Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre V

Les combats (3)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre V est scindé en trois documents.
Voir le texte de Les combats (1)
Voir le texte de Les combats (2)

Texte intégral

2. « Batailles »

  • 483 O. Heermann, Die Gefechtsführung abendländischer Heere im Orient in der Epoche des ersten Kreuzzuge (...)
  • 484 Victory in the East. A Military History of the First Crusade, op. cit.
  • 485  Il ne sera pas question des armées en marche, puisque aussi bien R. C. Smail que J.-F. Verbruggen (...)

1Alors que la guerre de siège n’avait pas suscité l’intérêt des historiens militaires, les batailles ont fait l’objet de multiples reconstitutions, analyses, critiques, notamment par O. Heerman, H. Delbrück, R. C. Smail et J.-F. Verbruggen483 qui ont mis les sources latines à contribution de manière exhaustive. Récemment, les affrontement majeurs de la première croisade ont fait l’objet de réexamens approfondis, par exemple par J. France484. Il s’agit donc simplement, ici, de revenir, au moyen, notamment, des sources arabes, sur un certain nombre de points qui nous ont semblé essentiels485.

2.1. Expéditions de conquête ; coups de main

  • 486  « Bataille », Le Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, p. 232.
  • 487  Pour tous ces événements, on doit se contenter d’Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 488-489 ; (...)

2Même si la conquête turque, la première croisade et les premières décennies de présence latine en Syrie sont surtout connues pour les affrontements d’importance auxquels elles donnèrent lieu, l’ « action de deux armées qui se livrent combat486 » pouvait se faire de multiples manières. Parfois ces combats pouvaient se limiter à de simples escarmouches, même quand des troupes nombreuses se faisaient face. Simplement, une tactique de harcèlement avait été choisie ; l’on ne voulait pas risquer l’ensemble de ses forces alors que la dissymétrie n’était pas atteinte. Des campagnes importantes purent ainsi donner lieu à une observation prolongée sans que bataille ne fût livrée. Les expéditions de Nūr al-dīn contre Damas sont typiques d’une « guerre de harcèlement » où on cherchait surtout à couper les lignes de ravitaillement de l’adversaire et à miner son moral. Sûres de leur supériorité, très mobiles, les troupes de Nūr al-dīn, que celles du prince de Damas surveillaient de près, multipliaient les chevauchées ravageuses, par exemple en 546/1151. La guerre consistait en une succession de munāwaša (mot que l’on peut traduire par « escarmouches »)487.

  • 488  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278-83/LT p. 106-110, est la meilleure source arabe.
  • 489  C’est ce que pense R. C. Smail, Crusading warfare, p. 141-143 et passim. Si Roger d’Antioche adopt (...)
  • 490 Historia, RHC, Occ., t. IV, L. XI, XLII, p. 684.
  • 491  R. C. Smail, op. cit., p. 142, rejette en bloc le récit d’Albert d’Aix au prétexte qu’il n’était p (...)
  • 492  C’était une pratique régulière, pour les Francs, que de s’installer sur une colline où ils ne risq (...)
  • 493  Pour Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 144, la retraite franque se fait sous les attaques musulmanes.

3Les expéditions de Mawdūd, à la fin de la première décennie du XIIe siècle et au début de la suivante, furent également marquées par ce type d’affrontement, et tout particulièrement celle de 505/1111, pendant laquelle il fut soutenu par Ṭuġtakīn. Deux armées se firent face pendant de longues semaines. Les musulmans avaient peu à peu perdu l’appoint d’émirs importants, par suite de maladies et de dissensions ; au contraire, les Francs, « oubliant leurs dissentiments, leurs rivalités et leurs querelles », s’étaient réconciliés488. Installés en face de Šayzar, ces derniers semblent avoir refusé l’affrontement, sans qu’il soit évident d’expliquer cette attitude – selon Ibn al-Qalānisī, la cavalerie franque équivalait en nombre à la cavalerie musulmane, mais leur infanterie était moins nombreuse. Doit-on y voir une nouvelle preuve de la stratégie délibérément temporisatrice adoptée par les Francs vis-à-vis des armées venues de l’est489 ? Assurément, les Francs savaient que ces armées ne pourraient indéfiniment rester en Syrie ; il leur était donc inutile de risquer de les affronter frontalement. D’autant plus qu’à cette date ils avaient largement eu le temps de prendre la mesure des armées orientales. Ils restèrent donc stoïques devant les harcèlements des musulmans qui cherchaient à les couper de tout ravitaillement, mais s’il n’y eut pas « bataille » au sens d’un engagement total des forces de chaque camp, il y eut bien affrontement. C’est dans ce sens qu’il faut prendre le récit d’Albert d’Aix490, certes non présent au moment des faits, mais que corrobore, en partie, le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq491. Albert et Ibn al-Qalānisī s’accordent sur la portée limitée du combat et sur la victoire remportée par les musulmans. Le chroniqueur arabe dit expressément que les Francs descendirent de la colline492 sur laquelle ils s’étaient installés « pour rencontrer » les Turcs qui se montraient de plus en plus entreprenants. Ces derniers attaquèrent les Francs sur leur flanc ouest, furent victorieux et pillèrent une partie des bagages. Albert soutient que les Francs s’étaient mis en ordre de bataille. Mais trois corps (acies) s’étant détachés du reste de l’armée, ils furent écrasés par l’ennemi qui en profita pour amasser du butin (montures, dépouilles). Pour les deux chroniqueurs, les Francs recherchaient bien l’affrontement. Mais ils divergent par la suite : pour l’un (Albert), Baudouin et Tancrède réagirent en chargeant les Turcs qui se dérobèrent puis, les jours suivants, rentrèrent dans leurs pénates ḫurāsāniennes. Pour l’autre (Ibn al-Qalānisī), au contraire, les Francs retournèrent sur leur colline et adoptèrent une attitude attentiste. Trois jours après, ils se retirèrent493.

4L’expédition de Mawdūd était de ces lourdes expéditions qui avaient pour objectif la conquête d’un territoire. Ses hommes étaient donc nombreux, bien équipés. Lors de telles campagnes, en théorie, l’on recherchait l’affrontement de rupture qui allait permettre la conquête de tout ou partie du pays ennemi. On y trouvait donc tous les types de combattants : cavaliers lourds qui allaient être alignés pendant la bataille, le cas échéant ; cavaliers légèrement armés au rôle d’éclaireurs mais également de harceleurs ; infanterie spécialisée (archers, arbalétriers, crocheteurs de cavaliers, sapeurs, charpentiers, lanceurs de nafṭ, manipulateurs de machines de siège, etc.) ou non (lanciers, hommes armés d’épée et de coutelas, etc.). Les fantassins devaient être très nombreux, car il fallait songer à laisser des garnisons dans les places qui allaient être conquises. Ce n’est pas un hasard si l’armée de Mawdūd en comptait plus que celle des Francs. Eux ne visaient qu’à empêcher la réussite de ses projets.

  • 494  Par exemple : Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 88-89 (an 499/1105) (à propos de Ṭuġtakīn).
  • 495 Ta’rīḫ alab, p. 397. Voir également Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 278.

5Finalement, cette campagne n’avait débouché que sur un engagement peu important. Pendant les trois premiers quarts du XIIe siècle, la Syrie connut pléthore de ces affrontements, mais sans qu’ils fassent intervenir des troupes nombreuses. Profitant du caractère lâche des frontières, ces marges incertaines et mouvantes, Francs et musulmans multiplièrent les coups de main rapides, proches ou lointains. Dans ce cas, les troupes devaient être très mobiles ; malgré leur utilité sur le champ de bataille, les fantassins s’avéraient des poids dont on ne pouvait s’encombrer. Les cavaliers partaient donc seuls, combattants lourds et auxiliaires sur des montures de fortune, chargés de l’entretien des chevaux (dont ceux de réserve), du ravitaillement, de l’armement, du montage et du démontage des camps, de la défense de ces camps. Des cavaliers légers étaient présents qui éclairaient la marche et participaient à la bataille, le cas échéant. Bien souvent, les auteurs arabes expliquent l’offensive d’un prince par la multiplication des raids de déprédation, ġārāt, des Francs494. Dans l’un des rares récits développés de sa « chronique brève », al-‘Aẓīmī décrit la réaction de Sayf al-dīn contre la cavalerie et l’infanterie de Bāsūṭā qui pillait Kafarbasīl, en 538/1143-4. La cavalerie légère précéda le gros de l’armée, bouscula l’ennemi qui fut finalement mis en déroute495 :

  • 496  Nous supposons qu’il s’agit ici d’un nom de lieu : « dūn al-‘aqaba bi-Dimašq ». Nous n’avons pu id (...)

 « La cavalerie (ḫayl) et l’infanterie (raǧǧāla) de Bāsūṭā firent un raid sur Kafarbasīl dont ils réduisirent la population (ahl) à la captivité. L’émir Sayf al-dīn se porta à leur rencontre et les rejoignit avant la “montée de Damas” [ ?496]. ‘Ilm al-dīn b. Sayf al-dīn l’ayant précédé à tête des avant-gardes (fī l-ṭalā’i‘), il les occupa par des charges (bi l-tirād) jusqu’à ce que l’armée (al-‘askar) arrive. Alors [Sayf al-dīn] leur tomba dessus, anéantit la majorité de la cavalerie et massacra l’infanterie. Puis il reprit ce qui avait été pris et rentra, victorieux, avec les biens, les troupeaux et les têtes. »

  • 497 Ta’rīḫ alab, p. 272.

Mais dès qu’il avait été nommé šiḥna d’Alep, Sayf al-dīn Sawār, qui pouvait compter sur la cavalerie turcomane, avait mené plusieurs coups de mains en territoire franc, bien souvent avec succès. Ainsi497,

« cette année-là, en ǧumāda II [527]/avril 1133, l’émir Sawār, commandant de l’armée (muqaddam ‘askar) de Zankī à Alep, mena des raids de déprédations sur le territoire (wilāya) de Tall Bāšir. Comme il faisait beaucoup de butin, les Francs vinrent à sa rencontre avec des troupes nombreuses (fī ǧumū‘ kaṯīra). Ils le combattirent mais il les vainquit et les massacra en nombre. L’on dénombra environ mille morts ; lui rentra sans dommage (sāliman) ».

  • 498 J.-Cl. Cheynet, « La guérilla à Byzance. Byzance sous le choc des invasions », Revue historique des (...)
  • 499  G. Dagron, « Guérilla, place forte et villages ouverts à la frontière orientale de Byzance vers 95 (...)

6Cette fois, l’opération s’était déroulée à distance respectable du lieu de cantonnement de l’armée offensive et avait donné lieu à un affrontement important, ainsi qu’en témoigne le nombre de morts (mais peut-être est-il exagéré). Mais cela n’était pas toujours le cas. Les attaques rapides contre un objectif peu éloigné furent légion à l’époque qui nous concerne. Le Kitāb al-I‘tibār est truffé d’anecdotes mettant en scène de petites troupes allées affronter un voisin, par exemple les maîtres d’Apamée, si proche de Šayzar. Certes « guerroyante » et ponctuée d’affrontements majeurs entre Francs et musulmans, la guerre, en Syrie, prenait donc des allures de « guerre akritique498 ». C’était une guerre saisonnière, qui se déroulait de préférence (mais non exclusivement) pendant les belles saisons. Dès la fin de l’automne, en Syrie du Nord surtout, les pluies provoquaient l’embourbement des chevaux ; l’hiver, il était encore plus difficile d’avancer, les terrains étant boueux, et, surtout, l’on ne pouvait faire paître les animaux. Une guerre de raid, mobilisant des effectifs limités, aux objectifs précis, essentiellement psychologiques (porter la terreur au cœur du territoire ennemi et par-là le dissuader de toutes tentatives ultérieures de même nature ; se venger d’opérations du même type, etc.) et économiques (ravager, piller : s’enrichir donc en affaiblissant l’adversaire). Une guerre de professionnels, exigeant une cavalerie mobile, entraînée, résistante, ne s’encombrant pas des aḥdāṯ et autres combattants occasionnels indispensables dès qu’il fallait faire nombre. Une guerre pratiquée par les musulmans comme par les Francs, qui se « régla », peu à peu, mais jamais autant que cela avait été le cas lors des guerres arabo-byzantines499.

2.2. Batailles

  • 500 Al-taḏkira al-harawiyya, éd. p. 249.

7Du sort de ce que les auteurs arabes appellent souvent waq‘a ne dépendait pas la suite de la guerre. En revanche, lorsqu’elle avait opposé des forces nombreuses, elle influait pour un temps sur la suite des événements. Al-Harawī le précise bien500 :

  • 501  Renommés pour leur vigueur.

« Que le prince se fasse (après la victoire) accompagner de gens vaillants (ahl al-ba’s), ayant de l’ardeur, forts, vigoureux. Qu’il emmène les meilleurs chevaux arabes et poulains kilābites501. Car lorsqu’il aura taillé en pièce son ennemi, fait prisonnier ses hommes et tué ses abṭāl, s’il convoite ses territoires (wilāya) et [veut] prendre son royaume (mamlaka), qu’il se hâte de les gagner et de les envahir, sans laisser [à cet ennemi] le temps de se ressaisir, de prendre des mesures de sécurité ni de se tenir sur ses gardes. »

  • 502 Loc. cit.

8Après Ḥarrān, Riḍwān se hâta de reconquérir les forteresses franques qui se trouvaient à l’est de l’Oronte. Il n’innovait en rien puisque chaque victoire permettait de rogner les terres du vaincu. On a dit à quel point les esprits étaient portés à la défensive, avant et après les croisades. S’ils étaient célébrés à la suite de chaque victoire, les princes avaient droit, après leurs défaites, à une volée de critiques (directes ou indirectes) de la part des chroniqueurs. L’affrontement dont il a été question entre les musulmans et les Francs, près de Šayzar, en 1111, donna ainsi lieu à une remarque acerbe d’Albert d’Aix, qui reprochait aux hommes qui s’étaient détachés du reste de l’armée d’avoir été trop pressés502.

2.2.1. Tactique générale

a.– User de l’effet de surprise
  • 503  Voir les développements d’al-Harṯamī, Mutaar siyāsat al-urūb, chap. IX p. 23-25, sur ceux qu’il (...)
  • 504 Alexiade, XI, VII, 5-5.
  • 505 Kāmil, t. IX, p. 462-63. Autres sources : voir N. Élisséeff, ND, note 1 p. 574.

9La bataille étant chose très risquée, il fallait l’éviter ou tout au moins se mettre dans la situation la plus favorable qui soit. Le chef de guerre devait donc soit se contenter de combats partiels, soit attendre l’instant propice. Dans ce cas, il envisageait la bataille. Tous ses efforts devaient consister en ce qu’elle se déroulât en terrain favorable, au moment où le rapport de force était en sa faveur. Plusieurs possibilités s’offraient à lui. La plus recherchée était de profiter d’un effet de surprise. Dans ce cadre, les éclaireurs et tous autres hommes permettant de collecter l’information jouaient un rôle fondamental503. Leur efficacité était fluctuante. Il arrivait qu’elle laissât à désirer, comme lors du siège de Damas, en 1148 – apparemment, les Francs n’étaient pas très bien informés des mouvements de Nūr al-dīn. Parfois, elle permettait de tomber sur l’ennemi à l’improviste. L’avantage de la surprise était alors décisif. Naturellement, Francs et musulmans la recherchaient le plus possible. Les premiers semblent l’avoir pratiquée avec art. Anne Comnène raconte par exemple le « stratagème » utilisé par Raymond de Saint-Gilles, à l’automne 495/1102, qui venait de s’emparer de Tartous : ayant été informé de l’arrivée de Turcs bien décidés à reprendre la place, il se cacha avec ses hommes, tandis que les habitants faisaient croire aux nouveaux venus qu’il avait pris la fuite. Ceux-ci s’installèrent alors sur la plaine qui jouxte la ville, où ils laissèrent leurs montures paître en toute liberté. Soudain, à midi, en pleine chaleur, le comte sortit de sa retraite avec ses quatre cents hommes ; il chargea l’ennemi qu’il massacra ou mit en fuite504. Que ces événements se soient ou non déroulés de cette manière, ils offrent un parallèle troublant avec ceux qui, plusieurs décennies plus tard, aboutirent à la terrible défaite de Nūr al-dīn à la Bocquée (al-Buqay‘a), en ǧumādā 558/mai 1163. Alors qu’il campait aux pieds du Krak des Chevaliers, que ses guetteurs, écrasés par la chaleur, s’étaient tout aussi assoupis que le reste de son armée et que lui-même se trouvait dans sa tente, le prince zankide fut surpris, à midi, par une violente attaque des Francs et de leurs alliés. Certes, le récit d’Ibn al-Aṯīr est quelque peu théâtral505 :

  • 506  Le vocable employé est ṣulbān : les « croix ». Par métonymie, le mot désigne les drapeaux et étend (...)
  • 507 Stricto sensu : « alors qu’ils étaient en sécurité », « fa-innahum yakūnūn āminīn ».

« Cette année-là, Maḥmūd b. Zankī fut battu par les Francs sous Ḥiṣn al-Akrād. Il s’agit de la bataille (waq‘a) connue sous le nom d’al-Buqay‘a […].
Un jour, à midi, les hommes (al-nās) se trouvaient dans leurs tentes, sans prendre garde à rien, quand apparurent les étendards506 des Francs au-delà de la colline sur laquelle se dresse Ḥiṣn al-Akrād. En effet, les Francs s’étaient réunis et entendus pour surprendre les musulmans en plein jour, alors qu’ils se pensaient en sécurité507. Alors ils avaient immédiatement enfourché leurs chevaux, ne cessant que leurs soldats fussent assemblés, et avaient pris la route en se dépêchant. Les [avant-postes] des musulmans ne s’en rendirent compte qu’à partir du moment où ils furent proches. Ils voulurent résister, mais n’étant pas de force ils envoyèrent prévenir Nūr al-dīn de la situation. »

  • 508 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 8, p. 894.

Il n’en est pas moins corroboré par Guillaume de Tyr et son traducteur médiéval, si ce n’est, évidemment, qu’eux déplorent son manque de vigilance508.

  • 509 Op. cit., p. 254/LT p. 77-78.

10 Les exemples sont nombreux d’une utilisation de la surprise par les Francs. Leur attitude lors de l’installation par Ṭuġtakīn, en 500/1106-7, de l’émir turcoman al-Iṣfahbaḏ aux marges de la principauté de Damas, face à Tibériade, est particulièrement révélatrice. Selon Ibn al-Qalānisī, dès qu’ils en furent informés, les Francs décidèrent d’agir509. Ils se mirent en route, « passant par le désert », se postèrent « en face du lieu où il campait » et le

« laissèrent tranquille jusqu’à ce qu’une occasion se présentât. Ils tombèrent alors sur lui, à l’improviste, et il s’enfuit avec la majeure partie de son armée (‘askar), le reste périssant. Ils s’emparèrent de ses bagages ».

  • 510 R. C. Smail, Crusading warfare, p. 147 ; J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 285.

Lors de la bataille de Tall Dānīṯ, en 1115, Roger d’Antioche tomba également à l’improviste sur les musulmans. Alors qu’il avait jusque-là adopté une stratégie attentiste, Roger d’Antioche fondit sur eux dès qu’il sut qu’ils campaient dans la vallée de Sarmīn en toute impunité510.

  • 511 Ibid., p. 314-315.
  • 512 Ibid., p. 378-379.

11Naturellement, les musulmans firent également, autant que possible, usage de l’effet de surprise. En 510/1116, Ṭuġtakīn et son allié Āq Sunqur al-Bursuqī marchèrent nuit et jour afin de tomber inopinément sur les Francs qui ravageaient la Bekaa. Ils accomplirent leur plan ; la victoire fut totale. Comme les hommes de Nūr al-dīn à la Bocquée, les Francs n’eurent pas même le temps de monter à cheval ni de prendre leurs armes511. L’un des descendants de Ṭuġtakīn, Šams al-mulūk Ismā‘īl, bon chef de guerre, fit lui aussi usage de la surprise de manière presque systématique, mais surtout dans la guerre de siège. Il attaqua ainsi Hama pendant le jour de la fête de la rupture du jeûne de ramaḍān (1er šawwāl 527/5 août 1133)512.

12Il était un type de combat particulier que les musulmans appréciaient plus particulièrement – l’embuscade, al-kamna. Elle était d’autant plus intéressante, pour eux, que les armes de défense franques étant très lourdes, cottes de mailles, casques et éventuellement cuirasses, on les enlevait en général pour circuler à cheval d’un point à un autre. En cas de combat imprévu, il fallait mettre pied à terre pour s’équiper, les armes étant transportées sur d’autres chevaux conduits par les écuyers. À cet égard, il semble bien qu’une partie de la cavalerie musulmane, non cuirassée, était plus constamment prête au combat.

  • 513 Mutaar siyāsat al-urūb, chap. XXIX, p. 51-52 ; le chap. XXX (p. 52-53) porte sur les disposition (...)
  • 514 Ibid., p. 50-51. Voir également al-Ṭarsūsī, Tabṣira arbāb al-lubāb, éd. K. Sader, p. 225.
  • 515  Tous ces événements sont mal établis. Les sources latines et arabes divergent complètement. Supra, (...)
  • 516  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 298 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 408/ LT p. 238-239.
  • 517  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, 35, p. 643-645 ; Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 29 (...)
  • 518 Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 553-554.

13 Toujours est-il que les didacticiens insistent sur l’importance de l’embuscade. Al-Harṯamī lui consacre ainsi un chapitre (XXVIII), auquel on peut ajouter le suivant qui porte sur les « incursions nocturnes513 ». Les conseils qu’il prodigue sont d’ordre très général : prendre garde à ce que ni les hommes ni les bêtes des embusqués ne trahissent leur présence ; choisir un endroit bien protégé ; penser à poster une sentinelle annonciatrice de l’arrivée de l’ennemi ; veiller aux rations (l’eau, notamment) des soldats, l’attente pouvant se prolonger ; se méfier avant tout des espions (‘uyūn) ennemis ; attaquer en matinée, alors que l’armée visée est en repos ; se déployer « à l’heure la plus chaude en été, à l’heure la plus froide en hiver » (ce que firent les Francs à la Bocquée) ; rester groupés (en escadrons, karādīs) lors de l’attaque ; charger vigoureusement, sans hésitation ; rentrer à bride abattue après avoir atteint l’objectif514. Lors des combats (mal connus) qui se déroulèrent près de Beyrouth, en 1100, les hommes de Ǧanāḥ al-dawla et du prince de Damas auraient dressé une embuscade au futur Baudouin Ier de Jérusalem (il s’y rendait pour se faire couronner). Mais le maître de Tripoli l’aurait averti515. Devant Ba‘rīn, en 531/1137, Zankī s’embusqua et surprit l’armée franque qu’il anéantit516. La même année, postés en embuscade à al-Kūra, près de Tripoli, Bazwāǧ et ses Turcomans fondirent sur les Tripolitains qu’ils écrasèrent517. En 556/1161518,

« le seigneur de Saïda, un Franc, vint chercher refuge auprès de Nūr al-dīn Maḥmūd, maître de la Syrie (ṣāḥib al-Šām). Ce dernier lui accorda protection et renvoya avec lui une troupe (‘askar) destinée à le défendre contre les Francs. Mais, en route, une embuscade franque les assaillit. Ils tombèrent sur une partie des musulmans, le reste prenant la fuite ».

  • 519 Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 312 ; Cl. Cahen, SN, p. 405 ; C. Hillenbrand, « The imprisonment of (...)

14Peu auparavant, en 555/fin 1160 ou début 1161, c’est en dressant plusieurs embûches contre les troupes de Renaud de Châtillon, qui multipliait les déprédations, que le gouverneur d’Alep, Maǧd al-dīn, réussit à capturer ce prince519.

15Enfin, laisser des troupes embusquées constituait l’une des tactiques employée par les armées – on simulait la fuite, déclenchant la poursuite de l’ennemi, sur lequel les troupes embusquées fondaient comme l’éclair.

b.– Pousser l’adversaire à se découvrir ; choisir le terrain
  • 520 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 253 ; trad. p. 229.

16Le chef de guerre pouvait obtenir l’engagement de l’adversaire en le trompant sur l’état véritable de ses forces ou en le harcelant sans relâche. Il s’agissait de le contraindre à se découvrir, à enfin accepter le combat. Le moyen le plus recherché était alors de le couper des lignes de ravitaillement520 :

« Que le prince ne laisse pas aux ennemis la possibilité de se disperser dans la campagne et de s’y mettre en quête de fourrage. Qu’il leur tende des pièges et leur dresse des embuscades. »

Selon Ibn al-Qalānisī et, dans une certaine mesure, Albert d’Aix, Mawdūd avait obtenu ce qu’il recherchait, devant Šayzar, en 1111 : faire réagir les Francs, les pousser à descendre de leur colline.

  • 521  Où il n’y avait pas que des soldats. Rappelons que pendant le siège d’Antioche des mesures énergiq (...)
  • 522  Par exemple Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 161.
  • 523  Sur ce point, voir R. C. Smail, Crusading warfare, p. 139, 198 sq.

17Pendant ces phases de harcèlement, l’autorité du chef était soumise à rude épreuve ; toute initiative individuelle trop précoce pouvait s’avérer malheureuse. Sur ce plan, les Francs paraissent s’être très rapidement adaptés aux exigences d’une guerre presque permanente. Des armées de plus en plus disciplinées succédèrent aux hordes quelque peu inorganisées et difficiles à contrôler de la première croisade521. Les chroniqueurs musulmans font régulièrement état de mouvements coordonnés, de combattants stoïques, répondant seulement aux ordres de leurs chefs522. Incontestablement, des progrès importants furent réalisés tout au long de la période523. Quant aux forces musulmanes, si l’on excepte la légèreté des Turcomans régulièrement dénoncée par les auteurs arabes, il semble bien que leur professionnalisation croissante alla dans le même sens. Après l’arrivée de Zankī à Alep, il est rare que les troupes musulmanes soient accusées d’inconstance. Peu à peu, l’image des Turcomans d’Īl-Ġāzī, parfois jugés trop pressés de déclencher la bataille, s’effaça.

  • 524 En dernier lieu, Th. Asbridge, « The significance and causes of the battle of the Field of Blood », (...)
  • 525 Cf. R. C. Smail, Crusading warfare, p. 179-180 ; C. Hillenbrand, « The career of Najm al-Dīn Īl-Ghā (...)
  • 526  Une fois de plus, les auteurs latins (Gautier le Chancelier et Guillaume de Tyr qui ne fait que le (...)

18Le chef turcoman avait-il choisi le champ d’affrontement, lors de la bataille dite de l’Ager sanguinis ? Avait-il réussi à enfermer l’armée de Roger d’Antioche dans une plaine entourée de montagnes, à l’encercler et à l’acculer ? Ou, simplement, comme on s’accorde le plus souvent à le penser, Roger avait-il, seul, pris position dans cette plaine, causant sa propre perte524 ? Si un examen attentif des sources montre que ce dernier disposait de troupes très nombreuses mais composites et que sa défaite ne fut sans doute pas due à une infériorité numérique trop marquée, il ne semble pas qu’Īl-Ġāzī ait manœuvré de manière à contraindre Roger à engager la bataille sur un terrain défavorable525. Du moins les sources, il est vrai très embrouillées, ne le laissent aucunement penser. En revanche, même poussé par ses Turcomans pressés d’en découdre (de même que Roger semble avoir été pressé par ses principaux chevaliers), il sut profiter de l’avantage décisif que lui procurait le terrain – procéder à un encerclement complet de l’ennemi, l’attaquer sur différents points, se retirer sans risquer d’être poursuivi. En fait, la bataille de l’Ager sanguinis fut un moment de correspondance parfaite entre un lieu et un type de combattants. Les cavaliers turcomans que tous les chroniqueurs décrivent virevoltants (dans quelle mesure ces descriptions constituaient au moins en partie une caricature, nous l’ignorons) trouvèrent en la plaine où ils écrasèrent les forces d’Antioche et d’Édesse un terrain idéal. Une fois le choc de la charge de leurs adversaires absorbé, ils purent multiplier les points d’impact et les épuiser à loisir526.

  • 527 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 233.

19Le choix du terrain procurait un avantage bien souvent décisif ; seuls les stratèges avisés étaient capables de manœuvrer avec suffisamment d’intelligence pour se procurer cet avantage. C’est l’un des points sur lequel le šayḫ al-Harawī insistait527 :

« Lorsque le prince veut rencontrer l’ennemi et enfoncer ses lignes, qu’il fasse en sorte que celui-ci ait le soleil dans l’œil et le vent contre lui. Mais, si l’ennemi en a agi ainsi avec lui et s’il ne peut le déloger ni l’arracher de son emplacement, qu’il se déplace de côté avec son armée pour que la situation soit à son avantage et au détriment de son adversaire. »

  • 528 Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, CLV, p. 714-715.
  • 529  Sans doute mal informé, il reste très évasif : Historia, RHC, Occ., t. IV, L. IX, 47, p. 620-621.
  • 530 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 84-85. Impressionné par le nombre de musulmans, Tancrède aurait d’abo (...)
  • 531  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 150-151 ;
  • 532  R. Grousset, Histoire des croisades, t. I, p. 420-421, avait déjà remarqué les divergences entre t (...)

20Guerrier intrépide et redouté, homme d’expérience, déjà, en 498/1105, Tancrède fit preuve des qualités d’un maître tacticien. Du moins est-ce ce que dit Raoul de Caen, malheureusement si souvent thuriféraire du prince normand que son témoignage en perd de sa valeur. Il aurait, selon lui, subtilement manœuvré lors de la bataille qui l’opposa à Riḍwān, cette année-là, près d’Artāḥ. Comme il constatait qu’une plaine rocailleuse où les chevaux avaient du mal à galoper se trouvait entre son armée et celle du prince d’Alep, il fit reculer ses troupes et laissa l’ennemi s’avancer. Il comptait bien charger violemment et le forcer à battre retraite. Or le terrain rocailleux allait le ralentir et il n’y avait pas plus fragile qu’un homme en train de fuir. Son plan fonctionna à merveille. Leurs chevaux titubant, les musulmans mirent pied à terre et tentèrent de s’enfuir. Sans succès528. Mais Raoul ne dit pas si les cavaliers de Tancrède, dont on suppose qu’ils éprouvèrent également des difficultés à avancer, mirent eux aussi pied à terre. Peut-être les fantassins se chargèrent-ils du massacre des fuyards ? À vrai dire, l’on comprend mal comment la nature du terrain aurait pu échapper à Riḍwān. De plus, les autres chroniqueurs ne confirment pas sa version des faits. Albert d’Aix ne dit rien d’approchant529. Ibn al-Aṯīr affirme que Tancrède fut victorieux parce qu’il adopta la tactique séculaire de la fuite simulée530. Les musulmans s’étant fait prendre au piège, les Francs revinrent sur leurs pas, chargèrent et l’emportèrent sans difficulté. En revanche, le récit d’Ibn al-‘Adīm se rapproche de celui de Raoul dans la mesure où il affirme que la cavalerie musulmane flancha et prit la fuite alors que l’infanterie (essentiellement composée d’aḥdāṯ) tint bon531. Mais il n’est évidemment pas question, dans ce récit, de la subtilité tactique de Tancrède532.

  • 533  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 210.
  • 534 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 255-256.

21Non plus, d’ailleurs, que celle de Balak qui, pourtant, sut tirer profit d’un terrain boueux pour faire prisonnier Josselin d’Édesse à la suite d’une rencontre qu’il semble avoir maîtrisée de bout en bout. Les Francs handicapés par le terrain, les Turcs n’eurent pas même besoin de les affronter à l’épée. Se sachant excellents archers, ils les harcelèrent jusqu’à ce qu’ils se rendissent. L’avantage que le terrain avait procuré au chef turcoman, Ibn al-Aṯīr l’attribue à la « faveur de Dieu très Haut »533. De même, de la science tactique de Ṣadaqa b. Mazyad, Ibn al-Qalānisī ne dit rien. Pourtant, lui également rencontra les troupes du sultan seldjouqide Muḥammad, en 501/1107-8, sur un terrain boueux, peu propice aux évolutions de la cavalerie lourde turque. Mais cela n’eut pas de conséquence sur l’issue du combat : les Turcs laissèrent là leurs chevaux et remportèrent la victoire en fantassins534.

  • 535 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25, p. 925-926.
  • 536 Ibid., p. 926.

22En revanche, lors de la bataille d’al-Bābayn, Guillaume de Tyr et son traducteur médiéval louent (le second plus directement) Šīrkūh pour sa science tactique. Non seulement la bataille se déroula sur un sol inégal, donc peu propice à la charge franque, mais il était entouré de collines sablonneuses, ce qui fait qu’on ne pouvait voir de loin ceux qui arrivaient non plus que suivre longtemps de l’œil ceux qui s’éloignaient. Or, Šīrkūh fit occuper les collines sur la droite et sur la gauche, ce qui les rendait difficilement accessibles pour les Francs, gênés et par la pente et par le sol sablonneux535. L’Eracles est très clair536 :

« Siracons qui n’estoit mie pareceus ne esbahiz en granz besongnes, ot sa gent fet prendre les montengnes à destre et à senestre. La seule bataille estoit el mileu.En ce se fioient que nos genz ne pooient monter à aus por les tertres qui estoient roistes et li sablom qui estoient mol ».

2.2.2. Tactiques

  • 537  Sur les affrontements entre Francs et Fatimides, voir W. J. Hamblin, Fatimid army, chap. V, VI et (...)

23Les armées turques et franques s’appuyaient avant tout sur des cavaliers lourds très entraînés et très efficaces, peu nombreux au début de la période que nous étudions car ils coûtaient cher. De leur attitude, finalement, dépendait la victoire. Mais l’infanterie jouait également un rôle important de soutien et, parfois, offensif. Dès leur arrivée au Proche-Orient, les Francs connurent des difficultés face aux armées turques qui leur furent opposées. Cela fut moins le cas lors de leurs affrontements face aux Fatimides537.

a.– Rappel : limites des textes narratifs médiévaux ; les principes immuables

24La lecture attentive des sources conduit à une conclusion simple : il est impossible de reconstituer le déroulement d’une bataille médiévale avec précision. Par-delà les tendances de certains chroniqueurs à faire de leurs récits de bataille des morceaux d’épopée ou l’habitude de certains autres de censurer l’information afin de ne pas critiquer le prince auquel ils étaient attachés, il faut reconnaître que tous cherchaient à rédiger un récit organisé, compréhensible pour leurs lecteurs. Pour cela, ils devaient éviter de présenter une information trop clairsemée ou trop abondante et faire le tri entre les témoignages qui leur paraissaient par trop incompatibles. En effet, pour être compréhensible, il fallait rester cohérent. Enfin, les auteurs les mieux outillés intellectuellement intégraient les informations sélectionnées dans un cadre narratif dont ils avaient la plupart du temps hérité par leurs lectures et, pour les auteurs arabes, leur habitude de compiler des ouvrages antérieurs. Il faut donc se contenter de rechercher dans les chroniques ce qui peut aider à comprendre le rôle de chacun sur le champ de bataille.

25En revanche, les traités militaires d’al-Harṯamī, al-Ṭarsūsī et al-Harawī, complétés par quelques lignes du Sirāǧ al-mulūk d’al-Ṭurṭūšī, proposent des schémas théoriques, comme les écrits des stratégistes byzantins. On ne peut les négliger, tout en gardant à l’esprit qu’on ne sait pas vraiment à quel point ils renvoient à des situations concrètes. Et, lorsque c’est le cas, la difficulté essentielle tient à ce qu’une datation de ces situations est difficile. Néanmoins, un certain nombre de correspondances avec les chroniques peut être repéré. De ces dernières, il faut dépasser leurs caricatures. Bien souvent, chacun des belligérants y est sommairement caractérisé, par commodité, par l’une des tactiques qu’il employait. Or la fuite simulée, par exemple, si souvent mise en avant en ce qui concerne les armées musulmanes, était également pratiquée par les armées chrétiennes. En fait, la différence entre ces armées semble bien avoir tenu à la mobilité des premières et à la lourdeur des secondes, du moins au début de la période qui nous concerne. Après le choc des premières rencontres, l’enjeu principal, pour les unes comme pour les autres, fut de s’adapter aux qualités de l’adversaire.

b.– Les traités militaires arabes : l’ordonnancement des armées musulmanes
  • 538 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. XI, p. 26 : « Qālū : aṣl aǧzā’ al-ta‘bi’a ṯalāṯa : al-qalb … wa l- (...)
  • 539 Tabira arbāb al-albāb, éd. K. Sader, p. 224 ; trad. (ici modifiée) Cl. Cahen, p. 148.

26Les sources narratives arabes font de la disposition des armées musulmanes en centre/aile droite/aile gauche un principe immuable. Il en va de même des sources didactiques. Al-Harṯamī distingue trois corps (centre/droite/gauche) eux-mêmes divisés en trois autres corps sur le même modèle (centre/droite/gauche)538. Al-Ṭarsūsī affirme que539 :

  • 540  Régulièrement utilisé dans les chroniques, ce mot y renvoie aux avant-gardes ou simplement aux écl (...)

« Parmi les principes figure l’arrangement du ḫamīs (soit l’armée organisée en cinq parties : avant-garde, centre, gauche, droite, arrière-garde) en centre (qalb), droite (maymana) et gauche (maysara). Parmi les détails d’application (al-furū‘), il y a les ailes, les corps francs (al-ṭalā’i‘)540, les embuscades ».

  • 541 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 249-250 (texte arabe). Voir la traduction de ce passage plus haut, ch. (...)
  • 542 Mutaar siyāsat al-urūb, chap. XIX, p. 36 ; W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 162.
  • 543 Ibid., chap. XI, p. 26.
  • 544 Ibid., chap. XIX et XX, p. 36-38.
  • 545 Al-takira al-harawiyya, loc. cit.

27Quant à al-Harawī, il recommande au prince de placer les abṭāl au centre puis les hommes de confiance à l’aile droite et à l’aile gauche541. Mais si cet auteur s’en tient là, al-Harṯamī ajoute à cette division l’avant-garde et l’arrière-garde, chacune pouvant être subdvisée ; les bagages (al-aṯqāl) sont dans l’arrière-garde542. Trente ṣinf-s (corps auxquels des fonctions précises ou non sont attribuées) sont distingués543. Les meilleurs soldats (ahl al-taǧārub wa l-ba’s) doivent être placés aux premiers rangs, au centre, à droite, sur les flancs et dans un corps de réserve ; les moins expérimentés sont chargés des bagages (al-aṯqāl)544. Puis al-Harṯamī, qui copie sans doute un traité classique, attribue des tâches précises à différents officiers. Moins précis, al-Harawī préconise également la constitution d’un corps de réserve, constitué notamment des meilleurs des soldats, ainsi que d’un corps des plus expérimentés d’entre eux545.

  • 546 Ibid., chap. XI, XIV, XX, p. 29, 37, 41 ; W. J. Hamblin, op. cit., p. 163.
  • 547 Tabṣira, K. Sader, Beyrouth, 1988, p. 224-225, 233 ; éd. et trad. Cl. Cahen, p. 125-126 (texte arab (...)

28Les principes d’organisation d’al-Harṯamī renvoient à une armée très sophistiquée dont on peut douter qu’elle ait jamais existé. D’époque abbasside, son traité s’inspire très fortement d’écrits antérieurs grecs ou persans. Comme les autres didacticiens, il propose ensuite un ordre de bataille théorique dont il ressort surtout que l’infanterie devait précéder la cavalerie pendant la bataille, et notamment les archers (al-raǧǧāla al-nāšiba) et les lanceurs de javelines546. Al-Ṭarsūsī ne dit rien de différent dans un long passage où il propose un ordonnancement des troupes547 :

  • 548  Grand bouclier que D. Nicolle, ibid., p. 592 et note 2, rapproche du mantelet. Peut-être l’arme ve (...)
  • 549 Tabṣira, trad. Cl. Cahen, p. 137 (voir également le commentaire) où l’on apprend que la ṭāriqa, pl. (...)
  • 550 Nabl, pl. nabāla : flèche de bois dur. D. Nicolle, loc. cit., note 6 p. 593, propose de voir la men (...)
  • 551  En fait« wa ya‘ūǧu bihim ilā sawādihim », que Cl. Cahen traduit plus littéralement « et les fait r (...)
  • 552  Sur tous ces mots, voir supra, ch. 3.
  • 553  La traduction de D. Nicolle, loc. cit., p. 593, s’éloigne du texte afin, semble-t-il, d’être le pl (...)

« Il faut placer le fantassin (al-rāǧil) devant le cavalier (al-fāris) afin qu’il constitue pour lui comme une forteresse (ḥiṣn) protectrice. Devant chaque piéton, il faut dresser une ǧanuwiyya548, une ṭāriqa549 ou un parapet (sitāra) qui le protège contre ceux qui l’attaquent à l’épée, à la lance ou à la flèche. Devant chaque groupe de deux de ces hommes, qu’on place un tireur, soit à l’arc (bi-qaws yad), soit à l’arbalète (ǧarḫ), soit à la nabāla550. Qu’il tire s’il apparaît une occasion d’atteindre l’ennemi ou s’il y a dans le rassemblement allié un désordre. Le rôle [des archers] est de repousser la charge des assaillants lancés contre eux lorsqu’ils accélèrent et se dirigent sur eux. Car le jet de leurs flèches (sihām) les éloigne de leur but, les fait rebrousser chemin et les renvoie de là où ils viennent551. Que la cavalerie et les abṭāl se tiennent derrière eux, éloignés du danger [par] les ḥumāt ; les šuǧ‘ān, derrière eux, attendent de charger552.
Lorsqu’ils s’y mettent et s’y accrochent, on leur ouvre, par resserrement des hommes les uns contre les autres, une ouverture (bāb) par où charger553. Que cela se fasse dans le calme et la tranquillité en priant Dieu, en silence et les yeux baissés, de procurer la victoire. Lorsque les cavaliers rentrent de leur charge et refluent vers leur point de départ, les piétons regagnent pareillement leur place et se réajustent les uns aux autres comme les pièces d’une construction.
[…]
Lorsqu’on arrange les rangs (maṣāffāt), il est nécessaire de regrouper les soldats en escadrons (aǧnād karādīs) et les cavaliers (fursān) fanion par fanion (‘alam ‘alam), bataillon par bataillon (ḫamīsḫamīs) lorsque l’habitude de l’ennemi est de charger en bloc et de considérer, pour le choc, les katāi’b (détachements) dans leur ensemble – comme c’est le cas des maudits Francs et ceux qui leur ressemblent. En effet, la disposition de ces rangs leur convient bien. Cette disposition embarrasse et stupéfie [cet ennemi] parce que lorsqu’ils chargent l’un des détachements (katība min al-katā’ib) et s’en approchent, les autres unités les attaquent de tous les côtés (min kull ǧānib) et les encerclent. Le combat (al-ḥarb) leur vient de toutes les directions (min ǧamī‘ al-nawāḥī), les entreprend dans tous les sens.
C’est cela qui est la cause du succès. La gravité de l’action exercée contre eux ouvre le chemin à leur affaiblissement et à leur défaite. Tout cela grâce à la valeur de cette disposition (tadbīr). »

29Si, de toute évidence, al-Ṭarsūsī se sert de travaux antérieurs, il cherche tout de même à les adapter à la situation qui prévalait depuis l’arrivée des Croisés, nommément désignés comme l’ennemi par excellence (al-Firanǧ, alors qu’al-Ṭurṭūšī, dont il va être question, parle de Rūm). On pourra arguer de l’esprit finalement défensif qui découle de son texte : il s’agit avant tout de soutenir le choc de la charge ennemie (franque) dans les meilleures conditions possibles. Sur ce plan, on notera les déplacements latéraux exigés par la volonté d’encerclement de l’ennemi en train de charger. Mais il est également question d’attaque, des cavaliers lourds se tenant prêts à charger derrière les ǧanuwiyya des fantassins. Ces derniers jouent un rôle fondamental, signe peut-être du caractère conservateur du texte et du fait que la disposition proposée était d’essence fatimide. En fait, le champ de bataille d’al-Ṭarsūsī ressemble à s’y méprendre à un jeu d’échec, référence indirecte y étant d’ailleurs faite puisque « les piétons regagnent pareillement leur place et se réajustent les uns aux autres comme les pièces d’une construction ».

  • 554 Sirāǧ al-mulūk, éd. Ǧa‘far al-Bayātī, Londres, 1990, p. 308-309. Une traduction partielle de l’extr (...)

30À la comparer aux quelques lignes consacrées, dans le Sirāǧ al-mulūk d’al-Ṭurṭūšī (fin du Ve/XIe siècle), à « la meilleure disposition que nous ayons vue dans notre pays (bilād) », l’on ne peut qu’être frappé des analogies – tout particulièrement en ce qui concerne l’infanterie. En effet, selon l’auteur andalou les fantassins doivent se placer en première ligne, armés de « boucliers complets » (al-daraq al-kāmila), de longues lances et de javelots, sur plusieurs rangs (ṣaff), la lance fichée au sol, pointe en avant. Chacun d’entre eux a le genou au sol et le bouclier à la main. Derrière eux, se trouvent les « archers d’élite (al-rumāt al-muḫtārūn) dont les flèches (sahm) peuvent percer des cottes de mailles (durū‘) ». Enfin, en troisième ligne, viennent les cavaliers, beaucoup plus négligés que dans la Tabṣira. La tactique préconisée par al-Ṭurṭūšī est donc encore plus défensive que celle d’al-Ṭarsūsī, dont elle diffère finalement peu, même si la cavalerie est plus importante dans la Tabṣira. Il s’agit toujours de soutenir le choc de la charge des ennemis par une pluie de traits (flèches, javelines) puis de laisser s’empaler leurs chevaux sur les lances fichées au sol. Enfin, les fantassins s’étant écartés, les cavaliers peuvent charger554.

  • 555 Al-taḏkira, éd. p. 249.

31Quant à la Taḏkira d’al-Harawī, plus tardive, elle continue de placer l’infanterie devant la cavalerie555 :

  • 556  À nouveau, distinction entre rumāt et nabāla, ce qui pourrait signifier que différents types d’arc (...)

« Que l’infanterie (al-raǧǧāla), les archers (rumāt), les lanceurs de flèches nabāla556, les lanceurs de javelines (zarrāqūn) et de lances courtes (ḥarrābūn) précèdent la cavalerie. »

  • 557 Al-taḏkira, loc. cit. ; trad. p. 233.

32Mais un poids bien plus important est accordé à la cavalerie – et parmi elle aux troupes d’élite, al-šuǧ‘ān et al-abṭāl, sur lesquelles repose le poids de la bataille. Grande nouveauté, les unités tactiques appelées ṭulb (pluriel aṭlāb) regroupent les cavaliers (du moins n’est-il pas question de fantassins). Accent est mis sur la mobilité – le prince doit pouvoir déplacer ses hommes comme des pions sur un échiquier en fonction des mouvements de l’ennemi. Dans ce cadre comme pendant toute la bataille, fantassins et cavaliers opèrent en étroite corrélation. La tactique préconisée est de laisser l’adversaire donner l’assaut (les meilleures troupes étant opposées à son avant-garde) ; concomitamment, une attaque de flanc contre le secteur apparu le plus faible doit être menée. Une fois l’ennemi enfoncé, tous les efforts doivent être portés sur ce secteur. Le corps de réserve ne doit néanmoins pas intervenir557 :

« Que le prince (al-malik) observe l’armée de son adversaire au moment où elle l’attaque et se précipite sur lui, afin qu’il fasse charger [les cavaliers] et envoyer les fantassins (riǧāl) contre le côté qu’il aura vu dégarni et le secteur qui lui aura paru faible. Si, en effet, [ce secteur] tremble, s’agite, prend peur et se trouble, que ses hommes l’attaquent et l’ébranlent sous le choc. Si ce secteur ensuite lâche pied, cède et se débande, que le prince mande des officiers (muqaddam) et une troupe de réserve (fi’a, plutôt que fī’a) de combattants pour leur faire poursuivre les fuyards. Pendant ce temps, l’embuscade (kamīn, il s’agit du corps de réserve), qui se trouve derrière lui, assiste à ce qui se passe sans se jeter dans le péril, car elle constitue un capital (ra’s al-māl) et celui qui conserve son capital ne saurait perdre. »

33Ce texte (et le reste du chapitre) témoigne d’une prise en compte supérieure de la cavalerie lourde, turque essentiellement (même s’il n’est pas question d’Atrāk), véritable « reine des batailles ». Les fantassins, dont le rôle n’est pas négligé, ne semblent plus jouer un rôle passif. Écrit à l’époque de Saladin, il paraît entériner les évolutions qui avaient cours depuis l’apparition des combattants turcs polyvalents sur les champs de bataille. Progressivement, au cours du VIe/XIIe siècle, ces mamelouks étaient devenus plus nombreux pendant que leur équipement se perfectionnait. En revanche, les aṭlāb posent problème ; ils paraissent former une unité tactique, mais al-Harawī ne dit en rien de quelle manière ils combattaient. L’hypothèse la plus plausible est qu’ils comportaient un certain nombre de cavaliers qui, sur le champ de bataille, menaient leurs opérations de concert. Comme ils semblent apparaître sous les Zankides, il n’est pas difficile de voir en cette apparition une réponse aux « batailles » ou aux échelles franques, solidaires, compactes et efficaces. Mais rien, dans les textes narratifs non plus que dans la Taḏkira d’al-Harawī, ne permet de l’affirmer.

c.– L’ordonnancement des armées franques ; unités tactiques

34On ne dispose pas, pour les armées franques, de sources du type des traités militaires arabes. Même les Retraits de la règle du Temple ne cherchent pas à présenter de schéma théorique. L’on y trouve néanmoins quelques précisions. De même, les textes narratifs permettent de se représenter, grosso modo, la façon dont les armées se présentaient au combat.

  • 558  J.-F. Verbruggen, « La tactique militaire des armées de chevaliers », Revue du Nord, t. XXIX, 1947 (...)
  • 559 Histoire anonyme de la première croisade, p. 150-153.

35On caractérise le plus souvent les Francs par le fait que leurs tactiques reposaient essentiellement sur l’offensive, offensive menée par la cavalerie : le choc, l’enfoncement de l’ennemi constituaient, depuis des temps reculés, l’objectif des cavaliers lourds558. Ces charges étaient menées par des « batailles » que dirigeaient, pendant la première croisade, les différents chefs de la croisade. Ces « batailles », ou « corps », que plusieurs chroniqueurs latins nomment acies, étaient de nombre variable ; s’y mêlaient fantassins et cavaliers. Elles étaient mises en place avant la bataille, comme lors de la bataille d’Antioche, le 28 juin 1098559 :

« Puis, six corps de batailles (acies) furent établis à l’intérieur de la ville. Dans le premier qui marchait en tête se trouvait Hugues le Maisné avec les Français et le comte de Flandre ; dans le second, le duc Godefroy avec sa troupe ; dans le troisième, Robert de Normandie avec ses chevaliers ; le quatrième était commandé par l’évêque du Puy, qui portait avec lui la lance du Sauveur : il avait avec lui sa gent et l’armée de Raymond, comte de Saint-Gilles, qui demeura en haut à la garde du « château », par crainte des Turcs, pour les empêcher de descendre dans la ville ; le cinquième corps comprenait Tancrède, fils du marquis, avec sa gent ; le sixième le prud’homme Bohémond avec sa chevalerie (milicia). »

  • 560 Ibid., note 3 p. 151. Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 259 ; Foucher de Chartres, H (...)
  • 561  Longuement : ibid., surtout p. 280-294. Les sources latines sont très embrouillées ; il ne semble (...)
  • 562 Op. cit., p. 427.
  • 563 Chronique, RHC, Arm., t. I, p. 43.
  • 564 Liber, RHC, Occ., t. III, p. 259.
  • 565 Crusading warfare, p. 173. En Syrie, cela avait déjà été le cas, par exemple pendant la bataille qu (...)

36En fait, les sources latines ne s’accordent pas sur le nombre de divisions mises en place par les Croisés : quatre pour Raymond d’Aguilers (présent comme porte-étendard de l’évêque du Puy) et Foucher de Chartres (celui-ci dépendant de celui-là), douze pour Albert d’Aix, cinq pour Anselme de Ribemont560. Cette bataille, que John France a récemment essayé de reconstituer561, est importante à bien des égards. Ce fut, finalement, la seule bataille d’envergure que les Croisés livrèrent en Syrie face aux Turcs. En partie privés de chevaux (mais il faut prendre avec précaution les chiffres des chroniqueurs latins ; Albert d’Aix, par exemple, soutient que l’armée n’en avait réellement à disposition que cent cinquante à deux cents562 ; ce chiffre est à comparer avec les quinze mille cavaliers dont parle Matthieu d’Édesse563), les Francs se seraient largement appuyés sur l’infanterie. Avertis des qualités des Turcs (depuis Dorylée, sans compter les mises en garde d’Alexis Comnène), ils auraient cherché à provoquer le combat rapproché le plus vite possible. Enfin, aux dires de Raymond d’Aguilers, leurs quatre « batailles » (pour peu qu’on accepte ce nombre) étaient divisées chacune en deux escadrons dans lesquels se trouvaient des cavaliers et des piétons. L’infanterie fut placée devant les cavaliers, en guise de protection564. R. C. Smail remarque565 :

« For the first time on a Syrian battlefield, they were posted in a battle station which was to be normal to them throughout the century ».

  • 566 Histoire anonyme de la première croisade, p. 214-215.
  • 567 Ibid.

37Plus tard, lors de la bataille d’Ascalon, face aux Fatimides (août 1099), les piétons francs furent à nouveau placés devant les cavaliers. Des « piétons et des archers », précise l’auteur anonyme des Gesta, qui engagèrent le combat avant que les Francs ne chargent566. À Antioche, Bohémond, qui avait pris la direction des opérations, fit de la quatrième division une réserve. Dans une belle unanimité, les sources latines célèbrent son commandement. Il semble avoir fait en sorte de provoquer le combat rapproché le plus vite possible et avoir réussi (si l’on s’en tient aux sources latines, les seules sur lesquelles on peut réellement s’appuyer) à éviter l’encerclement que Karbūqā aurait projeté : les flancs de l’armée étaient couverts par des obstacles naturels, et toute attaque venue de l’arrière avait été prévue567.

  • 568  Surtout Raymond d’Aguilers, op. cit., p. 303, et Histoire anonyme de la première croisade, p. 212 (...)
  • 569  Cf. Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », CRAIBL, 1935, reproduit dans Orien (...)
  • 570  Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, L. I, p. 91 sq. ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 178.

38Cette division en « batailles » n’excluait en rien une disposition, sur le champ de bataille, en centre/aile droite/aile gauche. Même s’il est difficile de débrouiller les textes, sans doute à Ascalon en 1099, l’armée franque se rangea-t-elle en trois « batailles » – la droite sous le comte de Toulouse, le centre avec le comte de Normandie, le comte de Flandre et Tancrède, la gauche enfin, commandée par Godefroy de Bouillon568. C’est ainsi que les armées franques furent disposées, selon Ibn Abī Ṭayyi’, lors de l’affrontement qui opposa Baudouin du Bourg, comte d’Édesse, Josselin de Courtenay, seigneur de Tall Bāšir et leur allié (et ancien geôlier) Ǧāwalī à Tancrède et Riḍwān, près de Tall Bāšir, « en un lieu dit A’(b)r », en 1108. Le chroniqueur musulman (le seul à s’étendre sur ces événements) dit que Sunqur Dirāz, l’un des hommes de Ǧāwalī, fut placé à l’aile droite par Tancrède569. Lors de la première bataille de Tall Dānīṯ, en 1115, Roger d’Antioche divisa ses batailles (acies) en centre/aile droite/aile gauche qui ne progressèrent pas au même rythme, sur le champ de bataille. Lui-même commandait au centre570.

  • 571  J.-F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 75.
  • 572 Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, chant VIII, 32, t. II, p. 238 (« Et les autres échelles de la fam (...)

39Ces « batailles » étaient elles-mêmes en partie composées de petites unités de cavaliers accolées, dirigées par un homme d’armes entouré de ses hommes. Les sources vernaculaires évoquent alternativement les conrois, les batailles, les eschieles571. Dans la Chanson d’Antioche, les hommes se dirigeaient au combat en « échelles »572 :

« Et les autres eschieles du barnages des FransSerréément chevaucent soef leur pas alans.
Li prince les conduient sur les destriers movans,N’i a de wide terre là où chéist uns gans. »

  • 573 Eracles, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25, p. 925.

Avant la bataille d’al-Bābayn, les Francs furent disposés en conrois, chacun étant dirigé par un « bon chef »573:

« Li nostre qui plus savoient d’armes se trestrent avant, leur gent mistrent en conroi, bon chevetainne (pour chevetaigne, chef) baillierent à chascune bataille. »

  • 574 Retraits (Curzon). Voir également no 121 et 122.
  • 575  J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 76 et note 293.
  • 576  Cl. Gaier, « La valeur militaire des armées de la première croisade », dans M. Rey-Delqué (dir.), (...)

40En fait, ce terme conrois revient régulièrement sous la plume du traducteur médiéval de Guillaume de Tyr, ce qui montre que de telles unités devinrent peu à peu la norme. Il est probable que le professionnalisme grandissant accéléra l’adoption de ces unités qui avaient montré leur efficacité. Quant au nombre d’hommes qui les composaient, l’on dispose de peu d’indices ; peut-être fut-il variable. Dans les Retraits de la règle du Temple, où il est régulièrement question des eschieles, aucune définition précise n’en est donnée ; on apprend tout de même, dans les articles 164, 165 et 166, que chaque commandeur d’échelle, qui disposait d’un gonfanon (une bannière), pouvait commander jusqu’à dix chevaliers574. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, en Europe, apparurent les chevaliers « bannerets » qui commandaient à des unités de vingt chevaliers575. Chacune de ces unités, théoriquement composées de vassaux, arborait l’insigne de seigneur. Dès lors, elles présentaient une cohésion multiple, basée sur des liens personnels, vassaliques et, au moins au début de la croisade (peu à peu, les armées se mêlèrent), ethniques576.

  • 577 J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 209-210, fondamental.
  • 578 La tactique au XIIIe siècle, Paris, 1886, vol. II, p. 5 et 519. Cf. R. C. Smail, op. cit., p. 200-2 (...)
  • 579  Gautier le Chancelier, loc. cit. ; Chanson d’Antioche, loc. cit. ; R. C. Smail, loc. cit.
  • 580 Cf. J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 209 (avec schéma).
  • 581  Cf. également R. C. Smail, op. cit., p. 181. Pour Tall Dānīṯ, voir encore Th. S. Asbridge, S. B. E (...)

41Quant à l’attaque, l’on ne sait pas forcément de quelle manière elle était menée. La question qui a été posée est celle de l’attaque en « échelon » dont les sources ne parlent pas forcément : les unités situées en première ligne chargeaient, immédiatement remplacées par celles qui se trouvaient à droite et à gauche, qui formaient ainsi une nouvelle ligne. Ces unités pouvaient donc, le cas échéant, réagir aux manœuvres ennemies (surtout aux attaques sur les flancs), de même qu’elles étaient prêtes à attaquer sur les flancs. La principale conséquence de l’adoption d’une telle tactique était d’élargir le champ de bataille577. Henri Delpech a soutenu qu’il n’avait pas trouvé mention d’attaques en échelons578. Il est vrai que les sources ne s’étendent guère ; il faut bien souvent lire entre les lignes, par exemple celles des Bella Antiochena pour la bataille de Tall Dānīṯ (1115). En fait, on s’accorde pour considérer que l’attaque en échelons fut pratiquée, notamment contre Karbūqā (1098) et à Tall Dānīṯ (1115)579, ainsi qu’à Hāb, en 1119, où Baudouin étala ses forces580. Lors de cette bataille, le roi de Jérusalem se tenait en réserve sur la troisième ligne. Une telle disposition des troupes montre que les Francs (ici, le roi) ne comptaient pas seulement sur une attaque frontale, verticale, mais qu’ils se laissaient la possibilité d’intervenir contre les flancs de l’ennemi581.

  • 582 Eracles, loc. cit.
  • 583 R. C. Smail, Crusading warfare, p. 112 : « They were recruited to supplement the ever insufficient (...)

42Il faut cependant se garder d’une part de généraliser, d’autre part de trop schématiser. Les attaques ne se faisaient pas simultanément et il fallait tenir compte de l’ennemi. De même, la communication entre les unités n’était pas forcément très bonne. Le récit de la bataille d’al-Bābayn par Guillaume de Tyr donne même l’impression que ces communications avaient été rompues, ou tout au moins qu’elles étaient insuffisantes. Le roi dut attendre longtemps avant de savoir ce qu’il en était advenu de l’ensemble de ses hommes582. De toute façon, on ne combattait pas toujours en ligne ; parfois l’attaque se faisait en colonnes (lorsqu'on était attaqué pendant la marche). Enfin, se pose le problème des unités alliées (arméniennes, grecques) ou de mercenaires, tels les Turcoples, qui paraissent avoir surtout constitué la cavalerie légère. Tous ces combattants sont si souvent ignorés par les chroniqueurs latins (de même que par leurs pairs musulmans) qu’on ne sait pas comment se faisait leur intégration. Il faut se contenter de supposer qu’ils étaient utilisés de la même manière que les milites583.

d.– Principales tactiques employées
  • 584  Voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, p. 660.
  • 585 Historia, RHC, Occ., t. III, L. II, 2-3, p. 373-375 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. (...)

43Les traités militaires et les textes narratifs permettent de dégager un certain nombre de principes généraux584. La victoire revenait à l’armée qui avait réussi à rompre les lignes adverses et à prendre le dessus pendant la mêlée. À moins qu’il ne meure pendant cette mêlée, le chef d’armée ordonnait la retraite dès qu’il constatait que ses troupes avaient peu de chance de renverser la tendance. C’était une manœuvre très difficile, rarement réussie. Selon Foucher de Chartres (et, secondairement, Albert d’Aix), Baudouin de Boulogne parvint à se retirer sans trop de difficultés, en 1100, près de Beyrouth. Il s’était aperçu que ses hommes se heurtaient à un ennemi bien organisé, solide, dont les lignes tenaient bon. À la tombée de la nuit, il ordonna de cesser le combat et de se retirer. Mais il n’alla pas très loin puisque les tentes furent dressées le plus près possible des musulmans, de manière à les surveiller. Mais ces musulmans apparaissent bien passifs dans le récit de Foucher585. En général, la retraite était coûteuse en hommes et en matériel ; l’ennemi poursuivait son avantage. Souvent, d’ailleurs, elle s’imposait au chef d’armée, une partie de ses troupes ayant pris la fuite. Il avait alors perdu la maîtrise de la situation.

  • 586 . Parmi les sources arabes, voir Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 132-133 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t.  (...)
  • 587  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. III, p. 262-263, et plus encore Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuǧūm al-hira(...)
  • 588 Ibid. Noter qu’Ibn al-Aṯīr donne le beau rôle à Šīrkūh (effectivement le chef d’armée), alors que l (...)

44Différents types d’attaques étaient possibles. La charge frontale était privilégiée par les Francs. Les cavaliers, lourdement armés, chargeaient violemment selon une ligne perpendiculaire au front de bandière, pénétraient les rangs ennemis et semaient mort et désolation. L’infanterie, qui suivait plus lentement, venait ensuite prêter la main aux cavaliers. La plupart du temps, l’attaque était ciblée. On portait l’effort sur un point particulier des lignes ennemies jugé plus faible ou plus important, par exemple parce qu’on supposait que le chef adverse s’y trouvait. Les Francs semblent avoir régulièrement pratiqué ce type d’attaque puisque, selon certaines sources, à al-Bābayn (562/1167), Šīrkūh aurait disposé ses troupes parce qu’il savait qu’ils avaient l’habitude de procéder ainsi586. Il décida d’affaiblir le centre et d’ordonner aux hommes qu’il y avait placés de se débander. Effectivement, Amaury les culbuta et les poursuivit. Šīrkūh put se consacrer aux deux ailes franques avec les meilleures des troupes et remporter la victoire. Mais, pour d’autres auteurs, c’est Šāwar qui aurait agencé l’armée égypto-franque587. La charge sur le centre eut bien lieu, de même que l’enfoncement. Les Francs parvinrent aux bagages qu’ils pillèrent ; pendant ce temps, Saladin chargea Šāwar, le mit en déroute, puis fut rejoint par son oncle avec lequel ils se retournèrent contre les Francs et les battirent588.

  • 589 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 258-259.
  • 590  Sur la question des corps de réserve dans les armées chrétiennes (occidentales et orientales), voi (...)

45Servis par des chevaux moins lourds entraînés au changement de direction sous un cavalier moins lourdement armé, les musulmans pouvaient également charger selon des lignes obliques, par exemple à la jonction entre deux corps. Mais généralement, ils préféraient effectuer une attaque enveloppante, sur les flancs. Les chroniqueurs latins et arabes font souvent état de tentatives d’« encerclement » des Turcs. C’est ce qui ressort, par exemple, du récit, par Ibn al-Qalānisī, de la victoire de Ṭuġtakīn sur Gervais de Basoche, en 501/1107589. Lors de la deuxième bataille de Tall Dānīṯ, indécise, il semble bien, selon Gautier le Chancelier, que les musulmans s’étaient disposés de manière à encercler les troupes du roi de Jérusalem. Poussé à son extrémité, ce type d’attaque débouchait sur les arrières. Les Francs parèrent à ce genre d’attaque en systématisant la présence d’un corps de réserve qui était commandé par le chef d’armée590. C’est à Bohémond, réputé pour son habileté tactique, qu’il revint de jouer ce rôle pendant la première croisade. Mais la réserve ne se contentait pas de surveiller les arrières (après que la cavalerie avait chargé, les fantassins pouvaient s’y consacrer) : elle constituait un recours permanent pour tout secteur en difficulté. Peut-être cette systématisation fut-elle une conséquence des difficultés nouvelles auxquelles les Francs furent confrontés en Orient. Un simple survol des chroniques latines le montre : ils furent très gênés par la mobilité des cavaliers qui leur furent opposés.

  • 591 Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 26.
  • 592  Parmi les sources arabes, voir Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 143 et suivantes. N. Élissée (...)

46Les généraux musulmans prenaient également garde à constituer un corps de réserve. Mais il n’avait pas forcément la même fonction. Il pouvait certes intervenir une fois la bataille bien engagée, alors qu’il fallait porter l’estocade. C’est ainsi qu’au plus fort de la bataille qui opposa al-Bursuqī (et al-Mustaršid) à Dubays, en 517/1123, le premier fit charger le corps conservé en réserve sur les arrières du second591. Mais cette « réserve » pouvait également constituer, simplement, une embuscade qui était utilisée en cas de fuite simulée. Cette tactique fut très régulièrement employée par les armées chrétiennes (à Hastings, déjà, par Guillaume le Conquérant) et, surtout, par les musulmans. La dérobade d’un corps d’armée (ou de toute l’armée) provoquait une poursuite effrénée, mais une troupe embusquée surgissait, ce qui permettait d’une part d’attaquer les poursuivants de flanc (ou par l’arrière), d’autre part de les prendre en tenaille, les cavaliers poursuivis s’étant retournés et étant repartis à l’assaut. Malgré leur méfiance, les Francs furent encore pris au piège de la fuite simulée par Nūr al-dīn, en 559/1164592. Ils avaient concentré leur attaque sur un point de l’armée musulmane, à savoir l’aile droite où se trouvaient l’armée d’Alep et celle de Ḥiṣn Kayfā. Comme prévu, elles cédèrent et se débandèrent. Les Francs lespoursuivirent et tombèrent sur les hommes de Zayn al-dīn ‘Alī Kūǧak, que Nūr al-dīn avait pris soin d’embusquer. Encerclés, séparés des fantassins, ils ne purent supporter la violence du combat et furent défaits.

  • 593 J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 215.

47À cette occasion, Nūr al-dīn avait réussi à séparer cavalerie et fantassins francs, ce qui semble avoir été important car à la fin de la période qui nous occupe, ils combattaient en étroite interdépendance. Déjà, en 1102, une défaite des chevaliers de Baudouin Ier avait notamment été causée par le fait que les chevaliers avaient combattu sans fantassins593.

2.2.3. Le témoignage des chroniques : déroulement des batailles

a.– La bataille médiévale : schéma théorique
  • 594  Suggestifs : Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 660-661 ; id., « La fortune politique du c (...)

48Il est aisé de retrouver, dans les sources narratives arabes, les évolutions tactiques décrites par les didacticiens arabes. Bien que souvent caricaturales, les chroniques latines vont généralement dans le sens de la mobilité des ennemis auxquels les Croisés durent faire face. Malheureusement, comme les chroniques arabes d’ailleurs, elles oublient trop souvent les fantassins. La plupart des batailles que toutes décrivent peuvent être schématisées594.

  • 595  Toutes les sources font état de cette préparation. Voir notamment Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, (...)
  • 596 Bella Antiochena, RHC, Occ., t. III, L. I, p. 91-92 ; voir encore Th. S. Asbridge, S. B. Edgington, (...)
  • 597 Ibid., p. 111-112.
  • 598  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 338. Sur les expositions d’armes, voir égalem (...)

49Les troupes cheminent vers le champ de bataille. Avant même le départ, elles ont fait l’objet d’une intense préparation psychologique lorsque l’affrontement qui s’annonce a des allures de guerre sainte. Jeûnes, procession d’une église à une autre, confession, distribution d’aumônes et célébration de messes : les Croisés ne s’en allèrent pas affronter Karbūqā sans avoir été revigorés595. En 1115, avant la première bataille de Tall Dānīṯ, les âmes des guerriers et de tout le peuple d’Antioche furent confiées au patriarche de la ville et à l’évêque de Ǧabala. Messes, célébration de la croix, bénédictions aux troupes, absolution des péchés : le rituel reprenait celui qui avait cours pendant la première croisade596. C’est plus tard, malgré Zankī, malgré Nūr al-dīn, que « l’esprit de la croisade » s’étiola quelque peu. Pour l’heure, Gautier le Chancelier insiste encore sur la « guerre juste ». Comme, d’ailleurs, dans le récit qu’il consacre à la bataille de l’Ager sanguinis. Une défaite, alors qu’à nouveau on s’était livré à Dieu, qu’on avait attentivement écouté le sermon du patriarche597. En 552/1157, alors que la pression franque s’accentuait, que la trêve avait été rompue, Nūr al-dīn décida de regonfler le moral de ses troupes et des habitants de Damas qui allaient supporter l’essentiel du poids des expéditions annoncées. La ville et la citadelle furent embellies, de même que le palais du gouvernement, et les armes furent sorties des arsenaux, exposées durant sept jours – cottes de mailles, casaquins, boucliers, épées, lances… Exposer sa puissance, donner l’espoir (amal) contre l’infidèle (al-kafara), préparer les esprits : tels étaient les objectifs de cette exposition598.

  • 599 Bella Antiochena, op. cit., L. II, 2, p. 101-102.
  • 600 Ibid., L. II, 4, p. 107. Voir la traduction de la harangue dans Th. S. Asbridge, op. cit., p. 124-1 (...)
  • 601 Zubda, t. II, p. 188 sq.Un soldat aurait déclaré : « [Dire que] nous sommes venus de nos pays pour (...)
  • 602  Par exemple : Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. et trad. C. Hillenbrand, p. 124.

50Le camp a été installé, parfois « fortifié » (palissades, fossés…) lorsqu’on craint une attaque de l’ennemi599. L’on se met en route. Bientôt le champ de bataille. La mise en ordre des troupes. À nouveau, il faut s’adresser à elles, les motiver. Le chef prend donc la parole, les harangue. Il peut leur promettre monts et merveilles. De la considération, un enrichissement personnel, des captifs et, surtout, des captives, tel Dubays à ses hommes, en 517/1123. Si l’ennemi est un « païen » ou un « infidèle » (selon que l’on est musulman ou franc), accent est mis sur l’essence religieuse du combat qui va se dérouler. Avant la bataille de l’Ager sanguinis, les hommes de Roger d’Antioche comme ceux d’Īl-Ġāzī durent écouter qui leur chef, qui un religieux leur expliquer l’importance du combat qui s’annonçait. Dès qu’il aperçut les étendards des « païens », le premier invectiva ses soldats auxquels il rappela qu’ils étaient des milites christi, que ce n’était que pour Dieu, et lui seul, qu’ils allaient combattre600. Quant à Īl-Ġāzī, devant l’impatience de ses émirs, selon Ibn al-‘Adīm, il leur fit (ainsi qu’aux « commandants ») renouveler le serment de combattre avec sincérité et fermeté, de ne pas reculer et d’offrir leur vie pour le ǧihād. Présent, Ibn al-Ḫaššāb, le cadi d’Alep, perché sur un rocher et la lance à la main, haranguait les troupes, suscitant circonspection et ironie chez certains, réussissant finalement à suffisamment émouvoir pour que des larmes perlent601. Dans les armées musulmanes, un qāḍī l-‘askar était, en général, chargé de la santé morale des troupes602.

  • 603 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 220. Sur cette bataille, voir C. Hillenbrand, « al-Mustarshid bi’llāh (...)

51Les deux armées se font face ; chacune occupe une étendue vaste et profonde. Plusieurs lignes de bataille (voir le schéma de la bataille de Hāb ci-dessus et le texte d’Ibn al-Ǧawzī ci-dessous) se succèdent ; la plupart du temps (toujours, apparemment, pour ce qui est des armées musulmanes), elles sont divisées en une aile droite, un centre et une aile gauche. Lorsque l’un des belligérants dispose ses troupes sur une seule ligne, cela est suffisamment inhabituel pour que le chroniqueur le signale. Ainsi de Dubays b. Ṣadaqa face à Āq Sunqur al-Bursuqī et au calife al-Mustaršid, en 517/1123603 :

« Ils campèrent à al-Mubāraka ; puis al-Bursuqī rangea ses troupes en ordre de bataille. Le calife se tint derrière l’ensemble avec sa suite. Dubays disposa ses hommes (aṣḥāb) sur une seule ligne (ṣaff), [en la divisant] en aile droite, aile gauche et centre. Il mit l’infanterie (al-raǧǧāla) devant la cavalerie, avec les armes (al-silāḥ, mais l’extrait suivant d’Ibn al-Ǧawzī permet de comprendre qu’il s’agit de boucliers). Il avait promis à ses hommes de piller Bagdad et de réduire les femmes à la captivité. Quand les deux armées se firent face, les hommes de Dubays se mirent en branle, précédés de servantes avec des tambourins (imā’ bi l-dufūf) et de mignons avec des instruments de musique (al-maḫānīṯ bi l-malāhī). On ne voyait, dans l’armée du calife, que des qārī’, des hommes qui louent Dieu et des hommes qui le prient. Et la guerre éclata. »

  • 604  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVII, p. 216.

Ce texte doit-être complété par celui d’où il est tiré, qui est un peu plus clair604 :

« Lorsqu’ils s’approchèrent, [Āq] Sunqur al-Bursuqī agença lui-même l’armée (al-‘askar) en ligne de bataille (ṣaff). [Ces lignes] s’étendaient sur près d’un farsaḫ de profondeur. Entre chaque ligne, il laissa un espace pour la cavalerie. Le cortège du calife se tint derrière eux, de manière à ce qu’il les voie et qu’eux le voient. Dubays mit ses troupes sur une seule ligne qu’il disposa en aile droite, aile gauche et centre. Il mit l’infanterie (al-raǧǧāla) devant les cavaliers, avec les grands boucliers (al-turās al-kibār). Lui se tint au centre, derrière l’infanterie, après avoir alléché ses troupes, leur promettant de piller Bagdad. »

  • 605 Th. S. Asbridge, op. cit., p. 124.
  • 606 Chanson d’Antioche, chant VIII, 30, éd. P. Paris, t. II, p. 235-236 ; M. de Combarieu du Grès, Croi (...)

52Les fantassins précèdent les cavaliers lourds. Ils forment une masse plus ou moins compacte à laquelle l’ennemi qui charge doit faire face. Peu mobiles, armés de lances ou d’épées, ils occupent et balisent le terrain. Ils protègent derrière une haie les chefs de l’armée et les cavaliers, ouvrent cette barrière pour les laisser attaquer, la referment derrière eux. Ils résistent par leur masse aux charges ennemies, avancent en cas de recul de l’adversaire pour occuper un nouveau terrain. En cas de victoire, ils font prisonniers ou massacrent les vaincus, pillent les camps. Certains fantassins, spécialisés – archers, arbalétriers, frondeurs605, crocheteurs de cavaliers… – sont redoutables et redoutés. Les archers criblent de flèches les combattants ennemis ; les carreaux d’arbalète font des ravages. Les musulmans font également usage de lanceurs de nafṭ qui sèment la panique dans les rangs ennemis. Devant Antioche, l’armée de Karbūqā semble avoir possédé de tels lanceurs606 :

« Or est Rainus ocis li chevalier courtois,Et li Rouges Lions s’en va par le caumois,O trente mile Turs sor les destriers morois.Li plus de sa maisnie portent le fu gregeois,En cofiniaus d’arain qu’il jetent sor François.Les destriers lor afolent et ardent lor conrois.Moult véissiés nos gens angoisseus et destrois ;Quant li vesques del Pui qui sages fu des lois,Parla à nos barons et crie à haute vois :“Baron, franc chevalier, ço seroit grans esplois,Sé nos sor cele gent chevaulchions demanois ;Car sé il longes vivent nostre en iert li sordois.Et jou irai devant, el nom de Sainte Crois.”Et li baron respondent : “Ce seroit bons et drois”.Robert de Normendie et li dus GodefroisOrent en lor compaigne et Bretons et TyoisLes chevaus eslaisièrent bruns et bais et morois ;Merveillos cos lor donent des espieus vienois,Les clavains lors desrompent et les jupes d’orfrois,Ne redoutent lor feu le quartier d’une nois.Diex ! tant i ot d’ocis et Persans et Indois !Envers la nostre gent est mauvais lor defois. »

  • 607  Par exemple, Histoire anonyme de la première croisade, p. 154-155 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, O (...)
  • 608 D. Nicolle, « The impact of the European couched lance on Muslim military tradition », Journal of t (...)

53Les cavaliers légèrement armés, bédouins ou autres auxiliaires, peut-être les Turcoples dans les armées franques, ferment les échappatoires, peuvent servir de réserve dans les armées musulmanes, font des mouvements rapides et désarçonnants. Leurs harcèlements ont marqué les chroniqueurs latins qui souvent en font mention, déplorant le mal que leurs « javelots » et leurs « flèches » causaient dans les rangs francs607. Turcomans, ils excellent au tir à l’arc. Arabes, c’est plutôt de la lance qu’ils se servent608. Leur cible première : les chevaux, moins difficiles à tuer que les cavaliers, si diminués lorsqu’ils sont à pied. Face aux Francs, il s’agit notamment de briser la cohésion des chevaliers, soit en clairsemant leurs rangs, soit en les poussant à quitter le rang. En cas de défaite, ils sont les premiers à s’enfuir. Une fois la victoire acquise, ils poursuivent les vaincus et pillent les bagages.

  • 609 Ibid., p. 14-16.
  • 610  Voir les multiples charges de Tancrède contre Josselin dans le texte d’Ibn Abī Ṭayyi’ traduit par (...)
  • 611  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 359-360/LT p. 186-187.

54La cavalerie lourde charge, qu’elle soit franque ou turque. Pendant la première croisade, les Francs accumulèrent une expérience précieuse. Dorylée, Antioche et Ascalon leur enseignèrent qu’il valait mieux charger en masse, en rang serré ; ils perfectionnèrent sans doute progressivement cette charge609. La lance est leur arme de prédilection, mais ils sont également munis d’une épée et de masses d’armes ; une cotte de mailles les protège efficacement. Leurs chevaux, plus lourds et plus puissants que ceux de leurs ennemis, font merveille. Les Turcs, cavaliers complets, disposent des mêmes armes auxquelles il faut ajouter l’arc composite, maniable, efficace. Ils l’utilisent à l’envi à tous les stades de la bataille. La charge franque est généralement rectiligne et perpendiculaire au front de bandière. La charge turque est moins massive ; les cavaliers peuvent changer de direction, désarçonner l’adversaire. Plusieurs charges sont parfois nécessaires, pour les Francs comme pour les musulmans610. Enfin, l’ennemi se disloque. Une mêlée s’ensuit. C’est le corps à corps. Excellents escrimeurs, les cavaliers turcs peuvent également frapper avec une masse d’armes. Déjà, l’ennemi s’enfuit. Ibn al-Qalānisī raconte une de ces charges, lors d’un combat secondaire qui se déroula aux environs de Damas, en 1129. Les « Turcs » étaient ici assistés de bédouins. Guillaume de Bures et ses hommes, malgré le bloc qu’ils formèrent une fois la première surprise passée, furent mis en déroute611 :

« Ils se lancèrent à l’attaque [des Francs] dont un bon nombre furent abattus par des flèches avant même qu’ils eussent terminé de monter à cheval. Alors [les autres] se rangèrent en ordre de bataille et formèrent un bloc compact (une seule pièce : qiṭ‘a wāḥida). Les musulmans les chargèrent mais ils tinrent bon. Ensuite l’armée de l’islam (‘askar al-islām) ne cessa de réitérer ses assauts, leur causant des pertes jusqu’à ce qu’ils faiblissent, perdissent du courage et fussent convaincus de leur défaite et de leur anéantissement fatal. C’est alors que Kilyām Dabūr (Guillaume de Bures), leur chef (muqaddam) et héros (šuǧ‘ān), se mit à fuir, à la tête d’un corps de cavaliers (fī farīq min al-ḫayyāla). Les Turcs et les bédouins lancèrent une charge terrible (wa ḥamala … ḥamla hā’ila) et les cernèrent, frappant de l’épée (suyūf), leur donnant des coups de lance (rimāḥ), décochant des flèches (sihām). La journée ne s’était pas écoulée que [les Francs] gisaient au sol, dans la poussière, entre les pieds des chevaux. »

55La vitesse de pointe de la cavalerie musulmane, dont les cavaliers sont plus légèrement armés que les Francs, est assurément plus grande que celle des gros chevaux francs assommés par le poids de l’armure de leurs cavaliers et par la fatigue de la journée.

  • 612 Op. cit., chant VIII, 28, p. 233-234 ; trad. M. de Combarieu du Grès, Croisades et pèlerinages, p.  (...)

56Plusieurs passages de la Chanson d’Antioche décrivent la mêlée, une fois la charge terminée (la bataille est celle du 28 juin 1098)612 :

« Quant il virent les Turs poindre de randonée,Soner tabors et timbres et mener tel criéeQu’il en font retentir le mont et la valée,Devers eus chevaucièrent à bataille nomée.A l’ajouster i ot grant noise demenée,Là ot tante hanste fraite, tante targe troée,Tant clavain desrompu, tante broigne faussée ;Mais des Turs orguillos fu grande l’aünée,La nostre gent i ont morte et desbaretée.Qui fuir ne s’en pot la teste i ot coupée.De sous Rainaut de Tor à la chiere menbrée,Fu ses destriers ocis à la crupe tuilée,Ses escus fu perciés, et sa broigne effondrée ;En la presse est remès par male destinée. »

  • 613 D. Nicolle, Saracen Faris AD 1050-1250, op. cit., p. 27.
  • 614 J.-M. Mouton, Damas, p. 74.
  • 615 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 101. Voir également l’extrait du même ouvrage traduit ci-dessus (bata (...)
  • 616 Zubda,t. ii, p. 188 sq.
  • 617 Bella Antiochena, op. cit., L. II, 12, p. 121-122 ; Th. S. Asbridge, op. cit., p. 153.

57La bataille peut être longue. Il n’est pas rare que les chroniqueurs disent que l’on s’est battu du matin au soir, sans s’arrêter. Elle est éprouvante pour le corps, mais également pour les nerfs. Le bruit, le vacarme plutôt, est assourdissant. Les cris se succèdent. Le héraut donne l’ordre d’attaquer par un cri déterminé avant le déclenchement du combat613. Il peut également avertir d’une modification tactique décidée par le chef d’armée. Chaque prince a son héraut ; chacun possède son propre cri de guerre – celui de Nūr al-dīn est connu : « Nūr al-dīn yā manṣūr » (« Nūr al-dīn, ô victorieux avec l’aide d’Allāh! »)614. Mais son cri porte peu, moins que le takbīr musulman (Allāh akbār) et les cris de ralliement des Francs (le « Dieu le veut » des Croisés est passé dans la légende). Moins que les hurlements de douleur des blessés. À ces cris s’ajoute le bruit sourd du galop. Surtout, les armées musulmanes avancent rythmées par les sons des instruments de musique, le roulement des tambours, le claquement des timbales, la sonnerie des fifres aigus615. L’auteur (ou les auteurs) de la Chanson d’Antioche revient régulièrement sur les tabors et les criées (cris, clameurs) des Turcs. Le vacarme que faisait la bataille de l’Ager sanguinis fut entendu jusqu’à Alep, selon Ibn al-‘Adīm616. Lors de l’affrontement qui opposa le roi Baudouin à Īl-Ġāzī, après la déroute franque de l’Ager sanguinis, Gautier souligne, à nouveau, que617

« L’ennemi, qui avait pris position autour d’eux dans les faibles lueurs de l’aube, fit un vacarme assourdissant au moyen de tambours et de trompettes. Ils faisaient du vacarme et ils criaient, criaient et aboyaient, aboyaient et se vantaient. Et comme par ces bruits ils escomptaient décourager les chrétiens de leur première disposition et les forcer à se disperser, ils persévérèrent ardemment en criant deux fois plus, tout en leur infligeant des coups féroces de flèches et de javelots ».

  • 618  Gautier le Chancelier témoigne de la joie des Alépins, persuadés de la victoire musulmane, alors q (...)
  • 619  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 216 – passage traduit ci-dessus.
  • 620 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 130. Voir également J.-M. Mouton, Damas, p. 75, qui donne d’autres ex (...)

58La plupart du temps, la victoire ne se décrète pas. Elle s’est obtenue. L’ennemi a fui. Celui qui occupe le champ de bataille peut s’affirmer vainqueur. Il arrive, néanmoins, comme lors de la bataille qui opposa Baudouin et Īl-Ġāzī, que chacun s’affirme victorieux. Alors la victoire est-elle célébrée dans chacune des capitales – Antioche (Baudouin était venu secourir la principauté d’Antioche après la mort de Roger) et Alep, ici618. Mais, le plus souvent, l’un des deux partis a pris la fuite, a été poursuivi, ses bagages pillés, son infanterie massacrée. Ou, signe plus évident encore que Dieu a apporté son soutien, le chef de l’armée ennemie a été abattu. Qasīm al-dawla Āq Sunqur, Tutuš, Roger d’Antioche, Raymond de Poitiers, Ṣadaqa, etc. passèrent de vie à trépas pendant une bataille. Le rôle du chef est souvent magnifié par les chroniqueurs. Malgré leurs exagérations, on ne peut douter de son importance symbolique. Lors de la bataille qui l’opposa à Dubays, le calife ne prit-il pas soin de se placer derrière ses soldats, « de manière à ce qu’il les voie et qu’eux le voient619 » ? Pour peu que le prince tombe, qu’on craigne sa mort, et le moral de l’armée s’en ressent. En 519/1126, lors de la bataille de Marǧ al-Ṣuffar, Ṭuġtakīn ayant été jeté à terre, la nouvelle de sa mort se répandit comme une traînée de poudre dans toute l’armée. Alors la débandade commença ; Ṭuġtakīn eut beau se relever, le sort de la bataille était scellé. Lui aussi dut prendre la fuite620.

  • 621  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524, à comparer avec Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, II (...)

59La victoire s’annonce. Des courriers permettront de la célébrer partout – hommes à cheval ou pigeons, pour les musulmans. Mais avant cela vient le temps du pillage. L’on prend ce que l’on peut. Les armes sont ramassées sur le champ de bataille. Les cadavres comme les blessés sont détroussés. Des têtes sont arrachées de leur tronc, entassées dans des sacs. Parfois l’on se contente de scalps. L’ensemble sera exhibé lors du retour dans le lieu de garnison, la capitale – Damas, Alep – qui sera en fête, pendant plusieurs jours. Parmi les ennemis, on ne se soucie guère de la piétaille, achevée sans regrets. En revanche, on prend soin des cavaliers, avec l’espoir d’en obtenir des rançons importantes. Pour l’heure, quoi de plus instructif que de les promener, ainsi que les têtes et les scalps, au vu et au su de tous les habitants. L’extrait suivant illustre l’exploitation que Nūr al-dīn faisait de ses victoires621 :

  • 622  En fait, Ibn al-Qalānisī décrit des scalps, mais ne les nomme pas directement : « wa fīhā min ǧulū (...)
  • 623  S’ensuivent des vers à la gloire de Nūr al-dīn.

« Le mercredi 9 ǧumādā I [552]/19 juin [1157] des pigeons arrivèrent du ‘‘campement bien gardé de Nūr al-dīn’’ (al-mu‘askar al-maḥrūs ; à la fin de sa chronique, Ibn al-Qalānisī adopte un ton hagiographique et très religieux), porteurs de messages qui informaient qu’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-dīn – que Dieu l’honore de la victoire –, ayant appris que le campement des Francs infidèles se trouvait à al-Mallaḥa, entre Tibériade et Banyas, s’était mis en route, à la tête de son armée victorieuse (fī ‘askarihi al-manṣūr) de Turcs et de bédouins arabes, et avait forcé le train. […]
Les prisonniers et les têtes des morts arrivèrent à Damas le dimanche suivant le jour de la conquête. Ils avaient mis, sur chaque chameau, deux chevaliers parmi les plus vaillants, avec l’un de leurs étendards déployés, auquel étaient attachés des scalps622. Leurs chefs (ceux des Francs), les gouverneurs des forteresses et des provinces (al-ma‘āqil wa l-a‘māl) étaient chacun sur un cheval, portant sa cotte de mailles (zardayya) et son casque (ḫūḏa) et tenant à la main un étendard. Quand aux hommes à pied, sergents et Turcoples, ils étaient attachés par des cordes, par trois, par quatre ou par moins que cela, ou plus que cela.
Une multitude (al-ḫalq al-kaṯīr) d’habitants sortit de la ville, vieux hommes, jeunes hommes, femmes et enfants, afin d’assister à ce que Dieu Très Haut avait permis à l’ensemble des musulmans, par cette éclatante victoire. Et ils multiplièrent les prières et les glorifications de Dieu, ainsi que des prières ferventes pour al-Malik al-‘Ādil Nūr al-dīn, leur défenseur et protecteur623. »

b.– Des situations originales ; importance de l’infanterie
  • 624  « Au darrenier avint que la gent à pié de l’ost le roi se férirent eu plus espés de la bataille tr (...)

60Évidemment, un tel « canevas », qui résume la plupart des informations fournies par les chroniqueurs, n’était pas systématiquement respecté. Les batailles pouvaient se dérouler différemment, selon l’ennemi, la personnalité du chef de guerre, les troupes à sa disposition. L’infanterie pouvait parfois jouer un rôle offensif. Lors de la bataille de Marǧ al-Ṣuffar, près de Damas, le 27 ḏū l-ḥiǧǧa 519/24 janvier 1126, l’infanterie des communes et les sergents à pied auraient précieusement secondé la cavalerie du roi de Jérusalem, selon l’Eracles624. Déjà à Antioche, en 1098, les fantassins semblent avoir été déterminants. Du moins est-ce ce que laissent penser les sources latines qui, comme on l’a vu, insistent sur le manque de chevaux dont souffraient les armées chrétiennes. Toujours est-il qu’après la charge franque ils furent disposés en couronne pour protéger les arrières.

  • 625 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 210. Version corroborée, dans ses grandes lignes, par Matthieu d’Édes (...)

61Le climat et le terrain pouvaient également boulerverser le déroulement d’une bataille. L’embourbement du terrain, par exemple, pouvait gêner les cavaliers, très clairement handicapés lorsqu’ils étaient Francs. Handicapés par la lourdeur de leurs chevaux et de leur armement, les hommes de Josselin subirent, en 515/1122, une défaite qui paraît inéluctable sous la plume d’Ibn al-Aṯīr. Apparemment, ils y perdirent l’essentiel de leur efficacité625 :

« Cette année-là, Balak b. Bahram, neveu d’Īl-Ġāzī, s’en alla assiéger la ville d’Édesse qui était occupée par les Francs. Il resta longtemps à l’assiéger, sans succès néanmoins. Il partit donc. Lui vint alors un individu turcoman qui lui apprit que Josselin, seigneur d’Édesse et de Sarūǧ, avait rassemblé les Francs qui étaient chez lui avec l’intention de le surprendre. Or, les hommes de Balak s’étaient déjà dispersés : ne restaient que quatre cents cavaliers. Il s’arrêta, prêt à les combattre. Ils approchaient. Faveur de Dieu Très Haut aux musulmans, le sol où les Francs parvinrent avait été détrempé, se transformant en bourbier (waḥal) dans lequel les chevaux s’enfoncèrent, le poids des armes et des chevaliers (al-fursān) rendant impossible l’accélération et le galop. Alors les hommes de Balak les inondèrent de flèches (nuššāb). Aucun ne s’échappa ; Josselin fut fait prisonnier, et mis dans une peau de chameau qu’on fit coudre. [Balak] lui demanda de livrer Édesse, mais il s’y refusa. Comme il offrait une somme d’argent considérable en rançon, ainsi que [la libération] de nombreux prisonniers, Balak refusa et le conduisit dans la citadelle (qal‘a) de Kharpurt. Son neveu, dont le nom était Kilyām (Guillaume), un des diables infidèles, avait aussi été fait prisonnier, de même que plusieurs chevaliers célèbres. Tous furent emprisonnés avec lui ».

  • 626  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVII, p. 501. Il semble que Ṣadaqa avait beaucoup de bédouins à ses côt (...)
  • 627 Ibid., utilise l’image traditionnelle du tir, en une seule fois, de dix mille flèches par les Turcs (...)
  • 628  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 255-256/LT p. 78-80.
  • 629 Ibid. Il disposait peut-être d’un témoignage oral ou d’une lettre annonçant la victoire. En tout ca (...)

62Un terrain boueux bouleversa également les plans des Turcs du sultan Muḥammad lors de la bataille qui l’opposa à Ṣadaqa b. Mazyad en 501/1108 à al-Nu‘māniyya. Les deux armées étaient séparées par des cours d’eau et des bourbiers. Il était donc difficile de mener un combat « académique ». Pourtant, les grands émirs du sultan seldjouqide poussaient à l’affrontement. Ses troupes traversèrent donc les rivières et la bataille s’engagea. Gênés dans leur progression, les « Turcs », al-Atrāk, surent s’adapter (mais l’armée ennemie n’était pas d’aussi bonne qualité que celle à laquelle Josselin avait dû faire face626). Ils mirent pied à terre (« fa-taraǧǧala al-Atrāk ‘an ḫaylihim ») et partirent rapidement à l’attaque, lançant des volées de flèches627, brandissant leurs sabres et pointant leurs lances628. Les hommes de Ṣadaqa firent de même et les deux armées se heurtèrent. Ṣadaqa y trouva la mort. Dans le récit qu’il consacre à la bataille, Ibn al-Qalānisī rappelle, admiratif629 :

« Pour la disposition de l’armée (tadbīr al-ǧayš) et la tactique du combat (tartīb al-ḥarb), le sultan s’en était remis à l’émir Mawdūd qui mourut en martyr de la main des Bāṭiniyya dans la Grande Mosquée de Damas. »

  • 630  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 13 et 14, p. 840-842. C’est la version que (...)
  • 631  Guillaume prétend que le roi n’avait plus de piétons, qu’il les avait tous renvoyés, ce qui est do (...)
  • 632 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 523-524. C’est à la suite de cette bataille que le défilé dont il a é (...)

63Le même chroniqueur livre une version fort intéressante de la bataille qui opposa Nūr al-dīn et Baudouin III, en ǧumādā I 552/juin 1157. Version qui n’est malheureusement pas confirmée par Guillaume de Tyr qui cherche surtout à justifier la défaite du roi par la surprise : après avoir abandonné le siège de Banyas sous la menace d’une armée de secours que dirigeait Baudouin, Nūr al-dīn aurait patiemment attendu que la majeure partie de l’armée chrétienne se disperse pour l’assaillir près du gué de Jacob qui permettait le passage du Jourdain630. Mais Guillaume reconnaît néanmoins qu’il y eut bataille, les rangs des Francs se trouvant disloqués. Les Turcs leur firent goûter leur glaive, ils perdirent complètement pied et le roi s’enfuit. Ibn al-Qalānisī, pour lequel les Francs furent effectivement surpris lorsqu’ils virent les étendards de Nūr al-dīn leur faire de l’ombre, précise qu’ils revêtirent leurs armes et enfourchèrent leurs montures, se divisèrent en quatre « corps » (firaq) et chargèrent les musulmans. Mais Nūr al-dīn « mit pied à terre », ainsi que ses mamelouks (il est en fait question d’abṭāl), et c’est ainsi qu’ils combattirent, décimant les rangs ennemis en tirant à l’arc et en donnant des coups de lance. De très nombreux chevaliers furent faits prisonniers, les piétons furent massacrés631. Très bien informé, Ibn al-Qalānisī rejoint Guillaume de Tyr sur un point : on s’interrogea longuement sur ce qu’il était advenu du roi632.

  • 633 Selon D. Nicolle, Saladin and the Saracens, op. cit., p. 9.
  • 634  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. III, L, p. 478.

64En revanche, Foucher de Chartres est le seul auteur à décrire l’utilisation par les Damascènes, de ce qui semble avoir été une vieille pratique abbasside633, lors de la bataille de Marǧ al-Ṣuffar (519/1126), le dernier affrontement majeur auquel participa Ṭuġtakīn. L’un des plus disputés également. Le roi Baudouin II rangea ses troupes en douze batailles (acies) où se mêlèrent les cavaliers et les fantassins, car, précise-t-il, ils devaient se prêter appui si besoin était. À vrai dire, son récit est peu cohérent. Selon lui les Turcs harcelèrent les Francs, déversant une pluie de flèches sur eux. Un certain nombre de ces Turcs fuirent, mais non pas tous. Finalement, la victoire revint au roi de Jérusalem. Par contre, ses réflexions finales sont intéressantes. Il loue les Damascènes pour les ruses qu’ils avaient employées, et notamment celle qui consistait, pour les cavaliers, à prendre les fantassins en croupe (des « jeunes gens agiles »), armés, et à se précipiter sur les ennemis. Aussitôt ces derniers atteints, les fantassins descendaient de cheval et s’en allaient les attaquer, ce qui les mettait sous un double feu, puisque les cavaliers faisaient de même634. L’une des réponses apportées par Ṭuġtakīn aux problèmes posés par les Francs avait été de resserrer le lien entre cavaliers et fantassins en rendant ces derniers plus mobiles.

2.2.4. Modes de combat : milites francs et tir à l’arc des fawāris turcs

65Les Francs sont essentiellement caractérisés, dans les sources narratives, par leur aptitude à mener une charge massive. C’est essentiellement à cette charge dévastatrice que les armées musulmanes (turques) durent s’adapter. Elles y répondirent par la prudence et une mobilité plus importante encore, sur le champ de bataille, la systématisation d’un armement défensif de qualité et, autant que leurs finances pouvaient le supporter, par un recrutement toujours plus important de cavaliers lourds professionnels, les mamelouks.

  • 635 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 67, 178.
  • 636 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 403.
  • 637 Ibid., p. 339, 464.
  • 638 Ibid., p. 465.
  • 639  La question de la technique utilisée par les chevaliers a donné lieu à un vaste débat que nous évo (...)
  • 640  Sur les lances dans l’ouvrage d’Usāma, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 451-453.

66Que la « charge franque » ait impressionné les musulmans ne fait aucun doute, vu les adjectifs accolés au mot que les auteurs arabes ont choisi pour la désigner, ḥamla. Elle est, par exemple, « une et parfaite », ṣādiqa635, « fameuse », mašhūra636 et « bien connue » ma‘rūfa637. C’est, par essence, « leur charge », ḥamlatuhum : on la connaît suffisamment pour ne pas s’étendre638. Parfois, ils peuvent même se contenter d’une seule charge, ḥamla wāḥida, tant elle est efficace. Même si ces auteurs ne la décrivent pas, il semble bien qu’il s’agissait de la charge « lance couchée » : son efficacité l’atteste639. D’ailleurs, Usāma b. Munqiḏ s’étend souvent, dans le Kitāb al-I‘tibār, sur de fameux « coups de lance », ṭa‘na, qui tranformaient la lance en arme de choc puissante640 :

  • 641 Kitāb al-Itibār, p. 48. Cf. également la trad. H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, p. 48.
  • 642 Ibid., p. 42.

« Et, parmi les coups de lances terribles, min al-ṭa‘nāt al-‘aẓīma, j’ai vu un coup porté par un chevalier (fāris) franc – que Dieu leur fasse défection – à l’un de nos cavaliers (fāris) nommé Sābah b. Qunayb, un Kilābite. Il lui fendit trois côtes à gauche et trois à droite ; il frappa son coude et le détacha par le tranchant de la lame comme le boucher disjoint les articulations. [Sābah] mourut sur l’heure641. »
[…]
« J’ai vu un de nos cavaliers (fāris), appelé Nadā b. Talīl al-Qušayrī, l’un de nos braves (šuǧ‘ān), qui, alors que nous nous étions rencontrés, avec les Francs, était désarmé (i. e. il ne portait pas de cotte de mailles) : il n’avait que deux vêtements sur lui. Un cavalier franc lui donna un coup de lance en pleine poitrine, qui lui perfora le creux qui s’y trouve, et la lance ressortit de l’autre côté. Il revint [avec nous, de la bataille], mais nous ne pensions pas qu’il parviendrait vivant dans sa demeure. Mais Dieu – gloire à lui – décréta qu’il en réchapperait, et que sa blessure guérirait642. »

  • 643 Strategikon, cité par M. Benett, « La règle du Temple as a military manual or how to deliver a cava (...)

67Mais, plus peut-être que l’aspect technique de la charge lance couchée, c’est le fait que les Francs chargeaient en bloc qui semble avoir constitué un réel problème pour les musulmans. Les auteurs arabes parlent pratiquement toujours d’une charge collective. C’est en cela qu’elle était dévastatrice. Les Francs suivaient en fait les conseils de l’empereur Maurice643 :

« Une charge, même sur un bon terrain, est rarement exécutée par tout le rang en une seule fois. […] Il est donc de la plus grande importance que ces détachements qui atteignent l’ennemi soient, d’abord, serrés, et qu’ils aillent sur lui comme un seul homme, afin de l’enfoncer. »

  • 644  Cf. Retraits (de Curzon), n°162.
  • 645 Ibid., n°164 à 167.

68Les retraits de la règle du Temple laissent entrevoir l’entraînement644 et la discipline très stricte qu’exigeait une telle charge. Chaque escadron (« échelle »), qui était sans doute constitué de dix chevaliers, ne chargeait qu’avec l’accord du Maître. Les rangs étaient serrés ; un gonfanon servait de repère à chacun. Après le choc et une fois la mêlée commencée, ils ne devaient pas s’en éloigner. Si cela était fait, il était nécessaire de se diriger vers le gonfanon hospitalier645. À l’époque où les « Statuts hiérarchiques de l’ordre » (d’où ces informations sont tirées) furent rédigés, la charge compacte était parfaitement huilée ; tout en se perfectionnant, elle s’était progressive-ment imposée après la première croisade.

  • 646  D. Nicolle, loc. cit.
  • 647  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 140.
  • 648  D. Nicolle, loc. cit.
  • 649  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, traduit par Th. Bianquis dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe  (...)

69Il ne faut néanmoins pas en faire une sorte « d’arme absolue » qui permit d’aligner les victoires sans difficulté. Toute charge n’était pas forcément efficace. À Ramla, en 491/1101, alors que l’infanterie fatimide constituait une cible idéale, trois charges furent nécessaires pour rompre ses rangs646. Le commandant fatimide, Sa‘d al-dawla, résista même aux attaques franques à la tête d’un petit groupe de soldats647. Surtout, la mobilité de la cible posait problème, ainsi qu’Usāma le signale648. Néanmoins, les musulmans la craignaient, et comme la violence du choc rendait en partie inefficace l’armement défensif dont on disposait, il fallut bien trouver des parades d’ordre stratégique ou tactique. De toute évidence, c’est la peur de la charge franque qui poussa les princes d’Alep et de Damas à user de prudence. En 512/1118-9, par exemple, alors qu’il se trouvait à Damas, Ṭuġtakīn apprit que cent trente cavaliers francs s’étaient emparés de Ḥiṣn Ǧaldak, d’où ils étaient allés piller Aḏri‘āt. Il dépêcha contre eux son fils Tāǧ al-mulūk qu’il rejoignit plus tard. Les Francs s’étaient réfugiés sur une colline. Ṭuġtakīn déconseilla à son fils de les attaquer, mais ce dernier n’obéit pas. Se voyant dans une « situation désespérée », ils quittèrent leur colline et chargèrent les musulmans « dans une charge menée dans un style parfait ». Les Damascènes furent mis en déroute649.

  • 650  Extrait du Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Furāt traduit par Cl. Cahen, SN, p. 82-83. Cf. également J. Fl (...)

70Sur le plan tactique, les Turcs avaient vite constaté que la meilleure défense consistait à empêcher les Francs de charger. En cela, ils avaient compris que la charge franque nécessitait un accord tacite des deux camps. C’est ainsi qu’elle fut utilisée, en Occident, pendant des tournois où chacun pouvait faire étalage de sa maîtrise technique. À ce propos, il est intéressant de lire sous la plume d’Ibn Abī Ṭayyi’ (auteur du VIIe/XIIIe siècle) un récit en tout point conforme à l’esprit chevaleresque tel que les chansons de geste occidentales le magnifient. Sous sa plume, l’affrontement entre Tancrède et Josselin (le premier allié à Riḍwān, le second à Ǧāwalī) prend des allures de tournoi. Tancrède ne cessa de charger que lorsqu’il réussit à mettre Josselin à terre. Battu, ce dernier dut justifier de sa bravoure auprès de sa mère avant de récupérer son estime650. Mais l’un comme l’autre n’étaient pas seuls ; bien qu’opposant deux hommes qui ne s’aimaient guère, la charge était également menée par deux corps d’armée.

  • 651  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 464/LT p. 296.

71Pour leur part, les musulmans ne constituaient évidemment pas toujours une cible consentante (d’ailleurs, les Francs chargeaient régulièrement alors qu’ils ne s’y attendaient pas, en se retournant brusquement). Ils faisaient en sorte de l’éviter. Pour ce, il leur fallait se dérober. Il n’est pas certain que devant Damas, en 1148, les musulmans aient adopté cette tactique. Ibn al-Qalānisī n’est pas suffisamment précis. Anur semble avoir refusé le combat aux Croisés, du moins l’affrontement frontal tel qu’ils le recherchaient. Toute la journée, ils attendirent vainement l’occasion651 :

« Le lendemain, de bon matin – c’était un dimanche –, ils firent une sortie et attaquèrent l’ennemi. Les charges (al-ṭirād) se succédèrent entre eux et les musulmans l’emportèrent, tuèrent et blessèrent beaucoup [d’ennemis]. Dans ce combat, l’émir Mu‘īn al-dīn déploya un beau courage et fit preuve d’une ardeur, d’une ténacité et d’une bravoure telles qu’on n’en vit jamais. Il ne se lassa pas de repousser les Francs ni ne cessa de mener le ǧihād contre eux. La meule du combat continua à tourner. La cavalerie des infidèles attendit, pour pousser sa fameuse charge, que l’occasion se présentât, si bien que le soleil baissa vers l’horizon, que la nuit arriva et que se fit sentir le besoin du repos. Chacun revint sur ses positions. »

  • 652 Ch. Marshall, « The use of the charge in battles in the Latin East, 1192-1291 », Historical Researc (...)
  • 653 RHC, Occ., t. I, L. XVII, 9.
  • 654 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 474-475/LT p. 306. Voir également Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, (...)

72En revanche, il semble bien que pour l’emporter à Inab, le 21 ṣafar 544/29 juin 1149, Nūr al-dīn employa une méthode qui allait avoir beaucoup de succès par la suite, puisqu’au VIIe/XIIIe siècle les musulmans en firent usage régulièrement contre la charge franque652. À nouveau, la meilleure source est le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq. L’Historia de Guillaume de Tyr est de peu de secours653. Guillaume cherche surtout à blamer l’imprudence de Raymond d’Antioche qui avait accepté l’affrontement alors que ses troupes se trouvaient en état d’infériorité numérique. Sur le plan tactique, il se contente de signaler que Raymond mit ses chevaliers en ordre de bataille. En revanche, le chroniqueur damascène s’attarde quelque peu654 :

« Quand ils se trouvèrent face à face (al-‘ayn ‘alā l-‘ayn), les infidèles exécutèrent leur charge fameuse contre les musulmans. Ces derniers se séparèrent devant eux en plusieurs groupes, de divers côtés (wa tafarraqa al-muslimūn ‘alayhim min ‘iddat ǧihāt), puis passèrent à l’attaque et les deux partis se mêlèrent, soulevant des nuages de poussière. Les sabres de l’islam (suyūf al-islām) emportèrent la décision ».

73La dérobade avait fonctionné ; les Francs s’étaient enfoncés dans les rangs ennemis puis avaient été encerclés. La mêlée leur avait été défavorable, comme souvent. Le fait que l’armée de Nūr al-dīn comprenait une part substantielle de Turcomans est intéressant – ils étaient suffisamment disciplinés pour exécuter la tactique qui leur avait été ordonnée.

  • 655  Anne Comnène, Alexiade, XIII, VIII, 1-2.
  • 656  A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, Damas, 1968, p. 142 et 143. Mai (...)
  • 657  Anne Comnène, Alexiade, XI, VI, 3.
  • 658  Bataille de aṭṭīn : dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, p. 285, où le cavalier fran (...)
  • 659  Cf. sur ce point O. Bouzy, « L’armement occidental pendant la première croisade », Cahiers de rech (...)
  • 660 Kitāb al-Itibār, passim. Cf. C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 459-460. Usāma parle de cott (...)
  • 661 Sur ce point, D. Nicolle, « The impact of the European couched lance », loc. cit., p. 16 et surtout (...)

74Les musulmans surent donc trouver des parades à la charge franque. Il ne faut pas non plus oublier que leurs archers visaient systématiquement les chevaux qui n’étaient pas protégés, alors que les Francs, casqués, portaient des cottes de mailles lourdes mais efficaces. Les conseils qu’Anne Comnène prête à « l’autocrator » (Alexis Comnène) sont connus – face aux Celtes, il affirmait qu’il fallait « tirer sur les chevaux » plutôt que sur eux, « car il savait que ces derniers, grâce à leurs cuirasses et à leurs cottes de mailles, étaient difficiles à blesser, voire même complètement invulnérables655 ». Al-Ṭarsūsī proférait la même recommandation – tirer sur le cheval du cavalier « qui ne présente aucune partie du corps à découvert où on puisse l’atteindre656 ». On considérait qu’une fois à pied les Francs étaient « très faciles à vaincre à cause du poids de leurs armes657 ». Anne Comnène l’affirmait, mais également ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, à propos, il est vrai, d’une bataille postérieure à l’époque qui nous intéresse658. La lourdeur de ces cottes (loricae) est supputée d’un passage des Gesta anonymes qui montre qu’une fois leurs montures et leurs bêtes de somme mortes les chevaliers étaient incapables de les porter, ainsi que leur bouclier659. De même, on sait qu’Usāma b. Munqiḏ émettait un jugement plutôt favorable sur ces cottes de mailles, efficaces, peut-être plus longues que celles des musulmans (progressivement, au XIIe siècle, elles s’allongent jusqu’à recouvrir l’ensemble du corps), lourdes et difficiles à supporter660. Car cet équipement avait son prix : en argent, mais on en sait très peu sur ce point ; il était en partie inadapté aux conditions de vie proche-orientales (de sorte que peu à peu les Francs adoptèrent eux aussi les tuniques rembourrées plus légères des musulmans ; sans doute, également, le « jazerant » vient-il du ǧawšan661). Et sa lourdeur limitait les possibilités tactiques. C’est peut-être l’une des causes des difficultés récurrentes des cavaliers francs pendant la mêlée.

  • 662 Kitāb al-I‘tibār, p. 42.

75En fait, il est probable que les modes de combat des uns influèrent sur ceux des autres. Usāma b. Munqiḏ, qui combattit dans de nombreuses armées musulmanes, paraît, par exemple, avoir parfaitement maîtrisé la technique de la charge lance couchée, de même que certains de ses hommes. Il décrit quelques-uns de leurs meilleurs coups, dont certains marquèrent les Francs eux-mêmes, et révèle même la technique qui, selon lui, permettait d’être le plus efficace possible662 :

  • 663  Aucune traduction n’est satisfaisante. Usāma veut dire qu’il faut laisser le cheval diriger le gal (...)
  • 664 Kitāb al-I‘tibār, p. 47-48. Cf. également C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 453.

« Selon moi, il faut que celui qui veut porter un coup de lance serre la lance, de la main et du bras, contre le flanc, et qu’il laisse le cheval agir comme il le fait au moment du coup663. Car lorsque il bouge la main sur la lance ou la tend, son coup ne laisse aucune trace et ne cause aucun dommage ».
[…]
« Un de nos hommes, un Kurde appelé Mayyāḥ, donna un coup de lance à un chevalier (fāris) franc. Il fit pénétrer dans son corps un morceau de cotte de mailles et le tua. Puis, quelques jours après, les Francs firent une incursion contre nous. Mayyāḥ venait de se marier. Il sortit armé ; sur sa cuirasse, il portait un vêtement rouge, comme les nouveaux épousés – ce qui le rendait très visible. Un chevalier franc lui donna un coup de lance et le tua. Qu’Allāh l’ait en pitié664. »

  • 665  Voir les pages 46 et suivantes.
  • 666  Chant VIII, 40, éd. P. Paris, t. II, p. 248.
  • 667 Le roman de Varqe et Golšāh, éd. A. S. Melikian-Chirvani, n° spécial Arts asiatiques, 1970, passim (...)

76De ces exemples et de quelques autres, toujours tirés du Kitāb al-I‘tibār665, doit-on penser que tous les cavaliers musulmans maîtrisaient la technique de la charge lance couchée ? C’est ce que pensait, en tout cas, l’auteur de la Chanson d’Antioche, pour lequel « Brohadas », « broche le destrier qui plus court que le pas/Sa hanste qui fu roide a mis de haut en bas » (« éperonne son destrier, passe au galop et abaisse sa lourde lance », ce qui signifie qu’il l’avait levée avant de charger, à la manière des chevaliers francs), et tue un Auvergnat de « l’échelle » de l’évêque666. Mais rien de bien probant ne peut être tiré de tels exemples. Usāma était un émir arabe, les combattants dont il parle n’étaient pas turcs et les chansons de geste font régulièrement combattre l’ennemi « païen » (surtout lorsqu’il est valeureux) comme les chrétiens. Pourtant, combattants professionnels polyvalents qui avaient passé des heures à s’entraîner, les cavaliers turcs maniaient autant l’arc, la lance, la masse d’arme que l’épée et le lasso. Telles sont les armes que le Roman de Varqe et Golšāh leur attribue. Plusieurs charges à la lance y sont décrites. Parmi les nombreuses miniatures du manuscrit, certaines représentent des charges dignes des chansons de geste occidentales. Par exemple, la miniature n° 22 est ainsi légendée : « Cette jeune fille au louable courage frappa le vil Rabī d’un coup de lance au cœur. Sa lance lui traversa le dos. Ainsi le tua-t-elle misérablement667. » Les combats à la lance sont également légion dans les chroniques arabes. Ḍirġām, par exemple, serait mort du fait d’un coup de lance lors de la bataille qui l’opposa à Šīrkūh ; une version de la mort de Tutuš le fait également mourir de la même façon, etc. Que la technique ait été maîtrisée est possible ; en revanche, la charge lance couchée ne fut pas pratiquée par les Turcs sur les champs de bataille. Du moins les chroniques ne laissent rien envisager de tel.

  • 668  Sur les arcs, voir al-Ṭarsūsī, trad. A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musul (...)
  • 669 . Ainsi que l’a établi Th. Bianquis, Damas et la Syrie, p. 660, pour les IVe et Ve siècles de l’hég (...)
  • 670  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 467, an 559 : retraite de Šīrkūh devant les Francs et les Égyptiens  (...)
  • 671 . Ou un ǧawšan, ou un dir‘, mais, semble-t-il, moins utilisés du fait de leur lourdeur et de la cha (...)
  • 672  Sous les Zankides, les Turcomans sont des soldats semi-permanents.
  • 673  Voir par exemple Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, (...)
  • 674 Charles R. Bowlus, « Tactical and strategical weaknesses of horse archers on the eve of the first c (...)
  • 675  Ce chiffre est-il anodin ?
  • 676 Ta’rīḫ al-duwal, t. IV, 1, p. 78-80.
  • 677  Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 460 ; Ibn al-Furāt, op. cit., p. 87.

77Les fameux « archers turcs » ne se servaient donc pas exclusivement de leurs arcs668. C’est lors du combat rapproché qu’ils emportaient la décision669 au moyen, essentiellement, de leur épée et de leur masse d’arme, dabbūs ou ‘amūd, ou toute arme approchant (tel que le latt670), protégés par un kazaġand et, sans doute de plus en plus au fil du temps, par des cottes de mailles haubert671. Ce qui ne signifie pas que l’arc ne jouait pas un rôle important. Il permettait de préparer la mêlée et, parfois, de donner un avantage décisif – tout particulièrement aux Turcomans qui combattaient en partie à la manière traditionnelle des archers des steppes672. Lorsque Balak se saisit de Josselin, les Francs ne pouvant se mouvoir du fait du terrain boueux, ses archers se contentèrent de leur tirer dessus au moyen de leur arc, les poussant à se rendre. Lors de la bataille de l’Ager sanguinis, la mêlée avait été précédée d’un véritable déluge de flèches, selon les chroniqueurs arabes, qui affaiblit fortement les troupes franques673. L’efficacité de ces déluges prête à discussion. Récemment, elle a été en partie réfutée674. De toute façon, il faut distinguer ces « nuées », tirées vers le haut et sans viser, qui cherchaient surtout à créer le désarroi chez l’ennemi, des tirs individuels d’archers très précis qui tiraient à tir tendu sur un homme ou sur un cheval qu’ils avaient choisi pour cible. Certains archers étaient d’une efficacité redoutable, tel al-Yārūqī, dont Ibn al-Furāt vante les exploits. Lésé par le chevalier franc avec lequel il partageait les revenus d’un village, il l’affronta. Le récit frise l’épique ; à la lance (qanṭariyya) franque est opposé l’arc (qaws) turc. Al-Yārūqī fut victorieux ; il tua même les sept hommes675 qui accompagnaient le chevalier. Tous portaient une cotte de mailles, ce qui impressionna Nūr al-dīn lorsqu’on lui raconta les faits. Il le fit donc venir, et le testa : une cotte de mailles lui fut présentée, placée à distance respectable, et il tira. Il la transperça. Dès lors, le prince zankide l’installa à Alep, ainsi que sa tribu676. Certes édifiante, l’anecdote montre néanmoins qu’un tel tireur était exceptionnel, encore à l’époque de Nūr al-dīn. C’est ainsi qu’opposer strictement les « lances » (qanṭariyyāt) franques aux flèches (sihām) turques, ainsi que le fit Nūr al-dīn dans sa réponse au calife fatimide al-‘Āḍid qui s’était plaint des méfaits des Turcs, tient tout à la fois d’une réalité (les Francs ne tiraient pas à l’arc ; les Turcs ne chargeaient pas à la manière franque) et de l’image stéréotypée677.

Conclusion

78En un peu plus d’un siècle, la Syrie connut deux invasions majeures. L’arrivée des Turcs s’accompagna de violences inouïes sur un champ d’action particulièrement étendu ; ils n’éprouvèrent guère de difficultés à évincer les pouvoirs en place. Celle des Croisés, qui ne concerna qu’un champ réduit, fut également marquée par des massacres, au nom de Dieu cette fois. Eux également réussirent à s’imposer et à créer des États durables. Mais l’analogie ne va pas plus loin. La « pénétration » turque avait été progressive ; l’occupation franque fut brutale. Des bandes turcomanes avaient précédé les armées plus structurées envoyées par le sultan seldjouqide ; les Croisés vinrent en masse, même si une mortalité élevée les toucha pendant tout le voyage. Rapidement, après la conquête turque, des rivalités avaient opposé les principaux chefs. Tutuš et Qasīm al-dawla Āq Sunqur s’étaient affrontés ; leur confrontation avait laissé la Syrie exsangue. Āq Sunqur y avait perdu la vie ; les ambitions de Tutuš lui coûtèrent ensuite la sienne. Cette opposition et, plus généralement, les déchirements qui suivirent la mort de Malik Šāh, provoquèrent l’élimination de nombreux chefs de guerre de premier plan. Il fallut du temps avant qu’une nouvelle génération n’éclose.

79Malgré des oppositions fortes et, parfois, de violents affrontements, les Croisés, beaucoup trop isolés pour compter sur une aide extérieure et servis par une motivation forte, laissèrent là leurs dissensions au début de leur installation en Syrie. Ils firent généralement preuve de solidarité, et même l’inimitié entre Tancrède et Josselin n’eut pas de conséquence fâcheuse. Le roi de Jérusalem n’hésita pas à intervenir et à régler les différends qui ne manquaient pas de surgir. Ils purent donc se consacrer à la consolidation des États qui étaient nés de la Croisade. Surtout intéressés par la mainmise sur la Syrie intérieure, les princes turcs prêtèrent peu d’attention au fait que le littoral jusque-là dominé par les Fatimides passait sous domination franque.

80Les Croisés  au moins la masse – étaient animés d’une foi fervente. Une fois Jérusalem atteinte, nombres d’entre eux s’en retournèrent. Pourtant, les États francs continuèrent à être dynamiques. Pouvait-il en être autrement ? Leur survie dépendait de leurs conquêtes. Chaque prince les mena à sa guise, en bénéficiant, en Syrie du Nord essentiellement, de l’appui des Arméniens. Les limites de l’expansion du comté d’Édesse et de la principauté d’Antioche furent rapidement atteintes. La bataille de Ḥarrān, en 1104, scella toute ambition majeure vers l’est. Pour les Antiochéens, le comté d’Édesse devint une sorte de marge qui les protégeait des offensives orientales. De fait, le sort du comté était scellé ; il ne dut qu’au soutien arménien de subsister pendant un demi-siècle. Ensuite, après l’exceptionnel dynamisme de Tancrède, de Roger et même de Bohémond II, la principauté d’Antioche subit à son tour la pression des combattants venus de l’est. Elle assista, impuissante, à la réunion de Mossoul et d’Alep.

81L’arrivée de Zankī sur la scène syrienne transforma la donne géopolitique. À travers lui, l’avancée turque reprenait ses droits. Mais, comme quelques décennies auparavant, cette conquête était imparfaite. Lorsqu’il s’installa à Alep, le prince zankide avait tout à faire. La Djéziré ne lui était pas encore soumise, Alep vivait sous la menace constante des Antiochéens. Conquérant sanguinaire, il se mit à la tâche, sans plus de plan préconçu que les Francs n’en avaient eu en s’installant en Syrie. Encore avaient-ils un objectif précis – conquérir Jérusalem. Lui ne sut ou ne voulut se consacrer exclusivement à Damas. Il pensait avoir un rôle important à jouer à Bagdad.

  • 678  Sur le ǧihād de Nūr al-dīn, voir désormais C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 118-41.

82Pourtant, les mentalités changèrent. Déjà prudents, les Francs s’en tinrent de plus en plus à la consolidation de leurs frontières. Seul le roi de Jérusalem, qui souvent, d’ailleurs, sauva les Édesséniens et les Antiochéens, avait les moyens de mener des offensives régulières. Il ne s’en priva pas. Et face aux ambitions zankides, il se posa un temps en « protecteur » de la principauté de Damas. Mais il ne put empêcher le rattachement de cette ville à Alep puis à la Djéziré toute entière. Nūr al-dīn put ainsi concentrer une puissance inédite entre ses mains. Mais cela ne se fit que progressivement, et par étapes. Comme son père, dont il reprit la politique, Nūr al-dīn s’était d’abord occupé de conquérir Damas. Ensuite, il réunit peu à peu les territoires que Zankī avait dominés. En Syrie, une fois Damas conquise, les Francs se trouvèrent confrontés pour la première fois depuis leur arrivée à un État musulman puissant et cohérent. Conséquence : ils perdirent des territoires, en Syrie du Nord et en Syrie centrale surtout, mais ne furent jamais menacés dans leur existence. En fait, le règne de Nūr al-dīn est marqué par un paradoxe : d’une part il paraît avoir fait du ǧihād une priorité, surtout après ses maladies et sa défaite de la Bocquée, d’autre part, il ne chercha jamais à abattre les États francs. Peut-être en fut-il empêché, au nord, par Byzance. Mais jamais il ne jeta toutes ses forces contre Tripoli ou Jérusalem. Pourtant, incontestablement, une propagande de ǧihād fut menée sous son règne qui eut des résultats – le frère d’Usāma b. Munqiḏ alla combattre l’infidèle à Ascalon, au péril de sa vie. Un minbar fut construit ; il était destiné à Jérusalem. Des monuments furent érigés à la gloire d’Allāh et à la sienne678. Mais les faits sont là : il ne s’attaqua pas à Jérusalem. En revanche, il mit fin au califat « hérétique » du Caire.

83Il semble bien qu’un statu quo s’établit en Syrie pendant la période qui nous intéresse. Pendant leur période d’expansion, les Francs ne tentèrent qu’exceptionnellement de s’étendre à l’est – encore le firent-ils lorsque de nouveaux « pèlerins » débarquèrent en masse. Longtemps réduits à la défensive, les musulmans ne cherchèrent pas plus à éliminer les États francs lorsque l’offensive leur appartint. D’autres préoccupations les occupaient. Les Seldjouqides, que les États latins ne menaçaient pas, ne s’y intéressèrent pas réellement. Les Bourides cherchaient surtout à pérenniser leur dynastie. À Alep puis à Damas, lorsque Nūr al-dīn y fut installé, les mentalités ne portaient pas vers l’anéantissement de l’adversaire. On craignait toujours les Francs qui avaient su mettre en place les structures qui leur permettraient de résister plus de deux siècles encore. Malgré la naissance du thème de la libération de Jérusalem, on s’en tint essentiellement à une guerre d’usure.

  • 679 Zubda, t. II, p. 205 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. IV, 1, p. 123-124.

84Sur les champs de bataille, pourtant, les choses avaient incontestablement changé. Il y a loin d’Ibn al-‘Adīm déplorant la déroute infligée par quarante chevaliers francs à mille fāris alépins, en 516/1122-3, à Ibn al-Furāt rapportant la victoire de deux cents fāris musulmans sur trois cents cavaliers chrétiens, en 566/1170-1679. Pourtant, les Francs avaient subi des revers dès le début de leur installation en Syrie ; mais ils n’étaient pas suivis d’effet. Les tactiques employées par les deux camps différaient peu en ce qu’elles accordaient la primauté à une cavalerie lourde, les fantassins étant malgré tout cantonnés à un rôle de soutien. Néanmoins, leur importance s’accrut. Il semble que les Francs comme les musulmans leur accordèrent plus de place qu’auparavant ; leur collaboration avec les cavaliers fut plus forte.

  • 680  Ce qui ne signifie par qu’il y ait eu supériorité technologique de l’Occident. Voir en dernier lie (...)
  • 681 Voir également les analyses de J. France, « Crusading warfare and its adaptation to Eastern conditi (...)

85À leur arrivée en Syrie, les Francs étaient connus de longue date – au moins dans les cercles littéraires. On appréciait leur bravoure : ils servaient souvent comme mercenaires dans les armées byzantines. Mais on ne les avait pas encore affrontés en masse. Bousculés et sans doute surpris par leur motivation et par la lourdeur de leur équipement680 qui les rendait plus résistants aux flèches qui étaient tirées lors de la préparation de la charge des cavaliers lourds, les Turcs ne semblent pas avoir bouleversé leurs méthodes de combat. Du moins n’est-il pas fait état, dans les sources, d’un tel bouleversement. Les souverains syriens, qui les combattirent le plus souvent, paraissent s’être adaptés à leurs charges dévastatrices en usant de prudence et en accentuant la mobilité de leurs troupes. S’il semble bien que l’armement des cavaliers turcs s’alourdit quelque peu (allongement des cottes de mailles, kazaġand plus épaisses, généralisation du casque) et que celui des Francs orientaux devint un peu plus léger, les trouvailles archéologiques manquent pour rien affirmer de définitif. Sur le plan tactique, il n’y eut pas plus de bouleversement, mais adaptation. Les Francs prirent l’habitude de placer les fantassins en première ligne, devant les cavaliers ; peut-être firent-ils usage d’une cavalerie légère681. Les armées turques perfectionnèrent leurs mouvements tournants et enveloppants. Les évolutions en cours depuis le Ve/XIe siècles, au Proche-Orient, ne furent pas interrompues : le cavalier lourd turc, polyvalent, s’était imposé comme le plus efficace des combattants ; il continua de le faire.

86Mais la guerre n’était pas faite que de batailles – bien au contraire. Les coups de main proches ou lointains, réalisés par des cavaliers en petit nombre, la dominaient. Les Turcomans étaient précieux dans ce type de guerre. Zankī et Nūr al-dīn s’appuyèrent beaucoup sur leur disponibilité. Faire la guerre, c’était aussi et surtout s’emparer de châteaux et de forteresses. Les Croisés avaient eu du mal à le faire pendant la première croisade. Non que leurs techniques fussent peu variées ; les récits des chroniqueurs latins l’attestent. Mais ils maîtrisaient mal certaines de ces techniques. Leur enthousiasme, la faiblesse de leurs adversaires et leur intelligence tactique leur avaient permis de s’emparer d’Antioche. En quelques années, peut-être grâce à l’aide grecque et arménienne, ils améliorèrent leurs techniques d’assaut. Pourtant, ils ne semblent pas être parvenus à égaler la technicité des sapeurs musulmans ou byzantins. Leur préférence pour la tour de bois et, secondairement, pour les machines de jet, dénote les domaines dans lesquels ils excellaient de même que leur mentalité. Quant aux musulmans, encore une fois, l’impression qui domine est celle d’une montée en puissance progressive, non du fait de nouveautés techniques, mais parce que leurs moyens en numéraire grandissaient. La facilité avec laquelle on prenait des forteresses, à la fin de la période qui nous occupe, montre que les techniques d’assaut avaient progressé. Ou, du moins, avait-on désormais les moyens de les systématiser.

Notes de fin

483 O. Heermann, Die Gefechtsführung abendländischer Heere im Orient in der Epoche des ersten Kreuzzuges, Marburg, 1887. Pour les ouvrages des autres auteurs, voir supra, « Introduction ».

484 Victory in the East. A Military History of the First Crusade, op. cit.

485  Il ne sera pas question des armées en marche, puisque aussi bien R. C. Smail que J.-F. Verbruggen ont traité le sujet en détail, notamment, pour le second, en s’appuyant sur les Retraits de la Règle du Temple, très détaillés sur le sujet.

486  « Bataille », Le Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, p. 232.

487  Pour tous ces événements, on doit se contenter d’Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 488-489 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, III, 35 r° (le reprend).

488  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278-83/LT p. 106-110, est la meilleure source arabe.

489  C’est ce que pense R. C. Smail, Crusading warfare, p. 141-143 et passim. Si Roger d’Antioche adopta bien une stratégie d’attente en 1115 face à Bursuqī (ce qui n’empêcha pas la bataille), à l’Ager sanguinis, ce ne fut pas le cas. Cf. Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, I, 2, et II, 1, où il critique l’attitude de Roger qui ne s’en tint pas à l’attente et provoqua la bataille.

490 Historia, RHC, Occ., t. IV, L. XI, XLII, p. 684.

491  R. C. Smail, op. cit., p. 142, rejette en bloc le récit d’Albert d’Aix au prétexte qu’il n’était pas présent. Doit-on rappeler qu’il n’avait assisté à aucun des faits qu’il rapporte ? En fait, ce récit lui pose problème parce qu’il va à l’encontre de sa thèse selon laquelle les Francs adoptaient forcément une attitude attentiste face à des armées orientales systématiquement plus nombreuses.

492  C’était une pratique régulière, pour les Francs, que de s’installer sur une colline où ils ne risquaient pas d’attaques impromptues.

493  Pour Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 144, la retraite franque se fait sous les attaques musulmanes.

494  Par exemple : Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 88-89 (an 499/1105) (à propos de Ṭuġtakīn).

495 Ta’rīḫ alab, p. 397. Voir également Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 278.

496  Nous supposons qu’il s’agit ici d’un nom de lieu : « dūn al-‘aqaba bi-Dimašq ». Nous n’avons pu identifier Kafar Basīl. Quant à la forteresse de Bāsūṭā, elle se trouvait sur la rive gauche du Nahr ‘Afrīn, au nord-ouest d’Alep. Voir Cl. Cahen, SN, p. 138 ; N. Élisséeff, ND, t. I, p. 185-186.

497 Ta’rīḫ alab, p. 272.

498 J.-Cl. Cheynet, « La guérilla à Byzance. Byzance sous le choc des invasions », Revue historique des armées, n° 231, 2003, p. 13-22 ; G. Dagron, H. Mihàescu, Le traité sur la guérilla de l’empereur Nicéphore Phocas, Paris, 1986 ; id., « Guérilla, place forte et villages ouverts à la frontière orientale de Byzance vers 950 », Castrum 3 op. cit., p. 43-48 (et discussion p. 83-85) ; Fr. Micheau, « Les guerres arabo-byzantines vues par Yaḥyā d’Antioche, chroniqueur arabe melkite du Ve/XIe siècle », in M. Balard (dir.), Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, vol. II, Paris, 1998, p. 541-555.

499  G. Dagron, « Guérilla, place forte et villages ouverts à la frontière orientale de Byzance vers 950 », p. 43-44 et note 7.

500 Al-taḏkira al-harawiyya, éd. p. 249.

501  Renommés pour leur vigueur.

502 Loc. cit.

503  Voir les développements d’al-Harṯamī, Mutaar siyāsat al-urūb, chap. IX p. 23-25, sur ceux qu’il appelle al-‘uyūn et al-ǧawāsīs (mais dans un cadre très général) ; voir également chap. XXVII.

504 Alexiade, XI, VII, 5-5.

505 Kāmil, t. IX, p. 462-63. Autres sources : voir N. Élisséeff, ND, note 1 p. 574.

506  Le vocable employé est ṣulbān : les « croix ». Par métonymie, le mot désigne les drapeaux et étendards.

507 Stricto sensu : « alors qu’ils étaient en sécurité », « fa-innahum yakūnūn āminīn ».

508 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 8, p. 894.

509 Op. cit., p. 254/LT p. 77-78.

510 R. C. Smail, Crusading warfare, p. 147 ; J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 285.

511 Ibid., p. 314-315.

512 Ibid., p. 378-379.

513 Mutaar siyāsat al-urūb, chap. XXIX, p. 51-52 ; le chap. XXX (p. 52-53) porte sur les dispositions à prendre contre ce type d’incursions.

514 Ibid., p. 50-51. Voir également al-Ṭarsūsī, Tabṣira arbāb al-lubāb, éd. K. Sader, p. 225.

515  Tous ces événements sont mal établis. Les sources latines et arabes divergent complètement. Supra, chap. « Les nombres ».

516  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 298 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 408/ LT p. 238-239.

517  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIV, 35, p. 643-645 ; Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 298 ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 412.

518 Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 553-554.

519 Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 312 ; Cl. Cahen, SN, p. 405 ; C. Hillenbrand, « The imprisonment of Reynald of Châtillon », dans C. F. Robinson (éd.), Texts, documents and artefacts. Islamic studies in honour of D. S. Richards, Leyde, Boston, 2003, p. 81sq.

520 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 253 ; trad. p. 229.

521  Où il n’y avait pas que des soldats. Rappelons que pendant le siège d’Antioche des mesures énergiques furent prises, comme l’expulsion des prostituées ou l’interdiction des jeux de dés et des beuveries ; Ma‘arrat al-Nu‘mān fut détruite à l’occasion de ce qui prit des allures d’émeute.

522  Par exemple Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 161.

523  Sur ce point, voir R. C. Smail, Crusading warfare, p. 139, 198 sq.

524 En dernier lieu, Th. Asbridge, « The significance and causes of the battle of the Field of Blood », Journal of Medieval History, vol. XXIII-XXIV, 1997, p. 301-316.

525 Cf. R. C. Smail, Crusading warfare, p. 179-180 ; C. Hillenbrand, « The career of Najm al-Dīn Īl-Ghāzī », Der Islam, vol. LVIII, 1981, p. 276. Pour les nombres, cf. supra, ch. 4, « Les forces en présence : les nombres ».

526  Une fois de plus, les auteurs latins (Gautier le Chancelier et Guillaume de Tyr qui ne fait que le reprendre) et arabes ne s’accordent pas. C’est la version de Gautier qui a été retenue par les historiens. Elle met surtout en avant l’activité des Francs.

527 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 233.

528 Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. III, CLV, p. 714-715.

529  Sans doute mal informé, il reste très évasif : Historia, RHC, Occ., t. IV, L. IX, 47, p. 620-621.

530 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 84-85. Impressionné par le nombre de musulmans, Tancrède aurait d’abord commencé par demander une trêve, sans succès.

531  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 150-151 ;

532  R. Grousset, Histoire des croisades, t. I, p. 420-421, avait déjà remarqué les divergences entre tous ces chroniqueurs. Il avait choisi la version de Raoul de Caen.

533  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 210.

534 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 255-256.

535 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25, p. 925-926.

536 Ibid., p. 926.

537  Sur les affrontements entre Francs et Fatimides, voir W. J. Hamblin, Fatimid army, chap. V, VI et VII, où ils sont traités en détail, et R. C. Smail, Crusading warfare, p. 83-87 et passim. Le premier critique les réserves émises par le second sur les armées fatimides qu’il voyait surtout piétonnes et peu mobiles, constituant donc une cible idéale pour la charge franque. Il semble incontestable que les Fatimides manquèrent de cavaliers lourds, turcs, qui seuls semblent avoir été capables de faire face à la charge franque et de l’emporter régulièrement.

538 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. XI, p. 26 : « Qālū : aṣl aǧzā’ al-ta‘bi’a ṯalāṯa : al-qalb … wa l-maymana wa l-maysarawa qad yuǧza’ min kull ǧuz’ minhā ṯalāṯa aǧzā’ : qalban wa maymanatan wa maysaratan » ; W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 161 et suivantes, utilise également ce chapitre. Cf. également chap. XIX, p. 36 .

539 Tabira arbāb al-albāb, éd. K. Sader, p. 224 ; trad. (ici modifiée) Cl. Cahen, p. 148.

540  Régulièrement utilisé dans les chroniques, ce mot y renvoie aux avant-gardes ou simplement aux éclaireurs.

541 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 249-250 (texte arabe). Voir la traduction de ce passage plus haut, ch. 3, « Les armées : structure ».

542 Mutaar siyāsat al-urūb, chap. XIX, p. 36 ; W. J. Hamblin, Fatimid Army, p. 162.

543 Ibid., chap. XI, p. 26.

544 Ibid., chap. XIX et XX, p. 36-38.

545 Al-takira al-harawiyya, loc. cit.

546 Ibid., chap. XI, XIV, XX, p. 29, 37, 41 ; W. J. Hamblin, op. cit., p. 163.

547 Tabṣira, K. Sader, Beyrouth, 1988, p. 224-225, 233 ; éd. et trad. Cl. Cahen, p. 125-126 (texte arabe, différent de celui édité par K. Sader), p. 148-149 (trad., modifiée ici) ; trad. D. Nicolle (reprenant et modifiant celle de Cl. Cahen), « Medieval warfare : the unfriendly interface », The Journal of Military History, vol. 63, 199, p. 592-594.

548  Grand bouclier que D. Nicolle, ibid., p. 592 et note 2, rapproche du mantelet. Peut-être l’arme venait-elle de Gênes (où elle était au moins importée), comme le nom semble l’indiquer.

549 Tabṣira, trad. Cl. Cahen, p. 137 (voir également le commentaire) où l’on apprend que la ṭāriqa, pl. ṭawāriq, est un bouclier employé par les Francs et les Byzantins, long, permettant au cavalier et au piéton de se cacher derrière, rond au sommet, pointu à la base.

550 Nabl, pl. nabāla : flèche de bois dur. D. Nicolle, loc. cit., note 6 p. 593, propose de voir la mention de ces flèches comme un indice de la présence d’archers utilisant les grands arcs dits de type « arabe » par opposition à l’arc du cavalier turc, plus petit.

551  En fait« wa ya‘ūǧu bihim ilā sawādihim », que Cl. Cahen traduit plus littéralement « et les fait retourner dans leur pays ».

552  Sur tous ces mots, voir supra, ch. 3.

553  La traduction de D. Nicolle, loc. cit., p. 593, s’éloigne du texte afin, semble-t-il, d’être le plus clair possible : « Troops are grouped together into units with a prearranged separation between them. These they open up as properly coordinated units, thus making a passage way for the [cavalry] charge. »

554 Sirāǧ al-mulūk, éd. Ǧa‘far al-Bayātī, Londres, 1990, p. 308-309. Une traduction partielle de l’extrait, que nous n’avons pas consultée, a été efffectuée par E. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. III, Le siècle du califat de Cordoue, Paris, 1967, p. 100.

555 Al-taḏkira, éd. p. 249.

556  À nouveau, distinction entre rumāt et nabāla, ce qui pourrait signifier que différents types d’archers sont désignés, utilisant différents arcs.

557 Al-taḏkira, loc. cit. ; trad. p. 233.

558  J.-F. Verbruggen, « La tactique militaire des armées de chevaliers », Revue du Nord, t. XXIX, 1947, p. 161-180 ; id., « L’art militaire en Europe occidentale du IXe au XIVe siècle », RIHM, t. XVI, 1955, p. 486-496 ; Id., « L’art militaire dans l’empire carolingien (714-1000) », RBHM, t. XXIII, 1979-80, p. 289-310, 393-412.

559 Histoire anonyme de la première croisade, p. 150-153.

560 Ibid., note 3 p. 151. Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 259 ; Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. I, 23, p. 349 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. IV, 47, p. 421-422. R. C. Smail, Crusading warfare, p. 173, retient le chiffre de Raymond et de Foucher. Pour Anselme, voir les commentaires de J. France, Victory in the East, p. 285.

561  Longuement : ibid., surtout p. 280-294. Les sources latines sont très embrouillées ; il ne semble pas qu’on puisse leur faire confiance en ce qui concerne les armées musulmanes. Albert d’Aix, par exemple, soutient que Riḍwān était présent.

562 Op. cit., p. 427.

563 Chronique, RHC, Arm., t. I, p. 43.

564 Liber, RHC, Occ., t. III, p. 259.

565 Crusading warfare, p. 173. En Syrie, cela avait déjà été le cas, par exemple pendant la bataille qui opposa al-‘Azīz à Alp Takīn.

566 Histoire anonyme de la première croisade, p. 214-215.

567 Ibid.

568  Surtout Raymond d’Aguilers, op. cit., p. 303, et Histoire anonyme de la première croisade, p. 212 sq., qui mentionne plusieurs « batailles » combattant ensemble.

569  Cf. Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », CRAIBL, 1935, reproduit dans Orient et Occident au temps des croisades, p. 226-227.

570  Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, L. I, p. 91 sq. ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 178.

571  J.-F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 75.

572 Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, chant VIII, 32, t. II, p. 238 (« Et les autres échelles de la famille franque/avancent en rang serré et au pas de leurs chevaux/Les princes les conduisent sur leurs vifs destriers/Il n’y a pas même l’espace où un gant pourrait tomber » ; trad. M. de Combarieu du Grès, Croisades et pèlerinages, p. 155 : « Conduits par leurs chefs, les autres bataillons francs s’avancent au pas de leurs chevaux, en rangs si serrés qu’un gant n’aurait pas la place de tomber par terre au milieu » ; cf. également la trad. de J.-F. Verbruggen, The art of warfare in Western Europe during the Middle Ages, p. 74).

573 Eracles, RHC, Occ., t. I, L. XIX, 25, p. 925.

574 Retraits (Curzon). Voir également no 121 et 122.

575  J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 76 et note 293.

576  Cl. Gaier, « La valeur militaire des armées de la première croisade », dans M. Rey-Delqué (dir.), Les Croisades. L’Orient et l’Occident d’Urbain II à saint Louis, 1096-1270, Milan, 1997, p. 198.

577 J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 209-210, fondamental.

578 La tactique au XIIIe siècle, Paris, 1886, vol. II, p. 5 et 519. Cf. R. C. Smail, op. cit., p. 200-201.

579  Gautier le Chancelier, loc. cit. ; Chanson d’Antioche, loc. cit. ; R. C. Smail, loc. cit.

580 Cf. J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 209 (avec schéma).

581  Cf. également R. C. Smail, op. cit., p. 181. Pour Tall Dānīṯ, voir encore Th. S. Asbridge, S. B. Edgington, Walter the Chancellor. The Antiochene wars, op. cit., p. 53 sq.

582 Eracles, loc. cit.

583 R. C. Smail, Crusading warfare, p. 112 : « They were recruited to supplement the ever insufficient number of Frankish knights, and were a normal part of armies which employed modified western tactics. Those who fought on horseback added to the number and weight of the latin milites, with whom they were marshalled and with whom they normally went into action ».

584  Voir Th. Bianquis, Damas et la Syrie, p. 660.

585 Historia, RHC, Occ., t. III, L. II, 2-3, p. 373-375 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. VII, p. 527-531 ; J.-F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 295-296.

586 . Parmi les sources arabes, voir Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 132-133 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 150-151.

587  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. III, p. 262-263, et plus encore Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuǧūm al-hira, t. V, p. 348-349 : « Šāwar mit ses armées en ordre. Il plaça les Francs à droite, avec Ibn Nīrzān, et l’armée égyptienne à gauche. Le roi Amaury le Franc se tint au centre, à la tête de son armée franque. Asad al-dīn agença son armée, plaçant Saladin à droite, les Kurdes à gauche, lui-même restant au centre. »

588 Ibid. Noter qu’Ibn al-Aṯīr donne le beau rôle à Šīrkūh (effectivement le chef d’armée), alors que les auteurs les plus tardifs rehaussent Saladin.

589 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 258-259.

590  Sur la question des corps de réserve dans les armées chrétiennes (occidentales et orientales), voir J.-F. Verbruggen, The art of warfare, op. cit., p. 217-219.

591 Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 26.

592  Parmi les sources arabes, voir Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 143 et suivantes. N. Élisséeff, ND, t. III, p. 592 sq.

593 J.-F. Verbruggen, op. cit., p. 215.

594  Suggestifs : Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 660-661 ; id., « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au XIe siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », Castrum 3, op. cit., p. 63 : « Analyse d’un combat en rase campagne ».

595  Toutes les sources font état de cette préparation. Voir notamment Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 259 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 150-151 et note 2, p. 151 (autres références).

596 Bella Antiochena, RHC, Occ., t. III, L. I, p. 91-92 ; voir encore Th. S. Asbridge, S. B. Edgington, Walter the Chancellor. The Antiochene wars, op. cit., p. 97-100.

597 Ibid., p. 111-112.

598  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 338. Sur les expositions d’armes, voir également C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 465.

599 Bella Antiochena, op. cit., L. II, 2, p. 101-102.

600 Ibid., L. II, 4, p. 107. Voir la traduction de la harangue dans Th. S. Asbridge, op. cit., p. 124-125.

601 Zubda, t. II, p. 188 sq.Un soldat aurait déclaré : « [Dire que] nous sommes venus de nos pays pour suivre cet enturbanné ! » Sur ces discours, voir les commentaires d’E. Sivan, L’islam et la croisade, p. 41, et de C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 109-110 (où la harangue d’Ibn al-‘Adīm est traduite).

602  Par exemple : Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. et trad. C. Hillenbrand, p. 124.

603 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 220. Sur cette bataille, voir C. Hillenbrand, « al-Mustarshid bi’llāh », EI 2a, t. VII, p. 733.

604  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVII, p. 216.

605 Th. S. Asbridge, op. cit., p. 124.

606 Chanson d’Antioche, chant VIII, 30, éd. P. Paris, t. II, p. 235-236 ; M. de Combarieu du Grès, Croisades et pèlerinages, p. 154, traduit : « Raynaud a donc péri, le courtois chevalier, et le Rouge-Lion parcourt les éteules à la tête de trente mille Turcs sur leurs destriers mores. Nombreux sont les siens qui, portant du feu grégeois dans des coffrets d’airain, le jettent sur les Français, enflammant leur équipement et blessant leurs destriers. Nos gens sont étreints par l’angoisse ; mais quand l’évêque du Puy, ce savant homme d’Église, crie à nos barons que ce serait un grand exploit que de chevaucher contre pareil adversaire, “car, sans cela, c’est nous qui devrons subir leur assaut”, et ajoute qu’il marchera devant eux “au nom de la sainte Croix”, ils répondent que c’est bien en effet ce qu’il faut faire. Robert de Normandie et le duc Godefroy commandaient un bataillon de Bretons et de Tiois. Ils lancèrent au galop leurs chevaux bruns, bais ou mores et se mirent à frapper à grands coups de leurs épieux de Vienne, arrachant les gorgerins et les casques d’orfroi, sans se soucier du feu plus que d’une noix. Dieu ! combien de morts persans et hindous il y eut ! Vraiment, ils se défendent mal contre les nôtres. »

607  Par exemple, Histoire anonyme de la première croisade, p. 154-155 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. III, 49, p. 7.

608 D. Nicolle, « The impact of the European couched lance on Muslim military tradition », Journal of the Arms and Armour Society, vol.X, 1980, p. 6-40 (repris dans Warriors and their weapons around the time of the Crusades, Aldershot, Ashgate, 2004, IV).

609 Ibid., p. 14-16.

610  Voir les multiples charges de Tancrède contre Josselin dans le texte d’Ibn Abī Ṭayyi’ traduit par Cl. Cahen, « Une chronique chiite au temps des croisades », CRAIBL, 1935, reproduit dans Orient et Occident au temps des croisades, p. 226-227.

611  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 359-360/LT p. 186-187.

612 Op. cit., chant VIII, 28, p. 233-234 ; trad. M. de Combarieu du Grès, Croisades et pèlerinages, p. 154.

613 D. Nicolle, Saracen Faris AD 1050-1250, op. cit., p. 27.

614 J.-M. Mouton, Damas, p. 74.

615 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 101. Voir également l’extrait du même ouvrage traduit ci-dessus (bataille Dubays/al-Mustaršid, 516/1123) ; Sibṭ Ibn al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 80.

616 Zubda,t. ii, p. 188 sq.

617 Bella Antiochena, op. cit., L. II, 12, p. 121-122 ; Th. S. Asbridge, op. cit., p. 153.

618  Gautier le Chancelier témoigne de la joie des Alépins, persuadés de la victoire musulmane, alors que les prisonniers francs, informés, se réjouissaient de la victoire du roi : Bella Antiochena, op. cit., L. II, 13.

619  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 216 – passage traduit ci-dessus.

620 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 130. Voir également J.-M. Mouton, Damas, p. 75, qui donne d’autres exemples dénotant l’importance du prince sur le champ de bataille.

621  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524, à comparer avec Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, III, 107 v°.

622  En fait, Ibn al-Qalānisī décrit des scalps, mais ne les nomme pas directement : « wa fīhā min ǧulūd ru’ūsihim bi-ša‘rihā ‘idda. »

623  S’ensuivent des vers à la gloire de Nūr al-dīn.

624  « Au darrenier avint que la gent à pié de l’ost le roi se férirent eu plus espés de la bataille trop hardiment » : cité par R. Grousset, Histoire des croisades, p. 639. Mais l’Eracles dit ensuite que les fantassins achevaient les Turcs. Voir également M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 153, qui propose une analyse différente de la bataille.

625 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 210. Version corroborée, dans ses grandes lignes, par Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. I, p. 131-132 : « Les Francs, comme des inconsidérés et des fous, s’élancèrent sur les Turcs, mais ils ne purent franchir les ravins profonds (sic, il doit s’agir des trous créés par la pluie) qui les protégeaient. Balag (sic) leur tint tête avec tous les siens. Les infidèles, à coups de flèches, blessèrent les chevaux des Francs qui furent mis en fuite. Ils firent prisonniers Josselin et Waléran, et taillèrent en pièce tous les chrétiens. »

626  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVII, p. 501. Il semble que Ṣadaqa avait beaucoup de bédouins à ses côtés qui lâchèrent pied.

627 Ibid., utilise l’image traditionnelle du tir, en une seule fois, de dix mille flèches par les Turcs. Voir plus haut, « Les sources », sur les questions que pose ce type d’image. Il est intéressant de comparer l’emphase d’Ibn al-Ǧawzī à la sobriété d’Ibn al-Qalānisī.

628  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 255-256/LT p. 78-80.

629 Ibid. Il disposait peut-être d’un témoignage oral ou d’une lettre annonçant la victoire. En tout cas, il ne s’étend pas sur la « tactique » ni sur la « disposition des troupes ».

630  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 13 et 14, p. 840-842. C’est la version que suit N. Élisséeff, ND, t. III, p. 510-511.

631  Guillaume prétend que le roi n’avait plus de piétons, qu’il les avait tous renvoyés, ce qui est douteux.

632 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 523-524. C’est à la suite de cette bataille que le défilé dont il a été question plus haut eut lieu à Damas.

633 Selon D. Nicolle, Saladin and the Saracens, op. cit., p. 9.

634  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. III, L. III, L, p. 478.

635 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 67, 178.

636 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 403.

637 Ibid., p. 339, 464.

638 Ibid., p. 465.

639  La question de la technique utilisée par les chevaliers a donné lieu à un vaste débat que nous évoquons supra, en Introduction. Fondamentaux : J. M. D. Ross, « L’originalité de Turoldus, le maniement de la lance », CCM, t. VI, 1963, p. 127-38 ; Fr. Buttin, « La lance et l’arrêt de cuirasse », Archaelogia, t. XCIX, 1965, p. 77-178 ; V. Cirlot, « Techniques guerrières en Catalogne féodale : le maniement de la lance », CCM, t. XXVIII, 1985, p. 36-43 ; J. Flori, « Encore l’usage de la lance… La technique du combat chevaleresque vers l’an 1100 », dans Id., Croisade et chevalerie, XIe-XIIe siècles, Paris, 1998,p. 21-40.  

640  Sur les lances dans l’ouvrage d’Usāma, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 451-453.

641 Kitāb al-Itibār, p. 48. Cf. également la trad. H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, p. 48.

642 Ibid., p. 42.

643 Strategikon, cité par M. Benett, « La règle du Temple as a military manual or how to deliver a cavalry charge », Studies in medieval history presented to R. Allen Brown, reproduit sur le site www.deremilitari.org. Pour D. Nicolle, « The impact of the European couched lance on Muslim military tradition », op. cit., p. 14, les Francs ne faisaient que suivre l’exemple byzantin.

644  Cf. Retraits (de Curzon), n°162.

645 Ibid., n°164 à 167.

646  D. Nicolle, loc. cit.

647  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 140.

648  D. Nicolle, loc. cit.

649  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, traduit par Th. Bianquis dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle, op. cit., p. 77-78.

650  Extrait du Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Furāt traduit par Cl. Cahen, SN, p. 82-83. Cf. également J. Flori, « Encore l’usage de la lance… », loc. cit., p. 381.

651  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 464/LT p. 296.

652 Ch. Marshall, « The use of the charge in battles in the Latin East, 1192-1291 », Historical Research, vol. LXIII, n° 152, 1990, p. 221-226.

653 RHC, Occ., t. I, L. XVII, 9.

654 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 474-475/LT p. 306. Voir également Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 121 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, III, 14 r° ; N. Élisséeff, ND, t. II, p. 430-432.

655  Anne Comnène, Alexiade, XIII, VIII, 1-2.

656  A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, Damas, 1968, p. 142 et 143. Mais il n’est pas directement question de Francs.

657  Anne Comnène, Alexiade, XI, VI, 3.

658  Bataille de aṭṭīn : dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, p. 285, où le cavalier franc est comparé à un « morceau de fer », qiṭ‘a ḥadīd, insensible aux coups — d’où la nécessité de s’attaquer au cheval.

659  Cf. sur ce point O. Bouzy, « L’armement occidental pendant la première croisade », Cahiers de recherches médiévales (XIIIe-XIVe s.), t. I, 1996, p. 32.

660 Kitāb al-Itibār, passim. Cf. C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 459-460. Usāma parle de cotte de mailles franque. De son ouvrage, il paraît évident qu’il y eut interdépendance au plan de l’armement après la première croisade. Sur toutes ces questions, voir les travaux de D. Nicolle mentionnés en Bibliographie.

661 Sur ce point, D. Nicolle, « The impact of the European couched lance », loc. cit., p. 16 et surtout « Jawshan, cuirie and coats-of-plates : an alternative line of development for hardened leather armour », dans id. (éd.), A companion to medieval arms and armour, Woodbridge, 2002, XIII.

662 Kitāb al-I‘tibār, p. 42.

663  Aucune traduction n’est satisfaisante. Usāma veut dire qu’il faut laisser le cheval diriger le galop, ce qui suppose qu’il est fort entraîné. H. Derenbourg traduit (p. 42) : « Voici mon opinion : Il est indispensable à celui qui se propose de donner un coup de lance qu’il serre sa main et son avant-bras d’après ce qu’il fait lui-même au moment où il frappe. » Quant à A. Miquel (Des enseignements de la vie, p. 153) : « Je dois dire ceci : “Quand on se prépare à porter un coup de lance, on doit assurer sa main et son bras sur l’arme, contre le flanc, et laisser le cheval agir comme il le fait au moment du coup.” »

664 Kitāb al-I‘tibār, p. 47-48. Cf. également C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 453.

665  Voir les pages 46 et suivantes.

666  Chant VIII, 40, éd. P. Paris, t. II, p. 248.

667 Le roman de Varqe et Golšāh, éd. A. S. Melikian-Chirvani, n° spécial Arts asiatiques, 1970, passim et ill. 22. Voir aussi nos 23, 24, 36.

668  Sur les arcs, voir al-Ṭarsūsī, trad. A. Boudot-Lamotte, Contribution à l’étude de l’archerie musulmane, op. cit. ; C. Hillenbrand, op. cit., p. 456 sq.

669 . Ainsi que l’a établi Th. Bianquis, Damas et la Syrie, p. 660, pour les IVe et Ve siècles de l’hégire. Pour leur part, Cl. Cahen et Y. Lev insistaient sur la primauté de l’arc. Mais récemment, Y. Lev a évolué. Voir Saladin in Egypt, op. cit., p. 147-148.

670  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 467, an 559 : retraite de Šīrkūh devant les Francs et les Égyptiens ; il tient à la main un latt, pluriel lutūt, vocable d’origine persane désignant à l’origine un gros bâton. Il s’agit donc d’une grosse masse d’arme, de forme plus allongée. Voir al-Ṭarsūsī, Tabṣira, qui la range avec les dabbūs et les ‘amūd : éd. K. Sader, p. 158 et suivantes.

671 . Ou un ǧawšan, ou un dir‘, mais, semble-t-il, moins utilisés du fait de leur lourdeur et de la chaleur (on se battait beaucoup au printemps et en été), si ce n’est peut-être dans les armées seldjouqides. Les chroniqueurs arabes ne s’étendent guère sur l’armement défensif des combattants. Ils se contentent souvent de dire qu’ils en étaient munis (lābis). Les émirs pouvaient être « habillés de fer », libās al-ḥadīd, ce qui signifie qu’ils portaient une cotte de mailles. C’était le cas d’Āq Sunqur al-Bursuqī (Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 341-342). Elle n’empêcha pas son assassinat : les ismaéliens le frappèrent à la gorge. Mais les premiers coups de couteau qu’ils lui avaient donnés n’avaient pas réussi à transpercer la cotte de mailles. Des « cottes de mailles », zardiyya, sont attribuées aux Francs. Ainsi, lorsque les Tyriens s’emparent d’une tour franque, ils y trouvent de nombreuses cottes dont ils s’emparent (ibid., p. 288). Dans l’arsenal damascène de Nūr al-dīn (ibid., p. 517-8), il y avait des boucliers circulaires (turs) et des boucliers francs ayant la forme d’un cerf-volant renversé (ṭawāriq al-ifranǧiyya), des ǧawāšin (cuirasses lamellées, d’origine persane, fabriquées « avec des petites plaques de fer, soit avec de la corne, soit avec des peaux ; on façonne des éclats de corne liés par du boyau, on les creuse, on les insère les uns dans les autres » : Tabṣira, trad. Cl. Cahen, p. 138), des durū‘ (hauberts maillés). On apprend que Balak était protégé par un casque de fer (bayḍa) et un bouclier circulaire (turs) lorsqu’il fut tué d’une flèche (Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 219). Le dir‘ était porté sous une chemise par les émirs comme le montre un extrait du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr (t. IX, p. 81, an 498), à propos de l’assassinat de l’émir Ayāz. Il est également fait mention du kazaġand, soit cotte de cuir, soit, au Ve/XIe siècle, « tunique épaisse faite de plusieurs étoffes rembourrées de bourres de coton » (Th. Bianquis, trad. Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, à paraître), dont al-Ṭarsūsī dit (Tabṣira, trad. Cl. Cahen, p. 138) au VIe/XIIe siècle que ce « sont de fines cottes de mailles que l’on revêt de vêtements rembourrés de soie et de mastic ; on utilise des vêtements de dibāǧ ou autres, que l’on coud sur elles et que l’on embellit par des broderies de soie ou autre ». Voir également la définition d’Usāma b. Munqiḏ dans C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 459. Qiliǧ Arslān aurait donné un coup d’épée (sayf) à Ǧāwalī, lors de la bataille qui les opposa, au début du VIe/XIIe siècle, qui « transperça son kazāġand, sans atteindre son corps » (Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 106), ce qui laisse augurer de leur efficacité. Usāma (Kitāb al-I‘tibār, p. 59) raconte l’histoire de son cousin «iṭām qui reçut des coups de lance de Francs contre lesquels il se battait ; il fut sauvé par la qualité de sa cotte, zardiyya, sur laquelle « les lances n’eurent aucun effet », « mā ta‘mal al-rimāḥ fīhi ». Mais il s’agit ici d’un combat rapproché et non d’une charge lance couchée. Il en est de même pour ce qui est du coup porté par Usāma à un Franc qui bien que désarçonné n’eut aucun dommage, ibid., p. 61. Tous les combattants n’étaient pas munis de ces armes qui coûtaient cher – ainsi certains fantassins.

672  Sous les Zankides, les Turcomans sont des soldats semi-permanents.

673  Voir par exemple Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle, op. cit., p. 64 sq.

674 Charles R. Bowlus, « Tactical and strategical weaknesses of horse archers on the eve of the first crusade », dans M. Balard (éd.), Autour de la première croisade, loc. cit., p. 159-166, à comparer avec W. E. Kaegi, « The contribution of archery to the Turkish conquest of Anatolia », Speculum, t. XXXIX, 1964, p. 96-108.

675  Ce chiffre est-il anodin ?

676 Ta’rīḫ al-duwal, t. IV, 1, p. 78-80.

677  Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 460 ; Ibn al-Furāt, op. cit., p. 87.

678  Sur le ǧihād de Nūr al-dīn, voir désormais C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 118-41.

679 Zubda, t. II, p. 205 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. IV, 1, p. 123-124.

680  Ce qui ne signifie par qu’il y ait eu supériorité technologique de l’Occident. Voir en dernier lieu D. Nicolle, « The manufacture and importation of military equipment in the Islamic Eastern Mediterranean (10th -14th centuries », dans U. Vermeulen, J. Van Steebergen (éd.), Egyptand Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Era, t. III, Louvain, 2001, p. 139-162.

681 Voir également les analyses de J. France, « Crusading warfare and its adaptation to Eastern conditions in the twelfth century », Mediterranean Historical Review, vol. XV, 2000, p. 49-66.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable