Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Partie III. Conjuguer arabité et ouverture sur le monde

Chapitre 7. L’arabité du Liban

Entrées d'index

Mots clés :

arabité, presse

Géographique :

Liban

Texte intégral

1. Le Liban est « arabe d’identité et d’appartenance » 1

 « Liban, Suisse du Moyen-Orient »

  • 2 Traboulsi Fawaz : « Une Suisse phénicienne », L’Orient-Express 14, janvier 1997.
  • 3 Bifani Alain : « Le Liban aussi lave plus blanc que blanc », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

1Fawaz Traboulsi s’attache à déconstruire la comparaison avec la Suisse. Il décrit l’organisation socio-politique du pays helvétique : un fédéralisme de plusieurs groupes linguistiques. Or il n’est rien de tel au Liban qui est « un pays dont les habitants appartiennent à une seule ethnie et un seul groupe linguistique »2. La seule chose qui justifierait une comparaison avec la Suisse serait le secret bancaire. La loi était proposée par Raymond Eddé et adoptée par le président Camille Chamoun le 3 septembre 1956. Or les articles d’Alain Bifani, qui racontent le traitement de l’argent sale au Liban, n’invitent pas à tirer une quelconque gloire de ce motif de comparaison3.

« Liban phénicien »

  • 4 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.
  • 5 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.
  • 6 Idem.
  • 7 Idem.
  • 8 Voir annexe 7.
  • 9 Salibi 1989, p. 95.
  • 10 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.
  • 11 Maison d’édition dirigée par Ghassan Tuéni.
  • 12 « Transcultures : La Revue phénicienne », L’Orient-Express 15, février 1997.

2Samir Kassir récuse autant le cliché du « Liban, Suisse du Moyen-Orient » (tourisme de villégiature et économie tertiaire) que le mythe des origines phéniciennes du Liban 4. Il réagit à un discours prononcé par le recteur de l’Université Saint-Joseph, Sélim Abou qui critique l’idéologie selon laquelle « l’essence arabe » du Liban serait « un sacré inquestionnable et qui aboutit à amputer l’histoire supposée millénaire de la nation » 5. Au père jésuite, pour lequel le pays est bilingue, Samir Kassir réplique qu’il est « curieux qu’une nation proclamée millénaire n’en soit pas arrivée au moins à un consensus linguistique » 6. Samir Kassir veut souligner ici l’incohérence de l’historiographie libaniste qui développerait une vision continuiste de l’Histoire en « zappant de Phénicien à Mardaïte et de Syriaque à Francophone » 7. L’Orient-Express donne à l’image qui sert de publicité au Mondial de la Publicité francophone la légende suivante : « le bon vieux phénicien, francophone comme chacun sait » 8. Les mardaïtes seraient, selon l’historien maronite Douaihy, les ancêtres héroïques des maronites 9. La vaillance de ces ancêtres, qui n’appartenaient pas à l’ethnie arabe, expliquerait la spécificité des maronites lesquels auraient réussi à se maintenir en un peuple libre et vigilant dans un environnement islamique. Cette écriture de l’Histoire, qui offre au Liban une existence à part entière très ancienne et dote de droits particuliers la communauté maronite en tant que communauté fondatrice, serait du pur « fantasme » 10. À l’occasion de la réédition par Dar an-Nahar 11 de la Revue phénicienne, fondée en 1919 par un des « nouveaux Phéniciens », Charles Corm, Jabbour Douaihy cite le poète Jacques Tabet qui décrit la Phénicie : « Ce qu’était notre patrie, neuf siècles avant Jésus-Christ » 12. Les discours de ces hommes confondraient « Calliope et Clio », la muse de la poésie et la muse de l’histoire. Jabbour Douaihy conclut son article en jouant sur la concomitance de la mort de la revue en décembre 1919 et la naissance du Liban moderne en 1920 : « Elle cessera d’être trois mois plus tard [la parution du troisième numéro]. Le Liban réel a commencé ».

  • 13 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.

3Pour L’Orient-Express, le Liban n’existe en tant que nation qu’à partir de 1920, date de la proclamation par le général Gouraud de l’État du Grand Liban. Pour les historiens de la « libanité », l’émir Fakhreddine II (1590-1635) avait déjà configuré le Liban en une entité nationale. À son époque, les souverains ottomans avaient renoncé à exercer un contrôle direct sur la Montagne et se contentaient de faire collecter l’impôt par des familles de notables. La famille des Ma’an, Fakhreddine en particulier, réussit à marquer sa prééminence. L’émir serait parvenu à créer une unité nationale dont la conscience s’éveillait et qui pour la première fois était représentée par un pouvoir unique. Les progrès de la recherche historique démontrent que bien des traits de la naissance d’une entité libanaise sous Fakhreddine sont en partie mythiques : l’émir n’était pas en train de concevoir un État libanais indépendant de l’empire ottoman, il restait son vassal. Par ailleurs, les accords commerciaux conclus avec les ducs de Toscane, lesquels lui offraient une ouverture économique sur l’Occident, autre raison de l’invocation de l’émir par les libanistes, ne peuvent être considérés comme des traités entre puissances souveraines 13.

4Les mythes sur l’origine du pays et de ses habitants constituent un terrain de querelles idéologiques qui empêchent l’écriture d’une histoire commune et son articulation à un projet d’avenir qui la ferait apparaître comme devenir et non comme répétition. L’Orient-Express souhaiterait que l’arabité du Liban soit une évidence pour tous. Cela ne signifie pas pour autant que l’identité libanaise doive se dissoudre dans un ensemble plus vaste. Un numéro de la revue littéraire française Le Serpent à plumes était consacré aux « Mondes arabes ». Jabbour Douaihy commente : « Vous apprécierez le pluriel, c’est selon ».

2. Quelle culture libanaise ?

  • 14 Nabaa Roger, « D’un usage paradoxal de la culture », dans Le Liban second, Babel, Maison des cultur (...)
  • 15 Idem.
  • 16 « Contre-notes : Mal-lettres », L’Orient-Express 19, juin 1997.

5Le défi de la culture libanaise après-guerre consiste à gagner son autonomie par rapport à l’idéologie. Le philosophe Roger Nabaa pose une question : peut-on légitimement parler de culture au Liban ? Avant-guerre, la politique déterminait les perceptions du fait culturel. Et étant donné le caractère clivé du politique, ne pouvait pas s’élaborer une culture nationale, au sens de codes de comportement communs ou de représentations partagées. Ne pouvaient coexister que des cultures, qui plus est des cultures « en rivalité » 14. Roger Nabaa expose ainsi le clivage d’hier : « nier la culture libanaise, c’était nier l’identité nationale, remettre en question les fondements de sa légitimité ; la reconnaître, revenait à se résigner au fait accompli, ce “ lapsus de l’Histoire ”, à renier le Passé et la Mémoire de ces Lieux (arabes/islamiques ?) au profit de la culture de l’Occident » 15. La culture libanaise doit prendre ses distances par rapport à l’idéologie ; c’est la condition de son existence. C’est ce que suggère Jabbour Douaihy : certes, « les Libanais n’ont toujours pas réglé leur problème d’appartenance », mais « n’ont-ils pas droit à une littérature ? Doivent-ils d’abord “ mériter ” leur pays ? » 16. Si elle parvient à quitter le champ clivé de la politique, la culture pourra jouer un rôle majeur : celui d’installer le Liban dans l’Histoire en le dotant d’une mémoire nationale.

  • 17 « L’été en fausses notes », L’Orient-Express 0.
  • 18 « Sauver l’héritage et non le système », L’Orient-Express 14, janvier 1997.
  • 19 Beydoun Abbas, 1996 : « A la recherche d’un fantôme », dans Le Liban second, p. 27-33.

6Si la culture ne gagne pas son autonomie, le Liban risque d’être assiégé par une culture formelle : dès le numéro 0, le magazine s’alarmait du retour des festivals d’été, chacun organisé par tel ou tel proche d’un homme de pouvoir. Le faste de la représentation et le bénéfice médiatique escompté l’emporteraient sur la qualité artistique : « Peut-être faudrait-il voir, derrière cette frénésie de chansonnettes, une nouvelle économie politique de la montagne » 17. Cette instrumentalisation de la culture équivaut au fond à une absence de culture. Les quelques artistes qui savent ne pas se laisser happer par la culture formelle dominante, ceux qui savent formuler des questionnements, sont de « grands solitaires » 18 pour Ghassan Tuéni ou des phénomènes « accidentels » 19 pour Abbas Beydoun. Le bilan d’Anthony Karam rend compte aussi de ce paradoxe : « Bien sûr, certains sont parfois à l’avant-garde de la contestation. Bien sûr, le paysage de la création est à maints égards plus riche que jamais. D’où vient pourtant cette impression que quelque chose se meurt ? ». Cette impression, Anthony Karam l’explique par le règne d’une « culture du simulacre ».

  • 20 Saison libanaise présentée à la Maison des cultures du monde à Paris, de février à mai 1996.
  • 21 « L’art et les mauvaises manières », L’Orient-Express 19, juin 1997.

7Reste que s’il existe un petit nombre qui résiste à la confiscation du culturel, il n’existe que très peu de lieux où ils pourraient montrer leur travail. L’Orient-Express ne manque pas de signaler chaque fois que le théâtre de Beyrouth, dirigé par Élias Khoury, montre sa différence. Le théâtre est de toutes les initiatives créatrices ou critiques : il accueille l’association des cinéastes ; il s’investit en partenariat avec la Maison des cultures du monde à Paris pour la tenue de Liban 96 20; s’y jouent les pièces de Roger Assaf, cofondateur du théâtre en 1965. Mais le théâtre de Beyrouth paraît très isolé dans cette démarche militante. Les galeries quant à elles seraient également les otages d’une logique partisane. Dans le domaine des arts plastiques, le magazine appelle à la fondation d’un « véritable Musée d’art moderne ». Cette institution permettrait de faire le point sur la production libanaise du siècle. Mais le magazine met en garde : « Si le musée n’est pas totalement indépendant dans sa gestion et dans sa démarche, son fond s’en trouvera biaisé par l’introduction d’artistes qui ne méritent pas d’y figurer et qui ne seraient là qu’en raison de leur allégeance politique, ou de leur appartenance confessionnelle » 21. Malgré ces constats, le magazine veut témoigner de l’existence d’artistes qui se disent conscients de la nécessité impérieuse d’élaborer une culture indépendante.

Une culture indépendante

  • 22 Poète né en 1910 et récompensé du Grand Prix de la francophonie par l’Académie française en 1986.
  • 23 Poétesse également couronnée du prix de l’Académie française en 1973.
  • 24 Les publications par exemple de Claire Gebeyli, par ailleurs journaliste à L’Orient-Le Jour, ou de (...)
  • 25 Majdalani Charif : « Transcultures : Le fantôme du Levant », L’Orient-Express 8, juillet 1996.
  • 26 Supplément au numéro 359 du Magazine littéraire.
  • 27 Majdalani Charif : « Transcultures : le magasin littéraire », L’Orient-Express 25, décembre 1997.
  • 28 Beydoun Abbas, 1996 : « A la recherche d’un fantôme », dans Le Liban second, p. 27-33.
  • 29 Achcar Paul : « La curiosité est une vilaine qualité », in Lire en français et en musique, catalogu (...)

8Si les auteurs d’expression française disparus ne sont pas ignorés, la nouvelle génération d’écrivains francophones est largement boudée. La publication d’une étude sur Georges Schéhadé 22 ou la parution d’un livret de textes de Nadia Tuéni 23, ou encore celle des œuvres de Fouad Abi Zeyd, poète « trop méconnu » de la première moitié du XXe siècle, offrent l’occasion au magazine de saluer la valeur artistique de ces incontournables. Mais le magazine délaisse les artistes contemporains d’expression française 24 alors que, par obligation d’exhaustivité, il les signalait dans le catalogue du salon « Lire en français ». Le seul qui soit abordé ne trouve aucune grâce aux yeux de Charif Majdalani. À deux reprises, il donne son point de vue sur la littérature d’Amin Maalouf. Dans le cadre d’un article sur les prix littéraires, le Rocher de Tanios, roman pour lequel Amin Maalouf a reçu le Prix Goncourt en 1993, n’est pas épargné : « Amin Maalouf lui-même ne nous a donné qu’une moitié de beau roman, tant il est vrai que son Rocher de Tanios sombre dès sa deuxième moitié dans l’informe, l’anodin et le bâclé ». La critique de son roman Échelles du Levant est tout aussi virulente : « Puisqu’il faut parler du dernier roman de Amin Maalouf, autant dire, sans tours ni détours, qu’il est affligeant » 25. Le titre donné à l’article de Charif Majdalani, « le fantôme du Levant », semble s’appliquer à Amin Maalouf lui-même, absent du pays depuis 1973 mais systématiquement cité dans la presse française dès qu’il y est question de littérature libanaise. L’Astronome du jeune Alexandre Najjar, autre écrivain d’expression française, est paru chez Grasset en 1997. Le magazine ne se fait pas l’écho de cette sortie. Mais, amené par ailleurs à évoquer cet auteur lors de la réalisation par ce dernier d’un supplément du numéro 359 du Magazine littéraire consacré aux « poètes et romanciers libanais » 26, Charif Majdalani prend ces distances avec ce qui, selon lui, participe de la confusion entre « littérature et célébrations mondaines » 27. Charif Majdalani regrette que le Magazine littéraire ne parle pas des auteurs « pas encore traduits ». Parce qu’il ignore ces auteurs, le Magazine littéraire est considéré comme « une catastrophe pour la littérature libanaise ». Il répercute à l’étranger l’image d’une culture de « cocktail » 28 que la presse mondaine française est toute prête à accréditer. L’Orient-Express se fait en revanche l’écho d’artistes que le Magazine littéraire négligeait et donne notamment à lire, avant sa sortie chez Seuil, un extrait du livre de Ghassan Fawaz, Les Moi volatils des guerres perdues. L’auteur y raconte, au moyen d’une langue extrêmement éclatée, le conflit et les désillusions politiques. Notons par ailleurs que Ghassan Fawaz était un des « chefs » politiques de l’Union des communistes libanais, « petit groupe gauchiste et festoyard » 29 dans lequel militait Paul Achcar.

Questionner et dévoiler

  • 30 Le terme est à l’origine d’Élias Khoury, interviewé dans « une culture sous vide », L’Orient-Expres (...)
  • 31 Terme emprunté à Gramsci, dont le nom revient plusieurs fois dans le magazine, sous la plume de Faw (...)

9Deux exigences paraissent guider les préférences de L’Orient-Express. D’une part, l’artiste doit être celui qui ne cède pas à la passivité de la société civile mais qui la force à se questionner. D’autre part, il doit se départir des idéologies pour retrouver le « vécu » 30, la vie quotidienne, l’individu, et participer à la production d’une culture dite « organique » 31.

  • 32 Boustany Omar : « Transcultures : Le petit homme et la paix », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 33 « Lebanese Dream : Anamnèse », L’Orient-Express 20, juillet 1997.
  • 34 Boustany Omar : « Transcultures : Dix personnages en quête d’ardeur », L’Orient-Express 4, mars 199 (...)
  • 35 Boustany Omar : « Des scénarios, des histoires, du cinéma », L’Orient-Express 19, juin 1997.

10Au théâtre, Roger Assaf est le seul qui véritablement s’impose. Le langage théâtral du metteur en scène est ancré dans l’expérience culturelle et sociale populaire. La pièce Jnainet al-Sanayeh, montée à Beyrouth au printemps 1997, présente une « agora pour citoyens au bord de la crise de nerfs » ; elle « questionne une société que plus rien ne questionne » 32. Omar Boustany commente lui-même dans sa chronique : « Maestro de l’agit-prop, Roger Assaf a encore frappé fort. La catharsis se branche sur une agora séditieuse. Politiquement incorrect ? C’est ce qu’il nous faut » 33. Une autre pièce, cette fois écrite par le Syrien Mamdouh Idwan mais mise en scène par le même Roger Assaf, consiste en un monologue, celui d’un éboueur, citoyen devenu encombrant dans un Liban « rouleau compresseur ». En revanche, la mise en scène par Alain Plisson, dont le travail est « l’emblème exclusif de la francophonie théâtrale au Liban », d’une pièce de Charles Hélou, La Vérité au bout du fusil, se réduirait à « un verbiage stérile » 34. Omar Boustany ajoute : « rien d’étonnant dans cet âge d’or de la République de Taëf où le mot ″politique″ n’a jamais paru aussi inopportun ». Concernant le cinéma, le magazine donne la parole au président d’une toute récente association, une « coopérative des cinéastes », dont l’objectif est de donner un nouveau souffle au cinéma libanais. Quand Omar Boustany souhaite que le pays ait enfin « une expression cinématographique propre », il ne fait pas qu’incriminer la totale indifférence de l’État pour le septième art, il appelle les cinéastes libanais à ne plus « se complaire dans les fantasmes de démarche idéologique », mais à retrouver « les individus » 35.

  • 36 El-Janabi Abdel Kader : « Chi’r, 1957-1970, une revue à part », dans Qantara 29, automne 1998.
  • 37 « Ounsi el-Haje : le matin de la poésie, le voyage de la nuit », L’Orient-Express 25, décembre 1997 (...)

11Dans le domaine de la création poétique, la revue Chi’r, fondée en 1957, a mis la poésie libanaise, et dans son sillage la poésie arabe, sur la voie de la modernité. La revue voulait « réformer la prosodie arabe en rejetant l’ancien lexique au profit d’un vocabulaire nouveau puisé dans l’expérience et dans la vie de chaque jour » 36. Ounsi el-Hage, un des fondateurs de la revue Chi’r, est présenté comme le « chantre de la révolte » 37. Le poète critique une « littérature dite engagée alors qu’elle n’est en réalité que propagande partisane et doctrinale ». Sa poésie est engagée, mais elle est en même temps toujours le « fruit d’une expérience vive et non le produit d’une idéologie ». Jabbour Douaihy salue le lancement d’une collection consacrée aux « nouveaux poètes » arabes. Ils sont comme un second souffle de la tendance initiée par la revue Chi’r, puisque « chantres du quotidien, ils n’ont plus de mission ».

12Pour le roman, la même démarche est entreprise par Élias Khoury, interviewé par Omar Boustany dans le numéro 23. Il suggère d’avancer sans référence idéologique et d’imposer le dialecte, la langue quotidienne, sur la langue classique. Dès le numéro 0, le magazine donnait le ton : le « vécu » d’un Élias Khoury, l’introspection d’un Rachid El-Daïf ou « l’échelle individuelle » choisie par un Khaled Ziadé pour dire sa ville, Tripoli, c’est de cette veine de romanciers que L’Orient-Express se fait le relais. Moins connue, Najwa Barakat se voit consacrer deux articles par Jabbour Douaihy. Le premier pour un livre en arabe, dont Jabbour Douaihy salue la violence de la langue qui « sert des attouchements sexuels décrits avec virulence » : il s’agit là encore de retrouver l’individu prosaïque ; le second en français, comme un « journal intime ».

  • 38 Écrivains arabes d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Actes Sud, 1996.

13Ce sont des traductions en français de textes d’Ounsi el-Hage et de Hassan Daoud qui occasionnent des entretiens avec ces auteurs. Des extraits de poème traduits en français par Jabbour Douaihy accompagnent son article sur la collection consacrée aux « nouveaux poètes » arabes. Des représentations iconographiques des couvertures des romans d’Élias Khoury traduits en français chez Arléa ponctuent l’interview de l’écrivain. L’Orient-Express remplit donc l’un des rôles qu’il s’est donné : se servir du français pour présenter un patrimoine culturel qui s’est écrit en langue arabe et auquel certains de la génération de la reconstruction, coupés de la langue, ne peuvent accéder. À cet égard, Omar Boustany signale la publication d’un catalogue bibliographique en français des « Écrivains arabes d’hier et d’aujourd’hui » 38 : pour Omar Boustany, ce dictionnaire mérite le « label d’utilité publique ». Omar Boustany est de ces jeunes Libanais qui ne maîtrisent pas la lecture de l’arabe.

Une sensibilité de gauche

  • 39 Boustany Omar : « Le crime de L’Orient-Express », dans Mulhaq al-Nahar, 12 mars 1998. Voir annexe 8

14Les artistes retenus sont pour beaucoup des acteurs du monde journalistique arabophone : en 1964, Ghassan Tuéni confiait à Ounsi el-Hage la tâche de créer le supplément culturel du Nahar, le Mulhaq. En 1995, ce même poète devenait directeur de la rédaction du Nahar. Élias Khoury a repris le Mulhaq et le dirige depuis 1992. Ce supplément culturel aurait été « un des emblèmes de la République culturelle » qu’a été Beyrouth entre les années 1965 et 1975, le lieu de l’expression d’une révolte contre un système discriminant, politiquement et socialement. En 1998, Omar Boustany décrit le Mulhaq comme « le fleuron de l’intelligentsia beyrouthine » 39. Hassan Daoud a été journaliste au Safir, puis correspondant à Beyrouth pour le Hayat parti à Londres. L’Orient-Express dans son numéro 0 prévoyait un espace, « carte blanche », dans lequel un journaliste de la presse arabophone s’exprimerait. Hassan Daoud, non francophone, était pris comme exemple d’intervenant potentiel.

  • 40 Karam Anthony : « Oasis et simulacre », L’Orient-Express 19, juin 1997.
  • 41 « Version française », L’Orient-Express 19, juin 1997.
  • 42 Majed Ziad : « Des confessions et des hommes », L’Orient-Express 22, septembre 1997.
  • 43 Traboulsi, Fawaz et Couland, Jacques, 1989.

15Interviewé par le magazine, Hassan Daoud mentionne son ami Abbas Beydoun. Pour Anthony Karam « la place [qui est celle de Abbas Beydoun] dans la poésie arabe [est] l’une des premières » 40. Abbas Beydoun est par ailleurs journaliste au Safir. Un de ses articles est traduit dans la version française du numéro 19 : il s’insurge contre les non-dits de la commémoration des dix ans de la mort de Mahdi Amel. Ce penseur marxiste de nationalité libanaise, membre du PCL, a été assassiné en 1987. Abbas Beydoun aurait souhaité que soient dénoncées les circonstances de l’assassinat de « [son] ami » 41, celles d’une époque où « les intellectuels étaient visés » par l’obscurantisme. En publiant une nouvelle fois, et cette fois en langue française, l’article d’Abbas Beydoun, le magazine reprend à son compte la colère du journaliste de langue arabe. Le magazine signale par ailleurs la publication d’une traduction en français 42 de L’État confessionnel, écrit en 1986 par celui qui, selon Fawaz Traboulsi, a élaboré « un marxisme original qui aspirait à devenir la théorie dirigeante dans le mouvement de libération des peuples arabes » 43.

  • 44 Kassir Samir : « Le retour du Jedi », L’Orient-Express, n° 1, novembre 1995.

16Enfin, Samir Kassir consacre un long article au journaliste Joseph Samaha, à l’occasion de son retour au Safir 44. « Ancien militant de l’OACL », ancien rédacteur en chef d’al-Yawm al-sâbi’ (le Septième jour), Joseph Samaha est considéré comme « l’un des meilleurs journalistes du monde arabe ».

  • 45 Entretien avec Joseph Samaha, Londres, décembre 1999.
  • 46 Idem.
  • 47 Kassir Samir et Mardam-Bey Farouk, 1992 : Itinéraires de Paris à Jérusalem, Paris, Les livres de la (...)

17Ces hommes constituent un réseau d’hommes de plume auquel Samir Kassir appartient. Ils ont en commun d’être de gauche, si être de gauche au Liban signifie lutter pour « un progrès social, une idée de la laïcité » 45, et, avant-guerre, pour « une forme de présence palestinienne au Liban » 46. Dans l’avant-propos d’Itinéraires de Paris à Jérusalem, Samir Kassir et Farouk Mardam-Bey ne cachent pas qu’ils ont « consacré le plus clair de leur vie militante à défendre la cause palestinienne avec rigueur et émotion » 47.

3. La cause palestinienne

  • 48 « Algarade : Beyrouth capitale arabe », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

18La cause palestinienne, depuis la chute du nassérisme, est le principal support de mobilisation panarabe. Pour Samir Kassir, la visite à Beyrouth d’Edward Said, l’un des intellectuels palestiniens les plus éminents, redonne au Liban « sa place dans la carte arabe » 48.

19L’Orient-Express s’intéresse à des artistes dont l’œuvre témoigne de la tragédie palestinienne en choisissant de s’écarter de la démonstration idéologique et de rendre compte de vies ou points de vue individuels. L’Orient-Express présente le travail du cinéaste palestinien Michel Khleifi (Noces en Galilée, 1987) ou rend hommage à l’homme de théâtre syrien Saadallah Wannous. Pour l’un comme pour l’autre, la défaite de 1967 a été le moment d’une remise en question violente qui réclame de se confronter aux rêves déçus de socialisme et solidarité arabes. Saadallah Wannous, en 1989, met en scène le Viol, pièce dans laquelle « il met en lumière une dimension peu traitée de la souffrance palestinienne ».

  • 49 Zibawi Mahmoud : « Transcultures : Sacre de la Palestine », L’Orient-Express 19, juin 1997.

20Dans l’article intitulé le « Sacre de la Palestine » qui rend compte d’une manifestation culturelle organisée à Paris, est rappelée la nécessité de cultiver la mémoire d’un peuple qui « cherche sa terre, son entité et son être » 49. Pour Samir Kassir, les Palestiniens sont « irréductibles, proprement miraculés de l’Histoire ». Et c’est le pari de l’autonomie palestinienne que de chercher à marier « la pesanteur de l’Histoire, la culture, l’être-là » à la géographie.

La perception d’Israël

21L’Orient-Express commémore à sa façon les cent ans du congrès de Bâle. La Déclaration Balfour de 19l7 constitue le moment primordial qui donne au sionisme la possibilité de devenir un acteur des relations internationales, mais le congrès de Bâle n’en demeure pas moins essentiel tant les « fantasmes de Théodore Herzl », théoricien du sionisme, ont déterminé « les inflexions ultérieures de la tragédie palestinienne ». L’Orient-Express, en publiant un article d’Élias Sanbar paru dans la Revue d’Études Palestiniennes en 1987, donne à lire ces « fantasmes », faits d’« une solide foi nationaliste » et de « l’intériorisation des schèmes antisémites » et qui annoncent « l’agressivité structurelle et la logique négatrice de l’État israélien ».

  • 50 « Hors-jeu : Image de soi ou de l’autre ? », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

22L’État israélien n’est pas un « État comme les autres ». D’une part, il s’est fondé sur l’expulsion d’un peuple. Jabbour Douaihy relève les propos du juif israélien Kaniuk, co-auteur d’un ouvrage avec « l’Arabe d’Israël » Émile Habibi : Kaniuk raconte le drame de 1948 comme « l’horreur non évacuable parce qu’originelle ». D’autre part, le sionisme de la première moitié du XXsiècle a pour ambition la fondation d’un « État juif en Palestine », c’est-à-dire un État religieux. Pour Paul Achcar, les élections de mai 1996 ont donné lieu à un combat entre « le sionisme qui proclame qu’Israël est un État juif qui appartient à tous les juifs à travers le monde et la conception laïque de la nation qui veut que l’État appartienne à tous ses habitants à l’intérieur de ses frontières » 50. La victoire de Benjamin Netanyahu constituait un « choix post-sioniste » qui induit une « paix sans concessions territoriales », glorifie la victoire de Jérusalem sur Tel-Aviv, la capitale administrative du pays, et revendique le pouvoir pour les seuls juifs israéliens, ignorant la minorité arabe qui lutte pour obtenir un statut de citoyen israélien à part entière. Benjamin Netanyahu est qualifié de politicien de l’hystérie, ce qu’illustre bien la photographie choisie pour la « petite chronologie polémique » du numéro 15.

  • 51 « La paix au compte-goutte », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

23Par ailleurs les États-Unis sont clairement accusés de partialité en faveur d’Israël dans leur manière de gérer le processus de paix. L’intransigeance du nouveau Premier ministre israélien a légèrement infléchi leur position vers davantage de parité : pour un temps, les États-Unis ne justifiaient plus à l’avance une réaction israélienne disproportionnée et accordaient aux Palestiniens le droit de se défendre. Mais la conférence économique censée réunir à Doha les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient en décembre 1997 ne pouvait être qu’un échec, étant donnée « l’impasse du processus de paix et l’absence de volonté américaine de faire pression sur le gouvernement israélien » 51.

Oslo et ses suites

24Pour Samir Kassir, la paix via la négociation n’est pas une option : elle est l’unique voie. Changer le cours des choses par des moyens militaires est inenvisageable, « les Arabes ont été laminés ». Les accords d’Oslo offrent une alternative entre une « paix-aplatissement à la Sadate » et « une éternelle logique de confrontation ». La cartographie qui accompagne le dossier retraçant le déroulement du conflit israélo-arabe, note « Palestine » à l’endroit de la Cisjordanie, de même que sont notés « Israël » et le nom des États arabes limitrophes : l’existence de l’État israélien n’est pas niée. Le magazine accepte le partage de 1948 et approuve les accords d’Oslo qui offrent à l’Autorité palestinienne le statut de représentant officiel du peuple palestinien et la charge de créer un État. Ce à quoi s’emploie Yasser Arafat dont Samir Kassir défend la légitimité.

25La participation massive des Palestiniens aux élections de janvier 1996 pour la formation d’un organe législatif ainsi que le choix de Yasser Arafat comme président de l’Autorité palestinienne par 88,1 % des voix, sans que la légalité des élections ait été contestée par les observateurs, manifesteraient la faveur d’une immense majorité des Palestiniens pour le processus de paix en cours. Les « forces extrémistes » dont la stratégie relèverait de l’opportunisme – « le Hamas veut moins faire échec à l’autonomie que s’y tailler une place » – ont reçu un camouflet lors de ces élections. Leur appel au boycott n’a pas été suivi ; ils ont été disqualifiés et l’idée selon laquelle le Hamas représente la majorité du peuple palestinien a été corrigée. Ces élections constituent un véritable « retournement », « la dynamique du projet sioniste en Palestine est inversée ».

26L’expansion des colonies et les routes de contournement réduisent considérablement l’étendue des territoires palestiniens. Ce maillage territorial serait un substitut de l’affrontement militaire et viserait à terme à rendre caduque un État, en le privant d’un territoire continu. Mais L’Orient-Express se réjouit de la récupération progressive de terres même si celle-ci est contrebalancée par la progression des colonies. En octobre 1995, l’accord intérimaire prévu par la déclaration de principe d’Oslo était approuvé par la Knesset avec 61 voix contre 59. L’accord prévoit le découpage de la Cisjordanie en zones A, B et C : la zone A est constituée des principales villes. Elles doivent être évacuées par l’armée israélienne et passer sous responsabilité de l’Autorité palestinienne. En décembre 1995, après l’assassinat de Yitzhak Rabin, Shimon Pérès ordonne le retrait. Cette mesure concerne, entre autres villes, Bethléem. L’Orient-Express se fait l’écho de la joie de ceux, touristes ou Palestiniens de confession chrétienne, venus fêter Noël, en présence de Yasser Arafat, dans la ville de la nativité où « flottent déjà les drapeaux palestiniens ». Le magazine, en intitulant l’article « Noël de la Palestine à Bethléem : l’an prochain à Jérusalem ? », se joint à la revendication de Jérusalem pour capitale du futur État palestinien.

Notes

1 Préambule de la nouvelle constitution votée en septembre 1990.

2 Traboulsi Fawaz : « Une Suisse phénicienne », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

3 Bifani Alain : « Le Liban aussi lave plus blanc que blanc », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

4 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.

5 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.

6 Idem.

7 Idem.

8 Voir annexe 7.

9 Salibi 1989, p. 95.

10 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.

11 Maison d’édition dirigée par Ghassan Tuéni.

12 « Transcultures : La Revue phénicienne », L’Orient-Express 15, février 1997.

13 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.

14 Nabaa Roger, « D’un usage paradoxal de la culture », dans Le Liban second, Babel, Maison des cultures du monde, Paris, 1996, p. 15-18.

15 Idem.

16 « Contre-notes : Mal-lettres », L’Orient-Express 19, juin 1997.

17 « L’été en fausses notes », L’Orient-Express 0.

18 « Sauver l’héritage et non le système », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

19 Beydoun Abbas, 1996 : « A la recherche d’un fantôme », dans Le Liban second, p. 27-33.

20 Saison libanaise présentée à la Maison des cultures du monde à Paris, de février à mai 1996.

21 « L’art et les mauvaises manières », L’Orient-Express 19, juin 1997.

22 Poète né en 1910 et récompensé du Grand Prix de la francophonie par l’Académie française en 1986.

23 Poétesse également couronnée du prix de l’Académie française en 1973.

24 Les publications par exemple de Claire Gebeyli, par ailleurs journaliste à L’Orient-Le Jour, ou de Vénus Khoury-Gata, ne font pas l’objet d’articles dans les pages de « Transcultures ».

25 Majdalani Charif : « Transcultures : Le fantôme du Levant », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

26 Supplément au numéro 359 du Magazine littéraire.

27 Majdalani Charif : « Transcultures : le magasin littéraire », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

28 Beydoun Abbas, 1996 : « A la recherche d’un fantôme », dans Le Liban second, p. 27-33.

29 Achcar Paul : « La curiosité est une vilaine qualité », in Lire en français et en musique, catalogue du Salon du Livre, 1995.

30 Le terme est à l’origine d’Élias Khoury, interviewé dans « une culture sous vide », L’Orient-Express 19, juin 1997. Anthony Karam le reprenait entre guillemets dans « Oasis et simulacre », L’Orient-Express 19, juin 1997.

31 Terme emprunté à Gramsci, dont le nom revient plusieurs fois dans le magazine, sous la plume de Fawaz Traboulsi, de Joseph Bahout, d’Anthony Karam.

32 Boustany Omar : « Transcultures : Le petit homme et la paix », L’Orient-Express 18, mai 1997.

33 « Lebanese Dream : Anamnèse », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

34 Boustany Omar : « Transcultures : Dix personnages en quête d’ardeur », L’Orient-Express 4, mars 1996.

35 Boustany Omar : « Des scénarios, des histoires, du cinéma », L’Orient-Express 19, juin 1997.

36 El-Janabi Abdel Kader : « Chi’r, 1957-1970, une revue à part », dans Qantara 29, automne 1998.

37 « Ounsi el-Haje : le matin de la poésie, le voyage de la nuit », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

38 Écrivains arabes d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Actes Sud, 1996.

39 Boustany Omar : « Le crime de L’Orient-Express », dans Mulhaq al-Nahar, 12 mars 1998. Voir annexe 8.

40 Karam Anthony : « Oasis et simulacre », L’Orient-Express 19, juin 1997.

41 « Version française », L’Orient-Express 19, juin 1997.

42 Majed Ziad : « Des confessions et des hommes », L’Orient-Express 22, septembre 1997.

43 Traboulsi, Fawaz et Couland, Jacques, 1989.

44 Kassir Samir : « Le retour du Jedi », L’Orient-Express, n° 1, novembre 1995.

45 Entretien avec Joseph Samaha, Londres, décembre 1999.

46 Idem.

47 Kassir Samir et Mardam-Bey Farouk, 1992 : Itinéraires de Paris à Jérusalem, Paris, Les livres de la Revue d’études palestiniennes, p. 10.

48 « Algarade : Beyrouth capitale arabe », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

49 Zibawi Mahmoud : « Transcultures : Sacre de la Palestine », L’Orient-Express 19, juin 1997.

50 « Hors-jeu : Image de soi ou de l’autre ? », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

51 « La paix au compte-goutte », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable