Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

La Ğazīra1

Texte intégral

  • 1 Le chapitre est consacré à la Haute-Mésopotamie, et les premières lignes sur la Ğazīrat al-‘Arab c (...)

1Aš-Ša‘bī, interrogé au sujet de la Ğazīra, c’est-à-dire de la Ğazīrat al-‘Arab, déclara : « C’est le pays qui s’étend d’al-‘Uḏayb au Ḥaḍramawt ». Au dire d’al-Aṣma‘ī, c’est ce qui n’est pas sous l’ombre de la Perse ni du pays de Rūm. Pour ar-Riyāšī, c’est le pays situé entre Nağrān et al-‘Uḏayb. Pour Abu ‘Ubayda, c’est le pays qui, en longueur, s’étend du Ḥafar Abī Mūsā à l’extrême Yémen et, en largeur, des sables de Yabrīn à la Samāwa.

  • 2 Cf. supra, p. 12 (ar.).

2On dit que la Ğazīra est le pays situé entre le Tigre et l’Euphrate ; Mossoul en fait partie, de même que Raqqa et Rāfiqa. Au dire de Muḥammad b. al-Ḥasan, les pays arabes dont on n’accepte pas la capitation et dont on n’admet que l’entrée dans l’Islam — sinon, c’est le sabre — s’étendent d’al-‘Uḏayb à Abyan ‘Adan : c’est la Ğazīra. Pour Ibn al-A‘rābī, la Ğazīra est la région située au-dessus de Baqqa ; si elle fut nommée al-Ğazīra, c’est simplement parce qu’elle s’étend entre l’Euphrate et le Tigre, puis sur la terre ferme2.

3Quant à Mossoul (al-Mawṣil), si elle été nommée ainsi, c’est simplement parce qu’elle unit (waṣal) la Mésopotamie et la Syrie. La Mésopotamie s’étend du territoire de Sumaysāṭ à Balad, et de Mossoul au Jourdain. On a dit aussi que Mossoul avait été nommée ainsi parce qu’elle joint (waṣal) l’Euphrate au Tigre. La cité de Mossoul fut bâtie par Muḥammad b. Marwān ; quant au Rāwand de Mossoul, il fut bâti par Rāwand b. Biyūrāsf. ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb nomma gouverneur de Mossoul ‘Utba b. Farqad as-Sulamī, l’an 20 ; les gens de la citadelle l’ayant combattu, il prit de vive force la citadelle orientale et passa le Tigre ; alors les gens de l’autre citadelle firent leur soumission moyennant capitation ou autorisation d’émigrer pour celui qui le voudrait. Ensuite, il conquit al-Marğ et sa banlieue, le territoire de Bānuhadrā, Dāsin et toutes les forteresses des Kurdes. Le premier qui traça le plan de Mossoul, [129] y logea les Arabes et en fit un miṣr, fut Harṯama b. ‘Arfağa al-Bāriqī, car ‘Umar avait destitué ‘Utba [du gouvernement] de Mossoul qu’il avait donné à Harṯama ; la ville contenait la citadelle, les églises des Chrétiens et leurs demeures, ainsi que le quartier des Juifs ; Harṯama en fit donc un miṣr ; ensuite il bâtit la mosquée-cathédrale et, par la suite, al-Ḥadīta ; cette dernière était un ancien bourg où se trouvaient deux églises ; Harṯama en fit une ville, y installa un groupe d’Arabes, et la localité fut nommée al-Ḥadīṯa (« la Nouvelle ») parce qu’elle était postérieure à Mossoul.

4‘Utba b. Farqad conquit at-Ṭīrahān et Takrīt ; il accorda aux gens de la citadelle de Takrīt l’amān pour leurs personnes et leurs biens ; il marcha dans le district de Bāǧarmaq jusqu’à ce qu’il atteignît Šahrazūr. Takrīt fait partie des districts de Mossoul.

5En face, dans le désert, s’élève la ville d’al-Ḥadr, dans la plaine de Sinğār, à 15 parasanges du Tigre et 15 de l’Euphrate ; elle est bâtie de pierre blanche, avec des maisons, des toitures et des portes blanches ; elle est située sur une hauteur ; elle a 60 grandes tours ; entre deux d’entre elles, il y a 9 petites tours ; au sommet de chaque tour, une redoute ; à sa base, une étuve ; on a dirigé vers la ville le Ṯartār qui la traverse et sort ensuite ; ses deux rives sont bordées de villages et de jardins ; le Tartār sort de Sinğār et se jette dans l’Euphrate ; il est navigable. Le prince d’al-Ḥaḍr fut as-Sāṭirūn, puis aḍ-Ḍayzan. On dit qu’il y avait à al-Ḥaḍr une porte qu’un seul homme fermait, mais qui ne pouvait être ouverte que par beaucoup de gens ; c’est la porte [130] à propos de laquelle ‘Adī b. Zayd a dit [ramal] :

… Et le maître d’al-Ḥaḍr, lorsqu’il la bâtit et lorsque les impôts des districts du Tigre et du Ḫābūr étaient levés à son profit…

6Au dire d’aš-Šarqī b. al-Quṭāmī, lorsque la tribu de Qudā’a se dispersa, une fraction s’en alla vers la Mésopotamie ; obéissant à un prince nommé aḍ-Ḍayzan b. Ğayhala, l’un des confédérés, elle s’établit dans la ville d’al-Ḥaḍr qui était placée sous l’influence de deux talismans, grâce auxquels elle ne pouvait être détruite que par une colombe de couleur gris cendré ayant un collier fait de sang menstruel d’une femme aux yeux bleus. Aḍ-Ḍayzan fit sortir de la ville toutes les femmes qui avaient leurs règles. Faisant une razzia à la tête de tous les Quḍā’a, il rencontra un groupe de gens de Šahrazūr et les massacra ; au cours d’une incursion dans le Sawād, il rencontra Māh, sœur de Sābūr ḏū l-Aktāf ; Sābūr, entendant parler de l’événement, se mit en marche et resta deux ans à assiéger al-Ḥaḍr sans pouvoir obtenir aucun avantage ; ensuite, an-Naḍīra, fille d’aḍ-Ḍayzan, ayant ses règles, on la fit sortir à l’extérieur de la ville ; Sābūr, la regardant, devint amoureux d’elle et elle s’éprit de lui. Elle lui dit : « Qu’aurai-je de ta part,
» si je t’indique par quel moyen prendre cette ville ? — Je te
» donnerai le pas sur mes femmes. — Prends donc du sang mens-
» truel d’une femme aux yeux bleus ; emploie-le à écrire sur une
» feuille ; mets cette feuille au cou d’un ramier et lâche-le ; lorsqu’il
» s’abattra sur la citadelle, elle s’écroulera avec ceux qui s’y
» trouvent ». Ce qu’il fit, et il en fut comme elle l’avait dit. Sābūr massacra 200 000 hommes environ de Qudā’a et anéantit maintes tribus dont il ne reste plus trace.

7Al-Ğudayy al-Qudā’ī a dit [wāfir] :

N’es-tu pas affligé alors que les nouvelles annoncent le meurtre d’aḍ-Ḍayzan et des Banū l-‘Abīd ?

8Ensuite, Sābūr s’en fut avec la fille d’aḍ-Ḍayzan et finit par une halte de nuit à ‘Ayn at-Tamr. Comme elle ne dormait pas, il lui dit : « Qu’as-tu ? —Je n’ai jamais dormi sur une couche plus
» dure que celle-ci. — Malheur à toi ! Les souverains dorment-ils
» jamais sur une couche plus moelleuse que la mienne ? — Oui ». [131] Il regarda et aperçut sur le lit une feuille de myrte qui s’était collée au ventre de la femme. Il lui dit : « De quoi tes parents
» te nourrissaient-ils ? — De miel vierge, de pur froment, de petites
» chèvres ». — Sābūr reprit alors : « Tu n’as pas récompensé tes
» parents de leurs bons procédés à ton égard, et tu n’as pas été
» loyale envers eux. Comment donc le serais-tu envers moi ! ».Elle fut attachée par les cheveux à la queue de deux chevaux indomptés que l’on fit courir et qui la mirent en pièces.

***

9De Mossoul dépendent aussi aṭ-Ṭīrahān, as-Sinn, al-Ḥadīṯa, Marǧ Ğuhayna, Ninive (Nīnawā), Bāğalī (?), al-Marğ, Bānuhadrā, Ba‘aḏrā, Ḥibtūn, Bānqalī (?), Ḥazza, Bān’ās, al-Ma‘lah, Rāmīn, al-Ḥanāya, Bāğarmā, Bābaġīš, ad-Dāsin, Kafar‘izzā. Le ḫarāğ de Mossoul est de 4 millions de dirhems.

10A Mossoul, il y a une montagne qu’on nomme Ša‘rān (chevelue) à cause de la grande quantité d’arbres qu’elle porte ; les arbres en général sont dits ša‘rā’ (chevelus). [132] On dit aussi, au contraire, que c’est une montagne à Bāǧarmā, appelée Mont Qandīl (en persan : Taḫt-i Šīrūyeh) ; elle compte parmi les montagnes les plus prospères : on y trouve poires et raisins, toutes sortes d’oiseaux, des arbres gros et grands qui, débités, sont transportés en Irak ; la neige s’y maintient été comme hiver ; lorsque vous sortez de Daqūqā, un côté de cette montagne vous apparaît, proche du petit Zāb.

11Au dire d’az-Zuhrī, il ne resta, en Ğazīra, emplacement d’un pied qui ne fūt conquis, à l’époque de ‘Umar b. al-Ḫaṭṭāb, par ‘Iyāḍ b. Ġanam qui prit Ḥarrān, Raqqa, Qarqīsiyā, Naṣībīn, Sinğār, Āmid, Mayyāfāriqīn, Kafartūṯā, Ṭūr ‘Abdīn, la citadelle de Mārdīn, Dārā, Qardā, Bazabdā et Arzan.

12Raqqa occupe le milieu du Diyār Muḍar. Plus de traces de Rāfiqa. Elle fut construite par al-Manṣūr, en 155, sur le modèle de la ville qu’il bâtit à Baġdād ; il y établit un ğund de gens du Khorassan.

13Au dire d’al-Kinānī, la parole divine (XXIX, 25) : « Je me
» réfugie vers mon Seigneur », s’applique à Ḥarrān ; le verset (XXXVII, 97) : « Je m’en vais vers mon Seigneur » s’applique aussi à Ḥarrān.

14Ka‘b voit Ḥarrān dans les paroles divines (XXVII, 71) :
« Nous le délivrâmes, ainsi que Loth [en le dirigeant] vers une
» terre dont Nous bénîmes les habitants » et (XXIII, 30) : « Fais-
» moi descendre dans un lieu béni ».

15L’Envoyé d’Allah a dit : « Je fus enlevé la nuit qu’Allah me
» fit voyager ; je vis alors une ville et elle me plut ; je dis donc :» [133] “Gabriel ! Qu’est-ce que cette ville ? — Naṣībīn. — Ô
» Allah ! accélère sa conquête et établis-y une bénédiction pour les
» Musulmans” ».

  • 3 Il s’agit peut-être de Ğazīrat Ibn ‘Umar.

16De son territoire, font partie les villes suivantes : Édesse (ar-Ruhā), Samosate (Sumaysāṭ), Sarūǧ, Ra’s Kayfā, al-Arḍ al-Bayḍā’, Tall Mawzan, ar-Rawābī, al-Māziḥīn, al-Mudaybir, ar-Ruṣāfa, Kafarḥaǧar, al-Ǧazīra3. La valeur du ḫarāǧ du Diyār Muḍar est évaluée à 1 600 000 dirhems.

17Du territoire de l’Euphrate font partie : Qarqīsiyā (qui se trouve sur l’Euphrate, sur [le bras qui arrose] ar-Raḥba et sur le Ḫābūr), Hīt, ‘Ānāt, al-Ḥadīṯa, az-Zāb. Du territoire du Ḫābūr font partie : les districts d’aṣ-Ṣuwwār, al-Ġudayr, Mākisīn, aš-Šamsāniyya, as-Sukayr, ‘Arābān, Ṭābān, Tunaynīr-le-Haut, Tunaynīr-le-Bas, Šā’ā ; ces villes sont situées sur le Ḫābūr.

18Quant aux districts du Diyār Rabī‘a, ce sont Naṣībīn, Arzan, Āmid, Rās al-‘Ayn, Mayyāfāriqīn. Le poète a dit [wāfir] :

A Āmid une fois, ainsi qu’à Rās al-‘Ayn et quelquefois à Mayyāfāriqīn.

19De Mossoul à Balad, 7 parasanges ; de Naṣībīn à Arzan, vers la droite, 37 parasanges ; d’Āmid à Raqqa, 54 parasanges. Le ḫarāğ du Diyār Rabī‘a est de 7 700 000 dirhems.

20[134] Une des curiosités de la Mésopotamie est l’église d’Édesse (ar-Ruhā). Les gens de Rūm disent qu’il n’est pas d’édifice en pierre plus beau que cette église, pas d’édifice en bois plus beau que l’église de Manbiğ (car elle a des arcs de bois de jujubier), pas d’édifice en marbre plus beau que [l’église d’]al-Qusyān à Antioche, pas d’édifice à arcades de pierre plus beau que l’église de Ḥimṣ. Autour de la ville d’Édesse, il y avait, dit-on, 360 couvents ; il y avait aussi la statue d’une femme appelée Hīlāna (Hélène), assise sur un siège, et dont on ne vit jamais la pareille pour le corps et la grâce ; un homme, s’étant épris d’elle, tomba malade d’amour ; son père vint alors briser la tête de la statue et, lorsque le jeune homme jeta les yeux sur elle, il s’en consola.

  • 4 Ce paragraphe figure déjà p. 67 (ar.).

21Parmi nos curiosités, a-t-on dit, figure la montagne située à Āmid et que voient tous les gens de la ville ; elle contient une crevasse telle que si un homme, dégainant son sabre, l’y introduit, puis en saisit à deux mains la poignée, le sabre s’agite dans ses mains, et il en reçoit une commotion, serait-il le plus fort des hommes. Et il y a là une autre merveille : c’est que, quand un sabre ou un couteau a été frotté sur cette montagne, il entraîne le fer et attire les aiguilles et les carlets, avec plus de force que l’aimant. Et voici une autre particularité surprenante : ce n’est pas cette pierre même qui attire le fer ; mais si l’on y frotte un sabre ou un couteau, c’est cet instrument qui l’attire. Encore une particularité surprenante : si ce dernier attend cent années, cette force magnétique se conserve en lui4.

22On trouve, à Raqqa, le duhn al-ḫaṭṭāra qui présente une particularité curieuse : en effet, on ne le prend qu’à une boutique connue de la ville et si on s’en pourvoit à une autre boutique, il se gâte ; il a la propriété d’agir contre les vents et les rhumatismes.

23Le Ḫābūr, dit-on, sort de Rās al-‘Ayn, est grossi du Hirmās et se jette dans [135] l’Euphrate. Le Ṯarṯār sort du Hirmās, passe à al-Ḥaḍr et se jette dans le Tigre. Nous possédons, disent les habitants, les chevaux mésopotamiens.

***

24Mu’āwiya interrogea Ibn al-Kawwā’ au sujet des habitants de Kūfa ; il répondit : « Ce sont des gens qui examinent le plus un péché
» véniel et sont les plus larges pour un péché capital. — Renseigne-
» moi donc sur les habitants de Baṣra. — Ce sont des moutons qui
» vont à l’abreuvoir ensemble et s’en retournent dispersés. — Ren-
» seigne-moi donc sur les gens du Ḥiğāz. — Ils sont les plus
» prompts à se révolter, mais les plus faibles dans la révolte et les
» moins guerriers. — Renseigne-moi donc sur les gens de Mossoul.
» — C’est un collier de servante formé de toute espèce de grains.
» — Renseigne-moi donc sur les gens de Mésopotamie. — Un
» dépotoir entre les deux métropoles ».

25Ensuite Mu‘āwiya se tut. Et Ibn al-Kawwā’ de lui dire :
» « Il faut que tu m’interroges ou que je parle. Tu n’y échapperas
» pas ! — Renseigne-moi donc sur le gens de Syrie. — Ce sont les
» gens les plus obéissants à une créature et les plus rebelles au
» Créateur : ils ne savent pas autre chose ».

26D’après al-Hayṯam b. ‘Adī, le territoire des Iyādites s’étendait derrière Kūfa, Dayr al-A‘war et Dayr Qurra. Dayr al-A‘war n’est autre que Dayr al-Ğamāğim.

27Au dire d’al-Aṣma‘ī, les Qurayšites, au temps du paganisme, s’enquéraient de la fertilité de Bā’arbāyā (qui est Mossoul) à cause de sa grande valeur à leurs yeux ; et pourtant ils n’avaient jamais profité de sa prospérité ; ils s’enquéraient du Rīf mésopotamien et de ce qui l’avoisinait parce qu’il égalait Bā‘arbāyā par sa fertilité, Baṣra par ses dattes et l’Oman par son poisson.

28Le ḫarāğ des districts mésopotamiens et du Diyār Rabī‘a est de 9 715 800 dirhems, dont : Arzan, 1 056 000 ; Āmid, 1 150 000 ; Mayyāfāriqīn, 856 000. [136] De même pour le reste des villes, telles que Mārdīn, Dārā, Balad, Sinğār, Qardā, Bazabdā, Ṭūr ‘Abdīn, Rās al-‘Ayn dont le ḫarāğ a été indiqué en bloc. Quant au Diyār Muḍar, le ḫarāğ de Ḥarrān est de 740 000 dirhems ; celui d’Édesse, 1 300 000 ; celui de Samosate, 1 000 000 ; celui de Sarûg, 600 000 ; celui de Qarayāt al-Furāt, 60 000 ; celui de Ra’s Kayfā, 350 000 ; celui d’al-Arḍ al-Bayḍā’, 150 000 ; celui de Raqqa, 160 000 ; celui d’ar-Rāfiqa et d’ar-Rawābī, 57 000 ; celui d’al-Māziḥīn et d’al-Mudaybir, 185 000.

Notes

1 Le chapitre est consacré à la Haute-Mésopotamie, et les premières lignes sur la Ğazīrat al-‘Arab créent une confusion.

2 Cf. supra, p. 12 (ar.).

3 Il s’agit peut-être de Ğazīrat Ibn ‘Umar.

4 Ce paragraphe figure déjà p. 67 (ar.).

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable