Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le quartier de Sanayeh à Beyrouth

 | 
Pascale Féghali

Chapitre I : Sanayeh au fil du temps

Texte intégral

Naissance d’un quartier

1Le quartier de Sanayeh est né d’un plan délibéré visant à valoriser la modernité au sein de l’Empire ottoman par la création d’un nouveau pôle urbain. Au fil des années, son rôle et ses fonctions ont été redéfinis en fonction de son environnement. Sa position centrale ou périphérique par rapport à l’extension de Beyrouth a varié en fonction d’un ensemble en constante mutation.

  • 1 Le sultan Abdülhamid II régna sur l’Empire ottoman de 1876 à 1909 (durant 33 ans) ; sa destitution (...)
  • 2 Voir Hanssen 2001, p. 254.
  • 3 Khalil Pacha occupa cette fonction de 1903 à 1908.
  • 4 Voir al-Wali 1993, p. 213.

2Le quartier de Sanayeh a été conçu à partir de la fin du XIXe siècle, sous l’Empire ottoman. À cette époque, la modernisation de l’Empire était déjà en cours et ses provinces en ont bénéficié. La municipalité de Beyrouth fit naître un nouveau pôle urbain dans l’ancien faubourg de Mazraat Yammin. À l’origine, le quartier de Sanayeh s’articula autour d’une école des arts et métiers et d’un hôpital qui lui était contigu. Autour de ce complexe, des terres furent cultivées et des palmiers plantés. Le projet vit le jour sous le règne du sultan Abdülhamid II 1, d’où l’appellation première des bâtiments : école hamidienne, hôpital hamidien. Le quartier fut connu sous le nom de « Sanayeh », qui veut dire « métiers » par référence à l’École des arts et métiers. L’objectif de l’École des métiers, destinée en priorité aux musulmans, était de se démarquer des écoles traditionnelles musulmanes ou madrasa, mais aussi de lutter contre l’influence croissante des écoles missionnaires européennes et américaines, lesquelles se développaient dans les quartiers environnants, essentiellement à Zokak el Blat 2. Des enfants pauvres pouvaient avoir accès à l’enseignement. Des enseignants français furent sollicités afin de ne pas cloisonner l’école et de l’ouvrir à différentes confessions, avec l’idée de mettre ce savoir-faire au service des industries. Ce fut le plus grand projet de développement urbain de la période hamidienne dans la capitale provinciale de Beyrouth. Ahmad Abbas fut l’initiateur et le directeur de l’école. Les bâtiments de l’Hôpital et de l’École des Métiers al-Hamidiyé furent inaugurés en grande pompe le 19 août 1907 par le Wali Khalil Pacha 3, gouverneur de Beyrouth, à l’occasion de l’anniversaire du sultan Abdülhamid II, en présence des consuls étrangers et des notables de la ville. La photographie officielle, qui regroupait les dignitaires civils et militaires de Beyrouth, fut envoyée au Sultan en signe de loyauté. Déjà en août 1905 4, la première pierre de l’école et de l’hôpital avait été posée ; le jardin public attenant fut aménagé plus tard. 

  • 5 Voir Lamartine (de)1875, p. 178.
  • 6 « Au début de la domination ottomane, Beyrouth fut rattachée à Damas, sous le contrôle d’une famill (...)

3Le jardin, l’hôpital et l’école furent célébrés comme un triomphe de l’homme sur la nature. L’emplacement de la future école fut désigné après approbation du Sultan. Des dunes de sable couvraient le reste du site. Dans Notes d’un voyageur 5, A. de Lamartine avait ainsi décrit la zone en relation avec la côte : « […] la côte de Bayruth était basse ; c’était une continuité de petites langues de terre tapissées de verdure, et garanties seulement du flot par une ligne de rochers et d’écueils couverts pour la plupart de ruines antiques. Plus loin, des collines de sable rouge comme celui des déserts d’Égypte s’avancent comme un cap, et servent de reconnaissance aux marins ; au sommet de ce cap, on voit les larges cimes en parasol d’une forêt de pins d’Italie ; […] ». Les dunes de sable avaient menacé la ville de Beyrouth durant des siècles. Depuis le temps de l’Émir Fakhreddine II 6, plusieurs tentatives de plantation d’arbres avaient eu lieu périodiquement afin de protéger les collines des tempêtes de sable.

  • 7 Joummeizat signifie un figuier sycomore et Naaman est un nom de famille : le figuier sycomore des N (...)
  • 8 La ferme de la famille Yammin. Voir Davie May, 2001, p. 60.
  • 9 Idem, p. 60.
  • 10 Voir Debbas 1986, p. 139.

4Sanayeh a été donc construit sur le plateau de Ramlat el Zarif, ce qui constituait un exploit en soi car il fallait contrôler les dunes de sable. Il était situé hors les murs, à l’ouest de la vieille ville de Beyrouth, dans un lieu appelé anciennement le quartier de Joummeizat el Naaman 7. Selon une autre source, le nouveau pôle urbain de Sanayeh fut construit dans le quartier de Mazraat Yammin 8. Sanayeh « comprenait un complexe de services urbains composé de l’École des arts et métiers, d’un jardin public attenant, d’un hôpital municipal, d’une prison et d’un karakol (station de police), le tout étant desservi par un nouvel axe structurant, formant la rue Qantari et les prémisses de la rue Hamra. » 9. Sur la carte postale montrant l’inauguration de l’École des arts et métiers, le jardin ne figure pas, de même que sur la carte postale panoramique portant la légende « Le nouveau quartier des sables ». On peut donc penser que le jardin n’était pas encore aménagé au moment de l’inauguration de l’école. « En face, le wali fit aménager, à partir de 1907, un jardin public et y fit planter beaucoup de saules pleureurs autour d’un bassin central. Heureuse initiative : ce quartier qui n’était que sables, possède un carré de verdure ouvert au public, le seul de la capitale. » 10. D’abord appelé le jardin public Hamidi, il fut connu plus tard sous le nom de jardin des Arts et Métiers ou jardin de Sanayeh.

  • 11 Voir al-Wali 1993.
  • 12 Voir Fakhoury 2003, p. 241-242.

5Selon Taha al Wali 11, le projet comprenait une école, un hôpital, un jardin et une mosquée afin que les élèves puissent effectuer leurs prières quotidiennes ; l’emplacement de cette dernière est aujourd’hui occupé par la Maison de la Radio. Abdellatif M. Fakhoury 12 mentionne que la première pierre de la mosquée fut posée en juin 1907, l’école ayant été inaugurée aux alentours de cette date.

  • 13 Voir Kassir 2003, p. 178.
  • 14 Idem, p. 170-171.

6Ce nouveau pôle urbain prenait place dans le cadre d’une politique d’extension de la vieille ville et de décentralisation des institutions publiques : le complexe de Sanayeh « accentuait la poussée vers l’ouest de l’agglomération, aimantée plus au nord par les hôtels surgis le long de la baie Minet al-Hosn et le campus du Syrian Protestant College sur la retombée de Ras-Beyrouth. » 13. À cette époque, l’influence du modèle haussmannien 14 et des aménagements urbains de l’Europe gagnait du terrain dans l’Empire ottoman, essentiellement au niveau de l’organisation des espaces publics, des tracés des rues, etc. La municipalité de Beyrouth le mettait en application une fois de plus dans la planification urbaine de Sanayeh.

7L’école hamidienne se développa autour de l’idée d’une école ou d’un complexe industriel mettant en avant le savoir-faire pratique, artisanal et artistique de la formation. Cependant cette école n’était pas la première école des arts et métiers de Beyrouth.

8En 1875, la Jami’yyat al Funun ou Association des Arts, fondée par les oulémas de la ville, insista sur les arts appliqués et les métiers artisanaux, créant une institution à mi-chemin entre la traditionnelle madrasa - ou école basée sur la transmission de la religion musulmane - et les écoles créées par des missionnaires étrangers.

  • 15 Gouverneur de Syrie (1878-1880). Voir al-Wali 1993, p. 212.
  • 16 Voir Debbas 1986, p. 139.
  • 17 Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, p. 59.
  • 18 Voir al-Wali 1993, p. 212.

9De plus, le gouverneur Midhat Pacha15 avait fondé une école des arts et métiers ainsi qu’une école pour les orphelins dans ce qui fut le vieux Beyrouth, cerné par la muraille. On ne parla plus de cette école après la mort de son fondateur, en 1883. D’ailleurs l’ancienne rue des Arts et métiers 16, actuellement rue de France, était située à l’intérieur de l’enceinte de la vieille ville. Une école privée des arts et métiers vit le jour en 1892, à l’initiative de deux personnes, Daouk et Ardati 17. Les jésuites s’intéressèrent également à cette formation, réservant, aux côtés de l’enseignement de disciplines plus prestigieuses comme la médecine, une place à une formation aux arts et métiers, destinée aux jeunes dont les ressources étaient limitées et qui voulaient entreprendre gratuitement une formation technique. L’intérêt pour les métiers techniques n’était donc pas nouveau. Le projet de la construction d’un complexe lié aux arts et métiers avait fait son chemin au sein de l’Empire ottoman. La décision de sa fondation remontait à 1898 18, mais sa réalisation ne débuta qu’en 1905. Par cet acte, le sultan souhaitait procéder au développement de Beyrouth, de son industrie et de son commerce.

  • 19 Voir Kassir 2003, p. 140.

10Par ailleurs, la vieille ville de Beyrouth, cernée par une muraille, commençait à être trop exiguë par rapport à la densité de ses habitants. Déjà, durant la décennie précédant 1831, des résidences avaient été construites en dehors du vieux mur, ce qui signifie que ces nouveaux lieux d’habitation bénéficiaient d’un minimum de sécurité. « A la fin des années 40, les consulats avaient exercé un effet d’entraînement en s’installant sur la butte Qantari, autour de Zoqaq el Blat. L’exemple fut suivi par des autochtones aisés, notables et commerçants à la fois musulmans et chrétiens, qui fuyaient la densité de la ville. » 19. Ce mouvement s’intensifia au fil des années et, lorsque les nouveaux quartiers situés dans les faubourgs commencèrent à être mieux desservis, la vieille ville perdit sa fonction résidentielle. La bourgeoisie locale façonna ainsi l’extension de la ville, en fonction de ses aspirations. La loi de 1867, permettant d’acquérir des propriétés privées à l’intérieur de l’Empire ottoman, favorisa le développement de la ceinture urbaine extra-muros.

  • 20 La période égyptienne s’étend de 1831 à 1840. Le gouverneur d’Égypte Mohammad Ali avait envoyé son (...)
  • 21 Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, p. 118.
  • 22 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 61.
  • 23 Voir Hanssen 2001, p. 122.
  • 24 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 9.

11De nouveaux axes voyaient le jour, progressivement connectés entre eux en fonction de l’évolution des réseaux routiers. La première rue pavée située en dehors du mur de Beyrouth fut Zokak el Blat ; elle bénéficia de travaux d’infrastructure durant la période égyptienne 20, permettant l’accès aux jardins extérieurs de la ville. Plus tard, durant les années 1880, une source ottomane évoque que la première route inaugurée durant cette époque, se situait dans le quartier de Ras Beyrouth, sous l’impulsion de Midhat Pacha, vali de Syrie (1878-1880). Deux rues existaient déjà, allant de Raml (qui sera Sanayeh par la suite) à Ras Beyrouth 21 ; leur construction débuta en 1894. La rue Spears était également considérée comme l’une des plus anciennes rues reliant la vieille ville aux quartiers ouest 22. Le tramway facilita l’accès au nouveau pôle urbain de Sanayeh. Il fut construit à partir de 1907 et mis en circulation en 1909, d’où le développement de lieux de résidence éloignés du port et du vieux centre de Beyrouth. Les anciens Beyrouthins l’assimilèrent à Satan, l’appelant « les roues de Satan », à cause des incidents qui s’y produisaient : vols, attaques et autres problèmes auxquels les passagers pouvaient être confrontés 23. Le développement routier permit la connexion entre les quartiers. La dynamique d’expansion de la ville se reflétait aussi à travers le déplacement des cimetières et des maisons closes en dehors de la vieille ville. À partir de la moitié du XIXe siècle, le centre de la ville se déplaçait en fonction des mutations survenant dans les faubourgs. Vers la fin des années 1870 et le début des années 1880, le nombre des constructions extra-muros augmenta considérablement. Durant la période comprise entre 1880 et 1900, des aménagements furent entrepris pour créer plusieurs centres urbains 24 : c’est le cas du Maydan el bourj (l’actuelle place des Martyrs) comprenant un nouveau sérail et un jardin public, mais aussi d’espaces publics de loisirs comme la promenade du phare ou la forêt de pins.

  • 25 Voir Hanssen, in Gebhardt et alii 2005, p. 156.

12Le complexe de Sanayeh a bénéficié d’un mouvement en faveur du développement de l’éducation, essentiellement à partir de Zokak el Blat. Une fois construit, Sanayeh insuffla ce même dynamisme à d’autres quartiers environnants. En effet à Zokak el Blat, plusieurs initiatives virent le jour avant l’existence de l’école des arts et métiers ; des écoles musulmanes se développèrent à côté des écoles missionnaires chrétiennes. Ce fut le cas de l’Association des Maqasid (1878), de l’école al Sultaniyya (1883), et de l’école al ’uthmaniyya (1895). D’autres institutions s’installèrent dans les environs de Sanayeh : à Moussaitbé au sud ; à Bachoura à l’est où, à côté du cimetière du Vali, des instituts liés à l’ordre de Saint-George et à l’église du pays de Galles virent le jour ; à Ramlet el Zarif à l’ouest et à Wadi Abou Jamil au nord. L’extension de la politique hamidienne d’éducation de masse avait pour but d’inculquer aux citoyens l’idée de loyauté envers l’État et d’une modernité morale fondées sur des référents culturels islamiques 25.

13Concernant les loisirs, la place Assour, au nord-est de Sanayeh, représentait un lieu de rencontre local pour les ouvriers. Les cafés et les espaces publics se développaient entre Bachoura, Zokak el Blat et Basta. Le 1er septembre 1900, une fontaine en marbre fut inaugurée en grande pompe au milieu de la place Assour, elle fut transférée en 1957 dans le jardin public de Sanayeh, car la place devait accueillir la statue de Riad el Solh, l’ancien Premier ministre du Liban qui avait été assassiné en 1951.

  • 26 Voir Kassir 2003, p. 179.

14L’architecture du complexe eut un effet sur le développement du quartier dans les années qui suivirent. Des routes furent tracées autour de l’école. Des jardins privés, rattachés à des habitations occupées par des familles maronites, se multiplièrent. Le développement urbain fut complété par la construction de deux mosquées, l’une à Qantari, l’autre à Al-Ramel, entre 1900 et 1908. Sanayeh devint un quartier urbain. La modernité se manifestait par une nouvelle pratique de la citadinité : la fonction résidentielle des quartiers centraux s’affaiblit et les espaces publics se multiplièrent autour de la vieille ville 26. L’urbanisation résidentielle gagna les quartiers de Zarif et Sanayeh lorsque la bourgeoisie, rattrapée par les travailleurs du centre-ville, commença à s’éloigner de Zokak el Blat, vers l’ouest.

  • 27 140 garçons de conditions modestes furent circoncis publiquement. Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, (...)
  • 28 Idem, p. 168.

15Le jardin de Sanayeh est souvent mentionné comme étant l’un des rares jardins de la ville, voire le seul. Or, si l’on regarde de plus près, on remarque que le jardin Hamidiye, construit au centre-ville de Beyrouth, sur la place des Canons, fut inauguré en 1884. Il est vrai que, lors de son inauguration, une taxe fut perçue afin d’en limiter l’accès à la classe aisée de la ville, mais plus tard, il fut ouvert à toutes les couches sociales. En 1895, une cérémonie de circoncision publique fut organisée dans ce même jardin 27. De plus, la forêt de pins appelée aussi par les Beyrouthins « Horch Beyrouth » était en vogue. Elle était notamment fréquentée par les habitants de Mazraa, Basta et Moussaitbé. On y célébrait les fêtes traditionnelles, essentiellement la fête de la rupture du jeûne (aïd al-fitr) et la fête du sacrifice d’Abraham (aïd al-adha) ; les enfants, en habits de fête, y jouaient aux balançoires et aux courses d’ânes. À l’intérieur de la forêt de pins, un champ de tir permettait aux lanceurs de javelot d’exercer leur activité. En 1893, un champ de course y fut construit et en 1900 une mosquée. Un hippodrome ainsi qu’un club privé réservé à une classe aisée, furent aussi construits à l’intérieur de la forêt. De plus, il existait « un kiosque de musique où la fanfare militaire se produisait toutes les semaines. » 28.

  • 29 Voir Kassir 2003, p. 86.

16Ouvertes au début des années 1980, les archives d’Istanbul permirent une réévaluation de l’héritage impérial ottoman 29.

  • 30 Voir Kassir, 2003, p. 118.

17Qualifié de période hamidienne, le règne d’Abdülhamid II coincida avec l’époque de l’âge d’or de Beyrouth qui fut promue, durant 26 ans (entre 1888 et 1914), au rang de capitale provinciale au sein de l’Empire ottoman. Cette consécration de la ville était une conséquence du boom économique et de l’insistance de ses notables à vouloir se détacher de la province de Syrie. Une demande fut ainsi présentée au sultan, en 1865. Le Sultan Abdülhamid II acquiesça en 1888. Cette date marque un tournant dans l’histoire de Beyrouth, qui fut élevée du rang de petite ville maritime à celui de capitale provinciale, wilayat Beyrouth, concentrant ainsi des fonctions importantes pour la région. C’est à Beyrouth que se prirent alors les décisions concernant les villes de Tripoli, Lattakieh, Acra, Haifa et Naplouse, villes situées aujourd’hui dans quatre pays du Moyen-Orient : Liban, Syrie, Palestine et Israël. Beyrouth devenait le centre du pouvoir d’un ensemble s’étendant sur plus de 300 000 kms² 30.

  • 31 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 8.
  • 32 Voir Hanssen 2001, p. 28.

18Autour de 1885-1896, Beyrouth comptait entre 100 000 et 120 000 habitants. Le premier plan de démolition du vieux centre-ville, établi entre 1892 et 1894, provoqua des protestations parmi les habitants. La reconstruction fut entamée à partir de 1896. L’amélioration des conditions de vie dans les provinces était au cœur des préoccupations de l’Empire ottoman depuis l’époque des réformes appelées Tanzimat, introduites en 1839 et poursuivies en 1856. « Les réformes connues sous le nom de Tanzimat vont provoquer une mutation profonde des modes de production et de contrôle de l’espace urbain, ainsi que du rôle de l’Etat dans l’ensemble de l’Empire ottoman. » 31. La période hamidienne s’accompagnait aussi d’une aspiration vers la modernité. Les bâtiments de l’époque jouaient un rôle prépondérant dans la conception de la représentation et de l’image de la ville. Ils étaient l’un des signes du pouvoir de l’État. La modernité de l’empire se manifestait à travers la grandeur des bâtiments 32.

  • 33 Idem, p. 240.
  • 34 Sultan Abdul Hamid II, Mémoires de Tahsine Pasha, chef des secrétaires du Diwan. Voir Agha Kassab e (...)

19La représentation de l’architecture urbaine devenant une priorité, le Sultan constitua des archives photographiques dans un but documentaire. Il apprit également à se servir lui-même d’appareils photographiques. La représentation photographique constituait l’un des moyens de contrôle et de légitimation du pouvoir 33. « Toute photographie porteuse d’une idée et d’une seule, nous dispense d’un article d’une centaine de pages, tant elle est pleine de sens politique et de présence concrète. C’est pourquoi je tire meilleur profit des photos que des explications lourdes et précieuses des récits écrits. » 34. Les plans touristiques se développèrent. Ils ne représentaient pas une simple reproduction de la réalité, mais portaient en eux la marque de la vision de leurs commanditaires, confirmant l’idée de projection dans l’avenir d’une ville en cours de transformation. Les cartes postales également prenaient de l’essor. Elles servaient d’outil pour s’adresser à la masse, lui proposant une vision de la ville à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire. Elles constituaient une empreinte de l’idéal d’une ville moderne. Ainsi l’industrie photographique se développait, proposant des images de la mer, du soleil, des bâtiments publics, des jardins, des écoles et des hôtels. Tout ce matériel servait à représenter une cité en devenir.

  • 35 Hanssen 2005b, p. 209.

20Durant le règne de Abdülhamid II, les notions de surveillance et de moralité publique étaient mises au premier plan. Les concepts de marginalité, de risque, de danger et de vices étaient définis par l’élite politique. La marginalité était perçue comme un obstacle au développement de la ville. Les figures urbaines tragiques représentaient un thème récurrent traité par les journaux locaux. Le système de contrôle était effectif comme le montre le recours à la peine capitale. Une exécution publique eut lieu le 9 juin 1909, la première depuis 25 ans à Beyrouth 35.

21Les lois ottomanes étaient régulièrement adaptées aux conditions locales, les frontières du permis étant constamment transgressées. Les qabadays ou fiers-à-bras de Beyrouth semaient la terreur dans certains quartiers. Les stations de police proliféraient et leur action se faisait sentir au niveau des lieux de loisirs.

22La plupart des quartiers avaient un responsable, appelé mukhtar. La diversité des communautés religieuses se vivait au quotidien : les chrétiens chômaient le dimanche alors que les musulmans cessaient de travailler le vendredi. A partir de 1856, un décret impérial permit aux chrétiens de célébrer leurs fêtes en public.

  • 36 Voir Kassir 2003, p. 280.
  • 37 Voir Kassir, 2003, p. 281.

23Les fêtes de Chaaban et le mois de Ramadan se vivaient la nuit. Après la rupture du jeûne, les musulmans se retrouvaient en famille ou dans les cafés. Les journées se passaient à attendre et à préparer les activités nocturnes. Le tambourinaire réveillait la ville pour le dernier repas et la prière de l’aube. En réalité, la vie à l’intérieur des quartiers se développait en marge des grands axes définis par l’Empire. « Exemplaire de cette culture de la violence, et de son investissement dans les rapports de force entre communautés, était le prestige qui entourait les qabadays, un phénomène qui semble s’être développé à ce stade de l’expansion de la cité. » 36. Mélange de malfrats et de défenseurs de la veuve et de l’orphelin, pour autant qu’ils fussent de la même communauté qu’eux, ces fiers-à-bras (qabadays) possédaient avec leurs bandes un pouvoir de fait sur la rue. « En marquant leur territoire […] les qabadays consacraient le cloisonnement communautaire des quartiers […] dans un système clientéliste dont les ressorts étaient contrôlés soit directement par le pouvoir ottoman soit indirectement par les notables. Patron de la rue, le qabaday était le plus souvent le relais... ou le client d’un za’îm, patron nobiliaire qui pouvait faire jouer les protections politiques en cas de besoin. » 37. La mixité religieuse était donc toute relative.

  • 38 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 9.
  • 39 Voir Hanssen 2001, p. 165.

24Le contrôle de la province durant la période hamidienne ne pouvait se faire sans la participation de la municipalité de Beyrouth. La législation impériale régissait les multiples aspects de la vie publique à Beyrouth par le biais de la municipalité. En 1863, Beyrouth se dota d’un conseil municipal « chargé d’assurer la régulation des services urbains et de mettre en œuvre les travaux d’embellissement de la ville. » 38. Les premières élections municipales eurent lieu en 1866 39. Des bureaucrates rattachés à la municipalité émergeaient, dotés d’un nouveau statut social. De même, une élite littéraire se développait.

25Les massacres inter‑communautaires lors des affrontements entre Druzes et Maronites au Mont‑Liban en 1860, suscitèrent un afflux de réfugiés vers Beyrouth. Ces réfugiés arrivaient soit de la montagne libanaise soit de Damas (où la crise confessionnelle du Mont-Liban provoqua des massacres en juillet 1860).

  • 40 Voir Davie 2001, p. 37.
  • 41 Voir Kassir 2003, p. 105.
  • 42 Idem, p. 275.

26Le ministre ottoman des Affaires étrangères, et homme des Réformes, Fouad Pacha, fut « dépêché à Beyrouth pour pacifier la Syrie suite à la guerre civile » 40. Le Mont‑Liban fut érigé en Moutasssarrifiyya (province autonome) et Beyrouth devint une municipalité. La France était intervenue, diplomatiquement et militairement, pour protéger les chrétiens du Mont-Liban effectuant une percée dans l’Empire ottoman 41. « L’une des conséquences les plus importantes des événements de 1860 fut d’accélérer le changement de la répartition confessionnelle de la population. » 42.

27De 1858 à 1860, les réfugiés maronites s’installèrent dans ce qui fut la « jeune ceinture maronite » entre Bab Idriss et Zokak el Blat, à l’est et au sud-est des dunes de sable ; les banlieues de Beyrouth se transformèrent en quartiers urbains.

  • 43 Voir Hourani 1983 2nd edition, [1962].

28L’image de Beyrouth fut construite parallèlement par les ottomans et les Européens mais le mouvement littéraire local, la « Nahda » ou Renaissance, l’influença également. Ce dernier se développa à partir des années 1840 dans un contexte global de renouveau. Des hommes de lettres et des journalistes alertèrent les citoyens et les impliquèrent dans la formation de la ville, donnant naissance à ce qu’on pourrait appeler une opinion publique. L’influence des idées de la Nahda ne se limita pas à la question de l’urbanisme. Ses intellectuels promurent également la construction d’écoles. Le rôle de la presse 43 fut primordial dans la diffusion de leurs idées et leur influence sur l’opinion publique.

Du Mandat français à la fin de la guerre civile

29Du temps de l’Empire ottoman, les Européens s’immiscèrent de plus en plus dans les affaires de Beyrouth grâce à leurs investissements économiques et humains, que ce soit au niveau de l’infrastructure (transport, communication et services publics), ou de l’éducation, par le biais des cercles jésuites et protestants qui s’adressaient essentiellement aux communautés chrétiennes.

30En 1920, Beyrouth fut proclamée capitale du Grand-Liban et siège de l’administration centrale des États du Levant sous mandat français : le Mont-Liban, le Sud-Liban (Jabal ’Amel) et la Békaa lui furent annexés, ce qui explique l’arrivée des chiites à Beyrouth à partir de ce moment-là. Le déplacement des ruraux s’accentua avec la destruction d’une source économique vitale, l’industrie de la soie, en raison de l’importation sur le marché européen des soies venues d’Asie.

  • 44 Voir Kassir 2003, p. 122.
  • 45 Voir Kassir 2003, p. 357.

31Durant les années du mandat français, le marché immobilier se développa considérablement à Sanayeh, bénéficiant de l’extension des quartiers à l’ouest de la vieille ville : « Dans la partie nord-est, le secteur cossu de Qantari s’étendait vers le nouveau quartier des Arts et Métiers ou Sanayeh, tout en touchant l’ancien village d’Ayn al-Mraysseh, mis en valeur par l’Université américaine. » 44. « La mixité prévalait également dans des proportions variables, à Bachoura, Ras el Naba’, Qantari, Sanayeh, Minet al-Hosn et Ras Beyrouth. On trouvait même, ici ou là, une présence maronite notoire. » 45. Avec l’importante migration rurale, des regroupements en fonction de l’origine s’effectuèrent. Des valeurs rurales apparurent au sein de la ville, imposant une vision du monde et des pratiques sociales différentes.

32Parmi les migrants, les Arméniens arrivèrent en masse à partir de 1915-1918, à la suite des massacres et des persécutions survenus en Turquie. Ils vinrent avec leurs institutions et leurs élites, s’installant dans les environs de Sanayeh, à Zokak el Blat. Ensuite, durant les années 1920, des Kurdes, venant les uns d’Anatolie, les autres de Syrie et d’Irak (Tour Abdin et Mhallami), s’installèrent à Zokak el Blat, Zarif et jusqu’aux confins de Sanayeh. Sur le plan religieux, les Kurdes sont pour la plupart musulmans sunnites. Les Palestiniens arrivèrent plus tard, en plusieurs vagues, à partir de 1948. Ils s’installèrent à Ras Beyrouth et participèrent à son développement.

  • 46 Hamra se situe au nord-ouest de Sanayeh.
  • 47 Voir Davie 2001, p. 109.
  • 48 Voir Khalaf et Kongstad 1973, p. 33.
  • 49 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 4.

33Les diverses migrations expliquent en partie le fait que Beyrouth soit une mosaïque de différentes communautés urbaines ; les nouveaux venus se regroupaient en fonction de leur appartenance communautaire ou religieuse. A la fin des années 1940, Hamra 46 commença à attirer de nombreux Palestiniens. Durant les années 1950 très peu de bâtiments publics furent construits. Toutefois, on assista au début du développement de la rue Hamra : une percée apparut reliant Qantari à Hamra, coupant à travers le complexe administratif de Sanayeh : « […] un quartier moderne, Hamra s’est construit dans le prolongement du pôle administratif ottoman de Sanayeh […] un espace central remplaçant les espaces publics en déclin du Centre ville. » 47. Petit à petit, le secteur de Hamra prit de l’essor. Durant les années 1960, il devint un quartier central, faisant contrepoids au centre ville dont les fonctions devenaient limitées. Les établissements commerciaux se développèrent à Hamra : cafés, cinéma, restaurants 48. Cette expansion était visible au niveau architectural : les immeubles se propagèrent à la verticale. La situation de Beyrouth, entre mer et montagne, limite les possibilités d’extension de la ville. Cette exiguïté du territoire entraîne une croissance verticale du noyau urbain 49 lorsqu’il y a une concentration dans un secteur donné. De plus, un vent de modernité soufflait sur Beyrouth, dont témoignait l’architecture verticale. Sanayeh bénéficia de l’expansion de Hamra, essentiellement dans sa partie nord-ouest, au niveau de la rue Émile Eddé. Des bâtiments d’une grande modernité architecturale furent édifiés au cours de cette période, tels que la Banque Centrale en 1962, l’immeuble de la radio. Cependant cette expansion fut contenue car Sanayeh abritait des institutions étatiques qui limitaient la dynamique du développement de Hamra. Ce dernier devint un centre urbain, porté par une classe moyenne, une mixité communautaire et une élite intellectuelle. La proximité de Ras Beyrouth, secteur qui se développa autour de l’Université américaine, alimenta la vie intellectuelle de Hamra.

34Durant cette même période, le projet de construction de l’avenue Fouad Chéhab, liant l’est à l’ouest de Beyrouth, devait permettre de connecter l’Achrafieh résidentiel et le Hamra commercial ; la réalisation de ce projet ne vit le jour qu’au début des années 1970.

  • 50 Il s’agit de la première manifestation de la division de la ville en deux secteurs, la rue de Damas (...)

35Les migrations des villageois vers la capitale se poursuivaient, changeant le profil de la ville entre 1960 et 1975. Le départ de la bourgeoisie chrétienne de la partie ouest de la ville s’intensifia à partir des années 1960, à la suite des événements de 1958. La guerre civile de 1958 50 vit la confrontation entre les partisans chrétiens du président Camille Chamoun et ceux sunnites mais aussi druzes du Premier ministre Saëb Salam ; elle fut un signe prémonitoire de l’éclatement de la ville en 1975.

36En 1970, les règlements urbains qui permettaient de limiter la hauteur des immeubles furent supprimés. En 1971, on vit apparaître les premières tours, par exemple la tour Murr dans le prolongement de la rue Spears.

  • 51 Voir Nasr, Chevallier (dir.) 1979, p. 147.

37En 1975, près de la moitié des résidents du Liban vivaient à Beyrouth 51. Le centre ville fut touché dès le début de la guerre civile, qui commença en 1975 et se termina en 1990. À deux reprises, en 1977 et en 1982-1983, des trêves dans les combats laissèrent espérer un retour à la paix civile.

  • 52 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil, 2001, p. 43.

38La destruction du centre-ville accentua la démarcation entre les communautés : « Une nouvelle géographie urbaine prend alors forme en tournant le dos à ce vide central. De part et d’autre, la ville se réorganise en fonction d’une logique confessionnelle. Sur leurs territoires, les milices supplantent progressivement l’État et en assument les principales fonctions. » 52. Les qabadays des quartiers ont vu, durant la guerre, leur rôle fortement affaibli face à l’avènement des milices qui contrôlaient leurs quartiers. 

  • 53 Voir Tabet 1986, p. 44.
  • 54 Idem, p. 45.
  • 55 Idem, p. 47.
  • 56 Voir Naba’a 1986, p. 54.

39Jade Tabet 53 parle de la ville avec son « code d’utilisation avec ses pleins et ses vides ». « […] l’espace se cloisonne, s’introvertit, les quartiers se referment sur leurs habitants, créent leurs propres milices armées qui établissent par la violence les limites de leur territoire 54 “ […] sur un même lieu, dans le même temps, des fissures profondes semblent séparer les temporalités vécues, introduisant la dissimultanéité au cœur même de la ville. La ville devient la somme des absences que chacun de ses secteurs vit et exprime à sa façon. ” » 55. Un semblant de continuité de la guerre, même durant les moments de répit, était instauré par les rumeurs. Elles « relatent la guerre. Elles lui fournissent entre deux conflagrations l’attribution de la continuité. Elles sont “ une continuation de la guerre ” » 56.

  • 57 Voir Hillenkamp, in Gebhardt et alii 2005, p. 231.

40L’invasion israélienne de 1982 a précipité le départ de la majeure partie des combattants palestiniens de Beyrouth. Les sunnites virent leur influence décliner car leurs quartiers étaient contrôlés par les Palestiniens ; ils se retrouvèrent marginalisés après la prise de contrôle de Beyrouth ouest par les milices chiites, essentiellement à la suite du soulèvement de 1984 appelé l’intifida chiite 57. Les milices chiites contrôlaient désormais aussi les quartiers sunnites de Beyrouth ouest dont Sanayeh. Suite à l’accord de Taëf en 1989, et après un dernier épisode sanglant qui dura jusqu’à l’automne 1990, la paix civile s’installa à Beyrouth : la dynamique de la reconstruction put s’engager.

  • 58 Voir Charara, Beyhum (dir.), 1991, p. 249.

41Durant la guerre, les milices procédèrent à l’homogénéisation progressive de chacun des secteurs est et ouest, en expulsant les populations indésirables. Est et ouest s’organisèrent en zones économiques quasi autonomes. « La ville, Beyrouth, qui commençait à sortir de son cantonnement communautaire par la constitution de larges couches salariées moyennes et par une floraison de professions libérales, entre autres, dut se rabattre sur des territorialités de plus en plus exiguës et pauvres (en facteurs de liaisons). » 58. Le quartier constituait une unité de vie à l’intérieur de laquelle tout devait être assuré. Certaines pratiques pouvaient cependant échapper à cette logique : en témoignait l’enterrement des morts lorsque le cimetière ne se trouvait pas à proximité.

42Le cas d’Ibrahim Tarraf, pendu en 1983 dans le jardin de Sanayeh, a permis la création d’une mémoire collective liée au quartier de Sanayeh, malgré la nouvelle territorialisation communautaire imposée par la guerre.

  • 59 Comme dans les romans d’Élias Khoury.
  • 60 Voir Salame 1994, p. 30.
  • 61 Extrait d’un article paru dans le journal L’Orient- Le Jour, le 9 décembre 1979.

43Ibrahim Tarraf, étudiant en droit à l’Université libanaise avait loué une chambre chez Mme Bahout, depuis 1976. L’appartement de Mme Bahout était situé en face du jardin de Sanayeh. Le 2 décembre 1979, celle-ci est retrouvée morte ainsi que son fils, Marcel, tous deux coupés en morceaux. Les différentes parties des deux corps ont été retrouvées dans divers lieux de Sanayeh et de ses environs. Le procès a débuté en février 1980, relayé par la presse, sur fond de contexte général de guerre civile. Dans la presse, les rebondissements de l’enquête furent relatés au fur et à mesure, faisant partager les découvertes des policiers aux différentes communautés et brisant ainsi les chaînes de la territorialisation imposée par les milices. Ibrahim Tarraf est qualifié de bourreau et de boucher de Sanayeh. Plusieurs versions des faits 59 furent présentées par Tarraf. Au début de l’enquête, il a proclamé que des Palestiniens appartenant à l’Organisation Arabe 60 avaient commis le crime. Ensuite, il avoua le crime : « […] je voulais communiquer avec les esprits et il me fallait pour cela disposer du sang frais d’un sacrifice humain. Après avoir égorgé la mère, j’ai prélevé une coupe de son sang et je me suis mis à invoquer les esprits. J’ai répété cet acte après le meurtre de Marcel » 61. Le verdict fut prononcé en 1983 : la potence pour Tarraf. Ibrahim Tarraf est mort au cri d’ « Allah Akbar » Dieu est le plus grand.

44Ibrahim Tarraf a symbolisé l’image des criminels durant la guerre, mêlant dans son discours des éléments du réel et de l’imaginaire. Il a été pendu en 1983, l’année où la guerre était censée être terminée, pendant une trêve.

  • 62 L’invasion israélienne a débuté le 6 juin 1982 sur le littoral du sud du Liban ; elle gagna la banl (...)

45Trois présidents de la République se succédèrent pendant le procès de Tarraf : Elias Sarkis, Béchir Gemayel et Amine Gemayel. Beyrouth connut, durant ce même procès, l’invasion israélienne 62 de 1982. Le 6 avril 1983, le président de la république Amine Gemayel fit publier un décret annonçant la sentence capitale pour Ibrahim Tarraf, par pendaison le 7 avril 1983, sur le lieu du crime. La potence fut installée dans le jardin de Sanayeh à quelques mètres de l’entrée principale, c’est-à-dire à cent mètres de l’endroit où le criminel avait habité. Par cet acte, le président de la République récemment élu, pensait contrôler la situation et revivifier l’État et ses institutions publiques, notamment la justice.

  • 63 Voir Daoud 1983.

46L’action du roman de Hassan Daoud, L’immeuble de Mathilde 63, se déroule autour de l’immeuble de la victime et de son rapport avec son voisinage, sur fond de migration villageoise. L’immeuble est cosmopolite, il regroupe des Français, des Russes, des Arméniens, des Beyrouthins de différentes confessions et des nouveaux venus : les villageois migrants. Le livre se termine par la disparition de cette diversité et l’uniformisation des quartiers au fur et à mesure de la poursuite de la guerre.

47Roger Assaf, metteur en scène de théâtre, s’inspira du même fait divers pour écrire la pièce intitulée « Le jardin de Sanayeh », qui fut présentée au Théâtre de Beyrouth en 1997. La pendaison et l’histoire d’Ibrahim Tarraf constituaient l’un des volets de la pièce. L’histoire d’Ibrahim Tarraf et du jardin de Sanayeh a circulé dans toute la ville de Beyrouth, ravivant la mémoire collective des Beyrouthins.

Sanayeh au commencement de l’enquête

48Le dernier recensement officiel de Beyrouth eut lieu en 1932, ce qui ne me permet pas de donner des informations récentes concernant la composition socio-culturelle du quartier de Sanayeh. Durant les élections législatives de 2004, j’ai cherché à obtenir des informations sur l’origine des habitants de Sanayeh auprès du mukhtar du quartier. Mais ce ne fut pas possible car, au Liban, les citoyens votent dans la circonscription où leur père est né, ou bien dans celle de leur mari, s’il s’agit d’une femme mariée. Le vote ne se fait généralement pas en fonction du lieu d’habitation mais du lieu de naissance.

  • 64 Voir Bou Akar, Kalache 2005.
  • 65 Idem, p. 6.
  • 66 Idem, p. 11.

49Une tentative de recensement a été effectuée en 2005 dans le cadre d’une étude sociologique 64, en vue de l’installation d’une bibliothèque publique à l’intérieur du jardin de Sanayeh. Selon cette enquête, aucune donnée quantitative n’était disponible concernant la démographie du quartier de Sanayeh (revenu, sexe, niveau d’éducation, âge, type d’habitation) 65. D’ailleurs la délimitation du quartier proposée par l’enquête est large, puisqu’elle inclut les quartiers environnants. À partir d’interviews, cette étude suggère qu’autour du jardin de Sanayeh existent des familles au revenu élevé ou appartenant à la classe moyenne, ou encore à la classe moyenne supérieure. Les familles de classe moyenne inférieure vivent dans la partie intérieure du quartier, au sud et à l’est du jardin 66. 60 % des enfants et des jeunes rencontrés dans les rues fréquentent des écoles publiques, ce qui indique que le revenu des parents n’est pas très élevé. Plus on s’éloigne du jardin, plus le niveau socio-économique des habitants tend à baisser : on passe des familles appartenant à la classe aisée aux familles ayant des revenus faibles. Toutefois des exceptions existent, essentiellement autour du jardin, dans les vieux immeubles qui n’ont pas été démolis. Des familles à faibles revenus y vivent. À l’intérieur du quartier, vers le sud, résident des Kurdes dans les petites ruelles autour de ce qui fut le centre kurde des arts folkloriques. Ces mêmes Kurdes fréquentent la mosquée Zeidanieh, le centre Tabbara et le jardin public.

  • 67 “La Dâr al-Fatwa désigne le siège beyrouthin de l’administration du Mufti, construit après l’Indépe (...)

50Aujourd’hui, Sanayeh est un quartier à double façade et à double rythme : la partie nord et la partie sud, séparées par le jardin public. Des immeubles cossus bordent le jardin. La partie qui se trouve au nord du jardin est occupée par des bâtiments appartenant à des administrations ou à des institutions étatiques : les locaux de ce qui fut l’École et l’Hôpital Hamidi sont occupés par le ministère de l’Intérieur et par la Bibliothèque Nationale. Ils se situent au croisement des secteurs de Hamra, de Ain-el Mreisseh (la mer) et du Centre ville. La partie qui se trouve au sud du jardin, est plus traditionnelle. Elle est rattachée à Zarif, Dar al-Fatwa, Moussaitbé. Sanayeh est coupé de Zokak el Blat, un fief chiite, mais garde un lien avec Bachoura. L’ouverture du sud du quartier de Sanayeh se fait au sein de la communauté sunnite parrainée par l’instance sunnite de Dar al-Fatwa 67.

51Dans la partie traditionnelle, trois familles se partagent le quartier de Sanayeh : il s´agit des Tabbara, Moussalli et Daaboul.

52En matière de visibilité, le Centre Tabbara, construit et géré par la famille Tabbara, est le plus important. Ses activités sont assez diversifiées et attirent des personnes venant de tous les quartiers de Beyrouth, voire d’autres régions du Liban. Les membres de la famille Tabbara sont également propriétaires des immeubles situés à proximité du centre, dans lesquels ils habitent. De plus, l’un des frères Tabbara s’est présenté à plusieurs reprises aux élections législatives. Ainsi, le rayonnement du Centre Tabbara s’étend bien au-delà de Sanayeh.

53L’influence de la famille Moussalli est plus locale, se déployant sur une partie du quartier. La présence quasi quotidienne du chef de la famille dans son café, le rend facilement accessible. La famille Moussalli occupe, par ses lieux de commerce et ses immeubles d’habitation, une bonne partie de la rue Toufic Tabbara. Sa zone d’influence déborde les emplacements occupés par ses commerces et ses biens immobiliers. Son réseau n’existe pas uniquement dans une continuité spatiale. Des boutiques, jouant le rôle de caisses de résonance, se situent à l’autre extrémité de la rue. Ainsi, des nouvelles des autres familles, qui circulent dans leurs zones d’influence respectives, sont captées par les membres du réseau Moussalli et rapportées le soir au café.

54Quant à la famille Daaboul, elle occupe une zone située dans un axe perpendiculaire à celui des familles Tabbara et Moussalli. Ses membres habitent à proximité de leur lieu de travail. Le ravaudeur ainsi que sa sœur, propriétaire de la blanchisserie, appartiennent à cette famille, de même que le mécanicien colombophile. La famille Daaboul se sert de ses boutiques comme espaces de sociabilité.

55Le quartier compte aussi d’autres familles sunnites importantes, comme les familles Chaar ou Badran. Cependant celles-ci ne sont pas, de façon ostensible, liées à la vie publique du quartier.

56Petits commerces et boutiques spécialisées permettent une auto-suffisance : on trouve tout à Sanayeh (épiceries, salons de coiffure, pharmacie, station d’essence, boutiques d’habillement, etc.). Ravaudeurs et couturiers sont connus de tous et même fréquentés par des gens extérieurs au quartier. Le jardin, véritable poumon du quartier, constitue un lieu de rencontre, même pour ceux qui viennent de l’extérieur de Beyrouth. Il est connu de tous les Libanais.

Notes

1 Le sultan Abdülhamid II régna sur l’Empire ottoman de 1876 à 1909 (durant 33 ans) ; sa destitution survint en 1909 après la Révolution des Jeunes Turcs en 1908. Ces derniers, des officiers proches du mouvement Union et Progrès, étaient favorables au rétablissement de la constitution promulguée le 23 décembre 1876.

2 Voir Hanssen 2001, p. 254.

3 Khalil Pacha occupa cette fonction de 1903 à 1908.

4 Voir al-Wali 1993, p. 213.

5 Voir Lamartine (de)1875, p. 178.

6 « Au début de la domination ottomane, Beyrouth fut rattachée à Damas, sous le contrôle d’une famille de notables. Fakhreddine II pris le dessus en 1598. Il fit rénover la pinède et aménager plusieurs jardins. » Voir Kassir 2003, p. 92.

7 Joummeizat signifie un figuier sycomore et Naaman est un nom de famille : le figuier sycomore des Naaman. Voir Debbas 1986, p. 139. Or la rue Joummeizat el Naaman, actuelle rue de l’armée, se situe plus à l’est, au niveau de la façade sud du grand sérail.

8 La ferme de la famille Yammin. Voir Davie May, 2001, p. 60.

9 Idem, p. 60.

10 Voir Debbas 1986, p. 139.

11 Voir al-Wali 1993.

12 Voir Fakhoury 2003, p. 241-242.

13 Voir Kassir 2003, p. 178.

14 Idem, p. 170-171.

15 Gouverneur de Syrie (1878-1880). Voir al-Wali 1993, p. 212.

16 Voir Debbas 1986, p. 139.

17 Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, p. 59.

18 Voir al-Wali 1993, p. 212.

19 Voir Kassir 2003, p. 140.

20 La période égyptienne s’étend de 1831 à 1840. Le gouverneur d’Égypte Mohammad Ali avait envoyé son fils Ibrahim Pacha conquérir la Syrie. En 1833, la Sublime Porte concéda le pouvoir à Mohammad Ali, en Égypte, tout en gardant la souveraineté nominale. Ibrahim Pacha se retira de la Syrie et du Liban en 1840 suite à la campagne des ottomans et de leurs alliés européens. Un début de réglementation urbaine vit le jour sous le règne d’Ibrahim Pacha. Il ordonna la démolition d’une partie des remparts de la ville, afin de lui permettre de s’étendre. Historiquement, la vie nocturne s’est développée à partir de l’érosion graduelle de l’ancien mur de la ville après 1840 et donc de la possibilité d’expansion de la ville en dehors du mur.

21 Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, p. 118.

22 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 61.

23 Voir Hanssen 2001, p. 122.

24 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 9.

25 Voir Hanssen, in Gebhardt et alii 2005, p. 156.

26 Voir Kassir 2003, p. 179.

27 140 garçons de conditions modestes furent circoncis publiquement. Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, p. 168.

28 Idem, p. 168.

29 Voir Kassir 2003, p. 86.

30 Voir Kassir, 2003, p. 118.

31 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 8.

32 Voir Hanssen 2001, p. 28.

33 Idem, p. 240.

34 Sultan Abdul Hamid II, Mémoires de Tahsine Pasha, chef des secrétaires du Diwan. Voir Agha Kassab et Tadmori 2002, p. 22.

35 Hanssen 2005b, p. 209.

36 Voir Kassir 2003, p. 280.

37 Voir Kassir, 2003, p. 281.

38 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 9.

39 Voir Hanssen 2001, p. 165.

40 Voir Davie 2001, p. 37.

41 Voir Kassir 2003, p. 105.

42 Idem, p. 275.

43 Voir Hourani 1983 2nd edition, [1962].

44 Voir Kassir 2003, p. 122.

45 Voir Kassir 2003, p. 357.

46 Hamra se situe au nord-ouest de Sanayeh.

47 Voir Davie 2001, p. 109.

48 Voir Khalaf et Kongstad 1973, p. 33.

49 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil 2001, p. 4.

50 Il s’agit de la première manifestation de la division de la ville en deux secteurs, la rue de Damas jouant le rôle de ligne de démarcation. En 1958, la Syrie s’est unie à l’Égypte de Nasser au sein de la République arabe unie. Au Liban, l’opposition musulmane au président Chamoun a soutenu le triomphe du panarabisme et a demandé à ce que le Liban s’y joigne. Des affrontements se produisirent. A la suite de ces incidents, le parlement demanda au Général Chéhab de succéder à Chamoun à la fin de son mandat. Voir Hillenkamp, in Gebhardt et alii 2005, p. 216.

51 Voir Nasr, Chevallier (dir.) 1979, p. 147.

52 Voir Tabet, Ghorayeb, Huybrechts et Verdeil, 2001, p. 43.

53 Voir Tabet 1986, p. 44.

54 Idem, p. 45.

55 Idem, p. 47.

56 Voir Naba’a 1986, p. 54.

57 Voir Hillenkamp, in Gebhardt et alii 2005, p. 231.

58 Voir Charara, Beyhum (dir.), 1991, p. 249.

59 Comme dans les romans d’Élias Khoury.

60 Voir Salame 1994, p. 30.

61 Extrait d’un article paru dans le journal L’Orient- Le Jour, le 9 décembre 1979.

62 L’invasion israélienne a débuté le 6 juin 1982 sur le littoral du sud du Liban ; elle gagna la banlieue de Beyrouth le 13 juin. Un blocus fut instauré sur l’ouest de Beyrouth jusqu’au 21 août, date du début du retrait palestinien.

63 Voir Daoud 1983.

64 Voir Bou Akar, Kalache 2005.

65 Idem, p. 6.

66 Idem, p. 11.

67 “La Dâr al-Fatwa désigne le siège beyrouthin de l’administration du Mufti, construit après l’Indépendance du Liban (1943). Elle réunit les services religieux, éducatifs et l’administration des waqfs de la communauté sunnite.” Voir Mermier 2009.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable