Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« L’art du faible »

 | 
Assaf Dahdah

Préface

Elisabeth Longuenesse

Texte intégral

  • 1 Le Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain, créé en 1977, a été intégré a (...)

1En 2008, Franck Mermier décidait de lancer une nouvelle série de publications du Département des Études Contemporaines de l’Ifpo, sous le nom de « Cahiers de l’Ifpo ». L’idée était de relancer la formule des « Cahiers du Cermoc », qui avaient contribué avec succès à faire connaître les travaux des chercheurs travaillant au sein et autour du CERMOC1. Quatre volumes sont parus sous sa responsabilité en 2008 et 2009, dont deux monographies (« L’Orient-Express » et « Le quartier de Sanayeh ») et deux collectifs (« Liban, espaces partagés, pratiques de rencontre » et « Les métamorphoses du mariage au Moyen-Orient »). Les deux livraisons suivantes étaient encore des collectifs.

2Initialement prévues au rythme de deux par an, les parutions se sont espacées en 2010-2011, pour des raisons conjoncturelles. Aujourd’hui, désormais sous le titre « Cahiers de l’Ifpo - Études Contemporaines », nous envisageons de reprendre un rythme plus régulier, et surtout de revenir à l’alternance entre monographies issues de travaux de jeunes chercheurs et travaux collectifs rendant compte de chantiers en cours. Publier les premiers résultats d’une recherche à ses débuts ne signifie toutefois en aucun cas réduire nos exigences éditoriales. Les travaux que nous publions et publierons dans cette série sont et seront soumis, comme les autres, à expertise externe, après avoir été évalués en interne. Notre pari est toutefois d’assumer une posture exploratoire et le côté encore hésitant et tâtonnant de recherches non totalement abouties, mais dont l’originalité ou le caractère novateur mérite qu’elles soient soumises à la communauté scientifique.

3Ajoutons enfin que, dans le cadre de l’effort de promotion de nouveaux supports éditoriaux, les deux dernier volumes associaient déjà publication papier classique, édition en POD (Print on Demand), imprimé à la commande, et publication en ligne. Les Cahiers suivants feront un pas de plus dans l’innovation, en introduisant dans l’édition en ligne la possibilité d’accéder à des documents iconographiques et vidéos. Le présent volume en offre une première expérience.

4L’ouvrage d’Assaf Dahdah, résultat du remaniement d’un travail de mastère, reprend donc le fil de la seconde vocation des « Cahiers de l’Ifpo - Études contemporaines », celle de publier un premier travail de jeune chercheur. Mais le choix de publier le mémoire d’Assaf Dahdah a aussi un sens en lien avec les programmes et thématiques de recherche de notre équipe. Il vient en effet alimenter, en la renouvelant, une réflexion ancienne au sein du CERMOC, puis du Département des Études Contemporaines de l’Ifpo, sur les migrations de travail en provenance, ou à destination, du Moyen-Orient. Après les premiers travaux dirigés par André Bourgey à Beyrouth dès les années 1980, les années 2000 avaient vu deux programmes de recherche, cette fois basés à Amman, déboucher sur deux ouvrages importants pour la recherche française sur les migrations au Moyen-Orient : le premier, issu d’un colloque concluant un programme de plusieurs années, était dirigé par Hana Jaber et France Métral, et proposait, sous le titre « Mondes en mouvements, Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du XXIe siècle », une réflexion panoramique, en forme de kaléidoscope, sur différentes facettes des mouvements migratoires qui traversaient alors le Moyen-Orient. Privilégiant une approche macro (entre géographie sociale et économie politique), sans négliger pour autant l’éclairage anthropologique, apporté par une minorité de contributions, l’ouvrage avait la qualité de traiter d’une grande diversité de migrations, du point de vue des nationalités comme des qualifications et emplois concernés.

  • 2 Voir la recension que j’avais proposée de ce second ouvrage en 2008 dans le numéro 123 de la Revue (...)

5Le second, sous la direction de Françoise de Bel-Air, « Migration et politique au Moyen-Orient », était construit autour d’une problématique plus resserrée, privilégiant les enjeux politiques de la migration, soit du point de vue du statut et des conditions de travail des travailleurs migrants ou des réfugiés palestiniens, et de la gestion de leur présence par les États (au Liban, en Jordanie, dans le Golfe), soit à l’inverse, du point de vue du rapport de deux catégories d’émigrés-exilés (les Palestiniens de l’exil, les Libanais de la diaspora) à leur pays d’origine2.

6Longtemps, les travaux sur les mouvements migratoires dans la région se sont polarisés sur deux catégories opposées, mais toutes deux emblématiques de la région du Moyen-Orient, celle des migrants déplacés par la violence - en premier lieu les Palestiniens, plus récemment des Irakiens - et celle des travailleurs étrangers dans les pays du Golfe, dont le poids démographique (jusqu’à 70% de la population dans les plus petits émirats), fascinait les observateurs.

7Le cas du Liban, vieux pays d’émigration, terre d’exil pour une partie des Palestiniens chassés de leur pays, n’avait guère été analysé dans la complexité des mouvements migratoires qui l’ont pourtant traversé très tôt. Il était en effet rarement vu comme pays d’accueil d’exilés et de migrants, alors même que le phénomène est au moins aussi ancien et aussi massif que celui de l’exode des Libanais dans le monde.

  • 3 Chalcraft J., The invisible cage, Syrian migrant workers in Lebanon, Stanford, California, Stanford (...)

8Espace carrefour - ce dont témoigne les noms d’origine grecque, italienne, turque -, pays refuge pour les Arméniens dès la Première Guerre mondiale et après, puis pour les Palestiniens en 1948, et enfin… pour les bourgeoisies arabes chassées par les politiques de nationalisation dans les années 50 et 60, le Liban a attiré une migration de travail dès les années 1960, ce que rappelle l’excellent petit livre de John Chalcraft sur l’immigration syrienne3, tandis que le recours à une main d’œuvre domestique originaire d’Asie et d’Afrique remonte au moins aux années 1970, comme le rappelle Assaf Dahdah. Mais dans les conditions de sortie de la guerre civile, rares sont les auteurs qui s’intéressent à la condition des travailleurs étrangers au Liban. Il faut attendre le début des années 2000 pour voir paraître les premiers travaux.

  • 4 Conférence prononcée le 15 novembre 2011 par Ray Jureidini à l’Institut Français, Beyrouth. Voir Fa (...)
  • 5 Voir Julien Bret, Travail global et production d’un individu servile. Activités économiques et migr (...)

9Les travailleurs étrangers représentent pourtant, on l’oublie trop souvent, probablement entre un quart et un tiers de la population active. Les Syriens, les Égyptiens, travaillent dans le bâtiment, l’agriculture, les services. Un nombre croissant de migrants, surtout des femmes, viennent d’Afrique et d’Asie, et sont employés dans le secteur des services. Assaf Dahdah nous donne le chiffre officiel de 130 000 employées domestiques dont 45 000 Éthiopiennes en 2008. Pour 2010, Ray Jureidini cite le chiffre de 118 000 permis de travail officiellement accordés par la Sûreté Générale, et estime leur nombre total à 200 0004. S’il était avéré, ce chiffre représenterait 5% de la population du Liban, et… 13% de la population active. On estime parfois que le quart des familles libanaises emploie une ou plusieurs domestiques étrangères, dans des conditions de servitude5 souvent dénoncées par les associations. Longtemps invisibles, du fait de l’enfermement dans l’espace domestique, ces femmes ont commencé à apparaître dans l’espace public suite à l’accroissement du nombre de celles qui, échappant à leur premier kafil (garant légal), sont restées au Liban en travaillant à temps partiel, en indépendante (on parle alors, de free lance ou de part-time).

10Les travaux sur les migrations de travail se partagent entre une diversité d’approches et de disciplines, selon que sont privilégiées l’analyse des conditions de travail, l’étude des réseaux migratoires ou l’observation des sociabilités dans l’espace public. Le présent travail s’inscrit prioritairement dans ce troisième type d’approche, où convergent travaux de géographes et d’anthropologues.

11Longtemps, et encore majoritairement, enfermées dans l’espace domestique, du fait de la nature du contrat qui les lie à leur employeur, les migrantes sont en effet progressivement apparues dans l’espace public en s’émancipant, souvent dans l’illégalité, de cette relation contractuelle et en choisissant de travailler à leur compte. Ce sont aussi les sorties du dimanche, lorsqu’elles sont autorisées par les patrons, qui sont l’occasion de regroupements et de sociabilités communautaires. À travers le cas de ces migrantes, Assaf Dahdah interroge finement les processus de territorialisation, comme appropriation éphémère ou durable d’un espace, articulant les notions d’espace et de temps ; un espace situé entre centre et périphérie, associé à des processus de visibilisation ou d’invisibilisation, expression d’un rapport de domination à la fois sociale, raciale et de genre.

12Un des points forts qui se dégage de ce travail est la mise en évidence de la pérennisation paradoxale d’une présence que tous continuent pourtant à considérer comme temporaire. L’édification d’une église éthiopienne, l’existence de mariages mixtes, certes peu nombreux mais symboliquement significatifs, représentent ainsi un défi face à la difficulté de la société libanaise à se penser comme plurielle6. L’autre piste ouverte par l’auteur, qu’il se propose de poursuivre dans un travail ultérieur, est celle du lien entre les conditions différenciées de territorialisation des Éthiopiennes dans la ville et la fragmentation communautaire de l’espace urbain. Reste enfin la question, peu évoquée ici, de la façon dont se côtoient dans les entreprises et sur les lieux de travail, Libanais et étrangers, et parmi ces derniers, différentes nationalités ; de prochains travaux de l’Ifpo devraient s’en saisir.

1330 mai 2012

Notes

1 Le Centre d’Études et de Recherches sur le Moyen-Orient Contemporain, créé en 1977, a été intégré au sein de l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo), en 2003, suite à la fusion des trois instituts d’archéologie (IFAPO), d’études arabes (IFEAD) et d’études contemporaines (CERMOC).

2 Voir la recension que j’avais proposée de ce second ouvrage en 2008 dans le numéro 123 de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (http://remmm.revues.org/5083), et celle de Delphine Pagès sur les deux ouvrages, dans Transcontinentales la même année (http://transcontinentales.revues.org/919)

3 Chalcraft J., The invisible cage, Syrian migrant workers in Lebanon, Stanford, California, Stanford University Press, 2009. Voir ma recension dans la REMMM…(http://remmm.revues.org/6530) et « Migrations de travail et question nationale », dans Travaux et Jours, Printemps 2011 (USJ, Beyrouth).

4 Conférence prononcée le 15 novembre 2011 par Ray Jureidini à l’Institut Français, Beyrouth. Voir Fatiha Kaoues, « Les violations des droits humains : le cas des employées domestiques au Liban. Compte-rendu de la conférence de Ray Jureidini tenue à l’Ifpo le 15 novembre 2011 », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 février 2012. [En ligne] (http://ifpo.hypotheses.org/3105).

5 Voir Julien Bret, Travail global et production d’un individu servile. Activités économiques et migrations de travailleurs non arabes au Liban, thèse pour le doctorat en sociologie, Université Lumière Lyon 2, juin 2011 ; ainsi que, du même auteur, « Temps migratoires en tension  », Temporalités [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 08 juin 2012. URL : http://temporalites.revues.org/2029).

6 Voir la recherche en cours de Claire Beaugrand sur la question de la nationalité (http://www.ifporient.org/claire-beaugrand)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4220/img-1.png
Fichier image/png, 2,0k

Auteur

Directrice du Département scientifique des Études contemporaines

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable