Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas du Liban

 | 
Eric Verdeil
, 
Ghaleb Faour
, 
Sébastien Velut

Chapitre 4 : Les mutations territoriales

Résumé

Durant les trente dernières années, la guerre du Liban a représenté un facteur majeur de transformations territoriales, en particulier à travers les déplacements de population qu’elle a entraînés. Abandon et déprise de certaines régions, destruction de zones d’habitat et polarisation confessionnelle, dégradation parfois irrémédiable de l’environnement par les décharges et les empiétements sur le littoral en sont les conséquences principales et les plus originales. Toutefois, hormis le caractère soudain de ces mouvements spatiaux, une nouvelle géographie du Liban se met en place. Dans ses formes spatiales à grande échelle comme dans la nouvelle organisation régionale qu’elle dessine, en particulier la littoralisation des hommes et des activités, elle présente de nombreuses similitudes avec d’autres pays soumis à forte croissance et où l’État contrôle peu le développement.
La période d’après-guerre est un moment où s’ancrent ces nouvelles dynamiques, prenant appui sur une mobilité intérieure retrouvée. La polarisation par Beyrouth, marginalisée par la guerre, redevient le facteur essentiel d’organisation du territoire. Mais ce mouvement conforte également une péri-urbanisation née paradoxalement durant le cloisonnement de la guerre. Une densification rurale, sous la forme d’un mitage des espaces naturels et agricoles, en est la conséquence. Dans le domaine de l’environnement, l’intervention tardive, partielle et timide de l’État ne permet guère de renverser la situation et les dégradations vont s’accentuant. La véritable spécificité libanaise est donc à rechercher dans cette relative continuité des mutations territoriales, malgré la profonde transformation du contexte politique.

Entrées d'index

Mots clés :

territoire, migration

Géographique :

Liban

Texte intégral

Les ruptures de la guerre

1L’absence de sources fiables rend délicate l’appréhension statistique des dommages et surtout celle des dynamiques spatiales causées par la guerre. L’évaluation des dommages se fonde sur une enquête effectuée peu après l’arrêt des combats. À l’échelle du Liban entier, près de 12 000 immeubles ont été touchés, dont 38 % avec des dégâts importants. Les bâtiments touchés se concentrent très largement dans l’agglomération de Beyrouth et dans quelques villes (fig. IV.1a). La guerre libanaise a été principalement une guerre urbaine, une guerre de position opposant des armées et des milices recourant à des armes au potentiel de destruction relativement limité si on les compare aux moyens de destruction utilisés par exemple contre les villes détruites durant la seconde guerre mondiale. Malgré des épisodes de blocus et de bombardements, notamment par l’armée syrienne, douloureux pour les populations civiles, les dommages présentent un caractère limité. À de rares exceptions près, comme lors de bombardements israéliens, l’aviation n’a pas contribué aux dégâts, qui eussent sinon été bien plus massifs. Canons de « petit » calibre, lance-roquettes, fusils mitrailleurs et « kalachnikovs » furent les principales armes de combats de position, le long de lignes de démarcation qui ont d’autant plus subi les destructions qu’elles sont restées relativement fixes durant les quinze années de guerre. Les armements possédés par les différentes factions ont néanmoins connu une sophistication croissante, de sorte que les combats des années 1989-1990, dans lesquels l’armée libanaise est massivement intervenue, ont causé des dégâts comparativement plus lourds que ceux observés auparavant.

2Quinze pour cent des immeubles de Beyrouth municipe (hormis le centre commercial) ont été touchés, et 10 % dans la région métropolitaine. Mais les dégâts sont très concentrés, en particulier au centre-ville, le long de la ligne de démarcation entre les deux secteurs est (chrétien) et ouest (musulman), dans certains secteurs touchés par les combats dans la banlieue sud de Beyrouth, où se trouvent les camps palestiniens, et, ponctuellement, sur les sites de bataille ayant opposé des milices rivales en banlieue est, ou encore dans la région de Damour, au sud de la capitale (fig. IV-1b).

3En dehors de l’agglomération de Beyrouth, les principales zones touchées sont celles qui ont été le théâtre des différentes phases du conflit, en particulier les zones situées sur des axes de pénétration et dans des zones de mixité confessionnelle. Ainsi, le Mont Liban à l’est de Beyrouth, autour de la route de Damas, de même que la limite entre les caza du Metn et de Baabda, ont été le lieu de batailles durant la première phase de la guerre. La guerre s’est ensuite déplacée vers les régions d’Aley et du Chouf, lieu de la guerre de la Montagne, en 1983-1994, puis, en 1985, à l’est de Saïda. En 1983, de violents combats ont également eu lieu à Tripoli, entre milices pro-syriennes et milices locales pro-palestiniennes (fig. IV-1a).

Figure IV-1 : Les destructions de bâtiments a. au Liban b. dans le Grand Beyrouth.

Figure IV-1 : Les destructions de bâtiments a. au Liban b. dans le Grand Beyrouth.

4Le Sud porte l’empreinte des occupations israéliennes. Mais la supériorité militaire était telle que les destructions y sont, au total, assez modérées si on les compare avec celles qui ont touché la région capitale, notamment la banlieue sud, où la résistance à l’invasion de 1982 a été la plus forte.

5Si les destructions physiques sont globalement d’ampleur limitée, les mutations liées aux déplacements de population sont en revanche massives. Il est estimé que les deux tiers des Libanais ont changé de résidence durant la guerre et qu’un tiers n’a pas retrouvé, à l’issue de la guerre, sa résidence d’origine. Les déplacements forcés, causés par le climat général d’insécurité ou par des politiques d’expulsion, voire de massacres, conduites par les milices, se sont traduits par une homogénéisation communautaire certes inégalement aboutie sur le territoire, mais laissant néanmoins préfigurer une partition sur des bases confessionnelles, prônée par certains idéologues.

6La carte établie d’après les données d’une enquête menée par l’Université Saint-Joseph et l’Université Laval en 1987 permet d’identifier les principaux flux à cette date (fig. IV-2). Durant la première phase de la guerre, de très forts mouvements de population sont enregistrés au sein de l’agglomération capitale, en particulier en 1976, au moment où les quartiers pauvres majoritairement musulmans, et singulièrement les camps palestiniens de Beyrouth-est, sont assiégés et vidés de leur population par les milices chrétiennes. Y répond notamment le massacre de Damour perpétré par les forces de l’OLP contre les habitants chrétiens de cette localité. À partir de 1978, plusieurs vagues de réfugiés en provenance du Sud fuyant devant les avancées israéliennes successives trouvent refuge dans la capitale et ses banlieues. Le développement de la banlieue sud s’explique par l’installation de ces réfugiés, en partie dans des conditions illégales. Cette installation s’accélère à partir de 1984, lorsque l’État entre en conflit avec les milices chiites et druzes et perd totalement le contrôle de Beyrouth-ouest.

Figure IV-2 : Les déplacements de population forcés (1975-1987).

Figure IV-2 : Les déplacements de population forcés (1975-1987).

7À partir de 1984, l’anarchie qui règne à Beyrouth-ouest aggrave irrémédiablement la situation des chrétiens qui continuaient à y résider. Ils représentaient avant la guerre environ la moitié de la population dans la partie ouest de la municipalité de Beyrouth. La fuite hors de la capitale explique le développement des banlieues est et nord, et en particulier l’essor des grands lotissements et des localités d’estivage du Metn et du Kesrouan durant la deuxième partie des années 1980 (cf. p. 112, sur la croissance de Beyrouth).

8La guerre de la Montagne, entre 1983 et 1985, est responsable de l’exode des chrétiens du Chouf et de l’est de Saïda vers Beyrouth-est, tandis que Jezzine, occupée par Israël et sa milice supplétive, perd une partie de sa population. La carte des logements vacants en 1996 (fig. IV-3) montre la part très significative qu’ils occupent dans les régions sud du Mont Liban, trace de cet exode que la politique de retour menée par le ministère des Déplacés est loin d’avoir compensé (cf. chapitre 7). Toutefois, une partie des populations expulsées est remplacée par d’autres réfugiés qui occupent leur logement, aussi bien dans la capitale que dans les autres régions. À Beyrouth en 1994, 7,6 % des logements sont squattés, en particulier le long de la ligne de démarcation.

Figure IV-3 : Les logements vacants (1996).

Figure IV-3 : Les logements vacants (1996).

9Dans le reste du Liban, l’homogénéisation confessionnelle touche aussi Tripoli, dont de nombreux chrétiens se replient vers Zghorta ou vers le « réduit chrétien », de même que la Békaa, où le clivage entre Zahleh et sa banlieue se durcit, tandis que dans la région de Baalbek, les villages chrétiens connaissent eux aussi l’exode.

10Cette homogénéisation confessionnelle se traduit par l’organisation de nouvelles territorialités. Les territoires de la vie quotidienne se recomposent dans un contexte de mobilité rendue très difficile par les barrages, l’insécurité et les pénuries de carburants. Les espaces de la vie quotidienne se réduisent aux axes reliant la nouvelle résidence, le lieu de travail et l’école. Le cloisonnement qui en résulte marque durablement les territoires vécus, qui s’en ressentent encore aujourd’hui. Une analyse des mobilités quotidiennes effectuées en 1994 dans le Grand Beyrouth montre la permanence du clivage entre Beyrouth-est et Beyrouth-ouest. À cette date, 10 % seulement des déplacements franchissaient l’ancienne ligne des combats (fig. IV-4). La majorité écrasante des déplacements s’effectuaient alors au sein de la même zone. Le constat est particulièrement frappant pour les secteurs situés près de cette ligne. À l’heure actuelle, ces clivages spatiaux se sont réduits, à la faveur d’une réunification réelle du marché du travail. Mais de nombreuses lignes de taxis collectifs continuent de considérer l’ancienne ligne des combats comme une limite tarifaire. Globalement, la mobilité résidentielle reste fortement contrainte par la géographie confessionnelle.

Figure IV-4 : La polarisation confessionnelle entre Beyrouth-est et Beyrouth-ouest en 1994.

Figure IV-4 : La polarisation confessionnelle entre Beyrouth-est et Beyrouth-ouest en 1994.

Les dynamiques urbaines

11Exodes et déplacements forcés se sont traduits par la déprise de certains territoires, mais aussi par le développement urbain de nouveaux secteurs. Globalement, l’urbanisation a enregistré une vive croissance durant toute la période. Cette poussée n’est pas uniquement la conséquence de la guerre : elle avait déjà largement commencé avant la guerre et elle s’est poursuivie, dans les années d’après-guerre, à un rythme localement impressionnant. Un nouveau mode de vie s’est répandu. Il est la conséquence de la guerre mais aussi d’autres changements sociaux. Le déclin de l’agriculture, les retours d’émigration et, plus globalement, l’enrichissement de certaines fractions de la population ont pour conséquence l’apparition de nouveaux modes de consommation, la possession fréquente d’une automobile, l’usage d’un confort domestique qui implique de nouvelles normes d’habitat. Ces changements se traduisent par l’émergence de nouveaux paysages urbains. Autour des villes, un paysage de petits immeubles isolés au milieu de leur parcelle s’installe le long des routes ou dans les lotissements raccordés au réseau principal. Dans l’espace rural, les maisons en pierre des vieux villages laissent la place à des constructions modernes en béton ou sont rehaussées de niveaux supplémentaires. Aux périphéries du village, parfois au milieu des champs, de nouvelles habitations, souvent des maisons familiales composées de plusieurs logements, se construisent au milieu des champs ou des forêts, dans un mitage de l’espace d’autant plus banalisé que les réglementations urbaines, quand elles existent, sont laxistes (cf. chapitre 7).

12Les cartes des périodes de construction des bâtiments mettent en évidence l’ampleur du mouvement de déconcentration de la population qui s’est produit durant la guerre et une tendance à la reconcentration dans les années d’après-guerre (cf. chapitre 3). Les régions dont la proportion d’immeubles construits durant la guerre est la plus importante sont les régions périphériques, au sud (à l’exception de la zone occupée par Israël), au nord et dans la Békaa (fig. IV-5a). Dans cet ensemble, les périphéries des grandes villes connaissent un accroissement remarquable, notamment la partie centrale de la Békaa et les pourtours de Baalbek, de même que l’extension nord de Tripoli, le long de la route de Minieh et de celle de Halba. Durant cette période, la partie centrale de l’agglomération de Beyrouth n’enregistre pas une croissance très forte. En revanche, ses banlieues subissent une poussée remarquable, en particulier la banlieue sud de la capitale, de même que les régions nord, le long de l’« autostrade » du Metn et du Kesrouan.

13Concernant la période d’après-guerre, les tendances sont plus confuses (fig. IV-5b). La région centrale du pays est le siège d’un mouvement appuyé de la construction, qui bénéficie aussi, plus largement, au littoral. Cette tendance peut s’analyser comme une reprise de la concentration urbaine en faveur de la région centrale. Toutefois, les constructions ne cessent pas pour autant dans les régions périphériques, dont plusieurs secteurs continuent d’enregistrer une proportion importante de nouvelles constructions.

Figure IV-5 : Les constructions de la guerre (a) et de l’après-guerre (b).

Figure IV-5 : Les constructions de la guerre (a) et de l’après-guerre (b).

Mitage de l’espace agricole dans la Békaa.

Mitage de l’espace agricole dans la Békaa.

Photo Walid Bakhos, juillet 2002.

Les formes de l’urbanisation

14L’évolution de la morphologie urbaine rend compte de l’apparition, autour des principales agglomérations, d’un tissu de banlieues dont le petit immeuble collectif, produit dans le cadre d’un investissement familial ou par la petite promotion immobilière, est devenu la forme dominante (fig. IV-6). Ce type de paysage urbain, dans la dernière période, tend même à se développer dans presque l’ensemble du versant ouest du Mont Liban et pas uniquement en périphérie des agglomérations. Mais dans les zones rurales, l’habitat villageois reste un habitat principalement individuel (fig. IV-7). Dans les villes, très rares sont les quartiers de villas, concentrées dans quelques lotissements huppés sur les collines entourant la capitale. Très récemment, des produits immobiliers de la famille des « quartiers fermés » ont fait leur apparition et proposent aussi des maisons individuelles.

Figure IV-6 : Les immeubles de plus de 4 étages.

Figure IV-6 : Les immeubles de plus de 4 étages.

Figure IV-7 : Les immeubles collectifs.

Figure IV-7 : Les immeubles collectifs.

15Le mouvement d’extension urbaine a été quantifié dans le SDATL : 2,5 km² par an depuis 1963, soit un doublement depuis cette date de la surface urbanisée (CDR 2002). La diffusion de l’urbanisation concerne certes le littoral, de plus en plus dense. Mais elle se fait aussi en direction de la montagne et atteint les périphéries du pays.

16La distribution des extensions urbaines par palier d’altitude montre une diffusion de l’urbanisation dans la montagne (fig. IV-8). Alors que les principales agglomérations sont situées sur le littoral, les contraintes de site mais aussi les mécanismes de différenciation sociale de l’espace conduisent à l’occupation de zones situées plus en altitude. C’est particulièrement vrai dans la région urbaine centrale, où l’urbanisation a englobé désormais les anciens villages d’estivage, qui sont devenus des lieux de résidence permanente.

Figure IV-8 : Urbanisation et relief (versant ouest du Mont Liban).

Figure IV-8 : Urbanisation et relief (versant ouest du Mont Liban).

17La carte des extensions urbaines entre 1963 et 1998 montre que les changements d’usage du sol les plus massifs, en proportion des zones déjà urbanisées comme en surface absolue, se produisent dans les régions périphériques du pays (fig. IV-9). Le Liban-Sud est particulièrement affecté. De nouvelles agglomérations urbaines, produits de la coalescence de bourgades autrefois insignifiantes, terra incognita des géographes et des urbanistes, ont été identifiées par les consultants chargés du schéma d’aménagement du territoire : ainsi, Barja-Chhim, entre Beyrouth et Saïda, avec près de 60 000 habitants, ou encore la région de Minieh-Abdeh, au nord de Tripoli, avec près de 75 000 habitants, sont deux exemples de conurbations émergentes, à partir des noyaux urbains traditionnels (cf. chapitre 3). La carte IV-9 renvoie à celles du mouvement de la construction évoquées ci-dessus.

Figure IV-9 : Les extensions urbaines (1963-1998).

Figure IV-9 : Les extensions urbaines (1963-1998).

18Mais l’urbanisation ne se réduit pas à des extensions périphériques autour des villes. La diffusion du mode de vie urbain emprunte d’autres formes et vient s’insinuer jusqu’au cœur des villages et bourgs du Liban, dont le paysage change. L’une des formes les plus spectaculaires de ce changement d’usage de l’espace est le développement du mitage, l’apparition, au-delà des périphéries des villages, dans les champs et sur les coteaux, de petits immeubles familiaux. La carte permet de souligner que les régions de développement de ces nouvelles formes urbaines ne se confondent pas avec l’extension des banlieues des agglomérations existantes (fig. IV-10b), mais concerne avant tout les régions rurales et périphériques (fig. IV-10a). Cette nouvelle forme de développement urbain appelle de nouvelles recherches. On peut faire l’hypothèse qu’elle est rendue possible par tout un système de solidarité familiale de gestion du patrimoine foncier et de l’épargne, ainsi que par des tolérances locales permettant de contourner des réglementations de toute façon peu contraignantes.

Figure IV-10 (a et b) : Extensions urbaines et mitage.

Figure IV-10 (a et b) : Extensions urbaines et mitage.

Les mutations des espaces agricoles et naturels

19Il ne faudrait pourtant pas conclure de l’analyse de ce mouvement de diffusion accélérée de l’urbanisation que l’ensemble du pays est touché. Au total, ce ne sont guère plus de 6 % de la surface du pays qui se situent en zone artificialisée, auxquels s’ajoutent également 6 % qui sont l’objet du mitage (cf. tableau no 1). Le discours sur la disparition de la nature, envahissant au Liban, tient à l’extrême concentration du peuplement et au fait que les habitants se déplacent finalement peu hors des zones urbaines, et seulement le long d’axes routiers eux-mêmes vecteurs d’un ruban bâti qui en propage l’illusion.

Tableau 1 : Les principaux modes d’occupation du sol au Liban.

  

Surface en km²

en %

Urbanisation

599

5.80 %

Mitage

251

2.40 %

Espace agricole

3329

32.20 %

Espace naturel

6165

59.60 %

Sources : MOS 1998 / CNRSL / Dar-IAURIF 2002

20Les espaces agricoles (fig. IV-11) occupent de vastes surfaces dans les plaines et sur les plateaux du Nord, de la Békaa et du Sud. En revanche, dans la montagne, la part de la surface agricole utile (SAU) est généralement limitée. La carte des espaces « naturels » (fig. IV-12), autrement dit ni urbanisés ni cultivés, dessine un Liban en voie de déshérence, dont les terrasses écroulées, le long des versants, sont le royaume des chèvres et du maquis, et parfois la proie des incendies. Ils sont la conséquence de l’exode rural et du déclin de l’agriculture et non pas les reliquats d’espaces jamais touchés par l’empreinte humaine. La montagne, de vastes espaces de steppe dans la Békaa, mais aussi de nombreux versants du Mont Liban sont ainsi laissés à l’abandon. Localement intégrés à l’espace urbain, ces espaces naturels sont dans d’autres zones en progression au détriment de l’agriculture.

Figure IV-11 : Les espaces agricoles.

Figure IV-11 : Les espaces agricoles.

Figure IV-12 : Les espaces naturels.

Figure IV-12 : Les espaces naturels.

Les atteintes à l’environnement

21La dégradation très sensible de l’environnement et du cadre de vie est l’une des conséquences marquantes de l’extension urbaine qui se conjugue au retard des investissements dans les équipements élémentaires d’accompagnement de l’urbanisation, à cause de la guerre civile et de l’absence de l’État et des collectivités territoriales.

22La dégradation de l’environnement est d’abord une conséquence directe de la guerre. La carte des zones minées au Liban (fig. IV-13) l’illustre bien. Les champs de mines ont servi à isoler les protagonistes les uns des autres, comme le souligne le chapelet des sites répertoriés qui ourle les fronts anciens ou encore vifs de la guerre. On repère très nettement la frontière libano-israélienne, l’ancienne ligne de démarcation de la zone de sécurité israélienne et son extension de Jezzine, ainsi que la ligne qui délimite le réduit chrétien, sur les hauteurs de Batroun, de Jbeil, du Kesrouan et dans la banlieue sud de Beyrouth. On retrouve aussi, à l’intérieur de ces zones, d’anciennes zones de front comme la région de Rayfoun ou celle de Sinn el-Fil, où se sont affrontés les Forces libanaises et les partisans du général Aoun en 1990.

Figure IV-13 : Les zones minées et déminées.

Figure IV-13 : Les zones minées et déminées.

23Le déminage entrepris après la guerre est très inégalement avancé en juin 2004. La région de Beyrouth, le Kesrouan et le haut Metn ont été généralement bien nettoyés. On pourrait à l’inverse s’étonner de l’ampleur du travail qui reste à faire, en particulier dans la montagne, de la région de Douma et de Tanourine, près de Batroun, jusqu’à celle du Chouf et de Jezzine. Toutefois, certains secteurs ont bénéficié d’une attention particulière. Quelques années seulement après le retrait israélien, le programme de déminage au Sud semble avoir été un souci réel. Il a bénéficié de nombreux financements et expertises internationaux. Cela n’a pas été le cas dans les environs de Jezzine et dans l’Iklim el-Tuffah, qui n’ont pas profité de la même attention. Chaque année, des victimes des mines sont à déplorer. De surcroît, selon les autorités libanaises, l’armée israélienne n’a pas fourni de cartes des zones minées lors de son retrait, de sorte que les chiffres du déminage donnés ici, tirés de l’analyse des données de l’ONU, sont peut-être sous-évalués.

Carrières

24L’urbanisation entraîne d’autres graves atteintes à l’environnement. L’extraction des matériaux de construction en est une première forme. La carte des surfaces de carrières au Liban montre un mitage quasi généralisé du territoire, notamment sur le versant occidental du Mont Liban, à proximité des principales concentrations urbaines (fig. IV-14a). Les grandes carrières situées près du col du Dahr al-Baïdar, près de la route de Damas, celles de la région du Mont Sannine, celles de Sibline au Chouf et celles de la région de Chekka apparaissent avec une netteté particulière. La plus grande concentration est toutefois située sur le territoire de la localité d’Arsal, dans l’Anti-Liban. L’extraction de matériau a été particulièrement intense durant la période de la reconstruction. Elle s’explique notamment par le boom de la construction, l’importance des travaux publics, mais aussi par les constructions très importantes de remblais. Selon les calculs du SDATL, ces derniers représentent près de la moitié du cubage extrait dans les carrières dans les années 1990.

25De surcroît, il apparaît qu’une large part des carrières identifiées par télédétection n’a pas fait l’objet d’une autorisation (fig. IV.14b). Ainsi, selon un recensement effectué en 1997, seuls 151 des 275 sites d’extraction en activité observés jouissaient d’une autorisation d’exploitation. Depuis cette date, l’approbation définitive d’un schéma directeur des zones de carrières, théoriquement limitées à l’Anti-Liban, fait l’objet de polémiques sans fin sur fond de chantage à l’activité du secteur du BTP, d’autorisations temporaires et d’abus.

Figure IV-14 (a et b) : Les carrières en 1997.

Figure IV-14 (a et b) : Les carrières en 1997.

Pollutions

26La pollution des eaux courantes, des nappes phréatiques et du littoral est une autre forme d’atteinte généralisée à l’environnement. Le Liban manque dramatiquement d’installations de retraitement des effluents tant domestiques qu’industriels. En 2005, seules deux stations de pré-traitement sont fonctionnelles, à Ghadir en banlieue sud de Beyrouth et à Baalbek. Ailleurs, le rejet dans les cours d’eau est la norme. Selon les données de 1996, 65 % des immeubles étaient raccordés à un réseau d’égouts. Ce chiffre n’a guère évolué en 2004 : il n’atteint alors que 67 %. Non seulement les zones rurales, mais également les zones urbaines récentes étaient sous-équipées de ce point de vue (fig. IV-15). Malgré des progrès liés aux investissements de ces dix dernières années, l’absence de retraitement condamne les rivières à être de véritables égouts à ciel ouvert. En montagne, les nappes sont particulièrement exposées à cause des circulations karstiques dans une structure fortement faillée.

Figure IV-15 : Le réseau d’assainissement.

Figure IV-15 : Le réseau d’assainissement.

Baie de Jounieh – L’urbanisation et les complexes balnéaires se sont spectaculairement développés à la faveur des mouvements de population de la guerre du Liban.

Baie de Jounieh – L’urbanisation et les complexes balnéaires se sont spectaculairement développés à la faveur des mouvements de population de la guerre du Liban.

Photo Christine Delpal, novembre 2002.

27En l’absence de données gouvernementales sur la pollution, c’est à des associations environnementales, comme Greenline ou Environnement et développement (Al-bi’a wa al-tanmiah) – dont nous utilisons ici des données –, que l’on doit les rares mesures rendues publiques et le recensement des effluents (fig. IV-16).

28Les déchets solides ne présentent pas une meilleure situation. Après les années de guerre, où les ordures étaient dispersées dans l’anarchie sur tout le territoire, la période de reconstruction a été caractérisée par une volonté de reprise en main du secteur. À Beyrouth, une entreprise privée a été chargée de la collecte. Toutefois, faute de retraitement, d’immenses décharges à ciel ouvert et les pieds dans l’eau ont été créées et alimentée à Bourj Hammoud pour le Grand Beyrouth (sur une surface de plus de 30 ha), au nord de Tripoli, au sud de Saïda. À Zahleh, la décharge se tient dans la plaine. Le site de Bourj Hammoud a été fermé en 1997, mais le site d’entreposage alternatif de Naameh, théoriquement réservé aux déchets inertes, est déjà presque saturé, et l’on soupçonne que le dépôt n’y a pas été effectué selon les normes. Les statistiques sur la pollution de l’air montrent également que les villes libanaises sont très polluées, en raison d’un parc automobile vétuste et mal entretenu.

Figure IV-16 : La pollution littorale et les grandes décharges.

Figure IV-16 : La pollution littorale et les grandes décharges.

Dégradation du littoral

29Extrêmement pollué, le littoral subi également la pression d’une artificialisation intense, à quelque échelle qu’on la mesure. Dans une bande côtière de 500 m de large (fig. IV-17), 31 % du territoire est soit bâti soit en voie de l’être. Les usages agricoles comptent pour 37 % de l’espace, et l’espace naturel représente 26 %. Alors que les usages agricoles sont très importants au sud et au nord (plus de 70 % du sol), les deux seuls tronçons du littoral où l’espace naturel demeure important (plus de 50 % du sol) sont l’extrême sud, une région que la guerre, l’occupation israélienne et la distance des centres urbains ont littéralement gelée, et la région qui va de Batroun au cap Chekka, difficile d’accès en raison de hautes falaises, où une réserve sous-marine a été instituée. Ailleurs, et notamment dans la partie centrale, les espaces artificialisés dominent. Selon des travaux de prospective sur l’espace littoral, l’espace agricole proche de Beyrouth, situé sur les zones les plus exploitables, disparaîtra à l’horizon 2015.

Figure IV-17 : L’occupation du sol de la bande côtière.

Figure IV-17 : L’occupation du sol de la bande côtière.

30Alors que 11 % de la ligne de côte étaient artificialisés en 1962 – c’est-à-dire occupés par des bâtiments, des quais, etc. –, ce sont près de 48 % du littoral qui, en 2003, sont dorénavant artificialisés (fig. IV-18). L’extension des zones touchées s’est principalement effectuée, durant et après la guerre, sur les segments Beyrouth-Jbeil et Chekka-Tripoli. Toutefois, le littoral au sud de Beyrouth et la région de Saïda sont depuis quelques années également concernés. Les constructions portuaires expliquent une partie seulement de cet ensemble, notamment avec les extensions des ports de Beyrouth et Tripoli. Le remblai de la nouvelle piste de l’aéroport, les empiétements liés à la réalisation de nouvelles infrastructures routières doivent être mentionnés. Toutefois, une large part des empiétements sur le littoral, pourtant domaine public, résulte de l’occupation dérogatoire ou même illégale du littoral par des complexes touristiques ou d’autres installations. Selon des statistiques de 1996 (ECODIT-IAURIF 1997) établies en vue de l’identification des contrevenants et d’apurements ou de régularisation moyennant amendes, la moitié du littoral artificialisé était occupée de la sorte. Cette politique de contravention n’a jamais vu le jour, probablement parce que les bénéficiaires des empiètements étaient trop puissants.

Figure IV-18 : L’artificialisation du littoral : érosion et bétonnage de la côte (1962-2003).

Figure IV-18 : L’artificialisation du littoral : érosion et bétonnage de la côte (1962-2003).

31Totalement dénaturé par l’urbanisation anarchique qui en détruit les plages naturelles et convertit en zones construites les plaines agricoles fertiles, le littoral recule en outre sous les assauts de l’érosion marine en plusieurs secteurs. L’extraction de sable pour la construction et pour les remblais joue un rôle très important dans la déflation qui touche les plages du Sud. En différents secteurs, la voie de chemin de fer construite à l’époque du Mandat et plusieurs segments de route sont déchaussés et se retrouvent à l’eau. C’est le cas sur la route du Akkar comme, au sud, dans différents segments côtiers sableux.

Forêts

32Le Liban a fait du cèdre son emblème. Ses forêts étaient autrefois réputées. Mais elles subissent, depuis l’époque phénicienne, la morsure des bûcherons, des pâtres et de l’exploitation pour le charbon. Aujourd’hui, la forêt couvre environ 12 % du territoire, mais 7 % seulement si l’on prend en compte la forêt dense (couvert supérieur à 60 % du sol). Celle-ci domine sur le versant occidental de la montagne, plus arrosé. Pinèdes, chênaies et, en altitude, quelques lambeaux de cédraie (un peu plus de 1 000 ha en 1998) y représentent les principales essences. Le versant est et l’Anti-Liban sont le domaine du genévrier et du cyprès, qui ne forment que des tissus discontinus (fig. IV-19). Le Sud, moins élevé, est davantage défriché que le reste du pays. La superficie forestière aurait régressé depuis les années 1960 d’environ 35 %, en particulier au Liban-Nord et dans le Mont Liban. L’hétérogénéité des données et des critères de définition incite à la prudence quant à ces chiffres.

Figure IV-19 : Les espaces forestiers.

Figure IV-19 : Les espaces forestiers.

33Le CNRSL a mené des études sur les incendies de forêts. Pour les années 2002 et 2003, plus de 2 500 feux annuels ont été répertoriés. Les surfaces concernées sont mal connues : l’estimation de 1 500 ha brûlés annuellement est avancée, ce qui montre que la plupart des événements signalés sont des départs de feux vite maîtrisés. La carte des incendies montre que le feu est particulièrement virulent aux alentours des zones urbaines ou des zones rurales denses (ces deux types de zones sont regroupés dans la figure IV‑20 sous la catégorie « urbanisation discontinue »). Il touche d’ailleurs souvent des vergers et zones agricoles. La région des collines du Akkar, marquée par la coexistence d’une agriculture traditionnelle et d’une pression foncière liée à la poussée démographique, paraît particulièrement touchée par le feu. Quatre-vingt-quinze incendies ont été recensés pour la seule circonscription de Kobeyat.

Figure IV-20 : Incendies et urbanisation.

Figure IV-20 : Incendies et urbanisation.

Quelques paysages libanais

34Nous concluons ce chapitre par la présentation plus fine de l’organisation de trois régions libanaises ayant enregistré de nombreuses mutations ces dernières années. Une étude plus détaillée de la région centrale s’impose. L’urbanisation en bouleverse les paysages et s’étend loin dans la montagne, dont les paysages agricoles et naturels régressent. Laboueh, petite bourgade dans le nord de la Békaa, illustre le sort des régions rurales particulièrement éloignées de la capitale. La petite ville de Sarafand, au Liban-Sud, est représentative de l’évolution d’une grande partie du littoral, soumis à une urbanisation croissante qui entre en concurrence avec l’agriculture.

Figure IV-21 : Beyrouth et ses banlieues.

Figure IV-21 : Beyrouth et ses banlieues.

La région urbaine capitale

35L’agglomération de Beyrouth, au sens de l’aire urbaine centrale définie dans le schéma d’aménagement du territoire, représente 1,6 million d’habitants en 1997. Le site de Beyrouth, un promontoire protégeant une vaste baie dans laquelle un port a été progressivement aménagé, bénéficie, vers le sud, d’une large plaine côtière, en partie sableuse. En revanche, à l’est et au nord, la montagne ne laisse la place qu’à un étroit couloir. Les vallées étroites et encaissées, notamment le Nahr Beyrouth et le Nahr al-Kalb, qui marque la limite avec le caza du Kesrouan, ne peuvent guère être occupées. Ainsi, vers l’intérieur, les seules voies d’expansion sont les routes de crête qui permettent d’accéder très rapidement à des altitudes de 400 à 800 m.

36La plaine sud a fait l’objet de nombreux projets d’extension inégalement réalisés avant la guerre (voir aussi la figure VII-16). L’aéroport s’y étend, et son développement récent a requis la construction d’une piste en mer sur un remblai. Un campus, engagé avant la guerre pour l’Université libanaise, vient enfin d’y être achevé. De gros villages s’y sont densifiés et ont constitué les points d’accroche pour la banlieue, alors en expansion, tandis que la plaine littorale nord était aussi progressivement comblée. Le long du fleuve de Beyrouth et dans la continuité du port, diverses zones d’activités industrielles et d’entreposage se sont développées.

37La division de l’agglomération durant la guerre a précipité un développement autonome dans chacune des zones. La plaine, hormis la zone de la ligne de démarcation, a été colmatée par une urbanisation très dense, quoique diverse dans ses formes. Des quartiers de classes moyennes composés d’immeubles hauts forment la plus grande part de la partie est de la banlieue sud. Au sud et à l’ouest de ce secteur, notamment autour de l’aéroport et le long des plages, des quartiers irréguliers se sont développés, regroupant une population estimée, vers la fin de la guerre, à 200 000 personnes. Dans les banlieues est, l’étroitesse du site a déporté le développement autour de la baie de Jounieh, loin des combats, au cœur de la zone maronite. L’autostrade reliant Beyrouth-est au Kesrouan a attiré un développement urbain linéaire, regroupant de nombreuses fonctions tertiaires, transférées du centre-ville détruit par les combats. Celles-ci s’y sont en partie maintenues et renouvelées dans les années d’après-guerre. L’étroitesse du site a aussi constitué une justification mise en avant par les proches du président Amine Gemayel (1982-1988) pour lancer la construction d’un remblai littoral à Dbayeh.

38Avec la reconstruction, une reprise du développement urbain dans Beyrouth a été observée, par densification et substitution au tissu ancien (parfois de fort belles bâtisses de l’époque ottomane ou mandataire). Les quartiers d’Achrafieh, la corniche d’Aïn el-Mreisseh et Raoucheh se sont hérissés de hauts immeubles, espaces résidentiels pour la bourgeoisie ou lieux d’installation des nouvelles fonctions tertiaires. Dans les banlieues, la croissance n’a pas été en reste, notamment sur les collines, ouvertes à des projets immobiliers accessibles aux classes moyennes. C’est là aussi que se sont créés des lotissements fermés, dont le développement n’est toutefois pas aussi spectaculaire que dans d’autres régions du monde. Quant à la banlieue sud, la stagnation des projets ambitieux de restructuration y explique le maintien de quartiers non réglementaires sous-équipés, pollués et mal desservis par les services publics.

39La réouverture des axes routiers, l’aménagement d’un nouveau réseau automobile moderne ont aussi précipité l’émergence d’un nouveau paysage tertiaire et commercial. Supermarchés et malls se sont incrustés sur les sites les mieux desservis, aux carrefours d’autoroutes, dans la banlieue (voir aussi fig. V-23). Toutefois, plusieurs investissements importants ont eu lieu dans le municipe de Beyrouth, où la population demeure la plus aisée (Verdun, Achrafieh). Parallèlement, l’industrie poursuit son desserrement vers les banlieues lointaines.

40L’analyse diachronique de la croissance spatiale de l’agglomération de Beyrouth souligne les ruptures de la période d’après-guerre dans l’extension urbaine (fig. IV-22). Entre 1963 et 1987 (borne arbitraire liée à la disponibilité de l’information cartographique), on assiste essentiellement à un remplissage de la plaine, au nord comme au sud de l’agglomération. La césure constituée par la ligne de démarcation est sensible. Depuis la deuxième moitié des années 1980, l’urbanisation se lance à l’assaut des collines, en particulier vers le nord, le long de l’autoroute littorale. C’est la période de remplissage des grands lotissements de la zone chrétienne. À partir des années d’après-guerre, l’ensemble de l’agglomération enregistre soudain une formidable accélération dans l’urbanisation, qui occupe des pentes très raides et se diffuse le long des axes routiers, le long des crêtes, ou encore profite de l’ouverture d’un nouveau réseau routier vers le sud de l’agglomération.

Figure IV-22 : Le boom de l’urbanisation dans la période de reconstruction (Beyrouth).

Figure IV-22 : Le boom de l’urbanisation dans la période de reconstruction (Beyrouth).

Laboueh

41Laboueh, au nord de la plaine de la Békaa, est représentative des régions périphériques du territoire libanais, délaissées par l’État et où les ressources locales limitées rendent difficile un développement économique. Laboueh est une bourgade située en bordure du piémont de l’Anti-Liban aux flancs arides, au débouché de sources qui permettent une irrigation essentielle pour la mise en valeur de ce terroir situé en zone steppique. Elle compte environ 7 000 habitants. L’habitat groupé se distend le long de la route : le village tend à fixer une grande part de la population rurale des alentours et de la population nomade des pasteurs, aujourd’hui sédentarisée. Le mitage des zones agricoles est une autre forme de ce peuplement (fig. IV-23).

42Le terroir irrigué est exploité en vergers. Des surfaces importantes sont également consacrées à des cultures sèches de plein champ. Dans les espaces arides de l’Anti-Liban, sur le territoire des localités voisines, le développement des carrières a représenté une activité importante. Aux activités agricoles et extractives s’ajoutent de nouvelles fonctions, liées au rayonnement de ce petit centre sur la région environnante et à une nouvelle économie de transit. Bourgade musulmane, Laboueh dessert plusieurs villages voisins à majorité chrétienne, comme Ras Baalbek, al-Aïn, al-Kaa. L’économie de transit a bénéficié du développement du trafic sur l’axe Homs-Baalbek. Le paysage urbain se diversifie par l’apparition de nouvelles boutiques : commerces spécialisés, agences bancaires, quelques services médicaux, écoles secondaires soulignent la vigueur du changement social dans une localité qui reste malgré cela très isolée, loin des mutations de la capitale et des zones côtières, et qui ne bénéficie guère des investissements étatiques en faveur du développement. C’est, plus largement, dans le nord de la Békaa que la culture de la drogue s’est durablement implantée à la faveur de la guerre et a représenté pour une partie des habitants une ressource alternative. Une répression inégale d’une année à l’autre permet le maintien de cette culture.

Figure IV-23 : L’occupation des sols à Laboueh (Békaa).

Figure IV-23 : L’occupation des sols à Laboueh (Békaa).

Sarafand

43Sarafand, située à mi-parcours entre Saïda et Sour (Tyr) (voir fig. III-15 pour la localisation), a connu des évolutions représentatives d’un certain nombre de villes littorales libanaises. Celles-ci subissent une forte pression urbaine qui s’effectue aux dépens des cultures maraîchères et du linéaire côtier naturel.

44Le noyau historique de Sarafand est situé sur une butte rocheuse qui surplombe la plaine agricole, où les agrumes ont progressivement cédé la place aux bananiers, à plus grande valeur ajoutée. Sarafand, éloignée de la zone d’occupation israélienne comme des régions mixtes, a été relativement épargnée par les combats pendant la guerre. Cette sécurité, ainsi que la situation intermédiaire entre les deux villes importantes que sont Saïda et Sour, a permis l’implantation d’activités diverses (artisanats, ateliers de réparation de voitures, commerces de détail, petites manufactures, etc.) notamment liées au trafic automobile entre les deux grandes villes.

45La figure IV-24 met en évidence l’ampleur de l’urbanisation durant les années de guerre et jusqu’en 2000. Elle montre trois types d’urbanisation que l’on retrouve sur tout le littoral libanais. Le premier est linéaire et suit le tracé de la route côtière Saïda-Sour. Ce type de développement, favorisé par les effets du trafic automobile entre les deux agglomérations, a été accentué par l’urbanisation illégale du domaine public maritime à la suite de l’implantation massive de la population déplacée. Le deuxième type est concentrique, autour du noyau central, sur le plateau agricole supérieur qui est non irrigué, contrairement à la plaine littorale traversée par le canal du Litani. La périphérie du village est aujourd’hui marquée par une couronne de constructions mitant l’espace agricole. Le troisième concerne les opérations de lotissement privées. Celles-ci sont essentiellement résidentielles (immeubles ou villas) et peuvent parfois prendre des allures de « quartiers fermés » peu intégrés à leur environnement, qu’il soit urbain, agricole ou naturel. À Sarafand, où on les retrouve dans la plaine supérieure, elles sont occupées par les émigrés de retour au pays.

Figure IV-24 : Le développement urbain à Sarafand entre 1963 et 2002.

Figure IV-24 : Le développement urbain à Sarafand entre 1963 et 2002.

46La guerre a eu pour effet de provoquer un déplacement massif de populations fuyant les lieux de combats ou de massacres en direction des agglomérations urbaines plus sûres et a fait de Sarafand un des nombreux points de chute de ce déplacement. L’installation de la population réfugiée exclusivement chiite, comme celle de Sarafand, sur le domaine public maritime, a été facilitée par le mouvement Amal. Cette installation s’est soldée par la dégradation des équipements touristiques qui avaient fait la réputation de Sarafand. L’impuissance de l’administration s’est prolongée dans l’après-guerre, et ne se traduit pas seulement par le maintien des empiètements sur le domaine maritime, mais aussi par la généralisation de la construction et des lotissements sans permis préalable de la part du service régional de la Direction de l’urbanisme.

47La guerre a fortement érodé l’influence des vieilles familles chiites au profit d’un nouveau leadership contestataire (les mouvements Amal et Hezbollah), ainsi que d’une nouvelle élite sociale : les chiites enrichis en Afrique de retour au pays. La structure de la propriété foncière apparaît comme un facteur d’explication complémentaire très utile et rend compte notamment de ces transformations sociales.

48La figure IV-25 montre le lien entre l’urbanisation et la propriété foncière. En effet, les grandes parcelles agricoles (en vert), situées dans la plaine agricole littorale, appartiennent en grande majorité à des propriétaires terriens non originaires de Sarafand : il s’agit des riches familles chiites du Liban-Sud pour qui l’agriculture intensive (bananeraies, cultures maraîchères, cultures sous serre) demeure une activité rentable. Elles restent largement préservées de l’urbanisation. Les parcelles construites (en jaune), plus petites et situées le long des axes routiers et autour du noyau central, appartiennent aux ressortissants de Sarafand. C’est là que se concentrent les nouvelles constructions. Les parcelles en violet sont de différents types : terrains de waqf (religieux et familiaux), terrains municipaux, terrains gouvernementaux et domaine public.

Figure IV-25 : Urbanisation et propriété foncière à Sarafand (2002).

Figure IV-25 : Urbanisation et propriété foncière à Sarafand (2002).

Table des illustrations

Titre Figure IV-1 : Les destructions de bâtiments a. au Liban b. dans le Grand Beyrouth.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-1.png
Fichier image/png, 107k
Titre Figure IV-2 : Les déplacements de population forcés (1975-1987).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-2.png
Fichier image/png, 73k
Titre Figure IV-3 : Les logements vacants (1996).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure IV-4 : La polarisation confessionnelle entre Beyrouth-est et Beyrouth-ouest en 1994.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-4.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure IV-5 : Les constructions de la guerre (a) et de l’après-guerre (b).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-5.png
Fichier image/png, 91k
Titre Mitage de l’espace agricole dans la Békaa.
Crédits Photo Walid Bakhos, juillet 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure IV-6 : Les immeubles de plus de 4 étages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-7.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure IV-7 : Les immeubles collectifs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-8.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure IV-8 : Urbanisation et relief (versant ouest du Mont Liban).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-9.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure IV-9 : Les extensions urbaines (1963-1998).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-10.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure IV-10 (a et b) : Extensions urbaines et mitage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-11.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure IV-11 : Les espaces agricoles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-12.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure IV-12 : Les espaces naturels.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-13.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure IV-13 : Les zones minées et déminées.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-14.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure IV-14 (a et b) : Les carrières en 1997.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-15.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure IV-15 : Le réseau d’assainissement.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Baie de Jounieh – L’urbanisation et les complexes balnéaires se sont spectaculairement développés à la faveur des mouvements de population de la guerre du Liban.
Crédits Photo Christine Delpal, novembre 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure IV-16 : La pollution littorale et les grandes décharges.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-18.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure IV-17 : L’occupation du sol de la bande côtière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-19.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure IV-18 : L’artificialisation du littoral : érosion et bétonnage de la côte (1962-2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-20.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure IV-19 : Les espaces forestiers.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-21.png
Fichier image/png, 81k
Titre Figure IV-20 : Incendies et urbanisation.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-22.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure IV-21 : Beyrouth et ses banlieues.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-23.png
Fichier image/png, 233k
Titre Figure IV-22 : Le boom de l’urbanisation dans la période de reconstruction (Beyrouth).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-24.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure IV-23 : L’occupation des sols à Laboueh (Békaa).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-25.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure IV-24 : Le développement urbain à Sarafand entre 1963 et 2002.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-26.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure IV-25 : Urbanisation et propriété foncière à Sarafand (2002).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/419/img-27.png
Fichier image/png, 167k

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable