Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Eric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Chapitre 6 : La société : niveaux de vie, équipements et infrastructures

Résumé

La société libanaise sort de la guerre civile appauvrie et fragilisée. Les espoirs économiques déçus de la période de reconstruction ont encore aggravé cette situation. L’analyse en termes de niveaux de vie, qu’ils soient mesurés par le revenu, par l’accès aux services urbains ou aux équipements, souligne la polarisation de la société au détriment des classes moyennes. Ces inégalités ont aussi une forte composante territoriale, opposant régions urbaines et littoral aux régions rurales et de montagne.

Entrées d'index

Géographique :

Liban

Texte intégral

Tripoli – Vue depuis la citadelle sur les quartiers populaires de la colline de Kobé, au-dessus du fleuve Abou Ali, endigué dans les années 1960 après une violente crue. Sur le haut de la colline, on distingue les barres blanches d’une imposante opération de reconstruction menée par la Caisse des déplacés.

Tripoli – Vue depuis la citadelle sur les quartiers populaires de la colline de Kobé, au-dessus du fleuve Abou Ali, endigué dans les années 1960 après une violente crue. Sur le haut de la colline, on distingue les barres blanches d’une imposante opération de reconstruction menée par la Caisse des déplacés.

Photo Éric Verdeil, février 2005.

Infrastructure scolaire – Une école reconstruite à Younine (Békaa), sous l’égide du CDR et de l’Union européenne.

Infrastructure scolaire – Une école reconstruite à Younine (Békaa), sous l’égide du CDR et de l’Union européenne.

Photo Éric Verdeil, août 2002.

La structure socio-économique de la population

Les revenus

1Les écarts de revenus au sein de la société libanaise sont très marqués. Selon une étude de l’Union européenne en 2002, 42 % de la population se situe sous le seuil de pauvreté relative (728 $/mois/ménage) et 7 % sous celui de la pauvreté absolue (314 $/mois/ménage). Inversement, une petite partie de la population bénéficie de revenus confortables. La courbe de la répartition par tranche des revenus présente une allure bimodale, soulignant l’importance des catégories pauvres et la faiblesse des couches moyennes (fig. VI-1). Environ 8 % des ménages ont des revenus mensuels supérieurs à 3 200 $/mois.

Figure VI-1 : Classes de revenus par région.

Figure VI-1 : Classes de revenus par région.

2La structure des revenus des ménages par grande région présente de fortes similarités avec la géographie de l’économie libanaise. C’est dans les régions centrales de Beyrouth et du Mont Liban que les ménages disposent des revenus les plus élevés et que la classe moyenne est relativement importante. Les régions périphériques concentrent une proportion élevée de populations pauvres, comme le montrent les cartes de la figure VI-2, qu’elles soient basées sur un indicateur de nature monétaire (notion de pauvreté absolue) ou sur un indicateur synthétique prenant en compte les disparités d’accès aux services et à l’éducation. Ainsi, alors que les régions centrales du Kesrouan, du Metn et de Beyrouth présentent un taux de ménages sous le seuil de la pauvreté absolue inférieur à 3 % en 2002, les périphéries de la Békaa nord, du Akkar, du Liban-Sud comprennent plus de 15 % de ménages dans cette situation. Cette carte est globalement corroborée par celle de la satisfaction des besoins élémentaires, qui souligne le dénuement des ménages des régions de l’extrême Sud, de la Békaa nord et du Nord.

Figure VI-2 : a- Degré de satisfaction des besoins de bases, b- La pauvreté absolue au Liban.

Figure VI-2 : a- Degré de satisfaction des besoins de bases, b- La pauvreté absolue au Liban.

3On peut observer toutefois qu’au sud, la situation est moins homogène qu’au nord, plusieurs caza se distinguant par des scores moyens, notamment la région de Nabatieh. Situation paradoxale en apparence : d’une part, le Sud a subi plus durablement les effets de la guerre (cf. chapitre 4), et d’autre part, dans les années 1960 et 1970, les enquêtes le situaient régulièrement comme la région la moins développée du pays. L’une des seules sources à cet égard est l’étude IRFED-ODS de 1970 qui, grâce à une enquête sur soixante villages libanais, mettait en évidence la grande pauvreté de la Békaa et du Sud et la situation diversifiée du Nord (fig. VI-3).

Figure VI-3 : Les niveaux de développement ruraux en 1970.

Figure VI-3 : Les niveaux de développement ruraux en 1970.

4La transformation de la hiérarchie de la pauvreté s’explique par plusieurs facteurs. Le premier concerne les bénéfices de l’émigration. Le Sud bénéficie en effet de nombreux investissements de la part de sa diaspora, dont témoignent les périphéries de ses villages : celles-ci se couvrent de somptueuses villas, signes de la réussite de ses émigrés qui, souvent, viennent s’y retirer fortune une fois faite. Il est difficile néanmoins de savoir si cette situation concerne davantage le Sud que les autres régions libanaises où ces investissements de la diaspora sont également observés.

5L’autre facteur de ce changement est que le Sud tire les bénéfices du rééquilibrage politique en faveur des chiites qui s’est opéré lors du compromis de l’après-guerre. Le parti Amal, en la personne de son chef Nabi Berri, a occupé sans discontinuer la présidence du Parlement, ce qui lui a permis de disposer d’un pouvoir de négociation sur les politiques publiques et de développement, afin d’en faire profiter les régions du Sud. Amal contrôle aussi diverses institutions, telles que le Conseil du Sud, qui distribue des aides aux victimes de la guerre et des agressions israéliennes, et réalise des infrastructures. Le ministère de l’Énergie et des Ressources hydrauliques a également été plusieurs fois confié à des ministres issus de ce parti. On peut ajouter que toute cette région vit pratiquement en symbiose avec la capitale, notamment depuis que l’amélioration des infrastructures routières l’en a rapprochée. Les salaires – notamment de la fonction publique – gagnés à Beyrouth sont en partie dépensés dans les villages du Sud. À l’inverse, les originaires du Nord sont proportionnellement moins nombreux dans la capitale, cœur économique du pays (cf. III-11b), ce qui y limite la redistribution des revenus.

6Si Beyrouth et sa région jouissent globalement d’un niveau de vie bien supérieur au reste du pays, les inégalités au sein de l’agglomération n’en sont pas moins frappantes. La figure VI-1 souligne l’existence, dans cette région, d’une classe particulièrement aisée : c’est là que se concentre l’élite économique du pays. La différenciation socio-spatiale au sein de l’agglomération pour l’année 1994 souligne ces contrastes sociaux, dont l’évolution depuis lors est mal connue. À cette date, si l’on considère le quart de la population la plus défavorisée, on observe sa surreprésentation dans la ville municipe, ainsi que dans la banlieue sud. Deux poches de la seconde couronne, au sud de l’aéroport et au nord, autour de Dbayeh, où l’on trouve un camp palestinien, concentrent également une forte proportion de population défavorisée. L’observation de la localisation du quart le plus aisé de la population ne correspond pas exactement au négatif de cette répartition. En effet, une proportion importante de ménages aisés réside dans la ville centre, où elle côtoie des catégories sociales défavorisées également bien représentées, comme dans les quartiers chrétiens d’Achrafieh. Les quartiers de Ras Beyrouth et surtout de Raoucheh sont en revanche plus huppés.

7Trois grands types de quartiers se distinguent, du point de vue de l’organisation sociale. Dans la municipalité de Beyrouth, la coexistence de populations aisées et défavorisées est remarquable. Elle s’explique notamment par les dispositions des lois de blocage des loyers, qui ont maintenu une mixité relative, même si aujourd’hui, la démolition progressive du bâti ancien rend difficile le maintien dans la ville centre des populations défavorisées. Dans la première couronne de banlieue, que ce soit à l’est, dans les quartiers de Bourj Hammoud ou le bas Sinn el-Fil, ou dans différents secteurs de la banlieue sud (Chiyah, Ghobeiry), il existe de grandes concentrations de population pauvre, notamment les quartiers palestiniens et les quartiers non réglementaires de la banlieue sud. Les collines apparaissent en revanche comme les espaces de la classe moyenne et des classes aisées, notamment dans les secteurs au nord de l’agglomération.

8Depuis cette date, cette organisation ne s’est pas fondamentalement modifiée. Seules les classes moyennes et aisées peuvent prétendre à l’installation sur les hauteurs de Beyrouth, dans de petits immeubles, dans un cadre de vie supposant l’usage de l’automobile. Les collines du sud de l’agglomération, qui a connu en dix ans, grâce au développement des autoroutes, une extension remarquable, sont plébiscitées par la classe moyenne musulmane. C’est dans cette zone de collines que se sont construits, avec d’inégales réussites, des lotissements enclos et des condominiums qui rappellent, à une échelle plus limitée, les transformations spectaculaires de nombreuses villes du Sud (cf. fig. IV-24). Dans la ville centre, la mixité persiste, mais les classes défavorisées diminuent néanmoins. Enfin, dans les banlieues proches de Beyrouth, des quartiers au profil de classes moyennes voisinent avec de grandes poches de pauvreté. Celles-ci sont en croissance. Même si les quartiers non réglementaires ont cessé de s’étendre, ils peuvent se densifier en hauteur.

Figure VI-4 : Riches et pauvres à Beyrouth (1994).

Figure VI-4 : Riches et pauvres à Beyrouth (1994).

Achrafieh/al-Nasra – Habitat modeste et immeubles de luxe se côtoient dans un des quartiers de la ville-centre où existe une relative mixité sociale.

Achrafieh/al-Nasra – Habitat modeste et immeubles de luxe se côtoient dans un des quartiers de la ville-centre où existe une relative mixité sociale.

Photo Laetitia Démarais, janvier 2007.

Activités et emplois

9Les contrastes globaux de richesse à l’échelle du pays trouvent en partie leur explication dans le taux d’activité de la population. La figure VI-5 montre nettement que le taux d’activité de la population (ici définie comme la population en âge de travailler occupant un emploi) est plus fort dans les régions centrales, ce qui explique en partie de meilleurs revenus, surtout que les enquêtes montrent que les qualifications et les salaires y sont plus élevés. Cette inégalité d’accès à l’emploi résulte pour une part de la géographie économique du pays (cf. chapitre 5). Le statut de l’emploi éclaire ces différenciations régionales. Le caractère informel ou peu structuré de l’économie se traduit par une proportion élevée d’emplois non salariés, qui atteint 39 % en 2001. Le commerce, la construction, l’agriculture sont les secteurs où les emplois instables ou indépendants dominent (fig. VI-6a).

10Or, cette proportion est bien plus forte dans les régions périphériques (fig. VI-6b). L’importance des statuts d’indépendants et de salariés non permanents est le reflet d’une économie plus fragile et de revenus plus irréguliers.

Figure VI-5 : La population active.

Figure VI-5 : La population active.

Figure VI-6a : Le statut de l’emploi par secteur d’activité.

Figure VI-6a : Le statut de l’emploi par secteur d’activité.

Figure VI-6b : Le statut de travail de la population active au Liban (2001).

Figure VI-6b : Le statut de travail de la population active au Liban (2001).

11Les inégalités régionales de richesse tiennent également à l’accès très différencié de la population féminine à l’emploi. En effet, le taux d’activité féminin est nettement plus bas dans les régions périphériques (fig. VI-7). On assiste aujourd’hui à une légère hausse du taux d’activité féminin, notamment en raison du recul de l’âge des femmes au mariage, recul lui-même expliqué par les difficultés d’installation des ménages. Mais c’est dans les régions centrales que cette hausse de l’activité féminine est la plus marquée.

12Le niveau d’instruction de la population fournit une autre mesure des inégalités sociales au sein de la société. L’illettrisme est particulièrement fort dans le Nord du pays, notamment dans le caza du Akkar, et dans l’extrême Sud. Il s’agit essentiellement de régions musulmanes, sunnites ou chiites, mais les chrétiens sont également présents dans le caza de Marjayoun et du Akkar. L’illettrisme féminin (fig. VI.8b) dessine une vaste écharpe couvrant toutes les régions périphériques, à l’exclusion des caza contenant les grandes villes de Saïda, Zahleh et Tripoli. La dimension confessionnelle de cette répartition est particulièrement forte, puisque ces régions plutôt rurales comprennent toutes une forte population musulmane. À l’inverse, la carte des diplômés universitaires donne l’avantage aux régions du centre du pays (fig. VI-8c). À travers les inégalités d’accès à l’enseignement se donne à lire le développement inégal du pays. Les périphéries restent largement à l’écart du monde moderne. Faute de développement économique, elles dépendent plus fortement de l’État, qui reste le seul pourvoyeur d’emplois et d’équipements.

Figure VI-7 : Le taux d’activité des femmes par muhafazat (2001).

Figure VI-7 : Le taux d’activité des femmes par muhafazat (2001).

Figure VI-8 : Les niveaux d’instruction.

Figure VI-8 : Les niveaux d’instruction.

13La répartition régionale de l’emploi public (fig. VI-9) montre que l’État représente une part prépondérante des emplois et donc des sources de revenus dans de nombreuses régions rurales périphériques, dans le nord du Mont Liban, dans l’extrême Nord du pays, dans la Békaa. Les régions centrales, où sont pourtant concentrées les administrations d’un État fortement centralisé, apparaissent proportionnellement moins dotées en emploi public, ce qui souligne par contraste l’existence d’un emploi privé important et diversifié. À l’inverse, certaines régions rurales sont particulièrement mal dotées en emploi public. La situation de Bint Jbayl et Marjayoun s’explique probablement par leur longue occupation par Israël, de sorte que la présence de l’État libanais était pratiquement réduite à rien. En revanche, pour les deux caza de Minieh-Denniyeh et de Hermel, cette situation est l’indicateur d’un dénuement et d’un retard de développement très prononcés.

Figure VI-9 : Le poids du secteur public dans l’emploi.

Figure VI-9 : Le poids du secteur public dans l’emploi.

Équipements, infrastructures et développement équilibré

14L’accès aux équipements sociaux et l’existence d’infrastructures de base sont une autre manière de mesurer les inégalités de développement et de richesse dans la société libanaise. Ces secteurs sont directement concernés par la thématique, récurrente au Liban depuis les années 1960, du « développement harmonisé », selon l’expression popularisée alors par le Père Lebret et l’équipe de l’IRFED. Cette question s’est transformée et est aujourd’hui abordée par le biais du « développement équilibré », expression officiellement inscrite depuis les accords de Taëf dans la Constitution. La mesure de l’accès à ces équipements et aux infrastructures est un reflet des politiques passées, mais aussi des initiatives privées et/ou communautaires, qui n’ont pas attendu l’État pour proposer des services aux citoyens, dans une logique de marché ou de solidarité communautaire. Les domaines de l’enseignement et de la santé sont représentatifs de ces approches.

Les infrastructures de base

15Le branchement physique aux réseaux d’eau potable est loin aujourd’hui de revêtir un caractère universel au Liban (fig.VI-10a). Une vaste écharpe partant des plaines de Minieh et du Akkar jusqu’à la Békaa centrale, y compris les banlieues de Zahleh, se distingue par un taux de connexion apparemment très bas. On peut y distinguer deux types de régions. Les premières sont des zones rurales ou montagneuses, où le déficit de branchement est ancien et n’a pas été comblé par les politiques volontaristes de l’avant-guerre. D’autres, notamment en plaine et dans les périphéries des agglomérations, ont connu une très forte croissance du bâti pendant la guerre. Cette croissance n’a pas été accompagnée par les municipalités et les autorités publiques en charge, et ces régions connaissent un déficit très grave en matière d’infrastructures. On retrouve dans la même catégorie les agglomérations de Tyr, Barja et Chhim, mais curieusement pas Nabatieh. La banlieue sud de Beyrouth relève essentiellement de la même problématique, et elle s’oppose d’ailleurs assez nettement à la ville centre ainsi qu’aux banlieues nord et est, qui ont pourtant connu, elles aussi, une forte croissance durant la guerre. On en déduit que les pouvoirs publics, dans ce cas, ont pu, malgré leurs difficultés, faire face globalement à cette croissance. Le statut illégal de nombreux logements dans la banlieue sud explique aussi leur moindre connexion, puisque ces logements n’ont dans ce cas pas le droit d’être raccordés au réseau.

Figure VI-10 (a et b) : Le raccordement aux infrastructures.

Figure VI-10 (a et b) : Le raccordement aux infrastructures.

16Le raccordement à l’égout présente des différences significatives avec ce modèle (cf. fig. IV-16). On retrouve ici une opposition classique entre les zones urbaines de Beyrouth et ses banlieues, de Saïda, de Zahleh et de Tripoli et le reste du pays, où le raccordement aux réseaux d’assainissement est peu avancé, voire nul dans certaines régions. Cette opposition spatiale renvoie à un déficit de la politique d’équipements et donc aux lacunes de l’action des collectivités et de l’État. On n’en tirera pas de conclusions hâtives sur la préservation de l’environnement, en l’absence, jusqu’à aujourd’hui (2005), de stations d’épuration. Dans un cas, les effluents se jettent, via les réseaux existants, dans les cours d’eau et/ou dans la mer ; dans l’autre, ils sont rejetés dans la nature, via des puisards et fosses septiques.

17À la fin des années 1960, l’État libanais était globalement parvenu à raccorder l’ensemble du pays au réseau électrique. Mais la guerre a remis en question ce résultat de plusieurs manières. En premier lieu, faute d’investissement, la production a marqué le pas, ne suivant pas, globalement, l’augmentation de la demande, due à l’accroissement de la population, mais aussi intensifiée sous l’effet de l’équipement croissant en appareils ménagers, notamment dans les classes moyennes. En outre, la conception dépassée de certains réseaux et les pannes, sans compter, durant les années 1990, les attaques israéliennes contre les centrales ou les relais, ont conduit à un rationnement de l’électricité. Hormis Beyrouth, aucune région du Liban ne reçoit l’électricité 24 heures sur 24 jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, les mouvements de population ont abouti à une distorsion entre la demande et l’offre ou la capacité du réseau à répondre à cette demande. C’est le cas notamment dans les nouvelles périphéries urbaines, par exemple à Beyrouth. L’insuffisance du réseau est une raison supplémentaire à l’alimentation alternée.

18Face à cette situation, la réaction des ménages et des entreprises dépend largement de leur possibilité financière. On a assisté à un recours important aux générateurs électriques, d’abord et parfois encore individuels, puis à l’échelle de l’immeuble ou à celle d’un quartier. La carte des immeubles disposant d’un générateur illustre l’une de ces stratégies (fig. VI-10b). Elle montre que le recours au générateur d’immeubles est particulièrement développé dans la banlieue de Beyrouth et dans le Mont Liban nord, ce qui correspond à une urbanisation récente de zones habitées par des classes solvables. Dans les zones anciennes denses, il n’est pas toujours aisé d’installer un tel équipement, et on recourt de préférence à un générateur de quartier, mais cette information n’est guère disponible.

19Le centre du pays est globalement mieux desservi par les infrastructures de base, ce qui s’explique en partie par une urbanisation plus ancienne, ainsi que par des efforts plus durables de l’État et des collectivités publiques en faveur de ces régions. Alors qu’elles sont globalement les plus aisées, elles bénéficient aussi d’infrastructures de relativement meilleure qualité que le reste du pays.

L’éducation

20Dans l’éducation, la part de l’enseignement public est minoritaire par rapport au secteur privé et au secteur privé subventionné, parfois appelé gratuit.

21L’enseignement privé, considéré comme de meilleure qualité, est largement privilégié par les classes sociales moyennes et aisées. Il s’est fortement développé durant les années 1990, avant de connaître, depuis les années 2000, un relatif recul en raison des difficultés économiques. L’enseignement privé est en partie animé par des institutions religieuses, notamment chrétiennes. Il représente environ 50 % du total des élèves scolarisés. Le public représente environ 40 % des élèves. Le troisième secteur, pour environ 10 % du total, est représentatif de l’activité d’associations ou de fondations à caractère communautaire et à finalité sociale.

22Le secteur privé de l’enseignement est très nettement concentré à Beyrouth et sur le littoral du Mont Liban nord, régions plus favorisées et, pour le Mont Liban, à nette majorité chrétienne. Ailleurs, il n’est présent que dans les villes principales et leurs banlieues (Zahleh, Baalbek, Saïda, Tyr, Nabatieh, Tripoli). Ainsi, l’existence d’un secteur d’enseignement privé est liée à la solvabilité des populations (fig. VI-11c).

23La carte de l’enseignement public apparaît largement comme l’inverse de celle de l’enseignement privé (fig. VI-11a). Beyrouth et les régions du littoral du Mont Liban nord possèdent un secteur d’enseignement public qui dessert moins du tiers – souvent beaucoup moins – des élèves. Le secteur public est prédominant surtout dans le Nord, notamment le Akkar. Il est également fort dans les plateaux du Liban-Sud et dans le sud de la Békaa. Globalement, l’emprise du secteur public correspond aux régions les plus pauvres. L’enseignement privé subventionné est surreprésenté dans la Békaa nord, dans certaines régions du Liban-Sud et de la Békaa sud, ainsi que dans les régions reculées du Liban-Nord (fig. VI-11b). Il paraît très lié à l’action caritative d’organisations religieuses. Ce sont, en milieu chiite, les Mabarat du Conseil supérieur chiite ou les associations liées au Hezbollah, comme en témoigne la bonne implantation en banlieue sud de Beyrouth ainsi que dans les caza de Baalbek et Hermel. Mais des associations à finalité similaire sont aussi présentes auprès des populations chrétiennes pauvres, en banlieue de Beyrouth ou dans la montagne chrétienne. Ce phénomène paraît moins développé en milieu sunnite, même si l’on relève des exemples dans le Akkar. En revanche, Saïda ou Tripoli paraissent moins concernées.

Figure VI-11 (a, b, c) : L’enseignement par secteur.

Figure VI-11 (a, b, c) : L’enseignement par secteur.

24La répartition spatiale des trois secteurs souligne tout d’abord les différences de richesse au sein de la population, seule la population relativement aisée pouvant accéder à l’enseignement privé. Les implantations en partie superposées de l’enseignement public et de l’enseignement privé subventionné témoignent de l’inégalité des formes d’organisation et d’encadrement de la population par l’État. Dans les zones délaissées par l’État, notamment en milieu chiite mais aussi dans les régions chrétiennes pauvres, des organisations à fort ressort communautaire prennent en charge le destin des populations.

25La carte des écoles publiques de moins de 100 élèves vient compléter, d’une manière plus grossière, l’information sur l’effort consenti par l’État (fig. VI-12). Cette statistique est souvent utilisée dans les débats sur la gabegie de l’État et ses dépenses supposément clientélistes. On peut relever que certains caza très pauvres, comme Baalbek, Hermel, le Akkar, Bint Jbayl ou Batroun comptent de nombreuses écoles publiques de petite taille, souvent maintenues pour assurer une desserte minimale dans des régions éloignées et mal desservies. En pourcentage, il apparaît que cet effort profite notamment aux régions chrétiennes rurales ou montagneuses (Koura, Batroun, Bcharri, Jezzine, voire Marjayoun). Seule la région de Hermel bénéficie d’un effort comparable.

Figure VI-12 : Les petites écoles.

Figure VI-12 : Les petites écoles.

L’équipement médical

26L’accès aux infrastructures médicales relève d’une problématique en partie différente. Les informations disponibles ne permettent guère d’identifier la part d’un secteur de bienfaisance. Même la variable des dispensaires ne permet guère d’isoler ce qui relève de l’action étatique de celle d’associations communautaires ou issues de la société civile.

27La carte de la densité des médecins présente une image complexe, assez différente de celles de la pauvreté. Cette carte ne correspond ni à l’opposition centre-périphérie, ni à celle entre villes, et plus globalement littoral, et montagnes et espaces ruraux (fig. VI-13).

28Les régions les mieux dotées regroupent Beyrouth et ses banlieues nord et est, la Békaa, la région de Saïda jusqu’à Nabatieh, certains chefs-lieux comme Tripoli, Tyr, Rachaya, Baalbek, Bcharri. Globalement, le Nord, notamment le Akkar, accuse un fort déficit de médecins qui ne fait que souligner l’attraction que doit exercer Tripoli. Toutefois, on trouve aussi des zones où la densité de médecins est moins forte, dans la montagne chrétienne ou au Sud, ce qui est là aussi probablement à interpréter comme le signe de l’existence de zones d’attraction des chefs-lieux voisins.

Figure VI-13 : La densité de médecins.

Figure VI-13 : La densité de médecins.

29Le poids respectif et les implantations différenciées des hôpitaux publics et des hôpitaux privés (fig. VI-14c) soulignent que la santé au Liban est avant tout un marché où les acteurs privés jouissent d’une liberté d’action totale : le secteur privé concentre en 2000 plus de 90 % des lits, qui sont implantés essentiellement au cœur des zones solvables, c’est-à-dire les grandes agglomérations (fig. VI-14a). Cette liberté s’exerce au prix d’une concurrence acharnée et au mépris de toute économie d’échelle, dans une logique d’incitation à la dépense afin de rentabiliser les équipements médicaux. Beyrouth et surtout Saïda apparaissent comme les principales implantations du secteur médical privé. Le secteur médical prend place aussi, dans ces villes, sur un marché régional et vise des clients des pays voisins, voire du Golfe.

30La carte des implantations publiques se distingue d’abord par la modestie de l’offre (fig. VI-14b). Sa répartition souligne la volonté de doter les zones éloignées d’une offre médicale minimale, renforcée ces dernières années par des projets d’hôpitaux dans plusieurs chefs-lieux de caza. Toutefois, cet effort d’équipement se heurte aux limitations budgétaires de l’État. En effet, dans plusieurs cas, l’ouverture des nouveaux équipements est repoussée parce que l’État ne peut pas subvenir aux dépenses de fonctionnement, de personnel, voire d’équipements intérieurs d’hôpitaux dont seul le bâti a été financé par l’aide internationale.

Figure VI-14 (a, b, c) : Hôpitaux privés et publics.

Figure VI-14 (a, b, c) : Hôpitaux privés et publics.

31La carte des dispensaires (fig. VI-15) apparaît a contrario comme une carte de la médecine de l’espace rural, où se pratique une médecine itinérante parfois mise en œuvre par des associations de bienfaisance ou des organisations non gouvernementales.

Figure VI-15 : La densité des dispensaires.

Figure VI-15 : La densité des dispensaires.

32Aux inégalités de revenus et d’accès à l’éducation qui opposent centre et périphérie au Liban, se superposent donc des inégalités également marquées en matière d’accès aux services et infrastructures de base, ainsi qu’à la santé. Aux lacunes de l’État répondent différentes formes de mobilisation. Le secteur privé prend en charge certaines fonctions, comme la médecine ou l’enseignement, au risque d’un accroissement des inégalités. D’autre part, la mobilisation communautaire propose en fin de compte de nouvelles ressources à la population, en se substituant à l’État.

33Dans une large partie du pays, qui n’est pas si grand, l’accès à certains équipements et infrastructures est possible grâce à la mobilité. Ce qui explique le succès de la revendication en faveur du « développement équilibré » n’est donc pas seulement un déséquilibre spatial : l’enjeu est aussi idéologique, et notamment confessionnel. La revendication est celle d’un traitement égalitaire des différentes régions et confessions.

Table des illustrations

Titre Tripoli – Vue depuis la citadelle sur les quartiers populaires de la colline de Kobé, au-dessus du fleuve Abou Ali, endigué dans les années 1960 après une violente crue. Sur le haut de la colline, on distingue les barres blanches d’une imposante opération de reconstruction menée par la Caisse des déplacés.
Crédits Photo Éric Verdeil, février 2005.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Infrastructure scolaire – Une école reconstruite à Younine (Békaa), sous l’égide du CDR et de l’Union européenne.
Crédits Photo Éric Verdeil, août 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure VI-1 : Classes de revenus par région.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure VI-2 : a- Degré de satisfaction des besoins de bases, b- La pauvreté absolue au Liban.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure VI-3 : Les niveaux de développement ruraux en 1970.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-5.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure VI-4 : Riches et pauvres à Beyrouth (1994).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-6.png
Fichier image/png, 60k
Titre Achrafieh/al-Nasra – Habitat modeste et immeubles de luxe se côtoient dans un des quartiers de la ville-centre où existe une relative mixité sociale.
Crédits Photo Laetitia Démarais, janvier 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure VI-5 : La population active.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-8.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure VI-6a : Le statut de l’emploi par secteur d’activité.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-9.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure VI-6b : Le statut de travail de la population active au Liban (2001).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-10.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure VI-7 : Le taux d’activité des femmes par muhafazat (2001).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-11.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure VI-8 : Les niveaux d’instruction.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-12.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure VI-9 : Le poids du secteur public dans l’emploi.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-13.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure VI-10 (a et b) : Le raccordement aux infrastructures.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-14.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figure VI-11 (a, b, c) : L’enseignement par secteur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-15.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure VI-12 : Les petites écoles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-16.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure VI-13 : La densité de médecins.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-17.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure VI-14 (a, b, c) : Hôpitaux privés et publics.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-18.png
Fichier image/png, 124k
Titre Figure VI-15 : La densité des dispensaires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/422/img-19.png
Fichier image/png, 69k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable