Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer en Syrie

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Cyril Roussel

Les impasses du développement rural

Crise agraire, crise foncière et sécheresse en Syrie (2000-2011)

الأزمة الزراعية والأزمة العقارية والجفاف في سوريا (2000-2011)

Agrarian crisis, real estate crisis and drought in Syria (2000-2011)

Myriam Ababsa

Résumé

La décennie de libéralisation économique et de croissance record de la Syrie, qui correspond à la première du président Bachar al‑Assad, s’est accompagnée dans le monde rural de plusieurs graves crises qui se sont traduites par la perte, entre 2004 et 2008, de 40 % de la population active agricole (de 1,4 million à 800 000 actifs). Si le pays était autosuffisant jusqu’en 2007, avec une production annuelle de blé de 4 millions de tonnes, la politique directive de cultures stratégiques subventionnées (coton, blé, betterave à sucre) avait entraîné un épuisement des sols et un surpompage des nappes phréatiques. C’est dans ce contexte de crise que fut promulguée le 29 décembre 2004 une nouvelle loi des relations agraires (no 56), conçue pour encourager les propriétaires fonciers à entreprendre de nouveaux investissements sur leurs exploitations mais véritable coup de grâce pour le monde rural. Cette loi réactionnaire a permis en effet aux propriétaires de mettre un terme aux anciens contrats de métayage et d’introduire des contrats à durée limitée. Mise en vigueur fin 2007, elle a entraîné l’expulsion arbitraire de centaines de métayers et aggravé la situation des ouvriers agricoles. À cette loi s’est ajoutée la promulgation du décret 49 de 2008 qui gèle toute vente de terre à la frontière turque, dans le gouvernorat de Hassaké. Or c’est dans ce contexte de crise agraire que la Syrie a été frappée par une très grave sécheresse en 2007-2010. Pour la première fois dans son histoire, le pays a dû recevoir en 2008 une aide alimentaire directe internationale, les réserves stratégiques en céréales étant épuisées. Le projet de cet article est de montrer en quoi ces crises agraire et humanitaire liées à la sécheresse forment le contexte dans lequel le printemps syrien, débuté en mars 2011, puis la guerre se sont déclenchés.

The decade of economic liberalization and record growth in Syria, which coincided with the first term of President Bashar al‑Asad, led to a series of severe crises in the rural area which was manifested between 2004 and 2008 by the loss of 40 % of the active rural population (from 1,4 million to 800,000). If the country was self-sufficient until 2007, with an annual wheat production of 4 million tons, the directive of subsidized strategic crops (cotton, wheat, sugar beets) had left Syria with depleted soil and over-pumping from ground water. In this crisis environment, a new Agricultural Relations law (n.56) was passed on December 29th, 2004, to encourage landowners to invest anew in their holdings ; however, it delivered the coup de grace to the rural areas. This reactionary law had allowed landowners to terminate the old sharecropping contracts and introduce limited duration contracts. Implemented at the end of 2007, the law prompted the arbitrary expulsion of hundreds of tenant farmers and aggravated the situation of land workers. In addition, the decree 49 of 2008 was promulgated freezing the sale of any land on the Turkish borders in the Hassaka governorate. In this climate of agricultural crisis, Syria was hit by a very severe drought in 2007-2010. For the first time in Syria’s history, it had to receive direct international food aid in 2008 as its grain reserves were depleted. This study will show how these agricultural and humanitarian crises linked to drought created the climate that ignited the Syrian Spring in March 2011 and the beginning of the war.

تجلى عقد اللبرلة الاقتصادية والنمو القياسي في سوريا، وهو عقدٌ يتوافق مع الولاية الأولى للرئيس بشار الأسد، بعدة أزماتٍ خطيرةٍ في الأرياف؛ فبين العامين 2004 و2008، انخفض عدد الفاعلين الزراعيين بنسبة 40 بالمائة (من 1,4 مليون إلى 800 ألف) ولئن كان البلد مكتفياً ذاتيا حتى العام 2007، بإنتاجٍ سنويٍ من القمح مقداره 4 ملايين طن، فإن السياسة التوجيهية للزراعات الاستراتيجية المدعومة (القطن والقمح والشوندر السكري) قد أدت إلى استنزاف التربة و المياه الجوفية. في سياق الأزمة هذا، صدر بتاريخ 29 كانون الأول / ديسمبر 2004 قانون جديد للعلاقات الزراعية (القانون رقم 56)، وكان يهدف إلى تشجيع الملاك العقاريين على القيام باستثماراتٍ جديدة في عقاراتهم لكنه وجه ضربةً قاضيةً إلى العالم الريفي. فقد سمح هذا القانون الرجعي للملاك بإنهاء عقود المزارعة القديمة واستحداث عقودٍ محدودة المدة. ولقد دخل القانون حيز التنفيذ أواخر العام 2007، وأدى إلى طردٍ تعسفي لمئات الفلاحين، كما فاقم وضع العمال الزراعيين. أضيف إلى هذا القانون إعلان المرسوم رقم 49 للعام 2008، الذي يجمد أي عملية بيع للأراضي على الحدود التركية في محافظة الحسكة. والحال أن سوريا قد أصيبت بجفافٍ خطيرٍ بين العامين 2007-2010 في سياق الأزمة الزراعية هذا. (هذا هو سياق الأزمة الزراعية التي ترافقت بين العامين 2007 و2010 بموجة جفافٍ شديدة أصابت البلاد). ولأول مرةٍ في تاريخ سوريا، اضطرت في العام 2008 إلى تلقي مساعدةٍ غذائيةٍ دوليةٍ مباشرة بعد استنزاف الاحتياطي الاستراتيجي من الحبوب. يهدف هذا المقال إلى إظهار كيف شكلت هاتان الأزمتان الزراعية والإنسانية، المرتبطتان بالجفاف، السياق الذي انبثق فيه الربيع السوري، الذي بدأ في آذار / مارس 2011 وثم الحرب.

Texte intégral

  • 1 Djézireh (Jazîra), « île » entre le Tigre et l’Euphrate, partagée entre la Turquie, la Syrie et l’I (...)

1Jusqu’à la sécheresse sévère de 2007-2010, la Syrie était autosuffisante d’un point de vue alimentaire et le coton formait le tiers des exportations nationales. Fortement subventionnée par le gouvernement, l’agriculture contribuait pour un quart au produit intérieur brut et elle employait, en intégrant le secteur agro-alimentaire, le tiers de la population active. Elle avait permis le maintien dans les campagnes de la moitié de la population nationale (52  % en 2004). Après les réformes agraires de 1958, 1963 et 1966, inégalement appliquées selon les régions (la réforme n’a concerné par exemple que le tiers des terres en Djézireh 1), l’essentiel de la production agricole restait aux mains du secteur privé. Le secteur public, formé de fermes d’État et de coopératives de production, était en revanche moribond en 2000. Les rendements étaient faibles, la corruption répandue, et les fermes d’État n’avaient pas entraîné la « socialisation » souhaitée des populations rurales grâce à un affranchissement des liens tribaux. Aussi, la toute première mesure de libéralisation de l’économie prise par le président Bachar al-Assad après sa prise de pouvoir, en juin 2000, fut l’abolition des fermes d’État et la redistribution de leurs terres aux anciens propriétaires, aux ouvriers puis aux fonctionnaires (décision no 83 du 16 décembre 2000) (Ababsa 2005, 2007).

2Avant même la mise en œuvre de cette réforme symbolique de l’abandon de l’idéologie baassiste, le monde rural syrien traversait une grave crise. Celle‑ci était due, d’une part, à l’extrême parcellisation des terres depuis la réforme agraire au terme de près de trois générations de subdivisions par héritages, au tarissement des nappes phréatiques pompées par des milliers de puits illégaux, d’autre part, et enfin à l’appauvrissement des terres du fait de la mise en œuvre d’un plan directeur rigide exigeant des cultures stratégiques (blé, orge, coton). Cette grave crise agraire s’est traduite par la perte, entre 2004 et 2008, de 40 % de la force de travail agricole, passée de 1,4 millions à 800 000 actifs dans ce secteur (Aïta 2010). C’est dans ce contexte de crise que fut promulguée, le 29 décembre 2004, une nouvelle loi des relations agraires (n56), conçue pour encourager les propriétaires fonciers à entreprendre de nouveaux investissements sur leurs exploitations, mais qui constitua un véritable coup de grâce pour le monde rural. Cette loi permet en effet aux propriétaires de mettre un terme aux anciens contrats de métayage et d’introduire des contrats à durée limitée. Mise en vigueur fin 2007, elle a en fait entraîné l’expulsion arbitraire de centaines de métayers et aggravé la situation des ouvriers agricoles. Ainsi, des ouvriers employés de façon informelle dans les serres des gouvernorats de Tartous et Lattaquié ont perdu du jour au lendemain leur travail, leur maison et leurs droits (Sarkis Fernández 2011).

3C’est dans ce contexte déjà difficile que la Syrie a été frappée par une très grave sécheresse en 2007-2010, sécheresse qui se poursuit encore en 2013. Pour la première fois dans son histoire, le pays a dû recevoir en 2008 une aide alimentaire internationale directe, les réserves stratégiques en céréales (4 millions de tonnes) étant épuisées. Le programme alimentaire mondial a distribué de la nourriture à 300 000 personnes en 2008 et à 200 000 en 2009 (Irin 2010). En février 2010, un rapport de l’Office de coordination des affaires humanitaires annonçait que la sécheresse avait provoqué « le plus grand déplacement interne que le Moyen-Orient ait connu depuis des décennies » (hors migrations forcées), touchant près de 100 000 familles syriennes par an, soit plus d’un million de personnes (OCHA 2010). Plus de la moitié de ces victimes sont originaires du gouvernorat de Hassaké, appauvri, et où vit près de la moitié de la population kurde de Syrie. Or ces migrations ont été accélérées par la promulgation du décret nov 49 de 2008 qui gèle toute vente de terre à la frontière turque. Une partie de ces migrants est allée travailler dans les serres sur le littoral près de Tartous, mais aussi à Deraa, vivant dans des abris de fortune.

4Le projet de cet article est de montrer que les réformes introduites en 2000 pour le monde agricole (démantèlement des fermes d’État et nouvelle loi des relations agraires) n’ont fait qu’aggraver les effets négatifs liés à la parcellisation des terres et aux politiques de « planification stratégique » (subventions aux cultures stratégiques). Il vise aussi à mettre l’accent sur les processus méconnus du gel des transactions foncières à la frontière turque, au sein du gouvernorat de Hassaké, et sur ceux guidant les réformes des relations agraires. Car ces crises agraire et humanitaire liées à la sécheresse forment le contexte dans lequel le printemps syrien débuté en mars 2011, puis la guerre, se sont déclenchés.

Réformes et contre-réformes agraires (1963-2011)

5L’Union syro-égyptienne, de 1958 à 1961, a constitué la première grande rupture dans l’histoire politique et économique de la Syrie indépendante. Les mesures révolutionnaires promulguées par Gamal Abdel Nasser, la réforme agraire et la nationalisation des grandes entreprise, furent appliquées au même moment à l’Égypte et à la Syrie, où les trois-quarts des paysans étaient sans terre ou faiblement dotés. En Syrie, la réforme agraire devait donner à l’État les moyens d’une gestion rationnelle des ressources agricoles, susceptible de mettre un terme au « pillage » des terres réalisé par une minorité de propriétaires absentéistes ou d’investisseurs citadins, tels les khanjis alépins en Djézireh. À partir de la révolution de mars 1963, la réforme agraire fut associée à une grande vague de nationalisations qui visait à écarter les notables sunnites de la vie politique.

6La réforme agraire devenait ainsi le moyen pour les régimes baassistes successifs de se constituer une nouvelle assise politique en dotant les paysans en terres et en favorisant les petits propriétaires. Les membres du parti Baas étaient en effet issus des classes moyennes rurales et urbaines, soutenus par l’intelligentsia petite-bourgeoise d’origine rurale (Batatu 1999). Avec l’arrivée au pouvoir du parti Baas, le 8 mars 1963, se produisit une revanche des groupes minoritaires issus du monde rural, longtemps marginalisés par la bourgeoisie citadine sunnite. La révolution baassiste s’est ainsi traduite par une « prise de pouvoir» par la périphérie (Drysdale 1977). La montagne alaouite et la Djézireh ont respectivement fourni au parti ses plus hauts dignitaires et la majorité de ses militants de base. Dans l’Est syrien, de petits paysans enrichis lors du boom du coton, ainsi que des paysans sans terre faiblement dotés lors de la réforme agraire, ont constitué les soutiens politiques du parti Baas. Parallèlement, un ensemble de structures d’encadrement de la population, coopératives, organisations populaires et centres culturels, furent créés afin de substituer aux allégeances tribales un type de relation socialiste égalitaire.

L’application inégale des réformes agraires de 1958, 1963 et 1966

7La loi de 1958 limitait la propriété à 80 ha en terres irriguées ou plantées, et à 300 ha en agriculture sèche, auxquels pouvaient s’ajouter 10 ha irrigués et 40 ha en agriculture sèche par personne, avec un plafond de 40 ha irrigués et 160 ha en agriculture sèche par famille. Selon le premier décret de juillet 1958 sur la réforme agraire, l’État indemnisait les propriétaires expropriés, et les paysans qui mettaient en valeur les terres devaient en gagner la propriété après 40 ans, soit en 1998-2001, s’ils parvenaient à les exploiter. Mais la terre redistribuée pouvait être revendue. La loi fut appliquée en Syrie après une sècheresse de plusieurs années (1958-1961), ayant provoqué la mort de la moitié du cheptel ovin et caprin national. En 1961, à la fin de l’Union syro-égyptienne, la réforme fut modifiée sous la pression de l’aristocratie foncière : les plafonds furent élevés à 200 ha en irrigué et à 600 ha en agriculture sèche, ce qui permit d’exclure une très grande superficie agricole de la réforme (Hinnebusch 1989, p. 90).

8Les réformes agraires de 1958, 1963 et 1966 ont réduit le poids des grands propriétaires et profité essentiellement aux paysans moyennement aisés, susceptibles de soutenir le régime. Elles ont en revanche fort peu servi les intérêts des petits exploitants ou de ceux qui ne possédaient rien et qui ne purent mettre en valeur les terres qu’ils avaient obtenues (Métral 1980, Khader 1984, Hinnebusch 1989). À partir de 1963, les régimes baassistes ont adopté en Djézireh, qui comptait la moitié des superficies cultivées du pays, une politique pragmatique qui consistait à favoriser l’émergence d’une classe de propriétaires moyens, fidèles au parti, tout en laissant les grands « féodaux » conserver les bases de leur richesse. Ainsi, un amendement à la loi de réforme agraire fut-il pris en 1966, qui excluait de l’expropriation les terres récemment mises en irrigation (Petran 1972, p. 183). Le décret no 88 de juin 1963 fixa des plafonds selon les régions : la propriété de terres irriguées fut limitée à 15 ha dans la Ghouta, 20 ha sur le littoral, 40 ha dans le Ghab, 50 à 55 ha pour les terres irriguées par pompage des fleuves de l’Euphrate, du Tigre et du Khabour. Pour les terres irriguées par les eaux de pluie, les plafonds dépendaient du découpage national du territoire en aires climatiques : dans la zone de plus de 500 mm de précipitations annuelles, seuls 80 ha pouvaient être possédés ; 200 ha dans les zones inférieures à 350 mm et 300 ha en Djézireh.

9En 1970, 1 513 000 hectares avaient été expropriés par l’État, dont 443 000 ha distribués à des particuliers, 338 000 ha distribués collectivement à des paysans en coopératives, 140 000 ha réservés pour les fermes d’État et 38 000 ha vendus (tableau 1). Les paysans sans terre, qui formaient 60 % des paysans avant 1958, ne formaient plus que 36 % d’entre eux après les réformes agraires (Hinnebusch 1989). En Djézireh, le fait que les cadastres n’aient été que partiellement établis sous la Syrie indépendante (et pas du tout sous le mandat, contrairement aux autres régions syriennes) freina considérablement l’application de la réforme. Les agents de la réforme durent en effet se fonder sur les déclarations des mukhtar (maires) et sur les directions de l’Irrigation, laissant ainsi échapper de grandes superficies. De plus, des propriétaires modifièrent le statut des terres en y retirant les pompes, ce qui leur permettait de conserver de grandes superficies de terres jadis irriguées. La mauvaise application de la réforme a ainsi tenu au faible nombre de représentants du gouvernement capables de la faire appliquer et à la pratique très répandue, au sein des grandes familles de propriétaires, consistant à diviser les terres entre leurs membres. Moins du cinquième des terres arables du gouvernorat de Raqqa, soit 18,5 %, et 14,5 % de celles du gouvernorat de Deir ez-Zor furent expropriés. Seul le tiers des terres fertiles situées dans la vallée de l’Euphrate a été concerné par la réforme agraire. Quant aux deux tiers restants, soit leur structure de propriété était relativement égalitaire (avec des exploitations inférieures aux 55 ha du plafond de propriété fixé en 1963), soit le plus souvent leurs cheikhs furent assez influents pour dissuader la commission de distribution d’intervenir (Bauer 1990, p. 10). De plus, un phénomène de « féodalisme déguisé » s’est fait jour : les anciens propriétaires, même quand ils avaient perdu une partie de leurs terres, sont demeurés de grands entrepreneurs. Ils ont même tiré profit de la construction d’un réseau d’irrigation étatique dans le cadre du Projet de l’Euphrate, trouvant ainsi un accès moins cher à l’eau (Ababsa 2009).

Tableau 1 – Superficies expropriées lors des réformes agraires, allouées et distribuées jusqu’en 1975 (en milliers d’hectares).

Gouvernorat Total des superficies expropriéesdont irriguées Non distribuées Allouées Exclues et vendues
Damas 62 6,3 0,5 3 37,9
Alep 301,5 6,5 25,8 22,7 105,6
Homs 151,7 6,4 0,5 38,5 51
Hama 114,7 2,7 3,2 2,9 25,7
Lattaquié 6,3 3 - 0,5 1
Deir ez Zor 17,7 9,8 5,2 2,7 0,4
Idlib 83,7 3,9 9,9 17,8 2,2
Hassaké 466,6 9,4 306,1 139,6 6,1
Raqqa 166,4 16,8 0,2 25,7 91,1
Suweida 3,1 - - - 0, 7
Dar’a 8,6 0,3 - 0,1 3, 6
Tartous 10,7 2,5 - 0,5 2, 6
Quneitra 8,3 0,4 - - 1, 9
Total 1 401,3 68 351,4 254 329,8

Source : Statistical Abstract 1994, p. 109, republié en 2004, p. 119.

10Selon le professeur de l’Université de Lattaquié, Mounzer Khaddam, 70 % des propriétés foncières sont « petites » (soit inférieures à 10 ha) mais n’occupent que 23 % de la superficie totale en 2004. Les propriétés de taille moyenne (entre 10 et 100 ha), qui ne forment que 23 % des propriétés, couvrent 57 % du territoire agraire ; enfin, les grandes exploitations de plus de 100 ha (moins de 7 % du total) s’étendent sur 20 % du territoire. La taille d’une petite exploitation était en moyenne de 2,85 ha en 2004 ; celle d’une exploitation moyenne de 22,51 ha ; et celle d’une grande exploitation de 258,53 ha (Khaddam 2010, p. 63)

La loi des relations agraires no 134 de 1958

11Si de nombreux grands propriétaires ont souvent trouvé les moyens de détourner la réforme agraire à leur profit, celle-ci a toutefois permis de rééquilibrer les structures agraires et a constitué la base d’une réelle transformation des relations sociales dans les campagnes syriennes. En effet, avec la réforme agraire, l’État créa des structures coopératives et syndicales qui permirent de constituer une classe de paysans loyale au parti Baas. La réforme agraire fut ainsi accompagnée de l’importante loi des relations agraires (loi no 134 de 1958 amendée par le décret no 218 de 1963) qui fut un véritable outil de justice sociale en fixant en faveur des exploitants les termes des contrats agricoles. Pour la première fois, les contrats étaient écrits et automatiquement renouvelés, même en cas de vente de la terre. Les métayers pouvaient les céder à leurs héritiers. Les contrats ne pouvaient être rompus que par une décision de justice dans les cas où le paysan endommageait les terrains ou si sa production était inférieure à 40 % de celle des terres environnantes.

12L’application de la loi des relations agraires permit aux paysans de jouir d’une augmentation notable de leurs revenus. Dans le gouvernorat de Raqqa, la part de la récolte qui revenait en moyenne au paysan s’éleva de 20 ou 30 % à près de 43 % (Khalaf 1981, p. 339). Cet enrichissement fut le prélude d’une sensible transformation des relations sociales dans les campagnes syriennes, par suite du désendettement des paysans à l’égard des propriétaires. Les métayers eurent de plus la possibilité d’accéder à de nouvelles formes de crédit, hors des cadres féodaux. La Banque agricole fut ainsi une structure décisive pour la mise en œuvre de la réforme. Elle accordait des prêts en nature pour les semences, les engrais et les insecticides, et en argent pour les frais de récolte, elle se remboursait directement en prélevant le montant des prêts, augmenté de 5 % d’intérêts, sur le paiement des récoltes. Mais les prêts de la Banque étaient accordés selon les mêmes conditions aux propriétaires privés et aux coopératives, ce qui a pu expliquer la désaffection de ces dernières, puisqu’elles ne permettaient pas de grands bénéfices, n’offraient pas d’avantage comparatif et n’encourageaient pas à l’initiative dans la production.

Le Projet de l’Euphrate

13La politique de développement autocentré conduite par la Syrie à partir de la révolution baassiste s’est traduite dans le domaine agricole par la quête de l’autosuffisance alimentaire, appuyée par une politique de grands travaux hydrauliques et par une politique de soutien à la production grâce à des subventions et à la garantie de prix fixes. Les investissements dans les domaines de l’irrigation, mais aussi de la mécanisation et de la recherche agronomique, se sont traduits par l’extension des superficies agricoles, l’augmentation de la production, mais aussi, finalement, de la productivité. Les surfaces cultivées irriguées, qui s’étendaient sur 284 000 ha en 1946, ont doublé au cours des années 1950 (583 000 ha en 1957) puis, après avoir stagné pendant trente ans, ont atteint 650 000 ha en 1986.

14À partir de la révolution baassiste de mars 1963, et alors que Nasser tirait gloire de la mise en eau du barrage d’Assouan, le grand projet économique de l’État syrien a été la construction du grand barrage sur l’Euphrate. Principal projet économique de l’État pendant vingt ans, le Projet de l’Euphrate visait à doubler les superficies irriguées en Syrie et à produire de l’électricité, tout en formant les ouvriers et en créant des fermes d’État. Il prévoyait l’irrigation de 640 000 hectares à partir du lac du barrage Assad, dont 450 000 ha à gagner sur la steppe et 160 000 ha déjà irrigués, situés le long des vallées de l’Euphrate, du Balikh et du Khabour, à bonifier. Ces 640 000 ha irrigués correspondent à 12 % de la superficie agricole utile syrienne, qui est de 6,1 millions d’ha (soit le tiers du territoire national d’une superficie de 18 millions d’ha). Le projet devait entraîner la création d’un secteur agro-industriel à partir de la transformation du blé (biscuiteries, semouleries, usines de pâtes), de la betterave sucrière (raffineries de sucre), des oléagineux (huileries) et du coton (textile). Il devait aussi permettre de substituer une nouvelle organisation socialiste aux structures tribales encore prégnantes dans la Djézireh et d’assurer le contrôle politique d’une région encore aux mains de quelques grands propriétaires fonciers et entrepreneurs alépins (Ababsa 2009).

15Au milieu des années 1980, en dépit des investissements étatiques dans la construction de barrages, la superficie agricole irriguée restait faible et la production agricole insuffisante pour couvrir les besoins nationaux d’une population dont le taux de croissance était de plus de 3 % par an. Ainsi, tout au long des années 1970 et 1980, la Syrie a-t-elle dû importer une grande partie de sa consommation alimentaire de base (blé, riz, sucre et fruits). L’autosuffisance alimentaire est finalement atteinte en 1991, non grâce au Projet de l’Euphrate, mais par la multiplication de puits privés, souvent illégaux. Ainsi, à partir des années 1980, les superficies irriguées syriennes s’étendent à un rythme élevé : elles atteignent 1,2 million d’ha en 1998, soit 20 % de la superficie cultivée syrienne, qui est alors de 5,5 millions d’ha. Ce gain est dû à l’utilisation accrue des eaux des nappes phréatiques et à la multiplication incontrôlée de forages de puits individuels. En 2001, 60 % des eaux d’irrigation proviennent des nappes phréatiques non renouvelables et la moitié des puits sont illégaux (Banque Mondiale 2001, p. xi).

La loi no 56 de 2004 sur les relations agraires, amendée par la loi no 12 de 2011

16Dans le contexte de libéralisation de l’économie initiée par Bachar al-Assad, et afin d’encourager l’investissement dans le monde agricole, des débats parlementaires débutent en 2003, visant à renégocier la loi des relations agraires de 1958 et à élever les plafonds de la propriété foncière. Le 29 décembre 2004, une nouvelle loi des relations agraires, no 56, fut mise en vigueur ; elle constitue une véritable contre-réforme agraire en faveur des propriétaires fonciers. Ces derniers peuvent en effet mettre un terme aux contrats de métayage qui étaient hérités de génération en génération, expulsant de leurs terres les paysans.

17Cette nouvelle loi vise à « réguler les relations agraires entre les parties engagées dans le travail agricole, afin que la terre soit mise en valeur de la manière la plus efficace (sâliha) pour permettre le développement de la richesse nationale et l’établissement de relations économiques et sociales justes (bi hadaf istithmâr al-ardh bi sûra sâliha li-tanmia al-tharwa alqawmia wa iqâma `alâqât iqtisâdiya wa ijtimâ`iya `âdila) » (paragraphe 2, loi no 56 du 29 décembre 2004). Le problème majeur de la loi est qu’elle prend le parti du propriétaire contre le métayer et permet l’expulsion des métayers s’ils n’arrivent pas à fournir de preuve écrite de leur contrat. Comme le rappelle Diana Sarkis Fernandez, le premier paragraphe de la loi no 134 de 1958 annonçait que l’objectif de la loi était de « réguler les relations agraires entre les parties engagées dans le travail agricole, afin que la terre de la patrie (ardh al watan) soit mise en valeur de la manière la plus efficace (sâliha), pour permettre l’établissement de relations économiques et sociales justes ». L’abandon de la référence à la patrie au profit de l’accent mis sur le développement économique (tanmia) est une concession à l’économie mixte de marché mise en place au milieu des années 2000 par l’État syrien et devenue hégémonique (Sarkis Fernández 2011, p. 159).

18Complexe, composée de 167 paragraphes, cette nouvelle loi des relations agraires permet aux propriétaires de mettre un terme aux contrats de métayage dans les trois ans (mise en vigueur fin décembre 2007), moyennant des indemnités faibles, calculées sur le nombre d’années passées à travailler la terre. Selon le paragraphe 106, les indemnités sont calculées à 2 % de la valeur de la terre cultivée par an, en sachant qu’elles ne peuvent être inférieures à 20 % de la valeur de la terre et qu’elles sont plafonnées à 40 %. Deux paragraphes, le 96 et le 163, sont particulièrement contestés. Le paragraphe 96 stipule que les contrats entre propriétaires et métayers doivent être écrits et signés, soit d’un paraphe, soit d’empreintes digitales. Selon le paragraphe 163, la loi permet l’annulation du contrat sans indemnité si le contrat était oral. Or une grande partie du travail agricole dans les serres, en particulier sur le littoral, se fait précisément de manière informelle, suivant le contrat oral par part (hissa), qui donne à l’ouvrier et sa famille 20 % des bénéfices tirés de la vente de la production (Sarkis Fernández 2011, p. 155).

19L’une des conséquences immédiates de cette loi a été la spéculation foncière sur des terres agricoles situées en limite des villages et des villes. Sur la côte, près de Banyas, des paysans ont été expulsés de leurs terres sur lesquelles ils avaient construit leurs maisons, creusé des puits et planté des arbres, les terres étant vendues aussitôt à 20 ou 30 000 livres syriennes le m2 (Tishreen 28 septembre 2009), ce qui est mille fois supérieur au prix de la terre agricole (30 000 livres syriennes le donum, soit 1000 m2). La crainte est que cette loi ait des conséquences comparables à celles de la loi no 96 de 1992 en Égypte, qui a entraîné l’expulsion des métayers âgés et des femmes, et qui a accéléré l’exode rural vers les grandes villes (Bush 2002).

20Devant l’ampleur des pétitions contre cette loi, relayées par le parti communiste, le président Bachar al-Assad a fait promulguer le 26 avril 2011, au tout début du soulèvement contre son régime, des amendements à la loi des relations agraires, qui permet aux métayers d’apporter des preuves même orales, comme des témoignages de voisins, de leur travail sur les terres concernées. Mais ces amendements ne remettent pas en cause le principe même de la loi, et la possibilité pour les propriétaires de mettre un terme aux contrats s’ils le souhaitent.

Le démantèlement des fermes d’État

21Cette réforme de la loi des relations agraires s’est déroulée au moment même où le régime entamait la distribution des terres des fermes d’État par lot de 3 ha irrigués ou 6 ha non irrigués aux anciens propriétaires, aux ouvriers agricoles et aux fonctionnaires. L’idée était d’améliorer la productivité de terres fertiles, irriguées par les barrages et les canaux mis en place à travers le pays au cours des années 1970-1980. Parallèlement, les terres confisquées lors des réformes agraires mais non mises en valeur furent mises en location.

La décision no 83 du 16 décembre 2000 2

  • 2 Ce paragraphe s’appuie sur un travail de terrain conduit entre 2001 et 2004 dans le gouvernorat de (...)
  • 3 Paysans qui avaient reçu des terres près de l’Euphrate lors des réformes agraires de 1958-1963 et q (...)
  • 4 Après 25 ans de travail, tout fonctionnaire peut prétendre à une retraite mensuelle d’au moins 8 00 (...)

22Par la décision no 83 du 16 décembre 2000, les terres des fermes d’État ont été distribuées en priorité aux anciens propriétaires et bénéficiaires de la réforme agraire qui ont été expropriés 3, aux ouvriers agricoles, ainsi qu’à certains fonctionnaires disposés à prendre leur retraite 4. Il ne s’agit pas d’un transfert de propriété mais de l’octroi d’un droit d’usage de la terre pendant dix ans, au terme duquel le bénéficiaire en acquiert la pleine propriété. Il est donc interdit de vendre ou de louer ces terres durant cette période de dix ans. Cette décision est intrinsèquement politique. Émise par le parti Baas, elle n’a pas été accompagnée de mesure d’annulation des décrets précédents de 1971 et de 1983 (no 1033) qui concernent la répartition de la propriété. Aussi conduit-elle à la confusion entre les droits des propriétaires, des bénéficiaires de la réforme, des ouvriers et des techniciens.

23Entre 2001 et 2007, 38 650 ha de terres ont été distribuées à 12 500 bénéficiaires dans toute la Djézireh (moitié dans le Projet pilote - Rashid à Raqqa et moitié dans la ferme Bassel al-Assad à Meskéné) 5. Au 1er septembre 2005, 26 470 ha de la ferme Bassel al-Assad avaient été répartis entre 4 297 bénéficiaires (dont 3 168 ouvriers) et 12 180 ha dans le Projet pilote de l’Euphrate (Raqqa) à 4 907 bénéficiaires (Teshreen 19 septembre 2005). Dans ce dernier projet, la moitié des bénéficiaires est constituée d’anciens propriétaires expropriés lors des réformes agraires, le tiers d’ouvriers de l’Administration générale des fermes d’État et de l’Administration générale du Bassin de l’Euphrate, le reste de fonctionnaires aux statuts divers (Ababsa 2006). Le tableau 3 rend compte de la réduction des superficies des fermes d’État et de la disparition de celles de l’Euphrate en 2005.

Tableau 2 – Superficie et production des fermes d’État syriennes en 1999.

Fermes d’État en 1999 Gouvernorat Superficie irriguée(ha) Superficie non irriguée(ha) Superficie plantée en céréales (ha) Superficie plantée en coton(ha) Superficie totale(dont non cultivable, ha)
8 Azar Damas 204 24 - - 296
Dijla Malkia Al-Hassaké 690 2 544 1 829 212 3 291
Ras al-Ain Al-Hassaké 1 210 5 782 6250 170 53 189
Al-Plach Al-Hassaké 620 2 065 2 685 - 7592 
Al-Manajer Al-Hassaké 200 410 400 - 675
Al-Kahtania Al-Hassaké 149 325 330 50 552
Salo Deir ez-Zor 340 400 565 75 5 898
Al-Rashid Al-Raqqa 765 6 800 7 250 305 15 703
Hamadani Alep 23 377 133 17 544
Al-Assad Alep 14 891 - 4 226 2 500 28 540
Al-Hourieh Lattakia 216 10 - - 264
Head-quarters Daraa 43 101 - - 828
Quneitra Quneitra 120 71 30 - 239
Total 19 471 18 909 23 698 3 329 117 611

Source  : Central Bureau of Statistics, Statistical Abstract 2000, p. 134-135.

Tableau 3 – Superficie et production des fermes d’État syriennes en 2004.

Fermes d’État en 2004 Gouvernorat Superficie irriguée(ha) Superficie non irriguée(ha) Superficie plantée en céréales (ha) Superficie plantée en coton(ha) Superficie totale(dont non cultivable, ha)
8 Azar Damascus 204 24 - - 293
Dijla Malkia Al-Hassaké 553 103 595 210 656
Ras al-Ain Al-Hassaké 110 600 771 40 710
Hamadani Alep - 152 16 - 158
Al-Assad Alep 3 001 - 51 - 6 071
Al-Hourieh Lattakia 149 9 - - 183
Head-quarters Daraa 42 102 - - 828
Quneitra Quneitra 85 30 125 - 258
Total 4 144 1 020 1 558 250 8 562

Source  : Central Bureau of Statistics, Statistical Abstract 2005, p. 140-141.

24Bien que les revenus individuels des bénéficiaires aient doublé, le sentiment général qui a accompagné ce processus de démantèlement a été celui d’une grande injustice. En effet, de multiples lots ont été distribués de façon indue, tandis que des héritiers potentiels étaient privés de leurs droits. La distribution des fermes d’État a entraîné un tel morcellement des surfaces et un tel éparpillement de la propriété qu’un double processus illégal de location et de vente des lots a cours depuis 2001-2003. Selon des entretiens informels conduits dans le gouvernorat de Raqqa en octobre 2004, la majorité des bénéficiaires n’exploitent pas directement leurs terres mais les louent ou les ont vendues. En 2004, le prix de la location des lots distribués, celle-ci étant pourtant illégale, oscillait entre 1 500 et 2 000,00 livres le donum par an, selon la localisation de la parcelle. Pour un lot de 30 donums, la location produisait un revenu de 45 à 60 000,00 livres syriennes par an, ce qui correspond au salaire moyen des employés du Projet pilote, soit environ 5 000,00 livres mensuelles (100 $). Le prix de vente était en revanche deux à quatre fois inférieur au marché : entre 15 000 et 30 000,00 livres syriennes le donum. Ainsi un bénéficiaire qui vendait ses trente donums irrigués pouvait-il espérer gagner de 450 000 à 900 000,00 livres syriennes, voire un million de livres au meilleur des cas, soit de sept à quinze années de salaire moyen.

25Un double processus résulte des mouvements de vente et de location des terres du Projet pilote. D’une part, le renforcement du pouvoir des grands entrepreneurs qui ont les moyens de louer les terres, et qui étaient arrivés à maintenir leur assise foncière au terme de la réforme agraire ; d’autre part, la constitution de grands domaines agricoles qui dépassent les plafonds de propriété de 160 donums qui avaient été fixés par les lois successives de la réforme agraire. Ainsi la mutation des structures de propriété et d’exploitation est radicale : on est passé d’un système collectif d’exploitation à la grande propriété privée que les théoriciens du parti Baas souhaitaient avant tout limiter. Une véritable « contre-réforme » agraire a ainsi eu lieu en Djézireh entre 2001 et 2007 : d’anciens propriétaires ont pu récupérer une partie de leurs biens, mais surtout une classe d’entrepreneurs agricoles a pu constituer des fortunes, profitant de l’irrigation subventionnée d’État sur des terres fertiles.

La poursuite de la politique de ceinture arabe à la frontière turque

26Dans le gouvernorat de Hassaké, le démantèlement des fermes d’État a pris une tournure particulière, du fait de la nature même de ces fermes. En effet, ces fermes avaient été créées à partir de 1974 au sein de la « Ceinture arabe » créée en zone de peuplement kurde, à la frontière turque.

27En mars 1952, le premier décret (no 193) de restriction de la propriété à la frontière turque fut promulgué. Conçu par le lieutenant Mohammed Talib Hilâl, chef de la police politique en Djézireh, dans le cadre de sa lutte contre l’irrédentisme kurde, il créait une zone de 15 km de large sur 350 km de long. Au sein de celle-ci, toutes les transactions foncières étaient gelées et soumises à une autorisation préalable de la part du ministère de l’Agriculture, qui les accordait aux Syriens arabes, aux Arméniens, aux Chaldéens, aux Assyriens (arrivés en 1932 d’Irak) mais pas aux Kurdes. Il fut suivi en août 1962 par le décret no 93 organisant un recensement exceptionnel de la population kurde, au terme duquel 120 000 Kurdes se virent retirer leur nationalité, n’ayant pu prouver leur présence en Syrie antérieurement à 1945. Ces Kurdes déchus de la nationalité syrienne reçurent une carte d’identité rouge les désignant comme « étrangers » (ajânib), tandis que leurs enfants nés en Syrie devenaient les « cachés » (maktûmîn). Ils furent exclus du droit de propriété et de l’accès à l’instruction et vinrent grossir les faubourgs pauvres des agglomérations de la région (Seurat 1980, p. 104).

28Les autorités syriennes ont toujours dit qu’à partir de la réforme agraire de 1958, les membres des tribus transfrontalières kurdes sont venus s’installer en Syrie afin de recevoir des terres, mais qu’il s’agissait en fait de citoyens turcs. À ce jour, des milliers de Kurdes de Syrie se trouvent encore dépourvus de nationalité. Pour nombre d’entre eux, l’adhésion au parti Baas fut un moyen de gagner la nationalité syrienne et des droits de citoyens, dont la propriété foncière. Après les émeutes d’avril 2004, le président Bachar al-Assad a annoncé que 90 000 Kurdes de Syrie se verraient dotés de la nationalité. Les partis d’opposition kurdes réclament la restitution de leur nationalité à 150 000 ajânib et 75 000 maktûmîn. Afin de pouvoir s’appuyer sur la minorité kurde en pleine guerre civile, un décret présidentiel a été finalement promulgué en avril 2011 donnant la nationalité à 100 000 Kurdes de Syrie, sur les 225 000 revendiqués par les partis et les mouvements de droits de l’homme kurdes.

29Dix ans après le recensement de 1962, à l’occasion de l’ennoiement de centaines de villages par le lac Assad, une série de 41 « villages modernes » a été édifiée à la frontière turque, dans le gouvernorat de Hassaké. Ces villages furent bâtis par l’État sur les terres de grands propriétaires kurdes expropriés par la décision no 521 du 24 juin 1974. Les villageois furent eux aussi expulsés de leurs terres. Selon des sources kurdes, 100 000 ha répartis en 335 villages furent affectés par ces expropriations. 27 000 paysans de la tribu ‘Afadla des rives de l’Euphrate, soit le tiers des personnes ayant vu leurs terres et leurs villages submergés, acceptèrent de se déplacer vers ces villages de « colonisation arabe ». Entre 1974 et 1977, 4 600 familles furent installées au sein des 41 villages (Meyer 1990, p. 251). Chaque famille reçue entre 15 et 30 donums de terres  ; un total de 72 000 ha fut distribué à 27 000 migrants. Günter Meyer a montré que les familles installées dans cette ceinture arabe ne s’étaient pas du tout trouvées en opposition directe avec les Kurdes de la région. Plutôt que de s’investir comme ouvrier agricole dans les fermes d’État, ils préférèrent retourner à un mode de vie semi-nomade afin de compléter leurs salaires d’employés par les revenus tirés de l’élevage du mouton. De nombreux autres quittèrent les fermes pour gagner les quartiers informels de la périphérie de Raqqa, en quête de travail dans le secteur du bâtiment (Meyer 1990).

30Entre 2001 et 2005, les terres des cinq fermes d’État du gouvernorat de Hassaké furent distribuées, mais je n’ai trouvé aucune information à leur sujet. En revanche, la deuxième vague de distribution des terres pour les fermes de Dijla Malkia et Ras al-Ain a été l’objet de protestations et d’articles de presse en arabe, tant sur les sites d’opposition kurde que sur les sites islamistes d’information basés en Angleterre, en particulier Akhbar al-Charq qui publie chaque jour 80 pages d’information sur la Syrie et Elaph. En effet, le 3 février 2007, le ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire a promulgué la décision no 1682 portant sur la distribution de 560 hectares de la ferme de Dijla Malkia à 150 familles arabes de la région de Shadadi (gouvernorat de Hassaké), dont les villages avaient été submergés en 2001 par la mise en eau du lac de barrage Bassel sur le Khabour. Les riverains de la ferme, kurdes, n’ont pas obtenu de terres. Le Comité pour le Changement démocratique national, formé en octobre 2005 et qui réunit 12 partis kurdes, rédigea un communiqué intitulé Communiqué de Damas au sujet de la distribution des terres dans le gouvernorat de Hassaké. Dans ce communiqué, il fut rappelé que les Kurdes ont des droits sur les terres de leur « région historique », et qu’ils auraient dû recevoir des terres, d’autant que les villageois submergés en 2001 avaient déjà reçu des compensations. Selon ce communiqué, « la distribution a été faite afin de créer une distinction entre les citoyens arabes et kurdes, semant les graines de la discorde (fitna) au sein des citoyens syriens »6.

Le décret no 49 de 2008

31C’est dans ce contexte tendu, et alors que le pays subissait une sécheresse sans précédent, que le président syrien a promulgué le décret no 49 de 2008 qui interdit la vente de toute terre à la frontière turque aux « étrangers », c’est-à-dire aux Kurdes de Syrie déchus de leur nationalité en 1962 (DIS 2010, p. 10). Cette mesure a accéléré le processus d’exode rural lié à la sécheresse, servant d’ultime instrument d’arabisation du gouvernorat de Hassaké. Du fait de toutes les restrictions à la propriété et de l’épuisement des nappes phréatiques, le gouvernorat de Hassaké est le seul de Syrie (hors ceux de Damas ville et Damas campagne où l’urbanisation est galopante) qui ait vu le nombre de ses propriétaires fonciers diminuer entre 1994 et 2004, alors que ce chiffre s’élevait d’un tiers dans le reste de la Djézireh (tableau 4).

Tableau 4 – L’évolution du nombre de propriétaires agraires en Djézireh entre 1970 et 2004.

1970 1981 1994 2004
Raqqa 26 815 21 598 27 824 36 398
Deir ez-Zor 30 184 29 525 42 042 47 411
Hassaké 50 540 55 162 61 089 57997
Total pour la Djézireh 107 539 106 285 130 955 141 806
Syrie 527 899 485 501 613 657 660 371

Source : Agriculture Yearbook 2009, table 5/4,

32Environ 100 000 Kurdes seraient concernés près de Hassaké et 200 000 près de Qameshli (Syria News, 9 avril 2009)7. Selon une source kurde, entre mars et juillet 2010, le gouvernement syrien aurait expulsé 580 paysans kurdes des environs de Deyrik afin de créer une nouvelle ferme d’État et 9 000 paysans seraient menacés de perdre leurs terres, n’ayant pas de titres de propriété en accord avec la loi de 2004 et le décret de 20088. Ces mesures ont été prises alors que le pays traversait un grave épisode de sécheresse, aggravé par l’épuisement des nappes phréatiques et la politique d’encouragement à l’agriculture irriguée du coton. De plus, la levée par le gouvernement des subventions aux carburants en 2008 a accentué les effets de la crise économique mondiale, les exploitants agricoles n’ayant plus les moyens de pomper l’eau, ni de conduire leurs tracteurs, ni d’aller porter les récoltes aux centres de nahia.

La sécheresse de 2007-2010 et ses conséquences humanitaires

  • 9 Voir supra l’article de Salim Badlissi. En 2001, la Syrie comptait 201 359 puits dont 53 078 n’étai (...)

33La crise économique de 2008 s’est doublée au Moyen-Orient d’une grave sécheresse avec des précipitations sur trois ans (2007-2010) inférieures de moitié à la moyenne. Cette crise est comparable à la sécheresse de 1958-1961 qui avait entraîné la sédentarisation des derniers nomades. Elle a eu des conséquences particulièrement dramatiques sur les sédentaires du fait de l’effondrement des nappes phréatiques épuisées par les 230 000 puits syriens (dont un quart creusés illégalement)9. La mobilisation internationale a été rapide, avec des distributions de nourriture dès 2008 par le Programme alimentaire mondial, mais elle a manqué de soutien financier et dès 2009 elle a dû être réduite. En revanche, ce fut une période de débats intenses, critiques et ouverts, fait remarquable en contexte autoritaire. Ainsi le débat organisé en janvier 2008 par la Société Économique Syrienne a été comparé par ses participants au « printemps de Damas » de 2001, court moment d’ouverture et de débat démocratique vite stoppé par le régime. En septembre 2010, le ministre de l’Agriculture et de la Réforme agraire, le Dr Adel Safar, discutant avec le rapporteur spécial des Nations Unies pour la sécurité alimentaire, Olivier de Schutter, des moyens de réduire les effets négatifs de la sécheresse, évoquait lui-même le « problème structurel de la reconversion de l’agriculture d’État à une agriculture dépendant d’une planification plus indicative ». De son côté, de Shutter annonçait que « du fait de la sécheresse, entre deux et trois millions de Syriens vivent désormais dans un état d’extrême pauvreté, contre 2,02 millions en 2004 » (de Schutter 2010).

Les conséquences de la sécheresse en Djézireh

  • 10 Après quarante ans de scolarisation, les taux d’analphabétisme, qui étaient à plus de 90 % dans les (...)

34En Djézireh syrienne, région stratégique située entre le Tigre et l’Euphrate, pourvoyeuse d’une grande part de la richesse agricole du pays, les conséquences ont été dramatiques. Les puits se sont asséchés, des vents de sable ont envahi terres et villages, entrant jusque dans les cuisines. En 2009, 160 villages des gouvernorats de Raqqa et Hassaké auraient été abandonnés par leurs populations contraintes de migrer vers les principales villes de leur gouvernorat, mais aussi vers Alep et Damas. Selon la fédération internationale de la Croix-Rouge, 60 000 familles, dont 35 000 de Hassaké, n’ont eu d’autre choix que de migrer après avoir vendu le reste de leurs troupeaux décimés par la faim et la soif à 60  % en dessous du cours habituel. Le cheptel syrien a été réduit de 60  % entre 2007 et 2009. La production de blé sur les terres baal (agriculture sèche) du nord de la Djézireh a chuté de 82  % en 2008 par rapport à une année moyenne (Oxford Business Group 2010). Selon la Croix Rouge, les cas de malnutrition des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans ont été multipliés par deux entre 2007 et 2009 dans le gouvernorat de Raqqa. Dans le gouvernorat de Hassaké, les enfants ont été retirés des écoles, leurs parents n’ayant plus les moyens de les habiller correctement, mettant ainsi un terme à quarante années de politique d’alphabétisation 10.

35Onze mille familles du gouvernorat de Hassaké, 10 500 familles du gouvernorat de Raqqa, autant dans celui de Deir ez-Zor et 9 000 dans le reste du pays ont bénéficié de paniers alimentaires (150 kg de farine, 25 kg de sucre, 25 kg de bourgoul, 10 kg de lentilles) du Programme alimentaire mondial en octobre 2009 11.

L’aggravation politique de la crise agraire et climatique

36La crise a été aggravée par une série de décisions idéologiques et politiques. La première est le maintien de la politique de subvention du coton qui absorbe le tiers de l’eau agricole nationale, salinise les sols (par manque de drainage) et utilise de grandes quantités d’engrais. Entamée de façon privée lors du boom du coton des années 1950, la culture du coton a fait la fortune des commerçants alépins (Métral 1980, Hannoyer 1982). Après la révolution baassiste de 1963, l’or blanc du coton a fasciné les dirigeants syriens qui pensaient en tirer de grands profits et qui devait permettre le développement d’une industrie industrialisante. Mais dès les années 1970, l’effondrement du cours mondial a nécessité que l’État syrien garantisse des prix fixes aux producteurs de coton brut, établis au double du cours mondial. Certes le coton syrien, parce qu’il est cueilli à la main par des armées de femmes, est d’une très grande qualité, mais il est insuffisamment transformé et donc exporté brut, ce qui conduit à l’exportation du tiers de l’eau agricole syrienne. La Djézireh produit 69 % du coton syrien mais seulement 10 % des fils de coton, qui sont transformés essentiellement à Alep.

37La deuxième cause politique de la crise agraire est que le prix de l’eau dans les grands projets étatiques est facturé par surface irriguée et non par volume, ce qui encourage l’irrigation de surface par inondation des champs. Or la moitié de l’eau syrienne provient du pompage des nappes phréatiques (56 %, soit 760 000 hectares sur 1,3 million). L’effondrement des tables des aquifères pompées par des dizaines de milliers de puits illégaux a amplifié la crise climatique. Le cas extrême est fourni précisément par le gouvernorat de Hassaké, situé aux frontières turque et irakienne, d’où provient la majeure partie de la migration liée à la sécheresse  : 94 % des surfaces irriguées le sont par pompage (tableau 5). Ce gouvernorat a peu bénéficié de travaux hydrauliques étatiques, contrairement aux deux autres gouvernorats de Raqqa et de Deir ez-Zor, dont respectivement la moitié et le tiers de l’eau proviennent des barrages.

Tableau 5 – Les méthodes d’irrigation dans le Nord-Est syrien en 2008 (en milliers d’hectares).

Eau Méthodes d’irrigation modernes
Gouvernorat Rivières et sources Puits eaux souterraines Barrages Total Pivot Aspersion Total
Raqqa  43 000 51 000 94 000 188 000 5 000  1 000 6 000
Deir ez-Zor  76 000 39 000 37 000 152 000 - 1 000 1 000
Hassaka 29 000 341 000 21 000 391 000 41 000 4 000 45 000
SYRIE 208 000 760 000 387 000 1 355 000 162 000 91 000 253 000

Source  : Agriculture Yearbook 2009, table 10/4,

  • 12 Étymologiquement « la steppe habitée par les bédouins » en arabe, terme utilisé pour désigner la st (...)
  • 13 Le Fonds de soutien agricole, créé en 2008, a distribué des coupons aux familles syriennes leur per (...)
  • 14 En 2010, le directeur de la FAO à Damas, Abdullah Yahia bin Tahir, exprimait la crainte suivante : (...)

38La crise agraire et humanitaire a été enfin amplifiée par l’augmentation du prix du fuel en mai 2008, passé de 7 à 25 livres syriennes le litre (350 % d’augmentation). Cette augmentation a été dramatique pour les fermiers qui utilisaient des puits équipés de pompes, ainsi que pour les bergers qui conduisaient par camion ou tracteur des citernes d’eau à leurs troupeaux, n’importe où dans la Badiya 12 (le « kit de dégradation » de la Badiya selon Tom Nordblom, ingénieur de l’ICARDA). Elle s’est ajoutée à la levée des subventions sur les fourrages en février 2008. Au pire de la sécheresse, les paysans se sont mis à louer leurs champs de blé encore vert, avant fructification, aux bergers pour nourrir les troupeaux, à raison de 15 $ par hectare. Le Fonds de soutien agricole créé par le gouvernement syrien en 2008 n’a pas été suffisant pour contrer les effets de l’augmentation du fuel et des fourrages 13, ni l’augmentation de 25 % de tous les salaires de fonctionnaire. Des milliers de bergers et de fermiers ont vendu leur maigre équipement pour aller s’installer dans les périphéries des villes d’Alep, Hama, Raqqa et Hassaké 14.

L’exode rural et la mutation du secteur agricole

39En 2008, trois événements majeurs bouleversent l’économie et la société rurales syriennes  : la sécheresse, la mise en vigueur de la nouvelle loi des relations agraires et la levée des subventions sur le fuel. Les statistiques syriennes de l’emploi qui, à défaut d’être fiables, restent révélatrices des grandes tendances, permettent d’analyser les conséquences sociales de ces événements. Ainsi, les entrepreneurs qui louaient des terres, et qui avaient les frais principaux de l’eau et du fuel à couvrir, ont vu leur nombre se réduire des deux tiers en quatre ans, passant de 106 764 à 30 499 (tableau 6). Le nombre des propriétaires (« les indépendants » dans le tableau ci-dessous), soit un peu moins de la moitié des actifs, s’est maintenu. Notons que de façon assez étrange, le nombre de femmes dans ce secteur a augmenté, ce qui peut, en partie seulement, s’expliquer par les distributions de lopins des fermes d’État  ; elles ont été 1086 dans le seul projet pilote de l’Euphrate, à Raqqa, à en bénéficier (Ababsa 2007, p. 226). Le phénomène le plus remarquable a été l’augmentation d’un tiers du nombre d’ouvriers agricoles, après la mise en vigueur de la loi des relations agraires nº 56 de 2004. Enfin, témoin de l’exode rural, le nombre d’ouvriers agricoles non payés (femmes et jeunes actifs employés de façon informelle sur les fermes) a été divisé par trois entre 2006 et 2010 (de 306 943 à 134 721).

Tableau 6 – Comparaison des actifs dans le secteur agricole par statut entre 2006 et 2010.

2006 2010 Taux de croissance 2006-2010
Entrepreneurs 106 764 4 018 110 782 29 377 1 122 30 499 -72,5 -72,1 -72,5
% du total 13,4 2,3 11,4 5,0 0,8 4,1
Indépendants 347 982 21 731 369 713 311 774 30 331 342 105 -10,4 39,6 -7,5
% du total 43,8 12,3 38,1 52,6 20,4 46,2
Ouvriers payés 143 722 35 747 179 469 183 161 50 761 233 921 27,4 42,0 30,3
% du total 18,1 20,3 18,5 30,9 34,1 31,6
Ouvriers non payés 193 200 11 3743 306 943 68 026 66 695 134 721 -64,8 -41,4 -56,1
% du total 24,3 64,5 31,6 11,5 44,8 18,2
Autres 2 908 983 3 891 - - -
Total 794 576 176 222 970 798 592 338 148 908 741 245 -25,5 -15,5 -23,6

Source  : Central Bureau of Statistics, Labor Force Survey, 2010.

Conclusion

40Si, pendant des décennies, les régimes syriens étaient parvenus à maintenir les principes de l’idéologie socialiste baassiste, tout en garantissant aux classes moyennes provinciales les bases de leur reproduction économique (par la non-application des réformes agraires en particulier), Bachar al-Assad et son régime n’ont eu aucun scrupule à se défaire des principes socialistes fondateurs, tant dans le domaine industriel qu’agricole (« la terre à ceux qui la travaillent »). Le nouveau credo de l’« économie sociale de marché », adopté lors du Xe congrès du parti Baas en juin 2005, n’a entraîné qu’un appauvrissement accéléré de la population. Le régime a souhaité augmenter la production agricole au sein des anciennes fermes d’État en les démantelant, et en fermant les yeux sur la constitution de domaines dépassant les limites imposées par les lois de réforme agraire. Mieux encore, il a promulgué une série de lois qui, prises ensemble, ont constitué une contre-réforme agraire dramatique pour le monde rural. Il en est tout particulièrement ainsi de la loi no 56 de décembre 2004 sur les relations agraires, qui permet aux propriétaires de changer de métayers et d’établir des contrats temporaires, ce qui n’avait pas été possible depuis 1958. En Djézireh, des mesures discriminatoires ont été prises contre les paysans kurdes pour achever de les priver d’accès à la propriété. Elles ont accéléré le processus d’exode rural et l’installation à la périphérie des villes d’Alep, Damas, Hassaké, Raqqa, et Homs de milliers de déplacés appauvris. C’est dans ce contexte mal connu et peu étudié de déstabilisation du monde rural que la guerre civile a débuté en mars 2011.

Références

Bibliographie

Ababsa Myriam, 2010, “Agrarian Counter-Reform in Syria”, in Hinnebusch Raymond (ed.), Agriculture and Reform in Syria, Boulder, Lynne Rienner Publishers and University of St Andrews.

Ababsa Myriam, 2009, Raqqa  : territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, Beyrouth, IFPO, 363 p. Ouvrage en ligne en intégralité  : http://ifpo.revues.org/1021

Ababsa Myriam, 2006, « Contre‑réforme agraire et conflits fonciers en Jazîra syrienne (2000‑2005) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 115-116, La Syrie au quotidien. Cultures et pratiques du changement, p. 211-230.

Ababsa Myriam, 2005, Privatisation in Syria  : State Farms and the case of the Euphrates Project, 23 p., European University Institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies’ working paper series, http://www.iue.it/RSCAS/WP-Texts/05_02.pdf

Aïta Samir, 2010, Is there a problem with Agriculture in Syria  ? (Hal hunak ishkâlia zirâ‘iya fî Sûriya ?), http://annidaa.org/modules/news/article.php?storyid=3873

Banque Mondiale, 2001, Rapport 22602-SYR, Syrian Arab Republic. Irrigation Sector Report.

Batatu Hanna, 1999, Syria’s Peasantry, the Descendants of Its Lesser Rural Notables, and Their Politics, Princeton, Princeton University Press, 414 p.

Bauer Suzanne et alii, 1990, The Euphrates Development Scheme in Syria : Social impact, Production, Organisation and Linkages, Berlin, German Development Institute.

Bush Ray, 2002, (dir.), Counter-Revolution in Egypt’s Countryside : Land and Farmers in the Era of Economic Reform, Londres, New York, Zed Books, 239 p.

Collectif, 1971, Raqqa, numéro spécial de la revue `Umran, no 37-38, Damas, 231 p.

DIS (Danish Immigration Service) and ACCORD (Austrian Center of Country of Origin and Asylum Research and Documentation), 2010, Human Rights Issues Concerning Kurds in Syria, http://www.nyidanmark.dk/NR/rdonlyres/FF03AB63‑10A5‑4467-A038-20FE46B74CE8/0/Syrienrapport2010pdf.pdf

Hannoyer Jean, 1982, Campagnes et pouvoirs en Syrie, l’étude de Deir ez-Zor, Thèse de doctorat ès sociologie, EHESS.

Hannoyer Jean, 1980, « Le monde rural avant les réformes », in André Raymond (dir.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CEROAC, Éditions du CNRS.

Hinnebusch Raymond A., 1989, Peasant and bureaucracy in Bathist Syria. The Political Economy of Rural Development, Boulder, Westview Press, 325 p.

Hinnebusch Raymond A. (ed.), 2010, Agriculture and Reform in Syria, Boulder, Lynne Rienner Publishers and University of St Andrews.

Human Rights Watch, 2010, A Wasted Decade. Human Rights in Syria during Bashar al-Asad’s First Ten Years in Power, 36 p., New York, Human Rights Watch, http://www.hrw.org/reports/2010/07/16/wasted-decade-0

Human Rights Watch, 2009, Group denial. Repression of Kurdish political and cultural rights in Syria, New York, Human Rights Watch.

IRIN 2010, Syria Drought Pushing Millions into Poverty, 9 September, http://www.irinnews.org/report.aspx?reportid=90442

Khaddam Mounzer, 2010, « Syrian agriculture between Reality and Potential », in Hinnebusch, Raymond A. (ed.), Agriculture and Reform in Syria, Boulder, Lynne Rienner Publishers and University of St Andrews, p. 57-82.

Khader Bechara, 1984, La question agraire dans les pays arabes. Le cas de la Syrie, Louvain, Ciaco éditeur, 631 p.

Khalaf Sulayman, 1981, Family, Village and Political Party  : Articulation of Social Change in Contemporary Rural Syria, Los Angeles, PhD Thesis, Faculty of Anthropology, University of California.

Le Gac Daniel, 1991, La Syrie du général Assad, Bruxelles, Éditions Complexe, 294 p.

Meyer Günter, 1984, Ländliche Lebens und Wirtschaftsformen Syriens im Wandel : Sozialgeographische Studien zur Entwicklung im bäuerlichen und nomadischen Lebensraum, Fränkische Geogr. Ges., 325 p.

Meyer Günter, 1990, “Rural Development and Migration in Northeast Syria”, in P. Salem, M. Murdock and S.M. Horowitz, eds., Anthropology and Development in NorthAfrica and the Middle East, New York, Westview Press.

ocha (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs), 2010, Syria Drought Response Plan 2009-2010. Mid-Term Review, 26 p. http://www.unocha.org/cap/appeals/syria-drought-response-plan-2009-2010

ocha (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs), 2009, Syria Drought Response Plan, 49 p. http://www.un.org.sy/Syria_Drought_Response_Plan_2009.pdf

Petran Tabitha, 1972, Syria : Nation of the Modern World, Londres, Ernest Benn Ltd.

Poidebard Antoine, 1927, « La Haute-Djezireh (notes de voyage) », La Géographie, vol 47, fasc.1, p. 191-206.

Rabo Anika, 1986, Change on the Euphrates : Villagers, Townsmen and Employees in Northeast Syria, University of Stockholm, Stockholm studies in social anthropology, 222 p.

Sarris, Alexander, 2001, Agricultural Development Strategy for Syria, FAO/Ministry of Agriculture and Agrarian Reform, 48 p.

Sarkis Fernández Diana, 2011, « El contrato es la ley : estado, economía y políticas de la responsabilidad en la agricultura Siria », in I. TerradasSaborit (ed.) Antropología de la Responsabilidad, Universidade da Coruña.

Seurat Michel, 1980, « La population, l’État et la société », in Raymond André (dir.), La Syrie d’aujourd’hui, Paris, CEROAC, Éditions du CNRS, p. 87-141.

Supportkurds, 2010, http://supportkurds.org/news/land-rights-of-kurdish-peasants-removed-in-syria

Supportkurds, 2010, http://supportkurds.org/reports/human-rights-issues-concerning-kurds-in-syria-6-may-2010

Velud Christian, 1985, « Régime des terres et structures agraires en Jézireh syrienne durant la première moitié du vingtième siècle », in Terroirs et Sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon : Publications de la Maison de l’Orient, série EMA, no 2, p. 161-194.

Velud Christian, 1991, Une expérience d’administration régionale en Syrie durant le Mandat Français : conquête, colonisation et mise en valeur de la Gezira (1920-1936), Thèse de Doctorat d’Histoire, Lyon II.

Warriner Doreen, 1957, Land Reform and Development in the Middle East, London, New York, Royal Institute of International Affairs.

Notes

1 Djézireh (Jazîra), « île » entre le Tigre et l’Euphrate, partagée entre la Turquie, la Syrie et l’Irak, la Djézireh est une région stratégique au sein de ces trois pays en raison de sa production céréalière et de ses réserves en hydrocarbures. Administrée en Syrie par les gouvernorats de Raqqa, Deir ez-Zor et Hassaké, la Djézireh couvre 40 % du territoire syrien, regroupe 17 % de la population nationale (3 millions sur 21 en 2008), mais 58 % des pauvres en 2004. Environ le tiers de sa population est kurde. Cette région produisait les deux tiers des céréales du pays (70 % du blé, soit 3 millions de tonnes avant la sécheresse). Mais en dépit de la mise en œuvre de grands projets agricoles et gaziers, la Djézireh ne regroupe que 7 % des installations industrielles du pays.

2 Ce paragraphe s’appuie sur un travail de terrain conduit entre 2001 et 2004 dans le gouvernorat de Raqqa au sujet des fermes du Projet pilote (Ababsa 2009).

3 Paysans qui avaient reçu des terres près de l’Euphrate lors des réformes agraires de 1958-1963 et qui ont été expropriés moyennant de faibles indemnités quand le Projet de l’Euphrate a été mis en œuvre au début des années 1970. Certains ont été employés comme ouvriers agricoles dans les fermes d’État.

4 Après 25 ans de travail, tout fonctionnaire peut prétendre à une retraite mensuelle d’au moins 8 000 livres syriennes. Au bout de 17 ans de travail, un fonctionnaire peut obtenir sa retraite en une fois s’il le souhaite, pour un montant total de 400 000 livres syriennes.

5 http://www.albaathmedia.sy/2009-08-08

6 http://www.elaph.com/23/7/2007

7 http://www.syria-news.com/readnews.php?sy_seq=132049

8 http://supportkurds.org/news/land-rights-of-kurdish-peasants-removed-in-syria/ Media Institute of West Kurdistan Society – Qamishli.

9 Voir supra l’article de Salim Badlissi. En 2001, la Syrie comptait 201 359 puits dont 53 078 n’étaient pas autorisés (Sarris 2001).

10 Après quarante ans de scolarisation, les taux d’analphabétisme, qui étaient à plus de 90 % dans les années 1960, étaient encore de 38,3 % dans le gouvernorat de Raqqa, de 35,1 % dans celui de Hassaké et de 34,8 % pour celui de Deir ez-Zor en 2004 ; le phénomène concerne une femme sur deux.

11 http://www.esyria.sy/eraqqa

12 Étymologiquement « la steppe habitée par les bédouins » en arabe, terme utilisé pour désigner la steppe mais aussi le désert de Syrie qui reçoit moins de 100 mm de précipitation (Bâdiyat al-Shâm).

13 Le Fonds de soutien agricole, créé en 2008, a distribué des coupons aux familles syriennes leur permettant d’acheter 1000 litres de diesel à bas prix (9 LS/l). En 2009, ces coupons ont été remplacés par des transferts d’argent de 10 000 LS par « famille vulnérable ». Les critères d’éligibilité, qui combinent niveau de revenus, propriété et type d’usage, sont assez larges pour englober la moitié des familles syriennes. Un budget de 10 milliards de livres syriennes a été affecté au fonds en 2009 (IMF 2009). http://www.imf.org/external/pubs/cat/longres.cfm?sk=22702.0

14 En 2010, le directeur de la FAO à Damas, Abdullah Yahia bin Tahir, exprimait la crainte suivante : si la sécheresse se poursuivait, 80 % de la Syrie serait susceptible de « désertification », définie comme « la somme des facteurs géologiques, climatiques, biologiques et humains qui conduisent à la dégradation des potentialités physiques, chimiques et biologiques des terres dans les zones arides et semi-arides, et menacent la biodiversité et la survie des communautés humaines ». Il précisait qu’au début les migrations étaient temporaires, mais qu’après trois ans, les villages abandonnés étaient recouverts de poussière et de sable, les puits toujours à sec, réduisant les possibilités de retour de leurs habitants (New York Times, 14 octobre 2010).

Auteur

Myriam Ababsa

Géographe. Chercheuse associée à l’Ifpo, Amman

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable