Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le quartier de Sanayeh à Beyrouth

 | 
Pascale Féghali

Conclusion

Texte intégral

1L’enquête menée à Sanayeh a profondément modifié ma vision de Beyrouth, élargissant mon horizon : l’autre s’est découvert comme une part de moi-même. Il y a pour moi un avant et un après l’enquête. La période même de l’enquête a été vécue comme une transition, un passage. C’est pourquoi, je n’ai pas hésité à me mettre en scène afin de faire ressortir l’intensité de ce vécu. Une enquête de ce type permet aussi de sortir de soi et de pénétrer dans la vie des autres, en côtoyant des personnes de sexe, d’origine sociale, d’âge différents. Tout au long de l’enquête, j’ai toutefois tenté d’associer expérience personnelle et réflexion sur cette expérience. Durant les tournages, je manquais de distance par rapport aux événements. Le tournage favorise un rapprochement avec les personnes observées, mais le montage introduit de la distance, qu’accentue l’analyse des films. L’écriture, quant à elle, suppose encore plus de recul. C’est pourquoi, elle n’a débuté que lorsque j’ai quitté le quartier de Sanayeh et que je me suis installée ailleurs. Comme si elle supposait une valeur mémorielle : être déjà de l’ordre du souvenir pour prendre forme.

2Les habitants de Sanayeh n’hésitent pas à sortir de leur quartier pour des besoins quotidiens ou exceptionnels, comme le montrent les films sur la Compagnie Moussalli, la visite au cimetière de Bachoura, la Nuit du Destin à la mosquée Farouk. Tout en étant une partie de Beyrouth, Sanayeh assure une liaison avec la banlieue sud ainsi qu’avec les régions voisines, grâce au jardin, aux activités caritatives, aux lieux de culte. Les pratiques de ses habitants expriment une manière d’exister à Beyrouth, avec des spécificités identitaires, religieuses, sociales. Grâce à l’enquête filmique, j’ai capté des moments de leur vie quotidienne. Ces moments n’ont rien d’exceptionnel ; ils pourraient se reproduire. C’est ce que m’a appris la durée de l’enquête. Il est vrai que je n’ai filmé chaque activité qu’une fois, mais j’ai pu l’observer à plusieurs reprises durant les quatre années passées sur le terrain. Il était important de saisir l’activité au moment où les agents étaient prêts à la montrer à la caméra. L’appréhension filmique a reposé sur une certaine intimité avec des habitants ou des occupants du quartier. Saisir des moments en cours, sans exiger un début et une fin à l’action offerte à mon regard, telle a été ma méthode. Les personnages qui émergent des films se sont construits au fil de l’enquête dans leur relation aux autres et à moi-même, ainsi qu’en fonction des événements survenus qui les concernaient.

3J’ai cherché par ailleurs à traduire « l’esprit du lieu ». Il se manifeste à travers la manière d’être, de parler, de se mouvoir des habitants et des occupants du quartier, le rythme de leurs gestes et de leurs paroles. Les descriptions filmiques sont ainsi chargées du poids de la culture. Cet esprit du lieu se manifeste également dans les pratiques de rencontre, de rassemblement et la manière dont ces dernières investissent l’espace du quartier mettant en avant le fonctionnement des réseaux communautaires et familiaux. Le jardin, cœur du quartier, permet la rencontre de plusieurs mondes : un monde lié à la marginalité, un autre rattaché aux habitudes de vie des habitants ; enfin, un monde lié aux visiteurs étrangers au quartier, qui introduisent d’autres habitudes de vie dans ce lieu. Quant à la mosquée, elle est clairement identifiée comme un espace sacré ; elle impose ses conditions d’accessibilité, ses codes de conduite, ses codes vestimentaires. Elle implique une mobilisation personnelle et collective de la part des fidèles, mettant ainsi au premier plan le lien communautaire. Le sentiment d’appartenance à une communauté religieuse efface les différences d’origine. La cohésion du groupe y est entretenue par les activités religieuses.

4Si le quartier de Sanayeh présente, tournée vers l’extérieur, une façade marquée par des lieux administratifs et des lieux d’habitation cossus, il préserve à l’intérieur des habitudes de vie traditionnelles. Cet aspect est souligné par le trajet du tambourinaire lorsqu’il effectue sa tournée, en s’introduisant dans les ruelles du vieux quartier dont il reconnaît les habitants. Son parcours évite la partie moderne du quartier. Les pratiques et les habitudes de vie étudiées dans l’enquête insistent sur l’aspect traditionnel du quartier, en sorte qu’on se demande si l’on est dans un village ou au cœur de Beyrouth. La ville a souvent été associée à la modernité. Qu’en est-il alors du rapport aux traditions dans le quartier de Sanayeh ? L’attachement aux traditions est patent. La transmission des pratiques est assurée par les réseaux familiaux ainsi que par les représentants religieux, comme en témoigne l’organisation de la cérémonie du sacrifice des moutons par la famille Moussalli ainsi que les activités du Centre Tabbara. Des réseaux commerciaux permettent aussi de montrer d’autres modes de collaboration familiale, mais, bien entendu, il y a aussi les indépendants qui se sont installés à Sanayeh pour des raisons professionnelles, sans attaches familiales.

5Quelques personnes bénéficient d’une certaine autorité : chef religieux, chef de famille, responsable professionnel. Toutefois ceux qu’ils dirigent conservent une relative marge de manœuvre : fidèles, employés, apprentis, etc. Cette hiérarchie ne s’applique pas aux marginaux du jardin, puisqu’aucun rôle ne leur est attribué. Il leur faut créer eux-mêmes leur rôle, en cherchant à exister et à occuper une place dans le quartier. Parfois, ils essaient de la gagner par la parole. C’est ainsi qu’Abou Youssef raconte son histoire et que Nohad vante la qualité de son café. Parfois encore, ils deviennent visibles en s’appropriant un espace personnel, un territoire.

6Mon parcours s’assimile à celui des marginaux. Mon itinéraire évolue en marge de la vie intérieure du quartier, même s’il en touche certains de ces aspects, parallèlement à celui d’Abou Youssef. Pas de la même façon pourtant, puisque je bénéficie du privilège de l’anthropologue qui a accès à plusieurs mondes : celui des notables, des communautés religieuses et des laissés-pour-compte.

  • 1 Voir Comolli dans Althabe et Comolli 1994, p. 17.

7« On peut douter qu’une ville ne soit qu’un étalage d’espaces (“ l’impossibilité de l’urbanisme de traduire l’invisible ”), il n’est que trop certain qu’elle réalise un prodigieux empilement de temps. Et tout ce temps n’est pas toujours visible à tout instant. » 1. L’enquête que j’ai menée présente certes des fragments d’espaces, mais surtout des fragments de temps. J’ai cherché à étaler les fragments dans le temps, consacrant chaque film à une activité ou à une personne. L’ensemble de ces fragments propose une vision du quartier sans prétendre tout expliquer ou faire ressortir des liens manifestes entre les familles, les personnes et les activités. J’ai souhaité que les fils invisibles le restent. Malgré une exploration par fragments, les films donnent une impression de continuité. De plus, ils offrent une vision ouverte qui traduit la complexité de Sanayeh. Ressouder les fragments aurait certes donné l’impression d’une unité, mais celle-ci risquait d’être factice.

8L’enquête sur le terrain s’est déroulée en un temps de paix relative. Des conflits surgissaient de temps en temps, mais la situation générale était apparemment stable. Au moment de l’écriture, la situation était différente. Je tendrais à penser qu’une enquête de ce type ne serait plus possible. La situation sécuritaire et les relations entre les communautés musulmanes sont tendues. Je l’ai remarqué lorsque, récemment, je prenais des photos des lieux que j’avais filmés. Les personnes me reconnaissaient, mais étaient méfiantes à mon égard. Le quartier est devenu à présent cloisonné ; la surveillance a augmenté à l’intérieur du jardin ; des tensions sont apparues entre les communautés chiite et sunnite. Les habitants des quartiers sont sur leur garde, particulièrement ceux des quartiers mixtes. L’intérieur de Sanayeh s’est replié sur lui-même. Les habitants du quartier assurent sa sécurité intérieure. Avec le recul, j’ai le sentiment un peu nostalgique d’avoir exploré un lieu et des situations de la vie quotidienne qui appartiennent à un passé révolu.

9Mon travail sur Sanayeh a aussi traversé un monde en mutation. En relisant ma correspondance avec ma directrice de thèse, Annie Comolli, je me suis rendue compte que la rédaction de la thèse a été entrecoupée par des événements marquants au niveau national : l´assassinat de l´ancien Premier ministre Rafic Hariri en février 2005, les manifestations de mars à la suite desquelles l´armée syrienne s’est retirée du Liban, les assassinats à la chaîne qui s’ensuivirent et la guerre israélienne de juillet 2006. Le jardin de Sanayeh a d’ailleurs joué un rôle central durant cette guerre, constituant un lieu d’accueil pour de nombreux réfugiés. A chaque événement, je devais déménager de mon lieu de travail, portant mes feuilles, mon ordinateur et mon disque dur, de peur qu´ils ne soient détruits. De plus, les mouvements de grèves estudiantines en France, en 2007, ont failli compromettre ma soutenance. Les bâtiments de Nanterre étaient bloqués par les étudiants. Et pour terminer ce livre, je me trouve en Guinée, au moment du coup d´État militaire, à la suite du décès du président Lansana Conté. Le projet de Sanayeh a ainsi traversé l´Histoire et les continents, du Moyen-Orient où il a vu le jour, en passant par la France, pour finalement s´achever en Afrique.

Notes

1 Voir Comolli dans Althabe et Comolli 1994, p. 17.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable