Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« L’art du faible »

 | 
Assaf Dahdah

Chapitre II. La ville au prisme des migrants

Texte intégral

1Le terme de visibilité est central dans l’étude de l’espace médiatique comme « domaine public » sur lequel on s’appuie pour partager et rendre visible une information, un phénomène ou une revendication (Thompson 2005, Voirol 2005). Il est également pertinent pour étudier les rapports entre les groupes et les individus, pour décrire et expliquer les situations de minorité, de marginalité et de revendication, notamment dans les espaces urbains où, nous le verrons, proximité et visibilité ne vont pas forcément de pair. Il s’applique ainsi à des groupes qui mettent en place des tactiques pour se rendre visibles ou au contraire pour se dissimuler aux yeux du reste de la population.

  • 1 Voir à cet égard Anteby-Yemeni 2009, Baby-Collin et al. 2011, Endelstein 2005, Hily et Berthomière (...)

2En effet, les travaux scientifiques qui traitent ou évoquent la question de la visibilité dans différentes villes du monde se multiplient1. À cet égard, la visibilité des migrantes à Beyrouth est un exemple qu’il convient de développer : il est représentatif des réalités locales et internationales quant à la perception d’un groupe de migrants dans une ville ; la visibilité de ces populations est un indicateur pertinent du fonctionnement géographique d’une métropole telle que Beyrouth.

Voir et être vu dans la ville

Du visible à l’invisible, les degrés de visibilité

3D’un point de vue purement physique et biologique, l’œil humain voit son environnement selon que l’objet qui s’y trouve est de nature à pouvoir être perçu par l’organe oculaire. Les facteurs de lumière, de taille et de distance deviennent alors essentiels. En effet, la visibilité est une situation sociale double entre ce que l’observateur peut voir, veut voir et croit voir, et ce que l’environnement ou l’individu observés laisse paraître ou peut montrer dans le contexte d’un espace densément peuplé comme une ville. Autrement dit, un individu n’est jamais totalement invisible (Le Blanc 2009).

4Un plat libanais cuisiné par une domestique éthiopienne et servi lors d’une réception à Beyrouth est le résultat du travail effectué dans la cuisine. Le plat est ainsi la partie visible du travail car rien ne permet à la personne invitée de savoir qui a élaboré le plat d’autant que la domestique est généralement cantonnée dans la cuisine. Il en est de même dans un restaurant asiatique ou italien à Hamra ou à Achrafieh. Les clients ne voient que la partie visible et exotique du travail et du cadre du lieu, mais rien n’indique que le plat a été confectionné par une personne originaire du pays dont proviendrait le plat consommé. Autrement dit, on peut se restreindre de manière plus ou moins consciente à voir ce à quoi l’on s’est préparé et ne pas s’intéresser à la dimension moins visible du processus de fabrication, en l’occurrence un plat cuisiné si l’on reprend les exemples cités. Dans le cas qui nous intéresse, l’invisible ne se réduit pas au négatif du visible, mais apparaît plutôt comme une invisibilité qui relève d’un contexte (Merleau-Ponty 1964a).

5Le visible implique donc ici l’invisible, ils sont intrinsèquement liés. Le visible est une invitation vers l’invisible, il en est aussi le reflet (Hussy 2002). Ainsi, ce qui est visible dans la ville est la suggestion de ce qui existe de façon moins visible. On ne peut donc pas parler d’invisibilité au sens propre du terme mais de degrés de visibilité.

  • 2 Ces quartiers ne sont pas dans leur ensemble des lieux huppés. Résident encore, et malgré tout, dan (...)

6Avoir connaissance d’une réalité, connaître ou reconnaître un lieu, une personne sont des facteurs indispensables pour permettre à un individu de voir. L’ignorance ou la méconnaissance limite de fait la capacité de voir et la visibilité de l’autre. Un Libanais ou une Libanaise dont le mode de vie limite les déplacements à Beyrouth intra muros et, dans cet espace, à des quartiers déterminés comme Achrafieh ou Hamra2 (des quartiers haut de gamme), ne peut connaître les réalités d’un quartier comme Dora ou Barbir (des quartiers populaires). Certes il ou elle sait (peut-être) que Dora est le quartier des Arméniens et Barbir un quartier populaire sunnite, mais évoquer la place des migrants en général et des Éthiopiennes en particulier dans ces espaces provoque l’étonnement de nombreuses personnes avec qui le sujet a été évoqué. Autre exemple, Hamra est un quartier commerçant, fréquenté par toute une jeunesse beyrouthine « branchée » car s’y concentrent non seulement des universités internationales, mais aussi des cafés, des librairies, des bars, des boîtes de nuit et des théâtres. Les personnes qui fréquentent ce quartier, et qui parfois y résident, sont peu nombreuses à savoir qu’il y a également des commerces éthiopiens et philippins. Ce qui est une conséquence à la fois de la position en retrait de certains de ces commerces, mais également de l’ignorance ou du désintérêt qu’y prête le passant (photo 8).

Photo 8 : Commerce philippin dans une rue perpendiculaire à la rue Hamra.

Photo 8 : Commerce philippin dans une rue perpendiculaire à la rue Hamra.

7On pourrait ainsi imaginer l’invisible comme une conséquence de l’imprévisible. L’œil et l’esprit ne sont pas prêts à voir et percevoir une action, un objet, un individu ou une réalité car ils ne les connaissent pas et qu’ils n’y prêtent pas attention puisqu’elles ne font pas partie de leur préoccupation. On ne va donc pas nécessairement voir ce que l’on ne peut pas prévoir ou ce qui nous est à priori inutile.

8L’imprévisible est donc dans une certaine mesure antinomique de la sensibilité. Un citadin peut ne pas voir et percevoir un objet car il n’en soupçonne pas l’existence, même si la distance « urbaine » à celui-ci peut lui permettre d’avoir le recul suffisant ou à l’inverse la proximité nécessaire. Toutefois, une trop grande distance et une trop grande proximité constituent autant d’obstacles à cette perception (Sand citant Pascal, 2010). Vivre dans la ville rend donc la visibilité et la lisibilité d’autant plus complexes que la distance à l’objet peut être annulée : soit par l’immersion de l’observateur dans l’espace où sont présents les éléments observables/observés, soit par la trop grande distance qui les sépare. D’autant plus si l’observateur évite plus ou moins volontairement les espaces et les instants où une réalité devient visible – un rassemblement religieux à Badaro ou à Nabaa par exemple.

9Selon Maurice Merleau-Ponty, le mouvement est essentiel à la vue car on ne peut voir que ce vers quoi est attirée notre attention (Merleau-Ponty 1964 b). Or, comment voir si rien n’indique qu’il faut regarder dans une direction déterminée ? Quoi voir si le mouvement a lieu en dehors du champ du regard ? Pourquoi regarder et analyser un élément s’il est à priori sans intérêt immédiat pour l’observateur ? Ces interrogations nous conduisent à souligner l’importance de la connaissance et de la reconnaissance dans la nature du principe de visibilité. On ne peut pas percevoir la signification de ce que l’on regarde lorsque l’élément se rend invisible ou quand le regard n’a pas les codes pour comprendre le visible, ou alors partiellement. Ce qui pose la question de ce qui est lisible ou déchiffrable par le regard. Ici l’œil est interrogé en tant qu’outil pour voir, mais également pour comprendre et lire, en somme pour analyser et décrypter (Endelstein 2005). En effet, pouvoir voir est insuffisant, il faut également être sensible à ce que l’on voit pour le percevoir et le prendre en considération. À cet égard, la visibilité des migrants dans la ville relève à la fois de la manière avec laquelle ils pratiquent la ville et de leur place dans le regard des autres citadins.

10En tant que chercheur qui étudie la présence et la visibilité des migrants à Beyrouth, notre attention se focalise sur ces populations que nous cherchons à observer par tous les moyens, dans tous les degrés de visibilités qui les caractérisent et dans tous les espaces de la ville. Notre perception est de ce fait biaisée. « C’est donc en mettant en question son propre regard de chercheur et en interrogeant le regard des citadins que l’on peut saisir les perceptions et représentations de l’espace liées à la présence d’un groupe, et comprendre la construction des relations sociales dans l’espace » (Endelstein 2005 : 75).

Voir l’altérité dans la ville : la place des migrants à Beyrouth

11« La métropole est, par excellence, une ville de migration, une ville de nouveaux venus. Vu sa masse, sa densité et sa centralité dans la métropole, le migrant est très visible dans l’espace public » (Jonas et Weidmann 2006 citant Simmel). La relation que Georges Simmel soulève dans le rapport entre ville, visibilité et altérité, est paradoxale au regard de la situation des migrantes domestiques à Beyrouth. Autrement dit, dans le cas où une proximité spatiale depuis le logement jusqu’à la rue est concomitante à une distance sociale, et nous ajoutons culturelle. Dans le cas de la migration internationale à Beyrouth, la densité dont parle Simmel ne signifie pas visibilité de facto, même dans l’espace public ; nous reviendrons sur ce point ultérieurement. La proximité spatiale et la distance sociale restent de ce point de vue la règle et les migrantes peuvent être présentes dans un lieu tout en étant à côté, mises de côté, voire « invisibilisées ».

12Les rapports de domination sociale, sexuelle et ethnique, qui sous-tendent la présence des migrants économiques en général et des domestiques en particulier, constituent à la fois la pierre d’achoppement et la base des rapports entretenus entre la population libanaise et les migrants. Bien que totalement dépendante du travail de la main-d’œuvre étrangère, depuis les espaces agricoles jusque dans les logements, la majorité de la population libanaise ressent, à l’instar de bien d’autres habitants du monde, un sentiment d’aversion pour les populations étrangères présentes dans le pays. Xénophobie et racisme touchent plus particulièrement les travailleurs arabes, africains et du sous-continent indien ; les travailleuses domestiques subissent également le machisme et la misogynie. Ainsi, combien de fois n’a-t-on pas entendu des propos injurieux concernant ces populations qui subissent des humiliations récurrentes et un racisme ordinaire ?

13Beaucoup de Libanais disent qu’il ne faut pas prêter de l’attention ou montrer de l’intérêt, « na‘ti weje », aux domestiques sinon elles ne sont plus dociles et n’écoutent plus les ordres de leurs employeurs. Ainsi, le rapport de domination doit être permanent pour éviter tout rapport d’égalité qui laisserait penser à l’employée qu’elle peut avoir son mot à dire et une trop grande liberté d’action. Autrement dit, « il y a une forme de mépris extrême qui passe par le silence et l’invisibilité dans l’espace d’apparition publique et qui surpasse de loin les formes de mépris s’exprimant par l’insulte, le dénigrement et la dévalorisation » (Voirol 2005 : 118).

14C’est dans ce contexte que la place des migrants à Beyrouth oscille entre une situation de soumission, de compromis, d’« invisibilisation » mais aussi, et de façon croissante, de contournement et d’émancipation, à l’image de toutes ces femmes qui s’enfuient pour travailler à leur propre compte.

  • 3 Les migrantes en free lance bénéficient pour beaucoup d’un jour et demi de repos – samedi après-mid (...)
  • 4 Voir Bouchetout 2007, Cattan 2009, Dahdah 2009, Hily et Berthomière 2006.

15Le « régime de visibilité » (Lussault 2003c : 997), c’est-à-dire « (…) les formes de matérialisation spatiale du social (…) » (Bélouin et al. 2009 : 3), des migrants dans les espaces beyrouthins change très vite. La place qu’ils occupent et surtout que les migrantes occupent dans la ville, évolue de jour en jour vers une « banalisation » de leur présence dans le paysage urbain qu’elles tendent à modifier ; et vers une visibilité permanente dans tous les espaces de la région urbaine du Grand Beyrouth. Il n’en reste pas moins que leur visibilité dans les espaces beyrouthins, et plus particulièrement dans la ville intra muros, est différenciée selon des temporalités et des spatialités spécifiques. En effet, comme nous l’avons précisé dans la première partie de ce travail, le dimanche est généralement le jour de congé accordé par certains employeurs aux employées de maison. Le reste de la semaine, les migrantes domestiques et non domestiques travaillent. Cette temporalité qui distingue week-end3 et jours de semaine est centrale pour appréhender la visibilité des migrantes dans la ville et leur pratique de la ville4. Cette relation entre visibilité, temporalité et spatialité peut s’observer et s’analyser à différentes échelles spatiales, depuis la voiture ou le logement jusqu’à la rue, mais aussi selon l’attitude adoptée par les migrantes et le regard porté sur eux par le reste de la population. Il est ainsi fréquent de voir les employées de maison assises à l’arrière de la voiture de leur employeur. La position en retrait souligne la condition de la domestique qui ne peut s’asseoir à côté de celui-ci nonobstant le fait que la voiture est vide de tout autre passager.

16L’uniforme de travail est à cet égard un autre exemple de l’invisibilisation quotidienne de l’individu dans des vêtements qui rendent sa présence dans l’espace anonyme, et qui l’identifient à son statut social de domestique (photos 9-10). Durant la semaine, l’uniforme de travail bleu, rose ou marron est alors généralement de rigueur pour les domestiques qui sortent faire des achats pour la maison mais dont la sortie est censée se limiter à la course demandée par l’employeur.

Photo 9 : Domestique en uniforme de travail à Achrafieh (2012).

Photo 9 : Domestique en uniforme de travail à Achrafieh (2012).

Photo 10 : Agent d’entretien de l’entreprise Sukleen sur la Corniche.

Photo 10 : Agent d’entretien de l’entreprise Sukleen sur la Corniche.

17Lorsque les domestiques accompagnent leurs employeurs, leur place dans l’espace public est différente parce qu’elles sont chargées de surveiller et de s’occuper des enfants ou bien d’assister une personne âgée. Il devient ainsi possible de les voir dans tous les lieux de la ville, même ceux où elles ne se rendent pas habituellement, et à tout moment de la journée et de la semaine puisqu’elles sont en train de se déplacer dans l’exercice de leur fonction (Cattan 2009). Les domestiques ne sont donc pas présentes en tant que personnes qui pratiquent la ville selon leur choix, mais comme acteurs nécessaires à la pratique de la ville par d’autres acteurs ; ce sont ces seuls acteurs légitimes qui autorisent la présence des migrants dans des espaces comme le centre-ville (photo 11).

Photo 11 : Domestique éthiopienne accompagnant ses employeurs sur la Place de l’Étoile, dans le centre-ville.

Photo 11 : Domestique éthiopienne accompagnant ses employeurs sur la Place de l’Étoile, dans le centre-ville.

18Cette « visibilité de semaine » tend malgré tout à se complexifier parallèlement à une relative diversification des secteurs professionnels dans lesquels travaillent les migrantes. En effet, la migration prévue pour être strictement limitée à la domesticité ne l’est plus vraiment même si la majorité des femmes restent des domestiques à demeure. Dès lors, la liberté de pratiquer la ville de manière plus indépendante, en dehors de toute contrainte sociale et professionnelle devient dans une certaine mesure effective. Il est devenu habituel de voir des migrantes circuler dans la ville, à tout moment de la journée, par exemple des femmes originaires du sous-continent indien qui sont vêtues de leur habit traditionnel, le sari. Ce vêtement au tissu coloré rend leur présence encore plus visible dans la rue.

19Rien n’empêche a priori les femmes qui travaillent de manière indépendante de circuler à Beyrouth sans contrainte de temps ni d’espace, hormis la crainte des contrôles policiers. S. (Éthiopienne qui travaille pour une entreprise de nettoyage) déclare ainsi : « Je peux aller partout si j’en ai envie ! », mais à la question de savoir où elle va, elle répond que malgré tout elle préfère se limiter à Beyrouth et aux quartiers qu’elle connaît : Dora, Barbir et Hamra. G. (employée d’une boutique éthiopienne à Dora) déclare également que si elle peut aller partout au Liban, elle préfère malgré tout aller où vont les Éthiopiennes : à Dora où elle vit et travaille, à Antelias et Jounieh (au nord de Beyrouth), et enfin le samedi soir ou le dimanche soir quand elle sort dans les boîtes de nuit « réservées » aux Éthiopiennes dans les quartiers de Golden Beach et à Maameltein. De fait, la visibilité des migrantes éthiopiennes dans les lieux de vie nocturne où se rendent les Beyrouthins – les boîtes de nuit « branchées », les restaurants ou les bars – est pratiquement nulle à moins qu’elles soient présentes dans le cadre de leur travail.

20Un autre point qu’il convient d’aborder en lien avec cette visibilité banalisée quotidienne, et que nous développerons par la suite, est le rôle croissant des acteurs économiques qui gravitent autour des migrantes, notamment éthiopiennes, et qui participent à rendre cette migration toujours plus visible dans les différents espaces du Grand Beyrouth. L’exemple que nous souhaiterions mentionner ici est original mais représentatif d’un processus de normalisation de la présence des migrantes au Liban. Le dimanche 4 avril 2010, un chanteur éthiopien, Teddy Afro, une vedette en Éthiopie, est venu se produire à Beyrouth. Le « tapage » médiatique qui eut lieu autour de cet événement organisé par le propriétaire d’un magasin éthiopien à Karm el-Zeitoun fut digne d’une vedette internationale. Il donna ainsi une visibilité à l’ensemble de la population éthiopienne présente au Liban. Les publicités pour le concert étaient affichées dans toute la ville, même jusqu’à Tyr et Tripoli (photo 12). L’organisateur du concert n’hésita pas non plus à financer une campagne publicitaire télévisée sur des chaînes nationales libanaises. L’espace médiatique devenant alors le temps d’une publicité un espace partagé.

Photo 12 : Campagne publicitaire pour le concert de Teddy Afro au carrefour de la rue Hamra.

Photo 12 : Campagne publicitaire pour le concert de Teddy Afro au carrefour de la rue Hamra.
  • 5 Lire l’article de Hayeon Lee 2010, « Ethiopia’s celebrated singer comes to town. Teddy Afro comes f (...)

21Cette couverture médiatique fut également assurée par des médias libanais indépendamment de toute volonté des organisateurs du spectacle5. La matérialisation de cet événement dans les espaces de la ville et dans les espaces médiatiques a été un facteur de reconnaissance et un support de la visibilité de la présence éthiopienne au Liban (Lussault 2009).

22Le concert rassembla selon les organisateurs plus de trois mille spectatrices, malgré le prix onéreux du billet qui était de 40 dollars US (environ 30 euros). Il est cependant difficile d’évaluer dans quelle mesure la population libanaise a vu cette campagne publicitaire et comment elle l’a perçue, même si de nombreux hommes à Dora, Bourj Hammoud et Nabaa revêtaient des t-shirts à l’effigie du chanteur.

23La date du concert est importante à relever en ce sens que l’événement a été organisé un dimanche après-midi afin de permettre à un maximum d’Éthiopiennes d’y assister. Le dimanche est une journée particulière dans les temporalités migratoires beyrouthines. L’« invisibilisation » ou la visibilité relative des migrantes se transforme lors du repos dominical en une visibilité voire une « hypervisibilité » dans différents lieux de la ville. Les migrantes « [accèdent] à une visibilité à plusieurs niveaux, qui leur donne une nouvelle forme de présence dans l’espace urbain » (Anteby-Yemini 2009 : 19).

Le dimanche : des espaces de visibilité en réseau

L’église, le rendez-vous dominical

24Les trois principaux groupes nationaux qui travaillent dans les secteurs de la domesticité et de l’entretien à Beyrouth sont les Éthiopiennes, les Philippines et les Sri Lankaises. Parmi elles, un grand nombre sont de confession chrétienne, notamment les Éthiopiennes qui sont majoritairement orthodoxes tawahedo et les Philippines catholiques (Gascon 2005, Noin et al. 1999). La messe dominicale est alors pour les différentes communautés un rendez-vous important qui rythme leur vie et balise leur espace beyrouthin, participant le temps de la cérémonie à « l’ancrage territorial de la communauté » et à sa « cohésion sociale » (Baby-Collin et Sassone 2009). L’église devient alors un facteur de visibilité mais également un acteur de la légitimation de cette visibilité des migrantes dans la ville.

La messe orthodoxe éthiopienne tawahedo

25Depuis 1998, le clergé éthiopien orthodoxe est présent à Beyrouth. Sa présence qui a accompagné la migration éthiopienne au Liban a été un élément majeur de son organisation. L’installation du clergé éthiopien dans la capitale libanaise a été décidée au vue de l’importance numérique que revêtait la migration éthiopienne et fait suite à l’installation du clergé dans un autre pays arabe, Dubaï, siège de l’évêché pour le Moyen-Orient où sont également présentes de nombreuses domestiques éthiopiennes.

26L’Église éthiopienne orthodoxe a bénéficié de l’aide des Églises libanaises catholiques, grecque et arménienne orthodoxes afin d’obtenir des lieux de culte pour réunir ses fidèles. Si initialement les messes avaient lieu à l’église Sainte-Thérèse dans le quartier de Furn el-Chebbak, à l’Est de Beyrouth, une nouvelle église leur a été prêtée à Badaro, dans la ville intra muros. Les locaux de Mar Mitr (Saint-Dimitri) dans le quartier d’Achrafieh leur sont également prêtés deux fois par semaine pour y donner des cours de catéchisme. Le clergé se rend également dans d’autres villes du Liban où sont présentes des Éthiopiennes et assure une émission de radio de trente minutes depuis Jounieh chaque dimanche à 21h (carte 3, photos 13-14-15).

Photo 13 : Cérémonie dominicale à l’église des Sœurs franciscaines de Badaro.

Photo 13 : Cérémonie dominicale à l’église des Sœurs franciscaines de Badaro.

Photo 14 : Cérémonie à l’église Sainte-Thérèse à Furn el-Chebbak.

Photo 14 : Cérémonie à l’église Sainte-Thérèse à Furn el-Chebbak.

Photo 15 : Cours de catéchisme à Mar Mitr.

Photo 15 : Cours de catéchisme à Mar Mitr.

27Les messes de Badaro rassemblent chaque dimanche plusieurs centaines de fidèles habillées de leur shemma, foulard blanc traditionnel éthiopien, qui convergent depuis l’ensemble du Grand Beyrouth. La messe est le rendez-vous religieux où les Éthiopiennes se retrouvent le temps de la cérémonie pour communier ensemble. J., une fidèle de l’église qui travaille à Beyrouth depuis quinze ans, nous racontait combien ces rassemblements sont importants pour elle : « Avant que le clergé ne vienne, nous nous retrouvions dans les maisons pour prier entre amies. Maintenant nous avons un endroit à nous ».

28Plus qu’un moment sacré, les rassemblements de Badaro sont devenus des espaces-temps éthiopiens à la fois de rencontre, de retrouvailles, d’entraide, transformant le quartier chaque dimanche : des vendeurs ambulants viennent vendre des habits, des magazines, des bijoux, des disques de musique éthiopienne et du pain traditionnel endjara. Les taxis beyrouthins ne sont pas en reste. En effet, les mêmes chauffeurs reviennent chaque semaine, et certains n’hésitent pas non plus à vendre des produits éthiopiens et à afficher les couleurs nationales éthiopiennes sur leur voiture. De plus, deux commerces éthiopiens ont également ouvert dans le quartier. Le premier est un salon de coiffure qui se trouve dans une rue perpendiculaire à l’église, le second est une boutique de produits alimentaires avec un restaurant au sous-sol. Ce dernier est situé à proximité de l’église protestante libanaise de Badaro où un pasteur protestant éthiopien officie également tous les dimanches. La responsable du commerce, une Éthiopienne mariée à un Libanais, qui possède également un commerce à Bourj Hammoud, déclare que tous les dimanches son restaurant est bondé : « Ici, il n’y a pas d’orthodoxes ou de protestantes, mais des Éthiopiennes qui veulent se retrouver pour partager un repas et écouter de la musique ensemble ».

29Au regard de l’importance numérique des rassemblements religieux orthodoxes à Beyrouth et en lien avec la politique de l’Église orthodoxe éthiopienne qui a pour ambition d’accompagner ses fidèles partout dans le monde, les autorités cléricales ont décidé de construire l’église éthiopienne Bethe Saida Saint-Gabriel à Ain Aar (Chaillot 2002). La situation quelque peu décentrée par rapport à Beyrouth et à l’écart des grands axes routiers rend toutefois plus difficile la venue des fidèles. L’église Bethe Saida Saint-Gabriel reste donc avant tout un symbole de la présence éthiopienne et de sa visibilité dans le paysage urbain beyrouthin. Ainsi, l’église n’est utilisée que pour les grandes cérémonies religieuses, comme la fête pascale où nous conduit Fekerty dans le film (carte 3, photo 16). La fête est censée durer deux jours durant lesquels les fidèles prient, mangent et dorment à l’église. En revanche, Fekerty, à l’instar d’autres domestiques, ne peut rester à l’église car son travail lui impose avant tout de rester auprès de ses employeurs grecs orthodoxes qui célèbrent également la fête de Pâques. Les traditions éthiopiennes s’adaptent ainsi par le compromis aux conditionnalités de leur présence au Liban.

Photo 16 : Rassemblement pour la fête de Pâques à l’église Bethe Saida Saint-Gabriel.

Photo 16 : Rassemblement pour la fête de Pâques à l’église Bethe Saida Saint-Gabriel.

30Si les rassemblements orthodoxes sont les plus visibles, les acteurs religieux autour de la présence des migrantes éthiopiennes ne cessent de se multiplier, notamment les églises évangéliques qui participent à rendre la migration encore plus visible dans certaines parties du Grand Beyrouth, plus particulièrement dans la banlieue Est.

Églises orthodoxe et évangéliques : la multiplication des acteurs religieux

31Les Églises éthiopiennes orthodoxe et évangéliques restent les principales institutions religieuses qui symbolisent la présence de la migration éthiopienne à Beyrouth. La dimension religieuse de ces rassemblements à Badaro donne de la légitimité à cette visibilité dans un quartier central de la ville où se trouvent entre autres le Palais de Justice, le siège de la Sûreté Générale et des ambassades. En revanche, ces deux institutions religieuses ne sont plus les seules puisque les églises évangéliques tendent à se multiplier, participant également à l’encadrement religieux et à une visibilité des migrantes mais à l’extérieur de Beyrouth, principalement dans la banlieue Est où résident et travaillent un grand nombre de migrants.

  • 6 Pour plus d’informations concernant les évangélistes à Beyrouth, voir notamment les travaux de Kaou (...)

32Le nombre des églises évangéliques ne cesse de croître. Elles gagnent ainsi en visibilité notamment dans les différents quartiers de la banlieue Est comme Dora, Bourj Hammoud et Nabaa, malgré une architecture souvent discrète dans le paysage puisque des ministères occupent par exemple l’étage d’un immeuble ou un appartement6. Les affiches, les enseignes ou les panneaux d’indication sont alors les moyens privilégiés pour indiquer la présence du lieu de culte (photos 17-18).

Photo 17 : Église évangélique à l’entrée de Dora.

Photo 17 : Église évangélique à l’entrée de Dora.

Photo 18 : Affiches publicitaires sous le pont de Nabaa.

Photo 18 : Affiches publicitaires sous le pont de Nabaa.
  • 7 Certaines messes sont en anglais, permettant une certaine mixité. Il existe ainsi des églises évang (...)

33Certaines de ces églises n’ont pas d’appartenance nationale spécifique en ce sens que ce sont avant tout des lieux de culte libanais, les messes y sont célébrées en arabe et sont ouvertes à tout le monde. En revanche, certains établissements affichent leur spécificité nationale et les messes y sont ainsi célébrées dans une autre langue que l’arabe par des pasteurs étrangers, notamment éthiopiens, sri lankais, philippins ou nigérians, limitant de facto la possibilité pour d’autres groupes nationaux d’y assister7. Certaines de ces églises sont installées depuis près de dix ans et d’autres plus récentes n’hésitent pas à multiplier les affiches et le prosélytisme dans les rues afin de se faire connaître (photos 19-20). P., un évangéliste nigérian tout juste arrivé à Beyrouth, m’aborde ainsi dans la rue : « Notre ministère vient d’ouvrir à Nabaa. Nous sommes dans la rue pour informer les habitants qu’ils peuvent venir rencontrer Jésus dans notre église. Tout le monde est bienvenu. (…) Nous voulons aussi convaincre les musulmans qui habitent ici, car nous sommes persuadés qu’il n’y a qu’un Dieu ».

Photo 19 : Publicités à Dora pour une église évangélique éthiopienne.

Photo 19 : Publicités à Dora pour une église évangélique éthiopienne.

Photo 20 : Publicités à Dora pour une église évangélique sri lankaise.

Photo 20 : Publicités à Dora pour une église évangélique sri lankaise.

34Selon un pasteur libanais de l’église Life Center à Nabaa, « les migrants et les pauvres sont trop nombreux dans toutes les banlieues de Beyrouth et, à cet égard, les églises évangéliques doivent s’y rendre ». Toutefois, selon lui, dans la banlieue Sud largement sous le contrôle du parti chiite Hezbollah, les églises ne peuvent y pratiquer des campagnes de prosélytisme et de visibilité comparables à celles de la banlieue Est.

35Les lieux de culte ne représentent en aucun cas un espace continu et en relation les uns avec les autres, bien au contraire. C’est plutôt un contexte de concurrence et de conflit entre les différentes institutions religieuses dont chacune revendique la légitimité de représenter un groupe national. Ainsi, le prêtre orthodoxe éthiopien nous déclarait : « Nous existons depuis plus de 1500 ans et nous avons une histoire qui est liée à celle de l’Éthiopie. Les évangélistes ne reconnaissent même pas la Vierge et ne sont intéressés que par l’argent ». La célébration du sacré et sa légitimité deviennent ainsi un enjeu de visibilité le dimanche, en lien avec la multiplication des acteurs religieux qui accompagnent les migrations.

36L’exemple des migrantes éthiopiennes est comparable à celui des autres migrantes qui, comme les Philippines et les Sri Lankaises, profitent de leur dimanche chômé pour se rendre dans les différents lieux de culte à Beyrouth et ses environs. Dora et Hamra sont ainsi les quartiers où se réunissent les Philippines, notamment à Hamra dans les églises Saint-François d’Assise, et Saints-Pierre-et-Paul. Les Sri Lankaises chrétiennes se retrouvent quant à elles à Dora et à Badaro dans l’église latine Notre-Dame des Anges (carte 1).

37Le dimanche matin est donc le moment privilégié des célébrations religieuses pour les migrantes qui, le temps d’une cérémonie, se retrouvent pour communier dans les différents lieux de culte. Une fois les messes terminées, elles partent nombreuses vers les lieux où elles peuvent effectuer des achats, se restaurer, transférer de l’argent ou encore téléphoner à l’étranger.

Les espaces de l’économie migratoire

38La banlieue Est serait-elle la centralité migratoire de l’espace beyrouthin ? Cette question mérite d’être posée car les migrants sont toujours plus nombreux à y résider, et l’économie migratoire continue de s’y développer et de se diversifier avec pour preuve la multiplication des commerces et des boutiques dites « ethniques » qui s’implantent dans toute la banlieue, mais dont le centre de gravité reste Dora. Toutefois, limiter la géographie migratoire beyrouthine à ce quartier serait réducteur tant les espaces qui sont en lien direct ou indirect avec cette économie sont aujourd’hui nombreux, à la fois dans les banlieues mais aussi à Beyrouth, à l’instar de Hamra, Karm el-Zeitoun et Sabra.

39De plus, il existe plus d’une forme migratoire à Beyrouth. Outre la migration économique, la capitale libanaise accueille également les migrations « par le haut » — touristes occidentaux et arabes, travailleurs humanitaires, journalistes, enseignants et cadres étrangers — dont les espaces de visibilités sont différents.

La banlieue Est : de l’« hypervisibilité » à la centralité

40Dans les représentations des Beyrouthins, qualifier la banlieue Est d’espace populaire et d’immigration relève du pléonasme. En effet, l’immigration et l’implantation arméniennes de la première moitié du 20e siècle, l’exode rural puis l’installation des réfugiés du sud du Liban, fuyant les guerres et les invasions israéliennes sont à l’origine de la construction des quartiers de Dora, Bourj Hammoud et Nabaa. Ces quartiers accueillent actuellement l’immigration en provenance d’Afrique de l’Ouest et de l’Est – Éthiopie, Soudan, Érythrée, Nigeria, Ghana, Togo – et d’Asie – Philippines, Inde, Sri Lanka, Bangladesh, Népal. Le renouvellement de populations dans ces secteurs se fait avec l’assentiment des Libanais d’origine arménienne et sous leur contrôle puisqu’ils sont les « propriétaires » des lieux. En effet, ils trouvent dans cette nouvelle dynamique migratoire des intérêts économiques, malgré l’amertume parfois exprimée par certaines personnes interrogées de voir cet espace se transformer et ainsi perdre son « arménité ».

41La présence des migrantes dans ces espaces y est donc plus visible, et s’imprime de façon croissante dans le paysage urbain de ces quartiers. Cette présence est devenue primordiale pour l’économie de la banlieue Est qui a tendance à se spécialiser notamment par l’importation de produits bon marché en provenance de Chine et de produits exotiques à destination des migrants, côtoyant ainsi les petits ateliers de confection, les épiceries et les garages de réparation automobile.

  • 8 Voir Davie 1999, Harb 2003 et Kassir 2003. Nous utilisons volontairement cette expression, aujourd’ (...)

42Des milliers de migrants résident dans les quartiers orientaux de la « ceinture de misère » qui entoure Beyrouth8 ; des quartiers à l’urbanisation vieillissante et informelle, abandonnés par les classes moyennes et supérieures, où les migrants louent des appartements dans lesquels ils vivent souvent à plusieurs. Acceptant à la fois les conditions précaires imposées par les propriétaires et le mauvais état des logements, les migrants sont devenus des clients privilégiés dans un contexte où trouver un logement salubre à un prix raisonnable devient difficile, à la fois à Beyrouth et dans ses banlieues. C., un boulanger de Dora propriétaire d’un appartement à Bourj Hammoud déclarait : «  le plus simple pour moi, c’est de louer l’appartement à trois Philippines. Chacune loue sa chambre et si l’une d’entre elles ne paie pas je la mets dehors. Il y a des dizaines de femmes qui cherchent ». C. loue la chambre à 100 dollars US par mois (70 euros). Selon C., « les Libanais sont trop exigeants et refusent de louer un logement dans de telles conditions ». Ainsi, les migrants sont toujours plus nombreux à venir résider et travailler dans ces quartiers où l’informalité et la clandestinité s’érigent en norme. Leur visibilité y est de facto quotidienne (Deboulet et Hily 2009). Mais plus qu’un simple espace de résidence, la banlieue Est est aussi le « centre commercial » des migrants dans le Grand Beyrouth.

43Hier, les commerces liés à la présence des migrants étaient visibles uniquement dans quelques ruelles de Dora et se limitaient à des boutiques sri lankaises et indiennes. Aujourd’hui, des commerces philippins, éthiopiens ou bangladeshis – entreprises de fret, agences de transferts financiers, téléphonie internationale, restaurants, épicerie, salons de coiffure, bijouteries – sont présents dans toutes les rues, même sur les axes principaux, et une grande partie de l’économie du quartier dépend de leur présence et leur est destinée. Les enseignes se font concurrence, et rivalisent de visibilité, comme le supermarché Asian Express Food qui propose des produits alimentaires du sous-continent indien, philippins et éthiopiens, et dont la devanture rose et bleue s’impose dans la rue d’Arménie, principal axe commerçant de Dora (photo 21).

Photo 21 : Supermarché Asian Express Food qui propose des produits exotiques de divers pays d’Asie et d’Afrique.

Photo 21 : Supermarché Asian Express Food qui propose des produits exotiques de divers pays d’Asie et d’Afrique.

44Autre indice de cette spécialisation économique, les enseignes des firmes de transferts financiers sont monnaie courante dans le paysage urbain de Dora et montrent à quel point ce quartier est maintenant une plaque tournante de l’économie migratoire. Les transferts monétaires sont proposés à la fois par des agences spécialisées mais également par de nombreux commerçants du quartier (photo 22).

Photo 22 : Agence de transferts monétaires dans la rue d’Arménie à Dora.

Photo 22 : Agence de transferts monétaires dans la rue d’Arménie à Dora.

45À cet égard, et au regard de l’importance de la migration et de son potentiel économique, des services de transferts monétaires nationaux – népalais, philippins et sri lankais – viennent concurrencer les firmes internationales comme Money Gram et Western Union. Les boutiques philippines et sri lankaises, à la fois points de vente de produits alimentaires, de vêtements et de musique, proposent également de transférer de l’argent dans des réseaux nationaux tels Iremit (philippin, photo 23) et Ceylinco FastCash (sri lankais, photo 24).

Photo 23 : Centre de transferts monétaires philippin à Dora.

Photo 23 : Centre de transferts monétaires philippin à Dora.

Photo 24 : Centre de transferts monétaires sri lankais à Dora.

Photo 24 : Centre de transferts monétaires sri lankais à Dora.

46La migration éthiopienne ne connaît pas de niveau d’organisation comparable à celui de pays comme le Sri Lanka et les Philippines dont la migration internationale est relativement ancienne, notamment dans le secteur de la domesticité (Noin et al. 1999, Reysoo 2008). En revanche, les commerces éthiopiens tenus par des Libanais et des Éthiopiennes sont nombreux à Dora, Bourj Hammoud et à Nabaa. Et de nouveaux commerces ouvrent encore dans la banlieue Est malgré la hausse des prix à la location dont les baux commerciaux atteignent près de 1500 dollars US (1100 euros) par mois dans les rues principales et 800 dollars US (560 euros) dans les rues secondaires. Ceux qui sont déjà présents diversifient leurs services : agence de transfert, téléphonie internationale, transport de marchandise, four à pain endjara. Certains transforment leur boutique afin de rester compétitifs – aménagement d’un salon de coiffure ou d’un restaurant – dans un contexte à la fois de coopération et de concurrence, d’autant que les boutiques se concentrent dans un périmètre relativement restreint (carte 4). Ainsi B., Égyptien et propriétaire d’un four à pain éthiopien à Nabaa se plaignait « d’un manque d’imagination de la part de [ses] concurrents qui font tous la même chose » (photos 25-26). B. déclare vendre près de mille sacs de pain endjara par jour – le sac coûte mille livres libanaises (L.L) (0,50 euros) – à des Éthiopiennes mais aussi à des épiceries dans l’ensemble du Grand Beyrouth. Il est en effet devenu aisé de trouver du pain endjara dans les épiceries libanaises de Beyrouth et des villes environnantes.

Photo 25 : Boutique et entreprise de fret, rue d’Arménie à Dora.

Photo 25 : Boutique et entreprise de fret, rue d’Arménie à Dora.

Photographie 26 : Boulangerie de pain traditionnel endjara à Nabaa.

Photographie 26 : Boulangerie de pain traditionnel endjara à Nabaa.

47Les propriétaires des commerces éthiopiens sont libanais, souvent mariés à des Éthiopiennes. Cette union est d’ailleurs mise en avant par les responsables des commerces car elle constitue un facteur de légitimité essentielle auprès de la clientèle.

48Ces lieux sont certes des commerces pour vendre des produits de consommation mais aussi des espaces de sociabilité, des lieux de réunions et des points de repère où se retrouvent les migrantes toute la semaine mais surtout le dimanche. Dans le film que nous avons mentionné précédemment, Fekerty nous montre le restaurant éthiopien à Dora où elle se rend le dimanche midi, après la messe, pour y rencontrer ses amies à l’instar de centaines d’Éthiopiennes. Celles-ci, généralement par groupe de trois ou quatre individus, convergent vers ce quartier où elles se retrouvent pour flâner, appeler leur famille, envoyer de l’argent et faire leur shopping. Ces lieux de rendez-vous dominical dont le nombre ne cesse de croître à Dora ou Nabaa sont généralement bondés le weekend.

49Quant aux commerces « généralistes » qui ne ciblent pas une population en particulier, ils n’hésitent plus à afficher sur leur vitrine des écriteaux en amharigna, filipino et cinghalais pour attirer une clientèle dont la part dans leur chiffre d’affaires est croissante. L’une des responsables de Big Sale, un magasin de la rue d’Arménie qui proposent des produits bon marché – en moyenne entre 1000 L.L. (0,50 euros) et 20 000 L.L. (10 euros), estime ainsi que les achats des migrantes représentent près de 30% du chiffre d’affaires du magasin (photo 27). D’autres commerçants séparent leur espace commercial en deux parties dont l’une est réservée uniquement le dimanche aux migrantes. Le restaurant éthiopien où nous conduit Fekerty dans le film se situe ainsi au premier étage d’un café tenu par un Libanais-Arménien qui négocie avec une Éthiopienne la location du lieu pour le weekend uniquement. Ce restaurant n’existe pas le reste de la semaine. Fekerty nous confie ainsi dans le film sa préférence pour ce lieu qui est, selon elle, légal puisque la restauratrice leur aurait montré des papiers qui attesteraient de la régularité de son activité.

Photo 27 : Magasin Big Sale à Dora.

Photo 27 : Magasin Big Sale à Dora.

50Dora le dimanche est ainsi un espace de coprésence où les trottoirs sont une invitation pour voir la diversité des origines qui s’y retrouvent le temps d’une journée de repos. Un commerçant de Bourj Hammoud exprimait alors son étonnement : « quand j’arrive le dimanche matin à mon travail, je n’ai plus l’impression d’être au Liban ».

51La visibilité des migrantes dans ces quartiers est donc permanente. Espaces de résidence, de négociation et d’évitement, mais aussi pôle économique migratoire, ils constituent la principale centralité migratoire dans le Grand Beyrouth et au Liban bien qu’ils soient perçus localement comme des espaces restreints et spécifiques (Battegay 2003). En effet, les Beyrouthins aisées ne les fréquentent pas ou peu et les perçoivent avant tout comme des quartiers « à problèmes ».

  • 9 Pour plus de détails, voir Bredeloup 2008, Hayot 1988, Tarrius 1995, Tarrius 1997, Toubon et Messam (...)

52« [Impulsée] par des populations qu’on dit à la marge » et qui « articule des espaces et des populations de plus en plus divers et lointains », la banlieue Est est devenue « un pôle central pour l’immigration » (Bredeloup 2008 : 48‑49) africaine et asiatique qui construit ainsi son « propre espace de centralité urbaine » internationale9 dans la périphérie beyrouthine. En somme, le quartier de Dora apparaît comme un « dispositif commercial » voire comme un nouveau « comptoir » (Péraldi 1996 et 2001) au cœur de la mondialisation « par le bas ».

53Centralité mais aussi relais puisque Dora est un hub où sont organisées les exportations et les importations de marchandises. C’est également un hub national et local vers lequel convergent les transports collectifs et depuis lequel partent ces transports vers Tripoli (Nord du Liban), Cola (Sud de Beyrouth) ou Souk el-Ahad (Sin el-Fil) – marché populaire très prisé des ouvriers syriens. Les migrantes éthiopiennes et sri lankaises trouvent des produits peu onéreux dans ce marché de tentes blanches situé sous un pont autoroutier entre la Municipalité de Sin el-Fil et le quartier d’Achrafieh. Les prix des vêtements, des chaussures, des tissus, de la literie et des produits cosmétiques sont ainsi enregistrés sur des mégaphones qui répètent inlassablement les bonnes affaires du jour (photos 28a-b).

Photo 28a-b : Souk el-Ahad ou marché du dimanche.

Photo 28a-b : Souk el-Ahad ou marché du dimanche.

a

54Une ligne de bus au départ de Dora relie donc également l’Est au Sud-Ouest de la ville, parfois via le centre de Beyrouth, sinon par Corniche el-Nahar (Corniche du Fleuve) et le quartier de Barbir, où résident de nombreux migrants. Cette ligne, assurée par des minibus et des bus dont la fréquence de départ est de cinq minutes environ, est empruntée par les migrants et les migrantes tous les jours de la semaine, et plus particulièrement le dimanche pendant les marchés Souk el-Ahad et Sabra.

Le Sud de la ville et sa banlieue : visibilité, informalité et marginalité

55La banlieue Sud appelée Dahiye (littéralement « banlieue ») se caractérise comme étant la continuité urbaine méridionale de Beyrouth et complète la première couronne autour de la capitale libanaise.

56La banlieue Sud s’est formée durant la seconde moitié du 20e siècle à la fois avec la venue des réfugiés palestiniens de 1948 et l’installation des camps de Sabra, Chatila et de Bourj el-Barajneh, et l’exode rural depuis les campagnes libanaises vers Beyrouth. Les années de guerre qui ont affecté le Liban entre 1975 et 1991 provoquent également des mouvements de population depuis le sud du pays vers le sud de la capitale, où les chiites se regroupent dans des quartiers informels autour des camps palestiniens et au bord de la mer (Harb 2003, Fawaz 2007).

57À partir des années 1980, le parti Hezbollah prend progressivement contrôle de cette banlieue populaire à l’urbanisation rapide et chaotique qui s’est effectuée autour des noyaux villageois et des camps. Il se forme ainsi un espace suburbain à proximité de la ville, dans sa continuité physique, mais qui s’en « démarque par ses caractéristiques politiques, spatiales, communautaires et sociales » (Harb 2003 : 70). Dahiye est donc un espace privilégié par les migrants et les migrantes qui profitent de cette situation de marge urbaine et d’informalité (Clerc-Huybrechts 2008, Deboulet et Hily 2009), tandis que la grande majorité des habitants des quartiers centraux de Beyrouth ne le fréquentent pas. Ces espaces représentent avant tout des lieux en marge de leur ville ; des lieux d’autant plus infréquentables depuis les derniers bombardements israéliens de 2006 et les tensions politiques qui ont suivi entre les différentes factions libanaises.

58Les migrants à Dahiye sont avant tout des Syriens et des Kurdes mais aussi, et de manière croissante, des ressortissants d’Afrique et d’Asie. L’absence des autorités policières en fait un espace de liberté relative pour ceux qui craignent les arrestations. Si les migrants et les migrantes africains et asiatiques disent apprécier cet espace, ils préfèrent malgré tout résider dans les quartiers septentrionaux de la banlieue, autrement dit dans les quartiers contigus à Beyrouth. En effet, selon une migrante interrogée en 2009 à Bir Hassan (Sud de Beyrouth), le mode de vie et les mœurs imposés par le Hezbollah sont trop rigoristes, notamment pour les femmes. Ainsi, plusieurs migrantes qui vivent dans un même logement sont étroitement surveillées par les hommes et les femmes du « parti de Dieu ». Les migrants résident alors préférentiellement dans des quartiers comme Jnah qui leur permettent d’avoir un accès plus direct à la ville de Beyrouth. Ce sont dans ces secteurs que l’on retrouve des boutiques ethniques, notamment éthiopiennes.

59La guerre de 2006, qui a provoqué la destruction d’une partie de la banlieue Sud par l’armée israélienne, a incité de nombreux migrants à s’en éloigner, certains décidant de partir vers la banlieue Est (Buccianti-Barakat 2007). Depuis, un grand nombre se plaint du contrôle social et sécuritaire exercé par le Hezbollah sur ceux qui vivent encore à Dahiye. Ainsi, M., Soudanais, et son épouse T., Éthiopienne, ont choisi de quitter la banlieue Sud pour s’installer dans un camp palestinien : « Il y a beaucoup de problèmes de sécurité là-bas. À la fin on ne se sentait plus à l’aise. Et depuis 2006, le Hezb contrôle beaucoup plus les mouvements des gens. Ils contrôlent tous les gens qui louent, ceux qui rentrent, ceux qui sortent. On ne va même plus voir nos amis qui habitent là-bas. C’est impossible de se sentir poursuivi et surveillé comme ça. »

60L’économie migratoire de la banlieue Sud n’équivaut pas au dynamisme de la banlieue Est et cela est visible dans le paysage urbain. Les quelques boutiques ethniques ressemblent plutôt à de petites échoppes perdues dans les ruelles d’un « bidonville pérennisé », notamment à Jnah. Les agences de transferts monétaires sont présentes, mais en nombre bien moins important que dans le reste de la ville.

61Le dimanche, jour généralement chômé pour les femmes qui travaillent en free lance ou pour des entreprises d’entretien, les marchés de Dahiye sont alors des lieux où l’on peut voir les migrants africains et asiatiques, les couples mixtes et leurs enfants déambuler à la recherche de produits peu onéreux. Fruits et légumes, viande, vêtements, téléphones portables, produits cosmétiques, produits ménagers, jouets, le made in China et la contrefaçon sont alors les standards de consommation qui permet à tous les migrants, et aux Libanais pauvres en général, d’avoir accès à un pouvoir d’achat qui leur est quasiment inaccessible à Beyrouth.

De Hamra à Sabra : d’une centralité à l’autre

  • 10 Voir à ce sujet Boudisseau 1993, Davie 1996, Kassir 2003.

62Hamra est un quartier du nord-ouest de Beyrouth né dans les années 1950 d’une volonté de recréer un nouveau centre d’affaires destiné à remplacer le centre-ville (Davie 1996). Les années de guerre et l’occupation du quartier par les factions armées ont vidé Hamra d’une partie de sa population et de ses fonctions au profit des banlieues à l’écart des combats. Depuis la fin des années 1990 et surtout au début des années 2000, le quartier a progressivement retrouvé les éléments de sa centralité d’avant-guerre, caractérisés notamment par la pluralité des catégories sociales et la diversité des nationalités en présence10.

63Hamra est aujourd’hui l’un des quartiers les plus dynamiques de Beyrouth, de jour comme de nuit. Centre d’affaires et universitaire avec l’American University of Beirut (AUB) et la Lebanese American University (LAU), Hamra est aussi un quartier commercial où les franchises internationales ont maintenant pignon sur rue, au détriment des petites boutiques et des cafés. Quartier des bars, des restaurants et des boîtes de nuit, Hamra est également le siège de divers mouvements associatifs alternatifs. L’activité y est ainsi permanente.

64En revanche, loin d’être une centralité exclusive, réservée aux classes supérieures et aux étudiants, le quartier est un espace fréquenté quotidiennement par les migrants qui y résident, y travaillent, s’y promènent et y effectuent des achats.

65À l’instar de Dora, Hamra est un quartier où les migrants trouvent tous les services en lien avec la migration : téléphonie internationale, agences de transferts monétaires, commerces de produits bon marché. Ainsi, les magasins Big Sale et Akil Bros sont à la fois à Dora et à Hamra. Akil Bros fait face à l’église catholique Saint-François d’Assise où se réunissent tous les dimanches des migrants de différentes nationalités et surtout les Philippines.

66Un commerçant de Hamra dont la boutique de vêtements fait face à cette église nous faisait part de l’importance économique que représentent les migrantes qui, selon lui, sont devenues indispensables à l’économie du quartier : « Le dimanche, je n’ouvre que pour elles. Sans les Éthiopiennes, les Sri Lankaises et surtout les Philippines, le dimanche matin Hamra est mort ». Il faut souligner le rôle de la population philippine en particulier qui possède plusieurs commerces et restaurants dans le quartier. Selon F., une restauratrice philippine de Hamra, les revenus des Philippines sont supérieurs à ceux des autres migrantes ce qui leur permet d’ouvrir des commerces dans un quartier comme Hamra où les loyers sont supérieurs à Dora. En effet, il n’existe que deux commerces éthiopiens à Hamra et aucun commerce sri lankais (carte 5).

67Les migrantes africaines et asiatiques trouvent à Hamra un espace de visibilité « normalisée » où elles flânent, travaillent et se réunissent. Leur présence dans le quartier n’est certes pas celle d’une population qui pratique la rue aussi librement que les Beyrouthins ou les étrangers d’origine européenne, nord-américaine ou des pays du Golfe, en ce sens qu’elles ne sont pas encore des « citadines ordinaires » que l’on pourrait croiser à la terrasse d’un café. En revanche, leur place s’inscrit dans un quotidien qui ne doit pas être légitimé par les attributs d’un rassemblement extraordinaire comme une messe. À Badaro, la visibilité de des Éthiopiennes le dimanche est aussi intense qu’elle est éphémère et se voit légitimée uniquement par la célébration de l’office religieux. Leur visibilité à Hamra, comme celle des migrants en général, s’inscrit au contraire dans le quotidien du quartier. Ils peuvent ainsi résider à Hamra où il existe des logements dans des immeubles anciens dont les loyers restent abordables. Ensuite, cette présence ordinaire se traduit par ce qui semble être des banalités comme la vente de magazines éthiopiens dans les kiosques à journaux (photo 29), manger au restaurant philippin pour la pause de midi ou faire les courses dans les supermarchés en rentrant du travail le soir.

Photo 29 : Vente de magazines éthiopiens dans les kiosques de la rue Hamra.

Photo 29 : Vente de magazines éthiopiens dans les kiosques de la rue Hamra.

68Hamra représente ainsi l’autre centralité migratoire beyrouthine, mais à la différence de la banlieue Est, elle est caractérisée par sa position centrale et par la diversité des modèles migratoires qui s’y concentrent. Hamra, où se regroupent toutes les fonctionnalités économiques, sociales et culturelles, et vers lequel convergent à la fois la migration depuis les pays des « Suds » et la migration depuis les pays riches, est un pôle d’attraction que nous pouvons définir comme une « centralité urbaine complète » (Hayot 1988).

69Ce que ne trouvent pas les migrantes à Hamra, elles le trouvent à Basta ou à Barbir. En effet, elles sont nombreuses à résider dans ces quartiers à l’urbanisation vieillissante et souvent dégradée dont les loyers sont inférieurs à ceux des quartiers centraux et où, comme à Basta, l’informalité reste la règle dans un contexte de faible présence des autorités policières, Basta étant par ailleurs contrôlé en grande partie par le parti chiite Amal.

70Barbir est également un quartier où résident les migrants et les migrantes. Dans ce quartier populaire du sud de la ville, les commerces affiches des prix nettement moins onéreux qu’à Hamra. Les rez-de-chaussée des immeubles datant des années 1960 et 1970 sont généralement occupés par des boutiques de chaussures et de vêtements féminins où les migrantes trouvent des produits peu chers.

71Barbir est aussi un quartier proche du camp palestinien de Chatila et du quartier de Sabra où les migrantes sont nombreuses à résider. Leur présence est donc quotidienne, même si elle s’inscrit également dans une temporalité binaire puisqu’elles sont surtout visibles le dimanche quand elles vont au marché. Le marché de Sabra est principalement alimentaire. Il se tient tout le long de la rue Sabra où se postent les vendeurs ambulants, jusqu’à la mosquée Dana. Les prix sont ici bien inférieurs à ceux pratiqués dans le reste de la ville. De plus, certains migrants, notamment les Bangladeshis, vendent des produits du monde indien, principalement le dimanche (photo 30). Les boutiques de Barbir et le marché de Sabra sont ainsi des lieux essentiels de la géographie des migrantes où certaines se rendent après les messes à Dora, Hamra et Badaro.

Photo 30 : Le marché de Sabra (2012).

Photo 30 : Le marché de Sabra (2012).

72Les degrés de visibilité des migrantes s’inscrivent dans des dynamiques diverses qui relèvent à la fois d’une présence quotidienne, d’une visibilité éphémère et occasionnelle, mais aussi de pratiques de dissimulation, de contournement et d’évitement. Les degrés et les formes de visibilité sont ainsi en lien avec les caractéristiques géographiques des quartiers et des lieux où elles s’expriment. En conséquence, on assiste à des processus de matérialisation et de disparition de cette présence dans les espaces où elle dépend de facteur de légitimation, comme un rassemblement religieux ou un marché. En revanche, on peut observer la multiplicité et l’étendue des espaces où cette présence est devenue permanente bien que fluctuante selon des temporalités week-end/jour de semaine (carte 6).

73Ceci nous conduit à appréhender les conditions de la visibilité des migrantes comme un indicateur du fonctionnement même de la ville. Se montrer dans des lieux selon des temporalités précises, pratiquer des lieux et pas d’autres peuvent traduire des comportements d’adaptation à l’organisation de la ville telle qu’elle est. Les migrants ne sont pas capables de contrecarrer l’organisation urbaine, mais doivent s’y adapter. Les degrés et les formes de visibilités sont ainsi les indices de cette adaptation et de cette organisation.

Les quartiers de la ville au miroir des migrantes

74Les degrés de visibilité sont divers selon que l’on se trouve dans un espace central ou périphérique. Les migrantes s’adaptent à l’organisation urbaine telle qu’elle est établie en respectant la hiérarchie des différents espaces qui constituent l’ensemble beyrouthin. En d’autres termes, les migrantes peuvent être visibles de façon permanente, même dans la clandestinité, si l’on se trouve dans un espace périphérique comme Nabaa, tout en restant discrètes pour s’adapter à la fois aux conditions d’accueil et de la coprésence. Adaptation et discrétion doivent également limiter les risques de contact entre les migrantes et les autorités policières. Dans le cas d’un quartier comme Badaro, les formes de cette présence épousent généralement un contexte formalisé, s’adaptant à son ambiance calme et relativement huppée. Le dimanche, les autorités religieuses libanaises et éthiopiennes demandent alors aux fidèles de rester dans l’enceinte de l’église et tentent d’empêcher toute forme de « débordement » : les rassemblements sur les trottoirs, la vente ambulante, les repas collectifs. Selon certains témoignages, des habitants auraient ainsi porté plainte pour le dérangement occasionné par la présence des migrantes le dimanche. Ainsi, la police vient maintenant régulièrement à Badaro le dimanche pour assurer la tranquillité de ses résidents. La question de la visibilité des migrantes nous conduit alors à reconsidérer tout d’abord le rapport du citadin à la ville, puis les « qualités » et les fonctions des différents espaces urbains fréquentés par les migrantes.

75Le régime de visibilité est, comme nous l’avons dit précédemment, une situation sociale double qui implique à la fois l’observateur et l’observé. Elle est également une situation spatiale qui interroge la place de l’observateur et de l’observé dans la ville, et la possibilité qu’ils soient visibles l’un pour l’autre. Il est ainsi possible de ne pas voir les migrantes à deux conditions : la première est de fréquenter des espaces différents, la seconde est de fréquenter les mêmes espaces différemment. Il nous semble en effet que ces deux conditions sont réunies dans les quartiers évoqués jusqu’ici, qui distinguent à la fois les périphéries des quartiers centraux, les périphéries entre elles, les quartiers centraux entre eux, et enfin des temporalités et des spatialités inhérentes à chaque quartier.

Fréquenter des espaces différents

Ponts et tunnels

76Se déplacer en voiture dans la ville se résume généralement à un mouvement depuis un point A vers un point B à travers des espaces où l’on ne s’arrête pas, pour lesquels on ne porte pas forcément d’intérêt, voire que l’on ne connaît pas. De plus, il existe des aménagements routiers qui sont élaborés de telle sorte qu’il devient possible de passer par-dessus ou par-dessous un espace. Contourner, éviter et dissimuler des quartiers devient alors l’une des préoccupations majeures des urbanistes et des aménageurs.

77Dans le Grand Beyrouth, la population circule majoritairement en voiture particulière entre les périphéries et la capitale, et dans la capitale, en suivant les grands axes routiers qui traversent ou passent à côté de quartiers sans que l’on ait la possibilité de les voir. En effet, la première couronne périphérique qui forme la « ceinture de misère » est devenue accessible et visible à la seule condition de vouloir s’y rendre et de vouloir la voir ; passer au-dessous ou au-dessus est en revanche bien plus aisé si l’on suit les panneaux de signalisation qui nous orientent vers les grands axes routiers.

78Ainsi, il est devenu facile de sortir de Beyrouth ou d’y entrer sans passer par ses banlieues ni les voir. Les voies rapides, les ponts et les tunnels qui passent à côté, au-dessus et au-dessous des banlieues Est et Sud ont pour conséquence directe de rendre ces espaces invisibles, de les mettre sur le côté et de côté. Pour exemple, la route « officielle » et principale qui relie Beyrouth à l’aéroport international est composée d’une succession de ponts et de tunnels qui nous font traverser la banlieue Sud sans la voir, à l’instar des échangeurs et des ponts autoroutiers qui passent à côté et au-dessus de la banlieue Est (photos 31a-b).

Photo 31a : Le pont autoroutier au-dessus de Nabaa et Bourj Hammoud.

Photo 31a : Le pont autoroutier au-dessus de Nabaa et Bourj Hammoud.

Photo 31b : Le pont autoroutier au-dessus de Nabaa et Bourj Hammoud.

Photo 31b : Le pont autoroutier au-dessus de Nabaa et Bourj Hammoud.

79Les photographies 31a et 31b montrent deux espaces qui se superposent : l’espace du dessous que sont Nabaa et de Bourj Hammoud ; l’espace du dessus est l’autoroute qui relie directement les périphéries nord et est de la deuxième couronne beyrouthine à la ville intra muros. La photographie 31b illustre la superposition de deux mondes. Si l’on peut distinguer sous le pont une boulangerie « de quartier », des publicités pour le concert du chanteur éthiopien Teddy Afro ainsi que des écritures en arabe et en arménien, sur le pont, les publicités en français et en anglais invitent quant à elles les automobilistes à se rendre dans un restaurant ou des boutiques du centre-ville ou d’Achrafieh.

80Les automobilistes ne voient pour leur part que la partie émergée du monde du dessous, autrement dit les clochers et les minarets, les balcons des immeubles dont les aménageurs ont négligé la proximité avec la voie rapide, ou encore les toits des petites habitations déliquescentes d’une urbanisation vieillissante et informelle. À l’inverse, seuls les bruits des moteurs parviennent au monde du dessous et à ses habitants.

81Bourj Hammoud et Nabaa deviennent ainsi les quartiers « du dessous » depuis lesquels montent les prostituées étrangères pour aller à la rencontre des clients « du dessus » ou vers lesquels rentrent les ouvriers le soir. À l’inverse, les passants du dessus peuvent descendre à Bourj Hammoud pour y acheter des disques de films piratés et d’autres produits bon marché. L’invisible et le clandestin se dissimulent au regard du visible et de l’officiel tout en restant à son contact.

82Certes, cette situation n’est pas une spécificité beyrouthine, elle est effective dans bien des métropoles du monde où se côtoient les capitalismes officiels et officieux de la mondialisation (Roulleau-Berger 2007), plus ou moins visibles selon les quartiers et les villes. En revanche, elle contribue d’autant plus dans le cas beyrouthin à marginaliser des espaces, à fragmenter et à hiérarchiser un système urbain dont les dynamiques de formation et de fonctionnement rendaient déjà la cohésion laborieuse.

L’habitus spatial ou la pratique spatiale différenciée

83Même s’il n’a jamais vraiment été saisi par la géographie (Cailly 2003), le concept d’habitus tel qu’il a été développé par Pierre Bourdieu peut montrer dans quelle mesure les appartenances et les normes sociales influencent le rapport à l’espace. La manière avec laquelle un individu pratique la ville et circule dans celle-ci peut être mise en lien avec le statut social et le niveau économique du citadin. Autrement dit, « les matérialités d’existences » sont autant de conditionnalités sociales qui se matérialisent dans le conditionnement spatial et la « capacité spatiale » (Bourdieu 1980). Dès lors, les espaces de résidence, de travail, de loisirs, voire la liberté de mouvement sont les résultats de cette catégorisation sociale. De plus, « les modes de sociabilité étant en affinité avec les appartenances sociales, [les individus] de milieux différents ne fréquentent pas les mêmes espaces ni n’ont les mêmes activités » (Baby-Collin et al. 2007 : 135).

84Si les Éthiopiennes vont danser dans les boîtes de nuit de Maamaltein ou de Golden Beach, les Beyrouthins préfèrent fréquenter quant à eux les boîtes de nuit de Beyrouth. En revanche, s’ils n’ont pas les moyens économiques et/ou les relations sociales nécessaires pour s’y rendre, ils se rendent alors dans les boîtes de nuit de banlieue.

85L’exemple des souks peut être aussi souligné. Les populations que l’on croise à Souk el-Tayeb, à Souk el-Ahad, et à Souk Sabra sont bien différentes. Alors que le premier est avant tout un espace du centre-ville pour la population aisée de Beyrouth qui vient acheter des produits de l’agriculture dite biologique à des prix très onéreux et où les migrantes sont présentes uniquement dans le cadre de leur travail de domestique, Souk el-Ahad et Souk Sabra restent des marchés populaires où l’on croise essentiellement, outre les migrantes et les migrants, la population beyrouthine des catégories sociales inférieures. La visibilité des migrantes « respecte » ainsi la logique syntagmatique du système urbain beyrouthin.

86En tant qu’individus appartenant à une catégorie sociale inférieure, les migrantes subissent et participent au conditionnement géographique et à sa hiérarchisation par leurs pratiques de la ville. Circulant préférentiellement dans des quartiers où elles ont des repères culturels et sociaux, elles ne sont de facto visibles que dans les espaces comme les banlieues Est et Sud ou les quartiers populaires de Beyrouth où à l’inverse, les individus appartenant à des catégories sociales supérieures ne se rendent pas ou peu.

87Fréquenter des espaces différents est ainsi l’une des deux raisons pour laquelle une population n’est pas visible pour l’autre. Une pratique différente de la ville par des populations aux conditions sociales différentes crée une situation d’évitement spatial. La ville vécue des migrantes, comme celle de toutes les populations pauvres, est de ce fait le négatif de la ville vécue des populations aux conditions sociales supérieures.

88Toutefois, l’invisibilité relative est aussi une réalité dans le côtoiement quotidien. Classes sociales inférieures et classes sociales supérieures peuvent ainsi circuler dans le même espace sans que la visibilité soit systématique. En l’occurrence dans le cas des migrantes à Beyrouth, les exemples de Hamra ou de Badaro montrent à quel point il existe des espaces « pluri-situationnels » (Agier 1999).

Voisines et invisibles : l’Autre dans les quartiers centraux de Beyrouth

Hamra : un quartier « pluri-situationnel »

89Bien que présentes dans le quotidien de Hamra, les migrantes restent une population à la visibilité réduite voire nulle. Alors que les commerces philippins sont devenus par leur nombre une banalité dans le paysage et que les rassemblements religieux des migrantes le dimanche matin font partie de l’ordinaire de quartier, les habitants Hamra ou les personnes qui le pratiquent régulièrement ne savent pas et ne voient pas la place que les migrantes ont acquise à la fois en tant que citadines et en tant qu’actrices.

90En effet, Hamra est exemplaire en tant qu’espace susceptible d’avoir un sens différent selon la situation de celui qui le fréquente. Pour beaucoup nombre de citadins, Hamra est avant tout le quartier des bars, des cafés, des universités, un quartier vivant où il est possible de rencontrer des individus venus du monde entier ; les nationalités citées sont généralement nord-américaines et européennes, alors que les migrantes africaines et asiatiques sont des passantes bien visibles dans les rues du quartier. Cette « invisibilité sociale », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Guillaume Le Blanc, est effective dans un espace comme Hamra (Le Blanc 2009). Autrement dit, à nombre égal et à visibilité « absolue » égale, les migrantes sont malgré tout moins perçu par les citadins qui ne voient dans la diversité des nationalités en présence que les cafés américains, les restaurants japonais et les étudiants européens. Or, les restaurants philippins et les travailleuses éthiopiennes sont pourtant tout aussi présents, bien que légèrement en retrait des principaux axes du quartier. Surtout, les migrantes ne peuvent, au regard de leurs capacités économiques, fréquenter ce quartier comme le font les autres migrants venus du « Nord ».

91Un autre élément à prendre en compte est la temporalité qui rythme les rassemblements des migrants à Hamra. Le quartier vit la semaine au rythme des citadins libanais et occidentaux qui travaillent, étudient et flânent dans ce quartier commercial. En revanche, le dimanche ce sont avant tout les migrantes qui se retrouvent pour la messe dans les églises de Saint-François d’Assise, et de Saints-Pierre-et-Paul, dans les restaurants et les commerces éthiopiens et philippins ainsi que dans les magasins Big Sale et Akil Bros, et les autres boutiques qui ouvrent le matin spécialement pour cette clientèle. À l’inverse, les citadins de la semaine profitent de ce jour chômé et sont absents. Les migrantes deviennent alors le temps d’une demi-journée, les citadins de ce quartier autour desquels et par lesquels s’anime Hamra.

92Ainsi, une hiérarchie d’acteurs, des temporalités parallèles et alternées, et des pratiques spatiales différenciées ont pour effet une visibilité variable indiquant des réalités diverses qui se chevauchent dans un même espace. La présence des migrantes se matérialise a priori par de « petites productions urbaines » (Roulleau-Berger 2007) qui ne dénotent pas dans le paysage de Hamra. À la fois résultat d’une volonté de ne pas se montrer et d’une incapacité à se montrer davantage, la discrétion relative des migrantes dans un quartier central comme Hamra démontre une impossibilité partielle ou totale de bouleverser une organisation urbaine et sociale hiérarchisée.

Badaro : entre l’occasionnel et l’éphémère

93Les rassemblements religieux dans le quartier de Badaro chaque dimanche créent et recréent une territorialité éthiopienne qui s’articule principalement autour des messes orthodoxes à l’église catholique des Sœurs Franciscaines, et protestante éthiopienne dans le temple protestant baptiste libanais. Le dimanche, Badaro, quartier résidentiel et de concentration des institutions étatiques et diplomatiques, revêt pour les Éthiopiennes alors citadines une autre fonction.

94Dans le film, Fekerty nous conduit dans le salon de coiffure où l’on voit les autres Éthiopiennes attendre leur tour dans ce jour de grande affluence tandis que la télévision diffuse des clips musicaux éthiopiens. Espace d’attente et espace de rencontre, les heures passées au salon de coiffure sont autant de moments d’échange entre les femmes.

95Puis, nous la suivons à l’église où le manque de place oblige les femmes à prier dehors. Mis à part les taxis, les vendeurs ambulants et les hommes arabes rôdant en voiture autour des femmes, les seuls passants que croise Fekerty sur sa route sont alors les autres Éthiopiennes. Fekerty précise dans le film que ce jour-là les vendeurs ambulants sont absents. Conséquence de l’illégalité de leur activité, la présence des autorités policières oblige momentanément les vendeurs non libanais à remballer leur marchandise, voire à quitter le quartier.

96L’exemple de Badaro montre ainsi la diversité « situationnelle » telle qu’elle est décrite par Michel Agier (Agier 1999). Un quartier peut être à la fois un espace de représentation des institutions de l’État et celui de la réunion hebdomadaire de migrantes, parfois aux marges de la légalité, dont l’existence pour ces mêmes autorités devrait se limiter au seul espace domestique. Certes, ces rassemblements sont occasionnels et à certains égards éphémères puisqu’à l’exception des deux commerces, il ne reste aucune trace de ces rendez-vous éthiopiens dans le paysage de Badaro. La présence des migrantes témoigne de leur capacité à recréer dans les centralités de la ville, des territorialités « légitimes » par leur caractère institutionnalisé et religieux. Celles-ci respectent ou s’adaptent à la hiérarchie du système urbain, au sein duquel ce quartier représente avant tout les pouvoirs légitimes et officiels.

97Ces exemples et ces situations illustrent les chevauchements, les évitements, les croisements ou les contournements qui sont rendus possibles par les différentes pratiques de la ville, et par la ville telle que les aménageurs et les décideurs voudraient qu’elle soit pratiquée. Comme nous l’avons vu dans le cas des banlieues de la « ceinture de misère », « le refus des contacts et surtout du brassage est consciemment assumé voire affiché en toute bonne conscience » et « la ségrégation s’appuie sur un arsenal de pratiques pour la plupart intentionnelles, de normes et de procédures qui, si elles sont inégalement codifiés et institutionnalisées, sont toujours prégnantes » (Brun 1994 : 24-25).

98Les degrés de visibilité dans les différents espaces de la ville sont alors un indice du fonctionnement urbain. Celui-ci, bien que fragmenté, est constitué d’un ensemble d’espaces en relation dont les fonctions sont à la fois dissemblables et complémentaires, opposées et en miroir. À l’intérieur d’un même espace, ces fonctions alternent également selon les temporalités et les acteurs en présence. La division urbaine oscille ainsi entre ce qui est visible et ce qui ne l’est pas, ce qui est à montrer ou ce qui est à cacher, pour constituer in fine une face officielle et ostensible de la ville et une face officieuse et productrice de la ville, les deux faces étant inséparables l’une de l’autre.

99La place des migrantes relève donc d’une dialectique entre rapports sociaux et rapports spatiaux. Cela nous conduit à reconsidérer la ville à travers le prisme de l’exclusion et de l’inclusion, autrement dit de la mise ou non à l’écart des migrantes dans les différents espaces étudiés. Sachant par ailleurs que, dans une métropole telle que Beyrouth, les exclus et les défavorisés sont sans doute plus nombreux que ceux qui ont le pouvoir d’exclure – ou qui pensent l’avoir – et qui seraient de fait une minorité dans la ville (Agier 1999).

100Étudier la géographie des migrantes interroge donc in fine la hiérarchie du système urbain. La notion d’espace public est centrale dans un contexte d’« invisibilisation » tel que nous l’avons décrite pour les migrantes à Beyrouth, alors que tout espace public est censé appartenir à tous comme à personne.

Notes

1 Voir à cet égard Anteby-Yemeni 2009, Baby-Collin et al. 2011, Endelstein 2005, Hily et Berthomière 2006, Rosenfeld 2009, Spire 2009.

2 Ces quartiers ne sont pas dans leur ensemble des lieux huppés. Résident encore, et malgré tout, dans certaines rues et ruelles des locataires qui profitent de logements aux loyers dits « anciens », autrement dit sur la base de baux fixés au début des années 1990 qui ne suivent pas le court du marché immobilier et ses tendances haussières. Voir pour cela les travaux de Hisham el-Achkar sur le quartier d’Achrafieh (el-Achkar 2011).

3 Les migrantes en free lance bénéficient pour beaucoup d’un jour et demi de repos – samedi après-midi et dimanche.

4 Voir Bouchetout 2007, Cattan 2009, Dahdah 2009, Hily et Berthomière 2006.

5 Lire l’article de Hayeon Lee 2010, « Ethiopia’s celebrated singer comes to town. Teddy Afro comes from Addis Ababa », Now Lebanon, 6 avril 2010 [En ligne] http://www.nowlebanon.com/Arabic/NewsArchiveDetails.aspx?ID=158561

6 Pour plus d’informations concernant les évangélistes à Beyrouth, voir notamment les travaux de Kaoues Fatiha 2012, « Le développement de l’évangélisation protestante dans le monde arabe : l’exemple de l’Abundant Life Church au Liban », Religions et frontières, CNRS Alpha, p. 145.

7 Certaines messes sont en anglais, permettant une certaine mixité. Il existe ainsi des églises évangélistes panafricaines où se réunissent des Nigérians, des Camerounais, des Ghanéens, des Sierra Léonais, des Congolais.

8 Voir Davie 1999, Harb 2003 et Kassir 2003. Nous utilisons volontairement cette expression, aujourd’hui connotée péjorativement, pour appuyer la dimension socialement défavorisée de ces quartiers.

9 Pour plus de détails, voir Bredeloup 2008, Hayot 1988, Tarrius 1995, Tarrius 1997, Toubon et Messamah 1990.

10 Voir à ce sujet Boudisseau 1993, Davie 1996, Kassir 2003.

Table des illustrations

Crédits © Dahdah 2012.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Photo 8 : Commerce philippin dans une rue perpendiculaire à la rue Hamra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Photo 9 : Domestique en uniforme de travail à Achrafieh (2012).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Photo 10 : Agent d’entretien de l’entreprise Sukleen sur la Corniche.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 11 : Domestique éthiopienne accompagnant ses employeurs sur la Place de l’Étoile, dans le centre-ville.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photo 12 : Campagne publicitaire pour le concert de Teddy Afro au carrefour de la rue Hamra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Carte 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Photo 13 : Cérémonie dominicale à l’église des Sœurs franciscaines de Badaro.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Photo 14 : Cérémonie à l’église Sainte-Thérèse à Furn el-Chebbak.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo 15 : Cours de catéchisme à Mar Mitr.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 16 : Rassemblement pour la fête de Pâques à l’église Bethe Saida Saint-Gabriel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 17 : Église évangélique à l’entrée de Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photo 18 : Affiches publicitaires sous le pont de Nabaa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photo 19 : Publicités à Dora pour une église évangélique éthiopienne.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 20 : Publicités à Dora pour une église évangélique sri lankaise.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photo 21 : Supermarché Asian Express Food qui propose des produits exotiques de divers pays d’Asie et d’Afrique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 22 : Agence de transferts monétaires dans la rue d’Arménie à Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Photo 23 : Centre de transferts monétaires philippin à Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photo 24 : Centre de transferts monétaires sri lankais à Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Carte 4
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Photo 25 : Boutique et entreprise de fret, rue d’Arménie à Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photographie 26 : Boulangerie de pain traditionnel endjara à Nabaa.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo 27 : Magasin Big Sale à Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Photo 28a-b : Souk el-Ahad ou marché du dimanche.
Légende a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende b
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Carte 5
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Photo 29 : Vente de magazines éthiopiens dans les kiosques de la rue Hamra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Carte 6
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Photo 31a : Le pont autoroutier au-dessus de Nabaa et Bourj Hammoud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 31b : Le pont autoroutier au-dessus de Nabaa et Bourj Hammoud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4224/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable