Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bassin du Jourdain dans le conflit israélo-arabe

 | 
Habib Ayeb

Présentation

Jean Hannoyer

Texte intégral

1L’étude de Habib Ayeb sur « le bassin du Jourdain dans le conflit israélo-arabe » a été écrite en juin 1993. Au moment de sa parution, l’échéance pacifique de la négociation déclarée entre Israël et les Etats arabes voisins, ouverte à Madrid en novembre 1991, paraît encore bien incertaine. Le fait est souligné ici non pour rejoindre tel ou tel camp des parieurs qui défraient la chronique, mais plus simplement pour rappeler que l’actualité qui constitue le contexte de l’étude de H. Ayeb doit mettre en oeuvre d’autres reconversions que les seules et pourtant essentielles déclarations d’intention pour devenir actualité de la paix.

2Parmi les objets en débat depuis longtemps mais aujourd’hui confrontés à l’épreuve de la négociation pacifique, la question de l’eau occupe une place essentielle. A cet égard, l’étude de H. Ayeb nous restitue les éléments majeurs d’une histoire des rivalités entre Israël et les Etats arabes voisins et dont le contrôle de l’eau est une dimension centrale. Trouver une solution au problème du contrôle de l’eau sera une condition nécessaire à l’établissement de la paix. Cela ne signifie pas que l’eau ait été, comme l’auront suggéré certains, une cause directe des guerres qui ont secoué la région. Mais elle en aura été au moins un des enjeux comme le montre le présent ouvrage. Il faut reconnaître que le problème, en particulier dans le bassin du Jourdain où la géographie provoque si facilement l’histoire, est un révélateur exemplaire des déséquilibres qui ont marqué l’histoire régionale. Sa solution sera en même temps un test de la volonté ou de la capacité des uns et des autres à la reconnaissance d’un droit mutuel à l’exercice de la pleine souveraineté.

3L’eau, comme le mouvement des hommes et celui des capitaux (deux autres domaines des négociations multilatérales décidées à Madrid) représente une richesse vitale qui risque de subir dans les faits tous les mauvais calculs qu’on appellera de bonne guerre comme pour justifier à l’avance l’incapacité des hommes à faire une bonne paix. Même si la paix consacre demain la reconnaissance aux frontières d’un rapport de force, sa pérennité supposera, à travers ces frontières, un minimum de gestion commune des ressources de voisinage.

4L’approche hydropolitique conduite par H. Ayeb met aussi en relief le fait qu’à côté du contrôle de l’eau, les options techniques de sa maîtrise constituent peut-être un langage commun minimal entre Etats sur lequel des convergences pourraient se dessiner plus aisément. Les techniques en matière de traitement, d’approvisionnement et d’irrigation par exemple sont largement connues et utilisées dans les pays de la région. On pourra croire alors qu’une fois trouvées les solutions politiques au droit sur l’eau, sa maîtrise ne relèvera “plus que” du niveau de développement des pays concernés.

5Mais, de crainte qu’à la guerre des frontières ne succède celle des techniques, il faudra s’intéresser de plus près à ce qu’il est maintenant convenu d’appeler la dimension culturelle du développement. Formulation problématique car elle aura vite fait de souligner des différences soi-disant irréductibles entre des sociétés aux usages tellement éloignés pour mieux justifier de besoins aux écarts considérables. Un bon bédouin ne doit-il pas savoir faire ses ablutions avec quelques gouttes d’eau là où le citoyen israélien ou le bourgeois des villes se doit de revendiquer une piscine (l’image est maintenant devenue cliché courant) comme signe d’appartenance à une culture de progrès ?

6Afin d’éviter que la notion de besoin et que les impératifs de consommation ne soient abandonnés aux manipulations idéologiques et culturalistes, il faut déchiffrer les pratiques et usages de l’eau à la lumière là encore des politiques, mais en ce qu’elles associent, très localement cette fois, usagers et administration.

7Le Cermoc avait ainsi fait le projet de constituer un programme de recherche consacré à l’étude de la gestion des vallées et des politiques de l’eau au Proche-Orient. L’étude de H. Ayeb en constituait une première introduction qui devait se combiner avec celle des ethnologues. Il avait ainsi contribué à développer les échanges du Cermoc avec l’Unité d’étude de la vallée du Jourdain au Département d’anthropologie de l’Université du Yarmouk. Nous la remercions pour l’accès qu’elle nous a donné à sa documentation. Souhaitons maintenant que le projet se poursuive et que les chercheurs se retrouvent sur le terrain, dans la vallée, pour nous parler de la négociation qui se joue au village à propos de l’eau, et qui met aux prises les logiques concurrentes des Etats, du marché et des savoirs locaux. Car il faudra savoir les concilier pour donner quelque chance de plus à la paix.

Auteur

Directeur du Cermoc

© Presses de l’Ifpo, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable