Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Itinéraires esthétiques et scènes culturelles au Proche-Orient

 | 
Nicolas Puig
, 
Franck Mermier

I. Sociabilités de l’écrit

« Amateur » : une ressource professionnelle

Maud Leonhardt-Santini

Entrées d'index

Mots clés :

littérature

Texte intégral

La littérature contemporaine de langue arabe et Paris

  • 1  Casanova 1999, p. 350.
  • 2  Ibid., p. 191.
  • 3  Ibid., p. 205.

1Le monde littéraire est un univers fortement hiérarchisé. Avec ses capitales et ses banlieues, il place des lieux (et les langues qui y sont pratiquées) dans des positions inégales. La langue est la composante majeure du capital littéraire et l’on appelle « petites langues » celles qui en sont dépourvues et/ou celles qui sont inconnues dans l’espace international. C’est le cas des langues orales en voie de fixation (en Afrique), des langues de création ou de « recréation » récente (catalan, coréen, hébreu), des langues de culture et de tradition anciennes mais ayant peu de locuteurs (persan, danois), des langues de grande diffusion, avec une grande tradition interne, mais peu connues et peu pratiquées dans le reste du monde (chinois, arabe, hindi1). Pour les auteurs qui écrivent dans ces langues peu ou pas reconnues au plan international, la traduction est un « acte de consécration qui donne accès à la visibilité et à l’existence littéraires2 ». Elle n’est donc plus seulement le passage d’une langue à l’autre (naturalisation) : elle permet l’entrée dans l’univers littéraire (littérarisation). Le processus conduit alors, au-delà du changement de langue, à un changement de nature et rejoint ainsi l’étymologie du verbe traduire, qui vient du latin traducere : « mener au-delà ». La traduction dénationalise et crédite, d’autant plus si la langue cible (langue dans laquelle on traduit) incarne la littérature par excellence. Sur ce point, la traduction en français, « du fait de la puissance unique de consécration de Paris, occupe une place particulière3 ».

  • 4  Casanova 1999, p. 126.
  • 5  Ory 1995, p. 359-371.

2Un long processus historique, entamé au xvie siècle, fait en effet de Paris la capitale mondiale des lettres au xixe siècle4. À l’époque moderne, la France est la nation littéraire la moins nationale ; c’est pourquoi, en sortant d’une forme de particularisme, la littérature y prend un caractère universel. Cette spécificité, à laquelle s’ajoute l’accumulation d’un capital littéraire, a permis à Paris d’acquérir une place centrale dans le champ littéraire mondial, au moins jusque dans les années 1960. Pendant cette période, la ville est le lieu où se fabrique la littérature universelle ; elle incarne la littérature et a le pouvoir de consacrer des textes venus d’espaces excentriques en littérature universelle. C’est le « lieu de création et de légitimation internationales5 ».

  • 6  « Pour une littérature internationale », interview de Pascale Casanova par Philippe Forest, Art Pr (...)
  • 7  Chalmers 1999, p. 83.

3Cette géographie symbolique, toujours en construction, connaît bien entendu un certain nombre de changements. La seconde guerre mondiale et surtout la période de l’Occupation marquent de ce point de vue une rupture brutale : Paris est ébranlé de son piédestal. À partir de là, dans les années 1950-1960, d’autres centres (New York et Londres notamment) remettent en cause le rôle hégémonique de la capitale française. La carte du monde littéraire se complexifie, plusieurs capitales consacrantes entrent en concurrence et, dans le champ littéraire international, les hiérarchies se recomposent. Dans les dernières décennies du xxe siècle, Paris conserve néanmoins une spécificité, celle de continuer « à reconnaître et à canoniser les grands écrivains des “petits” pays ou les “petits” écrivains des grands pays 6 ». En effet, Londres et New York traduisent très peu. Par exemple, à la fin des années 1990, en Grande-Bretagne, « la traduction représente environ 2 % des titres publiés chaque année et ce pourcentage a tendu à décroître en même temps que le nombre total de livres publiés augmentait7 ».

  • 8  Pour l’ensemble des chiffres cités dans ce paragraphe, voir Leonhardt Santini 2006, p. 166-167.

4C’est dans ce contexte général que Paris est la première capitale occidentale à faire une place à la littérature contemporaine de langue arabe en en publiant des traductions. À la veille des années 1970, la représentation de cette littérature dans l’édition française est pourtant très réduite. Jusqu’en 1968, les parutions se sont faites à un rythme qui n’a pas dépassé les deux titres par an8, alors qu’entre 1979 et 2000, la moyenne annuelle du nombre des publications est de plus de quinze. Entre 1979 et 1984, la moyenne annuelle du nombre de publications françaises issues de la traduction de la littérature arabe contemporaine se situe entre six et sept. Entre 1985 et 1989, elle s’élève à plus de treize. Par rapport aux années précédentes, elle a doublé et, après 1985, aucune année ne comptabilise moins de dix titres parus dans le domaine de la littérature arabe contemporaine. Ensuite, la progression s’installe : de 1990 à 1994, la moyenne dépasse les dix-sept titres annuels et, de 1995 à 2000, elle atteint vingt-cinq. Le milieu des années 1980 correspond donc, dans l’édition française, à un essor de la traduction de la littérature contemporaine de langue arabe.

5Ce mouvement éditorial comme objet d’étude dans le cadre d’une réflexion commune sur les modes de production culturelle dans le monde arabe pourrait a priori paraître décentré. En effet, ne concernerait-il pas avant tout la culture française et son rapport à une littérature étrangère ? En outre, la traduction est-elle réellement une forme de production culturelle ? Ne l’est-elle pas uniquement « par ricochet », faisant passer, sans le produire, un élément de culture d’un univers linguistique à un autre ?

6Pour comprendre pourquoi ce mouvement éditorial concerne directement le monde arabe, il faut se rappeler que lorsqu’on évoque la littérature arabe dans l’édition française, on ne parle pas uniquement d’une configuration parisienne : on évoque aussi un accès possible au rang, au statut, de littérature universelle. L’étiquette « traduit à Paris » peut permettre une visibilité sur la scène internationale et induit de ce point de vue des effets en retour sur la littérature en langue originale. En cela, la traduction n’est pas une simple opération technique et concerne au premier chef la littérature contemporaine de langue arabe. De plus, au niveau des manières de faire et des pratiques qui, mises bout à bout, ont porté la littérature arabe contemporaine dans l’édition française, des acteurs du milieu littéraire et intellectuel arabe occupent une place de première importance.

Les acteurs de l’exportation littéraire

  • 9  « Littérature hébraïque », terminologie choisie par les instances officielles chargées de la repré (...)

7Dans une étude qu’elle consacre à la littérature hébraïque9 traduite en France, Gisèle Sapiro analyse la traduction comme un mécanisme d’importation-exportation. Il y a importation littéraire lorsque l’entreprise de traduction répond à une demande venant de la langue traduisante (relevant ici du marché du livre français). Plus une langue est reconnue dans le champ littéraire international, plus la littérature qu’elle produit a tendance à faire l’objet d’importation littéraire. Au contraire, l’exportation littéraire concerne davantage les « petites langues » et désigne des actions entreprises depuis le pays d’origine de la littérature. Il peut s’agir d’initiatives lancées par des individus ou par des organismes dont la tâche consiste à œuvrer en faveur de la promotion d’une littérature de par le monde (par le financement de traductions par exemple).

8Dans le cas de la traduction, en France, de la littérature contemporaine de langue arabe, ces deux catégories sont tout à fait opérantes. Il est cependant nécessaire d’y apporter une nuance, notamment parce qu’il semble plus adapté de centrer ces définitions sur des itinéraires plutôt que sur des localisations stricto sensu. On comprendra en effet par « mécanisme d’exportation » des initiatives lancées par des acteurs arabes, qui restent en lien avec les milieux arabes de la culture, même s’ils ne résident plus dans le monde arabe que par intermittence et si leur point d’ancrage est davantage situé en Europe, à Paris en l’occurrence. La traduction est en effet l’aboutissement d’une chaîne de processus où de nombreux acteurs interviennent. Mais l’enquête a rapidement montré que, pour une majorité significative des auteurs arabes traduits, l’initiative, lorsqu’ils ont été traduits en français pour la première fois, a été prise par un acteur arabe, intermédiaire entre écrivain arabe et structure éditoriale française. Cette configuration est caractéristique des mécanismes qui sous-tendent le mouvement de traduction de la littérature arabe contemporaine en français.

  • 10  Ces expressions sont successivement : le titre d’un livre de Nicolas Beau publié aux éditions du S (...)
  • 11  Recensement général de la population (RGP) de 1975, sondage au 1/5, avec rappel des résultats du R (...)

9La figure de l’intellectuel arabe du Moyen-Orient établi à Paris est, de ce point de vue, centrale. Rappelons en effet qu’à partir du milieu des années 1970 et plus encore dans les années 1980, Paris exerce une fonction de ville relais pour une partie de l’intelligentsia arabe qui vient s’y établir. « Paris capitale arabe », « Arabie-sur-Seine », « Paris, un refuge pour la presse libanaise10 » sont quelques-unes des formules qui en témoignent. Entre 1975 et 1982, le nombre de ressortissants libanais en France s’est accru de 189 %. La progression est de 66 % en ce qui concerne les Égyptiens et de 21 % pour les Syriens11. Les guerres du Liban, le départ de l’OLP du pays suite au siège de Beyrouth par l’armée israélienne en 1982, la guerre Iran-Irak entre 1980 et 1988, sont autant d’éléments qui ont contraint au départ les populations de ces régions qui en avaient la possibilité. Outre des raisons sécuritaires inhérentes aux conflits, la période est également celle du durcissement des régimes politiques, entraînant son lot d’exilés, d’opposants et de réfugiés politiques.

10Les intellectuels libanais, palestiniens, syriens, irakiens et, dans une moindre mesure, égyptiens que l’on retrouve à Paris dans le dernier quart du xxe siècle sont venus chercher des asiles provisoires ou des espaces relais qui assurent leur séjour et la continuité de leurs activités économiques, culturelles, voire politiques. L’apparition, en traduction, de la littérature contemporaine de langue arabe dans le paysage éditorial français s’inscrit clairement dans ce contexte-là. Elle est étroitement liée à la constitution, à Paris, d’une niche de population de culture arabe et arabophone et peut ainsi être rapprochée d’une forme d’« immigration littéraire ». En effet, le rôle moteur, même s’il n’a pas été exclusif, qu’a joué cette présence arabe à Paris au moment où la littérature arabe contemporaine est entrée de manière significative dans l’édition française est le résultat de la mise à profit d’une réelle double connaissance : celle de la culture d’origine et celle de la culture du pays où l’on s’établit. C’est l’un des principaux facteurs qui expliquent pourquoi ces intellectuels ont compté parmi les artisans de la construction de ce pont entre deux univers de référence qu’est la traduction.

11Au-delà d’un questionnement traditionnel portant sur les élites cosmopolites, qui se déplacent, apprennent des langues, traduisent ou font circuler des textes, l’homme de lettres arabe en introducteur de la littérature contemporaine de langue arabe en France soulève la question de la définition d’une activité. Car il est tour à tour éditeur ou directeur de collection dans une maison française ; il peut également avoir fondé à Paris sa propre structure éditoriale. Il peut aussi être salarié d’une institution ou d’une association dont le but est de promouvoir la diffusion de la culture arabe à l’étranger (Institut du monde arabe, services culturels d’une ambassade…). Il est quelquefois libraire, souvent universitaire ou journaliste, traducteur à ses heures. L’examen des différents profils fait moins apparaître un type unique qu’une série de métiers, toujours liés à l’écrit, dans le cadre desquels s’exerce cette activité d’introducteur, d’intermédiaire entre le texte arabe et l’éditeur français.

12La diversité, qui tend à l’éclatement, est l’une des principales difficultés auxquelles on se heurte dès lors que l’on entreprend de décrire les contours de cette activité en termes de profession. L’activité d’intermédiaire est en effet spécifique puisqu’elle requiert un certain nombre de compétences précises (connaissance du champ littéraire arabe, connaissance des codes et des fonctionnements à l’œuvre dans les milieux littéraires et intellectuels parisiens…) et que, quel que soit le canal emprunté et quelles que soient les formes qu’elle prend, elle aboutit toujours à un résultat identique : la publication d’une traduction. Cependant, nous ne sommes pas en présence d’un métier spécifique, car l’activité d’introducteur impose à ceux qui l’exercent une autre source de revenu. En ce sens, elle n’est pas à considérer comme une activité autonome. La question de l’argent est à cet égard centrale et en amène une seconde, celle de la limite entre « amateur » et « professionnel ».

Amateur/professionnel : valeurs et connotations

  • 12  Voir à ce sujet Escarpit 1970.
  • 13  Heinich 1984, p. 274.

13Aucun des introducteurs de la littérature contemporaine de langue arabe à Paris ne vit exclusivement de cette activité-là. À ce titre, aucun d’entre eux ne peut être considéré comme un professionnel. Cette situation est caractéristique des professions à caractère artistique, marquées par la fréquence de l’exercice d’un second métier, rendu nécessaire par la rareté et/ou la faiblesse des bénéfices économiques tirés de ce type de production12. Même si l’on considère le cas du directeur de collection, qui exerce son activité de manière régulière et qui l’inscrit de plus dans des cadres fixes et définis (ceux d’une structure éditoriale),les rémunérations obtenues dépassent rarement l’équivalent d’un treizième mois, sans commune mesure avec l’investissement en temps et en travail. Farouk Mardam-Bey, qui dirige les deux collections les plus importantes de littérature arabe en France (« Mondes arabes » et « Sindbad » aux éditions Actes Sud), malgré les responsabilités qui lui incombent, n’exerce qu’un mi-temps dans l’édition, qu’il complète par un second mi-temps comme conseiller culturel à l’Institut du monde arabe. En outre et de manière plus globale, on constate que plus l’intermédiaire officie dans des cadres informels, moins le revenu associé est important et régulier. Le cas des traducteurs retient de ce point de vue toute l’attention. Dans le domaine arabe, qu’ils traduisent de la littérature ou de la poésie, leur travail est caractérisé par une pratique occasionnelle et par un rythme irrégulier. Lorsqu’ils évoquent leur activité, ils se situent davantage du côté de la qualité que du côté de la quantité, ce qui est un point essentiel de la constitution de leur identité. Les traducteurs littéraires dits « occasionnels » (quel que soit le domaine linguistique, d’ailleurs) sont en effet « généralement plus attentifs au statut d’auteur conféré par la traduction et aux profits de prestige et de légitimité culturelle qui y sont associés13 ». Il n’est d’ailleurs pas inintéressant de souligner le nombre proportionnellement élevé de traducteurs, qu’ils soient arabes ou qu’il s’agisse d’arabisants français, qui se sont consacrés à Naguib Mahfouz après 1988, date à laquelle l’écrivain égyptien a obtenu le prix Nobel de littérature. La distinction que confère le prix Nobel est apparue comme un moteur de l’importation littéraire, non seulement du point de vue de l’édition, mais aussi par l’engouement qu’elle a suscité chez les traducteurs, sur lesquels a en quelque sorte rejailli un surplus de « prestige » et de « légitimité culturelle » du fait de la consécration.

  • 14  Heinich 1995, p. 499-524.
  • 15  Dirkyx 1999, p. 70.
  • 16  Simonin et Fouché 1999, p. 112.
  • 17  Mohammed El Bisatie, entretien réalisé au Caire le 26/04/2000.
  • 18  Heinich 1993, p. 34.

14Il se dégage des paragraphes précédents que les considérations matérielles ne semblent pas constituer une motivation essentielle pour les individus œuvrant en faveur de l’introduction de la littérature arabe contemporaine en France. Le mot « amateur », on le sait, recouvre plusieurs sens. Jusqu’à présent, il a surtout été question de l’amateur comme quelqu’un qui exerce une activité sans rémunération. Dans le domaine sportif par exemple, cette distinction est particulièrement qualifiante. Le professionnel y est valorisé par rapport à l’amateur, synonyme de second rang, de dilettante. Or ici, l’association « rentabilité financière peu élevée »/« amateur » s’enrichit d’une autre valeur associée à l’amateur, qui le rapproche cette fois-ci du collectionneur : un amateur d’art, par exemple. Cette dernière acception rejoint d’ailleurs la volonté des acteurs eux-mêmes de ne pas définir leur activité en termes professionnels. En effet, les producteurs de biens culturels se situent davantage du côté de la vocation que du côté de l’emploi, de la profession. On est dans le cas de ce que Nathalie Heinich appelle « une identité professionnelle en régime de singularité14 ». Au-delà de la question du degré de rentabilité financière d’une activité, le goût et la culture sont des valeurs qui sont mises en avant, à l’inverse de toute conception de métier allant dans le sens « laborieux » du terme. L’éditeur Christian Bourgois ne déclarait-il pas en 1990 : « Je n’ai jamais réussi à rationaliser mes décisions15 » ? De même, un membre du comité de lecture des éditions Gallimard constatait : « Lecteur ? C’est tout sauf un métier16. » On est du côté de l’art, du côté de ce qui ne s’explique pas. L’éditeur, le découvreur d’auteur, ne se pense pas en priorité en marchand de biens culturels, mais en producteur de goût. Par contagion, on peut dire la même chose de celui qui introduit une littérature étrangère dans un nouvel univers. Un romancier égyptien, évoquant les configurations extra-littéraires propices à la traduction, ainsi que les thèmes ou les formes littéraires appréciés des éditeurs occidentaux, finissait par conclure : « la bonne littérature connaît son chemin toute seule17 », privilégiant ainsi une vision enchantée du monde littéraire, qui refuse de prendre en compte les « régimes de valeur hétéronomes […] empruntés au monde ordinaire18 ». Car ce type de propos souligne au contraire le régime d’excellence légitime dans l’univers littéraire, irréductible à toute forme d’objectivation.

  • 19  Bourdieu 1992, p. 15.
  • 20  Ibid.

15En définitive, la polysémie des mots et la diversité des fonctions se rejoignent dans la définition d’une activité aux facettes et aux dimensions multiples. Le champ littéraire est un monde paradoxal, capable « d’inspirer ou d’imposer les “intérêts” les plus désintéressés19 » : l’« intérêt désintéressé » qu’il y a à exercer une activité sans être rémunéré à hauteur du travail fourni ; la volonté qu’il y a de se situer du côté de l’amateur plutôt que du côté du professionnel… Or, l’œuvre littéraire – et par là, la traduction – est un « signe intentionnel20 », réglé par les lois de fonctionnement d’un univers social. « Amateur » : une ressource professionnelle : lorsque l’intitulé de cet article pose en termes d’équivalence « amateur » et « ressource », c’est précisément dans le but de souligner l’importance de ces lois-là.

Bibliographie

Bourdieu P., 1992 : Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil.

Casanova P., 1999 : La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil.

Chalmers M., 1999 : « Les écrivains allemands en Grande-Bretagne », Actes de la recherche en sciences sociales, 130, décembre.

Dirkyx P., 1999 : « Les obstacles à la recherche sur les stratégies éditoriales », Actes de la recherche en sciences sociales, 126-127, mars.

Escarpit R. (dir.), 1970 : Le Littéraire et le social, Paris, Flammarion.

Heinich N., 1984 : « Les traducteurs littéraires : l’art et la profession », Revue française de sociologie, 25.

Heinich N., 1995 : « Façons d’“être” écrivain : l’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie, 36, juillet-septembre.

Heinich N., 1993 : « Publier, consacrer, subventionner. Les fragilités des pouvoirs littéraires », Terrain, 21, octobre.

Leonhardt Santini M., 2006 : Paris librairie arabe, Marseille, éditions Parenthèses.

Ory P., 1995 : « Paris, lieu de création et de légitimation internationales », dans A. Marès et P. Milza (dir.), Le Paris des étrangers depuis 1945, Paris, Publications de la Sorbonne.

Sapiro G., 2002 : « L’importation de la littérature hébraïque en France. Entre communautarisme et universalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, septembre.

Simonin A. et Fouché P., 1999 : « Comment on a refusé certains de mes livres », Actes de la recherche en sciences sociales, 126-127, mars.

Notes

1  Casanova 1999, p. 350.

2  Ibid., p. 191.

3  Ibid., p. 205.

4  Casanova 1999, p. 126.

5  Ory 1995, p. 359-371.

6  « Pour une littérature internationale », interview de Pascale Casanova par Philippe Forest, Art Press, 22, Paris, automne 2001, p. 70.

7  Chalmers 1999, p. 83.

8  Pour l’ensemble des chiffres cités dans ce paragraphe, voir Leonhardt Santini 2006, p. 166-167.

9  « Littérature hébraïque », terminologie choisie par les instances officielles chargées de la représenter, désigne une littérature de fiction écrite en hébreu. Elle ne s’identifie pas à la « littérature israélienne », qui englobe (ou pourrait englober) les œuvres écrites par les « minorités culturelles » d’Israël (à savoir les Palestiniens), ou par les auteurs juifs israéliens écrivant dans une autre langue que l’hébreu. Sapiro 2002, p. 82.

10  Ces expressions sont successivement : le titre d’un livre de Nicolas Beau publié aux éditions du Seuil en 1995 ; le nom d’une petite structure éditoriale fondée à Paris dans les années 1980 par le poète irakien Abdul Kader el-Janabi ; le titre d’un chapitre de l’ouvrage d’Amir Abdulkarim, La diaspora libanaise en France (Paris, L’Harmattan, 1996).

11  Recensement général de la population (RGP) de 1975, sondage au 1/5, avec rappel des résultats du RGP de 1968 ; RGP de 1982, sondage au 1/20 ; RGP de 1990, sondage au 1/20. Aux moments où ces recensements ont été effectués, la nationalité palestinienne n’était pas reconnue. Par voie de conséquence, les Palestiniens n’y ont aucune visibilité et ont probablement été recensés sous une autre nationalité, celle dont ils détenaient un passeport. Quant à la catégorie « Irakiens », elle apparaît pour la première fois au recensement de 1982, ce qui semble signifier qu’ils sont alors en nombre suffisant en France pour constituer un ensemble à part entière.

12  Voir à ce sujet Escarpit 1970.

13  Heinich 1984, p. 274.

14  Heinich 1995, p. 499-524.

15  Dirkyx 1999, p. 70.

16  Simonin et Fouché 1999, p. 112.

17  Mohammed El Bisatie, entretien réalisé au Caire le 26/04/2000.

18  Heinich 1993, p. 34.

19  Bourdieu 1992, p. 15.

20  Ibid.

Auteur

Maud Leonhardt-Santini

Maître-assistant associé à l’École nationale d’architecture de Versailles

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable