Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le quartier de Sanayeh à Beyrouth

 | 
Pascale Féghali

Introduction

Texte intégral

1Je suis beyrouthine, née et ayant vécu à Badaro, à proximité du Musée National qui constituait, durant la guerre civile libanaise (1975-1990), l’une des lignes de démarcation entre la partie est et la partie ouest de Beyrouth. J’habitais dans la partie est, c’est-à-dire chrétienne de la ville. J’ai changé mon point d’ancrage en m’installant à Sanayeh, en 2001, pour y mener, pendant quatre ans, une enquête en anthropologie filmique. Celle-ci s’est principalement développée autour de mon lieu d’habitation. Son rayon s’élargissait en fonction des déplacements que les enquêtés et leurs activités m’imposaient, retrouvant ainsi des résonances dans les quartiers environnants. Je n’étais pas totalement étrangère à la culture du quartier de Sanayeh, puisque j’avais travaillé au Théâtre de Beyrouth (1994-1997), à Ain-el-Mreisseh, au nord de Sanayeh, à proximité du bord de mer. Afin de mener l’enquête, j’ai donc changé de quartier et d’attitude. Les films et le texte témoignent du nouveau regard que je portais sur des aspects de la vie qui m’attiraient, que je ne connaissais pas et qui, pourtant, me semblaient familiers. Je découvrais de nouvelles traditions, des habitudes de vie ainsi que des rituels partagés par une communauté musulmane sunnite. Beyrouth me paraissait de plus en plus grand. Les limites auxquelles j’avais été confrontée pendant la guerre, habitant dans la partie est de la ville, reculaient. Le regard « exotique », que je pouvais parfois porter, disparaissait petit à petit car, vivant à Sanayeh, je n’avais plus cette distance qui permet l’exotisme. Progressivement, je faisais partie de ce lieu. Ma vision s’élargissait peu à peu en fonction des événements meublant le quotidien. J’observais, mais j’étais aussi observée. À travers ce double regard s’est créée la rencontre avec les gens.

2Le sujet a été choisi à partir d’un lieu, le jardin public du quartier de Sanayeh, point de départ de l’enquête. Il s’agit de l’un des rares jardins publics existant à Beyrouth. Il est situé sur un axe central de la ville, à proximité du quartier Hamra. Son entrée secondaire donne sur la rue Spears, dont la prolongation relie la partie ouest de Beyrouth à la partie est et ouvre sur « Le Ring », un pont qui surplombe le centre-ville de Beyrouth et qui constitue l’avenue Fouad Chéhab. Le Ring constituait l’une des lignes de démarcation de la ville durant la guerre civile libanaise ; il était alors impraticable. Aujourd’hui, la rue Spears est un lieu de passage souvent embouteillé. Non loin de cette agitation quasi permanente, des hommes et des femmes se retrouvent dans le jardin de Sanayeh aux allures paisibles, comme suspendu hors du temps. Ainsi, je me pris d’intérêt pour le jardin et ses visiteurs réguliers - ses occupants - et je décidai d’en faire l’objet de ma recherche, puis d’étendre celle-ci à divers habitants et activités du quartier. Les premiers pas de mon enquête ont consisté à trouver un appartement à proximité du jardin de Sanayeh et à m’y installer, ce qui fut fait en janvier 2001.

  • 1  Cette exposition collective a été organisée par l’association Ashkal Alwan.
  • 2  Le jardin porte désormais son nom.

3Ma connaissance préalable du jardin se limitait à quelques informations concernant des événements particulièrement marquants qui s’y étaient déroulés : une exposition regroupant de jeunes artistes libanais en 1994 1 ; l’assassinat en 1989 d’un ancien président de la République, René Moawad 2, à proximité du jardin, par l’explosion d’une voiture piégée. En 1983, Ibrahim Tarraf avait été pendu dans ce même jardin pour avoir assassiné une femme et son fils. Cependant, je n’avais personnellement jamais visité le jardin de Sanayeh avant août 2000.

4Lors de ma première visite, effectuée par hasard, je réalisai que le jardin se distinguait par une ambiance particulière, que je ne parvenais pas à définir. En m’aventurant à l’intérieur du quartier de Sanayeh, je découvris un vieux quartier, invisible de l’extérieur, car une ceinture d’immeubles récents bordait le jardin, dissimulant les habitations plus anciennes. Bien que situé au centre de Beyrouth, le quartier de Sanayeh conserve un aspect traditionnel. Les immeubles bourgeois, construits autour du jardin public, cachent la partie plus populaire, à laquelle je me suis tout particulièrement intéressée.

5Sanayeh est majoritairement peuplé de musulmans sunnites. Plusieurs familles d’importance variable se partagent l´influence sur le quartier. Certaines possèdent des lieux affirmant leur puissance ; d’autres ont créé des réseaux autour de leurs boutiques.

  • 3  « Al-Ahbâch signifie Éthiopiens en arabe et réfère au cheikh Abdallah al-Harari, surnommé al-Habac (...)

6Sanayeh regroupe également dans son périmètre des membres d’autres communautés. Tout dépend de la manière d’aborder le quartier et son extension, car son centre se recoupe avec les quartiers de Zarif et de Watwat. Ainsi, le quartier au sens large comprend des Arméniens. À proximité de l’une des mosquées, se trouve les Ahbach 3. Un peu plus au sud, des Kurdes sont installés autour d’un centre dédié aux arts populaires kurdes, aujourd’hui inactif. La mosaïque communautaire du quartier s’élargit si l’on compte les quelques familles chiites disséminées dans le quartier ainsi que quelques familles chrétiennes.

7Visitant Beyrouth en 2001, l’architecte sri lankais Chelvadurai Anjalendran remarqua que dans chacune des parties de la ville se retrouvaient « les composantes d’un quartier ». Pour lui, cette expression signifiait notamment la présence de nombreuses boutiques, d’artisans et de commerçants. Les habitants ont tout à proximité de leur domicile, ce qui les incite à créer entre eux de multiples relations. L’expression « les composantes d’un quartier » me semble correspondre au travail que j’ai entrepris sur Sanayeh. Mon exploration m’a en effet permis d’étudier le quartier à partir de certaines de ses composantes. Il s’agit d’un travail de plusieurs années, qui tente de présenter des modes de vie, des personnes et des activités observables à Sanayeh. Je me suis intéressée aux différentes occupations des habitants, des commerçants et des artisans. Cette approche pourrait être utilisée pour d’autres quartiers. Néanmoins, certaines composantes sont propres à Sanayeh. Par exemple, l’existence d’un jardin public confère au quartier une importante ouverture sur la ville. Grâce au jardin, j’ai rencontré des occupants venus de partout, notamment de la banlieue sud de Beyrouth. J’ai également pu observer certaines personnes en marge qui passent leur journée dans le jardin. L´un d´eux, Abou Youssef, devint un de mes enquêtés privilégiés. Son récit de vie ainsi que les rumeurs qu´il alimentait parcourent le texte, livrant des indices parfois aux limites du réel. Les constantes apparitions et disparitions d´Abou Youssef ponctuent l´enquête, le transformant en « fantôme » de Beyrouth, disparaissant d´un endroit pour réapparaître quelque temps après dans un autre, projetant des ombres et des lumières sur des aspects et des situations impalpables de la ville. À travers Abou Youssef, l´enquête sur Sanayeh se trouva connectée à Beyrouth, à ses espaces publics plus particulièrement. Son parcours dans la ville ainsi que les histoires qu´il véhiculait se superposent par moments à mon itinéraire, transformant l´enquête en une course-poursuite. Car j´ai souvent été à la recherche d´Abou Youssef. Et lorsque je pensais élucider un aspect de sa vie, il m´échappait de nouveau, m´introduisant ainsi au cœur du rythme d´une vie liée à la marginalité et à l´exclusion.

8J´ai donc considéré le quartier comme unité de vie et d´interaction aux contours flexibles, pas uniquement en tant qu´espace géographique mais aussi en tant qu´espace symbolique. Car ce qui fait quartier, ce sont les petites histoires qui circulent, les rumeurs concernant certaines personnes qui peuvent s´amplifier ou s´atténuer en fonction du contexte. Je pris part au jeu ; ma présence alimentait une partie de ces rumeurs. Je devins alors, moi, l´anthropologue-cinéaste, un des éléments constitutifs de ce récit.

  • 4  Voir Lefebvre 1992.

9Lire un quartier, c’est le mettre en scène en y posant le regard ; donner du relief à des éléments qui pourraient paraître mineurs ou sans importance ; en dévoiler différentes facettes à partir desquelles appréhender l’ensemble ; faire ressortir les représentations qui se cachent derrière le quotidien. Je me sens proche de la perception de la ville du « flâneur », proposée par Walter Benjamin qui procède par petites touches, éloignées d’une continuité narrative, offrant une expérience fragmentée de la ville. J’ai été influencée également par l’exploration menée au hasard, en fonction des rencontres, telle que l’ont prônée les surréalistes, comme en témoigne Le Paysan de Paris de Louis Aragon. J’ai pris la liberté d’aborder un lieu en me laissant aller au gré des indices qu’il propose ; de choisir un itinéraire dans lequel les arrêts permettent d’entrer en contact avec une personne, de décrire une activité, un rituel. Respecter le rythme propre à chaque enquêté en référence à la rythmanalyse 4 d’Henri Lefèbvre, a été une constante préoccupation. Toutes ces influences exercées sur moi de manière directe ou indirecte font de la présente enquête un travail mêlant expérience de vie et recherche.

10Mais il y eut un début… Au début était un maître, Jean Rouch, dans le monde duquel j’ai baigné durant plusieurs années : un souffle, une manière de saisir au passage, en s’immergeant dans un lieu, ce qui se donne à voir et à entendre, en accordant la priorité aux personnes filmées ; une œuvre libre, rythmée, généreuse, aventureuse. Rouch saisit un rapport à l’imaginaire au cœur du réel. Ses films étaient, sont et seront, pour moi, une source permanente d’inspiration.

11J’ai capté des bribes de vie, laissant le lecteur imaginer ou construire l’avant et l’après, une part de moi-même et de mes relations avec les enquêtés transparaît au fil de cet itinéraire de découverte.

Notes

1  Cette exposition collective a été organisée par l’association Ashkal Alwan.

2  Le jardin porte désormais son nom.

3  « Al-Ahbâch signifie Éthiopiens en arabe et réfère au cheikh Abdallah al-Harari, surnommé al-Habachî (l’Éthiopien) qui s’installa à Beyrouth en 1959 (ou 1960) et rassembla un groupe de disciples. Ses adeptes prirent le contrôle, en 1983, de l’Association des projets de bienfaisance islamique qui recrute essentiellement au sein de la population sunnite. […] Les Ahbâch ont développé un système doctrinal mêlant des éléments du soufisme, du sunnisme et du chiisme. Ils critiquent fortement les idéologies islamistes telles que le salafisme et le wahhabisme. Le mouvement des Ahbâch a essaimé hors du Liban pour devenir une organisation transnationale avec de nombreuses branches en Europe et aux États-Unis ». Voir Mermier 2009.

4  Voir Lefebvre 1992.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable