Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« L’art du faible »

 | 
Assaf Dahdah

Introduction

Texte intégral

« Je dirai seulement Dieu fasse prospérer Beyrouth. Chaque année à Beyrouth vaut cent ans au village. Ici, il y a la liberté, le plaisir et l’éclat d’une grande ville. Lorsqu’une femme désire se promener, elle se promène « sans qu’on dise quoi que ce soit, ni d’ici ni de là ». Je vous jure, ma mère, que je n’habiterai plus le village, même si l’on me donne pour propriété. Comment voudriez-vous que j’y habite encore et recommencer à porter la jarre pour aller à la source, et enfin pour prendre comme époux Hanna, le fils de Faridé, ce pauvret qui ne possède même pas un brin où peut se poser un serin ; ou bien attendre Abdallah le fils de Emm Abdallah, pour m’occuper de ses vaches ; ou bien, et c’est pire encore, épouser Gergès, fils de Bou Gergès, pour être la servante de sa mère et nettoyer son caca avec votre respect ! »


Hanna Khoury-Féghali
Les Lettres de Chmouni
(L’Harmattan, Paris, 2000)

Le 25 janvier 2010, un avion de la compagnie Ethiopian Airlines qui assurait la liaison entre Beyrouth et Addis-Abeba s’abîme au large des côtes libanaises faisant une centaine de morts. Parmi eux, une trentaine d’Éthiopiennes rentraient dans leur pays d’origine pour un bref séjour avant de repartir pour le Liban ou bien définitivement après y avoir travaillé plusieurs années. Certains articles de presse traitant de cet accident dramatique n’ont pas hésité à évoquer le deuil de la « communauté éthiopienne du Liban » (Khodr 2010). Or, comment ne pas relever dans cette mise en lumière médiatique ce qui reste au Liban du domaine du non-dit, en l’occurrence l’importance de la migration des femmes étrangères, leur visibilité dans l’ensemble du pays, et plus particulièrement à Beyrouth et dans sa grande banlieue, appelée encore « Grand Beyrouth ».

La venue des domestiques non-arabes au Liban a commencé dès la moitié des années 1970, remplaçant progressivement les domestiques libanaises, syriennes ou encore égyptiennes qui travaillaient alors dans les foyers de la classe supérieure et de la bourgeoisie citadine (Jureidini 2003b). Cette migration internationale reste officiellement et légalement restreinte à un secteur professionnel spécifique, la domesticité voire l’entretien. Toutefois, ces mobilités contractualisées ont beaucoup évolué, dépassant largement le cas d’une employée de maison sri lankaise isolée dans un pays et/ou une ville qui lui sont étrangers.

  • 1 Ce chiffre de l’Administration Centrale des Statistiques (ACS) est l’addition des permis de travail (...)
  • 2 Concernant la situation des réfugiés irakiens au Liban, consulter le rapport de Human Rights Watch (...)
  • 3 L’ensemble des chiffres mentionnés doivent être considérés avec précaution. Il n’existe en effet au (...)

En effet, les premières migrantes étaient majoritairement originaires du Sri Lanka, mais en près de trente ans, les pays de départ se sont diversifiés. Si les Sri Lankaises restent a priori les plus nombreuses (Moukarbel 2009), depuis le début des années 1990, des femmes venant notamment des Philippines et d’Éthiopie, mais aussi d’Inde, du Népal, du Bengladesh, de Madagascar ou encore d’Afrique de l’Ouest (Nigéria, Libéria, Bénin, Togo) sont devenues quantitativement importantes et leur présence s’inscrit également de façon ostensible dans le paysage urbain libanais. En 2010, on estime le nombre de migrantes venues au Liban pour travailler comme domestique à environ 250 000 (Hily 2009) bien que l’État libanais ne reconnaisse pour sa part que la présence d’environ 130 000 personnes1 (ACS 2009). Nous devons également mentionner la présence de près de 500 000 travailleurs syriens (Chalcraft 2009), des travailleurs égyptiens, soudanais, turkmènes, indiens, pakistanais, népalais, bangladeshis ou kurdes, environ 450 000 réfugiés palestiniens (UNRWA 2010) et près de 50 000 réfugiés irakiens2 (Clochard et Doraï 2005). Si l’on compare ces chiffres cumulés à ceux de la population libanaise estimée à environ 3,8 millions de résidents en 2008 (ACS 2009), dont une population active de 1,5 million d’individus (Verdeil et al. 2007), on se rend d’autant plus compte de l’importance numérique – en termes absolus et relatifs – de la main-d’œuvre étrangère au Liban. En conséquence, les migrations vers le Liban, par leur importance et leur diversité, deviennent visibles et sont à l’origine de transformations socio-spatiales à l’échelle du pays et surtout à l’échelle de la région de Beyrouth qui concentre la majorité de la population libanaise et non libanaise3.

  • 4 Le nombre des agences de recrutement dans les pays de départ doit également être pris en compte, pa (...)

L’accroissement de la migration des non Arabes vers le Liban va de pair avec, d’une part, un nombre croissant d’agences de recrutement privées qui se chargent d’embaucher principalement des femmes dans les pays de départ par le biais d’intermédiaires locaux4. La première de ces agences aurait ouvert au Liban en 1978 ; en 2004 leur nombre était de cent cinquante (Jureidini 2003a) et en 2009 le ministère du Travail libanais en comptait plus de quatre cents qui officiaient légalement (Dahdah 2009). D’autre part, on assiste au développement d’une économie basée sur la présence de ces migrants : notamment des services de transferts monétaires, des centres d’appels téléphoniques, des commerces ethniques, des restaurants, des salons de coiffure, des sociétés de fret vers les pays de départ ou encore des boîtes de nuit et des « clubs » où réseau de domesticité et prostitution se côtoient et parfois se confondent (Moujoud et Pourette 2005, Taraud 2008). Ces réseaux commerciaux qui s’organisent essentiellement autour de trois communautés nationales, éthiopienne, sri lankaise et philippine, n’entrent que très faiblement en interaction les uns avec les autres. Ainsi, un salon de coiffure éthiopien est avant tout un lieu de rencontre pour un groupe ethnique. Si, initialement, les commerces étaient principalement situés dans les proches banlieues de Beyrouth, notamment à Bourj Hammoud, Dora et à Nabaa (banlieue Est), où ils continuent d’ailleurs de se développer et de prospérer, on assiste actuellement à une multiplication des enseignes dans différentes communes du Grand Beyrouth dont Beyrouth, ainsi que dans différentes villes du Liban, par exemple Tripoli et Zgharta.

Les pratiques religieuses sont également devenues des éléments centraux et structurant de ces migrations, qui contribuent à les rendre plus visibles à la fois dans les espaces centraux de la ville et dans les périphéries. C’est ainsi que l’Église éthiopienne orthodoxe tawahedo a fait construire une église à Ain Aar dans la région du Metn (nord-est de Beyrouth) où le clergé y célèbre des mariages et les fêtes. Il officie également plusieurs fois par semaine à Beyrouth et surtout le dimanche dans l’église catholique des Sœurs franciscaines à Badaro (quartier du sud-est de la ville, carte 1). Les autres communautés ne sont pas en reste. Les Sri Lankaises et les Indiens ont ainsi plusieurs lieux de culte dont des temples bouddhistes, sikhs et des églises également prêtées par les institutions religieuses libanaises (Bouchetout 2007). Les Philippines catholiques se retrouvent tous les dimanches à Hamra (quartier au nord-ouest de Beyrouth, carte 1) et plus particulièrement à l’église Saint-François d’Assise. Il est enfin fréquent de rencontrer différentes nationalités se côtoyer dans une église libanaise durant la semaine.

Enfin, de manière concomitante, le nombre des églises évangélistes croît, et principalement dans la banlieue Est de la ville. Si les temples semblent ouverts à tous, les messes y sont souvent célébrées dans la langue d’un groupe de migrants par un pasteur originaire du même pays, ce qui limite de facto la présence d’autres nationalités.

La migration vers le Liban est donc caractérisée par le genre puisque les migrants venant du Sri Lanka, des Philippines et d’Éthiopie sont pour plus de 95% d’entre eux des migrantes. Et aussi par la dimension juridique et la pratique du droit libanais qui font de cette immigration une présence temporaire et « invisibilisée » de femmes. Subséquemment, celles-ci sont censées travailler uniquement chez leur employeur. Une fois leur contrat terminé, les migrantes doivent repartir du Liban si celui-ci et/ou l’employée ne souhaite pas renouveler ce contrat. Le système de la kafala calqué sur le modèle des pays du Golfe place ainsi tous les travailleurs étrangers sous la tutelle d’un kafil, appelé également sponsor, censé être l’employeur. La domesticité a cela de spécifique qu’elle oblige les migrantes à vivre chez leur kafil qui décide de leurs heures de travail, de leur vie quotidienne, de leur temps libre, de leur liberté de mouvement (Moukarbel 2009). Or, comme nous le verrons dans cette étude, force est de constater que cette migration « contrôlée » ne l’est plus tout à fait puisqu’elle contourne et dépasse largement les conditions initialement imposées par les autorités libanaises. Les facteurs qui expliquent cette situation sont multiples : un laxisme généralisé des autorités et une dérive du système censé gérer la domesticité internationalisée ; l’importance du phénomène qui favorise le développement des liens et des réseaux au Liban entre les migrantes de même nationalité et avec leur pays d’origine ; l’historicité d’une migration continue depuis plus de trente ans et son inscription progressive dans l’espace et la vie sociale ; enfin une interaction croissante des migrantes avec les autres populations vivant au Liban, de façon individuelle et collective.

La migration des domestiques reste, il est vrai, le cadre conventionnel, officiel et le plus fréquent. En revanche, elle ne se limite plus qu’à un seul aspect tant les migrantes tendent à s’affranchir du cadre établi pour devenir, aux frontières de la légalité, plus indépendantes. Elles sont ainsi, malgré la diversité des nationalités, un nouvel acteur économique, social et spatial au Liban, et surtout dans la région du Grand Beyrouth.

C’est dans ce contexte que, suite à un travail effectué en Master 1 sur la visibilité des migrantes éthiopiennes à Beyrouth (Dahdah 2009), nous souhaitons approfondir la question de la visibilité des migrantes non arabes dans la ville. En effet, la notion de visibilité est un indicateur pertinent du fonctionnement des espaces urbains, mais aussi un indice de la place qu’ont les migrantes dans la ville, et des espaces de la ville où elles peuvent ou non se rendre visibles. Nous discuterons ainsi le degré de visibilité variable selon les espaces. Cette notion semble en effet la plus appropriée pour appréhender la place des migrantes dans les espaces publics, censés être les espaces de tous et de personne (Endelstein 2006), et in fine la notion d’espace public à Beyrouth. Nous interrogerons également la coprésence, c’est-à-dire le « rassemblement et l’agrégation en un même lieu de réalités sociales distinctes » (Lussault 2003a : 211). En effet, cette situation migratoire met en présence des populations aux origines sociales et géographiques diverses, et inscrit cette ville dans l’une des facettes de la mondialisation contemporaine telle qu’elle est définie par Alejandro Portes, une mondialisation par le bas (a globalization from below) (Portes 1999). Ces deux aspects nous permettent ainsi d’étudier le fonctionnement de la capitale libanaise, une ville marquée par de fortes disparités sociales, économiques, culturelles voire identitaires entre ses différents quartiers, mais aussi entre la ville intra muros et ses banlieues. L’introduction de nouvelles altérités, qui relèvent également des mondes sociaux distincts et hiérarchisés, conduit alors à mettre en évidence et à souligner les ségrégations et les fragmentations urbaines. Nous soulignons volontairement le caractère pluriel de ces périphéries tant elles représentent a priori « une somme d’espaces qui se sont peu articulés à la ville elle-même, mais qui ne sont pas, non plus, articulés entre eux » (Davie 1994 : 2). Cette fragmentation territoriale de l’espace beyrouthin semble toujours de mise depuis la fin des guerres du Liban (1975-1991), et forme maintenant ce que l’on peut percevoir comme un ensemble urbain aux dynamiques dissemblables, fragmentées, voire parfois antagonistes. Les migrantes trouvent ainsi des interstices où elles ont la possibilité de se rendre visibles et de participer dans un contexte de compromission et de négociation aux transformations des pratiques et du paysage urbain.

  • 5 Nous définissons la notion de temporalité comme la prise en compte des « modes de présence des temp (...)
  • 6 La gentrification peut être définie comme étant le « processus d’installation de résidents d’un niv (...)

La présence des migrantes en tant que « nouvelles citadines » est ainsi une opportunité afin d’étudier Beyrouth via un prisme original. Cela nous conduit à interroger leur place dans la ville et « les places » dans lesquelles elles sont plus ou moins visibles et où il existe une forme de coprésence sous-tendue par ces dynamiques migratoires. Dans quels espaces et quelles temporalités5 sont-elles visibles et pourquoi ? Existe-t-il une logique territoriale beyrouthine établie qui expliquerait cet état de fait ? Dans quelle mesure ces femmes créent du lien, par leur manière d’être à la ville et dans la ville, entre les différents quartiers et banlieues de Beyrouth ? Quelle est leur place en tant que femmes étrangères dans l’espace public, comment y sont-elles perçues et que peut-on qualifier d’espace public à Beyrouth dans un contexte de reconstruction, de gentrification6 et de climat sécuritaire instable ? La diversité de ces migrations, la coprésence et les interactions qui en découlent sont-elles à l’origine d’une nouvelle forme de cosmopolitisme beyrouthin ?

Pour répondre à ces questionnements, nous prendrons pour sujet d’étude principal les migrantes éthiopiennes et leur organisation sociale, économique, culturelle et spatiale. Elles fréquentent et occupent les espaces selon des logiques à bien des égards comparables dans la forme sinon dans le fond à celles des migrantes originaires des Philippines ou du Sri Lanka. L’organisation géographique des migrantes éthiopiennes nous servira alors de fil conducteur afin d’étudier la ville et de répondre à la question suivante : dans quelle mesure la migration des femmes non arabes peut-elle participer à une redéfinition des espaces beyrouthins et à l’élaboration d’une nouvelle forme de citadinité beyrouthine ?

Visibilité, migration, espace public et coprésence constituent ainsi les thèmes conducteurs de cette étude qui se donne pour objectif de mettre en exergue le rôle des migrantes dans une ville telle que Beyrouth et ses banlieues, et leur place dans les différents territoires qui la composent.

Ce travail s’articule donc autour de quatre chapitres dont un premier, relativement bref, où nous exposons tout d’abord les conditions sociales et juridiques qui entourent la migration des domestiques au Liban. Nous examinons ensuite de quelle manière les migrantes éthiopiennes voyagent depuis l’Éthiopie vers le Liban nonobstant une interdiction officielle. Nous montrons également que la migration initialement limitée à la stricte domesticité tend à se diversifier pour présenter aujourd’hui des situations socioprofessionnelles plus diversifiées dans un cadre juridique contraignant et ambigu. Enfin, dans le contexte d’une migration féminine, nous interrogeons les rapports et la nuptialité induite par la rencontre entre femmes étrangères et migrants ou non-migrants, notamment arabes.

Le deuxième chapitre est consacré à la visibilité des migrantes à Beyrouth. C’est à partir cette notion que nous étudions la place de l’altérité dans la ville. Nous retrouvons ainsi le point central de la contradiction qui allie proximité spatiale et distance sociale, la ville étant alors un espace dense où la visibilité de l’Autre ne va pas de soi. Puis, nous poursuivons l’analyse en abordant le cas des migrantes à Beyrouth et en soulignant l’importance de la distinction entre jours de semaine et week-end. En effet, la visibilité des migrantes n’est pas la même selon les jours de la semaine ni selon les espaces considérés qui produisent une géographie en réseau. Cependant, nous verrons que cette situation évolue et que la différence entre les périphéries et Beyrouth, la semaine et le week-end, même si elle est toujours effective, devient moins nette. Nous finirons en présentant la visibilité comme un indicateur significatif de la place des migrantes dans la ville et du fonctionnement urbain dans lesquels les Éthiopiennes et les autres migrantes se montrent selon des degrés divers. Nous verrons dans quelle mesure la visibilité et l’interaction entre individus dépendent largement du rapport à l’espace, selon la façon d’être à la ville et de pratiquer la ville.

La visibilité comme signe annonciateur d’un droit à la ville (Spire 2009) nous conduit à évoquer dans le troisième chapitre la problématique des espaces publics à Beyrouth et la place des migrantes dans ces espaces. Nous ferons tout d’abord un détour par les espaces « privés » afin de souligner l’existence d’une certaine continuité entre la chambre de bonne et la rue où, par leur présence et leurs échanges, elles en recréent le rôle premier, c’est-à-dire un espace de rencontres et d’interactions (Joseph 1995). Toutefois, la pratique des espaces publics est à bien des égards différente que l’on soit dans la ville intra muros ou dans les périphéries. Nous verrons ainsi comment la faible visibilité des migrantes à Beyrouth et leurs pratiques de la ville interrogent quant à la difficulté de qualifier des espaces de publics dans une ville fragmentée et ségrégée. Nous prendrons ainsi les exemples des quartiers du centre-ville, de Hamra et de Badaro où le régime de visibilité des migrantes est variable. Enfin, nous nous intéressons aux périphéries de Beyrouth et plus particulièrement à la première couronne. Dans ces quartiers des marges, les migrantes profitent de l’informalité pour s’y installer et y trouver refuge, devenant parfois des actrices de ces espaces qui sont ouverts aux publics.

Dans une quatrième et dernière partie, nous évoquons la multiplicité des migrations au Liban, leurs effets dans la ville et la coprésence qui en découle. Alors que se multiplient les travaux sur un potentiel retour du cosmopolitisme au Moyen-Orient grâce à ces migrations économiques vers le Liban ou les pays du Golfe, nous tenterons de soulever les contradictions qu’implique le concept même de cosmopolitisme dans la mondialisation contemporaine. Ce dernier chapitre ouvrira ainsi des perspectives : peut-on parler de cosmopolitismes dans une mondialisation à plusieurs facettes qui se font face et parfois s’entremêlent ? Dans quelle mesure les migrantes sont-elles des actrices de ces cosmopolitismes et comment y contribuent-elles ? N’est-ce pas là une situation à bien des égards banale si l’on compare Beyrouth à d’autres villes du monde ? Au-delà d’une lecture confessionnelle, ce travail s’inscrit donc dans la continuité des travaux qui renouvellent l’approche des recompositions géographiques de la ville à différentes échelles.

Ce travail, résultat d’un terrain effectué au printemps 2010, s’est appuyé sur une méthodologie d’enquête comprenant l’observation, la marche, les entretiens et l’outil vidéo.

Tout d’abord, l’observation et la marche ont été des moyens privilégiés pour observer la ville. Parcourir les espaces beyrouthins afin d’y étudier les migrantes n’est pas chose aisée tant la ville limite les déplacements de l’observateur et du chercheur, voire du promeneur. En effet, le climat sécuritaire et de méfiance qui règne actuellement dans la capitale libanaise nous empêche de sillonner convenablement la ville sans y être régulièrement interpellé par les services de sécurité officiels et officieux, selon les quartiers et les banlieues, nous interdisant de prendre des photographies ou de rester statique.

Mais si arpenter la ville à pied doit être le mode de déplacement privilégié pour l’observation, il n’en est pas moins chaotique et régulièrement rendu impossible par l’urbanisme tel qu’il s’y développe actuellement, qui favorise largement la circulation automobile au détriment de tous les autres moyens de transport. Marcher se réduit donc généralement à un déplacement dans le périmètre d’un quartier voire d’une rue. Accéder à un autre quartier nécessite généralement le passage ou le contournement de grands axes de circulation qui matérialisent aussi les frontières entre les territoires qui composent l’ensemble beyrouthin (photo 1).

Photo 1 : Axe routier entre Achrafieh (quartier est de Beyrouth) et Bourj Hammoud (banlieue Est).

Photo 1 : Axe routier entre Achrafieh (quartier est de Beyrouth) et Bourj Hammoud (banlieue Est).

Nous avons malgré tout opté pour ce mode de mobilité qui reste le meilleur moyen de « ralentir, réfléchir et percevoir » (Amphoux 2004) la ville dans ses continuités et ses ruptures, ses lieux et ses territoires. En effet, la lenteur de la marche permet de voir et de percevoir ce que tout autre moyen de déplacement rend impossible, ce qui est essentiel quand la visibilité des migrantes relève parfois du détail – une affiche sur un mur ou les photos de femmes étrangères dans la vitrine des photographes (photos 2 - 3). De plus, la marche nous a exposé à la ville et à ses espaces, et nous a placé dans une position d’interaction avec les individus, la rencontre et l’observation de l’Autre étant centrales dans notre étude (Joseph 1998).

Photo 2 : Affiches philippine et sri lankaise sur un mur à Hamra.

Photo 2 : Affiches philippine et sri lankaise sur un mur à Hamra.

Photo 3 : Photos de femmes éthiopiennes chez un photographe professionnel à Dora.

Photo 3 : Photos de femmes éthiopiennes chez un photographe professionnel à Dora.

C’est enfin à partir des réseaux commerciaux et des lieux de culte que s’est dessinée la géographie éthiopienne et des migrants en général, à Beyrouth et dans ses banlieues où nous avons rencontré les différents acteurs en présence. Les commerces, les lieux de culte et parfois les terrasses de café ont été l’occasion d’effectuer des entretiens formels avec des migrantes, des commerçants et des responsables religieux. Ce travail se base donc sur une vingtaine d’entretiens formels. Certains entretiens ont été également informels : nous n’avons pas averti nos interlocuteurs de l’objectif académique de l’entretien. Nous avons ainsi tenté de minimiser le plus possible la méfiance suscitée par notre présence et par notre curiosité pour mener à bien notre étude dans des délais relativement brefs (trois mois).

  • 7 Afin de pouvoir exploiter les rushes du film, nous avons obtenu l’accord des réalisatrices Danielle (...)

Pour compléter notre enquête, nous avons choisi d’utiliser les images du film documentaire Everything is good7 (Davie et Fatté en cours) qui a pour sujet principal Fekerty, une jeune femme éthiopienne qui a travaillé comme domestique à Beyrouth entre 2007 et 2010. Elle nous raconte son quotidien depuis sa chambre jusqu’à ses déplacements dans la ville.

En effet, la photographie n’est plus le seul support visuel que peuvent exploiter les sciences sociales, quand un travail se veut être une analyse de processus dynamiques comme le fonctionnement d’une ville et les migrations internationales. Étudier les migrations et la citadinité inscrit donc cette étude dans le contexte du mouvement, or le cinéma est « l’image en mouvement » ainsi que « l’image du mouvement » (Guéronnet 1987 : 3). L’analyse de l’image peut être alors à la fois celle du sujet qui est filmé et une analyse de l’environnement spatial dans lequel se déroule l’action, nous permettant ainsi de comprendre l’espace et sa pratique. L’objet en lui-même ne représente pas un outil scientifique au sens strict. Cependant, il nous a permis d’avoir accès à un discours et à des lieux, tel un salon de coiffure pour dames, qui nous sont d’ordinaire interdits.

Le film constitue ainsi une source d’information supplémentaire illustrant nos propos par un support visuel et sonore qui montre le mouvement de la ville et le mouvement d’une Éthiopienne, Fekerty, dans la ville. Il donne également au lecteur de ce travail un exemple « animé » de la réalité éthiopienne à Beyrouth8.

« L’art du faible ». Les migrantes non arabes dans le Grand Beyrouth (Liban)

Cette vidéo est le complément filmique du livre publié aux Presses de l'Ifpo. Les images sont extraites des rushes du film en cours de montage "Everything is good" réalisé par Danielle Davie et Sandra Fatté.
Pour information, les images débutent par un noir d'une vingtaine de secondes.

Notes

1 Ce chiffre de l’Administration Centrale des Statistiques (ACS) est l’addition des permis de travail renouvelés et des permis de travail délivrés pour la première fois en 2008.

2 Concernant la situation des réfugiés irakiens au Liban, consulter le rapport de Human Rights Watch « Rot Here or Die There » paru en 2007, URL : http://www.hrw.org/en/reports/2007/12/03/rot-here-or-die-there

3 L’ensemble des chiffres mentionnés doivent être considérés avec précaution. Il n’existe en effet aucune source totalement fiable concernant les statistiques de population au Liban. Seuls les services de la Sûreté Générale ont la responsabilité d’enregistrer les entrées et sorties légales du territoire. Concernant la population libanaise, le dernier recensement date de la période du Mandat français, en 1932.

4 Le nombre des agences de recrutement dans les pays de départ doit également être pris en compte, par exemple au Sri Lanka il en existe environ 750 répertoriées officiellement (SLBFE, 2009).

5 Nous définissons la notion de temporalité comme la prise en compte des « modes de présence des temps dans la dimension spatiale de (…) l’objet » étudié (Lussault 2003b : 903).

6 La gentrification peut être définie comme étant le « processus d’installation de résidents d’un niveau socio-économique plus élevé que celui des populations initialement résidentes ». Synonyme d’embourgeoisement, il est « souvent en relation avec la réhabilitation de quartiers centraux ou péri-centraux au bâti ancien » (Hancock 2003).

7 Afin de pouvoir exploiter les rushes du film, nous avons obtenu l’accord des réalisatrices Danielle Davie et aSandra Fatté. Le film est en cours de réalisation.

8 Le film est visible sur le lien URL suivant : http://vimeo.com/user12689734/artdufaiblemigrantesbeyrouth

Table des illustrations

Crédits © Dahdah 2012
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photo 1 : Axe routier entre Achrafieh (quartier est de Beyrouth) et Bourj Hammoud (banlieue Est).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 2 : Affiches philippine et sri lankaise sur un mur à Hamra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Photo 3 : Photos de femmes éthiopiennes chez un photographe professionnel à Dora.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable