Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Chapitre I : la délégation du pouvoir judiciaire

II - Les Abbassides et l’autorité délégante

Texte intégral

  • 169   Cahen, « Points de vue sur la “Révolution ʿabbâside” », p. 296.
  • 170 Johansen, « Wahrheit », p. 994-98.

1D’importantes évolutions se produisirent dans les années 130/750 : les Abbassides étaient parvenus au sommet de l’État au nom d’un idéal de justice qu’ils considéraient être les seuls à pouvoir réaliser, en vertu de leur appartenance à la Famille du Prophète 169. Pour cette raison, peut-être, les réformes mises en œuvre par la nouvelle dynastie touchèrent tout particulièrement l’administration judiciaire, à travers une centralisation progressive de la judicature. B. Johansen a mis en évidence les grandes étapes de cette réforme, à travers l’exemple des cadis d’Égypte, de Baṣra et de Médine. Au cours de leurs premières années de règne, les califes poursuivirent la politique des Umayyades, laissant les gouverneurs de provinces nommer et révoquer leurs cadis. Puis al-Manṣūr mit en place un nouveau système en procédant lui-même aux désignations, et ses successeurs continuèrent à l’appliquer pendant une quarantaine d’années, jusqu’à la guerre civile qui éclata à la mort de Hārūn al-Rašīd et permit aux pouvoirs locaux de reprendre en main l’administration judiciaire. Grâce au retour de l’autorité abbasside à l’ouest du Ḫurāsān après 825, les califes recommencèrent à nommer les cadis. Dans le dernier tiers du ixe siècle, néanmoins, une nouvelle structure émergea, dans laquelle les nominations des cadis semblèrent liées à la nouvelle puissance du vizirat 170.

2Si ce schéma demeure valable, le processus de centralisation et ses ressorts méritent d’être approfondis. Il faut pour cela examiner au plus près l’évolution des désignations en Iraq, en particulier dans les trois villes de Kūfa, Baṣra et Wāsiṭ. Bagdad sera provisoirement laissée de côté. Cette ville, surtout à l’époque où elle fut la capitale du califat, constituait en effet une exception : en vertu du lien privilégié qu’elle entretenait avec le pouvoir central, l’autorité des califes n’y fut presque jamais remise en question. Son histoire est pour cela assez différente, en matière judiciaire, de celle du Sud iraqien dont le fonctionnement administratif est comparable à celui des autres provinces.

1. Des Umayyades aux Abbassides : la transition judiciaire

  • 171   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 54 ; al-ʿAlī, Baġdād, p. 35, 38.

3La prise du pouvoir par les Abbassides provoqua des changements significatifs aux postes clefs de l’État. Dès l’éviction du dernier calife umayyade, al-Saffāḥ consolida le pouvoir de sa famille en nommant ses proches à la tête de l’armée et en confiant à d’autres des gouvernorats locaux. Kūfa fut ainsi dirigée pendant un temps par son oncle Dāwūd b. ʿAlī, puis par son neveu ‘Īsā b. Mūsā, tandis que Baṣra était attribuée à un autre de ses oncles, Sulaymān b. ʿAlī 171.

  • 172   Voir Bligh-Abramski, « Evolution versus Revolution », p. 226 sq ; Cobb, White Banners, p. 45.
  • 173   Pour Ibn al-Muqaffaʿ, voir Kilito, « Ibn al-Muqaffaʿ », dans Bencheikh, Dictionnaire de littératu (...)
  • 174   Tsafrir, The History, p. 54.
  • 175   Bligh-Abramski, « Evolution versus Revolution », p. 236 ; id., « The Judiciary », p. 55.
  • 176   Hodgson, The Venture of Islam, I, p. 275.

4À un niveau inférieur, cependant, la révolution abbasside fut loin de représenter une rupture totale avec la dynastie précédente 172. La nouvelle administration assimila des secrétaires qui avaient travaillé pour les Umayyades, tel Ibn al-Muqaffaʿ (m. vers 140/757) 173, et dans une ville comme al-Anbār la hiérarchie des élites locales ne sembla nullement touchée par le changement dynastique 174. I. Bligh-Abramski, qui expose divers aspects du réemploi de fonctionnaires des Umayyades par le régime abbasside, considère que la justice fut moins touchée par ce phénomène que les autres domaines de l’administration ; de fait, elle ne cite qu’un seul cadi servant successivement les deux dynasties 175. Cela laisse supposer que la révolution abbasside représenta une véritable rupture à ce niveau, au moins, et que la nouvelle dynastie promut de pieux ʿulamā’ jusque-là cantonnés à un rôle d’opposition aux Umayyades 176.

  • 177 Gouverneur d’Égypte de 128/745 à 131/748. Al-Kindī, Ta’rī Mir wa-wulāti-hā, p. 88.
  • 178 Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 348-52, puis 355-56.

5Pourtant, la continuité judiciaire ne peut être minimisée et nombreux furent en réalité les exemples de cadis maintenus en place par le nouveau pouvoir : les Abbassides ne craignirent pas d’utiliser des cadis qui avaient déjà exercé sous leurs prédécesseurs. Le phénomène ne fut pas propre à l’Iraq : il se retrouva de manière ponctuelle dans d’autres provinces. En Égypte notamment, les Abbassides laissèrent en place, à leur arrivée, le cadi ʿAbd al-Raḥmān b. Sālim al-Ǧayšānī qui avait été nommé en muḥarram 128/octobre 745 par le gouverneur al-Ḥawṯara b. Suhayl 177. Il fut finalement révoqué en ramaḍān 133/avril 751, mais pour être remplacé par Ḫayr b. Nuʿaym, qui avait déjà exercé la judicature avant lui, sous les Umayyades, de rabīʿ II 120/avril 738 au début de l’an 128/octobre 745 178.

  • 179   Les historiens arabes divergent sur la date de sa mort qu’ils situent entre 142 (Ibn al-Aṯīr, al- (...)
  • 180   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 241 ; Ibn al-Aṯīr (al-Kāmil, V, p. 274) affirme qu’il fut nommé en (...)
  • 181   Selon Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 243, c’est al-Saffāḥ qui le fit venir et le nomma à al-Hāšim (...)
  • 182   Al-Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, X, p. 152 ; la date de mort de ce cadi est inconnue.
  • 183   Ibn ʿAsākir, Ta’rī Dimašq, XL, p. 9 ; Ibn Ḥaǧar, Tahīb al-tahīb, VII, p. 130.
  • 184   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 266 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 43, 55.
  • 185   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 56. Al-Muṯannā b. Yazīd fut gouverneur de la Yamāma (région de la c (...)

6En Iraq, plusieurs exemples témoignent d’une continuité similaire. Yaḥyā b. Saʿīd al-Anṣārī (m. vers 143/760) 179, qui avait exercé la judicature de Médine au temps du calife al-Walīd II (r. 125/743-126/744) 180, fut appelé en Iraq par l’un des premiers califes abbassides, al-Saffāḥ ou al-Manṣūr 181. Un autre cadi d’al-Manṣūr, ʿUṯmān b. ʿUmar b. Mūsā, qui exerça ses fonctions avant la fondation de Bagdad 182, avait également été cadi de Médine sous Marwān b. Muḥammad (r. 127/744-132/750), le dernier calife umayyade 183. À Baṣra, la judicature échut en 133/751 à ʿAbbād b. Manṣūr al-Nāǧī qui avait déjà exercé cette fonction au temps du calife Yazīd b. al-Walīd (r. 126/744) 184 ; quelque temps plus tard, dans la même ville, le gouverneur abbasside choisit Ṭalḥa b. Iyās (vers 139/756) qui avait été cadi de la Yamāma pour al-Muṯannā b. Yazīd b. ʿUmar b. Hubayra 185.

  • 186   Voir Schacht, « Ibn Abī Laylā », EI2, III, p. 709.
  • 187   Gouverneur d’Iraq de 121/739 à 126/743-44. Al-Ziriklī, al-Aʿlām, VIII, p. 243.
  • 188   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 358 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 148.
  • 189   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 148 ; al-Šīrāzī, abaqāt al-fuqahā’, p. 85 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt (...)
  • 190   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 143. Sur la révolte d’al-Ḍaḥḥāk b. Qays et la prise de Kūfa, voir (...)
  • 191   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 143.

7Un dernier exemple apparaît dans la ville de Kūfa : Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Laylā (m. 148/765) 186, qui avait été nommé cadi de cette ville par le gouverneur umayyade Yūsuf b. ʿUmar al-Ṯaqafī 187, fut à nouveau employé par les Abbassides à leur arrivée au pouvoir 188 ; il demeura cadi de Kūfa jusqu’à sa mort 189. Au total, le célèbre juriste servit trois régimes différents : entre ses deux nominations par des gouverneurs umayyades puis abbassides, Ibn Abī Laylā passa en effet un temps au service du ḫāriǧite al-Ḍaḥḥāk b. Qays lorsque ce dernier s’empara de Kūfa en raǧab 127/avril 745 190. Wakīʿ rapporte à ce propos que le cadi, à l’arrivée des révoltés dans la ville, se présenta de lui-même à leur chef pour se laver des accusations dont il faisait tout à coup l’objet, comme celle de collaboration avec un pouvoir injuste 191.

  • 192   Wakīʿ rapporte qu’Ibn Abī Laylā aurait cherché, avant la prise du pouvoir par les Abbassides, à s (...)
  • 193   Voir infra chapitre II, § I.3.2.

8Si changer de parti au gré des événements ne sembla pas déranger le cadi 192, les différents gouvernements ne parurent pas non plus faire grand cas de son engagement antérieur. Est-ce parce que la priorité, en ces temps troublés, allait à la stabilité et au maintien de l’ordre au sein de la cité ? Ou le cadi n’était-il considéré que de manière réduite comme un agent de l’ancien pouvoir ? Cette dernière hypothèse pourrait être fondée, car les cadis du iie/viiie siècle étaient le plus souvent choisis dans la population autochtone, sur recommandation des notables locaux 193. Peut-être enfin l’expérience et la compétence du cadi comptaient-elles plus que son association au régime umayyade. Peu d’éléments textuels permettent d’affiner la compréhension de cette transition entre Umayyades et Abbassides. En revanche, le récit de la rencontre entre Ibn Abī Laylā et al-Ḍaḥḥāk b. Qays, lors de la prise de Kūfa par les ḫāriǧites, reflète la logique d’une telle continuité judiciaire :

Ibrāhīm b. Abī ʿUṯmān me rapporta d’après Muḥammad b. Yaḥyā al-Ḥaǧarī, d’après Ibn al-Aǧlaḥ, d’après Ibn Abī Laylā :

Al-Ḍaḥḥāk b. Qays le ḫāriǧite s’empara de Kūfa, où il demeura deux ans. Je vins le voir et ses auxiliaires lui dirent :

– Cet homme est un auxiliaire des tyrans (al-ālimīn) !

– Qu’as-tu à répondre ? me demanda-t-il.

– On m’a obligé à assumer la judicature, répondis-je. Mais tu es le Commandeur des croyants et tu ne contrains pas les gens [à faire ce qui ne leur plaît pas]. Me voici devant toi.

– Tu entretiens une correspondance avec certaines factions (al-azāb), ainsi qu’avec la population de Syrie !

– C’est vrai, dis-je.

– Et pourquoi cela ?

– Car il y a là-bas certains de tes frères et des miens qui sont de la religion ; ils m’écrivent pour se plaindre et je leur réponds pour les secourir et les aider.

  • 194   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 143.

– Pourquoi donc cela lui serait-il reproché ? Je te nomme cadi 194 !

  • 195   Lors de la révolte d’al-Ḍaḥḥāk b. Qays, les ḫāriǧites acceptèrent dans leurs rangs toute personne (...)
  • 196   L’anecdote tend à montrer que les Umayyades étaient aussi illégitimes et injustes que les révolté (...)

9Al-Ḍaḥḥāk b. Qays montra finalement bien peu de réticences à employer un ancien serviteur des Umayyades. La seule chose qu’il pouvait craindre était qu’Ibn Abī Laylā affiche une trop nette opposition à sa doctrine, risquant par là d’entraîner contre le pouvoir une partie de la population. Mais le cadi, dont la comparution volontaire devant le révolté fut stratégique, parvint à lui donner l’impression qu’il adhérait aux mêmes idées que lui 195. Même si la conversation entre al-Ḍaḥḥāk et Ibn Abī Laylā est reconstruite, et participe peut-être d’un discours anti-umayyade caractéristique du iiie/ixe siècle 196, l’anecdote met en lumière un mécanisme probablement valable pour la révolution abbasside : les nouveaux pouvoirs ne pouvaient ni ne voulaient faire table rase du passé et furent heureux de trouver sur place des hommes expérimentés, capables d’assurer la continuité administrative. Il ne tenait qu’aux cadis, dans cette mesure, de montrer leur bonne volonté et leur soumission aux nouvelles autorités.

2.  Vers la centralisation des nominations

2.1. Des gouverneurs de provinces à al-Manṣūr

  • 197   Voir supra, § I.3.1.
  • 198   Pellat, Le Milieu barien, p. 285.
  • 199   Sur ce cadi, voir Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 50 ; al-Basawī, al-Maʿrifa wa-l-ta’rī, II, p. 80 (...)
  • 200   Gouverneur de Baṣra de 133/751 à 139/756. Pellat, Le Milieu barien, p. 280.
  • 201   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 271.
  • 202   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 44 ; Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 272.
  • 203   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 55, 57.

10L’autorité sur la judicature était encore fluctuante à l’époque umayyade : la majorité des cadis de provinces était désignée par les gouverneurs, mais certains califes purent, par moment, nommer directement des cadis 197. La situation ne changea guère au lendemain de la révolution abbasside : pendant quelques années encore les gouverneurs locaux gardèrent la prérogative de ces nominations. Comme le remarque Charles Pellat, ce fut par exemple le cas à Baṣra 198. Al-Ḥaǧǧāǧ b. Arṭāt 199, premier cadi des Abbassides dans cette ville, y fut « envoyé » (baʿaa) par le frère du calife al-Saffāḥ, le futur al-Manṣūr : ce n’était cependant qu’une mesure temporaire, peut-être prise dans l’urgence, alors que la machine étatique abbasside n’était pas encore venue se substituer complètement à l’administration umayyade. D’ailleurs le cadi ne resta pas longtemps en poste : dès son arrivée en 133/751, le gouverneur Abū l-ʿAbbās Sulaymān b. ʿAlī (m. 142/759-60) 200 s’empressa de le révoquer et de lui trouver un remplaçant 201. Les trois cadis suivants furent tous nommés par ce gouverneur : ʿAbbād b. Manṣūr al-Nāǧī, qui succéda à al-Ḥaǧǧāǧ 202, ainsi que Sawwār b. ʿAbd Allād et ʿUmar b. ʿĀmir, qui furent tous deux cadis de Baṣra en 137/754 203.

  • 204   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 350 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 262 ; Wakīʿ, Abār al-qu(...)
  • 205 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 312.

11La situation était comparable à Kūfa : sous le règne d’al-Saffāḥ (132/750-136/754), les cadis furent toujours nommés par le gouverneur. Le délégant d’Ibn Abī Laylā, premier cadi à y exercer sous les Abbassides, est inconnu. En revanche, les sources indiquent clairement qu’Ibn Šubruma fut nommé par le gouverneur de la ville, ʿĪsā b. Mūsā 204. De même à Wāsiṭ, ville sur laquelle les textes sont moins précis, les premiers cadis de la période post-révolutionnaire furent mis en place par les gouverneurs : ce fut notamment le cas du cadi ʿUmar b. Mūsā b. Waǧīh, nommé par le premier gouverneur abbasside, al-Hayṯam b. Ziyād al-Ḫuzāʿī 205.

  • 206   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 54.

12L’administration des amār ne fit donc pas l’objet d’une remise en cause immédiate par la nouvelle dynastie. Si certains califes umayyades avaient eu ponctuellement la velléité d’imposer un cadi dans une province, ce n’était pas la préoccupation principale d’al-Saffāḥ. Celui-ci se souciait en priorité de consolider son pouvoir : les postes clefs des grandes villes d’Iraq étaient avant tout ceux de gouverneurs, que le calife confia à de proches parents, comme son oncle Sulaymān b. ʿAlī et son neveu ʿĪsā b. Mūsā 206. La centralisation de l’administration judiciaire n’était pas encore un sujet d’actualité : il suffisait que la famille abbasside soit aux postes les plus importants et gère les affaires locales.

  • 207   Gardet, La Cité musulmane, p. 136 ; Milliot, Introduction, p. 699 ; al-ʿAlī, « Quāt Baġdād », p. (...)
  • 208   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 57.
  • 209   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 81. Voir Johansen, « Wahrheit », p. 994.
  • 210   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 88.
  • 211   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 148 ; ce cadi mourut en 153/770 (al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 504).
  • 212   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 149.

13Les historiens arabes ou orientalistes placent sous le califat d’al-Manṣūr (r. 136/754-158/775) un changement crucial dans le mode de nomination : désormais, les gouverneurs n’interviendraient plus dans la désignation des cadis, cette prérogative passant directement aux mains du calife 207. Sous le califat d’al-Manṣūr, les sources commencent en effet à mentionner de façon quasi systématique que les nominations devinrent le fait du calife lui-même, et plus de ses gouverneurs. Le premier cas se produisit à Baṣra : le calife sembla désigner lui-même Sawwār b. ʿAbd Allāh en 140/757 208, puis à nouveau en 145/762-63 209. En 156/773, al-Manṣūr y nomma ʿUbayd Allāh b. al-Ḥasan al-ʿAnbarī 210. Le même phénomène fut observé à Kūfa, où al-Manṣūr désigna en 148/765 le cadi ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAbd Allāh b. ‘Īsā 211, puis Šarīk b. ʿAbd Allāh en 153/770 212.

  • 213   H. Kennedy remarque la même chose pour la ville de Mossoul, en Ǧazīra. Kennedy, « Central Governm (...)
  • 214 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 55, 57.
  • 215 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 308.

14Par la suite, les successeurs d’al-Manṣūr nommèrent la plupart des cadis de Kūfa et de Baṣra 213. Le second calife abbasside fut bien l’instigateur d’une nouvelle conception de l’administration provinciale, plus centralisée qu’auparavant. Mais il serait faux de croire qu’al-Manṣūr mit en place cette nouvelle politique dès son accession au califat. Ses premières années de règne n’apportèrent pas de grand changement au système appliqué jusqu’alors. En 137/754, Sawwār b. ʿAbd Allāh et ʿUmar b. ʿĀmir furent conjointement nommés cadis de Baṣra, sans que le calife intervienne dans une désignation laissée à la seule initiative du gouverneur 214. À Wāsiṭ, Wakīʿ raconte qu’au début du règne d’al-Manṣūr, le cadi Abū Šayba Ibrāhīm b. ʿUṯmān fut nommé par ʿĪsā b. Mūsā, gouverneur de Kūfa 215.

  • 216 Ibn Ṭūlūn, Quāt Dimašq, p. 13. L’identité exacte du délégant est cependant incertaine, et d’autre (...)
  • 217   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 368.
  • 218   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 363.
  • 219 Johansen, « Wahrheit », p. 994.

15Pendant la première partie de son règne, al-Manṣūr poursuivit donc la politique judiciaire de son prédécesseur. Peut-on dater la prise en main des désignations par le calife ? En Iraq, l’exemple le plus ancien eut lieu à Baṣra, en 140/757. À Kūfa, il fallut attendre 148/765 pour qu’al-Manṣūr s’aventure à nommer lui-même le remplaçant d’Ibn Abī Laylā et à Damas, le cadi Yaḥyā b. Ḥamza al-Ḥaḍramī aurait été désigné par le calife en 153/770 216. En Égypte, ʿAbd Allāh b. Lahīʿa fut d’après al-Kindī le premier cadi de Miṣr nommé par al-Manṣūr, au début de l’année 155/771-72 217 ; son prédécesseur, Abū Ḫuzayma Ibrāhīm b. Yazīd, avait été nommé en ramaḍān 144/décembre 761 par le gouverneur égyptien, Yazīd b. Ḥātim 218. Enfin, B. Johansen indique d’après Wakīʿ qu’à Médine, le calife nomma pour la premières fois un cadi en 775 219.

  • 220   Cobb, White Banners, p. 50.
  • 221   Sur la construction de Bagdad, voir Kennedy, The Prophet, p. 135 ; id., The Early Abbasid Calipha (...)
  • 222   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 520. Voir Kasassbeh, The Office of Qāī, p. 145 ; al-Dūrī, al-ʿAr al-ʿ (...)

16Ni les Abbassides en général, ni al-Manṣūr en particulier ne renversèrent d’un coup le procédé de désignation des cadis. Une telle réforme ne pouvait en effet être mise en œuvre tant que la légitimité de la dynastie n’était pas largement reconnue. Or les multiples révoltes qui marquèrent le règne d’al-Saffāh et d’al-Manṣūr – notamment en Syrie, où plusieurs prétendants umayyades reçurent le soutien de la population – montrent que la nouvelle dynastie peina à imposer sa légitimité, au moins jusqu’en 137/755 220. L’appropriation des nominations à la judicature participa d’une vaste politique de renforcement de la centralisation étatique, qui ne pouvait être réalisée qu’une fois la souveraineté abbasside bien établie, et dont l’expression spatiale la plus symbolique fut la création de Bagdad en 145/762 221. Avant même cette fondation, le calife entreprit d’accroître son contrôle sur une institution qui, par la place qu’elle occupait au sein de la société, était dorénavant conçue comme un des piliers de l’État. C’est dans le cadre d’une telle politique de centralisation qu’il faut comprendre le célèbre abar où al-Manṣūr évoque les quatre piliers du pouvoir (arkān al-mulk) que sont pour lui le cadi, le chef de la police (āib al-šura), le directeur des finances (āib al-arāǧ) et le chef des renseignements (āib al-barīd222 : l’anecdote, qu’elle soit authentique ou reconstruite ultérieurement, est significative de l’effort mené par le calife pour étendre son contrôle sur la société à travers quelques institutions clefs dont faisait désormais partie la judicature.

  • 223   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 138 ; Ibn Ḫallīkān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 181.
  • 224   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 363.
  • 225   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 368.

17Néanmoins, cette réforme ne fut menée que pas à pas : en Iraq, bien qu’il ait dès 140/757 affiché son ambition de rattacher directement la judicature au califat, al-Manṣūr ne s’empressa pas de révoquer les cadis en place. À Kūfa, par exemple, il attendit qu’Ibn Abī Laylā meure pour lui trouver un successeur 223. En Égypte, il ne se décida peut-être pas à y prendre en main les nominations avant les années 150 de l’hégire, car il laissa le gouverneur Yazīd b. Ḥātim désigner lui-même le cadi Abū Ḫuzayma en 144/761-62 224, et ce dernier demeura en place jusqu’à sa mort en 154/771 225. La réforme d’al-Manṣūr se fit donc tout en douceur : pour ne pas brusquer les choses, il ne révoqua pas lui-même les cadis investis par des gouverneurs, mais attendit leur disparition pour prendre en main la désignation de leur successeur. Par cette manœuvre diplomatique, il évita peut-être de heurter de front des gouverneurs encore attachés à cette prérogative.

  • 226   D’autres parties de l’épître ont influencé la politique d’al-Manṣūr de manière beaucoup plus évid (...)
  • 227   Voir Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 468 ; Zaman, Religion and Politics, p. 84 ; Dutton, T (...)
  • 228   Crone et Hinds, God’s Caliph, p. 87.
  • 229   Selon Crone (Slaves on Horses, p. 70), al-Manṣūr fut peut-être trop occupé par la consolidation d (...)

18Les propositions d’Ibn al-Muqaffaʿ concernant la codification du droit musulman sont souvent considérées comme n’ayant eu aucun impact véritable sur al-Manṣūr 226 : il n’aurait pas souhaité effectuer ce travail lui-même et Mālik b. Anas, à qui il aurait confié la mission d’unifier le droit, s’y serait refusé 227. Il peut paraître surprenant qu’au moment même où al-Manṣūr accroissait la centralisation de l’État, il renonçait à renforcer l’autorité du pouvoir en faisant du califat la source unique d’interprétation de la Loi, alors que les Umayyades avaient auparavant largement contribué à l’élaboration de la norme juridique. Selon P. Crone et M. Hinds, al-Manṣūr ne comprit pas, malgré les mises en garde de ses conseillers, à quel point son pouvoir était miné par l’émergence du corps des savants qui commençaient à revendiquer pour eux-mêmes le pouvoir d’interpréter le Livre et une sunna s’incarnant de plus en plus dans le adī 228. Peut-être al-Manṣūr n’avait-il tout simplement pas les moyens de réaliser une politique juridique aussi ambitieuse 229 : nous y reviendrons en détail plus loin.

19Pourtant, la politique d’al-Manṣūr répondit en partie au problème posé dans la Risāla. Les critiques formulées par Ibn al-Muqaffaʿ portaient avant tout sur l’hétérogénéité des pratiques judiciaires au sein de l’empire. L’appropriation des désignations par le pouvoir central put apparaître, de facto, comme une tentative de remédier à cette hétérogénéité. Peut-être les savants avaient-il déjà trouvé une place trop importante au sein de la société pour que le calife puisse encore s’imposer comme l’autorité juridique et religieuse suprême. S’il était difficile de promulguer un code de lois, il était néanmoins plus aisé d’imposer les hommes qui tranchaient les litiges ; plus aisé de choisir des cadis fidèles et dignes de confiance, à la doctrine juridique notoire, que de prescrire à des inconnus une manière de rendre la justice. Le calife tentait ainsi de compenser la perte de son rôle législatif par un contrôle accru de l’administration judiciaire.

2.2. L’affirmation du pouvoir califien

20Des califes umayyades avaient déjà procédé à la nomination de cadis, notamment en Égypte, et court-circuité l’autorité des gouverneurs. Il ne s’agissait cependant que de cas isolés et sans suite. Al-Manṣūr manifesta en revanche une volonté ferme d’assurer la mainmise du califat sur la judicature. Une politique à long terme fut ainsi amorcée et, en Iraq, l’autorité califienne en la matière fut peu remise en cause jusqu’à l’affirmation du pouvoir militaire des grands émirs au ive/xe siècle.

  • 230   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 123.
  • 231   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 133. ʿUmar b. ʿUṯmān est attesté comme cadi de Baṣra à cette date d (...)
  • 232   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 137.
  • 233   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142.
  • 234   Šarīk fut cadi de Kūfa pendant seize ans, de 153/770 à 169/785. Voir la liste des cadis de Kūfa e (...)
  • 235   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 295 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 177. Voir note infra.
  • 236   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 182.
  • 237   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 307.
  • 238   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 389 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 510 ;Wakīʿ, Abār al-quā (...)
  • 239 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 312.

21Jusqu’à Hārūn al-Rašīd, les successeurs d’al-Manṣūr désignèrent les cadis des amār du Sud iraqien. À Baṣra, après la mort du deuxième calife abbasside, al-Mahdī nomma directement le cadi Ḫālid b. Ṭalīq, en 166/782-83 230, puis ʿUmar b. ʿUṯmān al-Taymī, probablement en 167/783-84 231 ; après lui, al-Rašīd nomma Muʿāḏ b. Muʿāḏ 232, puis ʿUmar b. Ḥabīb 233 et ʿAbd Allāh b. Sawwār. La même chose se produisit à Kūfa, après la longue judicature de Šarīk b. ʿAbd Allāh 234 : si l’investiture d’al-Qāsim b. Maʿn par le calife al-Hādī en 169/785 laisse place à l’incertitude 235, c’est bien al-Rašīd qui, plus tard, nomma Nūḥ b. Darrāǧ 236, puis de nouveau Šarīk 237 et enfin Ḥafṣ b. Ġiyāṯ pendant treize ans 238. À Wāsiṭ, les délégants des cadis sont plus difficiles à identifier. Vraisemblablement, le califat était là encore responsable de leurs désignations, comme en témoigne l’exemple de Salama al-Aḥmar, qui fut nommé par al-Mahdī et resta en place une dizaine d’années 239.

  • 240   Voir Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 58 sq. C’est à la fin de 145/762 qu’al-Manṣūr, aprè (...)

22Les sources restent muettes sur les réactions suscitées par cette politique. Nulle trace d’éventuelles protestations ou de tentatives de résistance des gouverneurs ne nous est parvenue. Il est probable qu’al-Manṣūr profita d’une période de stabilité, après quelques années de lutte passées à consolider son pouvoir 240, pour imposer des réformes que les gouverneurs n’étaient pas en mesure de contester. Sous les califes suivants, le nouveau système fut appliqué sans que surgisse une quelconque opposition.

  • 241   Al-Māwardī, Adab al-qāī, I, p. 137.
  • 242 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 115.
  • 243   Coulson, « Doctrine and Practice », p. 216.
  • 244 Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 177) parle de ʿĪsā b. Mūsā, ce qui semble impossible car ʿĪsā b. Mū (...)
  • 245   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 581, 623.

23Mais au fond, cette prérogative califale ne faisait pas encore l’unanimité. Il s’agissait d’un usage, adopté par le calife alors qu’il était en situation de force vis-à-vis des gouverneurs de provinces, et non d’une règle de gouvernement telle qu’elle fut définie plus tard par un juriste comme al-Māwardī 241. Pendant plusieurs années, les cadis continuèrent à se méfier des gouverneurs qui risquaient toujours de les révoquer. C’est sans doute la raison pour laquelle le cadi de Baṣra ʿUbayd Allāh b. al-Ḥasan al-ʿAnbarī (156/773-166/782-83) se tenait informé de ce que l’on disait de lui à la cour du gouverneur Muḥammad b. Sulaymān : l’opinion de l’émir à son sujet déterminait peut-être son maintien en poste 242. De fait, des gouverneurs égyptiens profitèrent de la distance qui les séparait du califat pour garder une influence prépondérante sur la judicature 243. En Iraq, quelques années après la réforme, le rapport de force avait sensiblement évolué et certains gouverneurs tentèrent de restaurer l’ancien système de nomination. Ainsi, al-Qāsim b. Maʿn fut peut-être nommé à Kūfa en 169/785 par le gouverneur Mūsā b. ʿĪsā, sans qu’on connaisse la réaction éventuelle de l’autorité centrale 244. Un autre exemple, beaucoup plus évocateur, apparaît à Baṣra où l’Abbasside Muḥammad b. Sulaymān b. ʿAlī fut gouverneur de 167/783-84 à sa mort en ǧumādā II 173/novembre 789 245.

  • 246   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 620.
  • 247   Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 392.
  • 248   Al-Ziriklī, al-Aʿlām, VI, p. 149.
  • 249   Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 392-94. Sur Kalwāḏā, voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, IV, p. 477.
  • 250   Kennedy, The Prophet, p. 141.

24Nommé avant l’arrivée au pouvoir d’al-Rašīd, Muḥammad b. Sulaymān était déjà en poste à Baṣra et sa position se renforça bientôt : dès sa première année de règne (170/786), le calife lui confia en effet les gouvernorats du Baḥrayn, de ʿUmān, de la Yamāma, de Kuwar al-Ahwāz et du Fārs 246. Toutes ces provinces, affirme Ibn al-Ǧawzī, n’avaient jamais été réunies sous l’autorité d’un même gouverneur 247. Muḥammad b. Sulaymān, qui avait auparavant été au service d’al-Manṣūr et finit par épouser al-ʿAbbāsa, fille d’al-Mahdī et sœur d’al-Rašīd 248, était si bien en cour que le calife, à l’issue de la cérémonie de la bayʿa, le raccompagna jusqu’à Kalwāḏā, au sud de Bagdad, à l’orée du sawād de Kūfa 249. Le gouverneur jouissait encore, en ce début de règne, d’un pouvoir considérable, contrairement à ses successeurs qui virent diminuer fortement leur marge de manœuvre, suite à la concentration du pouvoir à Bagdad aux mains des Barmakides 250.

  • 251 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 139.
  • 252   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

25Fort de cette puissance, Muḥammad b. Sulaymān essaya, en 172/788-89, de reprendre le contrôle des nominations. Le gouverneur de Baṣra ne supportait plus la rigidité avec laquelle le cadi Muʿāḏ b. Muʿāḏ, qu’al-Rašīd avait pourtant nommé sur son conseil 251, gérait les affaires de la communauté. Muʿāḏ le dérangeait, fouinait dans ses affaires, regardait de trop près la gestion de certains waqf-s et l’empêchait d’en détourner les revenus 252. Une affaire en particulier, rapportée par Wakīʿ, fit déborder la coupe :

  • 253   C’est-à-dire qu’il ne se rend plus à la mosquée pour rendre la justice.
  • 254   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

Des gens amenèrent Sinān b. al-Muḥaddiṯ al-ʿAnbarī, qui occupait un poste (ʿamal) au Fārs, [devant le cadi]. Ils alléguaient que l’homme avait là-bas tué son fils et produisirent contre lui des témoins. Muʿāḏ ordonna son incarcération, mais Muḥammad [b. Sulaymān] le fit sortir de prison. Muʿāḏ resta désormais chez lui 253, ce qui importuna Muḥammad. Il le révoqua donc et nomma [à sa place] ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad al-Maḫzūmī. Muʿāḏ avait cette fois-ci exercé [la judicature] pendant un an 254.

26Excédé par l’attitude du cadi, qui prétendait censurer ses activités, Muḥammad b. Sulaymān prit donc la liberté de le révoquer sans en référer au calife. Bien plus, il nomma lui-même un successeur à Muʿāḏ en la personne de ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad. Et Wakīʿ de préciser, après avoir décliné le nasab du nouveau cadi :

  • 255   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

Muḥammad b. Sulaymān s’empressa de le nommer [cadi] car il craignait que Hārūn [al-Rašīd] nomme quelqu’un [d’autre] 255.

  • 256   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142.
  • 257   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 141.

27La précipitation du gouverneur, qui tenait à devancer le calife, suppose qu’il était parfaitement conscient de l’énormité de son acte : il usurpait une prérogative qui commençait à être solidement établie. Muḥammad b. Sulaymān jouissait sans doute d’un pouvoir considérable à Baṣra et il avait la réputation d’un homme dangereux. ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad ne demeura d’ailleurs pas longtemps en place : seulement quatre mois, si l’on en croit Wakīʿ 256. Visiblement mal à l’aise, le cadi fit son possible pour être révoqué 257. Son successeur, ʿUmar b. Ḥabīb, fut nommé cette fois-ci par al-Rašīd, mais tremblait à l’idée de se rendre auprès de Muḥammad b. Sulaymān. Voici ce que dit Wakīʿ de sa nomination :

  • 258   Nous n’avons pu identifier ce personnage. Une autre version de ce abar, rapportée par al-Ḫaṭīb, (...)

Hārūn [al-Rašīd] nomma [ʿUmar b. Ḥabīb] et ce dernier dit à Yaḥyā b. Qārib 258 :

– Vous m’envoyez auprès d’un roi tyrannique (ǧabbār) en qui je n’ai pas confiance !

  • 259   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142.

Yaḥyā envoya donc avec lui un officier et cent [soldats]. Lorsque [ʿUmar b. Ḥabīb] siégeait pour rendre la justice, l’armée se tenait sur deux rangs, à sa droite et à sa gauche 259.

28La peur de ʿUmar b. Ḥabīb explique-t-elle à elle seule le recours à l’armée pour le protéger du gouverneur ? Ce passage révèle surtout la difficulté qu’éprouvait le calife à recouvrer son autorité judiciaire. Il n’allait alors plus de soi que la nomination du nouveau cadi devait émaner d’al-Rašīd et Muḥammad b. Sulaymān, après la défection de ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad, s’apprêtait peut-être à nommer lui-même son remplaçant ; ce n’est que par l’envoi de l’armée que le calife parvint à imposer de nouveau un cadi au gouverneur de Baṣra.

  • 260   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 623.

29Le calife ne pardonna pas l’affront de Muḥammad b. Sulaymān. Lorsque ce dernier mourut un an plus tard, en ǧumādā II 173/novembre 789, il avait définitivement perdu la faveur du calife. Al-Ṭabarī relate qu’al-Rašīd envoya des hommes saisir pour son compte la totalité des biens que Muḥammad b. Sulaymān possédait à Baṣra 260. Cette confiscation post mortem laissait supposer – même si al-Ṭabarī ne prend pas la peine de l’expliquer – que le gouverneur avait commis une faute grave qui se devait d’être sanctionnée, si ce n’était de son vivant, du moins après sa mort. On n’empiétait pas sur le domaine désormais réservé du calife. D’ailleurs les autres gouverneurs ne s’y trompèrent pas : Muḥammad b. Sulaymān fut à cette époque le seul à tenter de restaurer l’ancien usage – du moins selon les sources qui nous sont parvenues.

2.3. Fitna et guerre civile : flottements sous al-Ma’mūn

  • 261   Al-Amīn ne désigna pas de cadi à Baṣra et se contenta d’y laisser ʿAbd Allāh b. Sawwār, nommé en (...)
  • 262   El-Hibri, « Harun al-Rashid and the Mecca Protocol », passim.
  • 263 Voir Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 135 sq ; Cooperson, Al-Ma’mun, p. 40 sq.

30À Kūfa comme à Baṣra tous les cadis suivants furent nommés par al-Rašīd ou par son successeur, al-Amīn 261. L’ordre judiciaire fut cependant troublé, à la chute de ce dernier, par la guerre civile qui embrasa l’Iran et l’Iraq et toucha en particulier les alentours de Bagdad. Après la mort d’al-Rašīd en 193/809, un violent conflit éclata entre le nouveau calife, Muḥammad al-Amīn, et son frère ʿAbd Allāh (le futur al-Ma’mūn), gouverneur du Ḫurāsān. Selon la vision traditionnelle des historiens, al-Rašīd avait prévu de partager l’empire entre ses deux fils, mais al-Amīn aurait contesté l’autonomie d’al-Ma’mūn et entrepris de faire rentrer le Ḫurāsān sous l’autorité de Bagdad. Cette interprétation a été remise en question par T. El-Hibri : le « Protocole de La Mecque » établissant le partage de l’empire serait en réalité un faux, réécrit sur ordre d’al-Ma’mūn pour légitimer a posteriori sa prise de pouvoir 262. Qu’al-Amīn fût l’agresseur ou al-Ma’mūn un rebelle, le résultat fut identique : poussé par son vizir al-Faḍl b. Sahl, al-Ma’mūn se proclama Imām, tandis que le calife lui retirait son titre d’héritier présomptif et envoyait contre lui une puissante armée. Au cours de la guerre qui s’ensuivit, les troupes d’al-Ma’mūn dirigées par al-Ṭāhir b. al-Ḥusayn, prirent l’avantage et mirent le siège devant Bagdad après avoir envahi le sud de l’Iraq. Obligé de se rendre en 198/813, al-Amīn fut sommairement exécuté 263.

  • 264   Il ne fut révoqué que plus tard, en 198/813. Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 156.
  • 265   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 189-90. Sur la chronologie des cadis de Kūfa à cette époque, voir (...)

31La conquête de l’Iraq par les armées d’al-Ṭāhir et Ḥarṯama b. Aʿyan en 196/812 ne sembla pas bouleverser l’organisation de la judicature. ʿAbd Allāh b. Sawwār, qui s’était pourtant attiré l’inimitié d’al-Ma’mūn, demeura cadi de Baṣra pendant ces années de guerre 264. À Kūfa, où la chronologie est plus difficile à établir, aucun changement ne parut non plus intervenir : après al-Ḥasan b. Ziyād al-Lu’lu’ī, Ismāʿīl b. Ḥammād sembla rester en poste jusqu’en 199/814-15 265. Peut-être al-Ma’mūn et ses généraux désiraient-ils préserver une forme de stabilité locale au milieu des désordres provoqués par la guerre, en attendant que leur pouvoir s’affermisse.

  • 266   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313.
  • 267   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 404 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, X, p. 442 ; Ibn al-Aṯīr, al- (...)
  • 268 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313.
  • 269   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 143.

32À Wāsiṭ néanmoins, Abū l-Muwaffaq Sayf b. Ǧābir fut nommé cadi vers 196/811-12 ou 197/812-13, en remplacement de ʿAbd al-ʿAzīz b. Abān 266. Ce n’était pas un cas de force majeure, imposé par exemple par la mort du cadi – puisqu’Ibn Abān ne mourut qu’une dizaine d’années plus tard, en 207/822-23 267 –, mais bien un changement délibéré. La guerre opposant le calife et son frère était alors à son paroxysme et le territoire iraqien était désormais contrôlé par les troupes d’al-Ma’mūn. Or la nomination du cadi n’émana pas de ce dernier qui n’avait pas bougé de Marw. Sayf b. Ǧābir, raconte Wakīʿ, fut nommé par al-Ṭāhir, le chef de l’armée venue du Ḫurāsān 268. La nomination d’un cadi échappait de nouveau au pouvoir califal : à al-Amīn, bien sûr, dont l’autorité ne dépassait plus les environs immédiats de Bagdad 269, mais aussi à al-Ma’mūn, qui était trop loin du champ de bataille pour intervenir à ce niveau de l’administration.

  • 270   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 151 sq.
  • 271 Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 152-53 ; Laoust, Les Schismes, p. 93-94. Sur cette révolt (...)
  • 272   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 123.
  • 273   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 189 ; al-Iṣfahānī, Maqātil al-ālibiyyīn, p. 435.
  • 274   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 123.

33Ceci ne fut que le premier exemple d’une série de désignations dans lesquelles le calife ne joua plus qu’un rôle secondaire. La mort d’al-Amīn, en 198/813, ne ramena pas la paix. Al-Ma’mūn resta jusqu’en 202/817 au Ḫurāsān, d’où il lui était impossible de gouverner efficacement l’Iraq, et ce fut seulement en 204/819 qu’il regagna Bagdad. Pendant ce temps, la guerre civile se poursuivait en Iraq entre différents groupes tentant d’asseoir leur pouvoir 270. En ǧumādā II 199/janvier 815, à la faveur de la confusion, une révolte éclata à Kūfa, menée par un ancien soldat, Abū l-Sarāyā, au nom du ḥasanide Muḥammad b. Ibrāhīm Ibn Ṭabāṭabā. Les révoltés remportèrent au départ un franc succès et une grande partie du Sud iraqien passa sous leur contrôle 271. À la mort d’Ibn Ṭabāṭabā, en raǧab 199/février 815, Abū l-Sarāyā lui choisit pour successeur un jeune ḥusaynide encore imberbe, Muḥammad b. Muḥammad b. Zayd, ce qui lui permit de diriger en sous-main l’embryon d’État qui s’échafaudait alors à Kūfa. Tandis que la révolte s’étendait, Abū l-Sarāyā commença en effet à frapper monnaie 272 et élabora une administration sur le modèle du califat : divers fonctionnaires furent nommés dont un gouverneur pour la ville de Kūfa, un chef de la police (šura), un secrétaire de chancellerie et un responsable des souks. Un cadi fut également désigné, en la personne de ʿĀṣim b. ʿĀmir al-Baǧalī 273. Ce personnage est très mal connu : seuls Wakīʿ et al-Iṣfahānī le mentionnent en passant. Al-Ṭabarī, qui traite de la révolte avec moins de détails que l’auteur des Maqātil al-ālibiyyīn, ne cite pas son nom, pas plus qu’il ne mentionne ceux des autres fonctionnaires nommés lors de la révolte 274. Les historiens arabes n’ont pas voulu, semble-t-il, garder le souvenir de cet éphémère cadi dont la nomination n’émanait pas du calife mais d’un pouvoir dissident.

  • 275   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 126.
  • 276   Ismāʿīl b. Ḥammād b. Abī Ḥanīfa fut surtout célèbre comme cadi de Baṣra, un peu plus tard. Voir e (...)
  • 277   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 190.

34La destinée de ʿĀṣim b. ʿĀmir, à la fin de la révolte, demeure mystérieuse : fit-il partie des hommes qui s’enfuirent de Kūfa devant Manṣūr b. al-Mahdī et Harṯama en muḥarram 200/août-septembre 815 ? Ou bien demeura-t-il dans la ville où, raconte al-Ṭabarī, l’amān fut accordé à tous ceux qui avaient soutenu la révolte 275 ? Les sources n’en disent rien. Peut-être même resta-t-il en place encore un temps. On ignore en effet qui assuma la judicature entre la fin de la révolte d’Abū l-Sarāyā et l’an 202/817 : dans sa liste de cadis de Kūfa, Wakīʿ fait suivre la biographie de ʿĀṣim b. ʿĀmir par une courte notice sur Ismāʿīl b. Ḥammād b. Abī Ḥanīfa 276, mais mentionne que ce dernier fut nommé par al-Amīn, ce qui laisse penser qu’il avait en réalité exercé la judicature de Kūfa avant ʿĀṣim 277.

  • 278   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 190. Voir aussi Ibn Ḥaǧar, Tahīb al-tahīb, I, p. 425.
  • 279   Secrétaire d’al-Ma’mūn, al-Ḥasan b. Sahl (m. 236/850-51) fut nommé āib al-arāǧ en 196/812 dans (...)
  • 280   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 158-59.
  • 281   Sur ce personnage, mort en 220/835, voir Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 208 ; al-Ṣafadī, al-Wā (...)
  • 282   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 131.

35Quoi qu’il en soit, la nomination du cadi de Kūfa échappa de nouveau au calife quelque temps plus tard : en 202/817, peu avant la révolte d’Abū ʿAbd Allāh, frère d’Abū l-Sarāyā, Ḥumayd al-Ṭūsī désigna comme cadi un certain Bakr b. ʿAbd al-Raḥmān 278. L’Iraq était alors plongé dans la tourmente d’une guerre civile interminable qui voyait s’affronter deux camps principaux : d’un côté, l’influent vizir d’al-Ma’mūn, al-Faḍl b. Sahl, tentait de gouverner la province en s’appuyant sur son frère, al-Ḥasan b. Sahl 279. De l’autre, l’anti-calife Ibrāhīm b. al-Mahdī, soutenu par une partie de la famille abbasside et porté au pouvoir en 201/817, contrôlait Bagdad et une partie de l’Iraq 280. Ḥumayd al-Ṭūsī 281, général d’al-Ma’mūn, fut chargé par al-Ḥasan b. Sahl de combattre l’anti-calife. Son camp ayant été investi par les partisans d’Ibrāhīm b. al-Mahdī, Ḥumayd se réfugia en rabīʿ II 202/oct.-nov. 817 à Kūfa et effectua quelques modifications à la tête de son administration. Al-Ṭabarī signale surtout l’éviction de son gouverneur et son remplacement par al-ʿAbbās b. Mūsā b. Ǧaʿfar al-ʿAlawī al-Ḥusaynī, le frère de ʿAlī b. Mūsā al-Riḍā, héritier présomptif d’al-Ma’mūn ; c’est probablement à la même occasion que Ḥumayd nomma Bakr b. ʿAbd al-Raḥmān cadi de la ville 282.

  • 283   Pellat (Le Milieu barien, p. 282) ne situe pas le gouvernorat d’Ismāʿīl b. Ǧaʿfar b. Sulaymān b. (...)
  • 284   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 157.
  • 285   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 160.
  • 286   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313. On ne peut donc conclure comme Bligh-Abramski (« The Judiciar (...)

36La guerre civile et l’éloignement d’al-Ma’mūn permirent de fait la remise en cause de l’autorité califienne sur la judicature. L’exemple de Kūfa vient de le montrer : des révoltés pro-ʿAlīdes comme Abū l-Sarāyā ne furent pas les seuls à mettre la main sur l’institution. Le calife n’était alors pas assez puissant pour intervenir lui-même et il dut à nouveau déléguer son pouvoir à des émirs ou des généraux, comme cela avait été le plus souvent le cas jusqu’à al-Manṣūr. Il en alla de même à Baṣra : al-Ma’mūn ne contrôlait plus que de très loin les nominations de cadis. En 198/813, alors qu’il fallait en choisir un nouveau, le calife renonça à le faire lui-même et chargea le gouverneur d’alors, Ismāʿīl b. Ǧaʿfar 283, de trouver la personne adéquate. Officiellement, al-Ma’mūn demeurait le délégant : le diplôme d’investiture (ʿahd) qu’il envoya à l’émir était signé de sa main, mais le nom du cadi fut laissé en blanc. Ainsi le gouverneur de Baṣra retrouva-t-il un temps toute latitude pour nommer la personne de son choix 284. Sa préférence se porta sur Muḥammad b. ʿAbd Allāh al-Anṣārī qui exerça la judicature de Baṣra jusqu’en 202/817-18. À cette date, le calife n’était pas encore en mesure de désigner lui-même le cadi de la même ville et ce fut al-Ḥasan b. Sahl (gouverneur de toute la province) qui ordonna au gouverneur de révoquer Muḥammad b. ʿAbd Allāh, puis qui nomma son successeur, Yaḥyā b. Akṯam 285. À peu près à la même époque, al-Ḥasan b. Sahl désigna également un nouveau cadi à Wāsiṭ en la personne d’al-Qāsim b. Suwayd 286.

  • 287   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 463 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 103. Sur Manṣūr b. al-Ma (...)
  • 288   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 463 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 114. Sur ce théologien m (...)

37Bagdad, où règnait une grande confusion, connut une situation similaire : en 201/817, alors qu’al-Ma’mūn venait de nommer le ḥusaynide ʿAlī al-Riḍā héritier présomptif, la famille abbasside tenta de promouvoir au califat un autre de ses membres, Manṣūr b. al-Mahdī ; ce dernier refusa, car il entendait demeurer fidèle à al-Ma’mūn, et ce fut son frère, Ibrāhīm b. al-Mahdī, que l’on proclama calife. Manṣūr b. al-Mahdī demeura cependant gouverneur de Bagdad et remplaça notamment le cadi de ʿAskar al-Mahdī, Saʿd b. Ibrāhīm, par Qutayba b. Ziyād 287. Bien qu’il se réclamât théoriquement d’al-Ma’mūn, Manṣūr b. al-Mahdī agit de son propre chef et sans aucune délégation califienne, au profit du désordre qui règnait alors en Iraq. L’anti-calife Ibrāhīm b. al-Mahdī ne s’y trompa pas. Peu lui importait que Qutayba b. Ziyād ait été investi par un supposé représentant d’al-Ma’mūn : un an plus tard, il utilisa lui-même à son profit les services du cadi dans le procès retentissant de Bišr al-Marīsī 288.

38La désignation de Yaḥyā b. Akṯam à Baṣra montre que l’autorité califienne sur la judicature était encore mal établie et restait sujette à contestation lorsque la situation politique s’y prêtait. À son arrivée à Baṣra, Yaḥyā b. Akṯam y trouva en effet un juge concurrent :

  • 289   Pellat (Le Milieu barien, p. 282) situe le gouvernorat de Ṣāliḥ b. al-Rašīd entre 204/819-20 et (...)

Lorsque Yaḥyā [b. Akṯam] arriva à Baṣra, Muḥammad b. Ḥarb b. Qaṭar b. Qabīṣa b. al-Muḫāriq al-Hilālī y était [gouverneur], comme vicaire de Ṣāliḥ b. al-Rašīd 289. Muḥammad b. Ḥarb b. Qabīṣa nomma ʿAbd Allāh b. ʿAbd Allāh b. Asad [ou Asīd ?] al-Kilābī comme fonctionnaire chargé de « la justice de la grande mosquée » (akām al-ǧāmiʿ) : il rendait des jugements dans des affaires de dettes, imposait au mari [d’entretenir] sa femme et traitait d’autres affaires bénignes. Yaḥyā b. Akṯam envoya quelqu’un lui dire :

– Ne rends pas de jugement sur des affaires dépassant les vingt dirhams, ou je t’en rendrai responsable sur tes propres biens !

  • 290   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 161.

ʿAbd Allāh le fit en retour informer qu’il ne se souciait point de ce que [Yaḥyā] lui avait fait dire. Yaḥyā b. Akṯam donna des ordres au héraut posté près de [ʿAbd Allāh] à son audience ; ʿAbd Allāh boucla son sac à procès (qimar), courut chez Muḥammad b. Ḥarb et l’informa de ce qui s’était passé 290.

  • 291   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 167.
  • 292   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 202 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 149.
  • 293   Yaḥyā b. Akṯam mourut en 242/856-57 ou 243/857-58, âgé selon les sources de 76 ou 83 ans (Wakīʿ, (...)

39Avant même l’arrivée du cadi nommé par al-Ḥasan b. Sahl, le vice- gouverneur de Baṣra avait désigné un fonctionnaire qui, s’il ne semblait pas porter le titre de cadi, était chargé de trancher certains litiges. Or Yaḥyā b. Akṯam, à son arrivée, désira mettre un frein à ses activités. Cela entraîna un conflit sérieux car l’agent du gouverneur n’avait pas l’intention d’abandonner des compétences qu’il avait sans doute acquises au profit de l’affaiblissement du pouvoir central. Yaḥyā b. Akṯam finit par l’emporter et s’imposer comme le cadi de Baṣra jusqu’en 210/825-26 291. Ce n’était pas joué d’avance : d’autres anecdotes témoignent, à un autre niveau, des difficultés qu’il éprouva à affermir sa position. La population de Baṣra se serait étonnée, à son arrivée, de découvrir un cadi encore dans ses vertes années, et Yaḥyā aurait dû leur prouver, en faisant étalage de son savoir, qu’il était capable d’assumer ses fonctions 292. Or l’âge de vingt ans que lui prêtent alors les sources est en fait loin de la réalité : en 202/817, Yaḥyā avait plus probablement autour de quarante ans 293. Ces récits semblent avant tout symboliques : ils révèlent l’embarras du cadi face à des pouvoirs locaux (notables et institutions) qui demeuraient réticents à l’idée que l’administration judiciaire soit le monopole du pouvoir central.

  • 294   Sourdel, L’État impérial, p. 47. On trouve la même généralisation chez Gardet (La Cité musulmane, (...)
  • 295   Johansen, « Wahrheit », p. 995 ; l’auteur donne également l’exemple de Médine, où l’autorité cali (...)
  • 296   Sur al-Ḫaṣṣāf, voir supra (Préambule, § IV).

40Il serait excessif d’affirmer que les gouverneurs n’étaient plus, sous les Abbassides, que des préposés « à la guerre et à la prière » et qu’ils ne contrôlaient plus désormais l’appareil judiciaire de leur territoire 294. C’est là ce que cherchaient les califes, mais les circonstances ne leur permettaient pas toujours d’atteindre cet objectif : comme dans d’autres provinces, la désignation des cadis iraqiens échappa dans les faits aux califes entre 196/812 et 210/825 295. En Iraq, ce fut la dernière fois que des cadis furent nommés par des gouverneurs : jusqu’à l’avènement des Būyides, les sources ne mentionnent plus aucune désignation par un émir local. Mais dans la seconde moitié du iiie/ixe siècle, la nomination du cadi par un gouverneur était encore envisagée par des juristes iraqiens. Le ḥanafite al-Ḫaṣṣāf (m. 261/874) 296 évoque une telle éventualité dans un chapitre consacré à la correspondance judiciaire :

  • 297   C’est nous qui soulignons.

Si le cadi écrit à l’émir qui l’a nommé 297, alors qu’ils se trouvent tous deux dans la ville (al-mir), en écrivant [simplement] « Allāh guide l’émir ! », puis laisse le document décacheté et le fait porter par un homme de confiance (iqa) sans faire témoigner de la lettre, Muḥammad b. al-Ḥasan [al-Šaybānī] dit :

  • 298   Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 447.

Je préfère (astasinu) que [l’émir] exécute ce que lui demande la lettre. Cependant s’ils sont dans deux villes différentes, il ne l’exécute pas si [le cadi] n’a pas mentionné le nom de l’émir et de son père ainsi que son propre nom et celui de son père 298.

  • 299   Sur al-Šaybānī, voir Chaumont, « al-Shaybānī », EI2, IX, p. 405.

41Quelques décennies après qu’al-Ma’mūn eut rétabli l’autorité califale sur l’administration judiciaire, les juristes gardaient le souvenir d’une époque où les gouverneurs des grandes villes iraqiennes pouvaient encore, à la faveur des événements, désigner leur cadi. Si l’on en croit al-Ḫaṣṣāf, le cas avait déjà été envisagé par al-Šaybānī (m. 187/803 ou 189/805) 299 alors que la prérogative califienne paraissait bien établie. En réalité, aucune norme ne régissait encore la nomination des cadis : ce n’était qu’une question de rapport de force entre pouvoir central et pouvoir provincial.

3. Un siècle d’autorité centrale

3.1. Le temps des califes

  • 300   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 164.
  • 301 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313.
  • 302 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 167. Ibn Ḫallikān (Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 149) rapporte d’après le (...)
  • 303   Johansen, « Wahrheit », p. 995.

42La nomination des cadis en Iraq ne devint une prérogative califienne qu’à condition que le calife fût assez puissant pour la faire respecter. L’autorité centrale devait pour cela être reconnue dans les différentes circonscriptions judiciaires de la province. La guerre civile qui suivit la mort d’al-Rašīd ne remit pas explicitement en cause cette prérogative, mais al-Ma’mūn, trop éloigné de l’Iraq, ne fut plus en mesure d’imposer sa voix avec la force de ses prédécesseurs. La situation évolua cependant. En 204/819, al-Ma’mūn rompit avec la politique ḫurāsānienne inspirée par al-Faḍl b. Sahl. Il rentra à Bagdad où il entreprit de réconcilier les partis opposés et de reconstruire l’État 300. Sa reprise en main du pouvoir s’exprima notamment dans le domaine judiciaire : dans les amār du Sud iraqien, les cadis furent dorénavant nommés par le calife en personne. À Baṣra comme à Wāsiṭ, les cadis installés par al-Ḥasan b. Sahl pendant la guerre civile furent révoqués par al-Ma’mūn qui se réappropria de la sorte la prérogative instituée par al-Manṣūr. Il congédia al-Qāsim b. Suwayd de la judicature de Wāsiṭ, à une date que Wakīʿ ne précise pas, et nomma son successeur en la personne de Sayf b. Ǧābir 301. À Baṣra le calife finit par démettre Yaḥyā b. Akṯam, qu’il fit venir à Bagdad, et nomma à sa place Ismāʿīl b. Ḥammād b. Abī Ḥanīfa, en 210/825-26 302. À la même époque, indique B. Johansen, le calife recommença à nommer les cadis de Médine (en 825) et d’Égypte (en 826) 303.

  • 304   C’est le cas pour l’Iraq, mais on trouve encore des exceptions dans les provinces, notamment dans (...)
  • 305   Ch. Melchert a montré quel parti on pouvait tirer de ces nominations pour comprendre en détail l’ (...)
  • 306   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.

43Les nominations des cadis de Wāsiṭ et de Kūfa après cette date sont mal connues. Wakīʿ, qui représente la source la plus riche à ce sujet, reste le plus souvent silencieux. Il est en revanche beaucoup plus prolixe concernant Baṣra : en supposant que l’histoire de Kūfa et de Wāsiṭ ne fut pas foncièrement différente, ceci permet de reconstituer l’évolution qui se fit sentir après le califat d’al-Ma’mūn. D’une manière générale, les désignations de cadis émanèrent dorénavant du pouvoir central 304. Entre 210/825-26 et 296/908-909, la majorité des cadis de Baṣra furent nommés par le calife : sur dix cadis dont les sources mentionnent le délégant, six furent désignés directement par un calife 305. Pouvoir central ne signifie pas, cependant, que seul le calife procédait à ces nominations. Le grand cadi pouvait intervenir, comme lorsqu’Ibn Abī Du’ād nomma Aḥmad b. Riyāḥ cadi de Baṣra en muḥarram 223/décembre 837 306.

  • 307   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 179.
  • 308   L’index du Ta’rī d’al-Ṭabarī (Ta’rī, VI, p. 37) recense six personnages portant ce ism et ce na (...)
  • 309   Sur Isḥāq b. Ibrāhīm b. Muṣʿab, voir al-Balāḏurī, Futū al-buldān, p. 296 ; al-Ṣafadī, al-Wāfī bi (...)

44Un autre personnage put aussi jouer un rôle, de manière assez inattendue : Wakīʿ raconte qu’en šawwāl 239/mars 854 le calife al-Mutawakkil « confia le soin [de nommer] les cadis à Isḥāq b. Ibrāhīm » (ǧuʿila amr al-quāt ilā Isāq b. Ibrāhīm), en conséquence de quoi ce dernier nomma Ibrāhīm b. Muḥammad al-Taymī sur Baṣra 307. « Isḥāq b. Ibrāhīm » est un anthroponyme courant dans le monde arabe médiéval 308. Le personnage le plus important parmi ceux qui le portaient à cette époque est le Ṭāhiride Isḥāq b. Ibrāhīm b. Muṣʿab. Cousin de ʿAbd Allāh b. Ṭāhir, il était chef de la šura de Bagdad qu’il gouvernait de facto depuis 213/828 309. À l’époque de cette désignation, la capitale n’était plus Bagdad mais Sāmarrā’. L’hypothèse que ce personnage, maître de Bagdad et du Sawād, ait pu se voir confier la nomination de cadis est intéressante. Il s’agirait de la dernière participation d’un pouvoir local à la nomination d’un cadi.

  • 310   Kennedy, The Prophet, p. 162. Ce sont les dates que donne al-Ṣafadī (al-Wāfī bi-l-wafayāt, VIII, (...)
  • 311   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 150 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 41. Al-Ṭabarī ne rapport (...)
  • 312   L’édition des Abār al-quāt de Wakīʿ repose sur un unicum (voir l’introduction de l’éditeur aux (...)
  • 313   Voir supra, § II.2.3.

45Cette hypothèse est fragile : d’après les sources, Isḥāq b. Ibrāhīm b. Muṣʿab mourut en effet en 235/850 ou 236/851, quatre ans avant la date indiquée 310. Wakīʿ est d’ailleurs le seul à affirmer qu’Isḥāq b. Ibrāhīm se vit attribuer la nomination des cadis. D’après un autre récit, transmis par al-Ḫaṭīb, le calife al-Mutawakkil convoqua lui-même Ibrāhīm b. Muḥammad al-Taymī pour lui confier la judicature 311. Qui faut-il croire ? L’information rapportée par Wakīʿ paraît suspecte, soit qu’il ait lui-même commis une erreur à cet endroit, soit que le texte soit lacunaire 312. Cependant Wakīʿ rapporte des informations que les historiens postérieurs ont tendance à négliger ; cela a déjà été constaté plus haut à propos de la révolte d’Abū l-Sarāyā à Kūfa, pour laquelle Wakīʿ mentionne une nomination de cadi qu’al-Ṭabarī passe sous silence 313. Peut-être al-Mutawakkil délégua-t-il bien de manière éphémère la désignation des cadis au gouverneur de Bagdad ou à une autre personne ; ce bref épisode serait tombé dans les oubliettes de l’histoire, à l’exception d’une allusion erronée conservée par Wakīʿ. Il est difficile d’en dire plus en l’état actuel. Peut-être la découverte de nouveaux textes permettra-t-elle d’apporter un élément de réponse plus concluant.

3.2. Vers de nouveaux intervenants

  • 314   Kennedy, The Prophet, p. 175-76 ; sur al-Muwaffaq, voir du même auteur « al-Muwaffaḳ », EI2, VII, (...)
  • 315   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 181. La même année, al-Muʿtamid nomma également Ismāʿīl b. Isḥāq ca (...)
  • 316   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 288 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 280.

46La centralisation de la judicature iraqienne n’était désormais plus remise en cause. Qu’Ibrāhīm b. Muḥammad al-Taymī fût désigné par le calife ou par son auxiliaire le Ṭāhiride, cette nomination émanait bien du pouvoir central. De nouveaux acteurs commençaient néanmoins à se renforcer au sein de l’administration et se préparaient à intervenir. Une trentaine d’années plus tard, deux cadis successifs de Baṣra ne furent pas désignés par le calife mais par son frère, à l’occasion des troubles provoqués par les Zanǧ dans le sud de l’Iraq. Al-Muʿtamid (r. 256/870-279/892) laissa dans les chroniques le souvenir d’un souverain faible dominé par son frère Abū Aḥmad al-Muwaffaq, gouverneur d’Iraq puis héritier présomptif à partir de 261/875 314. Au tout début de son règne, al-Muʿtamid semblait encore nommer les cadis : il désigna lui-même Abū Sahl al-Rāzī en 256/870 sur la judicature de Baṣra 315. Il nomma de même les cadis bagdadiens, et si l’influence d’al-Muwaffaq se faisait parfois sentir, c’était sans que violence fût faite à la prérogative califale : ainsi en 258/871-72, répondant à la demande que lui adressait al-Muwaffaq, al-Muʿtamid déplaça-t-il lui-même Ismāʿīl b. Isḥāq sur le côté ouest de Bagdad 316.

  • 317   Kennedy, The Prophet, p. 180 ; Laoust, Les Schismes, p. 131-32. Wakīʿ mentionne la date de 258/87 (...)
  • 318   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 181.
  • 319   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 488. Cf. Halm, Die Ausbreitung, p. 172. L’histoire n’a pas conservé le n (...)
  • 320   Halm (Die Ausbreitung, p. 172) suppose qu’en l’absence de cadi, c’est le gouverneur qui rendait l (...)

47Mais quelques années plus tard, une nouvelle crise permit à al-Muwaffaq d’étendre son contrôle sur les judicatures de Baṣra et de Wāsiṭ. À partir de 255/869, les Zanǧ mirent le Sud iraqien à feu et à sang, et ils ravagèrent Baṣra en 257/871 317. Ce qu’il advint du cadi d’alors, Abū Sahl al-Rāzī, est assez mystérieux. Il est avéré néanmoins qu’il échappa au massacre dont les habitants furent alors victimes puisqu’il ne mourut qu’une vingtaine d’années plus tard, en 281/894-95 ; Wakīʿ en témoigne personnellement et affirme avoir lui-même procédé à la vente de ses biens pour rembourser ses créanciers, à une époque où il était peut-être substitut d’un cadi 318. Comme à l’époque où Abū l-Sarāyā tenait Kūfa, les révoltés avaient un cadi qui exerçait déjà ses fonctions parmi les Zanǧ avant la prise de Baṣra et qui, raconte al-Ṭabarī, rendait la justice à ʿAbbādān 319. Peut-être Abū Sahl al-Rāzī demeura-t-il en place à Baṣra pendant une partie de la période où les Zanǧ dévastèrent le sud de l’Iraq, mais les sources ne l’indiquent pas précisément ; le récit de Wakīʿ donne cependant l’impression d’une interruption de la judicature entre Abū Sahl al-Rāzī et ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad Nayraǧ 320. Ce ne fut en tout cas que bien longtemps après qu’al-Muwaffaq eut pris en main la répression des révoltés qu’eut lieu officiellement un changement de cadi :

  • 321   « Nayraǧ » signifie « pilon » ou « soc de charrue ». Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿarab, VI, p. 167 (...)
  • 322
  • 323   « Circonscriptions du Tigre », situées sur le bas Tigre à proximité de la ville d’al-Ubulla. Sour (...)
  • 324   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 181-82. Cf. al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 182. Voir aus (...)

Al-Muwaffaq bi-llāh, l’héritier présomptif, sortit ensuite en direction [de Baṣra] et installa son camp à proximité. Il nomma un cadi sur la population qui était revenue ainsi que sur son armée : [il choisit] un habitant de Baṣra qui s’appelait ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad et portait le laqab de Nayraǧ 321. Puis ce dernier mourut et [al-Muwaffaq] nomma cadi Muḥammad b. Ḥammād b. Isḥāq b. Ismāʿīl b. Ḥammād b. Zayd, un jeune homme honnête, riche et intelligent, qui avait beaucoup étudié la science 322. Il lui confia de surcroît la judicature de Wāsiṭ et des Kuwar Diǧla 323. [Muḥammad b. Ḥammād] suivait al-Muwaffaq bi-llāh où qu’il aille et laissait à Baṣra un vicaire, Muḥammad b. Asīd, un habitant de Baṣra 324.

  • 325   C’est à partir de 266/879 qu’al-Muwaffaq, assisté par son fils Abū l-ʿAbbās, prit lui-même la têt (...)

48Wakīʿ effectue ici un saut dans le temps, car l’événement auquel il fait allusion eut lieu en 270/883. C’est en effet à cette date qu’al-Muwaffaq, après une lutte de plusieurs années contre les Zanǧ, parvint enfin à écraser la révolte 325. Le texte de Wakīʿ, assez concis à cet endroit, fait allusion au retour dans la région des populations chassées par la guerre. Al-Ṭabarī en fait un récit plus précis :

  • 326   Al-Muwaffaq fonda la ville d’al-Muwaffaqiyya en 267/880-81, au bord du Šaṭṭ al-ʿArab ; elle servi (...)

Al-Muwaffaq ordonna d’écrire aux villes de l’Islam pour qu’on informe les populations de Baṣra, d’al-Ubulla, des Kuwar Diǧla, d’al-Ahwāz et de son arrière-pays, de Wāsiṭ et des contrées alentour où les Zanǧ avaient pénétré, que le scélérat (al-fāsiq) avait été tué, et qu’on leur ordonne de retourner dans leurs pays d’origine. Ce fut fait ; les gens s’empressèrent d’exécuter ce qui leur avait été ordonné et arrivèrent de toute part à al-Muwaffaqiyya 326.

  • 327   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 587 ; voir aussi Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 405.

Al-Muwaffaq demeura à al-Muwaffaqiyya afin que les populations se sentent plus en sécurité et plus à leur aise. Il nomma comme [gouverneur] de Baṣra, d’[al-]Ubulla et des Kuwar Diǧla un officier nommé al-ʿAbbās b. Tarkas, un de ses mawālī dont on louait la conduite et qu’il connaissait pour sa vertu. Il lui ordonna de se rendre à Baṣra et de s’y installer. Il nomma en outre Muḥammad b. Ḥammād cadi de Baṣra, d’al-Ubulla, des Kuwar Diǧla et de Wāsiṭ 327.

49Nayraǧ fut donc nommé cadi dans une Baṣra ravagée par la guerre, essentiellement composée de populations revenues d’exil et de l’armée d’al-Muwaffaq. Qu’était-il advenu entre temps ? Abū Sahl al-Rāzī s’était-il réfugié comme beaucoup des habitants de la région dans une autre ville ? Les sources restent silencieuses à ce sujet. Contrairement à Wakīʿ, al-Ṭabarī ne mentionne pas Nayraǧ comme cadi de Baṣra : celui-ci dut mourir très vite après sa nomination et ainsi tomber dans l’oubli.

  • 328   Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 255.
  • 329   La guerre contre les Zanǧ provoqua l’entrée du sud de l’Iraq dans une période de déclin. Kennedy, (...)

50Autant qu’il est possible de l’analyser, l’intervention d’al-Muwaffaq dans la désignation de certains cadis ne fut pas une simple usurpation d’une prérogative califienne alors relativement bien établie. Elle se produisit dans des circonstances dramatiques et très précises : les villes du Sud iraqien étaient plongées dans le chaos d’une guerre particulièrement sanglante. Le caractère conjoncturel de cette intervention est confirmé par al-Tanūḫī qui décrit comment al-Muwaffaq, « après en avoir terminé avec les Zanǧ, s’occupa des villes et ordonna de chercher des cadis parmi leurs habitants 328 ». En 270/883, tout était à reconstruire à Baṣra, y compris les structures étatiques qui avaient disparu avec la fuite de la population 329. Seul le vainqueur des Zanǧ, garant de la paix retrouvée, pouvait réorganiser le pays.

51La désignation des cadis échappa au calife à l’occasion de troubles armés, mais cela n’avait plus grand-chose de commun avec les précédentes tentatives, par des pouvoirs locaux, de s’approprier cette prérogative. Al-Muwaffaq n’était pas un simple gouverneur : préfigurant à bien des égards le rôle des grands émirs puis des sultans, il agissait en tant que représentant du pouvoir central. Le rapport de force s’était désormais déplacé : il ne s’agissait plus d’une compétition entre le calife et ses représentants locaux, mais d’une rivalité, au sommet de l’État, pour le contrôle de la judicature.

4. Des secrétaires aux militaires : vers une tentative d’appropriation

  • 330   Cf. Johansen, « Wahrheit », p. 997.
  • 331   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 654. L’auteur affirme d’ailleurs qu’il est difficile de sav (...)

52La fin du iiie siècle de l’hégire vit se profiler de nouveaux intervenants dans la désignation des cadis 330. La montée en puissance du vizirat permit ainsi à ses détenteurs d’acquérir de nouvelles responsabilités. Se fondant sur une brève indication de l’historien al-Yaʿqūbī, D. Sourdel se demande si, sous al-Muʿtamid, le vizir ʿUbayd Allāh b. Yaḥyā b. Ḫāqān ne se vit pas déjà confier la nomination des cadis 331. Dès cette époque, le vizir jouait un rôle accru dans le domaine judiciaire. Mais d’autres sources montrent que sa responsabilité était encore secondaire. Voici par exemple le récit d’al-Ḫaṭīb :

  • 332   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 60. Il mourut en šawwāl 283/nov. 896 (Wakīʿ, Abār al-quāt, III (...)

À la mort d’al-Ḥasan [b. Muḥammad b. ʿAbd al-Malik b. Abī l-Šawārib], al-Muʿtamid envoya ʿUbayd Allāh b. Yaḥyā b. Ḫāqān chez ʿAlī b. Muḥammad : il lui présenta ses condoléances pour la mort de son frère et le félicita de [sa promotion à] la judicature. [ʿAlī b. Muḥammad] refusa cette nomination, mais le vizir ʿUbayd Allāh b. Yaḥyā ne sortit pas de chez lui avant qu’il ait accepté. [ʿAlī b. Muḥammad] fut donc nommé grand cadi et continua à porter ce titre jusqu’à sa mort 332.

  • 333   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 510 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 139.
  • 334   Kennedy, The Prophet, p. 176. Sur le vizirat de ʿUbayd Allāh b. Yaḥyā b. Ḫāqān (256/870-263/877), (...)
  • 335   Sur ce vizir d’al-Muʿtamid, voir Sourdel, « Ismāʿīl b. Bulbul », EI2, IV, p. 189.
  • 336   Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 255-57.
  • 337   C’est le cas de Nūḥ b. Darrāǧ, nommé cadi de Kūfa en 175/791-92 par al-Rašīd, peut-être sous l’in (...)

53ʿAlī b. Muḥammad b. Abī l-Šawārib fut nommé grand cadi par al-Muʿtamid en 262/875-76 333. À cette époque le calife bénéficiait encore des services de son vizir ʿUbayd Allāh b. Yaḥyā b. Ḫāqān qui avait déjà exercé cette fonction à la fin du règne d’al-Mutawakkil et qui demeura en place jusqu’à sa mort en 263/877 334. Si le vizir fut chargé par le calife d’annoncer sa nomination au futur grand cadi, il n’exerça qu’une fonction de messager, sans rapport avec une délégation effective de la prérogative califale. Un autre vizir, Ismāʿīl b. Bulbul 335, apparut également lors de la nomination d’Aḥmad b. Isḥāq b. Buhlūl al-Tanūḫī à la judicature d’al-Anbār, en 276/889. Son rôle fut loin d’être négligeable car l’acte d’investiture du cadi fut rédigé par ses services. Mais il ne fit qu’exécuter l’ordre d’al-Muwaffaq qui avait lui-même choisi Aḥmad b. Isḥāq et l’avait convoqué à Sāmarrā’ 336. Jusqu’aux environs de 296/909, aucun cadi ne sembla sélectionné et désigné par un vizir, et les sources laissent rarement entendre que l’influence d’un vizir fut prépondérante 337.

  • 338   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 654.
  • 339   Sur les divergences au sujet d’al-Wāqidī, voir Ibn al-Nadīm, Fihrist, p. 157 ; Wakīʿ, Abār, III, (...)
  • 340   Al-Tanūḫī, al-Faraǧ baʿd al-šidda, II, p. 333.
  • 341   Voir Fakkar, Al-Tanūī et son livre, passim.
  • 342   Voir le récit très détaillé d’Ibn ʿAsākir, Ta’rī Dimašq, LIV, p. 459, 464 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġ (...)
  • 343   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 229 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 168.
  • 344   Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 644 ; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, I, p. 406.
  • 345   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 270.

54D. Sourdel relève bien le cas d’al-Wāqidī qui aurait été nommé par le vizir Yaḥyā le Barmakide sous le règne d’al-Rašīd 338. Cependant, cette hypothèse ne résiste pas à un examen approfondi. La judicature d’al-Wāqidī fait l’objet d’un désaccord entre les sources et, tandis que certains auteurs la situent sous al-Rašīd, d’autres affirment qu’il fut cadi sous le califat d’al-Ma’mūn ; mais aucune source ne confirme qu’il aurait été nommé par le vizir 339. L’hypothèse de D. Sourdel repose en réalité sur un récit d’adab, tiré d’al-Faraǧ baʿd al-šidda du cadi al-Tanūḫī 340. Ce abar raconte comment le vizir, apprenant qu’al-Wāqidī et deux de ses amis étaient dans la gêne, les fit profiter de ses libéralités et nomma al-Wāqidī à un poste de cadi. Le récit d’al-Tanūḫī, retravaillé pour mieux entrer dans le sujet de son livre – celui de la délivrance après l’angoisse 341 –, mêle en fait deux époques différentes de la vie du célèbre cadi. Il semble effectivement qu’au début de sa carrière, ce dernier fut en contact avec le vizir Yaḥyā b. Ḫālid al-Barmakī qui le prit à son service sans pour autant lui confier une circonscription judiciaire 342. La gêne d’al-Wāqidī et de ses amis est évoquée dans d’autres ouvrages : chez certains auteurs, le vizir apparaît bien à la fin de l’histoire pour leur prodiguer ses largesses – sans qu’il soit non plus question d’une quelconque désignation 343 –, mais d’autres sources remplacent le personnage du vizir par celui du calife al-Ma’mūn, situant donc les événements plus tard dans la carrière du cadi 344. De fait, le vizir barmakide n’intervint pas tant dans la nomination d’al-Wāqidī à la judicature que dans son introduction à la cour califale. Al-Wāqidī fut certes redevable au vizir de sa bienveillance, mais ce dernier ne participa pas activement à sa nomination qui n’eut lieu en réalité qu’en 204/819-20 345.

  • 346   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 387. Sur la conspiration, voir al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 671. (...)
  • 347   Au ive siècle de l’hégire, écrit Sourdel (Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 649), le vizir se substitu (...)

55Si les vizirs ne jouèrent qu’un rôle secondaire dans la désignation des cadis jusqu’à la fin du iiie/début du xe siècle, la situation évolua après l’échec de la conspiration de 296/909, au cours de laquelle des conjurés tentèrent de détrôner le calife al-Muqtadir et de le remplacer par Ibn al-Muʿtazz. Cet événement marqua le début d’une période de faiblesse gouvernementale qui profita essentiellement au vizir 346. Celui-ci jouissait désormais de pouvoirs beaucoup plus étendus : il n’était plus le simple porte-parole du calife, mais entreprit de choisir et de nommer lui-même des cadis 347. On le constate notamment à Baṣra où, en 296/909, le vizir ʿAlī b. Muḥammad b. al-Furāt nomma le cadi al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal. Les sources s’intéressent particulièrement à cette nomination, due aux faveurs dont jouissait al-Aḥwaṣ auprès du vizir. Le récit le plus ancien est celui de Wakīʿ :

  • 348   « Al-ʿAlā’ī » dans l’édition d’al-Marāġī. C’est cependant la nisba d’al-Ġallābī qui lui est assoc (...)
  • 349   « 249 » par erreur dans l’édition d’al-Marāġī.
  • 350   Le verbe « ʿazala-hu » (il le révoqua) apparaît à cet endroit du texte arabe : il est manifesteme (...)
  • 351   Petites villes situées au nord de Wāsiṭ. Voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, I, p. 316 et 327.
  • 352   Le texte original parle de « biens » (amwāl) au lieu de « juridictions » (aʿmāl). Nous pensons qu (...)
  • 353   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 182. Les récits que font al-Ḫaṭīb ou Ibn al-Ǧawzī de ces événements (...)

En rabīʿ II 296 (janv. 909), Abū Umayya al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal Ġassān b. al-Mufaḍḍal [al-Ġallābī] 348 fut nommé cadi de Baṣra. Il venait de Bagdad (Madīnat al-salām) et nomma un vicaire à Baṣra en la personne de Saʿīd b. Muḥammad al-Ṣaffār. Puis Abū Umayya al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal fut révoqué de Baṣra en ḏū al-ḥiǧǧa 2[9]9 349 (juill.-août 912), car il n’était en rien fait pour cette fonction. Lorsque ʿAlī b. Muḥammad b. Mūsā b. al-Ḥasan b. al-Furāt fut nommé vizir d’al-Muqtadir bi-llāh 350, un ancien lien de protection [unissait] les deux hommes (i.e. le vizir et al-Aḥwaṣ) et le vizir le nomma [cadi] de Baṣra, puis lui confia les judicatures de Wāsiṭ, de Bādarāyā et de Bākusāyā 351, avant de le nommer sur [la circonscription d’]al-Ahwāz dans son entier. [Ibn al-Furāt] était ennemi des Āl Abī l-Šawārib qui contrôlaient la judicature de Bagdad ; lorsqu’Ibn al-Furāt fut arrêté et que fut nommé Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Ḫāqān, ce dernier se tourna vers les Āl Abī l-Šawārib en raison de son inimitié avec Ibn al-Furāt, et ceux-ci lui dirent grand mal d’[al-Aḥwaṣ]. [Le nouveau vizir] le révoqua donc et nomma Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. ʿAlī b. Muḥammad b. ʿAbd al-Malik b. Abī l-Šawārib sur toutes ses juridictions 352. Al-Aḥwaṣ se vit confisquer ses biens et les traitements (arzāq) qu’il avait reçus, fut jeté en prison et mourut quelques mois plus tard 353.

  • 354   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 649.
  • 355   Ibid., p. 649. Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VIII, p. 121) relate ainsi comment ʿAlī b. ʿĪsā prit l’ (...)
  • 356   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 655.

56À la charnière du iiie et du ive siècle/début du xe siècle, la nomination de certains cadis échappa de nouveau à l’autorité directe du calife pour passer entre les mains des vizirs. Le jeu des nominations et des révocations dépendit ainsi des rivalités divisant le milieu des kuttāb dont étaient issus les vizirs. « À cette époque en effet, écrit D. Sourdel, chaque nouveau vizir amène avec lui et installe aux principaux postes son équipe personnelle de secrétaires, préfets, fermiers, cadis et même chefs militaires 354. » Dans le récit de Wakīʿ, le calife passe au second plan : il n’intervient que pour nommer les vizirs qui désignent eux-mêmes les cadis. Les vizirs successifs prirent si bien l’habitude de faire et défaire les plus hauts fonctionnaires que le calife dut ordonner à ʿAlī b. ʿĪsā, lors de son deuxième vizirat en 315-316/927-928, de ne révoquer ni le gouverneur du Sawād ni l’un des cadis de Bagdad 355. Le vizirat abbasside étendait son influence bien au-delà de l’Iraq et des vizirs comme Ibn al-Furāt ou ʿAlī b. ʿĪsā nommèrent également des cadis dans d’autres provinces de l’empire, comme l’Égypte et la Syrie 356.

  • 357   Kennedy, The Prophet, p. 197.

57La puissance des vizirs déclina cependant en 324/936 lorsque le calife al-Rāḍī, dépassé par la situation financière catastrophique du califat, accepta de confier l’administration civile à Ibn Rā’iq, chef de ses armées. Se succédèrent alors une série d’amīr-s al-umarā’ (grands émirs) qui accaparèrent à leur profit la réalité du pouvoir. Ibn Muqla, dernier vizir des Abbassides avant longtemps, mourut en prison et les dīwān-s du calife furent abandonnés 357. Les cadis des amār iraqiens ne sont plus assez célèbres pour que nous puissions savoir ce qui s’y passe alors. Les informations sur Bagdad sont heureusement plus abondantes ; elles permettent de suivre les tensions qui surgirent entre califes et grands émirs et qui touchèrent au premier chef la judicature.

  • 358   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 81 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 184.
  • 359   Baǧkam, qui commença comme lieutenant d’Ibn Rā’iq en 324/936, lui succéda au poste d’amīr al-umar (...)
  • 360   Muḥammad b. Abī Mūsā, surnommé « al-Ḍarīr », ra’īs de la famille abbasside (al-Samʿānī, al-Ansāb, (...)
  • 361   Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 191.

58Jusque-là, le calife avait toujours gardé la haute main sur les nominations des cadis bagdadiens – à une ou deux exceptions près –, et ceci depuis la fondation de la ville sous le règne d’al-Manṣūr. Lorsque vint la période des amīr-s al-umarā’, le calife continua à nommer lui-même les cadis : voici au moins une prérogative qui, pendant un temps du moins, ne lui sembla pas disputée par le grand émir. C’est ainsi qu’en 329/941, peu avant sa mort, al-Rāḍī nomma Abū Muḥammad al-Ḥusayn b. ʿUmar sur Madīnat al-Manṣūr 358. Peu à peu, cependant, les grands émirs tentèrent d’accaparer à leur profit la désignation des cadis, afin d’accroître encore leur mainmise sur le califat. Le grand émir Baǧkam se mit à procéder lui-même à ce genre de nominations 359. À son avènement en 329/940, le calife al-Muttaqī confirma Baǧkam à son poste et ce dernier prit la liberté de confier les judicatures d’al-Šarqiyya et du côté est de Bagdad (al-ǧānib al-šarqī) au hāšimite Muḥammad b. Abī Mūsā 360, révoquant par là même l’ancien titulaire de ces deux postes, Abū Naṣr Yūsuf b. ʿUmar. Al-Muttaqī, peu disposé à abandonner une de ses ultimes prérogatives – devenue hautement symbolique de l’autorité religieuse du calife –, tenta alors de résister en confirmant Abū Naṣr dans ses fonctions. Il s’ensuivit une courte période de confusion pendant laquelle deux cadis concurrents coexistèrent, chacun d’eux bataillant ferme pour s’imposer face à l’autre. Au terme d’une habile manipulation des témoins instrumentaires, Ibn Abī Mūsā réussit à discréditer Abū Naṣr et à s’imposer : il reçut officiellement son investiture du calife le 9 ǧumādā II 329/10 mars 941 361. Bien que le grand émir ait dû laisser al-Muttaqī procéder lui-même à la nomination, il parvint tout de même à imposer son candidat contre la volonté du calife.

  • 362   Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 200. La date que propose al-Ṣūlī pour la remise de cette (...)

59Al-Muttaqī ne s’y trompa pas : peu avant ces événements, il avait mis en garde Abū Naṣr contre le grand émir. Lors de la remise d’une robe d’honneur, confirmant sans doute sa promotion à la judicature, al-Muttaqī lui avait prescrit, parmi les conditions posées à l’exercice de ses fonctions, d’éviter tout contact avec « les militaires » (ištaraa an lā yaqbala aṣḥāb al-suyūf362. Le calife pressentait-il déjà les conflits d’autorité qui l’opposeraient au grand émir ? Al-Muttaqī chercha en tout cas à instaurer une séparation entre, d’un côté, son entourage et les fonctionnaires qui relevaient encore de son autorité, et de l’autre la nouvelle administration militaire sur laquelle il n’avait plus aucun contrôle.

  • 363   Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 355. Sur Abū Ṭāhir et sa carrière postérieure en Égypt (...)
  • 364   Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 392. Selon al-ʿAlī (« Quāt Baġdād », p. 155), il s’ag (...)
  • 365   Miskawayh, Taǧārib al-umam, II, p. 188-89 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 303-304.
  • 366   Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 397. Sur ʿUmar b. Akṯam, voir al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, (...)
  • 367   Sur l’évolution sous les Būyides, voir Saʿāda, Min tārī Baġdād, p. 96 sq ; Kabir, art. cit, p. 1 (...)

60La tentative de Baǧkam pour s’arroger les désignations de cadis annonçait déjà le bras de fer qui opposa quelques années plus tard le calife et les émirs Būyides. Dès son arrivée au pouvoir en 334/945, Muʿizz al-Dawla se permit de révoquer Abū Ṭāhir al-Ḏuhlī que le calife al-Mustakfī avait nommé quelques mois plus tôt à Bagdad sur le quartier d’al-Šarqiyya 363. Plus tard, en šaʿbān 350/oct. 961, Muʿizz al-Dawla alla jusqu’à désigner lui-même Abū l-ʿAbbās ʿAbd Allāh b. al-Ḥasan b. Abī l-Šawārib comme grand cadi, et ceci contre l’avis du calife al-Muṭīʿ 364. Le calife demeura impuissant face à cette usurpation et ne put que manifester sa désapprobation en refusant d’accueillir dans son palais la cérémonie d’investiture du cadi et en interdisant à ce dernier de participer aux cortèges officiels 365. C’est encore Muʿizz al-Dawla, et non le calife, qui révoqua Ibn Abī l-Šawārib deux ans plus tard, en 352/963, et nomma à sa place Abū Bišr ʿUmar b. Akṯam 366. Ceci n’était que le début d’une lente appropriation par les Būyides des prérogatives judiciaires du calife : sous ʿAḍud al-Dawla, le calife n’eut plus le pouvoir de choisir le grand cadi et ne put plus que l’investir officiellement, lorsque le grand émir le permettait 367.

  • 368   On constate la même chose en Égypte. Cf. Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 20 sq.

61Jamais, jusqu’aux Būyides, l’autorité califale en matière de désignation des cadis ne fut définitivement acquise en Iraq 368. Il y eut bien une époque, au tournant du iiie et du ive siècle de l’hégire, où le pouvoir central fut assez fort en Iraq pour réduire à néant les velléités des gouverneurs de provinces, mais cela ne signifiait pas que le calife demeurait pleinement maître des nominations. Il conserva encore un droit de regard lorsque son vizir, à qui il délégua plusieurs de ses pouvoirs, commença à nommer les cadis à sa place. Mais les désignations lui échappèrent lorsque les secrétaires de chancellerie, qui tenaient jusque-là les rênes du pouvoir, furent évincés au profit des émirs militaires : avec l’institution de l’amīr al-umarā’ et surtout la domination des Būyides daylamites, ce ne fut plus qu’à grand-peine que le calife tenta, sans toujours rencontrer le succès, de conserver une prérogative qu’il avait mis tant d’années à conquérir.

5.  Le rôle du grand cadi

  • 369   Voir Coulson, Histoire du droit islamique, p. 118 ; Milliot, Introduction, p. 699 ; Bakar, « A No (...)

62La création du poste de grand cadi (ī l-quāt), sous le règne de Hārūn al-Rašīd, est considérée comme un des signes majeurs de la centralisation étatique. Pour de nombreux chercheurs contemporains, le calife lui aurait confié l’administration judiciaire : le grand cadi aurait été investi d’une autorité sur l’ensemble des cadis répartis dans les provinces et serait notamment devenu responsable de leur désignation 369. Bien que l’intervention des grands cadis à ce niveau apparaisse rarement dans les sources, E. Tyan n’en affirme pas moins l’importance de leur rôle :

  • 370   Tyan, Organisation judiciaire, p. 143. Voir également Šabārū, al-Qaā’ wa-l-quāt fī l-islām, p.  (...)

À la fin des iiie et ive siècles H., alors que l’institution du āī al-uāt avait atteint son apogée ; que le titulaire de cette charge envoyait aux diverses provinces ses ordres de nomination ou de destitution de magistrats, les textes ne parlent pas toujours d’ordres, de « lettres » émanées du grand juge, mais, souvent, du calife lui-même. […] Mais il n’en reste pas moins que, dans la réalité, les ādī al-uāt de cette période, ou tout au moins certains d’entre eux, exerçaient le pouvoir, sous l’apparence du pouvoir de leurs maîtres, les califes 370.

  • 371   Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 144. Repris par al-Maqqarī, Naf al-īb, II, p. 6.
  • 372   Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 469.
  • 373   Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, II, p. 220 ; Ibn Quṭlūbuġā, ǧ al-tarāǧim, p. 81.

63L’idée communément admise que le grand cadi avait pour fonction de nommer les cadis des provinces apparaît bien dans les sources arabes. Ibn Ḫallikān (m. 681/1282) affirme à propos d’Abū Yūsuf, grand cadi d’al-Rašīd : « Lorsqu’Abū Yūsuf Yaʿqūb, le disciple d’Abū Ḥanīfa, […] était grand cadi, les cadis étaient [nommés] par lui et il ne nommait cadi, depuis les confins orientaux jusqu’aux frontières de l’Ifrīqiyya, que des [savants] comptant parmi ses disciples 371. » La même assertion est reprise par Ibn Ḥaǧar (m. 852/1449) – Abū Yūsuf aurait, selon lui, été nommé sur « la judicature de l’empire 372 » (qaā’ al-mamālik) –, ainsi que par Ibn Abī l-Wafā’ (m. 775/1373) et Ibn Quṭlūbuġā (m. 879/1474) 373.

  • 374   Tyan, Organisation judiciaire, p. 144 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 273.
  • 375   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 314 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 458 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII (...)
  • 376   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 439.
  • 377   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 318.
  • 378   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 318 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 58. L’anecdote selon laque (...)
  • 379   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.
  • 380   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 173-74.
  • 381   Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 132 ; Ibn al-Aṭīr (al-Kāmil, VII, p. 77) mentionne la nominati (...)

64Ces auteurs, qui écrivent avec plusieurs siècles de recul, tendent à schématiser une réalité peut-être plus complexe. Cette généralisation, qui contredit la plupart des textes – E. Tyan le reconnaît lui-même –, s’appuie en effet sur un nombre d’exemples réduit. Les sources les plus anciennes n’évoquent que quelques désignations de cadis par un grand cadi. Yaḥyā b. Akṯam nomma plusieurs vicaires (alīfa-s) à Bagdad à l’époque d’al-Ma’mūn – en particulier lorsqu’il devait suivre le calife dans ses déplacements –, au nombre desquels ʿĪsā b. Abān et Ǧaʿfar b. ʿĪsā 374. Il intervint par ailleurs en 237/851-52 dans la nomination de deux cadis de Bagdad, Sawwār b. ʿAbd Allāh et Ḥayyān b. Bišr 375. Abū Yūsuf aurait quant à lui nommé plusieurs cadis à l’extérieur de Bagdad : al-Ḥasan b. Mūsā al-Ašyab qu’il désigna comme cadi de Mossoul et de Ḥimṣ 376, le cadi d’al-Anbār al-ʿAlā’ b. Hārūn 377 et le cadi de Ǧabbul ʿAbd al-Raḥmān b. Mushir, devenu célèbre pour sa stupidité 378. Dans les amār du sud de l’Iraq, le seul cas connu est celui d’Aḥmad b. Riyāḥ, nommé sur Baṣra par Aḥmad b. Abī Du’ād en 223/838 379. Al-Muʿtaṣim avait bien consulté son grand cadi deux ans plus tôt pour remplacer le cadi de cette ville, ʿĪsā b. Abān, mais Wakīʿ indique qu’Ibn Abī Du’ād n’eut aucune proposition à soumettre au calife et que ce dernier choisit seul al-Ḥasan b. ʿUbayd Allāh al-ʿAnbarī 380. Quelques années plus tard, le grand cadi Ǧaʿfar b. ʿAbd al-Wāḥid nomma, probablement à Sāmarrā’, le cadi al-Ḥasan b. Muḥammad b. Abī l-Šawārib 381.

  • 382   Voir Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 472-73.
  • 383   Voir notamment la biographie d’al-Mufaḍḍal b. Faḍāla dans al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 377.

65Ces quelques cas laissent penser que les grands cadis pouvaient effectivement nommer des cadis. Mais d’une part les exemples sont rares dans les sources antérieures au ve/xie siècle, et par ailleurs ils concernent des cadis de la capitale (Bagdad ou Sāmarrā’) ou de villes de taille modeste (al-Anbār, Ǧabbul), mais plus rarement de métropoles. Rien ne permet d’affirmer que le grand cadi désignait, d’une manière générale, les cadis d’Iraq au nom du calife. Il en va de même dans d’autres provinces. Ainsi en Égypte, jusqu’à l’arrivée au pouvoir des Ṭūlūnides, al-Kindī ne mentionne nulle part qu’un cadi fut nommé par le grand cadi des Abbassides 382. Pourtant cet auteur précise souvent l’origine des nominations et différencie l’autorité qui nomme de facto le cadi – dans le cas de l’Égypte, ce peut être un gouverneur – et celle qui délivre officiellement l’acte d’investiture (le calife) 383 ; si certains cadis avaient véritablement été nommés par le grand cadi, bien que leur acte d’investiture soit signé par le calife, il est probable qu’al-Kindī l’aurait mentionné.

  • 384   Voir la chronologie des grands cadis en annexe. Voir également al-ʿAlī, « Quāt Baġdād », p. 197.
  • 385   Johansen, « Wahrheit », p. 997.
  • 386   Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 23.
  • 387   Massignon, « Cadis et naqībs bagdadiens », p. 109.
  • 388   Ceci est confirmé par la chronologie des cadis de Bagdad établie par al-ʿAlī, « Quāt Baġdād », p (...)

66Que le grand cadi ait pu nommer des vicaires, dans la capitale ou ailleurs, est indéniable. Mais la centralisation judiciaire fut-elle spécifiquement liée à cette institution ? Aucun texte n’en apporte la preuve. Ce fut au contraire lorsque le grand cadi perdit de sa puissance, dans le dernier tiers du iiie/ixe siècle, jusqu’à disparaître pendant trente-cinq ans, entre 283/896 et 317/929 384, que la centralisation judiciaire atteignit son apogée. Une nouvelle structure administrative se mit en place 385, dans laquelle nombre de cadis «effectifs» de Baṣra et de Kūfa furent désormais nommés par des cadis résidant à Bagdad. Ce fut également le cas en Égypte, où les cadis de Fusṭāṭ furent nommés par des cadis de Bagdad entre 905 et 933 386. Considérant probablement qu’une telle centralisation ne pouvait être que l’œuvre d’un « grand cadi », L. Massignon classe ces délégants comme tels 387. Pourtant les sources ne mentionnent jamais que des cadis comme Yūsuf b. Yaʿqūb (qui délégua plusieurs cadis à Baṣra à partir de 276/889-90) ou Abū Ḫāzim (délégant de cadis à Kūfa à la même époque) portaient ce titre : ils furent principalement cadis d’une ou de plusieurs circonscriptions bagdadiennes 388.

  • 389   Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 359.

67De fait, la délégation des pouvoirs judiciaires n’était pas réservée au seul grand cadi : dès le iiie/ixe siècle, la littérature juridique reconnut que tout cadi pouvait désigner un vicaire (alīfa) si le calife l’y autorisait 389. Les grands cadis, dont la juridiction ne semblait pas limitée à un territoire précis, pouvaient déléguer leur pouvoir judiciaire dans des villes éloignées – alors qu’un cadi ordinaire ne pouvait le faire que dans sa circonscription. Mais en pratique, ce pouvoir restait soumis à l’autorisation du souverain qui conservait notamment la haute main sur les désignations dans les amār iraqiens. Jusqu’à la seconde moitié du iiie/ixe siècle, les grands cadis jouirent plus que les autres cadis d’un tel pouvoir de délégation, et Abū Yūsuf et Yaḥyā b. Akṯam contribuèrent dans une large mesure à la nomination de cadis. Quant à étendre cette prérogative à tous les grands cadis pour tous les cadis de provinces, il y a un fossé que l’on se gardera bien de franchir. Rien, au vu des sources que nous avons étudiées, ne vient étayer cette généralisation. La plupart des grands cadis n’étaient pas administrativement responsables des désignations dans les provinces.

68On ne peut donc, en toute rigueur, supposer que les sources dissimulent derrière la personne du calife un pouvoir de nomination qui aurait en réalité appartenu au grand cadi. Le schéma pyramidal ainsi reconstruit est peut-être satisfaisant pour l’esprit, mais il ne se fonde sur aucune preuve textuelle. Il est incontestable néanmoins que le grand cadi, comme le vizir, se tenait dans l’ombre du calife. Les fonctions réelles des grands cadis méritent donc d’être réexaminées sur des bases nouvelles. Ceci ne peut se faire que dans le cadre d’une étude plus large sur le milieu de la cour abbasside et la place qu’y occupaient les cadis ; nous y reviendrons ultérieurement.

Notes

169   Cahen, « Points de vue sur la “Révolution ʿabbâside” », p. 296.

170 Johansen, « Wahrheit », p. 994-98.

171   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 54 ; al-ʿAlī, Baġdād, p. 35, 38.

172   Voir Bligh-Abramski, « Evolution versus Revolution », p. 226 sq ; Cobb, White Banners, p. 45.

173   Pour Ibn al-Muqaffaʿ, voir Kilito, « Ibn al-Muqaffaʿ », dans Bencheikh, Dictionnaire de littératures de langue arabe, p. 159.

174   Tsafrir, The History, p. 54.

175   Bligh-Abramski, « Evolution versus Revolution », p. 236 ; id., « The Judiciary », p. 55.

176   Hodgson, The Venture of Islam, I, p. 275.

177 Gouverneur d’Égypte de 128/745 à 131/748. Al-Kindī, Ta’rī Mir wa-wulāti-hā, p. 88.

178 Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 348-52, puis 355-56.

179   Les historiens arabes divergent sur la date de sa mort qu’ils situent entre 142 (Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, V, p. 511) et 146 (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 111 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 103). Les sources les plus anciennes (tel Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 480) s’accordent plutôt sur la date de 143.

180   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 241 ; Ibn al-Aṯīr (al-Kāmil, V, p. 274) affirme qu’il fut nommé en 125/743.

181   Selon Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 243, c’est al-Saffāḥ qui le fit venir et le nomma à al-Hāšimiyya ; al-Ḫaṭīb (Ta’rī Baġdād, XIV, p. 107) reprend cette information, mais indique que, selon d’autres sources, c’est al-Manṣūr qui l’aurait appellé. Cf. Bligh-Abramski, « Evolution versus Revolution », p. 236.

182   Al-Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, X, p. 152 ; la date de mort de ce cadi est inconnue.

183   Ibn ʿAsākir, Ta’rī Dimašq, XL, p. 9 ; Ibn Ḥaǧar, Tahīb al-tahīb, VII, p. 130.

184   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 266 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 43, 55.

185   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 56. Al-Muṯannā b. Yazīd fut gouverneur de la Yamāma (région de la côte est de la péninsule Arabique) sous le califat de Marwān II. Il fut tué par les Abbassides en 133/751 (al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 366). Sur ce gouverneur et les activités de Ṭalḥa b. Iyās à son service, voir al-Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, IX, p. 214.

186   Voir Schacht, « Ibn Abī Laylā », EI2, III, p. 709.

187   Gouverneur d’Iraq de 121/739 à 126/743-44. Al-Ziriklī, al-Aʿlām, VIII, p. 243.

188   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 358 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 148.

189   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 148 ; al-Šīrāzī, abaqāt al-fuqahā’, p. 85 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 181.

190   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 143. Sur la révolte d’al-Ḍaḥḥāk b. Qays et la prise de Kūfa, voir al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 283-85 ; les ḫāriǧites conservèrent Kūfa jusqu’à leur défaite devant Ibn Hubayra qui reprit la ville en ramaḍān 129/mai-juin 747. Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 304.

191   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 143.

192   Wakīʿ rapporte qu’Ibn Abī Laylā aurait cherché, avant la prise du pouvoir par les Abbassides, à se faire recruter par les Umayyades en Syrie. Trouvant tous les postes occupés, il serait revenu en Iraq et se serait mis à proférer des propos séditieux contre la dynastie au pouvoir. Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 110.

193   Voir infra chapitre II, § I.3.2.

194   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 143.

195   Lors de la révolte d’al-Ḍaḥḥāk b. Qays, les ḫāriǧites acceptèrent dans leurs rangs toute personne désireuse de les rejoindre, même si elle n’adhérait pas à la foi ḫāriǧite, pourvu qu’elle soit opposée au régime des Umayyades. Cette ouverture permit au mouvement une popularité et un succès jusqu’alors inconnus chez les ḫāriǧites. Voir Sharon, Revolt, p. 125.

196   L’anecdote tend à montrer que les Umayyades étaient aussi illégitimes et injustes que les révoltés ḫāriǧites, et à disculper Ibn Abī Laylā de sa collaboration avec ces deux régimes : selon ses propres dires, le pouvoir umayyade l’aurait forcé à assumer la judicature ; de même, l’attitude du cadi laisse penser qu’il n’accepta de servir les révoltés que pour se protéger.

197   Voir supra, § I.3.1.

198   Pellat, Le Milieu barien, p. 285.

199   Sur ce cadi, voir Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 50 ; al-Basawī, al-Maʿrifa wa-l-ta’rī, II, p. 803-804 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 180 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 54-55.

200   Gouverneur de Baṣra de 133/751 à 139/756. Pellat, Le Milieu barien, p. 280.

201   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 271.

202   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 44 ; Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 272.

203   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 55, 57.

204   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 350 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 262 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 36. Les fonctions exactes d’Ibn Šubruma sont difficiles à déterminer : selon Wakīʿ, ʿĪsā b. Mūsā le nomma aux maālim de Kūfa tandis qu’Ibn Abī Laylā assumait la judicature ordinaire. Cependant, les relations d’Ibn Saʿd et d’Ibn Qutayba laissent plutôt penser qu’Ibn Šubruma était chargé de rendre la justice sur la campagne (sawād) environnante.

205 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 312.

206   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 54.

207   Gardet, La Cité musulmane, p. 136 ; Milliot, Introduction, p. 699 ; al-ʿAlī, « Quāt Baġdād », p. 155 ; Saʿāda, Min tārī Baġdād, p. 92 ; Sourdel, L’État impérial, p. 47 ; Melchert, « Religious Policies », p. 316 ; Johansen, « Wahrheit », p. 982 ; Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 468 ; Kasassbeh, The Office of Qāī, p. 147 sq. Parmi les historiens arabes, on compte notamment al-Yaʿqūbī, Ta’rī, II, p. 281.

208   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 57.

209   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 81. Voir Johansen, « Wahrheit », p. 994.

210   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 88.

211   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 148 ; ce cadi mourut en 153/770 (al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 504).

212   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 149.

213   H. Kennedy remarque la même chose pour la ville de Mossoul, en Ǧazīra. Kennedy, « Central Government », p. 29.

214 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 55, 57.

215 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 308.

216 Ibn Ṭūlūn, Quāt Dimašq, p. 13. L’identité exacte du délégant est cependant incertaine, et d’autres sources affirment que ce fut le gouverneur d’Égypte qui nomma cette année-là Yaḥyā b. Ḥamza. La première désignation indubitable d’un cadi de Damas par un calife abbasside eut lieu en 163/779-80, sous al-Mahdī. Conrad, Die Quāt Dimašq, p. 629.

217   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 368.

218   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 363.

219 Johansen, « Wahrheit », p. 994.

220   Cobb, White Banners, p. 50.

221   Sur la construction de Bagdad, voir Kennedy, The Prophet, p. 135 ; id., The Early Abbasid Caliphate, p. 87 sq. La forme même de la ville ronde exprimait symboliquement « le pouvoir total du calife musulman » qui se trouvait au centre d’un univers disposé en cercle autour de lui. Wendell, « Baghdâd : Imago Mundi », p. 119, 122 ; Grabar, La Formation de l’art islamique, p. 97.

222   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 520. Voir Kasassbeh, The Office of Qāī, p. 145 ; al-Dūrī, al-ʿAr al-ʿabbāsī l-awwal, p. 78.

223   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 138 ; Ibn Ḫallīkān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 181.

224   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 363.

225   Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 368.

226   D’autres parties de l’épître ont influencé la politique d’al-Manṣūr de manière beaucoup plus évidente, comme le conseil d’intégrer à l’élite gouvernementale une partie de l’ancienne élite syrienne. Cobb, White Banners, p. 45.

227   Voir Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 468 ; Zaman, Religion and Politics, p. 84 ; Dutton, The Origins, p. 29.

228   Crone et Hinds, God’s Caliph, p. 87.

229   Selon Crone (Slaves on Horses, p. 70), al-Manṣūr fut peut-être trop occupé par la consolidation de la dynastie et la suppression des révoltes pour mettre ces conseils à exécution.

230   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 123.

231   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 133. ʿUmar b. ʿUṯmān est attesté comme cadi de Baṣra à cette date dans al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 581 ; voir aussi Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 332, et Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VI, p. 76.

232   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 137.

233   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142.

234   Šarīk fut cadi de Kūfa pendant seize ans, de 153/770 à 169/785. Voir la liste des cadis de Kūfa en annexe.

235   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 295 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 177. Voir note infra.

236   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 182.

237   Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 307.

238   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 389 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 510 ;Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 185 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 46 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 221.

239 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 312.

240   Voir Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 58 sq. C’est à la fin de 145/762 qu’al-Manṣūr, après avoir écrasé ses principaux opposants (en particulier son oncle ʿAbd Allāh b. ʿAlī, Abū Muslim et les ḥasanides Muḥammad et Ibrāhīm b. ʿAbd Allāh), entreprit les grandes réalisations de son règne.

241   Al-Māwardī, Adab al-qāī, I, p. 137.

242 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 115.

243   Coulson, « Doctrine and Practice », p. 216.

244 Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 177) parle de ʿĪsā b. Mūsā, ce qui semble impossible car ʿĪsā b. Mūsā mourut en 167 (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 334). Wakīʿ rectifie son propos un peu plus loin pour parler de « Mūsā » (ibid., p. 180). Il pourrait s’agir de Mūsā b. ʿĪsā, qui fut gouverneur de Kūfa à cette époque (al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 603, 620). D’autres relations affirment que le cadi aurait en fait été nommé par Mūsā b. al-Mahdī, c’est-à-dire le calife al-Hādī (Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 295) ; Tsafrir (The History, p. 132, note 122) penche notamment pour cette hypothèse.

245   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 581, 623.

246   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 620.

247   Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 392.

248   Al-Ziriklī, al-Aʿlām, VI, p. 149.

249   Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 392-94. Sur Kalwāḏā, voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, IV, p. 477.

250   Kennedy, The Prophet, p. 141.

251 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 139.

252   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

253   C’est-à-dire qu’il ne se rend plus à la mosquée pour rendre la justice.

254   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

255   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 140.

256   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142.

257   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 141.

258   Nous n’avons pu identifier ce personnage. Une autre version de ce abar, rapportée par al-Ḫaṭīb, mentionne pour sa part Yaḥyā b. Ḫālid le Barmakide. Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 196.

259   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142.

260   Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 623.

261   Al-Amīn ne désigna pas de cadi à Baṣra et se contenta d’y laisser ʿAbd Allāh b. Sawwār, nommé en 192/807-808 par al-Rašīd (Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 155) ; à Kūfa, Wakīʿ (Abār al-quāt, III, p. 188) mentionne la nomination en 194/809-10 d’al-Ḥasan b. Ziyād par « Ibn Zubayda », c’est-à-dire al-Amīn. Voir aussi al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 325.

262   El-Hibri, « Harun al-Rashid and the Mecca Protocol », passim.

263 Voir Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 135 sq ; Cooperson, Al-Ma’mun, p. 40 sq.

264   Il ne fut révoqué que plus tard, en 198/813. Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 156.

265   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 189-90. Sur la chronologie des cadis de Kūfa à cette époque, voir la liste en annexe et les notes explicatives.

266   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313.

267   Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 404 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, X, p. 442 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VI, p. 385.

268 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313.

269   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 143.

270   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 151 sq.

271 Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 152-53 ; Laoust, Les Schismes, p. 93-94. Sur cette révolte, voir en particulier al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 122-25 ; al-Iṣfahānī, Maqātil al-ālibiyyīn, p. 424 sq. Voir également Gibb, « Abū l-Sarāyā », EI2, I, p. 153 ; Scarcia Amoretti, « Ibn Ṭabāṭabā », EI2, III, p. 975.

272   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 123.

273   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 189 ; al-Iṣfahānī, Maqātil al-ālibiyyīn, p. 435.

274   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 123.

275   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 126.

276   Ismāʿīl b. Ḥammād b. Abī Ḥanīfa fut surtout célèbre comme cadi de Baṣra, un peu plus tard. Voir en particulier Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 167 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 242 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 229 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 148 ; Ibn Quṭlūbuġā, ǧ al-tarāǧim, p. 17.

277   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 190.

278   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 190. Voir aussi Ibn Ḥaǧar, Tahīb al-tahīb, I, p. 425.

279   Secrétaire d’al-Ma’mūn, al-Ḥasan b. Sahl (m. 236/850-51) fut nommé āib al-arāǧ en 196/812 dans les provinces contrôlées par le calife. Après la prise de Bagdad, son frère al-Faḍl l’envoya en Iraq comme gouverneur. Voir Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 215 sq ; id., « al-Ḥasan b. Sahl », EI2, III, p. 250.

280   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 158-59.

281   Sur ce personnage, mort en 220/835, voir Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 208 ; al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XIII, p. 197.

282   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 131.

283   Pellat (Le Milieu barien, p. 282) ne situe pas le gouvernorat d’Ismāʿīl b. Ǧaʿfar b. Sulaymān b. ʿAlī avant 205/820-21. Il est cependant attesté comme émir de Baṣra en 201/817 (Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm al-zāhira, II, p. 169 ; al-Ḏahabī, Ta’rī al-islām, années 201-210, p. 5), et Wakīʿ affirme qu’al-Ma’mūn le nomma dès muḥarram 198/sept. 813 (Abār al-quāt, p. 156). Ismāʿīl b. Ǧaʿfar mourut en 215/830 (Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm al-zāhira, II, p. 213) ou 216/831 (al-Ḏahabī, Ta’rī al-islām, années 211-220, p. 73).

284   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 157.

285   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 160.

286   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313. On ne peut donc conclure comme Bligh-Abramski (« The Judiciary », p. 57), que les califes contrôlèrent définitivement les nominations des cadis à partir du règne d’al-Rašīd.

287   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 463 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 103. Sur Manṣūr b. al-Mahdī, voir aussi al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 133 sq et Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VI, p. 321 sq. Cf. Rekaya, « al-Ma’mūn b. Hārūn al-Rašīd », EI2, VI, p. 319-20.

288   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 463 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 114. Sur ce théologien murǧi’ite mort en 218/833, voir Carra de Vaux, Nader et Schacht, « Bishr b. Ghiyāth », EI2, I, p. 1279.

289   Pellat (Le Milieu barien, p. 282) situe le gouvernorat de Ṣāliḥ b. al-Rašīd entre 204/819-20 et 205/820-21. Cf. al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 151. L’anecdote doit cependant être resituée dans le contexte de l’arrivée en poste de Yaḥyā b. Akṯam, en 202. Muḥammad b. Ḥarb al-Hilālī est par la suite présenté par Wakīʿ comme assumant en 205/820-21 la fonction de āib al-šura. Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 163.

290   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 161.

291   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 167.

292   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 202 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 149.

293   Yaḥyā b. Akṯam mourut en 242/856-57 ou 243/857-58, âgé selon les sources de 76 ou 83 ans (Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 166 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 163 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, II, p. 211). Il naquit donc entre 159/775-76 et 166/782-83, ce qui est confirmé par Ibn Ḥaǧar (Rafʿ al-ir, p. 461) qui propose la date de 159/775-76. En 202/817, il avait donc entre 36 et 43 ans.

294   Sourdel, L’État impérial, p. 47. On trouve la même généralisation chez Gardet (La Cité musulmane, p. 136), Schacht (Introduction au droit musulman, p. 49), Milliot (Introduction, p. 699) ou Melchert (« Religious Policies », p. 316).

295   Johansen, « Wahrheit », p. 995 ; l’auteur donne également l’exemple de Médine, où l’autorité califale en matière de nominations ne fut rétablie qu’en 825, et de l’Égypte, où elle fut effective en 826.

296   Sur al-Ḫaṣṣāf, voir supra (Préambule, § IV).

297   C’est nous qui soulignons.

298   Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 447.

299   Sur al-Šaybānī, voir Chaumont, « al-Shaybānī », EI2, IX, p. 405.

300   Kennedy, The Early Abbasid Caliphate, p. 164.

301 Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 313.

302 Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 167. Ibn Ḫallikān (Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 149) rapporte d’après les Abār al-Bara de ʿUmar b. Šabba que Yaḥyā b. Akṯam aurait été cadi de cette ville jusqu’en 220/835, ce qui est vraisemblablement une erreur de copie car cette date est incompatible avec la chronologie des cadis de Baṣra (voir annexe).

303   Johansen, « Wahrheit », p. 995.

304   C’est le cas pour l’Iraq, mais on trouve encore des exceptions dans les provinces, notamment dans l’Égypte pré-ṭūlūnide : ʿĪsā b. al-Munkadir fut ainsi nommé en 212/828 par le gouverneur ʿAbd Allāh b. Ṭāhir. Al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 433. Voir Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 471.

305   Ch. Melchert a montré quel parti on pouvait tirer de ces nominations pour comprendre en détail l’évolution de la politique religieuse des califes après al-Mutawakkil. Voir Melchert, « Religious Policies », p. 321 sq.

306   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.

307   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 179.

308   L’index du Ta’rī d’al-Ṭabarī (Ta’rī, VI, p. 37) recense six personnages portant ce ism et ce nasab.

309   Sur Isḥāq b. Ibrāhīm b. Muṣʿab, voir al-Balāḏurī, Futū al-buldān, p. 296 ; al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, VIII, p. 397 ; Ibn Ḥabīb, al-Muabbar, p. 376. Sur son rôle, voir Kennedy, The Prophet, p. 162 ; Sourdel, L’État impérial, p. 134 ; Kaabi, Les āhirides,p. 315. Le āib al-šura représentait à Bagdad la principale institution de gouvernement. Micheau, « Bagdad », p. 105.

310   Kennedy, The Prophet, p. 162. Ce sont les dates que donne al-Ṣafadī (al-Wāfī bi-l-wafayāt, VIII, p. 397), bien qu’al-Masʿūdī (Murūǧ al-ahab, IV, p. 12) indique la date de 233/847-48.

311   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 150 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 41. Al-Ṭabarī ne rapporte pas l’histoire de cette nomination.

312   L’édition des Abār al-quāt de Wakīʿ repose sur un unicum (voir l’introduction de l’éditeur aux Abār al-quāt, I, p. n). Faute d’une édition critique, certains passages demeurent assez obscurs et visiblement altérés. On pourrait supposer qu’il ne s’agit pas d’Isḥāq b. Ibrāhīm mais de son fils qui assuma à sa suite de hautes responsabilités.

313   Voir supra, § II.2.3.

314   Kennedy, The Prophet, p. 175-76 ; sur al-Muwaffaq, voir du même auteur « al-Muwaffaḳ », EI2, VII, p. 803.

315   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 181. La même année, al-Muʿtamid nomma également Ismāʿīl b. Isḥāq cadi sur le côté est de Bagdad. Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 288 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 280.

316   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 288 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 280.

317   Kennedy, The Prophet, p. 180 ; Laoust, Les Schismes, p. 131-32. Wakīʿ mentionne la date de 258/871-72 pour la conquête de Baṣra par les Zanǧ, mais l’événement eut lieu en réalité en šawwāl 257/août-sept. 871. Voir al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 482. Sur la prise temporaire de Baṣra et le massacre qui y fut perpétré, voir Popovic, La Révolte des esclaves, p. 99 ; voir aussi Ashtor, A Social and Economic History, p. 115 sq ; Waines, « The Third Century Internal Crisis », p. 301-302.

318   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 181.

319   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 488. Cf. Halm, Die Ausbreitung, p. 172. L’histoire n’a pas conservé le nom de ce cadi qu’Ibn al-Ǧawzī nomme simplement « le cadi des Zanǧ » (al-Muntaam, VII, p. 109). Ce cadi ne resta d’ailleurs pas en place très longtemps : fait prisonnier avec quatorze autres révoltés près de Baṣra en 258/871-72, il fut conduit à Sāmarrā’ et décapité (al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 488 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 109 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 257). Selon Popovic (La Révolte des esclaves, p. 158), aucun autre renseignement ne nous est parvenu sur l’organisation judiciaire des Zanǧ. Sur ʿAbbādān, petite ville située sur le Tigre en aval de Baṣra, voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, IV, p. 74 ; Cornu, Atlas, « ʿIrāq », G6.

320   Halm (Die Ausbreitung, p. 172) suppose qu’en l’absence de cadi, c’est le gouverneur qui rendait la justice.

321   « Nayraǧ » signifie « pilon » ou « soc de charrue ». Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿarab, VI, p. 167 (racine n.r.ǧ.), et Kazimirski, Dictionnaire, II, p. 1233.

322

323   « Circonscriptions du Tigre », situées sur le bas Tigre à proximité de la ville d’al-Ubulla. Sourdel, L’État impérial, p. 50.

324   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 181-82. Cf. al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 182. Voir aussi Popovic, La Révolte des esclaves, p. 153.

325   C’est à partir de 266/879 qu’al-Muwaffaq, assisté par son fils Abū l-ʿAbbās, prit lui-même la tête du combat contre les Zanǧ. Kennedy, The Prophet, p. 181 ; id., The Armies, p. 153 sq.

326   Al-Muwaffaq fonda la ville d’al-Muwaffaqiyya en 267/880-81, au bord du Šaṭṭ al-ʿArab ; elle servit de base militaire à la répression des Zanǧ. Streck et Morony, « Maysān », EI2, VI, p. 921.

327   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 587 ; voir aussi Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 405.

328   Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 255.

329   La guerre contre les Zanǧ provoqua l’entrée du sud de l’Iraq dans une période de déclin. Kennedy, The Prophet, p. 181.

330   Cf. Johansen, « Wahrheit », p. 997.

331   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 654. L’auteur affirme d’ailleurs qu’il est difficile de savoir si l’information doit être prise à la lettre.

332   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 60. Il mourut en šawwāl 283/nov. 896 (Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 285 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 60).

333   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 510 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 139.

334   Kennedy, The Prophet, p. 176. Sur le vizirat de ʿUbayd Allāh b. Yaḥyā b. Ḫāqān (256/870-263/877), voir Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 305-309.

335   Sur ce vizir d’al-Muʿtamid, voir Sourdel, « Ismāʿīl b. Bulbul », EI2, IV, p. 189.

336   Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 255-57.

337   C’est le cas de Nūḥ b. Darrāǧ, nommé cadi de Kūfa en 175/791-92 par al-Rašīd, peut-être sous l’influence de Yaḥyā b. Ḫālid al-Barmakī. Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 182.

338   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 654.

339   Sur les divergences au sujet d’al-Wāqidī, voir Ibn al-Nadīm, Fihrist, p. 157 ; Wakīʿ, Abār, III, p. 270 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 518 ; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, I, p. 404.

340   Al-Tanūḫī, al-Faraǧ baʿd al-šidda, II, p. 333.

341   Voir Fakkar, Al-Tanūī et son livre, passim.

342   Voir le récit très détaillé d’Ibn ʿAsākir, Ta’rī Dimašq, LIV, p. 459, 464 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 214 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 166.

343   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 229 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 168.

344   Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 644 ; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, I, p. 406.

345   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 270.

346   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 387. Sur la conspiration, voir al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 671. Cf. Kennedy, The Prophet, p. 193 ; Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 370-75.

347   Au ive siècle de l’hégire, écrit Sourdel (Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 649), le vizir se substitua pratiquement au calife pour « choisir, sinon nommer lui-même, les divers agents de l’administration ainsi que les émirs, chefs militaires, préfets de police et cadis ».

348   « Al-ʿAlā’ī » dans l’édition d’al-Marāġī. C’est cependant la nisba d’al-Ġallābī qui lui est associée chez al-Ḫaṭīb (Ta’rī Baġdād, VII, p. 53) et Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VII, p. 343), et qui se réfère selon al-Samʿānī (al-Ansāb, IV, p. 321) à une de ses ancêtres, Ġallāb Umm Ḫālid.

349   « 249 » par erreur dans l’édition d’al-Marāġī.

350   Le verbe « ʿazala-hu » (il le révoqua) apparaît à cet endroit du texte arabe : il est manifestement intercalé à tort dans ce passage, puisqu’Ibn al-Furāt ne révoqua pas al-Aḥwaṣ, mais le nomma. On pourrait supposer que le vizir le démit d’un poste qu’al-Aḥwaṣ aurait auparavant occupé, mais cette hypothèse est infirmée par les sources qui indiquent que le personnage n’occupait pas de fonction officielle auparavant et vivait à Bagdad de son métier de marchand de vêtements (bazz). Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 54 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 434.

351   Petites villes situées au nord de Wāsiṭ. Voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, I, p. 316 et 327.

352   Le texte original parle de « biens » (amwāl) au lieu de « juridictions » (aʿmāl). Nous pensons qu’il s’agit là d’une erreur du copiste, influencé par la présence du terme « amwāl » quelques mots plus loin, car le contexte indique clairement qu’il s’agit ici de « juridictions ».

353   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 182. Les récits que font al-Ḫaṭīb ou Ibn al-Ǧawzī de ces événements permettent de corriger quelques erreurs de l’édition d’al-Marāġī. Voir al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 54 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 434. La nomination d’Abū Umayya est également évoquée par Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 655.

354   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 649.

355   Ibid., p. 649. Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VIII, p. 121) relate ainsi comment ʿAlī b. ʿĪsā prit l’initiative de proposer la grande judicature à al-Ḥusayn b. Ṣāliḥ b. Ḫayrān (m. 320/932).

356   Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, II, p. 655.

357   Kennedy, The Prophet, p. 197.

358   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 81 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 184.

359   Baǧkam, qui commença comme lieutenant d’Ibn Rā’iq en 324/936, lui succéda au poste d’amīr al-umarā’ en 328/938. À la mort du calife al-Rāḍī en 329/940, il fut confirmé dans ses fonctions par al-Muttaqī et resta en place jusqu’à sa mort en raǧab 329/avril 941. Canard, « Badjkam », EI2, I, p. 890-91.

360   Muḥammad b. Abī Mūsā, surnommé « al-Ḍarīr », ra’īs de la famille abbasside (al-Samʿānī, al-Ansāb, V, p. 336), fut un des plus importants savants ḥanafites du début du ive/xe siècle. Il mourut en 334/945-46, assassiné par un cambrioleur qui s’était introduit chez lui. Voir al-Šīrāzī, abaqāt al-fuqahā’, p. 54 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 208 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, II, p. 106.

361   Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 191.

362   Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 200. La date que propose al-Ṣūlī pour la remise de cette robe d’honneur (šaʿbān 329/mai 941) est manifestement erronée : à cette date Abū Naṣr n’était plus cadi et s’était vu remplacer par Ibn Abī Mūsā. La scène décrite eut probablement lieu à l’entrée en fonction d’al-Muttaqī en rabīʿ I 329/déc. 940.

363   Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 355. Sur Abū Ṭāhir et sa carrière postérieure en Égypte, voir Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 325-30 (trad. Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 173 sq).

364   Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 392. Selon al-ʿAlī (« Quāt Baġdād », p. 155), il s’agit du seul exemple d’appropriation par les Būyides de la nomination des cadis. Cette affirmation ne tient cependant pas compte de la nomination de ʿUmar b. Akṯam par le même émir quelque temps plus tard. Voir Kabir, « Administration of Justice », p. 18.

365   Miskawayh, Taǧārib al-umam, II, p. 188-89 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 303-304.

366   Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 397. Sur ʿUmar b. Akṯam, voir al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 248 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 387 ; al-Ḏahabī, Ta’rī al-islām, années 351-80, p. 164-65.

367   Sur l’évolution sous les Būyides, voir Saʿāda, Min tārī Baġdād, p. 96 sq ; Kabir, art. cit, p. 18-21 ; Donohue, The Buwayhid Dynasty, p. 289 sq.

368   On constate la même chose en Égypte. Cf. Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 20 sq.

369   Voir Coulson, Histoire du droit islamique, p. 118 ; Milliot, Introduction, p. 699 ; Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 468 ; Bligh-Abramski, « The Judiciary », p. 57 ; Sourdel, « L’autorité califienne », p. 114 ; id., L’État impérial, p. 47 ; ʿI. Šabārū, ī l-quāt fī l-islām, p. 107.

370   Tyan, Organisation judiciaire, p. 143. Voir également Šabārū, al-Qaā’ wa-l-quāt fī l-islām, p. 107.

371   Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 144. Repris par al-Maqqarī, Naf al-īb, II, p. 6.

372   Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 469.

373   Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, II, p. 220 ; Ibn Quṭlūbuġā, ǧ al-tarāǧim, p. 81.

374   Tyan, Organisation judiciaire, p. 144 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 273.

375   Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 314 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 458 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 60. Cependant, d’autres sources affirment que Ḥayyān b. Bišr fut nommé par al-Mutawakkil. Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 228 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 279.

376   Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 439.

377   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 318.

378   Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 318 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 58. L’anecdote selon laquelle le cadi perdit toute crédibilité aux yeux d’al-Rašīd est reprise par Ibn al-Ǧawzī dans ses Abār al-amqā, p. 101. Sur Ǧabbul, ville située le long du Tigre entre al-Nuʿmāniyya et Wāsiṭ, voir Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, II, p. 103 (Yāqūt reprend d’ailleurs l’anecdote en la situant, non plus sous al-Rašīd et Abū Yūsuf, mais sous al-Ma’mūn et Yaḥyā b. Akṯam).

379   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 175.

380   Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 173-74.

381   Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 132 ; Ibn al-Aṭīr (al-Kāmil, VII, p. 77) mentionne la nomination d’al-Ḥasan b. Muḥammad comme vicaire de Ǧaʿfar b. ʿAbd al-Wāḥid, mais sans préciser le lieu de sa juridiction. Al-Ṭabarī n’en parle pas.

382   Voir Bakar, « A Note on Muslim Judges », p. 472-73.

383   Voir notamment la biographie d’al-Mufaḍḍal b. Faḍāla dans al-Kindī, Abār quāt Mir, p. 377.

384   Voir la chronologie des grands cadis en annexe. Voir également al-ʿAlī, « Quāt Baġdād », p. 197.

385   Johansen, « Wahrheit », p. 997.

386   Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 23.

387   Massignon, « Cadis et naqībs bagdadiens », p. 109.

388   Ceci est confirmé par la chronologie des cadis de Bagdad établie par al-ʿAlī, « Quāt Baġdād », p. 197. Cf. Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 23.

389   Al-Ḫaṣṣāf, Adab al-qāī, p. 359.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable