Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Éloge de l’éloignement du pays natal

Texte intégral

1Allah tout-puissant a dit (Coran, LXVII, 15) : « C’est Lui qui
» vous a rendu commode la terre. Marchez donc sur ses espaces et
» nourrissez-vous de ce qu’Allah vous accorde journellement. C’est
» pour aller vers Lui que vous ressusciterez ». Il a dit aussi (Coran, LXII, 10) : « Lorsque la prière est faite, dispersez-vous sur la terre ». Il a dit encore (Coran, XXX, 8) : « Ne voyagèrent-ils pas sur la
» terre ? » et (Coran, XVII, 72) : « Nous avons honoré les enfants
» d’Adam ; nous les portâmes sur la terre et sur la mer, etc. ».

2On a rapporté, d’après az-Zubayr b. al-‘Awwām, ces paroles de l’Envoyé d’Allah : « Les pays sont les pays d’Allah ; les hommes
» sont les serviteurs d’Allah. Donc, là où tu trouves du bien, installe-
» toi et crains Allah ». Le Prophète a dit aussi : « Voyagez et vous
» gagnerez ». Il a dit encore : « Celui qui meurt à l’étranger meurt
» en martyr ».

***

3Abūl-Malīḥ raconte ceci : Je vins trouver Maymūn b. Mihrān et lui dis : « Je veux voyager ». — Il répondit : « Pars ! Peut-être
» obtiendras-tu, quant à l’autre vie, plus que tu n’espères de ta
» vie en ce bas-monde. En effet, Moïse, fils de ‘Imrān, s’en alla
» quêter du feu pour son peuple, et Allah tout-puissant lui parla ;
» Balqīs s’en alla réclamer son royaume, et Allah lui accorda
» l’Islam »

***

4‘Umar a dit : « Ne séjournez (laṯṯa) pas dans une demeure de
» paresse ».

***

5D’après Sufyān aṯ-Tawrī, lorsque Joseph sortit de la citerne, l’un des assistants déclara : « Montrez-vous bienveillants envers
» l’étranger ». — Et Joseph répondit : « Celui qui a Dieu avec lui
» ne se trouve jamais en terre étrangère ».

***

6On a rapporté ce mot d’après Šurayḥ b. ‘Ubayd : « Pas un
» étranger ne meurt en terre lointaine, en l’absence de ses pleu-
» reuses, sans que le ciel et la terre pleurent pour lui ». Et il déclama (kāmil) :

Lorsque l’étranger pleure dans les ténèbres, les astres pleurent sur lui, à chaque instant.

***

7Mu‘āwiya dit à al-Ḥāriṯ b. al-Ḥubāb : « Quel est le pays que
» tu préfères ? » — Il répondit : « Celui où je me trouve bien et où
» ma dignité peut s’étendre ». Puis il déclama (ṭawīl) :

Ni Kūfa n’est ma mère, ni Baṣra n’est mon père. Et la paresse ne me détourne pas de voyager.

***

8[48] On a lu sur une porte d’un ḫān de Ṭarsūs (basīṭ) :

Il n’est pas d’étranger qui, si même il montre de la constance, ne parle de la patrie lorsqu’il s’en trouve éloigné.

9Au-dessous, était inscrit ceci :

Que l’organe de l’âne et celui du mulet soient jumelés au postérieur de l’étranger, chaque fois qu’il soupire après la patrie.

***

  • 1 La bonne leçon : (...)

10« La peine qui s’implante, a dit quelqu’un, jointe au durable
» éloignement de la patrie font aimer1 la quiétude [résignée],
» tandis qu’une bonne fatigue fait parvenir à l’endroit du repos ».

***

11Un autre a dit : « Demandez votre pain quotidien en allant
» au loin, car, si vous ne gagnez pas beaucoup d’argent, vous
» acquerrez beaucoup de raison ». Et il récita (basīṭ) :

Que le gémissement de ton âme [soupirant après] ta famille et ta patrie ne t’empêche pas de mener une vie paisible.
Tu rencontreras en tout pays, si tu t’y arrêtes, une famille et des voisins qui remplaceront les tiens.

***

12C’est comme ce qu’on dit dans la tradition : « Il n’y a pas
» d’inimitié entre toi et les divers pays. Le meilleur d’entre eux est
» celui qui te porte ».

***

13Un moderne a dit (ṭawīl) :

La ville de l’homme n’est autre que celle qui lui convient ; ses proches parents ne sont autres que ses amis.

14Un autre a dit (kāmil) :

Lorsque les demeures changent d’état, laisse-les et hâte-toi de t’en éloigner.
Ce n’est pas pour toi un devoir absolu de séjourner dans une ville qui laisse le puissant dans l’humiliation.

15Et un autre (ṭawīl) :

Lorsque tu résides sur une terre dont tu trouves déplaisants les habitants, abandonne-la, et tu pourras y retourner ensuite.

***

16« Le repos, a-t-on dit, est une entrave ».

17Aḥmad b. al-Mu’âfâ a dit (ṭawīl) :

La nonchalance a marié sa fille à la faiblesse ; elle lui a envoyé en dot, lorsqu’elle l’a mariée,
Un matelas moelleux ; puis elle lui a dit : « Appuie-toi bien ». Nul doute que leur négligence n’engendre la misère.

18[49] Et nous nous réfugions auprès d’Allah contre elle.

19Un autre a dit (ṭawīl) :

Cela te séduit-il d’avoir un ventre plein de bourrelets, d’être à ton aise et de faire bonne chère à La Mecque ?

***

20Al-Ḥuṭay’a a dit (basīṭ) :

Laisse les nobles actions ; ne pars pas à leur recherche. Ne bouge pas, car tu es, toi, celui qui se rassasie et qui s’habille bien.

21Si les gens, a-t-on dit, se contentent de leur patrie, c’est par mesquinerie, par indolence ; le désir d’activité [hors de chez soi] est le produit de l’expérience et de la raison.

22Akṯam b. Ṣayfī déclara : « Je ne me réjouis pas d’avoir suffisance
» des biens de ce monde, d’avoir des troupeaux gras et d’avoir du
» lait. — Et pourquoi ? », lui dit-on. — Il répondit : « C’est par
» crainte de m’accoutumer à la mollesse ».

***

23On a dit : « Que l’éloignement du pays ne t’attriste pas, si tu y
» trouves ta suffisance ; et ne t’afflige pas d’être séparé de ta famille,
» lorsque tu as trouvé l’aisance ».

  • 2 D’une part, la leçon d’un ms. : (...)

24On a dit : « La pauvreté est plus affligeante que l’éloignement
» du pays natal ; la richesse est un meilleur compagnon que la
» patrie ; quitter sa patrie est plus proche de la joie qu’y demeu-
» rer »2.

25On a dit : « Le pauvre, même dans sa famille, est abandonné ;
» le riche, même loin de sa patrie, noue des relations ».

26On a dit : « Afflige les tiens, tant que tu y trouves ta tranquillité ;
» quitte ta patrie dès que ton âme ne s’en accommode pas ».

27On a dit : « Si tu es pauvre, ton parent te méconnaît ; si tu es
» riche, celui qui t’est étranger te connaît ».

***

28Quss b. Sā‘ida a dit : « La plus efficace des exhortations, c’est
» un regard jeté sur le champ des morts ; le nom le plus parfait à
» mentionner est celui d’Allah ; le meilleur viatique, c’est la crainte
» [de Dieu] ; la plus belle réponse, c’est le silence ; le plus beau
» des actes est la constance ; la fermeté, c’est un redoublement de
» précaution ; la générosité consiste à savoir se montrer patient ; une
» longue expatriation est la source du gain ».

29Un autre a dit : « Conciliez-vous les faveurs en soignant leur
» voisinage ; recherchez davantage en montrant bien votre recon-
» naissance ; allez à l’étranger, afin de gagner ; ne soyez pas comme
» les femmes qui se contentent de leur intérieur et qui se bornent
» à rester assises. En effet, quitter le pays instruit l’ignorant, donne
» du courage au timide, fait remuer celui qui reste couché et augmente la clairvoyance de l’homme habile ».

30On a dit : « Être pauvre en son pays natal, c’est être à l’étran-
» ger ; être riche à l’étranger, c’est se trouver dans sa patrie ».

31Et un autre : « Ne s’en tient à la terre natale que quiconque
» est incapable de rien ».

32Un autre encore : « Personne ne soupire après un pays, où
» se trouvent détruites ses relations, sans qu’il y ait un vice dans son
» esprit. L’âme d’un homme ne l’attire pas vers un pays qui lui
» donne peu, à moins que [50] la bêtise ne se soit emparée de lui ».

33On a dit : « L’amour du pays natal compte parmi les traits
» enfantins ; le succès dans les gains tient à un long séjour à l’-
» étranger ; l’avantage d’avoir de vrais amis, joint à l’éloignement de
» la terre natale, console de la société des voisins [qu’on avait
» autrefois dans sa patrie]. Si les gens ne s’éloignaient pas de leur
» résidence, ils se trouveraient à l’étroit dans leur pays et se lasse-
» raient de leurs compagnons habituels. Celui qui réclame de son
» frère qu’il vienne où lui habite3, on le respecte moins, sa
» famille se fatigue de lui et souhaite d’en être débarrassée ».

***

34Si l’on n’avait pas voyagé à l’étranger, a-t-on dit, ce qui se trouve entre l’Espagne et la Chine resterait inconnu ; Alexandre n’aurait ni fermé les digues (Coran, XVIII, 92 sq.), ni conquis les pays, ni fondé les villes ; les rois n’auraient pas reconnu son autorité ; Darius (Dāra b. Dāra) n’aurait pas été tué ; les chevaliers n’auraient pas été faits prisonniers ; les rois n’auraient pas rassemblé les lames du Yémen, les sabres de l’Inde, les lances du Baloutchistan (Balūṣ), les fers de lance du pays des Ḫazar, les massues de Harāt, les masses d’armes (ağrizana ?) d’Usrūŝana, les poignards de Sogdiane, les selles de Chine, les cottes de mailles de Sābir, les cuirasses du Fārs, les arcs de Šāš, les cordes d’arc du pays des Turcs, les flèches nāwukiyya, les carquois du Siğistān, les boucliers en cuir du Magrib, les boucliers du Tibet, les cuirs du pays des Zanğ, les peaux de panthère de Berbérie, les brides hanbadiyya, les étriers de Merv, les voiles de Chine, les chevaux du pays des Ḫazar, les chaises de Qumm, les coursiers de Buḫārā, les mules d’Arménie, les ânes de Marīs, les chiens de Salūq, les faucons du pays des Rūm, les mails de Nihāwand, les étoffes à double trame de Rayy, les manteaux de Qazwīn, les tissus sa’idiyya, les robes du Yémen, les manteaux d’Égypte, les étoffes molletonnées (mulḥam) du Khorassan, les tissus ṭāhiniyya, les robes d’Espagne, les perles de l’Oman, les rubis (hyacinthes) de Ceylan, la soie de Chine, la soie écrue du Suze (Sūs), le brocart de Tustar, les soies à dessins (bazyūn) du pays des Rūm, la toile de lin d’Égypte, la soie à dessins de Kūfa, la soie à raies (’attābī) d’Ispahan ; on n’aurait pas su qu’il y avait dans le Magrib et en Égypte des merveilles qu’on ne trouve que là, par exemple le phare d’Alexandrie, la colonne de ‘Ayn Šams, les deux grandes Pyramides, le pont de bois d’Adana, le pont de pierre de Sanğa, l’église d’Édesse (ar-Ruhā), les murailles d’Antioche, celles d’al-Ablaq [51] al-Fard, Burhūt et Hārūt, le cheval qu’on voit dans l’extrême Magrib, le lion de Hamadān, le poisson et le taureau de Nihāwand, le palais de Kisrā à al-Madā’in, la statue (taḫt) de Šabdīz au Ṭāq[-i Bustān], le palais de Qaṣr-i Šīrīn et celui d’ad-Dukkan, les colonnes de Qaṣr al-Luṣūṣ, les merveilles de Rome, les crocodiles du Nil, son poisson torpille et son iscancor (saqanqūr), et d’autres choses sans nombre.

35Les gens qui vont le plus loin pour chercher fortune, a-t-on dit, sont les gens de Baṣra et les Ḥimyarites : quiconque pénètre dans l’extrême-Fargāna et dans l’extrême-Sūs, y voit inévitablement un Baṣrien ou un Ḥimyarite ; de même les gens d’Ispahan et du Ḫūzistān sont bien connus pour cela, et on en trouve en tout pays un groupe (ṣqff) qui s’y est établi.

36Entre autres choses dites à propos du fait de tourner en divers pays et de s’éloigner en diverses directions, figurent les vers d’Abū l-‘Atāhiya sur ar-Rašīd (ṭawīl) :

Sans le Commandeur des Croyants et sa justice, les pays se nuiraient certainement les uns aux autres.
Hārūn ne cesse de parcourir la terre, en montrant la bonne voie, afin de présider à la liaison et au dénouement des affaires.
Et si Ḏū l-Qarnayn a atteint une limite, qu’il te suffise donc de ce que Hārūn a parcouru sur terre.

37Un autre poète a dit, au sujet de son expédition au Khorassan (ṭawīl) :

Ḏū l-Qarnayn n’aurait pas atteint ce qu’il se proposait et l’expédition de Kisrā n’aurait pas eu lieu contre les Hephtalites (Hayāṭila) qui montent à cru.
Celui qui parcourt infatigablement l’univers, celui qui gravit sans cesse les hauteurs, celui qui poursuit ardemment sa vengeance, ne s’endort pas sur une rancune.

  • 4 Les vers sont d’Abū Tammām ; Dīwān, éd. de Beyrouth, 1905, 323 [H.M.].

38Un autre poète4 a dit, au sujet de ses voyages en divers pays (basīṭ) :

Moi qui remplace al-Ḫidr, si quelqu’un prend pour patrie une ville, moi, j’ai pris pour patrie les dos des chameaux grisâtres.
J’ai ma demeure en Syrie, mes amours sont à Bagdad, ma patrie est à ar-Raqmatan et mes frères sont à Fusṭāṭ.
Je ne pense pas que l’éloignement sera satisfait de son œuvre, tant qu’il ne m’aura pas emmené dans l’extrême Hurāsān.

  • 5 Les vers sont d’al-Buḥturī ; Dīwān, éd. Caire 1329/1911, 182 [H.M.].

39[52] Aṭ-Ṭā’ī5 a dit (ḫafīf) :

Si tu me vois6, tu vois un sabre étincelant, sabre du Yémen parmi les sabres tranchants.
Je sers de second à la nuit, de troisième au désert et au voyage ; je suis le compagnon des étoiles, l’ami de l’insomnie.
Parle à al-Ḫiḍr en ma faveur pour qu’il me fasse devenir, après toi, une source pour les gens du pays7.
Une nuit en Syrie, puis un jour à al-Ahwāz, et une nuit au Sawād.
Ma patrie, elle est où les chameaux grisâtres posent mon bagage ; mon bras me sert d’oreiller ; et c’est aussi mon lit.

40Un autre a dit, à peu près dans le même sens (ḫafīf) :

Qu’Allah confonde les Barmécides ! C’est à cause d’eux que je suis devenu nomade.
Si Ḏū l-Qarnayn a déjà mesuré la terre, je suis chargé, moi, de contrôler cette mesure.

41Un poète disait à al-Mu’tasim bi-llāh (ṭawīl) :

Tu as atteint les limites de la terre avec puissance, comme si tu y recherchais les traces d’al-Ḫiḍr.

42Les califes ont fait des conquêtes ; mais elles ne se succédèrent pour aucun d’eux autant que pour al-Ma’mūn, pour ‘Abd al-Malik b. Marwān et pour al-Mu’taṣim bi-llāh ; à cela près que les conquêtes d’al-Ma’mūn et de ‘Abd al-Malik se firent sur ceux qui s’attaquèrent à leur empire ; en cela, ils réalisèrent ce qu’aucun souverain ne réalisa dans l’Islam. A al-Mu’taṣim appartiennent six conquêtes importantes et considérables ; et dans chacune d’elles, il ne combattit que des adversaires qui attaquaient les Musulmans pour défendre particulièrement leur propre royaume. C’est notamment le cas de Māzyār, roi du Ṭabaristān qui, après avoir remporté des victoires et massacré, après s’être emparé de ces citadelles, de ces montagnes naturellement fortifiées et de ces chemins difficiles, fut vaincu et tué par le calife ; c’est également celui de Bābak qui défit les armées, enfonça les milices, tua les officiers, dévasta les pays, emplit les cœurs de respect et de frayeur, puis fut fait prisonnier par le calife, tué et pendu au gibet à côté de Māzyār. Il faut noter aussi la conquête d’Amorium (’Ammūriya) et la mise en déroute du tyran Yāṭis (Aétius), chef des marches : al-Mu’taṣim le fit prisonnier et le pendit au gibet à côté de Bābak et de Māzyār. Il y a aussi l’anéantissement des Zuṭṭ : le calife alla jusqu’à les exterminer complètement et à dévaster [53] leurs campagnes, après qu’ils avaient refusé d’approvisionner Bagdad, tué les généraux, conquis diverses villes et qu’ils avaient été l’objet des poursuites de plusieurs califes. Il y a aussi l’affaire de Ğa’far le Kurde qui rendit périlleuses les routes : le calife le vainquit et le tua. Il y a aussi l’action du calife contre l’Inde qu’il traversa d’un bout à l’autre, jusqu’à ce qu’il se fût emparé des munitions de Barwağ, des chefs indiens, des braves guerriers, et qu’il eût dévasté le littoral par le bras de ‘Umar b. al-Faḍl aš-Šīrāzī.

43Ensuite notre calife al-Mu’taḍid bi-llāh parvint à réaliser des conquêtes aussi importantes et aussi considérables. Par exemple, il fit prisonnier Hārūn al-Ḫāriğī aš-Šārī, après que celui-ci s’était emparé de diverses régions et avait arrêté de tous côtés les approvisionnements ; d’autre part, le calife marcha contre la famille de ‘Abd al-‘Azīz b. Abī Dulaf, dans la région du Ğabal, si bien qu’il la détruisit radicalement et emmena captives les femmes. Ensuite, il y eut l’affaire de Rāfi’ b. Harṯama : il s’était révolté, et sa tête fut apportée à Madīnat as-Salām. Ensuite, l’affaire de Muhammad b. Zayd al-‘Alawī au Ṭabaristān, après qu’il se fut emparé des citadelles et des forteresses imprenables, et qu’on avait cessé pendant trente-huit ans de faire le prône au nom du calife au siège de son gouvernement et de celui d’al-Ḥasan b. Zayd ; en effet, ce dernier, qui était entré au Ṭabaristān au mois de muḥarram de l’an 250, mourut au mois de ḏū l-ḥiğğa 270 ; son frère, Muḥammad b. Zayd, qui lui succéda, fut tué — qu’Allah l’ait en sa miséricorde ! — dans le Ğurğān, le vendredi 9 ša’bān 287. Il y a encore ‘Amr b. al-Layt aṣ-Ṣaffār, qui fut mis à mort par le calife ; et aussi la prise d’Āmid, la plus forte ville en pays arabe : le calife fondit sur Ibn aš-Šayḫ et le fit prisonnier. Il y eut ensuite l’affaire de l’eunuque Waṣīf ; le calife, marchant en personne contre lui, s’avança jusqu’aux frontières du pays des Rūm, fondit sur lui, le fit prisonnier, le tua et le pendit au gibet.

***

  • 8 Comme plus haut, pour Muhammad b. Zayd, l’auteur fait suivre son nom de la formule (...)

44Al-Ḥasan b. ‘Aΐϊ8 faisait cette citation (basīṭ) :

Celui qui cherche refuge auprès du sabre trouve une merveilleuse occasion de mourir promptement, ou bien vit après s’être fait rendre justice.
N’entreprenez pas une tâche facile, car cela vous gâtera. Vous n’atteindrez pas la gloire tant que vous n’aurez pas tenté une entreprise difficile.

***

45[54] On a dit : « Que la certitude soit la meilleure de tes armes ;
» que l’acceptation du destin soit le meilleur de tes aides ; que l’effort pour rechercher le bien soit ta pensée ».

46Et l’on cite ces vers (ṭawīl) :

Ne crois pas que le pain quotidien soit une porte que tu as fermée sur moi, et que j’aie besoin de toi.
Le salut est sur les chameaux blancs ; et il y a sur terre une voie pour s’enfuir ; il y a beaucoup de gens qui peuvent te remplacer.

47Quelqu’un écrivit à sa famille d’un pays lointain (ṭawīl) :

Ma lettre va vers vous, d’un pays lointain que je me suis imposé afin de n’être pas éprouvé par la pauvreté.

48Et encore ceux-ci (sarī’) :

Patiente ! car l’homme bien né sait patienter ; ou bien plains-toi si l’opprobre te frappe.
Lorsque la roue de la fortune tourne sur un homme de sens, il ne la craint pas, car elle est sans cesse en rotation.
Ta demeure ne te convient pas : va-t’en donc en paix ; car, pour l’homme, il y a une demeure où il s’arrête.

49Un autre a dit (ṭawīl) :

Change de demeure pour une demeure autre que la tienne, lorsque tes besoins y deviennent difficiles à satisfaire.
Al-Karağ n’est pas le monde entier, et Qāsim [Abū Dulaf] n’est pas le genre humain ; il est ailleurs des gains pour ceux qui sont en quête.

  • 9 Les vers sont d’Abū Tammām ; Dīwān, éd. de Beyrouth, 1905, 51 [H. M.].

50Aṭ-Ṭā’ī9 a dit (ṭawīl) :

Lorsqu’un homme prolonge son séjour dans la tribu, cela lui use son éclat ; va donc à l’étranger, et tu te renouvelleras.
N’as-tu pas vu que le soleil est d’autant plus cher aux hommes qu’il ne les éclaire pas constamment ?

51On a dit : « La gêne à l’étranger, dans l’honneur, vaut mieux
» que l’aisance dans la patrie, si elle s’accompagne de l’humi-
» liation ».
A un autre, on demanda ce qu’était la vie. Il répondit :

52« C’est circuler dans les pays, rencontrer des frères, courtiser
» les filles, faire des jeunes gens sa compagnie, écouter les sons des
» cordes du luth ».

53A un autre, on demanda ce qu’était la joie. Il répondit :

54« Aller au loin après avoir été riche, et revenir après avoir
» réalisé ses désirs ».

***

55[55] Un autre a dit (ṭawīl) :

Son fantôme [à elle] a voyagé nuitamment vers un homme errant à l’aventure, las de voyager, brun de teint, amaigri.
Tu vois cet homme semblable à la lame d’un sabre dont la partie antérieure est rouillée sur le plat mais qui garde son tranchant.
Il s’est expatrié, désirant une aisance, non pour lui-même, mais pour un cousin ou un compagnon.
Quelle excuse peut présenter celui qui a vingt-cinq ans, s’il reste immobile et ne fait pas tous ses efforts pour rechercher [la richesse] désirable ?
Quiconque n’appréhende pas l’issue [des choses] sera toujours méprisé et retenu dans les liens des conséquences.
Parcimonieux, il redoutera le mot « changement » et ne sera sauvé que par la rapidité des chameaux.

56Voici des vers de ‘Abd Allāh b. Ṭāhīr (munsariḥ) :

Quelle mauvaise chose pour un homme dont la jeunesse en fleur brille de tout son éclat,
Lorsqu’il se tient en une demeure de perdition où son caractère, dans ce qu’il fait, est l’indolence,
Lorsqu’il se contente d’une pauvre existence et s’abaisse, lorsqu’il compte sur l’héritage de ses ancêtres !
Qu’Allah ne protège pas un tel individu et ne le protège pas à jamais !
Nullement, par le Seigneur ! jusqu’à ce qu’il soit un homme amaigri par les voyages et les départs,
Soulevé par une ambition qui le tourmente et dont la paupière est passée au kohl de l’insomnie.
Qui n’obtient ni par faveur particulière, ni par humiliation, ni par procédé où les ruses interviennent,
Mais par un sabre dont le tranchant est gouverné par une main qu’un jeune héros étend
Jusqu’à ce qu’il devienne compagnon des [vrais] hommes et qu’on ne dise pas à sa mère, un jour : « Puisses-tu le perdre ! ».

***

57‘Amr b. al-‘Āṣ disait : « Occupez-vous de toute affaire
» glissante et mortelle » (c’est-à-dire : occupez-vous d’importantes affaires).

58Lorsque Mu‘āwiya jeta les yeux sur l’armée du Commandeur des Croyants [‘Alī], il déclara : « Celui qui se propose un grand
» dessein risque sa partie principale » (c’est-à-dire sa tête).

59On disait : « Que celui qui jouit de vivre gaiement sache se
» contenter ; que celui qui désire la renommée prenne de la peine ;
» que celui qui désire la considération voyage au loin ».

60A l’homme de sens, a-t-on dit, ne conviennent que deux attitudes : ou bien l’apogée de ce qui existe en ce bas monde et sa recherche, ou bien le point extrême [56] dans le renoncement.

61Un autre a dit : « Ce bas-monde est un pâturage ; que celui qui
» trouve à paître en quelque endroit s’en tienne donc là ».

62Voici des vers d’Abū Nuwās (ṭawīl) :

Je vois que mon âme a désiré ardemment l’Égypte, en deçà de laquelle on traverse un pays âpre et inégal.
Et, par Allah ! je ne sais si c’est pour me trouver dans l’aisance et la richesse que je suis poussé vers elle, ou bien si je suis poussé vers ma tombe.
Je m’élancerai prochainement vers elle en laissant là les propos des censeurs pleins de reproches.
Car ce qu’Allah décréta existe vraiment. Et les choses arrivent-elles autrement que par ordre du destin ?

63Un autre a dit : « La santé est l’un des deux moyens d’être à
» l’abri [des maux] ; la femme vertueuse est un des deux gagne-pain ;
» le lait est un des deux aliments carnés ; l’habitude est une des deux
» natures ; faire des vœux en faveur de celui qui demande, c’est une
» des deux aumônes ; avoir peu d’enfants, c’est une des deux ma-
» nières d’être aisé ; aller à l’étranger, c’est un des deux plaisirs ».

64Un ami m’a récité ces vers du littérateur Ibn ‘Adūs (kāmil) :

Ceux qui sont allés vers l’Orient et l’Occident ont prétendu que l’étranger, si même il est considéré, est dans l’abaissement.
Or je leur ai répondu que l’étranger, lorsqu’il craint [Dieu], est grand, partout où ses pas le conduisent.
On a dit : « L’étranger est méprisé » — et j’ai répondu courageusement : « Dieu lui garantit Son aide ».
On a dit : « Lorsque l’étranger meurt dans une ville, on le descend [dans la fosse] et l’on n’entend personne le pleurer ».
— J’ai répondu : « A l’étranger suffit la miséricorde de Son Seigneur ; et les pleurs ne servent à rien par rapport au mort ».

65Il a dit aussi (ṭawīl) :

On me dit : « Ne t’expatrie pas ». — J’ai répondu : « Tant que je craindrai Allah, je ne me sentirai pas en terre étrangère.
Si je m’y trouve dans la gêne et dans une situation humiliante, je suis assuré contre la joie maligne qu’y prendrait un parent.
Et si j’y suis dans l’abondance et dans une haute situation, il est fort probable qu’on ne recherchera pas mes défauts ».

Notes

1 La bonne leçon : Imageest celle du texte, et la correction proposée doit être rejetée.

2 D’une part, la leçon d’un ms. : Image « délivrance », au lieu de Image « joie » pourrait être adoptée. D’autre part, H.M. propose de lire Image, j’ai donc adopté cette lecture et modifié en conséquence la traduction ; mais Image seul ne convient pas et il faudrait lire ce mot soit avec l’article soit avec un complément = Image par exemple.

3 Le texte porte Image et H.M. a essayé de traduire cette proposition obscure. En réalité, il faut lire Image et traduire :
« Celui qui demeure trop longtemps dans le même lieu... ».

4 Les vers sont d’Abū Tammām ; Dīwān, éd. de Beyrouth, 1905, 323 [H.M.].

5 Les vers sont d’al-Buḥturī ; Dīwān, éd. Caire 1329/1911, 182 [H.M.].

6 Au lieu de Image, il faut lire Image car il s’adresse à son amie [H.M.].

7 Au lieu de Image lire Image [H.M.].

8 Comme plus haut, pour Muhammad b. Zayd, l’auteur fait suivre son nom de la formule Image et un ms. porte même Image.

9 Les vers sont d’Abū Tammām ; Dīwān, éd. de Beyrouth, 1905, 51 [H. M.].

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable