Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Temps et espaces en Palestine

 | 
Roger Heacock

II. Racines

Les Turkmènes en Palestine : histoire et devenir*

Muhsin Yusuf et Ghaleb Anabisa

Entrées d'index

Mots clés :

Turkmènes, identité

Géographique :

Cisjordanie, Palestine

Texte intégral

Introduction

  • *  Article traduit de l’arabe par Cécile Boëx.

1Le peuplement de la Palestine par les Turkmènes est un phénomène qui remonte à un millénaire ; c’est l’histoire d’une longue et lente intégration qui a contribué à la formation sociale palestinienne mouvante de la période contemporaine. Nous avons procédé par l’analyse de sources publiées, mais, étant donné leur rareté, nous avons également eu recours à l’histoire orale, en interrogeant la mémoire individuelle et collective des personnes concernées, et en essayant toujours de recouper différents types et niveaux de recherche.

2Dans la Palestine mandataire, comprenant la Cisjordanie, la bande de Gaza et l’actuel Israël, les Turkmènes (ou Turcomans) représentent une très faible part de la population, peut-être pas plus de 5 %. Cependant, depuis le Moyen Âge, cette minorité joue un rôle relativement important dans l’histoire de la Palestine. Le but de cette étude est de faire connaître l’histoire et la situation actuelle des Turkmènes en Palestine, aux niveaux social, politique et culturel.

3Les sources et la bibliographie consacrées à ce sujet sont très peu nombreuses. C’est pourquoi nous nous sommes consacrés, dans la mesure du possible, à la recherche de terrain, c’est-à-dire au recueil de témoignages, en rencontrant de nombreux Turkmènes et des personnes qui sont en contact direct avec eux. Ces entretiens furent réalisés de mars à mai 2005 par les deux auteurs et par d’autres aussi. Nous avons également puisé de nombreux renseignements dans le mémoire de Master de Alia al-Khatîb, présenté à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth et intitulé « ‘Arab at-Turkmân abnâ’ Marj Ibn Âmir ». Pour ce travail, la chercheuse s’était basée sur des entretiens menés entre la fin des années 1970 et le début des années 1980.

Les Turkmènes de Palestine à l’époque médiévale

  • 1 Abderrahman b. Ali b. Majmad b. al-Jawzî: Al-Muntathim fî târîkh al-mulûk wa-l-umûm, édité par Muha (...)
  • 2 Encyclopédie de l’Islam (EI2), p. 682.

4Les Turkmènes sont originaires de la région du Turkistan située en Asie Centrale, plus précisément au nord de la Chine, au sud de la Sibérie, à l’ouest de la Mongolie et à l’est de la mer Caspienne. Cette région est connue sous le nom de pays des Turkmènes comme l’indique Ibn al-Jawzî (mort en 1200 de l’ère chrétienne) quand il évoque l’origine du chef seljoukide Tughrilbeg (1037-1063) : « …il vient de la montagne des Turkmènes1. » Les Turkmènes seraient peut-être issus d’un peuple ou d’un ensemble de tribus turques qui vivaient dans une région occidentale d’Asie Centrale au début du Moyen Âge. Selon des sources iraniennes, le motturkmène signifie « les peuples qui ressemblent aux Turcs ». En d’autres termes, ils ne seraient pas turcs mais identifiés comme tels et ils le seraient devenus par la suite2. Quelques sources arabo-musulmanes soutiennent cette théorie.

  • 3 Ibn al-Jawzî, 1992, vol. 8, p. 143 ; EI2, p. 682.
  • 4 Chams al-Dîn b. Ahmad b. Abî Bakr al-Banâ’ al-Bachârî al-Maqdisî, Ahsan al-Taqâsîm fî ma’rifat al-a (...)

5Parmi les historiens arabo-musulmans et les historiens contemporains, certains considèrent les Turkmènes comme des tribus turques appartenant à l’ensemble des tribus de Ghuz ou d’Oghuz. Par exemple, Ibn al-Jawzî, parlant de l’agrandissement et de la restauration de la tombe du célèbre théologien musulman Abû Hanîfa (mort en 767) à Bagdad,dit : « …la tombe d’Abû Hanîfa… avant l’entrée des Ghuz à Bagdad, quelques princes turkmènes y ont, par la suite, ajouté une voûte. » Il considérait donc bien les Turkmènes comme des Ghuz3.Parmi les historiens arabo-musulmans de l’époque médiévale, certains reconnaissaient les Turkmènes comme des Turcs qui avaient adopté la religion musulmane. Nous avons trouvé cette théorie chez certains historiens contemporains, et certains d’entre eux soutiennent même que le mot « turkmène » a été créé à partir des mots « turc » et « foi » (imân en arabe), c’est-à-dire les Turcs croyants. Il est vrai que les premiers musulmans parmi les Turcs venaient des tribus de Ghuz, qui vivaient à l’ouest des régions turques, aux frontières du monde musulman, à l’époque médiévale4.

  • 5 M. D. Yusuf, 1985: Economic Survey of Syria during the Tenth and Eleventh Centuries, Berlin, Klaus (...)

6Le début de la présence turkmène au cœur du monde musulman (Irak, Bilad al-Cham, Égypte) est attesté à l’époque des califes omeyyades (661750), bien que cette présence soit limitée à un petit nombre de soldats. La migration et l’arrivée massive des Turkmènes dans la région remontent, quant à elles, aux invasions seldjoukides du xie siècle (ve siècle de l’hégire) dans les régions correspondant à l’Iran, l’Irak, l’Azerbaïdjan et l’Anatolie. Nous savons que ces invasions ont entraîné la soumission à l’empire seldjoukide turkmène de tout l’est du monde musulman, et la turquisation partielle de l’Anatolie, où la religion musulmane s’est répandue5. Tous ces événements expliquent que les historiens arabes et musulmans portent un grand intérêt aux Turkmènes.

  • 6 Al-Maqdisî, p. 274-275.

7Les sources arabo-musulmanes mentionnent les Turkmènes avant l’invasion seldjoukide. Par exemple, le géographe palestinien al-Maqdisî (mort en 990) les désigne, dans son célèbre ouvrage intitulé « La meilleure répartition pour la connaissance des provinces », daté du xe siècle (ive siècle de l’hégire), par ces mots : « les Turkmènes qui se sont convertis. » Il évoque également la ville d’Urdu située dans la région de Ferghana et du Hittal, la décrivant comme une « petite ville où vit le roi des Turkmènes6. »

  • 7 M. D. Yusuf, 1985, p. 169-170 ; Abû Ya’la Hamza b. al-Qalânisî, 1908: Dhîl târîkh Dimachq, Beyrouth (...)
  • 8 Ibn Al-Qalânisî, 1908, p. 98-112 ; Encyclopédie palestinienne, IIe partie: al-Dirâsât al-khâssa, vo (...)

8L’invasion turkmène seldjoukide avait pour but l’occupation de l’Iran, de l’Irak et de l’Anatolie. Elle s’est néanmoins étendue aux pays voisins, le Bilad al-Cham et la Palestine. À cette époque, le Bilad al-Cham et la Palestine étaient soumis au pouvoir fatimide chiite égyptien. Au milieu du xie siècle (ve siècle de l’hégire), le pouvoir fatimide, affaibli pour des raisons économiques, politiques et militaires, avait entamé son déclin. Parmi les causes principales de ce déclin figurent les révoltes et les attaques des tribus arabes bédouines qui vivaient aux limites du Bilad al-Cham, plus précisément lors de la migration de la grande tribu Tay’a vers la Palestine7. Face à l’impuissance de l’État fatimide à imposer l’ordre et la sécurité en Palestine, le gouverneur du Bilad al-Cham, Bader al-Jamâlî, fit appel aux Turkmènes qui se trouvaient alors plus au nord, à l’est de l’Anatolie. On trouve parfois dans les sources le nom de « Nâwakiyya » comme synonyme de turkmène. Le mot désigne des groupes de tribus turkmènes, d’ailleurs décrits comme des « pillards », ce qui sous-entend que leurs membres étaient nombreux à l’époque à pratiquer le vol et les pillages8.

  • 9 Ibn al-Jawzî, vol. 12, p. 45.

9Ce qui nous intéresse ici, c’est que les Nâwakiyya, ou ces Turkmènes auxquels le gouverneur Bader al-Jamâlî eut recours, ne faisaient pas partie de l’armée régulière seldjoukide sous les ordres du sultan Alp Arslan (1063-1072). Au contraire, les sources nous apprennent qu’Alp Arslan pourchassait un grand nombre d’entre eux dont une partie obéissait aux ordres de son frère Ibrahîm qui s’était révolté contre lui. Quand Alp Arslan finit par les vaincre, il en tua des milliers9. Nous pouvons donc être tentés de considérer ces Turkmènes comme des individus qui appartenaient à des tribus bédouines pratiquant parfois le pillage, et qui étaient des guerriers à la solde de qui leur donnait une somme d’argent ou un autre privilège en échange. Le sultan Alp Arslan les utilisa sûrement pour sécuriser les contrées qu’il voulait occuper.

  • 10 Encyclopédie palestinienne, IIe partie, vol. 2, p. 438, 447, 474.

102 000 à 12 000 guerriers turkmènes, ceux-là même qui avaient aidé Bader al-Jamâlî à conquérir la Palestine, étaient sous les ordres du chef Atsiz. Ils réussirent à envahir l’ensemble du Bilad al-Cham en 1071 (464 de l’hégire) et à limiter, par là-même, les agressions des Bédouins arabes. Le calme et la sécurité régnèrent alors sur la région pendant une période assez brève. Les agriculteurs retournèrent à leurs champs et à l’arboriculture, mais, très vite, la situation recommença à se dégrader, menant au chaos et à l’insécurité. Cette fois, les troubles vinrent cependant des Turkmènes eux-mêmes, qui accusèrent Bader al-Jamâlî de ne pas avoir tenu toutes ses promesses et de ne pas leur avoir donné en iqtâ’ les terres qu’il leur avait promises10.

  • 11 Yusuf, 1985, p. 20-22 ; Alî b. Muhammad b. al-Athîr, 1983 : Al-Kâmil fî-l-târîkh, Beyrouth, Dâr al- (...)

11Atsiz parvint à s’imposer dans le Bilad al-Cham et en Palestine. Il ne put toutefois occuper les côtes syriennes et palestiniennes, qui restèrent fidèles au pouvoir fatimide. Peu après que Bader al-Jamâlî fut refoulé de Palestine, l’Égypte prépara son retour dans le Bilad al-Cham pour récupérer ce qu’elle avait laissé aux mains des Turkmènes. Face au danger qui menaçait la présence turkmène dans la région, Atsiz demanda le soutien du sultan seldjoukide, qui le lui accorda et envoya une armée sous le commandement de son frère Tutuch. Mais Tutuch, quand il rencontra Atsiz à Damas, le captura et le fit pendre sous prétexte qu’il n’avait pas respecté les honneurs qui lui étaient dus (Atsiz ne s’était pas éloigné de Damas pour aller à sa rencontre et l’accueillir convenablement). C’est ainsi que s’imposa officiellement le pouvoir seldjoukide sur la majorité des terres de Palestine et du Bilad al-Cham11.

  • 12 Encyclopédie palestinienne, IIe partie, vol. 2, p. 562, 565, 568, 571, 574, 719, 855, 905.

12Il est probable qu’un grand nombre de Turkmènes s’installèrent dans les villes, les campagnes et les vallées de Palestine et du Bilâd al-Cham, mais les sources ne nous apprennent pas ce qui s’est passé après leur installation dans la région. Par exemple, nous ne savons pas s’ils se sont mêlés aux autochtones arabes de Palestine, ou s’ils ont conservé leurs coutumes, leurs traditions, leur mode vestimentaire et s’ils ont continué à parler leur langue. Tout ce que l’on peut dire, c’est que les sources arabo-musulmanes ont continué à mentionner les Turkmènes, dans la région et notamment en Palestine, à partir de l’invasion seldjoukide, en passant par les différentes époques, ayyoubide (1174-1249), mamelouk (1249-1517) et ottomane (1517-1917), jusqu’à nos jours12.

  • 13 Ibn al-Jawzî, 1992, vol. 16, p. 217 ; vol. 17, p. 284 ; voir aussi Abû al-Muhâsin Yûsuf Ibn Tagharî (...)

13Ce qui attire l’attention, c’est que les sources mentionnent les Turkmènes en même temps que les Turcs. Voici par exemple comment les historiens évoquent les démonstrations de tristesse et le désespoir qui frappe les gens à travers le pays à la mort du fils du sultan seldjoukide : « Les Turcs et les Turkmènes coupèrent leurs cheveux. ». Ibn al-Jawzî mentionne d’autre part que le sultan Tughrilbeg portait l’habit turkmène lors d’une assemblée spéciale pour se rapprocher d’eux13. Il y avait donc bien une différence entre les Turcs et les Turkmènes, mais les sources ne l’évoquent pas clairement.

14Toutefois, dans les récits historiques qui font allusion à la présence turkmène en Palestine et dans le Bilad al-Cham à travers les siècles, les Turkmènes sont généralement décrits de la façon suivante :

  • • Leur mode de vie social était de type tribal.

  • • Ils étaient nomades et vivaient dans des camps comme celui de Kharkâhât, et non pas dans des maisons en dur.

  • • Ils étaient pour la plupart des combattants employés par les pouvoirs dirigeants ou par différentes factions pour leurs guerres internes et extérieures.

  • • Leur rôle dans les combats ressemblait fortement à celui que jouaient les tribus arabes, en tant que réservistes ou miliciens rejoignant les armées au cours des combats en échange d’un salaire et d’autres avantages. Ils ne faisaient pas partie de l’armée régulière.

    • 14 Ibn al-Athîr, 1983, vol. 8, p. 98-99 et Ibn al-Jawzî, 1992, vol. 16, p. 154, 234 ; vol. 17, p. 284  (...)

    • Les pouvoirs dirigeants les déplaçaient d’un endroit à l’autre quand bon leur semblait pour se venger de leurs attitudes transgressives et de leurs révoltes ou dans le but de créer un équilibre des forces entre eux et les ethnies locales insoumises, en particulier les tribus arabes bédouines14.

  • 15 Alia al-Khatîb, 1987: ‘Arab al-Tukmân: abnâ’ Marj Ibn ‘Âmir, Amman, Dâr al-jalîl wa-l-nachr wa-l-di (...)

15L’ensemble de ces descriptions s’applique aux Turkmènes qui vivaient en Palestine au xixe siècle. Ils étaient bédouins, vivaient dans des camps et se déplaçaient d’un endroit à l’autre. Ils habitaient aux abords des grandes routes reliant l’Égypte à Damas, mais aussi autour des grandes villes, et participèrent à de nombreuses batailles qui eurent lieu dans la région. Ils pouvaient être aussi gardiens des routes principales. Ils représentaient une sorte de contrepoids face aux tribus bédouines, qui, pour nombre d’entre elles, pratiquaient le pillage et les actes d’insoumission15.

Les Turkmènes de Palestine à l’époque moderne

16Nous avons déjà indiqué que les sources manuscrites révèlent la présence des Turkmènes depuis l’époque seljoukide. Mais nous ne savons pas, pour ce qui est des Turkmènes palestiniens d’aujourd’hui, s’ils sont arrivés en Palestine récemment ou depuis des centaines d’années, s’ils sont venus de leur plein gré ou sous la contrainte. Parmi les sources disponibles, et notamment grâce aux cahiers d’imposition ottomans, nous savons, avec certitude, qu’en 1592, les Turkmènes se trouvaient dans la région côtière au nord de Qaysariya (Caesarea), dans la région d’Acre, dans la ville de Gaza et dans la vallée du Jourdain, de Bîssân au sud jusqu’à Houleh au nord.

  • 16 Wolf-Dieter Hutteroth et Kamal Abdelfattah, 1977 : Historical Geography of Palestine, Transjordan a (...)

17Selon les sources, l’un des quartiers de Ramallah portait le nom de « quartier turkmène ». Ce quartier existait déjà à l’époque mamelouke au moment où se déroulèrent les affrontements entre les Turkmènes et les Bâchakîr en 148416. A la fin du xixe siècle, les Turkmènes habitaient à l’ouest de Marj Ibn Âmir et au nord de la ville de Qaysariya.

18Nous nous posons donc la question suivante : d’où viennent ces Turkmènes, à quelle époque et pourquoi ont-ils émigré, de gré ou de force, vers cette région? Les récits oraux recueillis par Alia al-Khatîb sont très contradictoires à ce sujet.

19Les uns racontent que l’arrivée la plus ancienne des Turkmènes remonte à la migration des tribus arabes qui, ayant quitté la péninsule Arabique vers le Turkestan au début des conquêtes musulmanes, sont revenues, après plusieurs siècles, dans le monde arabe sous le nom de Turkmènes.

20D’autres affirment qu’ils sont venus du Turkistan jusque dans la région pour combattre les Croisés, et, qu’après la fin de ces guerres, certains sont restés et s’y sont installés. Le nom du chef militaire turkmène, Kojak b.Paktikine Kawkaburi, est cité à maintes reprises. Marié à la sœur de Saladin, il se distingua face aux Croisés lors de la bataille de Hittin en 1187 et de la libération de Jérusalem la même année. Il est considéré comme l’un des généraux les plus importants de l’armée de Saladin.

  • 17 Al-Khatîb, 1987, p. 21-25 et entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

21Enfin, certains prétendent qu’ils descendent de soldats turcs établis dans la région à l’époque ottomane, sans pour autant connaître l’histoire de cette installation. Plusieurs Turkmènes ont répété ces récits lors de nos entretiens en 200517.

  • 18 Al-Khatîb, 1987, ibid.

22Nous pensons que les récits les plus recevables et qui bénéficient d’une certaine crédibilité sont ceux qui considèrent que les Turkmènes de Marj Ibn Âmir sont arrivés de la région de Naplouse. Ils auraient été déplacés vers cette prairie infestée de marécages et de maladies car ils perturbaient l’ordre et la sécurité: ainsi, ils auraient attaqué une caravane appartenant au sultan ottoman et ce dernier se serait vengé. D’autres témoignages soutiennent que les Turkmènes vivaient dans la région de Gaza avant de s’installer vers la région de Naplouse18.

  • 19 Idem, p. 29-30.
  • 20 Ibrâhîm Gharâyba, www.islamtoday.net et Nusrat Mardân, www.bahzani.org.

23Selon les nombreux témoignages recueillis par Alia al-Khatîb, il apparaît que la migration des Turkmènes depuis Naplouse, et probablement aussi d’ailleurs, vers Marj Ibn Âmir, eut lieu au milieu ou dans la seconde moitié du xixe siècle. Ces récits évoquent la grande bataille d’« ‘Ayn Oum al-Qalâ’id » qui opposa la tribu Saqr, qui vivait dans la vallée de Bîssân et la partie orientale de Marj Ibn Âmir, aux tribus Banîha, qui habitaient la région occidentale de Marj Ibn Âmir. Alia al-Khatîb situe la date de cette bataille aux alentours de 1830. Il semble que cet affrontement se déroula juste avant l’arrivée des Turkmènes dans cette région. Les Banîha purent remporter la victoire grâce aux nouveaux arrivants, avec lesquels ils s’allièrent et fraternisèrent. Les récits précisent également que c’est autour de 1880 que se déclencha la guerre décisive entre les Turkmènes et la tribu Saqr. Ce sont les Turkmènes qui l’emportèrent. Selon Alia al-Khatîb, il y eut de nombreux affrontements entre les deux camps avant cette bataille finale, auxquels on donna le nom de « guerre de sept ans »19. Il est probable que cette guerre de sept ans se déroula juste après l’installation des Turkmènes dans la région, et l’on peut supposer que les Arabes de Saqr tentèrent de soumettre ce groupe de nouveaux habitants avant que la situation ne dégénère. Les Turkmènes et leurs alliés se livrèrent à cette guerre pour défendre leur espace et leur existence dans ce nouvel environnement. Pour assurer leur survie, ils se réunirent autour d’un même pacte en 1890 au sein d’une assemblée unique, « l’assemblée des tribus » (majlis al-achâ’îr)20.

24Les récits oraux cités, qui font allusion aux Turkmènes de Marj Ibn Âmir, comportent trois éléments principaux : ils viennent de Naplouse et sa région ; leur départ vers Marj Ibn Âmir est dû aux troubles qu’ils ont causés à Naplouse ; ce départ se situe dans le courant de la deuxième moitié du xixe siècle. Les très rares sources manuscrites à notre disposition confirment l’authenticité de certains éléments et jettent le doute sur d’autres. Sur ce sujet, nous avons deux sources écrites essentielles.

  • 21 Ihsân al-Nimr, 1938 : Târîkh jabal Nablous wa-l-Balqâ’, vol. 1 : Hawâdith ahd al-iqtâ’, Damas, p. 7 (...)

25La première est « L’histoire de la montagne de Naplouse et de Balqa » par Ihsân al-Nimr, qui évoque la présence turkmène à Naplouse et dans sa région au xixe siècle. Il y avait une unité turkmène parmi les militaires en garnison dans la ville. Selon les informations que rapporte l’auteur, les relations entre le commandant des Turkmènes qui vivaient à Naplouse et les Turkmènes de la campagne se détériorèrent. Ces derniers se mirent à piller, à voler, et à barrer les routes. Ils attaquèrent même un convoi appartenant au gouverneur de Jenine, Hussein Bek al-Châfi‘i, sur la route allant de Jenine à Acre. L’ordre fut donné de les expulser vers Haïfa et Tibériade en 1695 (1106 de l’hégire)21.

26En comparant ceci aux témoignages précédemment cités, il y a concordance pour ce qui est de leur lieu de résidence à Naplouse, de l’attaque de la caravane marchande d’un dignitaire du pouvoir et de leur expulsion suite à cette attaque. Mais il y a aussi des points de divergence importants : le grand décalage entre les dates et la destination de l’exil, Haïfa et Tibériade, quelque peu éloignées de Marj Ibn Âmir. Ce qui est curieux, c’est qu’Ihsân al-Nimr, qui ne cite pas les sources et les documents sur lesquels il s’est appuyé, mentionne Haïfa, alors qu’à cette époque, c’était un petit village sans importance. Il est impensable que les documents y fassent allusion dans ce contexte, s’ils ont émigré à Marj Ibn Âmir, et non pas à Haïfa. Les témoignages penchent pour le déplacement à Marj Ibn Âmir, car c’était un endroit plein de marécages, de maladies et d’épidémies, même si l’installation s’est faite dans une zone élevée, à l’écart des marécages.

  • 22 Lt C. R. Conder et Lt H. H. Kitchener, 1882 : The Survey of Western Palestine, Londres, The Palesti (...)

27La seconde source est The Survey of Western Palestine, publié en 1882. Ce document important, qui a tiré ses informations d’une enquête de terrain réalisée dans les années 1870, atteste de la présence turkmène à l’ouest de Marj Ibn Âmir et sur la côte de Qaysariya. Ils sont décrits de la façon suivante : « Les Turcomans sont une ethnie distincte, et, physiquement, ressemblent plus aux Kurdes. Très peu d’entre eux parlent encore leur langue, la plupart ne parlent que l’arabe. Leurs camps de l’est se situent au sommet des collines près de Lejjun (Magiddo) et Kireh. Au printemps 1873, ils ont été repérés dans la plaine de Sharon, à l’ouest de Kannir, jusqu’à la rivière Zarka22 » (en d’autres termes, sur la côte nord de Qaysariya). Cette source nous révèle que les Turkmènes de Marj Ibn Âmir sont originaires de la région côtière proche de Qaysariya et qu’ils se sont installés à Marj Ibn Âmir dans les années 1870. Il est vrai que cette histoire ne contredit pas celle qu’a établie Alia al-Khatîb sauf sur le fait que les Turkmènes seraient venus de l’est (Naplouse), selon les récits d’Alia al-Khatîb, et non pas de l’ouest, comme l’indique The Survey of Western Palestine.

  • 23 Al-Khatîb, 1987, p. 34-35.

28Ce qui rend encore plus difficile l’identification de l’origine exacte des Turkmènes de Marj Ibn Âmir ce sont quelques témoignages selon lesquels les Turkmènes de Qaysariya descendent des Turkmènes de Marj Ibn Âmir, et non le contraire. Husayn Ya’qûb Badr raconte: « Les Arabes de Birr ou les Jalûliyîn sont issus de gens bannis des sept tribus, à la suite d’une condamnation à l’exil pour une raison ou une autre. Al-Chuqayrî, chef suprême des Turkmènes et héros de la bataille de 1880, avait rendu son jugement en interdisant aux tribus d’entrer en contact avec eux, du fait qu’ils faisaient partie du rang le plus bas de l’ensemble des individus des tribus. Il les condamna à l’exclusion. Toutes les tribus respectèrent ce qu’avait ordonné al-Chuqayrî jusqu’en 1948. Par la suite, ils se mélangèrent de nouveau et les tribus se lièrent les unes aux autres par le mariage23. »

  • 24 Al-Khâwa : taxe illégale prélevée par la force sur les villageois.
  • 25 Al-Nimr, 1938, vol. 1, p. 136.

29D’après les conteurs turkmènes et d’après Ihsân al-Nimr, le départ des Turkmènes vers Marj Ibn Âmir aurait été dû au désir des autorités ottomanes de les punir pour des actes qui menaçaient la sécurité. Mais nous sommes convaincus qu’il y avait une autre raison non moins importante. En fait, le pouvoir ottoman voulait limiter les attaques de la tribu arabe des BaniSaqr qui imposait une « taxe »24 aux habitants de Marj. Elle causait des dégâts dans toute la région jusque sur la côte de Haïfa et d’Acre. Elle coupait la route principale entre Le Caire et Damas, qui passait par Marj Ibn Âmir, et imposait la khâwa et autres taxes aux voyageurs. Ihsân al-Nimr a mentionné la présence de la tribu Saqr dans la région de Bîssân depuis une date ancienne qui remonte au xviie siècle25.

  • 26 Al-Khatîb, 1987, p. 30-31.

30Il apparaît donc que les affrontements entre les deux camps (les Turkmènes et les Saqr) ont duré longtemps et que la bataille de 1880 en a été le point final. Il en a résulté un traité qui déterminait les zones d’influence et de domination entre les deux parties, la région du plateau de Bîssân étant soumise à la tribu Saqr et Marj Ibn Âmir, y compris la route principale, aux Turkmènes26.

  • 27 Idem, p. 21-29.

31Quant aux personnes que nous avons rencontrées en 2005, elles ne nous apportent aucune information nouvelle à ce sujet, au contraire : la grande majorité d’entre elles ignorent l’histoire de leurs ancêtres. Du fait que les Turkmènes de Marj Ibn Âmir sont à l’origine de la plupart des Turkmènes présents en Palestine, il nous a semblé opportun de mentionner quelques caractéristiques historiques. Les témoignages ont fait état de l’installation des Turkmènes à côté des tribus arabes du nom de Banîha, qui habitaient à l’ouest de Marj Ibn Âmir. Les Arabes ont fait bon accueil aux nouveaux arrivants, tous ont fraternisé et se sont alliés contre leurs ennemis, tant et si bien que les tribus Banîha ont fini par porter le nom de Turkmènes et les tribus turkmènes à être considérées comme Arabes. D’autres récits considèrent l’ensemble des tribus comme d’origine turkmène27.

32D’après l’ensemble des récits oraux et écrits, les tribus turkmènes seraient au nombre de sept. Selon l’ouvrage The Survey of Western Palestine, les sept tribus sont les suivantes :

  • 28 Conder and Kitchener, 1882, vol. 2, p. 73.

1) Tawathah ; 2) Naghnaghiyeh ; 3) Benî Saidan ; 4) Beni Gowa ou Banihah ; 5) ‘Awadin ; 6) Shageizat ; 7) ‘Alakineh28.

Et selon les travaux d’Alia al-Khatîb, ces tribus sont :

  • 29 Al-Khatîb, 1987, p. 21-29 ; Mardân, www.bahzani.org ; et entretien avec Tawfiq Muhammad Ahmad Farhâ (...)

1) Al-Tawathah ; 2) Al-Naghnaghiya ; 3) Banî Sa’îdan ; 4) Banî Gharr’a ; 5) al-Shqîrat ; 6) al-Alâqima ; 7) al-Dhabâya29.

  • 30 Entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

33La liste que nous a donnée Fakhrî al-Turkmân correspond à celle d’Alia al-Khatîb, mais il a ajouté la tribu d’al-‘Awâdîn30. The Survey of Western Palestine corrobore la liste d’Alia al-Khatîb dans la mesure où cette dernière considère que la tribu des ‘Awâdîn s’est fondue dans la tribu al-Naghnaghiya. Malgré la grande similitude entre les deux listes, il y a quelques différences notoires qui méritent notre attention. Nous sommes convaincus que les noms cités par Alia Al-Khatîb et Fakhrî al-Turkmân sont les plus crédibles. Nous pensons qu’une erreur a pu être commise par la personne qui a publié The Survey, et non pas par ceux qui ont préparé le texte. Il est alors probable que les auteurs du texte ont écrit les noms des tribus n° 4, 5 et 6 ainsi : Gorra, ‘Alakimeh, Shaqeirat, et que celui qui a édité le document a compris : Gowa, ‘Alakineh, Shageizat. Quant à la tribu al-Dhabiya, elle a complètement disparu du livre The Survey et l’on retrouve, à sa place, la tribu ‘Awâdîn.
   

  • 31 Al-Khatîb, 1987, p. 24-25.
  • 32 Hutteroth et Abdelfattah, 1977, p. 48-50.

34Les sources anciennes et les témoignages contemporains se rejoignent sur le fait que les Turkmènes vivaient une vie nomade et que leur camp, dont les tentes étaient faites de peaux, portait le nom de al-Sîwân (ou Kharkâhât). Selon ces récits, les Turkmènes auraient pillé les tentes de la tribu Saqr en 1880 à l’issue de leur victoire sur cette tribu arabe. C’est à partir de cette date que les Turkmènes ont commencé à vivre sous des tentes « arabes ». Il est connu que les tentes des Banî Saqr et de l’ensemble des tribus arabes étaient faites à partir de poils de chèvres ou de chameau31. De plus, comme le veut la tradition bédouine, les Turkmènes vivaient de l’élevage du bétail, ne pratiquant ni l’agriculture, ni l’artisanat. À cet égard, notons que la majorité des Turkmènes enregistrés sur les cahiers d’imposition ottomans en 1592, ceux qui vivaient sur la côte de Qaysariya et dans la vallée de Houleh, vivaient de l’élevage des buffles, d’autant que les marécages étaient nombreux dans ces deux régions32.

  • 33 Al-Khatîb, 1987, p. 45-61 et entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

35Le temps du changement vint pour les Turkmènes de Palestine à partir de la Première guerre mondiale, quand ils passèrent de la vie nomade à la vie sédentaire, et quittèrent leurs tentes pour des maisons en dur, faites de pierre et d’argile, voire même de pierres travaillées. Ils fondèrent un certain nombre de villages au début des années 1920, dont les principaux sont al-Mansî, ‘Ayn al-Mansî, Abû Chûcha, al-Chqîrat, Abû Zurayq, al-Ghubayât et Lud al-‘Awwadîn. Ils passèrent également d’une gestion collective de la terre et de l’élevage à un système de propriété privée et à la culture de produits agricoles variés. Quant aux Turkmènes de Qaysariya, la majorité d’entre eux vécurent encore sous des tentes bédouines pendant longtemps. Ils ne construisirent pas de maisons ni ne fondèrent de villages, hormis celui de Karkour, de peu d’importance jusqu’en 194833.

  • 34 Al-Khatîb, 1987, p. 45-61 et entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

36En ce qui concerne leurs relations avec le pouvoir central, de nombreux signes nous indiquent que les rapports des Turkmènes avec l’État ottoman au début du xxe siècle n’étaient pas très bons, à tel point qu’ils n’aidèrent pas ce dernier contre les Britanniques, qui occupèrent la Palestine et le Bilad al-Cham lors de la Première guerre mondiale. De même, leurs relations avec le pouvoir mandataire britannique (1917-1948) et le mouvement sioniste ne différaient en rien de celles qu’entretenait avec ces deux acteurs tout autre groupe de population palestinienne. Les Turkmènes considéraient les Britanniques et le mouvement sioniste comme des ennemis à combattre pour libérer le pays. Ainsi, les Turkmènes participèrent à l’ensemble des soulèvements et des révoltes palestiniennes contre le gouvernement britannique, et tout particulièrement la révolte de 1936. Ce fut la plus importante révolte de la période mandataire ; tous les secteurs de la société palestinienne y participèrent, et, parmi eux, les Turkmènes. Nous pouvons même dire que leur contribution à cette révolte fut significative, les rebelles ayant pris le village d’al-Mansî comme quartier général pour les habitants des villages arabes et turkmènes de la région. De plus, Abû Durra, chef de la révolte dans le secteur nord de la Palestine, fit le choix de Hasan Mansour d’al-Mansî, commandant turkmène, pour diriger les insurgés de la région. La maison de ce chef servait en outre de siège au tribunal de la révolte pour la région34.

37Du fait de leur manque d’expérience dans les opérations militaires, les révoltés firent venir un officier turc, Ali Effendi, pour diriger les attaques contre les forces britanniques et les colons juifs. Les rebelles s’engagèrent dans de multiples combats qui coûtèrent la vie à des soldats et à des officiers britanniques, ainsi qu’à des colons et à des combattants juifs. Ils attaquèrent des prisons britanniques à plusieurs reprises afin de libérer ceux qui s’étaient fait capturer. Bon nombre d’insurgés trouvèrent également la mort au combat. Alia al-Khatîb est parvenue à connaître le nom d’un grand nombre d’entre eux. À travers le nom des martyrs et des villages auxquels ils appartenaient, il apparaît que les Turkmènes et les Arabes participèrent côte à côte à toutes les opérations armées. Quant à la bataille la plus célèbre, celle d’al-Mansî, elle eut lieu en septembre 1938. Les forces britanniques prirent par surprise les chefs de la révolte et leur comité militaire, composé de cinq membres, qui s’étaient réunis dans le village d’al-Mansî. Ils utilisèrent, pour attaquer le village, des forces militaires impressionnantes surpassant de beaucoup en nombre et en moyens les forces rebelles. Leurs chars d’assaut et leur aviation, mirent les révoltés en déroute. De nombreux combattants trouvèrent la mort, et parmi eux, l’officier turc Ali Effendi. Il y eut plus de 65 prisonniers, dont l’ensemble du comité militaire. Le reste des révoltés qui purent s’échapper se réfugièrent dans les régions voisines, et notamment dans le village d’Umm al-Fahm, situé entre Jenine et al-Mansî. Les récits insistent sur le fait que le destin des membres du comité militaire reste obscur : nous ne savons pas si les Britanniques les liquidèrent le jour même de leur capitulation ou s’ils moururent plus tard dans les prisons britanniques ou sionistes. Certains affirment que les forces britanniques auraient remis les captifs aux colons juifs, qui les auraient exécutés dans le village de Cha‘ab, près d’Acre.

  • 35 Al-Khatîb, 1987, p. 71-79.

38Les insurgés turkmènes n’ont pas pour autant cessé de participer à la lutte après la chute d’al-Mansî et les attaques britanniques répétées sur ce village. Au contraire, ils défendirent Umm al-Fahm et d’autres villages arabes aux côtés des autres habitants35.

  • 36 Idem, p. 82-87 ; Wajdi Anwar Mardân ; Tawfîq Abu Bakr : www.moqawama.tv/arabic.

39Au cours de la Seconde guerre mondiale, le calme régna sur l’ensemble des régions palestiniennes. Puis, les actes de violence entre les Arabes et les Juifs reprirent, suite à la demande du mouvement sioniste d’ouvrir les frontières à l’immigration juive puis à la décision de l’ONU en 1947 de partager la Palestine. D’après la résolution de partage, les villages turkmènes étaient censés faire partie de l’État juif. Comme ce fut le cas dans tout le territoire, les habitants des villages turkmènes refusèrent un tel sort et attaquèrent les colonies juives voisines, en particulier Michmar Haemek. Les colons ripostèrent à leur tour. En avril, les forces juives de la Haganah lancèrent une grande offensive contre le village d’al-Mansî, qui tomba relativement facilement. Les habitants furent chassés, les maisons détruites pour les empêcher de revenir. Au cours du même mois, les autres villages turkmènes et arabes situés dans la même région furent envahis, les habitants et les maisons de ces villages connurent le même sort. A propos des événements de 1948, les habitants de ces villages racontèrent que les Turkmènes et les Arabes se défendaient, alors qu’en 1936, ils étaient ceux qui attaquaient. La plupart d’entre eux imputèrent l’échec des Palestiniens et des Arabes, face aux forces de la Haganah, à la faiblesse et à la mauvaise organisation des forces arabes, composées de l’armée de libération dirigée par Fawzî al-Qâwaqijî et des forces irakiennes, qui avaient pris en charge la défense de Jenine et de sa région. Finalement, la population s’était retrouvée seule face à un ennemi bien entraîné et armé. Les villages étaient tombés sans difficulté. C’est ainsi que les Turkmènes et les Arabes se firent expulser. Ils s’enfuirent à la recherche d’un endroit où se réfugier et où ils pourraient se sentir à l’abri des opérations militaires36.

Les Turkmènes dans la région du Croissant fertile

  • 37 Entretiens avec Fakhrî al-Turkmân, Kamâl Abdul Fattah, Amîn Abu Bakr, Ali Abu Khamîra et Tawfîq Muh (...)

40Nous ne connaissons pas le nombre exact des Turkmènes aujourd’hui en Palestine. Comme il n’existe pas de recensement officiel, nous nous baserons sur des estimations. Les personnes que nous avons rencontrées donnent des chiffres très inégaux, variant de 7 000 à 40 000. Nous estimons pour notre part que ce nombre se situe entre 9 000 et 11 000, dans les proportions suivantes  : de 7 000 à 8 000 personnes dans la région de Jenine ; environ 1 000 personnes dans la région de Tulkarem et Naplouse ; entre 1 000 et 2 000 dans les villages et les villes israéliennes, et quelques dizaines de personnes dans la Bande de Gaza37.

  • 38 Gharâyba:www.islamtoday.net.

41Il faut mentionner ici la présence de minorités turkmènes dans la plupart des pays arabes voisins. Selon les estimations, c’est en Irak que se trouve la plus grande minorité turkmène du monde arabe : son pourcentage est de 2 à 7 % de la population pour un nombre oscillant donc entre 500 000 et deux millions. La majorité des Turkmènes d’Irak vivent au nord du pays, à proximité des frontières turco-irakiennes, notamment dans la ville de Kirkouk. Aujourd’hui, un débat animé et un véritable conflit opposent les Turkmènes, les Kurdes et les Arabes pour déterminer s’il faut considérer cette ville pétrolière importante comme une ville turkmène, kurde ou arabe. Les Turkmènes affirment que Kirkouk est une ville turkmène à l’origine, dans laquelle les Kurdes et les Arabes se sont successivement installés38.

  • 39 Ibid et Mardân: www.bahzani, org.

42La deuxième grande concentration de Turkmènes se trouve en Syrie où l’on estime leur nombre à plus de 100 000. La majorité d’entre eux vit aux frontières de la Turquie et de l’Irak, ainsi que dans la région de l’Oronte. Avant 1948, un groupe relativement important de Turkmènes habitait le Golan sur la route principale entre Damas et la Palestine. Quant à leur nombre en Jordanie et au Liban, il semble être compris entre 30 000 et 40 00039.

La situation actuelle des Turkmènes de Palestine

  • 40 Entretiens avec : Tawfiq Muhammad Ahmad Farhât, Hamza Ahmad Hasan al-Turkmânî, Ali Abû Khamîra, Amî (...)

43Avec l’expulsion du peuple palestinien en 1948, les Turkmènes se dispersèrent, tout comme leurs voisins arabes, dans de nombreuses régions plus ou moins proches de leur patrie d’origine. La plus grande partie d’entre eux se réfugia au nord de la Cisjordanie, principalement dans le camp de Jenine où vivent aujourd’hui plus de 3 000 Turkmènes. Environ 1 000 personnes habitent Jenine et 1 000 autres dans le village de Bîr al-Bâcha près de Ya’bid. Environ 750 personnes vivent dans le village d’al-Zabâbda habité par une majorité d’Arabes chrétiens. Enfin, de petits groupes turkmènes vivent dans d’autres villages de la région de Jenine, comme Qabâtiya, Arâba, Ya’bid, Muthallath al-Chuhadâ et al-‘Ayn al-Baydâ’, ainsi que dans la région de Tulkarem, en particulier dans le camp de Nour Chams ; d’autres encore vivent à Naplouse dans les camps de réfugiés comme celui d’Askar et d’‘Ayn Bayt al-Mâ’. Nous en trouvons également un certain nombre dans la vallée du Jourdain à Jiftlik. Un petit nombre de familles turkmènes vivent à Gaza et ne semblent pas originaires de Marj Ibn Âmir, mais plutôt de Turquie40.

  • 41 Entretiens avec : Mustafa Kabhâ, Hussein Hasan Naghnaghî, Kawkab Aql, Ahmad Khalaf Ghanâyim, Chihâb (...)
  • 42 Entretiens avec : Ali Muhammad Badawi, Chahâb Hamd Abû Badr, Mustafa Kabhâ, Kawkab Aql, Ahmad Khala (...)

44D’autre part, quelques familles turkmènes dispersées ont trouvé refuge dans les villages arabes soumis à l’État d’Israël en 1948commeBâqa al-Gharbiya, Kafr Qari’, Ibthan, Umm al-Ghanam, Dabburiya, Barta‘a, Ûm al-Qataf et Jaljuliya41. Ces villages sont proches des villages fondés par les Turkmènes. D’après la résolution de 1947 pour la partition de la Palestine, ils auraient tous dû être compris dans l’État palestinien. Cependant, Israël envahit et annexa la région en 1948 et 1949. Des familles s’installèrent parfois dans ces villages avant 1936, comme cette famille d’Ibthan qui fut contrainte de partir vers ce village après le meurtre de deux personnes d’une autre tribu. De même, une grande famille s’est installée à Bâqa al-Gharbiya près de Qaysariya, une décennie avant qu’elle ne devienne une ville juive en 1948. À présent, il ne reste qu’une seule famille turkmène dans la banlieue de cette ville42.

  • 43 Entretiens avec : Kamâl Abdul Fattah, Fakhrî al-Turkmân ; Amîn Abû Bakr.

45En 1948, un nombre assez important de Turkmènes de Marj Ibn Âmir s’est réfugié au nord de la Jordanie, en particulier à Irbid, dans une zone géographiquement parallèle et très proche de la région de Marj Ibn Âmir. Leur présence s’est renforcée par la suite en raison de l’afflux de réfugiés palestiniens d’origine turkmène et arabe dans les années 1950 et 1960, tous à la recherche d’un travail en Transjordanie. Ces réfugiés fuyaient les mauvaises conditions endurées en Cisjordanie. Il faut préciser qu’après 1948, la Cisjordanie fut rattachée à la Jordanie, ce qui rendit les déplacements vers cette région plus faciles à entreprendre. Il est intéressant de constater qu’un nombre considérable de réfugiés turkmènes de Jenine trouvèrent un emploi au Liban dans les années 1950 et 1960. Parmi eux, quelques-uns voyagèrent jusqu’en Allemagne à la recherche d’un meilleur travail. Certains s’installèrent dans ce pays et les autres retournèrent en Jordanie ou à Jenine. Aujourd’hui, en Jordanie, la plupart des Turkmènes sont regroupés au nord du pays, dans la capitale Amman et dans les divers camps de réfugiés palestiniens. Parmi les personnes rencontrées, nombreuses sont celles qui ont évoqué l’existence à Amman d’une administration réservée aux Turkmènes d’al-Mansî43.

  • 44 Wajdî Anwar Mardân : www.kerkuk.net/arabia ; Nusrat Mardân : www.bahzani.org.

46En Syrie, un nombre assez important de Turkmènes de Marj Ibn Âmir se sont réfugiés sur le plateau du Golan, en particulier ceux de la tribu al-‘Awâdîn qui rejoignirent leurs proches. Ces mêmes Turkmènes se déplacèrent avec le reste des habitants du Golan vers Damas et sa région en 1967 à la suite de l’invasion israélienne44.

47Selon l’auteur de The Survey of Western Palestine, les Turkmènes de Marj Ibn Âmir se différencient des autochtones et ressemblent aux Kurdes. Or, différents indices historiques et ethnographiques font supposer, ce qui est par ailleurs dans la logique d’une histoire d’intégration progressive telle que celle que nous avons décrite ici, qu’il y a eu assimilation réciproque parmi les voisins d’origines différentes. Cette assimilation pourrait s’être déclinée sur différents parcours, parmi lesquels les trois suivants :

  • 45 Entretien avec Fakhrî al-Turkmân.
  • 46 Conder et Kitchener, 1882, p. 73.
  • 47 Al-Khatîb, 1987, p. 22-28.

481. Des tribus et des individus arabes se sont alliés aux Turkmènes. Nous avons déjà évoqué le fait que les tribus Banîha ont fait alliance avec eux au point de porter elles-mêmes le nom de Turkmènes. Ces tribus ont dû se confondre entièrement, car leur nom a disparu de la région bien qu’elles fussent importantes. D’après Fakhrî al-Turkmân, les tribus Banî Sa‘idan, Banî Ghurra, Dhabâiyâ et al-‘Alâqima sont des tribus Banîha45. Dans The Survey of Western Palestine, la tribu Banî Ghurra fait également partie des tribus Banîha46. Parmi les différents témoignages réunis par Alia al-Khatîb, certains soutiennent que la tribu des ‘Awâdîn est une tribu arabe qui fait partie des Banî Sakhar qui vivaient en Jordanie. Un autre récit indique que le clan des Hawâchîn, relevant de la tribu Banî Ghurra, est un clan arabe originaire du village Hûcha, voisin de la ville jordanienne de Mafraq. Un autre témoignage raconte aussi que le clan al-‘Ara‘ira, lié à la tribu Shqîrât, est originaire du village arabe de ‘Ar‘ara, à proximité d’Umm al-Fahm. Un certain nombre de témoignages, dont celui de Fakhrî al-Turkmân, soulignent qu’il existe seulement trois « véritables » tribus turkmènes : al-Shqîrât, al-Tawatiha et al-Naghnaghiya47. Si ces récits s’avèrent crédibles, alors la grande majorité des Turkmènes de Palestine sont des Arabes descendant des Turkmènes.

  • 48 Ibid.

492. Les tribus turkmènes en Palestine avaient de nombreux serviteurs et esclaves d’origine africaine. Durant cette longue période de cohabitation (jusqu’en 1948), ces derniers se sont intégrés à la société palestinienne turkmène ambiante48.

503. Les mariages entre les Turkmènes et le reste de la populationont toujours eu lieu. Aujourd’hui, c’est un phénomène largement répandu et de nombreux indices nous font croire que cela existait déjà par le passé.

51Nous avons mentionné précédemment qu’à la fin du xixe siècle et au début du xxe, les Turkmènes avaient un mode de vie nomade, sous la tente, et élevaient du bétail. Ils ne se sont sédentarisés qu’à partir des années 1920. En d’autres termes, ils étaient nomades sur le plan social, culturel et économique, sans différence aucune avec leurs voisins, les Bédouins arabes.

  • 49 Entretien avec Amîn Abû Bakr.

52Même s’ils ont commencé à changer de mode de vie pendant la période de l’occupation britannique (1917-1948) en devenant cultivateurs, leur vie bédouine n’a pas tant changé que cela. Par exemple, ils continuèrent à élever du bétail jusqu’en 1948. Lors de l’exil, cette année-là, ils emmenèrent avec eux tout leur bétail vers leur nouvel habitat en Cisjordanie, en Jordanie et dans le Golan. En fait, ce mode de vie les aida à traverser l’épreuve de l’exil et son assimilation économique et psychologique d’une façon plus rapide et plus facile que les paysans et les citadins palestiniens qui vivaient de l’agriculture, du commerce ou de l’artisanat. De plus, le fait d’être accompagnés de leur bétail leur permit de conserver leurs habitudes. Parmi les informations dont nous disposons sur ce point précis, quelques Turkmènes du village de Bîr al-Bâcha élevaient des dindons, des vaches et des moutons, dans les années 196049.

  • 50 Al-Khatîb, 1987, p. 111-196.

53En parcourant les chapitres du premier volume du livre d’Alia al-Khatîb, en particulier le quatrième chapitre relatif à la vie culturelle, nous avons été frappés par la grande similitude, voire la concordance parfaite, entre le mode de vie des Turkmènes et celui des Bédouins arabes. Cela se manifeste dans le dialecte parlé, les tenues noires caractéristiques des femmes bédouines, les tatouages qu’elles se faisaient sur le visage, les mains et le reste du corps, le port du bijou sur le nez, les proverbes et les maximes, les coutumes de mariage, les chansons, l’hospitalité, la valorisation de l’élevage des chevaux pur-sang, les valeurs de courage et de bravoure, la solidarité, la loyauté démesurée envers la tribu, et même les habitudes alimentaires (consommation de viande et de laban)50.

54Aujourd’hui, les Turkmènes abandonnent de plus en plus le mode de vie pastoral et tribal. Nous pouvons dire qu’il existe, aujourd’hui en Palestine, trois ensembles sociologiques turkmènes :

551. Les individus du premier groupe ont totalement abandonné le mode de vie et l’accent bédouin, et ont adopté le mode de vie et le parler du village ou de la ville où ils habitent. Ils refusent d’être considérés comme bédouins, se sentent même gênés de leur origine bédouine. Les individus et les petits groupes relatifs à cet ensemble vivent le plus souvent en milieu rural ou dans de grandes villes.

  • 51 Entretiens avec : Chihâb Hamd Abû Badr, Hamdân Abû Badr, Ahmad Ghanâyim, Hussein Naghnaghî, Muhamma (...)

562. Les personnes du deuxième groupe sont également très influencées par le mode de vie rural ou citadin dans les domaines économique, culturel, sur le plan de l’éducation et du dialecte. Cependant ils ne ressentent pas de gêne à être qualifiés de bédouins. Ils n’essayent pas de cacher leur origine, ni leur appartenance familiale et tribale et leur solidarité relativement forte. Ils vivent le plus souvent aux abords des villes et des villages ou dans des quartiers où leur nombre est assez important. Prenons les trois familles qui vivent à Bâqa al-Gharbiya pour illustrer notre propos. La famille Abû Khalaf qui habite au centre de la ville ne se distingue pas du reste de la population quant à son mode de vie économique et social, son accent, ses habitudes vestimentaires, alimentaires et matrimoniales. Alors que les familles Abû Badr et Ya’qûb al-Hamd, qui vivent aux extrémités de la ville et qui se démarquent par leur nombre relativement élevé, n’éprouvent aucune gêne quant à leur origine bédouine et à leur appartenance familiale et tribale assez développée. Les anciens sont fiers de leur bédouinité, ils utilisent le parler bédouin, conservent les nombreuses coutumes et traditions bédouines, et portent les habits bédouins, d’autant plus que la jeune génération ne le fait pas51. Aujourd’hui, la plupart des Turkmènes de Palestine, surtout ceux du nord de la Cisjordanie, appartiennent à cet ensemble.

  • 52 Entretiens avec : Amîn Abû Bakr, Ali Abû Khamîra, Kamâl Abdul Fattah.

573. Les personnes du troisième groupe sont également influencées par le mode de vie moderne, mais en subissent moins l’impact que les deux autres groupes. La grande majorité de ces Turkmènes vivent dans des maisons en pierre ou en béton, et non sous des tentes. Le sentiment d’appartenance familiale et tribale est tellement fort chez eux que leurs voisins, dans la même région, traitent avec eux avec une certaine méfiance. De plus, ils parlent le dialecte bédouin, les vieilles femmes portent l’habit noir traditionnel et ils mangent plus de plats traditionnels bédouins que d’autres. Certains d’entre eux élèvent encore du bétail, même si leur nombre est limité. Les Turkmènes qui appartiennent à cet ensemble sont relativement peu nombreux. Ils vivent surtout dans des lieux reculés ou dans de grandes agglomérations turkmènes comme le village de Bîr al-Bâcha en Cisjordanie52.

  • 53 Entretiens avec : Amîn Abû Bakr, Kamâl Abdul Fattah, Ali al-Jarbâwî, Hamza al-Turkmânî, Fakhrî al-T (...)

58Avant 1948, la plupart des Turkmènes de Palestine habitaient leurs propres villages et les autres Palestiniens vivaient rarement avec eux. Aujourd’hui, l’exil les a contraints à habiter des villages, des villes et des camps où ils ne sont pas majoritaires. Il est vrai, cependant, qu’ils habitent les uns à côté des autres, et non pas dans des quartiers séparés du reste de la population. Ils partagent la même vie que les autres, surtout ceux des premier et deuxième groupes, évoqués plus haut. Leurs relations avec leurs voisins sont tout à fait harmonieuses, et il paraît évident que se marier avec les Palestiniens musulmans se fait sans difficulté aucune. Ils ont d’ailleurs beaucoup de points communs et cela touche tous les domaines de la vie comme le mode vestimentaire, l’alimentation, les coutumes, les traditions et la culture53.

  • 54 Entretien avec : Ziyad Hawâchîn, Hamza al-Turkmânî, Ali al-Jarbâwî, Kawkab Aql, Kamâl Abdul Fattah.

59De plus, rien ne distingue ce groupe du reste de la population quant aux professions et aux moyens de subsistance. Aujourd’hui, quelques-uns vivent encore de l’élevage. Quant à la majorité, ils travaillent comme ouvriers ou fonctionnaires dans les différents secteurs gouvernementaux, d’autres sont enseignants dans les écoles. Les habitants des villes et des camps travaillent dans le commerce, surtout à Jenine. D’autres exercent des professions indépendantes comme menuisiers, forgerons et mécaniciens. Un nombre considérable d’entre eux travaillent dans le domaine des transports et des communications. Pour ce qui est de l’agriculture, peu d’entre eux travaillent dans ce secteur pour la simple raison qu’ils ont perdu leurs terres en 1948 quand ils ont été expulsés. Certains ont tout de même réussi à racheter des terres agricoles dans leur nouveau lieu de vie. Dans le domaine de l’emploi, nous ne notons pas de différence notable entre les Turkmènes de Cisjordanie, ceux de la Bande de Gaza et ceux qui vivent en Israël54.

  • 55 Entretiens avec : Hamza al-Turkmânî, Kamâl Abdul Fattah, Amîn Abû Bakr, Ali Abû Khamîra ; Tawfiq Ab (...)

60Nous avons expliqué précédemment que les Turkmènes avaient participé à la résistance face à l’occupant britannique, comme le reste du peuple palestinien, en particulier lors de la célèbre révolte de 1936. Ils ont aussi participé à la guerre de 1948. Après l’invasion de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza par Israël en 1967, les Turkmènes ont rejoint l’ensemble des mouvements de résistance dirigés contre les forces israéliennes. Toutes les personnes rencontrées originaires de Jenine confirment que les Turkmènes ont participé à la première et la deuxième Intifada (1987-1993 et 2000-2005). Leur rôle dans les actes de résistance a même peut-être été proportionnellement plus important si l’on considère leur poids démographique. Le résultat fut qu’il y eut un grand nombre de martyrs, de blessés et de prisonniers parmi eux. Rappelons que la résistance la plus vive que rencontrèrent les forces israéliennes au cours de la deuxième Intifada fut celle du camp de Jenine où résident bon nombre de Turkmènes, en 2002. En raison de cette résistance, les forces israéliennes menèrent une destruction systématique du camp dont une grande partie fut rasée. On estime que les Turkmènes représentent le tiers de la population de ce camp. Nombre d’entre eux y trouvèrent la mort. Il est intéressant de noter que les récits de collaboration des Turkmènes avec l’occupation sont très rares55.

61En ce qui concerne l’enseignement, les Turkmènes, comme l’ensemble des Palestiniens, lui accordent une grande importance. En fait, nous ne disposons pas de statistiques officielles à ce sujet, mais la connaissance que nous avons de ces habitants et nos entretiens personnels nous conduisent à penser cela. Le nombre important de ceux qui obtiennent des diplômes supérieurs et qui occupent des postes élevés en Palestine et à l’étranger confirme ce phénomène. La brève liste qui suit relève quelques noms de Turkmènes importants :

  • • Fakhrî al-Turkmân, membre de l’Assemblée législative palestinienne ;

  • • Jamâl al-Châtî, membre de l’Assemblée législative palestinienne ;

  • • Hamza Mansour, secrétaire général du Front du Travail Islamique ;

  • • Abdallah Mûsa, Président de l’Université jordanienne ;

  • • Sulayman al-Turkmân, Président du Conseil de l’ordre des infirmiers en Palestine ;

  • • Chawbâch Chawbâch, membre de l’Assemblée nationale palestinienne ;

  • • Muhammad Chihâb Mûsa, Directeur de l’hôpital américain en Arabie Saoudite ;

  • • Hamza Ahmad al-Turkmânî, maire de Gaza de 1982 à 1989 en accord avec l’OLP.

  • 56 Entretiens avec : Fakhrî al-Turkmân, Hamza al-Turkmânî, Kamâl Abdul Fattah, Ziyad Hawâchîn, Amîn Ab (...)

Il y a en outre un grand nombre de professeurs d’université, de médecins et d’avocats56.

  • 57 Entretiens avec : Tawfiq Farhât, Fakhrî al-Turkmân, Kamâl Abdul Fattah, Amîn Abû Bakr, Ali Abû Kham (...)
  • 58 Entretiens avec : Fakhrî al-Turkmân, Ali Abû Khamîra ; Tawfîq Abû Bakr : www.moqawama.tv/arabic.

62Sur le plan politique, les Turkmènes se répartissent dans l’ensemble des organisations militaires, des mouvements et des partis politiques connus en Palestine. Certains soutiennent les organisations religieuses, comme le Hamas et le Jihad islamique, d’autres appartiennent aux mouvements de gauche comme le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) et le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine (FDLP). Mais la plupart des Turkmènes soutiennent le mouvement Fatah57. Cela se confirme par le succès de deux candidats turkmènes de la région de Jenine lors des élections législatives de 1996. L’un des candidats, Jamâl al-Châtî représentait le Fatah, tandis que l’autre, Fakhrî al-Turkmân, était un candidat indépendant mais proche du Fatah58.

  • 59 Entretien avec : Hamza Ahmad al-Turkmânî.

63Pour ce qui est de la relation des Turkmènes de Palestine avec les Turkmènes des autres pays arabes, elle est quasi inexistante avec les Turkmènes d’Irak, de Syrie et du Liban, mais elle est forte avec les Turkmènes de Jordanie, grâce à la proximité des deux pays et à la (toute relative) facilité de circulation. Les Turkmènes de Palestine n’ont donc pas de relation forte avec les Turkmènes des pays non arabes, comme l’Iran, l’Azerbaïdjan, les pays d’Asie centrale et les pays européens. Par ailleurs, ils n’ont pas de relations avec les Turkmènes et les Turcs de Turquie, sauf dans le cas des Turkmènes de Gaza. Selon ce que nous a raconté Hamza Ahmad al-Turkmânî, la famille turkmène qui vit à Gaza, et à laquelle le professeur Hamza appartient lui-même, a pour aïeul un Turc célèbre du nom de Hassan al-Turkmânî. Ce grand-père immigra en Palestine entre 1900 et 1905. Le professeur Hamza indique qu’à sa mort, juste avant la création de l’État d’Israël, il ne parlait toujours pas très bien l’arabe et fut enterré à Bi’r al-Sabaa, qui fut occupée ensuite par les Israéliens. Il raconte que deux de ses enfants sont retournés à Adana, en Turquie. Aujourd’hui, l’un de ses petits-enfants est vice-président de la municipalité d’Ankara. Un autre a été élu membre du parlement turc. Il précise également que les autorités israéliennes capturèrent l’un de ses cousins et le jetèrent en prison en 1972. Sa propre femme, d’origine turque, est alors entrée en contact avec l’ambassade de Turquie en Israël, qui, à son tour, intercéda pour sa libération et son rapatriement en Turquie. De même, de nombreux membres de cette famille essayent d’obtenir la nationalité turque, pour émigrer vers ce pays59.

Conclusion

64Les Turkmènes sont présents en Palestine depuis le xie siècle. Cependant, nous ne savons pas si les Turkmènes d’aujourd’hui sont leurs descendants ou s’ils descendent de Turkmènes récemment immigrés en Palestine. Les indices à notre disposition attestent la présence des ancêtres des Turkmènes actuels en Palestine depuis de nombreux siècles. Avant d’arriver en Palestine, il se peut qu’ils aient voyagé et habité les pays arabes voisins et qu’ils ne soient pas venus directement de leur patrie d’origine. Ils ont conservé la langue turkmène, quoique d’une manière limitée, jusqu’au xixe siècle. Après cela, cette langue disparut. Avant le xxe siècle, leur mode de vie était tribal et nomade. Ils ont toujours vécu aux côtés des Bédouins arabes palestiniens. C’est pourquoi leur accent arabe, leurs habitudes, leurs traditions, leur culture, leurs proverbes, leurs valeurs, leur mode de vie économique et social, tous ces aspects coïncident avec la vie des Bédouins arabes.

65Depuis leur expulsion de leurs villages d’origine à Marj Ibn Âmir et l’obligation de se disperser dans les villages, les villes et les camps de réfugiés en Palestine, en Jordanie, en Israël, en Syrie et au Liban, ils ont très vite été influencés par le mode de vie de la majorité de la population de la région. Ils ont perdu progressivement leurs coutumes, leurs traditions et leur mode de vie nomade et tribal. À présent, il est difficile de faire la différence entre un Turkmène et son voisin arabe. De plus, la plupart des jeunes Turkmènes ne connaissent pas leur origine. Et même s’ils la connaissent, ils ne ressentent pas de différences entre eux et leurs voisins non turkmènes. S’ils en trouvent, ils les attribuent à leur origine nomade, et non pas à leur origine turkmène. Leur sensibilité envers le reste de la population et l’adoption du mode de vie de leurs voisins peuvent s’expliquer par le déracinement et leur dispersion dans les villes, les villages et les camps de la région, mais aussi par les contraintes dues au fait qu’ils ont eu à y vivre en tant que minorités, ce qui les a obligés à s’acclimater aux autres. Étant musulmans et parlant l’arabe comme le reste des habitants, ils s’intègrent à la société. De plus, le mode de vie moderne et la mondialisation touchent fortement les habitants de la Palestine. Les minorités ethniques et sociales, et parmi elles les Turkmènes, se sont vues contraintes de se dissoudre dans la majorité. L’intégration séculaire des Turkmènes et leur assimilation totale dans la société palestinienne, ont contribué et continuent de contribuer au développement d’une société complexe et plurielle.

Bibliographie

Sources et références bibliographiques
Entretiens

1. Abû Badr, Chihâb Hamd, de Bâqa al-Gharbiya, le 26 mars 2005.

2. Abû Badr, Ya’qûb Ahmad, de Bâqa al-Gharbiya, le 24 mars 2005.

3. Abû Bakr, Amîn, de Arâba (Jenine), le 4 mai 2005.

4. Abû Khamîra, Ali, de Qabâtiya, le 17 avril 2005.

5. Al-Badawî, Muhammad Mahmûd Mûsa, de Ibthân, le 7 avril 2005.

6. Al-Turkmân, Fakhrî Fahd Mûsa, de Jenine, membre de l’Assemblée législative, le 23 mars 2005.

7. Al-Turkmânî, Hamza Ahmad Hasan, de Gaza, Le 5 mars 2005.

8. Al-Jarbâwî, Ali Bassâm, de Jenine, le 15 mai 2005.

9. Hawâchîn, Zaydân, de Naplouse, le 21 avril 2005.

10. Farhât, Tawfiq Muhammad Ahmad, du camp de Jenine, le 8 mars 2005.

11. Abdul Fattah, Kamâl, de Jenine, le 10 mai 2005.

12. Aql, Kawkab, de Kafr Qaraa, le 12 avril 2005.

13. Ghanâyim, Ahmad Khalaf, de Bâqa al-Gharbiya, le 29 mars 2005.

14. Kabha, Mustafa, d’Oum al-Qataf, le 8 avril 2005.

15. Naghnaghî, Hussein Hasan, de Bâqa al-Gharbiya, le 10 mai 2005.

Ouvrages en langue arabe

Ibn al-Athîr, Ali b. Muhammad, 1983 : Al-Kâmil fî-l-târîkh, Beyrouth, Dâr al-kitâb al-arabî, volume 8.

Ibn Tagharî Baradî, Abû al-Muhâsin Yusûf al-Atâbikî : Al-Nujûm al-zâhira fî mulûk misr wa-l-Qâhira, Le Caire, Ministère de la Culture et de la Guidance nationale.

Ibn al-Jawzî, Abderrahman b. Ali b. Muhammad, 1992 : Al-Muntazim fî târîkh al-mulûk wa-l-Umam, édité par Muhammad Abdul Qâdir Attâ et Mustafa Abdul Qâtir Attâ, Beyrouth, Dâr al-kutub al-‘ilmiyya, volume 8.

Ibn al-Qalânisî, Abû Ya’la Hamza, 1908 : Dhîl târîkh dimachq, Beyrouth, Imprimerie des Pères jésuites.

Bayâdisa, Subhî, 2001 : Bâqa al-gharbiya : Târîkh lâ yunsâ, masîra wa târîkh, Kafr Qaraa, Dâr al-hûda.

Al-Khatîb, Alia, 1987 : Arab al-Turkmân abnâ’ Marj Ibn Âmir, Amman, Dâr al-jalîl wa-l-nachr wa-l-dirâsât wa-l-abhâth al-filastîniya, volume 1.

Al-Maqdisî, Chamseddîn b. Ahmad b. Abi Bakr al-Banâ’ al-Bachârî, Ahsan al-taqâsîm fî m‘arifat al-aqâlîm, édité par M. J. De Goeje, troisième édition, Le Caire, Librairie Madbûlî.

Al-mawsû‘a al-filastîniyya, deuxième partie : al-Dirâsât al-khâssa, volume 2, al-Dirâsât al-târîkhiyya, Beyrouth, première édition, 1991.

Al-Nimr, Ihsân, 1938 : Târîkh jabal Nablûs wa-l-Balqâ’, volume 1 : Hawâdith ahd al-iqtâ’, Damas.

Articles en ligne

www.moqawama.tv/arabic : Abû Bakr, Tawfiq, « Mukhayyam Janîn al-sumûd wa-l-majzara ».

www.jawlan.org/golan : Abû Jabal, Ayman, « Sukkân al-Jawlân wa ‘imârahu ».

www.islamtoday.net : Gharâyba, Ibrahîm,

www.kerkuk.net/arabic/index : « ‘Uyûn al-zamân lamin sakana al-jawlân min ‘achâir at-Turkmân ».

www.Bahzani.org/maqalat : Mardân, Nusrat, « Al-Turkmân fî charq al-mutawasat ».

www.palestine-info_/arabic/palestinetoday : Mardân, Wajdî Anwar, « Turkmân al-Irâq wa-l-qadiya al-filastîniya ».

www.mogaza.org/arabic/mayor10

Ouvrages en langue anglaise

Conder C. R. et Kitchener H. H., 1882 : The Survey of Western Palestine, Londres, The Palestine Exploration Fund, vol. 2.

Encyclopedia of Islam, second edition, 1960, Leiden, Brill, p. 683.

Hutteroth W. D. et Abdelfattah K., 1977 : Historical Geography of Palestine, Transjordan and Southern Syria in the late 16th Century, Erlangen, Erlangen Geographische Arbeiten, Publisher : Fränkische Geographische Gesellschaft.

Yusuf M. D., 1985 : Economic Survey of Syria during the Tenth and Eleventh Centuries, Berlin, Klaus Schwarz Publishers.

Notes

*  Article traduit de l’arabe par Cécile Boëx.

1 Abderrahman b. Ali b. Majmad b. al-Jawzî: Al-Muntathim fî târîkh al-mulûk wa-l-umûm, édité par Muhammad al-Qâdir Attâ et Mustafa Abd al-Qâdir Attâ, Beyrouth, Dâr al-kutub al-‘ilmiyya, 1992, vol. 16, p. 84.

2 Encyclopédie de l’Islam (EI2), p. 682.

3 Ibn al-Jawzî, 1992, vol. 8, p. 143 ; EI2, p. 682.

4 Chams al-Dîn b. Ahmad b. Abî Bakr al-Banâ’ al-Bachârî al-Maqdisî, Ahsan al-Taqâsîm fî ma’rifat al-aqâlîm, édité par M. J. de Goeje, 3e édition, Le Caire, Librairie Madbûlî, p. 275 ; EI2, p. 682.

5 M. D. Yusuf, 1985: Economic Survey of Syria during the Tenth and Eleventh Centuries, Berlin, Klaus Schwarz Publishers, p. 21-24 ; EI2, vol. 8.

6 Al-Maqdisî, p. 274-275.

7 M. D. Yusuf, 1985, p. 169-170 ; Abû Ya’la Hamza b. al-Qalânisî, 1908: Dhîl târîkh Dimachq, Beyrouth, imp. des Pères Jésuites, p. 21-25, 50-51, 72.

8 Ibn Al-Qalânisî, 1908, p. 98-112 ; Encyclopédie palestinienne, IIe partie: al-Dirâsât al-khâssa, volume 2: al-Dirâsât al-tarîkhiyya, 1991, Beyrouth, 1re édition, p. 438, 447, 474.

9 Ibn al-Jawzî, vol. 12, p. 45.

10 Encyclopédie palestinienne, IIe partie, vol. 2, p. 438, 447, 474.

11 Yusuf, 1985, p. 20-22 ; Alî b. Muhammad b. al-Athîr, 1983 : Al-Kâmil fî-l-târîkh, Beyrouth, Dâr al-kitâb al-arabî, vol. 8, p. 126.

12 Encyclopédie palestinienne, IIe partie, vol. 2, p. 562, 565, 568, 571, 574, 719, 855, 905.

13 Ibn al-Jawzî, 1992, vol. 16, p. 217 ; vol. 17, p. 284 ; voir aussi Abû al-Muhâsin Yûsuf Ibn Tagharî Baradî al-Atâbikî, Al-Nujûm al-zâhira fî mulûk Misr wa-l-Qâhira, Le Caire, Ministère de la culture, vol. 5, p. 113.

14 Ibn al-Athîr, 1983, vol. 8, p. 98-99 et Ibn al-Jawzî, 1992, vol. 16, p. 154, 234 ; vol. 17, p. 284 ; vol. 18, p. 71.

15 Alia al-Khatîb, 1987: ‘Arab al-Tukmân: abnâ’ Marj Ibn ‘Âmir, Amman, Dâr al-jalîl wa-l-nachr wa-l-dirâsât wa-l-abhâth al-filastîniyya, vol. 1, p. 22-23.

16 Wolf-Dieter Hutteroth et Kamal Abdelfattah, 1977 : Historical Geography of Palestine, Transjordan and Southern Syria in the late 16th Century, Erlangen, Erlangen Geographische Arbeiten, Publisher : Fränkische Geographische Gesellschaft, p. 28, 48-50, 53-54, 138, 158, 161, 176, 193, 195.

17 Al-Khatîb, 1987, p. 21-25 et entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

18 Al-Khatîb, 1987, ibid.

19 Idem, p. 29-30.

20 Ibrâhîm Gharâyba, www.islamtoday.net et Nusrat Mardân, www.bahzani.org.

21 Ihsân al-Nimr, 1938 : Târîkh jabal Nablous wa-l-Balqâ’, vol. 1 : Hawâdith ahd al-iqtâ’, Damas, p. 77, 91-92.

22 Lt C. R. Conder et Lt H. H. Kitchener, 1882 : The Survey of Western Palestine, Londres, The Palestine Exploration Fund, vol. 2, p. 72-73.

23 Al-Khatîb, 1987, p. 34-35.

24 Al-Khâwa : taxe illégale prélevée par la force sur les villageois.

25 Al-Nimr, 1938, vol. 1, p. 136.

26 Al-Khatîb, 1987, p. 30-31.

27 Idem, p. 21-29.

28 Conder and Kitchener, 1882, vol. 2, p. 73.

29 Al-Khatîb, 1987, p. 21-29 ; Mardân, www.bahzani.org ; et entretien avec Tawfiq Muhammad Ahmad Farhât.

30 Entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

31 Al-Khatîb, 1987, p. 24-25.

32 Hutteroth et Abdelfattah, 1977, p. 48-50.

33 Al-Khatîb, 1987, p. 45-61 et entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

34 Al-Khatîb, 1987, p. 45-61 et entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

35 Al-Khatîb, 1987, p. 71-79.

36 Idem, p. 82-87 ; Wajdi Anwar Mardân ; Tawfîq Abu Bakr : www.moqawama.tv/arabic.

37 Entretiens avec Fakhrî al-Turkmân, Kamâl Abdul Fattah, Amîn Abu Bakr, Ali Abu Khamîra et Tawfîq Muhammad Ahmad Farhât.

38 Gharâyba:www.islamtoday.net.

39 Ibid et Mardân: www.bahzani, org.

40 Entretiens avec : Tawfiq Muhammad Ahmad Farhât, Hamza Ahmad Hasan al-Turkmânî, Ali Abû Khamîra, Amîn Abû Bakr, Ziyad Hawâchîn, Wajdî Anwar Mardân ; www.kerkouk.net/arabic/ ; Tawfiq Abû Bakr ; www.moqawama.tv/arabic.

41 Entretiens avec : Mustafa Kabhâ, Hussein Hasan Naghnaghî, Kawkab Aql, Ahmad Khalaf Ghanâyim, Chihâb Ahmad Abû Badr, Ya’qûb Hamd Abû Badr ; Subhi Biyâdisa: Bâqa al-Gharbiya, târîkh la yunsâ, masîra wa târîkh, Kafr Qara’, Dâr al-Hudâ, 2001, p. 145.

42 Entretiens avec : Ali Muhammad Badawi, Chahâb Hamd Abû Badr, Mustafa Kabhâ, Kawkab Aql, Ahmad Khalaf Ghanâyim.

43 Entretiens avec : Kamâl Abdul Fattah, Fakhrî al-Turkmân ; Amîn Abû Bakr.

44 Wajdî Anwar Mardân : www.kerkuk.net/arabia ; Nusrat Mardân : www.bahzani.org.

45 Entretien avec Fakhrî al-Turkmân.

46 Conder et Kitchener, 1882, p. 73.

47 Al-Khatîb, 1987, p. 22-28.

48 Ibid.

49 Entretien avec Amîn Abû Bakr.

50 Al-Khatîb, 1987, p. 111-196.

51 Entretiens avec : Chihâb Hamd Abû Badr, Hamdân Abû Badr, Ahmad Ghanâyim, Hussein Naghnaghî, Muhammad Mahmûd al-Badawî.

52 Entretiens avec : Amîn Abû Bakr, Ali Abû Khamîra, Kamâl Abdul Fattah.

53 Entretiens avec : Amîn Abû Bakr, Kamâl Abdul Fattah, Ali al-Jarbâwî, Hamza al-Turkmânî, Fakhrî al-Turkmân, Tawfîq Farhât, Muhammad Mahmûd Badawî, Kawkab Aql, Hasan Naghnaghî.

54 Entretien avec : Ziyad Hawâchîn, Hamza al-Turkmânî, Ali al-Jarbâwî, Kawkab Aql, Kamâl Abdul Fattah.

55 Entretiens avec : Hamza al-Turkmânî, Kamâl Abdul Fattah, Amîn Abû Bakr, Ali Abû Khamîra ; Tawfiq Abû Bakr : www.moqawama.tv/arabic.

56 Entretiens avec : Fakhrî al-Turkmân, Hamza al-Turkmânî, Kamâl Abdul Fattah, Ziyad Hawâchîn, Amîn Abû Bakr, Muhammad Mahmûd al-Badawî, Ahmad Ghanâyim.

57 Entretiens avec : Tawfiq Farhât, Fakhrî al-Turkmân, Kamâl Abdul Fattah, Amîn Abû Bakr, Ali Abû Khamîra.

58 Entretiens avec : Fakhrî al-Turkmân, Ali Abû Khamîra ; Tawfîq Abû Bakr : www.moqawama.tv/arabic.

59 Entretien avec : Hamza Ahmad al-Turkmânî.

Auteurs

Associate professor of history, Birzeit University, Palestine.
myoussef@birzeit.edu
Historien, Baaka al-Gharbiyya, Israël.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable