Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Pays orientaux

Texte intégral

Fārs ; Kirmān ; Mukrān ; Siğistān ; pays d’ad-Dāwar ; Ğabal et ses villes (Qirmāsīn, Hamaḏān et Iṣfahān en particulier, bien qu’elles soient [193] à traiter séparément), Rayy, Qazwīn, Abhar, Zanğān, l’Ādarbayğān et ses villes ; l’Arménie et ses districts ; histoire des Ḫazar ; Yāğūğ et Māğūğ ; histoire de la Digue et de celui qui la construisit ; histoire de Derbend (Bāb al-Abwāb) et de qui en jeta les bases et en commença la construction ; histoire du Khorassan ; le Ṭabaristān, Rūyān ; les Turcs, leur histoire et leurs races, histoire de leurs souverains, de leurs lois et de leurs cités.

***

1Nous avions commencé par présenter des excuses, au début de l’ouvrage, et nous avions annoncé la raison de sa longueur. Si quelque erreur intervient dans son ordonnance et sa composition, si quelque chose n’est pas mis en sa place, ou bien si nous avons mentionné une ville ou une région (iqlīm) ailleurs qu’il fallait, nous demandons à qui feuillette et lit l’ouvrage de nous pardonner un faux-pas, s’il y a lieu, ou une erreur, s’il la découvre. Car, suivant ce qu’ont dit les sages, celui qui désire faire profession d’écrivain, s’adonner à la composition des livres ou se qualifier de poète, puis ordonne un discours, écrit une épître ou compose une qaṣīda, qu’il ne soit pas entraîné, par l’admiration qu’il éprouve pour ses productions et pour lui-même, à s’en déclarer immédiatement l’auteur et à en revendiquer [la paternité] ; mais qu’il présente son œuvre aux connaisseurs parmi d’autres épîtres, vers, discours ou histoires. Si donc il voit qu’on prête attention à son œuvre, qu’on la recherche et qu’on l’approuve, alors qu’il s’en déclare l’auteur et qu’il s’affirme. Mais si tu constates que les oreilles se détournent et que les cœurs sont distraits, occupe-toi donc d’un autre art et fais de la décision du public un guide infaillible. En effet, j’ai vu parfois un homme se conduire avec réserve et même davantage, mais quand il en vient à son opinion sur ses vers ou sa prose, il ne connaît plus de mesure. — On a dit aussi que quiconque écrit s’expose : s’il excelle, on le respecte, mais, s’il est médiocre, on lui jette la pierre. On a dit aussi que l’homme reste à l’abri tant qu’il ne compose pas de livre ou ne dit pas de vers. Zuhayr b. Abī Sulmā, l’un des trois maîtres anciens, appelait la plupart de ses qasīdas : « celles qui sont polies durant une année ». Al-Ḥuṭay’a disait que la meilleure poésie est celle qu’on raffine durant un an. Le livre est un témoin qui renseigne sur lui-même et exprime l’argument de son auteur, de sorte que celui-ci est connu par qui ne le voit pas, loué [194] par qui ne le connaît pas et porté aux nues par qui n’aurait point parlé de lui, tandis que ses belles qualités sont divulguées par des gens qui n’habitent pas son pays. Les livres ont place dans les cœurs et trouvent dans les oreilles une arène ; aussi, suivant la pureté de la langue, la douceur des mots et l’excellence des idées, les cœurs sont attirés vers le livre, les oreilles désirent s’approcher de lui, l’intellect étend sur lui les tuniques de son agrément ; il produit dans les cœurs ce que la pluie ne produit pas dans les jardins aux couleurs naïves. C’est en raison de sa valeur que les oreilles s’inclinent vers lui, car les belles expressions et la composition savante sont les plus utiles de « celles qui soufflent sur les nœuds » (Coran, CXIII, 4). Les livres sont les miroirs des intelligences ; par eux sont éclairés les visages de la sagesse et c’est grâce à eux que l’on connaît les expériences des peuples de l’antiquité. Si donc le livre est d’un art consommé, d’une belle ordonnance, d’une composition excellente, avec des termes aisés et agréables, les cœurs sont frappés, les dispositions naturelles sont excitées, car le livre rassemble des joyaux et groupe les semblables ; une bonne composition, une excellente ordonnance revêtent d’agrément le livre et le préservent d’une humiliante comparaison et d’une critique justifiée. C’est pourquoi un secrétaire d’État a dit : « Je n’ai jamais vu un style qui
» soit mieux coordonné, qui excelle plus solidement, qui exhorte
» plus puissamment, qui excuse de façon plus convaincante, qui
» obvie le mieux à un défaut et qui soit plus habile à concentrer
» que celui d’Aḥmad b. Yūsuf ».

2Un autre disait : « Le style d’Ibrāhīm b. al-’Abbās est un
» tapis unique dont le talent forme la chaîne et l’abondance, la
» trame ; il présente une totale continuité dans ses tenants et ses
» aboutissants ».

3Aḥmad b. Yūsuf disait des épîtres de ‘Abd al-Ḥamīd : « Ce
» sont des expressions parfaitement travaillées et des expérimenta-
» tions qui ont fait leurs preuves ».

4On a dit d’Ibn al-Muqaffa‘ : « Ses expressions [recouvrent]
» des idées, ses idées sont des maximes ; dès l’exorde, il satisfait, et la
» précision de son style suffit à tout ». Abū 1-’Aynā’, entendant citer des propos d’Ibn al-Muqaffa’, déclara : « Son langage est pur ;
» sa langue, éloquente ; son naturel, sain ; son art semble perles
» éparpillées, étoffe à ramages déployée, jardins arrosés de pluie ».

5Ğa‘far b. Yaḥyā a dit : « Abd al-Ḥamīd est la racine ; Sahl b. Hārūn, la branche ; Ibn al-Muqaffa‘, le fruit ; Aḥmad b. Yūsuf,
» la fleur ».

6Ğa‘far, qualifiant la langue [d’un auteur], a dit : « Il semble
» que ses expressions soient les moules de ses idées ». [195] Écoutant quelqu’un parler, il déclara : « Dans son langage, les exordes
» satisfont et les péroraisons suffisent ; il glisse doucement sur les
» oreilles, comme une eau légère glisse sur des entrailles altérées ».

7Al-Ma’mūn, après avoir examiné un livre d’al-Ğāḥiẓ sur les ‘Abbāsides qu’al-Yazīdī avait introduit chez lui, manda l’auteur et lui dit : « Ô ‘Amr, une personne dont j’apprécie l’intelligence
» et dont je crois vrais les rapports, m’a fait, de ce livre, une descrip-
» tion que je croyais fidèle, mais un premier examen a dépassé
» la description, et une lecture plus minutieuse a dépassé le premier
» examen, de même que ce dernier avait dépassé la description.
» C’est un livre qui tient lieu de la présence de son auteur et qui
» est loin d’avoir besoin de défenseurs, un livre qui unit à des
» idées approfondies et à des développements complets un style
» riche et une expression aisée ; il convient à la fois au peuple et
» aux rois, à l’élite et à la masse ». — Al-Ğāḥiẓ répondit : « Par
» Allah ! la connaissance que j’ai acquise en entendant la descrip-
» tion de ce livre m’est plus chère que le livre lui-même ! ».

8Après avoir apprécié un livre, un lecteur lui appliqua ce vers (tawïl) :

L’auteur y dispose ses idées dans l’ordonnance du discours, comme les vierges disposent en ordre leurs colliers en les séparant.

9Un autre, ayant lu un livre, déclara (basīṭ) :

[Il est fait] d’idées si belles qu’un mort l’entendrait presque et que le papier et le calame l’adorent.

10Yazīd b. al-Muhallab dit à son fils Muḫallad, lorsqu’il le désigna comme son lieutenant au Khorassan : « Que le messager
» qui circulera entre toi et moi soit quelqu’un qui me comprenne
» et te comprenne. Lorsque tu écris une lettre, réfléchis-y longue-
» ment. En effet, c’est dans une lettre qu’un homme met sa raison,
» et c’est dans [le choix] de son messager qu’il met son jugement ».

11Un Bédouin m’a récité ce vers [kāmil) :

La poésie, c’est le cœur de l’homme qu’il présente ; la parole ressemble aux flèches pénétrantes,
Dont les unes restent en deçà du but et les autres l’atteignent.

12J’espère que notre livre sera tel : groupant les idées que nous avons cherchées, englobant les procédés que nous avons désirés, s’il plaît à Allah !

LE FĀRS1

  • 1 Ce chapitre se retrouve dans M.

13Le Fārs tire son nom de Fāris b. Ṭahūmart (=Ṭahmūraṯ) à qui on rattache les Perses parce qu’ils sont [196] de ses descendants ; Fāris était un roi juste, indulgent à ses sujets et qui veillait sur ses contemporains. Il eut dix fils dont Ğamm, Sīrāz, Iṣṭaḫr, Fasā, Ğannābā, Kaskar, Kalwaḏā, Qarqīsiyā’, ‘Aqarqūf, Dārābğird. Il donna en fief, à chacun d’eux, le pays qui prit son nom et qui lui fut rattaché. Auparavant, ils habitaient les tentes. On dit que Fāris régna 300 ans.

14L’Envoyé d’Allah a dit : « Les gens du Fārs sont nos proches
» parents ». Anas b. Mālik a rapporté cette tradition : « Allah tout
» puissant fit un choix parmi Ses créatures ; or, parmi les Arabes2,
» il choisit la tribu de Qurayš et, parmi les Persans, les gens du Fārs ».

15L’Envoyé d’Allah a dit : « Les gens les plus heureux, par l’Islam,
» sont ceux du Fārs ; les plus malheureux sont les gens de cette
» tribu de Bahrā’ et de Taġlīb ». D’après Ibn Lahī’a, on disait : « Les gens du Fārs3 sont les Qurayšites des non-Arabes ».

16On rapporte que Wahb b. Munabbih, au sujet de la parole d’Allah (Coran, VIII, 26) : « Souvenez-vous que lorsque vous étiez
» en petit nombre et considérés comme faibles sur la terre, vous
» craigniez d’être dépouillés par les gens », disait que les gens en question étaient ceux du Fārs et de l’empire byzantin ; au sujet de la parole divine (XLVII, 40) : « Il suscitera des gens autres que
» vous, qui ensuite ne vous ressembleront pas », il disait : « Ce sont
» les gens du Fārs ».

17Lorsque Ibn az-Zubayr détruisit le temple [de La Mecque], il dit : « Demandez, parmi les Arabes, quelqu’un qui le rebâtisse », mais l’on ne trouva personne. Alors Ibn az-Zubayr déclara : « Demandez secours aux gens du Fārs, car ils descendent d’A-
» braham, et le Temple ne sera élevé que par un descendant
» d’Abraham ».

18L’Envoyé d’Allah a dit : « Les gens les plus éloignés de l’Islam
» sont les Rūm ; mais, même s’il4 était attaché aux Pléiades, les
» gens du Fārs l’atteindraient » (c’est-à-dire : l’Islam).

19Le Prophète, parlant de Kisrā Anūširwān, déclara : « Malheur
» à sa mère ! que sa foi serait profonde s’il s’était fait musulman ! ».

20On rapporte qu’Ibn ‘Abbās, à propos de la parole d’Allah (Coran, XLVIII, 16) : « Vous serez appelés contre des gens doués d’une force terrible », a dit : « Ce sont les gens du Fārs ».

21Le Prophète a dit : « N’injuriez pas les gens du Fārs, car ils
» sont nos proches parents ». Il a dit aussi : « Allah trouve une
» milice parmi les gens du Fārs grâce auxquels II tire vengeance
» lorsqu’il est courroucé contre un peuple ».

  • 5 M. : (...)
  • 6 De Goeje avait lu par conjecture (...)
  • 7 M. :

22Lorsque Kisrā Anūširwān répartissait des biens, il donnait le pas à un habitant du Fârs sur deux Daylamites, cinq Turcs5, dix [197] Grecs, quinze Arabes, trente Indiens ; et cela parce que les gens du Fārs avaient le cœur le plus brave, les marches6 les plus puissantes, le royaume le plus considérable, la puissance la plus dangereuse, la raison la plus solide, l’organisation la mieux établie, le visage le plus riant, les réponses les plus véridiques7 et la langue la plus déliée.

23Abū 1-Baḫtarī a raconté ceci : Nous avons entendu dire qu’Isaac, fils d’Abraham, eut un fils connu sous le nom de Nafīs.

24De Nafīs sortirent des tribus8 du Fārs, entre autres celles9 d’Iṣṭaḫr, de Sābûr et d’Ardašīr.

  • 10 Le texte porte (...)

25Idrīs b. ‘Imrān disait : « Les gens d’Iṣṭaḫr sont les plus nobles
» des hommes par leurs propres mérites, ils sont rois ou fils de
» rois »10.

26Ardašīr a dit : « La terre se divise en 4 parties : l’une, la terre
» des Turcs s’étend de l’Inde occidentale à l’orient du pays des
» Rūm ; une autre, la terre du Magrib, s’étend de l’occident du
» pays des Rūm aux pays des Coptes et des Berbères ; une autre,
» qui est le pays des Noirs, s’étend de la terre des Berbères à l’Inde ;
» la quatrième, la terre qui porte le nom de Fārs, s’étend de l’Oxus
» (nahr Balḫ) aux confins11 de l’Āḏarbaydğān et de l’Arménie
» persane, jusqu’à l’Euphrate, puis la terre des Arabes jusqu’au
» ‘Umān, au Makrān, à Kābul et au Ṭuḫāristān. Cette portion
» constitua la meilleure partie des terres, tenant lieu de tête, de
» nombril, de bosse et de ventre. Quant à la tête, les souverains
» des diverses régions de la terre, depuis l’époque d’Īrağ b. Afrīḏūn,
» étaient soumis à nos rois12, les appelaient “rois de la terre”,
» leur apportaient des présents13 et les prenaient comme ar-
» bitres14. Quant au nombril, c’est que notre terre tient, par
» rapport15 aux autres, la place du nombril dans le corps, par
» l’étendue et la noblesse et les qualités réunies en nous16 : en
» effet, nous avons reçu l’art de l’équitation propre aux Turcs, la
» sagacité des Indiens, l’art des Grecs ; et, en tout cela, nous avons
» reçu plus qu’ils n’ont reçu17. Nous avons été préservés de
» stigmates dans nos couleurs18, de défauts dans nos formes,
» notre peau et notre système pileux, alors que les autres peuples
» ont été enlaidis19 par divers caractères bien connus : [198] cou-
» leur noire, cheveux très crépus ou très plats, petis yeux, barbe
» rare ; nous avons été dotés du juste milieu pour les qualités,
» les cheveux, le teint, les formes corporelles. Quant à la bosse,
» c’est que notre terre, en dépit de sa petitesse par rapport au reste
» des terres, offre plus d’avantages et une existence plus douce que
» tout ce qui est en dehors d’elle. Quant au ventre, c’est que toutes
» les terres la font profiter de leurs avantages en science, en finesse,
» en mets, en drogues20 et en aromates, de même que les aliments
» et les boissons sont conduits vers le ventre ».

27Le premier qui constitua le Fārs et en devint le souverain fut Ardašīr b. Bābak b. Sāsān, un des chefs des satrapies (mulūk aṭ-ṭawā’if). Il gouvernait Iṣṭaḫr ; il descendait d’un21 des enfants des anciens rois22. Se considérant comme l’héritier de leur pouvoir, il écrivit à ceux des rois du Fārs qui se trouvaient ses voisins, ainsi qu’à ceux des chefs des satrapies qui étaient éloignés, les informant de sa décision de prendre le pouvoir à raison de ce qu’il représentait quant au bon ordre [des affaires]23 des sujets et au maintien de la religion24. Parmi eux, les uns lui déclarèrent obéissance ; d’autres ne le firent pas et allèrent jusqu’à des entreprises contre lui ; d’autres se révoltèrent ouvertement, mais ils périrent de mâle mort25, et les affaires26 d’Ardasïr s’organisèrent.

28C’est lui qui conquit al-Ḥaḍr, située en face de Maskin : le roi du Sawàd s’y trouvait retranché ; les Arabes l’appelaient as-Sāṭirūn ; Ardašīr, le premier, établit des routes (sikak), coupa la queue des mulets de la poste et construisit dans le Fārs la ville de Ğūr dont l’emplacement était un désert ; Ardašīr, y passant, ordonna de la construire et la nomma Ardašīr Ḫurrah ; les Arabes la nommèrent Ğūr ; elle fut bâtie sur le modèle de Dārābğird, et un temple du feu y fut élevé. Ardašīr bâtit aussi Rām Ardašīr, Bahman Ardašīr Ḫurrah qui est Furāt al-Baṣra, Astārābāḏ qui est Karḫ Maysān et fait partie des districts27 du Tigre, Sūq al-Ahwāz, al-Ubulla et autres villes. Il régna 14 ans et 6 mois.

29De la ville de Sūq al-Ahwāz à celle d’Arrağān, la première qu’on trouve [199] de ce côté sur le territoire du Fārs, 31 parasanges. Arrağān est une des constructions de Qubāḏ b. Fïrûz : lorsqu’il reprit le pouvoir à son frère Ğāmāsf, il fit une expédition contre les Grecs et prit deux villes de la Mésopotamie28 ; sur son ordre, on construisit sur les confins du Fārs et d’al-Ahwāz une ville qu’il nomma Barqubāḏ (c’est elle qu’on nomme Arrağān)29, en fit un chef-lieu de kūra et y rattacha des districts pris sur les kūras de Rāmhurmuz, de Sābūr, d’Ardašīr Ḫurrah et d’Iṣbahān. Il bâtit aussi la ville de Ḥulwān, dans le voisinage des māhs ; il bâtit encore la ville dite Qubāḏ Ḫurrah ; il constitua une autre kūra sur le territoire de Maysān, la nomma Šāḏqubāḏ — c’est ce qu’on nomme Istān al-’Āl — et y établit quatre ṭassūğs (subdivisions) : l’un à Fīrūzsābūr (qui est al-Anbār)30, l’autre à Fādūrayā, l’autre à Qaṭrabbul, l’autre à Maskin, et de nombreux ṭassūğs. Il fit bâtir la ville de Šahrazūr et construisit, entre le Ğurğān et l’Irānšahr, une ville appelée Šahraqubāḏ.

30A Arrağān, se trouve un grand31 pont de pierre32 dont la longueur dépasse 300 coudées, sur le wādī Arrağān. Une des curiosités d’Arrağān est une grotte dans la montagne, d’où l’eau jaillit puis, s’altérant, se transforme en bitume blanc. A l’entrée de la grotte, a été adaptée une porte de fer qui est ouverte un seul jour par an, en présence des cheikhs et des gens de bien de la population ; puis un homme se déshabille, entre et y recueille, dans une bouteille, ce que renferme la grotte. La récolte totale de l’année atteint 100 miṯqāls environ, mais il est rare que ce chiffre soit dépassé ; ensuite on scelle la porte et on la cadenasse jusqu’à l’année suivante33, et on envoie cette [200] bouteille, scellée du sceau du juge et du gouverneur, au souverain. Cette substance possède la propriété suivante : pour toute fissure ou fracture d’un os, on en boit gros comme une lentille dans de l’eau et elle va immédiatement à l’endroit34 de la fracture ou de l’affaiblissement qu’elle répare et consolide.

31D’Arrağān à an-Nawbandağān, 26 parasanges. Entre ces deux villes se trouve le Ši’b Bawwān : on y voit des noyers, des oliviers et tous les arbres fruitiers qui croissent sur la roche. On a rapporté d’après al-Mubarrad qu’il lut au Ši’b Bawwān, sur un rocher, les vers suivants (ṭawīl) :

  • 35 On a adopté la leçon de Yāqūt (I, 195) : (...)
  • 36 M. : (...)

Lorsque l’homme affligé, du sommet d’une colline, contemple le Ši’b Bawwān, il échappe à sa tristesse.
Il est diverti35 par un vallon qui, au toucher, semble soie, par le cours continuel d’une eau fraîche et douce,
Et par les fruits parfumés des jardins plantureux, qu’il peut cueillir tant les branches sont à sa portée.
Aussi, par Allah ! ô vent du sud, porte au Ši’b Bawwān36 le salut d’un jeune homme amoureux.

32Et, en dessous37, l’inscription suivante (ḫafīf) :

Puissé-je savoir si ceux que nous laissâmes derrière nous, en Irak, se souviennent de nous ?
Ou bien peut-être que le temps s’est prolongé si bien que de ne plus nous voir pendant si longtemps ils nous ont oubliés.

  • 38 M. comme Yāqūt (I, 753) : (...)
  • 39 Cf. Coran, VII, 105 [H.M.].
  • 40 M. comme Yāqūt (I, 753) : (...)
  • 41 M. comme Yāqūt : (...)
  • 42 On a suivi la leçon de Yāqūt : (...)
  • 43 M. comme Yāqūt : (...)
  • 44 M. : aj. : (...)
  • 45 Textt : « veaux ou vaches ».
  • 46 M. comme Yāqūt : (...)

33Aḥmad b. aḍ-Ḍaḥḥāk at-Tikakī38 écrivit, à l’un de ses amis, cette description du Ši‘b Bawwān : « Je t’écris du Ši‘b Bawwān.
» Il a sur moi la haute main bien connue39, et une grâce resplen-
» dissante qui est célèbre, parce qu’il m’a fait don d’un spectacle
» qui défend contre les tristesses et qui fait passer40 les vicissitudes
» du temps ; il m’a laissé contempler41 les ruisseaux jamais taris
» d’une eau de source qui se répand, plus douce que les pleurs des
» amoureux rendus amers42 par le trouble de la séparation, plus
» fraîche que les lèvres43 des êtres aimés dans un baiser avide.
» On dirait un temps dont le flot miroitant s’est écoulé, [201] dont
» la vague répandue s’est éloignée, dont les bulles d’eau s’agitent,
» bulles qui se brisent à travers des jardins dont les fleurs jettent
» des regards aussi doux que ceux d’un jeune âne sauvage ; on
» dirait un roseau d’argent sur des feuilles d’or, et des colliers de
» perles parmi l’émeraude et le corail. On dirait un monument qui
» atteste la sagesse de son créateur, un signe qui montre la bien-
» veillance de son auteur ; à cela s’ajoutent un ombrage tempéré et
» vert sombre et des jardins touffus dans lesquels murmurent des
» rameaux chevelus et des branchages flexibles qui font honte
» aux corps sveltes44, aux tailles minces, quand ils s’inclinent,
» aux croupes alourdies par des robes, aux poignets délicats, aux
» torses juvéniles, aux yeux bien fendus, aux prunelles languis-
» santes, aux douces beautés45, aux houris superbes, aux vierges
» gracieuses. J’y ai donc passé une journée, m’attablant avec ton
» spectre, veillant plein du désir de toi ; j’ai bu en souvenir de
» toi46. Lorsque Allah m’aura fait la grâce de me maintenir en
» parfait état jusqu’à ce que j’arrive à Šīrāz, je te donnerai de mes
» nouvelles, pour t’informer, s’il plaît à Allah ».

34D’an-Nawbandağān à Šīrāz, 20 et quelques parasanges. Cette localité fait partie de la kūra d’Ardašīrḫurrah. Ses cantons sont les suivants : Ğūr, Mīmand, Ḫabr, aṣ-Ṣīmakān, al-Barğān, al-Kahrağān, al-Ḫawārūstān, Kīr, Kārazīn, Abzar, Samīrān, Tawwağ, Kurān, Sīnīz, Sīrāf, ar-Ruwayḥān, Kām Fīrūz.

35[202] De Sūq-al-Ahwāz à ad-Dawraq, par eau, 18 parasanges ; par voie de terre, 24 parasanges.

36La kūra de Sābūr a pour chef-lieu an-Nawbandağān, et pour cantons : al-Ḫašt, al-Kīmārağ, Kāzarūn, Ḫurrah, Bandarhamān, Dašt Bārīn, al-Hindīgān, ad-Darḫūnd, Tanbūk, al-Ḫūbaḏān, al-Maydān, Māhān, al-Ğunbaḏ, ar-Rāmğān, aš-Šāhīğān, Mūz, Dāḏīn, as-Sādūr, Ğannaḥān, as-Siyāh Maṣṣ, Anbūrān, Ḫummay-ğān-le-Bas, Ḫummayğān-le-Haut, Tīrmardān.

37La kūra d’Iṣṭaḫr a pour cantons : al-Bayḍā’, Bahrān, Aslān, Ayrağ, [203] Ḫabr Istahr, Kūrad, Abarquwayh, al-Būdanğān, al-Mayān Rūḏān, al-Kāsikān, al-Hazār.

38De Šīrāz à la ville de Fasā, 30 parasanges ; de Fasā, 18 parasanges jusqu’à Dārābğird dont les cantons sont Kurm, Ğahram, Nayrīz, al-Fastağān, al-Abğard, al-Andiyān, Ğuwaym et de nombreux autres.

39De Šīrāz à la ville de Ğūr, 20 parasanges ; de Ğūr à al-Bayḍā’ d’Iṣṭaḫr, 6 parasanges ; d’an-Nawbandağān à Šīrāz, 23 parasanges ; entre Šīrāz et Sābūr, 20 parasanges ; entre Šīrāz et Iṣṭaḫr, 12 parasanges.

40Les zumms47 des Kurdes dans le Fārs. — Au dire de l’auteur du Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik, ‘Abd Allāh48 b. Muḥammad b. Ḫurradāḏbih, les Kurdes occupent, dans le Fārs, quatre zumms : particulièrement le zumm d’al-Ḥusayn b. Ğīlawayh, nommé al-Bāzanğān, à 14 parasanges de Šīrāz ; le zumm d’Arğam b. Ḫawānğāh49, à 26 parasanges de Šīrāz ; le zumm d’al-Qāsim [204] b. Šahriyār, nommé al-Kūriyān, à 50 parasanges de Šīrāz ; le zumm d’al-Ḥusayn b. Ṣāliḥ, nommé as-Sūrān, à 7 parasanges de Šīrāz.

  • 50 L’auteur en énumère six. [H.M.].

41Le Fārs compte cinq50 kūras : Iṣṭahr, Sābūr, Ardašīr Ḫurrah, Dārābğird, Fasā et Arrağān, et 150 parasanges dans les deux sens.

42Le Fārs fut conquis de vive force par Abū Mūsā et ‘Uṯmān b. Abī l-’Āṣ. Abraham51, dit-on, était d’Iṣṭaḫr ; mais on dit aussi qu’il était d’un bourg appelé Abarquwayh.

  • 52 M. : (...)
  • 53 Dans le texte il faut ajouter (...)

43Le revenu foncier du Fârs est de 33 millions qui suffisent ou, dit-on, de 35 millions de dirhems. ‘Amr b. al-Layṯ, de son temps, y percevait un impôt foncier de 31 millions de dirhems ; il percevait sur les domaines 1952 millions, ce qui faisait, en tout, 50 millions de dirhems, dont il envoyait annuellement à l’État 15 millions53. An-Nāṣir y préleva, en l’an 278, un impôt de 60 millions de dirhems.

44Entre autres curiosités du Fārs, il y a, à Šīrāz, un arbre qui porte des pommes dont une moitié est extrêmement54 douce et l’autre extrêmement âpre ; de cette espèce, il n’y a, dans tout le Fārs, que ce seul arbre. Il y a aussi Sābūr où l’on trouve nombre d’onguents et d’excellents parfums, ce qui n’existe dans aucun autre pays ; en effet, les habitants prétendent unanimement que quiconque entre à Sābūr respire sans cesse d’agréables parfums sans défaut55. Il y a aussi Ğūr où est préparée56 l’eau de rose de Ğūr qui en est exportée dans tous [205] les pays. Les habitants sont les plus habiles de leur nation dans la fabrication des miroirs57, des coffrets à compartiments (mağma‘) et autres objets en fer.

  • 58 M. permet de compléter : (...)

45Au dire d’al-Aṣma’ī, il y a trois [latrines58] en ce monde : l’Oman, al-Ubulla, Sīrāf.

LE KIRMĀN

46Au dire d’Ibn al-Kalbī, le Kirmān doit son nom à Kirmān b. Falawğ, descendant de Lanṭā, fils de Japhet, fils de Noé.

47On dit qu’un des rois de Perse prit une troupe de philosophes, les mit en prison en déclarant qu’on ne leur laisserait passer59 que du pain, mais on leur donna à choisir un condiment pour tous les jours : ils choisirent le cédrat. Le roi ayant été informé de leur choix, ils dirent : « A l’extérieur, son écorce possède un parfum
» que nous respirerons ; à l’intérieur, c’est un fruit dont on tire parti ;
» quant à son acidité, elle donne un vinaigre utile et pur ; quant à
» son pépin, il est oléagineux et on l’utilise ». Le roi, désarmé, déclara : « c’est une troupe de sages ». Sur son ordre, ils furent cantonnés dans le Kirmān où l’eau ne jaillissait que d’une profondeur de 50 coudées : ces sages établirent un dispositif pour la faire apparaître à la surface du sol ; puis ils plantèrent des arbres, et tout le Kirmân devint boisé. Les habitants apprirent de ces sages l’art de l’ingénieur. Le roi les fit ensuite installer dans les montagnes : ils firent jaillir et apparaître l’eau à la surface du sol et sur les sommets des montagnes. Alors le roi donna ordre de les emprisonner : mais ils fabriquèrent [en prison]60 la pierre philosophale et déclarèrent : « Voilà [une science]61 dont nous ne donnerons
» connaissance à personne » ; ils en fabriquèrent en suffisance pour [le reste de leurs jours]62, brûlèrent leurs livres et c’en fut fait de la [science63] alchimique.

48Au dire d’un savant du Fārs, les rois persans percevaient, sur le Sawād, un impôt de 120 millions [de dirhems]64, plus 3 millions de redevances pour la table des rois. Ceux-ci percevaient, sur le Fārs, un impôt de 40 millions de dirhems. Sur le Kirmān, ils prélevaient un impôt de 60 millions, en raison de sa superficie étendue qui était de 180 parasanges sur 180 : toute la région [206] était prospère ; cette prospérité parvint au point que les canaux coulaient sur un parcours de cinq nuits. Le Kirmān était riche en arbres, en cours d’eau et en sources.

***

  • 65 M. offre la bonne leçon : (...)

49De Šīrāz à la ville aš-Šïrağān, chef-lieu du Kirmān, 64 parasanges. Le Kirmān compte 45 minbars petits et grands. Entre autres villes du Kirmān, il y a al-Qufṣ, al-Bāriz, al-Murāğ, al-Balūṣ, Ğīruft, qui est une des plus grandes du pays65, aš-Šīragān, Māhān, Bamm, Hurmūz et ar-Ribāṭ.

50Il y a, dans le Kirmān, une ville appelée Damindān ; c’est une ville grande et vaste où l’on trouve en grand nombre des mines d’or, d’argent, de fer, de cuivre, de sel ammoniac et de cuivre jaune. Son gisement66 est dans une montagne dite Dunbāwand qui est élevée et se dresse dans les airs à une hauteur de 3 parasanges ; elle est proche d’une ville nommée Ḫuwāš dont elle est séparée par 7 parasanges. La montagne contient une grande caverne d’où67 l’on entend un bourdonnement et un murmure semblable à celui de l’eau et d’où s’élève une vapeur semblable à de la fumée ; cette vapeur se colle autour de la caverne et de la montagne, si bien que, lorsqu’elle s’est épaissie68 et augmentée, les gens de cette ville viennent l’arracher au commencement de chaque mois69. Le gouvernement y a préposé quelques agents, de sorte que, [207] lorsqu’on procède à la récolte70, il en prend le cinquième ; le reste est exporté en divers pays71.

***

51Il y a, dans le Kirmān, une ville nommé Ḫābīṣ, à l’intérieur de laquelle il ne pleut jamais, alors même qu’il pleut à l’extérieur, au point qu’un homme qui étend le bras hors des murs de la ville vers l’extérieur a le bras mouillé, tandis qu’il ne tombe pas une seule goutte dans la ville.

  • 72 Le désir d’abréger conduit parfois à des confusions ; dans (...)

52Il y a aussi un bois incombustible qui sort intact du feu. Des Chrétiens ont conté des histoires au sujet de ce bois en prétendant que c’est celui sur lequel fut crucifié le Messie.* Peu s’en fallut que la communauté des Chrétiens ne fût abusée, mais un théologien s’avisa de leur présenter un morceau de bois du Kirmān qui se révéla capable de mieux supporter le feu que celui dont était faite sa croix72.

53Al-Ma’mūn a dit : « Si, ayant pris de la mousse verte qu’on laisse sécher à l’ombre, on la jette ensuite au feu, elle ne brûle pas ». Le samandal est un oiseau dont les plumes ne brûlent pas lorsqu’il se met au feu.

  • 73 M. est plus explicite : (...)

54Voici ce que prétend le sage Ṭamyat dans un livre consacré aux animaux. Il y a, en Orient, dans une ville nommée Ville du Soleil, un oiseau dit banğas (phénix), qui n’a ni femelle ni analogue dans ses mœurs ; les habitants de cette ville adorent le soleil et appellent leur cité : Aġfaṭūs. Cet oiseau, en volant, rassemble avec son bec des morceaux de bois de cannelle (dārṣinī), puis agite sur eux les ailes si bien qu’il fait sortir de ces morceaux de bois un feu qui les consume et les réduit en cendres ; alors naît de cette cendre un ver qui, sans cesse, croît et grossit, et finit par se transformer en oiseau, comme devant, et cela tous les73 500 ans. Il y a, au Khorassan, un ravin dans une montagne : un feu inextinguible y est allumé, et il en sort des rats qui, lorsqu’ils voient un homme, s’enfoncent dans le feu et ne sont point brûlés.

55[208] Du Kirmān au Siğistān, 13074 parasanges. Le Siğistān a pour villes principales : Zāliq, Karkūyah, Haysūm, Zaranğ, qui en est la capitale, Bust, Bāštarūḏ, al-Qarnīn où l’on voit les ruines de l’écurie de Rustam75. De son fleuve, le Hindmīḏ, les habitants du pays disent qu’il s’y jette mille cours d’eau sans qu’il en paraisse grossi, et qu’il donne naissance76 à mille cours d’eau sans qu’il en paraisse diminué.

  • 77 Le texte de M. est un peu différent ; il ajoute surtout :

56Les gens du Siğistān ont stipulé qu’on ne tuerait ni ne chasserait les hérissons ; c’est parce que les vipères y sont nombreuses ; aussi y a-t-il peu de maisons sans un hérisson qui joue le même rôle que nos chats77, et cela à cause de l’abondance des vipères ; le hérisson joue aussi le rôle de l’ichneumon employé en Égypte contre le pullulement des serpents.

57Du Siğistān font partie ar-Ruḫḫağ et le pays d’ad-Dāwar, royaume de Rustam le dur dont l’investiture lui fut donnée par Kayqāwus.

58De la capitale du Siğistān à la ville de Harāt, 80 parasanges ; de Šïrāz à Nīsābūr, 12078 parasanges ; de Šīrāz à Dārābğird, 47 parasanges ; d’Iṣṭaḫr à aš-Šīrağān, capitale du Kirmān, 59 parasanges ; d’as-Surmaqān où finit le territoire du Fārs, à aš-Šīrağān, 16 parasanges ; de Ğīruft à Bamm, 20 parasanges ; de Ğīruft au commencement du territoire de Mukrān, 41 parasanges ; du commencement du territoire de Mukrān à Manṣūra du Sind, 358 parasanges ; de Zaranğ, capitale du Siğistān, à al-Mūltān, deux mois de voyage.

[209] LE ĞABAL (Médie)

59Cette contrée est appelée Bilād al-Bahlawiyyīn79 (Pahlavis). Elle comprend Hamaḏān, Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq (ou Say-mara), Qumm, le Māh de Baṣra, le Māh de Kūfa, Qirmāsīn, ainsi que les pays suivants, qui sont rattachés à la Médie sans en faire partie : ar-Rayy, Ispahan, Qūmis, le Ṭabaristān, le Ğurğān, le Siğistān, le Kirmān, Qazwīn, le Daylam, le Babr et le Ṭaylasān.

Qirmāsīn (Kirmānšāh)

  • 80 Il en cite quatorze [H.M.].

60Au dire d’Abū 1-Munḏir Hišam b. as-Sā’ib al-Kalbī, lorsque Qutayba b. Muslim eut vaincu Fayrūz b. Kisrā Yazdağird, il fit prisonnière la fille de celui-ci, Šāhfirind, lors de la conquête du Khorassan ; elle avait avec elle un coffret. Il envoya la captive à al-Ḥağğāğ b. Yūsuf qui l’amena à al-Walīd b. ‘Abd al-Malik à qui elle donna Yazīd an-Nāqiṣ. Ḥağğāğ, ayant ouvert le coffret, y trouva un écrit persan ; il manda Zādān Farrūḫ b. Pīrī de Kaskar qui le traduisit. En voici le contenu : « Au nom du dieu créateur,
» Qubāḏ b. Fayrūz a examiné (mayyaza) son pays ; il a estimé les
» eaux et les terres afin de construire, pour lui-même, une cité
» où il s’installerait. Or il a trouvé les plus salubres régions de
» son pays, après avoir commencé par l’Irak qui est le nombril
» de l’univers, en 1380 endroits qui sont : al-Madā’in, as-Sūs,
» Ğunday Sābūr, Tustar, Sābūr, Ispahan, ar-Rayy, Balḫ, Samar-
» qand, Bāward, une vallée à Nihāwand qui s’appelle Rūḏarāwar,
» Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq et Tall Māstar.

  • 81 Il en cite sept [H.M.].
  • 82 M. : manque.
  • 83 M. : (...)
  • 84 Il en cite douze (H.M.).
  • 85 M. : (...)
  • 86 Le passage entre parenthèses est une interpolation [H.M.].

61« Il a trouvé les régions les plus froides de son pays en six81
» endroits : Qālīqalā, Ardabīl, [210] Hamaḏān, Qazwīn, Ğuwāniq
» vallée de Nihāwand, Hawārizm et Merv. Il a trouvé les plus
» pestilentielles régions de son pays en six endroits : al-Bandanīğān,
» Baṭn Māstar ( = Sābūr Ḫuwašt), Ğurğān, al-Ḫuwar, une vallée à
» ar-Rayy82, Barḏa‘a et Zanğān. Il a trouvé les régions de son pays
» les plus éprouvées par la sécheresse en huit endroits : Maysān,
» Dast-i Maysān, al-Kaltāniyya, Bādurāyā, Bākusāyā, Māsabaḏān,
» ar-Rayy, Ispahan. Il a trouvé les gens les plus avares de son pays
» dans neuf endroits : Khorassan, Ispahan, Ardabīl, Māsabaḏān,
» Bādurāyā, Bākusāyā, Iṣṭaḫr, Šīrāz, Fasā. Il a trouvé les plus
» fertiles régions de son pays en dix endroits : Arménie, Āḏarbayğān,
» Ğūr, Makrān, Kirmān, Dastabā, Māh de Kūfa, Māh de Baṣra,
» Arrağān, Dawraq. Il a trouvé les plus parfaites83 régions de son
» pays en dix endroits : al-Ḥīra, al-Madā’in, Kalwāḏā, Sābūr, Iṣṭaḫr,
» Ğannābā, ar-Rayy, Ispahan, Qumm, Našawa. Il a trouvé les
» gens les plus sensés de son pays en sept endroits : ‘Ukbara, Qa-
» ṭrabbul, ‘Aqarqūf, ar-Rayy, Ispahan, Māsabaḏān, Mihrağān-
» qaḏaq. Il a trouvé les gens les plus sagaces de son pays en six en-
» droits : Iskāf-le-Haut, Iskāf-le-Bas, Niffar, Simmar, Kaskar, ‘Ab-
» dasī. Il a trouvé les gens les plus envieux de son pays en cinq
» endroits : Ğargarāyā, Ḥulwān, Saḥārān, Māsabaḏān, Hamaḏān. Il
» a trouvé les gens les plus habiles aux armes de son pays en quatre
» endroits : Hamaḏān, Ḥulwān, Ispahan, Šahrazūr. Il a trouvé
» les eaux les plus légères de son pays en dix endroits : celles du
» Tigre, de l’Euphrate, de Ğunday Sābūr, [211] du Māsabaḏān,
» de Balḫ, de Samarqand, de Qazwīn, du Sūrā (une source à
» Qarmāsīn), de Ḏāt al-Maṭāmīr, de Fanğābā (village du Māsa-
» baḏān où il neige). Il a trouvé les gens les plus trompeurs de son
» pays en onze endroits84 : Khorassan, Ispahan, ar-Rayy, Hama-
» ḏān, Arménie, Āḏarbayğān, Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq, Tustar,
» al-Maḏār, Artawā, Asrā85. Il a trouvé les meilleurs fruits de
» son pays en sept endroits : al-Madā’in, Sābūr, Arrağān, ar-Rayy,
» Nihāwand, Māsabaḏān, Ḥulwān du Ğabal. Il a trouvé les gens
» les plus imprévoyants de son pays en huit endroits : al-Bandanī-
» ğān, Māsabaḏān, Mihrağānqaḏaq, Ardašīr Ḫurrah, Rāmhurmuz,
» Arménie, Āḏarbayğān, Baḥrūf (village des environs de Qumm
» d’où sortirent 4 000 hommes accompagnés chacun d’un valet,
» d’un palefrenier, d’un boulanger et d’un cuisinier pour combattre
» les Arabes ; ils furent tués jusqu’au dernier à al-Isfīḏahān, et il
» n’en revint qu’un seul)86. Il trouva les gens les plus vils de son
» pays en six endroits : al-Bandanīğān, Bādurāyā, Bākusāyā, Ba-
» handif, Qahqūr vallée du Māsabaḏān, Ğarūd vallée de Nihāwand.
» Or il ne trouva, entre al-Madā’in et l’Oxus (nahr Balḫ), aucune
» région située sur la route royale qui fût plus salubre, possédât
» une eau plus douce et un air plus agréable que de Qirmāsīn
» jusqu’à la côte de Hamaḏān. Il créa donc Qirmāsīn et bâtit, à
» son propre usage, un pavillon soutenu par mille pieds de vigne ». Qirmāsīn est un mot qui, en persan, signifie Kirmānšāh ; les rois de Perse firent des constructions d’al-Madā’in aux hauteurs de Hamaḏān et Qaṣr-i Šīrīn.

  • 87 Il semble qu’il faille lire : (...)

62[212] Ensuite, Qubād ayant fait émigrer les nobles du Fārs et du Khorassan, gens distingués, aux belles manières, bien élevés et bons cavaliers, les installa des deux côtés du Tigre ; il établit à an-Nahrawānāt ceux qui leur étaient inférieurs en noblesse ; il établit les artisans à Baṭn Ğūḫā, les tisserands à Sūs et Tustar, les barbiers à Bādurāyā et Bākusāyā, les commerçants à al-Ahwāz, les médecins à as-Sīrawān, bourg du Māsabaḏān. Puis, lorsque Qubāḏ eut fait l’estimation de son pays, reconnu la population des diverses régions, mesuré la superficie, reconnu les limites, compté les parasanges, il préféra s’établir à al-Madā’in, près du pays des Rūm dont al-Anbār faisait partie ; ensuite il pressa la construction d’al-Madā’in. Or, chaque fois qu’il s’élevait quelque chose du mur du palais, un coup de vent le faisait tomber. Qubāḏ envoya donc un messager à Balīnās, le magicien grec qui était chargé d’ans, et lui ordonna de munir de talismans les lieux à calamités de son pays ; il lui dit de commencer par al-Madà’in et lui promit, pour chaque talisman, 4 000 dirhems. Balīnās lui prépara donc un grand talisman pour le palais et onze talismans pour son pourtour. Le grand talisman était contre le vent qui démolissait le mur ; il se calma, et la construction fut terminée. Il y avait un talisman contre les scorpions qui y diminuèrent ; il y en avait d’autres contre la fièvre qui s’en trouva réduite, contre les gros scorpions (ğarrāra) qui devinrent rares, contre les lions qui se raréfièrent, contre la fièvre quarte, contre les puces ; il y en avait un qui était destiné à maintenir la concorde entre les gens du pays, qu’ils fussent présents ou absents, tant que durerait l’empire ; il y en avait un autre en vue de l’obéissance des sujets à leurs rois, durant leur vie ; un autre pour que les souverains étrangers87 redoutassent ceux de l’Irak. Il n’y avait aucun de ces talismans qui n’eût à sa droite un trésor éloigné de 40 coudées, de même qu’à sa gauche, devant et derrière.

63Aucun édifice de plâtre et de brique cuite, a-t-on dit, ne fut plus beau que le palais (īwān) de Kisrā à al-Madā’in. Al-Buḥturī a dit (ḫafif) :

Le palais semble, par son art merveilleux, un bouclier à côté d’une haute montagne.
Il s’élève fièrement et, à son sommet, se dressent des créneaux, élevés sur les sommets du Radwa et du Quds.
On ne sait s’il fut l’œuvre des hommes pour les génies qui l’habitèrent, ou l’œuvre des génies pour les hommes.

64[213] Ibn al-Hāğib m’a récité ces vers de sa composition sur le palais de Kisrā (kāmil) :

Si le sort m’a trahi, qui donc n’est pas en proie à la trahison du temps ?
Il a perdu ‘Ād et anéanti Tubba’ ; il a pesé de tout son poitrail sur an-Nu’mān ;
Il a fait cesser l’empire des Perses après qu’il avait été immuable ; il a fondu sur leur Kisrā Anūširwān ;
Leurs monuments te renseignent sur leur histoire, textuellement ; ce qui est dérobé aux regards ne vaut pas ce qu’on voit de ses propres yeux.
Tes oreilles entendirent-elles une histoire semblable à la leur ? Tes yeux contemplèrent-ils quelque chose de semblable à l’Iwān ?
Un palais qui, par la beauté de sa construction, rendrait presque la vue aux aveugles.
On dirait, au milieu de chaque nuit sombre, un feu allumé pour les moines en adoration.
Ou bien des jeunes gens qui, ayant bu, ont senti que le vin mettait en eux le signe précurseur de l’ivresse,
Ont mis les mains à leurs tailles et ont élevé, sur leurs têtes, les diadèmes de corail
Alignés comme les étoiles de l’Ourse, tout en haut du palais altier et solidement construit.
On dirait deux camps, pour toute bataille desquels des fantassins se tiennent devant les positions des cavaliers,
Et deux armées telles que, si elles en viennent aux mains, il ne restera pas deux hommes, des deux groupes qu’elles forment ;
N’était que je désespère de les voir bouger, je croirais qu’elles vont se combattre.

65Au dire d’Abū 1-Munḏir, les talismans de l’Īrān-Šahr sont visibles ; auprès de chacun d’eux, à une distance de 40 coudées, se trouvent signal, roc ou statue.

  • 88 La lecture n’est pas sûre. On a lu (...)
  • 89 Deux mots ont embarrassé De Goeje : (...)
  • 90 On a suivi M. : (...)
  • 91 A l’expression du texte : (...)
  • 92 On a suivi M. : (...)
  • 93 M. : (...)

66Ensuite Balīnās fut envoyé par Qubāḏ vers la région du Ğabal. Parvenu à Ṭarāristān, il établit devant le pont un talisman contre la noyade, dont la population fut ainsi préservée, un autre derrière le pont dont la construction fut ainsi terminée, un troisième à droite du pont, de sorte que l’eau qui le couvrait s’écoula, un autre à gauche du pont, de sorte qu’il se trouva protégé contre les arbres [qui pouvaient l’obstruer]88. Il établit à al-Bandanīğān un talisman contre la noyade dont on fut ainsi préservé ; il en établit un autre [214] contre une source de bitume qui tarit89, sans quoi personne n’aurait pu boire l’eau qui se trouvait là90 ; il en établit un autre au-dessus, à une parasange, à la source de naphte, de sorte que ce dernier s’écoula dans une autre direction91, sans quoi il aurait corrompu l’eau de la localité ; il établit, à gauche d’al-Bandanīğān, un talisman contre les frelons et [un autre contre] les mouches92 dont on fut délivré ; et il y avait là mouches93 et frelons plus que dans la plupart des pays d’Allah.

  • 94 M. :

67Il établit au Māsabaḏān, dans un village nommé Tarmān, [un talisman contre] une source chaude (ḥamma)94 dont les gens croyaient que le feu qui y brûlait faisait effet en hiver mais non en été. La source de Tarmān dérivait de celle de Māh al-Kūfa.

68Voici l’une des curiosités de Qirmāsīn. Le vent n’y soufflait pas en été, pendant la nuit95 ; alors Qubāḏ commanda à Balīnās un talisman qu’il fabriqua ; et le vent fut contraint de souffler à Qirmāsīn après le coucher du soleil.

69Près de cette ville, se trouve un bourg appelé Kurkān où se tient annuellement une foire. Or, chaque année, nombre de gens mouraient par suite de l’abondance des scorpions. Balīnās fit un talisman, et aucun scorpion ne circula plus, dans ce bourg, sans mourir. Quiconque y prend de la terre dans la nuit de la Nativité et en enduit sa demeure ou sa chambre, se trouve à l’abri des scorpions jusqu’au même moment de l’année suivante.

  • 96 M. : Qaṭṭūs.
  • 97 M. : manque (...)

70Histoire de Šabdīz. — Une des merveilles de Qirmāsīn — et l’une des merveilles du monde — est la sculpture de Šabdīz, œuvre de Faṭṭûs96 fils de Sinimmār ar-Rumī, le constructeur du château d’al-Ḫawarnaq à Kūfa. Voici la cause de cette représentation figurée : Šabdīz était un cheval des plus vifs, des plus grands, des plus robustes, des plus endurants pour une course prolongée ; il avait été donné, tout dressé, au roi Parviz (Abarwīz) par le roi de l’Inde. Il n’urinait ni ne [215] se soulageait tant qu’il était sellé et bridé ; il ne reniflait ni n’écumait. Son sabot avait plus97 de six empans de tour. Lorsqu’il mourut, le roi ordonna à Faṭṭūs de représenter son image. Quand ce travail fut achevé, le roi vint le voir et, l’ayant considéré, versa des larmes, en disant au cours d’un long discours : « Avec quelle force cette effigie nous annonce notre
» propre mort ! elle nous rappelle à quel anéantissement nous
» allons ».

71Une des particularités de cette sculpture est qu’on n’en a jamais vu de pareille. J’ai entendu des hommes de science et de savoir déclarer que Šabdīz n’était pas l’œuvre des créatures humaines. Un docteur m’a dit : « Si deux hommes partaient, l’un
» de l’extrême-Fargāna, l’autre de l’extrême-Sūs, pour venir
» contempler Šabdīz, ils ne seraient pas répréhensibles ».

72C’est effectivement la plus merveilleuse sculpture qui soit en ce monde : en effet, à l’endroit où il fallait du rouge, il y avait [de la pierre] rouge ; à l’endroit où il fallait un ton cendré, il y avait [de la pierre] cendrée ; à l’endroit où il fallait du noir, il y avait du noir ; à l’endroit où il fallait du blanc, il y avait du blanc. La montagne était, par elle-même, d’un ton cendré. Gloire à Allah, le meilleur des créateurs ! Abū ‘Alī Muḥammad b. Hārūn b. Ziyād, qui était un savant philosophe, m’a dit, alors que nous discutions au sujet de Šabdīz et que nous étions arrivés à cette question [des couleurs] : « Il est impossible qu’un seul rocher ait toutes
» ces teintes ; l’artiste, ayant terminé la sculpture, y a appliqué
» du vernis chinois ».

73Abū Muḥammad al-‘Abdī a récité ces vers de sa composition (sarī‘) :

Le contemplateur, l’observateur dont l’œil a considéré l’image de Šabdīz,
Et qui a médité sur ce monde et ses monuments, à propos d’Abarwīz, monarque du monde,
Est convaincu que le sort ne tarde pas à unir étroitement ce qui est solide et ce qui ne l’est pas.
Est-ce qu’après Kisrā, il a établi, en compensation de sa puissance, une effigie symbolique ?
Envieras-tu à tes voisins une existence troublée qu’ils subissent péniblement parce qu’elle est aigre-douce ?
Renonce à ce bas-monde, car il ne vaut rien pour l’homme de cœur et de discernement.
Heur et malheur alternent en ce bas-monde, de sorte que le puissant ressemble à l’opprimé.

74[216] On a récité ces vers d’Aḥmad b. Muḥammad (ṭawil) :

A Wastan (Ṭāq-i Bustān) se trouve un arc qui n’a pas son pareil sur la terre, et qui contient des images de pierre solide ;
On y voit Parviz entouré des satrapes, Šīrīn qui leur donne à boire et un vieillard qui murmure [une prière] ;
Et Bahrām Ğūr, et les roitelets sont là ; et Šarwīn, assis parmi eux, est enturbanné ;
Et Ḫurrīn qui s’est élancé et qui, de sa flèche, fait signe à une jeune beauté qui ne parle pas ;
Et leur mūbaḏ représenté sur l’arc à titre d’enseignement ; et leur hirbed qui juge dans son ignorance et son injustice ;
Et un homme barbu qui, debout, prend de l’eau au fleuve pour la partager équitablement entre eux ;
Et des troupeaux de buffles pressés par les chiens, et un coursier monté par le satrape respecté.
On y représenta toutes sortes de fauves et de volatiles, ainsi que le phénix (‘anqā’), Allah le sait !
Et des lions, des troupeaux de bœufs, des ovins, des caprins, et des poissons de mer qui nagent parmi les navires,
Et ce qui rampe — fourmis petites et moyennes, scorpions — et un éléphant avec un cornac qui l’excite,
Et des perdrix, des francolins, des gazelles, des lièvres ; et un faucon, un sacre chassant et un vautour,
Et une école enfantine, et l’éducation d’adolescents, et un vieillard indigent qu’on dit professeur.
Fattûs s’est représenté lui-même sur l’arc, muni de deux ailes d’oiseau, mais ne volant pas.
Donc gloire à un maître qui, imposant sa volonté à la pierre dure, y a représenté toutes choses à son gré.
Le Grec a réalisé une merveille ; Arabes et non-Arabes ont reconnu son habileté.

75Et l’on a récité ces vers (ḫafῑf) :

Šabdīz faillit hennir lorsque sa figure fut teinte de safran.
Il semble que le héros Kisrā, Šīrīn et le vieillard, chef des mūbaḏs
Soient, grâce au vernis répandu tout exprès sur eux, revêtus de robes de pourpre.

76[217] A Qirmāsīn, se trouve la terrasse (dukkān) où se réunirent les monarques de la terre : le Fagfūr de Chine, le Ḫāqān des Turcs, le Dāhir de l’Inde, le Qayṣar des Rūm et Kisrā Abarwīz. c’est une terrasse carrée, pavée de pierres arrangées symétriquement et cloutées de fer, de sorte qu’on n’y remarque aucun interstice entre deux pierres et qu’en la voyant on la croit d’un seul morceau.

77A ce sujet, voici des vers d’Ahmad b. Muḥammad (basīṭ) :

Entre le pont et la terrasse se trouvent des édifices qui surpassent tout monument et toute construction.
C’est une terrasse de rochers sur une colline qu’on a bâtie ; or on ne sait si on l’a construite pour un génie ou pour un homme,
Car elle est faite d’un rocher poli, façonné, à l’aspect étrange et multicolore.
On l’a taillé, puis on l’a posé sur des piliers et arrangé symétriquement, de sorte qu’il n’est pas caché aux destructeurs.
On dit que les monarques de l’univers s’y réunirent, auprès d’Abarwīz b. Sāsān.

78A Qaṣr al-Luṣūṣ, il y a un édifice extraordinaire et des colonnes solides.

Hamaḏān

79Au dire d’al-Kalbī, Hamaḏān tire son nom de Hamaḏān b. al-Fallawğ b. Sām b. Nūḥ. Hamaḏān et Iṣbahān étaient deux frères dont l’un bâtit98 Hamaḏān et l’autre Ispahan.

80Un Persan m’a raconté que [le nom de] Hamaḏān est un anagramme99 : en effet c’était Nādimah, c’est-à-dire « Bien-
» Aimée ». On a rapporté ces paroles de Šu’ba : « Les Ğibāl sont
» une armée dont Hamaḏān forme le gros ; la ville possède l’eau
» la plus limpide et l’air le plus sain ».

  • 100 M. comme Yāqūt (IV, 981) : (...)
  • 101 M. ajoute (...)

81Au dire de Rabī‘a b. ‘Uṯmān, Hamaḏān fut prise en ğumā-dā 1er [24], six mois après le meurtre de ‘Uraar b. al-Ḫaṭṭāb ; elle eut pour [premier] émir100 al-Muġīra b. Šu’ba en l’an 24 de l’hégire. D’après une autre information, al-Mugīra [218] b. Šu’ba, alors préfet de ‘Umar à Kūfa, envoya à Hamaḏān Ğarīr b. ‘Abd Allāh al-Bağalī, en l’an 23 après la destitution de ‘Ammār b. Yāsir101. Les habitants combattirent Ğarīr, qui reçut une flèche dans l’œil ; il déclara alors : « Je la porte au compte d’Allah qui, après en
» avoir paré mon visage et m’avoir éclairé selon Sa volonté, m’en
» a privé pour Sa bonne cause ».

82Il prit ensuite Hamaḏān par capitulation (ṣulḥ), de la même manière que Nihāwand, et cela à la fin de l’année 23, mais il en conquit le territoire qu’il occupa de vive force.

83Au dire d’un des savants de Perse, Hamaḏān était la plus grande ville du Ğabal et occupait quatre parasanges sur quatre. Nabuchodonosor, dit-on, lorsqu’il fit ses conquêtes, dévasta Jérusalem et se dirigea vers Bābil, envoya à Hamaḏān un général nommé Suqlāb à la tête de 500 000 hommes ; celui-ci assiégea la ville et demeura102 là, guerroyant contre les habitants, mais sans résultat. Voyant qu’il n’avait aucun moyen de s’en emparer, il se décida à battre en retraite et écrivit à Nabuchodonosor : « Je me
» suis rendu à103 une ville bien fortifiée, très peuplée, possédant un
» vaste territoire, dans une forte position et bien approvisionnée
» par des cours d’eau104 ; j’ai désiré ardemment la prendre, mais
» je n’ai rien pu contre elle ; mes hommes sont fatigués de rester là,
» et leurs approvisionnements sont insuffisants ». Lorsque la lettre parvint à Nabuchodonosor, il répondit : « J’ai pris connaissance
» de ta lettre et de ce que tu y décris de la situation de la ville. Je
» suis d’avis que tu me dessines la ville avec ses montagnes, ses
» sources, ses routes, ses bourgs et l’endroit où ses eaux jaillissent ;
» tu me transmettras le plan, afin que je t’envoie mes ordres à ce
» sujet, s’il plaît à Dieu ».

84Le général, ayant reçu la lettre de Nabuchodonosor, se conforma à ses ordres et lui envoya le plan demandé. Lorsqu’il fut arrivé105, Nabuchodonosor réunit les sages et leur dit d’inventer un stratagème pour prendre la ville106. L’avis unanime fut le suivant : endiguer les sources toute une année, puis ouvrir les digues et laisser les eaux descendre dans la ville, de façon à la submerger. Alors Nabuchodonosor écrivit en ce sens à Ṣuqlāb, qui agit ; lorsque l’année fut presque révolue, il lâcha les eaux et les envoya vers la ville107 dont la majeure partie fut submergée ; il y pénétra alors, y fit grand carnage108 et s’y installa. Mais la peste109 tomba sur lui-même et ses compagnons, et la plupart de ceux qui étaient avec lui moururent, [219] de sorte qu’il n’en resta avec lui qu’un petit nombre. Les morts furent enterrés dans des bassins faits de terre cuite, et l’on peut encore voir leurs tombes aujourd’hui, dans les rues et les quartiers de la ville.

85Hamaḏān resta en ruine jusqu’à l’époque de la guerre qui eut lieu entre Darius (Dārā, fils de Dārā) et Alexandre. Darius, songeant à combattre Alexandre, consulta ses compagnons qui lui conseillèrent de mettre ses richesses et ses trésors en sûreté dans des montagnes situées derrière le territoire des deux Māhs et semblables à une digue. « Là, dirent-ils, sont les ruines d’une grande110
» ville qui a été détruite111 et dont les habitants ont disparu. On
» la nomme Hamaḏān. Il paraît sage que le roi envoie des gens
» vers ce lieu et ordonne la [re] construction de la ville au milieu
» de laquelle on bâtira un château pour les femmes, la maison et les
» trésors du roi ; autour de ce château, l’on construira des demeures
» pour les familles des généraux, des courtisans et des satrapes ;
» ensuite le roi confiera la garde de la ville à 12 000 hommes qui la
» protégeront et la défendront contre toute attaque ». Le roi ordonna donc de [re] construire Hamaḏān et de bâtir, en son milieu, un grand château à trois façades qui la dominerait, château qu’il nomma Sārūq ; on pressa les ouvriers d’achever rapidement les travaux ; on pratiqua dans ce château 300112 cachettes pour les trésors et les richesses du roi ; on mit en place huit portes de fer à deux battants, chaque battant113 ayant 12 coudées de hauteur ; ensuite le roi transporta dans la ville ses biens, ses trésors et sa famille, qui y furent installés114 ; il logea ses favorites dans le château nommé Sārūq ; il mit ses biens et ses trésors en sûreté dans ces cachettes, et il confia la garde de la ville à 12 000 hommes.

  • 115 Dans le texte, le corbeau ne répond pas à la question. M. : (...)

86D’aucuns ont raconté que Hamaḏān est la plus ancienne ville du Ğabal et que Salomon, fils de David, le prophète, passant auprès d’une de ses voûtes qui subsiste encore aujourd’hui, vit un corbeau qui s’y était posé ; or, d’après ce qu’on prétend, le corbeau vit 1 000 ans. Salomon lui dit : « Depuis combien de temps es-tu
» là ? »115. — Et le corbeau répondit : « Mon père m’a appris,
» d’après mon grand-père, qu’il était venu à cet endroit, alors que
» la voûte était déjà bâtie ».

87Si, a-t-on dit, vous examinez [220] la terre de Hamaḏān employée dans les constructions, vous la trouvez mêlée de rouge, de blanc, de noir, etc., parce que Darius employa les habitants de diverses régions à la transporter pour bâtir la ville.

Traditions relatives à l’eau ; éloge de l’eau fraîche

88Au dire de Ğa‘far b. Muḥammad, il y a, à Arwand, une des sources du Paradis. Arwand est la montagne de Hamaḏān. On dit que la source jaillissant au sommet de la montagne est celle qui passe pour être une des sources du Paradis. c’est que l’eau en jaillit à une époque déterminée de l’année, sortant d’une fissure d’un rocher : elle est savoureuse, douce, très froide, légère au point qu’on peut en boire, en vingt-quatre heures, une centaine de raṭls, sans en être rassasié ; en boire beaucoup ne nuit pas, mais, au contraire fait du bien. Ensuite cette eau cesse de jaillir, lorsque l’époque a passé, jusqu’à l’année suivante.

89On a cité ces vers de Muḥammad b. Baššār, décrivant la douceur et la saveur de l’eau d’Arwand ; ils sont extraits d’une longue pièce (kāmil) :

Je dirai quelque jour : « Élève-toi, va vers la droite, pour
» rejoindre d’autres nuées au-dessus de Hamaḏān,
« Pays dont le sol porte la plante qui donne le safran et où
» l’on boit du miel mélangé à l’eau des sommets ».

90L’eau froide tonifie l’âme, fortifie le corps des hommes et des animaux, parce qu’elle leur est semblable et conforme116. Une de ses vertus, c’est que n’importe quelle boisson, qu’elle soit délicate, pure, savoureuse, douce, ne la remplace ni n’en dispense ; au contraire, elle s’améliore [221] si on la mouille d’eau froide et s’adoucit par son mélange avec elle, si bien qu’elle se répand dans les veines grâce à la subtilité de l’eau froide et qu’elle se glisse dans les articulations grâce à sa délicatesse, en y ajoutant sa propriété d’y étancher la soif et d’éteindre l’ardeur du feu des viscères. Sans elle, on ignorerait la supériorité du verger sur le jardin et il serait pareil à tout le reste. Les Arabes en ont fait un terme de comparaison. Al-Quṭāmī a dit (basīṭ) :

Elles émettent un propos qui touche le but, tout comme l’eau le fait pour celui que dévore la soif.

91Et un autre poète (ṭawīl) :

Les espoirs qui viennent de Su’dā sont aussi doux que si Su’dā désaltérait la soif avec de l’eau fraîche.

92Al-Muwaffaq bi-llāh, lorsqu’il partit dans la direction du Ğabal, fit emporter mille outres (ḫumaysiyya) d’eau du Tigre. Comme on lui avait parlé de l’eau de Hamaḏān, il en but à son arrivée dans cette ville ; l’ayant trouvée bonne, il renonça à l’eau du Tigre et se mit à boire de celle de Hamaḏān.

93Aš-Ša’bī étendit la main, alors qu’il se trouvait à la table de Qutayba b. Muslim, pour demander à boire ; le domestique préposé à la boisson, ne sachant s’il s’agissait de lait, d’hydromel, d’eau ou d’autre chose, lui dit : « Quelle boisson veux-tu ? ». — Aš-Ša’bī répondit : « La plus précieuse lorsqu’on l’a perdue et la plus
» accessible lorsqu’elle existe » ; et l’autre lui donna de l’eau.

94Abu l-’Atāhiya se trouvait chez un prince, lorsqu’une des personnes présentes, ayant bu de l’eau, déclara (mağzū’ ar-ramal) :

L’eau est froide et bonne.

95Et Abū l-’Atāhiya d’ajouter :

Quel excellent breuvage que l’eau !

96Allah dit, pour célébrer et glorifier l’eau (Coran, CII, 8) : « Alors vous serez interrogés au sujet des biens de ce monde » (c’est-à-dire de l’eau froide). Il dit encore (XXV, 55, XXXV, 13) : « c’est une eau douce et rafraîchissante », (XXIV, 44) : « Allah
» fit naître de l’eau tous les animaux » et (XXI, 31) : « Nous
» avons créé d’eau toute chose vivante ».

97On dit qu’il n’y a rien qui ne contienne de l’eau ou qui n’ait été touché par l’eau ou qui ne soit né de l’eau, et que la nutfa (sperme) [222] est appelée mā’ (eau) et que l’eau est appelée nutfa. Allah dit encore (L, 9) : « Nous faisons descendre du ciel une
» eau bienfaisante et, par elle, Nous faisons croître des plantes
» et des grains à moissonner ». D’autre part, une tradition contient ceci : Que celui qui est malade prenne un dirhem honnêtement gagné et achète du miel qu’il boira avec de l’eau de pluie : il guérira avec la permission d’Allah.

98‘Adī b. Zayd a dit (ramal) :

Si mon gosier était rempli par autre chose que de l’eau, je serais comme celui qui suffoque et j’appellerais l’eau à mon secours.

99Lorsqu’on s’efforça de donner à la femme une appellation de grâce, de pureté, de délicatesse, de blancheur, on la dit « fille de l’eau du ciel (bint mā’ as-samā’) » ; et [l’on connaît] al-Mundir b. Mā’ as-Samā’. On dit aussi : « Il a beauté et éclat (mā’) » ;
» Un Tel n’a pas d’eau sur le visage » [c’est-à-dire : n’a pas d’honneur] ; ou bien : « Mon visage est avec son eau » [= est intact d’honneur].

100Et le poète a dit (kāmil) :

L’eau de la pudeur coule sur ses joues.

101L’eau se boit pure ou mélangée ; tandis que les autres breuvages ne se boivent pas purs et ne sont salutaires que mélangés d’eau ; en outre, c’est elle qui purifie le corps et qui fait disparaître les malpropretés.

102Au dire du Prophète, rien ne souille l’eau ; de l’eau viennent la gelée blanche, la neige et la grêle ; à sa fraîcheur et sa douceur s’ajoutent la grâce de la blancheur, la beauté d’aspect, la place privilégiée qu’elle occupe dans notre âme.

103Un trait delà supériorité du Ğabal sur l’Irak, c’est que si vous demandez à un malade convalescent à Bagdad ou dans la région de Kûfa et de Baṣra ce qu’il désire, il vous dira : « Je désire boire de
» l’eau froide ou bien un morceau de neige ou de glace ».

104On a juré par l’eau. Ainsi le poète (sarī‘) :

Elle est courroucée ! Non, par Allah ! ô vous, gens de sa famille ! je ne boirai pas d’eau fraîche, à moins qu’elle ne s’apaise.
Parmi les eaux, il y a celle de Zamzam qui guérit les maladies.

105A Hamaḏān, il y a de nombreuses sources utiles contre les maladies graves, telles que la goutte, les vents chroniques et autres. Parmi ces sources salutaires, [223] figurent l’eau de la source d’Arwand, l’eau de Lūndān, la source de Dār Fīn, celle de Dār Nabhān, l’eau d’Āst, de ‘Abd Allāh Abāḏ, de Bazīn, de Sāmīr, etc.

106Les meilleures choses, a-t-on dit, sont l’air pur, l’eau douce, le pâturage verdoyant ; l’eau vivifie tout ; elle est un des quatre éléments qui sont : le feu, l’air, l’eau, la terre.

107La plus excellente des eaux, a-t-on dit, est l’eau de pluie recueillie dans un tissu propre ; ensuite l’eau qui tombe sur une montagne et s’amasse sur un rocher ; ensuite l’eau des grands neuves ; ensuite celle qui s’amasse dans les déserts, pourvu qu’elle ne contienne pas d’herbe ; ensuite celle des canaux souterrains (qanāt) ; ensuite celle des réservoirs profonds ; ensuite celle des sources et celle qui coule sur les rochers.

108Au dire de Tayādūs (Théodoret ?), l’eau donne à tout la vie et la mort ; elle est favorable et funeste à toutes choses. Or donc, lorsque cet auteur déclare que l’eau donne la vie à toute chose, c’est qu’elle fait vivre l’homme — et Allah n’a pas créé d’être à la nature plus noble — ainsi que les animaux, les plantes, les arbres et tous les aliments végétaux et autres ; c’est l’eau qui fait prospérer et fructifier tout cela ; mais l’eau est funeste à toutes choses quand elle manque ; et lorsque le même auteur déclare qu’elle détruit toutes choses, c’est qu’elle cause les noyades et que, si l’on en boit avec excès, cela occasionne des maladies ; de même que si l’on en use modérément, cela fait passer toute maladie.

109On a cité ces vers d’Abū Ṣāliḥ al-Ḥaḏḏā’, d’une de ses longues pièces par laquelle il écrit à son fils absent, pour lui rappeler la suavité de l’air de Hamaḏān, sa beauté et sa salubrité, pour lui dépeindre la douceur de son eau et lui inspirer le désir d’y revenir (sari’) :

  • 117 H. Massé a adopté la leçon (...)

Achemine-toi vers nous par un voyage grâce auquel les nuées se dissiperont pour nous qui sommes affligés.
La violence de nos jours s’est calmée et les jours du mois de tišrīn (octobre-novembre) se sont écoulés.
Et il est venu à nous, le mois [de ramaḏān] dans lequel ont été liés les démons astucieux.
Il est doux, pour les voyageurs, de cheminer, la nuit, sur la grande route de Rayy et de Qazwīn.
[224] Le temps, lorsqu’on en évalue les heures, semble une pièce de monnaie blanche et parfaite.
Et puis la fille de la vigne a réalisé le nombre de ses jours [dans la jarre enduite] de poix et d’argile.
Vierge qu’on a fait sortir de la jarre et qu’on demande en mariage, de l’intérieur des appartements des cabaretiers.
Ces gens que tu vois t’apparaissent comme des marchands de parfums dans leurs boutiques.
Les oiseaux ont soupiré auprès de leur nid, parés de toutes les couleurs.
Ils ont approché, descendant sur notre terre, précédés par la troupe des tourterelles.
Après que leur langue embarrassée les a rendus muets, ils ont modulé des accents impeccables.
Parmi eux, la tourterelle a chanté dans les airs ; alternativement, elle fait écho aux ramiers.
Quant aux colombes, qui appellent les pigeons à collier, elles sont aidées dans leur chant117 par les ramiers verts.
Elles pleurent de chagrin d’être séparées de leurs congénères, avec des larmes qui ne s’arrêtent pas.
Arwand a commencé de nous montrer, du pied de sa montagne, les aspects des beautés de la nature.
La figure de sa prospérité est ornée d’un éclat varié, le mieux du monde.
D’Arwand les sommets des collines ont laissé voir une verdure vive et fournie.
Et la perdrix, sur ses lisières, a suivi ses petits, par crainte des faucons.
Les vaches sauvages forment un troupeau, lorsqu’elles s’avancent par son défilé, comme des vierges aux grands yeux noirs.
Les brebis poussent devant elles leurs agneaux, avec peine, par crainte des loups.
L’onde se répand, parmi les saillies des rochers, sur la lavande et les basilics.
On en respire, dans le souffle du vent d’est, le parfum plus suave que l’arôme de la rose musquée.
Qu’Allah y fasse tomber une pluie abondante, grâce à laquelle les habitants de Rāyīn seront désaltérés !
Par l’excès de ma reconnaissance, puisqu’ils t’ont protégé [ô mon fils !], ils auront une récompense désintéressée.
[225] La récompense [qu’ont méritée] ceux qui protégèrent l’imam de la bonne direction, je veux dire ‘Alī, à la bataille de Ṣiffīn.
Le voici donc, mon poème, objet précieux ; je l’ai composé pour en faire une parure à ton honneur soigneusement préservé.
Voilà des paroles vierges, et les paroles vierges que l’on offre ne sont pas comme des paroles déflorées.
Les vers de ce poème sont au nombre de 80 et portent la date de l’an 71.

110Toutes les montagnes du monde, sauf un petit nombre, a-t-on dit, ont l’eau à la base, tandis que les sources jaillissent sur leurs pentes. Cela à l’exception d’Arwand dont l’eau occupe la partie supérieure, tandis que les sources jaillissent à son sommet.

111On a récité ces vers (ṭawīl:

Je me suis souvenu d’Arwand et de son air suave, et j’ai dit, d’un cœur comme piqué par un serpent à cause de la séparation :
Qu’Allah arrose Arwand, ceux qui l’avoisinent et ceux qui y séjournent, nomades ou sédentaires.
Qu’il arrose nos jours, alors que voisins autrefois, nous tournions autour de l’ancien campement de la bien-aimée pour nous unir à elle.

112Un autre poète a dit (basīṭ) :

Qu’Allah verse la pluie sur Arwand. Que l’été y est agréable ! On y trouve d’épais ombrages, une eau bonne pour les entrailles,
Une terre odorante comme le musc en poudre, et des protecteurs généreux comme les mers qui font jaillir l’écume.

113Un autre poète a dit (basīṭ) :

On m’a dit : « Tu as vu le Nil en Égypte ; et tu t’y attaches,
» lorsque l’écume s’étale sur ses flots ».
J’ai répondu : « Plus belle que votre Nil d’Égypte est
» l’eau des sources qui coule sur les petits cailloux.
« Sur ses deux rives, des parterres de fleurs qu’embellis-
« sent l’haleine florale et l’oiseau qui chante.
« Tu y vois la lavande cajoler la camomille, pendant les matinées, comme un enfant cajole son père ».

114On a cité ces vers de Wahb al-Hamaḏānī (basīṭ) :

Le printemps a jeté sur notre Arwand des robes vertes et lui a retiré sa robe blanche.
Il lui a mis un vêtement couvert de dessins, orné de vergers d’une couleur franche qui miroite,
Un voile tissé par la pluie persistante et montrant des étrangetés nombreuses qui dépassent toute nouveauté.
[226] Ce voile possède de fines beautés dont la nature n’est comprise que par leur créateur.
Il y a du jaune, du vert, du rouge : l’un ne ressemble pas à l’autre, et réciproquement, lors de leur apparition.
L’onde y fait un murmure : à sa mélodie fait écho, dans les jardins, le refrain d’un homme ivre, lorsqu’il chante en assonances.
Tu vois ces enclos qui brillent comme des glaives, parmi les camomilles ; et ils unissent leur clarté dans les jardins.
Lorsqu’un nuage verse ses pleurs sur elles, les anémones rient qui, de leur sein, font sortir de belles robes.
Si tu regardais, lorsque le soleil du matin les éclaire, tu verrais ce que personne n’a vu ni entendu :
Une haute montagne couverte d’un manteau vert, tissé, qui s’élève sur elle autant qu’elle s’élève.
Lorsque le vent du nord y traîne ses pans, tu la prendrais pour un marché aux parfums placé au milieu des jardins.
Regarde donc le superbe sein d’Arwand : tu y verras s’ouvrir une porte paradisiaque.
Écoute, lorsqu’une tourterelle roucoule mélancoliquement, tandis que son mâle se hâte sur la pente de la montagne et appelle.
Les brebis y rappellent leurs craintifs petits, car chacune d’elles y a fait coucher un petit.
Qui ne demeure pas sur les sommets d’Arwand, se trouve frustré de la compagnie des plaisirs.

115Voici encore des vers d’un autre poète (kāmīl) :

  • 118 La lacune du texte est comblée par M. : (...)

L’hiver est mort ; tous ceux qui gazouillent se sont élancés ; et ils sont apparus, les signes du printemps louable.
Sur Arwand, se succèdent des caravanes de nuages noirs, sombres comme la couleur de l’antimoine,
Dont l’œil pleure, tandis que leurs lèvres rient, montrant l’éclair qui étincelle comme l’étoile.
Ayant laissé tomber la pluie qu’ils portaient, ils ont vêtu la terre en lui tissant, même sans les nouer, des manteaux.
De toutes couleurs : verts comme la soie, d’un jaune brillant, d’un rouge ardent et éclatant.
Un bandeau de fleurs multicolores retient les cheveux de la terre ; les collines du désert en ont été coiffées.
Et il y avait des sources pour la terre lorsque les nuages y versaient des pleurs, de leurs yeux qui ne sèchent pas.
Ces sources semblent une lune près de laquelle118 le soleil matinal s’est élevé, d’une substance qui s’éparpille.
Étant belles, elles ont paré la terre de beautés qui ont banni les méfaits de l’hiver pénible.
[227] Elles ont bu la première pluie du printemps, dès qu’elle est tombée, et l’eau limpide, fraîche et ruisselante.
Il semble que les campagnes se soient, par ces fleurs, vêtues de jaune, et que leur sein se soit ceinturé de rose.
Le vent d’est, de son souffle, en repousse la poussière ; on dirait le scintillement d’un glaive en acier de l’Inde.

  • 119 M. : ((...)
  • 120 M. présente ensuite des différences sensibles.
  • 121 On ne voit pas ce que signifie (...)
  • 122 M. : (...)
  • 123 M. : (...)
  • 124 Texte : (...)
  • 125 M. : (...)
  • 126 Add. d’après M. :
  • 127 M. : (...)
  • 128 M. : (...)

116On a dit : l’hiver de Bagdad, le printemps de Rayy, l’automne de Hamaḏān119, l’été d’Ispahan. Au dire des savants, le pays le mieux doté naturellement est ar-Rayy dont dépendent as-Surr et as-Sarbān ; le mieux travaillé120 est Ğurğān ; le mieux divisé (?) est le Ṭabaristān ; le mieux mis en valeur est Nīsābūr ; les plus beaux, dans les temps anciens et modernes, sont Ğundāy Sābūr qui possède...121, Merv où coulent le Razīq et le Māgān, [Damas qui possède]122 la Ġūṭa et az-Zāribān, Naṣībīn où coule le Hirmās, aṣ-Ṣaymara qui possède les deux forteresses123, Baṣra avec ses deux fleuves124, le Fars avec le Ši’b Bawwān, le point de vue (mustašraf) de Šahrazūr125, Bāqarhā tout entourée de jardins et pourvue d’un cours d’eau au milieu ; al-Madā’in [qui a le Tigre]126 ; as-Sūs et Tustar qui se trouvent127 entre quatre rivières128 : le Duğayl, le Masruqān, le Mahīmān et le Narūbān ; Balḫ ; Nihāwand ; Ispa-han ; la vue de Hamaḏān.

Débat entre ‘Abd al-Qāhir et al-Ḥusayn b. Abī Sarh : éloge et dénigrement de Hamaḏān et de l’Irak

117‘Abd al-Qāhir b. Ḥamza al-Wāsiṭī et al-Ḥusayn b. Abī Sarḥ se rencontraient fréquemment chez Muḥammad b. Isḥāq ; ils discutaient de belles-lettres et s’entretenaient de sciences et de généalogies129. Ibn Abī Sarḥ dénigrait l’Irak, tandis que ‘Abd al-Qāhir dénigrait [228] le Ğabal et louait l’Irak. Ils se rencontrèrent donc un jour d’hiver, où il pleuvait et faisait vraiment froid. Lorsque l’homme de Wāsiṭ fut entré, il s’écria : « Qu’Allah
» maudisse al-Ğabal ! qu’Il maudisse les gens qui l’habitent : qu’Il
» inflige particulièrement à Hamaḏān la malédiction la plus
» copieuse ! quel air impur ! quel froid rude ! quelle cherté de vie !
» quelles pauvres ressources ! Allah lui a donné pour maître le
» froid infernal par lequel II châtie les habitants de la géhenne,
» en y ajoutant le besoin qu’on y éprouve de s’approvisionner
» ruineusement de manteaux nombreux, de bois à brûler en
» quantité et d’autres choses. Aussi, gens de Hamaḏān ! vos faces
» se fendillent, vos nez coulent, vos membres sont livides, vos vête-
» ments sont souillés et en lambeaux, vous répandez des odeurs de
» crasse ; la misère est manifeste dans votre façon de quémander ;
» le rideau [de l’intimité] est déchiré chez vous, parce que l’hiver
» démolit vos murs, met dehors la femme vertueuse, gâte les
» routes, désagrège les terrasses des édifices, détruit les maisons,
» fait du sol un bourbier dégoûtant et infect où les bêtes de somme
» s’abattent, où les vêtements se souillent, où les chameaux et les
» ânes se brisent les jambes ; en hiver, les prières n’y sont point
» accomplies en état de pureté [parce que] les puits s’y affaissent ;
» les terrasses s’y fendent, les vents impétueux y font rage. On y
» trouve tremblement de terre, éclipse, tonnerre, éclairs, bour-
» rasques, neiges ; crues et inondations s’y multiplient. Les habitants,
» réfugiés sur une montagne, s’attendent au châtiment, redoutent
» colère et punition divines ; c’est pourquoi ils appellent l’hiver
» l’ennemi implacable, le chien enragé. C’est pourquoi ‘Umar b.
» al-Ḫaṭṭāb écrivit à l’un de ses agents : “L’hiver vous menace
» déjà ; c’est l’ennemi implacable ; préparez donc, contre lui, les
» pelisses de fourrure et les bottines ferrées” ».

118« Puis vous êtes corrompus130 comme les Perses, [229] rudes
» comme les barbares, avares comme les gens d’Ispahan, stupides
» comme ceux de Rayy ; vous bégayez comme ceux de Nihāwand
» et êtes aussi grossiers de mœurs que les gens de Hamaḏān ; en
» outre, vous habitez le pays le plus froid, avec la neige la plus
» abondante, les routes les plus étroites, les voies les plus scabreuses,
» la subsistance la plus difficile. C’est pourquoi l’on a dit que les
» trois villes les plus froides sont Hamaḏān, Qālīqalā et Ḫwārazm.
» Et voici ce que vos narrateurs véridiques ont rapporté : lorsque
» ‘Abd Allāh b. al-Mubārak arriva à Hamaḏān, on alluma du feu
» devant lui ; or, tandis que l’intérieur de sa main s’échauffait, le
» dessus en était transi de froid, et inversement ; il improvisa alors
» ces vers (wāfir) :

Je dis à ma main, alors que nous étions près du feu : « Le
» feu n’a-t-il donc pas, chez toi, la chaleur du feu ?
« Certes, si l’on me donnait un jour à choisir entre les
» pays, Hamaḏān ne serait pas l’objet de mon choix ».

119Ensuite, ‘Abd-al-Qāhir ajouta à l’adresse d’Ibn Abī Sarḥ :

120Abū ‘Abd Allāh ! c’est ton père qui dit (kāmil) :

A Hamaḏān, la chaleur du feu se refroidit ; à Hamaḏān, le froid est un mal chronique ;
La pauvreté se dissimule en tout autre pays ; mais à Hamaḏān elle est ce qui se montre.
Chosroès dit, lorsqu’il aperçut votre pays : « C’est Hamaḏān, allez-vous en, car voilà la géhenne ».

121« La preuve en est que les rois de Perse ne pénétraient pas
» à Hamaḏān ; en effet, leur résidence s’étendait d’al-Madā’in à
» Āzarmīduḫt près d’Asadābāḏ ; ils ne dépassaient pas la colline
» d’Asadābāḏ. D’autre part, Kisrā Abarwīz se proposa d’entrer
» à Hamaḏān ; lorsqu’il parvint à une localité dite Dūzaḫ-Dar
» (ce qui signifie, en arabe, la porte de l’enfer ou la caverne
» de l’enfer), il s’écria : “Retournez ! nous n’avons pas besoin
» d’entrer dans une ville qui rappelle l’enfer”.

122« L’un de vos poètes, Wahb al-Hamaḏānī, a dit (mutaqārib) :

N’est-ce donc pas le moment de quitter Hamaḏān, ce pays stérile et glacé ?
[230] Ni le pays ni ses habitants n’ont reçu en partage une seule bonne qualité.
Les jeunes gens y blanchissent mais n’y atteignent jamais la vieillesse, à cause de son brouillard immuable.
Je leur demandai : « Où est le terme extrême de l’hiver et
» de la nouvelle année qui s’avance ? ».
— Ils répondirent : « La ğamra marquera le terme de l’hiver ». Mais la ğamra est tombée glacée ».

123Wahb a dit aussi (munsariḥ) :

C’est un jour terriblement froid sur lequel le brouillard a boutonné son col.
On dirait que son atmosphère est farcie d’aiguilles et que le sol est couvert de tessons ;
Que son soleil est une femme de condition, dérobée aux regards et en deuil lorsque le décret divin s’est réalisé.
Quand son brouillard saisit la peau du visage, on croirait que des guêpes l’ont attaqué.
Tu y vois que l’homme clairvoyant, à la vue perçante, y a des brouillards sur les paupières.

124« ’Umar b. al-Ḫaṭṭāb, interrogeant un homme, lui dit :
» “D’où es-tu ? — Du Ğabal. — De quelle ville ? — De Hamaḏān.
» — c’est une ville de souci et de dommage ; les cœurs de ses
» habitants gèlent comme son eau”.

125« On interrogea, au sujet de Hamaḏan, un Bédouin qui y
» était entré. Il répondit : “Le jour, on y danse ; la nuit, on y est
» portefaix” ; c’est-à-dire que les habitants dansent le jour parce
» qu’ils ont les membres gelés, tandis que la nuit, ils s’emmitouflent
» et se chargent de vêtements ».

126« J’ai entendu l’un de vos savants et cheikhs dire ceci : “Les
» gens de Hamaḏān, lorsqu’il y a un jour de soleil en hiver, gagnent
» 100 000 dirhems, parce qu’en ce jour ils n’ont pas besoin de
» combustible”.

127« On dit à [Hind] bint al-Ḫuss : “Quel est le plus pénible,
» l’hiver ou l’été ?” — Elle répondit : “Celui qui rend le dommage
» semblable à une maladie chronique”.

128« On dit à un Bédouin : “Quel est le comble du froid chez
» vous ?” — Il répondit : “c’est lorsque le ciel est pur, la terre
» humide, et que le vent [231] vient de Syrie. N’interroge donc
» pas les malheureux”.

129« Vous voyez dans les traditions que Hamaḏān sera ruinée
» par la pénurie de bois à brûler. Un Bédouin y entra ; lorsqu’il eut
» vu votre climat et entendu votre langage, il se rappela son pays
» et récita ces vers (wāfir) :

Comment répondrais-je à votre appel quand j’ai, devant moi, des montagnes de neige dont les cimes me dominent ?
C’est un pays dont l’aspect diffère du mien, dont la langue s’oppose à la mienne.
Les femmes y ont pour nom : Zanān ; que Zanān est proche de zawāni [femmes de mauvaise vie] !

130« Un Bédouin alla au Ğabal en hiver ; son nez se mit à couler ;
» il leva la main et se frappa le nez en disant : “Non, par Celui
» qu’on honore et qu’on exalte ! je n’ai pas vu de partie du corps
» plus infecte que toi : lorsque tout gèle, tu fonds ; et lorsque tout
» fond, tu te figes ; tu n’aimes que la contradiction !” »

131« Un de vos poètes — Aḥmad b. Baššār — a dit pour dénigrer
» Hamaḏān, son froid violent, la rudesse native de ses habitants et
» le besoin qu’ils éprouvent d’approvisionnements ruineux et gros-
» siers (basīṭ) :

  • 131 Cf. Coran, XXV, 14 [H.M.].

Le moment est venu de quitter Hamaḏān. Va-t’en donc et décampe en rompant avec une union incompatible.
Il est mauvais que le jeune homme adopte la terre des Ğibāl de préférence à l’Irak, alors que la porte du pain quotidien n’est pas étroite [pour lui].
Quant aux rois, les nobles parmi eux ont péri, tandis que ceux qui restent ont les mœurs du vulgaire.
On ne se maintient pas dans une existence troublée par la main des incidents. Comment vivre dans le trouble ?
Je me rappelais parfois l’une de ses beautés, dans les jours où je possédais des rameaux touffus de feuilles.
Aujourd’hui, je dois en décrire les défauts afin que celui qui y séjourne en soit suffoqué.
Nul bien ni dans Hamaḏān ni à y séjourner, même si tu évolues entre l’or et l’argent.
C’est une terre dont les habitants sont tourmentés durant huit mois comme tu es tourmenté par le dahaq [instrument de torture] ».
Pendant les deux tiers de ton existence tu n’y jouis d’aucun avantage, sinon de la manière que le mourant jouit de son dernier souffle ;
[232] Si donc tu te contentes d’un tiers d’existence, libre à toi, mais dans des conditions telles que celui qui s’en contente est stupide.
Lorsque la verdure s’est fanée, le froid se jette sur leur pays et les portes se verrouillent.
Quant au riche, il est bloqué ; il endure la longueur de l’hiver, avec le mulot, dans un trou.
Il dit : « Couvre-nous et laisse tomber [le rideau], ô page ! car je crains de mourir de froid et de bourrasque ».
Les gens allument des fourneaux qui leur rappellent le feu infernal, lequel brûle quiconque s’en approche.
Quant aux miséreux, gloire à leur Seigneur ! Comme ils souffrent l’insomnie toute la nuit !
Leurs portes sont obstruées par la neige, ce qui leur fait une porte devant une autre porte, et mal jointe.
Au matin, la terre est recouverte d’un couvercle qui rend perplexes les voyageurs, sur les routes,
Si bien que, lorsque le froid s’est intensifié, un couvercle de brouillard apparaît au matin sur un autre couvercle.
Il ruisselle de pluie sur les habitants, continuellement, avec le froid intense ; c’est une expiation qui tombe du ciel.
Aussi malheur à celui dont les murs sont insuffisants et dont la porte se verrouille mal !
Il évoque la perdition131, craignant pour ses enfants, après le souper, et il l’évoque de nouveau à l’aurore.
Quant à la prière, il n’en reste qu’une trace, plus vide et plus déserte que Salmā, à Ḏū l-’Amaq.
Soir et matin, accouplé avec le diable, tu te trouves dans les liens de l’impiété, pris au lacet.
L’eau est [dure] comme du sel, les cours d’eau sont gelés ; quant à la terre, ses dents te rencontrent au milieu d’une bourrasque,
[233] Si bien qu’on dirait les cornes d’un chevreau qui apparaissent sous la pression des pieds dans le chemin.
Quant aux gens, ils ont la barbe blanche ; leur nez coule sur leurs moustaches, [ils ont la peau] marbrée de quelqu’un qui a reçu des coups.
Durant 90 et 10 journées qui font 100, ils appellent la nuit qui les termine, — la nuit d’as-sadaq.
[Durant cette nuit], ils semblent une armée sur laquelle l’incendie a été attisé ; aussi s’agitent-ils, et il y a tumulte dès l’aurore.
Tu ne verras pas, après cette nuit, subir, en fait de difficultés, les boues qui font masse sur le sol humide,
Ni la marche à pas comptés, durant deux mois, par crainte de glisser.

132Ces vers font partie d’une longue pièce de vers.

133Lorsque ‘Abd-al-Qāhir en fut là, Ibn Abī Sarḥ, se tournant
vers lui, lui dit : « Tu as beaucoup parlé ; tu as prodigué le blâme et
» étalé la calomnie ; tu as tiré en longueur ton discours. N’étaient
» les mauvais propos et les multiples divagations qui étaient ton but,
» nous nous abstiendrions de te répondre et nous ne nous occuperions
» pas de causer avec toi. Or donc, quoi qu’il y ait chez nous, ô Abū
» ‘Alī—qu’Allah se montre généreux avec toi !—ainsi que dans no-
» tre climat, notre sol, notre ville et notre contrée, nous n’avons ni la
» dureté des Nabatéens, ni la brutalité des gens de Sawād, ni la
» déloyauté132 des Ḫūz (Khouzistan), ni la perfidie des Kūfiens, ni
» la courte vue des Baṣriens, ni l’avarice des gens d’al-Ahwāz, ni
» l’insociabilité des Bagdadiens, ni la dureté des gens de Mésopo-
» tamie, ni la grossièreté native et l’ignorance des Syriens. Les
» habitants du Ğabal sont préservés de la forte chaleur et des
» épidémies de Baṣra, de la multiplicité des puces et des mouches
» de Bagdad, de l’humidité des Baṭā’iḥ, des variations atmosphé-
» riques et des gros serpents de l’Égypte, des scorpions et des vents
» pestilentiels d’al-Ahwāz, des scorpions de Naṣībīn, des vipères du
» Siğistān. Est-il de la fertilité, de la richesse, du bien-être, de la
» quiétude, du manger et du boire, [234] sinon chez nous en hiver,
» l’hiver durant lequel les reptiles disparaissent, la vermine se terre,
» les mouches meurent, les moustiques périssent, l’eau se rafraîchit,
» l’atmosphère se réchauffe (sic), les ébats amoureux sont agréables,
» et le tapis apparaît ainsi que les gros vêtements, le bien-être, la vie
» princière, les marques de la noblesse et de la grandeur. Si tu
» explores les diverses parties du monde, contrée par contrée,
» pays par pays, district par district, tu sauras qu’aucun pays,
» aucun climat, à l’orient comme à l’occident, sur terre comme sur
» mer, en plaine comme en montagne, n’est exempt de chaleur
» ou de froid durant quatre mois. c’est pourquoi Abu Dulaf a dit
» (mutaqārib) :

Je suis un homme aux actions royales ; j’estive dans les Ğibāl et j’hiverne en Irak.
Je revêts mes habits de guerre, je saisis par le cou les guerriers cuirassés ».

134« Le poète préfère donc, grâce à son excellent jugement,
» passer l’été dans les Ğibāl afin d’échapper aux vents pestilen-
» tiels, aux mouches, à la vermine, aux reptiles, à l’eau et à l’air
» brûlants de l’Irak ; mais il hivernait en Irak pour échapper au
» froid intense du Ğabal, à la fréquence de ses vents et de ses
» rosées, à ses boues et à sa malpropreté ».

135« Abū Dulaf a dit encore (mutaqārib) :

Ne vois-tu pas qu’au cours du temps, je passe l’été en Irak et l’hiver aux Ğibāl ?
Les vents pestilentiels de l’été et le froid de l’hiver, (pitié pour nous !) forment un état qui fait suite à l’autre.
Supporte patiemment les calamités qui surviennent, les événements ne sont que changement.

  • 133 J’ai lu, avec M. : (...)
  • 134 Comme le remarque De Goeje (235 n.a.), l’apodose manque, après la protase commençant par (...)

136« Si donc tu juges valable ce que nous avons dit et si ce que nous avons rapporté te semble clair, et ensuite, si tu as discerné et
» médité, tu sauras que c’est chez nous qu’on vit dans le bien-être.
» En effet, le froid est plus sain que la chaleur, parce que, si tu le
» mets en balance avec les inconvénients que subissent les habitants
» de l’Oman, de Basra, de Sīrāf, de l’Irak du fait des vents chauds
» et mortels et si tu le compares à ce qu’ils souffrent du fait de l’air
» impur et épais, de l’eau chaude et saumâtre, de l’abondance des
» mouches, scarabées, escarbots, serpents, scorpions de toutes
» tailles133, fourmis, moustiques, punaises, cousins, animaux pour-
» vus de venin mortel [235] et vermine, [tu sauras que la [vraie]
» vie, c’est la nôtre et que le [vrai] bonheur, c’est le nôtre]134.
» Quant aux princes du Ğabal, ils ne croient vraiment vivre dans
» le bien-être que durant les jours d’hiver ; c’est qu’alors ils étalent
» leurs plus riches tapis, revêtent leurs habits les plus beaux et les plus
» chauds, se couvrent de renard blanc et noir, de fének, de martre,
» d’hermine, de duvet de pélican (ḥawṣal), de loup-cervier (wašāq),
» de fouine ; ils étalent encore des tissus de soie, des étoffes d’Ar-
» ménie, du brocart, des tissus en poil de chèvre et autres étoffes de
» soie et de lin. Ils ont aussi maisons de bois (maṭārim), tendelets
» (maṭāriq), tentes, constructions en pierre, rideaux, pavillons,
» dais de Turquie, tissus d’Aden, de Nīšābūr, de Merv et d’Ispahan.
» Chez nous, le bien-être se manifeste le mieux en hiver et ce qu’il
» y a de bon prend toute son ampleur. Sans l’hiver et sa neige, son
» froid, son vent, sa pluie, nous n’aurions, en été, ni céréales qui
» poussent, ni mamelles donnant un lait abondant, ni fruits sur
» les arbres, ni bois verdissant. C’est pourquoi un poète a dit
» (basīṭ) :

Sans l’hiver et sans la laideur de son aspect, on ne remarquerait pas l’aspect charmant du printemps ».

137« En hiver, les princes se plaisent aux beuveries par suite de
» la longueur des nuits et l’absence de vermine. L’hiver est l’ami
» de l’âme, il vivifie le corps, accroît la durée de l’existence et la
» santé physique ; c’est pour lui que l’on a des palais somptueux, des
» salles bien meublées, des coussins étalés. Voilà pour l’hiver ».

138« Mais quand vient le printemps, à nous les jardins qui se
» succèdent l’un l’autre, les parterres verdoyants, les belles fleurs,
» les ondes coulant sans cesse, les effluves suaves, les lieux de plai-
» sance ; nous avons alors des fleurs de toutes sortes, des parterres
» et des étangs que vous ne possédez pas en vos pays et qui sont
» inconnus chez vous. Même, vos monarques, vos secrétaires
» d’État, vos riches se sont efforcés de faire pousser cela chez eux,
» dans leurs jardins et leurs vergers ; mais rien n’a poussé, par
» exemple le safran, le zardāl, le ğāwāl, le kustağ, la suḥāla, le karkabīs,
» le nastar, le nadīr, le lys blanc (sūsan āzāḏ) et autres fleurs mon-
» tagnardes qui n’existent que dans notre pays. Nous possédons
» particulièrement le groseiller (rībās) dont on fait un remède et
» toutes sortes de fruits pour lesquels vous rivaliseriez de gloire et
» dont vous vous feriez présent, s’ils vous étaient apportés : Tels
» la poire de Nihāwand et de Chine, [236] la pomme de Šīz. Nous
» possédons aussi des produits laitiers que vous souhaiteriez avoir.
» On interrogea, au sujet de Hamaḏān, l’élite des secrétaires ; ils
» répondirent : “Lorsque viennent à toi le froment d’Aznāwah,
» le pain d’al-Mihrawān, la viande d’aš-Šarāhayn, prends”. En
» fait de supériorité, qu’il te suffise de savoir que sur les terri-
» toires sacrés de La Mecque et de Médine, durant les jours du
» pèlerinage, alors que les gens se trouvent rassemblés, venant de
» toutes les directions, on vend le pain en criant : “Mihrawānī !
» Mihrawānī”.

  • 135 Cf. supra, p. 209 (ar.) ; dans les deux passages, quatorze localités sont énumérées.

139« Lorsque Qubāḏ examina son pays, il trouva les régions les
» plus salubres en treize localités : al-Madā’in, as-Sūs, Ğundāy
» Sābūr, Tustar, Sābūr, Ispahan, ar-Rayy, Balḫ, Samarqand,
» Bāward, Māsabaḏān, Mihrağān Qaḏaq, Tall Māstar, et une
» vallée située près de Nihāwand et nommée Rūḏarāwār135 ; elle
» s’étend sur trois parasanges et contient 93 villages qui se
» touchent, des jardins bien arrangés et des eaux courantes ; elle
» possède comme plante le safran et comme fruits le raisin, la gre-
» nade, la noix, l’amande, la pomme, la poire et autres espèces
» de fruits.

140« Voici ce que m’a dit un Damascain qui avait parcouru la
» terre et visité les pays divers : “Je suis entré dans la Ġūṭa de
» Damas, à Ubulla de Baṣra, à Alexandrie d’Égypte, à Ṣan’ā’ du
» Yémen ; j’ai vu le Ḫawarnaq de Kūfa, les rives du Tigre et de
» l’Euphrate, Bagdad de l’Irak, le Šabdīz de Qirmāsīn, le Zaranrūḏ
» d’Ispahan, Ğunday Sābūr de Susiane, le Ši‘b Bawwān du Fārs,
» le Surr et le Sarbān d’ar-Rayy, le point de vue de Bāqarḫā, le
» Sābūr du Fārs ; j’ai contemplé l’aspect de Hamaḏān, de Samar-
» qand en Sogdiane, Balḫ au Khorassan, [des rivières] Razīq et
» Māğān à Merv ; eh bien ! je n’ai pas vu de pays qui ait un air
» aussi suave, une onde aussi douce et autant de richesses que Rū-
» ḏarāwar. Que penser d’un pays qui a pour plantes le basilic
» et le safran, pour boisson le miel et le simnān, pour fruits le
» raisin et la grenade ?”.

141« Le poète a dit (kāmil) :

C’est un pays dont le sol produit le safran, pays où l’on boit du miel mélangé de vin ».

142Il en était à cet endroit de son discours, lorsque l’heure de la prière arriva, et ils se levèrent. Ibn Abī Sarḥ récita alors ce vers (sarī‘) :

[237] Si le scorpion revient, nous reviendrons contre lui, notre sandale prête [à l’écraser].

143[et ajouta] : « Un poète a dit (ṭawīl) :

Lorsque le soleil descend dans la constellation du Sagittaire, il fait sombre, et le mont Arwand oppresse Hamaḏān.
Des vents d’un froid intense, soufflant sur elle, brûlent toutes sortes d’animaux.
Se pourrait-il que tu y voies quelque chose qui n’y soit pas solidifié, y compris le naphte, la source de naphte et le goudron ?
Tu vois les gens geler entre le marché et leurs demeures ; le froid les empêche de cheminer et de circuler.
Aussi les chemins et les maisons sont sans cesse anéantis par le froid tandis que lui ne périt pas.
Tu vois l’oiseau suspendu dans l’espace céleste par le froid et empêché de voler.
Leurs chiens gèlent entre les deux murailles alors qu’ils rivalisaient avec les chevaux, un jour de course.
La peau d’un renard, tannée au Ḫwārazm sans nonchalance, ne protège pas contre ce froid.
Non plus que la peau d’une martre, ni celle du fanak, grâce à laquelle celui qui souffre du froid se garde de la chaleur de l’Oman.
Le feu de la géhenne ne les préserverait pas ; ils n’ont plus de force contre ce froid.
N’y a-t-il nul moyen d’échapper à cette calamité, maintenant que mes os se sont disjoints et que mes deux pieds sont devenus insensibles,
[Et d’aller] vers la belle Karağ, demeure de notre émir, sur laquelle nous nous répandons en louanges à pleine langue ?
Bénie, elle fut ceinte de fertilité et de bien-être, avec l’eau douce des sources et les jardins.
Aussi est-elle habitée par ceux qui craignent Dieu, qui sont innocents et vertueux ; nul n’approche [de leur grandeur] dans l’univers ».

L’amour du pays natal

144N’était qu’Allah a doué les hommes d’un amour naturel pour leur pays natal, a fait que chaque groupe d’entre eux est satisfait de la région qu’il habite, leur a inspiré l’amour de leur terre et de leur sol, l’auteur des vers précédents n’aurait pas préféré al-Karağ à Hamaḏān, en dépit de son exiguïté, de sa saleté, de son peu de ressources et de son froid intense. Mais Allah a établi des différences dans le naturel des humains ; et sans ces oppositions du naturel et des « causes » (‘Ma), les hommes choisiraient seulement le plus beau des ciels, le plus nourricier des pays, la plus centrale des métropoles ; s’il en était ainsi, ils se prendraient à la gorge pour [la possession de] la ville centrale, [238] ils se disputeraient le pays le plus nourricier. On dit proverbialement : « Allah a peuplé la
» terre grâce à l’amour du pays natal ». ‘Abd Allāh b. az-Zubayr a dit : « L’homme n’est jamais aussi satisfait de son sort qu’il l’est de
» son pays natal ». Allah a dit (Coran, IV, 69) : « Si nous leur
» prescrivions de se combattre ou de sortir de leur pays, bien peu
» le feraient » ; Il a relié ainsi l’amour que les hommes ont pour
» leur pays à celui qu’ils ont pour leur corps.

  • 136 Il s’agirait de Mavsūn, épouse de Mu’āwiya [H.M.].
  • 137 M. : (...)

145Une Bédouine136, mariée en pays citadin, fut installée dans une grande ville137. C’est en ces termes qu’elle soupira après la vie nomade (wāfir) :

Certes, revêtir un ‘abā’ et être heureuse, cela m’est plus cher que revêtir des robes fines et transparentes.
Une demeure où les vents bruissent m’est plus chère qu’un château dominant les alentours.

146C’est pourquoi l’on a dit : « Une des grâces de l’âme de
» l’homme, c’est qu’il désire ardemment son pays natal et soupire
» après le lieu où il est venu au monde ».

147Un autre a dit : « Tu dois respecter ton pays comme tu respectes
» tes parents, car ta subsistance te vient d’eux et la leur, de lui ».

148On a dit : « Le pays le plus digne de ton affection, c’est celui
» dont tu bois l’eau et dont tu manges la nourriture ». Et aussi :
« La terre natale est la nourrice de l’homme ; sa maison est son
» berceau ».

149Hippocrate a dit : « L’homme, par nature, est pétri d’amour
» du sol natal ». Il disait aussi : « Tout malade doit recevoir les
» aliments de son sol natal, car l’âme y porte grande attention ».

150Un autre a dit : « Le signe de l’homme de sens, c’est qu’il a
» de l’amitié pour ses frères et qu’il chérit sa patrie ».

151Un ami m’a récité ces vers (ṭawīl) :

Il m’a suffi, pour me rendre triste, que je descende à Bagdad, tandis que mon cœur était l’otage des contrées du Ḥiğāz.
Lorsque des cavaliers qui vont au Ḥiğāz m’apparaissent sur mon chemin, je suis troublé par un vif désir d’aller vers les contrées du Ḥiğāz.
Par Allah ! Je ne les ai pas quittés par aversion contre eux ; mais ce qui est décrété par Allah sera.

152On a dit : « Si tu veux connaître la fidélité d’un homme et la
» durée de ses engagements, regarde s’il éprouve de la nostalgie
» pour son pays natal et le désir de retrouver ses amis, et s’il pleure
» ce qui a déjà passé de sa vie ».

153Mais ce chapitre, si nous nous y étendions, n’en finirait plus ; on se contentera du peu qui a été dit, s’il plaît à Allah !

***

154[239] En 284, ‘Ubayd Allāh b. Sulaymān s’était fait faire l’avance [de l’impôt] de Hamaḏān (qabbala) par les propriétaires fonciers (tannā’) pour la somme de 170 000 dinars en chiffres ronds (bi-l-kifāya), étant entendu qu’il n’en résulterait aucune charge pour l’Etat. Le pays comprenait 24 cantons (rustāq) dont 12 furent inclus dans l’accord de qabāla : Hamaḏān, Farāwār, Qūhī’ābād, Anārmarğ, Safsān, Šarrah-le-Haut, Šarrah al-Mayāniğ, al-Isfīd-ğān, al-Ağam-le-Haut, al-Farāhān, Rūḏah, Sāwah. Il y avait, parmi ces cantons, ceux de Nasā, Salqānrūḏ et Ḫarraqān qui furent ensuite annexés à Qazwīn. Le pays comprend 765 bourgades ; il s’étend, en longueur, de Bāb al-Karağ à Sīsar, et en largeur de la hauteur d’Asadābāḏ à Sāvah (Savé).

155Sīsar, dit-on, est ainsi nommé parce qu’il se trouve dans une dépression de terrain, au milieu des « têtes » de trente monticules : c’est pourquoi on a dit : « trente têtes » (sī-sar). Sīsar était aussi nommée Ṣadḫān, c’est-à-dire « trente têtes » et « cent sources » à cause de ses nombreuses sources et eaux jaillissantes. Sīsar et ses environs furent longtemps des pâturages pour les troupeaux des Kurdes et autres. Le Commandeur des Croyants al-Mahdī y envoya un de ses affranchis nommé Sulaymān b. Qīrāṭ, celui [dont le père]138 a donné son nom à la Ṣaḥrā’ de Qīrāṭ, à Bagdad ; il avait pour associé un nommé Salām aṭ-Ṭayfūrī, [qui doit son ethnique à] un affranchi d’al-Manṣūr du nom de Tayfūr. Lorsque les bandits et les fauteurs de désordres se multiplièrent et se répandirent dans le Ğabal, sous le califat d’al-Mahdī, ils firent de cette région un lieu de refuge ; ils brigandaient et s’y retiraient, et on ne les y recherchait pas parce que ce district était compris dans les limites de Hamaḏān, de Dīnawar et de l’Āḏarbayğān. Sulaymān et son associé écrivirent donc à al-Mahdī sur ce sujet : il leur envoya une grande armée et une lettre leur ordonnant de bâtir une ville où ils se réfugieraient avec leurs troupeaux et leurs bergers et où ils mettraient bêtes de somme et troupeaux [240] en sûreté contre les bandits qu’ils redoutaient. Ils bâtirent donc la ville de Sīsar, la fortifièrent et y installèrent leurs gens. [Le gouvernement]139 y annexa le canton de Māyanmarğ/Māyanharğ140 dépendant de Dīnawar, ainsi que celui de Ğūḏamah dépendant de l’Āḏarbayğān et faisant partie du district (kūra) de Barza ; il les fit administrer par un agent spécial auquel était payé l’impôt foncier. Ensuite les bandits se multiplièrent sous le califat d’ar-Rašīd et mirent Sīsar en désarroi ; le calife ordonna donc de la restaurer et de la fortifier et y établit mille des compagnons de Ḫāqān al-Ḥāriṯī as-Suġdī (on y trouve aujourd’hui quelques-uns de leurs descendants). A la fin du règne d’ar-Rašīd, Murra b. Abī Murra ar-Rudaynī al-’Iğlī marcha contre Sīsar ; ‘Uṯmān al-Awdī s’efforça, sans y parvenir, de la lui disputer, ainsi que la partie de l’Āḏarbayğān qu’il tenait. Et Murra b. Abī Murra continua, sous le règne de Muḥammad [al-Amīn] ibn ar-Rašīd, de verser l’impôt foncier de Sīsar sous la forme d’une somme forfaitaire (muqāṭa’a) ; cela dura jusqu’à la guerre civile [entre al-Amīn et al-Ma’mūn]. Lorsque le pouvoir fut assuré à ce dernier, Sīsar fut enlevée à ‘Āṣim b. Murra, lui échappa des mains et fit retour au domaine califal.

156Le lion de Hamaḏān. — Une des curiosités de Hamaḏān est le lion de pierre, à la porte de la ville. C’est, dit-on, un talisman contre le froid, et l’une des œuvres du Grec Balīnās, le faiseur de talismans. Il fut envoyé141 par Qubāḏ le Grand, lorsqu’il voulut conjurer par enchantement les calamités de son pays. Auparavant, les cavaliers périssaient dans les neiges de Hamaḏān, tant elles étaient abondantes. Balīnās y142 fabriqua donc le talisman, statue d’un grand lion en pierre, faisant face au mont Arwand qui domine Hamaḏān, et la neige et le froid diminuèrent. Ensuite Balīnās fit, à droite du lion, un talisman contre les serpents, un autre contre les scorpions, et ces animaux diminuèrent. Il fit aussi un talisman contre l’inondation contre laquelle les habitants se trouvèrent alors préservés ; un autre talisman contre les puces ; et un autre contre la fièvre (ṣālib) qui devint rare. Mais les gens de Hamaḏān dédaignèrent Balīnās ; alors il installa, sur le mont Arwand, un talisman qui dominait la ville [241] et qui en rendit les habitants grossiers ; il mit un autre talisman devant le [château de] Sārūq : quand les habitants passaient sur ce talisman, ils trahissaient leur roi ; aussi les rois de Perse enlevèrent-ils leurs trésors de Hamaḏān143 ; il fit un autre talisman relatif à la guerre et aux armées ; aussi Hamaḏān n’est-elle exempte ni d’armée ni de guerre.

157Muḥammad b. Aḥmad al-Ḥāğib144 m’a récité ces vers qu’il a composés au sujet du lion (ṭawīl) :

Ô lion qui te tiens là depuis longtemps, malgré les vicissitudes des jours et des événements,
T’y étant installé, tu ne te proposes pas de t’en aller par quelque artifice. Tu semblés un portier de Hamaḏān.
Je te vois, te renouvelant sans cesse comme si tu avais conclu un pacte avec les jours.
Est-ce le temps qui t’a précédé ? ou bien existais-tu avant lui ? puissions-nous savoir ? ou bien avez-vous tété le même lait ?
Êtes-vous deux contraires dont chacun possède une attribution isolée ? ou bien êtez-vous frères ?
Si tu étais doué de la parole, tu te serais mis à parler ; et tu nous aurais entretenus des hommes de tous les temps.
Si tu étais doué d’un esprit vital qui demanderait à manger, tu anéantirais, en les dévorant, tous les animaux.
Il n’est ni décrépitude que tu redoutes ni trépas que tu craignes, par suite d’un coup de sabre ou d’une lance pointue.
Dans peu de temps, tu rejoindras ceux qui ont passé : ton corps est plus durable que Ḥirā’ et Abān.

158Abū Muḥammad ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. Zanğūya m’a récité ces vers dans lesquels il parle du lion et de toutes les statues célèbres de la terre (kāmil) :

As-tu été dans l’insomnie à cause de l’éclair brillant et étincelant et des colombes qui pleurent sur les branches ?
Ou bien le fantôme [de l’aimée], t’informant de son départ, t’a-t-il inspiré une nostalgie qui te pousse à observer sans cesse le lever de chaque étoile ?
Ou bien as-tu été absorbé par un effrayant lion des jungles qui ne s’est plus éloigné de Hamaḏān depuis qu’il s’y trouve ?
Lion dressé sur les rochers massifs, comme s’il voulait s’élancer sur la gazelle qui se présente à lui.
[242] En été, les vents empoisonnés le brûlent, puis le froid intense de l’hiver, qui brûle aussi.
Lorsque les vents soufflent violemment de notre [mont] Arwand, tu croirais à un mugissement semblable à celui du bouclier brillant.
Lorsque les coups de tonnerre se succèdent, venant d’un nuage, il subit les froids intenses, comme s’il avait un bouclier renforcé.
Et lorsque les pluies du printemps se succèdent et que ses fleurs répandent leur parfum,
Tu le trouves souriant à leur haleine, félicitant PArwand de façon cordiale.
S’il pouvait se faire comprendre, il t’informerait de ce que les vicissitudes du sort ont anéanti et de toutes les infortunes.
Et il te dirait que l’homme est sauvé par sa crainte d’Allah et trouve son salut en suivant la voie claire.
Le temps s’en va sans que ce lion convoite une proie, comme ferait le coursier royal pourvu de toutes ses dents,
Šabdīz, lorsqu’il se tient sur sa voûte et que Parviz le monte avec une élégance manifeste.
Si tu le vois sur lui, dans sa fougue, en un jour orageux, tandis que le cheval de race ne court pas,
Parviz ne quitte pas Šabdīz, de même que le lion ne quitte pas Hamaḏān.
De même, à Palmyre, les deux figures qui s’étreignent, ressemblant, par leur beauté, aux deux filles de Ḍāriḥ,
Ne se lassent pas de demeurer là ; et il y a longtemps qu’elles supportent les vicissitudes du temps sévère.
Au pays de ‘Ād, un cavalier laisse tomber de son œil une eau semblable à celle de l’Euphrate qui s’écoule ;
Et lorsque le mois sacré s’est terminé, lorsque les bassins ont été remplis jusqu’au bord, l’œil de l’homme à la lance se sèche.
Au Wādī r-Raml, parmi des déserts incultes, tu rencontres, avant le trépas — et c’est un avertissement donné par Celui qui avertit —,
Un noble étendant sa dextre pour dire : « Au delà de
» moi, pas de chemin pour le voyageur ».
Au Fārs, il y a Sābūr, à cheval, figuré comme exemple, et qui semble prêter l’oreille à la louange de qui le glorifie.
Accepte ces vers que je t’offre et dis que c’est le discours d’un homme équitable ; celui qui est avare de sa science ne ressemble pas à celui qui est généreux.
J’avais composé une qaṣīda que j’avais donnée à qui l’avait soupçonnée d’intention batailleuse et agressive,
[243] Une qaṣīda rimant en s. Mais je l’ai refaite en; elle contient des merveilles venant d’un poète véridique et vainqueur.
Si tu n’en veux pas, je la ferai en , de la substance de ce que recèle mon cœur.

159Al-Muktafī bi-llāh avait songé à transporter le lion à Bagdad145 ; il écrivit à Ḥamd b. Muḥammad, gouverneur de Hamaḏān, de le transporter. Alors les gens du pays se rassemblèrent et dirent : « Ce lion est le talisman de notre pays146 et il est
» inadmissible qu’on l’emporte147 ». Le gouverneur écrivit au vizir, qui répondit : « Évalue [la dépense nécessaire] à son trans-
» port148, nous t’enverrons des éléphants pour l’amener sur des
» chariots »149. — Ḥamd, ayant consulté quelques sages, répondit : « Il est impossible de le transporter par le chemin des montagnes,
» surtout aux descentes ». — Alors le vizir lui écrivit : « Renonce
» à ce projet ».

***

160A Hamaḏān, un grand rocher, dans un endroit dit Tabanābar, qui fait partie de Dār Nabhān, se trouve au pied de la montagne. On y a creusé deux voûtes carrées, hautes de deux tailles d’homme et sur une étendue de terre ; on a sculpté, sur chaque voûte, quelque chose comme trois tablettes, dans le sens de la longueur ; chacune d’elles porte vingt lignes d’une écriture dite kaštağ. On raconte qu’Alexandre, passant à Hamaḏān, vit ce rocher : il donna l’ordre de lire les inscriptions, ce qui fut fait ; il y avait ceci : « La sincérité est la balance d’Allah autour de laquelle tourne la
» justice ; le mensonge est la mesure du diable autour de laquelle
» tourne l’injustice : toutes deux se querellent, se prennent au
» collet et s’attaquent à propos des hommes et des pays. Lorsque la
» vérité pèse plus que le mensonge, l’équité l’emporte sur l’injustice ;
» lorsque le mensonge l’emporte sur la vérité, l’injustice l’emporte
» sur l’équité. Or la terre s’est couverte de péchés ; dites donc la
» vérité, s’agirait-il de la valeur d’un cheveu, car la vérité est une
» lumière qui vient d’Allah ; et évitez le mensonge, s’agirait-il de
» la valeur d’un cheveu, car le mensonge est une des machinations
» du diable ; dites la vérité à qui vous la dit, car vérité engendre
» vérité ; [244] ne mentez pas à qui vous ment, car mensonge
» engendre mensonge. En effet, vérité et mensonge ont, de par leur
» nature et leur genre, chacun son champ d’action. Ô sages ! soyez
» donc véridiques, car vos bouches seront pleines de lumière ; ne
» soyez pas imposteurs, car la malédiction s’emparera de vos langues.
» En effet, j’ai commencé, au nom de Dieu, un discours dans le-
» quel j’ai été sincère, aussi ai-je marché sur l’onde ; j’ai commencé,
» au nom du diable, un discours dans lequel je me suis montré
» imposteur, aussi suis-je tombé dans les ténèbres. C’est pourquoi,
» de mon repentir d’avoir menti, j’ai fait un avertissement [inscrit]
» sur ce rocher, afin que celui qui sait écouter en profite. Recevez
» donc, de ce rocher silencieux, ce précepte parlant ».

161Je m’arrêtai en compagnie de ‘Abd Allāh b. Muḥammad b. Zanğūya b. Mihrān, qui est de l’élite des dihqāns de Hamaḏān et des propriétaires de Sārūq et de son château, et je lui lus la tradition d’Alexandre ; il me récita les vers suivants qu’il avait composés (sarī‘) :

Assez de boisson et de beautés aux yeux noirs ! tu serais inexcusable, avec tes cheveux blancs !
Ce qui annonce la mort, c’est les cheveux blancs. T’éloigneras-tu des divertissements ?
Homme de sens ! Combien d’enseignements tu as reçus ! Si seulement l’avertissement profitait à qui le reçoit !
Il est une inscription au pied de notre [mont] Arwand, sur un rocher, de l’époque de Sābūr :
« La sincérité est la pierre de touche de l’homme généreux
» qui apporte l’aisance après une situation critique ;
« Le mensonge est la mesure du Maudit qui nous a fait
» chasser du séjour des Houris !
« Ô toi qui dis la vérité ! ta bouche s’en trouve emplie
» de lumière ».
« Ô toi qui rends un faux témoignage ! tu es tombé dans
» l’abîme d’un tourbillon ».
« Quant à moi, j’ai commencé par citer le nom de Dieu,
» pour marcher sur le rivage de la mer sillonnée par les nefs ;
« Aussi suis-je demeuré à la surface de la mer, et la mer
» est à moi, et les flots obéissent à ce qui leur est ordonné ;
« Puis j’ai dit, au nom du diable, une parole par suite
» de laquelle je suis resté dans les ténèbres profondes.
« Qu’il te suffise que je me repente et que, [gravant des
» mots] sur la pierre dure, je mette en garde contre le men-
» songe ».
« Reçois donc ce précepte d’un rocher qui subsistera
» jusqu’à ce que [l’ange du Jugement] souffle dans sa trom-
» pette ».

***

162Voici ce que dit un sage : « Nous avons découvert que les
» hommes antérieurs à nous avaient le corps plus grand que
» nous [245] et une mansuétude plus grande que leurs corps ; ils
» étaient plus forts que nous, mais possédaient un esprit d’examen
» supérieur à leur force ; ils vivaient plus longtemps, et leur expé-
» rience des choses était plus profonde grâce à leur longévité ; aussi
» l’homme religieux d’entre eux était-il plus consommé que nous
» dans les choses de la foi, en théorie et en pratique ; de même pour
» l’homme qui vivait dans le siècle. Nous avons découvert qu’ils
» étaient mal satisfaits de la supériorité qui leur avait été spéciale-
» ment attribuée, si bien qu’ils nous associèrent à eux pour ce qu’ils
» recherchèrent de la connaissance de la vie future et des choses
» de ce monde ; aussi ils écrivirent, là-dessus, des inscriptions
» éternelles, et leur préoccupation à ce sujet fut telle que, parmi
» eux, l’homme qui voyait s’ouvrir une porte de la sagesse alors
» qu’il se trouvait dans un pays inhabité, mettait une inscription
» sur un rocher massif parce qu’il y tenait tout particulièrement
» et parce qu’il lui aurait été désagréable que cela fût perdu
» pour ceux qui viendraient après lui. C’est ainsi qu’ils ont inscrit
» durablement leurs connaissances : leur manière d’agir, sur ce
» point, ressemble à celle d’un père plein de sollicitude et de pitié
» envers son enfant. Recourant aux emplacements célèbres et aux
» endroits connus, les plus dignes de demeurer sur la face du temps
» et les plus éloignés d’être effacés, ils y mettaient les inscriptions :
» c’est ainsi qu’ils en mirent sur la coupole de Ġumdān, sur les
» piliers de Mārid, sur la pierre angulaire d’al-Mušaqqar, sur al-
» Ablaq al-Fard, sur [les bords] du Nil en Égypte, sur la porte de
» l’église d’Édesse, sur celle de Kairouan, sur celle de Samarqand
» et sur le rocher de Tabanābar à Hamaḏān ».

163La saline de Farāhān. — Une de nos merveilles, a-t-on dit, est la saline située dans le canton de Farāhān. c’est comme un lac d’environ quatre parasanges de long sur une de large. Aux jours d’automne, lorsque les habitants du canton n’ont plus besoin d’eau pour leurs cultures, toutes les eaux du canton sont dirigées vers ce lac et ne cessent de s’y jeter durant l’automne et l’hiver ; à la venue du printemps, lorsqu’on a besoin d’eau, on l’empêche d’arriver au lac, qui se transforme alors en sel ; les Kurdes et les pasteurs (ğābadaq) transportent le sel dans toutes les régions [246] des Ğibāl. Ibn al-Kalbī prétend que, sur ce lac, Balīnās a jeté un charme [qui subsistera] tant qu’il ne sera clos d’un mur ; mais, dès qu’il sera clos, il se desséchera.

164Dans ce canton, se trouve un bourg connu sous le nom de Fardağān qui renferme un antique pyrée ; c’est un des feux auxquels les Mazdéens attachaient tant de prix, tels l’Āḏurḫurrah, qui est le feu de Ğamšīd et le premier [de tous], et l’Āḏurğušnasf qui est celui de Kay-Ḫusraw. Les Mazdéens rendaient à ces trois feux un culte que la raison ne saurait admettre. Il disaient que Zoroastre (Zarduhušt) était assisté par un ange qui témoignait en présence de Kuštāsf (Gustasp) que Zoroastre était envoyé de Dieu et que cet ange se transforma de nouveau en feu. Quant au feu de Ğamšīd, l’Āḏurḫurrah, il se trouvait au Ḫwārazm ; Anūširwān le transporta à al-Kāryān ; lorsque les Arabes devinrent les maîtres du pays, les Mages, craignant que le feu ne s’éteignît, le partagèrent en deux : ils en laissèrent une partie à al-Kāryān et en transportèrent l’autre à Nasā, en se disant que si l’un s’éteignait, l’autre subsisterait. Quant à l’Āḏurğušnasf, le feu de Kay-Ḫusraw, il se trouvait en Āḏarbayğān ; Anūširwān le transporta à Šīz. Quant au feu de Zoroastre, il se trouve dans les environs de Nichapour (Nīsābūr) et n’a pas été déplacé ; c’est un de leurs principaux feux. Entre autres choses par lesquelles les Mages montrèrent leur fanatisme, il y a le feu d’Āḏurğušnasf (sic) ; [247] c’est celui qui se trouve à Farāhān (sic).

  • 150 Ce passage demeure embarrassant.

165Un des Mages qui en fut témoin, dit al-Mutawakkilī, m’a raconté que Mazdaq, lorsqu’il l’emporta sur Qubāḏ, lui déclara ceci : « Il faut que tu supprimes tous les pyrées à l’exception des trois anciens ». Ainsi fit Qubāḏ. Et l’on rapporte que ce feu sortit de son emplacement et alla vers le feu d’Āḏurğušnasf en Āḏarbayğān et se mêla à lui ; or, lorsqu’on les allumait, l’un paraissait rouge et l’autre blanc150. Lorsque Mazdaq eut été mis à mort, on [voulut] remettre les feux en place et on rechercha le [feu de Fardağān] en Āḏarbayğān ; on en suivit sans cesse la trace et l’on apprit finalement qu’il était revenu à Fardağān ; il ne quitta plus son temple, dans ce bourg, jusqu’à l’an 282, [date à laquelle] Barūn at-Turqī, gouverneur de Qumm, dressa contre lui man-gonneaux et balistes et, finalement, s’en empara ; il démolit les murs du bourg, arracha de ses fondations le pyrée, éteignit le feu, transporta le foyer à la ville de Qumm ; le feu n’exista plus depuis lors.

166Zoroastre est celui qui pressa de ses menaces les habitants, parce qu’il voyait que leur pays était froid ; à cause de quoi il leur ordonna d’adorer le feu.

167Dans certains cantons de Hamaḏān, il y a, dit-on, des sources jaillissantes ; lorsque ces eaux sont sorties de leur source et ont quitté le lieu d’où elles jaillissent, elles se pétrifient. On a dit, à propos de l’alun du Yémen, que c’est une eau qui, tombant goutte à goutte, d’une haute montagne, se pétrifie lorsqu’elle en atteint le creux et devient alun. Il en est de même pour le sel ammoniac dont le gisement se trouve au Kirmān dans un ravin où, lorsqu’il s’y amasse, il se pétrifie.

168Ḏāt al-Ḥawāfir. — On trouve aussi [dans la région de Hamaḏān] Ḏāt al-Ḥawāfir, qui est une tour bâtie de sabots d’onagres, [248] avec des clous de fer, dans un bourg dit Ḫusfağīn151 qui dépend d’un canton appelé Wanğar. Voici pourquoi fut bâtie cette tour : Les astrologues dirent à Sābūr, fils d’Ardašīr : « Ta
» puissance cessera ; tu seras misérable durant nombre d’années,
» au point d’atteindre les extrémités de l’indigence et de la misère ;
» puis ton royaume te reviendra. Décide donc si tu subiras cela dans
» ta jeunesse ou dans un âge avancé ». — Le roi demanda : « A quel
» signe reconnaîtrai-je le retour de mon royaume ? — Lorsque tu
» mangeras du pain d’or sur une table de fer, cela sera signe que
» ton royaume te revient ». Le roi, ayant préféré subir cette épreuve dans sa jeunesse, abandonna le pouvoir ; il prit sa couronne, son sceptre et sa tunique, les mit dans un sac, puis s’en fut. Il parcourut la terre en tous sens et parvint à ce bourg. Il se mit au service d’un notable du lieu et lui confia son sac. Il labourait et travaillait toute la journée, puis, quand la nuit était close, son maître l’envoyait écarter les bêtes sauvages. Il passa ainsi toute une année. Or son maître, le voyant homme de confiance et de loyauté, éprouva de la sympathie pour lui et, l’appréciant beaucoup, lui fit épouser une de ses filles. Mais, lorsqu’il la lui eut donnée, Sābūr se tenait éloigné d’elle et ne l’approchait pas. Un mois s’étant écoulé, la fille se plaignit à sa mère152 ; le père sépara sa fille de Sābūr, mais celui-ci resta à son service. Ensuite, l’homme demanda à Sābūr d’épouser sa fille cadette dont il lui décrivit la beauté, la perfection et l’esprit ; et Sābūr l’épousa, mais, lorsqu’elle lui eut été donnée, il se tint éloigné d’elle, sans l’approcher. Un mois s’étant écoulé, elle se plaignit à sa mère153 ; son père la sépara de Sābūr, mais celui-ci resta à son service. Ensuite l’homme demanda à Sābūr d’épouser sa plus jeune fille dont il lui décrivit la beauté, la perfection et l’esprit ; et Sābūr l’épousa ; mais lorsqu’elle lui eut été donnée, il se tint éloigné d’elle, sans l’approcher. Il y avait un mois qu’elle avait été donnée à Sābūr, lorsque la mère, entrant un jour chez sa fille, lui demanda comment elle se trouvait avec son époux ; la fille annonça qu’elle se trouvait dans la situation la plus agréable et la plus gaie. Sābūr, ayant constaté la constance de son épouse à son égard, l’approcha enfin ; elle conçut et lui donna un fils. Quatre années ayant ainsi passé, il arriva qu’un jour fut célébrée dans le village une noce à laquelle [249] ni homme ni femme des gens du lieu ne manqua d’assister. L’épouse de Sābūr était de ce nombre ; et Sābūr, se trouvant aux champs, passa toute la journée sans qu’on lui apportât à manger, car les gens étaient affairés à la noce. Ensuite, l’épouse de Sābūr, s’étant souvenue de son époux, le soir venu, et songeant qu’elle ne lui avait rien apporté à manger, rentra chez elle et chercha ; mais elle ne trouva qu’une galette de millet (ğāwars) qu’elle lui apporta. Or Sābūr arrosait, et un canal d’irrigation séparait les deux époux ; comme la femme ne put le traverser, Sābūr lui tendit la bêche avec laquelle il travaillait et elle y posa la galette. Mais lorsque Sābūr eut déposé devant soi sa bêche et rompu la galette, qu’il trouva très jaune et placée sur du fer, il se rappela les paroles des astrologues et se dit : « Mon
» épreuve est terminée, mon infortune a cessé ». Lorsque son épouse se fut éloignée, il se leva, se baigna dans le canal, s’en alla à la maison et ordonna à sa femme de lui remettre le sac, ce qui fut fait. Il en tira alors la couronne et la tunique et se vêtit royalement. A cette vue son beau-père se fit humble, se prosterna et lui adressa les salutations dues aux souverains. Sābūr, tirant alors son sceptre, le remit à son beau-père en lui disant : « Suspens-le à la porte du village, monte sur la muraille et regarde ce que tu verras » ; celui-ci obéit à l’ordre et s’en fut. Puis il s’écria : « Sire, je vois arriver de
» la cavalerie ». Et, aussitôt dit, les cavaliers arrivèrent par groupes, cherchant le roi. Chaque fois qu’un cavalier apercevait le sceptre, il mettait pied à terre et se prosternait. Quand ils furent tous rassemblés, Sābūr, tenant séance, raconta à ses ministres et aux grands de son peuple les fatigues qu’il avait endurées. L’un des ministres lui répondit : « Sire, soyez heureux, et que Dieu vous accorde longue
» vie ! Dites-nous ce que vous avez acquis durant tout ce temps.
» — J’ai acquis seulement une “jeune vache”«. Et Sābūr ayant donné ordre de leur présenter son épouse, leur déclara : « La voici. Qui
» désire me faire honneur, doit lui faire honneur ». Alors, les gens, s’avançant vers elle de tous côtés, la couvrirent de parures, de vêtements de prix, de pièces d’argent et d’or, si bien que furent ainsi réunies [250] des richesses qu’on n’eût pu compter ni évaluer. Et le roi de dire alors à son beau-père : « A toi toutes ces
» richesses. Prends-les pour ta fille ». Puis le roi reprit l’entretien. Un autre ministre lui dit : « Roi victorieux, qu’as-tu subi de plus
» pénible ? — Ce fut d’écarter des cultures les bêtes sauvages pen-
» dant la nuit, car elles me fatiguaient, m’empêchaient de dormir
» et me mettaient à bout154 ; que ceux qui veulent m’être agréables
» en prennent assez à la chasse pour que je puisse bâtir de leurs
» sabots un édifice qui perpétuera le souvenir du temps passé, des
» nuits et des jours écoulés ». Alors les gens, se dispersant pour chasser, en prirent une quantité innombrable ; le roi leur fit couper les pieds de devant et de derrière, en prit les sabots et fit venir les architectes qui lui bâtirent une grande tour haute de 30 coudées et large de 20, solidement construite de mortier et de pierre ; les sabots y furent adaptés et fixés avec des clous de fer, de sorte qu’elle ressemblait à une tour faite [exclusivement] de sabots. Quand l’édifice fut terminé, le roi se mit à l’examiner et, le trouvant beau et élégant, dit à l’architecte qui se trouvait encore sur la tour : « En
» as-tu bâti une pareille pour un autre que moi ? — Non. — Si un
» autre t’ordonnait de lui en construire une pareille, en serais-tu
» capable ? — Oui, et une plus belle. — Par Dieu ! je ne te laisserai
» certes pas construire pour un autre, après moi, un pareil édifice ». Puis le roi frappa la tête de sa monture et s’en fut. L’architecte s’écria alors : « Sire, si je dois être mis à mort, j’ai une requête à
» vous présenter. — Dis. — Plaise au roi d’ordonner qu’on me donne
» du bois pour que je m’arrange un dôme155 où je demeurerai
» jusqu’à ce que ma mort vienne, afin que les vautours et les aigles
» ne me déchirent pas. — Donnez-lui ce qu’il demande ». On lui donna donc du bois, et il s’en fabriqua des ailes. Une partie de la nuit s’étant écoulée, il se les attacha au corps, puis s’élança, tomba sur la terre sans se faire de mal et s’enfuit. On le chercha sans pouvoir le trouver. Lorsque l’histoire parvint à Sābūr, il s’écria :« Que Dieu le maudisse ! qu’il était savant et habile de ses mains ! ». Puis il s’en alla à son palais. La tour a subsisté jusqu’à nos jours et un poète dit à son sujet (ṭawīl) :

[251] J’ai vu ce que les hommes bâtirent en tout pays ; mais je n’ai pas vu d’édifice pareil à la Tour des Sabots,
Édifice merveilleux dont les hommes ne virent pas le pareil ni n’en ouïrent parler dans les temps jadis.

Allah gratifia spécialement de quelque chose tout pays, à l’exclusion des autres

  • 156 M. aj. :
  • 157 M. aj. après
  • 158 M. aj. : après le dernier verset :
  • 159 Il faut lire (...)
  • 160 M. : (...)

169Si Allah n’avait pas attribué particulièrement Ses grâces à chacun des pays, s’il n’avait pas donné à chacun des climats quelque chose qu’il refusa aux autres, le commerce serait réduit à rien, les industries disparaîtraient, personne ne s’expatrierait, nul ne voyagerait ; on n’échangerait plus de cadeaux [merveilleux]156, on renoncerait à acheter et à vendre, à prendre et à donner. Mais Allah a donné à toute contrée et en tout temps une sorte de bien refusée aux autres, afin que tel homme se rende dans le pays de tel autre [et y apporte les produits de sa terre, ou dans la ville de tel autre et y apporte les merveilles de sa cité]157, afin qu’un peuple jouisse des denrées d’un autre peuple : ainsi le partage est équitable et le bon ordre est réalisé. Dans les versets (Coran, XLIII, 31) : « c’est Nous qui avons réparti entre eux leur
» subsistance dans la vie d’ici-bas et avons élevé certains d’entre eux
» au-dessus de certains autres en plusieurs degrés, afin que les uns
» prennent les autres à leur service » et (XLI, 9) : « Il y a prévu leurs
» nourritures », Dieu [a voulu] parler [des particularités qu’il a accordées à telle localité et non à une autre, par exemple]158 le papier à Samarqand, le papyrus à l’Egypte. De même159 Allah a attribué spécialement aux pays de Sind et de l’Inde les diverses sortes de parfums et de joyaux, par exemple les hyacinthes, le diamant et autres, parmi les pierres précieuses, et le rhinocéros, l’éléphant, le paon, les bois odoriférants160 (a’wād), l’ambre, le girofle, la lavande, le galanga, la cannelle, la noix de coco, le myrobalan, la tutie, l’arundo, le bambou, le bois de campêche, le bois de santal, le teck, le poivre et nombre de choses étonnantes.

170Il a spécialement attribué aux Chinois les divers arts [mineurs] et leur a donné des choses dont II n’a pourvu personne d’autre : ils possèdent donc la soie de Chine, les plats [de porcelaine], les lampes et autres ustensiles ouvrés avec un art étonnant et une pratique consommée ; ils possèdent aussi du musc, mais il n’est pas excellent et l’on dit qu’il s’altère en mer au cours d’une longue traversée.

171Puis viennent les Rūm. Dieu leur a spécialement attribué les sciences, les belles-lettres, la philosophie, les lois161, [252] la géométrie, l’habileté à construire édifices, bâtiments, citadelles, ouvrages fortifiés et silos, l’installation des ponts de bateaux et de pierre, la pratique de l’alchimie. Ils possèdent le brocart des Rūm et le bazyūn. c’est dans leur pays qu’on trouve le styrax et le mastic.

172[Puis les Nubiens162], avec les traits qui leur ont été particulièrement attribués : l’adresse au tir, car ce sont des tireurs très habiles (rumāt al-ḥadaq), les chevaux admirables, des juments qui l’emportent à la course163. Leur pays possède des mines de topaze et d’or. Leur mise ressemble à celle des Arabes, et leur pays paraît être une partie du Yémen.

173Les gens du Maġrib ont les mulets de Barbarie, les filles esclaves d’Andalousie, les panthères du pays des Zanğ.

174Les Égyptiens ont reçu en particulier le Nil et les merveilleux poissons qu’il contient, ainsi que les chevaux164 et les crocodiles. Ils ont le poisson-torpille, l’iscancor, les étoffes de Dabīq et de Šaṭā, la gaze finement ouvrée et rayée et autres sortes de vêtements tissés de lin et de laine. Ils ont les mulets d’Égypte, les ânes de Marīs, les étoffes de Tinnīs et d’Alexandrie.

175Aux habitants du Yémen, les robes yéménites, les étoffes de Sa‘īd et d’Aden. On trouve dans leur pays le wars (nemecylon tinctorium), l’encens. Ils ont les chameaux de Mahra, les sabres yéménites ; on trouve chez eux les singes, les nisnās et autres sortes de merveilles.

176Puis vient l’Irak, cœur de la terre et trésor du souverain. Allah attribua spécialement aux Kūfiens la confession des étoffes à dessins et de la popeline et, en outre, diverses espèces de fruits, de dattes fraîches et sèches dont les pareilles n’existent ni à Baṣra ni à al-Ahwāz ni à Bagdad ni au Ḥiğāz, telles les espèces hayrūn, mušān, qasb al-’anbar, nirsiyān. Ils ont des onguents suaves et nombreux.

  • 165 De Goeje a ajouté (...)

177Parlons ensuite165 des merveilles de Bagdad où sont rassemblés les commerces et les arts divers qui se trouvent dispersés dans tous les climats. Ses habitants possèdent sans partage les étoffes blanches de Merv, les verreries artistiques (coupes, écuelles, verres, jattes) et les plats [de porcelaine]. Ils possèdent en particulier le dāriš et les cuirs vernis de laque (lakā’), [253] deux choses qui présentent des curiosités ; en effet le dāriš provient d’un côté de la ville, et les cuirs proviennent de l’autre ; or si le fabricant de dāriš s’efforçait de le fabriquer du côté où l’on prépare le lakā’, il ne le pourrait pas et vice-versa ; on a bien essayé, mais cela n’a pas réussi et s’est révélé impossible.

178Al-Mu’taṣim bi-llāh avait transféré [d’Égypte]166 à Samarra (Surra man ra’ā) des fabricants de papyrus avec la terre et l’eau convenables167 et leur avait ordonné d’en préparer là168 ; mais il n’en sortit qu’une variété grossière qui se brisait aisément169.

179Les habitants du district du Tigre, du Sawād, de Maysān, de Dast-i Maysān ont reçu en partage la confection des rideaux et des tapis, celle du tissu maysā, de la soie, des tapis darānik et bicolores (dū-rang) et autres sortes de tissus d’ameublement et de tapis qui leur appartiennent en propre.

180Les habitants de Baṣra ont le privilège des palmeraies et des espèces de dattes dont les pareilles n’existent nulle part où pousse le palmier. Al-Ğāḥiẓ170 rapporte qu’on a dénombré sous le règne d’al-Mu’tasim les diverses variétés de palmiers [particulières] à Baṣra, sans compter celles qui poussent aussi à Médine, en Égypte, dans la Yamāma, au Baḥrayn, en Oman, au Fārs, au Kirmān, à Kūfa et dans son Sawād, à Ḫaybar et ses dépendances, à al-Ahwāz et dans sa circonscription171 et qu’on en a trouvé trois cent soixante espèces, les unes connues comme de bon rapport, d’autres spontanées (ḫāriğī) et réputées, [toutes] excellentes et merveilleuses avec un parfum admirable172.

181Les habitants d’al-Ahwāz ont diverses espèces de raisins (sukkar) et de dattes.

182Les gens de Suse (Sūs) surtout, et ceux de Ğunday Sābūr sont particulièrement habiles à fabriquer diverses étoffes de soie et de brocart. De même pour les habitants de Tustar.

183Ensuite, le Ğabal, ses merveilles et les privilèges dont jouissent ses habitants : nombreux fruits d’hiver173, safran, cotons et produits laitiers curieux, tels que le fromage et le lūr.

184Les habitants de Hamaḏān ont reçu en privilège l’habileté à fabriquer les miroirs, les cuillères, les cassolettes, les timbales en fer doré174 pour la fabrication desquels ils surpassent tous les gens de la terre.

185Les habitants d’ar-Rayy ont les poteries vernissées, la soie, les nombreux ustensiles qu’ils tirent du bois : peignes, salières, cuillères. Ils ont les tissus [254] blancs et brodés (ṭirāzī), les ṭaylasāns blancs et supérieurs, les étoffes à double trame.

186Ensuite la seconde Bagdad, je veux dire Ispahan. Ses habitants ont été gratifiés d’un air suave, d’une eau douce, de l’habileté à divers métiers. Ils ont les étoffes de Merv, les tissus de soie à raies (‘attābī), les mulḥams étranges, les robes de satin tissées et non tissées et les étoffes dites sa’idiyya.

187Les gens du Fârs excellent à confectionner les ustensiles de fer élégants et solides, si bien qu’un sage, tombant en arrêt, chez un grand personnage, devant quelques jolis ustensiles du Fārs, s’écria : « Allah a amolli le fer pour ces gens-là et le leur a soumis de sorte qu’ils en ont fait ce qu’ils ont voulu ! ». En effet, ils sont les plus habiles du monde pour fabriquer de grandes marmites [en fer], des serrures et des miroirs, pour forger (taṭbī’) sabres, cottes de mailles et cuirasses. Ils ont les étoffes de Ğubbā’ et de Sīnīz, l’eau de rose de Ğūr, l’argile de Sīrāf, les vêtements de Fasā, les onguents de Sābūr, les étoffes de Kāzarūn.

188Les habitants du Siğistān ont reçu pour privilège la fabrication des boissons locales, des jarres ainsi que de nombreux ustensiles de cuivre rouge et jaune.

189Les habitants du Ṭabaristān, du Daylam et de Qazwīn ont eu en partage la fabrication des habillements de Rūyān, d’Āmul, ainsi que la confection des šustānaks, des mouchoirs et de nombreuses espèces d’étoffes de coton, de laine, de soie et de lin.

190Les habitants du Ğurğān ont de la soie (ibrīsim) que les autres ne possèdent pas et qu’on exporte en tout pays. Ils sont habiles dans la confection du brocart, des voiles (maqāni’), des tissus, rideaux et autres.

191Les habitants de Nīsābūr ont les vêtements ou tissus de soie et d’une autre matière (mulḥam) et les ṭāhiriyya ; ils ont aussi le tāḫtağ et le rāḫtağ qu’ils sont seuls à posséder.

192Les habitants de Merv ont les étoffes de Merv et les mulhams de qualité supérieure qui sont les meilleurs.

193Le Khorassan175 a des fruits nombreux et de bonne espèce, des raisins excellents, le raisin sec de Kušmahān, le raisin kišmiš176 et un melon qui se divise en tranches ; autrefois, on apportait [255] dans des bassines en cuivre les melons du Khorassan aux califes tant ils sont doux, agréables et parfumés. Les habitants possèdent encore l’ušturġaz, l’anğuḏān, la ġušāna, le kīlakān, le raḫbīn, le malban. Il y a au Khorassan des mines de turquoise, de lapis-lazuli et la mine d’argent d’al-Fanğahīr177. On y trouve les ceintures du Ġarğistān, les chevaux de Buḫārā, les chameaux de Merv, les tissus de Samarqand, l’aškan, le ḫalanğ et le ḫutū. Il y a, chez les Turcs, la martre et le fanak ; au Tibet, le musc tibétain et les boucliers en cuir. On prétend que quiconque y pénètre rit et se réjouit sans cesse.

194Or donc, gloire à Celui qui offrit à chaque pays une catégorie de biens et un genre d’industries.

  • 178 Voir supra 217 (ar.).

195Ensuite les habitants du Magrib, de l’Égypte, du Ğabal et du Khorassan possèdent des merveilles qui n’existent pas ailleurs : par exemple, le phare d’Alexandrie, les colonnes de ‘Ayn Šams, les deux pyramides, le pont d’Adana, le pont de Sanğa, l’église d’Édesse, al-Ablaq al-Fard, al-Mušaqqar, Ġumdān, Barahūt, Balahūt, le crocodile, le poisson-torpille, l’iscancor, l’hippopotame (faras nahrī) d’Égypte, le cheval de l’Extrême-Maġrib, le palais d’al-Madā’in, la statue de Šabdīz, Bihistūn, les colonnes de Qaṣr al-Luṣūṣ, la fameuse terrasse178, le lion de Hamaḏān, l’arc de Tabanābar à Hamaḏān, le poisson et le taureau de Nihwand, les merveilles de Rome, la Tour des Sabots à Hamaḏān et autres merveilles innombrables. Béni soit Allah, le meilleur des Créateurs !

196Le château de Bahrām Ğûr et le Tombeau de la Gazelle. — A trois parasanges de Hamaḏān, se trouvent le tombeau de la Gazelle (nāwūs aẓ-ẓabya) et le château de Bahrām Ğūr, dans un bourg [256] connu sous le nom de Ğuhastah. Le château est monolithe et porte une inscription en dialecte du Fārs qui le recouvre entièrement : la lit qui comprend ce dialecte ; elle est toute histoire et toute surprenante. Chacun de ses angles porte une figure de jeune fille. Si on l’avait ajusté et jointoyé de façon que la surface de jonction des deux pierres fût invisible, cela eût été extraordinaire ; mais qu’il soit monolithe, cela est invraisemblable : on l’a creusé dans le roc avec des pics, si bien qu’on y a pratiqué ces excavations, ce qui est plus étonnant.

  • 179 Le texte de M. est plus développé.

197A une demi-parasange de ce château, se trouve le Tombeau [de la Gazelle] sur une colline qui domine les alentours. Voici la cause de sa construction : Bahrām Ğūr partit pour la chasse, accompagné d’une de ses esclaves, une de celles qu’il aimait et estimait le plus. Lorsqu’il eut fini de chasser, il s’arrêta à ce château et s’installa pour boire avec l’esclave. Tous deux se trouvant pris de vin, Bahrām se tourna vers sa favorite et lui dit d’exprimer un désir. L’esclave, ayant jeté les yeux sur une gazelle qui paissait au sommet d’une colline, déclara : « Je veux que, tirant sur cette
» gazelle, tu joignes son pied à son oreille et à sa corne avec une seule
» flèche ». Bahrām se trouva ainsi dans une affaire qui le laissa perplexe ; puis il se dit : « Si je ne le fais pas, on m’imputera à honte
» de n’avoir point satisfait au désir d’une femme ». Prenant ensuite sa fronde (ğulāhiq), il lança une balle qui atteignit à l’oreille la gazelle ; alors que celle-ci levait le pied pour se frotter l’oreille, Bahrām décocha une flèche qui fixa le pied de la gazelle à son oreille et à sa corne179. Ensuite, allant vers l’esclave, il l’égorgea. Il la fit enterrer avec la gazelle et fit bâtir, sur elles deux, un tombeau en pierre sur lequel il inscrivit leur histoire en dialecte du Fārs. Le tombeau existe encore aujourd’hui. Voici ce qu’un poète m’a récité à ce sujet (ṭawīl) :

Je me suis étonné de Bahrām et de la gazelle qui parcourait, au matin, l’étendue du désert.
Bahrām se trouvait en compagnie d’une femme aux yeux noirs, semblable à la lumière solaire, qui l’avait conquis parmi l’herbe verte au couchant.
La jeune femme lui dit alors : « A toi ! tire et fixe, avec
» des flèches de l’adversité,
[257] « Le point de jonction de son oreille et du bas de
» son sabot : tu seras inexcusable si tu manques ton coup, fils
» des lions ! ».
Alors Bahrâm décocha un trait qui fixa ce que la femme voulait, puis se jeta sur elle, courroucé, avec son sabre tranchant.

198Un autre poète a dit, dans une longue pièce (basīṭ) :

Il n’a pas vu, le monarque au profit duquel les rois perçoivent un tribut dans le Sind, l’Inde et les régions cultivées de la Chine,
Ils n’ont pas vu, Ardašīr le Persan, ni Kisrā le Roi des rois lorsqu’il se divertissait avec Šīrīn,
Le moment où la sotte esclave dit, en regardant une gazelle qui jouait avec un troupeau de buffles :
« Bahrām ne me satisfera qu’en joignant d’un coup de
» flèche ses sabots et en la clouant à sa corne ».
Alors le roi fut consterné ; ses omoplates tremblèrent, à ces paroles d’une joueuse de luth qui parlait outrageusement.
Il guetta donc la gazelle et, quant elle se gratta l’oreille avec son sabot placé sur sa corne et ses oreilles,
Il fixa les sabots à la corne et à l’oreille, [d’un seul coup] d’un fer tranchant et aigu.

199‘Abd ar-Raḥmān b. al-Azhar dit avoir entendu ce propos tenu par ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb : « Allah ! préserve moi des descendants
» des femmes de Hamaḏān et d’Istahr ! », et il énuméra une partie des villages du Fārs [dont les habitants] sont à la fois persans de cœur et arabes de langue. On dit que le Hamaḏān dont parlait ‘Umar est un village dépendant d’Istahr et non le Hamaḏān des Ğibāl.

  • 180 M. dit un peu plus haut : (...)

200On cite ces paroles de Ka‘b : « Dans les livres, nous trouvons
» que la terre tout entière sera dévastée quarante ans avant la Syrie,
» que La Mecque sera ruinée par les Abyssins, Médine par la
» famine, Baṣra par l’inondation, Kūfa par l’abandon, les Ğibāl
» par la foudre et les tremblements de terre, le Khorassan par
» diverses calamités, qu’ar-Rayy sera prise par les peuples du
» Daylam et du Ṭabaristān, que l’Arménie et l’Āḏarbayğān péri-
» ront sous les sabots des chevaux de guerre, le feu du ciel et les
» tremblements de terre et subiront des violences [258] qu’ils seront
» seuls à subir, que Ḥulwān mourra de la même mort que Bag-
» dad180 et que ses habitants seront métamorphosés en singes et
» en porcs — nous demandons à Allah de nous en préserver ! —;
» quant à Kūfa, un homme appelé ‘Anbasa, des descendants d’Abū
» Sufyān, marchant contre elle, la détruira, prendra une jeune
» vierge et un homme sans défaut, de la famille de ‘Alī, les tuera
» tous deux, les empalera et les pendra au gibet en disant : “Celle-ci
» est Fāṭima ; celui-ci est ‘Alī”. Ensuite paraîtra un homme des
» Ğuhayna, nommé Nāğiya, qui pénétrera en Égypte — malheur
» aux Égyptiens ! —, mais n’entrera pas à Jérusalem, empêché qu’il
» en sera par la puissance et la force divines — malheur aux
» habitants de Damas et de l’Ifrīqiya. Quant au Siğistān, des vents
» souffleront sur ses habitants, durant des jours sombres, violence
» et fracas s’abattront sur eux. Quant au Kirmān, à Ispahan et au
» Fārs, un cri [d’extermination parti du ciel] les atteindra, et la
» majeure partie en sera ruinée par les sauterelles et par le gou-
» vernement ; la ruine de Sind viendra de la part de l’Inde ; celle
» du Khorassan, du Tibet ; celle du Tibet, de la Chine ; celle de
» la Syrie, du grand cataclysme (malḥama) ». Il ajouta : « Lorsque
» cela aura lieu, Constantinople sera conquise par un homme des
» Banū Hāšim ; Hamaḏān sera ruinée par les armées daylamites
» qui y entreront et la dévasteront, et il n’y aura plus ensuite de
» Hamaḏān ».

NIHĀWAND

201Au dire d’al-Kalbī, elle fut nommée Nihāwand parce qu’on la trouva telle qu’elle est encore (?). On dit aussi qu’elle fut construite par Noé et qu’elle est « Nūḥ Āwand ». c’est la plus ancienne ville du Ğabal. Elle fut conquise un mercredi, l’an 19 (ou, dit-on, l’an 20). On raconte que Simāk b. ‘Ubayd al-’Absī poursuivit un jour un des guerriers de Nihāwand, le tua et se mit à tuer tous les guerriers qui s’avançaient contre lui, si bien qu’il ne resta plus qu’un seul homme ; celui-ci se rendit, jeta ses armes [259] et fut fait prisonnier ; comme il parlait le persan, on fit venir un interprète, puis on le conduisit à Ḥuḏayfa ; celui-ci accepta la capitulation moyennant paiement de l’impôt foncier et de la capitation et garantit aux habitants de la ville de Nihāwand la sécurité pour leurs richesses, leurs murs et leurs demeures. C’est alors que la ville reçut le nom de Māh Dīnār.

202Nihāwand, dit-on, fut prise par les Kūfiens, et Dīnawar par les Baṣriens. Les Musulmans, s’étant multipliés à Kūfa, éprouvèrent le besoin de s’approvisionner dans les régions avec les habitants desquelles existait un accord portant sur l’impôt foncier, et cela afin d’en avoir davantage pour eux ; c’est pourquoi Dīnawar leur fut dévolue. En compensation, Baṣra reçut Nihāwand parce qu’elle était voisine d’Ispahan, et les Kūfiens bénéficièrent de la différence de l’impôt foncier entre Dīnawar et Nihāwand. c’est alors qu’on donna à Nihāwand le nom de Māh al-Baṣra, et à Dīnawar celui de Māh al-Kūfa. Cela eut lieu à l’époque de Mu’āwiya b. Abī Sufyān.

  • 181 M. dit simplement : (...)

203Sur l’Īzā181, montagne de Nihāwand, se trouvent les talismans du poisson et du taureau, en glace ne fondant ni en hiver ni en été et qu’on peut voir de la ville. Le taureau est représenté debout et clair (faṣīḥ), le poisson, clair et suivant le taureau. On dit qu’ils empêchent l’eau de devenir rare à Nihāwand.

204On y trouve aussi le roseau ḏarīra qui n’est autre que le ḥanūṭ : tant qu’il est à Nihāwand et jusqu’à ce qu’on le fasse passer par le col des chameaux à Ṭaniyyat ar-Rikāb, il n’est qu’un simple morceau de bois sans parfum ; mais lorsqu’on l’y a fait passer et qu’on le rapporte à Nihāwand, son parfum se développe et on l’exporte.

205Il y a, à Nihāwand, un endroit connu sous le nom de Wāzwāz al-Ballā’a, dans le canton d’Isfīḏahān ; il s’y trouve un rocher d’où l’eau bouillonne chaque jour une ou deux fois et sort avec bruit ; elle arrose les terres et puis se retire. Au dire d’al-Kalbī, c’est une eau enchantée de façon qu’elle ne puisse diminuer ni augmenter. Le laboureur vient quand il a besoin d’eau, avec une bêche, et s’arrête à la pierre ; [260] on entend alors dans celle-ci un battement semblable à celui des portes des bains ; puis l’eau sort ; lorsqu’on n’en a plus besoin, elle diminue et se retire.

206Il y a là une pierre connue sous le nom de Kīlān, et, là encore, un grand rocher qui comporte la merveille que voici : quiconque désire savoir où est un absent, un esclave fuyard ou un objet volé, vient à ce rocher et y dort ; il voit alors en songe tout ce dont il a besoin ; il voit celui qui est absent et celui qui s’est enfui, tels qu’ils se trouvent.

207On trouve, sur les bords de la rivière de Nihāwand, une argile noire comme la poix, très bonne pour sceller ; c’est la meilleure argile qui existe. Les gens de Nihāwand disent que les écrevisses l’apportent et la déposent sur les bords de cette rivière ; ils prétendent que s’ils creusaient dans le lit du cours d’eau à une profondeur de dix coudées afin d’y trouver un peu de cette argile, ils n’en découvriraient pas d’autre que ce qu’apportent les écrevisses.

208Dans le canton de Ğuwānaq, qui fait partie du district de Nihāwand, dans un village nommé Kanḫawāst, se trouve l’image d’un cheval, faite d’herbe qu’on voit verdoyante, été comme hiver ; on dit que c’est un talisman qui protège le fourrage et l’herbe ; en effet, c’est le pays d’Allah le plus riche en herbe.

209Quelqu’un m’a dit avoir vu, à Nihāwand, un jeune scribe et lui avoir demandé comment il se trouvait ; l’autre lui déclama ces vers (sarī‘) :

Que la nuit m’était longue à Nihāwand, en songeant à ma tristesse et à l’émotion que j’éprouvais !
Tantôt je me mettais à désirer une chose qui n’apporte nul bien et n’a nulle utilité ;
Tantôt je chantais une ariette qui, dès que je l’avais chantée, me fendait le cœur.
Or le sort changea de face pour moi et je quittai Nihāwand pour Burūğird.
Allah soit loué de tout ce qu’Il décréta avant moi et après moi.

[261] ISPAHAN

210Iṣbahān tire son nom d’Iṣbahān b. al-Fallūğ b. Sām b. Nūḥ. Elle fut conquise par capitulation parce que ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb y envoya ‘Abd Allāh b. Budayl b. Warqā’ en l’an 23. On dit qu’au contraire il écrivit à Abū Mūsā al-Aš‘arī, lui donnant ordre de diriger des troupes contre Ispahan et qu’il envoya alors ‘Abd Allāh b. Budayl ; celui-ci la conquit par capitulation, à la condition que les habitants paieraient impôt foncier et capitation. ‘Abd Allāh b. Budayl envoya al-Aḥnaf b. Qays : celui-ci se trouva à la tête de son armée [au quartier de] Yahūdiyya dont la population s’accorda avec lui sur la base d’une capitulation semblable. Ibn Budayl s’empara du territoire d’Ispahan ; ensuite ‘Uṯmān en confia l’administration à as-Sā’ib b. al-Aqra‘. Cette conquête eut lieu en 23 ou 24 de l’hégire.

211Au dire d’al-Kalbī, l’aīeul d’Abū Dulaf al-Qāsim b. ‘Isā b. Idrīs b. Ma‘qil al-‘Iğlī fabriquait des parfums et menait des moutons. Il arriva au Ğabal, à la tête d’un certain nombre des siens ; ils s’installèrent dans des villages du territoire de Hamaḏān, s’enrichirent et acquirent des domaines. Idrīs b. Ma‘qil, s’étant jeté sur un commerçant qui lui devait de l’argent, l’étrangla et lui prit ses biens ; alors il fut emmené à Kūfa et emprisonné ; Yūsuf b. ‘Umar aṯ-Ṯaqafī administrait alors l’Irak, à l’époque de Hišām b. ‘Abd al-Malik. Ensuite ‘Īsā b. Idrīs s’installa à [l’emplacement d’] al-Karağ dont il s’empara et construisit la forteresse. La situation d’Abū Dulaf s’affermit ; il crût en dignité auprès du gouvernement ; il agrandit alors la forteresse, y fit des adjonctions et la nomma al-Karağ ; on dit alors : le Karağ d’Abū Dulaf ; et al-Karağ, de nos jours, est une grande ville. Auparavant, elle était un canton d’Ispahan, mais aujourd’hui, elle est autonome et se nomme al-Īġārān1.

212Lorsque les Juifs quittèrent Jérusalem fuyant Nabuchodonosor, ils emportèrent de l’eau et de la terre de Jérusalem ; de toute station où ils faisaient halte, [262] de toute ville où ils s’arrêtaient, ils pesaient l’eau et la terre, et cela sans discontinuer jusqu’à leur arrivée à Ispahan ; ils campèrent dans un endroit nommé Banīḥ-nā — ce mot hébreu signifie : « descendez, car vous êtes arrivés à destination ». Ils campèrent donc en ce lieu et en pesèrent l’eau et la terre ; or elles étaient, toutes deux, identiques à celles de Jérusalem. Ils s’y installèrent donc, se mirent à construire, firent souche et se multiplièrent. Cet emplacement se nomme, à présent, al-Yahūdiyya (la Juiverie). Quant à l’ancienne ville, elle se nommait Ğayy ; elle avait été bâtie par Alexandre sur le parcours d’un serpent : en effet, il l’avait construite plusieurs fois, tantôt carrée, tantôt ronde ; mais elle s’écroulait chaque fois, et Alexandre se jura de ne pas s’en aller avant de l’avoir construite ; un jour, il vit un serpent qui, sorti de son trou, fit rapidement le tour de la ville puis revint à son trou ; Alexandre ordonna donc à ses compagnons de construire une ville d’après le parcours du serpent, ce qu’ils firent ; et ses constructions tortueuses ont subsisté jusqu’à nos jours.

213Ispahan possède un sol de bonne qualité, un air suave, une eau douce.

214Ibn ‘Uyayna a dit : « J’ai entendu Ibn Šubruma déclarer qu’un
» jour et une nuit passés à Ḫīra valent mieux que prendre des mé-
» dicaments pendant deux ans ». Et il a rapporté aussi ces paroles
» de Sa‘īd b. al-Musayyab : « Si je n’appartenais pas à la tribu de
» Qurayš, j’aurais aimé être du Fārs ; ensuite j’aurais aimé être
» d’Ispahan ». Aš-Ša‘bī a dit : « Lorsque Yazdağird fut battu et
» contraint de quitter al-Madā’in, il se rendit à Nihāwand ; lorsqu’il
» fut chassé de cette ville, il choisit parmi ses troupes mille cavaliers,
» mille cymbaliers, mille panetiers, mille pâtissiers ; puis il marcha
» jusqu’à ce qu’il descendit à Merv. Lorsqu’il eut été tué, les
» cavaliers s’en allèrent à Balḫ, les cymbaliers à Harāt ; les panetiers
» se fixèrent à Merv et y firent diverses sortes de pains ; les pâtissiers
» s’en furent à Ispahan, et ils sont des plus habiles du monde dans
» leur métier ».

215Au dire d’al-Hayṯam b. ‘Adī, il n’y a pas, dans le Fārs, une population plus robuste que celle de deux districts, l’un en plaine, Kaskar, l’autre en montagne, Ispahan. L’impôt foncier [263] de chaque district s’élevait à deux cent mille dirhems. L’étendue du territoire d’Ispahan est de quatre-vingts parasanges sur quatre-vingts ; il comprend dix-sept cantons (rustāq) dont chacun compte trois cent soixante villages anciens, sans compter les nouveaux. Leur impôt foncier, en ce temps, s’élève à sept millions de dirhems. La superficie en est vaste, les constructions nombreuses, le sol de bonne qualité ; il y a peu de reptiles. Ce sont les cantons de Ğayy, Mārabīn, Alanğān, Barā’ān, Burḫuwār, Ruwaydašt, Ardistān, Karwān, Burzāwand, ad-Dārik, Farīdīn, Qihistān, al-Qāmdār, Ğarm Qāsān, Sard Qāsān, Arzanān, at-Taymara aṣ-Ṣuġrā, at-Taymara al-Kubrā.

QUMM

216On dit que Qumm fut construite par Qumsār. Abū Mūsā al-Aš‘arī a raconté ceci : Je demandai [264] au Commandeur des Croyants ‘Alī b. Abī Ṭālib quelle était la terre la plus saine et la localité la meilleure, au cas où la discorde se produirait et où la calamité se manifesterait. Il me répondit : « Le lieu le plus sain
» sera alors le Ğabal. Lors donc que le Khorassan sera en tumulte,
» que la guerre éclatera entre le Ğurğān et le Ṭabaristān, et que
» tout le Siğistān sera ruiné, va-t’en au Ğabal, car la localité la plus
» saine sera alors la ville de Qumm ; c’est d’elle que sortiront les
» défenseurs de l’élite des hommes, par le père, la mère, l’aīeul
» et l’aīeule, l’oncle et la tante ; c’est elle qui porte le nom d’az-
» Zahrā’ ; on y trouve l’emplacement du pied de Gabriel le jour
» qu’il vint trouver la famille de Loth (Lūṭ) ; c’est l’endroit d’où
» jaillit cette eau qui préserve de la maladie tous ceux qui en
» boivent ; avec cette même eau, fut pétrie l’argile dont il fut fait
» [par Jésus] comme l’image d’un oiseau (Coran, V, 110), et de
» cette eau se lavera ar-Riḍā ; c’est de cet endroit que sortirent le
» bélier [du sacrifice] d’Abraham, la verge de Moïse et le sceau de
» Salomon ».

  • 182 De Goeje pense qu’il s’agirait d’un ancien nom de Qumm ou d’une forme corrompue.

217Al-Ğazīra182 tient le plus haut rang parmi les cités ; ses habitants sont enveloppés de sécurité, d’abondance, de bien, de puissance, d’impétuosité, de succès, de passions saines et d’air suave.

218Muḥammad b. Abī Maryam m’a appris ce qui suit : la charge de l’impôt foncier, dans la kūra de Qumm, en y ajoutant les droits [de police (?)] (iḥtisābāt), ainsi que l’impôt pesant sur la famille de ‘Iğl et les habitants de leur région et sur la population des environs, s’élève, en monnaie d’argent, à 3 230 000 dirhems ; les impôts pesant sur les domaines annexés à cette kūra, s’élèvent à 220 330 dirhems ; ce qui donne un total de 3 450 330 dirhems, dont la valeur, au change de 17 par dinar, est de 202 549 dinars.

219Les cantons (ṭassūğ) de la kūra de Qumm sont : Līgarūḏ, ar-Rūḏbār, Abarsīḥān et Saḥārān, [265] Sarāḥa, Warkrūḏ. Le district (rustāq) du Ğabal comprend Sāwah, Sayā, Ğarrā-Sū, Milādğard et beaucoup d’autres.

  • 183 La leçon du texte (...)

220Lorsque Qubāḏ ordonna au Grec Balīnās de conjurer par des talismans les calamités de son pays, celui-ci se rendit à Qumm ; il établit en face de l’arbre de la saline un talisman qui empêchât la source d’eau salée de couler ; il l’entoura d’un mur et, dès que les gens furent empêchés de s’en approcher, elle se dessécha ; il fabriqua un autre talisman pour en cacher les mines d’or et d’argent ; il en mit un autre au haut des minarets contre les serpents, qui se retirèrent vers une montagne et y restèrent. Ensuite Balīnās se rendit à al-Farāhān où il y avait un terrain salsugineux qui avalait183 les chameaux et leur charge, les chevaux et leurs cavaliers : il l’entoura de deux talismans et les habitants en furent délivrés.

221Lorsque Ṭahmūraṯ régna, il fit des constructions sur le territoire d’Ispahan, dans le canton de Mārbīn et de Ruwaydašt.

  • 184 ābān est le 10e jour du mois dans le calendrier persan; farwardīn māh, le premier mois de l'année.

222Sous le règne de Fīrūz b. Yazdağird b. Bahrām, les gens demeurèrent sept ans sans pluie. Un homme étant mort à Ğuwāniq, Fīrūz dépêcha quelqu’un vers cet homme : on trouva, chez lui, trois dépôts de blé. Le roi, averti, donna quatre mille pièces d’argent à celui qui apporta cette bonne nouvelle ; puis il dit : « Louange à
» Dieu : Il n’a pas fait tomber de pluie dans mon royaume pendant
» sept ans, et pourtant personne n’est mort de faim ». Ğuwāniq faisait partie d’un māh et appartenait à des gens considérables ; ceux-ci demandèrent à Fīrūz de le faire passer dans la dépendance d’Ispahan, ce qu’il fit. Ensuite les gens reçurent la pluie, dans le mois de farvardīn au jour d’ābān184. Alors, ils se versèrent de l’eau les uns sur les autres parce qu’ils n’en avaient pas eu depuis longtemps. Et cela devint une coutume qui dure encore à Māh, Hamaḏān, Ispahan, Dīnawar et leurs environs.

223[266] Il y a là un cours d’eau qu’on nomme Zaran-rūḏ ; il sort d’un village connu sous le nom de Banākān et arrose les cantons d’Ispahan ; ensuite il se perd dans le sable au dernier de ces cantons et reparaît dans le Kirmān, à 60 parasanges de l’endroit où il s’est perdu ; il arrose alors le territoire du Kirmān, puis se jette dans la mer Orientale. On sait que c’est au Kirmān qu’il ressort grâce à un morceau de bois portant une inscription qui y fut jeté et qui ressortit dans cette région.

224On a récité ces vers au sujet de la douceur de l’eau d’Ispahan (ḫafīf) :

Tout ce que je regrette d’Ispahan, c’est son eau pure et limpide,
L’haleine du zéphyr, un lieu battu des vents, un air pur en tout temps.
Ispahan possède le safran, l’excellent miel blanc et les chevaux de race sous leurs housses.

225Quand le Grec Balīnās, dit-on, voulut entrer à Ispahan pour conjurer, par enchantement, les calamités de la ville, il passa par un canton dont les cultures avaient été gâtées par l’eau ; il établit donc, pour les habitants, un talisman placé au fond d’un puits : lorsqu’on avait besoin d’eau, le puits débordait de façon à irriguer les terres, puis l’excédent de l’eau revenait au puits. Ensuite Balïnâs, entré à Ispahan, y établit un talisman contre les reptiles, et ceux-ci devinrent rares. A Ruwaydašt, il établit un talisman afin que l’eau tarît en été, et qu’on n’en profitât pas et, afin que, débordant pendant l’hiver, elle nuisît aux habitants : et cela parce que les habitants l’avaient irrité. Il établit un talisman sous une des portes de la ville, connue sous le nom de Ṭahrah Mardūm : chaque fois qu’on ouvrait cette porte, une épidémie frappait la population. Il établit un talisman sous un arbre à une parasange de la ville : lorsque cet arbre se couvrait de feuilles et lorsqu’on ouvrait cette porte, l’épidémie prenait fin. Il établit un talisman pour la débauche, et elle est manifeste à Ispahan. Il établit, sur toutes les routes d’Ispahan, un talisman provoquant la peur ; et il y avait sept routes toujours redoutées.

226[267] Il n’est pas, dit-on, d’édifice en mortier et brique plus superbe que le palais de Kisrā à al-Madā’in ; pas d’édifice en pierre plus beau que le Château de Šīrīn (Qaṣr-i Šīrīn) ; pas de colonnes plus extraordinaires que celles du Château des Brigands (Qaṣr al-Luṣûṣ) ; pas de voûte plus merveilleuse que celle de Šabdīz ; pas d’édifices en brique et argile plus superbe et plus beau que celui de Nimīwar (Nīmvar ? canton d’Ispahan) ; cet édifice contient des sculptures magnifiques, et il s’y attache des légendes et des enseignements merveilleux.

227Il y a, à Ispahan, un village nommé Anbārgī dont les habitants possèdent une pierre verte, couleur céleste veinée de blanc et de jaune ; ils prétendent que c’est un talisman contre le froid : aux jours du printemps, lorsqu’ils craignent le froid pour leurs semences et leurs fruits, ils exhibent cette pierre et la dressent sur un canal, vers un endroit bien connu où ils célèbrent une fête ; un jour de l’année, on entend sortir de la pierre un bourdonnement semblable à celui des abeilles ; on dit que le froid vient dans les plaines sans nuire aux régions cultivées ni les léser en rien, tandis qu’il fait du tort aux parties incultes.

228On a récité ces vers de Manṣūr b. Bāḏān (wāfir) :

Je ne suis ni de la ville des gens de Ğayy, ni du faubourg de la tribu juive.
Je ne suis ni content de leurs hommes, ni désireux de leurs femmes.

229Un conteur, qui a vu du pays, rappelle qu’il n’a pas rencontré de ville où il y ait plus de débauche, de Juifs et de Juives, de tisserands et de tisserandes qu’à Ispahan.

230Abū Muḥammad al-’Abdī récita ses vers que voici (wāfir) :

A qui ces débris de campement qui ne me répondent point ? Tes larmes ont été éloquentes en se répandant.
Cesse de pleurer, car sang et pleurs tombant sur leur campement, ne sont qu’enfantillages185.
N’es-tu pas affligé, de la part du temps mensonger, qu’il ait causé une calamité aux campements ruinés d’ar-Rubāb ?
[268] Ô nuits en compagnie de l’objet aimé ! Les nuits dans le voisinage des gens de sa tribu étaient comme les jours de la jeunesse.
Aussi l’absence m’a-t-elle donné, en échange de la beauté de Laylā, des nuits semblables aux jours d’al-Kulāb.
Que le pays d’Ispahan et ses habitants soient maudits, et que les chiens en soient anéantis !
Que le zéphyr n’y passe pas un seul jour, pour y étaler la traîne du nuage matinal !
Tout le temps que j’y séjourne, je m’évertue, tantôt par le sabre, tantôt par l’éloquence et le calcul,
Mais ni la flèche de la réussite n’atteindra le but au moyen de l’un ; ni par les deux autres on n’obtient de gain.
Comment un homme tel que moi y obtiendrait-il le succès, alors qu’elle est remplie d’enfants de prostituées ?

231D’après une tradition, Adam fut jeté dans l’Inde sur la montagne de Sarandīb ; Ève fut jetée à Ğudda ; Iblīs le maudit, à Maysān ; le serpent, à Ispahan, et d’Ispahan sortira l’Antéchrist.

232Ispahan possède un sol de bonne qualité, de l’eau douce, un air suave ; les reptiles y sont rares ; les grains s’y conservent bien plus longtemps que dans les autres pays. Allah est le plus savant et le meilleur juge.

RAYY ET DUNBĀWAND

233Au dire d’Ibn al-Kalbī, Rayy tire son nom de Ruway, l’un des descendants de Bīlān b. Iṣbahān b. Fallūg b. Sām b. Nūḥ. Il y avait un verger à l’emplacement de la ville ; la fille de Ruway s’y rendit et vit un francolin qui mangeait des figues ; elle s’écria : « Būr-anğir » (c’est-à-dire : le francolin mange des figues) ; d’où le nom de la ville : Būranğīr ; altéré par les habitants de Rayy qui disent : Bahrazīr.

234‘Umar b. al-Haṭṭāb écrivit à ‘Ammār b. Yāsir (qui était son agent à Kūfa) [269] deux mois après la bataille de Nihāwand ; il lui ordonnait d’envoyer ‘Urwa b. Zayd al-Ḫayl aṭ-Ṭā’ī contre Rayy et Dastabā, à la tête de huit mille hommes. Il obéit, et ‘Urwa se mit en marche. Alors les Daylamites se rassemblèrent contre lui et furent aidés par les gens de Rayy ; ils combattirent ‘Urwa, mais Allah lui donna la victoire sur eux ; il les massacra et les anéantit.

235La mosquée de Rayy fut bâtie par al-Mahdī, sous le califat d’al-Manṣūr ; al-Mahdī agrandit aussi la ville et creusa un fossé tout autour. Les travaux furent conduits par ‘Ammār b. Abī 1-Ḫaṣīb dont le nom fut inscrit sur le mur de la mosquée. Il en termina la construction l’an 158. Il y établit une seconde enceinte entourée d’un fossé et la nomma Muḥammadiyya. Les habitants de Rayy appellent « ville » (madīna) la ville intérieure et nomment al-faṣil (fossé) la ville extérieure. La citadelle de Zaynabdī se trouve à l’intérieur de la ville ; al-Mahdī la fit restaurer et s’y installa ; elle domine la mosquée-cathédrale et le palais de l’émir ; elle fut ensuite convertie en prison, puis tomba en ruine et fut restaurée ensuite par Rāfi’ b. Harṯama en 278 ; les gens de Rayy la démolirent après le départ de Rāfi‘.

236Il y a, à Rayy, des gens d’une maison qu’on appelle al-Ḥarīš ; ils s’installèrent après la fondation de la ville.

237La primitive ville de Rayy s’appelait Azārī, et l’on dit qu’elle a été engloutie par la terre ; elle se trouvait à douze parasanges de la Rayy actuelle, sur la route d’al-Ḫuwâr ; les constructions en subsistent encore aujourd’hui.

238La citadelle d’al-Farruḫān est la forteresse (diz) qui, à as-Surr, est la prison pour crimes.

239A Rayy furent enterrés ‘Amr b. Ma‘dīkarib, le jurisconsulte Muḥammad b. al-Ḥasan auprès duquel on apprit la jurisprudence, ‘Alī b. Ḥamza al-Kisā’ī, Abū Arṭāt al-Ḥağğāğ b. Arṭāt an-Naḫa’ī. Al-Kisā’ī y était venu avec ar-Rašīd, al-Hağğāğ, avec al-Mahdī.

240A Rayy, se trouvent les tombeaux de Muḥammad et Aḥmad, tous deux fils de Ḫālid b. Yazīd b. Mazyad aš-Šaybānī. Aḥmad mourut quand Mūsā b. Buġā en était gouverneur ; Muḥammad mourut [270] sous le califat d’al-Mu’taḍid, quand al-Muktafī résidait à Rayy.

241Le Qaṣr Ğābir, à Dastabā, doit son nom à Ğābir, un des descendants de Zimmān b. Taym Allāh b. Ṯa’laba.

242L’impôt de Rayy fut de douze millions de dirhems jusqu’au moment où al-Ma’mūn y passa, alors que, revenant du Khorassan, il gagnait Bagdad ; il l’allégea alors de deux millions de dirhems dont il abandonna la jouissance186 aux habitants.

243Quelqu’un a rapporté qu’il est écrit dans le Pentateuque : « Rayy est une des portes de la terre et le centre du commerce des
» hommes ».

244Au dire de Muḥammad b. Isḥāq, Rayy possède un air suave et des édifices merveilleux ; elle est la porte du commerce, l’asile des libertins, l’épousée de la terre, la grande voie du monde ; elle tient le milieu entre le Khorassan, le Ğurğān, l’Irak et le Ṭabaris-tān ; c’est la plus belle chose créée sur terre ; elle possède [les quartiers de] Surr187 et de Sarbān ; à elle parviennent les marchandises venant d’Arménie, d’Āḏarbayğān, du Khorassan, du pays des Ḫazar et de celui des Burğān, car les marchands maritimes, voyageant de l’est à l’ouest, et réciproquement, portent du pays des Francs à Péluse (al-Faramā) le brocart et la soie d’excellente qualité, et, traversant la mer, en partant d’al-Qulzum, transportent ces produits en Chine ; puis, rapportant de la cannelle, de la chéli-doine et tous les produits de la Chine, ils arrivent à al-Qulzum, se rendent ensuite à Péluse : ce sont les marchands juifs qu’on nomme Rāhdāniyya188 ; ils parlent le persan, le grec, l’arabe et le « franc » ; au sortir de Péluse, ils vendent du musc, du bois d’aloès et tout ce qu’ils apportent avec eux du pays franc ; puis ils viennent à Antioche189 ; ensuite ils arrivent à Bagdad ; ensuite à al-Ubulla. Quant aux marchands slaves, ils apportent, du fond de leur pays, [271] vers la Méditerranée où le roi de Byzance leur impose la dîme, les peaux de renard et le ḫazz ; ensuite ils viennent, par mer, à Samkūš des Juifs ; ensuite ils retournent aux pays des Slaves, ou bien ils se dirigent, par la mer des Slaves, par ce fleuve qu’on appelle Fleuve des Slaves (la Volga), jusqu’à ce qu’ils parviennent au canal des Ḫazar dont le souverain leur impose la dîme ; ensuite ils vont à la mer du Khorassan ; souvent ils débarquent au Ğurğān, vendent tout ce qu’ils ont avec eux, et tout cela arrive à Rayy.

245Le plus remarquable c’est que Rayy est le port du monde. C’est pourquoi ‘Umar b. Sa’d b. Abī Waqqāṣ, lorsqu’il eut à choisir entre tuer al-Ḥusayn b. ‘Alī et gouverner Rayy, récita ces vers de sa composition (ṭawīl) :

Abandonnerai-je la possession de Rayy, de Rayy que je désire ardemment, ou bien reviendrai-je blâmé d’avoir tué Ḥusayn ?
Le meurtre de Ḥusayn entraîne, pour moi, le feu [infernal] dont rien ne protège, mais la possession de Rayy est un délice pour mes yeux.

246Voici des vers d’Ibn Karbūya de Rayy qui fut un des compagnons d’al-Ḥusayn b. Aḥmad al-’Alawī à Qazwīn (basīṭ) :

  • 190 Vers déjà cités p. 48 (ar.).

Ô objet de mes vœux qui excita mon désir et ma tristesse, ne me repousse pas, car Péloignement de ma maison me consume.
Par mes paupières, je t’implore, ô ma demeure ! de ne point m’abandonner aux soucis et aux chagrins.
Dès que tu es loin de moi, peu s’en faut que le désir ne me tue, mais dès que ton image m’apparaît, elle me ranime.
[272] ô dureté de l’aimée qui ulcéra mon cœur, pourquoi ne déploras-tu pas que je m’éloigne de ma maison, éperdu,
Les paupières en sang, le corps amaigri, brûlant, plein d’amour affligé, le cœur navré, altéré ?
Je me trouvais à Qazwīn, le soir, sevré de constance, partagé entre soucis et tristesses,
Parlant du jour que nous nous rencontrâmes et que deux pigeons roucoulèrent sur deux rameaux de saule ;
A présent, je sais que ce rameau me met dans l’angoisse et que ce saule n’était que séparation rapide et proche.
Je me suis mis en route, descendant un lieu, gravissant un autre, et l’étape nocturne a brisé mes forces vives.
A quoi bon appeler, tandis qu’une jeune beauté ne peut me répondre ? Si c’était à Rayy, elle me dirait : « Me voici ! » et « Je donnerais ma vie pour toi ! ».
Ô mon âme, ne t’en afflige pas et enveloppe-toi du manteau de la patience, car c’est l’absente qui est coupable.
Je suis celui que trompèrent ces deux vers, dits par un égaré, sans second dans son ignorance190 :
« Que le gémissement de ton âme [soupirant après] ta famille et ta patrie ne t’empêche pas de mener une vie paisible ».
« Tu rencontreras en tout pays, si tu t’y arrêtes, une » famille et des voisins qui remplaceront les tiens ».
Si bien que j’ai renoncé à vivre doucement en mon pays ; et ma maison s’est irouvée loin de ma famille et de mes amis ;
De vains désirs m’ont entraîné vers Qazwīn ; ils ont banni mon sommeil et fait couler les pleurs de mes yeux.
Que je gémis sur eux ! parce que l’objet de leur recherche était difficile, ils n’ont épargné ni mon âme ni mon corps.
Je vous avertis, hommes ! Écoutez donc l’avertissement que je vous donne et qui ne déçoit pas :
Mourir à Rayy vaut mieux, pour celui qui y demeure, que vivre à Qazwīn et à Zanğān.
Comment donc celles-ci posséderaient-elles des parterres semblables à ceux qui, dans les rues de Rayy, abondent dans chaque jardin et dans chaque place ?
Comment ressembleraient-elles à une ville dont les deux rives et la grand’rue vont de l’Oratoire à la plaine d’Azdān ?
Présentez donc quelque chose de semblable au Sarbān comme séjour, de la porte de Ḥarb, jusqu’aux places de ‘Affān !
Ses cours d’eau sont des campements printaniers, clos et éclatants, qui éblouissent les yeux de tous les hommes.
[273] Quant à l’avenue d’as-Surr, elle est bordée, à droite et à gauche, de canaux et de bosquets.
Du château d’Isḥāq, on descend par des lacets de Fūlād vers la rue d’al-Falīsān.
Combien de beaux points de vue possède Rūḏa, jusqu’au défilé, depuis la porte de Bāṭān !
Combien Nāhik possède de maisons que j’aimais, et de gazelles paissant aux abords des étangs,
Et de faons aux regards obliques, beaux comme la pleine lune, qui se pavanent dans leurs robes et jouent avec qui les séduit !
Ô Rayy ! qu’Allah te bénisse comme ville, et qu’Il ne soit pas avare de la pluie intermittente.
Vivent les habitations qui s’y trouvent, et ceux qui y demeurent, femmes, vieillards chenus et jeunes gens,
A l’exception de ce qui reste d’injuste sur cette terre et qui a renié sa foi en la divinité, par impiété ou inimitié !
Combien, dans tout le verger de Naṣrābāḏ, il est installé de fils d’adultères absolues et d’entremetteurs !
Combien l’avenue Sāsān, lorsqu’on en parle, renferme de fils de femmes notoirement perdues et de cocus !
Ce sont eux qui m’empêchèrent d’approcher leurs demeures, qui me tinrent éloigné de ma famille et de mes vrais amis,
Qui m’écartèrent de mes compagnons et de mes enfants, si bien que je me réfugiai dans les monts de Qaṣrān.

247Dans les traditions de la famille de Muḥammad, Rayy est maudite : elle est sur une mer agitée, et son sol c’est le sol du Daylam qui refuse de recevoir la vérité.

248On a récité ces vers d’Ādam b. ‘Abd al-’Azīz (sarī‘) :

Quel rapport entre moi et entre Rayy et sa contrée ? ô mon peuple pris entre le Turc et le Daylamite !
C’est une terre habitée par des non-Arabes doués d’éloquence ; et l’homme doué d’éloquence [l’Arabe] est semblable au non-Arabe.

249Hārūn ar-Rašīd disait : « Il y a, dans ce monde, quatre
» stations ; je me suis arrêté à trois d’entre elles : l’une est Damas,
» l’autre Raqqa, la troisième est Rayy, et je n’ai vu dans aucun
» de ces lieux une avenue plus belle que le Sarbān dans la ville de
» Rayy ; au milieu de cette avenue, coule un cours d’eau bordé
» d’arbres touffus et sans interruption, entre lesquels se tient un
» marché ; la quatrième station est Samarcande ».

250[274] Lorsque Qubāḏ envoya à Rayy le Grec Balīnās, il y établit un talisman contre l’inondation, dont on fut préservé désormais ; en effet, Rayy se trouve sur un cours d’eau agité ; ses habitants l’ayant mal traité, Balīnās y établit un talisman pour qu’on s’y arrêtât, de sorte que personne n’arrivait du Khorassan sans y descendre. Il établit un talisman en vue de la cherté de la vie, qui y devint permanente. Ensuite Balīnās écrivit à Qubāḏ pour l’informer des talismans qu’il avait établis et pour lui demander l’autorisation de se rendre au Khorassan. Mais Qubād lui répondit en ces termes : « Qubād le Grand a établi 250 talismans d’au
» delà de Rayy jusqu’à l’Oxus (nahr Balh), au Khorassan, au
» Ğurğān et au Siğistān ; il n’y a plus rien au delà du fleuve
» [de Balḫ] ».

251Le poète a dit (kāmil) :

Rayy est la ville où les prix sont les plus hauts : elle n’épargne ni dirhem ni dinar.
Elle laisse l’étranger tout perplexe dans le bazar ; on le voit tout troublé, errer çà et là, à bout de forces.
Chaque jour, il lui faut pour manger, le matin, un kantar pour sa nourriture, s’il le possède.
Puis Rayy renferme les êtres les plus pervers comme vendeurs : ils n’observent pas le devoir de protection à l’égard de l’étranger.
Ils sont gouvernés par toutes les turpitudes : aussi tu vois en eux les plus ingénieux et les plus ignobles parmi ceux qui se délectent dans l’opprobre.
Ils ne sont pas sincères : dire la vérité est une honte à leurs yeux ; et chacun d’eux déteste les justes.
Si tu viens leur demander à boire, ils te disent : « Écarte-
» toi des méchants.
« Car nous sommes vêtus d’ignominie, si bien que nous n’avons que les hontes comme habit et comme voile ».

252Rayy compte dix-sept cantons (rustāq) parmi lesquels : al-Ḫuwār, Dunbāwand, Wīma, Šalanba ; c’est dans cette dernière ville que se trouvent les mosquées.

253On lit ceci dans l’histoire des Perses : Lorsque Afrīḏūn (Farī-dūn) se dirigea du ponant au levant, emmenant Bīwarāsf afin de l’emprisonner, il traversa le district d’Ispahan ; il chercha des gens qui lui garderaient Bīwarāsf pendant qu’il déjeunerait ; n’en ayant pas trouvé, il rassembla quelques-uns des habitants, mais ils en furent incapables ; alors il l’attacha solidement à des colonnes, avec des chaînes, fit passer les chaînes autour d’une montagne et, tranquillisé, s’assit pour déjeuner. Or Bīwarāsf tira ses chaînes, avec les colonnes et la montagne, et s’envola avec elles. Afrīḏūn, l’ayant suivi, le rattrapa dans la ville de Baḫzīr — qui est Rayy. L’ayant rattrapé, il le frappa à la tête avec des crochets [275] de fer qu’il tenait : Bīwarāsf tomba évanoui, et la montagne qu’il avait transportée d’Ispahan se fixa dans la ville de Rayy, qu’elle surplombe ; Afrīḏūn maudit la montagne et demanda à Dieu de n’y rien faire croître ; sa prière fut exaucée. Ensuite Afrïdûn emmena Bīwarāsf vers le Dunbāwand, l’emprisonna dans la montagne du Village des Forgerons et commit Armā’īl à sa garde ; Armā’īl modela devant lui l’effigie d’Afrīḏūn sur le sommet creux de la montagne, y fit un talisman et bâtit des boutiques tout autour ; il y installa un peuple de forgerons qui frappaient alternativement sur leurs enclumes avec leurs marteaux, nuit et jour, hiver comme été, et sans faiblir. Puis Afrīḏūn s’en retourna dans son royaume et chargea Armā’īl de garder Bīwarāsf et de le nourrir ; Armā’īl immolait donc quotidiennement deux êtres humains dont Bīwarāsf mangeait la cervelle191. S’étant affligé d’immoler des humains, Armā’ïl s’ingénia à les sauver ; il escomptait une rétribution [de Dieu] en les faisant échapper à la mort. Ayant passé par un village nommé Mandān, il construisit, sur la montagne située à l’ouest de ce village, un château qui contenait des jardins, des résidences fastueuses, des sources coulant dans les cours de ces demeures et ces jardins ; il construisit, parmi ces demeures, une maison en bois de teck et d’ébène, avec des statues ; personne ne possédait, en Orient, une maison plus superbement haute et belle. Cette maison resta debout jusqu’au moment où al-Mahdī délogea du Pic d’al-’Ayrayn192 Ibn al-Masmugān, en lui accordant l’aman ; lorsqu’on fut arrivé avec lui à Rayy, où al-Mahdī était descendu, il fit décapiter Ibn al-Maṣmuġān. Ar-Rašīd, devenu calife, vint à Rayy : on lui parla de cet endroit et de cet édifice ; il y alla, s’y arrêta et ordonna de le démonter et de le transporter à Bagdad.

  • 193 M. précise : (...)

254Pour en revenir à Armā’īl, il faisait échapper les captifs et les logeait [276] dans la montagne située à l’ouest du village de Mandān ; il continua d’agir ainsi durant 30 ans, laissant aller les prisonniers193.

255Le village de Mandān se trouve sur deux montagnes séparées par un cours d’eau douce et abondante, ne tarissant ni hiver ni été ; sur ses deux rives, des eaux viennent se jeter et des arbres fructifient.

256Or donc, chaque fois qu’Armā’īl faisait échapper un captif, il lui assignait une demeure, lui donnait pour résidence la montagne occidentale et lui ordonnait de [semer ce qu’il désirait et] de se bâtir [une maison] à son gré194, ce qu’il faisait. Allah destina à Armā’īl un enchanteur qui vint lui dire : « Si j’enchante la nourri-
» ture que tu donnes à ce maudit ; si je l’emprisonne dans son
» ventre jusqu’à la consommation de son temps d’existence, afin
» qu’elle pénètre au fond de ses entrailles, monte à sa poitrine et
» passe dans sa gorge ; et si, lorsqu’il voudra la vomir195, je l’en
» empêche, que feras-tu pour moi ? ». — Armā’īl répondit : « De-
» mande ce que tu veux. — Si tu reçois la souveraineté sur ce pays,
» associe-moi à ta souveraineté et à ta fortune et établis, entre nous,
» un lien de parenté indissoluble ». Armā’īl lui ayant garanti cela, il enchanta la nourriture et la boisson dans le ventre du maudit et tout cela s’enfonça dans son intérieur jusqu’à la consommation de ses jours.

257L’histoire des captifs parvint aux oreilles d’Afrīḏūn qui s’en réjouit extrêmement ; il se dirigea vers la montagne ; ayant reçu confirmation de la conduite d’Armā’īl, il le combla de présents, lui ceignit la tiare, l’éleva en dignité et le nomma maṣmuġān et lui dit, en langue persane : « Vas (bas) mānā katah (kadah ?) āžād kardī » (c’est-à-dire : « Combien de gens (de maison) tu as libérés ! »). La famille du maṣmuġān est bien connue, aujourd’hui encore, en ce pays.

  • 196 mihr : 16e jour du mois et 7e mois de l’année dans le calendrier persan.

258Il arriva, par coïncidence, qu’Afrīḏūn fit prisonnier Bīwarāsf au milieu du mois de mihr et le jour de mihr196 ; lorsque ce fut le matin, il institua ce jour fête de mihrağān.

259Afrīḏūn, dit-on, était haut comme neuf lances, la lance était égale à trois brasses ; la partie postérieure de son corps était de trois lances ; la largeur de sa poitrine, de quatre lances ; le milieu de son corps de deux lances.

260Muḥammad b. Ibrāhīm a raconté ce qui suit : Je résidais dans le Ṭabaristān, au service de Mūsā b. Ḥafṣ aṭ-Ṭabarī, sous le règne d’al-Ma’mūn, lorsqu’un des généraux du calife vint lui ordonner de se rendre, en compagnie de Mūsā b. Ḥafṣ, en l’année 217, à l’endroit où se trouvait Bīwarāsf, [277] au Village des Forgerons, de s’informer de son aventure et d’établir la véracité de son histoire. Nous arrivâmes donc au Village des Forgerons ; lorsque nous approchâmes de la montagne où demeurait Bīwarāsf, nous nous trouvâmes en présence de loups197 grands comme des mulets et d’oiseaux aussi gros que des autruches ayant l’aspect de petits chameaux. La cime de la montagne était couverte de neige ; des vers gros comme des troncs de palmier descendaient de cette neige vers la plaine ; ces oiseaux, se jetant sur eux, les avalaient. Nous ne pûmes parvenir au sommet du mont et ne le reconnûmes pas. Tandis que nous étions dans cette situation, un vieillard vint à nous et nous interrogea sur notre entreprise. Nous le mîmes au courant de l’histoire. Or, sur la montagne, il y a nombre d’échoppes où se tient un peuple de forgerons, autour du sommet ; ils abattent alternativement leurs marteaux sur leurs enclumes, heure par heure, et parlent un langage qu’ils murmurent en mesure avec les coups de marteaux, sans faiblir un instant. Nous interrogeâmes le vieillard au sujet de ces échoppes. Il nous répondit : « Les forgerons sont un
» talisman contre Bīwarāsf afin qu’il ne se délivre pas de son lien ; car
» il s’applique à ronger son lien et ses chaînes : lorsque ces marteaux
» s’abattent, les chaînes reviennent à leur épaisseur primitive. Si
» donc vous désirez vous en informer, ainsi que de ces animaux
» captifs, je vous en ferai la démonstration ». — Le chef lui répondit : « Je ne suis pas venu pour autre chose que ce que tu as exposé ». Alors le vieillard se fit apporter198 une échelle faite de cuir et de rivets de fer et rassembla les jeunes gens du village ; plusieurs d’entre eux montèrent à cette échelle, en partant du pied de la montagne jusqu’à une hauteur de cent coudées. Ensuite, le vieillard nous montra, du côté de l’Orient, sur le sommet, au lever du soleil, une excavation considérable devant laquelle se trouvait le seuil d’une porte de fer, cloutée de clous dorés ; chaque clou portait, en langue persane, une inscription indiquant combien il avait coûté ; sur le seuil, une inscription avertissait que, sur le sommet du mont, il y avait sept portes de fer dont chaque battant possédait quatre serrures ; il était écrit, sur chacun de leurs montants : « Il y a une
» carrière qu’on parcourt jusqu’au bout et une limite qu’on ne
» dépasse pas. Que personne ne s’avise [278] d’ouvrir une de ces
» portes, car, de par cet animal, il tomberait sur le monde un mal-
» heur que vous n’écarteriez pas199 et qu’aucune de vos ruses ne
» conjurerait ». Mūsā b. Ḥafṣ s’écria alors : « Malheur à vous !
» Un animal resterait depuis des milliers d’années sans nourri-
» ture ? ». Et le vieillard de répondre : « La nourriture qu’il prenait
» autrefois est enchantée dans son ventre ; elle pénètre dans sa
» poitrine et remonte à sa gorge de sorte qu’il en est tout plein ; et
» il se trouve empêché de l’expulser : c’est là sa nourriture ». Alors, on se retira sans rien faire. L’histoire fut écrite à al-Ma’mūn qui répondit de ne rien entreprendre.

261On a rapporté ce récit d’un Kalbite : aḍ-Ḍaḥḥāk était jaloux ; il partit à la chasse ; Afrīḏūn, étant survenu à la tête de sa cavalerie, s’empara de sa demeure. aḍ-Ḍaḥḥāk, à son retour, vit Afrīḏūn dans sa maison, avec ses épouses. Pris de jalousie, il s’évanouit et tomba de sa monture. Afrīḏūn fondit sur lui et le ligota ; puis il poursuivit les auxiliaires d’aḍ-Ḍaḥḥāk et les ligota. Cela eut lieu dans le mois de mihr et le jour de mihr dont on fit le jour de mihrağān. Afrīḏūn, ayant pris le maṣmugān, lui dit : « Tu étais le pire de ses auxiliaires ;
» tu étais le sacrificateur ; je t’immolerai donc comme tu as immolé
» les autres ». — Le maṣmugān répondit : « J’ai fait une bonne action.
» — Quelle est-elle ? — aḍ-Ḍaḥḥāk m’ordonna d’en immoler deux ;
» or j’en laissais échapper quotidiennement un. — Où sont-ils ? —
» En selle, je te les ferai voir ». Afrīḏūn chevaucha en sa compagnie, et ils allèrent jusqu’à un endroit d’où l’on apercevait les monts du Daylam et de Širriz. Les gens avaient fait souche et s’étaient multipliés ; et le maṣmugān déclara : « Ce sont là tous ceux que j’ai
» fait échapper ». — Afrīḏūn répondit : « Vas mānā katah azād Kardī...
» je te donne la souveraineté sur eux ». Il lui donna donc la souve-
» raineté sur le Dunbāwand, et aḍ-Ḍaḥḥāk resta six mois ligoté chez le maṣmugān qui le tua le jour de nayrûz (nawrūz) ; et les Perses dirent :
« Imrūz naw Kurūz » (c’est-à-dire : « Nous avons fait face au temps
» en un jour nouveau ») ; et ils adoptèrent ce jour comme un jour de fête.

  • 200 Add. d’après M. où l’on lit : (...)

262On a rapporté ce récit d’al-Qāsim b. Sulaymān : Abğad, Hawwaz, Ḥuṭṭī, Kalaman, Sa’fas, Qarašat, [Ṯaḫaḏ et Ḍaẓaġ]200 étaient des tyrans. Qarašat, ayant réfléchi, s’écria un jour : « Dieu soit béni, Lui le meilleur des créateurs ! ». Malgré cela, Dieu le transforma en un dragon (ejdehā) à sept têtes qui est emprisonné au Dunbāwand.

263[279] Un traditionniste prétend que le prisonnier du Dunbāwand est le génie Ṣaḫr qui s’empara du sceau de Salomon, fils de David; lorsque Allah rendit à Salomon son pouvoir, celui-ci emprisonna le génie sur le mont Dunbāwand.

  • 201 M. :

264On a récité ces vers d’[Abū Tammām]201 aṭ-Ṭā’ī (kāmil) :

[Bābak] n’obtint même pas ce qu’obtinrent, en ce monde, Pharaon, Hāmān et Qārūn ;
Au contraire, il était comme aḍ-Ḍaḥḥāk, se jetant sur l’univers ; et [toi Afšīn] tu ressembles à Afrīḏūn.

  • 202 Texte : mais il faut lire au passif ; M. dit :
  • 203 M. : (...)

265‘Alī b. Rabban raconte qu’on envoya202 vers cette montagne des gens du Daylam et du Ṭabaristān chargés de s’enquérir de son histoire. Ils déclarèrent qu’ils l’avaient gravie durant deux jours, deux nuits et une portion d’un troisième jour203 ; ils trouvèrent, à son sommet, un plateau d’environ trente ğarībs de terre, bien que, vu de loin, il apparût aux yeux comme une coupole qui s’amincissait ; ce plateau était couvert d’un sable où les pieds s’enfonçaient ; ils n’y virent aucun quadrupède ; ni oiseau ni aucun animal n’y parvenait à cause de l’intensité du froid et de la violence des vents ; ils trouvèrent, sur ce sommet, trente excavations d’où sortait une vapeur de soufre ; autour de ces excavations, ils virent du soufre jaune comme l’or dont ils nous apportèrent des sacs ; ils prétendirent que, de ce sommet, les montagnes des alentours semblaient des collines et que la mer leur apparaissait comme un petit cours d’eau ; entre la mer et la montagne, il y avait plus de vingt parasanges.

QAZWĪN, ZANĞĀN, ABHAR

266Au dire de Bakr b. al-Haytam, la forteresse de Qazwīn se nommait, en persan, Kašvīn (ce qui signifie : « la frontière bien gardée ») ; entre elle et le Daylam, se trouve une montagne où les habitants [280] du Fārs maintenaient en permanence un groupe de cavaliers qui repoussaient les Daylamites, lorsqu’il n’y avait pas de trêve entre eux. D’après la tradition, cette garnison était établie dans un village nommé Sasīn, et l’on dit : « jaš-īn » ; elle entra ensuite dans un village nommé Fāsqīn, et l’on dit : « Bas-īn » (« c’est assez de celui-ci » ?) ; ayant pénétré ensuite dans le village de Šarwīn, leur chef donna un avertissement en disant : « Sarv-in ».

267Dastabā se trouvait partagé entre Rayy et Hamaḏān. L’une des portions, appelée Dastabā de Rayy, comportait tant et tant de villages204 ; le gouvernement s’en est attribué plusieurs en monopole, à notre époque, et en a la pleine propriété ; s’il a agi ainsi, c’est que le Turc Aḏkūtakīn b. Sātkīn entra à Qazwīn, s’en empara [en 266]205, fit prisonnier Muḥammad b. al-Faḍl206 et lui arracha ses domaines. Quant à l’autre portion, appelée Dastabā de Hamaḏān, les impôts en revinrent à Hamaḏān jusqu’à ce que Qazwīn devînt une kūra. L’équité régnait à Qazwīn grâce à Ṭāhir b. al-Ḥusayn, tandis que l’injustice sévissait à Hamaḏān à cause des mawālī du Commandeur des Croyants al-Mu’taṣim bi-llāh. Un personnage nommé Muḥammad b. Maysara ayant eu à se plaindre d’un autre habitant de Qazwīn du nom d’Aḥmad b. an-Naḍr b. Sa‘īd, envoya une députation à Nīsābūr, demandant aux scribes de rattacher à Qazwīn les cantons de Nasā et de Salqānrūḏ ; le gouverneur du Khorassan ayant écrit à ce sujet, ils furent rattachés à Qazwīn.

  • 207 M. :

268Al-Muġīra b. Šu’ba était gouverneur de Kūfa, Ğarīr b. ‘Abd Allāh, gouverneur de Hamaḏān, al-Barā’ b. ‘Āzib, gouverneur de Qazwīn ; ce dernier avait été nommé gouverneur par Ğarīr b. ‘Abd Allāh qui lui avait ordonné de marcher contre Qazwīn ; si Allāh la conquérait grâce au bras d’al-Barā’, il ferait, de là, une expédition contre le Daylam ; auparavant, les expéditions partaient seulement de Dastabā. Il n’y avait pas, à Qazwīn, d’autre emplacement bâti que la cité située à l’intérieur, car c’était une des fondations de Sābūr dū l-Aktāf, selon ce que nous avons déjà exposé, [281] à propos de l’arrivée d’al-Barā’ à Qazwīn. Al-Barā’ b. ‘Āzib, accompagné de Ḥanẓala b. Zayd al-Ḫayl, marcha donc jusqu’à Abhar ; il mit le siège devant la citadelle, construite par Sābūr ḏū l-Aktāf, qui avait fondé également la ville de Qazwīn ; quant à celle d’Abhar, il la construisit sur [un terrain arrosé par] des sources qu’il boucha avec des peaux de bœuf et de la laine ; sur ce terrain, il pratiqua une plate-forme sur laquelle il construisit la citadelle. Les gens d’Abhar résistèrent à al-Barā’, puis demandèrent l’aman sur le modèle de celui que Ḥuḏayfa avait accordé à la population de Nihāwand. Ensuite al-Barā’ marcha contre la garnison de la citadelle de Qazwīn qu’il assiégea. Ce que voyant, les défenseurs demandèrent la paix ; il leur appliqua les conditions qu’il avait accordées à la population d’Abhar ; répugnant à payer la capitation, les habitants de Qazwīn firent profession d’Islam, aux mêmes conditions, dit-on, que les chevaliers de Baṣra, [c’est-à-dire] avec la faculté de choisir [la tribu] avec laquelle ils voulaient vivre ; ils s’installèrent donc à Kūfa, s’allièrent à [la fraction de] Zuhra b. Hawiyya et furent nommés les Rouges du Daylam. On a dit aussi qu’ils se firent Musulmans et restèrent où ils étaient207 ; leurs terres furent soumises à la dîme, conformément aux conditions établies ; al-Barā’ b. ‘Āzib installa Ṭulayḥa b. Ḥuwaylid al-Asadī, avec 500 cavaliers, à Dastabā et Qazwīn ; ils y firent souche et leurs descendants y sont encore aujourd’hui, ayant hérité des domaines ; ceux-ci furent, en leurs mains, un fermage (qabāla) concédé par l’État durant cinquante ans — ou plus ou moins — du moment que c’étaient des terres et des biens-fonds sur lesquels personne n’avait aucun droit ; c’est eux qui les mirent en valeur et qui en organisèrent l’irrigation ; aussi les tenants de ces terres furent-ils nommés fermiers (mutaqabbil) parce que l’État leur avait affermé leurs propriétés.

269Un homme de Qazwīn, guerroyant avec al-Barā’ b. ‘Āzib, composa ces vers dans lesquels il encourage son fils (rağaz) :

  • 208 On a suivi M. : (...)

Les gens du Daylam sauront peut-être, en combattant Ibn ‘Āzib venu à la tête de son armée,
Que les desseins des infidèles sont mensongers208.

270[282] Ensuite, al-Barā’ fit une expédition dans le Daylam et en força les habitants à verser un tribut (itāwa)209 ; il fit une expédition dans le Ğīlān, le Babr et le Ṭaylasān et enleva Zanğān de vive force.

271Al-Walīd b. ‘Uqba b. Abī Mu‘ayṭ, devenu gouverneur de Kūfa pour le compte de ‘Uṯmān b. ‘Affān, razzia la partie du Daylam qui avoisine Qazwīn, l’Āḏarbayğān, le Ğīlān (Guilan), le Muqān, le Babr et le Ṭaylasān ; puis il s’en retourna.

272Sa‘īd b. al-’Āṣ b. Sa‘īd b. al-’Āṣ b. Umayya, devenu gouverneur, après al-Walīd, razzia le Daylam et fit de Qazwīn un miṣr.

273Lorsque Mūsā al-Hādī se rendit à Rayy, il vint à Qazwīn et ordonna de bâtir une nouvelle ville en face de l’ancienne : elle est connue sous le nom de ville de Mūsā. Il acheta Rustam Ābāḏ dont il fit un legs pieux à l’avantage de la ville ; ‘Amr ar-Rūmī, puis son fils Muḥammad b. ‘Amr, furent chargés de l’administrer. Al-Mubārak at-Turkī y construisit un quartier210 qui porte son nom211.

274Ar-Rašīd y entra lorsqu’il se rendit au Khorassan. Considérant que les habitants guerroyaient et luttaient contre l’ennemi, il y bâtit une mosquée-cathédrale au profit de laquelle il constitua, en legs pieux, boutiques et autres maisons de rapport ; il diminua, pour les habitants, l’impôt municipal qu’il fixa à dix mille dirhems.

275Al-Qāsim b. Ar-Rašīd étant devenu gouverneur du Ğurğān, du Ṭabaristān et de Qazwīn, les habitants de Zanğān lui confièrent leurs propriétés, afin de gagner ses faveurs et se préserver du mal que commettaient les gueux et les agents. Ils rédigèrent pour lui des contrats écrits relatifs à ces propriétés et devinrent ses fermiers. Ces propriétés font partie, encore aujourd’hui, des domaines de l’État.

276Qāqizān fut soumis à la dîme parce que ses habitants devinrent musulmans et la fertilisèrent après l’Islam ; ils la remirent aussi à Al-Qāsim et s’engagèrent à lui verser une seconde dîme en plus de celle qui était due au trésor ; et Qāqizān passa aux domaines.

277Quant à Dastabā, le pays demeura divisé en deux parties, annexées l’une à Rayy, l’autre à Hamaḏān, jusqu’à ce qu’un habitant de Qazwīn, un Tamīmite issu des Banū Riyāḥ et nommé Abū Mālik Ḥanẓala b. Ḫālid, fît si bien que [283] Dastabā tout entier fut annexé à Qazwīn. Un de ses compatriotes l’ayant entendu dire : « Moi, Abū Mālik, j’ai fait de Dastabā une kūra », répondit : « Pas du tout ! tu l’as ruiné et tu es Abū Hālik ».

278Abū Muğālid aṣ-Ṣan‘ānī a rapporté ce propos : Qazwīn et Ascalon (‘Asqalān) sont l’une des deux épousées212 que ses martyrs mèneront à Allah, le Jour du Jugement. Abū Hurayra et Ibn ‘Abbās ont rapporté ceci : Nous étions chez l’Envoyé d’Allāh ; il leva les yeux au ciel comme s’il attendait quelque chose ; puis il pleura si bien que ses larmes inondèrent ses joues et se mirent à dégoutter des pointes de sa barbe, tandis qu’il disait trois fois : « Qu’Allah ait pitié de mes frères à Qazwīn ! ». — Nous lui dîmes : « Envoyé d’Allah ! Quels sont tes frères de Qazwīn au souvenir
» desquels tu t’es attendri ? »213. — Il répondit : « J’ai des frères à
» Qazwīn ; elle fait partie de la terre du Daylam et elle sera ouverte
» à mon peuple à la fin des temps ; elle sera un couvent fortifié
» (ribāṭ) pour des troupes de mon peuple ; que celui qui atteindra
» ce temps participe donc à l’excellence du ribāṭ de Qazwīn car
» y214 mourront en martyrs des gens qui égaleront ceux de Badr ».

279Al-Ḥağğāğ b. Yūsuf envoya quelqu’un inviter la députation du Daylam à embrasser l’Islam ou à payer la capitation. Les délégués ayant refusé, Al-Ḥağğāğ ordonna qu’on lui représentât le Daylam avec ses plaines, ses montagnes, ses collines et ses bosquets ; ce qui fut fait. Ayant convoqué les Daylamites présents, il dit : « On
» m’a représenté votre pays. Or je le trouve désirable. Payez donc
» ce à quoi je vous invite, avant que je n’envoie des troupes contre
» vous, que je ne dévaste le pays, que je ne massacre les combattants
» et que je n’emmène les enfants en captivité. — Ils répondirent :
« Montre-nous cette image qui t’a rendu avide de nous et de notre
» pays ». Al-Ḥağğāğ fit venir l’image, ils y jetèrent les yeux et
dirent : « On t’a exactement renseigné sur notre pays ; c’est bien là
» son image, à cela près qu’on n’en a pas représenté les cavaliers
» qui défendront ces collines et ces montagnes ; tu le reconnaîtras,
» si tu t’y appliques ». Al-Ḥağğāğ envoya donc, contre eux, des troupes commandées par Muḥammad b. Al-Ḥağğāğ, mais elles ne purent rien faire et s’en retournèrent à Qazwīn. Muḥammad construisit une mosquée pour les habitants et y dressa un minbar ; c’est la mosquée d’at-Tūt215 qui se trouve à la porte de l’hôtel de la famille connue sous le nom de Ğunaydiyya.

280On a raconté que les agents de Ḫālid b. ‘Abd Allāh [284] al-Qasrī maudirent ‘Alī b. Abī Ṭālib du haut du minbar. Alors Ḥubayš b. ‘Abd Allāh, l’un des affranchis d’al-Ğunayd ou de ses cousins, se leva, tira son sabre, monta vers l’agent, le tua et s’écria : « Nous ne tolérerons pas que vous maudissiez ‘Alī b. Abī Ṭālib ! ». c’est après cela que l’on cessa de maudire ‘Alī.

L’ĀḎARBAYĞĀN

281Au dire d’Ibn al-Muqaffa’, l’Āḏarbayğān doit son nom à Āḏarbāḏ b. Īrān b. al-Aswad b. Sām b. Nūḥ, qu’on appelle, d’autre part, Āḏarbāḏ b. Bīwarāsf. Il fut conquis de vive force, en l’an 22 de l’hégire, par Al-Muġīra b. Šu’ba, qui y établit l’impôt foncier.

282Wāqid m’a raconté que, lorsque les Arabes descendirent en Āḏarbayğān, les grandes familles d’Égyptiens et de Syriens s’y précipitèrent, et chaque tribu s’empara de ce qu’elle put. Les indigènes devinrent donc cultivateurs pour les Arabes. Warṯān était un haut lieu : Marwān b. Muḥammad b. Marwān b. al-Ḥakam y éleva des constructions, mit le sol en valeur et fit des fortifications ; elle devint alors domaine de l’État. Par la suite, elle fut enlevée aux Umayyades et passa aux mains d’Umm Ğa‘far Zubayda, fille de Ğa‘far b. al-Manṣūr : al-Warṯānī était un de ses affranchis.

283Barzand est un village où al-Afšīn établit un camp pendant qu’il guerroyait contre Bābak ; il le fortifia et y fit des constructions.

284Al-Marāġa était appelée autrefois Afrāharūḏ : c’était un endroit où prenaient leurs ébats (tamarraġa) les montures du gouverneur de l’Arménie, Marwān b. Muḥammad, et de ses compagnons ; c’est pourquoi ils l’appelaient : « le village du pâturage » (Qaryat Al-Marāġa) ; puis on retranchera Qarya et l’on dit simplement Al-Marāġa. Les habitants la remirent à Marwān, puis elle fut enlevée aux Umayyades en même temps que leurs domaines et passa aux mains d’une des filles d’Ar-Rašīd.

285Après les troubles et les révoltes que fomentèrent al-Wağnā’ [b. ar-Rawwād] al-Azdī et Sadaqa b. ‘Alī, mawlā des Azd, Ḫuzay-ma b. Hâzim, nommé gouverneur de l’Arménie et de l’Āḏarbayğān, [285] sous le califat d’Ar-Rašīd, en bâtit les remparts, la fortifia, en fit un miṣr et y établit une solide milice (ğund). Lorsque Bābak parut en Arménie, les habitants, réfugiés à Al-Marāġa, s’y installèrent et s’y retranchèrent.

286Quant à Marand, c’est un petit village qui fut fortifié par le père d’al-Ba’īṯ, puis par al-Ba’īṯ et, après lui, par son fils Muḥammad qui y bâtit un château.

287Quant à Urmiya, c’est une ville ancienne ; les Mazdéens prétendent que Zoroastre, leur maître, en est originaire. Sadaqa b. ‘Alī, mawlā des Azd, s’en empara et y construisit des châteaux.

288Quant à Tabrīz, ar-Rawwād al-Azdī, puis al-Wağna’ b. ar-Rawwād s’y établirent, y firent des constructions, l’entourèrent de murailles ; et la population s’y installa avec eux.

289Quant à Mayāniğ et à Ğīlbāyā, les Ḥamdānides y résidèrent.

290Le district de Barza fut celui des Awdites.

291Quant à Narīz, c’est un village qui possède un château ancien et démantelé ; Murr b ‘Amr al-Mawṣilī aṭ-Ṭā’ī, s’y étant installé, y fit des constructions et l’habita ainsi que ses enfants. Ils en devinrent les chefs indépendamment du gouverneur de l’Āḏarbayğān.

292Quant à Sarāt, un groupe de Kindites, descendants des compagnons d’al-Aš‘aṯ b. Qays, s’y établit.

293Makḥūl aš-Šāmī rapporte ce propos : « La terre qui sera la
» plus promptement ruinée, c’est l’Arménie. —Et par quoi ? de-
» manda-t-on. — Par les sabots des chevaux ; c’est comme si je
» voyais s’agiter les anneaux de jambe des femmes de [la tribu de]
» Qays » ; et les chevaux y circulèrent.

294L’Āḏarbayğān s’étend de Barḏa‘a jusqu’à Zanğān avec, comme villes principales, Barkarī, Salamās, Mūqān, Ḫuwayy, Warṯān, al-Baylaqān, Al-Marāġa, Narīz et Tabrīz. Son autre frontière, du côté de l’est, atteint les pays de Daylam, de Ṭarm et de Ğīlān (Guilan), avec, comme villes principales, Barza, Sābur-ḫāst, Ḫūnağ, Mayāniğ, Marand, [286] Ḫuwayy, Kūlsarah, Bar-zand. Le pays était ruiné ; al-Afšīn y bâtit des villes et s’y installa.

295La route qui va de Barzand à Warṯān, où finit le territoire de l’ḏarbayğān, a douze parasanges.

296Font partie de l’Āḏarbayğān : Ğanza, Ğābrawān, Urmiya (la ville de Zoroastre), aš-Šīz (où se trouve le temple du feu Āḏurğušnasf, de grande importance aux yeux des Mazdéens), le canton d’as-Salaq, celui de Sindabāyā et d’al-Baḏḏ, celui de Māyanharğ et ceux d’Urm. L’impôt foncier de l’ḏarbayğān est de 2 000 000 de dirhems. A Warṯān finit le territoire de l’Āḏarbayğān, de ce côté.

L’ARMÉNIE

297Au dire d’Abū l-Munḏir Hišām b. Muḥammad b. as-Sā’ib al-Kalbī, l’Arménie doit son nom à Armīnī b. Lanṭī qui est fils de Yūnān b. Yāfiṯ.

298L’Arménie s’étend de Barḏa’a jusqu’à Derbend (Bāb al-Abwāb) et à la frontière du pays de Rûm de ce côté, et jusqu’au Caucase (Ğabal al-Qabq), au royaume d’as-Sarīr et au royaume d’al-Lakz. De l’extrémité du territoire de l’Āḏarbayğān (qui est Warṯān) jusqu’au commencement du territoire de l’Arménie, il y a huit relais de poste (sikka). De Barḏā’a jusqu’à Tiflīs, il y en a dix. L’Arménie se composait primitivement d’as-Sïsağān, Arrān et Tiflīs. Elle fut conquise par Ḥabīb b. Maslama.

299Barḏa’a, qui en fait partie, fut fondée par Qubāḏ le Grand. Celui-ci fonda aussi Bāb al-Abwāb et y construisit des forteresses ; si elle fut nommée ainsi, c’est qu’elle fut construite sur des défilés dans la montagne. Elle compte 360 forteresses : jusqu’à Bāb al-Lān, il y a, aux mains des Musulmans, 110 châteaux [qui s’étendent] jusqu’au territoire de Ṭabarsarān ; le reste des châteaux se trouve sur celui [287] des Fīlān et du Maître du trône (Ṣāḥib as-Sarīr) jusqu’à Bāb al-Lān. Les Turcs résidaient dans la ville d’al-Bāb ; Salmān b. Rabī‘a les combattit et mourut en martyr ainsi que ses compagnons, au nombre de quatre mille. Alors ‘Abd ar-Raḥmān [b. Ğumāna] al-Bāhilī, faisant mémoire de Salmān b. Rabī‘a et de son inhumation au delà du fleuve de Balanğar, composa ces vers (ṭawīl) :

Nous possédons deux tombeaux, l’un à Balanğar, l’autre, au seuil de la Chine. Quels vénérables tombeaux !
Le guerrier qui se trouve en Chine étendit au loin ses conquêtes ; quant à l’autre, les chemins sont arrosés de pluie grâce à lui.

300De l’Arménie première font partie : al-Baylaqān, Qabala, Šarwān ; de l’Arménie deuxième, Ğurzān, Ṣuġdabīl, Bāb Fayrūz Qubāḏ et al-Lakz ; de l’Arménie troisième, al-Busfurrağān, Dabīl, Sirāz Ṭayr, Baġrawand, an-Našawā ; de l’Arménie quatrième, le tombeau de Ṣafwān b. al-Mu’aṭṭal as-Sulamī, Compagnon de l’Envoyé d’Allah, qui se trouve entre elle [Šimsāṭ ?] et la forteresse de Ziyād ; ce tombeau porte un arbre inconnu, dont le fruit ressemble à l’amande et a meilleure saveur que le miel ; en outre, elle comprend Šimšāṭ, Ḫilāṭ, Qālīqalā, Arğīš, Bāğunays. Les districts d’Arrān et de Sīsağān se trouvaient dans le royaume des Ḫazar.

301Il y a, dans l’histoire de Moïse (Coran, XVIII, 62) : « As-tu vu, lorsque nous nous sommes abrités au rocher » ; le rocher, c’est celui de Šarwān ; la mer, celle du Ğīlān, et le village, celui de Bāğarwān.

302Qubāḏ fonda aussi les villes d’al-Baylaqān, de Barḏā’a, de Qabala ; il construisit le Sudd al-Labanet bâtit, au-dessus, 360 villes qui furent détruites après [288] que Bāb al-Abwāb eut été fondée. Après lui, régna son fils Kisrā Anūširwān ; il fonda les villes de Šābirān, de Masqaṭ, de Karkara ; puis il fonda Derbend (Bāb al-Abwāb) ; si elle reçut le nom d’al-Abwāb, c’est qu’elle fut bâtie sur les défilés dans la montagne ; il construisit, sur le territoire de l’Arrān, les Portes de Šakkī, les Portes d’ad-Dūdāniyya ; il y a là un peuple qui se dit descendant de Dūdān b. Asad b. Ḫuzayma ; il construisit les Portes de Durzūqiyya qui sont douze, chacune portant un château de pierre ; il fonda sur le territoire de Ğurzān une ville nommée ṢuġDabīl, y installa des gens de Sogdiane (Suġd) et du Fārs et en fit une garnison de frontière ; il construisit la Porte des Alains (Bāb al-Lān), la Porte de Samsaḫī ; il bâtit la citadelle de Ğardamān, celle de Samšuldā ; il fonda Balanğar, Samandar, Ḫazarân, Šakkī ; il conquit tous les pays que possédaient les Rūm ; il restaura la ville de Dabīl et la fortifia ; il fonda celle d’an-Na-šawā, chef-lieu de la kūra d’al-Busfurrağān ; il construisit la forteresse de Wayṣ ainsi que des citadelles sur le territoire d’as-Sīsağān, entre autres celles de Kilāb et de Šāhbūš, où il logea ses Sayāsī-ğiyya, gens de courage et de fermeté ; entre ce pays et celui des Ḫazar, il bâtit la muraille faite de roche et de plomb, avec une largeur de 30 coudées jusqu’aux sommets des montagnes ; ensuite il la mena jusque dans la mer, y mit des portes de fer ; il suffit de 100 hommes pour la garder, alors qu’auparavant il en fallait cinquante mille.

303[289] On lit, dans l’histoire de la Perse, que, quand Anūširwān eut fini de fermer la frontière de Balanğar et construit solidement la digue sur la mer, il se réjouit extrêmement. Il se fit donc dresser un trône d’or sur la digue ; puis, y étant monté, il rendit grâces à Dieu et chanta Ses louanges, disant : « Ô Maître des maîtres ! C’est
» inspiré par Toi que j’ai fermé cette frontière et dompté mes
» ennemis. A Toi donc l’action de grâces ! Récompense-moi bien
» et ramène-moi dans ma patrie dont je suis éloigné ». Ensuite il s’inclina et se prosterna ; puis il se redressa, s’étendit sur sa couche et s’endormit profondément. Alors sortit de la mer une bête qui ferma l’horizon tant elle était grande et, avec elle, s’éleva un nuage qui obscurcit le jour ; comme elle fondait sur la digue, les chevaliers s’empressèrent vers leurs arcs, et le roi se réveilla épouvanté ; il demanda : « Qu’avez-vous ? ». Lorsqu’ils eurent parlé, il leur dit : « Laissez là vos armes, car Dieu ne m’aurait certes pas inspiré de rester loin de ma patrie, douze années durant, pour fermer une frontière à l’avantage de Ses adorateurs et pour le repos des habitants de Son pays, puis pour donner pouvoir sur moi à l’un des animaux marins ».

304Les chevaliers se retirèrent donc, et la bête avança vers la digue ; quand elle se trouva au-dessus, elle s’écria : « Ô roi ! je suis un des
» hôtes de cette mer ; j’ai vu cette frontière fermée sept fois et
» rouverte sept fois ; Dieu nous a révélé, à nous hôtes de la mer, qu’il
» enverrait un roi dont l’âge et l’aspect sont les tiens, pour fermer
» cette frontière, et que ce roi la fermerait pour l’éternité. Tu es ce
» roi. Que Dieu te récompense bien, t’assiste dans une œuvre pie,
» prolonge tes jours et apaise ta crainte au jour du grand effroi ! ». Puis la bête s’enfonça dans la mer.

305De même, Kisrā fonda la ville de Šarwān. Quant à Balanğar, qui est située à l’intérieur du territoire des Ḫazar, elle fut fondée par Balanğar, fils de Japhet.

306Anūširwān, ayant terminé la digue qui se trouve dans la mer, s’informa au sujet de cette mer. On lui dit : « Sire, cette mer est
» nommée Kardabīl ; elle a 300 parasanges sur [290] autant ;
» entre nous et al-Bayḍā’, du pays des Ḫazar, c’est un voyage de
» quatre mois sur ce rivage ; d’al-Bayḍā’ des Ḫazar à la digue
» qu’Isfandiyār bâtit de fer, c’est un voyage de deux mois ». — Anūširwān s’écria : « Il faut absolument que nous en ayons une
» connaissance complète ». — On lui répondit : « Aucun chemin
» praticable n’y mène ; il y a là un endroit nommé Dahān-i Sīr
» (la Gueule du Lion) ; on y trouve un tourbillon dans lequel on
» ne souhaite pas s’engager, car aucun navire ne s’en sauve ». — Le roi reprit : « Il faut absolument que nous naviguions sur cette
» mer, que nous jetions un coup d’ceil sur ce tourbillon et que nous
» contemplions cette digue. — Sire, lui dit-on, craignez Dieu pour
» vous-même et pour ceux qui vous accompagnent ! ». Mais il ne voulut rien entendre et déclara : « Celui qui nous a sauvés de ce
» qui a surgi contre nous de la mer, peut bien nous sauver de son tourbillon ».

307On lui équipa donc des navires, et un certain nombre d’ascètes et de religieux y montèrent avec lui ; ils furent plusieurs jours en pleine mer ; enfin, lorsqu’ils arrivèrent à l’endroit du gouffre, ils restèrent perplexes, ne voyant ni point élevé où établir un phare, ni montagne propre à devenir un point de repère pour leur retour. Ils allèrent donc faire des reproches au roi. Anūširwān leur dit : « Soyez purs d’intentions envers Dieu ; humiliez-vous
» devant Lui ; implorez-Le ». Et Anūširwān promit à Dieu, s’il le sauvait, d’offrir l’impôt foncier de sept années en aumône aux pauvres de son royaume. Ils en étaient là, quand une île surgit devant eux, dominant les flots et portant une statue de lion grosse comme une montagne ; l’eau pénétrait par la partie postérieure de la statue et en ressortait par la bouche, d’où elle descendait vers le gouffre. Ils en étaient là quand Dieu envoya un requin plus grand que le tinnīn qui glissait sur l’eau ; il sauta dans la gueule du lion, le tourbillon se calma, et les vaisseaux le traversèrent, si bien qu’Anūširwān arriva où il voulut, revint au Ğurğān et accomplit son vœu.

***

308Ahmad b. Wāḍiḥ al-Iṣbahānī a raconté qu’il fit un long séjour en Arménie, écrivit à nombre de rois et de gouverneurs du pays et ne vit jamais contrée plus riche [291] et où il y eût des animaux plus volumineux. Il rappelle que les principautés y sont au nombre de cent treize, entre autres celle du Ṣāḥib as-Sarīr, située entre al-Lan et Bāb al-Abwāb et qui n’a que deux voies d’accès, l’une par le pays des Ḫazar, l’autre par l’Arménie ; ce royaume compte 18 000 villages. Quant à l’Arrān, c’est le premier royaume en Arménie, il compte 4 000 villages dont la plupart appartiennent au Ṣāḥib as-Sarīr.

***

309On raconte qu’al-Bāb wa-l-Abwāb est une muraille construite par Anūširwān ; une partie s’en trouve dans la mer et l’extrémité en est tellement élevée qu’on ne peut l’atteindre par aucun moyen ; cette muraille s’étend sur sept parasanges jusqu’à l’endroit d’un fourré et d’une montagne abrupte où passer est impossible ; elle est bâtie de pierres taillées et carrées dont une seule ne saurait être soulevée par cinquante hommes ; ces pierres ont subsisté, fixées qu’elles sont les unes aux autres par des clous ; sur ces sept parasanges furent placées sept voies commandées chacune par une ville où fut cantonnée une troupe de combattants perses appelés Siyāsīkīn.

310On raconte que, chez les Arméniens, les hommes ont la charge de surveiller cette muraille et ces portes ; à chaque voie s’adapte une porte ; la muraille est assez large, à sa partie supérieure, pour que vingt cavaliers y marchent, sans se gêner les uns les autres.

311On raconte aussi que, dans la ville de Bāb al-Abwāb, sur la Porte de la Guerre Sainte (Bāb al-Ğihād), il y a deux colonnes de pierre portant chacune l’image d’un lion en pierre blanche ; à leur partie inférieure, deux pierres portent les images de deux lions. Près de cette porte, se trouve, en pierre, l’image d’un homme ayant, entre les jambes, l’image d’un renard qui tient, dans sa gueule, une grappe de raisin.

312A côté de la ville, il y a une citerne connue sous le nom de Ṣihrīğ Ma’rūf (?) avec des degrés [292] pour descendre quand elle ne contient que peu d’eau ; de chaque côté de cet escalier, il y a un lion de pierre ; l’un d’eux porte une figure humaine en pierre ; à la porte de l’émirat, se trouvent aussi deux lions en pierre en saillie sur la muraille et dont les habitants disent que ce sont des talismans destinés à la protéger.

***

313Qālīqalā était une femme qui bâtit la ville de Qālīqalā et lui donna son nom dont le sens est : « Bienfaisance de Qālī ».

314Quant à la Buḥayrat aṭ-Ṭirrīḫ, elle resta publique jusqu’à ce que Muḥammad b. Marwān b. al-Ḥakam, devenu gouverneur d’Arménie et de Mésopotamie, s’en réservât la chasse. Ensuite elle passa à Marwān b. Muḥammad, puis lui fut enlevée.

315Ḥabīb b. Maslama prit, pour ‘Uṯmān b. ‘Affān, un grand nombre de villes d’Arménie. ‘Abd Allāh b. Ḥātim b. an-Nu’mān b. ‘Amr al-Bāhilī fut nommé gouverneur par Mu’āwiya, et son fils ‘Abd al-’Azīz, lui ayant succédé, fonda la ville de Dabīl, vers Barḏa’a, et beaucoup d’autres localités.

316Ḥabīb b. Maslama prit en Arménie pour ‘Uṯmān b. ‘Affān : Ğurāḫ, Kasfar, Kisāl, Ḫunān, Samsaḫī, al-Ğardamān, Kasfā Bīs, Šawšīt, Bāzalīt, et cela par capitulation, à la condition que les habitants paieraient impôt pour leurs personnes et leurs terres ; il prit aussi, par capitulation, aṣ-Ṣanāriyya et astreignit ses habitants, ceux de Qalarğīt et de Dūdāniyya, à un impôt.

317[293] Šamkūr est une ville ancienne. Salmān b. Rabī‘a envoya quelqu’un pour s’en emparer. Elle resta peuplée jusqu’à ce qu’elle fût ruinée par les Sāwardiyya ; ce sont des gens qui se rassemblèrent lorsque Yazīd b. Usayd eut quitté l’Arménie ; ils agirent brutalement et causèrent bien des malheurs. Ensuite, Buġā, mawlā d’al-Mu’taṣim bi-llāh, restaura et fortifia la ville, y fit amener des commerçants et la nomma al-Mutawakkiliyya.

318Salmān b. Rabī‘a prit, par capitulation, la ville d’al-Baylaqān ; il envoya sa cavalerie qui prit Sīsar, al-Musquwān, Ūḏ, al-Masryān (?), al-Mihrğilyān (?), tous cantons prospères ; il en conquit d’autres qui dépendaient de l’Arrān. Les Kurdes d’al-Balāsğān, invités à embrasser l’Islam, le combattirent, mais il les vainquit ; il imposa aux uns la ğizya et fit payer aux autres la ṣadaqa. Ensuite Salmān se dirigea vers le confluent de Kurr et du Rass, derrière Bardīğ ; ayant traversé le Kurr, il prit Qabala ; Šakkan, al-Qamī-barān et Ḫayzān lui demandèrent la paix, ainsi que le roi de Šarwān, les autres rois des Ğibāl et les habitants de Masqaṭ, d’aš-Šābirān et de Bāb al-Abwāb. Puis leurs portes se refermèrent après son passage. Rencontré par le Ḫāqān à la tête de ses cavaliers, au delà du fleuve de Balanğar, il fut tué — qu’Allāh l’ait en Sa miséricorde ! — à la tête de 4 000 Musulmans. Salmān, premier cadi établi à Kūfa, resta quarante jours sans qu’un plaignant vînt à lui ; il a rapporté des traditions d’après ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb.

319On dit que, quand Ḥabīb eut fait ses conquêtes en Arménie, il en écrivit à ‘Uṯmān. c’est alors qu’arriva la lettre annonçant la mort de Salmān. ‘Uṯmān songea donc à en confier le gouvernement à Ḥabīb ; puis, ayant jugé bon de lui donner la direction des expéditions sur les frontières de Syrie et de Mésopotamie, il confia le gouvernement de la marche d’Arménie à Ḥuḏayfa b. al-Yamān al-’Absī ; puis il le destitua. Ḥabīb prit la route du retour vers la Syrie, en guerroyant contre les Byzantins, et s’installa à Ḥimṣ ; Mu’āwiya l’envoya à Damas où il mourut.

320[294] Mu’āwiya nomma gouverneur d’Arménie Al-Muġīra b. Šu‘ba ; puis il le révoqua et le remplaça par Al-Qāsim b. Rabī‘a aṯ-Ṯaqafī.

321Al-As‘aṯ b. Qays gouverna, pour ‘Alī b. Abī Ṭālib, l’Arménie et l’Āḏarbayğān ; ces pays furent ensuite gouvernés par plus d’un ; enfin, ils le furent par Marwān b. Muḥammad qui conquit le pays des Ḫazar et pénétra profondément chez eux. Ensuite vinrent les ‘Abbāsides. Abū Ğa‘far reçut le gouvernement de la Mésopotamie et de l’Arménie, sous le califat de son frère Abū l-‘Abbās. Ensuite il devint calife ; Yazīd b. Usayd as-Sulamī devint gouverneur, s’empara de Bāb al-Lān, y établit une garnison composée de gens [inscrits au] dīwān et soumit les Ṣanāriyya qui furent contraints de payer l’impôt foncier. Ensuite les Arméniens se révoltèrent sous le gouvernement d’al-Ḥasan b. Qahtaba aṭ-Ṭā’ī, après la révocation de Yazīd b. Usayd ; al-Manṣūr envoya des renforts commandés par ‘Āmir b. Ismā’īl ; al-Ḥasan tomba sur Mušāyl, chef des Arméniens ; il dispersa ses troupes et rétablit ainsi ses affaires ; il a donné son nom au nahr al-Ḥasan à al-Baylaqān, au Bāġ (jardin) al-Ḥasan à Barḏa’a et aux domaines connus sous le nom de Ḥasaniyya-al-Ḥasan eut pour successeur’Uṯmān b. ‘Umāra ; puis les gouverneurs furent tour à tour Rawḥ b. Ḥātim al-Muhallabī, Ḫuzayma b. Ḫāzim, Yazīd b. Mazyad aš-Šaybānī, ‘Ubayd Allāh ibn al-Mahdī, al-Faḍl b. Yaḥyā, Sa‘īd b. Salm, Muḥammad b. Yazīd b. Mazyad. Ḫuzayma fut le plus énergique de tous : c’est lui qui établit, à Dabīl et à Nasawā, le cadastre qui n’existait pas auparavant.

322Ensuite Ḫālid b. Yazīd b. Mazyad devint gouverneur sous le califat d’al-Ma’mūn. Puis al-Mu’taṣim bi-llàh nomma gouverneur al-Ḥasan b. ‘Alī al-Bāḏġīsī, connu sous le nom d’al-Ma’mūnī, qui se lia avec les patrices arméniens et les traita avec tant de douceur qu’ils se révoltèrent contre lui.

323Ensuite l’Arménie fut continuellement gouvernée par des agents qui ne contentaient qu’une faible partie de la population ; mais, quand al-Mutawakkil accéda au pouvoir, il y envoya Yūsuf b. Muḥammad b. Yūsuf al-Marwazī deux ans après son accession au califat.

324[295] Les animaux les plus grands de l’Arménie sont les ovins, les bovins et les chiens ; les bêtes de somme y sont petites ; de même que les chameaux dont le poitrail toucherait presque la terre et qui ressemblent aux chameaux turcs.

325Quant au Caucase (Ğabal al-Qabq), on y parle soixante-douze langues, et chacun n’y comprend le langage de son voisin que grâce à un interprète. Il est long de 500 parasanges et s’étend depuis le pays des Rūm jusqu’à la frontière du pays des Ḫazar et des Alains (al-Lān) ; il touche aux pays des Slaves et renferme aussi une race de Slaves, tandis que le reste de la population est arménien. On dit que cette montagne est le mont al-’Arğ qui, situé entre Médine et La Mecque, s’étend jusqu’en Syrie et rejoint le Liban (Lubnān) du côté de Ḥimṣ et le Sanīr qui dépendent de Damas ; ensuite il va rejoindre les monts d’Antioche et d’al-Maṣṣīṣa et prend, à cet endroit, le nom d’al-Lukkām ; ensuite il rejoint les monts de Malaṭya, de Šimsāṭ et de Qālīqalā, jusqu’à la Caspienne (baḥr al-Ḫazar) où se trouve Bāb al-Abwāb ; il prend, à cet endroit, le nom d’al-Qabq.

326Une des curiosités est, dit-on, une chambre située à Qālīqalā, dans une église chrétienne : pendant toute la nuit précédant les Rameaux, il sort d’un endroit de la chambre une poussière blanche et, le matin venu, l’endroit se referme jusqu’à l’année suivante ; alors les moines recueillent la poussière et la distribuent aux fidèles ; elle possède des propriétés contre les poisons, les scorpions et les serpents ; on en mêle à de l’eau le poids d’un dānaq et on la fait boire en cas de piqûre par un scorpion ou de morsure par un serpent ; cela calme sur le champ. Une autre curiosité est la suivante : si l’on vend cette poussière pour en acquérir ensuite quelque chose des biens de ce monde, on n’en retire aucun profit et l’on n’est pas guéri de son mal.

327Une des curiosités de l’Arménie est le lac de Ḫilāṭ ; en effet, durant dix mois, on n’y voit ni grenouille, ni écrevisse, ni poisson ; ensuite, les poissons s’y montrent durant deux mois et nagent tous lentement [de sorte qu’on les prend à la main].[296] Au dire d’Abū l-Munḏir, les talismans furent fabriqués par Kūš b. Ḥām b. Nūḥ, aḍ-Ḍaḥḥāk, l’homme aux deux serpents, Dû l-Qarnayn, Joseph, fils de Jacob, Moïse, fils d’Amram, Ḥulwān al-’Imlīqī, Balīnās ar-Rūmī et Qānbūs.

  • 216 Dans une note, De Goeje propose un texte qui signifierait : on prétend aussi que la distance qui s (...)

328L’Āḏarbayğān est borné par l’Araxe (ar-Rass) et le Kurr, du côté de l’Arménie. l’Araxe sort de Qālīqalā, passe à Arrān dont il reçoit la rivière, passe ensuite à Warṯān, puis arrive au confluent où il s’unit au Kurr ; la ville d’al-Baylaqān est située entre les deux cours d’eau qui, leur jonction opérée, se jettent dans la mer du Ğurğān. l’Araxe est un fleuve étonnant qui contient diverses espèces de poissons ; on y trouve le šūrmāhī (esturgeon ?) qui n’existe que dans ce fleuve et se montre annuellement et à époque fixe, à l’instar de divers poissons de mer et de poissons migrateurs qui apparaissent à époques fixes, tels l’ustūr, le ğ.rāf, le barastūğ. En effet, ces espèces viennent à Baṣra, des extrémités de la mer, cherchant l’eau douce au moment favorable. Le barastūğ ne se dirige-t-il pas vers Baṣra, depuis le pays des Zanğ, cherchant l’eau douce du Tigre ? Tous les marins savent cela. Ils prétendent aussi que la distance de Baṣra à l’Oman est plus grande que la distance de Baṣra au pays des Zanğ. On s’est trompé en prétendant que la Chine (aṣ-Ṣīn) est plus éloignée ; en effet216 : la mer des Zanğ forme une seule fosse profonde et vaste, avec de grosses vagues et battue par un vent violent. Pour aller de l’Oman vers le pays des Zanğ, il faut deux mois ; comme la mer est profonde, que le vent souffle fort, que les flots sont hauts, qu’il y a peu d’avantages au pays des Zanğ, que la voile n’est pas [297] descendue, qu’on navigue à la corde et non à l’arc sans connaître ni kannab ni makā, les jours qu’on met à se rendre au pays des Zanğ sont moins nombreux.

329Le barastūğ traverse les flots de la mer, nage du pays des Zanğ jusqu’à Baṣra, puis ce qui en a échappé aux pêcheurs revient au pays des Zanğ. qu’Allah soit béni, Lui le meilleur des Créateurs !

330L’on distingue le šūrmāhī parmi les poissons de ce fleuve (Araxe), parce qu’il a bonne odeur et saveur, parce que sa chair est très grasse et tendre.

331Les Arméniens disent : Nous avons de la manne en abondance — c’est le taranğabīn ; nous avons le kermès, que nous sommes seuls à posséder (c’est un ver rouge (occus paphica) qui, apparaissant au printemps, est recueilli, puis cuit et dont on teint la soie) ; nous avons le loup-cervier, quadrupède qui se trouve en Arménie ; il ressemble au chat (sinnawr), a des articulations souples, la peau couverte d’un poil soyeux qui atteint un grand prix ; ses canines sont excellentes pour l’amour : vous prenez ses canines et ses griffes, vous les laissez sécher, vous les faites boire à qui vous aime, et il vous aimera passionnément. Et nous avons de la garance en quantité.

332L’Arménie possède des mines de mercure, de sulfate de cuivre (qalqand), de colcothar (qulquṭār), d’asrabb. Il y a aussi les bovins d’Arménie, les châtaignes et beaucoup de [bois de] ḫalanğ dont on fabrique des objets merveilleux : on coupe ces végétaux dans une jungle touffue, dans la région de Barḏa’a riche en arbres et en plantes ; elle touche au pays des Ḫazar et va jusqu’à la région de Ḫwārazm ; on l’appelle Ġayḍat ar-Raḥmān.

333L’impôt annuel de l’Arménie est de 2 033 985 dirhems.

334Au delà de Bāb al-Abwāb, il y a le royaume de Sūr, ceux des Lakz, des Alains (al-Lān), de Fīlān, [298] de Masqaṭ, celui du Ṣāḥib as-Sarīr et la ville de Samandar.

335De Ğurğān au Canal des Ḫazar, il y a 8 jours, lorsqu’on a bon vent. Les Ḫazar sont tous juifs, mais judaïsés depuis peu.

336Du pays des Ḫazar à l’emplacement de la muraille [de Gog et de Magog], il y a 2 mois. Allah dit dans la sourate de la Caverne (XVIII, 82-93) : « Ils t’interrogeront sur Dū l-Qarnayn. Réponds :
» Je vais vous communiquer sur lui un récit. Nous l’avons établi
» sur la terre et l’avons comblé de toutes choses. Il a suivi un fil et,
» parvenu au couchant du soleil, il trouva celui-ci disparaissant
» dans une source brûlante... Les Gog et les Magog sèment le
» désordre sur la terre ». Ils s’en allaient, au printemps, vers leurs terres, ne laissant rien de frais sans le manger, rien de sec sans l’emporter. Et Allah a dit (XVIII, 94) : « Ce que mon Seigneur a
» mis à ma disposition vaut mieux [que votre redevance] ; aidez-
» moi avec ardeur et je placerai entre eux et vous un rempart ». Ils demandèrent : « Que veux-tu ? ». — Et il répondit (XVIII, 95) : « zubar al-ḥadīd » (c’est-à-dire : des morceaux de fer). Ensuite [Ḏū l-Qarnayn] donna des ordres au sujet du fer, et l’on en frappa de grandes briques ; et il fit fondre le cuivre ; ensuite il se servit de cuivre pour cimenter les briques, en fit, dans le défilé, une construction qu’il mit de niveau avec les deux sommets de la montagne ; lorsque ce fut fini, il donna des ordres au sujet du cuivre qui fut fondu et coulé par-dessus ; ainsi cela devint semblable à un corps sans fissure. Quand ce fut fini, il parcourut cette terre et mit, en s’éloignant, quatre mois à la traverser.

337On raconte que, lorsqu’il atteignit l’endroit de la muraille, une grande foule se rassembla autour de lui, et on lui dit : « Ô roi
» victorieux ! derrière cette montagne, il y a des peuples dont
» Allāh connaît seul le nombre ; ils ont dévasté nos pays et nos
» cultures. — Comment sont-ils faits ? — Ils sont courts, chauves,
» avec une large face. — Combien d’espèces ? — Ils sont beaucoup
» de peuples ; Allah seul en sait le nombre. — Quels sont leurs
» noms ? — Ceux qui sont près de nous forment six tribus : Yāğūğ,
» Māğūğ, Tāwīl, Tārīs, [299] Mansak, Kumārī, chacune d’elles
» aussi nombreuse que tous les humains ; quant à ceux qui sont loin
» de nous, nous ne connaissons pas leurs tribus, et ils n’ont accès
» vers nous que de ce côté et par ce défilé. “Te promettrons-nous
» un tribut” (Coran XVIII, 93) à condition que tu le fermes
» devant eux et que tu nous défendes contre leurs entreprises ? —
» Que mangent-ils ? — La mer rejette annuellement pour eux deux
» poissons, dont on met dix jours à parcourir chacun ». Il construisit alors cette muraille.

338On raconte que la muraille comportait une voie rouge en cuivre rouge et une voie noire en fer ; Gog et Magog formaient 24 tribus ; l’une d’elles faisait campagne, et c’était les Turcs ; Ḏū l-Qarnayn ferma la digue devant 23 tribus.

339Au dire de Muqātil b. Sulaymān, si les Turcs furent appelés ainsi, c’est qu’ils furent laissés (turikū) derrière la muraille.

340On dit que, quand Jésus sera descendu et aura tué l’Antéchrist maudit, Gog et Magog apparaîtront. Jésus, se dressant en orateur devant les Musulmans, glorifiera et louera Allāh, en disant : « Mon
» Dieu ! secours le petit nombre qui T’obéit contre le grand nombre
» qui Te désobéit ». Et Allāh assistera contre eux les Croyants.

341Il est dit, dans une tradition rapportée d’après Wahb b. Munabbih : Ils forment un peuple dont la taille de chacun est égale à la moitié d’un homme de taille moyenne ; ils ont, aux mains, des griffes au lieu d’ongles ; ils ont des molaires et des canines comme celles des fauves, de grandes oreilles, dont l’une leur sert de couche et l’autre de couverture ; il n’y a, chez eux, ni mâle ni femelle dont la mort ne soit connue d’avance, en ce sens qu’une femelle ne meurt pas avant qu’il ne sorte de son ventre mille petits ; de même pour les mâles ; ils ont le Dragon (tinnīn) à manger, au printemps, et le réclament à sa saison, tout comme on réclame à sa saison la pluie abondante ; ils s’appellent les uns les autres, comme font les pigeons, et hurlent comme les loups ; ils s’accouplent [300] comme les bêtes à l’endroit où ils se rencontrent.

342Ḏū l-Qarnayn, ayant vu tout cela, se dirigea vers le défilé situé entre les deux escarpements du mont et mesura la distance qui les séparait ; c’était la ligne de partage entre la terre des Turcs et les pays avoisinant l’orient ; il trouva donc, entre eux, la distance d’une parasange, c’est-à-dire trois milles. Il fit donc creuser des fondations jusqu’à ce que l’eau fût atteinte, puis il fixa à un mille la largeur de la Muraille ; le gros-œuvre fut fait de morceaux de fer semblables à des rochers ; en guise de mortier, on fondit du cuivre qui fut coulé sur le fer ; et cela devint comme une veine de montagne souterraine ; ensuite il éleva la Muraille, la crénela de morceaux de fer et de cuivre fondu et mit, dans les intervalles, des veines de cuivre jaune ; on eût dit une étoffe rayée d’un beau travail, par suite du jaune et du rouge dus au cuivre et du noir dū au fer. Puis, lorsque Ḏū l-Qarnayn eut terminé cette solide construction, il prit la route du retour.

343Au dire d’Ibn ‘Abbās, la terre se divise en six sections : Gog et Magog en occupent cinq et tout le reste de la création, une.

344Al-Mu’allā b. Hilāl al-Kūfī a dit : Me trouvant à Maṣṣīṣa, j’entendis raconter que la mer demeure souvent plusieurs jours et nuits sans que ses flots soient agités, bien qu’on y entende un grondement impétueux. On dit alors que cela n’a lieu que par suite d’un châtiment infligé aux bêtes de la mer et que ce sont elles qui crient vers Allāh. Alors une nuée s’avance et finit par disparaître dans la mer ; puis c’est une autre, et une autre encore jusqu’à ce qu’on ait compté sept nuées ; ensuite elles s’élèvent d’un autre côté, sont mises en fuite et se suivent les unes les autres, battues par le vent ; ensuite elles montent ensemble au ciel, et il en sort quelque chose qu’on considère comme étant le tinnīn ; on le voit la tête dans la nuée et donnant des coups de queue, puis il disparaît, chassé vers Gog et Magog ; alors la mer se calme.

345Au dire d’al-Manṣūrī, la nuée chargée du tinnīn le happe partout où elle le trouve, de même que la pierre d’aimant happe le fer, [301] si bien que le serpent finit pas ne pas lever la tête, de crainte de la nuée ; il ne la sort qu’une seule fois, lorsque le ciel est serein. Souvent, tandis que la nuée l’emporte, il s’en échappe et tombe dans la mer. Alors la nuée vient avec fracas, tonnerre et éclairs, entre dans la mer et en fait sortir derechef le tinnīn. Il arrive qu’il passe, chemin faisant, auprès d’un arbre antique qu’il déracine ou auprès d’un énorme rocher qu’il soulève. Il y eut, à une certaine époque, un docteur nommé Hippocrate (Buqrāṭīs) ; la mort s’étant propagée dans des villages de la région, Hippocrate fit une enquête : c’était un tinnīn que le nuage avait fait sortir et qui, s’en étant échappé, était tombé et répandait une infection qui atteignait la population des villages ; Hippocrate s’en fut, recueillit de l’argent et préleva une contribution sur les gens des villages ; il en acheta du sel qu’il jeta sur le monstre, si bien que cette mauvaise odeur se dissipa. Et Allāh conseiva sains et saufs les habitants du pays. Hippocrate a déclaré ceci : Je m’en fus vers le tinnīn, afin de voir ce que c’était ; je le trouvai long de deux parasanges, large de plusieurs coudées, le corps rond, tacheté comme la panthère, couvert d’écaillés comme un poisson ; il avait deux grandes ailes, semblables aux nageoires d’un poisson, près de sa tête d’où se ramifiaient d’autres têtes ; la tête principale avait la forme d’une tête d’homme, grosse comme une forte colline, avec deux oreilles longues et larges comme celles d’un éléphant ; il sortait de cette tête six cous, chacun long de dix coŪḏées et portant une tête semblable à celle d’un serpent.

  • 217 Lacune dans le texte que De Goeje renonce à combler et pour laquelle M. n’est d’aucun secours.

346Sallām l’interprète a raconté qu’al-Wāṯiq bi-llāh [...]217. Il dit : « Nous sortîmes d’auprès al-Wāṯiq, à Samarra, et nous revînmes vers lui après 28 mois d’absence ».

LE ṬABARISTĀN

347Le Ṭabaristān, dit-on, fut nommé ainsi parce que des gens du Guilan (Ğīlān) y pénétrèrent ; il y avait là beaucoup d’arbres ; ne voyant pas le sol, tant les arbres étaient nombreux et touffus, ils dirent : « Si nous coupions [302] ces arbres avec nos haches ; si » nous nous établissions dans le pays et si nous le peuplions ? ». Et ils firent ainsi. Et le Ṭabaristān fut nommé ainsi, dans leur langage, à cause des haches.

348Le Babr, le Ṭaylasān, le Tālaqān, le Daylam, le Khorassan, à l’exception du Ḫwārazm, sont peuplés de descendants d’Ašbaq, fils d’Abraham.

349On dit qu’un grand nombre de personnes ayant été rassemblées dans les prisons de Kisrā, celui-ci, n’étant pas d’avis de les mettre à mort, tint conseil ; on lui dit de les reléguer. « Voyez donc un endroit où je les retiendrai prisonniers », répondit-il. On explora donc le pays et l’on tomba sur les monts du Ṭabaristān. Le roi, averti, envoya vers ses montagnes les prisonniers, les y laissa dans la solitude et les y enferma ; le pays était alors inhabité ; il les y laissa un an sans s’informer d’eux. l’année s’étant écoulée, il envoya prendre de leurs nouvelles ; le messager, arrivé auprès d’eux, leur parla ; ils étaient encore vivants. Il leur demanda ce qu’ils voulaient ; et ils répondirent : « Ṭabarhā ! Ṭabarhā ! », c’est-à-dire : « Nous voulons
» des haches pour couper les arbres ». Kisrā, mis au courant, leur en fit envoyer ; ils abattirent les arbres et se firent des habitations. L’année suivante, Kisrā renvoya son messager. Celui-ci, arrivé auprès d’eux, leur demanda comment ils se trouvaient. Ils répondirent : « Zanān ! Zanān ! », c’est-à-dire « Nous voulons des femmes ». Le roi, mis au courant, donna des ordres au sujet des femmes qui se trouvaient dans ses prisons : on les leur envoya et ils se multiplièrent. Ces mots furent arabisés et l’on dit : Ṭabaristān, qui est à la vérité : Ṭabar-zanān, c’est-à-dire : « haches » et « femmes ».

350La capitale du Ṭabaristān est Āmul où résident les gouverneurs ; c’est la plus grande ville. Puis Mamaṯīr, que six parasanges séparent d’Āmul. Puis Turunğa, petite ville à six parasanges de Mamaṯīr. Puis Sāriya, puis Ṭamīš, à 16 parasanges de Sāriya, sur les frontières [du territoire de] Ğurğān ; là finit le Ṭabaristān du côté du Khorassan. Du côté [303] du Daylam, à cinq parasanges d’Āmul, il y a une ville nommée Nātil. Lorsque vous avez dépassé Nātil, il y a Šālūš qui fait partie de la marche du Daylam. Telles sont les principales villes de la plaine. Quant à celles de la montagne, il y a une ville nommée Kalār, qui est également une marche-frontière ; dans son voisinage, se trouve une ville nommée Sa‘īdābāḏ, petite, mais possédant un minbar ; ensuite ar-Rūyān, la plus grande des villes de la montagne ; dans la montagne et du côté du Khorassan, se trouvent une ville nommée al-Lāriz, puis aš-Širriz, puis Dihistān ; lorsque vous avez passé al-Lāriz, vous tombez dans les monts Wandāḏ-Hurmuz ; et lorsque vous avez passé ces monts, vous tombez dans les monts Šarwīn qui font partie du territoire d’Ibn Qārin ; ensuite c’est le Daylam ; puis le Guilan (Ğīlān).

351Au dire d’al-Balāḏurī, il y a huit kūras dans le Ṭabaristān : Sāriya, Āmul qui compte, parmi ses cantons, Uram-Ḫāst supérieur et Uram-Ḫāst inférieur —, Mihrawān, al-Iṣbahbuḏān, Nāmiya, Ṭamīš. De Sāriya à Šalanba, par le chemin des montagnes, 30 parasanges, dont la majeure partie dans le Ğurğān et la moindre dans le Ṭabaristān. De Sāriya à Nāmiya et Ṭamīš, 20 parasanges. De Sāriya à al-Mihrawān, 10 parasanges. De Sāriya à la mer, 3 parasanges. d’Āmul à Sāriya, 13 parasanges. d’Āmul à ar-Rūyān, 12 parasanges. D’Āmul à Šālūš, qui est vers la région du Guilan, 20 parasanges. Du Guilan à ar-Rūyān, 12 parasanges.

  • 218 M. : (...)
  • 219 M. aj. :

352Parmi les villes d’ar-Rūyān, il y a Šālūš, al-Lāriz, as-Širriz, Wandāšūrağ ; [304] puis le Ğīlān. La longueur du Ṭabaristān, de Ğurğān218 à ar-Rūyān, est de 36 parasanges ; sa largeur, de 20219.

  • 220 M. permet de combler la lacune :

353Le premier à qui furent livrées les pentes des monts fut Šarwīn220 ; [elles étaient auparavant aux mains des troupes cantonnées dans des postes militaires et d’autres Musulmans. Šarwīn les retira des mains des Musulmans, et des officiers des Ğarwiyya (?) et leurs enfants y furent établis. Ils restèrent en leur possession jusqu’à l’arrivée d’al-Ğurašī, qui les en chassa. Voulant ensuite en établir le cadastre, ce dernier posa son camp à l’oratoire en plein air d’Āmul et envoya des arpenteurs. Les habitants firent une sortie contre eux et tuèrent l’officier qui les commandait. Ensuite il [Šarwīn ?] écrivit à Ar-Rašīd à ce sujet, et le calife, s’étant rendu en personne à Rayy (?), convoqua Bandāḏ Hurmuzd, et Šarwīn-Bandāḏ Hurmuzd quitta les pentes des montagnes, les livra à Ar-Rašīd avec ses propriétés situées en plaine] et se rendit auprès du calife pour demander l’aman ; celui-ci le nomma iṣbahbaḏ au Khorassan.

354Les garnisons, depuis le lieu où commence le Ṭabaristān jusqu’à la frontière du Daylam, sont au nombre de 31 ; chacune d’elles compte de 200 à 1 000 hommes.

  • 221 M. :

355La première ville du Ṭabaristān, dans la partie qui touche au Ğurğān, est Ṭamīš, à la limite [du territoire de] Ğurğān ; elle possède une grande voie, et aucun des habitants du Ṭabaristān ne peut en sortir pour se diriger vers Ğurğān sans l’emprunter, car une muraille de mortier et de brique s’étend depuis la montagne jusqu’au fond de la mer ; cette muraille fut construite par Kisrā Anūširwān, pour mettre le Ṭabaristān à l’abri des incursions des Turcs. Ṭamīš est une ville très peuplée, avec mosquée-cathédrale et minbar, et un officier commandant 2 000 hommes. Outre Ṭamīš, il y a, dans la plaine, la ville d’al-Mihrawān qui possède aussi mosquée et minbar. Puis la ville de Sāriya, possédant minbar et mosquée ; à l’extérieur et près de la porte de cette ville, il y a 1 000 arpents de terre que Bandāḏ Hurmuzd avait achetés sur les biens confisqués (šawāfī) et vendus par Ğarīr b. Yazīd, gouverneur du Ṭabaristān221. Puis vient la ville d’Āmul qui possède mosquée, minbar et hôtel de l’émirat ; on y fabrique les tapis du Ṭabaristān ; c’est une ville très peuplée. Puis vient Mamaṯīr qui possède mosquée et minbar. Entre Āmul et Mamaṭīr, se trouvent de nombreux cantons ruraux et des villages prospères.

356On a prétendu qu’ar-Rūyān ne fait pas partie du Ṭabaristān et qu’il forme une kūra distincte et indépendante. c’est un pays vaste, riche en cours d’eau, en sources et en produits de la terre entouré de hautes montagnes et de nombreuses principautés. [305] Il faisait anciennement partie du royaume de Daylam, puis il passa aux mains de ‘Umar b. al-’Alā’, seigneur du Ğawsaq de Rayy, dans [la plaine d’] Azdān ; celui-ci y bâtit une ville et établit un minbar. Entre les monts d’ar-Rūyān et le Daylam, se trouvent de nombreux cantons ruraux ; les villages fournissent de 400 à 1 000 hommes et on y compte, au total, plus de 50 000 combattants ; l’impôt foncier, suivant ce qui fut établi par Ar-Rašīd, s’élève à 450 000 dirhems.

357Dans le pays d’ar-Rūyān, il y a une ville nommée Kağğah où réside le gouverneur. Les monts d’ar-Rūyān sont contigus à ceux de Rayy et à leurs domaines ; on y pénètre en venant de ce qui avoisine Rayy.

358De Rayy à Šālūš, 8 parasanges. Sur une des frontières du Daylam, se trouve la ville nommée Šālūš, face à l’ennemi ; elle possède minbar et mosquée. Devant elle, opposée à Kağğah, se trouve une ville nommée al-Kabīra qui possède également un minbar. De la ville de Šālūs à une ville moderne du Daylam222 [nommée at-Ṭālaqān], qui possède mosquée et minbar, 4 parasanges223. Les pentes de cette montagne rejoignent la mer ; elles sont habitées par les protégés (musta’min) qui demandèrent asile à ‘Umar b. al-‘Alā’ ; il y a là des gens qui, ayant de la religion, bâtirent des mosquées ; les habitants de Šālūs se marièrent avec eux. Au delà, se trouve une population du Daylam qui n’obéit jamais à personne et dont les villages et les montagnes sont contigus aux monts d’Arménie et à al-Bāb wa-l-Abwāb. Ensuite vient le bourg où se réunissent les gouverneurs et d’où ils font incursion dans le Daylam : on l’appelle Muzn224.

  • 225 M. : (...)
  • 226 M. : (...)
  • 227 M. aj. : (...)
  • 228 M. aj. : (...)
  • 229 D’après le texte, al-Māzyār semble s’adresser à la troupe ; M. est plus explicite :
  • 230 On ne connaît pas de ville de ce nom. Peut-être faut-il comprendre : le siège du commandement.

359Lorsque al-Māzyār, fils de Qārin, eut fini de massacrer ses oncles paternels, les grands personnages de la famille de Bandās-fağān et leurs généraux, il ne put mettre à mort les enfants de Šarwīn b. Šahriyār225, à cause de leur richesse et de leur clientèle, et parce que Šarwīn résidait dans les monts du Ṭabaristān, dans la région avoisinant le pays de Qūmis. Il y avait, entre les montagnes [306] de Šarwīn et les montagnes de Bandāḏ-Hurmuzd et de Bandāsfağān, des cols et des défilés inexpugnables. Ces cols étaient empruntés par les caravanes commerciales vers l’extérieur du Ṭabaristān. al-Māzyār témoigna donc aux enfants de Šarwīn bonne foi, générosité et penchant ; lorsqu’un des leurs venait à lui, il le traitait avec égards et lui donnait de riches vêtements. Aussi devinrent-ils ses familiers et se fièrent-ils à lui. Par la suite, al-Māzyār montra le désir de faire incursion dans le Daylam, de s’en emparer, d’y établir des minbars, d’y bâtir des mosquées dans les villes et d’établir un minbar à Firīm. Il demeura ainsi durant une année environ, écrivit au gouverneur du Khorassan, lui demandant de lui envoyer 2 000 chameaux pour porter les armes et les approvisionnements en vue d’une expédition dans le Daylam. On ne douta pas alors de sa décision de conquérir ce pays. Il écrivit aux enfants de Šarwīn, leur demandant de partir avec lui ; il fit transporter un minbar vers Uram, manda un jurisconsulte de Sāriya et ordonna aux gens de se rassembler, ce qu’ils firent. Les enfants de Šarwīn s’étant présentés, le jurisconsulte leur fit une allocution ; quand elle fut terminée, al-Māzyār ordonna au jurisconsulte de s’en retourner à Sāriya ; il ordonna à ceux des enfants de Šarwīn qui étaient présents, ainsi qu’aux autres personnes, de venir prendre part à son repas226. Ils se présentèrent donc, tout réjouis ; mais lorsqu’ils furent arrivés à sa résidence et qu’on eut apporté les plats, al-Māzyār donna ordre de prendre leurs armes et de les tuer tous227. Il renonça à partir pour le Daylan et écrivit au seigneur de Ğurğān qu’il n’avait que faire de s’en aller vers le Daylam. Par la suite, deux ans plus tard228, il envoya un général, as-Surrī, à la tête de 20 000 hommes auxquels il donna pelles et pioches et ordonna à l’officier de marcher jusqu’au Daylam [et de dire à la population]229 : « Si vous ne m’obéissez pas, ou si vous ne me donnez pas des otages, je vous massacrerai et j’anéantirai vos résidences ». Aussi les habitants lui obéirent-ils et lui donnèrent-ils des otages. Ensuite il ordonna à ces gens qu’il protégeait de choisir, parmi eux, 10 000 hommes pour aller saccager la ville d’ar-Riyāsa230, ce qu’ils firent. Ces protégés se trouvaient dans un vaste canton appelé Muzn. A cet endroit [307] était parvenu ‘Umar b. al-’Alā’ ; c’est de là que les gouverneurs du Ṭabaristān faisaient incursion dans le Daylam, dont ils étaient voisins, ainsi que de Qazwīn, de Bàb al-Abwāb et du pays de Bābak. Si ces gens protégés voyaient que les Musulmans étaient forts, ils étaient avec eux ; mais s’ils voyaient que les ennemis étaient forts, ils étaient avec eux.

360Après cet endroit, il y a une montagne contiguë à Qazwīn et au pays de Bābak ; il y a encore environ 20 parasanges, point extrême pour les gouverneurs et ceux qui connaissent le Daylam ; quant à la région située au delà, on n’y est jamais arrivé et, par conséquent, on ne peut en parler.

361Le Ṭabaristān fut, de tout temps, un pays défendu et fortifié naturellement. Les rois de Perse en confiaient le gouvernement à un homme appelé iṣbahbaḏ ; il en fut ainsi jusqu’à la venue de l’Islam et à la conquête des pays qui touchaient au Ṭabaristān. Le maître du Ṭabaristān jouit alors de la paix, moyennant une faible redevance que les Musulmans acceptaient en raison de la difficulté et de l’âpreté des voies qui donnaient accès au pays. Enfin ‘Uṯmān b. ‘Affān nomma gouverneur de Kūfa Sa‘īd b. al-’Āṣ b. Umayya, en 29 de l’hégire. Le marzubān de Ṭūs lui écrivit alors, ainsi qu’au gouverneur de Baṣra, ‘Abd Allāh b. ‘Āmir b. Kurayz, les invitant à venir [conquérir] le Khorassan, étant entendu qu’il en recevrait la souveraineté de celui des deux qui serait victorieux. Or Ibn ‘Āmir arriva le premier, et Sa‘īd s’en alla faire incursion dans le Ṭabaristān ; dans cette expédition, il était accompagné, [dit-on]231, de Ḥasan et Ḥusayn, fils de ‘Alī b. Abī Ṭālib. Sa‘īd prit, dans le Ṭabaristān, Ṭamīā et Nāmiya ; il accorda la paix au roi de Ğurğān, moyennant 200 000 dirhems baġlīs de bon aloi que le roi verserait aux guerriers musulmans ; il prit aussi, au Ṭabaristān, ar-Rūyān et Dunbāwand, et les habitants des Ğibāl lui remirent une contribution.

  • 232 M. dit seulement : (...)
  • 233 M. :

362Ensuite Mu‘āwiya, parvenu au pouvoir, nomma gouverneur du Ṭabaristān Maṣqala b. Hubayra b. Šibl qui, avec ses compagnons, s’enfonça dans le Ṭabaristān ; mais lorsqu’il eut passé les défilés, l’ennemi les occupa et fit rouler des rochers sur la tête des Musulmans, qui [presque]232 tous périrent. Maṣqala perdit aussi la vie, ce qui donna lieu au proverbe suivant : « [Cela n’arrive- » ra]233 que lorsque Maṣqala reviendra [308] du Ṭabaristān ».

363Ensuite ‘Ubayd Allāh b. Ziyād b. Abī Sufyān nomma gouverneur du Ṭabaristān Muḥammad b. al-Aš‘aṯ al-Kindī ; celui-ci fit la paix avec les habitants et conclut, avec eux, un traité ; après quoi, ceux-ci tardèrent tant à l’exécuter qu’Ibn al-Aš’aṯ pénétra dans le pays, mais le défilé fut fermé derrière lui, son fils Abū Bakr fut tué et on lui brisa la tête ; lui-même réussit cependant à s’échapper.

364[Par la suite]234, les Musulmans firent des incursions contre cette frontière, mais en se gardant de s’enfoncer en pays ennemi.

365Ensuite Yazīd b. al-Muhallab, devenu gouverneur du Khoras-san, marcha contre le Ṭabaristān. L’iṣbahbaḏ du Daylam ayant rassemblé des troupes, Yazīd le combattit, puis lui accorda la paix, sous condition de remettre annuellement 4 700 000 dirhems en miṯqāls et 400 charges de safran et d’envoyer 400 hommes portant chacun un bouclier et une coupe d’argent, ainsi qu’un coussin de soie. Yazīd conquit ar-Rūyān et Dunbāwand, s’emparant d’argent, de vêtements et de vases.

366Les habitants du Ṭabaristān demeurèrent tantôt observant, tantôt violant le traité de paix, jusqu’à l’époque de Marwān b. Muḥammad ; alors ils firent défection et rompirent l’alliance. Lorsque Abū l-’Abbās as-Saffāḥ eut été proclamé calife, il leur envoya un gouverneur avec qui ils conclurent la paix. Puis, de nouveau, ils firent défection, rompirent l’alliance et massacrèrent les Musulmans, sous le califat d’al-Manṣūr ; celui-ci envoya contre eux Ḫāzim b. Ḫuzayma at-Tamīmī et Rawḥ b. Ḥātim al-Muhallabī, accompagné de Marzūq b. Abī l-Ḫaṣīb. Les affaires ayant traîné en longueur235 et s’étant compliquées, Marzūq demanda à ses deux collègues de le battre et de lui raser la tête et le menton ; ce qu’ils firent ; Marzūq, s’étant enfui auprès de l’iṣbahbaḏ, lui dit : « Ces deux individus m’ont soupçonné de perfidie et m’ont fait ce
» que vous voyez. Si donc vous acceptez que je m’attache à vous, et
» si vous m’accordez le rang dont je suis digne, je vous montrerai
» les points faibles des Arabes ». L’iṣbahbaḏ le vêtit richement, le combla de présents et lui témoigna sa confiance en le consultant ; Marzūq se montrait sous l’aspect d’un conseiller loyal. Lorsqu’il fut au courant des affaires et des points faibles de l’iṣbahbaḏ, il écrivit à Ḫāzim et à Rawḥ ce qu’ils avaient besoin de savoir et leur ouvrit la porte [de la citadelle]236 par stratagème. Les Musulmans pénétrèrent dans la ville et s’en emparèrent.

367‘Umar b. al-‘Alā’, qui était un boucher de Rayy, rassembla une troupe d’hommes, [309] combattit [les Daylamites]237 et se comporta très vaillamment. Ğahwar b. Marrār al-‘Iğlī l’envoya auprès d’al-Manṣūr qui le nomma général, lui confia une armée et le mit dans une haute position ; il devint ensuite gouverneur du Ṭabaristān et mourut en combattant pour la foi sous le califat d’al-Mahdī.

368Mūsā b. Ḥafṣ b. ‘Umar b. al-‘Alā’ et al-Māzyār b. Qārin conquirent les montagnes de Šarwīn, qui sont les plus inexpugnables et les plus difficiles du Ṭabaristān, sous le califat d’al-Ma’mūn. Ensuite al-Ma’mūn confia à al-Māzyār le gouvernement des provinces du Ṭabaristān et du Dunbāwand, lui donna le nom de Muḥammad et lui conféra le grade d’iṣbahbaḏ ; al-Māzyār resta gouverneur jusqu’à la mort du calife ; al-Mu’taṣim bi-llàh le maintint dans ses fonctions, mais ensuite, six ans après l’avènement de ce dernier, il fut infidèle et trahit. Le calife écrivit à ‘Abd Allāh b. Ṭāhir b. al-Ḥusayn b. Muṣ’ab, qui gouvernait pour lui le Khorassan, Rayy, Qūmis et Ğurğān, ordonnant de le combattre. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir envoya donc al-Ḥasan b. al-Husayn, à la tête d’une troupe de Khorassaniens, tandis qu’al-Mu’taṣim dépêchait Muḥammad b. Ibrāhīm b. Muṣ’ab auquel il adjoignit une partie de la milice de la capitale. Lorsque les troupes eurent fait leur jonction dans le pays d’al-Māzyār, elles le combattirent ; il fut fait prisonnier sans conditions et amené à Samarra, en l’année 225 de l’hégire. Durement fouetté en présence d’al-Mu’taṣim, il mourut et fut pendu au gibet à Samarra, avec Bābak, sur la colline238 qui fait face à la préfecture de police. Le Ṭabaristān, conquis, eut pour gouverneurs ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, puis Ṭāhir b. ‘Abd Allāh.

369Auparavant, jusqu’au califat d’al-Manṣūr239, lorsque le maître du Ṭabaristān sentait de la faiblesse chez le gouverneur du Khoras-san, il ne lui obéissait pas. Mais lorsque al-Manṣūr fut devenu calife, eut mis à mort Abū Muslim et pris les mesures que l’on sait, l’iṣbahbaḏ du Ṭabaristān commença à le craindre ; il lui écrivit, députa vers lui des messagers, lui prêta hommage et lui envoya des présents. Puis, le règne d’al-Manṣūr se prolongeant, l’iṣbahbaḏ ordonna [310] à ses messagers de quitter la cour du calife et s’abstint de lui envoyer quoi que ce fût.

  • 240 M. dit : (...)
  • 241 M. décrit cet emplacement et ajoute :

370Lorsque ‘Abd al-Ğabbār b. ‘Abd ar-Raḥmān se révolta contre al-Manṣūr, ce dernier envoya contre lui le général Abū ‘Awn accompagné d’Abū l-Ḫaṣīb. Après que ‘Abd al-Ğabbār eut été fait prisonnier au Khorassan, al-Manṣūr écrivit à Abū l-Ḫaṣīb d’exercer le pouvoir à Qūmis, au Ğurğān et au Ṭabaristān ; il lui ordonna d’y entrer par la route de Ğurğān, tandis qu’Abū ‘Awn entrerait par la route de Qūmis ; les deux officiers s’entendirent pour entrer des deux côtés dans le pays. L’iṣbahbaḏ se trouvait alors dans une ville nommée Iṣbahbuḏān, que deux milles séparaient de la mer. Ayant appris que l’armée avait pénétré sur son territoire, il s’enfuit vers la montagne, à un endroit nommé aṭ-Ṭāq, qui était [autrefois]240 un lieu où les rois de Perse, à partir de Manūšihr, déposaient leur trésor ; c’est un trou dans un endroit de la montagne, gardé par deux hommes pourvus de provisions de bouche et d’une échelle de corde qu’ils laissaient glisser du haut de la montagne jusqu’aux personnes qu’ils voulaient faire monter vers eux241 ; hors cette échelle, il n’y avait nul moyen d’accès. Par la suite, le trésor passa aux mains d’al-Māzyār qui s’empara de ce qu’il contenait.

371Sulaymān b. ‘Abd Allāh raconte que, sur un côté de ce Ṭāq, il y a quelque chose qui ressemble à une plate-forme ; si quelqu’un va la souiller d’ordures, il s’élève des nuages étonnants qui y laissent tomber leur pluie, si bien qu’ils la lavent et la purifient ; ce phénomène est bien connu dans le pays ; les gens de la contrée savent qu’aucune ordure n’y demeure, été comme hiver.

372Lorsque l’iṣbahbaḏ se fut enfui vers le Ṭāq, Abū l-Ḫaṣīb envoya des officiers et une troupe sur ses traces ; il s’installa à Sāriya, y établit un minbar, de même qu’à Āmul, construisit une mosquée dans chacune de ces villes et imposa aux gens du pays le ḫarāğ et la ğizya. Lorsque Abū l-Ḫaṣīb eut affermi sa situation dans le pays, l’iṣbahbaḏ s’enfuit au Daylam, vécut encore une année, puis mourut. Abū l-Ḫaṣīb gouverna le Ṭabaristān un an242 et six mois. Le pays fut gouverné ensuite par Abū l-’Abbās aṭ-Ṭūsī pendant deux ans, puis par Ibn [311] Ḫuzayma, pendant deux ans également ; puis par Rawḥ b. Ḥātim b. Māhawayh, deux ans et six mois. Ensuite, Ḫālid b. Barmak gouverna le pays durant cinq ans ; il y fit merveilles, s’empara des trésors des rois de Perse, au Ṭāq, ainsi que des filles du maṣmugān. Ensuite le pays fut gouverné par ‘Umar b. al-’Alā’, quatre ans ; puis par Sa‘īd b. Da’lağ, deux ans ; puis derechef par ‘Umar b. al-’Ala’, deux ans ; puis par Tamīm b. Sinân, trois ans ; puis de nombreux gouverneurs se succédèrent, occupant leur poste une année ou deux environ, jusqu’au gouvernement de Ṭāhir b. al-Ḥusayn et de son fils ‘Abd Allāh b. Ṭāhir ; ils eurent pour successeurs Ṭāhir b. ‘Abd Allāh, puis Muḫammad b. Ṭāhir. Ce dernier y avait pour lieutenant Sulaymān b. ‘Abd Allāh b. Ṭāhir ; al-Ḥasan b. Zayd al-’Alawī se révolta contre lui en l’année 250243, l’expulsa et fut le maître du pays jusqu’à sa mort, en 271 ; son frère Muḥammad b. Zayd le remplaça.

  • 244 M. peut se lire : (...)

373Abū Yazīd ibn Abī Ġiyāṯ a raconté ceci : J’eus un songe en l’année 248, alors que je me trouvais dans la ville de Rayy et que nous avions passé la nuit à méditer sur la divergence qui sépare ceux qui sont d’avis d’utiliser le sabre244 et les partisans de l’imamat [héréditaire]. l’un d’entre nous, qui ne dormait pas, déclara que le Commandeur des Croyants ayant dit : « Le bien est par le sabre, le bien est dans le sabre,
» le bien est avec le sabre », quelqu’un lui répondit : « Et la foi est par le sabre. Allāh a donné ordre à Son Prophète d’établir la foi par le sabre ». Ensuite nous nous séparâmes. Lorsqu’il fit nuit et que j’eus gagné ma couche pour dormir, il me sembla voir, en songe, quelqu’un qui disait [basīṭ] :

C’est le fils de Zayd qui est venu vers vous, en révolté irrité245, pour établir par le sabre une foi aux bases débiles.
Il surgira, en Orient, au mois de ša’bān, dégainant le sabre du Prophète, élu de l’Unique, du Tout-Puissant.
Il conquerra plaine et montagnes, s’élançant de Kalār jusqu’au Ğurğān avec constance246.
Āmul, Šālūš et autres villes, jusqu’aux îles d’Arbān et de Šahad247,
[312] Il en détournera la cavalerie, trois années après, vers ar-Zawrā avec colère.
Il en abattra les murailles, puis il la pillera ; puis il se dirigera vers la frontière de Qazwīn, avec une haine violente.
Et il sera maître de la région du Khorassan tant que l’étoile brillera dans l’éther, jusqu’à la fin des temps.

374Or Muḥammad b. Rustam al-Kalārī et Muḥammad b. Ṣaḫriyâr ar-Rūyānī, de la famille de Ma’dān, arrivèrent à Rayy en l’année 250 ; partisans de l’emploi du sabre, ils recherchèrent un cheikh ‘alide, qu’ils établiraient dans le Ṭabaristān afin de repousser la tyrannie de Sulaymān b. ‘Abd Allāh ; ils ne cessèrent de demander et de chercher ; enfin leur choix tomba sur al-Ḥasan b. Zayd ; ils le reconnurent pour chef au mois de ramaḍān de la même année et s’en allèrent le lundi 23 ramaḍān de l’an 250248. On fit le prône au nom d’al-Ḥasan, le jour de la rupture du jeûne, à al-Kalār et ar-Rūyān ; la fête des sacrifices n’était pas encore arrivée qu’il expulsa Sulaymān, à cause de sa mauvaise conduite ; la situation des Ṭāhirides s’affaiblit249 au Khorassan. Près de mourir, il remit l’autorité à son frère Muḥammad b. Zayd qui la conserva jusqu’à l’entrée de l’année 284.

375Al-Mu’taḍid bi-llāh avait écrit à ‘Amr b. Layṯ aṣ-Ṣaffar, lui ordonnant d’attaquer Rāfi‘ [b. Harṯama], car il avait entendu dire que ce dernier inclinait vers Muḥammad b. Zayd et désapprouvait le meurtre d’al-Mu’tamid ainsi que l’intronisation d’Al-Mu’taḍid. Il arriva donc au Khorassan, machina contre Rāfi‘ un stratagème et l’y fit tomber. Rāfi’, mis en déroute, fut fait prisonnier près de Ḫwārazm ; on le tua et l’on apporta sa tête à Bagdad ; et le Khorassan appartint exclusivement à aṣ-Ṣaffār. Quand on fut en l’année 285, Al-Mu’taḍid écrivit à ce dernier, lui ordonnant de rechercher Ismā’īl b. Aḥmad et lui annonçant qu’il l’avait nommé à sa place ; il en écrivit autant à Ismā’īl. aṣ-Ṣaffār marcha donc contre Ismā’īl avec son armée, Ils se rencontrèrent dans la région de Nasa et de Bīward (Abīward) ; la bataille fit de nombreuses victimes dans les deux camps, et chacun se retira dans son pays. [313] Enfin, l’an 287, Ismā’īl marcha contre aṣ-Ṣaffār qui se trouvait dans la ville de Balḫ, à la tête de 100 000 hommes, et le cerna ; as-Ṣaffār fit une sortie ; lorsqu’ils en vinrent aux mains, sa cavalerie se débanda, lui-même fut fait prisonnier avec un certain nombre des principaux officiers, amené à la ville de Samarqand puis envoyé à Bagdad. Cette nouvelle étant parvenue à Muḥammad b. Zayd, il convoita Ğurğān, se dirigea vers la ville et l’assiégea ; Ismā’īl envoya alors contre lui Muḥammad b. Hārūn qui l’attaqua250 à la porte de la ville de Ğurğān, le mit en déroute et malmena ses partisans ; Muḥammad b. Zayd fut trouvé parmi les morts, et son fils Zayd fut fait prisonnier. Ces événements eurent lieu le vendredi 6 du mois de šawwāl, en l’année 287. Les partisans de Muḥammad b. Zayd, vaincus251, gagnèrent le Ṭabaristān ; lorsqu’ils s’y furent rassemblés, ils délibérèrent et tombèrent d’accord pour remettre l’autorité à al-Mahdī b. Zayd b. Muḥammad qui était alors un jeune garçon n’ayant pas encore l’âge de raison ; cela se passait un vendredi ; on appela le peuple à se réunir pour l’investiture de ce jeune homme. Or il y avait, parmi ses généraux, un homme connu sous le nom d’az-Zarrād (le fabricant de cottes de mailles) qui avait été d’accord avec ses compagnons sur la décision prise, mais lorsqu’ils approchèrent de la porte de la mosquée, az-Zarrād déploya des drapeaux noirs, attaqua au sabre les partisans de Muḥammad b. Zayd et en fit un grand massacre. Et l’on fit le prône au nom d’al-Mu’taḍid bi-llāh, du haut des chaires du Ṭabaristān, en l’année 287. Trente-huit années s’écoulèrent entre le moment où le pouvoir des [‘Abbāsides] fut établi au Ṭabaristān et celui où il leur échappa.

  • 252 M. :

376Une des curiosités du Ṭabaristān est, dit-on, un petit animal noir et brillant qui n’apparaît qu’à la saison du raisin. *Il est moins long que le petit doigt, possède mille pattes qui sont courtes et plantées sur son ventre ; lorsqu’il les agite252, on dirait des flots en tumulte. Il y aussi, au Ṭabaristān, un animal de la taille du renard ; son poil est semblable à celui de la fouine ; il a deux ailes adhérentes comme celles des chauve-souris ; il a des canines et se nourrit de fruits.

377On rapporta du Khorassan à al-Mutawakkil un renard qui volait avec deux ailes (on disait par métonymie Ṭabaristān [au lieu de Khorassan]).

378[314] Abū d-Dawānīq [= al-Manṣūr] envoya Ḫālid b. Barmak au Ṭabaristān, pour faire la guerre à l’iṣbahbaḏ [et au maṣmuġān]253. Les rois de Perse, lorsqu’ils s’étaient enfuis de l’Irak vers Merv, avaient déposé, dans cette montagne, leurs biens les plus précieux, parce qu’elle était difficile d’accès. On trouva donc, dans leurs trésors, des joyaux, des tiares, des ceintures, des sabres ornés de perles, de rubis et d’émeraŪḏes, d’une valeur inestimable. Aussi, après cette victoire, les gens du Ṭabaristān avaient l’habitŪḏe de représenter sur leurs boucliers Ḫālid b. Barmak et les machines de guerre dont il s’était servi contre eux. Quant à l’iṣbahbaḏ, il but du poison et mourut. Touchant le maṣmuġān, il vint avec ses femmes trouver Ḫālid et s’assit par terre devant lui ; mais Ḫālid eut pitié de lui, le fit asseoir sur un tapis et l’envoya à al-Manṣūr avec ses filles et leur mère qui était fille de l’iṣbahbaḏ. l’une d’elles échut à al-Mahdī à qui elle donna Ismā’īl b. Muḥammad ; une autre échut à al-’Abbās b. Muḥammad b. ‘Alī, frère d’Abū d-Dawānīq, et lui donna Ibrāhīm b. al-’Abbās. Šakla, mère d’Ibrāhīm [ibn al-Mahdī], figurait parmi ces captives ; elle passa aux mains de ‘Abd as-Samad b. ‘Alī, puis aux mains d’al-Mahdī à qui elle donna Ibrāhīm.

379Ḫālid bâtit, au Ṭabaristān, al-Manṣūra et y établit un marché.

LE KHORASSAN

  • 254 M. dit plus correctement : (...)

380Au dire de Daġfal, Ḫurāsān et Hayṭal, fils de ‘Ālim, fils de Sam, fils de Noé, s’en allèrent le même jour, au moment de la confusion des langues à Babel, *et s’installèrent dans les pays qui portent aujourd’hui leurs noms254 ; en effet, les descendants de Hayṭal habitent au delà de l’Oxus (nahr Balḫ), d’où le nom de pays des Hayāṭila (Hephtalites), tandis que Ḫurāsān resta en deçà du fleuve.

381Au dire de Šarīk b. ‘Abd Allāh, le Khorassan est le carquois d’Allāh : lorsqu’il est irrité contre un peuple, Il lui lance une flèche tirée de ce carquois.

382Aš-Ša‘bī a dit : « Il me semble voir cette science transportée au Khorassan ».

383Au dire d’Abū Muḥammad ibn Muslim b. [315] Qutayba, les gens du Khorassan sont des agents de propagande et des auxiliaires de la dynastie. Ils sont les plus prolifiques parmi les non-Arabes. Ce sont eux qui tuèrent le roi de Perse Fīrūz b. Yazdağird b. Bahrām ; ils tuèrent aussi Kisrā b. Qubāḏ b. Hurmuz. Ils arrachèrent le pouvoir aux Umayyades, à celui d’entre eux qui était le plus âgé, qui avait le plus d’expérience, le jugement le plus ferme, le plus fameux par ses forces, possédant le secrétaire et le vizir les plus intelligents, et ils le livrèrent à Abū l-‘Abbās [as-Saffāḥ].

384Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh avait dit à ses propagandistes, au moment de les envoyer vers les grandes villes (amṣār) : « Les
» gens de Kūfa et de son šawād sont partisans de ‘Alī et de ses
» descendants. Ceux de Baṣra et de son Sawād tiennent pour
» ‘Uṯmān, ils ont pour doctrine l’abstention et disent : “Sois ‘Abd
» Allāh le tué et non ‘Abd Allāh le tueur”. Les gens de Mésopotamie
» sont des Ḥarūrites hérétiques, des Bédouins semblables à des
» barbares, des Musulmans qui ont les mœurs des Chrétiens.
» Les gens de Syrie ne connaissent que la famille d’Abū Sufyān,
» l’obéissance aux Marwānides ; ils sont fermes dans l’inimitié, et
» épais dans l’ignorance. Quant à La Mecque et Médine, Abū Bakr
» et ‘Umar s’en sont emparés. Mais attachez-vous aux gens du
» Khorassan ; il y a là le grand nombre, la fermeté évidente ; il
» y a là des poitrines intactes et des cœurs inoccupés que les
» passions n’ont pas divisés et que la haine secrète n’a pas parta-
» gés ; ils sont une armée douée de corps vigoureux, d’épaules
» puissantes, de têtes, de barbes, de moustaches, de voix terribles ;
» des paroles énergiques sortent de corps effrayants. En outre,
» j’augure bien de l’orient, endroit où se lève le flambeau de ce
» bas-monde, la lampe des créatures ».

385Qaḥṭaba b. Šabīb a rapporté ces paroles de Muḥammad b. ‘Alī b. ‘Abd Allāh : « Allāh ne veut pas pour nous d’autres partisans
» que les gens du Khorassan ; nous ne serons victorieux que grâce
» à eux, et ils ne seront victorieux que grâce à nous. Il sortira du
» Khorassan 70 000 sabres dégainés ; leurs cœurs sont comme des
» morceaux de fer ; ils ont pour noms des kunyas et pour origine
» les villages ; ils portent les cheveux longs comme les ogres ; ils
» ploieront la puissance des Umayyades et nous amèneront cette
» puissance comme on conduit une épousée ».

386On a récité ces vers de ‘Iṣāba al-Ğarğarā’ī (basīṭ) :

[316] Il y a deux édifices : l’īwān [de Ctésiphon] et [le château de] Ġumdān ; il y a deux empires : celui de Sāsān et celui de Qaḥṭān.
Les [vrais] hommes sont les Perses ; le bon climat, Babel ; l’Islam, c’est La Mecque ; l’univers, c’est le Khorassan.
Les deux régions fortes et redoutées sont Buḫārā et Balḫ la Royale et l’Arrān.
[Dieu] a réparti les hommes en catégories et les a rangés : d’où les margraves, les patrices et les dihqāns.

***

387Le Khorassan possède un air agréable, une eau douce, une terre salubre, des fruits délicieux. Ses habitants sont des artisans accomplis, possèdent la perfection physique, haute stature, belle figure, des montures fringantes que ce soit des chevaux, des chameaux ou des ânes, des armes, des cottes de mailles et des vêtements d’excellente qualité. Le Khorassan semble une partie de la Chine quant à la perfection de ses industries ; ses habitants sont gens de commerce, de sagesse, de science et de jurisprŪḏence. Leurs voisins, les Turcs, sont les ennemis les plus redoutables, les plus infidèles, les plus endurcis contre l’adversité, les moins pourvus de bien-être ; aussi les Khorassaniens forment-ils pour les Musulmans un bouclier contre les Turcs, en les massacrant et en les faisant captifs.

388On trouve, dans un ḥadīṯ : « Laissez tranquilles les Turcs dans
» la mesure où ils vous laissent tranquilles ». On a rapporté d’après Burayda ce propos de l’Envoyé d’Allāh : « Burayda ! après moi, des
» armées seront envoyées. Lors donc qu’on les enverra, trouve-toi
» dans l’armée d’Orient, puis dans l’armée de Khorassan, puis dans
» l’armée d’un pays qu’on appelle Merv. Lorsque tu y seras arrivé,
» descends dans sa ville principale, car elle a été bâtie par Ḏū
» l-Qarnayn, ‘Uzayr y pria, ses cours d’eau y coulent avec la
» bénédiction divine et sur chacun d’eux se tient, sabre au clair,
» un ange qui préserve du mal les habitants, et cela jusqu’au jour
» de la résurrection ». Or Burayda y alla et y mourut.

389Les médisants se sont attaqués aux Khorassaniens en les accusant d’avarice et en les déshonorant [317] par des paroles semblables à celles de Ṯumāma : « Dans tous les pays, le coq rejette [pour les poules le grain de son bec]255, excepté à Merv ; en effet, il y vole aux poules le grain qu’elles ont dans leur bec ». C’est là un mensonge qui saute aux yeux ; les coqs de Merv sont comme tous les autres.

390Il y a au Khorassan des hommes dont la générosité est éminente, ou la bravoure bien connue, des hommes avec qui on ne peut concourir, à la hauteur de qui on ne saurait atteindre, notamment les Barmakides ; or, nous ne sachons pas que personne ait approché le pouvoir comme ils l’ont approché, ait fait les mêmes largesses qu’eux, ait eu la même action qu’eux, ait fait rentrer aussi bien qu’eux l’argent dans le trésor des califes.

391Un de leurs traits célèbres est le suivant : Ḫālid b. Barmak bâtit pour chacun de ses frères256 un hôtel à la mesure de ses besoins, puis constitua en bien de main-morte en faveur de ses neveux257 de quoi les entretenir sans cesse ; aucun de ses amis n’avait d’enfants qui ne vinssent d’une esclave offerte par lui.

392De même pour les Qaḥṭaba, pour ‘Alī b. Hišām et pour ‘Abd Allāh b. Ṭāhir : on raconte que ce dernier distribua, dans une seule séance, un million de dinars, somme bien grande258 pour être possédée, a fortiori pour être donnée.

393Voyez aussi ‘Abd Allāh b. al-Mubārak, qui était si généreux et austère.

***

394Au temps passé, les gens du Fàrs étaient les plus puissants, les plus riches, les plus forts ; les Arabes les appelaient : « hommes libres » (aḥrār) parce qu’ils faisaient des prisonniers et n’étaient point capturés, parce qu’ils se faisaient servir et n’étaient point asservis ; ensuite Allāh apporta l’Islam. Devenus alors comme feu ayant perdu sa force, comme cendre frappée par le vent, ils furent déchirés en tous sens. Et il ne resta d’eux, sous l’Islam, comme gens illustres à mentionner, que ‘Abd Allāh b. al-Muqaffa‘ et al-Faḍl b. Sahl. Et les Khorassaniens entrèrent dans l’Islam de bon gré et volontairement.

***

395Le monde entier, dit-on, mesure 24 000 parasanges, dont 12 000 pour le pays des Noirs, 3 000 pour le pays des Rūm, 3 000 pour le Fārs, 1 000 pour le territoire des Arabes ; quant à la population du Khorassan, elle fait partie du Fārs, bien qu’elle soit plus étendue que lui.

396D’après un ḥadiṯ, quelqu’un dit à ‘Alī b. Abī Ṭālib : « Ces
» “rouges” (c’est-à-dire les non-Arabes) l’ont emporté sur nous
» auprès de toi ». Et ‘Alī répondit : « J’ai entendu l’Envoyé d’Allāh
» dire : “Ils vous battront plus tard, au nom de la foi, comme vous
» les avez battus d’abord” ».

397Or si nous recherchons [318] la confirmation de ces paroles chez les non-Arabes, nous la trouverons chez les Khorassaniens, car ce sont eux qui combattirent les Arabes à coups de sabre, parce qu’ils étaient irrités [de voir comment était traitée] la religion d’Allāh et désapprouvaient la conduite des Umayyades, si bien qu’ils firent passer le pouvoir de Syrie en Irak.

  • 259 La lacune signalée peut être comblée grâce à M. :

398Zayd b. Abī Ziyād a rapporté, d’après Ibrāhīm b. ‘Alqama, d’après ‘Abd Allāh b. Mas’ūd, que le Prophète a dit : « Les gens
» de ma maison, après moi, subiront épreuves et pourchas ;
» enfin viendra de l’orient un peuple qui tiendra des drapeaux
» noirs et réclamera le droit ; n’ayant rien obtenu, il combattra,
» sera victorieux et recevra ce qu’il avait demandé : il ne
» l’acceptera que pour le [=le pouvoir] donner à un homme de ma
» famille qui emplira de justice le monde, comme ils l’ont empli
» d’injustice. Que celui d’entre vous qui vivra à cette [époque se
» rende auprès de ce peuple, même s’il doit marcher à quatre
» pattes dans la neige] »259.

  • 260 M. : (...)
  • 261 M. permet de combler la lacune : (...)
  • 262 M. : (...)

399On raconte que le Prophète ayant envoyé ‘Abd Allāh b. Ḥuḏāfa260 as-Sahmī [à Kisrā]261 avec262 une lettre dans laquelle il commençait en parlant de lui-même, Kisrā, l’ayant lue, se fâcha, la déchira et envoya de la terre au Prophète ; celui-ci dit alors :
« Il a déchiré ma lettre, mais il sera déchiré avec à son peuple ;
» il m’a envoyé de la terre ; eh bien ! vous posséderez sa terre ! ». Comment la suite des événements appartiendrait-elle à ceux dont l’Envoyé d’Allāh nous a annoncé qu’ils seraient déchirés ? Nul doute qu’ils ont été rejetés dans l’ombre, effacés et déchirés. Et ce peu de paroles nous suffit. Le poète a dit (ṭawīl) :

Il m’a suffi, pour être haï, de causer une inimitié par une parole que j’aurais pu largement [remplacer par] une autre.

400‘Alī b. Muḥammad al-Madā’inī a rappelé que la conquête du Khorassan commença par les deux Ṭabas, qui sont les deux portes du pays et qui furent prises par ‘Abd Allāh b. Budayl b. Warqā’.

***

401De Rayy à Dāmġān, 80 parasanges ; de Dāmġān à Nīšāpūr, de même ; de Rayy à Nīšāpūr, 160 parasanges.

402A Nīšāpūr, il y a un Quhandiz (vieille citadelle ?) ; c’est un des districts du Khorassan. De Nīšāpūr dépendent, entre autres villes, Zamm, Bāḫarz, Ğuwayn et Bayhaq ; [319] elle possède douze cantons à 160 villages chacun.

403De Nīšāpūr à Saraḫs, 40 parasanges ; de Saraḫs à Merv, capitale du Khorassan, 30 parasanges. Cette ville fut nommée Marw aš-Šāhiğān parce qu’elle était la propriété du roi ; or « roi » [en persan] se dit šāh ; quant à ğān, c’est l’âme [en persan]. Aussi dit-on qu’elle est la gaîté de l’âme. Elle fut aussi nommée Marw ar-Rūḏ parce que, comme elle ne possédait pas de constructions, Kisrā y envoya des gens du šawād qui y firent des constructions et y habitèrent.

404Lorsque Ardašīr, dit-on, s’empara du royaume des Nabatéens, il vit leur beauté et leur esprit ; et il dit : « Je ne redoute
» rien tant, s’il m’arrive quelque chose, que le retour du pou-
» voir de ces gens-là ». C’est pourquoi il leur imposa des obligations, envoya des troupes levées parmi eux et leur fit faire campagne dans le Khorassan ; or les gens de Merv sont des Naba-téens ; il les répartit dans les pays, à l’exception des gens de basse condition qui n’étaient pas imposés par lui.

405On rapporte à propos de la parole du Très-Haut (Coran, V, 92) : « Afin que tu avertisses la mère des villes et ceux qui l’environnent » que, d’après Qatāda, la mère des villes serait La Mecque au Ḥiğāz et Merv au Khorassan.

  • 263 M. : (...)
  • 264 M. : (...)
  • 265 L’interprétation de H. M., justifiée par le texte imprimé (...)

406Lorsque Ṭahmūraṯ devint roi, il bâtit le Quhandiz de Merv, la ville de Babel (Bābil), la ville d’Ibrāyīn263 qui se trouve sur le territoire du peuple de Moïse, une ville de l’Inde nommée Afraq (?)264 et située au sommet d’une montagne. On dit que quand Ṭahmūraṯ construisit le Quhandiz de Merv, il employa mille ouvriers et établit pour eux un marché pourvu de nourriture et de boisson. Le soir venu, chaque ouvrier recevait un dirhem grâce auquel il achetait sa nourriture et tout ce dont il avait besoin ; puis le dirhem lui revenait [comme salaire, le lendemain]265.

407Lorsque la construction fut terminée, on fit les comptes : on avait dépensé mille dirhems.

408Il y avait à Merv une maison dite Kay Mazubān, et merveilleusement construite. Les gens de la ville prétendent que c’était un talisman établi pour eux, et ensuite démoli.

  • 266 H. Massé a suivi la suggestion de De Goeje : (...)
  • 267 M. dit plus haut : (...)

409Un habitant du Khorassan vint auprès d’un calife ; il était sensé, bien élevé et connaissait ses compatriotes. Le calife lui dit : « Apprends-moi quels sont les plus véridiques parmi les habitants
» du Khorassan. — Ceux de Buḫārā. — Lesquels offrent le plus lar-
» gement pain et sel ? — Ceux de Ğūzğān. — Lesquels sont les plus
» [320] hospitaliers ? — Ceux de Samarqand. — Lesquels obéissent
» le moins bien et s’admirent le plus ? — Ceux du Ḫwārazm.
» — Lesquels sont les plus sagaces et les plus profonds ? — Ceux de
» Marw ar-Rūḏ. — Lesquels sont les plus raisonnables ? — Ceux
» de Ṭūs (les gens de l’imam ar-Riḍā) et ceux de Nasā266.
» — Quels sont les plus ardents à la controverse et à la dispute ?
» — Ceux de Saraḫs. — Quels sont les plus faibles pour juger et
» organiser ? — Ceux de Nīšāpūr. — Quels sont les moins jaloux ?
» — Ceux de Harāt. — Quels sont les plus ignorants du Créa-
» teur ? — Ceux de Būšanğ. — Quels sont leurs meilleurs tireurs ?
» — Ceux de Ğurğaniyya au Ḫwārazm. — Lesquels ont les
» vues les plus fines ? — Les gens de Merv »267. Et il déclama (ṭawīl) :

Parmi les riches de Merv, celui qui donne généreusement des tripes à son hôte devient semblable à Ḥātim.
Celui qui arrose la porte de sa maison (seulement) avec une cuillère, les traits de générosité sont parfaits en lui.
Le boyau de la brebis, ils le baptisent : « paon de la noce » ; chaque fois qu’on cuit de la viande, on brise les têtes.
Que le Miséricordieux ne sanctifie pas une terre et un pays où les paons sont des boyaux d’animaux.

410Al-Ma’mūn disait : « A Merv, les nobles et le peuple sont égaux
» quant à trois choses : le melon bārang, l’eau toujours fraîche sans
» glace268 et le coton moelleux ».

411Il y a, à Merv, deux cours d’eau merveilleux, le Razīq et le Māğān ; c’est grâce à eux qu’on arrose domaines et cantons ruraux.

412On rapporte ce récit d’Ibrāhīm b. Šammās : Arrivant de Samarqand à Merv, j’entrai chez ‘Abd Allāh b. Al-Mubārak. Me prenant par la main, il m’emmena et me fit faire le tour des murailles de la ville. Puis il me dit : « Ibrāhīm, qui a bâti cette ville ?
» — Abū ‘Abd ar-Raḥmān, je ne sais. — On ne peut connaître le
» fondateur d’une ville aussi ancienne. En revanche, Sufyān at-
» Tawrī est mort sans avoir même un linceul ; or son nom vivra
» jusqu’au jour de la résurrection ».

413[321] Abū Ḥafṣ ‘Umar b. Mudrik a raconté ceci : Je me trouvais un jour auprès d’Abū Isḥāq aṭ-Ṭālaqānī, à Merv, sur le Razīq, dans la grande-mosquée. Abū Isḥāq me dit : « j’étais chez
» Ibn Al-Mubārak lorsque le Quhandiz s’écroula. Des crânes en
» tombèrent de tous côtés ; l’un d’eux se fendit et ses dents se dis-
» persèrent ; on en pesa deux ; chacune pesait deux matins ou quatre
» raṭls. On les apporta à Ibn al-Mubārak ; il en prit une, se mit à la soupeser dans sa main, puis déclama (mutaqārib) :

On m’a apporté deux dents rejetées par la citadelle lorsqu’on fit sortir ce qui était enterré.
L’une d’elles pèse deux manns et fait pencher la main sous un poids considérable.
Il y en avait trente autres de cette taille ; sois béni, Toi, le meilleur des Créateurs !
Quoi donc suffisait aux bouches qui les contenaient ? Quoi donc remplissait ces ventres ?
Chaque fois que je songe aux corps de ces hommes, mon âme se sent si petite qu’elle devient méprisable.
Et pourtant, chacun a rencontré la mort ; tous ont péri, se sont éteints à jamais.

***

  • 269 Zamm est cité deux fois [H.M.].

414Au dire d’al-Balāḏurī, le Khorassan est divisé en quatre régions ; la première est l’Īrān-Šahr, c’est-à-dire Nīšābūr, le Quhistān, les deux Ṭabas, Harāt, Būšanğ, Bāḏġīs, Ṭūs nommée aussi Ṭābarān. La deuxième comprend Marw aš-Šāhiğān, Saraḫs, Nasā, Bāward, Marw ar-Rūḏ, Ṭālaqān, Ḫwārazm, Zamm et Āmul (ces deux dernières sur l’Oxus) et Buḫārā. La troisième, qui s’étend jusqu’à huit parasanges à l’ouest de ce fleuve, comprend al-Fāryāb, al-Ğūzğān, le Ṭuḫāristān supérieur (c’est-à-dire aṭ-Ṭalaqān), le Ḫuttal (qui est le Waḫš), al-Quwādyān, [322] Ḫast, Andarāba, Bāmyān, Baġlān, Waliğ (qui est la ville de Muzāḥim b. Bisṭām), le canton de Bank, Baḏaḫšān qui donne accès au Tibet de même qu’Andarāba donne accès à Kābul, Tirmiḏ qui est à l’est de Balḫ, aṣ-Ṣaġāniyān, Zamm269, le Ṭuḫāristān inférieur, Ḫulm, Siminğān. La quatrième comprend ce qui se trouve au delà de l’Oxus, c’est-à-dire Buḫārā, aš-Šāš, Ṭurārband, la Sogdiane (Suġd) qui comprend Kiss, Nasāf, Rūbistān, Usrūšana, Sanām qui est la citadelle d’al-Muqanna‘, Fargàna, Samm, Samarqand, Abàrkat, Banākat et les Turcs.

415A Samarqand, il y a quatre portes : la Porte de Kiss, la Porte de Chine, la Porte d’Usrūšana, la Porte de Fer. De Samarqand à Usrūšana, 20 et quelques parasanges. Ḫuğanda (Khodjend) se trouve à droite d’Usrūšana vers la région de la montagne ; Bāmyān est vers la région de Kābul.

416De Merv partent deux routes, l’une vers le Šāš, l’autre vers Balḫ et le Ṭuḫāristān. De Merv à Balḫ 126 parasanges avec 22 relais.

  • 270 (...)
  • 271 Sans doute faut-il lire (...)
  • 272 H. Massé avait traduit « lui reprochant son islamisation », ce qui répondrait à M. : (...)

417Balḫ fut bâtie par Ḏū l-Qarnayn. Elle referme le Nūbahār qui est un des édifices construits par les Barmakides. Ceux-ci avaient été de tout temps une famille noble de Balḫ, avant les chefs de satrapies. Leur religion consistait à adorer les idoles. On leur décrivit La Mecque, la situation qu’y occupait la Ka‘ba, le culte qu’y célébraient la tribu de Qurayš et les Arabes ; [323] alors ils entreprirent à Balḫ [pour concurrencer la Ka‘ba]270 la construction d’un temple appelé le Nūbahār. Ce nom signifie : « [nouveau [printemps] ». Les Persans vénéraient ce temple, y venaient en pèlerinage, y faisaient des offrandes, le revêtaient de soie et arboraient des drapeaux sur la coupole. Us l’appelaient al-ašbat. La coupole avait cent coŪḏées de diamètre et était entourée de portiques arrondis. Autour du temple, il y avait 360 chambres où habitaient serviteurs et desservants. Chaque serviteur avait un jour de service par an et ne reprenait pas son service avant une année. Le grand prêtre fut appelé Barmak, c’est-à-dire « Porte de La Mecque » (Bāb Makka) et gouverneur de La Mecque (bār Makka) ; et tous ceux qui exercèrent cette charge reçurent ce titre. Les souverains de la Chine et de Kàbul professaient cette religion ; lorsqu’ils venaient en pèlerinage, ils se prosternaient devant l’idole principale ; aussi donnèrent-ils au Barmak les terres environnant le Nūbahār, ainsi que sept cents cours d’eau et un canton (ruzdāq) du Ṭuḫāristān appelé Zuwān, ayant une superficie de 8 parasanges sur 4. Les habitants de ce canton étaient tous esclaves271. Les Barmaks ne cessèrent d’être les maîtres de ce territoire, l’un après l’autre, jusqu’à la conquête du Khorassan qui eut lieu à l’époque de ‘Uṯmān b. ‘Affān. La dignité de grand-prêtre avait passé alors au Barmak, grand-père de Ḫālid b. Barmak. Envoyé auprès de ‘Uṯmān, avec des otages, il arriva à la ville et désira se faire musulman ; il le devint donc, reçut le nom de ‘Abd Allāh et revint auprès de sa famille. La dignité de Barmak ayant passé à l’un de ses fils, un souverain lui écrivit pour lui représenter le grave danger que faisait peser l’Islam272 et l’invita à revenir à la foi de ses pères ; mais le Barmak lui répondit : « Si j’ai embrassé l’Islam, c’est par libre choix
» et parce que je savais sa supériorité, et non par crainte ou intérêt ;
» je ne reviendrai donc pas à une religion dont le défaut est visible,
» et qui a perdu sa vertu ». —- Le roi, irrité, s’avança vers le Barmak,à la tête d’une armée compacte. Le Barmak lui écrivit donc : « Tu
» sais mon attachement à la paix, et que si j’invoque, contre toi,
» l’assistance des rois, ils me porteront secours. Va-t’en donc ; sinon
» je marcherai à ta rencontre ». Le roi s’en alla et fit la paix avec le Barmak ; mais, par la suite, ce roi, qui avait nom [324] Nāzik-Ṭarḫān ne cessa d’épier et de rechercher le Barmak ; enfin il l’attaqua nuitamment et le tua avec dix de ses fils. Il ne resta, comme Barmak, que le père de Ḫālid. Sa mère l’emporta et s’enfuit avec lui, qui était tout petit — vers le Cachemire (Qašmīr). Le Barmak grandit, apprit l’astrologie, la médecine et diverses sciences, et il resta dans son idolâtrie. Une épidémie ayant frappé les habitants de Balḫ, ceux-ci jugèrent que l’abandon de leur ancienne religion leur avait porté malheur ; ils écrivirent donc au Barmak, qui vint à eux, et ils l’installèrent à la place de son père. Il se chargea des affaires du Nūbahār et fut nommé Barmak ; il épousa une fille du roi de Ṣaġāniyān, qui lui donna al-Ḥasan (d’où la kunya de Barmak), Ḫālid, ‘Amr, Umm Ḫālid ; Sulaymān b. Barmak naquit d’une autre épouse de Barmak, une femme de Buḫārā ; le seigneur de Buḫārā avait offert à Barmak une esclave qui lui donna Kāl b. Barmak, Umm Al-Qāsim et une autre fille. Beaucoup d’histoires courent sur leur compte. Si nous avons introduit ces détails, c’est à cause du Nūbahār.

***

418Le pays de Balḫ est traversé par l’Oxus (Ğayḥūn), qui en est le grand fleuve ; douze parasanges le séparent de la ville de Balḫ ; Tirmiḏ se trouve sur ses bords. Buḫārā, ses montagnes, ses sources et ses rivières se trouvent loin dans la direction du nord. Tout cours d’eau venant de l’est et de l’ouest se jette dans ce fleuve. Celui-ci coule jusqu’à ce qu’il traverse le Ḫwārazm ; puis il arrive à la mer du Khorassan et finit par se jeter en Chine (sic). De Balḫ au Ğayḥūn, douze parasanges. Sur la rive droite du fleuve : le district de Ḫuttal, la rivière d’aḍ-Ḍirġam ; sur la rive gauche, Merv, Ḫwārazm (dont le nom est Bīl) ; telles sont les deux rives du Ğayḥūn. Le fleuve de Balḫ passe à Tirmiḏ dont il bat les murailles ; la ville se trouve à côté de la route de Sağāniyān. De Tirmiḏ à Rāšt, 60 parasanges ; cette ville est située à l’extrémité du Khorassan, dans cette direction ; elle se trouve [325] entre deux montagnes ; c’est par là que les Turcs pénétraient pour leurs incursions. al-Faḍl b. Yaḥyā b. Ḫālid b. Barmak y fit adapter une porte.

419De Balḫ au Ṭuḫāristān supérieur, 28 parasanges.

420Entre le Khorassan et le territoire de l’Inde, il y a, dit-on, des fourmis grosses comme les chiens slougis. c’est la terre de l’or, les gens y viennent pour en prendre ; lorsqu’ils craignent d’être atteints par les fourmis, ils leur jettent de la viande grâce à laquelle ils les occupent ; ils extraient tout l’or qu’ils peuvent, puis se hâtent de fuir.

421Route de Merv à aš-Šāš : de Merv à Āmul, 36 parasanges, par Kušmahān, ad-Dīwān, al-Manṣaf, al-Ahsā’ et Bi’r ‘Uṯmān. D’Āmul aux bords de l’Oxus, une parasange ; d’Āmul à Buḫārā, 17. Buḫārā possède un quhandiz ; de Buḫārā dépendent les villes de Karmīnya, Ṭawāwīs, Firabr, Wardāna, Baykand, ville de commerçants. De Buḫārā à Samarqand, 37 parasanges. Samarqand possède un quhandiz ; de Samarqand dépendent les villes d’ad-Dabūsiyya, Arbinğan, Kušān, Kiss, Nasāf, Ḫuğanda ; cette dernière est une ville agréable et riche en ressources. Un de ses habitants m’a récité ces vers [wāfir] :

Je n’ai vu, faisant face à l’orient et à l’occident, aucune ville qui fût plus salubre que Ḫuğanda.
Elle est la resplendissante qui séduit quiconque la contemple ; et, en persan, elle est « celle qui ravit le cœur » (dil babardah).

  • 273 Peut-être, comme le suggère De Goeje, faut-il songer que les vers qui manquent sont ceux de Di’bil (...)

422Samarqand fut, dit-on, fondée par Alexandre. Le tour de ses murailles est de 12 parasanges ; elle a 12 portes séparées les unes des autres par une parasange ; le mur d’enceinte est sommé de portiques voûtés [326] et de tours, en vue de la guerre ; les douze portes ont deux battants de bois ; en haut de chaque porte, il y en a deux autres entre lesquelles se trouve une loge pour le portier. Lorsque vous avez dépassé les cultures, vous arrivez au faubourg qui contient des édifices. Le faubourg et le canal s’étendent sur 6 000 ğarībs. Le mur d’enceinte entoure champs, jardins et vergers ; il a douze portes. Ensuite, vous entrez dans la ville qui s’étend sur 5 000 ğarībs, avec les quatre portes que nous avons mentionnées dans ce chapitre. Ensuite on pénètre dans la ville intérieure dont la superficie est de 2 500 ğarībs ; la mosquée du vendredi se trouve dans cette ville intérieure, ainsi que le quhandiz et la résidence du prince. Il y a de l’eau courante dans la ville, des vallées et des cours d’eau à l’intérieur de la grande muraille. Le quhandiz a une porte de fer à sa partie antérieure et à sa partie postérieure. Samarqand fut détruite par Šamir, fils d’Ifrīqīs, c’est pourquoi elle fut nommée : Šamirkand. Elle fut reconstruite ensuite par Tubba’ al-Aqran, petit-fils de Šamir qui la refit plus belle qu’elle était ; s’enfonçant à travers la Chine, il en tua le souverain, bâtit la ville du Tibet, y installa une garnison composée de ses compagnons dont les descendants y sont encore ; ils sont cavaliers et endurants au combat ; les rois de la terre lui rendirent hommage ; c’est pourquoi il déclama des vers [………]273.

423Au dire d’al-Aṣma‘ī, la porte de Samarqand portait en langue himyarite l’inscription suivante : « De cette ville jusqu’à Ṣan‘ā’, 1 000 parasanges ; jusqu’à Bagdad et l’Ifrīqiya, 1 000 ; jusqu’au Siğistān et à la mer, 200 ».

424[327] Le pays de Suġd (Sogdiane) comprend : Karmāniya, Dabūsī, Samarqand, Surūšana (Usrūšana), Šāš, Naḫšab, ustūrkat, Anūḏikat, Sām, S.r.k, Binkat, Nūkat, Nūškat, Tūnkat, Tukkat, Wasīğ, Burnamaḏ.

425Nulle ville sur terre, dit-on, n’est plus salubre, plus agréable ni n’offre de plus beaux points de vue que Samarqand.

426Al-Ḥuḍayn b. al-Munḏir ar-Raqāšī, faisant des comparaisons, a dit : « Elle-même ressemble au ciel à cause du vert (= bleu) ;
» ses châteaux, aux étoiles, tant ils sont hauts ; son fleuve, à la voie
» lactée parce qu’il la traverse ; ses murailles, au soleil parce qu’elles
» l’enveloppent ».

427De Samarqand à Zāmīn, 17 parasanges ; Zāmīn est l’embranchement de deux routes, l’une vers le Šāš et le pays des Turcs, l’autre vers le Fargāna. De Zāmīn à aš-Šāš, 25 parasanges ; d’aš-Šāš à al-Fanğahīr, la mine d’argent, 7 ; jusqu’à Bāb al-Ḥadīd, 2 milles ; d’aš-Šāš à Bārğāh, 40 parasanges ; Bārğāh est une forte éminence entourée de mille sources [formant un fleuve qui] coule vers l’est et est nommé Barkūb, c’est-à-dire « l’eau inversée » (allant de bas en haut) ; on y chasse [328] les faisans noirs. D’aš-Šāš à Asbīğāb, 22 parasanges ; d’Asbīğāb au royaume de Kaymāk, c’est un voyage de 80 jours pour lequel on emporte des vivres.

428Route de Zāmīn à Farġāna : de Zāmīn à Sabāt, deux parasanges ; jusqu’à Usrūšāna, 7 ; de Samarqand à Usrūšana, 26 ; de Sabât à ‘Alūk, 6 ; jusqu’à Ḫuğanda, 4 ; de Samarqand à Farġāna, 53 ; de Samarqand à Ūzkand, 120 ; près d’Ūzkand se trouve la ville d’Ūš, à une distance de 7 parasanges ; c’est par elle que les voyageurs passent.

429De Nūšağān-le-Haut à la capitale du Ḫāqān des Tuġuzġuz, c’est un voyage de trois mois, à travers des pays fertiles et peuplés de gros villages.

430Pris en totalité, l’impôt foncier des districts du Khorassan, en y joignant les kūras et les provinces rattachées à ‘Abd Allāh b. Ṭāhir, s’élève à 440 847 000 dirhems, avec 13 bêtes de somme, [329] 2 000 moutons, 2 022 captifs et 1 300 pelles et plaques de fer, en deux moitiés.

431Les diverses catégories des Turcs sont : les Tuġuzġuz qui occupent le territoire le plus grand chez les Turcs, et ont pour limites la Chine et le Tibet ; les Ḫarluḫ, les Ġuzz, les Bagnāk (Petchénè-gues), les Tarkas, les Arku§, les Ḫifğāḫ, les Ḫirḫīz. Les villes turques sont au nombre de seize. Les Tuġuzġuz sont les Arabes des Turcs.

432Chez les Turcs, dit-on, les brebis n’ont pas moins de quatre petits et, au plus, cinq ou six, comme les chiennes ; quant à deux et trois c’est rare. Les moutons sont très grands, ils ont de grosses queues grasses qu’ils traînent par terre.

433Dans leur pays, on trouve beaucoup de martres, et des fenecs. Les Turcs sont des tireurs habiles (rumāt al-ḥadaq). Il y a, chez eux, l’excellent ḫutū, qui est une corne sur le front d’un animal du pays.

434La doctrine qui domine chez Turcs est la zandaqa.

435Une des curiosités du pays des Turcs est une pierre au moyen de laquelle ils font tomber, à leur gré, pluie et neige. Cela est bien connu chez eux, et pas un Turc ne le nierait. Cette pierre se trouve exclusivement chez le roi des Tuġuzġuz, et il n’en existe chez aucun autre roi des Turcs. On dit qu’ils l’on tirée, dans les pays d’où sort le soleil, de gazelles qui étaient là et qui, par cette pierre, se cachaient du soleil afin qu’il ne les brûlât pas. Ismā’īl b. Ab.mad a raconté que, quand les Turcs le combattirent, ils se servirent de cette pierre et que cela tourna [330] contre eux, en produisant le froid, ce qui les tua jusqu’au dernier ; Ismā’īl implora Allāh, pleura, fit une invocation ; alors ils ressuscitèrent jusqu’au dernier et Ismā’īl les vainquit.

436Au dire de Platon (Aflāṭūn), on ne connaît ni bonne foi chez les Turcs, ni générosité chez les Rūm, ni point d’honneur chez les Ḫazar, ni tristesse chez les Zanğ, ni bravoure chez les Slaves, ni continence chez les gens du Sind.

437On a omis, dans le chapitre du Ṭabaristān, le nom de la capitale du Ğurğān : Ṣaḫrastān. De cette ville à celle d’Astarābād, 14 parasanges ; d’Astarābād à Ṭamīš, 7 ; de Ṭamīš à Nāmiya, 6 ; de Nāmiya à Lumrāsak, 8 ; la frontière du Ğurğān va de celle du Ṭabaristān jusqu’à ribāṭ Ḥafṣ ; il y a, entre elles deux, 9 parasanges ; puis jusqu’à la capitale du Ğurğān, 7.

FIN DE L’ABRÉGÉ

438Gloire à Allāh, maître de l’Univers ! qu’il bénisse notre Prophète Muḥammad, ainsi que toute sa famille !

Notes

1 Ce chapitre se retrouve dans M.

2 M. : Image au lieu de Image.

3 M. : Image.

4 M. précise : Image.

5 M. : Image.

6 De Goeje avait lu par conjecture Image mais il faut rétablir Image comme dans M.

7 M. : Image

8 M. : Image.

9 M. : Image.

10 Le texte porte Image mais on a suivi Yāqūt (I, 300) Image [H.M.).

11 M. : Image.

12 M. : Image meilleur que Image.

13 M. manque.

14 M. aj. : Image

15 M. : Image au lieu de : Image.

16 M. aj. : Image.

17 M. aj. : Image.

18 M. : Image.

19 M. : Image.

20 M. aj. : Image.

21 M. : Image sans Image.

22 M. aj. : Image.

23 M. aj. : Image devant Image.

24 M.aj. : Image après Image.

25 M. : Image.

26 M. : Image au lieu de : Image.

27 M. : Image au lieu de : Image.

28 M. aj. : Image.

29 M. aj. : Image.

30 M. aj. : Image.

31 M. : Image au lieu de : Image.

32 M. aj. : Image devant Image.

33 M. : Image

34 M. : Image.

35 On a adopté la leçon de Yāqūt (I, 195) : Image [H.M.]. (M. comme Yāqūt).

36 M. : Image.

37 M. : Image au lieu de : Image.

38 M. comme Yāqūt (I, 753) : Image.

39 Cf. Coran, VII, 105 [H.M.].

40 M. comme Yāqūt (I, 753) : Image.

41 M. comme Yāqūt : Image.

42 On a suivi la leçon de Yāqūt : Image [H.M.]. (M. : Image).

43 M. comme Yāqūt : Image.

44 M. : aj. : Image.

45 Textt : « veaux ou vaches ».

46 M. comme Yāqūt : Image.

47 M. précise : Image.

48 Il faut lire : Image.

49 M. : Image.

50 L’auteur en énumère six. [H.M.].

51 M. dit : Image.

52 M. : Image.

53 Dans le texte il faut ajouter Image avant Image et supprimer Image comme dans M.

54 M. Image au lieu de : Image.

55 M. aj. après Image.

56 M. aj. : Image après Image.

57 M. : Image.

58 M. permet de compléter : Image.

59 M. : Image au lieu de : Image.

60 M. aj. : Image après Image.

61 M. aj. : Image après Image.

62 M. : Image.

63 M. aj. : Image devant Image.

64 M. aj. : Image.

65 M. offre la bonne leçon : Image.

66 Dans M. : Image manque ; de toute façon le pronom de Image se rapporte à Image « sel ammoniac ».

67 M. : Image au lieu de : Image.

68 M. : Image.

69 M. : Image.

70 M. : Image.

71 M. : Image

72 Le désir d’abréger conduit parfois à des confusions ; dans Image, le pronom paraît se rapporter à Image alors qu’il s’agit d’un moine, ainsi que permet de le préciser le texte de M. :
Image

73 M. est plus explicite : Image.

74 M. : Image.

75 M. aj. : Image.

76 Lire avec M. : Image.

77 Le texte de M. est un peu différent ; il ajoute surtout : Image

78 M. : Image.

79 M. : Image.

80 Il en cite quatorze [H.M.].

81 Il en cite sept [H.M.].

82 M. : manque.

83 M. : Image au lieu de : Image.

84 Il en cite douze (H.M.).

85 M. : Image.

86 Le passage entre parenthèses est une interpolation [H.M.].

87 Il semble qu’il faille lire : Image.

88 La lecture n’est pas sûre. On a lu Image, mais M. donne Image « la magie ».

89 Deux mots ont embarrassé De Goeje : Image, mais M. permet de rétablir le texte : Image

90 On a suivi M. : Image au lieu de : Image.

91 A l’expression du texte : Image qu’il faudrait lire Image, on a substitué la leçon de M. Image.

92 On a suivi M. : Image au lieu de : Image.

93 M. : Image au lieu de : Image.

94 M. : Image

95 M. : Image mais il faut conserver la leçon du texte.

96 M. : Qaṭṭūs.

97 M. : manque Image.

98 M. : Image vaut mieux que Image.

99 M. : Image.

100 M. comme Yāqūt (IV, 981) : Image.

101 M. ajoute Image = de Kūfa.

102 M. : Image au lieu de : Image.

103 M. : Image au lieu de : Image.

104 M. aj. : Image.

105 M. : Image au lieu de : Image.

106 M. : Image au lieu de : Image

107 M. : Image au lieu de : Image.

108 M. aj. : Image.

109 M. : Image au lieu de : Image.

110 M. : Image au lieu de : Image.

111 M. : Image au lieu de : Image.

112 M. : Image au lieu de : Image.

113 M. : Image au lieu de : Image.

114 M. : Image au lieu de : Image.

115 Dans le texte, le corbeau ne répond pas à la question. M. : ImageImageImage. Il y a là une réponse à la question du texte, mais pas à celle du ms.

116 M. : Image au lieu de : Image.

117 H. Massé a adopté la leçon Image proposée dans l’erratum, mais il faut conserver Image « elles sont cochées par des ramiers… ».

118 La lacune du texte est comblée par M. : Image.

119 M. : (Image=)Image.

120 M. présente ensuite des différences sensibles.

121 On ne voit pas ce que signifie Image. M. donne Image « de beaux puits ».

122 M. : Image au lieu de Image.

123 M. : Image.

124 Texte : Image avantageusement remplacé par Image de M.

125 M. : Image.

126 Add. d’après M. : Image

127 M. : Image au lieu de : Image

128 M. : Image au lieu de : Image.

129 On a lu Image au lieu de : Image [H.M.].

130 On a lu Image au lieu de : Image [H.M.].

131 Cf. Coran, XXV, 14 [H.M.].

132 On a lu Image au lieu de : Image.

133 J’ai lu, avec M. : Image au lieu de : Image.

134 Comme le remarque De Goeje (235 n.a.), l’apodose manque, après la protase commençant par Image « parce que, si tu le mets en balance etc. ». H.M. avait songé à supprimer Image et à lire « … le froid est plus sain que la chaleur si tu le mets en balance ». M. fournit une solution en répétant à la fin le début du paragraphe. Voici son texte : Image
Image
Image

Mais on peut conserver le texte imprimé en supprimant Image.

135 Cf. supra, p. 209 (ar.) ; dans les deux passages, quatorze localités sont énumérées.

136 Il s’agirait de Mavsūn, épouse de Mu’āwiya [H.M.].

137 M. : Image qui convient mieux que Image du texte.

138 M.aj. : Image.

139 M. : Image.

140 M. : Image.

141 M. aj. : Image devant Image.

142 M. : Image au lieu de : Image.

143 On a suivi M. : Image.

144 M. : Image.

145 M. aj. : Image.

146 M. aj. : Image après Image (au lieu de Image ).

147 M. : Image au lieu de : Image et aj. : Image.

148 M. : Image.

149 M. Image au lieu de : Image.

150 Ce passage demeure embarrassant.

151 M. comme Yāqūt (IV, 645) : Image ; M. raconte l’histoire avec quelques variantes.

152 M. : Image « son père ».

153 M. : Image « son père ».

154 M. : Image.

155 M. : Image au lieu de : Image.

156 M. aj. : Image

157 M. aj. après Image

158 M. aj. : après le dernier verset : ImageImage

159 Il faut lire Image mais M. a aussi Image.

160 M. : Image « l’encens ».

161 M. manque Image.

162 Le texte dit Image, mais M. précise : ImageImage

163 M. dit Image nuğub doit désigner les chameaux.

164 M. Texte : Image ; ce mot ne figure pas dans M. et il convient de le biffer, à moins que l’auteur ne pense à l’hippopotame, faras al-mā’.

165 De Goeje a ajouté Image qui ne paraît pas nécessaire.

166 M.aj. : Image.

167 L’emploi de Image laisserait entendre qu’on avait aussi transporté de la terre et de l’eau ; M. ne donne pas cette précision.

168 Il faut lire Image.

169 M. : Image.

170 M. : Image.

171 M. aj. : Image au lieu de : Image.

172 M. : Image au lieu de : Image.

173 On a lu Image avec M. au lieu de : Image.

174 L’adj. Image se rapporte à tous les objets énumérés car M. dit : Image

175 M. dit : Image.

176 M. précise : Image.

177 M. : Image Panjhīr.

178 Voir supra 217 (ar.).

179 Le texte de M. est plus développé.

180 M. dit un peu plus haut : Image.

181 M. dit simplement : Image.

182 De Goeje pense qu’il s’agirait d’un ancien nom de Qumm ou d’une forme corrompue.

183 La leçon du texte Image a été arbitrairement remplacée par Image pour que la phrase ait un sens.

184 ābān est le 10e jour du mois dans le calendrier persan; farwardīn māh, le premier mois de l'année.

185 On a lu Image au lieu de : Image.

186 M. : Image « il enregistra » (cette décision) au lieu de Image.

187 M. : Image.

188 M. : Image.

189 M. : Image.

190 Vers déjà cités p. 48 (ar.).

191 M. : ImageImage, texte plus conforme à la légende.

192 M. : Image.

193 M. précise : Image.

194 M. : Image.

195 Image

196 mihr : 16e jour du mois et 7e mois de l’année dans le calendrier persan.

197 M. : Image au lieu de : Image.

198 Texte : Image ; M. : Image. Dans Image le pronom se rapporte à la troupe.

199 M. : Image au lieu de : Image.

200 Add. d’après M. où l’on lit : Image.

201 M. : Image

202 Texte : mais il faut lire au passif ; M. dit : Image

203 M. : Image.

204 M. : Image.

205 M. : Image.

206 M. : Image.

207 M. : Image

208 On a suivi M. : Image.

209 M. : Image au lieu de : Image.

210 M. : Image au liu de : Image.

211 M. : Image au lieu de : Image.

212 M. : Image

213 M. : Image au lieu de : Image.

214 M. : Image au lieu de : Image.

215 M. : Image au lieu de : Image.

216 Dans une note, De Goeje propose un texte qui signifierait : on prétend aussi que la distance qui sépare la Chine du ‘Umān est plus grande que celle de Baṣra au pays des Zanğ, mais on se trompe quand on dit qu’il y a une plus grande distance entre le ‘Umān et la Chine parce que la mer des Zanğ…

217 Lacune dans le texte que De Goeje renonce à combler et pour laquelle M. n’est d’aucun secours.

218 M. : Image au lieu de : Image.

219 M. aj. : Image

220 M. permet de combler la lacune : Image

221 M. : Image

222 M. aj. : Image.

223 M. : Image.

224 M.aj. : Image (Image=)Image.

225 M. : Image.

226 M. : Image au lieu de : Image.

227 M. aj. : Image avant Image.

228 M. aj. : Image après Image.

229 D’après le texte, al-Māzyār semble s’adresser à la troupe ; M. est plus explicite : Image

230 On ne connaît pas de ville de ce nom. Peut-être faut-il comprendre : le siège du commandement.

231 M. aj. : Image.

232 M. dit seulement : Image.

233 M. : Image

234 M. : Image.

235 M. : Image « se trouvant embarrassés ».

236 M. aj. : Image.

237 M. aj. : Image.

238 On a lu Image avec M. et les sources citées par De Goeje.

239 M. dit : Image.

240 M. dit : Image.

241 M. décrit cet emplacement et ajoute : Image

242 M. : Image « deux ans ».

243 M. : Image « 249 ».

244 M. peut se lire : Image.

245 M. : Image.

246 M. : Image qui ferait de Ğalad un nom propre.

247 M. : Image.

248 M. aj. : Image.

249 M. : Image au lieu de : Image.

250 M. : Image au lieu de : Image.

251 M. : Image au lieu de Image.

252 M. : Image

253 M. aj : Image.

254 M. dit plus correctement : Image.

255 Lire Image au lieu de : Image M. : Image

256 M. : Image.

257 M. : Image.

258 M. : Image au lieu de : Image.

259 La lacune signalée peut être comblée grâce à M. : Image

260 M. : Image.

261 M. permet de combler la lacune : Image.

262 M. : Image au lieu de : Image.

263 M. : Image.

264 M. : Image au lieu de : Image.

265 L’interprétation de H. M., justifiée par le texte imprimé Image est démentie par la leçon de M. qui dit : Image « les mille dirhems lui (au roi) revenaient ».

266 H. Massé a suivi la suggestion de De Goeje : Image ; M. n’est d’aucun secours car il y a un blanc entre Image et Image. Sans doute faut-il comprendre : « si les gens de Nasā y consentent ».

267 M. dit plus haut : Image et ici ImageImage – ce qui explique les vers suivants.

268 Au lieu de Image M. dit : Image.

269 Zamm est cité deux fois [H.M.].

270 Image « le culte des Arabes », mais M. dit plus explicitement : Image

271 Sans doute faut-il lire Image au lieu de Image « étaient leurs esclaves ».

272 H. Massé avait traduit « lui reprochant son islamisation », ce qui répondrait à M. : Image, mais le sujet de Image est, dans M. : Image. Le texte de M. se lit ainsi : ImageImage

273 Peut-être, comme le suggère De Goeje, faut-il songer que les vers qui manquent sont ceux de Di’bil :
(Dīwān, éd. Aštar, 195). Image

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable