Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des banlieues à la ville

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Caecilia Pieri

III. La place de la culture et de la mémoire dans les dynamiques locales

La culture comme dynamique créatrice en région

Culture as a regional value-creating dynamics

Benoît Marquaille

Résumé

L’exposé met en valeur le rôle de la culture dans la valorisation des dynamiques socio-culturelles, et donne quelques exemples réussis de coopération dans ce domaine entre la France et le Liban.

The paper emphasizes the role of culture in valorizing social and civic dynamics, by giving some examples of manifestations organized in the Région Ile-de-France, such as in cooperation between France and Lebanon.

Entrées d'index

Géographique :

France, Liban

Texte intégral

Spectacle au Bois des Pins à Beyrouth, en coopération avec la région Ile-de-France

Spectacle au Bois des Pins à Beyrouth, en coopération avec la région Ile-de-France

Photo D.R.-I.D.F.

1Au regard de ce débat sur la culture et la mémoire, vu de France, nous avons des réalités bien différentes de celles que viennent d’exposer mes collègues libanais à l’instant ; mais les objectifs, eux, ne sont finalement pas si lointains puisque notre objectif premier est bien évidemment de promouvoir la culture et la mémoire. Au fond, c’est aussi une forme de vivre ensemble que nous cherchons à construire, chacun avec nos difficultés.

2Je voudrais donner rapidement quelques informations sur l’action de la région Île-de-France en matière culturelle. Aux dernières élections régionales, en 2010, nous avions pris un engagement avec le président Jean-Paul Huchon : il s’agissait de sanctuariser le budget de la culture sachant qu’en France aujourd’hui l’État, les collectivités et bien d’autres d’institutions sont confrontés à des difficultés financières.

3Nous pensons en effet que la culture est un vecteur de dynamiques locales extrêmement important. Afin de créer une dynamique culturelle, outil d’une grande politique culturelle, la région Île-de-France a investi, au cours du dernier mandat électoral, 500 millions d’euros dans le domaine culturel pour construire ou cofinancer divers lieux de culture : espaces où peuvent s’exercer les différents arts, lieux de création, lieux d’exposition. De plus, nous soutenons l’expression de tous les arts : le cinéma, la chaîne du livre – avec le financement de résidences d’écrivains et avec une aide aux libraires et aux éditeurs, etc. –, le spectacle vivant (danse, théâtre...), à travers les permanences artistiques et culturelles dans lesquelles nous investissons beaucoup : pour 2011, le budget alloué par la région à ces questions représente 57 millions d’euros.

4La dynamique culturelle en tant que telle crée elle-même d’autres dynamiques, à commencer par le plan économique : on notera qu’en Île-de-France, le PIB et le nombre d’emplois créés par le secteur culturel sont plus importants que ceux de l’industrie automobile ou aéronautique. Le secteur est donc tout à fait stratégique en termes de dynamique économique. Par ailleurs, la culture crée aussi des dynamiques territoriales : nos choix de projets se fondent en synergie avec ces dernières. Par exemple, dans le comité de lecteur des résidences d’écrivains que je préside, nous avons pour principe de juger d’après la qualité intrinsèque du dossier, mais nous sommes toujours plus attentifs à un dossier à partir du moment où il s’investit dans un territoire où les habitants ont peu accès aux lieux culturels, en l’occurrence au livre. Nous estimons de notre devoir que de faire un effort supplémentaire pour financer des lieux qui vont permettre à des gens d’accéder à la culture alors qu’ils n’y ont pas naturellement accès. Nous avons moins de bibliothèques en banlieue qu’à Paris, et moins encore dans les banlieues « défavorisées ».

5Les trois piliers du domaine culturel pour la région Île-de-France sont donc le soutien aux métiers de la culture, l’accompagnement des publics et des pratiques citoyennes et enfin l’aménagement du territoire à partir de nos dispositifs culturels.

6En ce qui concerne la coopération entre la région Île-de-France et la municipalité de Beyrouth, nous avons mis en place il y a quelques années une politique qui vise à recréer le réseau des bibliothèques municipales Assabil. Pour ce faire, ensemble, nous avons volontairement fait le choix de faire en sorte que ces bibliothèques rayonnent dans l’ensemble du territoire afin d’assurer une égalité d’accès au livre pour tous les citoyens. À ce jour, nous n’avons encore que trois bibliothèques – dont une dont nous avons posé la première pierre au mois de septembre –, mais nous en avons prévu douze en tout.

7Pour ce qui est de la quatrième thématique, relative à la mémoire, l’intervention de mon collègue sur les anciennes maisons de Beyrouth, dont beaucoup ont été détruites, m’a paru fort intéressante. Nous avons en Île-de-France toute une série de lieux qui ne sont pas « culturels » à proprement parler, mais qui sont des lieux de mémoire : la mémoire urbaine, notamment dans la proche banlieue qui a été très industrielle. Cette mémoire se réfère donc à un volet particulier de l’industrialisation qui a aujourd’hui disparu. En collaboration avec la Ville de Paris et l’État, notre politique vise donc à préserver ces lieux de mémoire comme le sont peut-être ces fameuses maisons beyrouthines : nous ne tenons pas à en faire systématiquement des musées dans lesquels il ne se passerait plus rien, nous cherchons à leur donner une nouvelle vie : je pense à certaines friches industrielles, dont certaines sont célèbres : le 104 (un ancien service municipal de pompes funèbres), la Ferme du Buisson, la Maison des Métallos, le musée d’Orsay qui était l’ancienne gare de Paris à Orléans. Dans une certaine mesure, ces lieux connaissent aujourd’hui une nouvelle vie grâce à ce changement de destination, mais ils ont conservé leur caractère architectural et industriel. Avec la municipalité de Beyrouth, nous avons un projet de ce type : il s’agirait de créer un lieu de culture dans un ancien entrepôt près du port.

8Pour conclure sur notre coopération culturelle avec la ville de Beyrouth : au-delà de l’implantation des bibliothèques, nous cherchons comment créer des dynamiques avec les habitants à partir de ce réseau. Par exemple, à travers les résidences d’auteurs qui s’organisent avec Assabil dans différents lieux tels que le Bois des Pins, ou encore à travers des ateliers d’écriture et de lecture organisés avec des enfants, mais aussi avec des adultes que l’on amène à s’exprimer sur leur ville, et donc aussi tout simplement sur leur vie. Je constate donc que la culture est un moyen important de créer de multiples dynamiques, qu’elles soient culturelles, économiques, mémorielles, mais aussi citoyennes, puisqu’elles fournissent aux habitants un lieu et un moyen d’expression. C’est tout cela qui fait que nous allons vers le vivre-ensemble. Comme j’évoquais les bibliothèques Assabil, je conclurai par ce mot de Gaston Bachelard : « Le paradis, à n’en pas douter, n’est qu’une immense bibliothèque ».

Table des illustrations

Titre Spectacle au Bois des Pins à Beyrouth, en coopération avec la région Ile-de-France
Crédits Photo D.R.-I.D.F.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/4207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

Élu au Conseil Régional d’Ile-de-France

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable