Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Conclusion générale

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Texte intégral

  • 1  Cf. Cl. Cahen, SN, p. 41.

1Raconter la croisade, c’était avant tout chanter la gloire de « pèlerins » que Dieu avait armés, consigner l’histoire d’une réussite exceptionnelle, à la mesure de la toute puissance du Dieu chrétien. Dès la fin de l’expédition, les histoires de la première croisade pullulèrent donc ; leur succès ne se démentit pas tout au long du Moyen Âge. Avec les chansons de geste, les romans, les poèmes lyriques ou satiriques, les chansons de croisade, les lettres, elles marquèrent durablement l’imaginaire médiéval occidental. Nul genre qui n’en fut au moins indirectement influencé ; nul littérateur qui ne s’en soit préoccupé. Au contraire, si ce n’est un certain Ḥamdān b. Abdarraḥīm, qui avait composé une Histoire qu’on suppose avoir été celle des croisades et des Francs de Syrie1, la production historique médiévale orientale ne focalisa pas sur l’invasion franque non plus que sur les États latins. Même dans le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, pourtant thuriféraire des Zankides qui furent directement confrontés aux Francs, les récits des combats contre ces derniers succèdent à ceux qui content les évolutions du Maghreb ou des confins orientaux de l’empire seldjouqide.

2Non que l’installation des Francs n’ait été vécue comme une souffrance. Des massacres furent perpétrés ; des populations émigrèrent dont certaines régénérèrent des cités musulmanes que la conquête turque, dans la deuxième moitié du Ve/XIe siècle, avait durement touchées. Les chroniqueurs arabes font état de cette souffrance, comme les poètes d’ailleurs, mais pas beaucoup plus qu’ils le faisaient des atrocités consécutives à l’installation des Turcs. Leurs récits sont emplis d’affrontements de tous types, batailles rangées, combats de moindre envergure, sièges et rencontres fortuites. De sorte que l’impression qui domine est celle d’une guerre omniprésente, d’une violence militaire toujours plus insupportable. Or, en parallèle, contrairement à ce que ces récits laissent penser, la Syrie musulmane se releva progressivement, au VIe/XIIe siècle, sur les plans démographique et économique. Après 1150, d’ailleurs, le développement fut intense, malgré la poursuite et l’extension des combats. Même si elles furent en partie financées par les Fatimides, les expéditions égyptiennes de Šīrkūh ne grevèrent pas le budget de Nūr al-dīn. Du moins les textes médiévaux n’en disent rien. À ce paradoxe, différentes explications peuvent être apportées. La guerre était circonscrite dans le temps et dans l’espace. Comme elle se focalisait sur quelques points stratégiques, de larges pans de territoires étaient peu touchés, qui pouvaient prospérer. L’eurent-ils voulu, les souverains n’auraient pu porter le fer sur plusieurs fronts : ils ne disposaient pas des ressources nécessaires. En outre, la guerre provoquait une consommation accélérée des richesses dont les textes médiévaux ne disent pas grand-chose.

  • 2  A. Y. al-Hassan, « Iron and steel technology in medieval Arabic sources », Journal for the History (...)
  • 3  Noter que l’arabe Ibn est rendu deux fois (filius, heben) ; Ecstin pourrait donc être le petit fil (...)

3On ne sait presque rien, non plus, des modifications des structures économiques qui en résultèrent. Certaines productions furent favorisées. On a trace de fabricants de boucliers à Jérusalem ou de l’exploitation de mines de fer dans les monts Liban et dans le abal ‘Aǧlūn2. Des hommes (esclaves militaires dans les armées musulmanes), des chevaux, du grain et des armes furent soit achetés en plus grand nombre, soit produits en plus grande quantité. C’est la raison pour laquelle une fois les États latins consolidés, la guerre prit la forme d’une lutte réfléchie pour le contrôle des terres les plus riches et des voies de communication. Car ni les pèlerinages (chrétiens ou musulmans), ni le commerce ne furent durablement interrompus par les combats. Les pérégrinations d’Usāma b. Munqiḏ dans le royaume de Jérusalem en disent long sur la possibilité de circuler librement en territoire ennemi. En 1154, un sauf-conduit du roi Baudouin III, valable sur terre et sur mer, lui permit, ainsi que toute sa famille, de fuir l’Égypte via Acre, non sans déboires il est vrai. Une charte exceptionnelle datée de 1156-1163 reproduit une lettre de sauf-conduit du même roi à un marchand musulman anonyme de Tyr nommé Abū ‘Alī b. ‘Izz al-dīn (Bohali filius Hebenecstin)3. Des marchandises de cet homme, l’on ne sait rien, si ce n’est qu’il n’avait théoriquement pas le droit d’acheter aux commerçants italiens des armes et des matériaux stratégiques qui pouvaient servir à en fabriquer (le bois, le fer) et qui manquaient cruellement en Syrie. Sur ce point, la supériorité des Francs sur les musulmans était patente : l’Europe, boisée, où les mines de fer abondaient, constituait un réservoir inépuisable de ces matières premières ; la maîtrise de la mer Méditerranée par les flottes italiennes permettait de les transporter sans difficulté. Déjà, pendant la période qui nous intéresse, le soutien logistique de l’Occident semble avoir été important face aux Zankides. Aux périodes ultérieures, il allait s’avérer déterminant.

4Il semble que les Francs ne bénéficièrent pas d’une quelconque « supériorité technique » sur les musulmans, ni à leur arrivée en Syrie, à la fin du Ve/XIe siècle, ni par la suite. Mais, au Proche-Orient, la relative pénurie de bois, de fer et des autres métaux utilisés pour fabriquer des armes était pénalisante. La métallurgie européenne du fer et des métaux non ferreux n’avait pas à se soucier du combustible (le bois). Il en résultait l’utilisation de techniques coûteuses en combustible que les métallurgistes ne pouvaient utiliser en Syrie où les forêts étaient rares et fragiles. En Europe, un acier de bonne qualité pouvait être produit en quantité importante, d’autant plus que la production y augmenta sensiblement à partir du XIe siècle ; cela était inconcevable au Proche-Orient. Plus encore que la Syrie, l’Égypte dépendait fortement des importations de matières premières transformées par ses artisans militaires hautement qualifiés, attestés par la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī. Les combattants francs bénéficiaient du savoir-faire séculaire de leurs forgerons ; en Europe, on n’avait jamais oublié les techniques romaines. Épées, haches, masses d’armes, casques et cottes de mailles de bonne qualité impressionnaient les musulmans qui ne se faisaient pas faute de les adopter, lorsque cela leur était possible et ne les handicapait pas sur les champs de bataille. La Chanson d’Antioche ou le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ montrent qu’utiliser l’arme de l’adversaire était courant. Plus généralement, des armes étaient importées d’Occident via les marchands italiens, malgré les interdictions du pape ou du roi de Jérusalem. Néanmoins, les combattants musulmans étaient équipés plus légèrement, même si le niveau technique de leurs façonneurs de cuirasses et autres ouvriers spécialisés n’avait rien à envier à celui des Européens. L’utilisation généralisée du kazaġand, très efficace pour protéger des flèches ou même des coups d’épée, mais de moindre utilité lorsqu’il s’agissait de supporter le coup porté par la lance lorsqu’elle était utilisée comme arme de choc, témoigne du choix ancien d’un armement défensif semi-léger. Il ne fut pas fondamentalement remis en question, d’autant plus que l’armement défensif était très divers – les cavaliers musulmans pouvaient être équipés d’armures à lamelles ou de cottes de mailles s’ils pensaient que cela était nécessaire. Cet armement plus léger était bien mieux adapté à des chevaux moins lourds que ceux des Francs, à des tactiques basées sur la mobilité et aux conditions climatiques proche-orientales. Les fortes chaleurs, l’été, transformaient les lourdes cottes de mailles en étuves que l’homme ne pouvait supporter longtemps. Comme il ne mettait aucunement les combattants musulmans en un tel état de faiblesse qu’un changement radical s’imposât, cet armement défensif fut conservé. Il continua néanmoins à se diversifier et fut renforcé.

   

  • 4  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 414.

5Au milieu du VIe/XIIe siècle, la guerre était déjà en partie réglée en Syrie. Non que les massacres se soient définitivement interrompus ou qu’on ne proclame régulièrement sa haine de l’Autre. Simplement, les Francs avaient une pratique quotidienne des musulmans et réciproquement. Cette pratique leur imposait de s’entendre, dans la mesure où aucun d’entre eux ne visait la destruction totale de l’ennemi et où il fallait bien reconstituer les stocks d’armes et laisser les hommes et les bêtes se reposer. Une fois la parenthèse de la première croisade effacée, les Croisés et leurs héritiers s’adaptèrent très vite à la nouvelle situation qui était la leur au Proche-Orient. Par-delà un processus d’acculturation suffisamment avancé, pendant la deuxième croisade, pour qu’on entende parler, dans les sources arabes, de tiraillements forts entre Francs orientaux et Européens, ils firent preuve du pragmatisme des conquérants coupés de leurs bases. Dès le début du XIIe siècle, ils s’accordèrent avec des souverains musulmans sur le partage des revenus procurés par les terres les plus fertiles, le versement de tributs voire même, parfois, sur un soutien éventuel en cas d’intervention d’armées étrangères en Syrie. Trêves et alliances défensives devinrent communes ; encore à la fin de son règne, le « chantre du ǧihād » qu’était Nūr al-dīn ne voyait aucun inconvénient à s’entendre avec le roi de Jérusalem. Lorsqu’une trêve était rompue, les commerçants en faisaient parfois les frais. Ainsi, en 532/1138, lorsqu’ils prirent l’initiative de la rupture de l’accord qui les liait à Zankī, les Antiochéens arrêtèrent, à Antioche et dans plusieurs places côtières, des commerçants musulmans, des gens d’Alep et des voyageurs – environ cinq cents hommes au total4. En réaction, les représailles pouvaient être terribles ; il s’agissait de montrer à l’adversaire qu’il allait lui aussi pâtir de la rupture.

6Si la guerre était en partie réglée, cela ne signifie pas que l’on s’était entendu sur des règles précises. Mais, progressivement, les exécutions de prisonniers se firent moins nombreuses, l’on respecta plus souvent l’amān promis lors de la reddition des places fortes, l’on versa plus régulièrement les rançons. Ainsi, les affrontements entre Francs et musulmans semblaient reproduire les combats qui avaient opposé les Arabes et les Byzantins, les siècles précédents. Intimider l’adversaire, effectuer une razzia sur ses territoires, détruire ses récoltes et réduire ses paysans en esclavage : à aucun moment, dans ce type de guerre, il n’était question d’anéantissement. Mais la guerre possédait différents visages : l’on s’affronta, également, sur des champs de bataille à de multiples reprises. Quelques-unes des batailles livrées affaiblirent le potentiel militaire du vaincu. Les Francs furent durement touchés à Ḥarrān, à l’Ager sanguinis ou à Inab ; les musulmans souffrirent grandement à Artāḥ ou à la Bocquée. Sans conséquence inéluctable à chaque fois.

   

7À leur arrivée en Syrie, les Francs bénéficièrent d’une situation géopolitique très favorable. La conquête turque était récente ; elle avait été effectuée par des armées peu nombreuses qui n’avaient guère rencontré de résistance. Une guerre civile terrible avait abouti à la mort, en 1095, du frère du sultan Malik Šāh, Tutuš, qui venait juste de réunir Alep et Damas. Pour cela, il avait battu puis tué Qasīm al-Dawla q Sunqur. Ces guerres fratricides aboutirent à l’élimination des chefs de guerre les plus brillants de la génération de Tutuš. Il laissait deux fils inexpérimentés à Alep et à Damas, dont l’un, Duqāq, passa vite sous la coupe d’un ancien mamelouk de son père. Incapables de s’entendre et se jalousant, ils n’avaient aucune autorité sur les grands émirs qui s’étaient installés à Antioche, à Homs ou ailleurs. Les villes de la côte palestinienne étaient soit autonomes, soit toujours sous obédience fatimide. Alors même que les Croisés étaient en route, les Fatimides avaient repris Jérusalem aux Artuqides. Les Francs furent donc confrontés à une autorité mal établie, contestée, exogène. En Syrie, seules des armées étrangères leur furent opposées. Karbūqā ne parvint pas à fédérer les musulmans. Les Fatimides, qui livrèrent bataille après la chute de Jérusalem, furent vaincus.

8Certes bousculés par les Francs, les Turcs, récemment arrivés, se consacrèrent d’abord à la consolidation de leur pouvoir. La croisade et l’installation des Croisés en Syrie constituaient, à leurs yeux, des événements subsidiaires. À Damas comme à Alep, ils s’accordaient sans trop de difficulté de leur présence tant qu’elle ne mettait pas en danger leurs territoires. En Syrie centrale et méridionale, les Bourides mirent tout en œuvre pour pérenniser leur dynastie. Ils abandonnèrent toute prétention sur l’ensemble de la Syrie (fût-elle seulement musulmane) et se contentèrent de contrôler les riches plaines céréalières qui leur assuraient la paix sociale. Bien que plus ambitieux, Riḍwān n’agit pas différemment en Syrie du Nord. Damas lui ayant échappé, il se consacra à la résistance contre les Francs et à préserver sa principauté d’hypothétiques attaques d’un émir venu de l’est. Il craignait tout autant les offensives de Tancrède que celles du sultan seldjouqide. Les chroniqueurs arabes portent des accusations à peine voilées contre les princes musulmans. Selon eux, ces derniers ne voyaient pas d’un mauvais œil la présence des Francs : elle leur permettait de subsister. Leur discours se transforme réellement à partir de l’arrivée de Zankī à Alep. Alors, la donne changea ; les Francs furent plus souvent réduits à la défensive.

9Comme les rois, princes et comtes francs, Zankī, ses devanciers et son successeur faisaient la guerre pour de multiples raisons, et ce quel que soit l’ennemi. La confrontation des sources arabes, latines ou rédigées en d’autres langues montre que, la plupart du temps, ces raisons étaient inextricablement liées et qu’il est impossible d’expliquer un affrontement ou une expédition par une seule cause. La première croisade elle-même en est le plus bel exemple. Les chroniqueurs latins nous apprennent que les Croisés n’avaient qu’un rêve : atteindre et libérer Jérusalem ou, si l’on veut, le tombeau du Christ. Que la masse des Croisés ait été motivée par la certitude de recevoir la pleine remissio peccatorum ne fait guère de doute. De même, à l’évidence, ils pensaient pouvoir être assimilés à des martyrs s’ils venaient à mourir. En outre, un certain nombre d’entre eux, baignés d’une attente eschatologique, se rendaient à Jérusalem dans le but avoué de participer à la lutte finale du Christ contre l’Antéchrist. Mais, même si des chartes montrent que les hommes qui se croisaient s’endettaient pour cela, les récits des chroniqueurs sont là pour rappeler qu’ils étaient également animés d’une volonté d’enrichissement et de puissance. La Chanson d’Antioche laisse percer l’avidité d’hommes et de femmes que l’or des musulmans faisait fantasmer. L’on n’hésita pas, d’ailleurs, à ouvrir le ventre des cadavres afin d’y retrouver cet or. S’ils n’agissaient pas ainsi, les chefs de la croisade n’en firent pas moins preuve d’une ambition territoriale parfois démesurée. Chacun d’entre eux veillait jalousement à ses intérêts. Raymond de Saint-Gilles lui-même, que Raymond d’Aguilers décrit avec une admiration apparemment non feinte comme un homme pieux, soucieux avant tout de la réussite de l’expédition sainte, se montra rapidement obsédé par la création d’une principauté. Il n’est donc pas possible de complètement dissocier, dans le cas de la première croisade, les causes ou les motivations religieuses ou idéologiques, économiques et politiques.

10L’on retrouve la même imbrication par la suite, même si, malgré les discours enflammés de Foucher de Chartres ou de Gautier le Chancelier, le mobile religieux semble moins important parmi les Francs. Rapidement conscients des limites de leur expansion, ces derniers se fixèrent vite des objectifs limités auxquels ils se tinrent, dans la mesure du possible. Dès la défaite de Ḥarrān, en 1104, il était apparu que le comté d’Édesse ne pourrait s’étendre à l’est. Il dut une bonne part de son dynamisme à un important peuplement arménien ; il ne résista pas longtemps aux coups de boutoir portés par les Zankides. Pourtant remarquablement informés de l’extrême faiblesse d’Alep, les princes d’Antioche ne portèrent jamais durablement leurs efforts contre cette ville. Rapidement, en fait, il ne fut guère que le royaume de Jérusalem pour continuer à menacer régulièrement ses ennemis musulmans. Il faut dire qu’en face la principauté bouride de Damas restait sur la défensive ; même sous Ṭuġtakīn, on s’y contenta du statu quo.

11Les musulmans participaient également de cette variété de mobiles. À l’arrivée des Croisés, les Turcs, nouveaux conquérants, faisaient la guerre pour des raisons essentiellement politiques et économiques. Il s’agissait pour eux d’accroître ou de défendre leurs territoires. Riḍwān et son frère Duqāq eurent même du mal à abandonner leurs prétentions en Djéziré où chacun d’entre eux tenta de se faire reconnaître comme l’héritier de son père. En Syrie, ils n’eurent de cesse de contrôler un territoire suffisamment vaste et riche leur fournissant des revenus substantiels, indispensables à l’entretien d’une armée assez efficace pour leur permettre de subsister, eux et leurs descendants. L’un comme l’autre échouèrent. Dès la mort de Duqāq, c’en était fini de la dynastie seldjouqide à Damas ; il n’en alla pas différemment après la disparition de Riḍwān à Alep. Même si des « volontaires de la foi » participèrent précocement aux combats contre les Francs, ce n’est que progressivement que la religion joua un rôle important dans les armées musulmanes. Encore est-il nécessaire de différencier selon les types de combattants. Si elles font régulièrement état de la présence de mutaṭawwi‘a pendant les combats, les sources ne disent que très peu de chose du sentiment religieux des soldats professionnels, les seuls qui comptaient vraiment. À aucun moment ils n’y apparaissent animés de la ferveur qui habitait les combattants francs, fût-elle exagérée par les chroniqueurs latins. Récemment convertis, peu ou mal arabisés, sans doute leur connaissance de l’islam était-elle incomplète. Avant la bataille de l’Ager sanguinis, les sermons d’Ibn al-Ḫaššāb suscitèrent sarcasmes et ironie avant que d’émouvoir les troupes turques auxquelles ils étaient destinés. La victoire fut au rendez-vous. Le chroniqueur arabe qui rapporte les faits (Ibn al-‘Adīm) établit donc implicitement un parallèle entre la victoire et le fait que les Turcs avaient enfin compris qu’il s’agissait de combattre pour Dieu. Plus généralement, les auteurs arabes lient directement la montée du sentiment de ǧihād en Syrie et l’évolution progressive du rapport de force en faveur des musulmans à partir de la prise en main du pays par les Zankides. Le retournement de tendance est attribué à un homme, Zankī, dont les plus thuriféraires d’entre eux font, malgré les évidences, un šahīd, « martyr de la foi ».

  • 5  J. Sauvaget, « La tombe de l’ortokide Balak », Ars Islamica, t. V/2, 1938, p. 207-215 ; RCEA, t. V (...)

12Or, la question du ǧihād est fort complexe. Les souverains musulmans ne semblent pas avoir été animés d’un sentiment religieux exacerbé. Seul Nūr al-dīn, après sa défaite de la Bocquée et ses deux maladies, paraît avoir versé dans l’ascétisme et le mysticisme. Avant lui, ni Ṭuġtakīn, ni Īl-Ġāzī, ni même Balak, dont l’inscription funéraire, en 1124, comportait la mention semble-t-il inédite de « subjugueur des polythéistes », ne firent de la lutte contre l’infidèle un objectif. Pourtant, les formules proclamant la volonté de ǧihād de tel ou tel souverain, tel ou tel grand émir, sont nombreuses dans les chroniques. La titulature des princes insiste, la plupart du temps, sur leur caractère de muǧāhid, « champion de la foi ». L’atabeg Mu‘īn al-dīn Anur lui-même, que Guillaume de Tyr loue par ailleurs pour son respect et son amour du peuple chrétien, portait ce titre5. Ces titulatures, comme la présence de volontaires de la foi lors des principales batailles livrées contre les Francs, montrent qu’une attente existait dans la population musulmane, attente dont les souverains étaient conscients. Comment auraient-ils pu ignorer, par exemple, que lors du siège de Damas par les armées de la deuxième croisade, des actes de résistance furent motivés par la seule volonté de défendre l’islam ? Se proclamer muǧāhid participait des efforts que ces souverains turcs faisaient pour s’attacher leurs sujets, et tout particulièrement l’élite civile dont ils avaient besoin pour assurer leur domination sur les masses. Cette propagande, qui était multiforme (des poètes chantaient la gloire des souverains ; des monuments grandioses tout à la gloire de l’islam marquaient les esprits), s’accentua au fil du temps. Elle atteignit des sommets sous Nūr al-dīn qui réalisa de la manière la plus complète l’alliance tant désirée par les conquérants turcs avec l’élite civile arabe, principalement religieuse. Déjà satisfaite du retour de l’ordre que les Turcs avaient assuré, cette élite assistait avec enthousiasme à la proclamation de la nécessité de lutter vigoureusement contre les Francs. Proclamation qui fut suivie de quelques effets – Nūr al-dīn effectua quelques attaques importantes contre leurs territoires. Cependant, il ne leur réserva jamais ses attaques et ne chercha pas à conquérir Jérusalem. Sa grande œuvre fut de réunir la Djéziré, la Syrie et l’Égypte. Mais il ne la réalisa qu’à la fin de sa vie, par l’intermédiaire (pour l’Égypte) d’un de ses hommes, Šīrkūh, et elle n’eut pas de conséquence stratégique majeure en Syrie. Pourtant affaiblis, ni Antioche, ni Tripoli, ni Jérusalem ne furent assiégées.

   

13Nūr al-dīn disposait de moyens considérables, sans commune mesure avec ceux des princes de Damas ou d’Alep à l’époque de la première croisade. Si rupture il y a entre la fin de son règne et le début de celui de Riḍwān et de Duqāq, elle concerne incontestablement cette augmentation des moyens des souverains musulmans. La croisade et l’installation des Francs en Syrie ne bouleversèrent pas les évolutions en cours. La conquête du Moyen-Orient par les Turcs, commencée avant même l’entrée de Toghril Beg à Bagdad, en 1055, se poursuivit. Les querelles intestines entre les héritiers de Malik Šāh et l’affaiblissement durable du pouvoir du sultan qui en découla provoquèrent un ralentissement de cette conquête. Sans doute la présence franque en Syrie joua-t-elle également dans le sens de ce ralentissement. Dans un premier temps, l’unification du pays fut retardée par le soutien du roi de Jérusalem aux princes bourides. Il fallut huit ans à Nūr al-dīn pour réunir Damas et Alep. L’étape suivante fut celle de la mainmise sur l’Égypte fatimide, pour laquelle le royaume de Jérusalem constitua longtemps un glacis protecteur.

14À l’arrivée des Croisés, toute armée musulmane d’envergure était nécessairement formée d’une coalition de plusieurs armées personnelles qui manquaient de cohésion. Chacun des princes ou grands émirs majeurs disposait d’une armée personnelle, souvent appelée ‘askar, où les cavaliers lourds professionnels étaient d’autant moins nombreux qu’ils étaient très coûteux. Ces cavaliers lourds, les Angulani de l’auteur anonyme des Gesta, formaient une élite de combattants auxquels s’en ajoutaient d’autres, de moindre qualité, des troupes auxiliaires et des non-professionnels, aḥdāṯ ou volontaires de la foi essentiellement. Ces armées étaient peu nombreuses. Longtemps, les princes de Damas et d’Alep ne purent aligner, pendant les batailles majeures, qu’un à trois milliers de ces cavaliers au mieux. Il faut donc revenir sur l’idée d’armées franques très inférieures en nombre aux armées musulmanes. Incapables de financer des armées de professionnels plus nombreuses, ces princes devaient compter sur l’apport des auxiliaires, tout particulièrement turcomans, lorsqu’il fallait faire face à une agression inopinée. En effet, ces auxiliaires, que l’on employait pour une durée déterminée et auxquels on pouvait promettre un butin abondant, coûtaient moins cher qu’une armée professionnelle en garnison. De même, faire appel aux aḥdāṯ ou à tout autre combattant occasionnel ne grevait pas les finances du prince, tout en resserrant le lien qui l’unissait aux habitants de sa capitale. En revanche, leur efficacité pouvait laisser à désirer.

15Certes bigarrées et hétéroclites, peu cohésives et mal organisées au début de la présence latine en Syrie, ces armées l’emportèrent pourtant à plusieurs reprises sur les Francs. En leur sein, et malgré le courage des autres combattants, il semble bien que l’importance numérique et l’attitude de la cavalerie lourde était déterminante.

16Plus nombreuses, les armées zankides n’étaient pas structurellement différentes de celles des souverains qui les avaient précédées. La croisade ne provoqua pas de modifications des structures militaires. La seule nouveauté concerne en fait les aṭlāb, unités dont on ne sait pas grand-chose. Peut-être marquaient-elles une étape nouvelle dans le renforcement de l’organisation des armées musulmanes. À cet égard, le fait marquant est celui de la poursuite de la professionnalisation. Mais là encore, nul bouleversement n’est décelable : les changements sont liés à un décuplement des moyens. Maître de territoires étendus qui lui assuraient des revenus importants, chef d’armée haï et craint, Zankī put mettre en place un instrument mieux organisé, mieux entraîné, mieux équipé et plus discipliné que celui de ses prédécesseurs. Des ressources encore supérieures et une dispersion moindre permirent à son fils d’accentuer la professionnalisation en marche. Des mamelouks furent achetés en plus grand nombre ; un armement de qualité put être amassé dans les arsenaux des principales villes de son empire ; on prit plus soin encore à l’encadrement des troupes, et notamment à leur encadrement moral. Cependant, Nūr al-dīn continua à faire appel aux auxiliaires, surtout turcomans. Mais, ainsi à Inab, ils n’étaient plus si importants que la victoire dépende de leur seule attitude.

17En fait, Zankī et Nūr al-dīn, qui favorisèrent l’installation des Turcomans dans la principauté d’Alep, s’en servirent comme des troupes semi-permanentes sur lesquelles ils pouvaient s’appuyer à tout moment, et notamment pour mener des raids rapides et violents en territoire ennemi. En cas de bataille importante, ils faisaient également appel aux aḥdāṯ et aux volontaires de la foi, mais beaucoup moins que leur prédécesseurs pour lesquels ils étaient indispensables. Les armées zankides semblent avoir constitué des blocs plus homogènes que celles de Seldjouqides de Syrie et des Bourides. Ce qui ne veut pas dire que plusieurs ethnies ne s’y mêlaient pas, comme dans toutes les armées musulmanes. Arméniens, Ḫurāsāniens, Daylamites, Arabes, Kurdes et Turcs s’y côtoyaient, ces derniers constituant l’élite des combattants. Une certaine spécialisation ethnique existait. De par leurs compétences à creuser les qanāt, les Ḫurāsāniens, par exemple, servaient en tant que sapeurs. On les retrouvait également dans les gardes personnelles des souverains.

   

18Pour s’implanter si loin de leurs bases, les Francs n’eurent guère d’autre solution que d’adapter leurs pratiques de la guerre. Déjà, pendant la première croisade, leurs armées évoluèrent dans le sens d’une plus grande cohésion. Les rigueurs du voyage aidant, la bataille de Dorylée constituant une expérience douloureuse mais enrichissante, les combattants s’aguerrirent. Dès la bataille d’Antioche, en juin 1098, ils formaient une armée efficace et cohésive, lorsque cela était nécessaire. Cependant, cette cohésion fut une conquête fragile. Les particularismes et les dissensions entre les membres des différents contingents de la croisade ne s’effacèrent pas de sitôt. Ce n’est que progressivement que la « nation franque » d’Orient naquit. À la fin de la période que nous avons étudiée, nul ne doutait que les Latini partageaient une « communauté de destin ».

19Mais les Francs allèrent plus loin puisqu’ils surent intégrer dans leurs armées de nombreux combattants locaux, mercenaires ou non. Indiscutablement, l’armée du comte d’Édesse était majoritairement arménienne. Celle du prince d’Antioche s’appuyait également sur un important recrutement arménien, mais les textes ne permettent pas d’évaluer précisément son poids. Il est probable qu’il était supérieur à ce que les historiens militaires ont admis jusque-là, au moins dans l’infanterie. De même, quelle proportion d’Arméniens le comte de Tripoli et le roi de Jérusalem recrutaient, nous l’ignorons. Et nous ne savons pas plus comment ces soldats étaient intégrés. Certains d’entre eux entraient-ils dans les corps de Turcoples que toutes les armées franques possédaient ? En tout état de cause, ces corps étaient composés de combattants locaux. Ainsi, contrairement à l’image qu’en donnent souvent les auteurs latins, les armées franques étaient aussi bigarrées que celles de leurs adversaires musulmans. L’encadrement et le noyau de ces armées était franc : des cavaliers lourdement armés pour lesquels, comme en Occident, la guerre était un mode de vie.

20Ces armées se distinguaient des armées musulmanes sur deux points essentiels. Pour peu que les sergents aient constitué un rang intermédiaire entre les pedites et les milites, elles apparaissent plus structurées. Cela est certain si l’on se réfère à l’armée des ordres militaires, surtout à celle de l’ordre du Temple, mieux connue. La Règle du Temple et les articles qui lui furent par la suite ajoutés décrivent une armée de professionnels, fortement hiérarchisée, où discipline et rigueur n’étaient pas des vains mots. Les auteurs arabes laissent percer de l’admiration pour les Templiers et les Hospitaliers. En terre musulmane, on eut très tôt conscience du formidable instrument que ces ordres constituaient. On les craignit et on les haït, certes. Mais on les admira. Leur richesse et leur efficacité étaient connues de tous. On savait qu’à Antioche, Tripoli et Jérusalem ils jouaient un rôle moteur. Nul affrontement d’envergure auquel ils ne participaient ; nulle expédition où ils n’étaient partie prenante. Progressivement, ils se substituèrent aux pouvoirs laïcs.

21La création de ces ordres constitua l’innovation majeure de la période que nous avons étudiée. Elle permit aux souverains francs et à leurs vassaux de se décharger d’une partie du poids financier généré par la construction, l’entretien et la protection des nombreuses forteresses et châteaux qui constituaient la base de leur pouvoir.

  • 6  Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. XVII, p. 304, fait état d’un empoisonnement par sa (...)
  • 7  Voir les réflexions de Th. Bianquis, « Autonomous Egypt from Ibn Ṭulūn to Kāfūr », dans C. F. Petr (...)

22Autre originalité qui participa de la résistance des Francs de Syrie une fois les musulmans passés à l’offensive, après l’arrivée de Zankī à Alepハ: une loyauté supérieure des vassaux envers leurs seigneurs. Non que les querelles et les dissensions n’aient été nombreuses dans les États latins, ou qu’un parti de la noblesse n’ait existé, à Jérusalem comme à Antioche. Parfois ce parti s’opposait même frontalement au détenteur du pouvoir. Mais ces oppositions se transformaient rarement en véritables affrontements ; surtout, il n’y avait pas remise en question de la légitimité du souverain. Au contraire, tout prince musulman devait non seulement se méfier des ambitions des membres de sa propre famille, mais encore éviter que l’un de ses féaux ne devienne trop puissant. Le pouvoir s’obtenait et se conservait par la force. Dès son avènement à Alep, Riḍwān fit ainsi assassiner ses deux jeunes frères, Abū Ṭālib et Bahrām. Duqāq avait réussi à lui échapper ; il était allé s’établir à Damas dont Riḍwān ne put jamais s’emparer. Dans cette dernière ville, Ṭuġtakīn n’hésita pas à usurper le pouvoir après la mort très suspecte de Duqāq6. Ses successeurs cherchèrent à éviter qu’un de leurs grands émirs ne s’installe durablement dans l’une des principales villes de leur principauté. Ils savaient que si cela se produisait l’émir risquait soit de se déclarer indépendant, soit, s’il trouvait les soutiens nécessaires, de se retourner contre eux. En terre d’islam, depuis l’affaiblissement de l’autorité abbasside, les mentalités n’exigeaient en rien qu’on fût loyal envers un supérieur7. À tous les niveaux hiérarchiques, la compétition régnait. Les formes de solidarité et de loyauté que les chroniqueurs laissent supposer s’effaçaient lorsqu’il était envisageable de monter dans la hiérarchie. On a dit que l’exemple de Nūr al-dīn est particulièrement révélateur des limites de la loyauté des dignitaires musulmans. Il n’eut pas à se soucier d’une révolte de l’un de ses grands émirs en Syrie grâce à sa puissance et, sans doute aussi, à son aura. Il leur accorda donc des iqṭā‘-s de fort rapport qui leur permettaient d’entretenir des armées personnelles puissantes. En cela, il se rapprochait du modèle des grandes baronnies franques. Pourtant, à peine tomba-t-il malade que son frère Nuṣrat al-dīn tenta de s’emparer du pouvoir à Alep. Et sa stature n’empêcha pas Saladin de se comporter sinon en rival, du moins en homme indépendant. Seule la mort de Nūr al-dīn empêcha leur affrontement. Rien de tel n’était envisageable dans le domaine franc. Le souverain y risquait simplement une mise sous tutelle par l’un de ses grands officiers (ou, à la fin de la période ici étudiée, par les ordres militaires). À Jérusalem, les détenteurs des grands fiefs (principauté de Galilée, comté de Jaffa et d’Ascalon, seigneurie de Beyrouth, etc.) étaient liés par le serment de fidélité qu’ils prêtaient au roi. Le système féodo-vassalique tissait des liens solides entre les vassaux, leurs seigneurs et le roi.

23L’institution originale du restor témoigne des efforts d’adaptation des Francs à leur nouvelle situation. Dans les domaines tactiques et techniques, ils surent aussi apprendre de leurs multiples confrontations avec les musulmans. Leurs progrès les plus probants concernent la poliorcétique. Les techniques variées mais frustres qu’ils utilisaient à l’époque de la première croisade furent perfectionnées. Les tours roulantes dont ils faisaient un usage immodéré, en terrain plat, devinrent plus résistantes au feu grégeois des musulmans, plus grandes et plus maniables ; leurs machines de siège étaient tout aussi efficaces, à la veille de la mort de Nūr al-dīn, que celles de leurs ennemis musulmans. En revanche, ils ne réussirent jamais à bénéficier de sapeurs aussi compétents que les sapeurs musulmans ; ils profitèrent sans doute, néanmoins, de l’expérience de sapeurs arméniens.

24Si les Francs affectionnaient surtout l’escalade, l’utilisation de tours roulantes et les bombardements, les musulmans se contentaient généralement de la sape et des bombardements, que la qualité des fortifications franques rendait difficiles. Néanmoins, pour peu qu’elles aient le temps de les mener méthodiquement, la plupart du temps les armées musulmanes réussissaient leurs opérations de siège. Il est probable que cette efficacité poussa les Francs à sans cesse améliorer leurs fortifications.

25Conseillés par des spécialistes orientaux (surtout arméniens) et bénéficiant à l’occasion de l’aide italienne, les Latins d’Orient se coulèrent dans un processus de progrès de l’art militaire entamé au milieu du Ve/XIe siècle. En Syrie comme dans tout le Moyen-Orient, au VIe/XIIe siècle, la guerre de siège continua de progresser. Elle bénéficia de l’augmentation des moyens financiers des souverains et de la fréquence des combats qui facilitait la diffusion des techniques. Parallèlement au perfectionnement des techniques de sape (dans les armées musulmanes surtout), les chefs de guerre purent aligner en plus grand nombre tout un arsenal d’armes offensives plus puissantes. D’immenses béliers côtoyaient désormais des trébuchets hybrides ou, peut-être, à contrepoids, capables de semer panique et destruction dans la place forte assiégée. Si les sources sont fort évasives sur l’utilisation de trébuchets à contrepoids, il est incontestable que les bombardements gagnèrent en efficacité tout au long de la période ici étudiée, alors que les artilleurs faisaient preuve d’une précision surprenante. La diffusion des techniques se poursuivit donc ; elle fut permise par d’importants progrès logistiques.

26Les évolutions stratégiques et tactiques, avant et après la bataille, sont plus difficiles à appréhender. Les textes ont tendance à caricaturer les belligérants : aux Francs la seule charge, aux Turcs la dérobade. En fait, la réalité était plus complexe. Les armées franques usaient bien, en priorité, de l’attaque frontale. Elles misaient sur des chevaux plus puissants que ceux des musulmans, qui permettaient de transporter des cavaliers lourdement armés. La technique dite de la lance couchée transformait le cavalier en redoutable projectile. L’époque fut celle du perfectionnement de cette technique ; les « batailles » franques gagnèrent en solidarité. Mais elle fut également marquée par une évolution du rôle des piétons, désormais très solidaires des cavaliers, de même que par l’utilisation de Turcoples dont un certain nombre, peut-être, luttaient sur des chevaux moins lourds et faisaient usage de l’arc. Sans bouleverser leurs modes de combat, les Francs s’adaptèrent donc à la situation proche-orientale. De même, les Turcs, combattants complets qui maîtrisaient tout autant l’escrime à cheval que le maniement de la lance ou le tir à l’arc, apprirent progressivement à éviter la charge franque en se fragmentant en une multitude d’unités. Traditionnellement, ils préparaient la charge des cavaliers les plus lourds qui emportaient la décision en harcelant l’ennemi au moyen de leurs archers montés. Conscients de la lourdeur de leurs ennemis, ils choisirent d’opter pour une plus grande mobilité encore. Comme les Francs, ils pratiquaient parfois la fuite simulée ; au contraire de ces derniers, ils affectionnaient les attaques enveloppantes qui permettaient souvent de déboucher sur les arrières de l’adversaire. Sur le plan de la tactique et des modes de combat également, Francs et musulmans s’étaient adaptés à l’adversaire.

   

27Les deux invasions majeures que la Syrie avait connues dans la deuxième moitié du Ve/XIe siècle provoquèrent des bouleversements tels qu’il fallut au pays le temps de s’y adapter. Lorsque les conquérants turcs réussirent à s’imposer complètement, on songea à se consacrer plus directement aux Francs qui avaient bénéficié de conditions très favorables à leur arrivée. Dès lors, ces derniers rivalisèrent d’adaptabilité pour que les États qu’ils avaient créés puissent subsister. Mais ils reculèrent. Trop proche de l’Orient seldjouqide et trop éloigné des ports qui permettaient aux hommes, aux chevaux, aux armes et à l’argent venus d’Europe de débarquer, le comté d’Édesse céda après une cinquantaine d’années d’existence. À la mort de Nūr al-dīn et d’Amaury Ier, Antioche, Tripoli et Jérusalem étaient diminuées. Désormais, elles faisaient face à un homme qui unissait directement la Syrie méridionale et l’Égypte. Comme ses prédécesseurs, pourtant, Saladin devait avant tout s’imposer à ses pairs avant que de s’attaquer frontalement aux Francs.

28Au VIe/XIIe siècle, la militarisation rapide de la société politique se poursuivit. Elle prit une forme différente dans un Orient aux ressources limitées qui se saigna pour ses chefs militaires et ne réussit pas à trouver les capitaux nécessaires au lancement de la pré-industrialisation. En Occident, les ressources naturelles étaient si abondantes qu’on pouvait dépenser beaucoup pour l’armée et, en même temps, investir et lancer des artisanats très productifs et offensifs sur les marchés externes.

Notes de fin

1  Cf. Cl. Cahen, SN, p. 41.

2  A. Y. al-Hassan, « Iron and steel technology in medieval Arabic sources », Journal for the History of Arabic Science, vol. II/1, 1978, p. 31-43 ; D. Nicolle, « The manufacture and importation of military equipment in the Islamic Eastern Mediterranean », loc. cit., p. 154-155. 

3  Noter que l’arabe Ibn est rendu deux fois (filius, heben) ; Ecstin pourrait donc être le petit fils d’Abū ‘Alī (Bohali). La charte est éditée et traduite par Hans-Eeberhard Mayer, « Une lettre de sauf-conduit d’un roi croisé de Jérusalem à un marchand musulman (1156/1163) », dans G. Brunel, M.-A. Nielen (éd.), La présence latine au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 27-35.

4  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 414.

5  J. Sauvaget, « La tombe de l’ortokide Balak », Ars Islamica, t. V/2, 1938, p. 207-215 ; RCEA, t. VIII, no 3093, 3117, 3146, etc. ; UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle. Textes et documents, loc. cit., p. 85-86, 117-118.

6  Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. XVII, p. 304, fait état d’un empoisonnement par sa mère, épouse de Ṭuġtakīn.

7  Voir les réflexions de Th. Bianquis, « Autonomous Egypt from Ibn Ṭulūn to Kāfūr », dans C. F. Petry (éd.), Cambridge History of Egypt, vol. I, Islamic Egypt, 640-1510, Cambridge, 1998, p. 60.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable