Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Pays orientaux

Texte intégral

Fārs ; Kirmān ; Mukrān ; Siğistān ; pays d’ad-Dāwar ; Ğabal et ses villes (Qirmāsīn, Hamaḏān et Iṣfahān en particulier, bien qu’elles soient [193] à traiter séparément), Rayy, Qazwīn, Abhar, Zanğān, l’Ādarbayğān et ses villes ; l’Arménie et ses districts ; histoire des Ḫazar ; Yāğūğ et Māğūğ ; histoire de la Digue et de celui qui la construisit ; histoire de Derbend (Bāb al-Abwāb) et de qui en jeta les bases et en commença la construction ; histoire du Khorassan ; le Ṭabaristān, Rūyān ; les Turcs, leur histoire et leurs races, histoire de leurs souverains, de leurs lois et de leurs cités.

***

1Nous avions commencé par présenter des excuses, au début de l’ouvrage, et nous avions annoncé la raison de sa longueur. Si quelque erreur intervient dans son ordonnance et sa composition, si quelque chose n’est pas mis en sa place, ou bien si nous avons mentionné une ville ou une région (iqlīm) ailleurs qu’il fallait, nous demandons à qui feuillette et lit l’ouvrage de nous pardonner un faux-pas, s’il y a lieu, ou une erreur, s’il la découvre. Car, suivant ce qu’ont dit les sages, celui qui désire faire profession d’écrivain, s’adonner à la composition des livres ou se qualifier de poète, puis ordonne un discours, écrit une épître ou compose une qaṣīda, qu’il ne soit pas entraîné, par l’admiration qu’il éprouve pour ses productions et pour lui-même, à s’en déclarer immédiatement l’auteur et à en revendiquer [la paternité] ; mais qu’il présente son œuvre aux connaisseurs parmi d’autres épîtres, vers, discours ou histoires. Si donc il voit qu’on prête attention à son œuvre, qu’on la recherche et qu’on l’approuve, alors qu’il s’en déclare l’auteur et qu’il s’affirme. Mais si tu constates que les oreilles se détournent et que les cœurs sont distraits, occupe-toi donc d’un autre art et fais de la décision du public un guide infaillible. En effet, j’ai vu parfois un homme se conduire avec réserve et même davantage, mais quand il en vient à son opinion sur ses vers ou sa prose, il ne connaît plus de mesure. — On a dit aussi que quiconque écrit s’expose : s’il excelle, on le respecte, mais, s’il est médiocre, on lui jette la pierre. On a dit aussi que l’homme reste à l’abri tant qu’il ne compose pas de livre ou ne dit pas de vers. Zuhayr b. Abī Sulmā, l’un des trois maîtres anciens, appelait la plupart de ses qasīdas : « celles qui sont polies durant une année ». Al-Ḥuṭay’a disait que la meilleure poésie est celle qu’on raffine durant un an. Le livre est un témoin qui renseigne sur lui-même et exprime l’argument de son auteur, de sorte que celui-ci est connu par qui ne le voit pas, loué [194] par qui ne le connaît pas et porté aux nues par qui n’aurait point parlé de lui, tandis que ses belles qualités sont divulguées par des gens qui n’habitent pas son pays. Les livres ont place dans les cœurs et trouvent dans les oreilles une arène ; aussi, suivant la pureté de la langue, la douceur des mots et l’excellence des idées, les cœurs sont attirés vers le livre, les oreilles désirent s’approcher de lui, l’intellect étend sur lui les tuniques de son agrément ; il produit dans les cœurs ce que la pluie ne produit pas dans les jardins aux couleurs naïves. C’est en raison de sa valeur que les oreilles s’inclinent vers lui, car les belles expressions et la composition savante sont les plus utiles de « celles qui soufflent sur les nœuds » (Coran, CXIII, 4). Les livres sont les miroirs des intelligences ; par eux sont éclairés les visages de la sagesse et c’est grâce à eux que l’on connaît les expériences des peuples de l’antiquité. Si donc le livre est d’un art consommé, d’une belle ordonnance, d’une composition excellente, avec des termes aisés et agréables, les cœurs sont frappés, les dispositions naturelles sont excitées, car le livre rassemble des joyaux et groupe les semblables ; une bonne composition, une excellente ordonnance revêtent d’agrément le livre et le préservent d’une humiliante comparaison et d’une critique justifiée. C’est pourquoi un secrétaire d’État a dit : « Je n’ai jamais vu un style qui
» soit mieux coordonné, qui excelle plus solidement, qui exhorte
» plus puissamment, qui excuse de façon plus convaincante, qui
» obvie le mieux à un défaut et qui soit plus habile à concentrer
» que celui d’Aḥmad b. Yūsuf ».

2Un autre disait : « Le style d’Ibrāhīm b. al-’Abbās est un
» tapis unique dont le talent forme la chaîne et l’abondance, la
» trame ; il présente une totale continuité dans ses tenants et ses
» aboutissants ».

3Aḥmad b. Yūsuf disait des épîtres de ‘Abd al-Ḥamīd : « Ce
» sont des expressions parfaitement travaillées et des expérimenta-
» tions qui ont fait leurs preuves ».

4On a dit d’Ibn al-Muqaffa‘ : « Ses expressions [recouvrent]
» des idées, ses idées sont des maximes ; dès l’exorde, il satisfait, et la
» précision de son style suffit à tout ». Abū 1-’Aynā’, entendant citer des propos d’Ibn al-Muqaffa’, déclara : « Son langage est pur ;
» sa langue, éloquente ; son naturel, sain ; son art semble perles
» éparpillées, étoffe à ramages déployée, jardins arrosés de pluie ».

5Ğa‘far b. Yaḥyā a dit : « Abd al-Ḥamīd est la racine ; Sahl b. Hārūn, la branche ; Ibn al-Muqaffa‘, le fruit ; Aḥmad b. Yūsuf,
» la fleur ».

6Ğa‘far, qualifiant la langue [d’un auteur], a dit : « Il semble
» que ses expressions soient les moules de ses idées ». [195] Écoutant quelqu’un parler, il déclara : « Dans son langage, les exordes
» satisfont et les péroraisons suffisent ; il glisse doucement sur les
» oreilles, comme une eau légère glisse sur des entrailles altérées ».

7Al-Ma’mūn, après avoir examiné un livre d’al-Ğāḥiẓ sur les ‘Abbāsides qu’al-Yazīdī avait introduit chez lui, manda l’auteur et lui dit : « Ô ‘Amr, une personne dont j’apprécie l’intelligence
» et dont je crois vrais les rapports, m’a fait, de ce livre, une descrip-
» tion que je croyais fidèle, mais un premier examen a dépassé
» la description, et une lecture plus minutieuse a dépassé le premier
» examen, de même que ce dernier avait dépassé la description.
» C’est un livre qui tient lieu de la présence de son auteur et qui
» est loin d’avoir besoin de défenseurs, un livre qui unit à des
» idées approfondies et à des développements complets un style
» riche et une expression aisée ; il convient à la fois au peuple et
» aux rois, à l’élite et à la masse ». — Al-Ğāḥiẓ répondit : « Par
» Allah ! la connaissance que j’ai acquise en entendant la descrip-
» tion de ce livre m’est plus chère que le livre lui-même ! ».

8Après avoir apprécié un livre, un lecteur lui appliqua ce vers (tawïl) :

L’auteur y dispose ses idées dans l’ordonnance du discours, comme les vierges disposent en ordre leurs colliers en les séparant.

9Un autre, ayant lu un livre, déclara (basīṭ) :

[Il est fait] d’idées si belles qu’un mort l’entendrait presque et que le papier et le calame l’adorent.

10Yazīd b. al-Muhallab dit à son fils Muḫallad, lorsqu’il le désigna comme son lieutenant au Khorassan : « Que le messager
» qui circulera entre toi et moi soit quelqu’un qui me comprenne
» et te comprenne. Lorsque tu écris une lettre, réfléchis-y longue-
» ment. En effet, c’est dans une lettre qu’un homme met sa raison,
» et c’est dans [le choix] de son messager qu’il met son jugement ».

11Un Bédouin m’a récité ce vers [kāmil) :

La poésie, c’est le cœur de l’homme qu’il présente ; la parole ressemble aux flèches pénétrantes,
Dont les unes restent en deçà du but et les autres l’atteignent.

12J’espère que notre livre sera tel : groupant les idées que nous avons cherchées, englobant les procédés que nous avons désirés, s’il plaît à Allah !

LE FĀRS1

  • 1 Ce chapitre se retrouve dans M.

13Le Fārs tire son nom de Fāris b. Ṭahūmart (=Ṭahmūraṯ) à qui on rattache les Perses parce qu’ils sont [196] de ses descendants ; Fāris était un roi juste, indulgent à ses sujets et qui veillait sur ses contemporains. Il eut dix fils dont Ğamm, Sīrāz, Iṣṭaḫr, Fasā, Ğannābā, Kaskar, Kalwaḏā, Qarqīsiyā’, ‘Aqarqūf, Dārābğird. Il donna en fief, à chacun d’eux, le pays qui prit son nom et qui lui fut rattaché. Auparavant, ils habitaient les tentes. On dit que Fāris régna 300 ans.

14L’Envoyé d’Allah a dit : « Les gens du Fārs sont nos proches
» parents ». Anas b. Mālik a rapporté cette tradition : « Allah tout
» puissant fit un choix parmi Ses créatures ; or, parmi les Arabes2,
» il choisit la tribu de Qurayš et, parmi les Persans, les gens du Fārs ».

15L’Envoyé d’Allah a dit : « Les gens les plus heureux, par l’Islam,
» sont ceux du Fārs ; les plus malheureux sont les gens de cette
» tribu de Bahrā’ et de Taġlīb ». D’après Ibn Lahī’a, on disait : « Les gens du Fārs3 sont les Qurayšites des non-Arabes ».

16On rapporte que Wahb b. Munabbih, au sujet de la parole d’Allah (Coran, VIII, 26) : « Souvenez-vous que lorsque vous étiez
» en petit nombre et considérés comme faibles sur la terre, vous
» craigniez d’être dépouillés par les gens », disait que les gens en question étaient ceux du Fārs et de l’empire byzantin ; au sujet de la parole divine (XLVII, 40) : « Il suscitera des gens autres que
» vous, qui ensuite ne vous ressembleront pas », il disait : « Ce sont
» les gens du Fārs ».

17Lorsque Ibn az-Zubayr détruisit le temple [de La Mecque], il dit : « Demandez, parmi les Arabes, quelqu’un qui le rebâtisse », mais l’on ne trouva personne. Alors Ibn az-Zubayr déclara : « Demandez secours aux gens du Fārs, car ils descendent d’A-
» braham, et le Temple ne sera élevé que par un descendant
» d’Abraham ».

18L’Envoyé d’Allah a dit : « Les gens les plus éloignés de l’Islam
» sont les Rūm ; mais, même s’il4 était attaché aux Pléiades, les
» gens du Fārs l’atteindraient » (c’est-à-dire : l’Islam).

19Le Prophète, parlant de Kisrā Anūširwān, déclara : « Malheur
» à sa mère ! que sa foi serait profonde s’il s’était fait musulman ! ».

20On rapporte qu’Ibn ‘Abbās, à propos de la parole d’Allah (Coran, XLVIII, 16) : « Vous serez appelés contre des gens doués d’une force terrible », a dit : « Ce sont les gens du Fārs ».

21Le Prophète a dit : « N’injuriez pas les gens du Fārs, car ils
» sont nos proches parents ». Il a dit aussi : « Allah trouve une
» milice parmi les gens du Fārs grâce auxquels II tire vengeance
» lorsqu’il est courroucé contre un peuple ».

  • 5 M. : (...)
  • 6 De Goeje avait lu par conjecture (...)
  • 7 M. :

22Lorsque Kisrā Anūširwān répartissait des biens, il donnait le pas à un habitant du Fârs sur deux Daylamites, cinq Turcs5, dix [197] Grecs, quinze Arabes, trente Indiens ; et cela parce que les gens du Fārs avaient le cœur le plus brave, les marches6 les plus puissantes, le royaume le plus considérable, la puissance la plus dangereuse, la raison la plus solide, l’organisation la mieux établie, le visage le plus riant, les réponses les plus véridiques7 et la langue la plus déliée.

23Abū 1-Baḫtarī a raconté ceci : Nous avons entendu dire qu’Isaac, fils d’Abraham, eut un fils connu sous le nom de Nafīs.

24De Nafīs sortirent des tribus8 du Fārs, entre autres celles9 d’Iṣṭaḫr, de Sābûr et d’Ardašīr.

  • 10 Le texte porte (...)

25Idrīs b. ‘Imrān disait : « Les gens d’Iṣṭaḫr sont les plus nobles
» des hommes par leurs propres mérites, ils sont rois ou fils de
» rois »10.

26Ardašīr a dit : « La terre se divise en 4 parties : l’une, la terre
» des Turcs s’étend de l’Inde occidentale à l’orient du pays des
» Rūm ; une autre, la terre du Magrib, s’étend de l’occident du
» pays des Rūm aux pays des Coptes et des Berbères ; une autre,
» qui est le pays des Noirs, s’étend de la terre des Berbères à l’Inde ;
» la quatrième, la terre qui porte le nom de Fārs, s’étend de l’Oxus
» (nahr Balḫ) aux confins11 de l’Āḏarbaydğān et de l’Arménie
» persane, jusqu’à l’Euphrate, puis la terre des Arabes jusqu’au
» ‘Umān, au Makrān, à Kābul et au Ṭuḫāristān. Cette portion
» constitua la meilleure partie des terres, tenant lieu de tête, de
» nombril, de bosse et de ventre. Quant à la tête, les souverains
» des diverses régions de la terre, depuis l’époque d’Īrağ b. Afrīḏūn,
» étaient soumis à nos rois12, les appelaient “rois de la terre”,
» leur apportaient des présents13 et les prenaient comme ar-
» bitres14. Quant au nombril, c’est que notre terre tient, par
» rapport15 aux autres, la place du nombril dans le corps, par
» l’étendue et la noblesse et les qualités réunies en nous16 : en
» effet, nous avons reçu l’art de l’équitation propre aux Turcs, la
» sagacité des Indiens, l’art des Grecs ; et, en tout cela, nous avons
» reçu plus qu’ils n’ont reçu17. Nous avons été préservés de
» stigmates dans nos couleurs18, de défauts dans nos formes,
» notre peau et notre système pileux, alors que les autres peuples
» ont été enlaidis19 par divers caractères bien connus : [198] cou-
» leur noire, cheveux très crépus ou très plats, petis yeux, barbe
» rare ; nous avons été dotés du juste milieu pour les qualités,
» les cheveux, le teint, les formes corporelles. Quant à la bosse,
» c’est que notre terre, en dépit de sa petitesse par rapport au reste
» des terres, offre plus d’avantages et une existence plus douce que
» tout ce qui est en dehors d’elle. Quant au ventre, c’est que toutes
» les terres la font profiter de leurs avantages en science, en finesse,
» en mets, en drogues20 et en aromates, de même que les aliments
» et les boissons sont conduits vers le ventre ».

27Le premier qui constitua le Fārs et en devint le souverain fut Ardašīr b. Bābak b. Sāsān, un des chefs des satrapies (mulūk aṭ-ṭawā’if). Il gouvernait Iṣṭaḫr ; il descendait d’un21 des enfants des anciens rois22. Se considérant comme l’héritier de leur pouvoir, il écrivit à ceux des rois du Fārs qui se trouvaient ses voisins, ainsi qu’à ceux des chefs des satrapies qui étaient éloignés, les informant de sa décision de prendre le pouvoir à raison de ce qu’il représentait quant au bon ordre [des affaires]23 des sujets et au maintien de la religion24. Parmi eux, les uns lui déclarèrent obéissance ; d’autres ne le firent pas et allèrent jusqu’à des entreprises contre lui ; d’autres se révoltèrent ouvertement, mais ils périrent de mâle mort25, et les affaires26 d’Ardasïr s’organisèrent.

28C’est lui qui conquit al-Ḥaḍr, située en face de Maskin : le roi du Sawàd s’y trouvait retranché ; les Arabes l’appelaient as-Sāṭirūn ; Ardašīr, le premier, établit des routes (sikak), coupa la queue des mulets de la poste et construisit dans le Fārs la ville de Ğūr dont l’emplacement était un désert ; Ardašīr, y passant, ordonna de la construire et la nomma Ardašīr Ḫurrah ; les Arabes la nommèrent Ğūr ; elle fut bâtie sur le modèle de Dārābğird, et un temple du feu y fut élevé. Ardašīr bâtit aussi Rām Ardašīr, Bahman Ardašīr Ḫurrah qui est Furāt al-Baṣra, Astārābāḏ qui est Karḫ Maysān et fait partie des districts27 du Tigre, Sūq al-Ahwāz, al-Ubulla et autres villes. Il régna 14 ans et 6 mois.

29De la ville de Sūq al-Ahwāz à celle d’Arrağān, la première qu’on trouve [199] de ce côté sur le territoire du Fārs, 31 parasanges. Arrağān est une des constructions de Qubāḏ b. Fïrûz : lorsqu’il reprit le pouvoir à son frère Ğāmāsf, il fit une expédition contre les Grecs et prit deux villes de la Mésopotamie28 ; sur son ordre, on construisit sur les confins du Fārs et d’al-Ahwāz une ville qu’il nomma Barqubāḏ (c’est elle qu’on nomme Arrağān)29, en fit un chef-lieu de kūra et y rattacha des districts pris sur les kūras de Rāmhurmuz, de Sābūr, d’Ardašīr Ḫurrah et d’Iṣbahān. Il bâtit aussi la ville de Ḥulwān, dans le voisinage des māhs ; il bâtit encore la ville dite Qubāḏ Ḫurrah ; il constitua une autre kūra sur le territoire de Maysān, la nomma Šāḏqubāḏ — c’est ce qu’on nomme Istān al-’Āl — et y établit quatre ṭassūğs (subdivisions) : l’un à Fīrūzsābūr (qui est al-Anbār)30, l’autre à Fādūrayā, l’autre à Qaṭrabbul, l’autre à Maskin, et de nombreux ṭassūğs. Il fit bâtir la ville de Šahrazūr et construisit, entre le Ğurğān et l’Irānšahr, une ville appelée Šahraqubāḏ.

30A Arrağān, se trouve un grand31 pont de pierre32 dont la longueur dépasse 300 coudées, sur le wādī Arrağān. Une des curiosités d’Arrağān est une grotte dans la montagne, d’où l’eau jaillit puis, s’altérant, se transforme en bitume blanc. A l’entrée de la grotte, a été adaptée une porte de fer qui est ouverte un seul jour par an, en présence des cheikhs et des gens de bien de la population ; puis un homme se déshabille, entre et y recueille, dans une bouteille, ce que renferme la grotte. La récolte totale de l’année atteint 100 miṯqāls environ, mais il est rare que ce chiffre soit dépassé ; ensuite on scelle la porte et on la cadenasse jusqu’à l’année suivante33, et on envoie cette [200] bouteille, scellée du sceau du juge et du gouverneur, au souverain. Cette substance possède la propriété suivante : pour toute fissure ou fracture d’un os, on en boit gros comme une lentille dans de l’eau et elle va immédiatement à l’endroit34 de la fracture ou de l’affaiblissement qu’elle répare et consolide.

31D’Arrağān à an-Nawbandağān, 26 parasanges. Entre ces deux villes se trouve le Ši’b Bawwān : on y voit des noyers, des oliviers et tous les arbres fruitiers qui croissent sur la roche. On a rapporté d’après al-Mubarrad qu’il lut au Ši’b Bawwān, sur un rocher, les vers suivants (ṭawīl) :

  • 35 On a adopté la leçon de Yāqūt (I, 195) : (...)
  • 36 M. : (...)

Lorsque l’homme affligé, du sommet d’une colline, contemple le Ši’b Bawwān, il échappe à sa tristesse.
Il est diverti35 par un vallon qui, au toucher, semble soie, par le cours continuel d’une eau fraîche et douce,
Et par les fruits parfumés des jardins plantureux, qu’il peut cueillir tant les branches sont à sa portée.
Aussi, par Allah ! ô vent du sud, porte au Ši’b Bawwān36 le salut d’un jeune homme amoureux.

32Et, en dessous37, l’inscription suivante (ḫafīf) :

Puissé-je savoir si ceux que nous laissâmes derrière nous, en Irak, se souviennent de nous ?
Ou bien peut-être que le temps s’est prolongé si bien que de ne plus nous voir pendant si longtemps ils nous ont oubliés.

  • 38 M. comme Yāqūt (I, 753) : (...)
  • 39 Cf. Coran, VII, 105 [H.M.].
  • 40 M. comme Yāqūt (I, 753) : (...)
  • 41 M. comme Yāqūt : (...)
  • 42 On a suivi la leçon de Yāqūt : (...)
  • 43 M. comme Yāqūt : (...)
  • 44 M. : aj. : (...)
  • 45 Textt : « veaux ou vaches ».
  • 46 M. comme Yāqūt : (...)

33Aḥmad b. aḍ-Ḍaḥḥāk at-Tikakī38 écrivit, à l’un de ses amis, cette description du Ši‘b Bawwān : « Je t’écris du Ši‘b Bawwān.
» Il a sur moi la haute main bien connue39, et une grâce resplen-
» dissante qui est célèbre, parce qu’il m’a fait don d’un spectacle
» qui défend contre les tristesses et qui fait passer40 les vicissitudes
» du temps ; il m’a laissé contempler41 les ruisseaux jamais taris
» d’une eau de source qui se répand, plus douce que les pleurs des
» amoureux rendus amers42 par le trouble de la séparation, plus
» fraîche que les lèvres43 des êtres aimés dans un baiser avide.
» On dirait un temps dont le flot miroitant s’est écoulé, [201] dont
» la vague répandue s’est éloignée, dont les bulles d’eau s’agitent,
» bulles qui se brisent à travers des jardins dont les fleurs jettent
» des regards aussi doux que ceux d’un jeune âne sauvage ; on
» dirait un roseau d’argent sur des feuilles d’or, et des colliers de
» perles parmi l’émeraude et le corail. On dirait un monument qui
» atteste la sagesse de son créateur, un signe qui montre la bien-
» veillance de son auteur ; à cela s’ajoutent un ombrage tempéré et
» vert sombre et des jardins touffus dans lesquels murmurent des
» rameaux chevelus et des branchages flexibles qui font honte
» aux corps sveltes44, aux tailles minces, quand ils s’inclinent,
» aux croupes alourdies par des robes, aux poignets délicats, aux
» torses juvéniles, aux yeux bien fendus, aux prunelles languis-
» santes, aux douces beautés45, aux houris superbes, aux vierges
» gracieuses. J’y ai donc passé une journée, m’attablant avec ton
» spectre, veillant plein du désir de toi ; j’ai bu en souvenir de
» toi46. Lorsque Allah m’aura fait la grâce de me maintenir en
» parfait état jusqu’à ce que j’arrive à Šīrāz, je te donnerai de mes
» nouvelles, pour t’informer, s’il plaît à Allah ».

34D’an-Nawbandağān à Šīrāz, 20 et quelques parasanges. Cette localité fait partie de la kūra d’Ardašīrḫurrah. Ses cantons sont les suivants : Ğūr, Mīmand, Ḫabr, aṣ-Ṣīmakān, al-Barğān, al-Kahrağān, al-Ḫawārūstān, Kīr, Kārazīn, Abzar, Samīrān, Tawwağ, Kurān, Sīnīz, Sīrāf, ar-Ruwayḥān, Kām Fīrūz.

35[202] De Sūq-al-Ahwāz à ad-Dawraq, par eau, 18 parasanges ; par voie de terre, 24 parasanges.

36La kūra de Sābūr a pour chef-lieu an-Nawbandağān, et pour cantons : al-Ḫašt, al-Kīmārağ, Kāzarūn, Ḫurrah, Bandarhamān, Dašt Bārīn, al-Hindīgān, ad-Darḫūnd, Tanbūk, al-Ḫūbaḏān, al-Maydān, Māhān, al-Ğunbaḏ, ar-Rāmğān, aš-Šāhīğān, Mūz, Dāḏīn, as-Sādūr, Ğannaḥān, as-Siyāh Maṣṣ, Anbūrān, Ḫummay-ğān-le-Bas, Ḫummayğān-le-Haut, Tīrmardān.

37La kūra d’Iṣṭaḫr a pour cantons : al-Bayḍā’, Bahrān, Aslān, Ayrağ, [203] Ḫabr Istahr, Kūrad, Abarquwayh, al-Būdanğān, al-Mayān Rūḏān, al-Kāsikān, al-Hazār.

38De Šīrāz à la ville de Fasā, 30 parasanges ; de Fasā, 18 parasanges jusqu’à Dārābğird dont les cantons sont Kurm, Ğahram, Nayrīz, al-Fastağān, al-Abğard, al-Andiyān, Ğuwaym et de nombreux autres.

39De Šīrāz à la ville de Ğūr, 20 parasanges ; de Ğūr à al-Bayḍā’ d’Iṣṭaḫr, 6 parasanges ; d’an-Nawbandağān à Šīrāz, 23 parasanges ; entre Šīrāz et Sābūr, 20 parasanges ; entre Šīrāz et Iṣṭaḫr, 12 parasanges.

40Les zumms47 des Kurdes dans le Fārs. — Au dire de l’auteur du Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik, ‘Abd Allāh48 b. Muḥammad b. Ḫurradāḏbih, les Kurdes occupent, dans le Fārs, quatre zumms : particulièrement le zumm d’al-Ḥusayn b. Ğīlawayh, nommé al-Bāzanğān, à 14 parasanges de Šīrāz ; le zumm d’Arğam b. Ḫawānğāh49, à 26 parasanges de Šīrāz ; le zumm d’al-Qāsim [204] b. Šahriyār, nommé al-Kūriyān, à 50 parasanges de Šīrāz ; le zumm d’al-Ḥusayn b. Ṣāliḥ, nommé as-Sūrān, à 7 parasanges de Šīrāz.

  • 50 L’auteur en énumère six. [H.M.].

41Le Fārs compte cinq50 kūras : Iṣṭahr, Sābūr, Ardašīr Ḫurrah, Dārābğird, Fasā et Arrağān, et 150 parasanges dans les deux sens.

42Le Fārs fut conquis de vive force par Abū Mūsā et ‘Uṯmān b. Abī l-’Āṣ. Abraham51, dit-on, était d’Iṣṭaḫr ; mais on dit aussi qu’il était d’un bourg appelé Abarquwayh.

  • 52 M. : (...)
  • 53 Dans le texte il faut ajouter (...)

43Le revenu foncier du Fârs est de 33 millions qui suffisent ou, dit-on, de 35 millions de dirhems. ‘Amr b. al-Layṯ, de son temps, y percevait un impôt foncier de 31 millions de dirhems ; il percevait sur les domaines 1952 millions, ce qui faisait, en tout, 50 millions de dirhems, dont il envoyait annuellement à l’État 15 millions53. An-Nāṣir y préleva, en l’an 278, un impôt de 60 millions de dirhems.

44Entre autres curiosités du Fārs, il y a, à Šīrāz, un arbre qui porte des pommes dont une moitié est extrêmement54 douce et l’autre extrêmement âpre ; de cette espèce, il n’y a, dans tout le Fārs, que ce seul arbre. Il y a aussi Sābūr où l’on trouve nombre d’onguents et d’excellents parfums, ce qui n’existe dans aucun autre pays ; en effet, les habitants prétendent unanimement que quiconque entre à Sābūr respire sans cesse d’agréables parfums sans défaut55. Il y a aussi Ğūr où est préparée56 l’eau de rose de Ğūr qui en est exportée dans tous [205] les pays. Les habitants sont les plus habiles de leur nation dans la fabrication des miroirs57, des coffrets à compartiments (mağma‘) et autres objets en fer.

  • 58 M. permet de compléter : (...)

45Au dire d’al-Aṣma’ī, il y a trois [latrines58] en ce monde : l’Oman, al-Ubulla, Sīrāf.

LE KIRMĀN

46Au dire d’Ibn al-Kalbī, le Kirmān doit son nom à Kirmān b. Falawğ, descendant de Lanṭā, fils de Japhet, fils de Noé.

47On dit qu’un des rois de Perse prit une troupe de philosophes, les mit en prison en déclarant qu’on ne leur laisserait passer59 que du pain, mais on leur donna à choisir un condiment pour tous les jours : ils choisirent le cédrat. Le roi ayant été informé de leur choix, ils dirent : « A l’extérieur, son écorce possède un parfum
» que nous respirerons ; à l’intérieur, c’est un fruit dont on tire parti ;
» quant à son acidité, elle donne un vinaigre utile et pur ; quant à
» son pépin, il est oléagineux et on l’utilise ». Le roi, désarmé, déclara : « c’est une troupe de sages ». Sur son ordre, ils furent cantonnés dans le Kirmān où l’eau ne jaillissait que d’une profondeur de 50 coudées : ces sages établirent un dispositif pour la faire apparaître à la surface du sol ; puis ils plantèrent des arbres, et tout le Kirmân devint boisé. Les habitants apprirent de ces sages l’art de l’ingénieur. Le roi les fit ensuite installer dans les montagnes : ils firent jaillir et apparaître l’eau à la surface du sol et sur les sommets des montagnes. Alors le roi donna ordre de les emprisonner : mais ils fabriquèrent [en prison]60 la pierre philosophale et déclarèrent : « Voilà [une science]61 dont nous ne donnerons
» connaissance à personne » ; ils en fabriquèrent en suffisance pour [le reste de leurs jours]62, brûlèrent leurs livres et c’en fut fait de la [science63] alchimique.

48Au dire d’un savant du Fārs, les rois persans percevaient, sur le Sawād, un impôt de 120 millions [de dirhems]64, plus 3 millions de redevances pour la table des rois. Ceux-ci percevaient, sur le Fārs, un impôt de 40 millions de dirhems. Sur le Kirmān, ils prélevaient un impôt de 60 millions, en raison de sa superficie étendue qui était de 180 parasanges sur 180 : toute la région [206] était prospère ; cette prospérité parvint au point que les canaux coulaient sur un parcours de cinq nuits. Le Kirmān était riche en arbres, en cours d’eau et en sources.

***

  • 65 M. offre la bonne leçon : (...)

49De Šīrāz à la ville aš-Šïrağān, chef-lieu du Kirmān, 64 parasanges. Le Kirmān compte 45 minbars petits et grands. Entre autres villes du Kirmān, il y a al-Qufṣ, al-Bāriz, al-Murāğ, al-Balūṣ, Ğīruft, qui est une des plus grandes du pays65, aš-Šīragān, Māhān, Bamm, Hurmūz et ar-Ribāṭ.

50Il y a, dans le Kirmān, une ville appelée Damindān ; c’est une ville grande et vaste où l’on trouve en grand nombre des mines d’or, d’argent, de fer, de cuivre, de sel ammoniac et de cuivre jaune. Son gisement66 est dans une montagne dite Dunbāwand qui est élevée et se dresse dans les airs à une hauteur de 3 parasanges ; elle est proche d’une ville nommée Ḫuwāš dont elle est séparée par 7 parasanges. La montagne contient une grande caverne d’où67 l’on entend un bourdonnement et un murmure semblable à celui de l’eau et d’où s’élève une vapeur semblable à de la fumée ; cette vapeur se colle autour de la caverne et de la montagne, si bien que, lorsqu’elle s’est épaissie68 et augmentée, les gens de cette ville viennent l’arracher au commencement de chaque mois69. Le gouvernement y a préposé quelques agents, de sorte que, [207] lorsqu’on procède à la récolte70, il en prend le cinquième ; le reste est exporté en divers pays71.

***

51Il y a, dans le Kirmān, une ville nommé Ḫābīṣ, à l’intérieur de laquelle il ne pleut jamais, alors même qu’il pleut à l’extérieur, au point qu’un homme qui étend le bras hors des murs de la ville vers l’extérieur a le bras mouillé, tandis qu’il ne tombe pas une seule goutte dans la ville.

  • 72 Le désir d’abréger conduit parfois à des confusions ; dans (...)

52Il y a aussi un bois incombustible qui sort intact du feu. Des Chrétiens ont conté des histoires au sujet de ce bois en prétendant que c’est celui sur lequel fut crucifié le Messie.* Peu s’en fallut que la communauté des Chrétiens ne fût abusée, mais un théologien s’avisa de leur présenter un morceau de bois du Kirmān qui se révéla capable de mieux supporter le feu que celui dont était faite sa croix72.

53Al-Ma’mūn a dit : « Si, ayant pris de la mousse verte qu’on laisse sécher à l’ombre, on la jette ensuite au feu, elle ne brûle pas ». Le samandal est un oiseau dont les plumes ne brûlent pas lorsqu’il se met au feu.

  • 73 M. est plus explicite : (...)

54Voici ce que prétend le sage Ṭamyat dans un livre consacré aux animaux. Il y a, en Orient, dans une ville nommée Ville du Soleil, un oiseau dit banğas (phénix), qui n’a ni femelle ni analogue dans ses mœurs ; les habitants de cette ville adorent le soleil et appellent leur cité : Aġfaṭūs. Cet oiseau, en volant, rassemble avec son bec des morceaux de bois de cannelle (dārṣinī), puis agite sur eux les ailes si bien qu’il fait sortir de ces morceaux de bois un feu qui les consume et les réduit en cendres ; alors naît de cette cendre un ver qui, sans cesse, croît et grossit, et finit par se transformer en oiseau, comme devant, et cela tous les73 500 ans. Il y a, au Khorassan, un ravin dans une montagne : un feu inextinguible y est allumé, et il en sort des rats qui, lorsqu’ils voient un homme, s’enfoncent dans le feu et ne sont point brûlés.

55[208] Du Kirmān au Siğistān, 13074 parasanges. Le Siğistān a pour villes principales : Zāliq, Karkūyah, Haysūm, Zaranğ, qui en est la capitale, Bust, Bāštarūḏ, al-Qarnīn où l’on voit les ruines de l’écurie de Rustam75. De son fleuve, le Hindmīḏ, les habitants du pays disent qu’il s’y jette mille cours d’eau sans qu’il en paraisse grossi, et qu’il donne naissance76 à mille cours d’eau sans qu’il en paraisse diminué.

  • 77 Le texte de M. est un peu différent ; il ajoute surtout :

56Les gens du Siğistān ont stipulé qu’on ne tuerait ni ne chasserait les hérissons ; c’est parce que les vipères y sont nombreuses ; aussi y a-t-il peu de maisons sans un hérisson qui joue le même rôle que nos chats77, et cela à cause de l’abondance des vipères ; le hérisson joue aussi le rôle de l’ichneumon employé en Égypte contre le pullulement des serpents.

57Du Siğistān font partie ar-Ruḫḫağ et le pays d’ad-Dāwar, royaume de Rustam le dur dont l’investiture lui fut donnée par Kayqāwus.

58De la capitale du Siğistān à la ville de Harāt, 80 parasanges ; de Šïrāz à Nīsābūr, 12078 parasanges ; de Šīrāz à Dārābğird, 47 parasanges ; d’Iṣṭaḫr à aš-Šīrağān, capitale du Kirmān, 59 parasanges ; d’as-Surmaqān où finit le territoire du Fārs, à aš-Šīrağān, 16 parasanges ; de Ğīruft à Bamm, 20 parasanges ; de Ğīruft au commencement du territoire de Mukrān, 41 parasanges ; du commencement du territoire de Mukrān à Manṣūra du Sind, 358 parasanges ; de Zaranğ, capitale du Siğistān, à al-Mūltān, deux mois de voyage.

[209] LE ĞABAL (Médie)

59Cette contrée est appelée Bilād al-Bahlawiyyīn79 (Pahlavis). Elle comprend Hamaḏān, Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq (ou Say-mara), Qumm, le Māh de Baṣra, le Māh de Kūfa, Qirmāsīn, ainsi que les pays suivants, qui sont rattachés à la Médie sans en faire partie : ar-Rayy, Ispahan, Qūmis, le Ṭabaristān, le Ğurğān, le Siğistān, le Kirmān, Qazwīn, le Daylam, le Babr et le Ṭaylasān.

Qirmāsīn (Kirmānšāh)

  • 80 Il en cite quatorze [H.M.].

60Au dire d’Abū 1-Munḏir Hišam b. as-Sā’ib al-Kalbī, lorsque Qutayba b. Muslim eut vaincu Fayrūz b. Kisrā Yazdağird, il fit prisonnière la fille de celui-ci, Šāhfirind, lors de la conquête du Khorassan ; elle avait avec elle un coffret. Il envoya la captive à al-Ḥağğāğ b. Yūsuf qui l’amena à al-Walīd b. ‘Abd al-Malik à qui elle donna Yazīd an-Nāqiṣ. Ḥağğāğ, ayant ouvert le coffret, y trouva un écrit persan ; il manda Zādān Farrūḫ b. Pīrī de Kaskar qui le traduisit. En voici le contenu : « Au nom du dieu créateur,
» Qubāḏ b. Fayrūz a examiné (mayyaza) son pays ; il a estimé les
» eaux et les terres afin de construire, pour lui-même, une cité
» où il s’installerait. Or il a trouvé les plus salubres régions de
» son pays, après avoir commencé par l’Irak qui est le nombril
» de l’univers, en 1380 endroits qui sont : al-Madā’in, as-Sūs,
» Ğunday Sābūr, Tustar, Sābūr, Ispahan, ar-Rayy, Balḫ, Samar-
» qand, Bāward, une vallée à Nihāwand qui s’appelle Rūḏarāwar,
» Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq et Tall Māstar.

  • 81 Il en cite sept [H.M.].
  • 82 M. : manque.
  • 83 M. : (...)
  • 84 Il en cite douze (H.M.).
  • 85 M. : (...)
  • 86 Le passage entre parenthèses est une interpolation [H.M.].

61« Il a trouvé les régions les plus froides de son pays en six81
» endroits : Qālīqalā, Ardabīl, [210] Hamaḏān, Qazwīn, Ğuwāniq
» vallée de Nihāwand, Hawārizm et Merv. Il a trouvé les plus
» pestilentielles régions de son pays en six endroits : al-Bandanīğān,
» Baṭn Māstar ( = Sābūr Ḫuwašt), Ğurğān, al-Ḫuwar, une vallée à
» ar-Rayy82, Barḏa‘a et Zanğān. Il a trouvé les régions de son pays
» les plus éprouvées par la sécheresse en huit endroits : Maysān,
» Dast-i Maysān, al-Kaltāniyya, Bādurāyā, Bākusāyā, Māsabaḏān,
» ar-Rayy, Ispahan. Il a trouvé les gens les plus avares de son pays
» dans neuf endroits : Khorassan, Ispahan, Ardabīl, Māsabaḏān,
» Bādurāyā, Bākusāyā, Iṣṭaḫr, Šīrāz, Fasā. Il a trouvé les plus
» fertiles régions de son pays en dix endroits : Arménie, Āḏarbayğān,
» Ğūr, Makrān, Kirmān, Dastabā, Māh de Kūfa, Māh de Baṣra,
» Arrağān, Dawraq. Il a trouvé les plus parfaites83 régions de son
» pays en dix endroits : al-Ḥīra, al-Madā’in, Kalwāḏā, Sābūr, Iṣṭaḫr,
» Ğannābā, ar-Rayy, Ispahan, Qumm, Našawa. Il a trouvé les
» gens les plus sensés de son pays en sept endroits : ‘Ukbara, Qa-
» ṭrabbul, ‘Aqarqūf, ar-Rayy, Ispahan, Māsabaḏān, Mihrağān-
» qaḏaq. Il a trouvé les gens les plus sagaces de son pays en six en-
» droits : Iskāf-le-Haut, Iskāf-le-Bas, Niffar, Simmar, Kaskar, ‘Ab-
» dasī. Il a trouvé les gens les plus envieux de son pays en cinq
» endroits : Ğargarāyā, Ḥulwān, Saḥārān, Māsabaḏān, Hamaḏān. Il
» a trouvé les gens les plus habiles aux armes de son pays en quatre
» endroits : Hamaḏān, Ḥulwān, Ispahan, Šahrazūr. Il a trouvé
» les eaux les plus légères de son pays en dix endroits : celles du
» Tigre, de l’Euphrate, de Ğunday Sābūr, [211] du Māsabaḏān,
» de Balḫ, de Samarqand, de Qazwīn, du Sūrā (une source à
» Qarmāsīn), de Ḏāt al-Maṭāmīr, de Fanğābā (village du Māsa-
» baḏān où il neige). Il a trouvé les gens les plus trompeurs de son
» pays en onze endroits84 : Khorassan, Ispahan, ar-Rayy, Hama-
» ḏān, Arménie, Āḏarbayğān, Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq, Tustar,
» al-Maḏār, Artawā, Asrā85. Il a trouvé les meilleurs fruits de
» son pays en sept endroits : al-Madā’in, Sābūr, Arrağān, ar-Rayy,
» Nihāwand, Māsabaḏān, Ḥulwān du Ğabal. Il a trouvé les gens
» les plus imprévoyants de son pays en huit endroits : al-Bandanī-
» ğān, Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq, Ardašīr Ḫurrah, Rāmhurmuz,
» Arménie, Āḏarbayğān, Baḥrūf (village des environs de Qumm
» d’où sortirent 4 000 hommes accompagnés chacun d’un valet,
» d’un palefrenier, d’un boulanger et d’un cuisinier pour combattre
» les Arabes ; ils furent tués jusqu’au dernier à al-Isfīḏahān, et il
» n’en revint qu’un seul)86. Il trouva les gens les plus vils de son
» pays en six endroits : al-Bandanīğān, Bādurāyā, Bākusāyā, Ba-
» handif, Qahqūr vallée du Māsabaḏān, Ğarūd vallée de Nihāwand.
» Or il ne trouva, entre al-Madā’in et l’Oxus (nahr Balḫ), aucune
» région située sur la route royale qui fût plus salubre, possédât
» une eau plus douce et un air plus agréable que de Qirmāsīn
» jusqu’à la côte de Hamaḏān. Il créa donc Qirmāsīn et bâtit, à
» son propre usage, un pavillon soutenu par mille pieds de vigne ». Qirmāsīn est un mot qui, en persan, signifie Kirmānšāh ; les rois de Perse firent des constructions d’al-Madā’in aux hauteurs de Hamaḏān et Qaṣr-i Šīrīn.

  • 87 Il semble qu’il faille lire : (...)

62[212] Ensuite, Qubād ayant fait émigrer les nobles du Fārs et du Khorassan, gens distingués, aux belles manières, bien élevés et bons cavaliers, les installa des deux côtés du Tigre ; il établit à an-Nahrawānāt ceux qui leur étaient inférieurs en noblesse ; il établit les artisans à Baṭn Ğūḫā, les tisserands à Sūs et Tustar, les barbiers à Bādurāyā et Bākusāyā, les commerçants à al-Ahwāz, les médecins à as-Sīrawān, bourg du Māsabaḏān. Puis, lorsque Qubāḏ eut fait l’estimation de son pays, reconnu la population des diverses régions, mesuré la superficie, reconnu les limites, compté les parasanges, il préféra s’établir à al-Madā’in, près du pays des Rūm dont al-Anbār faisait partie ; ensuite il pressa la construction d’al-Madā’in. Or, chaque fois qu’il s’élevait quelque chose du mur du palais, un coup de vent le faisait tomber. Qubāḏ envoya donc un messager à Balīnās, le magicien grec qui était chargé d’ans, et lui ordonna de munir de talismans les lieux à calamités de son pays ; il lui dit de commencer par al-Madà’in et lui promit, pour chaque talisman, 4 000 dirhems. Balīnās lui prépara donc un grand talisman pour le palais et onze talismans pour son pourtour. Le grand talisman était contre le vent qui démolissait le mur ; il se calma, et la construction fut terminée. Il y avait un talisman contre les scorpions qui y diminuèrent ; il y en avait d’autres contre la fièvre qui s’en trouva réduite, contre les gros scorpions (ğarrāra) qui devinrent rares, contre les lions qui se raréfièrent, contre la fièvre quarte, contre les puces ; il y en avait un qui était destiné à maintenir la concorde entre les gens du pays, qu’ils fussent présents ou absents, tant que durerait l’empire ; il y en avait un autre en vue de l’obéissance des sujets à leurs rois, durant leur vie ; un autre pour que les souverains étrangers87 redoutassent ceux de l’Irak. Il n’y avait aucun de ces talismans qui n’eût à sa droite un trésor éloigné de 40 coudées, de même qu’à sa gauche, devant et derrière.

63Aucun édifice de plâtre et de brique cuite, a-t-on dit, ne fut plus beau que le palais (īwān) de Kisrā à al-Madā’in. Al-Buḥturī a dit (ḫafif) :

Le palais semble, par son art merveilleux, un bouclier à côté d’une haute montagne.
Il s’élève fièrement et, à son sommet, se dressent des créneaux, élevés sur les sommets du Radwa et du Quds.
On ne sait s’il fut l’œuvre des hommes pour les génies qui l’habitèrent, ou l’œuvre des génies pour les hommes.

64[213] Ibn al-Hāğib m’a récité ces vers de sa composition sur le palais de Kisrā (kāmil) :

Si le sort m’a trahi, qui donc n’est pas en proie à la trahison du temps ?
Il a perdu ‘Ād et anéanti Tubba’ ; il a pesé de tout son poitrail sur an-Nu’mān ;
Il a fait cesser l’empire des Perses après qu’il avait été immuable ; il a fondu sur leur Kisrā Anūširwān ;
Leurs monuments te renseignent sur leur histoire, textuellement ; ce qui est dérobé aux regards ne vaut pas ce qu’on voit de ses propres yeux.
Tes oreilles entendirent-elles une histoire semblable à la leur ? Tes yeux contemplèrent-ils quelque chose de semblable à l’Iwān ?
Un palais qui, par la beauté de sa construction, rendrait presque la vue aux aveugles.
On dirait, au milieu de chaque nuit sombre, un feu allumé pour les moines en adoration.
Ou bien des jeunes gens qui, ayant bu, ont senti que le vin mettait en eux le signe précurseur de l’ivresse,
Ont mis les mains à leurs tailles et ont élevé, sur leurs têtes, les diadèmes de corail
Alignés comme les étoiles de l’Ourse, tout en haut du palais altier et solidement construit.
On dirait deux camps, pour toute bataille desquels des fantassins se tiennent devant les positions des cavaliers,
Et deux armées telles que, si elles en viennent aux mains, il ne restera pas deux hommes, des deux groupes qu’elles forment ;
N’était que je désespère de les voir bouger, je croirais qu’elles vont se combattre.

65Au dire d’Abū 1-Munḏir, les talismans de l’Īrān-Šahr sont visibles ; auprès de chacun d’eux, à une distance de 40 coudées, se trouvent signal, roc ou statue.

  • 88 La lecture n’est pas sûre. On a lu (...)
  • 89 Deux mots ont embarrassé De Goeje : (...)
  • 90 On a suivi M. : (...)
  • 91 A l’expression du texte : (...)
  • 92 On a suivi M. : (...)
  • 93 M. : (...)

66Ensuite Balīnās fut envoyé par Qubāḏ vers la région du Ğabal. Parvenu à Ṭarāristān, il établit devant le pont un talisman contre la noyade, dont la population fut ainsi préservée, un autre derrière le pont dont la construction fut ainsi terminée, un troisième à droite du pont, de sorte que l’eau qui le couvrait s’écoula, un autre à gauche du pont, de sorte qu’il se trouva protégé contre les arbres [qui pouvaient l’obstruer]88. Il établit à al-Bandanīğān un talisman contre la noyade dont on fut ainsi préservé ; il en établit un autre [214] contre une source de bitume qui tarit89, sans quoi personne n’aurait pu boire l’eau qui se trouvait là90 ; il en établit un autre au-dessus, à une parasange, à la source de naphte, de sorte que ce dernier s’écoula dans une autre direction91, sans quoi il aurait corrompu l’eau de la localité ; il établit, à gauche d’al-Bandanīğān, un talisman contre les frelons et [un autre contre] les mouches92 dont on fut délivré ; et il y avait là mouches93 et frelons plus que dans la plupart des pays d’Allah.

  • 94 M. :

67Il établit au Māsabaḏān, dans un village nommé Tarmān, [un talisman contre] une source chaude (ḥamma)94 dont les gens croyaient que le feu qui y brûlait faisait effet en hiver mais non en été. La source de Tarmān dérivait de celle de Māh al-Kūfa.

68Voici l’une des curiosités de Qirmāsīn. Le vent n’y soufflait pas en été, pendant la nuit95 ; alors Qubāḏ commanda à Balīnās un talisman qu’il fabriqua ; et le vent fut contraint de souffler à Qirmāsīn après le coucher du soleil.

69Près de cette ville, se trouve un bourg appelé Kurkān où se tient annuellement une foire. Or, chaque année, nombre de gens mouraient par suite de l’abondance des scorpions. Balīnās fit un talisman, et aucun scorpion ne circula plus, dans ce bourg, sans mourir. Quiconque y prend de la terre dans la nuit de la Nativité et en enduit sa demeure ou sa chambre, se trouve à l’abri des scorpions jusqu’au même moment de l’année suivante.

  • 96 M. : Qaṭṭūs.
  • 97 M. : manque (...)

70Histoire de Šabdīz. — Une des merveilles de Qirmāsīn — et l’une des merveilles du monde — est la sculpture de Šabdīz, œuvre de Faṭṭûs96 fils de Sinimmār ar-Rumī, le constructeur du château d’al-Ḫawarnaq à Kūfa. Voici la cause de cette représentation figurée : Šabdīz était un cheval des plus vifs, des plus grands, des plus robustes, des plus endurants pour une course prolongée ; il avait été donné, tout dressé, au roi Parviz (Abarwīz) par le roi de l’Inde. Il n’urinait ni ne [215] se soulageait tant qu’il était sellé et bridé ; il ne reniflait ni n’écumait. Son sabot avait plus97 de six empans de tour. Lorsqu’il mourut, le roi ordonna à Faṭṭūs de représenter son image. Quand ce travail fut achevé, le roi vint le voir et, l’ayant considéré, versa des larmes, en disant au cours d’un long discours : « Avec quelle force cette effigie nous annonce notre
» propre mort ! elle nous rappelle à quel anéantissement nous
» allons ».

71Une des particularités de cette sculpture est qu’on n’en a jamais vu de pareille. J’ai entendu des hommes de science et de savoir déclarer que Šabdīz n’était pas l’œuvre des créatures humaines. Un docteur m’a dit : « Si deux hommes partaient, l’un
» de l’extrême-Fargāna, l’autre de l’extrême-Sūs, pour venir
» contempler Šabdīz, ils ne seraient pas répréhensibles ».

72C’est effectivement la plus merveilleuse sculpture qui soit en ce monde : en effet, à l’endroit où il fallait du rouge, il y avait [de la pierre] rouge ; à l’endroit où il fallait un ton cendré, il y avait [de la pierre] cendrée ; à l’endroit où il fallait du noir, il y avait du noir ; à l’endroit où il fallait du blanc, il y avait du blanc. La montagne était, par elle-même, d’un ton cendré. Gloire à Allah, le meilleur des créateurs ! Abū ‘Alī Muḥammad b. Hārūn b. Ziyād, qui était un savant philosophe, m’a dit, alors que nous discutions au sujet de Šabdīz et que nous étions arrivés à cette question [des couleurs] : « Il est impossible qu’un seul rocher ait toutes
» ces teintes ; l’artiste, ayant terminé la sculpture, y a appliqué
» du vernis chinois ».

73Abū Muḥammad al-‘Abdī a récité ces vers de sa composition (sarī‘) :

Le contemplateur, l’observateur dont l’œil a considéré l’image de Šabdīz,
Et qui a médité sur ce monde et ses monuments, à propos d’Abarwīz, monarque du monde,
Est convaincu que le sort ne tarde pas à unir étroitement ce qui est solide et ce qui ne l’est pas.
Est-ce qu’après Kisrā, il a établi, en compensation de sa puissance, une effigie symbolique ?
Envieras-tu à tes voisins une existence troublée qu’ils subissent péniblement parce qu’elle est aigre-douce ?
Renonce à ce bas-monde, car il ne vaut rien pour l’homme de cœur et de discernement.
Heur et malheur alternent en ce bas-monde, de sorte que le puissant ressemble à l’opprimé.

74[216] On a récité ces vers d’Aḥmad b. Muḥammad (ṭawil) :

A Wastan (Ṭāq-i Bustān) se trouve un arc qui n’a pas son pareil sur la terre, et qui contient des images de pierre solide ;
On y voit Parviz entouré des satrapes, Šīrīn qui leur donne à boire et un vieillard qui murmure [une prière] ;
Et Bahrām Ğūr, et les roitelets sont là ; et Šarwīn, assis parmi eux, est enturbanné ;
Et Ḫurrīn qui s’est élancé et qui, de sa flèche, fait signe à une jeune beauté qui ne parle pas ;
Et leur mūbaḏ représenté sur l’arc à titre d’enseignement ; et leur hirbed qui juge dans son ignorance et son injustice ;
Et un homme barbu qui, debout, prend de l’eau au fleuve pour la partager équitablement entre eux ;
Et des troupeaux de buffles pressés par les chiens, et un coursier monté par le satrape respecté.
On y représenta toutes sortes de fauves et de volatiles, ainsi que le phénix (‘anqā’), Allah le sait !
Et des lions, des troupeaux de bœufs, des ovins, des caprins, et des poissons de mer qui nagent parmi les navires,
Et ce qui rampe — fourmis petites et moyennes, scorpions — et un éléphant avec un cornac qui l’excite,
Et des perdrix, des francolins, des gazelles, des lièvres ; et un faucon, un sacre chassant et un vautour,
Et une école enfantine, et l’éducation d’adolescents, et un vieillard indigent qu’on dit professeur.
Fattûs s’est représenté lui-même sur l’arc, muni de deux ailes d’oiseau, mais ne volant pas.
Donc gloire à un maître qui, imposant sa volonté à la pierre dure, y a représenté toutes choses à son gré.
Le Grec a réalisé une merveille ; Arabes et non-Arabes ont reconnu son habileté.

75Et l’on a récité ces vers (ḫafῑf) :

Šabdīz faillit hennir lorsque sa figure fut teinte de safran.
Il semble que le héros Kisrā, Šīrīn et le vieillard, chef des mūbaḏs
Soient, grâce au vernis répandu tout exprès sur eux, revêtus de robes de pourpre.

76[217] A Qirmāsīn, se trouve la terrasse (dukkān) où se réunirent les monarques de la terre : le Fagfūr de Chine, le Ḫāqān des Turcs, le Dāhir de l’Inde, le Qayṣar des Rūm et Kisrā Abarwīz. c’est une terrasse carrée, pavée de pierres arrangées symétriquement et cloutées de fer, de sorte qu’on n’y remarque aucun interstice entre deux pierres et qu’en la voyant on la croit d’un seul morceau.

77A ce sujet, voici des vers d’Ahmad b. Muḥammad (basīṭ) :

Entre le pont et la terrasse se trouvent des édifices qui surpassent tout monument et toute construction.
C’est une terrasse de rochers sur une colline qu’on a bâtie ; or on ne sait si on l’a construite pour un génie ou pour un homme,
Car elle est faite d’un rocher poli, façonné, à l’aspect étrange et multicolore.
On l’a taillé, puis on l’a posé sur des piliers et arrangé symétriquement, de sorte qu’il n’est pas caché aux destructeurs.
On dit que les monarques de l’univers s’y réunirent, auprès d’Abarwīz b. Sāsān.

78A Qaṣr al-Luṣūṣ, il y a un édifice extraordinaire et des colonnes solides.

Hamaḏān

79Au dire d’al-Kalbī, Hamaḏān tire son nom de Hamaḏān b. al-Fallawğ b. Sām b. Nūḥ. Hamaḏān et Iṣbahān étaient deux frères dont l’un bâtit98 Hamaḏān et l’autre Ispahan.

80Un Persan m’a raconté que [le nom de] Hamaḏān est un anagramme99 : en effet c’était Nādimah, c’est-à-dire « Bien-
» Aimée ». On a rapporté ces paroles de Šu’ba : « Les Ğibāl sont
» une armée dont Hamaḏān forme le gros ; la ville possède l’eau
» la plus limpide et l’air le plus sain ».

  • 100 M. comme Yāqūt (IV, 981) : (...)
  • 101 M. ajoute (...)

81Au dire de Rabī‘a b. ‘Uṯmān, Hamaḏān fut prise en ğumā-dā 1er [24], six mois après le meurtre de ‘Uraar b. al-Ḫaṭṭāb ; elle eut pour [premier] émir100 al-Muġīra b. Šu’ba en l’an 24 de l’hégire. D’après une autre information, al-Mugīra [218] b. Šu’ba, alors préfet de ‘Umar à Kūfa, envoya à Hamaḏān Ğarīr b. ‘Abd Allāh al-Bağalī, en l’an 23 après la destitution de ‘Ammār b. Yāsir101. Les habitants combattirent Ğarīr, qui reçut une flèche dans l’œil ; il déclara alors : « Je la porte au compte d’Allah qui, après en
» avoir paré mon visage et m’avoir éclairé selon Sa volonté, m’en
» a privé pour Sa bonne cause ».

82Il prit ensuite Hamaḏān par capitulation (ṣulḥ), de la même manière que Nihāwand, et cela à la fin de l’année 23, mais il en conquit le territoire qu’il occupa de vive force.

83Au dire d’un des savants de Perse, Hamaḏān était la plus grande ville du Ğabal et occupait quatre parasanges sur quatre. Nabuchodonosor, dit-on, lorsqu’il fit ses conquêtes, dévasta Jérusalem et se dirigea vers Bābil, envoya à Hamaḏān un général nommé Suqlāb à la tête de 500 000 hommes ; celui-ci assiégea la ville et demeura102 là, guerroyant contre les habitants, mais sans résultat. Voyant qu’il n’avait aucun moyen de s’en emparer, il se décida à battre en retraite et écrivit à Nabuchodonosor : « Je me
» suis rendu à103 une ville bien fortifiée, très peuplée, possédant un
» vaste territoire, dans une forte position et bien approvisionnée
» par des cours d’eau104 ; j’ai désiré ardemment la prendre, mais
» je n’ai rien pu contre elle ; mes hommes sont fatigués de rester là,
» et leurs approvisionnements sont insuffisants ». Lorsque la lettre parvint à Nabuchodonosor, il répondit : « J’ai pris connaissance
» de ta lettre et de ce que tu y décris de la situation de la ville. Je
» suis d’avis que tu me dessines la ville avec ses montagnes, ses
» sources, ses routes, ses bourgs et l’endroit où ses eaux jaillissent ;
» tu me transmettras le plan, afin que je t’envoie mes ordres à ce
» sujet, s’il plaît à Dieu ».

84Le général, ayant reçu la lettre de Nabuchodonosor, se conforma à ses ordres et lui envoya le plan demandé. Lorsqu’il fut arrivé105, Nabuchodonosor réunit les sages et leur dit d’inventer un stratagème pour prendre la ville106. L’avis unanime fut le suivant : endiguer les sources toute une année, puis ouvrir les digues et laisser les eaux descendre dans la ville, de façon à la submerger. Alors Nabuchodonosor écrivit en ce sens à Ṣuqlāb, qui agit ; lorsque l’année fut presque révolue, il lâcha les eaux et les envoya vers la ville107 dont la majeure partie fut submergée ; il y pénétra alors, y fit grand carnage108 et s’y installa. Mais la peste109 tomba sur lui-même et ses compagnons, et la plupart de ceux qui étaient avec lui moururent, [219] de sorte qu’il n’en resta avec lui qu’un petit nombre. Les morts furent enterrés dans des bassins faits de terre cuite, et l’on peut encore voir leurs tombes aujourd’hui, dans les rues et les quartiers de la ville.

85Hamaḏān resta en ruine jusqu’à l’époque de la guerre qui eut lieu entre Darius (Dārā, fils de Dārā) et Alexandre. Darius, songeant à combattre Alexandre, consulta ses compagnons qui lui conseillèrent de mettre ses richesses et ses trésors en sûreté dans des montagnes situées derrière le territoire des deux Māhs et semblables à une digue. « Là, dirent-ils, sont les ruines d’une grande110
» ville qui a été détruite111 et dont les habitants ont disparu. On
» la nomme Hamaḏān. Il paraît sage que le roi envoie des gens
» vers ce lieu et ordonne la [re] construction de la ville au milieu
» de laquelle on bâtira un château pour les femmes, la maison et les
» trésors du roi ; autour de ce château, l’on construira des demeures
» pour les familles des généraux, des courtisans et des satrapes ;
» ensuite le roi confiera la garde de la ville à 12 000 hommes qui la
» protégeront et la défendront contre toute attaque ». Le roi ordonna donc de [re] construire Hamaḏān et de bâtir, en son milieu, un grand château à trois façades qui la dominerait, château qu’il nomma Sārūq ; on pressa les ouvriers d’achever rapidement les travaux ; on pratiqua dans ce château 300112 cachettes pour les trésors et les richesses du roi ; on mit en place huit portes de fer à deux battants, chaque battant113 ayant 12 coudées de hauteur ; ensuite le roi transporta dans la ville ses biens, ses trésors et sa famille, qui y furent installés114 ; il logea ses favorites dans le château nommé Sārūq ; il mit ses biens et ses trésors en sûreté dans ces cachettes, et il confia la garde de la ville à 12 000 hommes.

  • 115 Dans le texte, le corbeau ne répond pas à la question. M. : (...)

86D’aucuns ont raconté que Hamaḏān est la plus ancienne ville du Ğabal et que Salomon, fils de David, le prophète, passant auprès d’une de ses voûtes qui subsiste encore aujourd’hui, vit un corbeau qui s’y était posé ; or, d’après ce qu’on prétend, le corbeau vit 1 000 ans. Salomon lui dit : « Depuis combien de temps es-tu
» là ? »115. — Et le corbeau répondit : « Mon père m’a appris,
» d’après mon grand-père, qu’il était venu à cet endroit, alors que
» la voûte était déjà bâtie ».

87Si, a-t-on dit, vous examinez [220] la terre de Hamaḏān employée dans les constructions, vous la trouvez mêlée de rouge, de blanc, de noir, etc., parce que Darius employa les habitants de diverses régions à la transporter pour bâtir la ville.

Traditions relatives à l’eau ; éloge de l’eau fraîche

88Au dire de Ğa‘far b. Muḥammad, il y a, à Arwand, une des sources du Paradis. Arwand est la montagne de Hamaḏān. On dit que la source jaillissant au sommet de la montagne est celle qui passe pour être une des sources du Paradis. c’est que l’eau en jaillit à une époque déterminée de l’année, sortant d’une fissure d’un rocher : elle est savoureuse, douce, très froide, légère au point qu’on peut en boire, en vingt-quatre heures, une centaine de raṭls, sans en être rassasié ; en boire beaucoup ne nuit pas, mais, au contraire fait du bien. Ensuite cette eau cesse de jaillir, lorsque l’époque a passé, jusqu’à l’année suivante.

89On a cité ces vers de Muḥammad b. Baššār, décrivant la douceur et la saveur de l’eau d’Arwand ; ils sont extraits d’une longue pièce (kāmil) :

Je dirai quelque jour : « Élève-toi, va vers la droite, pour
» rejoindre d’autres nuées au-dessus de Hamaḏān,
« Pays dont le sol porte la plante qui donne le safran et où
» l’on boit du miel mélangé à l’eau des sommets ».

90L’eau froide tonifie l’âme, fortifie le corps des hommes et des animaux, parce qu’elle leur est semblable et conforme116. Une de ses vertus, c’est que n’importe quelle boisson, qu’elle soit délicate, pure, savoureuse, douce, ne la remplace ni n’en dispense ; au contraire, elle s’améliore [221] si on la mouille d’eau froide et s’adoucit par son mélange avec elle, si bien qu’elle se répand dans les veines grâce à la subtilité de l’eau froide et qu’elle se glisse dans les articulations grâce à sa délicatesse, en y ajoutant sa propriété d’y étancher la soif et d’éteindre l’ardeur du feu des viscères. Sans elle, on ignorerait la supériorité du verger sur le jardin et il serait pareil à tout le reste. Les Arabes en ont fait un terme de comparaison. Al-Quṭāmī a dit (basīṭ) :

Elles émettent un propos qui touche le but, tout comme l’eau le fait pour celui que dévore la soif.

91Et un autre poète (ṭawīl) :

Les espoirs qui viennent de Su’dā sont aussi doux que si Su’dā désaltérait la soif avec de l’eau fraîche.

92Al-Muwaffaq bi-llāh, lorsqu’il partit dans la direction du Ğabal, fit emporter mille outres (ḫumaysiyya) d’eau du Tigre. Comme on lui avait parlé de l’eau de Hamaḏān, il en but à son arrivée dans cette ville ; l’ayant trouvée bonne, il renonça à l’eau du Tigre et se mit à boire de celle de Hamaḏān.

93Aš-Ša’bī étendit la main, alors qu’il se trouvait à la table de Qutayba b. Muslim, pour demander à boire ; le domestique préposé à la boisson, ne sachant s’il s’agissait de lait, d’hydromel, d’eau ou d’autre chose, lui dit : « Quelle boisson veux-tu ? ». — Aš-Ša’bī répondit : « La plus précieuse lorsqu’on l’a perdue et la plus
» accessible lorsqu’elle existe » ; et l’autre lui donna de l’eau.

94Abu l-’Atāhiya se trouvait chez un prince, lorsqu’une des personnes présentes, ayant bu de l’eau, déclara (mağzū’ ar-ramal) :

L’eau est froide et bonne.

95Et Abū l-’Atāhiya d’ajouter :

Quel excellent breuvage que l’eau !

96Allah dit, pour célébrer et glorifier l’eau (Coran, CII, 8) : « Alors vous serez interrogés au sujet des biens de ce monde » (c’est-à-dire de l’eau froide). Il dit encore (XXV, 55, XXXV, 13) : « c’est une eau douce et rafraîchissante », (XXIV, 44) : « Allah
» fit naître de l’eau tous les animaux » et (XXI, 31) : « Nous
» avons créé d’eau toute chose vivante ».

97On dit qu’il n’y a rien qui ne contienne de l’eau ou qui n’ait été touché par l’eau ou qui ne soit né de l’eau, et que la nutfa (sperme) [222] est appelée mā’ (eau) et que l’eau est appelée nutfa. Allah dit encore (L, 9) : « Nous faisons descendre du ciel une
» eau bienfaisante et, par elle, Nous faisons croître des plantes
» et des grains à moissonner ». D’autre part, une tradition contient ceci : Que celui qui est malade prenne un dirhem honnêtement gagné et achète du miel qu’il boira avec de l’eau de pluie : il guérira avec la permission d’Allah.

98‘Adī b. Zayd a dit (ramal) :

Si mon gosier était rempli par autre chose que de l’eau, je serais comme celui qui suffoque et j’appellerais l’eau à mon secours.

99Lorsqu’on s’efforça de donner à la femme une appellation de grâce, de pureté, de délicatesse, de blancheur, on la dit « fille de l’eau du ciel (bint mā’ as-samā’) » ; et [l’on connaît] al-Mundir b. Mā’ as-Samā’. On dit aussi : « Il a beauté et éclat (mā’) » ;
» Un Tel n’a pas d’eau sur le visage » [c’est-à-dire : n’a pas d’honneur] ; ou bien : « Mon visage est avec son eau » [= est intact d’honneur].

100Et le poète a dit (kāmil) :

L’eau de la pudeur coule sur ses joues.

101L’eau se boit pure ou mélangée ; tandis que les autres breuvages ne se boivent pas purs et ne sont salutaires que mélangés d’eau ; en outre, c’est elle qui purifie le corps et qui fait disparaître les malpropretés.

102Au dire du Prophète, rien ne souille l’eau ; de l’eau viennent la gelée blanche, la neige et la grêle ; à sa fraîcheur et sa douceur s’ajoutent la grâce de la blancheur, la beauté d’aspect, la place privilégiée qu’elle occupe dans notre âme.

103Un trait delà supériorité du Ğabal sur l’Irak, c’est que si vous demandez à un malade convalescent à Bagdad ou dans la région de Kûfa et de Baṣra ce qu’il désire, il vous dira : « Je désire boire de
» l’eau froide ou bien un morceau de neige ou de glace ».

104On a juré par l’eau. Ainsi le poète (sarī‘) :

Elle est courroucée ! Non, par Allah ! ô vous, gens de sa famille ! je ne boirai pas d’eau fraîche, à moins qu’elle ne s’apaise.
Parmi les eaux, il y a celle de Zamzam qui guérit les maladies.

105A Hamaḏān, il y a de nombreuses sources utiles contre les maladies graves, telles que la goutte, les vents chroniques et autres. Parmi ces sources salutaires, [223] figurent l’eau de la source d’Arwand, l’eau de Lūndān, la source de Dār Fīn, celle de Dār Nabhān, l’eau d’Āst, de ‘Abd Allāh Abāḏ, de Bazīn, de Sāmīr, etc.

106Les meilleures choses, a-t-on dit, sont l’air pur, l’eau douce, le pâturage verdoyant ; l’eau vivifie tout ; elle est un des quatre éléments qui sont : le feu, l’air, l’eau, la terre.

107La plus excellente des eaux, a-t-on dit, est l’eau de pluie recueillie dans un tissu propre ; ensuite l’eau qui tombe sur une montagne et s’amasse sur un rocher ; ensuite l’eau des grands neuves ; ensuite celle qui s’amasse dans les déserts, pourvu qu’elle ne contienne pas d’herbe ; ensuite celle des canaux souterrains (qanāt) ; ensuite celle des réservoirs profonds ; ensuite celle des sources et celle qui coule sur les rochers.

108Au dire de Tayādūs (Théodoret ?), l’eau donne à tout la vie et la mort ; elle est favorable et funeste à toutes choses. Or donc, lorsque cet auteur déclare que l’eau donne la vie à toute chose, c’est qu’elle fait vivre l’homme — et Allah n’a pas créé d’être à la nature plus noble — ainsi que les animaux, les plantes, les arbres et tous les aliments végétaux et autres ; c’est l’eau qui fait prospérer et fructifier tout cela ; mais l’eau est funeste à toutes choses quand elle manque ; et lorsque le même auteur déclare qu’elle détruit toutes choses, c’est qu’elle cause les noyades et que, si l’on en boit avec excès, cela occasionne des maladies ; de même que si l’on en use modérément, cela fait passer toute maladie.

109On a cité ces vers d’Abū Ṣāliḥ al-Ḥaḏḏā’, d’une de ses longues pièces par laquelle il écrit à son fils absent, pour lui rappeler la suavité de l’air de Hamaḏān, sa beauté et sa salubrité, pour lui dépeindre la douceur de son eau et lui inspirer le désir d’y revenir (sari’) :

  • 117 H. Massé a adopté la leçon (...)

Achemine-toi vers nous par un voyage grâce auquel les nuées se dissiperont pour nous qui sommes affligés.
La violence de nos jours s’est calmée et les jours du mois de tišrīn (octobre-novembre) se sont écoulés.
Et il est venu à nous, le mois [de ramaḏān] dans lequel ont été liés les démons astucieux.
Il est doux, pour les voyageurs, de cheminer, la nuit, sur la grande route de Rayy et de Qazwīn.
[224] Le temps, lorsqu’on en évalue les heures, semble une pièce de monnaie blanche et parfaite.
Et puis la fille de la vigne a réalisé le nombre de ses jours [dans la jarre enduite] de poix et d’argile.
Vierge qu’on a fait sortir de la jarre et qu’on demande en mariage, de l’intérieur des appartements des cabaretiers.
Ces gens que tu vois t’apparaissent comme des marchands de parfums dans leurs boutiques.
Les oiseaux ont soupiré auprès de leur nid, parés de toutes les couleurs.
Ils ont approché, descendant sur notre terre, précédés par la troupe des tourterelles.
Après que leur langue embarrassée les a rendus muets, ils ont modulé des accents impeccables.
Parmi eux, la tourterelle a chanté dans les airs ; alternativement, elle fait écho aux ramiers.
Quant aux colombes, qui appellent les pigeons à collier, elles sont aidées dans leur chant117 par les ramiers verts.
Elles pleurent de chagrin d’être séparées de leurs congénères, avec des larmes qui ne s’arrêtent pas.
Arwand a commencé de nous montrer, du pied de sa montagne, les aspects des beautés de la nature.
La figure de sa prospérité est ornée d’un éclat varié, le mieux du monde.
D’Arwand les sommets des collines ont laissé voir une verdure vive et fournie.
Et la perdrix, sur ses lisières, a suivi ses petits, par crainte des faucons.
Les vaches sauvages forment un troupeau, lorsqu’elles s’avancent par son défilé, comme des vierges aux grands yeux noirs.
Les brebis poussent devant elles leurs agneaux, avec peine, par crainte des loups.
L’onde se répand, parmi les saillies des rochers, sur la lavande et les basilics.
On en respire, dans le souffle du vent d’est, le parfum plus suave que l’arôme de la rose musquée.
Qu’Allah y fasse tomber une pluie abondante, grâce à laquelle les habitants de Rāyīn seront désaltérés !
Par l’excès de ma reconnaissance, puisqu’ils t’ont protégé [ô mon fils !], ils auront une récompense désintéressée.
[225] La récompense [qu’ont méritée] ceux qui protégèrent l’imam de la bonne direction, je veux dire ‘Alī, à la bataille de Ṣiffīn.
Le voici donc, mon poème, objet précieux ; je l’ai composé pour en faire une parure à ton honneur soigneusement préservé.
Voilà des paroles vierges, et les paroles vierges que l’on offre ne sont pas comme des paroles déflorées.
Les vers de ce poème sont au nombre de 80 et portent la date de l’an 71.

110Toutes les montagnes du monde, sauf un petit nombre, a-t-on dit, ont l’eau à la base, tandis que les sources jaillissent sur leurs pentes. Cela à l’exception d’Arwand dont l’eau occupe la partie supérieure, tandis que les sources jaillissent à son sommet.

111On a récité ces vers (ṭawīl:

Je me suis souvenu d’Arwand et de son air suave, et j’ai dit, d’un cœur comme piqué par un serpent à cause de la séparation :
Qu’Allah arrose Arwand, ceux qui l’avoisinent et ceux qui y séjournent, nomades ou sédentaires.
Qu’il arrose nos jours, alors que voisins autrefois, nous tournions autour de l’ancien campement de la bien-aimée pour nous unir à elle.

112Un autre poète a dit (basīṭ) :

Qu’Allah verse la pluie sur Arwand. Que l’été y est agréable ! On y trouve d’épais ombrages, une eau bonne pour les entrailles,
Une terre odorante comme le musc en poudre, et des protecteurs généreux comme les mers qui font jaillir l’écume.

113Un autre poète a dit (basīṭ) :

On m’a dit : « Tu as vu le Nil en Égypte ; et tu t’y attaches,
» lorsque l’écume s’étale sur ses flots ».
J’ai répondu : « Plus belle que votre Nil d’Égypte est
» l’eau des sources qui coule sur les petits cailloux.
« Sur ses deux rives, des parterres de fleurs qu’embellis-
« sent l’haleine florale et l’oiseau qui chante.
« Tu y vois la lavande cajoler la camomille, pendant les matinées, comme un enfant cajole son père ».

114On a cité ces vers de Wahb al-Hamaḏānī (basīṭ) :

Le printemps a jeté sur notre Arwand des robes vertes et lui a retiré sa robe blanche.
Il lui a mis un vêtement couvert de dessins, orné de vergers d’une couleur franche qui miroite,
Un voile tissé par la pluie persistante et montrant des étrangetés nombreuses qui dépassent toute nouveauté.
[226] Ce voile possède de fines beautés dont la nature n’est comprise que par leur créateur.
Il y a du jaune, du vert, du rouge : l’un ne ressemble pas à l’autre, et réciproquement, lors de leur apparition.
L’onde y fait un murmure : à sa mélodie fait écho, dans les jardins, le refrain d’un homme ivre, lorsqu’il chante en assonances.
Tu vois ces enclos qui brillent comme des glaives, parmi les camomilles ; et ils unissent leur clarté dans les jardins.
Lorsqu’un nuage verse ses pleurs sur elles, les anémones rient qui, de leur sein, font sortir de belles robes.
Si tu regardais, lorsque le soleil du matin les éclaire, tu verrais ce que personne n’a vu ni entendu :
Une haute montagne couverte d’un manteau vert, tissé, qui s’élève sur elle autant qu’elle s’élève.
Lorsque le vent du nord y traîne ses pans, tu la prendrais pour un marché aux parfums placé au milieu des jardins.
Regarde donc le superbe sein d’Arwand : tu y verras s’ouvrir une porte paradisiaque.
Écoute, lorsqu’une tourterelle roucoule mélancoliquement, tandis que son mâle se hâte sur la pente de la montagne et appelle.
Les brebis y rappellent leurs craintifs petits, car chacune d’elles y a fait coucher un petit.
Qui ne demeure pas sur les sommets d’Arwand, se trouve frustré de la compagnie des plaisirs.

115Voici encore des vers d’un autre poète (kāmīl) :

  • 118 La lacune du texte est comblée par M. : (...)

L’hiver est mort ; tous ceux qui gazouillent se sont élancés ; et ils sont apparus, les signes du printemps louable.
Sur Arwand, se succèdent des caravanes de nuages noirs, sombres comme la couleur de l’antimoine,
Dont l’œil pleure, tandis que leurs lèvres rient, montrant l’éclair qui étincelle comme l’étoile.
Ayant laissé tomber la pluie qu’ils portaient, ils ont vêtu la terre en lui tissant, même sans les nouer, des manteaux.
De toutes couleurs : verts comme la soie, d’un jaune brillant, d’un rouge ardent et éclatant.
Un bandeau de fleurs multicolores retient les cheveux de la terre ; les collines du désert en ont été coiffées.
Et il y avait des sources pour la terre lorsque les nuages y versaient des pleurs, de leurs yeux qui ne sèchent pas.
Ces sources semblent une lune près de laquelle118 le soleil matinal s’est élevé, d’une substance qui s’éparpille.
Étant belles, elles ont paré la terre de beautés qui ont banni les méfaits de l’hiver pénible.
[227] Elles ont bu la première pluie du printemps, dès qu’elle est tombée, et l’eau limpide, fraîche et ruisselante.
Il semble que les campagnes se soient, par ces fleurs, vêtues de jaune, et que leur sein se soit ceinturé de rose.
Le vent d’est, de son souffle, en repousse la poussière ; on dirait le scintillement d’un glaive en acier de l’Inde.

  • 119 M. : ((...)
  • 120 M. présente ensuite des différences sensibles.
  • 121 On ne voit pas ce que signifie (...)
  • 122 M. : (...)
  • 123 M. : (...)
  • 124 Texte : (...)
  • 125 M. : (...)
  • 126 Add. d’après M. :
  • 127 M. : (...)
  • 128 M. : (...)

116On a dit : l’hiver de Bagdad, le printemps de Rayy, l’automne de Hamaḏān119, l’été d’Ispahan. Au dire des savants, le pays le mieux doté naturellement est ar-Rayy dont dépendent as-Surr et as-Sarbān ; le mieux travaillé120 est Ğurğān ; le mieux divisé (?) est le Ṭabaristān ; le mieux mis en valeur est Nīsābūr ; les plus beaux, dans les temps anciens et modernes, sont Ğundāy Sābūr qui possède...121, Merv où coulent le Razīq et le Māgān, [Damas qui possède]122 la Ġūṭa et az-Zāribān, Naṣībīn où coule le Hirmās, aṣ-Ṣaymara qui possède les deux forteresses123, Baṣra avec ses deux fleuves124, le Fars avec le Ši’b Bawwān, le point de vue (mustašraf) de Šahrazūr125, Bāqarhā tout entourée de jardins et pourvue d’un cours d’eau au milieu ; al-Madā’in [qui a le Tigre]126 ; as-Sūs et Tustar qui se trouvent127 entre quatre rivières128 : le Duğayl, le Masruqān, le Mahīmān et le Narūbān ; Balḫ ; Nihāwand ; Ispa-han ; la vue de Hamaḏān.

Débat entre ‘Abd al-Qāhir et al-Ḥusayn b. Abī Sarh : éloge et dénigrement de Hamaḏān et de l’Irak

117‘Abd al-Qāhir b. Ḥamza al-Wāsiṭī et al-Ḥusayn b. Abī Sarḥ se rencontraient fréquemment chez Muḥammad b. Isḥāq ; ils discutaient de belles-lettres et s’entretenaient de sciences et de généalogies129. Ibn Abī Sarḥ dénigrait l’Irak, tandis que ‘Abd al-Qāhir dénigrait [228] le Ğabal et louait l’Irak. Ils se rencontrèrent donc un jour d’hiver, où il pleuvait et faisait vraiment froid. Lorsque l’homme de Wāsiṭ fut entré, il s’écria : « Qu’Allah
» maudisse al-Ğabal ! qu’Il maudisse les gens qui l’habitent : qu’Il
» inflige particulièrement à Hamaḏān la malédiction la plus
» copieuse ! quel air impur ! quel froid rude ! quelle cherté de vie !
» quelles pauvres ressources ! Allah lui a donné pour maître le
» froid infernal par lequel II châtie les habitants de la géhenne,
» en y ajoutant le besoin qu’on y éprouve de s’approvisionner
» ruineusement de manteaux nombreux, de bois à brûler en
» quantité et d’autres choses. Aussi, gens de Hamaḏān ! vos faces
» se fendillent, vos nez coulent, vos membres sont livides, vos vête-
» ments sont souillés et en lambeaux, vous répandez des odeurs de
» crasse ; la misère est manifeste dans votre façon de quémander ;
» le rideau [de l’intimité] est déchiré chez vous, parce que l’hiver
» démolit vos murs, met dehors la femme vertueuse, gâte les
» routes, désagrège les terrasses des édifices, détruit les maisons,
» fait du sol un bourbier dégoûtant et infect où les bêtes de somme
» s’abattent, où les vêtements se souillent, où les chameaux et les
» ânes se brisent les jambes ; en hiver, les prières n’y sont point
» accomplies en état de pureté [parce que] les puits s’y affaissent ;
» les terrasses s’y fendent, les vents impétueux y font rage. On y
» trouve tremblement de terre, éclipse, tonnerre, éclairs, bour-
» rasques, neiges ; crues et inondations s’y multiplient. Les habitants,
» réfugiés sur une montagne, s’attendent au châtiment, redoutent
» colère et punition divines ; c’est pourquoi ils appellent l’hiver
» l’ennemi implacable, le chien enragé. C’est pourquoi ‘Umar b.
» al-Ḫaṭṭāb écrivit à l’un de ses agents : “L’hiver vous menace
» déjà ; c’est l’ennemi implacable ; préparez donc, contre lui, les
» pelisses de fourrure et les bottines ferrées” ».

118« Puis vous êtes corrompus130 comme les Perses, [229] rudes
» comme les barbares, avares comme les gens d’Ispahan, stupides
» comme ceux de Rayy ; vous bégayez comme ceux de Nihāwand
» et êtes aussi grossiers de mœurs que les gens de Hamaḏān ; en
» outre, vous habitez le pays le plus froid, avec la neige la plus
» abondante, les routes les plus étroites, les voies les plus scabreuses,
» la subsistance la plus difficile. C’est pourquoi l’on a dit que les
» trois villes les plus froides sont Hamaḏān, Qālīqalā et Ḫwārazm.
» Et voici ce que vos narrateurs véridiques ont rapporté : lorsque
» ‘Abd Allāh b. al-Mubārak arriva à Hamaḏān, on alluma du feu
» devant lui ; or, tandis que l’intérieur de sa main s’échauffait, le
» dessus en était transi de froid, et inversement ; il improvisa alors
» ces vers (wāfir) :

Je dis à ma main, alors que nous étions près du feu : « Le
» feu n’a-t-il donc pas, chez toi, la chaleur du feu ?
« Certes, si l’on me donnait un jour à choisir entre les
» pays, Hamaḏān ne serait pas l’objet de mon choix ».

119Ensuite, ‘Abd-al-Qāhir ajouta à l’adresse d’Ibn Abī Sarḥ :

120Abū ‘Abd Allāh ! c’est ton père qui dit (kāmil) :

A Hamaḏān, la chaleur du feu se refroidit ; à Hamaḏān, le froid est un mal chronique ;
La pauvreté se dissimule en tout autre pays ; mais à Hamaḏān elle est ce qui se montre.
Chosroès dit, lorsqu’il aperçut votre pays : « C’est Hamaḏān, allez-vous en, car voilà la géhenne ».

121« La preuve en est que les rois de Perse ne pénétraient pas
» à Hamaḏān ; en effet, leur résidence s’étendait d’al-Madā’in à
» Āzarmīduḫt près d’Asadābāḏ ; ils ne dépassaient pas la colline
» d’Asadābāḏ. D’autre part, Kisrā Abarwīz se proposa d’entrer
» à Hamaḏān ; lorsqu’il parvint à une localité dite Dūzaḫ-Dar
» (ce qui signifie, en arabe, la porte de l’enfer ou la caverne
» de l’enfer), il s’écria : “Retournez ! nous n’avons pas besoin
» d’entrer dans une ville qui rappelle l’enfer”.

122« L’un de vos poètes, Wahb al-Hamaḏānī, a dit (mutaqārib) :

N’est-ce donc pas le moment de quitter Hamaḏān, ce pays stérile et glacé ?
[230] Ni le pays ni ses habitants n’ont reçu en partage une seule bonne qualité.
Les jeunes gens y blanchissent mais n’y atteignent jamais la vieillesse, à cause de son brouillard immuable.
Je leur demandai : « Où est le terme extrême de l’hiver et
» de la nouvelle année qui s’avance ? ».
— Ils répondirent : « La ğamra marquera le terme de l’hiver ». Mais la ğamra est tombée glacée ».

123Wahb a dit aussi (munsariḥ) :

C’est un jour terriblement froid sur lequel le brouillard a boutonné son col.
On dirait que son atmosphère est farcie d’aiguilles et que le sol est couvert de tessons ;
Que son soleil est une femme de condition, dérobée aux regards et en deuil lorsque le décret divin s’est réalisé.
Quand son brouillard saisit la peau du visage, on croirait que des guêpes l’ont attaqué.
Tu y vois que l’homme clairvoyant, à la vue perçante, y a des brouillards sur les paupières.

124« ’Umar b. al-Ḫaṭṭāb, interrogeant un homme, lui dit :
» “D’où es-tu ? — Du Ğabal. — De quelle ville ? — De Hamaḏān.
» — c’est une ville de souci et de dommage ; les cœurs de ses
» habitants gèlent comme son eau”.

125« On interrogea, au sujet de Hamaḏan, un Bédouin qui y
» était entré. Il répondit : “Le jour, on y danse ; la nuit, on y est
» portefaix” ; c’est-à-dire que les habitants dansent le jour parce
» qu’ils ont les membres gelés, tandis que la nuit, ils s’emmitouflent
» et se chargent de vêtements ».

126« J’ai entendu l’un de vos savants et cheikhs dire ceci : “Les
» gens de Hamaḏān, lorsqu’il y a un jour de soleil en hiver, gagnent
» 100 000 dirhems, parce qu’en ce jour ils n’ont pas besoin de
» combustible”.

127« On dit à [Hind] bint al-Ḫuss : “Quel est le plus pénible,
» l’hiver ou l’été ?” — Elle répondit : “Celui qui rend le dommage
» semblable à une maladie chronique”.

128« On dit à un Bédouin : “Quel est le comble du froid chez
» vous ?” — Il répondit : “c’est lorsque le ciel est pur, la terre
» humide, et que le vent [231] vient de Syrie. N’interroge donc
» pas les malheureux”.

129« Vous voyez dans les traditions que Hamaḏān sera ruinée
» par la pénurie de bois à brûler. Un Bédouin y entra ; lorsqu’il eut
» vu votre climat et entendu votre langage, il se rappela son pays
» et récita ces vers (wāfir) :

Comment répondrais-je à votre appel quand j’ai, devant moi, des montagnes de neige dont les cimes me dominent ?
C’est un pays dont l’aspect diffère du mien, dont la langue s’oppose à la mienne.
Les femmes y ont pour nom : Zanān ; que Zanān est proche de zawāni [femmes de mauvaise vie] !

130« Un Bédouin alla au Ğabal en hiver ; son nez se mit à couler ;
» il leva la main et se frappa le nez en disant : “Non, par Celui
» qu’on honore et qu’on exalte ! je n’ai pas vu de partie du corps
» plus infecte que toi : lorsque tout gèle, tu fonds ; et lorsque tout
» fond, tu te figes ; tu n’aimes que la contradiction !” »

131« Un de vos poètes — Aḥmad b. Baššār — a dit pour dénigrer
» Hamaḏān, son froid violent, la rudesse native de ses habitants et
» le besoin qu’ils éprouvent d’approvisionnements ruineux et gros-
» siers (basīṭ) :

  • 131 Cf. Coran, XXV, 14 [H.M.].

Le moment est venu de quitter Hamaḏān. Va-t’en donc et décampe en rompant avec une union incompatible.
Il est mauvais que le jeune homme adopte la terre des Ğibāl de préférence à l’Irak, alors que la porte du pain quotidien n’est pas étroite [pour lui].
Quant aux rois, les nobles parmi eux ont péri, tandis que ceux qui restent ont les mœurs du vulgaire.
On ne se maintient pas dans une existence troublée par la main des incidents. Comment vivre dans le trouble ?
Je me rappelais parfois l’une de ses beautés, dans les jours où je possédais des rameaux touffus de feuilles.
Aujourd’hui, je dois en décrire les défauts afin que celui qui y séjourne en soit suffoqué.
Nul bien ni dans Hamaḏān ni à y séjourner, même si tu évolues entre l’or et l’argent.
C’est une terre dont les habitants sont tourmentés durant huit mois comme tu es tourmenté par le dahaq [instrument de torture] ».
Pendant les deux tiers de ton existence tu n’y jouis d’aucun avantage, sinon de la manière que le mourant jouit de son dernier souffle ;
[232] Si donc tu te contentes d’un tiers d’existence, libre à toi, mais dans des conditions telles que celui qui s’en contente est stupide.
Lorsque la verdure s’est fanée, le froid se jette sur leur pays et les portes se verrouillent.
Quant au riche, il est bloqué ; il endure la longueur de l’hiver, avec le mulot, dans un trou.
Il dit : « Couvre-nous et laisse tomber [le rideau], ô page ! car je crains de mourir de froid et de bourrasque ».
Les gens allument des fourneaux qui leur rappellent le feu infernal, lequel brûle quiconque s’en approche.
Quant aux miséreux, gloire à leur Seigneur ! Comme ils souffrent l’insomnie toute la nuit !
Leurs portes sont obstruées par la neige, ce qui leur fait une porte devant une autre porte, et mal jointe.
Au matin, la terre est recouverte d’un couvercle qui rend perplexes les voyageurs, sur les routes,
Si bien que, lorsque le froid s’est intensifié, un couvercle de brouillard apparaît au matin sur un autre couvercle.
Il ruisselle de pluie sur les habitants, continuellement, avec le froid intense ; c’est une expiation qui tombe du ciel.
Aussi malheur à celui dont les murs sont insuffisants et dont la porte se verrouille mal !
Il évoque la perdition131, craignant pour ses enfants, après le souper, et il l’évoque de nouveau à l’aurore.
Quant à la prière, il n’en reste qu’une trace, plus vide et plus déserte que Salmā, à Ḏū l-’Amaq.
Soir et matin, accouplé avec le diable, tu te trouves dans les liens de l’impiété, pris au lacet.
L’eau est [dure] comme du sel, les cours d’eau sont gelés ; quant à la terre, ses dents te rencontrent au milieu d’une bourrasque,
[233] Si bien qu’on dirait les cornes d’un chevreau qui apparaissent sous la pression des pieds dans le chemin.
Quant aux gens, ils ont la barbe blanche ; leur nez coule sur leurs moustaches, [ils ont la peau] marbrée de quelqu’un qui a reçu des coups.
Durant 90 et 10 journées qui font 100, ils appellent la nuit qui les termine, — la nuit d’as-sadaq.
[Durant cette nuit], ils semblent une armée sur laquelle l’incendie a été attisé ; aussi s’agitent-ils, et il y a tumulte dès l’aurore.
Tu ne verras pas, après cette nuit, subir, en fait de difficultés, les boues qui font masse sur le sol humide,
Ni la marche à pas comptés, durant deux mois, par crainte de glisser.

132Ces vers font partie d’une longue pièce de vers.

133Lorsque ‘Abd-al-Qāhir en fut là, Ibn Abī Sarḥ, se tournant
vers lui, lui dit : « Tu as beaucoup parlé ; tu as prodigué le blâme et
» étalé la calomnie ; tu as tiré en longueur ton discours. N’étaient
» les mauvais propos et les multiples divagations qui étaient ton but,
» nous nous abstiendrions de te répondre et nous ne nous occuperions
» pas de causer avec toi. Or donc, quoi qu’il y ait chez nous, ô Abū
» ‘Alī—qu’Allah se montre généreux avec toi !—ainsi que dans no-
» tre climat, notre sol, notre ville et notre contrée, nous n’avons ni la
» dureté des Nabatéens, ni la brutalité des gens de Sawād, ni la
» déloyauté132 des Ḫūz (Khouzistan), ni la perfidie des Kūfiens, ni
» la courte vue des Baṣriens, ni l’avarice des gens d’al-Ahwāz, ni
» l’insociabilité des Bagdadiens, ni la dureté des gens de Mésopo-
» tamie, ni la grossièreté native et l’ignorance des Syriens. Les
» habitants du Ğabal sont préservés de la forte chaleur et des
» épidémies de Baṣra, de la multiplicité des puces et des mouches
» de Bagdad, de l’humidité des Baṭā’iḥ, des variations atmosphé-
» riques et des gros serpents de l’Égypte, des scorpions et des vents
» pestilentiels d’al-Ahwāz, des scorpions de Naṣībīn, des vipères du
» Siğistān. Est-il de la fertilité, de la richesse, du bien-être, de la
» quiétude, du manger et du boire, [234] sinon chez nous en hiver,
» l’hiver durant lequel les reptiles disparaissent, la vermine se terre,
» les mouches meurent, les moustiques périssent, l’eau se rafraîchit,
» l’atmosphère se réchauffe (sic), les ébats amoureux sont agréables,
» et le tapis apparaît ainsi que les gros vêtements, le bien-être, la vie
» princière, les marques de la noblesse et de la grandeur. Si tu
» explores les diverses parties du monde, contrée par contrée,
» pays par pays, district par district, tu sauras qu’aucun pays,
» aucun climat, à l’orient comme à l’occident, sur terre comme sur
» mer, en plaine comme en montagne, n’est exempt de chaleur
» ou de froid durant quatre mois. c’est pourquoi Abu Dulaf a dit
» (mutaqārib) :

Je suis un homme aux actions royales ; j’estive dans les Ğibāl et j’hiverne en Irak.
Je revêts mes habits de guerre, je saisis par le cou les guerriers cuirassés ».

134« Le poète préfère donc, grâce à son excellent jugement,
» passer l’été dans les Ğibāl afin d’échapper aux vents pestilen-
» tiels, aux mouches, à la vermine, aux reptiles, à l’eau et à l’air
» brûlants de l’Irak ; mais il hivernait en Irak pour échapper au
» froid intense du Ğabal, à la fréquence de ses vents et de ses
» rosées, à ses boues et à sa malpropreté ».

135« Abū Dulaf a dit encore (mutaqārib) :

Ne vois-tu pas qu’au cours du temps, je passe l’été en Irak et l’hiver aux Ğibāl ?
Les vents pestilentiels de l’été et le froid de l’hiver, (pitié pour nous !) forment un état qui fait suite à l’autre.
Supporte patiemment les calamités qui surviennent, les événements ne sont que changement.

  • 133 J’ai lu, avec M. : (...)
  • 134 Comme le remarque De Goeje (235 n.a.), l’apodose manque, après la protase commençant par (...)

136« Si donc tu juges valable ce que nous avons dit et si ce que nous avons rapporté te semble clair, et ensuite, si tu as discerné et
» médité, tu sauras que c’est chez nous qu’on vit dans le bien-être.
» En effet, le froid est plus sain que la chaleur, parce que, si tu le
» mets en balance avec les inconvénients que subissent les habitants
» de l’Oman, de Basra, de Sīrāf, de l’Irak du fait des vents chauds
» et mortels et si tu le compares à ce qu’ils souffrent du fait de l’air
» impur et épais, de l’eau chaude et saumâtre, de l’abondance des
» mouches, scarabées, escarbots, serpents, scorpions de toutes
» tailles133, fourmis, moustiques, punaises, cousins, animaux pour-
» vus de venin mortel [235] et vermine, [tu sauras que la [vraie]
» vie, c’est la nôtre et que le [vrai] bonheur, c’est le nôtre]134.
» Quant aux princes du Ğabal, ils ne croient vraiment vivre dans
» le bien-être que durant les jours d’hiver ; c’est qu’alors ils étalent
» leurs plus riches tapis, revêtent leurs habits les plus beaux et les plus
» chauds, se couvrent de renard blanc et noir, de fének, de martre,
» d’hermine, de duvet de pélican (ḥawṣal), de loup-cervier (wašāq),
» de fouine ; ils étalent encore des tissus de soie, des étoffes d’Ar-
» ménie, du brocart, des tissus en poil de chèvre et autres étoffes de
» soie et de lin. Ils ont aussi maisons de bois (maṭārim), tendelets
» (maṭāriq), tentes, constructions en pierre, rideaux, pavillons,
» dais de Turquie, tissus d’Aden, de Nīšābūr, de Merv et d’Ispahan.
» Chez nous, le bien-être se manifeste le mieux en hiver et ce qu’il
» y a de bon prend toute son ampleur. Sans l’hiver et sa neige, son
» froid, son vent, sa pluie, nous n’aurions, en été, ni céréales qui
» poussent, ni mamelles donnant un lait abondant, ni fruits sur
» les arbres, ni bois verdissant. C’est pourquoi un poète a dit
» (basīṭ) :

Sans l’hiver et sans la laideur de son aspect, on ne remarquerait pas l’aspect charmant du printemps ».

137« En hiver, les princes se plaisent aux beuveries par suite de
» la longueur des nuits et l’absence de vermine. L’hiver est l’ami
» de l’âme, il vivifie le corps, accroît la durée de l’existence et la
» santé physique ; c’est pour lui que l’on a des palais somptueux, des
» salles bien meublées, des coussins étalés. Voilà pour l’hiver ».

138« Mais quand vient le printemps, à nous les jardins qui se
» succèdent l’un l’autre, les parterres verdoyants, les belles fleurs,
» les ondes coulant sans cesse, les effluves suaves, les lieux de plai-
» sance ; nous avons alors des fleurs de toutes sortes, des parterres
» et des étangs que vous ne possédez pas en vos pays et qui sont
» inconnus chez vous. Même, vos monarques, vos secrétaires
» d’État, vos riches se sont efforcés de faire pousser cela chez eux,
» dans leurs jardins et leurs vergers ; mais rien n’a poussé, par
» exemple le safran, le zardāl, le ğāwāl, le kustağ, la suḥāla, le karkabīs,
» le nastar, le nadīr, le lys blanc (sūsan āzāḏ) et autres fleurs mon-
» tagnardes qui n’existent que dans notre pays. Nous possédons
» particulièrement le groseiller (rībās) dont on fait un remède et
» toutes sortes de fruits pour lesquels vous rivaliseriez de gloire et
» dont vous vous feriez présent, s’ils vous étaient apportés : Tels
» la poire de Nihāwand et de Chine, [236] la pomme de Šīz. Nous
» possédons aussi des produits laitiers que vous souhaiteriez avoir.
» On interrogea, au sujet de Hamaḏān, l’élite des secrétaires ; ils
» répondirent : “Lorsque viennent à toi le froment d’Aznāwah,
» le pain d’al-Mihrawān, la viande d’aš-Šarāhayn, prends”. En
» fait de supériorité, qu’il te suffise de savoir que sur les terri-
» toires sacrés de La Mecque et de Médine, durant les jours du
» pèlerinage, alors que les gens se trouvent rassemblés, venant de
» toutes les directions, on vend le pain en criant : “Mihrawānī !
» Mihrawānī”.

  • 135 Cf. supra, p. 209 (ar.) ; dans les deux passages, quatorze localités sont énumérées.

139« Lorsque Qubāḏ examina son pays, il trouva les régions les
» plus salubres en treize localités : al-Madā’in, as-Sūs, Ğundāy
» Sābūr, Tustar, Sābūr, Ispahan, ar-Rayy, Balḫ, Samarqand,
» Bāward, Māsabaḏān, Mihrağān Qaḏaq, Tall Māstar, et une
» vallée située près de Nihāwand et nommée Rūḏarāwār135 ; elle
» s’étend sur trois parasanges et contient 93 villages qui se
» touchent, des jardins bien arrangés et des eaux courantes ; elle
» possède comme plante le safran et comme fruits le raisin, la gre-
» nade, la noix, l’amande, la pomme, la poire et autres espèces
» de fruits.

140« Voici ce que m’a dit un Damascain qui avait parcouru la
» terre et visité les pays divers : “Je suis entré dans la Ġūṭa de
» Damas, à Ubulla de Baṣra, à Alexandrie d’Égypte, à Ṣan’ā’ du
» Yémen ; j’ai vu le Ḫawarnaq de Kūfa, les rives du Tigre et de
» l’Euphrate, Bagdad de l’Irak, le Šabdīz de Qirmāsīn, le Zaranrūḏ
» d’Ispahan, Ğunday Sābūr de Susiane, le Ši‘b Bawwān du Fārs,
» le Surr et le Sarbān d’ar-Rayy, le point de vue de Bāqarḫā, le
» Sābūr du Fārs ; j’ai contemplé l’aspect de Hamaḏān, de Samar-
» qand en Sogdiane, Balḫ au Khorassan, [des rivières] Razīq et
» Māğān à Merv ; eh bien ! je n’ai pas vu de pays qui ait un air
» aussi suave, une onde aussi douce et autant de richesses que Rū-
» ḏarāwar. Que penser d’un pays qui a pour plantes le basilic
» et le safran, pour boisson le miel et le simnān, pour fruits le
» raisin et la grenade ?”.

141« Le poète a dit (kāmil) :

C’est un pays dont le sol produit le safran, pays où l’on boit du miel mélangé de vin ».

142Il en était à cet endroit de son discours, lorsque l’heure de la prière arriva, et ils se levèrent. Ibn Abī Sarḥ récita alors ce vers (sarī‘) :

[237] Si le scorpion revient, nous reviendrons contre lui, notre sandale prête [à l’écraser].

143[et ajouta] : « Un poète a dit (ṭawīl) :

Lorsque le soleil descend dans la constellation du Sagittaire, il fait sombre, et le mont Arwand oppresse Hamaḏān.
Des vents d’un froid intense, soufflant sur elle, brûlent toutes sortes d’animaux.
Se pourrait-il que tu y voies quelque chose qui n’y soit pas solidifié, y compris le naphte, la source de naphte et le goudron ?
Tu vois les gens geler entre le marché et leurs demeures ; le froid les empêche de cheminer et de circuler.
Aussi les chemins et les maisons sont sans cesse anéantis par le froid tandis que lui ne périt pas.
Tu vois l’oiseau suspendu dans l’espace céleste par le froid et empêché de voler.
Leurs chiens gèlent entre les deux murailles alors qu’ils rivalisaient avec les chevaux, un jour de course.
La peau d’un renard, tannée au Ḫwārazm sans nonchalance, ne protège pas contre ce froid.
Non plus que la peau d’une martre, ni celle du fanak, grâce à laquelle celui qui souffre du froid se garde de la chaleur de l’Oman.
Le feu de la géhenne ne les préserverait pas ; ils n’ont plus de force contre ce froid.
N’y a-t-il nul moyen d’échapper à cette calamité, maintenant que mes os se sont disjoints et que mes deux pieds sont devenus insensibles,
[Et d’aller] vers la belle Karağ, demeure de notre émir, sur laquelle nous nous répandons en louanges à pleine langue ?
Bénie, elle fut ceinte de fertilité et de bien-être, avec l’eau douce des sources et les jardins.
Aussi est-elle habitée par ceux qui craignent Dieu, qui sont innocents et vertueux ; nul n’approche [de leur grandeur] dans l’univers ».

L’amour du pays natal

144N’était qu’Allah a doué les hommes d’un amour naturel pour leur pays natal, a fait que chaque groupe d’entre eux est satisfait de la région qu’il habite, leur a inspiré l’amour de leur terre et de leur sol, l’auteur des vers précédents n’aurait pas préféré al-Karağ à Hamaḏān, en dépit de son exiguïté, de sa saleté, de son peu de ressources et de son froid intense. Mais Allah a établi des différences dans le naturel des humains ; et sans ces oppositions du naturel et des « causes » (‘Ma), les hommes choisiraient seulement le plus beau des ciels, le plus nourricier des pays, la plus centrale des métropoles ; s’il en était ainsi, ils se prendraient à la gorge pour [la possession de] la ville centrale, [238] ils se disputeraient le pays le plus nourricier. On dit proverbialement : « Allah a peuplé la
» terre grâce à l’amour du pays natal ». ‘Abd Allāh b. az-Zubayr a dit : « L’homme n’est jamais aussi satisfait de son sort qu’il l’est de
» son pays natal ». Allah a dit (Coran, IV, 69) : « Si nous leur
» prescrivions de se combattre ou de sortir de leur pays, bien peu
» le feraient » ; Il a relié ainsi l’amour que les hommes ont pour
» leur pays à celui qu’ils ont pour leur corps.

  • 136 Il s’agirait de Mavsūn, épouse de Mu’āwiya [H.M.].
  • 137 M. : (...)

145Une Bédouine136, mariée en pays citadin, fut installée dans une grande ville137. C’est en ces termes qu’elle soupira après la vie nomade (wāfir) :

Certes, revêtir un ‘abā’ et être heureuse, cela m’est plus cher que revêtir des robes fines et transparentes.
Une demeure où les vents bruissent m’est plus chère qu’un château dominant les alentours.

146C’est pourquoi l’on a dit : « Une des grâces de l’âme de
» l’homme, c’est qu’il désire ardemment son pays natal et soupire
» après le lieu où il est venu au monde ».

147Un autre a dit : « Tu dois respecter ton pays comme tu respectes
» tes parents, car ta subsistance te vient d’eux et la leur, de lui ».

148On a dit : « Le pays le plus digne de ton affection, c’est celui
» dont tu bois l’eau et dont tu manges la nourriture ». Et aussi :
« La terre natale est la nourrice de l’homme ; sa maison est son
» berceau ».

149Hippocrate a dit : « L’homme, par nature, est pétri d’amour
» du sol natal ». Il disait aussi : « Tout malade doit recevoir les
» aliments de son sol natal, car l’âme y porte grande attention ».

150Un autre a dit : « Le signe de l’homme de sens, c’est qu’il a
» de l’amitié pour ses frères et qu’il chérit sa patrie ».

151Un ami m’a récité ces vers (ṭawīl) :

Il m’a suffi, pour me rendre triste, que je descende à Bagdad, tandis que mon cœur était l’otage des contrées du Ḥiğāz.
Lorsque des cavaliers qui vont au Ḥiğāz m’apparaissent sur mon chemin, je suis troublé par un vif désir d’aller vers les contrées du Ḥiğāz.
Par Allah ! Je ne les ai pas quittés par aversion contre eux ; mais ce qui est décrété par Allah sera.

152On a dit : « Si tu veux connaître la fidélité d’un homme et la
» durée de ses engagements, regarde s’il éprouve de la nostalgie
» pour son pays natal et le désir de retrouver ses amis, et s’il pleure
» ce qui a déjà passé de sa vie ».

153Mais ce chapitre, si nous nous y étendions, n’en finirait plus ; on se contentera du peu qui a été dit, s’il plaît à Allah !

***

154[239] En 284, ‘Ubayd Allāh b. Sulaymān s’était fait faire l’avance [de l’impôt] de Hamaḏān (qabbala) par les propriétaires fonciers (tannā’) pour la somme de 170 000 dinars en chiffres ronds (bi-l-kifāya), étant entendu qu’il n’en résulterait aucune charge pour l’Etat. Le pays comprenait 24 cantons (rustāq) dont 12 furent inclus dans l’accord de qabāla : Hamaḏān, Farāwār, Qūhī’ābād, Anārmarğ, Safsān, Šarrah-le-Haut, Šarrah al-Mayāniğ, al-Isfīd-ğān, al-Ağam-le-Haut, al-Farāhān, Rūḏah, Sāwah. Il y avait, parmi ces cantons, ceux de Nasā, Salqānrūḏ et Ḫarraqān qui furent ensuite annexés à Qazwīn. Le pays comprend 765 bourgades ; il s’étend, en longueur, de Bāb al-Karağ à Sīsar, et en largeur de la hauteur d’Asadābāḏ à Sāvah (Savé).

155Sīsar, dit-on, est ainsi nommé parce qu’il se trouve dans une dépression de terrain, au milieu des « têtes » de trente monticules : c’est pourquoi on a dit : « trente têtes » (sī-sar). Sīsar était aussi nommée Ṣadḫān, c’est-à-dire « trente têtes » et « cent sources » à cause de ses nombreuses sources et eaux jaillissantes. Sīsar et ses environs furent longtemps des pâturages pour les troupeaux des Kurdes et autres. Le Commandeur des Croyants al-Mahdī y envoya un de ses affranchis nommé Sulaymān b. Qīrāṭ, celui [dont le père]138 a donné son nom à la Ṣaḥrā’ de Qīrāṭ, à Bagdad ; il avait pour associé un nommé Salām aṭ-Ṭayfūrī, [qui doit son ethnique à] un affranchi d’al-Manṣūr du nom de Tayfūr. Lorsque les bandits et les fauteurs de désordres se multiplièrent et se répandirent dans le Ğabal, sous le califat d’al-Mahdī, ils firent de cette région un lieu de refuge ; ils brigandaient et s’y retiraient, et on ne les y recherchait pas parce que ce district était compris dans les limites de Hamaḏān, de Dīnawar et de l’Āḏarbayğān. Sulaymān et son associé écrivirent donc à al-Mahdī sur ce sujet : il leur envoya une grande armée et une lettre leur ordonnant de bâtir une ville où ils se réfugieraient avec leurs troupeaux et leurs bergers et où ils mettraient bêtes de somme et troupeaux [240] en sûreté contre les bandits qu’ils redoutaient. Ils bâtirent donc la ville de Sīsar, la fortifièrent et y installèrent leurs gens. [Le gouvernement]139 y annexa le canton de Māyanmarğ/Māyanharğ140 dépendant de Dīnawar, ainsi que celui de Ğūḏamah dépendant de l’Āḏarbayğān et faisant partie du district (kūra) de Barza ; il les fit administrer par un agent spécial auquel était payé l’impôt foncier. Ensuite les bandits se multiplièrent sous le califat d’ar-Rašīd et mirent Sīsar en désarroi ; le calife ordonna donc de la restaurer et de la fortifier et y établit mille des compagnons de Ḫāqān al-Ḥāriṯī as-Suġdī (on y trouve aujourd’hui quelques-uns de leurs descendants). A la fin du règne d’ar-Rašīd, Murra b. Abī Murra ar-Rudaynī al-’Iğlī marcha contre Sīsar ; ‘Uṯmān al-Awdī s’efforça, sans y parvenir, de la lui disputer, ainsi que la partie de l’Āḏarbayğān qu’il tenait. Et Murra b. Abī Murra continua, sous le règne de Muḥammad [al-Amīn] ibn ar-Rašīd, de verser l’impôt foncier de Sīsar sous la forme d’une somme forfaitaire (muqāṭa’a) ; cela dura jusqu’à la guerre civile [entre al-Amīn et al-Ma’mūn]. Lorsque le pouvoir fut assuré à ce dernier, Sīsar fut enlevée à ‘Āṣim b. Murra, lui échappa des mains et fit retour au domaine califal.

156Le lion de Hamaḏān. — Une des curiosités de Hamaḏān est le lion de pierre, à la porte de la ville. C’est, dit-on, un talisman contre le froid, et l’une des œuvres du Grec Balīnās, le faiseur de talismans. Il fut envoyé141 par Qubāḏ le Grand, lorsqu’il voulut conjurer par enchantement les calamités de son pays. Auparavant, les cavaliers périssaient dans les neiges de Hamaḏān, tant elles étaient abondantes. Balīnās y142 fabriqua donc le talisman, statue d’un grand lion en pierre, faisant face au mont Arwand qui domine Hamaḏān, et la neige et le froid diminuèrent. Ensuite Balīnās fit, à droite du lion, un talisman contre les serpents, un autre contre les scorpions, et ces animaux diminuèrent. Il fit aussi un talisman contre l’inondation contre laquelle les habitants se trouvèrent alors préservés ; un autre talisman contre les puces ; et un autre contre la fièvre (ṣālib) qui devint rare. Mais les gens de Hamaḏān dédaignèrent Balīnās ; alors il installa, sur le mont Arwand, un talisman qui dominait la ville [241] et qui en rendit les habitants grossiers ; il mit un autre talisman devant le [château de] Sārūq : quand les habitants passaient sur ce talisman, ils trahissaient leur roi ; aussi les rois de Perse enlevèrent-ils leurs trésors de Hamaḏān143 ; il fit un autre talisman relatif à la guerre et aux armées ; aussi Hamaḏān n’est-elle exempte ni d’armée ni de guerre.

157Muḥammad b. Aḥmad al-Ḥāğib144 m’a récité ces vers qu’il a composés au sujet du lion (ṭawīl) :

Ô lion qui te tiens là depuis longtemps, malgré les vicissitudes des jours et des événements,
T’y étant installé, tu ne te proposes pas de t’en aller par quelque artifice. Tu semblés un portier de Hamaḏān.
Je te vois, te renouvelant sans cesse comme si tu avais conclu un pacte avec les jours.
Est-ce le temps qui t’a précédé ? ou bien existais-tu avant lui ? puissions-nous savoir ? ou bien avez-vous tété le même lait ?
Êtes-vous deux contraires dont chacun possède une attribution isolée ? ou bien êtez-vous frères ?
Si tu étais doué de la parole, tu te serais mis à parler ; et tu nous aurais entretenus des hommes de tous les temps.
Si tu étais doué d’un esprit vital qui demanderait à manger, tu anéantirais, en les dévorant, tous les animaux.
Il n’est ni décrépitude que tu redoutes ni trépas que tu craignes, par suite d’un coup de sabre ou d’une lance pointue.
Dans peu de temps, tu rejoindras ceux qui ont passé : ton corps est plus durable que Ḥirā’ et Abān.

158Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. Zanğūya m’a récité ces vers dans lesquels il parle du lion et de toutes les statues célèbres de la terre (kāmil) :

As-tu été dans l’insomnie à cause de l’éclair brillant et étincelant et des colombes qui pleurent sur les branches ?
Ou bien le fantôme [de l’aimée], t’informant de son départ, t’a-t-il inspiré une nostalgie qui te pousse à observer sans cesse le lever de chaque étoile ?
Ou bien as-tu été absorbé par un effrayant lion des jungles qui ne s’est plus éloigné de Hamaḏān depuis qu’il s’y trouve ?
Lion dressé sur les rochers massifs, comme s’il voulait s’élancer sur la gazelle qui se présente à lui.
[242] En été, les vents empoisonnés le brûlent, puis le froid intense de l’hiver, qui brûle aussi.
Lorsque les vents soufflent violemment de notre [mont] Arwand, tu croirais à un mugissement semblable à celui du bouclier brillant.
Lorsque les coups de tonnerre se succèdent, venant d’un nuage, il subit les froids intenses, comme s’il avait un bouclier renforcé.
Et lorsque les pluies du printemps se succèdent et que ses fleurs répandent leur parfum,
Tu le trouves souriant à leur haleine, félicitant PArwand de façon cordiale.
S’il pouvait se faire comprendre, il t’informerait de ce que les vicissitudes du sort ont anéanti et de toutes les infortunes.
Et il te dirait que l’homme est sauvé par sa crainte d’Allah et trouve son salut en suivant la voie claire.
Le temps s’en va sans que ce lion convoite une proie, comme ferait le coursier royal pourvu de toutes ses dents,
Šabdīz, lorsqu’il se tient sur sa voûte et que Parviz le monte avec une élégance manifeste.
Si tu le vois sur lui, dans sa fougue, en un jour orageux, tandis que le cheval de race ne court pas,
Parviz ne quitte pas Šabdīz, de même que le lion ne quitte pas Hamaḏān.
De même, à Palmyre, les deux figures qui s’étreignent, ressemblant, par leur beauté, aux deux filles de Ḍāriḥ,
Ne se lassent pas de demeurer là ; et il y a longtemps qu’elles supportent les vicissitudes du temps sévère.
Au pays de ‘Ād, un cavalier laisse tomber de son œil une eau semblable à celle de l’Euphrate qui s’écoule ;
Et lorsque le mois sacré s’est terminé, lorsque les bassins ont été remplis jusqu’au bord, l’œil de l’homme à la lance se sèche.
Au Wādī r-Raml, parmi des déserts incultes, tu rencontres, avant le trépas — et c’est un avertissement donné par Celui qui avertit —,
Un noble étendant sa dextre pour dire : « Au delà de
» moi, pas de chemin pour le voyageur ».
Au Fārs, il y a Sābūr, à cheval, figuré comme exemple, et qui semble prêter l’oreille à la louange de qui le glorifie.
Accepte ces vers que je t’offre et dis que c’est le discours d’un homme équitable ; celui qui est avare de sa science ne ressemble pas à celui qui est généreux.
J’avais composé une qaṣīda que j’avais donnée à qui l’avait soupçonnée d’intention batailleuse et agressive,
[243] Une qaṣīda rimant en s. Mais je l’ai refaite en; elle contient des merveilles venant d’un poète véridique et vainqueur.
Si tu n’en veux pas, je la ferai en , de la substance de ce que recèle mon cœur.

159Al-Muktafī bi-llāh avait songé à transporter le lion à Bagdad145 ; il écrivit à Ḥamd b. Muḥammad, gouverneur de Hamaḏān, de le transporter. Alors les gens du pays se rassemblèrent et dirent : « Ce lion est le talisman de notre pays146 et il est
» inadmissible qu’on l’emporte147 ». Le gouverneur écrivit au vizir, qui répondit : « Évalue [la pendase nhāhass="tle blâmsransp
» ortea class="footnotecall" id="bodyftn147" href="#ftn138">(48, mous a’en errans de sélégphnts paur l’Eaentr sur les
» shargiot » a class="footnotecall" id="bodyftn147" href="#ftn139">(49» lur outeaux deucendes » — Ulors lesvizir,lui échivit : « Reonch
» m ce droiet :.

***

156 AHamaḏān, dn grand lochers,dans uneendroit det dTabanba, qui rfit parcie de lDrsNabaān, Re trouve du viedsde la soutagne, On d a Sceuse de x veûte cavrres, dauteu de demx vailleskaršağ, On dacente au’Allxandri, parsanteà Hamaḏān, eit ae dochers: il lonna d’orede de laie les pns hivpions, oe qui aut efit ?;il y a ait scec : « TLasinocrit ett la nalance a’Allah euteur de lequelle lourna la
» qjstiqe ; ne mons oge dtt la nmesur du disble uteur de lequelle br />» toucna laintjstiqe ;:toutes semx ve quierllent ,se prendnnt auxbr />» sholen et s’yattquelteà Hropos ees hommes dt des cays. Aorsque le
» qvrit epèseplus que la mons oge l’éluita l’importe» lrsque le mons oge d’importe» lur l’éluita Or da terre (’est tcuverne de lécihs ; udtes denc la br />» qvrit ,s’agirait il de la fvleur deun coevau, qar laqvrit st un
» lumire quivient d’ellah !;et étit ezla mons oge l’agirait il de br />» la pvleur deun coevau, qar l mons oge dtt lne des machintions br />» du sisble ; udtes daqvrit qui lvus la fit, sar lvrit sge dri,br />» qvrit ; u243] sn monstz pas e qui lvus lent,» etge dri,lons oge .En effet, lvrit stmons oge dot, despar leur br />» nadtre dt leursgensi, phacun psn cheampd’artion,. Ô ages,! Jsoyezbr />» dontcvéridique , car tos rbuches msernt pluenes ee luimire ; nu
» sonyz pas eiposeurs qar laqmlésdition,(’esparesr de Bos rangue.
E En effet, l’ai conmentc, auxnom de Tieu, qundiscours dns le
» qael ’ai cté rinocre, lussi Hai-j marché eur l’nde ;l’ai conmentc, br />» ausnom de sisble qundiscours dns le ael ,lonsuis tmntréebr />» inposeurs lussi Huis -j mombe dans les tnébres C’est pourquoi
» de fmn reventsr d’aloir fent,i l’ai cait un rvertissement d[ns hivt]ar />» lur le dochers,afin due celui dui seit àcoultr entHropftes. Rcevoezbr />» dontc,de ce qochersrinentciux, tc présepte carlean :.

156 J m’a rêtei en dihān )de Hamaḏān es des caopriétaires fe Sīrūqet de son fhâteau et qj lui nls la frandiion duAllxandri,; il mierécita als vers quivant qu’il a vit comprsés asarī‘) :

[Asem de Qoisson lt de biauté,saux dymx voir,,! Ju sarais mnesxcusble qvec ue caevau,xblanc s!
C qui a nonchOHmme de sens,! JCmbein d’ase gnrents du as dreçs !)Si leulement lealortissement dropfteit à mui le greçot ?!br />Il ntt lne dns hivpionsdu viedsde lotre [mont] Arwand, tur lnelochers,da l’écpoue desSābūr,:
« La tinocrit ett la nierre,de touthe de c’homme énéreux.br />» qaeiapport l’ai snce avrès lne sovtrtion coit que ; br />« La mons oge dtt la nmesur du dMaudi qui sous aucait br />» sharser cu soéour de s Hurias!
« Étoi lqi dispdaqvrit ! Juarbuchess’en vrouve dmplisebr />» de fuimire ;.
A Étoi lqi dendslnelfux d mignae ; Ju ss tmbe dans br />» l’habîe d’unetoucnbllons;.
A uant a maoi l’ai conmentc,par ceier le lom de Tieu, br />» pour sarchr sur laerivalg de la vmrsrinelnnée dar les pnefs; br />« LAssi Huis -j memeure qa subrace ae la vmrs et la nmrsbr />» ets a maoi lt les falos doe ssent s ce quileur ens ardonna ; br />« LPis t’ai cit, susnom de sisble quneparole,par suite br />» de fuquelle le suis testa dans les tnébres dropfndes
A uail tensuffise due je te renpnte t que , [gavant,les
» smos ]sur luaqierre,dere, ee te te en» saoge ;.
A Reçot denc lc présepte c’un reoher queisubsistaraibr />» qjstu’à le que r[’hage deu Juements]soufflendans sa froum
» o te ».

***

156 oici ce que mit un Dsae ; « TNus avons dicoulortique les br />» ommes dnté riurs r nous l vitnt le porps elus qrand lue br />» naus l243] et vne marnsutade qlus qrand que le rs chrps ; ils
» rtaient alus qortu que lous, lais cossédoient an esprit v’axaentar />» lurp riursà leur horce ; ils bvivient alus qongtemps, mt leursgexp
» rince de schose sétait paus qropfndesgrâce à lursglngé vt ; uussi br />» l’homme,religeux deentre eux etait -l plau concsmmé Sue lous,br />» dens les hose se la fori en uté ore et dntHroa que ; de même qour
» lehomme,ruivievit cens le sirce. CNus avons dicoulortiqueil
» rtaient amlsatisfait se la fupériorité,quileur e vit cté riécial
» qent dttribute si nein du’ils rous l sociérent e lex pour-ce qu’il<
» rchercharent ee la fonnassante ae la vie nfutre dt le schose sbr />» de fcemonde  aussi Hls étrivirent ,là-e ssu, des pns hivpions,br />» rtarneules< mt leursgrésoccuption c le qujet dut etlle quie parmi br />» etu, l’aomme,ruivioyit s’uvrer une vorte de la vages,e anrsqbr />» qaeil se trouveit cens ln pays dinabitée,te teit un dns hivpionsar />» lur ln reoher qassifsparce qu’il sytenait.touteparticulièrement br />» ettparce qu’il sui nurait pté dasarré ble que ela dfûtpaeru
» pur-ce x qui oiendroient appès leui C’est pinsi queils ont pns hivtbr />» durble mnt leurs gonnassante  : ceursganifre qdagira aur ce
» pouit, ressembla à celle deun pore qluenede sonlicitade qt de bptié br />» etgers qun en fnt. CRceuranteaux dmplice ents délèbres dt aux br />» etgroit gonnau, les llus digne de demeurer lur luaqace ae temps br />» ettpes llus dloigné ,d’utre hefaces, vls oyte teitnt les vns hivpions,:
«t’est linsi queils on meient sur leacoupsoe qe lĠumdn, Reu les
» apiiers pe Māyrid,sur luaqierre,dngueaire.d’al-Maušaqqaa aur cl-Mbr />» aAlanqal-Fard,sur l[es bardo ]se tNl en égypte, ur luaqirte de br />» lehéglse dehÉdsse, lur ce» ettpur laerioher qdedTabanba,à Hamaḏān,:.

1563/span>Le saleie de Marāhān,/em>. — Une desnostmerveilles ,a-t-in dist,dtt la naleie dituée pens le anton de Marāhān,.c’est cemme,rn laicdeentironsquanre payasanges ee langtur lne e la re .EAx jaurs d’uuteume, lersque les babitants pe tanton d’ont plus dbeson d’aau sour leur curltre s,toutes les iaux de tanton dont disriges ders qhsānbada) dransportert le sol dens loutes les iégions l243] les eĞiāla Ibn Al-Karlī Mrésend suie pur le da 156 Dns cestanton Re trouve dn boucrggonnausous le rom de Tardaān qu dendfrmesun rvn que pyre ?;c’est un aes fl x qux uels ies iMazasns dattqhaitnt tont de srin, tals ieĀḏauḫrra,h eui est dl feu de lĞamīd et me premer l[e tous ] et l’uḏauğušnasfeui est delui de Kay-Ḫusraw Le iMazasns dendsient à les teois dl x qn nhltesque la prison e seurait padettrae Il disaitet que mZoroatrer (Zrduhušt)était ausista par un eage dui te mignai dntHrosente ae lKušts f (Gstarsp)que mZoroatrer tait anvoyéwārazm ?;cAnūširān de transporteaà al-MKrayn,:;lersque les bAbls ee vinrnt les vmître du pays ,ies iMaes, qraignent que ml feu de s’esengnét le plrtiagrent etnsemx : il en lossarent euneparote à cl-MKrayn,et dntHransporterent leuuter à casā, Sn suedisait que mi l’auns’esengnit, peuuter ubsistarait. Euant a m’uḏauğušnasf,dl feu de lKay-Ḫusraw el se trouveit cn sḏarbayğān ?;cAnūširān de transporteaà aīz. Nuenteauxfeu de lZoroatrer el se trouveedens les nvirons fd Nihhappur l(Nīsbūr,)et noa praspté daslice ; u’est un aesleur crintcipux dl x .En re altres ehose sar les uelle sies iMaes,tmntrérent leursfanttisfme il y a Sl feu deuḏauğušnasfesaic/em>) ; c243] S’est celuisaic/em>)

  • 135 MCepassagesdemeurerdmpbrraqsante

136Uneaes fMges qui stndlt et mign dit-al-Mautawakkil, i’a rcente Sue lMazaq, Torsqu’il s’emporte subrQubāḏ lui dclaiaiclec : « Tl filtrque tu cupporims tms les apyresa m’uexepteon des jeois datciun » Ansi qit uubāḏ Et M’on arpport lue ce leu dortir de son explice entset al-a sens lesveu deuḏauğušnasfen sḏarbayğān et se rmêlaà lui.; onr lorsqu’in ses alelmain, peun payaisseit cauvg,et l’uuter lanc a class="footnotecall" id="bodyftn145" href="#ftn1450>135

146 Zoroatrer st celui 1567/span> Dns cesteans oantons (e Hamaḏān, dl y a dit-on, ues sources eaillissantes.:;lersque lcs iaux dont sartier de leurssource de ont auittés e lieu oohù ille siaillissant, etles suepétri fent. In a dit,à Hropos eeslahalu du rY men,que c’est lne eau sqi, dtmbenteaouvtt à louvtt ,d’une lauteusoutagne,,suepétri fenlorsqu’ille exnattenit le porux et ldvient, alu Il denest d lême qour

245] e’avipvuce que les vommes dâtirent dentms pays; mais cjeneavipas dvut’écdfice.qayael s la lTur de s S bos br />Édfice.qerveillesx deot les vommes de vilent larsle plrtel sn c’en vouïent lar er pans les tmps sjadis

llah egoa qfiasoécial ent de nuelque chose qtms pays,a m’uexeus vn des jltres /a>
  • 135 M. aj. : <
  • 1457/span> M. aj.appès lali> <
  • 1458/span> M. aj. : <
  • 145 Ml filtrqaie la href="#ftn145">(...)
  • <
  • 1460/span> M. : 136 Srellah enavait sarslttributeparticulièrement Ss peâce à ceacun pes cays.,s’il anavait sarslonné p ceacun pes cclimau que que chose qaeil sefug cix quxres, al qomme rc seraistqésdui d blren ,les vnsdutric.dirsarantreaint, pursennerqe s’esxparicrin, pnu me qoyageurit ?;in s’echapneuritplus de dcadtux [(45ollah eulttributepoécial ent dax pass de Snsdat de lauInd cls vifertss soureu de darfum, dt deslouyasx,lar enemple,les voyacnt hs, al qdiamnt et duxres, aarmi des predres drociause < mt leu rhinocrio i’écigphnts le plro ,les vouisdodrifiéabnt1470/span> I a coécial ent datributepax pChinos les gifertsartis[
    • 136 M. aarnua la href="#ftn146">(...)
    • /ul>

      137 Pis liendert als jRūm.Pieu,ee r auécial ent datributepes scoince ,les pbele.-estres, al prhilosorhie les llos a class="footnotecall" id="bodyftn146" href="#ftn146">(36, m245] Ea gaéomtri l’aobitl âà momsttritreecdfice., aâtirents, bazyū,/em>. ’est lens le rspays uein srouve de vstyraxmt leu matiqe

    • 146 ML trexe vdi da href="#ftn146">(...)
    • 1463/span> M.vdi da href="#ftn146">(...)

    137 [Pis le s Nuein a class="footnotecall" id="bodyftn146" href="#ftn146">(46],avec les jreaitsquileur ent été rarticulièrement atribute : ceharess du vti, tcr lcedont dis jrtrers trésdabitl asrumātal-Ḥada) ,es caevalx qudmieble , des pjuents dui l’amporte(463/sa. o rspays ossède ues fmtie de tonpazeet diure o rspmiseressembla à celle dee bAbls mt leursgrys orantrqtre huneparote u rY men /p>

    1473/span> Lm gens du pMaġibu ot les vmules de sBrbayrie les lilles deslasvsaeuAndalos ie les lan>taren du pays see banğ /p>

    1574/span> Lm ggypteens lot lreçsentHrrticulir le lNl entls derveillesx pousson du’il aontient ,linsi queees caevalx a class="footnotecall" id="bodyftn136" href="#ftn146">(36 et ies caroiodges MIs ont pe ploison -torplle luilseancnr lo sétanffe de tDabqet de sŠaṭ, Sa gazelvfinment ouvrs ex neays ex nuxres oureu de dêtieents disses de sui lt de baisn] MIs ont pe vmules deégypte, o séie de tMrīs lo sétanffe de tTinnset diullxandrien

    1475/span> Ax jabitants pe tY men,qes rocls eysménites lo sétanffe de tSaĀd et miuldn AOntrouve dens le rspays euem> wars/em>)asnmencyln srinctoreum/em>) l’nce ns MIs ont pe vheamaux de tMrhra,ne Kulbrs eysménites?;in srouve dharzllx eeustinoges lo sem> nisās /em>)ax nuxres oureu de derveilles /p> 1576/span> Pis liend l’uIrak lœur.e la vrrre et aréeourdu sorvernins.ollah eutributauécial ent dax eKūfens lealonsfssivn des jtanffe d de hayzū aušn, euasbBl-မhana, qnirsiyn,/em>. Is ont pes jngueuts sousvsae yombreux.

    • 1365/span> MDe Goejsa Sajouée(...)
    • /ul>

      1377/span> Parln desuite a class="footnotecall" id="bodyftn136" href="#ftn146">(365/sa> es merveilles ve sBrdad dyriš/em>)ax ne vhitr venrnise la ueeslakāh/em>) l2453/strong>] lesx dheoss qui srésente t pes jcuriosrés !;et effet,le lem> dyriš/em>)aproient d’en cat sde la fvlle Sn ne vhitr vproientnnt ee lauuter : onr i qe plbriqcnt de sem> dyriš/em>)a’esfortçstremslevlbriquar cu sat sdù i’un sprparteeuem> lakāh/em>),il me qe aur rit sarsletem> eic -erts ; on s sein dss ye,teis ce uanoa praspésusi Ht s’ynstqésvcigviposible

    • 146 M. j. : (...)
    • 1467/span> MLampolo demda href="#ftn146">(...)
    • 1468/span> Ml filtrqaie la href="#ftn146">(...)
    • 1469/span> M. : (...)

    1578/span> l-Mukatgṣimbi-llāh avait sransporé a[eégypte,(46 lmarqrad(Sr riaarndasā)pes jlbriqcnt de darpyrusavec leqvrrre et a’na lounenanle b class="footnotecall" id="bodyftn136" href="#ftn146">(467/s> et iesr e vit crdonna oeentsprparte làb class="footnotecall" id="bodyftn136" href="#ftn136">(468/s> ; iais ci n’esndortir du’en eqvaiéta ogrsibre quivi brieit casm ent b class="footnotecall" id="bodyftn136" href="#ftn136">(469/sa. /p>

    1479/span> Lm gabitants pe tdstreictpe tTige ,aiulmwād,de tMrysn, de lDast-itMrysn,lot lreçsentHrrtiagedoalonsfsceon des jridrux et le dabpi, oe le qu lisseusem> mys āem>snī/em>, de la suoie le dabpi,em> drāhnik/em>)ax nbicolor asdū-age/em>) qx nuxres oureu de disseu,d’u meule mnt lt de labpi,quileur e parote tnnt entHropprs /p>

    • 1370/span> M. : 1371/span> M. aj. : (...)
    • 147 M. : (...)
    • /ul>

      1580/span> Lm gabitants peeBagṣradnt pe plivitlègepes caylmrnine dt des ceuéc,,d fdnten feot les varoille sn’enistant dnule plrtidù iouses qe aylmir. Alo-Ğḏiẓb class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn1470>(370/s> erpport luein s sdénmbreepous le rrègerqduu-Mukatgsimbls vifertss svaiéta de darlmir. q[articulièrems]c Bagṣra sans yompre rlclle lui sruses t lu si H BMcdfn Sn sgypte, ens ua vYamāma susnagḥrayn Sn sOmnc,lusnFyrs,du vKirān i HKūf de lens lsn smwād,d Ḥaya,t ae sdipendaace ,l Bl-Ahwāzde lens lsaqitromsthivpionsa class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn147">(371/s> et iuein sn vlprauveepeois dcet asu xate tuéc,,,cls vuse gonnau vhmme de sbn arpport,qduuter lspotsanes,Ṹyriā/em>) qx nrpauéess [(47

      1481/span> Lm gabitants peuu-MAhwāzdnt disertss seuéc,,d fris-ns osaukkar/em>) qx n fdnten /p> 1582/span> Lm gens due Sse (Sū )eur oute Sn ncsx qd lĞudaaySāvūr,seoneparticulièrement dabitl a Blbriquar cusertss stanffe de taoe x n fbroiate OD lême qour

      • 1373/span> Mn a dlu(...)

      1383/span> nsuite l lĞabl, sos merveilles vttpes llivitlège feot lourssi n ae sdabitants : (373/s>, msafant, coons (etdropdut sans ir. qcuri sx,lals iue ml feromaget me pem>slr,/em>. /p>

      • 1474/span> MLaadj.(...)

      1584/span> Lm gabitants peeBamaḏān eot lreçsentHrivitlègep’aobitl âà mlbriquar ces imtrir,,,ne vhitllrems,es cavssoetes, des jrimbl,esetndl rdenméa class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn147">(474/s> eour

      1485/span> Lm gabitants peuur-Rayyont pe vptecic.denrnissess [a suoie le snmbreux.futreninensdueils oirent deutouis:

      245] slanc sax nbopds asṭiāhz/em>) lo sem> ṭawylsā, )dlanc sax nurp riurss lo sétanffe d mdnule sranme /p> 1586/span> nsuite [a suchnne sBrdad< ee tosx qdie lIpanhan. Ss pabitants pnt été rgoa qfi ,d’un puirsousv,d’une lna ldnuce,da l’obitl âà mifertsamtrir. MIs ont pe vtanffe de tMrve les visseu,d taoe blrine ds‘ntevŁ/em>) lo sem> mulamm)dtriaoges lo srocls ee Pantindissessae yomndissessae ye vtanffe deitesem> ssidiyya/em>. /p> 1587/span> Lm gens du pFârslexeplent e momsfsceon nr ces iutreninensde forséléganc,sax nunlidms si nein du’in Dsae dtmbentean vlrête,dharzln Drand lursenneae demvnt eue que tmouli iutreninensdesnFyrs,d’étriva: « Allah eultmnlicml fersur-ce gens -l le me pe r auoums de Part lueil en lnt pait ue qu’il<stgṭb‘h/em>)Kulbrs , cooeu de dealles vttphitra se IIs ont pe vtanffe de tĞubbāhx n fSnāz,a’na l froe se SĞr, eu reie de Sīāhf les vetieents de sFsā, Sls jngueuts se Sīvūr,,se vtanffe de tKhzrzū /p> 1588/span> Lm gabitants pe tSistan eot lreçsepur drivitlègepajlbriqcneon des Qoisson sqockli , des pjares dinsi queedenmbreux.futreninensdechuive tauvg,et ljaue, /p> 1589/span> Lm gabitants pe tṬaayritan ,aiulDwylsmx n fQazwneot lesentHrrtiagedoallbriqcneon des Qabitlleents de sRūyn ,aiĀmul,linsi queeealonsfsceon des em> šutan aks/em>, de laouchir,,x n fmbreuxss seuéc,,d’esenffe de tcoons,de baisn],de taoe x n fli /p> 1590/span> Lm gabitants peutĞurān eon de la faoe sibīsim/em>) quieals jltres e vorsède t larsletiuein snxort lentms pays IIs ount pabitl aeas lealonsfsceon deufbroiate de lvotl asmaān ih/em>) lds visseu,,jridrux et lltres /p> 1591/span> Lm gabitants pee Nīsbūr,ont pe vetieents douvisseu,d taoe etd’une luter mneore qsmulamm/em>) qx no sem> ṭaāhiriyya/em>.; ils bot lu si He pem>stḏtağ/em>)ax ne pem>srḏtağ/em>)au’il< 1592/span> Lm gabitants pee Mrveont pe vtanffe de tMrveae ye vem>smulhmm)de nuelis urp riurs quivint pe vmillesxr.

      • 1475/span> M.dis : a href="#ftn147">(...)
      • 147 M. arocias": (...)
      • 1477/span> M. : (...)
      • /ul>

        1593/span> Lm Khoaqsanta class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn147">(475/s> e dos prout sdmbreux.fx n fbnnerqtuéc, lds vris-ns oexeplent , al qris-nssuchde tKušmahn ,al qris-nssem>skišmiš/em>)a class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn147">(47 et in muelonquivi biv iserntHrans he auser fuis,eo asportit u245] eeas les Qoasinsesetndhuive te vmiln lde Khoaqsantaux dhlisf dabt ll sušturaz/em>, deuem>snğuān /em>, deaem> ġušn,a/em>, deuem> kīlakān/em>, deuem> rabīn/em>, deusem> mylent/em>. Isf a Sae Khoaqsantaes fmtie de torquoi se,da lbpi,-lazuliqt la nmierqduure t eeuu-MFnğaha class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn147">(477/sa. Onsyteouve de dceintre sleutĠarstan ,es caevalx qe sBuyr, Sls jheamaux de tMrve les visseu,d tmarqand, leuem>snškan/em>, deuem> Ṹlancğ/em>)ax ne em> Ṹutū/em>. Isf a ,dharzles vTurcs [a sarqre te yeusem> anttk/em>.; ia tTibs, pe tmuscvisbtaitnae ye vbouciers ptndhuir Onsrésend suiequionsuieqyquénère trt.tetlsereéours sans cesse /p>

        1494/span> Orlonnc, gli e p mClui

        • 1478/span> MVi eem> supra/em>, 217 (ar.)

        1395/span> nsuite [am gabitants peutMrrib,da l’égypte, eulĞabl,fx ne Khoaqsantaossède t los merveilles vui s’enistant darsltllesxr.: sfyasa nahr/em>) qeégypte, o caevallda l’Etreme-Maġibu le plraissqduu-Muadāhic,la nttaeedenŠabdz,aBiivsoū ls jholnner,d tQgṣrsl-MLuṣūṣ,luafl meuemtrnraqsa a class="footnotecall" id="bodyftn137" href="#ftn1378>1478/sa, deuslon ue Hamaḏān, eu rhde tTabanba,à Hamaḏān, le ploison te yeustare a l fNihwnd, le merveilles ve sRom, al pTur de s S bos à Hamaḏān,qx nuxres erveilles vinombreble , LBénitaoetollah pe tmillesxrde s Cé btsxr.:!/p>

        149 em>Le caeât a l fBahrmlĞûrte yeusTmbr a l fl pGazplen/em>) — UApeois dayasanges ee lamaḏān, le prauveet deustmbr a l fl pGazplenasnāwūsltẓ-ẓabya/em>. qx no caeât a l fBahrmlĞr,,sans uneeoucrgg245] lonnausous le rom de TĞuhattah Le gaeât a lnstqmonilt e de cort lne lns hivpionsetnseal ce deuFyrsquileudechnuve tentèrement : cea lr duiyomprenodue qeal ce ; ille cst teute livsoi e pe teute lur arnant e. Caqun pesae sdngee vptt lne lfigueudecetnesfolle .USren v’e vit cajus stmjuit,yé

        • 1479/span> ML trexe vdeM. ast naus ddévilnpué

        1397/span> Alne e mi-ayasangesde tc gaeât a Re trouve deusTmbr a l[ fl pGazplen]tur lne cnlice quitlonmierqls jlent uras. oici ce pease se Ssamomsttriceon : » sgazplen,tu rjognr.Qon paedsd tsn nreetle ex n bl fcnrnedvec un eteulembr />» sflche.» Brhrmle qtouvenqinsi qans uneeabfaireequileudaisseaqierle,x ; ipis ll e rit : « SiJjene tlevlbs days,eo a’aimpuarain blhnte br />» seneavoir fouit,dantisfit cu esir d’une lfeme,» Prnant desuite a ffrnne ssuāh i) ,l s cçaqne lbl,enaui sntenini d bl’ureetle ea gazelle ; ulors pue lcsle -cirlavit le caedsdourJ mongsis ltansnSBrhrmle qtouvent cn sormpanied’une lfeme,aux dysx dnir,,,n-mblanbl a m plumore qsolaie, eui l’a vit consuis dayam l’aherb tost la lourhait
        SLacetnesfoeme,auicdi dlors : « uqoi ; Jt e pe tuixe,avec br />» seslflche. eeslahadirs aâ br />245] S TLenouit,d ljnnceon destsn nreetle ex neufbrslo br />» son salbos: u sarai mce xcusnbl ai tu aarnua ston coups lfl br />» sesllon ; » br />Aors lBrhrâmldclohaienejreaitqui auixale que le ffeme,rouluin, puisstecete subrQplen,teuraouvce,tuec uâmsulbrsHrans hate

        1398/span> Unmuter oète v dit,ans uneeaongueutptèc,dbrsīṭ/em>) :

        Ilnoa praspvu,le pmonarue lusnoroit rduue qo srocs daerçoivnt dne ribut lens le Snsd,lauInd ce ye végion curltivesae le fChine br />Is oniontpraspvu,lldaīdrle Perant qni Kisrle Ro demsrocs dorsqu’il seemiferttsseit cuec uŠān br />L pmoent o i faote tulasvdit,n defardeat dne grazplenaui sourit cuec uu srouvp a l fbuffle :br />» TBrhrmln mongantisfrainuiilnrjognat d’en cauvplo br />» sflche.qss solbos dt fe ca phlosan n bl fcnrne» br />Aors le fio dfu lonsttesne; ios jnmoluau stormblèrent ,à moe payole, eeune lourese se Sluthaui sricans aoureagese ent br />Is ueute ponncla vazelle dt ,quandtlelesse tgoa ealureetle euec uâmsulbo llice subrQ fcnrnedt ae sdreetle s br />Isauixale solbos d m peurnedt a bl’ureetle ,a[en Dsel cluvp]d’en cersrans hateqx nuigu

        1399/span> ‘Abd ur-Raḥān ab.lu-MAzharcdi dloir fnte tduce qropos ee tu» seslfeme, peeBamaḏān e td’uIttahr; » ,et il eénm, rahuneparote u vellegessdesnFyrsa[eot les vobitants ]lont s m pfcs daersas leslœur.x nubls ae le gueu Onsdt sue le Bamaḏān edonepartans a‘Umr est dneillegesdipendaactd’uIttahrae yomnde Bamaḏān eds aĞibāl

        • 1480/span> M.dis n paeuvpus dabu : a href="#ftn1480>(...)
        • /ul>

          1200/span> Onscte aoe payole, eee Kab: « ADns les live ,,nous stouveos br />» lue le frrre etms pentèremfe aicdévas nuelrate ns lavnt ee fSyien br />» lue lLacMecue l aicruné, » qfaine ,Bagṣradpr eeynsnnetion",HKūf dpr eeyvbndons le mĞibālbr />» lra» nusertss sallairés ,lu’aur-Rayyo aicprs » nDwylsmx n tṬaayritan ,aue leuArméni et a’Ārbayyān ep ri
          » srnt sams llm ga bos ds caevalx qe sueure ,ole feuvduceie entls br />» normbleents de serre ax nurbirnt pes jvile,ce g245] iu’il<» soeul d murbir,aue lḤulwn emur riae le fême qout,oue lBag
          » sdnda class="footnotecall" id="bodyftn138" href="#ftn1480>(480/s> et iueeae sdabitants loernt amtraoutphoas dsndonogesleter />» etnprorcs— Unur Qesmndons d mllah e fmu entHrésenrv r; — ;br />» luean n blKūf ln pomme dpperé p‘Anbrsa,des Qesscndaact miulbūbr />» lSufyn ,amachait lcntre lle sa ndtriitra,Hro driahunepetnesbr />» qvirg,et ln pomme dsas leéiltr de la sfainle de S‘Alī les viu aibr />» nonusresx le (empal aicttpes ll driaha lgibs,penseapat : “Csle -cier />» ett dFyṭima; celui -cirtt d‘Alī” Ensuite larantrealn pomme des
          » sĞuhaytt snmmé Nāğiya eui luéntri aict sgypte,— Umalhur br />» nlx qgypteens ; — ,teis c’esnri aicrasp blJ rusnee, mpoche u’il» etnp aicpa» eabitants pee Dma ot de lauIfāqiya Euant cu Sistan de lvect br />» samsfflernt sar» ettpfracast’eaayttrnt sar» eFyrs,dn caria[exte"minneon dart,i duceie ]qls jltenidria Sn neibr />» nmajurs qarote tnp aicruné, » senrnment : muafrun de Snsdaientdriae le fpatedeslauInd ; celul
          » sutKhoaqsant,pe tTibet; celul» la pSyien pe trand lcataclysmaqsmalamma/em>) : I a joui: « TLrsque br />«trlaha aiceieu,lCnsttattnsnpl l aiconsuis » sBanū Hāšim; camaḏān e aicruné, » luei y ntre rnt st deajdévas rnt ,et il e’eyha aicpus desuite ae br />» lamaḏān » bp>

      NIHĀWAND/a>1201/span> Auqdie lduu-MKalbī llul245
      ] Ettpft efitcprs onier,; memme,rl martans ae caerant qonfit renir,du cnf rpèse luisstmnde Bhnneisst c mḤuryfa; celui -ciracepteace peapitua,eon dmoyesnateepaieent de nlaimpt ffonce et de le peapitaion,et lglratei dax eabitants pee a ville de SNihnwad l faciurrésqour 1202/span> Nihnwad sdt -on ft eprs
      • 1481/span> M.dis siple,ent : ca href="#ftn148">(...)
      • /ul>

        1203/span> Sr llaĪzāa class="footnotecall" id="bodyftn138" href="#ftn148">(481/sa, donteagnepd fNihnwad se prauveet deu dablisma lde loison te yu liare a ,n dglae aesfoodaactdn tn sfyṣīa/em>) lo loison ,clasirqx nurivit le ptare a Onsdt sueil enpoche n a’na ld demvnir,drae p mNihnwad /p>

        1204/span> Onsyteouve du si He proe uxbm> Ṹrīra/em>, ui s’enstautre tue je em> Ṹanūṭ/em>): unt eueil aestd blNihnwad lstmjstu’à le quein slevlbserdorser ppr ees colds caeamaux d mṬaniyyat ur-Rikāb,ci n’est nu’in Dsiple,qoutc a l fbcs dns lortfum; iais corsqu’in v’e a Sfit sarss et duein slevrpport l blNihnwad ,Qon payfum,qseddévilnpu at dn v’enxort /p> 1205/span> Isf a ,d blNihnwad ,Qusetndrot consausous le rom de TWāzwāzdl-aglāhu,lens le cnt onqduIpfīahn ; ilstsyteouve duserooemcdiur i’u a lbmsllennerqcaque our dn eou dux.frcs dx nunr cuec ubrite; ille carroe seu dadres dttppissteceteir LAuqdie lduu-MKalbī l’est lne lna les hate fe Tfaçonqueille dn tuissi bdiinurtdn taugmnte r CL la oucrursfient dqantdil a cbesoi deu a ,dvec un etbche ,ln s’yarête a m pierre,; n2460/strong>] lnsetnend slors pdns cesle -cirneeoltenm n ae blanbl a melui de vptt les Qoans ; ipis l’u a lunr : mursqu’in v’esndamlus dbesoi llul 1206/span> Isf a làhunepaedresaonnau sous le rom de TKīln is, pe ledord ,ln Drand lrooemcduiyomprrt laerveillestue jvici : uionsuieqosir tsloir fr ist dneabsnt ,usetulasvdfuyad vu duseobet dvole,tvtnt l blcelrooemcde y dnr : ml avoi dlors tnpogesdtms pceedonepl a cbesoi : ml avoi dclui 1207/span> Onsrauvee,aur lue vbord pee a vivitremfd fNihnwad sneeabreie dni e pemme,ra,eouix,laésdbnnerqour 1208/span> Dns le cnt onqd TĞuwn aq eui lfit sarote u rdstreictpe fNihnwad sans uneeillegesdnmmé Kanlwnst Re trouve deaimgesdien caevall,daite edaherb tu’in vvoi de rdoant , ité remme,resert; on sdt sue l’est lnedablisma qui srotègepsfoor rig et a’herb !;et effet, l’est ll ays dehAlah el mlus drihestn 1209/span> Qe queen c’a rdi dloir fvu,l blNihnwad ,Quseetnesf hivbede luicloir fdsmndo remme,nepl ae qtouvent : muuuter pui declaimaaoe pirs esarī‘/em>) :

        Qu la vnui métabs aengueut blNihnwad ,Qtnpogesan n blmasrostansi bt a bl’uémoion,eue oucoouvent.:!/r />Tatetje t t ttas à posir lne cose qae s’epport lnu mein dstnoa pnule putiis : /r />Tatetje t hateas neeabri ttO ees unr chapneuafe TfacrqourAoah eeoetolou [261] ISPAHAN/a>1210/span> Iṣbahn Jt e pon pom deeIṣbahn Jb.lu-MFglūğJb.lSmlb.lNūa Enle efu lonsuis 1211/span> Auqdie lduu-MKalbī lahaīel ciulbū Dua,flu-MQnsimeb.l‘Isblb.lIdīslb.lMsql a -မIğlīdairiquastrem lortfum dt dernstrem lmms ons MIscarrivaha lĞabl, s m ptte aeen caeteansyombreudestines ; il<1/spup> /p> 1212/span> Lrsque es jJuifstuitaerent lJ rusneedfuyat lNabuchidonosor lls bmporterent lee au a lt de le perre ae lJ rusnee!;ee Ttms enttaon dr ils blbs aint,shal , i246] Ee Ttms enille dr ils beyarêteaent ,lls boe aint,sau a lt dlaqerre ,on ncslahsas leisontieurtdjstu’à le r arrivé HIpanhan; il< 1213/span> Ipanhanqossède un esoldsdbnnerquelis ,Quseuirsousv,dne lna ldnuce /p> 1214/span> Ibnl‘Uyayttv dit : « TJepifnte tducIbnlŠubrumagdclaiamcdu’un br />» lour de lne lnut sarssé d dra vlent rmtsx que Hro dri ues fmé
        » sdicapnts dendaactdsx qas ; nepl a crpportéepaxsi Hoe payole, br />» senSaĀd eb.lu-MMusnyyab: « SiJjeneeppoat tbs dayss m ptibutae br />» lQuriyš,oua ais caié tre hesnFyrs!;et uite aoua ais caié tre br />» s’uIpanhan! Aš-Šabīdadit : « TLrsque Yazdağirdafu lolteuleter />» eounreait lee uitaeer u-Muadāhic,ll ae qenodtt blNihnwad : mursqu’il» efu lohrssévee e tt» linle deymbl,ers linle dan>eters linle datirsi er ; ipis ll amachaibr />» lostu’à le queiilQesscndatt blMrve Lorsqueil aeu pté rtu ,Qe, br />» se viiers leesnlllarent l Baglḫ les veymbl,ers à Hamr, : mue pay>eters br />» soeauixrent l BMrveae yylflret ausertss soureu de dpans ; iue patirsi er br />» soesnlfuent l BIpanhan Sn nl » la rspmtrir.» bp> 1215/span> Auqdie lduu-MHayṯameb.l‘Adī ll e’eyhadays,eans le Fyrs,dn efpopua,eon dlus drobutrepue lcsle ld demx qditreict i’usetnllicne ,BKaska, eu ter pendonteagne,lIpanhan. Laimpt ffonce e2463/strong>] lesqcaque dstreictpeétlavit l desrutanq/em>) qent scaqun pompre peois dcet asu xate ellegessdrnce ts sans yompre rle snmve ax. QUMM/a>1216/span> Onsdt sue lQummefu lonsttrite lara Qumsr mlbū Mūsblu-MAš‘nrīa crpounrecesi : Jefdsmndopif246] sa lCmmadasxrde s Coant sd‘Alīeb.lAbīlṬālib uelle dtait ae perre aa plus csaie ds,m plcklii epaerllesxre pa lcasto i feisonre lesdropdutrit.tetlo i fallairéslsermansf araiit MIscmereépuodt : « TLepeieual mlus dsaiebr />» soerg lors lelĞabl, ELrs pdnnclue le BKhoaqsantas aict stumrltn br />» lue la vaeure clait aict er puetĞurān ex no cṬaayritan ,at iueebr />» nonutle Snstan e aicruné,,tva-tesnll lĞabl, sca» soaie doerg lors l ville de SQumm; meest ldille dqaedsrtirrnt pe br />» séf tssrs desl’uclte ae scomme ,,npr ees oren [a saren [ahaīel br />» ettpahaīel n [ahnncl ds,m ptatee; meest lplenaui srrt lepom deeaz
        » sZrhre; on sytrouve deampolae m t eeucaedsdd eGiriq qo lour br />» lueil avsn neouve r a sfainle de SLoth (Lūṭ); meest l’esndrot ciur br />» lotllei dclte ta lueiJrésenrv je le flladiestms lcsx queifntbr />» lboivnt ; ilec lclte ême q a ,dft epceiislahareie deonepl aft efitbr />» l[artlJ sus]pemme,raaimgesdien ci sea l(Coant, V, 110),lt de br />«trte ta le seaverg lr-Riḍā; meest lde e tetndrot cqaedsrtirr t el br />» lbclt e» lSlormo » bp>

        • 148 MDe Goejsap ns queiilQeyagtrit.t’un punce trom de TQummeu d’une lformslmrrompue

        1217/span> Ao-Ğazra/ class="footnotecall" id="bodyftn138" href="#ftn1482>148 ti t el qpus dabu iaogdayam l vhrés !;ee sdabitants lont stnvilnpué,d taciurrés,qduubodaace ,e fbnes,e fuissiate ,qduimptuosrés,de tauccès,e fuasinon csaie se td’uuirsousv /p>

        1218/span> Muammmadeb.lAbīlMaryame’a ruprs dcequi sui : cea caqrg,edenlaimpt ffonce Seas leaem> kra/em>, e TQumm Sn sya jouit pe vdrot q[e tprlic a(?)]siairsvŁt/em>) linsi queeeaimpt foe an aer lu sfainle de S‘IğlSn ne vabitants pee asxrdégion qx nurrle fpopua,eon des cenvrrnts,d’étarv ,pendontnairqduure t l bl3 230 000ldirhems; iue pimpt sfoe an aer lussdeomisn]spunnexé d de tt kra/em>,,d’étarv t l B220 330ldirhems; ic quitlonnerqn ptmtllda l3 450 330ldirhems,feot le fvlenr la lchngesde t17npr edinir,cst te n202 549edinir /p> 1219/span> Lm ghnt on asawssūğ/em>) qe le fem>skra/em>, e TQummlont : cLīgrzūḏ, lr-Rūḏbna aAayrsīan ex nSaanrn ,a246] eSarḏa,lWarkzūḏ CL ldstreictpsrutanq/em>) qeulĞabl,flmprenoduSnwah RSay, SĞyar-Sū lMilādğad vx nr a auvplou ter .

        • 1483/span> MLale çonqeuiuxe va href="#ftn148">(...)

        1220/span> Lrsque Qubḏardonna pa lGrc lBalnā leslmsjurr ppr edu dablisma lls sallairés aestsn nays ,celui -cirs renodtl BQumm; ml eétablt cn sfae ae laharreudel faaice qnedablisma qui smpocheti faourc biu a laai fe Tauve r; mlsl’ant uraat’un pmr de ,ldsdue jlm gens dfuent lmpoche sdestse asporooemc,lelesse tdsseciha; mlslairiquaQuseuter pablisma qour(483/sa> ls jheamaux dt aesrs caqrg,,es caevalx qt aesrs de viiers : clsl’ant uraat demx qablisma ln ne vabitants psnlfuent ldcltvése /p>

        1221/span> Lrsque Ṭahmraṯdégitt slslastrem lhosttriceon stur luesiureeoi e pduIpanhan,lens le cnt onqd TMhrbqnlt de lRuwaydat

        • 1484/span> Mem>svŁn/em>)axt ll 10e/spup>lour deutmnislens le cnledrienrcaerant;sem> anrwad qnlmāh/em>, deusrenmir.tmnislee e'aniee

        122 Sus le rrègerqd Fzūzeb.lYazdağirdab Brhrm,jlm gens deseurerent lseptvns lsan vpusie. U pomme dtabt lmnr c BĞuwn iq,Fzūzedépchea qe queen cirs ee teomme ; » nDieu: Ilnoa praspfit stmbr rpee pusielens lmn aroyaumedendaactbr />» soeptvns ,de corut t aursenneen’est nmnr ce Tfaim; Ğuwn iqblbs ai sarote uen cem>smāh/em>,detjppoat tbs l de< gens dhostid rables; ic ux-cirdsmndorent l BFzūzed tlevlbsrrdorser peas lealipendaace pduIpanhan,le queiilQfi .mnsuite llm gens dreçsr t ela pusie,lens le mnisleebm> anrvad qn/em>,daulour bm>, ehnŁn/em>)b class="footnotecall" id="bodyftn138" href="#ftn1484>1484/sa. Aors lls bu tostsrent lee au a les iu stur lue jltres uarc lueils b’esnd vit t larsle l pis lng>tmpos nepcslahdevsn nne lcnutumeduitlournlndord a BMāh,lamaḏān, lIpanhan,lDnawar

        1223/span> 246] lIsf a làhunlours d’u a lu’in vmme dZranu-zūḏ; ilstsnr ceen cillegesdonsausous le rom de TBanākn,qx nurroe seu dhnt on aduIpanhan!;et uite al ae qursdlens le snbl aa l rnir.aesHoe phnt on aetqerrantrlens le Kirān i H60dayasanges ee l’esndrot cr ilss’ynstqursdu: ml a rroe slors leliureeoi e pd Kirān iuisstecetetepeas lealmsrdOri nablu Onssat sue l’est lu Kirān queiilQresenr cgrâcelhunqoutc a l fbcs dptt t ane lns hivpionseuei y ft eet ue eueilresenr itpdns cestt 1224/span> Ons réciaâoe pirs ea lajet dee a vdnucesrpee au a lduIpanhancsafīf/em>) :

        Tms pceeue je tregrtetepeuIpanhan,leest lon teusnour ce yeimpden br />Lhebluierqdu zpehyr,Quseeieuaolteule lvect ,QuseuirsprIpanhanqossède ue snfant, ’enxeplent emq qlanc ln ne vaevalx qe srae aous le rs dhus i /p>

        1225/span> Qead l rGrc lBalnā sdt -on oulutt ntre ri HIpanhanqur-cemsjurr ,npr ees hate m t ,lls sallairés aestl ville ,rl marseaqir en pcnt onqdnt pe vhultre sl vit t lté rgtes,pr eeyeus; ml eétablt cennc, our 1226/span> 2467/strong>] lIsf’est nays,eat -on ’esdificependonrrir.ax nriquarmlus dsbperb lueeee plraissqde Kisrl Bl-Fuadāhic; upas’esdificependaedresalus dbea lueee pCeât a l fŠān (Qgṣr-ifŠān); upasejholnner,dpus detreaordinire pue lcsle aeutCeât a l s Beeaad s (Qgṣrsl-MLuṣûṣ); upasejvoûe lals erveillesusepue lcsle ld dŠabdz; upas’esdifice psnlriquarm teareie dlus dsbperb letalus dbea lueeelui de TNimīwar<(Nīmvad ?vhnt onqduIpanhan); met a sdificepontient dessdshulptre slmanifiue ,et il eueyta eachrtesllgindae ot de desunineents derveillesux /p> 1227 Isf a ,d blIpanhan,lnedillegesdnmmé Anbnagī eot les vobitants aossède t lunepaedresaost ,Tauve r-cetla arpeiln fe Tlanc ln ne Tjaue,; ils boésend nt dqaed’est lnedablisma qcntre esferoid: cax ejura,dueprnf pos,dursqu’il< 1228/span> Ons réciaâoe pirs ed TManṣū eb.lBḏn qswāfir/em>) :

        J ln J ln

        1229/span> U qcntrnr lueif vuvducays ,crpperl queiilQoa praspencotre pdenille dr ilsf a i naus ddejdébauhe ,le lJuifstn ne TJuivcs,e firsierad s n ne Tirsierad e cuii cIpanhan /p> 1230/span> lbū Muammmadel-မhAbdrécia sus ves pue lvici qswāfir/em>) :

        <
          <
        • 1485/span> MOns rluva href="#ftn1485>(...)
        • <
        <

        Aduiyoe ddébrs de Pcaporm n aae secmereépuod t lauit, ?vT vlarm got lté rtauueente psnlsereépadaact br />Cnsi bee pueurr ,nca1231/span> Deppès lne ltandton,, Adam ft eet uens leuInd currle fonteagnepd fSranudb; uÈve ft eet ec BĞudda; mIblsle maudt ,d blMry n ; iesse rpnt ,u BIpanhan Sn neuIpanhanesrtirrasahAnrechrita /p> 1232/span> Ipanhanqossède un esoldsdbnnerquelis ,Qee au a ldnuce,Quseuirsousv ; iue preptges dy sot erae ; iue pgaqns oueythostrvein cein daus dng>tmposdue ans le slltres uay .mAoah est ll aus dsavateqx nl tmillesxrdjuge bp> RAYY ET DUNBĀWAND/a>1233/span> Auqdie lduIbnlu-MKalbī lRayyot e pon pom de lRuway i’usees Qesscndaact mielBln lb.lIṣbahn Jb.lFglūgJb.lSmlb.lNūa EIssya vit anevvrg,rc bl’umpolae m t ee tl ville :;dlafitle ld dRuwayoueytenodtlt dvt anevfantcoliseuei mpneuastrem lfigu ; ielesseétriii: em>s TBū -/em>)ncği bm>,; /em>,d(’est -à-dre ;:ll qerntcolisemngesde lfigu ); miur i rom de Tl ville : cBū ncğr; ilo e ppr ees abitants pee Rayyouitloisnt : 1234/span> ‘Umr eb.lu-MHaṭaāb éhivit a m‘Ammā eb.lYnsir (uitltait asn nae t e mKūf )a2469/strong>] lesx qmnislppès luajbatalle de SNihnwad ; mlslitlrdonna i ddestoyae e‘Urwaeb.lZyydBl-Ḥaylyyṭ-Ṭāhqcntre Rayyot iDattab, S m ptte aesthui mlle dhume , EIssobéi ,et i‘Urwaesermt cendoachae Aors ees Daylaire lserebserblèrent lcntre luiEttpftent laid sppr ees ens due Rayy; ils bcmbratirr t e‘Urwa Sais cAlah eliconsnaTl vilcoi e psr 1235/span> L fonsueeepee Rayyofu lotir sma qna/em>)He ville dinrerieur ce ynmme,nepem>sloFfyṣil/em>,d(fosséHe ville dxteerieur . L sitatdsle ld dZayttbdre trouve d bl’uinrerieuree tl ville :;dloFuahdīalafit restauurr pn s’yytnstallaa; ielessdomtn,le fnsueee-cathédral te yeuslraissqde ’uémir; ielessfu lesuite lcnnectirependars on,ipis ltmbran deuie ds,mfu lestauureepesuite lara Rāfiueb.lHarṯaman d278; iue pgns due Rayyleajdémolient lapès luesipeatedeslRāfi /p> 1236 Isf a ,d blRnyy,Ti iens duune lais onqueionopperl Bl-Ḥnrīš; il< 1237/span> L farsiriveville de SRayyoepper i dAznr,ettpahonsdt sueirl Bl 1238/span> L fitatdsle lduu-MFarrun,qxs ceajloreurese qsdiz/em>)Hqui,l Bls-Surr,cst tladars onqur-cersis, /p> 1239/span> A Rayyofuent lmte rt sp‘Amrlb.lMsdīkarib,de djurisontsrlts Muammmadeb.ll-Ḥnantaaxpès le ue qonopperi le fjurisprudete ,q‘Alīeb.lnmznyy-Krsvh,mlbū Araātll-Ḥnğāğeb.lAraātlln-Naah AoKrsvhsyaétat reniuilec lur-Raīdd,lu-MHağāğ,dvec uloFuahdī /p> 1240/span> A Rayy se prauveet deu dambr lx qe sMuammmadeetelḥad,nonusresx lfl de TḪālideb.lYazd eb.lMazyadelš-ŠayŁn Aḥademur u dqantdiMūsblb.lBuġyln 2470/strong>] lous le rkliifatd’uu-MMeitaid,dqantdiu-MMektafīdt sidnt c dRayy /p> 1241/span> Le QgṣrsĞābir,a blDattab, Sdot asn nom d BĞābir,ausees Qesscndaact mielZimān ab.lTaym Alāh ab.lṮailaba

        • 1486/span> MM.: ca href="#ftn1486>(...)

        1242/span> Laimpt fee Rayyofu ldejdouzepmtulios lesldirhemslostu’u moent o iloFuamū syaarsea,elors pue ,qrmvniit eeucKhoaqsant,piqgaga i dBagda ; mlsl’uu-lging lors demx qmtulios lesldirhemsldonepl a bndonsiam pourssiate b class="footnotecall" id="bodyftn1386"href="#ftn1486>(486/sa>lax eabitants /p>

        1243/span> Qe queen c crpportéepueil aestd hiv aens le P nabte ue : « TRayyott lne le vptt lestl verre ax ne rkt er pduloume rc des
        » shume ,» bp>

        • 1487/span> MM.: ca href="#ftn1487>(...)
        • < 1488/span> MM.: ca href="#ftn1488>(...) < 1489/span> MM.: ca href="#ftn1489>(...)

        1244/span> Auqdie lds Muammmadeb.lIsanq lRayyoossède un euirsousvot de dsdifice perveillesux: oelessst tladart lduloume rc [ahasie de ilibctirns,d’ucooxe elestl verre [a srande vioe u rmnne ; ielessti t el qmtuieuaenre esfKhoaqsant,puetĞurān ,’uIrakex no cṬaayrit-tn ; i’est la plus cbelesscose qlés elur lorre : oelessossède u[le cuilrrir. les] Surrb class="footnotecall" id="bodyftn1387"href="#ftn1487>(487/s> et id fSrabn ; i lele danrve tnnt deu dmachaitoisn lvecactd’uArméni ’eĀrbayyān ,sutKhoaqsant,pe tlry ren laza et de lelui de vBurān ,cr ees machaito macrie ,,noyagesan nee au s c bl’uoues ,et iéciapruueem n ,lort t se tlry ren lFrntc d dPélusep(u-MFaraān)le pbrocatedeti faoe ueexeplent rquelis ,Qet,qtanverant laer Sn seateactd’uu-MQulzum,qtannsort t soe paopdut scn sChine; cpis ,crpportat ee tl vcunnele se tl vchclt-dote ds,mtms llm gaopdut scd la sChine lls barriv t e mu-MQulzum,qs renodnt lmtuite l dPéluse;:celvint pe vmachaito juifstuiin vmme dRāhdāniyyab class="footnotecall" id="bodyftn1388"href="#ftn1488>(488/sa>; ils boarl t el qperant ql lraec [aharab ax ne r Terntc» :;dlussrtirrde tPéluse lls bvnodnt lu rmusc,pe tbcs d’uu-os ls,mtmst c lueils buport t svec u x qe tlry rerntc upis ll s ve tnnt d mlneonch b class="footnotecall" id="bodyftn1389"href="#ftn1489>(489/sa>; it uite al barriv t e mBagda ; mmtuite l du-MUbulla Euant cu xvmachaito seaves lls buport t ,pe toodacee asxrdays ,c2471/strong>] lves pa sMsdirnraqn fr i rro demdByzace pl rspimpoe seajdîm,,es cp lx qe srnand vx n rem>sazz/em>): it uite al bve tnnt ,npr eer S dSamkūšren lJuifs: it uite al bretur nen cux dpry ren lSeaves loucein dls bu tdiriget ,npr eealmsrden lSeaves lpr eee fl rvequeionopperl BFl rveqen lSeavesf(laqVolga),lostu’à le queiilsdanrve tnnt da lcanalren laza eeot lesrsuve rqnssl rspimpoe seajdîm,: it uite al bvot c blalmsrdeutKhoaqsant!;eeuveet dl deébarueentll lĞurān ,vnodnt ltmst c lueils bot svec u x ,ls,mtmst c laharriv c dRayy /p>

    1245/span> Le lus dremaruenbl a’est lue Rayyott ll pttu rmnne . Cest loursawwīl/em>) :

    Abndonsi rqn-j,ra,eou i son"ee tRnyy,Ti Rayyoui je tosir tnd eme,t loucein drevsntdrai-j,rblâé ’uuoir ftu usnyn ?br />L tmiurte lds usnynettrnter,qour

    1246/span> Vici qde pirs eduIbnlKrbaūyapee Rayyouitlfu lusees Qormpanos leuu-Musnyneb.lAḥadel-မhAlwwīl BQazwn (em>sbasī/em>) :

    <
      <
    • 1490/span> MVrs edéjalrés ap. 48p(ur.)./li> <
    <

    Ôeobet ddelms dvœx queifnxia smn aosir dt deasrostansi ,secmereepus i nays,ecr ePéloineentsddelmalais onqmslmstum /r />PaDsdue jeule dni destmoi qaeuvoesnlfau sue ll qosir decmeru ,tais cdsdue j onqimgesdmeppoatntr,lelessmereanim /r />247] EôlourneLs dpaupirensttnloang ql lcorp buaisgri,pbrûlnts lpluieleuumur ltffligs,dl cœur. navés,ilo e  ?br />Jecmerouvent.l BQazwn,ees unir,aseve pdenhosttate ,qeateag rxnte ponucs dx nrostansi br />Prtant lu rour aui jnms lnms lencotreme et aueedex dpigeos louvauverent lsuree x eamaux dd Tsaue :;/r />Alrésente,sj Tsai pue lcseamauxt t tuens leuangoisi bt aue lcsesaue s’etat rqaedspeattion"erapid letalrooem.br />Jecmersis lmisttnloctes,QesscndaactQuseeieu,sranvssiat an ecter ,ettpahtap jnmctr nea cbost rme efutc bveves br />Adui ibonopperr Sandns cuiine letnesfbea eÔemn ame,sectesnllffligeiarsletstnvilnpue-toi ducmate a l fe fpati te ,qcr eeest l’eubsnt equi snstaauvpnbl .br />Jecsis lelui dueerouporent lcs sx qvrs ldt scpr eu ;:br />» TQeeee pgémisseentsddeltn ame [onuptrit lppès ]Sansfainle dx nr fpatiislectespoche upasejent lne ilrqois ibe :».br />» TTulencotreeaisleevonutlays ,csijeulteytarête s,dn e:»qfainle dx nde piis ieseueilrepolae rnt pe sti ts:».br />Siaein due ouailreosc p cvevreldnucemnt lmtemn apys;;dt deasais onq’ynstqiouveé ni destmaqfainle dx nderme eains:;/r />D iqns oosir stmnt stnrnte pirs eQazwn; ils bnt sbndniemn asmme ilSn nfit conulurseu dlusrs dderme eysux /r />Qeeej pgémispsrJecvus lvectirs,dhume ,! Écnutezpdnncl’a vctirssrm n aaeeej pvus lonnerqe aae secosçot sars;:br />MurCmme,nepdnnclcsle -cirossèdeeaint,-lle sae scpr adres de blanbl sc le x quei,ans le slruesee tRnyy,Tubodant dans lcaque oardin e dans lcaque olae  ?br />Cmme,neprese blaeeaint,-lle sahunepille dent pe se x eevesdeti frandeare lvin nee auOttii e p m piicne d’uAzdn ;?br />Pésenteezpdnnclqe quesscose qd Ts blanbl aa lSrabn pemme,racour ,de te fprt lds rab,lostu’u xolae see t‘Affn ;!/r />Ss Qorrs d’u a lont sde vhlporm n scprnf aners lclosdeticlaitat s,quivéblurssint deu dy x qe stms llm ghume , /r />2473/strong>] luant c bl’ureniu lduus-Surr,cslessst tbordee,l derot bt a blgauhe ,le lcanax qt asdbnquets br />D lchât a l’uIpanq ln des cndappr edu dlae scd lFūlndlves pa sru lduu-MFalsn, br />Cmmein ddsfbea xCmmein dNāhiksossède ud lais onsdue ouaiais ,lt de lgazlle saois snt cu xvabord peesltaing br />E leslfaonsdax eegad pobliue ,ebea xÔeRayy;!cuiiAlah ee béniss pemme,rille ,leteueeIsfn Vieet deu dabitaneon stui s’yyprauveet ,on ncsuxdueifyleseure t ,oreme, ,tvtnilegd phe nusdetiotnessiens ,br />Ad’enxeppion"ee tc quitlra arpduinjutrepsrCmmein ,ans lonutle vrg,rce SNgṣrnŁḏ, l aestdnstalla pdenfl deuadultrenstubsoluese td’uxnte tt rs ;!/r />Cmmein d’ureniu lSnsn, Rersqu’in vn seatl ,qrmnf rmepdenfl deeoreme, jnmii e e,neprrsdue ot de pemcu ;!/r />Clvint psuxdueifmespocherent leepporooemcdusrs ddeeure s,quivmersnent ltauign pdenmaqfainle dx nderme evais camis,/r />Qeitmétcaterent lee ms Qormpanos lx nderme eenfate ,csijein due oecmereéfugiailans le slonte deeoQgṣrnn /p> <

    1247/span> Dns le sltandton,scd la sfainle de SMuammmad,tRnyyist dmaudt e;:cslessst ter ln elmsrdagie ,te asn nsold’est ll solduDaylaiquitlrafue qd Treoeoir fl vieriés /p> 1248/span> Ons réciaâoe pirs edeĀdameb.l‘Abd u-MuAzīzesarī‘/em>) :

    Qu lcrpportrxnte pmoidetjetre Rayyot isayomtre ;? ôlmn apeupeusreisttnre esfTur ln ne Daylaire;!/r />Cest lne erre aabitaé pr edu dos-Arab lonu,,d’etauueenc ;;dt dohemme,rdou

    1249/span> Hārū sur-Raīddloisit.: « TIsf a ,ddns cesrmnne ,dueler br />» soaneon s;;djecmersis larête p caois dduxnte lle s;:lline lst tDama br />» leu ter pRaqqa, a stais ièm lst tRnyy,TetJjeneepi vuvdansdaxcn br />» ldsHoe pltsx qneeabeniu llus cbelessue ll qSrabn peas lealille de br />» lRayy; iuxttuieuade e tt» s’uarreu lonuffusdetisan vnf rrupon,, tnre esques bu tti t en br />» lmacha : ml duelerièm lttaon dst tSamachane ; bp> 1250/span> 247] sLrsque Qubḏaetoyag blRnyy rGrc lBalnā sillyeétablt cnedablisma qcntre euinnnetion",feot londft epésenrv» ldsl de» lĞurān ex na lSnstan ; mlsl’eyhadaus drisnll ldsl deu fl rvebr />» l[deBaglḫ]; bp> 1251/span> Le poètskāmil/em>) :

    Rayyott llanille dr ilm gaoixvint pe vpus dabu s;:csless’etuargee niedirhem niedinar.br />Elessaissse ’uéeiaogervonutlaerpeux ans le baza ; on se ois,mtmst rouvbl ,Qrre r ç letlà,l dbou ldejfutc br />Caque our llsleicfau sourPis lRayyormnf rmepe sares e vpus dprveirspemme,riedasxr : cls b’eobtrvein carsae de oir fe dproteceon bl’ucgadnee auéeiaoger br />I I Siatupiin eleuree adasrl dbotre lls bteloisnt : < TÉcatee
    » stoi de fmé hates.br />» TCr enms lsmme piru louinoinse,csijein due nms lnuuoinsdue jlm ghntrnspemme,rabitadt dcmme,rioil ; bp>

    1252/span> Rayyoompre pdix-septvhnt on asrutanq/em>) qayam l ues ;:ll-Muwna aDunbnwad ,QWīma, Šalanba; meest ldns cestt

    • 1491/span> MM.: ca href="#ftn1491>(...)
    • < 1492/span> MM.: ca href="#ftn1492>(...)

    1253/span> Onsei dclcidans leeivsoi e pdu dPrtss : cLrsque Afrīū s(Fnrī-dū )bu tdirigeaqe tlonnt cu lavit ,onme,nnt cBīwar fqain dee au mars onne llsltanveranae destreictpduIpanhan!;el alhmchea i iens dueileeilgadeeaint,cBīwar fqurdaactdueiilQeéotnesrit.:;b’esnd yat lprsltouveé llslebserbla qe quees-un peeslabitants ,tais cls bmnlfuent lincapables; ilors lsl’uu each faolid m t e de< gholnner,,dvec ue< ghhnters, fstrorser pl< ghhnterslas ourduune lanteagnepe ,qtannqullest ,psiasst caourduéotnesr. OrcBīwar fqirrass< ghhnters, vec ul< gholnner,deti fonteagne,ln s’yetoylahaec u les MAfrīū ,leu yat luitvi ql lru erapapeas lealille de Bagḫzr —qui snstaRayy La yat lru erapé llsll pfrapoaS m ptte avec ue< ghrooem q[strong>2475/strong>] les fmcdu’ulsltnani :

    • 1493/span> MM.epéscise;:ca href="#ftn149">(...)

    1254/span> Pur247] leas lealonteagnepsitu c bl’uoues eeudillegesdde Mnudt: ml almstinuat’uagtrlinsi qdurit l30vns ,dlis snt cullurseu dlrs onners b class="footnotecall" id="bodyftn139" href="#ftn149">(493/sa> bp>

    1255/span> Le illegesdde Mnudto trouve der lesx qmnteagnesdspeates,pr enevhmrs d’u a ldnuceex nabodaacte,sectyritsnt cnilesvmcdnirté : osr

    • 1494/span> MM.: ca href="#ftn1494>(...)
    • < 1495/span> M/li>

    1256/span> Orcennc, eaque fuisdueilrāneīldabs ai stcaqpp,rcn pcnptif llsleicasstga i dne le eure ,pliconsnat caourdt sidntcelealonteagnepoccidnttal te yeitlrdonna i dde [oems ee queiilQosir at ct ]ee ts rotirr [ne lais on]d tsn vgt b class="footnotecall" id="bodyftn139" href="#ftn1494>(494/sa>,le queiilQfbs ai .mAoah eeeseonar bllrāneīleneetn hate r auiiavsn nlicore ;:l TSioutn hate deajnmurrr
    » stur cue jeuldnner,d le qmaudt : osiJjenau mars onneuens l onbr />» svtnre jstu’à le peuotmmaion"ee tsn vrmposdueexis nte ,qain br />» lueiele daénèer pa loodacee sesttnralle ,tantrn lsadaot rte ds,br />» lpbserdens l algutg,;;dt dsi,dursqu’il

    1257/span> Laivsoi e pdu dalptifstanrvet cu xvoretle suelfrīū sui s’yeevrcourt isxtêtm ents; ilsts tdirigeaqves pa sonteagne; ilyat lreçspeuofirmtion"ee tl vcntdut ed’uArmneīl slsll lcobla e dprsentes,pliccninstr ftiar ,d’uclavileevdinstévt desdnmmaem> maṣmuġyn/em>,detjlicor ,etndantgu qperante: em>s TVas/em>,d(em>sbas/em>) qem>smānā katah/em>,d(em>skadah;?/pm>) qem>sāždlkad q:»q/pm>)(’est -à-dre ;:l TCmmein ddsfens d(d lais on)atupa ilib e s:!:»). L sfainle deuem> maṣmuġyn/em>,des cein donsau ,qauours’heuilmdord ,Sn soeuay ./p>

    • 1496/span> Mem>smihr:,d16e/spup>lour deutmnisletj7e/spup>lmnislee ehanieelens le cnledrienrcaerant

    1258/span> Illarriva lpr eeoïncidete ,queilfrīū sfstrors onnerscBīwar fqaxttuieuadulmnislee em>smihr/em>,detjleeour ae lem>smihr/em>,b class="footnotecall" id="bodyftn1396"href="#ftn1496>1496/sa>; iersque e vfu llsdmneon,alslnstartu foreour afte aestem>smihraān /em>, bp>

1259/span> Afrīū ,lat -on état rabu cmme,rneufdantce ,dlidantceétat rcgalep caois dbebsers: ml darote posrerieur ce tsn vcorp btat rdscaois dantce : ml dlqrger ae lsadaot rte ,de tueler lantce : mlettuieuade sn vcorp b demx qantce ./p>

  • 1497/span> MM.: ca href="#ftn1497>(...)
  • < 1498/span> MTxte": ca href="#ftn1498>(...) < 1499/span> MM.: ca href="#ftn1499>(...)

1260/span> Muammmadeb.lIbāhmc crplmstoesui sut ;:lJedt sidntscens le Ṭaayrittn ,aa loervecsdde Mūsblb.lrfṣyyṭ-Ṭaayrī lous le rrègerqduu-MMamū ,dursqu’iusees Qgén rax qe tkliifeavsn nlicrdonna,rce Ss renodr ,cn sormpanied lMūsblb.lrfṣ,etndahanieel217,c bl’umndrot cr ie ttouvent cBīwar f,c2477/strong>] lau Vllegesden lForg,ros ,de tauinforms eduasn naot eur ce ydetabltrll vieraiaâduasn nivsoi e . Nus lvrrivme ednnclau Vllegesden lForg,ros ; iersque nms lpporooeme edelealonteagnepo ie eurent cBīwar f,cnms lnms ltouveâme etndprsentcsdde loup b class="footnotecall" id="bodyftn1397"href="#ftn1497>(497/sa>frandespemme,rde fmulm qe ydeis ea x» lablisma qcntre Bīwar fqain dueiilQoefsecoslevrelpasejsn neie"; mearbr />» ll eueppoliuenblrogesrjsn neie"ettaesshhnters: cersque e dmateeax br />» soa bnt t ,pl< ghhnterslrevsntnnt d mleurepeasssexrdarsirive. Sibr />» ldnnclvus losir zlvus ln dlnforms ,linsi que ar e danimax br />» salptifs,ej pvus lsnll rqnleajdémosttrtion"; —qLsscoefleiceépuodt ;:l TJ ln » salrrsrennu’in vuarcur< lostu’u bou le dne llsirnnu’in ve br />» sipea i nays Euaeiorsenneeneroa vs c247] ideiuvrirdne le e br />» lptt ,qcr ,ee tara e teanimal slslambr ent cer luspmnne su smal
» sher aui jvms lnutcateeri znaysb class="footnotecall" id="bodyftn1399"href="#ftn1499>(499/s> et iu’u cne le voslruesse br />» samsjurr ni :».qMūsblb.lrfṣyeétriiiilors : « TMalher a cvou ;!/r />» sUneanimallra arrai ddepis lde fmllesrs edeaniee lsan vnmurrr
» stur  ?; Etlelilnilegdadereépuode ;:l TLajnmurrrtur cueiilQarnani br />» sster fuisdes cen hateeelens lsn not er : oelessoénèer pens l abr />» lptt rte ds,lrepntrn lsadgutg, e tart lueiilQe dst tonutlaluie;;dt br />» ll eu trouve dspoche

1261/span> Ons rpportéepceréciapeuseKalbt e;:ca-Ḍaankeétaitdjlors ; miqarote c blal hass ; ilfrīū étan aer eniui m ptte aestsayoavraeri ,vsesporanaestsaye eure .ca-Ḍaank,d tsn vretur ,dvt alfrīū sens l alais on lvec usesltpus e.smihr/em>,detjleeour ae lem>smihr/em>,feot londfitjleeour ae lem>smihraān /em>, ilfrīū yat lprs d rem>smaṣmugn /em>,,jlicor ;:l TTtatait d rpie lds ss lauxiliire :;/r />» stuatait d reacaificbte r;;djectuimmos aipdnnclcmme dtupislimmoéebr />» se slltres ; —qLssem>smaṣmugn /em>,ceépuodt ;:l TJepi f i dne lbnnerqaceon .br />» s—qQuslessst -lle ;? —qa-Ḍaankemndonna pdyeevimmos edus ; br />» soroutndlis snisstcaqpp,rcqeotide tnnentsdun —qO ieot -is ;? —br />» sE ds les Sject jlm gl rqnloir :».qlfrīū scoevauheattnloasormpanie,et il s llarent ljstu’à lneetndrot ciur iionopp rc ent cesslonte deuDaylaiqt dee Širrrz Me iens eavitnt lfit asnuhe ln s’ytaitnt pmrltioli s:; x n rem>smaṣmugn /em>,cdclaira;:l TClvint pe cams lcsuxdue ouaibr />» sfai stcaqpp,r; —qlfrīū seépuodt ;:l Tem>sVislmānā katah azdlKad q/em>, ..br />» sject jonnerq fsuve rqnsne» srqnsnesmaṣmugn /em>,cueiles tu fleeour ae lem>snayrûz/em>,d(em>snawrūz/em>) :;en n vPrtss core t : br />em>s TImrūz naw Kurūz/em>):»q<’est -à-dre ;:l TNus lvoinsdfai sfac pa lrmposbr />» lsnin eour anuve au:»):;en nl s ldoptrent lcseour acmme dn eour ae lfte ./p>

  • 1200/span> MAdd.leeppès lM. r iionolt ;:la href="#ftn1200>(...)

1262/span> Ons rpportéepceréciapeu-MQnsimeb.lSulaymt::lAbğad,tHawwaz, uṭaī,eKal man,lSafys,eQranša ,q[Ṯaaaet Ḍaaġ]b class="footnotecall" id="bodyftn1200>href="#ftn1200>(200/s> etaitnt pde fryanns.eQranša ,qlyat lréfltcai,yeétriiiin eour ;:l TDieuasot sbéni, Leiles millesxrde< ghréat rs ;!:».qMalgt c la, Dieuaasjtannsformalsnin edragn,esejdehā/pm>) q tseptvtte squi snsta mars onnsluxaDunbnwad bp>

1263/span> 2479/strong>] lUnetandton,nis ndprstndapue ll qors onnerscdxaDunbnwad ott ll géni Ṣarsui s’yeporanaeuasc a l fSlormon lfl deeoD vsd iersque Aoah eenodtl dSaormon onqurvnir,aelui -cir mars onnapl géni er luspmnntaDunbnwad bp>

  • 1201/span> MM.: cali>

1264 Ons réciaâoe pirs ede[lbū Tamānm]b class="footnotecall" id="bodyftn1201>href="#ftn1201>1201/sa>laṭ-Ṭāhqskāmil/em>) :

[Bābak]s’eobiet pmtm lpase queiobiete t ,on soemnne ,dPhranon lHāmn ex nQārū :;/r />Auqcntratre llsptat rcume da-Ḍaank,decetean aer llinesvmcs:; x n[toi Afīdn]atuprese blae,d llfrīū bp>

  • 1202/span> MTxte": cais clscfau slir pa lea iif!;eM.cor ;:l/li> < 1203/span> MM.: ca href="#ftn1203>(...)

1265/span> ‘Alīeb.lRabbancrplmstnnu’in vetoyagb class="footnotecall" id="bodyftn1202>href="#ftn1202>1202/sa>leirspelte nteagnepd siens eeudDaylaiqt deuṬaayrittn dcaqrg,,des’yeeueeri eduasn nivsoi e . I deélairrent lueils b’ureitnt pranvseqdurit lemx qaurs ,lemx qnut scn dne lorton"eeusetais ièm laursb class="footnotecall" id="bodyftn1203"href="#ftn1203>(203/sa>; ils btouveèe t ,o tsn vsmme e,cn dplat a l’uetoirn vrrnt eqem>sğyrībs/em>,ddeverre [ein due , vuvd ni llspppoatû cu xvy x qcmme dn eghoupolesui s’yamincrssat ; metdplat a ltat rcuve reeeusesnbl ar ilm gaiedsheesnoodçaints; ilss ’eyhvient la cnetueldrupde :;bi is ea bi a cnetanimall’eyhparvniat r blcaue qd T’uinrns aâdu faisdqt dee aaliloletcsddesenits; ils btouveèe t ,osr

QAZWĪN, ZANĞĀN, ABHAR/a>1266/span> Auqdie lds Bak eb.lu-MHaytam,ceajloreurese qeeoQgzwn ssdnmmar ,etndperant qKnšvn (oesui sinsfi ;:l Teajlrnt srennein dgad ;»):;ennte lle ln ne Daylai se prauvee ne lanteagnepr ilm gabitants l2480/strong>] lu lFār dmaite tasnt lmtrorsmatntc dn egauvp le eavrasrs euitlrapus iaiet deu dDaylaire ,dursqu’il,d Tjlš-īn/em>):»: oelessstrait uite aens lnedillegesdnmmé Fāsqīn,ettpahonsdt :,d TBas-n;»q/pm>)( T’est lass zle lclui -ci:»:?); ilyat loénére it uite aens lle illegesdde Šarwn,eesr lcaefconsnaTuse vctirssemnt lmteds at : em>s TSarv-in; bpm>,bp>
  • 1204/span> MM.: ca href="#ftn1204>(...)
  • < 1205/span> MM.: ca href="#ftn1205>(...) < 1206/span> MM.: ca href="#ftn1206>(...)

1267/span> Dnttab,se ttouvent ceateag rxnte pRayyot iHamayn.lLune le vptton"s lpperéeelDnttab,se BRnyy,Tomprrt r hean ae hean ade illegessb class="footnotecall" id="bodyftn1204>href="#ftn1204>(204/sa>; ieerruve rnmmnt lsutndst lateiibu pplusiers dmtemn opole,nblnmte pépuue ,l tetn ara,eoluierqproarsté : osilskūra/em>, iLétuitâe giat r blQgzwn grâc l dṬāhireb.ll-Ḥusnyn Sandns cui T’uinjutrecsdsévrssat rBHamaynl blcaue qd srem>smawālq/em>,lu lCmmeadasxrqd srCroyats lu-MMeitaimebi-lāh .lUneorsennegesdnmmé Muammmadeb.lMaysranalyat leuq tsesiicnede ldun ecter gabitantsqeeoQgzwn dunom d’uAḥadeb.lln-Na eb.lSadd,letoyag unesipeutaon d tNsnbūr,le mndopt cu xv hivb lestru each re mQgzwn ls salt on ad SNgsble id fSrlqynrūḏ; ieerruve rnmurdeutKhoaqsantalyat l hiv a le qajet lls bfuent lru each,,d mQgzwn /p>

  • 1207/span> MM.: cali>

1268/span> A-MMeġīraeb.lŠeiba2481/strong>] laproaoslee eharrivseleu-MBarid mQgzwn AlMBarieb.l‘Āzib,raccompané pdenrnalaeb.lZaydll-Mayl,vmachaiTdnnclostu’à lAbhar; mlslmt cesseiègeadevnt lqliaad les Slmsttritt tara Snbūr ū l-Aktāf sqeilavit lfnne pcgalemnt llalille de BQazwn; iqant c blcsle d’uAbhar slsllaalmsttritst osrsqab,la/pm>) qcosc d ppr e’uatiqdurit lcinqant evns —qusdpus doulmnis —qd moent ue oytaitnt pde frdres dt dees ein s-fnnes er lusques borsenneen’eavit la cnetdrot ; meest lsuxdueifessloient lmtrvraeurax nueifmtrorgans rent leuirrrgtion";;ll si Ho sr,nnt de te seadres dfuent -l s nmmé ll rmsrs esmutaqabbil/em>)huarc lueeeehatiqesxrdpvit lafl rm pl

1269/span> Uneemme,rdeBQazwn,egu rroyat lvec uu-MBarieb.l‘Āzib,romprrs soe pirs eda lls ues bl aen mrsaguasn nfl dsrağaz/em>) :

<
    <
  • 1208/span> MOns ruitviMM.: ca href="#ftn1208>(...)
  • <
<

e iens eudDaylaiqsaurnt ppeu -res,cn sormbntat lIbnl‘Āzibheniui m ptte aestsonoprm e,/r />Qe jlm gdese in peeslinfiorle lsot eentsogesrsb class="footnotecall" id="bodyftn1208"href="#ftn1208>(208/sa> bp> <

  • 1209/span> MM.: ca href="#ftn1209>(...)

1270/span> 248] Ensuite ,u-MBarieft rne lexpsdiron"eens lle Daylaiqt dsnllorçaulm gabitants l cvrtssreundeiibuedsitnwa/em>)b class="footnotecall" id="bodyftn1209"href="#ftn1209>(209/sa>; ilseft rne lexpsdiron"eens lle Ğīlnn,ees Babrln ne Ṭaylasn ex nenlavilZncğn,ade ilvejfutc bp>

1271/span> A-MWalndeb.l‘Uqbaeb.lAbīlMe♘ay,ldeeniuiruve rnmurid fKūfacorutleeoompre pd t‘Uṯmn eb.l‘Affn , razziaml darote uDaylaiquitlaiis ieeBQazwn,eehĀḏarbayğn,,lle Ğīlnn (Guilan),lle Muqnn,ees Babrln ne Ṭaylasn upis ll ieesndretur na bp> 1272/span> Saddeb.ll-မhĀṣ eb.lSaddeb.ll-မhĀṣ b.lUmayya,ldeeniuiruve rnmur,lppès ll-Walnd, razziamle Daylaiqt dfisqeeoQgzwn undem>smiṣr/em>, bp>

  • 1210/span> MM.: ca href="#ftn1210>(...)
  • <
  • 1211/span> MM.: ca href="#ftn1211>(...)

1273/span> Lrsque Mūsblu-MHādīas renodt r blRnyy,Tl(210/sa,cueilprt lsn nom b class="footnotecall" id="bodyftn1211>href="#ftn1211>(211/sa> bp>

1274/span> Ar-Raīddayastraiursqu’il 1275/span> A-MQnsimeb.lAr-Raīddatan adeeniuiruve rnmuridulĞurān ,deuṬaayrittn detrdeBQazwn,elm gabitants leeoZncğn,aliyontfirent ll 1276/span> Qnqizn,afu lsoumisl l fdîm,huarc lueeesm gabitants leevsnent lmusulma ls,leajlctirls rent lppès laIplai; ils ba sremient la si H lA-MQnsimen s’yetgagrent l leicvrtssreuneve cnneefdîm,henalus ddeacelessueibtat rdu pa lrrseor:; x nQnqizn,aea iacu xvdnmaites.bp> 1277/span> uant c blDnttab,,ees uay ye eure feivis rxnlemx qprote ,qatnnx e,dline l blRnyy,T’urter pBHamayn,lostu’à le queun eabitantsqeeoQgzwn,TunlTamīirnnissuqde eBanū Riyḏle ynmmé lbū Māliknrnalaeb.lḪālid, fîtcsijein due 2483/strong>] lDnttab,sonutlnt isrdfu latnnx d mQgzwn U"ee tse ccompaeiiote leu yat lnt enducore ;:l TMoi,qlbū Mālik,ouaidfai sdelDnttab,hunepem>skūra; /em>,,jeépuodt ;:l TPa eudonut;!ctulahas ritnévt dtule llbū Hālik; bp>

  • 1212/span> MM.: cali> <
  • 1213/span> MM.: ca href="#ftn1213>(...)
  • <
  • 1214/span> MM.: ca href="#ftn1214>(...)

1278/span> Abū Muğnlidllṣ-Ṣannīa rpportéepcerproaos: cQazwn e rAsalln,e<‘Asqalnn)vint peune le vdexx tpus e,b class="footnotecall" id="bodyftn1212>href="#ftn1212>1212/sa,cue tse cmateys dmènernt p lA-lah,ees Jourdu lJugemnt .llbū Hre yraSn nIbnl‘Abb lot lruportéepceci:: Nus lton,scch zn’uEtoyasqduAlāh ; miqesvaulm gy x qa lhielrcmme dsil» lds ues btultestaat tdri ?; b class="footnotecall" id="bodyftn1213"href="#ftn1213>(213/sa. —qIleeépuodt ;:l TJepi de llrrenst br />» lQazwn; ielessfaiedarote elealerre aeudDaylaiqt d lesse e fuve re br />» l mmn apeupeus l fin deeslrmpos; ielesse e fnevhmreet dloreifiebr />» ssribḹ/em>)huoxrqd srtauvp b dmn apeupeu; iqa lclui queiaat nedeabr />» lelltnposdarotecipelenncl bl’enxeplletcsddu em>sribḹ/em>)teeoQgzwn earbr />» lyb class="footnotecall" id="bodyftn1214>href="#ftn1214>(214/sa>lmnurrot lmtrmateys di iens dueilcgalerot lcuxx e lBadr; bp>

  • 1215/span> MM.: ca href="#ftn1215>(...)

1279/span> A-Mrğnğeb.lYūsufqttoyag ue queun einvirnr eajdéeutaon deudDaylaiqaembebserrlaIplaidoul blpayertl vcuptation" Me ioslcgu,,dlyat lrefus ,cA-Mrğnğerdonna pu’in vlitlraprsentetimle Daylaiqvec usesliicne ,cssslonteagnes,tse ccollier,detise cbnsueets; ic» lmeplraprsente vmte puay . Orcje asjtauvee osir abes MPayezlenncbr />» lell blquoiej pvus linvirn,evenntue jjeneettoyieqd srtauvp bcntrebr />» svms ,ue jjenee osvase llmlays ,ue jjenee ma iacr jlm gcrmbntat sbr />» lstue jjeneetmmèneol denfnts le pcnptiviés —qIl lépuodte t : br />» TMotre-nms lcste imgesdueiltearenodu vsd aestnms le yestnmrebr />» says :».qloMrğnğefi dvniirreuimges,als byajetrent ll< gy x qt br />dte t : l TO ltearexactemnt lrns siné per loternlays : meest lein dl br />» l onqimges,a blcsladars lu’in veesndaalasraprsente ls salvrasrs br />» lueidéfnsdrot lcu ccollier,deticsslonteagnes: mtu asjr cnnnaîtea br />» li Htupteyhapoliue :».qloMrğnğettoyag ennc, eonte lx ,qd srtauvp bcnmeadaes,pr eMuammmadeb.lloMrğnğ,tais c les lerouent lrisnllbsrrdn s’yetdretur nrent l lQgzwn Muammmadelmsttritst lne lansueeecorutleeslabitants dn sy dresea undem>sminayr/em>): meest l fonsueeeceut-Tū b class="footnotecall" id="bodyftn1215"href="#ftn1215>(215/sa,cueile prauvee l fprt lds auiôtelelealfainle donsau lous le rom delĞunaydiyya bp>

1280/span> Ons rplmstue jlm gagetespdenālideb.l‘Abd Alāh d248] su-MQasrīamaudtent l‘Alīeb.lAbīlṬālibdeudabu euem> minayr/em>).qlors øubayšeb.l‘Abd Alāh ,reunedarslaffanuchisleu-MĞunayddoule tse ccousins,Tse eva lirrassosesnbes,conteaqves paug t ,pl< tu fn s’ytriii;:l TNus lectoéer,ros llasui jvms lmaudtssi zn‘Alīeb.lAbīlṬālib;!:».q’est laars lcsladueeeehonle ssaye amaudtenn‘Alī bp> 1281/span> Auqdie ldIbnlu-MMuqaffai sehĀḏarbayğn, ent asn nom lĀḏarbḏab.lĪrn eb.ll-MAswadeb.lSāmeb.lNūḥ,lu’in vpperes Sdurter parot,lĀḏarbḏab.lBīwar f MIscfu cmnqulsade ilvejfutc ,etndahan 22lds auiégtre lpr eA-MMeġīraeb.lŠeiba sqeilyc ablttteuimpt fonce r.bp> 1282/span> Wnqidlmeplrplmstue ,iersque lm gA abe ddescndaient lmtrĀḏarbayğn,,llesfrande sfvmtle sueÉgyptin ee id fSyrin eseytpésciptaèe t ,oe,ceaque eiibuvsesporanaeste queuelessout Me insdigène leevsnent ldnnclcrltivat rs corutleeslA abe . Warṯynl tat rnedabu uieu;:lMarwn eb.lMuammmadeb.lMarwn eb.ll-Ḥakaiqyc esvauoasqcntttricron"s,lmt cesseollmtrvraeurax nfstrem lloreifiction" ; ielesseevsntilors dnmaitedes’uati MPartl vuite ,elessfu nenlaveecu xvUmayyadr,detiea iacu xvmqns oouUmm Ğy‘fartZubayda lfl e de BĞy‘fartb.ll-Manṣūr;:ll-MWarṯynīatat ru"ee tse caffanuchis.bp> 1283/span> Barzad ott lnedillegesdo iloFAfīdnc abltttn pcnmpqurdaactdueiilQgu rroyas pcntre Bābak; miqeslloreifiadn sy fstrem lcntttricron"s.bp> 1284/span> A-MMarġastamarraġa/em>)hesslontere soduiruve rnmurid f’uArm ie,eMarwn eb.lMuammmad,ee id fse ccompagnn" ; i’est lorutquoiels b’urperaints;:l Tee illegesddu ptirsagu:»q 1285/span> Apès la srtauvlae,dt aes vésvole squisllomnt rent lp-MWağnie[b.llr-Rawwnd su-MAzdīat aSadaqaeb.l‘Alī,em> mawlā/pm>)le vAzd, uzay-maeb.lHâzim,pnmmé ruve rnmurid f’uArm ieqt dee ahĀḏarbayğn,,l2485/strong>] lous le rkliifatuelr-Raīdd,etndotir ses vsporats,ceajloreifia,etndfstrneem> miṣr/em>,dn sy abltttn efaolid ttuicsdsğund/em>) Mersque Bābaklpr u nen Arm ie,eeeslabitants ,tréfugi,,d mA-MMarġa,vseytintallarent ln s’yyvretanuchrent .bp> 1286/span> uant c blMranud,a’est ln epett villegesduitlfu lforeifieppr essoèreleu-MBahīṯ,epis lpr eu-MBahīṯpe ,qppès laui,qpr esn nfl dMuammmadeqeilycotir sneechât a .bp> 1287/span> uant c blUrmiya,l’est ln elille dance tnn;;eeeslMazaesn bprstndant ue Zoroasres,caeuramaîte ,etndst loriginbsrr Sadaqaeb.l‘Alī,rem>smawlā/pm>)le vAzd, sutndsporanan sy lmsttritst lem lchât a x.bp> 1288/span> uant c blTnbeīz,llr-Rawwndsu-MAzdī,epis lp-MWağnaieb.llr-Rawwnds’yyvtabltr t ,oyauient loasqcntttricron"s,leu ttur rent leebmuralle :;en n fprpultion"eseytintallaatvec ue x.bp> 1289/span> uant c blMryn,iğet c blĞīlby,,ees øamdtioasqydt sidrent .bp> 1290/span> L deittric rdscBarzacfu ceeicoasqAwdre .bp> 1291/span> uant c blNaeīz,l’est ln eillegesduitlpssèe su schât a lance tqt deémnt el : oMurrtbu‘Amrsu-MMawilīeaṭ-Ṭāh,s’yyvtaneplntalla,sy fstrem lcntttricron"settpahabitanlinsi que s denfnts . I dxnlemvsnent llm gcoef insdéurdaammnt lu lruve rnmurid f’uĀḏarbayğn,.bp> 1292/span> uant c blSare,cn dgauvp le Knsdites,eesscndaact bde ccompagnn" leu-MAš♘aṯpb.eQrs ,’yyvtablt .bp> 1293/span> Makaūl lš-Šāmlruportepcerproaos: c TLajerre aueile ialeabr />» saus dpropre mnt lritnée,l’est l’uArm ie —Eedarolquoi;? de
» sadaa- -on —qPartle lsabot bde ccoevaux; i’est lcmme dsiej br />» svmyis c’yagirnr ee catnnlx qe sjaberle vfemme edel[a staibu es]br />» lQas :»:;en n vcoevauxsy lircrlrent .bp> 1294/span> LuĀḏarbayğn,s’ytaedacee Barḏa♘alostu’à lZncğn,avec ,lcmme dvtle sprincrpae ,tBarkyrī lSal mā ,tMūqnn,euwnyy,TWarṯyn,u-MBaylaqnn,eA-MMarġa,vNaeīzen nTnbeīz So ecter glrnt sren,pe tcôe248
] luwnyy,TKūlsranh,tBar-zad ELs uay ytat rritné; iloMAfīdncycotir sdesetle sn s’yyvintallaa.bp> 1295/span> L srout aueilvauoa Barzad o lWarṯyn,r ifint cesserreioi e pdu ahḏarbayğn,,lg enuzepayasanges bp> 1296/span> Fot eprote id f’uĀḏarbayğn,: cĞanza, Ğnbrawn ,eUrmiya (lalille de BZoroasres),lvš-Šīze(r ie ttouvee asjtepolsddu feurĀḏurušna f,cee gande limprt ncecu xvy x qdeslMazaesn ),lle alt onleus-Sal q, ceeicoa Snsdaby,qe ydeu-MBaḏḏ, ceeicoa Myanharğet ccuxx euUrm iLimpt fonce rpdu ahḏarbayğn,dst ldu 2 000 000ldu eirhems A Warṯynlfint cesserreioi e pdu ahĀḏarbayğn,,leste qcôe< bp> (LARMÉNIE/a>1297/span> Auqdie ldlbū -MMenḏir Hiīmeb.lMuammmadeb.lls-SāhibiloMKalbī l’uArm ieqent asn nom lArmnīeb.lLanṭīeui snstafl deeoYūnn eb.lYāfiṯ bp> 1298/span> LuArm ieq’ytaedacee Barḏa♙alostu’à lDerbedac(BābiloMAbwnb)et c bleajlrnt srenndu pay ye Rûmleste qcôe<,ee iostu’u Caucae t(Ğabalsu-MQabq),cu royaumeleus-Sarīrex na royaumeleul-Lakz D ahexrrsmaâdu erreioi e pdu ahĀḏarbayğn, (ui snstaWarṯyn)iostu’u cmme ne entsddu erreioi e pdu ahArm ie,eillyeajhei ireltlsade posrsdssikka/em>) MDe Barḏāhalostu’à lTiflīs,eillyeens rdtx iLArm ieqeromprrs strorsiriveentsddus-Sïsağn,,lArrn detrTiflīs. Elessfu ncmnquls tara abībeb.lMaplaia.bp> 1299/span> Barḏa♙a,nueifmtrfaiedarote ,lfu lfodaestara QubḏaessGrad EClui -cirfnnetla si HBābiloMAbwnban sy lmsttritst lem lloreurese s; isi elessfu nnmmé elinsi ,a’est lueuelessfu ncmnttritt tsxrqd sréfil,,dns ll fonteagne. Elessompre p360lloreurese s;:lostu’à lBābiloMLn,,lillyea,cu xvmqns ooeslMusulma , 110lchât a x [ui s’ystndant ]iostu’u erreioi e pdu Ṭaayrsarn; ieerra arlem lchât a xie ttouvee sr2487/strong>] len lFīlnn t deuMaîte ddu erônsd<Ṣḏibils-Sarīr)lostu’à lBābiloMLn, Me iTur sdt sidntntsddns ll fille deeu-MBāb; iSalmn eb.lRabī♘allm gcrmbnti is,mmnuru lmtrmateyslinsi que s dcompagnn" ,cu nmmbe ld tueler lmtle .qlors ‘Abd lr-Raḥān e[b.lĞuān a su-MBāhilī,rfai at mémi e pdu Salmn eb.lRabī♘ale id fsnsenshumtion"ea l e cdu flevee oe Balncğar somprrs soe pirs esṭawl/em>) :

Nus lpssèdonsdes xiambr ax ,qeuned lBalncğar s’urter ,aa loeuilQoelealChine. Qusl lvén ralae,dambr ax ;!/r />Ls gu rriercueile prauvee mtrChine stndai na ni s dcotuete s; iqant c bl’urter ,a vcoemis lsot eurros sade peie grâc l dei bp>

1300/span> D f’uArm ieqpremirennfot eprote ;:ll-MBaylaqnn,eQabala,cŠarwn; id f’uArm ieqes xièm ,lĞurznn,euġdabl,lBābiFayrūz Qubḏae lp-MLakz; id f’uArm ieqtais ièm ,u-MBusfurrağn,,lDabl,lSirzṬayr,tBaġrawnud,aln-Našawn; id f’uArm iequelerièm ,essembr axpdu Ṣafwn eb.ll-Meiaṭaalsus-Sul mī,rCompagnn"id f’uEtoyasqduAlah,cueile prauvee mtte lle l[Šimsḹ ?]ls,leajloreurese qeeoZiyd; ic 1301/span> Illyea,cdns llaivsoi e poa Moïssd 1302/span> uabḏafnnetla si Hlesetle sdeu-MBaylaqnn,ede Barḏāha,teeoQgbala; miqlmsttritst l SSuddlp-MLabanesdotire,cu -deses ,360letle suitlfuent leéreure dppès l248] iue BābiloMAbwnbanu lté pfodaes.qlpès laui,qe giaesn nfl dKisrn Anūširwn; iilQfnnetllesetle sda Šnbirn,ede Mapqa,ldelKadkira; upis ll ifnnetlDerbedac(BābiloMAbwnb); isi elessreçutle rom d’u-MAbwnb,a’est lueuelessfu notir er lussréfil,,dns ll fonteagne; miqlmsttritst ,qer lusperreioi e pdu ahArrn,,llesfPtt lestŠakkī lesfPtt leud-Dūdtiyya; miqyeajl lneepeupeusueile pdtSesscndaactye Dūdteb.lAsadeb.luzayma; miqlmsttritst l sfPtt lestDurzūqiyyaSueileot ldnuzs, caqun ppttan sneechât a ade pirre ; iilQfnnetler lusperreioi e pdu Ğurznnln elille dnmmé eluġDabl,lytintallaatd siens ee SSogdiansdskūra/em>,deu-MBusfurrağn,; miqlmsttritst lafloreurese qeeoWaylinsi que arsliaad lessler lusperreioi e pdus-Ssağn,, mtte a res cele sda Kilābqt dee Šāhbūš,lr ilsiergeaqe sSrynsī-ğiyya,lens ee S mrsaguat dee l rmeé : omtte cs uay ye ceeicoasqazar,miqotir seqlmuralle sfaie aestroch at dee plmbr,evec une llargmurid f30lcnudee.iostu’u xlsmme e lde fmnteagnes: mt uite alsllaamenalostuedns ll fosr,lylmt ce vptte lestfmc; miqsuffi dee 100eemme, corutleagads ,liors u’u aranvit bl aensfalaai lcinqant evmtle .bp> 1303/span> 2489/strong>] lOnolt,cdns llaivsoi e poa afPrtss,ue ,iqantd Anūširwnanu lfintdee l rmerleajlrnt srennde Balncğarye cmnttrittfaolid mnt llaldigu qur leafosr,ll» llnspireppr eToidue ouai l rm pcste lrnt srennt dempre pmesbr />» lsnnneis A Toiddnncl’uaceon esngrâc ,;! Réomprns s-mi lein br />» lstramène-mi ldns lmaalatrieadonepj qurisstnigné; E uite alslauinclinadm decposrsrna; upis ll is rendresea,s’ystndat osr 1304/span> L vcoevaesrs es renirrrent lennc,ls,leajbte areatçauves paafdigu ; uqantd elesse ttouvencu -deses ,elesseytriii;:l TÔroi;!pj qurissnedarsbr />» shôte ddeacete mc; mouai vupcste lrnt srennl rm etseptvfuisde br />» lruve re tseptvfuis; mDieuaeus lvreévslc,nblnms lhôte ddeaeafosr,lu’il
» lsnvnraqi sneeroiddnn l’uâguat dahaspectvint pee,dain ,corutll rmerbr />» lelte lrnt sren,lstue jce aisaeajlctmrrai corutleystnnsés Tule lcebr />» lrui. QusmDieuaterécimprns slein ,lteassis ndens lnee œuvre pir br />» lprologesete laurs ae lppals teaqcraite na jourdu lrrada effroi;!; Prisseajbte aeesnoodçadns ll fosr bp> 1305/span> D fmtm ,dKisrn fnnetllalille de BŠarwn.luant c blBalncğar sui snstasitu c bl’uinrerieurddu erreioi e pdusqazar,melessfu nfodaestara Balncğar sfl deeoJaphe .bp> 1306/span> Anūširwn,qlyat lt rmsé plaldigu queile prauvee ns ll fosr,lauinformala lojet ddeacete mc. Onslicor ;:l TStre lcete mc st br />» lnmmé elKad abl; ielessaf300payasanges osr2490/strong>] la rat :;br />» lsnte dnms le yu-MBayḍi sdu pay ye sqazar,m’est ln eioyageedebr />» lueler lmuisdsr» lueIpfndnsynrcotir sdejlct,m’est ln eioyageededes ximuis; —qlnūširwnaeytriii;:l TIscfau sabaoluent ue nms letalyos lneebr />» lennnarssancecimprlète; —qOnsliceépuodt ;:l TA cnetcoemisbr />» lpraticnbl aneyhmène; miqyeajl lneemndrot cnmmé Dahn-iSSrbr />» l(lalGueulesdu Lon ); ioncycrauvee necamsrbllen"eens lleue qionbr />» ln loushatt tarss’yetgager,qcr ea cnetnavienln loutndsavee; —qLe aisaraprt ;:l TIscfau sabaoluent ue nms lnaviguon"sesr» losr,lu nms let ios lneghoupdeceiqsu» lenntepolon,sccete digu —qStre llicor -on craignezmDieuaorutbr />» svms -mtm letcorutlcsuxdueifvms laccompannts;!:».qMas ll in jvmslu lrisnlnt endennt declaira;:l TClui queiaeus lvrsave sade cebr />» lueidtler gipcntre eus ldeaeafosr,lpeu lein dnms lsavee eduasn ntmsrbllen"; bp> 1307/span> OnslictuitpiTdnncle sqnaviens,eetlneghe aain nmmbe ldeascète ee id freligiexx ypmnterent lpec ului; ils bfuent lplusiers daurs aeneoluierqmc; msnoi slrsqu’il< yarrivrent l leyndarot cu lruvffrs,als breserent lperoluxns,en jvmyit bi puit,c esv r itabltrlneephars,ai anteagnepproar c bldeenitrlneepuit,cd freoèrelorutleeutlretur . I dllarent lenncllbsrrddesraproch sna roi. lnūširwnaesxrdei ;:l TSoyezlprs d’uite tron"setnves pDieu;; hutuicz-vou br />» ldsvit bLui; ilpolorcz-Le; Et lnūširwnapropt r blDieu,dsilstinnīn/em>)lueidglrssat rer lli a : iiqsa ra ns ll fgueulesdu lon",ilmltmsrbllen"es rklima,en n vvnrss ax qasjtanves èe t ,osijein duehAnūširwnaarrivalr ilsivmslu ,vrmvsn na Ğurān le yuccomplt asn nvœu bp> ***bp> 1308/span> Ahmadeb.lWḏilu-MIṣbahnīa rplmstueiilQfitrnedlng>dséjourden Arm ie,etriivt r blnmmbe ld truisde esnguve rnmurssdu pay ye yneliltsjabas lcntréestaus drihe l[strong>2491/strong>] le lr ilslyeeû carslanima xvaus dvolueierx . Ileepperesue jlm gprincrpauéssnyaint pu nmmbe ld tcnt preize, mtte a res cele deuṢḏibils-Sarīr,asitu cmtte a-MLa le yBābiloMAbwnban sueiaehalue ar xvoyie leuccès,qeuneeppr essoay ye sqazar,m’urter ppr e’uArm ie; ic ***bp> 1309/span> Onsrplmstnnu’iu-MBāb wa-oMAbwnbant ln elmuralle slmsttritt tara Anūširwn; ineeppr ti loutndrauvee ns ll fosrat dahexrrsmaâtndst ltele ent esv nnu’in veeppeu l’urt nede tara a cnetmoyen; ic 1310/span> Onsrplmstnnus, ca znasqArm ie"s,lee famme, cnn l,ecaqrg aestsurvnileeric 1311/span> Onsrplmstnnl si Huee,ddns ll fille dee BābiloMAbwnb,tur leafPtt coa lalGuere aSaite n(BābiloMĞihnd),eillyeajar xvcologtesdespirre cortan scaqun peuimgescuunedon eneoirre cblnuch ; m bllmuriarate inferieur ,cemx qpirre s pttet pee,dimgessededes xilon,s. Pès ldeacete ptte se prauvee, eneoirre ,peuimgescuunedemme,rayit ,oeore esssjabers,peuimgescuunedrnanrdeqeilte t,cdns ls fgueule,lne lgepperld tras ie /p> 1312/span> Atcôe249
] Euoxrqd scendennqantd elessn donste tyue peuadi a : ideacaque côe ***bp> 1313/span> Qālqqalnatat ru"evfemmeeqeilotir seqlille de BQālqqalnaetjliconna psn nom donepesssn ees ;:l TBienfnisancece BQālq; bp> 1314/span> uant c bla Buamyrateaṭ-Ṭirrḫ, elessreetalprbliuelostu’à le queeoMuammmadeb.lMarwn eb.ll-Ḥakai,ldeeniuiruve rnmuriduArm ieqt dee Mseopotamie, sutndésenrvtiml,ecaqss E uite aelessoa iac lMarwn eb.lMuammmad,epis llitlfu lenlavee bp> 1315/span> abībeb.lMaplaiagpri ,corutl‘Uṯmn eb.l‘Affn , n dgantd nmmbe ld tetle sdeArm ie ‘Abd Alāh db.lātimeb.lln-N’mn eb.l‘Amrsu-MBāhilīsfu nnmmé ruve rnmuriara Meiāwiya,letesn nfl d‘Abd l-မhAzīz,leeilayit bsucc d , fnnetllalille de BDabl,lves pBarḏa♙a,nesdo a houpdea res loallié bp> 1316/span> abībeb.lMaplaiagpri len Arm iecorutl‘Uṯmn eb.l‘Affn : cĞurḫ, Kasfar,mKisāl,eunn , Samsaī,iloMĞyrd mān,lKasfnaBīs,eŠawīdt,lBāzaln ,oe,ceel darovcuptaultion",c bla hondiron"ue jlm gabitants lpairraint impt orutleeut borsenneesln susrs dadres : iiqpri la si ,darovcuptaultion",caṣ-ṢanāriyyaSn nasresignt csm gabitants ,lcuxx e lQalarğtqt dee Dūdtiyya,c bln eimpt bp> 1317/span> 2493/strong>] lŠamkūr st ln elille dance tnn. Salmn eb.lRabī♘aletoyag ue queun eorutlsutndsporamc. Elessreetalpeupeeelostu’à le queuelessfû critnéeppr essvSnwyrdiyya; moeleot ld s ens dueils rease blarent llrsque Yazddeb.lUsayddeu luite luArm ie; il< yagient lbrutalemnt letqcruerent lein dde fmalhsrs .Ensuite ,Beġā,rem>smawlā/pm>)leiu-MMeitaṣimebi-lāh ,restauuialetlloreifiada fille ,ey fstramnts edu dhome,rçats dn sa fnmmall-Metawakkiliyya bp> 1318/span> Salmn eb.lRabī♘alpri ,corovcuptaultion",cl fille deeu-MBaylaqnn: iiqetoyag oasoavraerisduitlpri lSsa ,lioMequwn,qŪḏ, u-MMasryn, (?), u-MMihrğilyn, (?), ams lclt on dprosoères: iiqetlmsuitcdea res ueidéurdaatnt pdel’uArrn,. e iKurd sdeu-MBalnsğn,, invir ,d lembebserrlaIplai,leeoompbntie t ,omas ll i vvnrsuità: iiqiprrs sa x us ll fem>sğizya/em>,dn sfr haryerta x a res l fem>sṣadaqa/em>).qE uite aSalmn ee pdtrigeaqves pamlontflunt pdelKurrtt deuRbse,lderrsrennBardīğ; ilyat ltanves é lslKurr,iiqpri lQgbala; mŠakkan,u-MQ mī-barn detrayzn,aliydeendorent le dari,linsi que le aisae BŠarwn,lls a res truisdd sĞib,len n vabitants leeoMapqa,ldeuš-Šābirnqt dee BābiloMAbwnb Prisse rs corte ls renl rmrent lppès lso,aea iagn. Rsdortréeppr essāqynl m ptte aestses eavrasrs ,ia l e cdu flevee oe Balncğar siscfu tu —qqeiAlah d’uri len Safois ricorde;!p—q m ptte aest4 000lMusulma . Salmn ,qpremi rpcadiitabltl blKūfa, reetaluelont evaurs asns lueun eolaignat lvît l lei : iiq rpportéepd srtaadiron"scdeupès l‘Umartb.ll-Ḥaṭanb bp> 1319/span> Onsdi tue ,lqantd abībeeu lfit s dcotuete slen Arm ie,eiqxnltriivt r bl‘Uṯmn .q’est laors u’urrivalaaliette annodçan l fonrtrd SSalmn .l‘Uṯmn esogesalenncl bletlmsfinr ee ruve rnmmnt l labīb; upis , lyat ljugepbn"id ficonnanr eajdie ceon esslexpsdiron"s er lusqlrnt sren leeoSyrinqt dee Mseopotamie, iqlmsfiamle ruve rnmmnt ldeaeafoarch iduArm ieq luḏayfatb.ll-Y mān l-မhAbsī; mpis ll ie dastitut. abībepri ll srout adu retur uves paafSyrin, enegu rroyat lcntre en lByzat ins,Tn s’yintallaat limṣ: oMuiāwiyaleyndoyag blDnmaslr ilslmnuru bp> 1320/span> 249] sMuiāwiyalnmmalruve rnmuriduArm ieqA-MMeġīraeb.lŠe♘ba; mpis ll ie désvoqu fn sessremolaçadpr eA-MQnsimeb.lRabī♘alaṯ-Ṯaqafī bp> 1321/span> A-MAs♘aṯpb.eQrs lruve rna,corutl‘Alīeb.lAbīlṬālib l’uArm ieqt dahĀḏarbayğn,: icsdīwn /em>,dn ssoumi llm gṢanāriyyaSuitlfuent lcntraits leeopayertluimpt fonce r E uite aasqArm ie"sas reévolerent lous le rruve rnmmnt ldeu-Masnspb.eQrhabaeaṭ-Ṭāh,sppès lavreévocaeon esnYazddeb.lUsayd; iloMManṣūrettoyag eesranfort lcnmeadae,dpr e‘Āmirtb.lIsmāhl; iloMasnspembrtler lMuīyl,gcoef eesArm ie"s; ilsedisorseaqe stauvp bstr abltttinsi qse caffbsrrs: iiq rdoniepsn nom u nahriloMasnsp blu-MBaylaqnn,eu Bāġ (jyrdin)iloMasnsp blBarḏa♙alx na xvdnmaitesdonsauslous le rom delᤤasnsiyya-loMasnspeu lorutlsuce ssmur♙Uṯmn eb.l‘Umra; mpis llesfruve rnmurssfuent ltur u bltur uRawlb.lātimeioMehllaabī luzaymaeb.lḪāzim,pYazddeb.lMazyadduš-Šaybnī,l‘Ubayd Alāh dibnlu-MMahdī,iloMFaḍleb.lYaḥy,,eSaddeb.lSalm,oMuammmadeb.lYazddeb.lMazyad.luzaymacfu lstaus d ergiue ar ams ;:eeest li queia abltt, blDnblls,l blNasawn,ge rkldasressueiaehexis r harslauaranvit bp> 1322/span> E uite aālideb.lYazddeb.lMazyaddeevsntiruve rnmurlous le rkliifatueu-MMamūn Pis lp-MMeitaṣimebi-làhlnmmalruve rnmuriu-Masnspb.e‘Alīeu-MBāḏġīsī,ionsaulous le rom d’eu-MMamūnī,iueils rliatvec u vuatrice earm ie"san n vreaieatvec uantsqeeodoucer auiil< ys reévolerent lcntre ei bp> 1323/span> E uite a’uArm ieqfu ncmn inuele ent ruve rn eara arslagetespueiae donsteteae tyu’une lfbsbleppr ti ldeaeafprpultion"; mmas ,lqantd l-Metawakkilyuccdaaa lpurvnir,eillyeenoyag Yūsufqb.lMuammmadeb.lYūsufqu-MMarwazdHes xins lppès lso,aace sson"ea lkliifat bp> 1324/span> 2495/strong>] lLrslanima xv vuus drradasdee ahArm ievint pee,dovi"s,lee fbovi"sen n vcoie"s; iee fbte sluuasnmmeeyaint ppett rs: id fmtm ue jlm gchamnlx qeonepesspoireail amsch e i lpreque lajerre an sueiarese blaen na xvchamnlx qtur s bp> 1325/span> uant cu Caucae t(Ğabalsu-MQabq),concycpr luasnixnt e-enuzeplncgu s,oe,ceaqcnetneyhomprenod leplncgageededsn nvis i"ue jgrâc l dn einerrpèsts. I st llng>dded500payasanges on s’ytaedaceepis llesoay ye sqRūmoostu’à leajlrnt srenndu pay ye sqazarcetcoasqAlqns o(loMLn,): iiqamsch dax qpry ye sqSlvec bstranfctmrla si Hne lrbc qd TSlvec Sandns cuieieerra arlemn fprpultion"est larm ie". Onsdi tue ic 1326/span> Ue le vcuriosir ,dst ,aor -on ne lchambe lsitu c blQālqqaln,lens lnee églrs lchr e tnn;:qurdaactdtout aa fnui lprécdat llm gRamnlx ,llsdānaq/em>,dn sn vlalfit bi e pe pcnsdespiqûr pparln fscorpon"doule tmorsur pparln fs rpete: ic 1327/span> Ue le vcuriosir ,dee ahArm ievst leqlacde ilā:;enn effe ,edurit rdtximuis,conceeynvis bi grnooulle ,eniltrievsss ,enilpoisson: mt uite , en lpoisso eseytmntretsddurit rds ximuisye ynagetecams l ne mnt l[dedsnrtnnu’in vlm gpred o leafoain].249] lAuqdie ldlbū -MMenḏir, en ltalrsma lfuent lfarrique,dpr eKūšlb.lāmeb.lNūḥ,laḍḤaḥḥāk,llaiome,raxx e xie rpetes, Dû -MQarnayn Jse ph sfl deeoJacob, Moïss sfl delmrai,lulwān l-မhImlqqī,iBalnns lr-Rūmīat aQānbūs bp>

  • 1216/span> aDns lnee otes,MDe Goejerproaose necaxte"iueilsigntfirrai ;:lo,aerstndanl si Hueellaldistancecueilsca href="#ftn1216>(...)

1328/span> LuĀḏarbayğn, st toorn ppr e’uAraxn (lr-Rass)fn sessKurr,ie tcôesšūrmāhī/em>,d(st urgeon:?)sueiaehexis ue jdns lcecflevee m decmntre annuele ent s,l blépuuisllixm,nbllyintalrpdu iv rselpoisso edefosrat despoisso migrat rs cueidtpoatnrss n,l blépuuissllixm Saes b’uem>sustūr/em>,,almem> ğ.rnf/em>,,almtem>sbyasatūğ/em>).qE effe ,ece desoècesdve tnnt p blBaṣra, esslexrrsmaâ ldeaeafosr,lch eeaqteiau a ldoucena momnt lfavo abes MLmtem>sbyasatūğ/em>)snsse pdtrige-t-iqpasabī♘a tnnltndanl sid,ee : debī♘a ssoel’Trân,tŠr lmi c blnBīs,ee dase dance tnnlsigntfirrai ;:lo,aeravrasnsse uele entOmar; ia95/strong>etfirrai ;:lo,aeravrasnsse uauqpasabī♘a tmn fsirre a te au ns le dance ell blquğar s‟ni la si); ia95/stldns lmaae ievst leqest l fonsueeeceut-Tū b class=6" si Hueellaldist a>ose n operī♘a ttaneeletalleeefortaay ye saehebr /, delṢetcort,leeoncyde BDatarotarln fslnBviole ln Poṣimluxx euUrOmar.qE uitepasabī♘a tnni —qdejlct,m’nugesduieeppr tisosriAlaeytmon ,corutllrcblKūfdeticssloei gn-Na-jdnablfavo ai-MAzdīks .Ensu lAuqdbltl bmbesndemee m d,eeqaDnmaauqpasabī♘a tse"s;anismn eultion"eseyom delĞunaydiyya bp>

Sessreetaabltbis , odttricro bl’an> Sessreeeeuhai tisostūsufgrnt bl fosraDnmnest larslgeeriededsn nmal bp> qtends blBa />nhalbAzī,aerurlegess.luancr iars ,iabtnalus dnun qtendsuanknb siguon"sesrsdāamlru svms -im rmerbuehAs -im ssoaaazdHnruhe ln Etun qtends blBagars cr />veaieihĀḏarbaylgeeriededsn nmal bp> 1302/spArm iMuiāwiyalme delesâtgu sde BDabl,lvee [baisae mprrsḫsrs ,i.Ensuitālr,lnḏir,na xvfobjf30lm s fammene. e neccle drğ/eég aran classjunga ra ff1311/span> O ltāhBāġ (jyrdiynelileoZiyd SSogdiapl a re llaldisttcoasqAlqmoostu’à leajlrnt vaŠimsḹqt de ltāh lwuce zmiv rseenn" ; iistĠuisds14/stueler lmtlĀḏarbaylgeeriededsn nmal bp> Ue le vcurd rpdu 33 985ayğn,dsḏarbaylgeeriededsn nmal bp> Dqmoostu’à leajlrcsr Os sSqd TSlvecCaita (aivsoi82-93)dsavee; sQusmDdsn nrogerqant erts ,aiome,raxx.dnncimprfu etnves pDJemltmshAs gesdunir,nbdnnclduitaitnptinln > rutll ends ar ametnves pDxilon,sireail amrutll ends,d l(lr-Raglrs sden achabi p U" itaitfs teassis ndeareb.lMe a ranl sidAllfams ls paafdcaestaral,gcespoisss=etnves pDian classs scr brûl a r..n LGog er est gogseBalncClui queiaretAlareDxilon,sireai» lds sQ♘aletiors bserrparueieavee,tcoevaesrs erutleefrs,alpoisss="r lbrut frest d SSsmsts.ls r lbrut secblKūfespAir,nleu ttIṣbahoasoeu-MBlau,in ndrot ,le rom dst servRamnlxau,in ,uaorutiBalnsrs eynAir,nlir ses v,trd SSsueuele le vctaneplntasreetaabaamena aivillegeu-MMaaid f30lcnotir er lussrs ens ducu erreiisK, ylille xvfolaresuvee ns lluau,in ,ud,a’estonrerleajul Luu ; uqstuiaqe e tmoālie linaincnsau />»rpst d SSfoisureyaumelducu erreiisK, y> SelRabī furivireail ammi,pestat rolont e,m’est ln eii len Sderrsy sḏarbaylgeeriededsn nmal bp> » e"s; pee,dimn aneneneixx qe sfu lYnn,emnt eassis ndMnn,emnt Tāwc dTārī,’in vlm gumber">1303/Md Sak, Ks me dvxvcologtuIpfAffeassis nds">130mn eusnguon"arân,tŠunedastndai na nicbr />» e"s;eteetnves pDie-n ,;:l Teue nms l-MMihavaesrs erqe sfrmerbuescnetc tue eiaeicor -on oeva:l uzayrnt srennch aa let ueuelel;Taay mes-MM-eiqsueenyyvteu-MBui; itoutsğd m;urle vfemmusmsts.s-exxd m;urLeppr tre,almu jdns lcecflevahonḤaeassis ndeenilpoi,itālr,lmee ilbltl bdi SelRairvxvcolo» lds >,deu-MBusà lcnn l,ecaqrg sḏarbaylgeeriededsn nmal bp> 1313/ setiuuge,naq/u,in ,uuge,n>1313/ setin>sdānaqll fosrGog er t goge prassdd24x qe sfu r,ll Iuqt ltlāh kliiyte ae1302/spostuū -MMetauvp le ese s; isi elessfu exx ypmntelpois le eillytunikūll J leuscerproeletronrin)iloprot lel alslvehutsammaudi,peGog er t gog despssloo ln J leus lueiecpoarb rennblwieu;; estLn,,lillygàejerprnceourprA/pm>)leenmDieuae,ceaqteaMee necamsrbzlprs ! secltl biteiee mn eb>» Tetc béi uves paafSl‘Uṯmn elui queiaeus TearetAbéi » ldsvit addušieuaterrauves paaerong>24Cretur fsḏarbaylgeeriededsn nmal bp> ln til mī,ree, eneoi-Ragailayipeu lnUsayddeu epptu’à lB, sregrilevile pinqantd onga ssayddeu eppr nudel bstrnt srenieeqgesduius-Ssan eldesṢetcng>esporfammei,itālll1303/r sduieengfbovi"scsr ).qE uiteueueleepst leqmot lMaa : rpecflembe li tue ammesdaint;:lo,aerstnn lpoeciaproaos;lueore alau]dai",caDie-Darerlneqmot lM,sireaild/spostuer esd truayhomprl sid,eeonucnntie t s paafd vcoevs paaero,rai ;:lo,aeraue ar xvèsts.; isi el-à-n].pagnne]dairoch at deartreneoirrsmme btcor-slein ,f Onsdi tespiqcr svmyiferie linaincstpae lsbarriéSanīr gn deespiqtiavigr,lnmprlluau,in ,ud,a’eajul Lparln fll fosraBīs,elbū -M sneeletavbfuendt larm ieslrs aeafn ndrot ,le rom dt rrradartreneoirr,raicrazya,elbpiqcr svmyiferieamnlxau,in ,stonrerlem v,trd SSsedsn nvammei,itğ/eeioMĞihau,in ,jaun ndrondes>2491">1313/n lelaiylveiq r />oreurSderaams aa l,le ronrejaun geaqvesuuge,duvile au,in ,eaqvesn>sd d ,aau lu le rkt qXVIII, Ḏ ,aiome,raxxtm d06/span> cnn lennde vctaneplntağ; ilyat ie dastitut. iaehexis r harslauaranvit bp> n ,deb.l lojet Mves paafcl blemot sdeAtro, />»:».qde s="pararnumb iqlnaabmblaec fprt rent lpec ului; tr e blKūfa,r essgitldse"ssddngtnnt ,nrss ax qassee d:».qeeutlasocmon"ue jtuoénlass="pivt r bleīs,eLa le pinqaqrotarln,le ron r />esâtimon"unfi", nlqnsfbovi"sen eeppr ti letidnt pee,denesdotircnucnn).qE u addun s’ynlass=lle dstd l rmcss sa xn poa al,gcesploungesnceon opssmur♙UIpfndnsy ic1313/pr esbrerndsporamc. ElessreetadHesi uvel rm tvaya=lle Sanīrueid on ssutat rèvvolereeoZi 131-MAzdreuitnalus drra, rree ,eveeraat,limvsn tiaa amsch,s lpr dcot as;eh d ,umber">1so="ennch lecial dbouSuġunfeplntasrei sren,calau]da Sandns cut en Arm ue HignacSqd lpr dcfūširivit ei rnmmnt lrochtue ame darrradasve rn.e sus cuajdie cesiergea en Arm ue ue laarilrssuaneltssfu exljlrsparln fmtane,dvvnrss ax tcnn l,napros, odttriadaqssipadsvit addušctemnsa ievisaufn,tŠues truisddqmoost.HignacSqd al in jvmn> cnciu lJs zn dcfs).qE uite unlreuitnalus dtufe llan vuaessreetstaumber">sbr /r lon,s. Paic l dn m bllmrpèsts. ,stroch de rent lpec lmbr,evevir ,drpstasoctmrriln> cesduieepialthrrn, adrm e,drein islesssM sneelegrnooulle ,elu svdi tesblltcng>espisles luelinaincstlqnsn’o bstrdn eb.lRaus vpy pee,dimsn Safoislreseriyyamimebivolerenue leSafoisue oyiSafoisueierx .lveeraat,lataneeaue arSafoislr eneo,etcortan sneeletarağe ollin/, delṢqnsorfammeic lncyde Btrocheqgesduius-SsreeoZazessphanntie t rieur podtcnn lSafois iac ,;uasnixnc l dn miac tlprissst to blx ,qdoptnSafois linaincnsaulls,leajlo fscorpon"lnns lr-Rūmīat aQānbūs bp>

    7
  • 1216/spardtxnncgage,d lr ti lc; miqqs lce M.cnetce a erenuc fscocltl .sca href="#ftn1216>(...)

) [...]est l fonsueeeceut-Tū b class=7" si Hueellald7 7 adhabi lojet ddeaNesr LEuve ABARISTĀNueilsch1hexis r harslauaranvit bp> Ue lmn eb.liaqe > Sessreee essvSndqmGuileĞarwn)Cauuitcsarn dle>» lpraraat,lalaDabl,lves pByd nun,als breshavaesenn, t;; esiyd Saai lves mn eull fosouff ,; ph sin dleg tpuSnnt del,ls cuin vlme"tvec ue< gdecesiyd Sdelnoslhrridun sni:l :l Touds ar amazdHstud SSsd truisdsnnt dele-Dūdntafu ?» ldsvitexx yiteiaqedsvitlldve abautsate lmn eb.liaqe,trd SS; miq,ceaqee Bāauacueerhrridiaehexis r harslauaranvit bp> wuce zm,ie"s; isutmx qpirroml d uite alsšbaqJse ph sfl brahamiaehexis r harslauaranvit bp> Os ei uaeytseyasch daasmme bd trumber">1à linues tle aisas seyalpoisseoZin osngtueile prerajnedon.ndarot cs renetce as;cebrul Lit s dlyuccpeqaDnmadu-MBui;ndrmllessayd ln es renls pqmcu pee,dreero,ra-MBāhinves ph aai lves brerndv" a habi blaabdn; essreetaashArs bseeu ttIsalecimprln dleg-MAzdtpuve abauhās ! ve abauhās !an»lus dtuIpfnd-à-n].vofi tle at ve abau-zan00lillegess.-à-n]. eteilay le rklMldivsviguon" iaé elKad abeciapvolereĀmul le rklTuru ,ia,; iee fceilayiblefiaé elKad ablusqadivsv le rklSwn / pdige-tve amīšnuele16é elKad ablusSwn / pdajdie ceon esslexp[stasitu c bl]sivalr ilsayd ele xn polldve abautsate luAraxn (lr-u Khoa; an. DAraxn (lruin vlme"umber">1317/-u Day nvi Bāinqlé elKad ablreĀmul12/span> AtceilayiTStre lcNt ltldsiXVIII, hAs -všoeciamim Nt ltl12/span> itanlsma ud,ar poa teteae tylmsfiamlu Day n. T on ssubsise ueierx .lvs‘Affn uieepindu eyaumelompreus-Ssaotir er lu12/span> AtceilayiTStre lcKie BŠarwn.égalfnenenudeylmsfia-on esslexte sosngteyhompreaqee ax ;!/r AtceilayiTStre lchdī,iloāburiu-,; iee frrlaiqlmsu ,qdop-MAzdinbaulus div rrueidÁn l-y nahrnp 95/strong>etdvs‘Affn uieepr er lussr; ineepparm ie"tluAraxn (lr-u Khoa; an; m bll fprt AtceilayiTStre lc ye sqrizn,labserlḪirrizn,labseDihtsate ssrs ens duhAs -všiamim ye sqrizn,hAs so="tzpid SSsem: mWng>uriu--Hurmuzeu tts ens duhAs -všiamim csem: n,hAs so="tzpid SSsem: me dariasrei fuus a teteatasitu c blfl bncQsqrile ,eniltrirlegess.luanDay nssmur♙UmGuileĞarwn)daehexis r harslauaranvit bp> hu,con-Na-ūa;.Ensuitd SSsve abautsate lu lSwn / pdĀmulmraxn s rpr,a clmivessnteme,tUram-ranum ian lass zllu ttUram-ranum iae cblnuch ;u, ,qŪari,li08/span> Abeafoi,liNt m / pdve amīš.">12Swn / mpree dlba,pès lsonslicnd"s larm iS, 30lmrpèsts. ,se,eiqlmrajer pparltetead SSsivalr ilsivm15>ln aDnmadd SSsve abautsate .">12Swn / mpreNt m / a; me amīšnu20lmrpèsts. .">12Swn / mpren,qŪari,li10lmrpèsts. .">12Swn / mpreBaṣra,3lmrpèsts. ."lreĀmulQalauwn / pd13lmrpèsts. ."lreĀmulQalan l-y nahr12lmrpèsts. .">reĀmulQalaitanlsma BŠarwn.bībepri ltāqmGuilnu20lmrpèsts. .">qmGuilalan l-y nahr12lmrpèsts. .nns lr-Rūmīat aQānbūs bp>

    8
  • 9
  • itanlsma , ye sqrizn,asirrizn,Wng>urisso att deuuin vlme"umber">1320/r♙UmĞarwn.rLepc lncuretudve abautsate ioi eivalr ilest l fonsueeeceut-Tū b class=8" si Hueellald8st 8 a>alan l-y nahrvcurd r36é elKad aun sndairoch aioi e20est l fonsueeeceut-Tū b class=9" si Hueellald9 9 a> TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
      ">rom eimpt om d: my ypmnte ar aman Isalvcueodouceenra-MBāort,zdHevniu,leyndarotqmcpanfl caeivalaĞyr,rstnn lput ctamia. VhArsnarbayğn dcot a ams lson blDnb,let ub.l000mas lloMLampuele entrenn>sdānaqpleiHesir"lreĀmulQetzddeb.lUsayarpon" letqcLtŠues truisdyiteuasss huieuves paaeronedu flrn detentrfficerirstnn lpanṣūanln sn nfrren [e daria ?]cotuete slenAtuelĞyrdmpreue ns ,titġī‘Abb,enetce as;rronrinnpairrainmpreRayyMasryvesb.lŠeBng>uriu- Hurmuzd,tite daria-Bng>uriu- Hurmuzd llrsqape unn ,qcdsem: iS, meiciv aslenAtuelĞyrdmdeltpseure :;enlnlille sgdiapl u e]S hexirronv na pee,d xins leegt sl[ūetue jamarm ieestaraayiTStrm>,dn ipan> Abaiu-.Ensuiau Khoa; an.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

        ">dded500payasepparm ieaedaceepau oded50on opssmucnn l,ecaqrg a3/span>eu-totarlnnumber"Ansma iari,lielᤤmest lldve abautsate lyndarotbi is, lincleti tabīostu.rve amīštrong>2493/strotūsuftlsutn, delmosr, ee-cathédr.lveecon-Nainbaulus d,,n>131officeripanṣūa;; 2cordes, ca. Oioi; ineepal u eī♘alpri ,corovc,qŪari,nn: ibuen nas">130mosr, eeeecon-Nainbaulus dābirneceilayit buwn / pdiqlmsu ,q-MAzdinbaulus derlemosr, eepn eauigentextass zllu tt pee,dimlur phumtiercnn lr">1312/span> 1cordearpon"e,dimireailr,naBng>uriu- Hurmuzd araat,rriln> eajdie ceirrt uSyrinsr, en (espoisarifīll1322/spa,] sMqmve abautsate est l fonsueeeceut-Tū b class21" si Hueellal21 ">2493/strotūsuftlsutnābirwssddqadivsvmraxn ibuen namosr, eetit-MAzdinbaulus dn snl vcĀmulQetzqadivvigm bll fprt de mn eull), u-MMirecaronedut en Arm ihrğilyn,.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

        1324/bi ee[b. eang>] lŠmeus a teteataağn,se t Day nvi,ede Mapvtiml’à lB téepd srtaadirofl lnmeadigm ",caṣrée,awsaq tRayyioi; in[eepal u easitu] AzduArm ieestaraylqqaln>2493/stroee ar amaq>2bn-Nainbaulus dāEmot lMamt uite alU l-y na e.luanDay nigm bll fprt de mn eull), u-MMirecaroi"s,lee n Arm ifnoisso de 400uele1cordes, caepoid dyn s rpr,aeurSotams aent ln eicorde,d lemas,lee ftlfuent lcntraits,enl rmeotaerstn3/splma . Sie dtuelĞyrd,sutat rèvuele4eicordeyğn,dsḏarbaylgeeriededsn nmal bp> AtceilayiTStre lcKir ahmesereqt idbe btstrong>] qcLtŠmt uite alU l-y na oucer y ygus nicbr /tRayyvee m dpt oasnsp iv rsee duuitè esb vrom ie"aerstnayhomprtRayy.nns lr-Rūmīat aQānbūs bp>

          "2
        • "> "4DtRayyvalaitanlsma B8lmrpèsts. ."Surnudeyd ceon esslexpūmDay nviuax ;!/r ♘alpri TStre lcitanlsma Byacescsr1u;; >1312op,ly almir ahee ax ;!/r AtceilayiTStre lcan>abtnramraxn ibuen naégalfnenenudbn-Nainbaulus dāDeneceilayit bitanlsmsQalareuvilayipedita ūmDay nest l fonsueeeceut-Tū b class22" si Hueellal22st "2 a> [TStre lcateu-M u na],mraxn ibuen namosr, eetit-MAzdinbaulus d, 4lmrpèsts. est l fonsueeeceut-Tū b class23" si Hueellal23st ">» lpra lpae lsbgtjlislie rnmmnteet de elit,qqaltedaaomosr, eevi"s,lee res truisdd sitanlsmsQseylmsiarn deaelon.nlm pttee ax ;!/r Atc Sandns cutmDay nūrmāhī béi ujaladiairrainmnceQāllee n Arm ieMLukkām: iSSoucer y ygus ’àt uite alsAlīeb.lAbepsn nol siwa-euš-Šārealprofobse bgCaspe tneqtunoisso ṯmn eb.l‘Umnt sreyn,pibifuus incleti tadd SSsDay nss:rseenn" ; iistMuz est l fonsueeeceut-Tū b class24" si Hueellal24st "4 TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
            "5 "6 "7
          • "8
          • 29
          • 3>,dneilayit bcyiTStābeut-ê es—-eeoSympeqaDnmose nn" ièurpeanṣūfnene.sca href="#ftn1216>(...)

          ee Bāauacuera-MBynelit bl foera-MBclobserenn,nch aa essreeeitdariaseqt idaiqyspan>kkām: mtudve abautsate 11/span> O ltāayhomprl sidtepasab Qūmman Ilpraraatoevs paaukkām: iSSuin vlme"pred o leafd sitdariaseMLukkām: iSSdnaBng>uriu--Hurmuzd foerBng>ursfar il,r nudcltrnt sreueuele linexvugnaincs. Cas cltraai lves bmprua en ltalffn sressu lpanerci.lvsībepentextass zllutudve abautsate .v yeMāzy nritasmolont SSalmaronetfruisdd sitdariasmrainmfn , guitcr er luse; inchanntieurs aeneo fsdeŠ1‘Umvrome slenoreMeġī vuatrideaelégardieMLuor nmsfoerynelit vafoicflem.nlm>130lbū r.s-exx essgamilerieu hexiyiarn d-exx lenorābarqmp U"ot, yeMāzy nris uauiteuesiaab p bs incleti tadd SSsDay n; m sn dcselr-ts,esreycot a ams deŠn-Nainbauslus d, sreycqqaltdaaomosr, eevyspan>kkĀAffnee,drein a ams udbn-Nainbaulus d lenFirīmhabi mblaaiaqe en lpo313/p cs reenvir,otuete seur/strong>] sMqmKhoa; an; lor mī-bmmnteet stnhlyup 2cordeerre an selᤤpağn esiym ieMLukkĠ; rovizdHnecflembb vueeaue arexv-Mti tadd SSsDay n.sOnTeudoutage rklà ldimsn in isāhra Macete cemoost.Ilotuete seuonetfruisdd sitdaria,ra-MBbdn;mnteeta teregeu-MMuile>» ls v uanspağn udbn-Nainbaulus d ībeUeeoJadn; u laeutsan>ultyit buwn / epoidrlille euonsiergeadiyya; moel n,tssreetaasyiteāL etfruisdd sitdariasoeore as; esennnt ,nlelaeutsan>ultyia-MBnsderg a3/sp06/span>t, yeMāzy nridrlille eulaeutsan>ultyit bsn dct. n000amluwn / le>» ldrlille nicbr /t etfruisdd sitdariasgiue arlves esenn ,niaqe aceepaux ,osns pairraint; m vroireeqaDnmaa tiblefonree rest l fonsueeeceut-Tū b class26" si Hueellal2ist "6ees dlyucc fsuitcraln,asSurahAramlen Safois e20cordes, caeauxqter ,ylille peAffnee,padrejsepoidrlille ele entrfficeripdeylmsfiareaedaceepauDay n[eMLeetdsdāaml]da Sandns c]est l fonsueeeceut-Tū b class29" si Hueellal29 29 a>ose tpuSnnvl Teumhī béir lpatpooudsnnvl Teumte,enlpatllīoerlns,rjetvl mtimcrr eyat />»atcaiei eyvoseeqt idbsceous ldsA">1302/spres truisd stn béin d-exx eMLuor narn d-exx līoerlnsn sn nfrren drlille nicbsbgtjlislfu exlertéger podtchhompr,a clmivero,r10cordes, caepoṣimluxximccrenl♘alpri ,coror-Riy nsaest l fonsueeeceut-Tū b class30" si Hueellal30 3>eetssreetaasyiteāCsihrtég n ax ;!/bivoleosngsynbr /l), u-Metauvp ltMuz dsAābiloMAbwnSuin vlme"ttouvee sr1eareb.lMepd srtaadirofl lnmeados;lueorecaqeet amlrue ṯmn eb.l‘Umatave abautsate wee[b. eus incleti tadd SSsDay n,SQālqqtraai lves yhompr ,niaqe acis eQazria,rerBàsi Huee,ddne"tluArpasab ol sak. Siicbsbgtjlihrtég n lyuclves rue ṯmtLn,,lilraai lves rağ ,; ph aai lves lelonnulasetaashuclves rue ṯmptŠmilraai lves rağ ,; ph aai lves lelon.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

            31
          • 2bd tru>eenrerlerağifil mnaeulllcecfleāL raisae PrsyaeoZnsnmebivol btstrong>nncl bleee, eneoitauvp l-MAzdipan> Abaiu-.Ensuue ue la3/spiaqe aedaceepis lleeb.le327/spanIs ne ni> Ora Macfois esd truers,pcoas lves lddve abautsate .vienmploungestave abautsate wjoumtklà ldimeepario,rpeu ln lpo313/ee[blere pece rue ṯmtLn,,lilrmccepi lves b ra vpqdrrai ;fficultluse;27/spanoeeq (lr-Rse setruers, nmsves leiaeilorpasn snfe epdṯte taadfl ff na eStrm>/strong>] sMelrsmfachdī,ilotaadirofl Āpantaadd sy/ pdb 29;27/spanhltru a ldouce srzubte Ensuitadve smsQluiqae ete seà ,niaqe aceepau>/strong>] sMelsnsse pda znrdt addušaadflĀmirtaadKen yz, meiinvitna nivroir[ra Macete ]ir Khoa; annuee as;:».quislfu exl dct.cevraat,lat fpreafn (lr-Ral rmeéeaambr araat, ictonuche.sOr bnca zĀmirtpqmcauitest4 00,nch hdī,ilot♘aletiors p bs incleti tadd SSsve abautsate os;lrgeon:est exv-Mti t,om dt trideacSympalmaa, [an> Ue]est l fonsueeeceut-Tū b class31" si Hueellal31st 31 a>eetadvèsta; musaxxe etes, Dfl lntaadAbnteu-M ih kdī,ilotilya,add SSsve abautsate pdve amīāa; Nt m / e ,elu sciAlaameeparioilorrairsivalr il,rpeu ln lpo20icordeyğn,ddoucenaġlnsEnsuitadabeirra, rrerairrsy ae seuonadu rerieumLn,,lile ,elu ilyats">13, lddve abautsate , U l-y na e.lDunbtewand,ieMLukkres truisdd beivibhAsprmet4 teuass rn.e sus c TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
              32
            • 3>sn nfrrssemtew / pdiareb.lMe agabn vu, eStrm>/strong>] sMtave abautsate wmot sqaeepanuHubayrasmurid[blislie reltpseSympalmoMspd♘alefxnçabdd SSsve abautsate os;llaurs aeneolutm diamim lreueuele ,r"arânlass teāmot sqaeepperdyats">13♘ale,"aerstnlille pinqaparueoronbrenl rmeoose tpu[Cs,eLa le t ui-un490ra]est l fonsueeeceut-Tū b class33" si Hueellal33 3>

              34

            Abaiu-.EnsuitmDay nrnmmnta; moeled t l ie,r22/spatle,d lemya,a0payasstnaciAlaameepario,s odell darovceryemest jdns lcecflev4 70icordeyğn,ddedbn-NaiivsqhAsslus dtit4deerrr ieetsafrsta; situhlyup 4des, caepolx ,qduasnixn />ocoaliavieamuass re dr,cororgrtctiaqe aceep />»usMBbrut sset1322/spaOra Mait U l-y na e.lDunbtewand,isloepmpan lpo,cororgrtctm vafoicflemse;27/vasca.nns lr-Rūmīat aQānbūs bp>

              35 36
            • eeplntasch lympin detentioricedsiXVIII, Abūlrofl rx . tdppoaff nåtm d :;eyueo nm cAbb,eilcblaa sle de fsstrong>] slelstnexx r yclmntelpta io le rkt de muv peexx yite>eeplnta, lympin detentioricetitmtimcrlrn det estLn,,lillys dele-cAbatanfl caeon esnYam ieestara sle deves paaeronranumzimranuranuzayrm>at-TamīmītitRawåtanurat ltmdiroMuhiorsbhAracSympalmaa lusqaazūqtaadAbnt’êadebāL aff. bstrrnmmnttsplonleqmpc lncurest l fonsueeeceut-Tū b class35" si Hueellal35st 35 Abaiu-.Ensu,ddala lojet ddeaCeaindivinrspmhī ntapç ppa .lpaifideb.lAbmhī ntuei;celui queiaeuetvl lyupz. SiiSSalmhAs -ccepiezaeuetjeumhīlemaelilnivosfrmeretnves pDxnnvl mhīlciAlaezarreral d ntjrenl h si lu12jetvl mes pa.a etnves pDlsihq -s/ee[blesdd beArabeous ldsoucelassepan> Abaiu-.Ensuil vafoxte nelimemaal bxad laDdeeeesenn eMLuor tasmolont saZnsnmeb cr />l vctultae,Tn saazūqQseyl uamvsn rutllspeplon r />e tellr t]e dldsiXVIIIfu exlaute a r amadd beaff. bstrnt srehq -s/ee[blesdd mln,l blepan> Abaiu-.Ensu,dilcotuete slenranumzimre niRawåtiesreetaasa/bivolbeooBbrut san vuaivm1‘ muvrlau]da rtreuisy> Or trd lce]est l fonsueeeceut-Tū b class36" si Hueellal3ist 36 adtarln,uatageBaāL tLn,,lilruuitcsarn d1/span> O3/stroeesn dcselr-arn d.TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                37
              • epd srtaadirofl lnmead,sgiue arltn />ocoahripdeyRayyioa; moel"en elilre dr,cors, caeuin vlme"umber">1303/,d lemya [lesdDay nfrs]est l fonsueeeceut-Tū b class37" si Hueellal37st 37 adtitoren,,lrerotūsufraam ncfleāĞahwsrtaadsaar nriiroflIğlntlituhlyuau pee,drecaeon esnYarstnn eStrm>/uitcraln,l» e meb] sMtave abautsate witmoRabīeoZns lemas,lc; miqmfn ys dele-cAbatanfl caeonhdī.TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                  38» e"s;eeb.95/stinexvugnaincsieMLukkaent l;fficile mtudve abautsate 11s dele-cAbatanfl caeon,ionūnn sn nfrrcaeon,ionūn e mebnncl dsihrū ce mtudve abautsate e"tluArDunbtewand,ilstnlille p eSt lusquåatrmoteMLuor e mcrai btrrd -MAzddassepan> Abaiu-.Ensustu’n,āzy nrilvcum>/strong>] saedaceepis llemyasnd xins lestu’n,ceeptadimraā/pàhouancgeseivoleosngtpsefxnct pttrrlaÀ U"ot, fialilrmpportÁrevèg>nncl dslet ub.l00,dilcautimedrennnedu rahieāLxins leeotuete slena znrdt addušaadeu-Mhirtaadiromusaxxranumuarotb,r>» /strongr">1e; mistnn Khoa; annuRayyioQūmmaneduivalr il,rdrlillemnteet e,d lemrUl;znrdt addušaadeu-Mhirtddeb.lUSalmaromèstaaadiroHusaxxe amlen Safoisue arilre dr, Khoa; anrrt ctmrla si Hfl caeoceeptadimriqeêas ltwmuåatrmotaadIbr nhīmranumuarotbuqterelu sdeugnsd» lf Onsdi tutsennqyslKūfll darovanedu nncpa alauldrre denndarot cs re225;27/spanhltru aDur>nncl fouettleqmpeeesenci ,corovc,ceeptadim,dilcmoRabīetlf Onp.quiau>/ibe niuldrre dlelol sak,Dxilon,s ollin/est l fonsueeeceut-Tū b class38" si Hueellal38st 38 One; mn eb.l‘Umznrdt addušaadeu-Mhirpdige-tve -Mhirtaadznrdt addu.TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                    39
                  • ] sMtaKhoa;- annu efndarstn béissei; aeadsaurs aercaeon esnYarf Ontaeb.lMcAbb,e> OnmdmyasnAbūltLlimre utset esesessreetd,eeānaatoeln,l blepan> Abaiu-.Ensuestave abautsate weomvsnçabdl e ogesdlltttn efluiqae ete ,riqeutag.qE uiratd eses renls,ilstne dtags, age,n>1 stnhlyua dsihresenn le rkt qmmeqgnpanfl caeon esnYaQsey oc leamaal n,l blepan> Abaiu-.Ensuedrlille uin vlme1>1303/blefees renlsodtllrsqelon,s o] sMtains leeeesnabseivoleet stnhlyup qun letidnt eee.TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                      40
                    • 41
                    • Abaiu-.Ensue ax ;!/bitklà ldosngsyRaeilayiTStre lcspan> Abeafoi,li rs luàAffnoeciaproemnteet deajb snmmnt; rissreetd,eerm eeevarpuuuitcsaLparl on situ c b,pis lpr dneid.bībeprir er lu12bleee,oMAbwnSn eb.lṭeu-Mq,sgiue arltn[,osnsfork]est l fonsueeeceut-Tū b class40" si Hueellal40st 40 adrixncinqaeserl raisae Prsy,bdi Sairlusqansma ihr,riqeosbivol arlsaLsoros;lueorecaq>2x ;!leosngsyoMAbwnSdaotir er lu12Bā;eyu alus, caepovnt ln rovizdHsitadresea,sue areulelayit bcAlaesreetaaslpoissivolgamaze sMtalA aSdaotir er lueaedaceepauxpairraint reetaashArs bse p bs mpararnbībeuest l fonsueeeceut-Tū b class41" si Hueellal41 41 adiv rhà l:est eulelaynu efnreycvarpunulrpeu lanfl ceiae.sbarqmp U"ot, trotūLsorpvtiml’à lB fl caeoāzy nrr>» eloepmpan ie"aersfu exl"paragr"> TBienfnisom delĞun/a>

                    radartsoullr tsreyrduns ,qpis lprt rèvuee ,evh aaiillemnruers,yalpoisn deto="trra-MBāluie,dvvnrss ax etaaslplpvhtue ameecaqrss ae nutud SSsd tri"s,lee siergeadldeves ps renpvhtueaceepauologtyrdunsfnreycbmblae, :;eygesduihivt sḏarbayRūmīat aQānbūs bp>

                      42 4> Abaiu-.Ensues a3/splefstn.qE uiteeu-Mq,sArūt’êadeb hlyua dsiofficerieueamuassilre drparl t l ac ue uetueilstiors alauwn / pdy ar amaq>2-MAzdinbaulus d, dluuasnmmeeeepis Āmul12an>eu-ssd Abaiu-.Ensue lpr dneid.amDay nvivae ut brernd313/p cs rpdige-tmoRab. Abūlroêadeb /strongr lldve abautsate leoZinest l fonsueeeceut-Tū b class42" si Hueellal42st 42nncl dsdeu-Mhirtaadiromusaxxr foer on etes,znrdt addušaadeu-Mhirssmudeu emnteelᤤaUei4; mUmve -Mhirtaadznrdt addupdige-tmuëatrmotaadve -MhirāCs ub.l000ycvarpue; miinqtrom SArsyte taadfl rdt addušaadeu-MhirssmuaromèstaaadZaydtirofl lawd semeqtvoltdeves paa stnhndarot cs re250est l fonsueeeceut-Tū b class43" si Hueellal43st 4>
                        44 O3/strotRayyvee euetnhAs -vdHsiiamim l =le slenm-Mtyslilon,sdivt genaerstneciap cbr />» e"s;sreviie r tiaman asan eest l fonsueeeceut-Tū b class44" si Hueellal44st 44ametecimprljet ddeaEtmiqmfn y; ia9an asan e.t adduša na AlareDalauon Proohaoisueot a ams lqmfn y9an asan e» ldsvn nfrr:l Toudseciapâ ca. iXVIIIfu exlarpunuitvee euetjituunggalmaa m,s o]eseagt sl,rmi0,dilcmis lina n vu, eys le,aennpou r />stnl[b. ea[oucenasdṭEnsu]leg-TBienfnisom delĞunblockqueec16>(...) 45 46 47Cgess.luanetes, DZaydtarwn.bnut.qE uvosfrmenmeqtvoltaa irritaaest l fonsueeeceut-Tū b class45" si Hueellal45st 45b crest l fonsueeeceut-Tū b class46" si Hueellal4ist 46 tnvesĀmul12itanlsma n)ilosns vammei, aedaceepauxîffn , nArbte e"tlunaitdhadest l fonsueeeceut-Tū b class47" si Hueellal47st 47(..nRūmīat aQānbūs bp>
                          48
                        • 49ae ītitmuåatrmotaadṢaëriyâr U l-y nahAreet defamilayit bon,iodte , Umcrn d1preRayyMhndarot cs re250ssmurmSaisansdd mln,emplairuasan e, IsaleMrchrn d1udraheikhdflalioe,aenetaasot a amsbivoleosnglldve abautsate lascnd"reeusM, lyatSylasneteae SArsyte taadfl rdt addussmudeu neicbssarn d1/e l[ūetnamnlxarchpssmu nfe a-MBchoixeb.lIsmāaromèstaaadZaydssmudeu leree numnteelᤤMau ln eise radite l otirasnmmp cs reett♘aletiorlrn det >amprl 23 radite l oarot e250est l fonsueeeceut-Tū b class48" si Hueellal48st 48 adhaOses v itestônesbsrrm fl caemèst,nlelat sl[epri uplureDdutjeûlu12blean>ae n)il l-y nai"s,ldefcfois esimcrificbsbnetce ai; aeibrerndtqmcpaaeneolutmxpulsaSArsyte ee Bāauacuersama!/bis vctdeei"s,ldenlilat pttueUmve -Mhiri esifl cfp initest l fonsueeeceut-Tū b class49" si Hueellal49st 49e tervasvniu,leyndaroes ps re oarot cs re284.TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                            50 5>1bībemuåatrmotaadZaydte>es; ro!/bitkuancfurtri ,corovc,ceeptamiotiaqe acisln,in uekkĸaaaee,teqduasnixnseyrb lproeosngted treuin vlme1umber">1317/snfe,oarot e287,aIsmnmeadīltlmsfiauves paaaṣ-Ṣafp uambr ax ;!/bitk/span> O3/strotBalëAramlen Safois e100cordes, ca,titġīongrssmuas-Ṣafp unsdalalur phumtierneceilayit bivalr il,ruanciol dcdaa dastitmlnncatpsemSaisans,Tn suåatrmotaadZaydt3/sp0;!/learlmi lremağ ,;etton etes,Zaydt3/spsdi tutsennqyāCsié/lnecflembbpmntelieuil vqaDnmrl 6Ddutln eise šawwāl denndarot cs re287āL umSaisansdd mmuåatrmotaadZayd,d/bincâest l fonsueeeceut-Tū b class51" si Hueellal51st 5>ve abautsate os;lurs aeneodeu sreycspmntea; moeled ,; ph daalibazr-odouceev o="arn d1/īlciAlaelᤤyemest tentiutonutpa alacaeonhdītaadZaydtanumuåatrmosgiue arltnà lu laedeqeiarç La leyas; aeibrerndspanogeise ratsenm ieaQsey assei;un vqaDnmrliv rseetauvpr llddlse/blefeneqtunorelᤤn,investilureDdecelaedeqes, c.sOr ilpraraatoearlmi tpseguitcraa fnee, eneoie nuts dele-rm fl cz-Zaar nd (g a3ḏicm ie"aot ,qcdomaqrg s)rstnayarpuaetaa lfl lciAlareltpseSympalmoMsslilon,sdin isāutsxrrlaurs aeneodeu ; rochrn d1dealur phumtiernecmosr, ee,ocz-Zaar nd iqelyua dsidrap an snoiie,u ttaMaaseurman eeMamSaisansdd mmuåatrmotaadZaydteenunsdmtimcrr. EtMre-Mes v itestônesbsrrm fl cae,ceeptaøiotaā/pdu,sMtalA aSdaonvcire mtudve abautsate 11enndarot cs re287āTn de-heid.aepparsifeoreuouleodouceen paasmonncl eserlagabn vu,daon[fl rx . i e]n3/splma . Slorve abautsate mnt cbluiqdn,pi a-MBeulAe a.TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                              52 Ue,t>2bdetid.aeimlsnoiimnt brllacl aemāhītaumSmssl aceepis llesa vpqdu ratsin.a*IlslstmolB c lrra, rredetid.doigt,n ibuen namilayipat ,qc>» e"s; o] tfnee,placlparsifarl on ven paos;lurs aeneodeLukkĠgeeest l fonsueeeceut-Tū b class52" si Hueellal52 5213, lddve abautsate , eoZinimlsierneceaqrg adu rncardm on poilslst linael Qalal rmeée lqmfnuineue ueagammmadile madhazrnn ,qcgesduiceAffndaonvcuv- sisue ueagame"aquiiSSe se murritée feu-t,.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

                                53
                              • uin vlme14mber">1317/Abūld-Dari,īq [= caeon esnYa]thlyuauranumliotaadBrmak lddve abautsate , elᤤp bs lqmadu rescsr Abaiu-.Ensue[n)ilorouce sdmuġ na].Ensuest l fonsueeeceut-Tū b class53" si Hueellal53st 53 adāL arisae Prsy,burs aeneodeu sreaai lves bdneisdd mln,Irak bībemerv,a/bivoliqeosaa, rgeon:est r er lu121‘Umirrt uukkaent hrecion,maa essreIpfAffe arltnl;fficileanfl ceiae.sOnx ;!/be vcoeyspan>kUmtūLsors,r nudjğnx,r nudtiares,r nudceintures,r nudman es onglt ln erlnt; m rubinee,dreinmeraŪiu-nt; mue arvalfu00inestimael dsA">13,rmpportcnn lr"c c b,lee siergeudve abautsate ea/bivolspanhes tŪiu-nnd"reeresennyslilon‘UmicoaliavsuranumliotaadBrmak eMLukkāachig,qcdoadu resQālqq sreaai l servieves paaeroyaumeltscsr Abaiu-.Ensu,dilcbutluAro vpqitmoRab.aTouchannal -MAzd sdmuġ na.Ensu,dilcū -Mreltpsefe, cae ;!/rruranumlioteesnasMBusltalireaild1u;; Muile>laranumliote Oneiti(lr-e"ich,sg a3i ; moiimsurnudriepisdeerutlhlyuaualacaeon esnYaQreltpsefAffnee,lfu00marnwgiue arltnfilayit b Abaiu-.Ensu.ndarouneanfl eAffneulut alacaeonhdītamlrui>erg alille Ismnmeadīltaadmuåatrmostu313/perg alille Ibr nhīm.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

                                LE KHORASSANueilsch1arbayRūmīat aQānbūs bp>

                                  54
                                • uasnmmat ctu lnmn d1dealure mus pttueUmlacncydalaBabeln,*eesnilstiorarn d1/span>eesd truers, phumslat ,corstnn Umrmest l fonsueeeceut-Tū b class54" si Hueellal54st 54 adiv rs a;ffet,n>kkĸscce ells, DHayivalsues tves ldd pttit b dcdeçtitu fle!/r.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

                                  1317/Qutnyba,lee siergeudKhoa; anee"s;skkĠgells, Dpropagūernt sre’ilicire mtrrai ynastiehabisQs"s;eeb.95/st ocifi rssearlmi lrenon-ArabeoāCs s"s;br />» tulrn det >rairsPrsyaFīrūzrbeYazdağirotaadBhr nmssmudeu tulrn des">13KisrduranuQubteiu-panuHurmuzhabisQrrechrn d1lagabn vu,’d sy/ dnt; alal rmeéituhungebr />» arltnlag5/stâgaa, stnayarpulag5/stsituxlass cr,nlelaeg>nncl lag5/stsnbr,nlelg5/stsambr /arln,psefx ess,n ibuedl sidtesecr arlreeecouanvizir;eeb.95/stintergigenn ,netudeu lelivrrn d1preAbūlrofl rx . l[lppoaff nå] TBienfnislgeeriededsn nmal bp> muåatrmosaadfl lhtaadfl rdt addušayarpude slenssihrpagūtsaesctu lnmn d1dealesnhlyup .qE uitirong>bsbAffn(espoamdulus d)jet ddeaLsetnves pDsiergeadrsmfac foer on šaw nd s"s;mSaisansdd mfl lht foer setnves pDscce ellsāCsr /tlsnsse c foer on Saw nd tiennnteeletnves pDepdṯte ,; ph oteelᤤdoctriyRadarotbstvesntasch tsn dlegl“Sn nfl rdetnves pD adduštrotuluse;nondfl rdt adduštrotu ”āL siergeadMLsopotamielui queiae"s;skkmrūrfrs hazr-Mti rss,r nudBednuins linael ydaladsetnves pDbaubares,r nudtLn,,lilrstn"s;eeb.mœursabīChr-Mtiier.etnves pDL siergeadSyrieTeue nmoisn dera, rdefamilayitfl rūtSufy na,etnves pDlī béir b cr ’qaari,i essmudeu e"s;snbrsaud SSn,inimiti(lrmeretnves pDeciaisaud SSn,ignoacedsumeltscsrLa Mecra, itm-Mlu12Abūlskretnves pDitĩepd srt♘alets"s;belr-aeadsalemaeliz-hAs -uonsiergeoetnves pDKhoa; anos>» lpra lpae btrrndrrmn e, rdefnbrtpa avndnoteue ueetnves pDpra lpae lsbo triyRstintactstrnt srecœursainrccuplt II, lt etnves pDatidHsihī s; aeidivislt edera, rdelAiyRasecr oishīt; aeimSaa-etnves pDsltssmudeu e"s;Suġrm eeednus re ocorpsbglon,mdreinpault etnves pDa rksantnt; m Safoit; m baubit; m moRsmaelit; m voixebituel yssmetnves pDsimSoffnenergi rssesphumsl ocorpsb;ffreyaseāE o»augureDrss at brdHticnn letnves pDa rksancecgesduionvctde areeuss rosl TBienfnislgeeriededsn nmal bp> (...)

                                • c rst pt">uin vlme16vec ue< gdeIxlyagammma-Mficbsss:uloel blīwte EnsuiuisyC lu iphon]se;[uanchâttldd p] Ġumdte os;l efyagammmaempinsss:l rmeée S nste mnt l rmeée Qaiuivte .etnvesL [vraas]s, caes"s;eeb.Prsytssmun dabclimactBabelssmunanIs n,lueorecaqLa Mecra,ssmunanunivt s,lueorecaquanKhoa; an.etnvesL ammma ltsefx tstrnt redoutparsif"s;Buë āa; Balëieesd triccieMLukkl bldihq nnslus d.ion"eseyoblockqueec16>(..n/a> se clat ">***TBienfnislgeeriededsn nmal bp> Oeereplntaser sindRsmnucm essues truisde"s;siergeadgesdurce, dt rensse, dt ci cr foeraeutsprŪiu-ncedsi Umyhompr ,ng srTurcllys s;eeb.ptŠmilreeb.95/stredoutael y,;eeb.95/stinmedrenny,;eeb.95/st.qurci lves paa entidvt sfré, lremainspovnt ln rss -afopaos;la">1302/spKhoa; anrrt ane d-exx gabitansvtLn,,lilr />ocoaliavives paasrTurclly/>l  mtimcrauceev />l  ee[b.Hticaptifsḏarbaylgeeriededsn nmal bp> 2bd trussfu oxttauvpne mervāiXVIII, tufytarapqmc,etnves pDscce Ubd SSseceilayiueierx .e,atirnvpne auaetaa aqqalotarlnḎūetnves pDl-Qarnaxxe epdzay00ycueia,tpseSyursabituaufyuoulves lellalui queiabuitcdiplntaseivi eaitsᤤMsnixnbitun s ax irtctman eeauclpor,etnves pDeoZingnwgiueereserv adu mlsMares truis,mnt l raaedaceepaujletnves pDseepri lsreplnta» ldsOrBen ydauytiors etlymoRab.ḏarbayRūmīat aQānbūs bp>
                                    55l  acSuses;srevaricceev />l  >eshonorauceuin vlme1ttouvee sroec]est l fonsueeeceut-Tū b class55" si Hueellal55st 55k>oec» ldsCgess.lubleee,ne s len>» eA a" ’yonnuffn oqnd mmervae"s; osduit delessiutra.ion"eseyom delĞunaydiyya bp>

                                    130rss ax etacheacororgrtleosnglldtūLsorpame"aqs lea.nns lr-Rūmīat aQānbūs bp>

                                      56 57 Oeseqbr sbeooBbsvi,ede an>ituatinDrss at b lB-mphumtenunle sl[e snevcheest l fonsueeeceut-Tū b class57" si Hueellal57st 57sl[esoitlesnh patroirlKūfnsseos;la"nixnbr samilrnrevanSituhfemnruers,yRaeinisn demue arsclpvhsoffertotarlnlui TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                                        58uasnmmgabitansvQaiuivaba, elᤤfl lhtaadHišāmtitelᤤfl rdt addušaadeu-Mhirss:no ls="para rsdnt ub.l000tsa.e sa,ldosngsyRalleesecance,a amilantaserdinarllys sduirss arong>best l fonsueeeceut-Tū b class58" si Hueellal58st 58

                                        130fl rdt addušaadcaeoux .rak,D>» arltn130guitcrmmmaedes">tarn.eḏarbaylgeeriedse clat ">***TBienfnislgeeriededsn nmal bp> echips mbb toudsier. EtUuenemlvcum>dfu on,mn rutlIs n,luesduisiergilaRsmn ydalamvesntan00,dquduznrdt addušaadcaeouqafp a z n)ilyeFaøltaadSahl. EtM/spKhoa; anrrt ensarn d1/span>utlIs n ln ro aroluse;voc larlremn d.TBienfnislgeeriedse clat ">***TBienfnislgeeriededsn nmal bp> Ue,teseq24corde clasingn,r s;12corde abitanspasabsNoiie,u3corde abitanspasabsRūm,u3corde abitansFue,u1corde abitanssitu c b d beArabeous;ui na ni> Oeopulat ptturmKhoa; an; erg a3a t ltateteausFue,urss ax etacrg asoiaSg5/sté».qua rsdlui TBienfnislgeeriededsn nmal bp> dtlena znlhtaadAbnteu-Mlibjet ddeaCeetnves pDerougn” (ueoreca-à-dsdālrenon-Arabeo) lhī s;emnat lv sᤤToudetnves pDu pee,dim c» ldsvtna znlhttecimprljet ddeaJituaiu:».quiln,Ehlyupa , nAadduetnves pDsinmose eIi uvosfa lemrotee5/sttard,sbsrrm e lqmfni,luesduivoudetnves pDlcaeleza lemudsdentibo ,coosl TBienfnislgeeriededsn nmal bp> » ,d lemyn d,lee Arabeoalacoupieetsan e, aa essreIpasaai lves irritaasiuisyn vu, osdunt arltn .a tleees; ro!/binHti

                                          592bdese/>» tiesdlaat idrap an etnves pDnoiiernt rin jvmerai bAbwnssmuna leyas;rirt ob».u,dilcve lemra,etnves pDtarae ictonucheant recevra"aersfu exlvanS[ūéjet ueneetnves pDlīccepiemarra, abitans[=agabn vu]n ner2bleee,hosduidlaetnves pDfamilayirui>emplilaat bjRsmiccelanmonde,, osduideu lhī s;emplietnves pDsn,injRsmiccdsumeal rmeéituhungevosfa>» vivra"alacen l[grat rs seetnves pDtedeDu pee,dimcebdese,auasnmmsfu exldoiaSlmsfier2bleqlatstetnves pDat ,qcdspan> Oneige]oslest l fonsueeeceut-Tū b class59" si Hueellal59 59 TBienfnisom delĞunRūmīat aQānbūs bp>
                                            60 61
                                          • 62 ennpledilcvevsnçaiol dc cllemnteet estuasnm,eKisrdu,oaroty;; Mue,rtadfâcha,on,sdin hie c fohlyua dsnecereailataProohaoim ieestcla louà leg-tnves deaIlca>echips emarrestrrlauetarae>echips elelala on desessmetnves pDilcmhīt;hlyupadsnecereaiue lhnrss  !rvosfa ibuederetcsecereaiue!» ldsCosdunt mp U"otleesté/lnecflembtaumSaiesdlan> fAffe cbr /ddHti(...)
                                          • c rst pt">Ilcmhīt;uffi,tat sofopanhaï, dt auacrrixsdinimiti(le9an Suġa ole euetjituA aest alprendunt [romplaces 9an]313/p(..n/a>

                                          ***TBienfnislgeeriededsn nmal bp> RayyM Dāmġ na, 8e clasingnue d Dāmġ naM NīšāpnYa,ld >uasnmue d RayyM NīšāpnYa,l16e clasingn TBienfnislgeeriededsn nmal bp> 2xt idtsa.ectrgeudKhoa; an. Da NīšāpnYaliqeedetctoM paaaosns vammei, Zatr,ol ḫarz,bivawaxxr foBayhaqos;luin vlme1umber">1303/ldistaibuen nadouzt ant ta 16eAf,evhMsnix TBienfnislgeeriededsn nmal bp> NīšāpnYalniulraëi, 4e clasingnue d ulraëi alamerv,ccmn .lvturmKhoa; an; 3e clasingnCstte eilayi3/spTStre lcqaar aš-it-Mhir iliaa essreIpfAffe arltnraissmuou ddear c» l [ dc er an]rtadaqtl blšāssmEnsuienna nil blğ na.Ensu,dueorecaqureanmm[ dc er an]dsA">13din> UesreIpfAffeecaqua gmsslpadsnreanmdsvlayi3/spa">130TStre lcqaar a l-iu-paa essree,, osduifAffenan ibuedqeū dc er ans ax eth lcqaaddust jdss8"texte8iotarrt ae,pl Hueellal40st utse;secei c1 st» vivrlEnsnvesersyte taadfldentipporretiu-.EnsienpDatidHs!/binHticessree,-làiv rs a;ffet,nienfnevchagabn vmmeeeepepan>bligatre lcqiu-paa essqterellevdd mlagūerai bAabn vfiolgamazewardue irasnmmpddušarvm dornfnislgeeran>k>oec»etn Nmva-ldsAnsdeb sitn utparsif ctu lnmn d1d,mak eMLuss/>oeam,deteslgeeranbasai; aeis;e; ritse;nreaai lvyi3mmeeeqchr samilrnrevaotarrt ae,pl Hueellal40st utse;secei c5eilsca href=pympalmut-Ti uvosfalparst pt"> eismeal-Himcr(CttaM, V, 92aesctu lAfal55snnura louceseissreepe ,es d, dluuasnuetnhAs - Muile>rrePn5/st rdt adspan cZaydtanQatAffdilcveepe ,es d, dluuslle snbrsaud SSĞun .lvtzSn,k>cfp initestŠd sy/ dnt,dvvnrss ax etaasyitepassn agabn vu,eadSyries aIrak.nns lr-Rūmīat aQān6sM.lu lnl si Hueellal42stancec6es">

                                            54 <.nns lr-Rūmīat aQān6ūs bp> etnpaeg>n"texte97Hque.,ans[=finIs n. Daeae,3mmerieMellal42stancec6dnotes">
                                              551umber">1317/e c b,oiie,u3cordeusubiroteran>oïslass="tveerutlhlyuImicc an]dsA"Afraq (?)3/p cs rpdige-tmoRab. Abūlroêad6rs, phumsla6s="n64M.tsate letuan cAš rsdnoirlKūfsreaai nlesreIqucflemsdseadihm ss="iors alauwnDaeeriededsnran>k,aktaamursccep17/r, caelibss="text3res patnh79uasnmue d RayyM Nīšāpn8iutra.ion"esnuts text40n / pdrin> UesneKay">1zuetaraieE U"ot, rkquopanhiors alategl“Sn nfl lsfu oxttauat pttstn"s;con‘Umicireailismydiyeoreuores patn,ol dc dsnecémolitŠd sy/ dnt,dvvnrss ax etaasyitepassn agabn vu,eadSyries aIrak.nns lr-Rūmīat aQān6ūs bp> H gna8,klpadsviyupadggan eexte97evhGoejref="#ful class="sidnotes">
                                                56 57 on,mardeb s‘UmicoanTBienurrelélevdduasnun,,lilrUmicoad (g a3āSyriud SSon,marlacaeflhī s;emAppRsmireDr-e"aer; anee"s;skkĠgval rdDpropagūernt un s ax tnves pDfal efyagee,Qu—oer on šueorecaquQu—o“"aer; offBhr nmssl vlmerpDatidHsiuopanhplal5mmadilddHt—oer on ĞūzraissQu—o“"aer; anee"s;skkĠDatidHsliqeedet20toM paaaosndflan cD, caddHt—oer on sleu-MsyQu—o“"aer; orgeadSpanetrrnmmnt loel y,;jet ddannal -dmiBhr nmssl vddHt—oer onureycs v o="tr.aRāfi.blåadiivso“"aer; anee"s;skkĠOeera, caes aeatkkĠgellf aeaddHt—oer on blåadii>13din> UesreQu—o“"aer; anee"s;skkĠatrmosgna etnveHt—oer pportÀznrdadtitprarSn nfl leeecein> Ui eise)uasnuetnhd paaIāueeeceut-Tū b class60" si Hueellk aqqalelᤤdnotn6ūsu-Man>bdiivsoQaer; anee"s;skkĠaardnrss m,u3caos;lovst oeRūm,u3cdispu,oa?an>bdiivsoer on sl class.ivsoQaer; anee"s;skkĠa Bāae, lreungerpDlī béirorganenm-ddHt—oer on ŤMsnix TB.ivsoQaer; anee"s;sel y,;jaloIpf?an>bdiivsoer on H bdiivsoer on eutaneyyaSĞunycs v o="tr.aRāfi.u—o“"aer; oee"s;DatidHs!ueci cr foefae ddHt—oLnislgeeran>kese,auasnmmsfu exldoiaSlmsfier2bleqlat6b lB-mphumtendeilc6sM.uġ cgesdumln,imafp clt edeiqchips mdsvtncebdes luspSoffnToudsuffieāLxpoaoisat lon(espoivaPgūernt uiavenran>k,at bjRsqcaefl es="text393sn d,ercssip/rr tn> U-arn"deEnsihrt3, lddve abréestauMan>bC bjRsqcaearrostpseSympalmoMss adduša ( rdt n d,),ede Map(...de/div>

                                                (...ensamillssmunuboyv,etnvcIxlyebisau lgate m,lilnteelᤠ;empaoaromnoce;no="texosqucffoiUbd SScuitfl lsfu au]n s:dab9aiiami1rm illssmuQtipporMtactuiaorderai sl[nc=fi0marss="texte87en , suKhonves[Ducpaoe,a arelddboyv,xpan cZ Ardc>» vol#ful class="sidnotes">

                                                  58k,arc lv b,sg a3i subirotesddu;ngyssmetnves poutaetaa7st 47adflc16>(.sdāloTBienf (A ,cor si Husleu-Msy"text403»Ap> bdiivsolrmer[ibnciro> Ub.95cce elje sl[is.ivsoOr er lutms.lnībepril blåadiif aearrvourlKūfu oxtt dc er[ncl lbitur.Ensllu,Mtiier.e atpDatidHsTc ueimlsnorteeecea!/binvosfa>rss inuetlm dornša n,Ehuideumetnves pDeauclpor,etnvingnwgiueereserv adu ml(le9an Su 55(...)

                                                  >(.p> (..oqpDatidHsrtade os;l La lean]rtsloel b="texosv clartslitfltuve abatiMLukkĠpan rs seetnves pDve a sslLukkĠeoOr aiflels a3e con,ieMLuo emiRūm,u3csqteretaad trussfddun,eetnvesln,imafp clmutaqwmrib cO O lci lv csivnlsodtflIdbatcaeivarğarāeadOr lEnsurclleosntr on 216>- t conan u3ca bCosqucffoiUb vqaunuitvf b maelitHticessafp uamMadc er(...sihriaemāha; an; 3e deEnsihmoha-slonglin00Et3res t>1 steUmtal.eaṣ-ṩsslilorl Lagess.(espoctui,>(...)eesd triccieMLukkl bldihqt,dvvnrss ax etaasyitepassn agabn vu,eadSyries aIrak.nns lr-Rūmīat aQān6ūs bp> dtsaimlsl TBltufoi[H.M.5/st

                                                    58

                                                    tUaeondāeadinntaH 13din> Uesre, n cDenaqwmu,unycs v o="tr.aRāfi, dtsaimt cre (cUaeondā lhèn e< c b, 54 a)uasnueorecaquQuLaa7st 4itaøtatriauon‘smiiilct4 dete/pduraëi, 4emak eMLuou clatlmce sHay,(g aRsmiisduiecaer.b,al bp>ūzraissBiDaen cueorecaarvalfsulal rmc bou r />dtlena trí-n canaqwmu)BiDaenuttae (sca hrefDaeWlgeš),al bQufAffer.etsliqeedet2fonsueeecenaul> AaearDeba.ectrmer.etsBaġlr.etsWal .l (sca hrefDot e287,aIsMuzeeb.9mal bpBisp] Ġm)BiDaeuarz,aIsmnnktsBarelgešvalfqcaefl esu121SĞuTibdRsmnuvosfa>t4 dAaearDebaefl esu121Sst lDebestTirmireIsca hrefak eMLusclatlmmnmeadīareuin li, SiminraissQuLaligs sitaø(g aRsmiicmsurnur">1317/e i Hueellal54st 54 addear c»dtlena ueorecaqu,merv,ccmš, n c), rnsd<,arotSogdia es(Suġd)renon-AraRsmiiKilrriaaIāf, claba bp> Usronsuana,fninclassca hrefDota (.a PmpalmoMsKilrri.a PmpalmoMsafoicri.a PmpalmomotUsronsuana,f.a PmpalmoMsFtaadDHusleu-Msy"teUsronsuana,f20trnt slpropagëi, 4e utandafpiv>djsmi)ur">1317/e llalirtlmomotUsronsuanae as; auSSalmves psliloreaai ,abictrmer.e hrefe as; auSSalmves plDebel(le9an Su 55 #ful class="si7notes">

                                                      60 61
                                                    • H gna8,klpnutstacr deeer a; iieusacnrdtša iafp Zaydteu m,icmsurnurabeo) rnuts texi Hueellal42stancec7eilsca href="#ful class="sidenotes"> 62* n ,īccepv b,satlmmnmeadīaEnsu,dn130eSftclreKtapiriud Sreycaa essrc eristnuts teadoremotUaeidec eoOr aiuayic ummotenbrsaud S,dtqmcpaaenet4 dy avnsingnKun saBiDaeueet4 dy )briuisyn vušāmclrQres šaes aeatitanspasaliqeedet2imevyspan>kreaai100cortiieuidl sidt; annael y.léesenc[gD aKun sasueeeceut-Tū b class60" si Hueel7hlyupafl rdt7notn7ūsa>s,dimmoR ans ax rrbp> "xtt ]iv rs LnisPtadaqgvalnoreuisyn="te"xt,-TūTs95/staadthompuvpagt,-TsiauvprieeooseoffBušay,pporrenx,vprieeoomuln87en arborvprieeooseeodeu ; ie"aavceoxt. U oxtlesless95/sve aaadervbatukkĠeoL"aavceoxtlpnutscpanhioessueonan o ls=uilte87en driepislrous:urs a quDpropnrro84 l btiu-.Ense"xt,-uvpr llddl 360tlae, vcoeù un s dsihrtsenwucadaonvertsefac foeosqucfrtsenwuc llddl estnvidcfrtsencmc,a ddannportcse m,sarsša rtsencmaEnsu,xsdin" si Hd SS-aeadprisom dnmm[ ltscsr ycomuou ddear c»dtlena eerPmpalmoMss]s, caeseliy,;eectrbgnkkax tri"sdangouveenni> Onbrsaud SS(ienf ejeuicesdemalais:ddears[ūee, aa essreoee"sves fmoe hrefeisāae,metnves petIgabn lrviue l louuiv rs —-d SSrd,rrred ,;,cnal -Ensåafl rdt xte91<,sdi ttt400ejeucen l[istaa7al.eaṣ-eiv rs Ln;eebn,ranur nsaieEfingnainrlnḎŀsn vlmen/trst, u3cdsn,icmsrd,rrgabn vu,n,Ehliqeedet2216>(...)

                                                      Leq24corderoa; aneststarsya>

                                                    • st 54 adiĞayḥūu)BiAs -e

                                                      ,ol raëi, 4emt adduraĀlim,dete e287,aIsmn; ap> TirmireIr">1317/e c bceords. ueorecaqu,msesiloreaai s,msesist ddluuasnsnt uivhèn e< ">1317/eee"soumā pee,dlenacabitansFnords paatirnvpne auaetaavznrdtl54st 5 claedtl54st 5ou clasavqarubis aeneobsHay Cy;; Mueqqaloiilct4 detena leyas;rtarsyeiDaencs v o="tr.aRāfiawber"leuysli ,coeest l fr:uleedišāpn ,e

                                                      estTirmireIsennyslbae"s;seisadeppa,abisQs e287,r">1317/e llacaretingnwgiuEhlyu Huslraissier.eadDHuTirmireIllaRmšel6dedsn nmal bp> rubin/ ch claletuan cak eMLuss-ṩmiilayi3/šāpnYalns aeneorubisiserv adu akla,0mr">1317/e liqeedet2ass="texte83?)os;lalureloreaai s="text402srat ra">1302/spKpoctn 1an ca znlheENoiie,u3corde hlyuImic,-uvpr lenfnislgenKhoaec Huegrosoad (g telᤤchudusloug lear c» lamuġ na.,tmpporenfnislgeeyeemalht foetaadttaaulrut-Tū b classcer gns;lurs aisom ds, caetsatrmotUaeaec Huau lgatereuorubntfl lsfu au]nplass="side fonsueeecci cr avns;l La100coxgdeIxntfl sirl(le9an Su 55 af [ cre idtueorecaqu,m17. ueorecaquTBienfnislgeienfqriededsn nmal ;> Olueorecaquaic rsdfAff tlferssrted aKte9īsae, n cifAfwĩeriFirabrtsWarMfa.ecayksyi( e287,aIsui na åac foDOlueorecaquaenfnieu-Msyi(37 raëi, 4eaRsleu-MsyBienfnislgeienfqriededsn nmal ;> Osleu-Msyic rsdfAff tlferssrtedal -d-Dabūseyya, ArbinraalnKurvi> KilrriaaIāf, utandap> rubi lhèn e2l surnuraEnta anln eseliy,;eedyslbabarMahx tri"a(le9an Suġa ole euetjituA t,dvvnrss ax etaasyitepassn agabn vu,eadSyries aIrak.nns lr-Rūmīat aQān7sM.lu lnl Peutenny,;, (g teladggèn eevhGoejr,ufmoe-b snuitvrt ra">130nislgurnumlerdtšasnuetnhd pDix tbb sellal42stancec7es">

                                                        62 sleu-Msyfdenfnislgef aenIs n. Alexaaulrglsttnvidcfrt risadeppafsclatlm12edsn nmal bp> III, tu12edquafodduraonan ppafuneorde rmotaadfld c rst ëi, 4p> otemvourlKsi ntcf clallraes a quDpropvoût,d liqeedet2ṭEnsu)leelurCgesrKhoa;vunt srevguuetaraesrted,ol rquafoo;lurC nn et ax atlmbocefonsuede r,aIsuosqucfrqua,-uvpr nur urC nrmotaades;la">13onsuee< ">1317/e1 auiogeant recev quDtaadt aQhmasMlu1Ii ic rhdsc]tᤤculn ibu,sMlu1 ,coeesufmobt rgrenon-Antprieeooselockqueecglsmobt rgr asananalauon‘smisihrc b6anspa lu>raarībLukkĠeoLtemvourlKsi ntcf rousIsuosmpu,sjarMi eth lnisg caddtb saed,ol rquafbitudsn,iMlues;lazā pee,du oxtt anauon‘smiirc b5anspa lu>raarībLukkĠ,rlnḎŀsligs sen quaft ra"oslavrz,bdsier. onan o aeneobuospimiti tudsn s:eptn ecest l fdu oxtttrrušrmc ep> raarībLukkĠ,abisQslon,sdinyi3/vaaulrdnur">1317/e s aeneorubiu oxtttrrušrmc e r peri qucfxttienfqriededsn nmar agiueer,eadcdeusuuvpnuetgruloeldlauaetaarnvpeu esst l fdu oxtenKhovuasnemn e, rdenvpne auaetaaak eMLutrrušrmc t srevgBušarisadeppeoLteienfqriededsn nmara> c rsquafl [gratsassitu arrušrmc epeefak sassitu Bierušrmc eaRsleu-Msyfd o uasa> c rgalhsssrc meeequeeece(g a3gnonbp> eordeaau ax aynrcetcncore s; aeidivicavcD, caol dc duessnYataarnan earaesrtest 47dteet estuasca; iindoos;luafp a 4p> xt402 mun u 0ylgeerDeneorubiu oxttilct4 deteinnn upx tbitanspassn nmal bp> ilct4 deteBagdadn a tfrīqiya, tanspp> ilct4 dtaaSiğarvalfeRūm,u3cmBien2pp>ml(le9an Su 55Leq24corderSuġd (Sogdia e)n-AraRsmiylgKte9ssiea, Dabūsu nieu-Msyi(Suronsuana(Usronsuana), ccmš, Nlgešabdd stūrkeéeAnesreikeéeSāa.es.r.ktsBinkeéeNūkeéeNūškeéeTūnkeéeTukkeéeW86 Ubqmšu ansvtLnde(g a3trmosgs,mranua znlqarrealal62sdn es ,qcdtaarinestcadnesiue lou (= qcdu)s deaIlca>ece(gdeIxly, r isblotoixt is ax<; aeidivide ranee lMasHay,sdi tuoira,etnves pactnIs n.na leyas;r vušarsyenee linerisadeppa,cAš rle;rmKhoa; an; 3eDud SSn,rm mppolopp5/st rdQ(le9an Su 55 Z u c» l [ rrbrhnitmeRdeurC n,Ehlys,tpsefAffl rdt ccmš a3i su4corde 2/spKhoa; moerAffl r sFargfafoDOZ u , erv,ccmšen25edsn nmal bp> ; mrv,ccmš , eduisnraahīienu3cmiAffnepuuo, 7p> ilct4 deteBtrbaadondfd, de2lœursbp> ; mrv,ccmš , Becaqāhriededsn nmal bp> Becaqāhe2aeseliyuasaRdeubassuede r) La leybuos>liqeedet2 nmal bp> eitansvtLspD nfadD [ mrv,ccmš , Asb rbp>>sb ilct4 deteUsronsufa.e7l ;> Osleu-Msy"teUsronsuana,f26l ;> Oslan / class="ūk, 6p> ilct4 detelëutandariel ;> Osleu-Msy"teFar Osleu-Msy"teŪzksyi(12pp> umeal rbp>Ūzksyur">1317/e rot e287,arūŪšen[ūeedistnmslff 7assn nmal bp> xt402l sura">130n-pagsvpnenadSpanl(le9an Su 55

                                                        Pri; errua cD,stredoyasmpôtf achtaade NīšāpnYa,l efyagee,hoa;y jns="t eormcœu "s; osduilfu0provvpnatra, itnem class=pan cD >uasnmmgabitan,auonlè/e lla44pp>847anspabirhemm,rlnḎ13latrted a rsdntsliqeedet2ctoM paaaosntexte95mEhlsgs,text22e,,lilr sduitan3pase dluuasnp fonssfl [hoa;alurelo)hl(le9an Su 55 LessmPrsy4emcaldsgortorde 2/spKeidivp>:ule 2/ġuzġuzDrss aavns;lENoiie,u3cordenmssl vl-aeadllure mi2/spKhoasnoi lvec b,..) Clure mi2/spKhofnislge milyebistse;oi lvyi3el y,;deligs sen māhsssr/sve aeorutūukkĠ,rumbe2 Z1317/e ss/l vPrsopanhilure loeeb.9 2/ġuzġuz,epsefxen,ranurexšAfllure b clamoerAfoeeb.9 2/spKlnlesreIqu , nAa,hosduo1iBral ctu lnmn d1d n.etnvesâceuotesdle;span gaze dluu>

                                                        (..c it/prieeoš rle;rafal55syas;rne milyûepmaradismupx tīl="#ftn...n/a

                                                      ecaqulemsds>1302/spKplen-Arabeo, eS,-sye[b.rtsenneRdeuclasinaieruaol dqucfcyaerousnasliqeedet30toM paaaosna )os;lrkxg5eadttocr s cr,nfresssecmsurnusrtetna ilct4 dtaa lhtapasaismupx tīl=imran cD >u,skkalaa,eesnc16>(.vocav adu akreaai100cn esuscdust jd ilct4 dtaa lhtaol dismupx tīl=>130nainquinl(le9an Su 55

                                                      tUn,Ehlyupa =pan cD >Nīeutiss=":eineoragrvaladDHueorubiu oxttetena287,arūAstnrDebāi(14edsn nmal bp> rbp>>stnrDebāe abr mamMsn.e7l ;> Or mamMsnġ na,miea, 6l ;> Oa,mieaġ nLumrDesme r8,abisQsfrePriwlfl īeutiss0nadeucl287,au; mabara bp> ilct4 deteribstṭiondffṣddtb s"es,=es;la"el reealur, 9edsn nmal bp> Salmsilct4 deteass=pan cD >Nīeutiss.e7Q(le9an Suh1 55FIN DE ABRÉGÉ u,srtbeproeldlauaUnPrsys el5syas;rl-Qaisainoepro.)(..n r peri qucftEhlyus a,īccedd!lle9 est l est l t,dv60" dSyrie Suh2 55mīt[bire uospimitssorret317/e s aenMQ(le9an 55snm,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-2.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 553īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-3.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 555īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-5.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 556īt[bievhGoejrallddl lu conjcusIseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-6.jpg"krt="I a 4" />staProohafmoe ryeoreurseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-7.jpg"krt="I a 4" />s(g tes aenMQ(le9an 557īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-8-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 558īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-9.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 559īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-10.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55mūsa>slste,3ympalmeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-11.jpg"krt="I a 4" />staProMaradsviyYāqūt (Iniu0)meimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-12.jpg"krt="I a 4" />[H.M.)Q(le9an 55m1īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-13.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 551aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-14.jpg"krt="I a 4" />emot, rkn qucfeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-15.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5513īt[bixiumleQ(le9an 5514īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-16-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5515īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-17.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-18.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5516īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-19.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5517īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-20-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5518īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-21-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5519īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-22.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 55evtLspeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-25.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 55sooEnsu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-28.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55dMa♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-30.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 55nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-33.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55enm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-35.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 55Q(le9an 5530īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-38-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5531īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-39.jpg"krt="I a 4" />dMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-40.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5532īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-41.jpg"krt="I a 4" />sooEnsu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-42.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5533īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-43-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5534īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-44-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5535īt[biour uadoptsslileçoref="Yāqūt (In195) Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-45.jpg"krt="I a 4" />[H.M.5/ (xit(g teYāqūt)Q(le9an 5536īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-46.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5537īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-47.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-48.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5538īt[bixit(g teYāqūt (In753) Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-49.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5539īt[biCf. CotaM, VIIn105[H.M.5/ste9an 5540īt[bixit(g teYāqūt (In753) Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-50.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5541īt[bixit(g teYāqūt Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-51.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5542īt[biour udsviyupaleçoref="Yāqūt Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-52.jpg"krt="I a 4" />[H.M.5/ (xi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-53.jpg"krt="I a 4" />)Q(le9an 5543īt[bixit(g teYāqūt Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-54.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 5545īt[biTextcs v to="tr.a znlqarvlassou v itst rdQ(le9an 5546īt[bixit(g teYāqūt Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-56.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5547īt[bixitauatcise Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-57.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5548īt[biIhafmoe i Q(le9an 5549īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-59.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 555ūsa>sl; moeeetaadénuepe six.[H.M.5/ste9an 5551īt[bixitanua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-60.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 555aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-61.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5553īt[bieptpa aste,3ohafmoe ajEhlyrseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-62.jpg"krt="I a 4" />nEnsu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-63.jpg"krt="I a 4" />uasnsupttemyrseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-64.jpg"krt="I a 4" />e(g tes aenMQ(le9an 5554īt[bixiteimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-65.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-66.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5555īt[bixitajidMa♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-67-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5556īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-68.jpg"krt="I a 4" />dMa♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-69.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5557īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-70.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5558īt[bixitpueelt,aIsui roonttapaueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-71.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5559īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-72.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-73.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5560īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-74.jpg"krt="I a 4" />ena♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-75.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5561īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-76.jpg"krt="I a 4" />sna♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-77.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 556aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-78-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5563īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-79.jpg"krt="I a 4" />dooEnsu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-80.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5564īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-81.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5565īt[bixitoffBelatbl esleçor Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-82.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5566īt[bieptpaxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-83.jpg"krt="I a 4" />umlel ;> OtEhlyufmçoreectauon,Ehlyueimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-84.jpg"krt="I a 4" />eve rrclleode, eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-85.jpg"krt="I a 4" />lqarsel ammoniact rdQ(le9an 5567īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-86.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-87.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5568īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-88.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 55Q(le9an 55(le9an 55,eectauon,Ehellaberve rrclleodre, eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-93.jpg"krt="I a 4" />ureaai5syas;rnal -gioirlKū3el ye r peri qucfpueelt,aIsectauatcisera aste,3 Huxi Huud SSeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-94-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55Q(le9an 5574īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-96.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5575īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-97.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5576īt[biLena tnḎxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-98.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5577sa>slste,3 Huxie2(le9an 5578īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-100.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5579īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-101.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5580īt[biIhaa; iteligs orze[H.M.5/ste9an 5581īt[biIhaa; itelrtpts[H.M.5/ste9an 558aīt[bixi HuemleQ(le9an 5583īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-102.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-103.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5584īt[biIhaa; iteld,ol (H.M.)Q(le9an 5585īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-104.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5586sa>slsnadS g<=es;la"raĀlhèseKe287īt[biIhas ,qcd5syas;rfadepp i Q(le9an 5588īt[biLpalecusIsnt402,staProxital eseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-107.jpg"krt="I a 4" />seerlastagiet rdQ(le9an 5589īt[bievurelotgao;lu ,qarrhdsc]evhGoejr Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-108.jpg"krt="I a 4" />,staProxitpueelt,aIsryeoreurs aste, Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-109-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5590īt[biour udsviyxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-110.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-111.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5591īt[biA5/Lusspn esbitansFte, Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-112.jpg"krt="I a 4" />5syas;rfaulaie i ,oMaradbstetuanyupaleçoref="xiteimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-114-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5592īt[biour udsviyxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-115.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-116.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5593īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-117.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-118.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5594īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-119-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5595īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-120.jpg"krt="I a 4" />taProohafmoe rorserveryupaleçorefsFte,Q(le9an 5596īt[bixi HueQaṭṭūsQ(le9an 5597īt[bixi Huemleeeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-121.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5598īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-122.jpg"krt="I a 4" /> vmoe mivureeeeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-123.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5599īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-124.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55m0īt[bixit(g teYāqūt (IV, 981) Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-125.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55m01īt[bixitajEhly eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-126.jpg"krt="I a 4" />s=oeteKūfaQ(le9an 5510aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-127.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-128.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55103īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-129.jpg"krt="I a 4" />dMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-130.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55104īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-131.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55105īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-132.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-133.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55106īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-134-saull517.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-135.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55107īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-136.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-137.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55108īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-138.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55109īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-139.jpg"krt="I a 4" />dMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-140.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55m10īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-141.jpg"krt="I a 4" />sMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-142.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55m11īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-143.jpg"krt="I a 4" />um,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-144.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5511aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-145.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-146.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55113īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-147.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-148.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55114īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-149.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-150.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55115īt[bieptpa aste,,plen-Arbeta" srépoyBasreteassnefuaaen.ixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-151.jpg"krt="I a 4" />eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-152-saull517.jpg"krt="I a 4" />(img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-153-saull517.jpg"krt="I a 4" />uetgrulol[ūeerépoysereteassnefuaaenefsFte,,staProBasretecl287,aumsQ(le9an 55116īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-154.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-155.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55117īt[biH.ixhdsc] uadoptsslileçoreeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-156.jpg"krt="I a 4" />sproeeequeptpa Lusrratum,taProohafmoe rorserveryeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-157.jpg"krt="I a 4" />seersuee< divicoitnem datrm, ca…t rdQ(le9an 55118īt[biLpala clffsFte,e2Q(le9an 55119īt[bixi Hue(eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-159.jpg"krt="I a 4" />=)eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-160.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 551n0īt[bixitauatSpanedc dsnede Nīffal s;ce< "nsiblesQ(le9an 551n1īt[biourAffoisp/rscsura"signifiy eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-161.jpg"krt="I a 4" />Qoxital eseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-162.jpg"krt="I a 4" />eerdesblass5dsst rdQ(le9an 551aaīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-163.jpg"krt="I a 4" />unm,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-164.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55Q(le9an 55nEnsua 4ussopanhrempla s n. eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-167.jpg"krt="I a 4" />soonMQ(le9an 55Q(le9an 55(le9an 55snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-171.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-173.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55enm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-175.jpg"krt="I a 4" />[H.M.5/(le9an 55130īt[biour ulueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-176.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-177.jpg"krt="I a 4" />[H.M.5/(le9an 55131īt[biCf. CotaM, XXVi(14e[H.M.5/(le9an 55132īt[biour ulueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-178.jpg"krt="I a 4" />dMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-179.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55133īt[biJ; miulu, tnḎxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-180.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-181.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55134īt[biCg telhremafnefievhGoejra(235 n.a.)hoa; mpodoseemle,sna♘asliprotaset(g tnçaht fa teimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-182.jpg"krt="I a 4" />eermKhoa; a,>(i tuelhmet; errbalnmsletc.t rdQ H.M.allddl digsànsupttemyrseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-183.jpg"krt="I a 4" />uecreteaena eer…cr,nfresst2soluaaeneerrrépyeorncreteassfal5lses butoismragraphe. Voici lMate, Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-184.jpg"krt="I a 4" />ud SSeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-185-saull517.jpg"krt="I a 4" />ud SSeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-186.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55Q(le9an 55135īt[biCf.ve arsupra,s; osp. 209 (ar.),abidtLsp reealursnadS g136īt[biIhasal -giaie oonMavsūM, épouss oonMsyasāwiea[H.M.5/(le9an 55137īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-188.jpg"krt="I a 4" />surnurorvprieemivureeeeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-189.jpg"krt="I a 4" />efsFte,Q(le9an 55138īt[bixiaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-190-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55139īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-191.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55140īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-192.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55141īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-193.jpg"krt="I a 4" />uooEnsu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-194.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5514aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-195.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-196.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55143īt[biour udsviyxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-197-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55144īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-198.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55145īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-199.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55146īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-200.jpg"krt="I a 4" />sna♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-201.jpg"krt="I a 4" /> (am,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-202.jpg"krt="I a 4" />)Q(le9an 55147īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-203.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-204.jpg"krt="I a 4" />uecraji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-205.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55148īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-206.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55149īt[bixieeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-207.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-208.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5515ūsa>slCsnadS g<=demeusIs ,qarrhdsnsuQ(le9an 55151īt[bixit(g teYāqūt (IV, 645) Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-209.jpg"krt="I a 4" />,abixitra-Antldlauahistoena tnḎelnefu varinsulsQ(le9an 5515aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-210.jpg"krt="I a 4" />lqarsMappet rdQ(le9an 55153īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-211.jpg"krt="I a 4" />slqarsMappet rdQ(le9an 55154īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-212-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55155īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-213.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-214.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55156īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-215.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55157īt[bixitajisna♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-216-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55158īt[bixitaji Huena♘as<=dernier rsyel Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-217-saull517.jpg"krt="I a 4" />eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-218.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55159īt[biIhafmoe i etaProxitasnmssieeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-220.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55160īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-221.jpg"krt="I a 4" />seerlLusncenst rdQ(le9an 55161īt[bixitmleeeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-222.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55162sanlste,3 iu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-223.jpg"krt="I a 4" />,staProxitpuatcise Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-224.jpg"krt="I a 4" />eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-225.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55163īt[bixit iu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-226.jpg"krt="I a 4" />soùve arnuğubs; osdoispes igneryuas =hamlasQ(le9an 55164īt[bixitTe, Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-227.jpg"krt="I a 4" />,abiceelotrAffigula"rases aenMQuecrilurorvprieeaIsectbiffer,reteel ys55syup; moeeetncfpuysereteaauahippopotam,ve arfarhdkr-māauas; oQ(le9an 55165īt[bievhGoejraatajEhléeeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-228.jpg"krt="I a 4" />surnunehellaberrasenatcedsn 166īt[bixiaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-229.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55167īt[bi; emploi vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-230.jpg"krt="I a 4" /> laPrseaie panendrd5syasMarlddl nmssietr aelleoéedyupa tersIs eeaIse; eau,abixitlffl es/rscttctauatcisaen.(le9an 55168īt[biIhafmoe i Q(le9an 55169īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-232-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55170īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-233-saull517.jpg"krt="I a 4" />u(le9an 55enm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-235.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-237.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55 tnḎxisnm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-239.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55sl; mdjieeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-240.jpg"krt="I a 4" />eve rrclleode, tousp reeobjet; énuepBrascn. xitanua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-241-saull517.jpg"krt="I a 4" />…(le9an 55175īt[bixitanua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-242.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55176īt[bixitpuatcise Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-243-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55177īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-244.jpg"krt="I a 4" /> PanjhīrQ(le9an 55178īt[biVoirve arsupras; os217 (ar.)Q(le9an 55179īt[biste,3 Huxie2180īt[bixit iu,an p» /kĠOhahl Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-245-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55181īt[bixitanu simplsopan Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-246.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55182īt[bievhGoejrapuyser5syas;rnal -giaie olKū3ancpri n,EhlyuQummsou olKūAfformen-ArrompeQ(le9an 55183īt[biLpaleçorefsFte,eeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-247.jpg"krt="I a 4" />sn éoéearbitr poet5syupa phrasetaiu,an "nsQ(le9an 55184īt[bive aābāns; os2185īt[biour ulueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-249.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-250.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55186īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-251.jpg"krt="I a 4" />seerihaaregistr t rd (cttctdatcisaen)unm,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-252.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55187īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-253.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55188īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-254.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55189īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-255-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55190īt[biVerstdatjetec

                                                      191īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-256-saull517.jpg"krt="I a 4" />(img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-257.jpg"krt="I a 4" />,Fte,e/kĠOiorformeneteasslSSaendeQ(le9an 5519aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-258.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55193īt[bixitpuatcise Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-259-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55194īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-260-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55195īt[bieimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-261-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55196īt[bive amihapaus; os16cs v eo="tr. joetaumoiet 7cs v eo="tr. moidyupal - edtLsp rscnlendrier persanQ(le9an 55197īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-262.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-263.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55198īt[biTe, Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-264.jpg"krt="I a 4" />,abixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-265.jpg"krt="I a 4" />Qieptpaeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-266.jpg"krt="I a 4" />sectauon,Ehve rrclleode, pa troupeQ(le9an 55199īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-267.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-268.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5520īt[biAdd. ; ma♘axisoùupal oreenua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-269.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5521īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-270-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5522īt[biTe, HuetaProohafmoe i (le9an 5523īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-272-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5524īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-273.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5525īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-274.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5526īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-275-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5527īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-276-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5528īt[biour udsviyxi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-277.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5529īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-278.jpg"krt="I a 4" />dMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-279.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55210īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-280.jpg"krt="I a 4" />snm,c> vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-281.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55211īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-282.jpg"krt="I a 4" />Mm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-283.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5521aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-284-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55213īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-285.jpg"krt="I a 4" />Mm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-286.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55214īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-287.jpg"krt="I a 4" />Mm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-288.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55215īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-289.jpg"krt="I a 4" />eMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-290.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55216īt[bieptpaūAfū b,ievhGoejraproeeee,an te,eurnusignifiyaie HueMapryeoend nmssie5syupa distnmslurnuséraupa ChilffsF‘Umāne2217īt[bia clffptpa aste, nefievhGoejrarenomsletecAralyrs2tupoetlaellHuxient402218īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-291.jpg"krt="I a 4" />eMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-292.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55219īt[bixieaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-293-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 552n0īt[bixitaueelt,aIscAralyrslpala clf Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-294-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 552n1īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-295-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 552aaīt[bixieaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-296.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 552a3īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-297.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 552a4īt[bixiaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-298.jpg"krt="I a 4" />d(eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-299.jpg"krt="I a 4" />=)eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-300.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 552a5īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-301.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 552a6īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-302.jpg"krt="I a 4" />nm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-303.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 552a7īt[bixieaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-304.jpg"krt="I a 4" />uaEnsu,eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-305.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 552a8īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-306.jpg"krt="I a 4" />sna♘aeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-307.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55(le9an 55230īt[biournIscAnnaberraseaIsvi287,ae cAfūm. Peut-ê;la"fmoe-iluromprendrd HuecdniègffsF(g tandopanQ(le9an 55231īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-309.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5523aīt[bixieanu seulsopan Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-310.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55233īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-311-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55234īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-312.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55235īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-313.jpg"krt="I a 4" />slqars" trouEnsu, ,qarrhdsc]st rdQ(le9an 55236īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-314.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55237īt[bixieaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-315.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55238īt[biour ulueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-316.jpg"krt="I a 4" /> tnḎxis2tupe< durce239īt[bixitanua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-317-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55240īt[bixitanua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-318.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55241īt[bixitaécrnu ceu, ,pla /opanhecrajEhlya zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-319-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 5524aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-320.jpg"krt="I a 4" />eerdeux anst rdQ(le9an 55243īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-321.jpg"krt="I a 4" />seer249t rdQ(le9an 55244īt[bixipeoe s" i Q(le9an 55245īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-323.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55246īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-324.jpg"krt="I a 4" />lurnufeaie oonĞalad,an n,Ehproe247īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-325.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55248īt[bixitaji Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-326.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55249īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-327.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-328.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55250īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-329.jpg"krt="I a 4" />dMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-330.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55251īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-331.jpg"krt="I a 4" />unm,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-332.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5525aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-333-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55253īt[bixitaj Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-334.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55254īt[bixieanu /kĠOiorrectsopan Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-335-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55255īt[biL snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-337.jpg"krt="I a 4" />ixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-338-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55256īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-339-saull517.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55257īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-340.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55258īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-341.jpg"krt="I a 4" />sMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-342.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55259īt[bipala clfsignalnIs eoe ê;la"-AralnIs grâsletexi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-343.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55260īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-344.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55261īt[bixipeeelt,aIscAralyrslpala clf Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-345.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 5526aīt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-346.jpg"krt="I a 4" />sMm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-347.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55263īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-348.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55264īt[bixi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-349.jpg"krt="I a 4" />snm,c>» vo Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-350.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55265īt[biLyasnterpryeoaaaenefeiH.ix., justifie fa tuaste,3omttemseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-351.jpg"krt="I a 4" />s2seerles mi287,airhems lrnu(am,roi) revenaipan HrdQ(le9an 55266īt[biH.ixhdsc] udsviyl udggfuaaeneffievhGoejra zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-353.jpg"krt="I a 4" />,abixitlt402uecreimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-355.jpg"krt="I a 4" />QiSptpadEhly"fmoe-iluromprendrd Huelqarsiupe267īt[bixieanu /kĠOhahl Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-356-saull517.jpg"krt="I a 4" />uecricieeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-357.jpg"krt="I a 4" />eimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-358.jpg"krt="I a 4" />d– slurnuexpli; aupfu verstdsvantsQ(le9an 55268īt[biAm,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-359.jpg"krt="I a 4" />ixitanua zneimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-360.jpg"krt="I a 4" />Q(le9an 55269īt[biZamme2270īt[bieimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-361.jpg"krt="I a 4" />seerlIsculnede NArabest rd,staProxitanu /kĠOexpli iteopan Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-362.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55unm,c>» vol#img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-364.jpg"krt="I a 4" />seeryeoapriee rknOes 5vest rdQ(le9an 55,staProcdnujlt,aIseimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-366.jpg"krt="I a 4" />s2Qiste,3 Huxies" i t ainsi Hueeimg src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-368-saull517.jpg"krt="I a 4" />(img src="d,ca exe/i a 4/6232/i g-369-saull517.jpg"krt="I a 4" />(le9an 55(le9

                                                      © Presses de l’Ifpo, 1973

                                                      Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

                                                      Acheter

                                                      Volume papier

                                                      Chargement

                                                      Unavailable