Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Introduction. Décloisonnements et contraintes révolutionnaires

M’hamed Oualdi, Delphine Pagès El-Karoui et Chantal Verdeil

Texte intégral

Désillusions 1 ?

  • 1 Nous remercions vivement Élisabeth Longuenesse et Sylvia Chiffoleau pour leur relecture attentive d (...)

1Déceptions et désillusions… Les mois qui ont suivi les révolutions tunisienne, égyptienne puis libyenne ont abouti à des sentiments comparables : une nécessité du retour au réel, une euphorie laissée derrière soi, une retombée d’enthousiasmes qu’avaient naguère connues, dans des situations de transition démocratique, il est vrai distinctes, le Portugal, l’Espagne post-franquiste puis l’ensemble des pays de l’Est.

2La Tunisie, là même où la dynamique révolutionnaire a pris naissance dès décembre 2010, était plongée dans de profondes hésitations. L’écriture d’une nouvelle Constitution jusqu’à sa promulgation a suscité de longs débats, parvenant à des résultats provisoires qui ne remportent pas l’assentiment général tant les constituants ont oscillé entre différentes définitions de ce que devrait être la « tunisianité », entre des normes du droit positif et des volontés de référence à des normes islamiques. Ce temps révolutionnaire, par la nécessité même du débat démocratique, a été ralenti par des à-coups constants, par définition plus imprévisibles, des plongées en violence liées à des forces proches de l’Ancien Régime, puis à des groupes identifiés et labellisés de manière large comme salafistes, et par des affrontements plus ou moins directs entre tenants d’un islam politique et défenseurs d’une Tunisie laïque (International Crisis Group 2013). Aux incertitudes de cet entre-deux politique s’ajoutent les difficultés économiques liées à la crise mondiale et aux bouleversements politiques (baisse de la fréquentation touristique, fermeture d’usines). Les deux phénomènes se sont conjugués pour créer une atmosphère d’attente tantôt pleine d’espérance, tantôt inquiète et résignée, d’un nouveau cadre politique qui serait propice, espère-t-on, à une reprise économique.

3En emboîtant le pas à la Tunisie, l’Égypte a transformé ce processus en un mouvement généralisable à l’ensemble du monde arabe. Un mois après le départ de Ben Ali, Moubarak abandonne à son tour le pouvoir, après 18 jours d’intense contestation populaire et le lâchage par l’armée et les États-Unis. À l’inverse de la Tunisie, les Égyptiens optent pour l’élection dans un premier temps d’une assemblée législative, remportée massivement par les Frères musulmans et les salafistes (70 % des voix) et ensuite pour la rédaction d’une nouvelle Constitution. En juin 2012, le Frère musulman Mohammed Morsi devient le premier président élu démocratiquement en Égypte, à une courte majorité cependant. En août 2012, il semble parvenir à se débarrasser de la tutelle de l’armée qui, sous l’égide du Conseil supérieur des forces armées (CSFA), gouvernait le pays depuis la chute du raïs. Après avoir tenté de s’octroyer des pouvoirs exceptionnels, Morsi doit finalement reculer, sous la pression de la rue, en décembre 2012. Le mécontentement contre les Frères s’étend en Égypte, en raison de leur faible rupture avec les pratiques autocratiques, de leurs tentatives de placer leurs hommes aux postes-clés du régime, et surtout de leur incapacité à rétablir une situation économique de plus en plus catastrophique. L’exaspération culmine le 30 juin 2013, en de massives manifestations demandant le départ de Morsi. L’armée s’empare de ce prétexte pour destituer Morsi, quelques jours plus tard et suspendre la Constitution. Ce deuxième acte de la révolution égyptienne conduit à des heurts très violents entre manifestants pro et anti-Morsi, qui font redouter la guerre civile. Le 14 août, l’état d’urgence est rétabli, des centaines de manifestants, soutenant les Frères musulmans, sont tués. Avec l’interdiction de ses activités, le gel de ses avoirs et l’arrestation de ses principaux cadres, la confrérie est bâillonnée. S’engage ainsi un violent bras de fer entre l’armée et les Frères musulmans, une lutte entre deux forces peu démocratiques, déjà présentes sous l’ancien régime.

4À l’origine, la grande force des deux premières révolutions est de s’être déroulées sans intervention étrangère manifeste : dirigées contre des autocrates soutenus par l’Occident, elles ont renvoyé l’image, au départ, de révoltes pacifiques, autochtones et unifiées. Ce n’est pas le cas de la Libye qui a ouvert une nouvelle page dans l’histoire des révolutions arabes, avec d’une part, la guerre civile entre partisans et opposants à Kadhafi et d’autre part, l’intervention militaire de l’OTAN en mars 2011. Si des fondations démocratiques ont été jetées par la déclaration constitutionnelle du Conseil National de Transition (CNT), le 8 août 2011, et cela avant même la mort de Kadhafi, le 20 octobre 2011, l’autorité des représentants de l’État reste cependant encore contestée. Le gouvernement libyen est placé sous la pression d’une centaine de groupes de miliciens qui poussent à marginaliser tout complice ou acteur proche de l’ancien régime Kadhafi (Haddad 2012). Les forces de sécurité sont régulièrement débordées surtout à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque (notamment lors des attentats contre le consulat américain). Par ailleurs, les ondes de choc de la révolution libyenne se sont propagées sur toute la frange sahélienne. Le renvoi des mercenaires africains et la circulation des armes libyennes ont amplement contribué à déstabiliser des États faibles, déjà fragilisés par la présence d’al-Qaida. La crise malienne qui a suscité l’intervention militaire française, en est le principal symptôme.

5Parmi les pays qui ont vu le départ de leur autocrate, le Yémen constitue un cas à part. Dès janvier 2011, les manifestations ont commencé dans le sillage tunisien. Le départ du président Saleh a été plus long à obtenir qu’en Égypte ou en Tunisie, mais n’a pas donné lieu à une guerre civile comme en Libye. Sa démission, négociée, en janvier 2012 avec l’Arabie Saoudite, lui a octroyé l’immunité et permis de rester au Yémen. Il garde par conséquent un rôle politique actif qui est loin de toujours faciliter la transition politique. Sous l’égide d’un gouvernement d’union nationale, incorporant des cadres de l’ancien régime dont de nombreux parents du partisan déchu, le nouveau président Mansour Hadi a lancé un large processus de dialogue national, avant de réviser la Constitution et d’organiser de nouvelles élections. On saisit là le souci de l’Arabie Saoudite, de contrôler les processus révolutionnaires, chez ses voisins, lâchant un peu de lest, dans le cas du Yémen, intervenant implacablement dans la répression de la contestation à Bahreïn. En effet, dès le 15 mars 2011, la révolution y était matée : c’était le premier échec après les succès tunisien et égyptien, peu couvert par les médias occidentaux. Face à une mobilisation qui ne faiblissait pas et devant l’inefficacité des mesures prises par le gouvernement – remaniement ministériel, avantages sociaux accordés à la population –, l’émir du Bahreïn a fait appel au Conseil de Coopération du Golfe, qui est intervenu, le 14 mars 2011, avec ses chars et ses soldats pour réprimer l’opposition.

  • 2 Selon un bilan établi par le HCR en août 2013 : « la population réfugiée s’élevait à 110 000 en Égy (...)
  • 3 « Le nombre des réfugiés syriens dépasse 1,5 million et davantage sont attendus », site de l’UNHCR,(...)

6En Syrie, les chars et les soldats du gouvernement ne sont pas parvenus à mettre fin au soulèvement, mais ils ont conduit à le transformer en conflit civil. Le soulèvement pacifique des premiers mois (printemps 2011) s’est mué progressivement en révolte armée en raison de la brutalité de la répression (Filiu 2013) avec son cortège de morts, de blessés et de réfugiés. Les entraves imposées à la circulation des journalistes, des chercheurs, des diplomates et des organisations humanitaires, la manipulation de l’information via notamment internet et les réseaux sociaux (Gonzalez-Quijano 2012) rendent très difficile une appréciation fiable de la situation. Quelques faits paraissent cependant indéniables. L’extrême violence de la répression, mais aussi de certains groupes insurgés provoque des déplacements massifs de population, à l’intérieur de la Syrie comme vers les pays frontaliers, le Liban, la Turquie et la Jordanie 2. Début septembre 2013, le nombre de réfugiés à l’extérieur de la Syrie, dépassait deux millions de personnes (sur 20 millions d’habitants) selon le Haut Commissariat aux Réfugiés qui a enregistré un doublement du nombre de réfugiés entre janvier et août 2013 3. Selon ses estimations, la moitié d’entre eux sont des enfants de 17 ans et moins. À cette même date, plus de 4 millions de personnes seraient des déplacés à l’intérieur de la Syrie, ce qui signifie qu’entre le quart et le tiers de la population syrienne aurait quitté ses foyers. À l’intérieur du pays, l’augmentation des prix et les difficultés d’approvisionnement affectent durement certaines régions dans un espace que les entraves à la circulation rendent très fragmenté. La crise humanitaire est bel et bien là, et même dans le cas d’un arrêt de la violence, il faudra des mois pour la résorber. Sur le plan militaire enfin, l’internationalisation a franchi un nouveau seuil au printemps 2013, marqué par plusieurs attaques israéliennes et la reconnaissance officielle par les dirigeants du Hezbollah libanais de l’engagement de leurs partisans aux côtés de Bachar al-Assad (notamment lors de la bataille de Qoussayr en mai 2013), tandis que, du côté de l’opposition, l’implication du Qatar et plus encore de l’Arabie saoudite, comme d’organisations jihadistes transnationales est désormais admise par tous. La violence (des combats, des attentats et des massacres), l’émiettement des forces en présence, le morcellement du territoire et le flux des déplacés et des réfugiés évoquent la situation irakienne ou la guerre civile libanaise, et conduisent à penser que la Syrie s’enfonce désormais dans un conflit meurtrier et durable.

7L’Algérie et le Maroc ont relativement échappé à ce souffle révolutionnaire. Les souverains et gouvernants ont pu estimer qu’ils avaient enclenché des réformes politiques bien avant Tunis et Tripoli (à la suite des émeutes de 1988 dans le cas d’Alger, au terme du règne de Hassan II en 1999 et aux premières années du règne de son fils Mohammed VI). La république algérienne et la monarchie chérifienne ont néanmoins dû faire face à des contestations publiques. Les deux régimes ont cherché à couper court à des revendications de changements structurels d’une manière comparable. Le roi Mohammed VI a annoncé, le 9 mars 2011, des réformes constitutionnelles – séparation des pouvoirs ; renforcement des attributions du Premier ministre ; élargissement des libertés individuelles – (Vermeren 2012, p. 107) – et les élections législatives du 25 novembre ont consacré le parti islamiste Justice et Développement, comme principale force politique du pays, remportant 107 des 395 sièges de la chambre des représentants. Pour sa part, le 15 avril 2011, le président Bouteflika promettait une plus grande ouverture du jeu politique (Chena 2011, p. 108 ; Dahmani 2012) cependant que les législatives du 10 mai 2012 étaient remportées par des partis dits « présidentiels », l’historique FLN (Front de Libération Nationale) et le RND (Rassemblement National Démocratique). L’éventail de propositions constitutionnelles a pu à la fois rassurer des partenaires internationaux de ces pays (diplomaties européennes et nord-américaines, institutions financières internationales) mais sans réellement convaincre des observateurs et analystes maghrébins et français de la vie politique de ces deux pays qu’ils soient journalistes ou universitaires (Aghrout, Zoubir 2012 ; Benchemsi 2013 ; Vermeren 2012, p. 108‑109).

8Dans les pays du Golfe, la contestation existe mais elle ne parvient pas à détruire la légitimité des États, qui repose sur la générosité des pouvoirs publics, permise par la manne pétrolière. Cependant, la forte croissance démographique et les changements sociaux (essor du travail féminin, chômage élevé) perturbent ces systèmes de redistribution. En réponse au risque de « contagion » de la révolte, les pays du Golfe ont acheté la paix sociale via une redistribution exceptionnelle de la rente pétrolière : l’Arabie saoudite, par exemple, a prévu de dépenser 130 milliards de dollars, afin de mettre en place une assurance-chômage, d’augmenter le salaire des fonctionnaires, de créer une centaine de milliers d’emplois publics, notamment au ministère de l’Intérieur, et d’accélérer la construction de logements subventionnés (Louër 2011 ; Lacroix 2011). Le printemps arabe a permis l’accélération de la coopération régionale au sein du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), que ce soit pour réprimer militairement la révolte à Manama, ou pour débloquer des fonds exceptionnels pour les pays les moins fortunés qui connaissent les difficultés politiques les plus sérieuses (Bahreïn, Oman). Si une telle politique empêche dans l’immédiat l’extension de la contestation, elle paraît difficile à tenir sur le long terme. D’une part, elle pèse lourdement sur les budgets nationaux, tout en étant conditionnée par des prix élevés du pétrole. D’autre part, en gonflant artificiellement la fonction publique, elle fragilise la participation nationale au secteur privé, dominé par les travailleurs étrangers (Hertog 2011). Elle va par là même à l’encontre des politiques économiques et sociales menées depuis des années qui consistaient à préparer « l’après-pétrole » en développant un secteur privé compétitif qui emploierait des nationaux.

9Enfin, en Jordanie, face à des manifestants qui réclament, depuis février 2011, l’instauration d’une monarchie parlementaire et la fin de la corruption liée aux privatisations, le roi a engagé une « réforme par le haut » : il a amendé la loi électorale en 2012, mais sans convaincre la principale force d’opposition, le FAI (Front d’action islamique) qui a boycotté les élections ; il a cédé à certaines revendications populaires (distribution de terres à des tribus bédouines, restaurations de municipalités supprimées…). La réforme semble d’autant plus délicate que la société jordanienne reste conservatrice et profondément divisée, notamment selon le clivage autochtones/Jordano-Palestiniens, et qu’elle est fortement fragilisée par l’arrivée massive des réfugiés syriens (Ababsa 2013).

De la difficulté d’écrire « à chaud » sur les révolutions

  • 4 Certains textes présentés ici ne figuraient pas initialement parmi les contributions du colloque.
  • 5 Voir pour un premier bilan des ouvrages ou articles parus sur les révolutions arabes la recension é (...)

10Entre ces temps de désillusion et les moments d’enchantement révolutionnaire, les actes de ce colloque, organisé en février 2012, ont été conçus et rassemblés entre mars et septembre 2013 4. Le questionnement a été pensé un an après le déclenchement des premiers événements révolutionnaires. Nos interrogations reflétaient non seulement le début d’une situation d’entre-deux, de transition mais aussi, la triple spécificité de l’institution universitaire, en l’occurrence l’INALCO (l’Institut national des Langues et Civilisations Orientales ou « Langues O’ »), à laquelle nous nous rattachions alors : la pluridisciplinarité, l’ouverture internationale et la réflexion sur les langues. À l’image de l’INALCO, cet ouvrage rassemble des chercheurs de disciplines différentes (de la géographie à la sociologie en passant par la linguistique). Forts de la dimension internationale des thématiques de recherches des « Langues O’ », nous souhaitions décrire et suivre « les ondes de choc » des révolutions, à l’intérieur de la sphère arabe, et au-delà, dans leurs répercussions régionales ou internationales. À la différence de la plupart des ouvrages ou des travaux collectifs centrés sur le monde arabe 5, il nous semblait important d’approcher les effets des révolutions dans un contexte régional dépassant d’une part le monde arabe proprement dit, et d’autre part les confrontations bilatérales États-Unis/Europe versus monde arabe. À partir de la Turquie, d’Israël, de l’Iran, de la Russie et de la Chine, plusieurs contributeurs s’interrogent sur les perturbations provoquées par ces révolutions sur les diplomaties et les équilibres régionaux. La plupart d’entre eux ne sont pas spécialistes du Moyen-Orient mais, à partir du point de vue d’États extérieurs à cet espace, ils offrent un regard décentré et neuf sur les processus révolutionnaires. Nécessité était aussi ressentie de comprendre à travers des études de cas et par l’observation de grands médias publics ou d’audience transnationale, ou de la scène artistique, la prolongation voire l’accélération de profondes reformulations des discours et des pratiques politiques pour des problématiques aussi centrales que les usages de l’islam, la perpétuation des logiques « de l’obéissance », les capacités d’engagement ou à l’inverse de démobilisation. Le troisième volet fait écho aux transformations sociales et spatiales sur lesquelles les révolutions ont jeté une lumière nouvelle : les effets politiques et spatiaux de la politique de libéralisation syrienne, les migrations notamment en Tunisie en Jordanie ou dans le Golfe, la reconfiguration de l’espace public en Égypte, l’organisation de l’espace libyen y sont reconsidérés selon un angle qui fait la part belle aux espaces, où s’incarnent concrètement les mobilités ou le confinement, l’aisance ou la relégation, la mobilisation ou la frustration.

11Écrire « à chaud » sur les processus révolutionnaires présente certains risques dont nous avons bien conscience et que nous assumons. Premier risque, celui d’être dépassé par une actualité foisonnante : les sciences sociales sont filles de leur époque qui oriente les interrogations des chercheurs et conditionne leur accès aux sources. Or de ce point de vue, l’abondance des informations s’avère souvent illusoire voire trompeuse. Discerner ce qui révèle des transformations profondes de ce qui relève de l’écume des événements, ne pas se laisser leurrer par un foisonnement qui maintient les coulisses dans une obscurité que seul le temps et la consultation d’archives permettront de dissiper et ne pas céder aux sirènes de la prospective requièrent toute l’habileté du chercheur.

12Pour une meilleure compréhension de ces processus au long cours, il nous a paru important d’apporter des éclairages sur des temporalités plus longues : plusieurs textes (ceux de Sarah Ben Néfissa, d’Olivier Pliez et d’Yves Gonzalez-Quijano), se penchent plutôt sur l’amont des processus révolutionnaires et tous les inscrivent dans un contexte plus large. Par ailleurs, nous avons privilégié les analyses visant, avant tout, à démêler l’écheveau complexe des événements en cours, ainsi qu’à déconstruire certains clichés véhiculés par les médias.

  • 6 Le livre de J.-P. Filiu (2013) est caractéristique à cet égard. Remarquablement informé, c’est auss (...)

13Cela dit, les chercheurs restent très dépendants des sources journalistiques, et c’est pour aussi pour cette raison que des travaux sur les médias arabes nous ont paru nécessaires. Le travail de S. Ben Néfissa sur les journalistes de la presse égyptienne « indépendante » se révèle à cet égard particulièrement salutaire. Proches des milieux de gauche, dominés socialement, peu influencés par les Frères musulmans, ces journalistes se sont fait l’écho des mouvements sociaux qui ont agité l’Égypte dans les années 2000, laissant dans l’ombre les Frères musulmans et les salafistes. Enfin, se pose la question de l’engagement du chercheur. Les débats que suscite une éventuelle intervention internationale en Syrie (ou plutôt le degré et les modalités de l’implication des États voisins, alliés ou hostiles à Bachar al-Assad dans le conflit) entretiennent la confusion et rendent quasiment impossible une compréhension sereine de la situation 6.

14Les différentes parties de cet ouvrage, qui n’épuisent pas d’autres dimensions des révolutions et de leurs effets, ne sont ici pas cloisonnées ou distinctes mais à l’évidence, interagissent et se complètent. Car les heurs et malheurs des diplomaties iranienne, turque, israélienne, chinoise et russe dans la région ne se comprennent qu’en prenant en compte les progressives puis brusques transformations des pratiques politiques en contexte révolutionnaire au Maghreb et au Proche-Orient. Le rôle complexe des médias internationalisés tant par leur moyen de diffusion que par leur financement est à la charnière entre ces deux domaines d’approche des révolutions. Les différents champs d’expression, notamment artistique, se constituent à la croisée des questions de démocratisation (censure/autocensure) et de globalisation (formation d’un marché de l’art international qui inclut ce qui était conçu auparavant comme des périphéries de la création). Sur un plan plus général, le lecteur pourra se rendre compte que les réflexions et analyses sur les révolutions révèlent autant des transformations plus globales, qu’elles n’indiquent des voies épistémologiques et méthodologiques pour considérer les sociétés bousculées par les dynamiques révolutionnaires.

Les ondes de choc régionales et internationales des révolutions arabes

15Pour ce qui est des effets régionaux des révolutions, une confrontation des réflexions sur les diplomaties russe, chinoise, iranienne, turque et israélienne (menées respectivement par Anne de Tinguy, Sébastien Colin, Azadeh Kian, Hamit Bozarslan et Denis Charbit) souligne combien les appareils diplomatiques ont été désarçonnés par les processus révolutionnaires dans le monde arabe qui ont, parfois, conduit à des renversements d’alliance.

16D. Charbit met ainsi en lumière les hésitations d’Israël, qui s’était accommodé de la présence des Frères musulmans au Caire, face à la crise syrienne. Les stratégies diplomatiques nationales ont toujours des ressorts distincts : soutien au régime de Bachar al-Assad par un pouvoir iranien éprouvé par le mouvement vert de 2009, exposé sur le dossier du nucléaire, et par un gouvernement russe qui n’entend pas laisser avancer les forces occidentales et islamistes sur un terrain méditerranéen où il bénéficie encore de bases militaires et d’appui logistique ; engagement en revanche en faveur de l’opposition syrienne de la part d’une diplomatie turque qui ne parvint pas à convaincre Damas, avec qui les liens s’étaient resserrés avant 2011, d’adopter de réelles réformes politiques ; priorité donnée par le gouvernement israélien à la sécurité aux zones frontalières et à des États qui garantiraient le respect des traités de paix. À chaque fois, les relations de ces différents pays avec le monde arabe en révolution sont aussi à replacer dans un cadre plus étendu : la position de l’Iran ne peut se comprendre sans rappeler le dossier nucléaire qui l’oppose aux États-Unis et aux Européens ; l’attitude de la Russie doit s’évaluer à la lumière de ses engagements dans le Caucase et en Afghanistan ; les choix des autorités israéliennes ou, à l’inverse, leur difficulté à se déterminer face aux événements syriens ont bien sûr à voir avec les appuis de l’Iran et du Hezbollah au pouvoir d’Assad.

17La Chine, deuxième puissance économique mondiale, a cherché jusqu’à présent à ne pas apparaître comme une puissance hégémonique au plan diplomatique, pour se démarquer de ses rivaux américains ou européens : elle développe des partenariats économiques avec des pays en développement, sans y adjoindre de contreparties politiques. Toutefois, selon Sébastien Colin, les limites de sa position de non-ingérence dans les affaires intérieures des États, se sont exprimées au moment de la crise libyenne. La non-ingérence devient de plus en plus difficile à tenir, quand la Chine doit aussi préserver ses propres intérêts économiques, notamment en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, dont elle reste très dépendante pour son approvisionnement énergétique.

18Des considérations de politique intérieure pèsent aussi sur les diplomaties. Celle de la Turquie est inséparable de sa politique vis-à-vis des Kurdes et des Alévis. La politique étrangère de la République islamique d’Iran, qui oscille entre idéologie et pragmatisme, est tributaire des rivalités de pouvoir qui s’expriment au sommet de l’État, ce qui accentue le caractère heurté de son cheminement. Le gouvernement chinois s’est très vite inquiété du miroir tendu par les révolutions arabes sur sa propre situation intérieure : assurant que les situations n’ont rien de comparables, il s’est pourtant empressé de renforcer son emprise sur internet et les réseaux sociaux pour éviter toute « contagion », réfutant tout parallèle possible entre la place Tahrir et la place Tienanmen. Le gouvernement israélien s'est montré, selon D. Charbit, très méfiant, sinon hostile, face à des mouvements de révolte qu'il perçoit comme dangereux pour la sécurité de son pays.

19Attentisme, hésitations, atermoiements, revirements : par l’incertitude qu’il provoque, le processus révolutionnaire malmène les diplomaties. Il a contribué par là même à modifier l’image de nombreux pays (la Turquie, l’Iran ou la Russie) dans le monde arabe. Tout en revendiquant une paternité historique dans les mouvements révolutionnaires, la République islamique n’a bénéficié d’aucun regain d’influence en tant que modèle politique. À l’exception du Liban et de l’Irak, selon Azadeh Kian, le régime a perdu de sa popularité dans le monde arabe et musulman. Parallèlement, en usant à trois reprises de son droit de veto aux Nations Unies, Moscou a réduit la capacité d’action du Conseil de sécurité dans la crise syrienne alors même que la diplomatie russe pouvait miser sur cette institution où elle bénéficie d’un siège permanent. Pour sa part, le gouvernement turc d’Erdogan qui avait gagné en popularité avant la Révolution par ses choix dans le conflit israélo-palestinien, a hésité dans la marche à suivre face aux événements révolutionnaires. De fait, d’après Hamit Bozarslan, auprès des gouvernements à coloration islamiste qui ont émergé à Tunis, Tripoli et Le Caire, c’est moins la Turquie en tant que telle qui serait « appelée à être imitée que l’AKP selon sa capacité » « à « sortir d’un islam révolutionnaire » et « à redéfinir l’islam sur la base de conservatisme et l’orthopraxie ».

20Les dynamiques de sanctuarisation de la République iranienne et dans le même temps de possible diffusion d’un modèle de gouvernement islamo-conservateur renvoient du coup à une des nombreuses alternatives qui s’offrent aux démocraties en train de s’inventer au cours des processus révolutionnaires : le maintien dans une matrice révolutionnaire, fût-ce un islam révolutionnaire, ou l’intégration dans des logiques plus communes, dans « une certaine banalité du monde » qui n’excluent pas des contextes très incertains et parfois violents, selon l’expression de H. Bozarslan. Ces choix possibles, le basculement d’un temps révolutionnaire à une inscription conservatrice en disent long sur une idée convoquée par ce même auteur, celle de « vengeresse complexité du monde » de Pierre Hassner (2002), dont la destitution de Morsi offre un saisissant exemple.

Vers la fin des monopoles médiatiques ? Libération de la parole et maintien de la censure

21La question des éventuelles transformations des langues et des discours du politique, perçus par le prisme des médias et de l’art contemporain, rejoint et surtout complète ce qui a été constaté pour les effets régionaux. La majorité des contributions réunies dans cet ouvrage prennent leur distance avec les hypothèses hâtives d’une « révolution 2.0 », d’une révolution guidée par des activistes internautes et journalistes citoyens. Elles soulignent en revanche le rôle des médias dans les conflits sociaux et les soulèvements révolutionnaires. Ainsi comme le montre Nadia Makouar, la contribution d’Al-Jazeera à la révolution égyptienne se traduit aussi par la diversité et la force des termes que la chaîne satellitaire emploie pour en parler (intifada, marche, révolution populaire) alors qu’elle est beaucoup moins prolixe concernant le soulèvement au Bahreïn dont elle minimise l’importance. Sur ce sujet, la chaîne qatarie se montre néanmoins plus neutre que le journal Al-Sharq al-Awsat, financé par des intérêts saoudiens.

22Pour expliquer le rôle des médias dans les processus révolutionnaires en cours, plusieurs contributions entérinent le schéma explicatif d’une « confluence médiatique » entre médias dits classiques et nouveaux médias proposé par Tourya Guaaybess (2011), c’est-à-dire d’une information reprise selon diverses formes notamment par les imbrications de différents médias au sein d’un même système (ce dont témoigne, par exemple, l’organisation de l’information du groupe Al-Jazeera). Selon ce type de perspective, les réflexions avancées par Yves Gonzalez-Quijano et Sarah Ben Néfissa se penchent davantage sur ce qu’ont permis depuis les années 1980 et surtout dès la fin des années 1990, les évolutions techniques, capitalistiques et socioprofessionnelles des médias : non pas tant comme préfiguration de révolutions, de toute manière imprévisibles, mais comme chambres d’échos aux mouvements sociaux, aux formes d’écriture de la contestation et aux décloisonnements des secteurs de mécontentement. Y. Gonzalez-Quijano rappelle que toute une série de facteurs et notamment de changements techniques (télécopie, traitement de texte, publication assistée par ordinateur dans les années 1980 ; chaînes satellitaires dans les années 1990 ; internet dans les années 2000) ont modifié sans les annihiler les systèmes de contrôle étatique sur l’information et du coup abouti progressivement à l’émergence d’une « nouvelle médiasphère ».

23Ce processus de « démonopolisation du champ médiatique », selon l’expression forgée par S. Ben Néfissa, a permis, dans le cas égyptien, une expression publique des conflits politiques et sociaux au fil d’associations et de rivalités entre acteurs médiatiques et acteurs des mouvements sociaux. Tous ces acteurs n’avaient bien sûr pas les mêmes priorités et motifs d’intervention. Des hommes d’affaires égyptiens ont ainsi pu investir dans la presse privée indépendante pour faire avancer des intérêts propres, pour se protéger contre la justice ou s’allier avec des figures du régime présidentiel déchu. Mais en s’associant aux chaînes de télévision satellitaire, cette presse privée fut en pointe pour révéler des affaires et suivre des scandales publics. Au sein même des entreprises de presse, le statut et la situation sociale des journalistes, marginalisés en tant que figures intellectuelles et bloqués dans leurs promotions par des aînés se maintenant aux fonctions de responsabilité, a aussi permis des rapprochements avec des mouvements d’ouvriers grévistes, faisant parfois de ces mêmes journalistes des porte-parole de leurs revendications allant parfois jusqu’à prendre part aux négociations. Ces alliances objectives entre presse privée et chaînes satellitaires, entre journalistes engagés et ouvriers grévistes ont contribué, du coup, à décloisonner des espaces sociaux dans une société très hiérarchisée, à désectoriser les motifs de contestations avant même les révolutions.

24Qu’est-il advenu de ces confluences médiatiques et de leurs effets de décloisonnement dans les processus révolutionnaires en cours ? Si une démocratisation et une diversification de l’information sont toujours revendiquées, Y. Gonzalez-Quijano diagnostique dans le même temps une stabilité de la scène médiatique arabe, ayant survécu aux « convulsions régionales » et des difficultés de passage au politique des « nouvelles mobilisations numériques arabes ». Les démocratisations n’ont à l’évidence pas mis fin aux pressions en tous genres exercées contre la presse. La plupart des grands médias, dont l’existence même dépend de leurs ressources financières, restent la propriété d’hommes liés aux familles princières du Golfe ou aux hommes d’affaires proches des anciens pouvoirs, qui ne sont pas connus pour leurs convictions contestataires. Dans d’autres cas marqués par d’apparents statu quo politiques comme en Algérie, ce ne sont pas seulement les actions de contrôle des médias qui posent problème que l’absence même de langage alternatif : dans ce cas, en suivant deux émissions radiophoniques traitant de la « vie politique » locale, Nedjib Sidi Moussa décrit un processus sophistiqué de domination par perte de consistance du débat politique public, où l’opposition est inoffensive, le pluralisme « administré » (Khalfoun 2000) et la jeunesse peu audible. La timide libéralisation, quand elle est perceptible, ne semble profiter qu’aux organisations islamistes, comme si le pouvoir voulait accréditer l’idée qu’il reste la seule alternative crédible à un gouvernement islamiste.

25Ces difficultés et impasses de l’expression du politique dans les médias arabes d’aujourd’hui peuvent enfin se retrouver dans un autre champ, dans les milieux de l’art contemporain, notamment dans le cas tunisien, analysé par Annabelle Boissier selon le thème de la censure et de l’autocensure. L’auteure montre que les difficultés de constitution d’un champ de l’art contemporain en Tunisie qu’elle avait longtemps interprétées par des rivalités interpersonnelles ou par une incapacité à la division du travail et à la spécialisation, avaient davantage à voir de manière plus globale avec l’autoritarisme du régime dans lequel les artistes étaient enserrés. La difficulté d’opposition aux aînés, aux figures du champ en constitution tendait à stériliser le développement et l’imposition d’une innovation. C’est à la fois l’épisode révolutionnaire tunisien qui a agi comme révélateur de ces relations profondes entre art et politique et qui, on pourrait le rajouter, permet de comprendre aujourd’hui les réactivations des processus de censure et d’autocensure dans un contexte politique tunisien toujours incertain, marqué par de forts antagonismes idéologiques.

Au-delà du confessionnel et du tribal, espaces et sociétés en révolution

26Toutes les analyses des processus politiques et sociaux actuellement en cours en Syrie (Thomas Pierret), en Libye (Olivier Pliez), en Égypte (Delphine Pagès El-Karoui) et concernant les migrations (Françoise de Bel-Air) en soulignent la complexité et conduisent, du même coup, à écarter les explications monocausales ou des grilles d’analyse reposant sur un facteur privilégié. Dans le cas syrien, l’approche confessionnelle s’avère insuffisante pour comprendre l’ampleur et les limites du soulèvement contre le régime, comme le suggère la comparaison avec la révolte du début des années 1980 menée par Thomas Pierret. Selon lui, il faut prendre en compte à la fois les racines économiques et la géographie de l’insurrection. Comme dans bien d’autres pays de la région, c’est le processus de libéralisation de l’économie accélérée dans les années 2000 qui a retiré aux puissances gouvernementales et aux clientèles aux commandes des États des instruments de redistribution, en l’occurrence en direction des populations sunnites des campagnes ou des petites villes. Cette libéralisation a fait perdre sa raison d’être au parti Baas comme outil d’encadrement de la population, ce qu’il restait après avoir perdu son fondement idéologique au début des années 1990 (Picard 1996). C’est cette même politique de libéralisation qui a accentué les inégalités entre Damas-Alep et le reste du pays, d’où le long attentisme des deux cités quand le monde rural et des localités plus petites s’engageaient massivement dans le soulèvement.

27Dans le cas libyen, c’est davantage l’analyse segmentaire, ou de manière plus restrictive, l’explication par le tribal qu’il faut manier avec prudence. Dans sa présentation des complexités libyennes, Olivier Pliez reconnaît l’influence durable des tribus, la nécessité qu’eut l’État libyen de composer avec elles, avant et après le putsch de Kadhafi de 1969. Néanmoins, il remet en perspective et nuance l’impact de ces logiques de parenté et de patronage selon les mutations plus larges qu’a connues la société libyenne, que ce soit l’urbanisation généralisée, la tertiarisation de l’économie ou les efforts d’aménagement du territoire. Si la politique du gouvernement dans ce domaine a permis de désenclaver le territoire et de mieux articuler les trois composantes historiques du pays (à savoir la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan), il a accompagné la « construction d’espaces migratoires ». En somme, si la tribu fut active dans la révolution, elle était déjà remodelée et débordé par la ville, l’économie et les migrations.

28Dans chacun des territoires et à une échelle transnationale, comme les cas syrien, libyen et égyptien le suggèrent, la question des déplacements et des migrations est devenue fondamentale pour comprendre à la fois les chocs politiques qu’ont connus les sociétés arabes mais aussi les liens souterrains entre ces transformations à court et moyen terme. D’après Françoise de Bel-Air, les migrations au sein du monde arabe ont eu, de ce point de vue, des effets ambivalents : elles auraient consolidé les régimes autoritaires puis, selon un mouvement inverse, nourri les contestations de ces régimes. En offrant un débouché aux chômeurs et diplômés, les migrations auraient rendu difficile le « renouvellement des élites, l’innovation » et, de facto, les remises en question des régimes autoritaires, notamment la confiscation de l’accès aux ressources par quelques groupes cooptés. Cette dynamique de renforcement des régimes autoritaires a commencé à s’affaiblir puis à s’inverser au détriment des pouvoirs en place avec les transformations des politiques et des contextes migratoires, dans les années 2000, aussi bien avec les contrôles accrus à destination de l’Europe qu’avec les revendications de « nationalisation de la main-d’œuvre » au sein des pays du Golfe. À titre d’exemple, à Bahreïn, les opposants au régime ont entre autres réclamé d’arrêter de naturaliser des migrants sunnites ; selon un autre cas de figure, dans le centre ouest de la Tunisie, dans la région de Sidi Bouzid, les migrations contraintes vers les zones littorales ou clandestines vers les pays européens n’ont pas bénéficié au développement de cette région de départ et ont certainement souligné les inégalités de traitement d’une société et d’un territoire dits « de l’intérieur ». C’est justement de ces régions, trop enclavées pour que la migration puisse servir d’exutoire qu’est venue la révolution.

29On saisit là toute l’importance d’une géographie des révolutions. Certains lieux ont joué un rôle moteur dans leur déclenchement et ont symbolisé le processus révolutionnaire, comme la place Tahrir, analysée par Delphine Pagès-El Karoui. Les ondes de choc des révolutions arabes doivent être donc saisies non seulement à l’échelle régionale, mais aussi au niveau local. Les révolutions marquent une reconquête des espaces publics, partout dans le monde arabe. La place Tahrir a fonctionné, pendant les 18 jours qui ont précédé la chute de Moubarak, comme un espace de cristallisation des contestations, une synecdoque de la nation, célébrant son unité dans la régénération de l’idéal patriotique, et masquant temporairement ses divisions profondes. Cependant, l’utopie révolutionnaire a eu ensuite la plus grande peine à s’institutionnaliser dans un jeu politique établi et les clivages de la société demeurent béants, alimentant la complexité du processus révolutionnaire. Cette insistance sur les territoires des révolutions a aussi le mérite de rappeler que pour la contestation, la bataille de la visibilité et de la légitimité pour être gagnée doit non seulement se diffuser sur la toile mais aussi s’incarner sur le terrain de l’espace public concret.

30Ce dernier cas montre à quel point les « Anciens Régimes » agissent encore profondément sur les sociétés révolutionnaires. Plus largement, si les ondes de choc régionales des révolutions sont rapprochées des effets sur les médias et sur la production d’un discours politique, deux traits communs et dialectiques se dégagent : d’une part, l’idée du décloisonnement des dynamiques et des conflits dans les sociétés touchées par les épisodes révolutionnaires et, dans le même temps, le maintien de fortes contraintes par la stabilité des scènes médiatiques, les regains de censure et d’autocensure ou, et la résistance des forces d’Ancien régime, encore capable de fédérer autour d’elles de larges pans de la population. En septembre 2013, le souffle révolutionnaire n’a pas balayé les « Anciens Régimes ». Bien plus, il ne cache plus la fragmentation de sociétés pour l’heure bien en peine d’élaborer un consensus minimum sur lequel pourrait se bâtir une ère politique nouvelle et… démocratique.

31Octobre 2013

Bibliographie

Bibliographie

« Lectures thématiques. Lire au sujet du « printemps arabe », 2012, Revue française de science politique 5 vol. 62, p. 915‑939.

Ababsa Myriam 2013, « “Deux pas en avant, un pas en arrière”. Comment réformer la Jordanie ? », Moyen-Orient 19, p. 68‑73.

Achcar Gilbert 2013, Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe, Arles, Actes Sud (Sindbad).

Aghrout Ahmed et Zoubir Yahia H. 2012, « Algérie : des réformes politiques pour éluder le “printemps arabe” », Alternatives Sud vol. 19, 2, Le « printemps arabe » : un premier bilan, Louvain-la-Neuve, Sylepse, p. 137‑152.

Benchemsi Ahmed 2013, « Mohammed VI, despote malgré lui », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques 145, p. 19‑29.

Chena Salim 2011, « L’Algérie dans le “printemps arabe” entre espoirs, initiatives et blocages », in P. Blanc (éd.) Révoltes arabes, Paris, L’Harmattan, p. 101‑112.

Dahmani Ahmed 2012, « Rente et compromis social en Algérie, vers la rupture ? », Raison présente 181 (« Printemps » arabes : thawra ou révolution), p. 97‑103.

Filiu Jean-Pierre 2013, Le nouveau Moyen-Orient : les peuples à l’heure de la révolution syrienne, Paris, Fayard.

Gonzalez-Quijano Yves 2012, Arabités numériques, Le printemps du web arabe, Arles, Actes Sud.

Guaaybess Tourya 2011, Les Médias arabes, Confluences médiatiques et dynamique sociale, Paris, CNRS éditions.

Haddad Saïd 2012, « La fin de l’État des masses ou les incertitudes libyennes », L’Année du Maghreb 8, p. 323‑339. DOI : 10.4000/anneemaghreb.1519

Hertog Steffen 2011, « The Costs of Counter-Revolution in the GCC », Dossiers du CERI. [En ligne] http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/art_sh.pdf

International Crisis Group 2013, Tunisie : violences et défi salafiste. Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, 137, 13 février 2013. [En ligne] http://www.crisisgroup.org/fr/regions/moyen-orient-afrique-du-nord/afrique-du-nord/Tunisia/137-tunisia-violence-and-the-salafi-challenge.aspx

Lacroix Stéphane 2011, « L’Arabie Saoudite au défi du printemps arabe », Dossiers du CERI. [En ligne] http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/art_sl.pdf

Louër Laurence 2011, « Les monarchies du Golfe face au printemps arabe », Dossiers du CERI. [En ligne] http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/intro_ll.pdf

Picard Élizabeth 1996, « Fin de partis en Syrie », Revue du monde musulman et de la Méditerranée 81‑82, p. 207‑229. DOI : 10.3406/remmm.1762

Vermeren Pierre 2012, « Le Maroc, une royale exception ? », Raison présente 181, (« Printemps » arabes : thawra ou révolution), p. 105‑113.

Notes

1 Nous remercions vivement Élisabeth Longuenesse et Sylvia Chiffoleau pour leur relecture attentive de l’ensemble de cet ouvrage, ainsi que Nadine Méouchy, Lina Khanmé-Sberna pour leur précieuse contribution à sa publication.

2 Selon un bilan établi par le HCR en août 2013 : « la population réfugiée s’élevait à 110 000 en Égypte, 168 000 en Irak, 515 000 en Jordanie, 716 000 au Liban et 460 000 en Turquie. » « Deux millions de réfugiés syriens ; davantage sont en route vers l’exil », site de l’UNHCR, http://www.unhcr.fr/5224e2f69.html, consulté le 18 septembre 2013.

3 « Le nombre des réfugiés syriens dépasse 1,5 million et davantage sont attendus », site de l’UNHCR,http://www.unhcr.fr/519b333ec.html, consulté le 28 mai 2013. « Deux millions de réfugiés syriens ; davantage sont en route vers l’exil », site de l’UNHCR, http://www.unhcr.fr/5224e2f69.html, consulté le 18 septembre 2013.

4 Certains textes présentés ici ne figuraient pas initialement parmi les contributions du colloque.

5 Voir pour un premier bilan des ouvrages ou articles parus sur les révolutions arabes la recension établie par la Revue française de Sciences politiques, 2012.

6 Le livre de J.-P. Filiu (2013) est caractéristique à cet égard. Remarquablement informé, c’est aussi un réquisitoire implacable contre le régime et surtout un plaidoyer en faveur d’une intervention internationale.

Auteurs

Historien, Assistant Professor à l’Université de Princeton en détachement de l’INALCO
Maître de conférences en géographie à l’INALCO et rattachée au CERMOM
Maître de conférences à l’INALCO et membre de l’IUF

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540