable que les bouleversements politiques aux frontières d’Israël ont eu des répercussions sur la sécurité israélienne. Deux zones qui exigeaient un minimum de vigilance et de déploiement de forces – le Sinaï et le Golan – sont aujourd’hui des zones à risque qui supplantent même le Sud Liban et la bande de Gaza dans les préoccupations militaires de l’État israélien. À la relative simplicité et clarté du jeu stratégique d’autrefois entre États solides et respectés succède aujourd’hui l’incertitude. Cette incertitude n’est pas seulement le fait d’une situation dont on ignore l’évolution prochaine ; elle est aussi celle des autorités israéliennes elles-mêmes incapables durant plus de deux ans de trancher entre un soutien implicite à Assad, ce qui favoriserait le jeu de l’Iran et du Hezbollah dans la région, et le soutien à la rébellion avec le risque que celle-ci, une fois victorieuse, favorise des éléments incontrôlés et incontrôlables capables de mettre la main sur le butin de guerre le plus convoité : l’arsenal biologique et chimique qu’Assad père et fils avaient constitué. Netanyahou préférait garder profil bas tandis que Liberman exigeait une dénonciation sans ambages du régime sanguinaire. Il fallut l’usage d’armes chimiques et, surtout, l’engagement américain à intervenir en cas de récidive pour mettre fin aux hésitations israéliennes. Israël était favorable à une opération immédiate et musclée. Aussi la décision de Barack Obama de s’en remettre au vote préalable du Congrès et du Sénat fut sévèrement perçue : c’était, pour Netanyahou, le test de l’incapacité d’Obama d’affronter l’Iran. Quant à l’accord concocté par Poutine, on y vit un marché de dupes, même si on finit par admettre en sourdine qu’une menace réelle sur Israël pourrait bien être supprimée sans qu’il n’ait eu à intervenir.

27La situation, à l’échelle régionale comme au niveau stratégique, conserve un caractère extrêmement dynamique : fin 2011, Israël se trouvait privé de ses alliés régionaux, ayant perdu, coup sur coup, la Turquie (depuis la bavure militaire du Mavi Marmara du 31 mai 2010) puis l’Égypte. Début 2013, sur l’amicale insistance de Barack Obama au terme de sa première visite en Israël, Netanyahou et Erdogan ont repris langue pour contrôler la situation de part et d’autre de la Syrie. De son côté, le gouvernement de Morsi a renoncé par pragmatisme à ébranler la relation avec Israël qu’il a hérité de son prédécesseur. Le retour aux affaires de l’armée et la vigueur des forces libérales retiennent aujourd’hui l’attention des autorités israéliennes.

  • 15 Greilsammer 2012, p. 133.

28Le « printemps arabe » et ses avatars ont ravi à la question palestinienne sa centralité objective et subjective, même si l’offensive diplomatique menée par Mahmoud Abbas a été partiellement couronnée de succès avec l’entrée à l’UNESCO et le statut d’État non-membre de l’ONU. Le clivage en Israël reste, à cet égard, identique : d’un côté, Netanyahou, suivi par une majorité d’Israéliens, plaide pour l’attentisme 15. L’heure n’est pas aux grandes décisions et il préfère dès lors temporiser et envisager des accords partiels. De l’autre, Shimon Pérès, toujours à son poste de président de l’État d’Israël, et Tzipi Livni, ministre de la Justice dans le gouvernement actuel, en charge également de la négociation avec l’Autorité palestinienne, estiment plus que jamais opportun de tirer parti des bouleversements en cours pour relancer les négociations de paix et parvenir à un accord sous les auspices de John Kerry nommé au Département d’État.

  • 16 « The young people will not be able to calm down ». Shimon Peres, cité par Lehrs 2013.

29Les révoltes arabes auraient pu constituer pour les Israéliens un bouleversement heureux susceptible de transformer de fond en comble la doxa dominante. Il n’en a rien été. Si en 2011 le mouvement de protestation à Tel-Aviv et dans plusieurs villes du pays, surnommé « l’été israélien » en référence au « printemps arabe », a reconnu l’impact des manifestations de la place Tahrir sur l’agitation populaire malgré la différence des situations, le cours des événements en Tunisie, en Égypte, puis en Libye et en Syrie surtout, en 2012 et 2013, a stoppé net cette identification spontanée. Les menaces locales et régionales et les incertitudes politiques ont dissipé l’émotion collective que les manifestants de Tunis et du Caire avaient suscitée en Israël. L’occasion a été manquée et le discours officiel a conforté sans difficulté son hégémonie. Certes, les doyens de la politique israélienne – Shimon Peres et l’ancien ministre Dan Meridor – ont mis en garde contre les erreurs que recèle la vision fataliste et pessimiste de Netanyahou qui a lu les bouleversements en cours avec des outils analytiques forgés avant leur irruption, et donc, obsolètes. Fort de son expérience et de son âge avancé, le président de l’État d’Israël a salué avec optimisme « le souffle de changement » qui agite la jeunesse du monde arabe sur laquelle il fonde ses espoirs tout en plaidant pour la patience avant que se décante le sens ultime des événements. Conscient du flux et du reflux propres aux secousses de l’Histoire, il a estimé au lendemain de la victoire des Frères musulmans que leur triomphe électoral n’était qu’une étape et que s’ils échouaient à tenir leur promesses dans le domaine économique, les jeunes ne s’en tiendraient pas là 16. Les événements ultérieurs ont confirmé sa prévision.

30D’anciens hauts responsables de la sécurité et de l’armée, tels Ephraïm Halévy et Meïr Dagan, anciens chefs du Mossad, et Amos Yadlin, ancien chef du Renseignement, ont présenté des interprétations plus nuancées et plus complexes d’une situation qui leur paraît d’autant plus difficile à cerner qu’elle est encore en mouvement, et donc plus imprévisible dans un sens comme dans l’autre. Ils estiment tous cependant qu’à long terme, elle est plus riche d’espoir que de menaces pour Israël si ce dernier tirait parti de la situation actuelle pour surprendre le monde arabe et les Palestiniens par une initiative diplomatique d’envergure. Autrement, dit, si au lieu d’être des observateurs et des interprètes alarmistes et passifs, le gouvernement se décidait à agir.

31Ce ne sont pas, en vérité, les déclarations de telle ou telle personnalité israélienne qui sont susceptibles aujourd’hui d’avoir des effets sensibles sur l’opinion publique. Il est une donnée nouvelle dont on ne peut encore mesurer toutes les conséquences : depuis 2011, les Israéliens sont régulièrement informés des évolutions intérieures qui ont cours au sein des sociétés arabes. Ainsi apprennent-ils progressivement à défaire ce qui leur apparaissait comme un bloc d’un seul tenant : le monde arabe. Si à cette notion de « monde arabe » se substituent des conflits ethniques et communautaires conduisant au désordre et à la désintégration des États, c’est la perception de cet environnement comme une « jungle » dont Israël doit coûte que coûte se protéger qui s’en trouvera renforcée. En revanche, si l’affrontement principal oppose les tenants de la démocratie aux partisans de l’autoritarisme, avec au cœur la lutte des femmes pour l’égalité des droits ; si les acteurs de la société civile et de la classe politique font la démonstration de leur capacité de résistance face aux empiètements et aux violations des Frères musulmans, le regard des Israéliens cessera d’être monolithique et totalisant. Il n’est pas exclu même qu’ils se rendent compte d’une analogie relative aux prétentions du religieux à régenter la vie civile et politique : loin d’être aussi opposées qu’on le prétend, les sociétés arabes et israélienne découvriraient ce par quoi elles se ressemblent.

32La brèche, aussi ténue soit-elle, pourrait-elle favoriser un changement de paradigme dans les relations entre Israël et le monde arabe, figées depuis le déclenchement de la seconde Intifada et la fin de la dynamique de réconciliation potentielle ouverte avec les accords d’Oslo ?

Bibliographie

Bibliographie

Bligh Alexander 2013, « Lack of Palestinian reaction to the Arab Spring », in E. Inbar (dir.), An Arab Spring ? Israel, the World and the Changing Region, Tel-Aviv, Yediot Sfarim, p. 115‑135 (en hébreu).

Byman Daniel 2012, « Israel’s pessimistic View of the Arab Spring », The Washington Quarterly, 34/3, p. 123‑136.

Greilsammer Ilan 2012, « Israël face au “printemps arabe” », Politique étrangère 1, p. 123‑134.

Heller Mark A. 2012, « Israeli Responses to the Arab Spring », in Y. Guzansky et M. A. Heller (eds.), One Year of the Arab Spring: Global and Regional implications, Tel-Aviv, Institute for National Security Studies.

Inbar Efraim 2012, « Israel’s National Security Amidst Unrest in the Arab World », The Washington Quarterly, 35/3, p. 59‑73.

Lehrs Lior 2013, Egyptian Plague or Spring Youth ? The Israeli Discourse regarding the Arab Spring, Tel-Aviv, Mitvim, The Israeli Institute for Regional Foreign Policies, Friedrich Ebert Stiftung.

Panayiotides Nicos 2012, « Is the Arab Spring Israel’s Winter ? Strategic Instability in the Middle East », International journal on World Peace, 29/1.

Sharansky Natan 2004, The Case for Democracy : The Power of Freedom against Tyranny, Public Affairs.

Notes

1 Greilsammer 2012, p. 124‑125.

2 Bligh 2013, p. 115.

3 Benjamin Netanyahou, Discours d’ouverture de la rentrée parlementaire, 29 octobre 2011.

4 Les résultats des dernières élections en Libye n’ont pas confirmé cette règle (qui a souffert d’autres exceptions, que l’on pense à l’élection de Y. Arafat en 1996 ou au Liban).

5 La thèse de la démocratie comme impératif préalable, reprise et développée par l’ancien refuznik Nathan Sharansky dans un livre qui inspira le président américain George W. Bush, se heurtait à la réalité des problèmes politiques posés par l’instauration du suffrage universel lorsque celui-ci offre le pouvoir aux islamistes (Sharansky 2004).

6 Byman 2012, p. 129.

7 L’interview de Moshe Yaalon par le journaliste Yoni Kampinski diffusée le 14 juin 2012 sur la station radiophonique Aroutz 7 est consultable sur le site www.inn.il

8 Lehrs 2013, p. 2.

9 Israël Hayom, 20 avril 2011.

10 « ‘When some people in the West see what’s happening in Egypt, they see Europe 1989’, an Israeli official remarked. ‘We see it as Teheran 1979’ », cité par Janine Zacharia, « Israel wary of transition in Egypt, concerned about regional stability », The Washington Post, 2 février 2011.

11 Heller 2012, p. 76.

12 Inbar 2012, p. 60.

13 Panayiotides 2012, p. 25.

14 Tout de suite après l’éviction de Moubarak, des actes de sabotage sur le gazoduc se sont multipliés. L’inquiétude initiale sur les perspectives d’approvisionnement s’est dissipée entre temps avec la découverte de gisements de gaz dans ses eaux territoriales. Israël a désormais son indépendance garantie dans ce domaine.

15 Greilsammer 2012, p. 133.

16 « The young people will not be able to calm down ». Shimon Peres, cité par Lehrs 2013.

Auteur

Maître de conférences en sciences politiques à l’Open University d’Israël

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable