Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abrégé du Livre des Pays

 | 
Ibn al-Faqīh al-Hamaḏānī

Avertissement

Charles Pellat

Texte intégral

1Quelques années avant sa mort, le regretté Henri Massé m’avait expressément chargé de m’occuper de son Ibn al-Faqīh s’il ne parvenait pas à l’achever, et j’ai considéré comme un devoir sacré de publier une œuvre à laquelle il avait travaillé, très irrégulièrement il est vrai, pendant plus de quarante ans.

2En examinant le manuscrit, je me suis cependant trouvé dans l’obligation de résoudre divers problèmes et de prendre, de mon propre chef, des décisions, heureusement suggérées, avec plus ou moins de précisions, par des annotations éparses.

3En effet, si la traduction, effectuée sur le texte de l’Abrégé publié par M. J. De Goeje dans la Bibliotheca geographorum arabicorum (t. V, Leyde 1885), était complète, elle s’ornait encore de multiples points d’interrogation et proposait souvent deux ou trois interprétations entre lesquelles le traducteur n’avait osé choisir. Il m’a donc fallu confronter soigneusement texte et traduction, en accordant une attention plus soutenue aux passages délicats ou douteux. Dans la plupart des cas, j’ai tranché en faveur de l’interprétation qui me paraissait la plus plausible, ou apporté de légers amendements à la version provisoirement proposée. Parfois cependant, par ignorance ou par scrupule, je ne me suis pas reconnu le droit de décider et j’ai indiqué en note les raisons de mon incertitude.

4J’ai respecté par ailleurs la transcription de Henri Massé, sauf que j’ai pris sur moi de remplacer par ğ un j surmonté d’un chevron et par q un k sous-pointé, afin d’épargner à l’imprimeur la peine de faire fondre ces deux caractères. Je me suis permis enfin d’ajouter entre parenthèses et en transcription, à l’intention des lecteurs qui ne possèdent pas le texte arabe, un assez grand nombre de termes, qui figuraient d ailleurs pour la plupart, mais en caractères arabes, dans le manuscrit. Touchant les toponymes, je n’ai guère eu à corriger les lectures de De Goeje et me suis borné à recopier les longues listes que Henri Massé avait laissées en blanc.

5L’annotation présentait une difficulté considérable. Très riche dans l’édition, puisque l’établissement du texte avait exigé un recours constant à une série de sources parallèles, elle était extrêmement réduite dans la traduction, H. Massé se bornant à préciser qu’il adoptait — ou rejetait — la lecture proposée dans les addenda et corrigenda et à citer dans le texte quelques ouvrages de référence tels que Yāqūt ou le Dictionnaire de la Perse de Barbier de Meynard. Or l’expérience montre que le texte d’Ibn al-Faqīh pourrait faire l’objet, de par la richesse de l’information qu’il procure, d’un commentaire très poussé et détaillé, sur la base des notes de l’éditeur. Pareille entreprise étant exclue, car elle n’entrait certainement pas dans les intentions du traducteur, il m’a paru suffisant d’établir un index général pour lequel je me suis assuré la collaboration de M. Camille Dumont, qu’il m’est agréable de remercier ici.

  • 1 Ce passage a été publié en fac-similé dans un travail de V. Tskitishvili en géorgien, à Tbilisi en (...)

6Le problème le plus épineux demeure l’exploitation du fameux manuscrit de Mašhad qui avait fait naître de grands espoirs. Après bien des démarches, Henri Massé avait réussi à s’en procurer un microfilm, mais il n’avait pas eu le temps de l’examiner ; je dois donc à l’amabilité du personnel de l’Institut de Recherche et d’histoire des textes d’avoir pu disposer d’un agrandissement du microfilm, car je considérais comme indispensable, tout au moins pour l’acquit de ma conscience, de prendre connaissance de ce manuscrit réputé plus complet que le texte imprimé. Or l’examen de ce document s’est révélé à la fois décevant pour mon propos et plein de promesses pour l’avenir. Alors qu’on croyait que le manuscrit de Mašhad recouvrait, sous une forme plus développée, l’abrégé imprimé, les deux textes ne se recoupent que partiellement ; en effet le nouveau manuscrit comporte en outre de longs développements sur Baṣra, Wāsit, les Nabatéens et surtout Bagdad1 puis Samarra, al-Ahwāz et enfin deux risālas d’Abū Dulaf Mis‘ar al-Muhalhil qu’il conviendra d’étudier de plus près. Comme j’ai l’intention de confier l’édition de ce manuscrit — qui est au demeurant dans un indescriptible désordre — à un candidat au doctorat du 3e cycle, je me suis borné à y repérer les passages parallèles afin de combler quelques-unes des lacunes expressément signalées par De Goeje et aussi de mieux comprendre le texte lorsque la concision recherchée entraîne une certaine obscurité. Dans les notes correspondantes, le sigle M désigne ce manuscrit, mais comme ce dernier n’est ni folioté ni paginé, il est impossible d’indiquer la moindre référence tant qu’il n’aura pas été remis en ordre.

Notes

1 Ce passage a été publié en fac-similé dans un travail de V. Tskitishvili en géorgien, à Tbilisi en 1968 (182 + 17 p. in 8° + 82 pages de photographies du ms.).

© Presses de l’Ifpo, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable