Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le quartier de Sanayeh à Beyrouth

 | 
Pascale Féghali

Préface

Élias Khoury
Traduction de Ifpo

Texte intégral

1J’ai suivi le cheminement de ce livre alors qu’il n’était encore qu’un projet de thèse à l’université de Nanterre et j’ai ainsi accompagné les différentes étapes de ce travail : de l’enquête de terrain aux prises de vues, en passant par la longue période de rédaction, la soutenance de la thèse - à laquelle je pris part comme membre du jury -, et finalement le livre dans sa version présente.

2Ce fut une expérience passionnante et ce, à plus d’un titre. Elle participe d’une longue amitié qui me lie à Pascale Féghali et elle prolonge un travail commun que nous avions débuté au Théâtre de Beyrouth puis avec le festival Ayloul.

3Pascale Féghali expérimente aujourd’hui une autre approche, en tant que cinéaste et anthropologue, alliant l’art au savoir, transformant la caméra en un outil de recherche sans pareil pour sonder la profondeur des rapports humains. En cela, elle suit la voie tracée par son maître, Jean Rouch, pionnier de cette approche basée sur l’interpénétration féconde de l’art et de la connaissance scientifique, chacun servant de vecteur à l’autre.

4Ce livre parle deux langages : celui des mots et celui de la caméra. Les mots retracent les étapes de la recherche et ses vicissitudes et nous transportent au plus près des gens et des récits, alors que la caméra donne accès à un langage qui se situe au-delà des mots et transfigure des marginaux en véritables personnages.

5À la croisée de ces deux langages apparaît la voix pudique de l’auteur. Pascale Féghali a réussi à transformer son séjour à Sanayeh en une expérience profonde, montrant ainsi comment le chercheur-artiste devient partie prenante de son objet d’étude, comment la signification des choses change lorsqu’on les regarde à la fois de l’intérieur et de l’extérieur.

6Abou Youssef est un vrai personnage de roman, avec ses pérégrinations et ses histoires, innombrables et invraisemblables. Il mérite sans doute d’être considéré comme un des miroirs de Beyrouth – une ville qui, depuis sa refondation au dix-neuvième siècle, connaît de multiples transformations, engagée qu’elle est sur la pente glissante de la modernité et dans un cycle de guerres infinies. La caméra s’approche discrètement d’Abou Youssef comme si elle s’effaçait devant son image ; il nous envoûte alors avec ses histoires, sa simplicité, son vagabondage. Lorsqu’Abou Youssef disparaît et que l’anthropologue se lance à sa recherche, on s’attache à lui et il n’inspire plus aucune défiance. Un homme fait de récits, de rumeurs, de possibles. L’anthropologue-cinéaste n’aspire pas à connaître la vérité de cet homme, mais cherche à dévoiler son destin, car sa vérité réside dans son rapport au lieu. Il serait impossible de trouver cette vérité indépendamment de l’espace et tout aussi vain de chercher une vérité abstraite, en se livrant à une enquête policière qui ne découvrirait que les apparences.

7Le lecteur-spectateur ne peut que s’étonner de cette nouvelle approche qui combine le regard artistique de l’écriture filmique et l’intuition comme voie du savoir scientifique.

8L’ère de l’image dans laquelle nous vivons a transformé cette dernière en un moyen de voiler la connaissance, de la fragmenter, de la mettre au service des forces dominantes. L’un des moyens de la domination est de réduire au silence les opprimés et les marginaux. C’est grâce à une utilisation scientifique et méthodique de l’image que Jean Rouch et ses disciples ont pu proposer un contre-modèle. L’image est un outil de connaissance et d’émancipation, voilà ce qu’on trouvera aussi dans cet ouvrage étonnant. Nohad et l’ensemble des personnages du livre et des films passent chacun du statut d’objet à celui de sujet ; ils s’emparent de la parole et, ce faisant, apparentent ce travail artistique et de recherche à un voyage dans le jardin et le quartier de Sanayeh où l’on découvre un Beyrouth du quotidien à travers ses différentes facettes, mais aussi la fragilité et la force de l’être humain.

9L’alliance de l’écrit et de l’image apporte du nouveau dans le sens où elle rapproche le visible de l’invisible. Il ne s’agit pas de simplifier les choses en associant l’image au registre du visible et l’écriture à celui de l’invisible, ou l’inverse. Leurs rôles sont interchangeables et ils sont les deux faces indissociables de cette relation surprenante qui caractérise l’art et la connaissance lorsque le premier, sans renoncer à sa nature visionnaire, se fond dans le second et qu’il le pare d’une modestie extrême, menant ainsi la science vers l’inconnu de l’expérience artistique.

10À un autre niveau, la relation entre le manifeste et le caché est perçue à travers le rapport qu’entretient le jardin de Sanayeh avec son environnement. Le jardin, où les relations ont lieu au grand jour, serait-il la face visible alors que le quartier, avec ses rapports quotidiens complexes, en serait la face cachée ? Le jardin ne serait-il pas plutôt le lieu des relations furtives et secrètes des héros marginaux aux personnalités ambiguës, tandis que les rituels, les rapports professionnels ou familiaux représenteraient la partie visible de la structure sociale ?

11Ce livre, avec le texte et les films, réussit à nous rapprocher d’une réalité aux facettes multiples. Nous sommes devant un travail scientifique et artistique sans équivalent. La connaissance libère et l’art découvre, mais la ville ne livre pas ses secrets aisément.

12Un livre sur Beyrouth ou un livre écrit par Beyrouth ? Je ne saurais le dire. Ce que j’ai découvert en suivant les déplacements de Pascale Féghali dans le jardin et le quartier de Sanayeh, c’est la ville que j’aime car elle se révèle et se dérobe tout à la fois ; une ville faite de récits, qui soude les relations humaines même lorsqu’on pense que tout va sombrer dans l’inconnu de ces guerres qui ne s’achèvent que pour reprendre aussitôt.

13Avec son regard et ses mots, Pascale Féghali a écrit un guide inédit de Beyrouth ; le guide d’un être qui tisse des récits pour ne pas mourir, qui casse ses miroirs et les recompose, qui poursuit son voyage dans une ville qui a décidé d’être un condensé de toutes les villes arabes sans se substituer à aucune.

14Ce travail restitue à notre regard l’étonnement et à nos mots le sens. Voilà bien là le rôle de l’art lorsqu’il est connaissance et celui de la connaissance lorsqu’elle est précise et libre.

Auteur

Ifpo

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable