Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le quartier de Sanayeh à Beyrouth

 | 
Pascale Féghali

Chapitre III : De l’espace communautaire à l’espace public

Texte intégral

1En fonction des zones d´influence des différents réseaux, les pratiques créent des habitudes de vie au quotidien, lesquelles confèrent une certaine légitimité à l’occupation de lieux particuliers. Mais ces pratiques interfèrent avec d’autres, d’où un fréquent recours à la négociation pour occuper tel ou tel espace à tel ou tel moment. J´ai donc essayé, durant l’enquête, de considérer les espaces à partir des protagonistes et de leurs activités. Il s’agissait d’espaces pragmatiques, dont les limites étaient modulables.

2Les espaces partagés par les habitants, occupants et visiteurs du quartier, peuvent être des espaces publics ouverts à tout le monde, mais aussi des espaces partagés par un nombre plus restreint de personnes : membres d’une même communauté ou d’un groupe social particulier.

3Même si le jardin de Sanayeh est, par sa fonction de jardin public, ouvert à tout le monde, des barrières d’ordre social ou psychologique empêchent néanmoins certaines personnes d’y pénétrer. À part les habitués du jardin, auxquels je me suis intéressée tout particulièrement, j’ai eu l’occasion, durant l’enquête, d’y rencontrer des visiteurs solitaires ou des familles qui venaient occasionnellement y promener leurs enfants. La plupart étaient des chiites habitant la banlieue sud de Beyrouth. Parmi les propos recueillis oralement par des anciens habitués du jardin qui ne s’y rendent plus aujourd’hui, un changement s’est opéré depuis le début de la guerre civile libanaise en 1975. Jadis lieu de loisirs pour la bourgeoisie, le jardin s’est transformé en un espace populaire musulman. Aujourd’hui, les habitants du quartier continuent à en profiter pour y pratiquer des activités sportives ou s’y promener. Mais peu de chrétiens s’y aventurent. D’espace public ouvert, le jardin tend à devenir, dans la pratique, un espace communautaire.

4Mon intérêt pour le jardin s´est centré sur l’appropriation de l’espace par ses occupants. J’ai cherché à rendre compte du rythme de leurs activités et des échanges qui se tissaient entre eux. Je me suis essentiellement intéressée à trois personnes : Nohad, Oum Hassan et Abou Youssef. Celles-ci viennent tous les jours au jardin pour des raisons différentes : Nohad, la vendeuse de café, s’y rend pour des raisons professionnelles. Oum Hassan, bien que vivant avec son fils aîné, passe ses journées au jardin car sa belle-fille ne lui permet de rester à la maison que le soir, pour dormir. Abou Youssef, quant à lui, n’a pas de domicile fixe : il fabrique des paniers pour vivre et partage son temps entre le jardin de Sanayeh et la corniche de Beyrouth. Les liens établis entre les trois protagonistes passent par Nohad, Oum Hassan et Abou Youssef ayant des relations privilégiées avec elle. Nohad constitue ainsi le pivot à partir duquel les interactions ont lieu. Le moteur en est le café, qui provoque les déplacements de Nohad et autour duquel les situations se créent et les échanges se produisent.

5Les tournages dans le jardin nécessitèrent différentes sortes de négociation, en fonction des personnes filmées et du contexte général. La réglementation du jardin, définie par la municipalité de Beyrouth, interdit la plupart des activités qui s’y déroulent en réalité. Les gardiens, ainsi que les membres de la police rattachés au jardin, doivent se porter garants de l’application du règlement. J’entendis à plusieurs reprises les gardiens et les policiers dire qu’il était interdit aux amoureux de s’embrasser sur les bancs, aux visiteurs de jouer aux cartes, aux commerçants de vendre des produits, etc. Ma présence était acceptée car j’avais un permis de tournage, délivré par la municipalité. Cependant, lorsque je voulais filmer Nohad récupérant ses affaires dans une cabane, elle refusa. J’appris par la suite que cette cabane devait être utilisée uniquement par les employés du jardin. L’un d’eux avait prêté la clé à Nohad afin qu’elle y dépose certains objets, l’endroit étant sûr. Elle avait négocié l’usage de cet espace avec l’employé car l’endroit qu’elle occupait habituellement et dans lequel elle avait installé ses affaires était ouvert et, de ce fait, exposé aux vols. Afin de ne pas compromettre les intérêts de Nohad, j’arrêtais le tournage.

6Je m’étais habituée à parcourir le jardin, caméra à la main, dans la matinée et jusqu’en début d’après-midi. Je connaissais donc l’équipe des employés et gardiens et je ne devais pas justifier mes tournages. Je me présentais à deux reprises dans l’après-midi, une fois pour filmer Oum Hassan, une autre fois durant la fête al-Adha. Les conditions étaient différentes. Je dus me présenter à l’équipe des gardiens de l’après-midi, expliquer ce que je faisais, montrer mon permis de tournage et répondre aux questions. De plus, lors de mes déplacements dans le jardin, j’étais observée. Je limitai donc mon tournage à suivre Nohad dans ses déplacements. Lorsque les gardiens me demandèrent d’arrêter de la filmer, car sa présence en tant que vendeuse de café n’était pas légitime, je me pliai à leur injonction, me contentant de filmer les pigeons occupés à picorer à proximité de l’entrée principale. Dans ce cas, aucune négociation n’était plus possible. Cependant je ne voulais pas montrer que j’avais peur et, pour ne pas arrêter complètement de filmer, je réduisis mon espace de tournage, me limitant aux pigeons et aux enfants qui les entouraient.

7L’étude du jardin et du film qui lui est consacré m´a permis de repérer quatre zones privilégiées : le territoire de Nohad, celui d’Abou Youssef, la fontaine située au centre du jardin, ainsi que le bas de l’allée menant à la porte d’entrée secondaire du jardin.

8Je me suis d’abord intéressée à l’aménagement du territoire tel qu’il a été opéré par deux des protagonistes principaux, Nohad et Abou Youssef.

  • 1 Ceux-ci, fidèles compagnons, la suivent tout au long de ses pérégrinations dans le jardin.

9Le territoire de Nohad garde sa fonction, même si celle-ci ne l’occupe pas. Il se situe à l’extrémité gauche du jardin. Il s’agit d’une petite parcelle de terrain placée en hauteur. Des pierres y sont disposées, afin de délimiter une cachette dans laquelle Nohad pose les instruments dont elle se sert pour son travail : cafetière, eau, verres, réchaud à gaz, etc. Les employés ainsi que les habitués du jardin savent que cet espace lui est réservé. C’est aussi le point à partir duquel elle entreprend ses trajets dans le jardin. Elle y revient fréquemment, soit pour se reposer, soit pour chauffer de l’eau. Ce territoire est également occupé par quelques chats 1 que Nohad affectionne tout particulièrement et auxquels elle donne à manger tous les jours. Il constitue parfois pour Nohad une aire de repos. Elle s’y retire pour se reposer, s’asseoir, boire de l’eau, manger. Il arrive également qu’elle émaille ses déplacements de pauses passées en compagnie des habitués du jardin et de clients. Le territoire « colonisé » par Nohad lui permet également de garder un lien avec les employés du jardin, dont l’un des points de rencontre se situe à proximité. Les déplacements de Nohad et les relations qu’elle entretient avec les employés, les habitués ou les visiteurs la relient à l’ensemble du jardin et lui permettent ainsi de marquer son appartenance au jardin comme espace de travail et comme lieu de sociabilité.

10Le territoire occupé par Abou Youssef est composé d’un simple banc autour duquel maintes interactions se produisent. Le banc est entièrement pris par Abou Youssef. Il y expose à un bout, les paniers qu’il a déjà confectionnés et s’installe à l’autre bout pour en fabriquer d’autres. Abou Youssef est l’âme de ce lieu. La confection du panier, avec ou sans témoins, constitue l’activité principale d’Abou Youssef. Elle n’est cependant pas continue. Par exemple, Abou Youssef cesse de travailler pour discuter avec Nohad et les employés du jardin qui se placent debout autour de lui ; partage un repas avec Nohad et Oum Hassan ; fume une cigarette à la fin de la séance de travail, seul sur le banc. Celui-ci est rarement occupé par une autre personne, à deux exceptions près : l’un des employés du jardin suit parfois du regard le travail d’Abou Youssef, assis à ses côtés ; j´ai aussi été admise sur son banc lorsque je lui rendais visite dans le jardin. D´ailleurs l´interview a été tourné à partir de ce banc. Habituellement, les personnes qui viennent le voir se placent, soit debout face à lui, soit accroupies à côté du banc (c’est le cas de Nohad lorsqu’elle lui sert du café ou du thé), soit sur le banc en face (c’est le cas de Nohad et Oum Hassan lorsqu’elles partagent un repas avec lui, ou bien celui de la cliente qui attend son panier). Abou Youssef instaure une distance spatiale entre lui et les autres, laquelle est généralement respectée par tout le monde.

11Les territoires occupés par Nohad et Abou Youssef se trouvent dans des espaces marginaux du jardin. Qu’advient-il lorsque l’une de ces personnes n’occupe pas son territoire ?

12Le cas de Nohad est différent de celui d’Abou Youssef. Le jardin constitue pour Nohad un lieu de travail. Elle y effectue une activité professionnelle régulière, qui lui permet de vivre, qu’elle dispose ou non pour l’exercer d’une autorisation officielle. Son territoire est strictement marqué, même lorsqu’elle n’est pas sur place, car ses effets restent au même endroit. La parcelle de terrain ainsi que la construction de pierre lui sont réservées et personne ne songerait à occuper ce lieu en son absence.

  • 2  Ce jardin se trouve à Tallet el Khayat. Voir Guide Stéphan.

13Quant à Abou Youssef, l’existence de son territoire est définie par sa présence. Il suffit qu’il occupe un banc du jardin pour que celui-ci lui soit réservé. Le territoire d’Abou Youssef n’est pas figé dans l’espace. Il dépend de son propre choix, mais est tributaire des conditions météorologiques. En temps de pluie, Abou Youssef s’installe sous les arbres autour de la fontaine ; lorsqu’il fait beau, il choisit un banc à l’abri du soleil. Ainsi la définition du territoire est liée à son occupation par le protagoniste. Même si les paniers sont exposés sur le bord du banc, ces objets ne délimitent pas un espace. Lorsqu’Abou Youssef est absent, son territoire perd ses fonctions, il redevient un quelconque banc public. D’ailleurs, Abou Youssef partage son temps entre le jardin et d’autres lieux : la corniche, au bord de la mer, ou le petit jardin de la télévision 2. Sa présence quotidienne au jardin n’est pas assurée. Mais lorsqu’il est présent, il occupe tout de suite une place et devient un agent principal de la scène du jardin. Il rapporte aux occupants et aux employés du jardin des histoires entendues à l’extérieur, qui alimentent les discussions internes.

14La fontaine constitue, elle aussi, un espace privilégié, puisqu’elle occupe le centre du jardin. Des bancs y sont distribués autour. Au-dessus de ces bancs, des arbres en forme de cercle permettent de protéger les visiteurs du soleil ou de la pluie. Ce pôle est essentiellement réservé au passage, mais les enquêtés privilégiés occupent parfois les bancs qui y sont disposés. On retrouve Oum Hassan, installée sur l’un ou l’autre de ces bancs.

15Et finalement, l’une des allées principales du jardin qui mène à la porte d’entrée secondaire, constitue un pôle autour duquel se développent les discussions et les interactions diverses existant entre les habitués du jardin et les visiteurs. Les thèmes évoqués ont trait à la politique et aux questions sociales, par exemple les élections législatives, l’ex-Premier ministre Hariri, le Centre Tabbara et les activités caritatives qui s’y déroulent. Cette même zone est fréquemment parcourue par Nohad. Celle-ci traverse souvent l’allée qui mène à l’entrée de la porte secondaire pour couvrir la partie sud du jardin. Promeneurs et sportifs s’installent le long de cette allée pour se reposer avant de vaquer à leurs occupations. Nohad essaie de tirer profit de leurs moments de pause pour leur proposer du café. Ses trajets sont ponctués d’arrêts pendant lesquels elle sert les uns et les autres. Cette zone anonyme brasse plusieurs catégories de personnes : les visiteurs du jardin, les occupants réguliers, les employés, etc. Il s’agit d’une zone de transition, de liaison, où des groupes peuvent se former puis se défaire, sans référence à des personnes clés. C’est un espace ouvert, remodelé en fonction des groupes qui surgissent, soumis à des changements aléatoires.

16Comme je l´ai déjà mentionné, les trois occupants du jardin, Nohad, Oum Hassan et Abou Youssef appartiennent à un même réseau dont le pivot est Nohad. En effet, Nohad entretient Oum Hassan et Abou Youssef ; elle leur offre à boire et à manger. En contre-partie, ils lui jurent fidélité, la défendant durant les moments de crise. Cependant chacun des trois protagonistes entretient à sa manière des liens avec le reste des occupants et visiteurs du jardin.

17La sédentarité d´Abou Youssef permet de le situer dans l’espace du jardin. Son territoire-banc est situé dans l’une des allées secondaires du jardin. Ceux qui désirent le voir savent où le trouver. Oum Hassan, elle, est plus mobile. Sa connexion au jardin s´opère à travers un autre circuit. Elle se déplace d´un banc à un autre, allant à la rencontre des uns et des autres. Elle récolte les informations qu´elle rapporte à Nohad. Une grande confiance règne entre elles. D´ailleurs Nohad n´hésite pas à lui confier ses effets lorsqu´elle ne veut pas les emporter avec elle durant ses tournées. Oum Hassan a accepté d´être filmée encouragée par Nohad, qui s´est pliée au jeu en premier. La confiance mutuelle et la dépendance qui s´est instaurée entre les deux femmes n´a cependant pas suffit à me garantir l´adhésion totale d´Oum Hassan à mon enquête. Elle a acquis la sagesse qui lui permet de voir en faisant semblant de ne pas voir, évitant ainsi les problèmes. Elle ne dénonce personne, mais lorsqu’elle se sent en danger ou lorsqu’elle a peur, elle peut révéler des informations sur les uns et les autres. Un jour, elle me fit faux-bond. Une après-midi du mois de Ramadan, alors que je devais filmer son parcours du jardin au Centre Tabbara, elle me demanda de l´attendre sur un banc et disparut. Ayant vu une dame se cacher le visage à la vue de la caméra, Oum Hassan se sentit en danger, ne sachant comment les images allaient être utilisées.

18L’itinérance des enquêtés et les trajets qu´ils accomplissent montrent comment chacun d’eux évolue dans l’espace du jardin. Le parcours de Nohad consiste en des allers-retours concentrés dans la partie centrale du jardin, avec une pointe vers la périphérie, dans laquelle se trouve son territoire. Les déplacements de Nohad sont dirigés tantôt vers Abou Youssef, tantôt vers Oum Hassan. Les parties latérales du jardin, occupées par les aires de jeux pour enfants ne sont pas utilisées par les enquêtés principaux.

  • 3 Sur l’accessibilité des espaces communs, voir Isaac 1998.

19La territorialisation de l’espace du jardin pose la question du jardin en tant qu’espace public 3. D’un côté, le jardin est un espace public dans le sens où des discussions ouvertes se produisent et une appropriation par chacun des occupants d’une partie de l’espace du jardin a lieu. D’un autre côté, en pénétrant dans le jardin, j’ai eu immédiatement l’impression que différentes parcelles du jardin étaient quasiment privatisées par les habitués, laissant peu de choix aux gens de passage, qui se cantonnaient aux parties périphériques.

20J´ai tourné un autre film au jardin de Sanayeh, entièrement consacré à Abou Youssef, alors qu’il tissait un panier. Il s’agit d’un entretien non-directif, puisque je n’interviens qu’à deux reprises pour obtenir des précisions sur ce qu’il déclare, le laissant libre d’évoquer le sujet qu’il désirait. Ce tournage a eu lieu de manière spontanée. Un matin, alors que je filmais les employés du jardin, je me rendis sur le banc d´Abou Youssef pour le saluer. Il me demanda de mettre en marche la caméra car il avait envie de parler, me rappelant que plusieurs journalistes avaient essayé de l´interviewer mais qu´il avait toujours refusé. Sentant les bonnes dispositions d´Abou Youssef à mon égard et prenant compte du privilège qu´il m´accordait, je me laissais guider par lui. N´ayant pas d´observateurs autour de nous – ce qui est généralement rare, car la présence de la caméra attire souvent les curieux – je devenais la première destinataire de son discours. Il me prenait à témoin et essayait de me séduire en même temps. C´est pourquoi il n´était pas tant important de savoir si ce qu´il disait était vrai mais de suivre l´agencement de son discours.

  • 4 A partir du récit de Robert Trofel qui vécut dans la rue, Arlette Farge et Jean-François Lae établi (...)

21Abou Youssef tisse des paniers à l’aide de fils de téléphone colorés qu’il obtient en démontant un câble. Il agence les différentes couleurs et expose le produit fini à la vente, ce qui lui permet de gagner sa vie de manière honorable. Il gère son temps de travail librement, n’a besoin d’aucun lieu particulier et n’est pas astreint à des horaires fixes. Le jour de l’entretien, il travaille au jardin de Sanayeh, alors qu’habituellement il se rend également dans d’autres lieux. Excepté pour les employés de la municipalité de Beyrouth, qui s’y rendent pour travailler, le jardin de Sanayeh est considéré comme un espace de loisir. L’activité exercée par Abou Youssef est tolérée par les employés et les policiers attachés à l’entretien et à la surveillance du jardin. Selon la réglementation, il est interdit à ceux qui le fréquentent d’exercer une quelconque activité lucrative à l’intérieur du jardin. L’état de dénuement d’Abou Youssef ainsi que la fréquence de ses visites au jardin lui ont permis de bénéficier d’un statut exceptionnel : celui d’un habitué ; il tisse et vend sur place ses paniers. Il travaille de manière régulière, quotidiennement, même si ses produits demeurent invendus. Au moment du tournage, plusieurs paniers étaient exposés sur le banc ; il en avait vendu un seul en dix jours. Il poursuivait néanmoins son travail. Dès 7h30, Abou Youssef s’astreint à venir travailler au jardin, quelles que soient les conditions climatiques, excepté lorsqu’il est occupé ailleurs. Il termine normalement sa journée vers 15h30. Il s’est imposé une régularité dans le travail ainsi que des horaires stricts lui permettant d’instaurer une normalité dans sa vie quotidienne afin de ne pas tomber dans la marginalité. Le travail représente, pour lui, plus qu’un moyen de subsistance : il lui permet de présenter une image positive de lui-même, d’exister en dehors de l’anonymat qui guette les sans-abri 4. Il affiche son métier, se singularisant grâce à son occupation.

22Les grandes lignes de sa vie, telles qu’il les a évoquées, se résument de la sorte : mariage, adultère, crime, prison libanaise ; puis, durant la guerre : prison israélienne, perte de sa famille ; enfin, après la guerre, problèmes d’insertion, échec dans la recherche d’un travail, en raison de son âge. Bien que son discours ne soit pas construit de manière linéaire, Abou Youssef maintient une certaine chronologie dans l’évocation des événements. Lors de l’interview, il a interrompu son discours à plusieurs reprises. Les silences ont ainsi joué un rôle de liaison entre les différentes parties de son discours autobiographique. Abou Youssef a maîtrisé l’image qu’il donnait de lui, sans que la caméra soit une barrière entre nous. Selon les moments, il s’adressait directement à moi ou à lui-même. Afin de ne pas rompre notre interaction visuelle, je filmais en utilisant l’écran et non le viseur de la caméra. Le choix du plan-séquence a contribué à préserver le rythme du discours d’Abou Youssef, en permettant une concordance entre le temps du récit et le temps cinématographique.

  • 5 Le tambourinaire, jour de fête, Feghali 2009.

23Si la présence d´Abou Youssef et sa notoriété à Sanayeh se cantonnent au jardin, le tambourinaire voit son champ d´action élargi puisqu´il occupe les rues et ruelles de Sanayeh et de ses environs. Habituellement homme de ménage, il devient tambourinaire durant le mois du Ramadan. Il effectue alors des tournées nocturnes, qui commencent à deux heures du matin. Muni de son tambour, il interpelle les fidèles, leur demandant de se réveiller pour manger avant la rupture du jeûne et réciter la prière de l’aube. La fonction qu’il occupe n’est pas sujette à négociation puisqu’elle a trait à la religion. Même si certaines personnes ne souhaitent pas être réveillées par le tambourinaire, elles ne peuvent se plaindre car sa tournée fait partie des traditions liées au quartier. Le tambourinaire sillonne le quartier, traverse les rues, les allées, les impasses et s’assure que le son de son tambour ainsi que ses chants parviennent aux oreilles de tous. Je n´ai appris sa présence qu´après avoir été réveillée plusieurs nuits de suite par le tambour. Je ne savais pas à quoi attribuer ce bruit. Un jour, j´en parlai à mon ami Mohammad C., il m´expliqua alors le rôle du tambourinaire et me prometta de me le présenter car il le connaissait depuis sa jeunesse. La première fois, nous lui rendîmes visite dans son lieu de travail – puisque comme je l´ai déjà mentionné il était homme de ménage – afin de s´enquérir de son parcours et de l´heure à laquelle il débutait sa tournée. Il nous demanda de l´attendre, le soir-même, au coin d´une rue, afin d´effectuer une partie du parcours avec lui. J´étais tributaire de ses consignes car, par moment, il me demandait d´arrêter de le filmer et de le retrouver dix minutes plus tard au coin d´une autre rue. Il gérait son temps de manière à faire le tour de la zone qui lui est réservée en deux heures. Les tambourinaires se partagent les quartiers ; leur parcours est défini de manière à ce qu´aucun n´empiète sur la zone d´un autre. Le tambourinaire n’est pas directement rattaché à l’instance islamique sunnite Dar al Fatwa, mais sa présence est approuvée par cette dernière. Dans le film Le tambourinaire, jour de fête 5, Moustapha répète à un habitant du quartier : « cela fait à peu près 37 ans que je pratique ce métier. » Il passe toutes les nuits dans le quartier, perpétuant une tradition qui lui donne un certain statut. Les origines du tambourinaire remontent à l’époque de l’Empire ottoman. Les joueurs de Davul étaient là pour réveiller les gens et les prévenir qu’il était temps de prendre le dernier repas avant le chant du muezzin. Ils se limitaient aux quartiers populaires. Certains quartiers résidentiels leur étaient même interdits.

24Des rencontres se produisent la nuit entre Moustapha le tambourinaire et les habitants du quartier. Dans le film tourné la nuit, un enfant attend son passage devant l’entrée de l’immeuble, un autre sur le balcon auprès de sa mère. Même s’ils ne repèrent qu’une silhouette, car il fait nuit, sa présence se manifeste pleinement grâce à sa voix. Beaucoup d’enfants l’entendent la nuit, sans oser sortir pour le voir. Il les attire et leur fait peur en même temps.

25Moustapha se déplace tout seul, effectuant un trajet qui couvre un périmètre important, qu’il découpe en secteurs. Ses déplacements varient en fonction des habitants qu’il souhaite prévenir : il peut, par exemple, faire demi-tour à mi-chemin d’une rue, s’arrêter à l’entrée d’une impasse ou y pénétrer. Tout dépend des destinataires auxquels il s’adresse. Il nomme certains d’entre eux en passant devant chez eux. Il lui arrive, en passant devant un immeuble, de clamer « Mohammad effendi réveillez-vous ! ». Le titre effendi semble indiquer qu’il s’adresse à un notable du quartier. Le tambourinaire exerçant son métier depuis longtemps est connu des habitants du quartier. Son trajet est répétitif dans l’espace et dans le temps : dans les mêmes lieux et aux mêmes heures. Sa zone couverte, il rentre chez lui pour prendre son dernier repas avant la prière de l’aube. Ses pauses sont généralement d’ordre personnel : fumer une cigarette, manger une galette offerte par un boulanger lors de son passage devant la boutique. Il cesse de chanter durant ses moments de pause, poursuivant sa marche. Parfois, chant et courtes pauses se succèdent très rapidement. La voix est aiguë, les chants répétitifs. Bien que le message s’adresse aux jeûneurs-dormeurs, il est entendu par tout le monde. La résonance du tambour et la voix de Moustapha prennent de l’ampleur la nuit car les rues sont calmes. La voix cuivrée ainsi que les chants répétitifs du tambourinaire rappellent la tradition du chant arabe classique. Le rythme du tambour est le même de jour et de nuit : il consiste en 7 battements suivis d’un arrêt au cours duquel une phrase est chantonnée ; les mêmes battements reprennent après chaque phrase. Les battements annoncent le début et la fin de la récitation, de plus ils ponctuent les phrases chantées.

26Moustapha se montre au grand jour au début de la fête du Fitr: les enfants viennent le retrouver ; ceux qui n’ont pas eu l’occasion de le connaître la nuit peuvent enfin le voir. Les deux premiers jours de la fête du Fitr, il effectue la même tournée, en matinée, afin de récolter l’argent que chaque habitant veut bien lui attribuer pour ses services. Le jour de la fête, les rues sont plus animées, les paroles de ses chants changent : Moustapha souhaite une bonne fête à la communauté de Mohammad.

27Habituellement, les habitants lui donnent de l’argent, mais il arrive aussi qu’ils le gratifient de dons en nature : une pomme, des bonbons, etc. Il ne rejette aucune gratification, préférant toutefois la rétribution en espèces. Il n’existe pas de tarif pré-établi. Lorsque Moustapha s’annonce, les enfants et les adultes se précipitent sur le balcon, certains lui jettent de l’argent, d’autres le retrouvent dans la rue pour le lui remettre. En général, les parents remettent l’argent aux enfants et ceux-ci vont le retrouver. Ils l’interpellent pour lui remettre des étrennes : le tambourinaire les remercie et les embrasse. Certains enfants essaient de jouer du tambour, d’autres viennent en compagnie d’un adulte car ils sont intimidés. La rencontre avec les habitants du quartier est importante. Le tambourinaire leur souhaite une bonne fête et leur parle individuellement.

28Si le tambourinaire est seul la nuit, le jour de la fête il est accompagné d’assistants mais aussi d’enfants, qui font la tournée avec lui. Les accompagnateurs sont d’abord ses deux fils, que l’on distingue des autres car ils portent des tambours similaires à celui de Moustapha. L’un de ses fils est souvent à ses côtés, effectuant la plupart des trajets en sa compagnie, même si Moustapha l’envoie de temps à autre récupérer de l’argent dans un bâtiment situé à proximité.

29Son second fils s’occupe de trajets plus longs. Il couvre un périmètre plus large, s’éloignant de l’endroit où se trouve son père, le retrouvant de temps en temps pour lui remettre l’argent récolté. De retour, il commente à son père les résultats de sa quête, mentionnant dans quel immeuble il a été, quel habitant a payé, lequel n’a rien donné, lequel n’était pas chez lui. Ainsi, Moustapha contrôle la situation, s’informant de chaque famille auprès de ses assistants. Le deuxième jour de la fête du Fitr, il repasse devant l’habitation de ceux qui n’avaient rien donné ou qui étaient absents. Deux neveux de Moustapha l’assistent également. Il leur indique les immeubles où ils doivent se rendre. Leur quête est annoncée par la voix de Moustapha et son tambour, car ils ne sont pas équipés. Ils ramassent l’argent que les habitants jettent du haut des immeubles et le donnent au tambourinaire. Celui-ci les envoie souvent dans des directions opposées, autour de l’emplacement où il se trouve. Des enfants, regroupés autour de Moustapha, effectuent un bout de trajet avec lui. Au début du film, un seul enfant l’accompagne, ensuite quatre. De temps en temps, ils s’arrêtent pour jouer. Ils sont en habits de fête. Le trajet que Moustapha effectue à Sanayeh-Zarif couvre approximativement le périmètre de l’enquête. La partie intérieure du quartier l’intéresse plus que les grandes rues longeant le jardin, bordées d’immeubles luxueux. Moustapha se repère géographiquement par zones, autour des familles traditionnelles influentes et couvre un périmètre plus large que Sanayeh et Zarif, puisqu’il part de son lieu d’habitation, à Mounla, et revient au même endroit.

30De nos jours, la tradition du tambourinaire connait un certain regain du fait de l´augmentation du nombre des pratiquants effectuant le jeûne. Cette tradition persiste essentiellement dans les quartiers populaires. Ainsi le parcours effectué par le tambourinaire permet de délimiter la partie traditionnelle et de la différencier de la partie plus moderne du quartier de Sanayeh.

31Les rituels religieux permettent principalement de souder une communauté par le biais d’activités collectives diverses. À côté du passage du tambourinaire, le mois du Ramadan connaît tout au long de son déroulement, une panoplie d’activités accomplies dans un cadre, soit familial privé, soit public. Il existe un rythme de vie quotidienne propre à ce mois, les activités nocturnes étant mises en valeur. Celles-ci commencent dès le coucher du soleil, à partir du iftar ou repas qui marque la rupture du jeûne. La journée est essentiellement réservée aux préparatifs de la soirée. Le jour de fête, qui marque la fin du jeûne, tranche par son rythme. Avant la fête, tout au long du mois du Ramadan, j’ai pu suivre des activités se déroulant dans des espaces publics tels que la rue, la mosquée Farouk ou le Centre Tabbara, mais également des activités privées, ayant lieu dans la famille de Mohammad C. et de sa femme Najwa.

  • 6 Il s’agit de la mosquée Zidaniyeh sise rue Zidaniyeh dans le quartier Aïsha Bakkar, communément app (...)
  • 7 Le Ramadan est le nom du 9ème mois du calendrier islamique.
  • 8 “Lors de cette “Nuit du destin” … les cinq premiers versets de la sourate XCVI (“L’adhérence”) fure (...)
  • 9 Il s’agit de la première partie de la chahada, « formule par laquelle le musulman,.. professe sa fo (...)

32La mosquée Farouk, espace communautaire sunnite, accueille les musulmans sunnites du quartier d’Aïsha Bakkar, et ceux venus des quartiers environnants. Ceux qui habitent Sanayeh s’y rendent régulièrement, car il n’existait pas, au moment de l’enquête, de mosquée rattachée à l’islam sunnite à Sanayeh, hormis celle de la confrérie des Ahbach. La distance entre leur lieu d’habitation et leur lieu de prière ne pose pas problème, le sentiment d’appartenance à une même communauté l’emportant. J´ai filmé la Nuit du Destin, durant laquelle les fidèles se réunissent à la mosquée Farouk 6. Ils célèbrent la nuit où le Coran a été révélé au prophète Mohammad pour la première fois : c’était une nuit de Ramadan 7 de l’an 610. Elle est officiellement célébrée du 26 au 27 du mois de Ramadan. Il est souhaitable de passer cette nuit à la mosquée car, selon le Prophète, la prière durant cette nuit vaut 1000 mois de prières 8. La sœur de Najwa, Ibtissam, s’y rendait. J’avais assisté auparavant à des prières collectives dans la mosquée, les tarawih, qui sont propres aux nuits du Ramadan et auxquelles les femmes peuvent se joindre. Ces prières ont lieu après le repas de rupture du jeûne. Un espace est réservé aux femmes à l’intérieur de la mosquée ; elles s’installent au premier étage et prient collectivement, suivant les indications du cheikh. La Nuit du Destin s’est déroulée d’une manière différente. Le nombre de fidèles participant à la cérémonie étant important, la salle principale de la mosquée ainsi que le premier étage étaient réservés aux hommes, alors que le sous-sol était destiné aux femmes. La salle du sous-sol a été aménagée de façon à bénéficier d’une certaine indépendance par rapport au lieu de prière des hommes, en disposant d’une entrée autonome. Cependant des moniteurs transmettent en direct les prières et l’image du cheikh qui se trouve auprès des hommes. La salle de prière des femmes est grande, aussi dispose-t-elle de plusieurs moniteurs. Filmé de loin, le cheikh se manifeste essentiellement au moyen du registre sonore. Les fidèles ne regardent pas les moniteurs ; elles suivent les indications orales du cheikh. Une confusion régna lorsqu’une panne de courant électrique se produisit et que la connexion avec le cheikh fut coupée. Au début, une voix de femme se fit entendre, essayant de guider la prière collective. La voix surgie dans le noir fut cependant étouffée, les femmes scandant « Il n’y a de Dieu qu’Allah » 9, et répétant cette profession de foi jusqu’à ce que le courant se rétablisse et que la voix du cheikh s’impose à nouveau. Le guide de la prière, l’imam aussi appelé cheikh dans le cas présent, définit lui-même l’ordre des prières au cours de la Nuit du Destin. De ce fait, dans chaque mosquée, la cérémonie peut être célébrée de manière différente. La seule obligation faite aux croyants est de prier. D’ailleurs, lorsque je m’informai auprès de spécialistes de l’islam ou de simples pratiquants sur le déroulement de la prière, après l’avoir filmée, je découvris que l’imam était libre d’organiser la cérémonie comme il l’entendait. La liberté accordée à l’imam explique pourquoi les femmes furent perdues lorsqu’une panne de courant eut lieu : elles ne connaissaient pas les étapes suivantes. La voix du cheikh varie en fonction de chaque étape de la prière. L’écoulement du temps, la fatigue, la présence de nombreux fidèles, le contenu de la prière, les effets émotionnels : les fidèles peuvent atteindre un état proche de la transe. Pour la prière collective, le groupe se fond en une unité marquée par un seul rythme. Une partie de la prière est émise collectivement, entrecoupée de silence au cours desquels les fidèles prient individuellement. Des bancs sont installés dans la mosquée pour accueillir les personnes malades ou impotentes. Certaines femmes viennent à la mosquée, équipées de leur propre chaise. Elles peuvent placer les chaises au milieu de l’assistance et réciter leurs prières au côté des autres fidèles, sans que cela soulève de problème.

  • 10 Les ablutions, rite de purification préliminaire  : … consistent en “une toilette qui doit s’effect (...)

33Durant la Nuit du Destin, les femmes peuvent arriver à la mosquée à n’importe quelle heure pour prendre part à la prière collective. Lorsque j’ai commencé à filmer, il était 22h30. Le début du film montre que les préparatifs sont déjà entamés : une femme fait ses ablutions 10, d’autres fidèles prient ou lisent le Coran, d’autres encore s’installent ; d’autres enfin discutent entre elles. La grande salle de prière est compartimentée en fonction des différentes activités ; elle constitue un espace non seulement de recueillement et de prière, mais aussi de sociabilité. La disposition des fidèles se fait librement. L’arrivée des fidèles à la mosquée permet de noter que certaines s’y rendent seules, d’autres par petits groupes. Ces derniers sont constitués des membres d’une même famille, de voisines ou d’amies. Les membres d’une même famille peuvent arriver à la mosquée ensemble et se disperser ensuite en fonction des catégories d’âge. Aucun emplacement particulier ne leur est réservé sauf dans le cas des personnes âgées impotentes ou souffrant d’une maladie quelconque, qui s’installent, comme je l’ai mentionné, sur les bancs réservés à cet effet le long du mur. Le regroupement par catégories d’âge entre les fidèles qui se connaissent est le plus fréquent. Cependant, certaines personnes venues seules, établissent des relations avec les fidèles situées à proximité de l’endroit où elles se sont installées. Le déplacement à l’intérieur de la mosquée au moment de la plus grande affluence est difficile, favorisant ainsi les relations de voisinage. Ceci est particulièrement visible lorsque les fidèles prennent leur repas ensemble. Considéré comme un moment de détente, le partage de la nourriture permet aux pratiquantes de faire connaissance. Certaines fidèles refusent de manger, comme la sœur de Najwa, qui profite de la pause pour murmurer une prière. En principe, il est interdit de boire et de manger à l’intérieur de la mosquée. Le cas de la Nuit du Destin est particulier car les fidèles y passent toute la nuit jusqu’à la prière de l’aube, après laquelle le jeûne débute. Habituellement, les personnes qui jeûnent prennent le dernier repas du suhur chez elles avant la prière de l’aube. À la mosquée, le repas collectif est supervisé par des surveillantes qui se tiennent à la porte d’entrée pour contrôler la distribution des croissants et de l’eau. Elles portent de longues tuniques bleu foncé et une écharpe blanche. Elles sont au nombre de cinq et appartiennent à une association féminine chargée d’organiser, en coordination avec le cheikh, les cérémonies se déroulant à la mosquée. J’ai bénéficié de l’accord de l’une d’elles pour filmer.

34Certaines personnes ne se limitent pas aux croissants offerts, ayant apporté avec elles des boîtes de biscuits et du jus de fruit. Le repas précède la prière de glorification, il est accompagné de chants rituels appelés aussi odes rythmées. Les récitants sont installés à l’étage des hommes, à proximité du cheikh ; leurs chants sont retransmis par les moniteurs.

  • 11 “L’appel à la prière rituelle manifeste son caractère communautaire… La participation des femmes es (...)
  • 12 Troisième école sunnite, après le hanéfisme et le malékisme, le chaféisme a été fondé par Mohammad (...)

35Après le repas, des oraisons et des litanies sont récitées par le cheikh et répétées par les fidèles. Les voix des hommes qui prient à l’étage supérieur parviennent aux femmes à travers le son des moniteurs. Les prières du cheikh s’adressent en premier lieu aux hommes qui se trouvent au rez-de-chaussée et au premier étage de la mosquée. L’affluence est telle que certains hommes prient à l’entrée de la mosquée, à côté des escaliers. L’imam appelle les fidèles « mes frères » ; il n’a jamais mentionné la présence des femmes. Celles-ci bénéficient de la prière de manière indirecte. Certains rites musulmans ne permettent pas aux femmes de prier à la mosquée 11 ; leur lieu de prière privilégié étant leur domicile. La mosquée Farouk fait preuve d’ouverture en aménageant un espace exclusivement réservé aux femmes. Traditionnellement, l’école sunnite à laquelle la mosquée appartient est le chaféisme 12.

  • 13 La liste des souillures mineures comprend  : faire ses besoins, toucher ses parties intimes, donner (...)
  • 14  La liste des souillures majeures comprend  : l’accouchement, les lochies, les règles périodiques, (...)

36La description de la cérémonie, proposée par le film Nuit du Destin, montre en premier lieu les coulisses de la mosquée : une femme fait ses ablutions dans les toilettes. Elle effectue un acte rituel de purification, précédant la prière. Assise légèrement inclinée, les jambes écartées pour ne pas mouiller ses vêtements, les manches et le foulard relevés, elle procède à la purification de différentes parties de son corps dans un ordre précis. Les ablutions peuvent être effectuées aussi chez soi. L’état de purification varie en fonction des situations : si une femme va aux toilettes après avoir effectué ses ablutions, elle doit se purifier de nouveau. La consommation de nourriture ne nécessite pas de soins de purification particuliers. Les fidèles peuvent immédiatement reprendre la prière. Les souillures sont de deux ordres : mineur 13 et majeur 14. Les premières sont effacées par les petites ablutions, les secondes, par les grandes ablutions.

37À l’intérieur de la salle principale de la mosquée, certaines femmes déambulent, d’autres effectuent la prière de salutation qui consiste en deux prosternations. Seules ou par deux, elles se tournent vers la qibla qui indique la direction de la Kaaba à la Mecque ; d’autres femmes lisent le Coran. Elles sont assises librement, généralement contre un mur ou une colonne, afin de prendre appui contre une paroi. La lecture du Coran s’effectue individuellement. Des fidèles qui viennent d’arriver revêtent leur tenue blanche. Cette dernière consiste en une longue jupe, serrée au niveau de la taille par un élastique, et une longue écharpe faisant office de tunique. L’écharpe couvre la tête, le buste et descend jusqu’aux genoux. L’habit est assez ample ; il est porté par-dessus la tenue de ville.

38La tenue des femmes lors de l’arrivée à la mosquée varie : certaines sont déjà en habit de prière, par exemple les surveillantes en tunique bleu foncé ou les fidèles en tenue blanche. D’autres sont en tenue de ville : les plus jeunes en pantalon, les autres en jupe longue ; elles portent généralement un sac qui contient leur tenue de prière ainsi que d’autres accessoires. Certaines fidèles arrivent à la mosquée déjà voilées, d’autres mettent leur voile à l’entrée de la mosquée. Parmi les accessoires apportés par les fidèles, on trouve le Coran, le chapelet, de petites serviettes, un carnet, mais aussi une chaise en plastique pour les femmes malades. Les chaussures, qui doivent être retirées à l’entrée, sont soit placées sur des étagères qui leur sont réservées au seuil de la mosquée, soit rangées dans un sac que les fidèles gardent à leurs côtés. Vu l’affluence, il est parfois difficile de retrouver ses chaussures à la sortie.

  • 15 Dans le Coran, il s’agit de la sourate III, la famille de ’Imran.

39À l’intérieur de la mosquée, discutent deux fidèles assises sur le banc : la première raconte à sa voisine la sourate dans laquelle figure le prophète Jésus. Cette histoire m’était destinée. S’enquérant de ma religion, l’une des deux femmes que je désirais filmer me rappela que, dans le Coran, figuraient la Vierge Marie et le prophète Jésus. Elle raconta alors à sa voisine la sourate 15 qui mentionne Jésus. Il existe des signes ostentatoires qui permettent de distinguer les femmes qui savent lire des analphabètes. Généralement, avant le début de la prière collective, les femmes lettrées lisent le Coran individuellement ; les illettrées récitent des prières oralement, munies de leur chapelet : elles répètent les noms d’Allah, l’existence d’un seul Dieu ainsi que d’autres prières. Toutes peuvent cependant effectuer les deux prosternations de salutation à la mosquée de manière indifférenciée. Généralement, la lecture du Coran s’effectue assise, les deux jambes repliées sur un même côté, mais les fidèles peuvent soit tenir le Coran des deux mains, soit le poser sur les jambes en le tenant d’une seule main. Elles peuvent aussi s’adosser contre un mur ou une colonne, ou bien encore s’installer au milieu de la mosquée, le corps penché en avant. La direction de leur corps n’est pas importante. Certaines s’installent en groupe, formant un cercle, bien que chacune lise le Coran pour elle-même ; de temps en temps, elles se relèvent pour parler ensemble. Une autre posture est possible lors de la lecture du Coran ou de la prière : la fidèle est assise, les jambes croisées, la robe de prière couvrant ses jambes, de sorte que l’on voit seulement les deux bouts de ses pieds déborder du tissu. Cette position permet de fixer le livre sur les jambes de manière plus stable. Certaines personnes, qui ne lisent pas le Coran, sont assises, adossées contre un mur, les deux jambes étendues dans le prolongement de leur corps. Différentes positions sont permises durant les prières introductives qui s’effectuent de manière individuelle ou en groupe. Les groupes se forment en cercle ou en ligne droite, sur une rangée.

  • 16 Voir Mervin 2001, p. 256.
  • 17 Coran XVII, 110 : “N’élève pas ta voix dans ta prière, et ne prie pas non plus à voix basse, mais c (...)

40La mosquée est également un lieu de socialisation. Les nouvelles venues retrouvent leurs parentes ou leurs amies, elles s’embrassent et s’installent ensemble. La partie introductive du rite s’effectue en l’absence du cheikh. La première manifestation du cheikh se produit par l’intermédiaire du moniteur : sur l’image, les fidèles découvrent le cheikh et ses assistants assis en tailleur devant le mihrâb 16, une niche attenante au mur intérieur de la salle de prière, indiquant la qibla. Ils sont filmés en plongée, ce qui permet de souligner l’espace symbolique du lieu de prière. Le cheikh répète avec les fidèles des oraisons, le dhikr. Entre temps, les femmes continuent à affluer, elles se saluent, s’embrassent et s’installent, certaines sur les bancs, d’autres au sol, en fonction de leur état physique. Puis le cheikh donne des indications pour la prière suivante : la chahada. Il la reprend avec les fidèles et la répète en chantonnant. Les femmes peuvent accompagner la prière répétitive par un mouvement, soit en manipulant le chapelet, soit en déplaçant leur buste d’avant en arrière. Elles sont assises en tailleur, le corps dirigé vers la qibla, à l’exception de quelques-unes, assises contre le mur en direction inverse. Le cheikh annonce la prière qui doit être répétée ; il se contente tout d’abord d’accompagner les fidèles puis les laisse poursuivre seuls, une fois acquis le rythme de la récitation. Il leur demande ensuite de réciter la Fatiha, première sourate du Coran. Cette prière s’accompagne d’une gestuelle particulière. Les fidèles murmurent, les deux mains face au visage, puis elles effleurent leur visage et leur buste du front vers le bas de la poitrine. Le cheikh expose ensuite le sens de la Nuit du Destin. Le degré de connaissance de la prière par les fidèles se révèle selon qu’elles accompagnent le cheikh ou répètent après lui. La sœur de Najwa est en avance sur les autres fidèles, car elle accompagne le cheikh lorsqu’il récite les prières pour la première fois, tandis que les autres murmurent d’autres prières ou écoutent ce qui est dit pour le répéter par la suite. Certaines fidèles, assises au sol, adoptent une posture distincte des autres : jambes fléchies, pieds au sol, elles retiennent leurs genoux de leurs mains. Celles qui sont assises sur les bancs ont les bras le long du corps, les mains ouvertes, posées sur les cuisses, les paumes tournées vers l’extérieur. À la fin de chaque prière, elles effleurent leur visage à l’aide des deux mains. Vient alors la lecture du Coran. Le cheikh annonce aux fidèles que chacun doit lire une sourate durant vingt minutes ; le numéro de la sourate est annoncé : les fidèles lèvent les bras afin qu’un numéro leur soit attribué. Les plus jeunes distribuent des Corans à celles qui n’en ont pas. La lecture du Coran se fait à voix relativement basse, certaines fidèles le chantonnent 17. Une jeune femme lit le Coran, retenant sa tête d’une main, le coude placé sur sa cuisse. Cette posture n’est généralement pas recommandée pour la prière.

  • 18  Il s’agit de la rak’a. “Ce mot désigne une suite invariable de positions et de mouvements corporel (...)

41Une première pause, accompagnée d’odes rythmées, est réservée au repas. Deux croissants et une bouteille d’eau sont offerts à chacune des fidèles. La plupart d’entre elles mangent en gardant leur posture de prière, mais elles peuvent se retourner ou pivoter pour discuter avec une voisine. Certaines continuent à prier en posture assise, d’autres se relèvent, effectuant une ou deux prosternations. Les personnes chargées de la distribution se déplacent dans la salle, portant des cartons. Les odes récitées durant le repas sont formées de couplets chantés et de refrains. Le partage du repas constitue un moment de socialisation et de repos. Les fidèles peuvent se parler, faire connaissance, rire, adoptant des postures décontractées en fonction de la place disponible autour d’elles. La reprise de la prière s’accomplit dans un certain désordre, surtout du côté de la porte d’entrée de la salle de prières. Des jeunes filles dépourvues d’écharpes discutent, d’autres se préparent à entrer pour prier, portant leurs écharpes. La voix du cheikh annonce la reprise collective de la prière, avec une litanie au prophète Mohammad. La prière est ensuite répétée par l’un de ses assistants. Les portes donnant sur les salles latérales ont été ouvertes afin d’accueillir les fidèles. De jeunes garçons, dont la présence est interdite à l’intérieur de la salle de prières, se tiennent derrière la porte et observent avec curiosité ce qui s’y passe. Ils sont en principe exclus de l’étage des femmes à partir de l’âge de onze ans. Le cheikh reprend la prière d’une voix posée. Dans la salle de prières des hommes, on n’entend plus de bruits, le silence règne. Les femmes mettent plus de temps que les hommes à reprendre les prières. Après les oraisons, les femmes écoutent les indications du cheikh concernant la prière suivante, les glorifications. Celles-ci consistent en quatre prosternations, entre lesquelles chaque fidèle récite, pour elle-même, trois cents fois la même formule rituelle. Le cheikh indique les moments d’arrêt et le nombre de glorifications à effectuer durant chaque arrêt. Sur le plan de la posture, les femmes sont collées les unes aux autres, ne laissant pas d’intervalle entre elles, afin que le diable ne s’infiltre pas. Le cheikh permet exceptionnellement, en raison de l’affluence, de se courber simplement vers l’avant si l’espace est insuffisant pour effectuer une prosternation. Celle-ci implique de poser le front contre le sol, les deux mains plaquées sur le tapis, près de la tête, les orteils touchant terre. Certaines femmes assises sur les bancs inclinent le buste vers le bas au moment de la prosternation 18, d’autres restent droites. Ceci dépend de leur état physique. Ordinairement, la distance entre les fidèles ainsi que l’emplacement de chacune d’elles sont fixés sur le tapis par un dessin. L’espace ainsi délimité pour chacune équivaut à celui d’un tapis de prière. La très grande affluence permet une modification des règles pratiques de la prière. La tête des fidèles est inclinée vers l’avant ; certaines prient les yeux fermés, d’autres les yeux ouverts.

42Le cheikh débute la prière par des invocations légèrement chantonnées. Les fidèles l’accompagnent en murmurant les paroles. Les hommes reprennent en chœur « Amen » ; les femmes le font de manière intériorisée. L’émotion ressentie par le cheikh se traduit dans sa voix. La prosternation collective constitue l’étape suivante. Le film n’en reproduit que la fin. Après les deux taslima ou salutations qui terminent la prière, les fidèles peuvent marquer une pause. La chaleur à l’intérieur de la mosquée est suffocante ; des jeunes filles retirent leur foulard durant la pause en riant. Celle-ci permet aux fidèles de souffler : les femmes en profitent pour boire de l’eau et communiquer entre elles. Mais déjà le cheikh annonce l’étape suivante : la prière d’adieu au Ramadan. Cette prière a lieu juste avant l’aube, après une nuit entière passée à la mosquée. La voix du cheikh est empreinte d’une intense émotion, partagée par les pratiquantes, au cours de cette transe finale, que j’ai aussi appelée prière paroxystique. Celle-ci constitue l’aboutissement d’une série de prières antérieures. Elle se compose de lamentations, de demandes de pardon à Dieu. Les fidèles reprennent individuellement, en les murmurant, les invocations dites par le cheikh ; elles sont au bord des larmes, debout, épaule contre épaule, la tête penchée, les mains au-dessous de la poitrine.

43Du côté de l’anti-chambre, à proximité de l’entrée de la salle de prières, un relâchement est perceptible parmi les fidèles. Certaines sont debout, d’autres assises, d’autres enfin s’apprêtent à partir. Les dernières invocations sont énoncées avec force par le cheikh. Sa voix s’élève en crescendo, invoquant Dieu, le suppliant d’accorder son pardon en cette nuit particulière. Les corps des fidèles se balancent d’avant en arrière, leur mouvement est rythmé par les invocations du cheikh. Les mains cachent les visages en larmes. Pendant ce temps, des jeunes filles se préparent à sortir ; leur mère leur demande d’attendre que le cheikh termine pour recevoir la bénédiction, mais elles sont déjà sorties. Du côté des hommes, au rez-de-chaussée de la mosquée, la foule est massée auprès des escaliers donnant sur la rue, répétant d’une seule voix le nom de Dieu. À la mosquée, la partie occupée par les hommes est marquée visuellement par une lumière distincte. La connexion entre les hommes et les femmes s’établit par le biais des prières du cheikh. C’est le moment, dans le film, où les deux mondes existent parallèlement, unis par une continuité sonore. La voix du cheikh, unissant les deux mondes, se déploie en crescendo pour finalement s’arrêter net : le cheikh se tait. Ce moment de silence annonce la fin des invocations. La séparation entre le monde des hommes et celui des femmes est manifeste dans cette séquence. La dernière étape est la prière de l’aube. Il s’agit de l’une des cinq prières quotidiennes. Cependant, durant le mois du Ramadan, elle annonce également le début du jeûne et clôture les prières dites dans le cadre de la Nuit du Destin. La prière de l’aube consiste en deux prosternations, auxquelles s’ajoutent des récitations et des gestes consacrés. Dans le film, cette prière est décrite en alternance chez les hommes et les femmes. Chez les hommes, la première prosternation s’est effectuée avec un effet domino soulignant le décalage temporel : ceux qui étaient à l’intérieur de la mosquée se sont prosternés en premier, suivis par les autres jusqu’aux escaliers. Chez les femmes, la même prière se poursuit, mais près de la porte de sortie, des fidèles se chaussent tandis que d’autres continuent à prier. La deuxième prosternation témoigne d’un relâchement chez les fidèles : elles discutent entre elles, certaines ont ôté leur foulard, d’autres se relèvent. La situation est plus maîtrisée chez les hommes. Certains d’entre eux prient dans la rue, sans pour autant manifester de signes de distraction ou d’impatience. Les deux sexes se retrouvent à la sortie de la mosquée. Ce moment marque la fin du rituel. À la sortie, des hommes observent les femmes. Celles-ci sortent seules ou en groupe se mêlant aux hommes dans la rue. Le film se termine par un plan général de la mosquée, parée des lumières de la fête. Le rituel est terminé, chacun rentre chez soi.

  • 19 Voir Mervin 2001, p. 254 et 256.

44Les différents temps de la prière sont marqués par des variations du registre sonore affectant le ton et le rythme des phrases prononcées par le cheikh, ainsi que par des modifications dans la répartition des femmes dans la salle de prières. Les fidèles adoptent différentes postures en fonction des temps de prière. Certaines postures sont imposées par la prière ou par le manque d’espace, d’autres surgissent librement. Ainsi, il est parfois difficile de distinguer contraintes physiques et obligations rituelles. Les relations proxémiques sont définies par des règles rituelles et par le degré d’affluence qui ne permet pas toujours aux fidèles de se déplacer. C’est pourquoi, la sédentarité est une caractéristique principale de la prière à la mosquée, bien que la disposition des fidèles change tout au long de la soirée. Les mouvements et les déambulations des fidèles sont limités dans l’espace et dans le temps, puisqu’ils ont principalement lieu sur l’axe reliant les toilettes à la porte d’entrée de la salle de prières, ainsi que dans le hall d’entrée. Une certaine marge de manœuvre est ainsi laissée aux fidèles. En général, la mosquée est définie comme un lieu ouvert de prières 19 et de rassemblement, de vie et d’échange. La mosquée Farouk, comme je l’ai déjà mentionné, est assez libérale, dans le sens où elle permet la présence des femmes alors que d’autres mosquées ne les admettent pas, mais aussi parce qu’elle leur laisse une marge de liberté à l’intérieur même de leur cadre de prière.

45La collaboration entre les fidèles, à l’intérieur de la mosquée, est relativement informelle. Les surveillantes, qui se chargent de l’organisation de la cérémonie, ont un rôle particulier : elles s’occupent de la distribution de la nourriture, secondées par des personnes portant un badge. Une autre personne se démarque du reste de l’assistance : elle distribue aux fidèles les numéros des sourates au moment de la lecture du Coran. Son statut de cheikha lui permet d’être le porte-parole du cheikh dans la partie de la mosquée réservée aux femmes. C’est le cheikh lui-même qui distribue les numéros des sourates aux hommes. Certaines fidèles proposent leur service à l’intérieur de la mosquée de manière spontanée : une jeune fille règle le moniteur ; des adolescentes participent à la distribution des Corans, facilitant ainsi l’organisation de la soirée. Il arrive que des transgressions aux règles rituelles traditionnelles aient lieu de la part de certaines fidèles, sans provoquer de scandale. Par exemple, quelques jeunes filles priaient à côté de la porte sans porter d’écharpe.

46En décrivant les étapes de la prière de la Nuit du Destin dans la mosquée Farouk, le film montre ce qui fait communauté. L´espace de la mosquée permet, à part les pratiques religieuses, le développement de liens sociaux marquant ainsi une appartenance très forte à la communauté.

Notes

1 Ceux-ci, fidèles compagnons, la suivent tout au long de ses pérégrinations dans le jardin.

2  Ce jardin se trouve à Tallet el Khayat. Voir Guide Stéphan.

3 Sur l’accessibilité des espaces communs, voir Isaac 1998.

4 A partir du récit de Robert Trofel qui vécut dans la rue, Arlette Farge et Jean-François Lae établissent une étude sur les sans-abri, leurs discours et leurs représentations. Voir Farge et Lae 2000.

5 Le tambourinaire, jour de fête, Feghali 2009.

6 Il s’agit de la mosquée Zidaniyeh sise rue Zidaniyeh dans le quartier Aïsha Bakkar, communément appelée mosquée Farouk. Elle fut construite une première fois en 1357 puis détruite au début des années 1970. Elle fut reconstruite en tant que mosquée et cellule sociale. Restaurée en 2007, elle est aujourd’hui équipée d’un escalier roulant. Voir al-Wali 1973, p. 110.

7 Le Ramadan est le nom du 9ème mois du calendrier islamique.

8 “Lors de cette “Nuit du destin” … les cinq premiers versets de la sourate XCVI (“L’adhérence”) furent révélés à Muhammad…” Voir Caratini et Rais 2003, p. 36.
“Au cours de cette nuit …, Muhammad, en état d’extase mystique, vécut donc la descente du Coran dans son cœur, reçut l’ordre divin de le réciter aux hommes (iqra’), puis la confirmation de cet ordre par l’ange Gabriel.” Idem, p. 37.
“Le nom de cette nuit est kur’anique  ; la sourate XCVII lui est consacrée.” Voir Encyclopédie de l’islam, VIII, 1995, p. 432.
Sourate 97, al-Qadr : “Au nom de Dieu clément et miséricordieux. 1. Nous avons fait descendre le Coran dans la nuit d’al-Qadr. 2. Qui te fera connaître ce que c’est que la nuit d’al-Qadr  ? 3. La nuit d’al-Qadr vaut plus que mille mois. 4. Dans cette nuit les anges et l’esprit [l’ange Gabriel] descendent avec la permission de Dieu, portant ses ordres sur toutes choses. 5. La paix accompagne cette nuit jusqu’au lever de l’aurore.” Voir Le Coran 1970, p. 491.

9 Il s’agit de la première partie de la chahada, « formule par laquelle le musulman,.. professe sa foi  : “Il n’y a de seul Dieu qu’Allah, et Muhammad est Son Prophète.”  » Voir Caratini et Rais 2003, p. 105.
“Une telle formule implique d’elle-même l’acceptation des dogmes et des croyances de l’islam et elle suffit, prononcée en arabe devant deux témoins musulmans, à faire entrer dans la Communauté des Croyants. L’habitude a été prise de la scinder en deux et d’appeler la première partie de la phrase… “première chahada” et la seconde… “seconde chahada”… le fidèle formule d’abord son assentiment rigoureux au monothéisme et ensuite sa croyance en la Risala (mission de rasoul) de Mohammed.” Voir Alili 2000, p. 86.

10 Les ablutions, rite de purification préliminaire  : … consistent en “une toilette qui doit s’effectuer avec de l’eau non stagnante, où aucun produit de coloration ni aucun savon n’a été ajouté.” Voir Alili, 2000, p. 90. Cette toilette doit s’effectuer avant la prière, le tawaf (la marche autour du temple), et le port du Coran. Voir Sinno 1971, p. 47-48.

11 “L’appel à la prière rituelle manifeste son caractère communautaire… La participation des femmes est permise, mais non recommandée.” Voir Encyclopédie de l’islam, VIII, 1995, p. 959.

12 Troisième école sunnite, après le hanéfisme et le malékisme, le chaféisme a été fondé par Mohammad al-Chafii au début du IXème siècle. Il présente une vision conciliatrice entre tradition et innovation. Voir Alili 2000, p. 154 –155.

13 La liste des souillures mineures comprend  : faire ses besoins, toucher ses parties intimes, donner un baiser voluptueux, attoucher un homme avec désir, dormir profondément, s’évanouir, être ivre ou dément. Voir Caratini et Rais 2003, p. 112.

14  La liste des souillures majeures comprend  : l’accouchement, les lochies, les règles périodiques, un rêve érotique, etc., idem, p. 116.

15 Dans le Coran, il s’agit de la sourate III, la famille de ’Imran.

16 Voir Mervin 2001, p. 256.

17 Coran XVII, 110 : “N’élève pas ta voix dans ta prière, et ne prie pas non plus à voix basse, mais cherche un chemin entre les deux”. Voir Encyclopédie de l’islam, VIII, 1995, p. 959. La question de la musicalité dépend des écoles religieuses et du rite auquel elles appartiennent.

18  Il s’agit de la rak’a. “Ce mot désigne une suite invariable de positions et de mouvements corporels, accompagnés de paroles… Dans toute prière rituelle on reproduit la rak’a au moins deux fois de suite.” Encyclopédie de l’islam, VIII, 1995, p. 959.

19 Voir Mervin 2001, p. 254 et 256.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable