Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Quatrième partie

Chapitre III. L’évolution de l’Église d’Antioche

Texte intégral

§ I. — Les patriarcats de Raoul de Domfront et d’Aimery de Limoges

1Pour des raisons dont on voit mal si elles tiennent au caractère des antagonistes ou à des circonstances nouvelles, par une évolution inverse de celle à laquelle on assiste dans le royaume de Jérusalem, l’ère des bons rapports entre prince et patriarche, qu’avaient marquée le patriarcat de Bernard de Valence et le règne des princes normands, cesse avec l’avènement de Raoul de Domfront et de Raymond de Poitiers, et pendant un siècle, malgré des trêves, les deux pouvoirs vont s’affronter.

  • 1 G. T., p. 509 sq. ; Roz., 4 sq.

2Bernard de Valence était mort à la fin de 1135. Pendant la Croisade certains prélats avaient été élus par des assemblées de laïcs et clercs mêlés et Bernard avait peut-être été désigné ainsi, bien qu’il eût certainement par la suite obtenu sa confirmation de Rome, d’où le Pape Pascal II lui écrit en termes d’estime1. Par la suite, les prélats latins de Syrie n’avaient plus été élus, au moins théoriquement, que par le clergé. Celui d’Antioche se réunit pour pourvoir au remplacement de Bernard. Mais, tandis qu’il discutait, la foule entraîna à Saint-Pierre l’archevêque de Misîs (Mamistra) Raoul de Domfront, homme de peu de scrupules et de science, mais beau, avenant et populaire, et celui-ci prit son pallium sur l’autel de la basilique et ne demanda à Rome aucune confirmation : l’Église d’Antioche, lui reprocha-t-on plus tard d’avoir dit, n’avait-elle pas le pas sur celle de Rome, puisque saint Pierre, leur commun fondateur, avait fondé Antioche la première ?

3Le clergé d’Antioche n’osa pas dresser d’antipatriarche, sans doute parce qu’il n’y avait pas de tradition bien ferme pour le mode d’élection du patriarche. Il n’en contenait pas moins un fort parti d’ennemis irréductibles de Raoul, dirigés par l’archidiacre Lambert et un chanoine de grande famille calabraise, Arnoul. Aussi Raoul essaya-t-il de s’assurer des alliés parmi les puissances temporelles. Il trouva facilement d’abord la princesse Alice, qui obtenait au même moment du roi Foulque la permission de rentrer à Antioche, mais avait néanmoins besoin d’appuis pour s’y maintenir contre l’hostilité d’une partie des barons. Mais ceux-ci avaient, d’accord avec le roi, mandé de France Raymond de Poitiers pour épouser la fille de Bohémond II et gouverner la principauté. Quand Raymond eût débarqué, Raoul trouva le parti de la princesse peu sûr et par contre, dans le besoin qu’avait Raymond d’alliés contre elle, vit une occasion excellente à la fois de renforcer ses titres moraux au patriarcat et d’augmenter les prérogatives de son église. Il offrit donc à Raymond son appui s’il lui prêtait un hommage lige. On a vu comment Raymond, impatient d’entrer à Antioche, accepta, et par quelle comédie Raoul se défit d’Alice et le sacra (fin 1136).

  • 2 Qal et ‘Az., an 532. Raymond ne paraît pas, dans G. T., si hostile tout de suite à Raoul ; y aurait (...)

4L’accord ne fut pas de longue durée. D’après nos sources arabes, à un moment mal déterminé de l’expédition de Jean Comnène, le prince d’Antioche aurait fait attaquer le palais du patriarche et voulu introduire un patriarche grec2. Il est difficile de savoir ce qu’il y a derrière cette information, le patriarche grec, peut-être demandé par le basileus, n’ayant en tous cas pas été effectivement introduit ; et, une fois éloigné le danger byzantin, Raymond ne parla plus de patriarche grec. Mais il y avait un autre sujet de discorde : Raoul avait enlevé à Lambert et Arnoul leurs charges ; Arnoul alors (1138) alla faire appel à Rome. Raymond obligea Raoul à s’y rendre également pour s’y défendre en personne. Arnoul, ayant flatté les ambitions de Roger de Sicile, obtint de lui l’arrestation de Raoul à son débarquement, mais Raoul le flattant de plus belle, parvint à se faire libérer. Il n’eut pas de peine à obtenir une audience au Consistoire, qu’Arnoul avait prévenu contre lui ; toutefois, comme il accepta de changer son pallium contre un autre, reçu des mains du pape, celui-ci (Innocent II) finit par lui laisser son patriarcat à titre provisoire et décida d’envoyer en Syrie un légat pour juger et décider définitivement, ainsi qu’il avait été fait trente ans plus tôt pour le patriarcat de Jérusalem. Raoul rentra donc en Syrie, après être repassé auprès de Roger de Sicile, qui mit des galères à sa disposition pour regagner Souwaïdiya.

5Raymond, si impatient qu’il fût de l’hommage qui lui avait été arraché, avait peut-être hésité entre les deux partis ; mais lorsqu’il vit sur quels vaisseaux le patriarche revenait de Rome, il ne douta plus des intrigues siciliennes de Raoul, dont Arnoul avait pris soin de l’informer, et dès lors agit résolument contre lui. L’usage était que le clergé vînt en procession hors des murs de la ville accueillir un prélat revenant de Rome ; malgré la demande de Raoul, nul ne vint. Raoul n’osa pas entrer dans la ville et se réfugia dans un couvent de la Montagne Noire. Là, il reçut une offre d’hospitalité des archevêques d’Édesse et Douloûk et de l’évêque de Qoûriç, ainsi que de Joscelin II, sans doute heureux de faire pièce à Raymond. Raymond ne l’eut pas plus tôt appris, qu’il invita avec force politesses Raoul à rentrer à Antioche, où il lui assura une réception propre à lui donner l’illusion d’un parfait accord. Il se trouva que peu après le légat envoyé par le pape, Pierre de Lyon, mourait à Acre. Tandis que certains parlaient de poison, d’autres voyaient dans cette mort un avis du ciel et sollicitaient la paix de Raoul. Ce dernier ne voulut rien accorder à Arnoul, mais rendit à Lambert son archidiaconat. Vers le même moment, le conflit concernant les évêchés septentrionaux revendiqués par l’archevêque de Tyr s’étant rouvert, le pape écrivait à Raoul une lettre sévère, mais où il lui accordait le titre de patriarche ; et le même titre lui était donné par saint Bernard dans une lettre où il lui recommandait les Templiers ; Raoul pouvait donc se croire solidement établi sur sa chaire.

6Cependant Arnoul, retourné à Rome, avait obtenu l’envoi d’un nouveau légat, le cardinal-évêque d’Ostie, qui convoqua un synode à Antioche, pour le 30 novembre 1139. Il y eut six prélats du patriarcat de Jérusalem, parmi lesquels le patriarche Guillaume et l’archevêque Foucher de Tyr ; parmi les prélats d’Antioche, ceux de Douloûk, Qoûriç et Apamée appuyaient Raoul ; ceux de Tarse, Lattakié, Djabala l’attaquaient ainsi, naturellement, qu’Arnoul et, de nouveau, Lambert. S’il faut en croire Guillaume de Tyr, assez favorable à Raoul qu’enfant il avait connu, le concile fut dominé par la crainte de Raymond, décidé à faire déposer le patriarche, auquel on reprochait son élection irrégulière, de mauvaises mœurs, de la simonie. Invité à venir se défendre, le patriarche, sentant l’atmosphère peu sûre, refusa. L’archevêque d’Apamée ayant déclaré qu’il refusait de juger son supérieur, fut déposé. Il gagna son archevêché, mais mourut en route. Dans Antioche, la guerre couvait. Une troupe d’hommes armés s’étaient rassemblés autour de Raoul, prêts à expulser légat et synode ; une troupe adverse, aux ordres de Pierre Armoin, châtelain d’Antioche, dont le neveu Aimery de Limoges, naguère nommé par Raoul doyen du chapitre d’Antioche, ambitionnait cependant sa place, n’attendait qu’un signe pour se jeter sur ce dernier. Finalement, le légat alla lire à Raoul une sentence de déposition et l’obligea à rendre son anneau en présence des soldats du prince, qui pillèrent sa demeure et l’emmenèrent prisonnier au couvent de Saint-Siméon. Il s’en échappa bientôt et alla de nouveau à Rome où il devait, en 1144, obtenir la révision de son procès, en dépit de l’évêque de Djabala, qui soutenait contre lui la thèse de l’absolue dépendance d’Antioche à l’égard de Rome. Raoul se disposait à retourner en Orient lorsqu’il mourut.

  • 3 G. T., XIV, 10, 11, 19 ; XV, 11-16 ; l’évêque de Djabala fut rencontré au cours du procès de Rome e (...)

7Quelques semaines après la déposition de Raoul, les prélats responsables se réunirent pour lui désigner un successeur, qui, choisi, selon Guillaume de. Tyr, sous la pression des armes et de l’argent du prince, fut Aimery de Limoges, le neveu de Pierre Armoin3.

***

  • 4 G. T., XV, 18 ; il a un frère à Limoges en 1150, Thomas, d’après une donation de l’évêque de Limoge (...)
  • 5 Honorius, III, 349.
  • 6 Correspondance avec Hugo Aetherianus, Martène, Thes. Aneed., I, 479.

8Le clerc limousin4 qui arrivait au patriarcat dans ces conditions peu engageantes, allait être le plus prestigieux des patriarches d’Antioche5, en raison de la longueur de son pontificat — plus de cinquante-trois ans —, des épreuves qu’il eut à y subir, des qualités qu’il y manifesta. Ambitieux et orgueilleux, il était par ailleurs d’un sang-froid indomptable, d’une activité et d’une énergie toujours en éveil ; il était cupide, mais il savait dépenser en cas de besoin ; peu cultivé, mais habile à acquérir de la popularité auprès de ceux qui l’étaient plus que lui6 ; intelligent, doué de sens politique, sans aucun doute.

  • 7 Hist. Pont. M. G., SS, XX, 540.
  • 8 G. T., XVII, 10, Michel, an 1460.

9Avec Raymond, Aimery s’entendit bien, mais il n’était pas sûr de sa situation, que Raoul à Rome s’employait à saper, et l’on a vu qu’il dut envoyer l’évêque de Djabala l’y défendre. En 1149 un concile se réunit à Jérusalem, sous la présidence d’un légat du pape. Raymond venait d’être tué, Antioche était en danger, Aimery s’excusa de ne pouvoir assister au Concile. Mais, craignant sans doute qu’on discutât encore de son patriarcat, il interdit aussi à l’évêque de Tripoli, convoqué en sa place, de s’y rendre, ce qui amena contre cet évêque une sentence de déposition qu’il eut beaucoup de peine à faire lever à Rome7. Quant à Aimery à Antioche, il sut, dans l’affolement qui avait suivi le désastre de Raymond, organiser, on l’a vu, la résistance en dépensant sans compter l’argent qu’il avait amassé. Baudouin III, arrivé enfin au secours de la principauté, ne fit que consacrer un état de fait en lui en attribuant le gouvernement provisoire.8

  • 9 G. T., XVII, 18 ; XVIII, 22 ; Kinnamos, 272.

10À moitié prince d’Antioche en même temps que patriarche, Aimery dut prendre goût à son double pouvoir, et sans doute encouragea-t-il Constance dans ses refus de se remarier ; il n’en fut que plus mécontent lorsqu’elle eût épousé, sans lui en avoir parlé, le jeune nouveau venu qu’était Renaud, et sans doute ne se gêna-t-il pas pour le dire. Puis, en vue de l’expédition de Chypre, Renaud, le sachant riche, lui demanda un prêt ; Aimery refusa. Alors Renaud, dont le sang-froid n’était pas la plus grande qualité, s’emporta, lui arracha ses vêtements, le fit jeter en prison, puis exposer sur la tour sous le soleil d’été, la tête couverte de miel pour attirer les mouches. Aimery fit-il ou non quelques concessions, on l’ignore ; de toutes façons, il ne recouvra pas la liberté et Renaud procéda à des confiscations sur les biens de son clergé. Le Roi de Jérusalem, Baudouin III, informé, n’en crut pas ses oreilles, puis envoya son chancelier et l’évêque d’Acre intervenir avec la dernière énergie auprès de Renaud, qui était son vassal et qui dut libérer Aimery et restituer ses prises ; les humiliations lui étant aussi faciles que la colère, il fit maintenant pénitence publique en tenant les rênes du patriarche dans un défilé à travers la ville. Celui-ci cependant jugea plus sûr de se réfugier à Jérusalem, et ce fut lui qui, le siège patriarcal de Jérusalem étant vacant, bénit en 1158 le mariage de Baudouin III avec Théodora Comnène9.

  • 10 Kinnamos, 273.
  • 11 Cf. supra, p. 408.

11Les relations qu’il se fit en cette occasion lui permirent, lorsque quelques mois plus tard Manuel Comnène entra en Cilicie, d’essayer d’intriguer avec lui contre Renaud ; la rancune le poussait évidemment, car il allait bientôt montrer qu’il n’était pas homme à s’accommoder de la suprématie grecque ; Manuel d’ailleurs se rendit compte sans doute que son alliance ne pouvait être acquise qu’au prix de renoncements qu’il était assez fort pour éviter, et déclina ses offres ; le seul effet en fut de hâter la soumission de Renaud, qui redoutait des machinations intérieures10. Aimery rentra alors à Antioche. Peu après Renaud fut capturé et Constance reçut cette fois la régence, sous le contrôle du roi de Jérusalem. Aimery n’avait plus pour elle les sentiments favorables de 1149-1153 ; il les avait d’autant moins qu’elle s’appuyait sur son gendre Manuel Comnène, qui désirait toujours introduire à Antioche un patriarche grec. Aussi lorsqu’il la vit prétendre prolonger son pouvoir après la majorité de son fils, prit-il la tête de la conjuration qui, ayant fait appel à Thoros, expulsa la princesse et établit Bohémond III (1163)11.

  • 12 Lettre de Geoffroy Foucher à Louis VII ; Bouquet, XVI, 61-62.
  • 13 Michel, an 1481.
  • 14 Supra, p. 424-425.

12Situation éphémère, d’ailleurs ; en 1164 a lieu le désastre de Hârim. De nouveau Aimery doit organiser la défense des forteresses et de la ville et le fait avec une énergie, une générosité, un mépris du labeur personnel en même temps qu’une aptitude à entraîner au travail clercs et indigènes à défaut de Francs, qui lui attirent l’admiration ; et en même temps il joint son appel à ceux du roi de Jérusalem et du Maître du Temple pour obtenir des secours de Louis VII12. En attendant, pour en obtenir de Byzance, Bohémond III doit introduire à Antioche un patriarche grec ; Aimery ne peut accepter de côtoyer l’usurpateur et va s’enfermer à Qoçaïr. Cinq ans plus tard, le ciel lui-même paraît le rappeler. Un tremblement de terre terrible ébranle Antioche, et tandis que le prince en costume de pénitent va implorer le pardon d’Aimery, on retire le patriarche grec écrasé sous les débris du toit de saint Pierre effondré. Aimery alors rentre à Antioche (1170)13. Ce ne fut pas pour vivre avec le prince dans une paix sans orage, puisqu’en 1181, ayant excommunié Bohémond pour son union avec Sybille, puis jeté l’interdit sur la principauté, il eut, on l’a vu, à subir un siège en règle dans Qoçaïr, tandis que les biens du clergé à Antioche étaient saccagés14.

  • 15 Cart., I, 491.
  • 16 Acte de Saint-Jacques.
  • 17 Anon. Rhénan., 528.
  • 18 Rymer, 39.
  • 19 Infra, p. 433.
  • 20 Michel, an 1504.

13Ce fut toutefois, semble-t-il, le dernier conflit qui ait éclaté entre le prince et le patriarche. Les dangers extérieurs les rapprochèrent. Ce fut Aimery qui conseilla la vente de Marqab à l’Hôpital15, après la tentative d’établissement de Chevaliers de Saint-Jacques à Bikisrâïl16. En 1188, ses trésors lui servirent à faire inclure Qoçaïr dans les territoires laissés aux chrétiens par Saladin17. Il avait, avec Bohémond III, adressé des appels à l’Occident, au roi d’Angleterre Henri II18 ; il participa à la réception des croisés allemands, à leurs négociations avec Conrad de Montferrat19. Il n’avait pas encore épuisé ses richesses, puisqu’on lui en trouva de considérables à sa mort20.

  • 21 Tractatus (AASS, juillet, IV, p. 139) suivi par Lequien, Garns et Eubel. La source do Boschius est (...)
  • 22 Mas. Latrie, Rol., IV ; Rey, Dignitaires Rol., VIII ; Röhricht, Syria Sacra, ZDPV, X. Korolevski, D (...)
  • 23 Michel, an 1504, Boustân, 589. Ce Raoul (Ranulfe) est-il le chanoine de ce nom, connu en 1184 (Cart (...)
  • 24 Chyprois, 15 ; Cont. D., 207-210.
  • 25 Müller, 36, 65, 79 ; Lib. jur., 359, 432 (sur sa date, cf. supra, p. 4) ; Röhr. Reg., n° 697 ; Cart (...)

14La date de la mort d’Aimery et le nom de son premier successeur ont été l’objet des opinions les plus diverses. Boschius21 plaçait après Aimery un patriarche Raoul II, dont il donne comme dates extrêmes 1188 à 1200 ; aucun texte n’ayant jusqu’à la publication de la chronique de Michel le Syrien confirmé ce nom ni ces dates, qui paraissaient se heurter à des témoignages contraires, les érudits récents ont, en général, rayé Raoul de leurs listes22. Le texte de Michel le Syrien, absolument contemporain, atteste cependant formellement qu’Aimery mourut en 1504 (= nov. 1192 – nov. 1193), et qu’il fut remplacé par un ecclésiastique âgé de son diocèse, Raoul ; et le Boustân confirme la mort d’un patriarche cette année23. La difficulté est que les Gestes des Chyprois notent sans préciser explicitement qu’en 1196 « mourut le patriarche d’Antioche, qui ot nom Haimerin, et fu fait patriarche Pierre d’Angolême, qui fu vesque de Triple » et le continuateur D de Guillaume de Tyr appelle aussi Aimery le patriarche qui en 1193 présida à la proclamation de la commune et en 1194 reçut Henri de Champagne24. Nous savons, en effet, par des chartes que Pierre fut chancelier de Guy de Lusignan, puis archidiacre de Tripoli en 1189-1190, enfin évêque de cette ville en 1191-1195 et qu’il y nomma à sa place l’archevêque in partibus d’Apamée, Laurent, mesure irrégulière qui fut l’objet d’une lettre d’Innocent III en 1198. Nous savons aussi que Pierre reçut son pallium à Rome d’Innocent III, c’est-à-dire qu’il était arrivé dans cette ville après la mort de Célestin III, donc avait dû être élu au patriarcat au plus tard au début de 119725. Il n’y a donc pas de doute à avoir sur le fait qu’en 1196 mourut un patriarche auquel succède Pierre. Par contre, aucun texte contemporain ne confirme que ce patriarche ait été Aimery. Il est probable que l’auteur des Annales qu’ont eu sous les yeux les compilateurs des Gestes et de l’Éracle, connaissant le nom prestigieux d’Aimery, l’a ajouté de son crû devant une citation anonyme. En tous cas, c’est Raoul II, élu patriarche à un moment indéterminé de 1193, qui meurt en 1196. C’est donc peut-être lui qui prit part à la formation de la commune, c’est lui qui, en 1194, reçut Henri de Champagne, se rendant en Cilicie, et Aimery mourut en 1193.

  • 26 G. T., XVIII, 29 et XXI, 26 ; Loewenfeld, Epist. ined., 164 ; Lib. Jur., 336, cf. 308 ; Cart., I, 3 (...)
  • 27 Supra, p. 505.
  • 28 La tête de saint Serge à Angers (Chron. S. Sergii, éd. Marchegay, 148) ; probablement aussi les rel (...)
  • 29 Une tradition lui attribue aussi un rôle à l’origine des Carmélites (AASS, mars, III, 787) ; mais i (...)

15Des affaires intérieures de l’église séculière d’Antioche au temps d’Aimery on sait peut de chose. Avec le Saint-Siège, il entretenait de bons rapports ; bien qu’il eût un moment penché en faveur de l’antipape Victor IV, Alexandre III le soutient contre l’église grecque, tout en caressant l’espoir de la résolution du schisme ; Adrien IV en 1155, Urbain III en 1186 lui écrivent d’intervenir pour la défense des Gênois contre les princes ou contre les Embriaci ; en 1174, on le trouve auprès d’un légat, venu peut-être porter les convocations au futur concile du Latran, auquel Aimery se borna cependant à se faire représenter par l’évêque de Tripoli26. Il restait en relation avec son pays d’origine par des correspondances avec des lettrés27 et des envois de reliques28, et ce n’est sans doute pas par hasard si ce prélat issu d’une région située sur la route de Compostelle fut l’auteur de la seule tentative qui ait été faite pour introduire en Syrie un ordre militaire espagnol29. Mais ce fut surtout par sa politique à l’égard des autres églises et dans ses rapports avec les ordres militaires qu’Aimery eut un rôle éminent et remarquable, dont on reparlera en sa place. Qu’il suffise de souligner combien, dans tous les domaines, Aimery a travaillé à exalter les prérogatives du patriarcat et à les défendre contre les princes et les schismatiques. Toutefois, si l’on oppose les conflits du xiie siècle à ceux que nous rencontrerons au siècle suivant, on remarquera qu’il s’agit plutôt entre prince et patriarche de cas fortuits, particuliers (heurts de caractères et d’ambitions, besoins d’argent, sous Renaud ; exigences byzantines et écarts de conduite sous Bohémond III), que d’un conflit général des pouvoirs. Dans la mesure où l’insuffisance de notre documentation permet de l’affirmer, il n’y a pas eu de conflit concernant les droits respectifs de chacun d’eux (à l’exception de la prétention de Raoul à l’hommage de Raymond). Ils restent constitués de façon autonome chacun dans son domaine, et leurs conflits même trahissent leur collaboration, qui s’affirme positivement aux heures de péril.

§ II. — Les ordres militaires

16À partir du milieu du xiie siècle, non seulement la physionomie de l’Église latine de Syrie, mais toute sa vie politique et sociale est progressivement transformée par le développement d’une institution nouvelle, celle des Ordres militaires. Il ne peut pas être question d’exposer ici dans leur ensemble, même succinctement, l’histoire et l’organisation de ces Ordres, pour lesquels la Syrie du Nord n’a rien de différent des autres régions ; on se bornera donc à exposer ce qu’on sait de leur croissance et de leur activité dans le territoire restreint de notre étude, et des répercussions qu’elles ont eues dans le reste de la société.

  • 30 Prutz, Die Geistliche Ritterorden, chap. 1.

17Les deux premiers et principaux Ordres militaires sont l’Hôpital et le Temple. L’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean était dans son origine antérieur à la croisade, et resta toujours entre autres choses une institution hospitalière, destinée à loger et soigner les pèlerins de tous pays. C’est à ce titre qu’il se développa au début du xiie siècle, où naturellement les pèlerins se multiplièrent, et qu’il reçut ses premières donations. Ce fut seulement au cours du second quart du xiie siècle qu’il se constitua en Ordre. Dans la même période (avant 1137), sous l’influence de l’organisation des Templiers, et peut-être dans la péninsule ibérique avant la Syrie, il ajouta au service des pauvres le service des armes, pour la guerre contre les infidèles. Quant aux Templiers, ils ont pour origine l’engagement pris par quelques chevaliers francs, sur l’initiative de l’un d’eux, Hugues de Payens, de se consacrer à la protection militaire des pèlerins ; installés par Baudouin Ier près du « Temple de Salomon », d’où leur nom, ils vivaient, en dehors de leur activité militaire, selon la règle bénédictine. Les adhérents et les donations affluèrent vite, surtout à partir de la tournée de propagande de Hugues en Occident en 1128, et grâce à l’appui que leur prêta Saint-Bernard. En 1129 on les voit participer à la guerre contre les infidèles en Syrie, dès auparavant en Espagne et en Portugal. Et c’est dans les années suivantes qu’ils se constituent en Ordre autonome30. Pratiquement, les deux Ordres devinrent donc à l’état durable ce que la croisade avait été à l’état temporaire : deux armées attachées par un vœu religieux à la sauvegarde de la Terre Sainte et à la lutte contre l’Islam.

  • 31 Parce que d’origine toulousaine (route d’Espagne) ? La chose avait déjà été faite en Portugal (Prut (...)
  • 32 Cart., 116.
  • 33 Tortose probablement avant 1169 (Röhricht Reg., 462), ‘Arqa avant 1179 (ibid., 581), Çafîlhâ avant (...)

18De ce caractère découle l’afflux de la noblesse guerrière, à la différence de l’Hôpital primitif, de recrutement plus populaire ou plus religieux ; il va sans dire que la prédominance de cette classe entraîne aussi la prédominance d’un esprit. D’autre part, l’importance des biens possédés et l’entretien d’armées font des deux Ordres des puissances militaires et féodales au sein ou en marge des états laïcs. Cette condition nouvelle est manifestée et renforcée par la concession de places fortes, dont les plus anciennes en Orient paraissent être respectivement pour l’Hôpital celle de Baït Djibrîn en 1137, et pour le Temple celle de Gaza en 1149. Ces deux concessions ont pour but de faire protéger par les Ordres la frontière égyptienne. Mais il semble que ce soit au comte de Tripoli Raymond II que revient pour l’Orient31 l’initiative de la constitution systématique de marches frontières autonomes en faveur des Ordres, tout autour de la trouée Homç-Tripoli et de la Montagne des Assassins. C’est en 1142 qu’il donne à l’Hôpital le Krak des Chevaliers, avec tous ses droits sur les territoires situés plus à l’est et au nord jusqu’à Rafaninya et Ba ‘rîn, reconquis peu auparavant par Zangî32. Par la suite, une seconde ligne de défense fut constituée en arrière du territoire hospitalier par la concession de Tortose, Çafîthâ et Arqâ, au Temple33.

  • 34 D’Albon, Cart., n° 106.
  • 35 G. T., p. 667. En 1137, il y avait à Antioche selon Kinnamos, H 214, des « Frères », nom par lequel (...)
  • 36 Roz., 172 et 178.
  • 37 Lettre d’André de Montbard, Bouquet, XV, 540.
  • 38 Supra, p. 394.
  • 39 G. Innocent III, vol. III, p. 54.
  • 40 G. T., XXI, p. 991 ; Inn. III, 5 janv. 1199.
  • 41 Cf. infra p. 717 et ROL, VII, cf. 151). Pour Hiçn at Tînât, I. F., trad. Jourdain, an 664/1266 ; el (...)
  • 42 Paoli, 40 et 206 ; Arch. Malte, 134 et 172 ; Inv., n° 123 et 152.
  • 43 Acte de saint Jacques.
  • 44 Annales T. S., AOL, II B 435 ; Inn., III, II, 687 ; Müller, 6.

19Antioche suivit le mouvement avec cette différence que là, la première concession de marche militaire fut faite au Temple avant l’Hôpital. Saint Bernard avait recommandé les Templiers au patriarche Raoul34, et en 1138 le maître du Temple, Robert de Bourgogne, passa à Antioche35. On trouve deux Templiers à la cour de Raymond en 114036 ; en 1149, ils accourent, moyennant finances, au secours de la principauté, où ils paraissent avoir possédé des terres, pillées par l’ennemi37. En 1154, on les voit, avec l’Arménien Sdéfané, surprendre des pillards seldjouqides aventurés près de Baghrâs ; ils avaient donc déjà un établissement dans cette place ou à proximité. On a exposé plus haut comment, peu après, à la suite d’hostilités entre Renaud de Châtillon et Thoros, les Templiers se virent reconnaître ou attribuer par ce dernier « les forteresses des confins d’Antioche »38. Baghrâs, la principale, paraît leur avoir été confirmée par Alexandre III39 ; et ils possédaient sur les confins siliciens de nombreuses terres que Mleh, bien que jadis confrère de l’Ordre (avec Sdéfané ?), leur enleva momentanément, avec Baghrâs40. Ils recouvrèrent cette place à la mort de Mleh, ainsi que Darbsâk, les perdirent en 1188, et rentrèrent en possession de Baghrâs en 1216 pour ne plus l’abandonner jusqu’à la fin de la principauté. Au temps de Saladin et au xiiie siècle, ils possédaient en plus dans l’Amanus méridional la Roche-Guillaume et la Roche de Roissol (Hadjâr Shoghlân) ; au xiiie siècle on leur connaît encore Hiçn at-Tînât (après 1216) et Port-Bonnel (Arsouz) sur la côte arménienne41. C’est donc une vraie marche qui est constituée là au profit des Templiers. Ils avaient reçu également dans la seconde moitié du xiie siècle de nombreux villages des seigneurs de Marqab42 et de Bikisràïl43, et sans doute en bien d’autres régions que la perte de leurs archives nous condamne à ignorer, sans parler des maisons de l’Ordre à Antioche et à Lattakié44.

  • 45 Cart., I, 38.
  • 46 Cf. la liste ci-après.
  • 47 Cart., I, 266 (début 1168).
  • 48 C’est évidemment le cas pour Levonia, Bakfela, Gaïgon, qui sont concédés en 1179 à Joscelin (Strekl (...)
  • 49 Cart., I, 491.

20En ce qui concerne les Hospitaliers, de nombreuses donations leur sont faites tout au long du xiie siècle, depuis Bohémond Ier45 surtout dans les villes et environs d’Antioche et Lattakié et dans les fiefs des Mazoir, en attendant qu’ils en devinssent les héritiers universels46. Néanmoins, quelque puissance que la somme de ces biens ait représentée, elle ne comprenait aucune place militairement importante avant le règne de Bohémond III. Celui-ci, qu’influençait peut-être son amitié pour Raymond III de Tripoli, trois ans et demi après le désastre de Hârim, décida d’intéresser l’Ordre à la défense de sa frontière sud-orientale, en lui abandonnant en bloc ses droits sur le Roûdj, le Djabal Soummâq, et la région d’Abou Qobaïs, auxquels il ajoutait quelques places de la région de Bakâs-Choghr47. Cette concession aurait pu être l’origine de la constitution au profit de l’Ordre d’une véritable principauté, puisque les territoires visés prolongeaient exactement au nord ceux qu’il tenait du comte de Tripoli autour du Krak des Chevaliers. Mais pour la plupart il fallait en faire la conquête, qui ne fut jamais entamée, et il apparaît que même les districts encore en la possession des chrétiens ne furent guère occupés en fait48. Ce fut seulement en 1186 que Bohémond, sur le conseil du patriarche Aimery, permit à Bertrand Mazoir de vendre tous ses fiefs aux Chevaliers de Saint-Jean avec Marqab et les châteaux qui en dépendaient49. L’importance de cette concession l’emportait il est vrai sur toutes celles qu’avait reçues l’Ordre hormis celle du Krak des Chevaliers, qu’elle complétait parfaitement en permettant à l’Ordre d’enserrer la montagne des Assassins entre ses deux puissantes forteresses. Fortifiée par l’Ordre, séparée de Tripoli au sud par les Templiers de Tortose et Çafîthâ, d’Antioche au nord à partir de 1138 par l’enclave musulmane de Lattakié-Djabala, Marqab allait être au xiiie siècle la puissante capitale d’un véritable état indépendant.

  • 50 Cart., I, 90, 91, 112.
  • 51 Cart,, I, 226. La date de 1163 donnée par l’éditeur est impossible, puisque Baudouin est mort en 11 (...)

21Dans le comté d’Édesse, l’Hôpital eut à partir de 1134 un établissement à Tell-Bâchir, qui fut doté de quelques concessions50. Dès avant 1146, une tentative avait été faite pour l’associer à la fortification et à la défense de la frontière de Behesnî ; mais on ignore si elle fut suivie d’effet51.

  • 52 Prutz, op. cit., p. 94-95.
  • 53 Acte de Saint-Jacques dans Bullarium equestris ordinis. S. Jacobi, Madrid, 1719, p. 22-23.

22On a vu au début de ce chapitre comment l’organisation militaire du Temple et de l’Hôpital en Orient n’avait peut-être été que la transplantation d’habitudes inaugurées dans la péninsule ibérique. La principauté d’Antioche présente l’originalité d’avoir cherché à introduire en Syrie un Ordre purement espagnol, qui pouvait peut-être se recommander auprès du patriarche Aimery de pèlerins de Compostelle connus jadis à Limoges par ce dernier : l’Ordre de Saint-Jacques de l’Épée, qui, créé au milieu du xiie siècle pour la protection des pèlerins de Saint-Jacques avait rapidement débordé ce cadre par de fortes installations en Castille, et en 1175 venait d’être définitivement organisé par le pape Alexandre III52. En 1180, Bohémond III, sur les conseils d’Aimery, concéda à l’Ordre de Saint-Jacques ses droits sur le château et le territoire de Bikisrâïl, s’il pouvait le reconquérir dans un délai d’un an53. Toutefois l’entreprise n’eut pas lieu, et plus tard la place devait être promise aux Hospitaliers.

  • 54 Par exemple Cart., I, 444, don de « Barutellus et uxor sua sarracena pro redemptione animae suae et (...)
  • 55 Par exemple, Cart., II, 701.
  • 56 Carl,, I, 423.
  • 57 Cart., I, 600, Bohémond III, reçu confrère, demande à être enterré dans la maison de l’ordre.
  • 58 Naturellement il peut s’y joindre une pensée pieuse : un don à l’église attirera les faveurs de Die (...)
  • 59 Infra, p. 612 et 706.

23Les motifs des dons que reçoivent les Ordres militaires sont variables. Certains leur sont communs avec les Ordres non-militaires : piété54, désir de protection55. Souvent il ne s’agit que d’un don post-mortem, dont l’auteur, sa vie durant, se réserve la jouissance56 ; l’Ordre d’ailleurs accueille des confrères laïcs qui lui apportent quelques biens dont ils gardent la jouissance moyennant un cens57, et naturellement reçoit tous les biens de ceux qui entrent en religion. Les motifs précités de donations sont prépondérants au début de l’Ordre et le restent chez les particuliers – . De la part des puissants et du prince en particulier, il s’agit de plus en plus, à mesure que l’Ordre se développe, d’intérêt public et de nécessité militaire58. Le don du Krak à l’Hôpital par le prince de Tripoli suit la perte de Ba ‘rîn et l’échec de l’expédition byzantine ; la concession de Baghrâs au Temple, des hostilités byzantines, arméniennes, turques ; celle de l’année 1168 à l’Hôpital, le désastre de Ḥârim de 1164 ; celle de Bikisrâïl à la milice de Saint-Jacques, et celle de Marqab à l’Hôpital, l’enlèvement de Bikisrâïl par les montagnards et les progrès des Assassins. Bertrand Mazoir explique dans son préambule, qu’étant donnée la pression des infidèles, il n’a pas les ressources nécessaires à l’entretien et à la défense de sa forteresse, et Bohémond III n’entreprend pas de le suppléer. Au moment où les dépenses à faire pour la protection du territoire s’accroissent, le prince, appauvri par les pertes subies, n’y suffit plus ; les effectifs dont il dispose, surtout, sont déficients. Bon gré mal gré, il doit s’en remettre aux Ordres militaires qui, eux, par leurs maisons d’Occident, disposent de ressources et d’hommes à un degré qu’il ignore. Au xiiie siècle on ne songera même plus à faire une reconquête sans associer l’Ordre au profit : on lui promettra Djabala, et Bohémond VI partagera Lattakié avec lui59.

  • 60 Plutôt que d’une résistance à la féodalité ecclésiastique, puisque la cession de Baghrâs au Temple (...)

24Il ne faudrait pas croire cependant que toutes les acquisitions de l’Ordre résultent de dons. Marqab, on l’a vu, fut achetée au prix d’une rente annuelle de 2 200 besants, pour assurer au seigneur des ressources dignes de son ancienne situation, plus un don de 10 000 besants à Bohémond et à ses fils. Cela différencie la concession de Marqab de celle du Krak et de Baït Djibrîn, et il est possible qu’il faille y voir une marque des préoccupations fiscales que nous retrouvons dans la politique économique des princes60.

  • 61 Cart. I, 497, II, 71.
  • 62 Cart., I, 446.
  • 63 Cart., I, 370, 378, 417.
  • 64 Cart., I, 131, 144, 224, 303, 370, 441, 514, 600, 650 ; II, 48, 136 ; 196 429, 495, 502, 594, 869.
  • 65 Cart.’, II, 164.

25Les Ordres possédaient des domaines de catégories diverses. Seigneur féodal, l’Ordre a des vassaux laïcs ; la concession de Marqab en 1186, celle de Djabala sous Raymond Roupen, s’accompagnent d’un transfert des hommages de ces vassaux de leur ancien suzerain à l’Hôpital, aux mêmes conditions de service61. En second lieu, l’Ordre a des terres qu’il possède directement, mais qui sont exploitées par des serfs ou louées par lui à des individus ou à des collectivités même religieuses62. Puis viennent les établissements occupés par des frères eux-mêmes, maisons de l’Ordre dans les villes (Antioche, Lattakié, Djabala, Boulounyâs) et forteresses, ou concédés à l’un d’eux par l’ordre à titre d’usufruit viager63. D’autre part, et surtout lorsqu’au xiiie siècle il resta peu de terres à distribuer, les Ordres reçurent des rentes en argent ou en nature64. Tout cela les rendait assez riches pour tenir parfois, auprès d’un Léon Ier de Cilicie par exemple, l’office de banquiers65.

  • 66 Wilbrand, 171 ; Cart., II, 476 ; liste des Chatelains dans Ducanger-Rey Familles. Chap. Margat.
  • 67 Par exemple, en 1204 (Cart., II, 31).
  • 68 Le roi de Hongrie en 1218 (Cart., II, 239).
  • 69 On connaît comme précepteurs d’Antioche : Guillaume (1151), Gibelin (1174), Roger de Larent (1183 ? (...)
  • 70 On connaît comme titulaire Gilbert de Lascy (1162), Irmengaud (1198), N. de Raiace (1203), Guillaum (...)

26Des diverses possessions de l’Hôpital, Marqab est une sorte de capitale, où quelques centaines de frères vivent sous le commandement militaire d’un châtelain assisté d’un vice-châtelain et d’un « praeceptor militum » (soldats francs et turcoples)66. Là se tiennent parfois des chapitres généraux de l’Ordre67 et sont hospitalisés des hôtes de marque68. Les autres possessions de l’Ordre dans la principauté sont réparties entre deux préceptoreries (commanderies, baillies) ayant respectivement leur chef-lieu à Antioche et Lattakié69. L’organisation du Temple était analogue ; il avait une préceptorerie à Antioche, peut-être une autre à Lattakié ; les possessions méridionales de l’ordre relevaient de la préceptorerie de Tortose dans le comté de Tripoli70.

  • 71 Cart., I, 144 ; renouvelé par Bohémond III, en 1163 (Cart., I, 224). En 1186, à la suite d’abus, il (...)
  • 72 Cart., I, 226.
  • 73 Cart., I, 491. Il s’agit pour le dernier point d’un privilège courant des églises.
  • 74 C’est du moins le cas exposé dans Curzon, La règle..., N° 554.

27Ce qui accroissait la puissance des Ordres était que leurs possessions étaient accompagnées de privilèges qui leur conféraient une véritable indépendance, voire une supériorité à l’égard des pouvoirs laïcs. Là encore l’initiative en Syrie vient peut-être de Tripoli, où déjà l’acte de cession du Krak en 1142 confère aux sujets de l’Hôpital l’exemption de tous les droits commerciaux dans le comté, reconnaît aux Hospitaliers le droit de faire la guerre seuls en gardant tout le butin pour eux, et interdit au comte de conclure sans leur consentement une trêve avec les Musulmans. La liberté commerciale fut accordée à son tour par Raymond, dans la principauté, au début de 114971. En 1168, en même temps qu’il leur concède ses droits sur les territoires de l’Oronte et d’outre-Oronte perdus, Bohémond III signe avec les chevaliers de Saint-Jean pour cette région un véritable traité d’alliance de souverain à souverain, où il n’est même pas l’égal de l’Ordre : car l’Ordre est libre ou non de respecter les trêves conclues par le prince, tandis que celui-ci doit respecter les trêves conclues par l’Ordre, et les faire respecter à ses vassaux72. L’accord est étendu au Djabal Bahrâ lors de la concession de Marqab ; le même acte autorise l’Ordre à recevoir des « bourgeoisies » sans autorisation spéciale et à garder les serfs chrétiens du prince enfuis sur ses domaines (non les musulmans), tandis que le prince doit renvoyer à l’Ordre tous ses serfs73. Les chevaliers paraissent n’avoir à répondre que devant leur propre justice, même si le plaignant n’est pas sujet de l’Ordre74.

  • 75 Prutz, op. cit., 144-148.
  • 76 Ibid., p. 154 sq.
  • 77 Ibid,, p. 224-227, cf. 206-207.

28Ces immunités à l’égard des pouvoirs laïcs se doublaient d’immunités à l’égard des pouvoirs ecclésiastiques. Il y avait d’abord des immunités fiscales, inaugurées pour la dîme à Jérusalem et Tripoli, en ce qui concerne l’Hôpital, dès la seconde décade du xiie siècle sur les terres directement exploitées par l’Ordre, et étendues pratiquement au xiiie siècle à tous ses biens et à toutes les exigences fiscales de l’Église75. Ces immunités ne signifiaient pas que les habitants de leurs domaines étaient exempts des droits dûs à l’Église, mais que ces droits étaient perçus au profit de l’Ordre, considéré comme personne religieuse autocéphale ; il avait également le droit de procéder à des collectes à travers la chrétienté76. Il en était de même du Temple77.

  • 78 Ibid., p. 196 sq.
  • 79 Ibid., p. 200.
  • 80 Ibid., 176 sq., 211 sq.

29En second lieu, les Ordres militaires furent soustraits à l’obédience des évêques et directement rattachés à la papauté, pour laquelle ils constituaient un merveilleux moyen d’influence contre la puissance locale des prélats séculiers. Les Templiers, dès l’origine, furent organisés de manière autonome78. Les Hospitaliers n’acquirent que progressivement des droits équivalents, dont la non-reconnaissance des excommunications et interdits prononcés contre eux ou des tiers par d’autres que le pape, et le droit d’asile pour des personnes recherchées par les tribunaux laïques ou ecclésiastiques quelconques79. Là encore des privilèges positifs correspondaient à des immunités, provenant en partie de la nature féodale des Ordres : ils peuvent non seulement avoir des églises desservies par des frères à eux pour leur usage, mais remplacer dans leur domaine le clergé ordinaire pour tous les fidèles, et môme exercer un patronage sur des églises ou des monastères antérieurs à eux et relevant normalement des autorités épiscopales80. Il va sans dire que les évêques luttaient de leur mieux pour conserver leurs prérogatives financières ou ecclésiastiques, et que les progrès des Ordres militaires étaient l’origine de conflits incessants ; l’analogue s’en retrouve d’ailleurs pour d’autres Ordres, mais moins graves toutefois en raison de leur moindre puissance féodale.

  • 81 A Tricaria près Çahyoûn, d’après une sentence d’Aimery assisté d’un légat en 1174 (Cart., I, 325), (...)
  • 82 Abbayes du Mont-Parlier (Cart., I, 491) et de Sainte-Marie-du-Fer (ibid.). Il semble bien que Saint (...)
  • 83 Cart., I, 510.
  • 84 Cart., I, 595.
  • 85 Cart., L., 631 (1197).
  • 86 Cart., II, 169.
  • 87 Cart., I, 446 (bulle d’Honorius, III, 1225).

30La principauté d’Antioche nous offre quelques exemples de cette évolution et des difficultés qu’elle souleva, semblables à ceux qu’on peut relever à travers toute la chrétienté. Les Hospitaliers y remplacent des prêtres séculiers dans quelques églises81. Les anciens suzerains laïcs auprès d’abbayes82. Un problème particulièrement délicat fut posé par l’acquisition du fief de Marqab, qui correspondait à peu près à l’évêché de Boulounyâs (Valénie), car l’évêque avait sur ce territoire des droits financiers et religieux inconciliables avec l’indépendance de l’Ordre, et par contre donner à l’Ordre tous les privilèges auxquels il était habitué ailleurs aurait équivalu à la suppression de l’évêché. Un premier conflit avait eu lieu dès le lendemain de l’acquisition, qu’Urbain III fit arbitrer, on ne sait avec quel résultat, par l’archevêque de Tyr et l’évêque de Beyrouth83. Les rapports s’aggravèrent lorsqu’à partir de 1188 l’évêque de Valénie et son supérieur hiérarchique, l’archevêque d’Apamée, eurent été contraints par la situation militaire de se réfugier à l’intérieur de l’enceinte de Marqab. En 1193, l’Ordre restitua à l’évêque ses dîmes de Boulounyâs, à l’exception des terres directement exploitées par des Hospitaliers84. À la mort d’Antérius, on lui élut un successeur hospitalier, qualité dont l’Ordre argua pour essayer d’obtenir la pleine liberté financière : Célestin III, d’accord avec l’évêque lui-même, jugea que cette circonstance temporaire ne pouvait suffire pour justifier une mesure définitive, et tout en donnant gain de cause à l’Ordre pour le présent, eut soin de limiter sa sentence à la durée de l’épiscopat en cours85. En 1215, l’évêque hospitalier étant mort, le chapitre élut à sa place l’archidiacre de Beyrouth, et soumit son choix au Grand-Maître de l’Ordre ; mais celui-ci revendiquait le droit de présentation d’un prince souverain, que le patriarche d’Antioche, Pierre II, amena les chanoines à reconnaître, moyennant acceptation de leur candidat86. Avec des querelles intermittentes, la situation de fait se stabilisa moyennant une certaine assimilation de l’Ordre à l’ancien seigneur laïc ; l’Ordre exerçait le droit de présentation, mais laissait à l’Église épiscopale ses possessions anciennes y compris les dîmes (à l’exception des terres directement exploitées par l’Ordre)87.

  • 88 Paoli, 40 (1163) ; Arch. Malte, 112 (1169) ; Invent., N° 146 (bulle de Lucius, III, 1182).

31Pour les Templiers, nous n’avons pas de documentation correspondante. Nous savons seulement qu’avant la concession de Marqab à l’Hôpital ils possédaient à Boulounyâs un hôtel, un four et quelques terres, pour lesquels ils refusaient de payer à l’évêque les dîmes des anciens processeurs ; ce n’était pas encore la période de la pleine immunité, et l’on procéda à un partage qui n’arrêta d’ailleurs pas la querelle88.

  • 89 Cart., I, 666, II, 4.

32L’affaire se compliquait lorsque les deux Ordres, prétendant aux mêmes immunités, se trouvaient en présence. Le cas se présenta lorsque l’Hôpital eut hérité du fief de Marqab, dans lequel le Temple avait reçu maintes donations des Mazoir. Une contestation se produisit à propos d’une terre revendiquée à la fois par le Temple et par un seigneur laïc vassal de l’Hôpital ; l’Hôpital en voulait au Temple de posséder le four public de Boulounyâs, etc.. On en vint aux mains, et il y eut des combats meurtriers entre les deux armées soit-disant destinées à faire la guerre aux seuls infidèles. Innocent III dut intervenir énergiquement pour faire arbitrer l’affaire par le patriarche d’Antioche, l’archevêque de Nazareth et l’évêque de Boulounyâs, au cas où il n’aurait pas été possible de persuader aux Templiers d’accepter le jugement de la cour de l’Hôpital. Des arrangements intervinrent pour ces points89. Mais on verra ci-après que la rivalité des deux Ordres ne fit que croître au xiiie siècle.

  • 90 Les templiers sont déjà des intermédiaires financiers entre Antioche et Chypre à la veille de la co (...)

33C’est qu’en effet il ne s’agissait plus seulement entre eux de disputes de clocher, mais de l’opposition de deux « impérialismes ». Dotés de privilèges qui les mettaient, tant à l’égard de l’Église que des princes laïcs, dans une position à nulle autre seconde, possédant des biens et des établissements à travers toute la chrétienté, les deux Ordres étaient devenus peu à peu de vastes organisations politiques et capitalistes, ayant chacune ses intérêts, ses méthodes, ses alliances propres à défendre contre la concurrence de l’autre. Ceux qui étaient à l’origine les serviteurs des pauvres, des pèlerins, étaient maintenant des puissances riches, et trop souvent avides, égoïstes, d’autant plus jalousées, voir haïes, que la fortune des séculiers et des laïcs de Syrie, Italiens mis à part, avait fondu dans les pertes territoriales90. Rien de cela n’est propre à Antioche, mais Antioche nous en fournira, sous le règne de Bohémond IV, une des plus claires illustrations.

Notes

1 G. T., p. 509 sq. ; Roz., 4 sq.

2 Qal et ‘Az., an 532. Raymond ne paraît pas, dans G. T., si hostile tout de suite à Raoul ; y aurait-il erreur de date pour 534/1139-1140 ?

3 G. T., XIV, 10, 11, 19 ; XV, 11-16 ; l’évêque de Djabala fut rencontré au cours du procès de Rome en 1144, par Otton de Freisingen (M. G., SS, XX, 966) ; d’après Michel, en 1454 (erreur pour 1451), le légat prit en Orient diverses bonnes mesures réformatrices. C’est peut-être par suite de l’affaiblissement temporaire de l’Église d’Antioche, que Raymond put, en 1140, juger un procès des moines du Saint-Sépulcre contre ceux de Saint-Paul sans intervention patriarcale, bien que les derniers l’eussent réclamée (Roz., 172). Il y a lieu de noter que le récit du patriarcat de Raoul étant fait exclusivement d’après G. T., nous n’en pouvons contrôler la valeur.

4 G. T., XV, 18 ; il a un frère à Limoges en 1150, Thomas, d’après une donation de l’évêque de Limoges, Giraud (Röhr. Reg., 80). Ce Thomas est à Antioche en 1174 (Cart. I, 325).

5 Honorius, III, 349.

6 Correspondance avec Hugo Aetherianus, Martène, Thes. Aneed., I, 479.

7 Hist. Pont. M. G., SS, XX, 540.

8 G. T., XVII, 10, Michel, an 1460.

9 G. T., XVII, 18 ; XVIII, 22 ; Kinnamos, 272.

10 Kinnamos, 273.

11 Cf. supra, p. 408.

12 Lettre de Geoffroy Foucher à Louis VII ; Bouquet, XVI, 61-62.

13 Michel, an 1481.

14 Supra, p. 424-425.

15 Cart., I, 491.

16 Acte de Saint-Jacques.

17 Anon. Rhénan., 528.

18 Rymer, 39.

19 Infra, p. 433.

20 Michel, an 1504.

21 Tractatus (AASS, juillet, IV, p. 139) suivi par Lequien, Garns et Eubel. La source do Boschius est dans Panvinus et Genebrardus, deux auteurs du xvie siècle, qui ont sans doute connu une bulle pontificale inconnue de nous.

22 Mas. Latrie, Rol., IV ; Rey, Dignitaires Rol., VIII ; Röhricht, Syria Sacra, ZDPV, X. Korolevski, Dict. Hist. Eccl. art., Antioche, expose les deux thèses sans conclure.

23 Michel, an 1504, Boustân, 589. Ce Raoul (Ranulfe) est-il le chanoine de ce nom, connu en 1184 (Cart., I, 44) ?

24 Chyprois, 15 ; Cont. D., 207-210.

25 Müller, 36, 65, 79 ; Lib. jur., 359, 432 (sur sa date, cf. supra, p. 4) ; Röhr. Reg., n° 697 ; Cart., I, 582 ; Strehlke, 23 ; lettre d’Innocent III, 31 déc 1198.

26 G. T., XVIII, 29 et XXI, 26 ; Loewenfeld, Epist. ined., 164 ; Lib. Jur., 336, cf. 308 ; Cart., I, 325 ; Annales Januenses, an 1155.

27 Supra, p. 505.

28 La tête de saint Serge à Angers (Chron. S. Sergii, éd. Marchegay, 148) ; probablement aussi les reliques de Dorat en Limousin (Kohler, Doc ined. n° 1, dans ROL, VII).

29 Une tradition lui attribue aussi un rôle à l’origine des Carmélites (AASS, mars, III, 787) ; mais il s’agit probablement de son homonyme de Jérusalem (1150-1180). Pour l’ordre espagnol, cf. p. 514.

30 Prutz, Die Geistliche Ritterorden, chap. 1.

31 Parce que d’origine toulousaine (route d’Espagne) ? La chose avait déjà été faite en Portugal (Prutz, op. cit., p. 22 sq).

32 Cart., 116.

33 Tortose probablement avant 1169 (Röhricht Reg., 462), ‘Arqa avant 1179 (ibid., 581), Çafîlhâ avant Saladin.

34 D’Albon, Cart., n° 106.

35 G. T., p. 667. En 1137, il y avait à Antioche selon Kinnamos, H 214, des « Frères », nom par lequel les auteurs orientaux désignent généralement les Templiers et les Hospitaliers.

36 Roz., 172 et 178.

37 Lettre d’André de Montbard, Bouquet, XV, 540.

38 Supra, p. 394.

39 G. Innocent III, vol. III, p. 54.

40 G. T., XXI, p. 991 ; Inn. III, 5 janv. 1199.

41 Cf. infra p. 717 et ROL, VII, cf. 151). Pour Hiçn at Tînât, I. F., trad. Jourdain, an 664/1266 ; elle n’appartenait pas aux Templiers en 1214, où Léon Ier de Cilicie l’engagea avec tout le Djazr aux Hospitaliers (Cart., II, 164).

42 Paoli, 40 et 206 ; Arch. Malte, 134 et 172 ; Inv., n° 123 et 152.

43 Acte de saint Jacques.

44 Annales T. S., AOL, II B 435 ; Inn., III, II, 687 ; Müller, 6.

45 Cart., I, 38.

46 Cf. la liste ci-après.

47 Cart., I, 266 (début 1168).

48 C’est évidemment le cas pour Levonia, Bakfela, Gaïgon, qui sont concédés en 1179 à Joscelin (Streklke, 10) ; si Rochefort = Borzeï, elle n’a pas été occupée non plus, puisqu’elle a pour gouverneur en 1188 un beau-frère marié de Sibylle (infra, p. 431) ; les chroniqueurs arabes qui notent que Baghrâs et Darbsâk appartenaient aux Templiers, lorsque Saladin s’en empara, et Marqab aux Hospitaliers, ne mentionnent rien de tel pour aucune de ses autres conquêtes de la principauté (parmi lesquelles la place qui se dissimule sous Rochefort, supra p. 160, et Bakâs-Choghr). Pour les premières donations, on considérait implicitement sans doute qu’elles étalent annulées au-delà d’un certain délai de non-occupation ou non-fortification, comme dans l’acte Cart., I, 226 et l’acte de Saint-Jacques.

49 Cart., I, 491.

50 Cart., I, 90, 91, 112.

51 Cart,, I, 226. La date de 1163 donnée par l’éditeur est impossible, puisque Baudouin est mort en 1146 et qu’il s’agit sûrement d’une donation effective (or le pays fut perdu en 1150). Raymond de Palacio qui reçoit le don est connu en 1141-1147 (Röhr., n°s 201, 204, 244).

52 Prutz, op. cit., p. 94-95.

53 Acte de Saint-Jacques dans Bullarium equestris ordinis. S. Jacobi, Madrid, 1719, p. 22-23.

54 Par exemple Cart., I, 444, don de « Barutellus et uxor sua sarracena pro redemptione animae suae et uxoris suae ».

55 Par exemple, Cart., II, 701.

56 Carl,, I, 423.

57 Cart., I, 600, Bohémond III, reçu confrère, demande à être enterré dans la maison de l’ordre.

58 Naturellement il peut s’y joindre une pensée pieuse : un don à l’église attirera les faveurs de Dieu sur l’armée. On voit un monastère, celui de Saint-Paul, faire don d’un village à l’Hôpital, valable jusqu’à la prise d’Alep... (Cart., I. 271).

59 Infra, p. 612 et 706.

60 Plutôt que d’une résistance à la féodalité ecclésiastique, puisque la cession de Baghrâs au Temple remonte au milieu du siècle.

61 Cart. I, 497, II, 71.

62 Cart., I, 446.

63 Cart., I, 370, 378, 417.

64 Cart., I, 131, 144, 224, 303, 370, 441, 514, 600, 650 ; II, 48, 136 ; 196 429, 495, 502, 594, 869.

65 Cart.’, II, 164.

66 Wilbrand, 171 ; Cart., II, 476 ; liste des Chatelains dans Ducanger-Rey Familles. Chap. Margat.

67 Par exemple, en 1204 (Cart., II, 31).

68 Le roi de Hongrie en 1218 (Cart., II, 239).

69 On connaît comme précepteurs d’Antioche : Guillaume (1151), Gibelin (1174), Roger de Larent (1183 ? 1186), Albert (1191), Pierre (1203), Albert (1214), Josserand (1216), et comme précepteur de Lattakié : Alexandre (1183) ; un trésorier d’Antioche figure en 1209. La préceptorie de Lattakié n’existait pas encore en 1151, un don dans cette ville fut reçu par le percepteur d’Antioche (Cart., I, 154, 315, 436, 440, 446, 491, 570 ; II, 165, 190, 112, Röhr. Reg. N° 729 a).

70 On connaît comme titulaire Gilbert de Lascy (1162), Irmengaud (1198), N. de Raiace (1203), Guillaume de Montferrat (1237), Ferrand l’Espagnol (1249) ; ajouter un prieur (Matthieu Paris, III, 404 ; Innocent III, II, 687 ; ROL VII, 166 ; Belgrano, documenti inediti, Genova 1859, p. 61 ; Mém. Soc. Ant. Picardie, 1894, p. 367 ; Arch. Malte, 112 ; Honorius, III, 506 ; Müller, 6).

71 Cart., I, 144 ; renouvelé par Bohémond III, en 1163 (Cart., I, 224). En 1186, à la suite d’abus, il précise que le privilège n’est valable que pour les biens propres des sujets de l’ordre, non pour les transferts effectués par leurs sujets pour des tiers (Cart., I, 491).

72 Cart., I, 226.

73 Cart., I, 491. Il s’agit pour le dernier point d’un privilège courant des églises.

74 C’est du moins le cas exposé dans Curzon, La règle..., N° 554.

75 Prutz, op. cit., 144-148.

76 Ibid., p. 154 sq.

77 Ibid,, p. 224-227, cf. 206-207.

78 Ibid., p. 196 sq.

79 Ibid., p. 200.

80 Ibid., 176 sq., 211 sq.

81 A Tricaria près Çahyoûn, d’après une sentence d’Aimery assisté d’un légat en 1174 (Cart., I, 325), sans doute de môme à l’église Saint-Théodore d’Antioche (Cart., I, 574), à celle de Tell-Bâchir (Cart., I, 89).

82 Abbayes du Mont-Parlier (Cart., I, 491) et de Sainte-Marie-du-Fer (ibid.). Il semble bien que Saint-Georges (du Râs al-Khanzîr) ait été rattachée au patriarcat, ou que plus tard, comme cistercienne, elle ait été absolument autonome (cf. infra, p. 609).

83 Cart., I, 510.

84 Cart., I, 595.

85 Cart., L., 631 (1197).

86 Cart., II, 169.

87 Cart., I, 446 (bulle d’Honorius, III, 1225).

88 Paoli, 40 (1163) ; Arch. Malte, 112 (1169) ; Invent., N° 146 (bulle de Lucius, III, 1182).

89 Cart., I, 666, II, 4.

90 Les templiers sont déjà des intermédiaires financiers entre Antioche et Chypre à la veille de la conquête franque de l’île (supra, p. 425).

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable