Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre V

Les combats (2)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre V est scindé en trois documents.
Voir le texte de Les combats (1)
Voir le texte de Les combats (3)

Texte intégral

II. Forme des combats

1En théorie, la guerre avait ses règles. Saisonnières : l’hiver, les conditions climatiques (boue, neige) gênaient les combattants et leurs montures. Religieuses : pour les musulmans, quatre mois étaient sacrés (raǧab, ḏū l-qa‘da, ḏū l-ḥiǧǧa et muḥarram). Le croyant devait s’abstenir de prendre l’offensive – la défense était naturellement permise. Mais ces règles n’étaient pas vraiment respectées. Les nécessités du moment s’imposaient aux princes le plus souvent.

1. La guerre de siège

2C’est précisément parce que la maîtrise d’un territoire passait par la conquête de sa ville capitale ou au moins des forteresses et châteaux qui y avaient été élevés, que la forme de guerre la plus répandue, à l’époque que nous étudions, était la guerre de siège. Elle exigeait des compétences spécifiques, variables selon le type de siège envisagé. Pour les assiégeants comme pour les assiégés, haute technicité et moral d’acier étaient une condition sine qua non de la victoire. Il semble bien que les techniques d’assaut s’améliorèrent de manière substantielle.

1.1. Les traités militaires : al-Harṯamī, al-Ṭarsūsī, al-Harawī

  • 248  Mais non la première. En général, elle est traitée à la fin des ouvrages qui nous sont parvenus. C (...)
  • 249  Non publiées par Cl. Cahen dans son édition. Cf. éd. K. Sader, p. 238-239.
  • 250 Al-taḏkira al-harawiyya, chap. XXI et XXIII ; Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. XXIV et XX (...)

3Les traités militaires accordent généralement une large importance à la guerre de siège248, même si la Tabṣirat arbāb al-albāb d’al-Ṭarsūsī fait exception – elle ne lui consacre que quelques lignes249. Ils s’étendent tout autant sur les assiégeants que sur les assiégés. La Taḏkira al-harawiyya consacre deux chapitres à la guerre de siège qui constituent un résumé des techniques d’assaut et de défense médiévales. Le rapprochement avec le Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurub d’al-Harṯamī, bien antérieur et sans doute résumé d’ouvrages antiques, montre qu’en cette matière également il y avait continuité250.

  • 251 Tabṣirat arbāb al-albāb, p. 239 : « Wa in kānat al-madīna aṣīna lāama fīhā wa (...)
  • 252 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 248 (texte arabe) et 234 (trad.) ; Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, (...)

4On est tout d’abord frappé par l’esprit « défensif » de ces textes qui semblent mêler tradition littéraire et expérience. Bien que non exprimé clairement, le postulat est celui de la difficulté voire même, dans le cas de la Taḏkira, de l’impossibilité de s’emparer de places difficiles d’accès et suffisamment défendues. La comparaison du début des chapitres consacrés aux assiégeants, dans ce traité et celui d’al-Harṯamī, est-elle révélatrice d’une évolution ? Alors que ce dernier s’étend, sous couvert d’autorités qu’il ne nomme pas (qālū), sur ce qui apparaît comme une véritable typologie des sites fortifiés, le second insiste d’abord sur le soin du prince à éviter d’attaquer une forteresse (ḥiṣn) trop importante pour son armée. Il est intéressant de remarquer, également, que des deux paragraphes de la Tabṣira sur la guerre de siège, l’un se penche sur la ville imprenable251. De toute façon, l’échec était assimilé à une « honteuse déroute » (hazīma), ce qui pouvait nuire à une réputation. Il fallait donc éviter de le provoquer252.

  • 253  Al-Harawī, loc. cit.
  • 254  Toutes les chroniques arabes s’accordent sur ce point.
  • 255 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, p. 58.

5Al-Harṯamī, al-Ṭarsūsī et al-Harawī accordent une place très importante à la psychologie. Celle de l’adversaire, surtout, à tel point que la tâche première du chef d’armée, « avant même de s’être mis en route », était de circonvenir « les émirs et les grands (al-akābir) en leur offrant ce qu’ils réclamaient et en leur garantissant ce qu’ils souhaitaient253». Comment ne pas penser à la stratégie mise en œuvre par Zankī puis, surtout, par Nūr al-dīn, lors de leurs différentes tentatives contre Damas ? D’ailleurs, le second se la fit livrer beaucoup plus qu’il ne s’en empara254. Ainsi que le conseillait al-Harawī (mais a posteriori) il avait multiplié les contacts avec les Damascènes qui comptaient. Mais quel que fût le siège, des négociations étaient menées ; il fallait prendre garde, rappelle al-Harṯamī, à empêcher les ambassadeurs de l’ennemi de semer le doute parmi les assiégeants255 :

« Prends garde à leurs envoyés et ne laisse personne les approcher. Ne leur adresseront la parole que les hommes sensés (al-‘uqalā’) et dignes de confiance. »

  • 256 Ibid. ; al-Taḏkira al-harawiyya, p. 248-9 (texte arabe) et 235 (trad.).
  • 257 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, p. 61.

6Au fond, débuter par la manière douce, offrir la possibilité à l’ennemi de se rendre, gagner son cœur et son esprit par la ruse et l’artifice, l’alternance des propositions d’enrichissement et la menace… : autant que possible, il fallait éviter l’assaut256. Assaut que redoutaient les assiégés, pour lesquels la force morale tenait lieu de première arme257 :

« La première arme de l’assiégé, par laquelle il [doit] commencer, c’est de stimuler ses hommes » (ra’s silāḥ al-maḥṣūr awwal mā yabda’ bihi huwa an yuḥarriḍ aṣḥābahu).

  • 258 Ibid., p. 62.
  • 259  On peut tout aussi bien traduire, dans le contexte, par « semeurs de fausses nouvelles », ainsi qu (...)
  • 260 Ibid., p. 244 (texte arabe) et 238 (trad.).

7Pour les assiégés, agir sur le moral de l’adversaire s’avérait vital. Le commandant (al-qā’id) devait donc faire en sorte que des informations filtrent dans le camp ennemi. Il fallait les convaincre que tout allait bien parmi les assiégés, que d’illusions sur leurs faiblesses il ne fallait point se faire, qu’il valait mieux, donc, cesser là258. Ces informations étaient transmises par des « agitateurs », murǧifūn259, qui, selon al-Harawī, devaient aller plus loin. S’attaquer à ce que les assiégeants avaient de plus cher – leur pays, leurs maisons, leurs proches et leur église260,

« de manière à inquiéter ses soldats (i. e. de l’assiégeant) par des racontars sur l’état de leur pays, la ruine de leurs villages (ḍiyā‘), la mort de leurs proches, la disparition de leurs patrices et la trahison de leurs évêques, en multipliant les nouvelles alarmantes et les visions décevantes, car cela altérera leur courage, dérangera leurs projets et affaiblira leur cœur ».

8En fait, tout était préférable aux combats. Éviter l’attaque pour les assiégeants ; s’emparer d’une place par la négociation (les assiégés obtenaient la promesse de ne pas être massacrés ou même, parfois, de se retirer), la trahison ou la défection d’une partie des combattants pour les défenseurs.

  • 261  Voir supra, « Les sources ».
  • 262  Sur ces techniques, très générales, voir également Cl. Cahen, « Ḥiṣār, I. Généralités », EI2, t. I (...)
  • 263 Mutaarsiyāsat al-urūb, p. 61.
  • 264 Al-takira al-harawiyya, p. 243 (texte arabe), p. 236 (trad.) ; Tabṣirat arbāb al-albāb, p. 2 (...)

9Mais ces traités ne présentent-ils pas une vision trop théorique de la guerre de siège, notamment le Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb ? Certes. Nous avons déjà souligné son style sec, parfois abscons, ainsi que son déficit d’exemples261. Pourtant, ainsi qu’al-Harawī, il énumère, bien que de manière désordonnée, les différentes stratégies à adopter par l’assiégé comme par l’assiégeant, les tactiques à mettre en œuvre, les précautions à prendre absolument en matière de ravitaillement262. En ce qui concerne les assiégeants, il est question, dans le Muḫtaṣar et dans la Taḏkira, de menaces et de promesses certes, de trahison et de défection, mais aussi de blocus, de disettes et de famines, d’empoisonnement des puits et des sources d’eau, d’épidémie donc, de fossé à combler, de tranchées à creuser, de bombardement des murailles, d’attaque au point faible de la défense, de sape et d’escalade. Al-Harawī s’intéresse même à l’équipement nécessaire à l’assaut et à la sape – cuirasses, cottes de mailles, vases de naphte, échelles, cordes, pics, leviers, longues lances, targes, grappins, éléments de palissade servant à protéger les sapeurs, béliers et tours mobiles… Lorsqu’il devait avoir lieu, l’assaut devait être porté sur le point le plus faible de la forteresse, malgré toutes les tentatives de l’ennemi pour les dissimuler263. Non sans ruse, rappelle al-Ṭarsūsī : une attaque contre le point le plus fort avait servi de diversion264.

  • 265  Th. Bianquis a énuméré les méthodes d’investissement et d’assaut des places fortes dans « La fortu (...)

10Ces techniques d’assaut furent pratiquées par les différents belligérants, au VIe/XIIe siècle, selon leur culture militaire et les moyens dont ils disposaient265. On verra par exemple que les Francs privilégièrent les tours mobiles. Au contraire, les musulmans préférèrent la sape, la mine et l’emploi du nafṭ (feux grégeois) dont les Francs ne faisaient pas usage. Mais si ce n’est ces spécificités, les méthodes d’attaque étaient universelles.

  • 266  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 595 : « Furieux, Alp Arslān fit distribuer quatre-vingt (...)
  • 267 Al-taḏkira al-harawiyya et Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, passim. Le second de ces ouvrages e (...)

11Naturellement, il n’en allait pas différemment des techniques de défense. Là encore, al-Harawī et al-Harṯamī en recensent un certain nombre, qui ressortissent, pour la plupart, du bon sens et qu’à toute époque on pratiquait. Le souverain consciencieux et prévoyant avait régulièrement entretenu les protections de sa forteresse (ou de sa ville). Elle était donc, théoriquement, en état de résister à un assaut. Lorsque l’assaillant était annoncé, les remparts étaient à nouveau inspectés et, le cas échéant, rénovés. Évidemment, les portes étaient fermées, le cœur des hommes raffermi, tout particulièrement celui des lanceurs de trait de tout poil – archers, arbalétriers, frondeurs, serveurs de balistes, etc. Il est vrai, ainsi que l’avait montré le siège d’Alep par Malik Šāh, que si les archers ne jouaient pas un rôle fondamental lors de la prise d’une place forte, ce n’était pas le cas pour sa défense266. De bons tireurs, bien placés, pouvaient causer bien des dégâts. Sans oublier les lanceurs de nafṭ, si précieux lorsqu’il fallait détruire les machines de siège de l’ennemi. À l’extérieur, on veillait à combler les puits, empoisonner les eaux, détruire les citernes et les réservoirs. Des hommes étaient disposés en embuscade, attendant leur heure… Une fois cette heure arrivée, ils pouvaient attaquer le camp ennemi, y semer mort, terreur et désolation. Ces précautions s’avéraient-elles insuffisantes ? Il fallait alors lutter pied à pied, protéger les accès de la muraille, se méfier des sapes, les contrer par des contre-sapes, empêcher qu’on approchât les béliers et les tours mobiles des murailles, semer des hérissons aux points les plus exposés. Puis une sortie de cavaliers d’élite était organisée, violente, ravageuse, terrible, faisant grand usage, surtout, du nafṭ, arme de l’effroi. En dernière extrémité seulement, on pouvait faire appel à un allié – car compter sur lui, c’était avouer ses faiblesses et, même, se mettre à sa merci267.

1.2. Évolution vers une guerre partiellement « réglée »

  • 268 Islamic perspectives, p. 523.
  • 269  Stendhal, La chartreuse de Parme.

12Les chroniqueurs permettent parfois de corroborer les assertions des didacticiens. Carole Hillenbrand a récemment rappelé qu’ils sont bien plus précis lorsqu’ils racontent un siège que dans leurs récits de bataille268, qui posent inévitablement le problème du point de vue. Par-delà les textes médiévaux, nous gardons tous à l’esprit les errements de Fabrice à Waterloo269. Les récits de siège n’en comportent pas moins un certain nombre de difficultés qui touchent tout particulièrement au vocabulaire. La plupart du temps, il est stéréotypé, répétitif et peu précis. Trop souvent, l’armement utilisé par l’assiégeant est nommé ālāt al-ḥarb (« machines de guerre ») ou même, simplement, ālāt. De même, on ne sait jamais de quel type de mangonneau il est question. Encore sont-ils évoqués : ce n’est jamais le cas pour les « hérissons » d’al-Harawī.

  • 270 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 35-36.
  • 271 Histoire anonyme de la première croisade, p. 94-97 : « Les nôtres, apprenant que les Turcs avaient (...)
  • 272 Ta’rīḫ alab, p. 363.

13Mais leur « goût du vécu » demeure irremplaçable. Ils ne rechignent pas, notamment, à décrire la cruauté des combattants. Car pour agir sur le moral de l’adversaire, le faire douter, on n’hésitait pas, comme les Croisés à Nicée, à envoyer des têtes privées de leur tronc dans la cité assiégée. Les assiégeants n’agissaient d’ailleurs pas différemment. Féru de ruses et d’artifices, le cadi de Ǧabala réussit à tromper les Francs qui l’assiégeaient à plusieurs reprises. L’un des subterfuges dont il usa consista à faire promettre aux assiégeants par des chrétiens qu’ils allaient leur livrer une tour (réminiscence du siège d’Antioche ?). Ils escaladèrent donc la muraille et accédèrent à la tour où, attendus, ils furent tous tués. Au matin, les têtes de trois cents guerriers d’élite furent jetées du haut des remparts270. De tels faits n’ont rien de surprenant : symbole de la vie s’il en était, la tête des vaincus fut régulièrement ôtée par les combattants de chaque camp en guise de trophée, pendant et après la première croisade. Pendant le siège d’Antioche, les Croisés allèrent jusqu’à déterrer les corps des Turcs, qu’ils décapitèrent271. Al-‘Aẓīmī rapporte qu’après avoir pris un château (il s’agit d’al-‘Āl, connu sous le nom de Qaṣr Bardawīl) près de Tibériade, en 499/1105, Ṭuġtakīn fit décapiter tous les défenseurs272.

  • 273  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221-222, à comparer avec l’Histoire anonyme de la (...)
  • 274 Ta’rīḫ al-islām, p. 3432-3433. Sur les massacres de Ma‘arrat al-Nu‘mān et de Jérusalem dans l (...)

14Des massacres jalonnèrent également la progression des Croisés en Syrie. À Ma‘arrat al-Nu‘mān, toutes les promesses de sauvegarde n’y firent rien : la population fut finalement massacrée. Dès lors, les armées croisées furent précédées d’une réputation de férocité sans pareille, ce qui leur facilita la tâche lors de leur avancée vers Jérusalem. Bien des cités préférèrent leur verser un tribut ou leur faciliter le ravitaillement plutôt que de risquer de subir le même sort que les habitants de Ma‘arrat al-Nu‘mān273. Les Francs n’en continuèrent pas moins de massacrer. La boucherie de Jérusalem marqua suffisamment les mémoires pour qu’on continuât à transmettre, à l’époque de Ḏahabī, le chiffre de soixante-dix mille victimes274.

  • 275 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 15-16, p. 728-732.
  • 276  Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 271-272.

15Mais d’autres sièges se terminèrent par des tueries à grande échelle. S’il s’apitoie assez longuement sur le sort des habitants d’Édesse reprise par Nūr al-dīn le 3 novembre 1146, Guillaume de Tyr n’évalue pas le nombre de tués275, au contraire de Michel le Syrien276 :

« Et alors la terre frémit d’horreur à cause du massacre qui eut lieu : comme la faux sur les épis ou comme le feu dans les copeaux, le glaive s’empara des chrétiens. Les cadavres des prêtres, des diacres, des moines, des nobles et des pauvres étaient abandonnés pêle-mêle. Mais, si leur mort fut cruelle, ils n’eurent cependant point à souffrir plus que ceux qui restaient en vie ; car quand ces derniers tombèrent au milieu du feu de la colère des Turcs, ceux-ci les dépouillèrent de leurs vêtements et de leurs chaussures. Ils les obligeaient à coups de bâton, hommes et femmes, nus et les mains liées derrière le dos, de courir avec les chevaux : ces pervers perçaient le ventre de quiconque défaillait et tombait à terre, et le laissaient mourir sur la route.
[…]
On évalue à environ trente mille le nombre de ceux qui furent tués, tant la première fois que cette seconde fois ; à seize mille, le nombre de ceux qui furent réduits en esclavage et à un millier d’hommes ceux qui se sauvèrent. Aucune femme et aucun n’enfant n’échappa : ou ils périrent dans le massacre, ou ils furent emmenés captifs en divers pays. »

  • 277  Voir le récit de Guillaume de Tyr, op. cit., L. XX, 6.

16De fait, les massacres furent ponctuels pendant l’ensemble de la période que nous étudions. Encore en 1168, à Bilbays, les hommes d’Amaury Ier se laissèrent aller aux pires atrocités. Hommes, femmes, enfants, vieillards de toute origine perdirent la vie ou, lorsque « par hasard » ils avaient échappé à la mort, furent réduits en esclavage277.

  • 278 Historia, RHC, Occ., t. III, L. I, 28, p. 359. Foucher attribue cet acte aux écuyers et aux pauvres (...)
  • 279 R. C. Finucane, Soldiers of the faith. Crusaders and Moslems at war, New York, 1983, p. 103
  • 280  Foucher de Chartres, loc. cit.

17La mort était accompagnée d’atrocités de toutes sortes, comme à Édesse. À Jérusalem, selon Foucher de Chartres, on n’avait pas hésité à ouvrir les ventres des Sarrasins afin d’y récupérer l’or qu’ils étaient censés avoir avalé278. À ce propos, rappelons que de telles pratiques avaient déjà été évoquées par Flavius Josèphe à propos d’un siège de Jérusalem – celui des Romains, plus de mille ans avant la première croisade. Alors, des populations locales (Arabes, Syriens) avaient disséqué des juifs dans la même intention : trouver de l’or279. En 1099, après la prise de la ville, on fit un grand bûcher de cadavres – on cherchait toujours à récupérer les besants que les Sarrasins avaient ingurgités. N’allaient-ils pas demeurer une fois les cendres dispersées280 ?

  • 281 Histoire anonyme de la première croisade, p. 182-183 ; Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. I, (...)
  • 282  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273-274 (« Quand les habitants de Saïda eurent con (...)
  • 283  Le Munaam d’Ibn al-Ǧawzī renferme, à cet égard, une mine de renseignements. Pour l’Occident (...)
  • 284  E. Sivan, « Réfugiés syro-palestiniens au temps des croisades », REI, t. XXXV, 1967, p. 135-147 et (...)
  • 285  E. Sivan, « Réfugiés syro-palestiniens au temps des croisades », loc. cit.
  • 286  J. Berlioz, « Fléaux », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, Dictionnaire raisonné, op. cit., p. 4 (...)

18De telles atrocités eurent-elles un impact stratégique ? On a dit, déjà, que la marche en avant des premiers Croisés avait sans doute été facilitée par les carnages d’Antioche et de Ma‘arrat al-Nu‘mān. Plus que leurs compétences techniques, leur persévérance donnait l’impression que de toute façon il était inutile de trop provoquer leur ire par une résistance acharnée. Rafaniyya fut abandonnée par ses habitants, Ḥiṣn al-Akrād (qui ne ressemblait alors en rien à la puissante forteresse franque que l’on connaît) par sa modeste garnison281. Les cités côtières facilitèrent le ravitaillement des troupes en marche. Par la suite, les chroniqueurs arabes soulignent que Saïda se rendit parce qu’on y craignait de subir le même sort que Beyrouth l’année précédente282. En fait, les Francs arrivaient dans un pays où c’était une pratique courante que d’agir ainsi et, plus généralement, de s’assurer la neutralité d’armées de passage en les soudoyant. Les souverains s’évitaient ainsi – à eux et à leurs sujets – les violences inhérentes à tout siège. Non que ces sujets n’aient été habitués à la violence. Même si l’on sait désormais que les sociétés médiévales ne connaissaient pas une agressivité latente non plus que partout présente, la violence y constituait un phénomène social omniprésent283. Particulièrement redoutée, la violence guerrière faisait partie du lot quotidien des Syriens depuis le dernier quart du Ve/XIe siècle. Les guerres en Europe occidentale se déroulant entre chrétiens relevant de la même Église, on avait plus de scrupules à y massacrer les civils, alors que ce n’était pas le cas dans un pays où les vaincus étaient voués à l’enfer ; au Moyen-Orient, avant les Croisades, les Turcs sunnites, surtout les Turcomans fraîchement convertis, massacraient allègrement les civils musulmans, sunnites ou chiites. À l’invasion turque succédait celle des Croisés. La violence se perpétuait donc, d’autant plus que les deux premières décennies du VIe/XIIe siècle furent marquées par d’autres massacres. Or leur mémoire survivait. La violence se racontait dans toutes les couches de la société, par différents biais – les lettres, les chroniques, les poèmes ou, simplement, le témoignage oral d’hommes et de femmes que l’installation des Francs avait poussés à émigrer284. À Damas, par exemple, les réfugiés palestiniens avaient afflué en nombre, ainsi que ceux originaires de Ma‘arrat al-Nu‘mān ; parmi eux, de nombreux poètes285. Tous ces récits provoquaient évidemment l’effroi. Peur pour soi, ses proches, ses biens. Cette peur pouvait vivifier la résistance286. Mais la motivation des assiégés était diverse. Les chroniqueurs ont tendance à focaliser sur les peurs ou sur la foi. Pendant le siège de Damas par les armées de la deuxième croisade, la population fit preuve d’une ferveur religieuse dont tous les textes arabes font état. Lorsque l’ennemi était musulman, les habitants pouvaient également lutter énergiquement contre l’assiégeant. Parfois l’on décèle, ainsi chez les Damascènes face à Zankī ou chez les Alépins face à Balak, un sentiment d’appartenance à une ville.

  • 287 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 140.

19Pour ce qui est de l’attitude des assiégeants, il faut prendre garde au fait que les récits des chroniqueurs sont parfois motivés par un souci évident de noircir l’adversaire (c’est presque systématiquement le cas dans les chroniques de la première croisade). C’est ainsi qu’Ibn al-Aṯīr et Ibn Abī Ṭayyi’ présentent une version diamétralement opposée de la prise d’al-Aṯārib (puis de Zardanā) par Tancrède, en 504/1110. Pour le premier, le prince d’Antioche fut si sanguinaire que l’affolement s’empara de Manbiǧ et de Bālis d’où l’on décampa avant même qu’il ne s’y présente287 :

« Cette année-là, le seigneur (ṣāḥib) d’Antioche rassembla ses troupes (‘asākir) franques, recruta des cavaliers (fāris) et des fantassins (rāǧil) et prit la route de Ḥiṣn al-Aṯārib, près de la ville d’Alep – à trois farsaḫ-s. Il l’assiégea et coupa son approvisionnement. Alors, comme la situation des musulmans qui s’y trouvaient s’aggravait, ils creusèrent un tunnel [qui partait] de la forteresse (qal‘a) ; ils prévoyaient d’en sortir sous la tente du seigneur d’Antioche afin de le tuer. Mais alors qu’ils s’exécutaient et qu’ils s’approchaient de sa tente, un jeune Arménien se réfugia auprès de lui et lui révéla la situation (al-ḥāl). Alors, il se mit sur ses gardes et fit attention, et il pressa le combat jusqu’à ce qu’il s’emparât de la forteresse (ḥiṣn) de vive force. Il massacra deux mille de ses habitants, hommes et enfants mâles, et fit prisonnier les autres. Puis il se rendit à Ḥiṣn Zardanā qu’il assiégea et où il fit [subir] la même chose à sa population. Lorsqu’ils furent informés de tout ceci, les habitants de Manbiǧ l’abandonnèrent, par peur des Francs. Les habitants de Bālis firent de même. Les Francs se rendirent dans ces deux villes, mais lorsqu’ils virent qu’aucune âme vivante (anīs) ne s’y trouvait, ils s’en retournèrent. »

  • 288 Ibid., p. 334-335, an 539.

Dans la même veine, les habitants d’al-Bīra, que Zankī était allé assiéger après avoir pris Édesse, se jetèrent dans les bras de l’Artuqide de Mārdīn lorsque le prince zankide fut appelé à Mossoul288 :

« Cette année-là, l’atabeg Zankī assiégeait al-Bīra, forteresse des plus inexpugnables qui appartenait aux Francs, située à l’est de l’Euphrate, après qu’il se fut emparé d’Édesse. Il la bloquait et était sur le point de la conquérir lorsqu’il apprit l’assassinat de Naṣīr al-dīn, son nā’ib (délégué, lieutenant) à Mossoul. Il s’en alla alors, envoyant un [nouveau] nā’ib à Mossoul et attendit des nouvelles. Les Francs d’al-Bīra craignaient qu’il ne reparût : ils en avaient une peur bleue (ḫawf šadīd). Ils envoyèrent un messager à Naǧm al-dīn, seigneur de Mārdīn, puis la lui livrèrent. Ainsi les musulmans en prirent-ils possession. »

  • 289 Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 266.
  • 290 Ibid., p. 267-268.
  • 291 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 242-244.

20En fait, toute armée puissante et expérimentée faisait le vide devant elle. Ainsi, en 532/1138, l’empereur byzantin s’avançant vers al-Aṯārib, « la garnison musulmane prit peur et s’enfuit après avoir mis le feu à ses magasins (ḫazā’in)289 ». Bientôt, les habitants d’al-Ǧisr allaient également le quitter, « le laissant vide de tout occupant290 ». Zankī s’avançant vers Alep, en 521-522, vit plusieurs villes se donner spontanément à lui dont Ḥarrān291.

  • 292 C. Hillenbrand, « ‘Abominable acts’ : the career of Zengi », passim et supra, à propos de ses strat (...)
  • 293 Bustān, p. 125.
  • 294  Ibn al-Qalānisī dit bien que la population de Baalbek avait obtenu l’amān ; seuls les soldats ét (...)
  • 295  Version un peu différente dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 272-273 : le gouverneur (wālī) est (...)
  • 296  Plus donc que le sort fait aux assiégés. Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 422-423. (...)
  • 297 Zubda, t. II, p. 139 (an 492).
  • 298 Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 222.

21Mais la cruauté de Zankī, légendaire292, eut également des répercussions négatives sur la suite de sa carrière. À Baalbek, en 534/1139, il renia la promesse d’amān qu’il avait faite aux soldats d’élite (« min šuǧ‘ān al-Atrāk », dit Ibn al-Qalānisī) qui s’étaient retranchés dans la citadelle (qal‘a)293. Fâché de leur résistance294, il ordonna de les crucifier après les avoir trompés295. Par la suite, il s’en alla assiéger Damas, mais il s’était aliéné les cercles dirigeants ainsi que la population qui trouvait surtout étrange « ce manquement à la parole donnée296 ». Desservi par sa réputation, jamais Zankī ne put prendre Damas qui lui offrit une résistance constante. Pendant la première croisade, les Francs en avaient également usé « traîtreusement » à l’égard de la population d’al-Bāra, selon Ibn al-‘Adīm – il rapporte que Raymond de Saint-Gilles avait obtenu sa reddition parce qu’on y manquait d’eau. L’amān avait donc été demandé et obtenu, mais Sinǧīl avait rompu sa parole297. C’est sous le même homme qu’à Ma‘arrat al-Nu‘mān, au lieu de la clémence qu’ils attendaient, les habitants avaient dû goûter aux « gibets qui dominaient la ville298 ».

  • 299 Zubda, t. II, p. 138.
  • 300 Histoire anonyme de la première croisade, p. 205 et note 4 (à propos d’Albert d’Aix) ; Albert d’Ai (...)

22Tous les chefs francs n’avaient pas agi ainsi pendant la croisade. Soucieux de s’imposer comme le seul homme auquel la citadelle d’Antioche devait être livrée, Bohémond avait ainsi promis à « l’amiral » (l’émir) qui y commandait de laisser ses hommes se retirer s’ils le désiraient. Ce qui avait été réalisé ; il avait fait accompagner tous ceux qui avaient refusé de se retirer. Ce qui n’avait pas empêché des Arméniens d’en tuer un bon nombre sur le chemin d’Alep299. Plus tard, à Jérusalem, Raymond de Saint-Gilles (selon les auteurs latins) ou Tancrède (comme le laissent supposer les documents de la Geniza du Caire) offrit un sauf-conduit au gouverneur fatimide, à ses hommes et aux civils qui se trouvaient en sa compagnie dans la citadelle300. Ils purent se retirer à Ascalon. On ne peut donc voir les armées croisées sous le seul prisme des carnages et des traîtrises. Certes aveuglés par une foi niant l’humanité de l’autre qui les autorisait donc à laisser parler leurs instincts les plus bas (mais en cela ils n’étaient guère originaux, à une époque où les guerriers ne s’embarrassaient pas de scrupules), ils firent également, parfois, preuve de réalisme.

  • 301  M. Kilani, L’invention de l’autre. Essais sur le discours anthropologique, Lausanne, 1994, p.  (...)
  • 302  Dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 44 v°-45 r° ; trad. A.-M. Eddé, « Francs et musulmans (...)

23Par la suite, il semble que ce réalisme prima peu à peu. Les Francs incorporèrent progressivement l’autre, le « païen », dans leur univers301, et, surtout, comprirent qu’obtenir la reddition d’une place par le respect d’une parole donnée comportait bien des avantages – en vies humaines, en temps, en argent. Après avoir présenté la version d’Ibn al-Aṯīr de la prise d’al-Aṯārib par Tancrède, en 504/1110, Ibn al-Furāt reproduit celle d’Ibn Abī Ṭayyi’, où il est fait état d’un amān respecté par le prince d’Antioche et, surtout, d’un discours où il proclame sa vision de la guerre de siège302 :

  • 303  A.-M. Eddé (cf. ci-dessus) signale qu’aucun sceau de Tancrède n’est connu à ce jour, en s’appuyant (...)
  • 304  Effectivement, à Ǧabala Tancrède promit la vie sauve aux assiégés et respecta sa parole : Ibn al-Q (...)

« On dit aussi qu’il en prit possession par capitulation. Elle appartenait au prince Riḍwān, maître d’Alep. Lorsque le maudit Tancrède l’assiégea, ses occupants lui demandèrent la vie sauve et il la leur accorda. Ils lui dirent alors :
“Cela ne nous satisfait pas car nous craignons ton manque de parole. Prête-nous donc serment comme nous te le demandons, c'est-à-dire tête nue, sans sceau303, sans souliers ni ceinture, tourné vers l’Orient et tenant l’Évangile sur la poitrine.”
Car telle est la forme chez eux du faux serment prémédité (al-yamīn al-ġamūs) – que Dieu maudisse ceux qui sont partis et abandonnent ceux qui restent !
Le maudit répondit :
“J’accepte tout cela sauf de porter l’Évangile que j’honore et je révère, mais j’aurai au moment du serment les yeux tournés vers lui. Toutefois, comment m’attribuez-vous ce manque de parole ? Hier j’assiégeais Faḫr al-mulk à Ǧabala et il ne me réclama rien de plus que de lui prendre la main alors que sa ville est plus importante qu’al-Aṯārib et que Faḫr al-mulk est supérieur au gouverneur d’al-Aṯārib304. […] Et lorsque les Bāṭiniens se rassemblèrent à Kafarlāṯā et commirent de nombreux dégâts dans mon pays, j’en eus le cœur serré et allai les assiéger. Je mis le feu à leur forteresse et ils me demandèrent la vie sauve. Je leur répondis : “À condition que vous sortiez en personne [sans rien emporter]”, ce qu’ils acceptèrent. Mais quelqu’un me fut envoyé pour me contraindre à prêter serment. J’étais en colère contre eux et quand ils voulurent me faire prêter serment, je pris la ferme résolution de les tuer, mais lorsque la nuit tomba et qu’ils vinrent me trouver, je réfléchis et me dis qu’il était à craindre, si je les tuais, qu’on ne pensât que je les avais trahis et qu’on n’eût plus confiance en moi. Je restais donc fidèle à ma parole. Vous de même, si je vous trahissais, plus personne dans aucune forteresse ne me ferait ensuite confiance et ne se rendrait à moi. »

  • 305  C’est celui qu’il a en tout cas retenu dans SN, p. 259. Il est vrai que les autres sources ne parl (...)
  • 306  Noter que c’est le pragmatisme qui motive Tancrède.

24Ce récit de la conquête d’al-Aṯārib, peut-être plus fiable que celui d’Ibn al-Aṯīr, ainsi que le pensait Claude Cahen305, réhabilite partiellement Tancrède (par ailleurs si souvent décrit comme un homme sans pitié). Il est d’ailleurs suivi d’une anecdote où il réaffirme haut et fort à un chevalier qui allait récupérer une esclave qui s’était réfugiée à al-Aṯārib : « Nous voulons que notre traité soit respecté ! » En proclamant son désir de respecter sa parole à tout prix, Tancrède montrait un réel souci de façonner sa réputation. Son pragmatisme l’ancrait dans les traditions proche-orientales. Ne pas enfreindre sa promesse d’accorder l’amān, c’était également montrer à quel point il voulait s’ancrer dans le pays. Pour l’ensemble des Francs, à l’époque d’Ibn Abī Ṭayyi’ – l’auteur du dialogue – cela était fait depuis longtemps306.

  • 307  Voir le récit d’Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 262/LT p. 86. Voir également, très (...)
  • 308  Toutes les histoires des croisades traitent de la chute de Tyr avec précision. Voir par exemple S. (...)
  • 309 Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 209.
  • 310 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 415-416 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 301-304 ; Ibn al-‘Adīm, Zub (...)
  • 311 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XV, 4. Voir également son discours où il compare le manque d’allant d (...)
  • 312 Historia (et Eracles), RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 31, p. 937.
  • 313 AbūŠamā, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 347-348. Au contraire, on refusait parfois tout accord (...)

25De fait, la guerre de siège se « régla » de plus en plus, et ce dès la première décennie du VIe/XIIe siècle. Rapidement, il n’est plus question de manquement à la parole donnée. La plupart des cités côtières bénéficièrent d’un amān au moins partiel – les occupants de la citadelle se voyaient garantir la vie sauve après que la ville avait été conquise de vive force (ainsi à Tripoli, en 1109307). Lors de la prise de Tyr, en 1124, l’amān fut total. Ṭuġtakīn mena les négociations. On s’accorda sur le fait que les habitants qui désiraient s’en aller pourraient emporter tous leurs biens mobiliers. Malgré le désaccord des troupiers qui craignaient devoir se passer de butin, les chefs Francs tinrent parole308. Naturellement, les pratiques scélérates ne disparurent pas complètement. Deux ans avant la prise de Tyr, par exemple, Baudouin II avait encore conquis al-Bīra en faisant preuve de duplicité. Ses occupants la lui avaient livrée contre toutes les garanties. Mais « il les [avait] pris et [s’était] rendu avec eux à Antioche309 ». Toujours est-il qu’incontestablement la pratique de la guerre de siège changea au long du VIe/XIIe siècle. Les chroniqueurs arabes ne dénoncent pas plus de félonie franque que musulmane ou byzantine. Pour eux, tous les manquements à la parole donnée méritaient d’être mis à l’index, quels que fussent leurs auteurs – Zankī à Baalbek, l’empereur byzantin (en 1138, à Buzā‘a310). Le changement de ton de Guillaume de Tyr illustre cette évolution. Alors qu’on retrouve, dans la partie de sa chronique consacrée à la première croisade, l’exaltation des Croisés (qu’il regrette d’ailleurs lorsqu’il fait le bilan de cinquante années passées en Syrie, dans le chapitre où il annonce la prise d’Édesse311), le ton est plus mesuré par la suite. Aucune exaltation ne transparaît, par exemple, dans les longues lignes qu’il consacre au siège d’Alexandrie par Amaury Ier, plus de soixante ans plus tard. Le passage est connu, la « fraternité » finalement partagée entre assiégés et assiégeants souvent citée. Une fois la paix conclue, les combattants se muèrent en visiteurs. Voir et examiner, se gorger de souvenirs devinrent leur préoccupation première312. De ces flâneries, les auteurs arabes ne disent rien. Mais ils rapportent les bonnes relations entre les émirs et les nobles francs. Ibn Abī Ṭayyi’ s’appuie même sur la voix d’un témoin direct du siège313.

1.3. Types de siège et « efficacité »

  • 314  Sur les citadelles urbaines, voir les remarques de Th. Bianquis, « Le qasr de Damas avant les Selj (...)

26On peut être impressionné par le nombre de sièges qui se terminaient par une capitulation. Dans le domaine musulman tout particulièrement, rares étaient ceux qui allaient jusqu’à une conquête en bonne et due forme. Au mieux, lorsqu’il s’agissait d’une ville, la ligne des remparts était franchie, la ville conquise, mais la citadelle demeurait, parfois érigée sur une éminence très difficile d’accès (ainsi à Alep, Hama, Ḥarrān, etc.)314. Le prince ou son représentant s’y réfugiaient ; les assiéger pouvait prendre beaucoup de temps. On préférait donc accorder l’amān. C’est ainsi que Tutuš entra à Alep, mais se fit livrer la citadelle après accord. Il en fut de même pour al-Afḍal à Jérusalem, Duqāq à Raḥba, Mawdūd à Mossoul, Zankī à al-Aṯārib, à Ba‘rīn ou à Édesse, Šams al-mulūk à Baalbek et à Banyas, Anur à Baalbek, l’émir Ḥassān al-Manbiǧī (l’un des lieutenants de Nūr al-dīn) à Tall Bāšir, etc. Nombre de forteresses et de châteaux se rendirent également sans combattre longtemps, comme al-Labwa, conquise par Šams al-mulūk juste avant qu’il s’empare de Baalbek.

  • 315  Selon Ibn al-Qalānisī (op. cit., p. 440-1), avant de retourner en Djéziré, en 1146, Zankī avait d (...)

27Mais avant d’en arriver là, il avait fallu préparer une campagne et donc se renseigner sur l’objectif choisi, mobiliser ses hommes, en recruter d’autres, les motiver, réunir le ravitaillement nécessaire, l’armement indispensable (à moins qu’on le construisît sur place). Tout ceci prenait du temps315. Partir enfin, s’installer aux portes de la localité (ou de la forteresse), puis combattre. Combattre encore tout en s’assurant, en territoire mal connu, de la nourriture, des hommes et des chevaux. Réussir à progresser et à ébranler la confiance des assiégés, parvenir à pénétrer dans la ville. Enfin, on se tournait vers la citadelle. Le siège était un aboutissement pour les assiégeants.

  • 316  Le siège de Damas a fait l’objet de nombreuses études, dont A. J. Forey, « The failure of the sieg (...)

28Il était un siège particulier – celui de la cité qui tenait lieu de capitale d’un prince. Entourée de murailles (celles d’Antioche paraissent avoir complexé les Croisés) et qu’une citadelle, qal‘a, protégeait tout autant qu’elle surveillait ses habitants, elle nécessitait des armées nombreuses et puissamment équipées, capables d’en faire le blocus, de multiplier les assauts, de résister aux sorties et, le cas échéant, aux attaques d’une armée de secours. Une armée pour laquelle se posait vite le problème du ravitaillement : il fallait nourrir les hommes et les chevaux. Or, immanquablement, si les assiégés luttaient vaillamment et avec constance, les semaines passant, la disette ou, pis, la famine guettait. Les Croisés l’expérimentèrent pendant le (très) long siège d’Antioche. Décembre 1097 et janvier 1098 furent deux mois terribles : les Byzantins n’étaient plus là, comme devant Nicée, pour ravitailler l’armée. Lors du siège de Damas par les troupes de la deuxième croisade, la question semble avoir obnubilé les Croisés. En tout premier lieu, ils veillèrent à s’installer là où l’eau était disponible en abondance, à Rabwa, sur le Nahr Baradā. Contrairement à ce que l’on a longtemps cru, ils s’y maintinrent jusqu’à leur retraite. De toute façon, le siège fut trop court, du 4 rabī‘ I 543/24 juillet 1148 au 10 rabī‘ I 543/29 juillet 1148, pour qu’ils aient le temps de réellement souffrir de difficultés d’approvisionnement dans un territoire aussi fertile316.

  • 317  Al-Afḍal l’avait également assiégée et prise à la veille de l’arrivée des Croisés.
  • 318  En 1084, après sa victoire contre Muslim b. Qurayš, Sulaymān b. Qutulmuš avait attaqué Alep ; Tutu (...)
  • 319  Elle avait auparavant été attaquée par Atsiz en 1072 et 1076, Muslim b. Qurayš en 1083. Tutuš s’en (...)
  • 320  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 440-441.
  • 321  Malgré les efforts des Croisés. Cf. par exemple La Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, Chant IV, 1 (...)
  • 322  Le soutien byzantin alla bien au-delà du soutien logistique, selon Anne Comnène, Alexiade, t. III, (...)
  • 323  Le récit le plus détaillé du siège d’Antioche est celui de J. France, Victory in the East, chap. 7 (...)
  • 324 Chronique anonyme syriaque, trad. J.-B. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », dans le (...)
  • 325 Ibid., p. 171-172 ; Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 4.
  • 326  Commode parce qu’il renferme différentes versions : Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq (...)

29Les capitales syriennes subirent plusieurs sièges pendant la période que nous étudions : Antioche et Jérusalem (même si ce n’était pas vraiment une capitale) pendant la première croisade317, auxquelles on peut ajouter Nicée (qui ne se trouve pas en Syrie) ; Alep en 1123 (par Balak) et 1124-1125 (par Dubays et Baudouin II)318 ; Damas en 1096 (par Riḍwān), 1129 (par Baudouin II), 1135 et 1139 (par Zankī), 1148 (par les troupes de la deuxième croisade et des États latins), 1150, 1151 et 1154 (par Nūr al-dīn)319. On peut également prendre en compte la prise d’Édesse par Zankī, en 1144, puis par son fils Nūr al-dīn, en 1146. La plupart de ces sièges ne donnèrent pas vraiment lieu à affrontement ; ou tout au moins ne furent-ils pas acharnés. Deux tentatives de Nūr al-dīn sur trois (la première et la dernière) ne semblent avoir été que des démonstrations de force. Le prince zankide invitait plus les Damascènes à se donner à lui qu’il ne les combattait. Son père avait tenté d’agir de la même manière, mais sans succès quant à lui. Avant sa mort, en 1146, il avait projeté d’attaquer plus fermement Damas ; il avait fait construire et réunir à Baalbek un impressionnant matériel de guerre, mais il avait finalement renoncé320. De sorte que les seuls sièges de ce type qui aboutirent furent ceux de la première croisade et celui d’Édesse. Dans le premier cas, les Croisés eurent beaucoup de mal à s’emparer de Nicée et d’Antioche. Jamais ils ne purent complètement bloquer l’accès à ces villes qui furent régulièrement ravitaillées321. À Nicée, l’aide byzantine leur fut indispensable et la ville se rendit322 ; à Antioche, ils végétèrent et ne parvinrent pas à occuper la citadelle autrement que par capitulation323. Il en fut de même à Jérusalem, où l’amān fut accordé au gouverneur fatimide. À Édesse, enfin, « on livra la citadelle à [Zankī] deux jours après la prise de la ville324 ». Selon Guillaume de Tyr et, surtout, l’Anonyme syriaque, notre meilleur source sur l’événement, la ville n’était pas en état de résister en l’absence du comte Josselin325. Les auteurs arabes confirment que Zankī avait profité de cette absence326. Quant à la cité que Nūr al-dīn prit et livra au bon vouloir de ses hommes, elle n’était que partiellement occupée par les révoltés ; la citadelle était restée aux mains de la garnison que Zankī y avait installée.

  • 327  Encore les Francs purent-ils assiéger Bilbays, Alexandrie ou Damiette (avec les Byzantins), en Égy (...)
  • 328  Pour l’armée de Sayf al-dīn Ġāzī, maître de Mossoul, voir notamment Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. X (...)
  • 329 J.-M. Mouton, Damas, p. 83.

30De toute évidence, avant l’extrême fin de la période qui nous occupe, les armées qui guerroyèrent en Syrie n’étaient pas de taille à réaliser le siège d’une ville majeure en bonne et due forme327. Elles n’étaient sans doute pas assez nombreuses et les problèmes de ravitaillement étaient insolubles. En outre, attaquer de telles cités, c’était risquer qu’une armée de secours tente de la dégager (les Zankides étaient annoncés à Damas lorsque le siège de 1148 fut levé328). Et les forces auxquelles on allait devoir faire face étaient démultipliées. Jean-Michel Mouton a souligné à quel point la défense de la cité, lors du siège de Damas par les armées de la deuxième croisade, avait été l’affaire de tous les habitants. Soldats, aḥdāṯ et citadins de tout poil se retrouvaient unis face à un danger qu’il fallait repousser. Les barrières sociales transcendées, le temps du siège était « celui d’une profonde cohésion sociale329 ». Comme l’ennemi était franc, les auteurs arabes (et notamment les plus importants, Ibn ‘Asākir et Ibn al-Qalānisī) insistent sur la motivation religieuse des hommes qui se précipitèrent au combat. Pour ces auteurs, leur efficacité comptait peu.

  • 330  Exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 285-286 (Tyriens).
  • 331 Muntaẓam, t. XVIII, p. 111-118.

31À des degrés moindres, selon l’ennemi, la plupart des sièges imposaient de mobiliser la population en transcendant les catégories sociales. C’est ainsi que les chroniqueurs arabes évoquent inlassablement les « habitants de la ville », ahl al-balad, lorsqu’ils décrivent les attaques des Francs contre les cités côtières palestiniennes. Leur attitude, en général héroïque, paraît avoir joué un rôle notable dans les difficultés franques à s’en emparer, même s’il faut se méfier de l’image idyllique que les chroniqueurs ont tendance à en donner330. Dans un tout autre contexte, Ibn al-Ǧawzī brosse un portait très complaisant des habitants de Bagdad. Il ne nous en a pas moins laissé, dans le Muntaẓam, un des récits de siège les plus utiles qui soit – celui de Bagdad attaquée, en 551-2/1157, par le sultan seldjouqide Muḥammad Šāh et ‘Alī Kūǧak. Ce récit est un véritable journal de bord où se mêlent souci de précision et pittoresque. La défense de la ville paraît d’une part avoir mobilisé une véritable « industrie », menée de main de maître par les hommes du calife al-Muqtafī, d’autre part avoir constitué un moment d’exception qui transcenda toutes les énergies331 :

  • 332  Cuirasse à lamelle. Cf. M. Gorelik, « Oriental armour of the Near and Middle East from the eighth (...)
  • 333  « Mangonneaux », sur lesquels voir ci-dessous.
  • 334  Communément traduit « balistes ». Souvent considéré comme un mangonneau de petite taille.
  • 335  Plutôt que « linger, marchand de linge, toilier », comme dans R. Dozy, Supplément aux dictionnaire (...)
  • 336  En fait « dans chaque ‘arrāda il y avait quarante hommes » : « fī kull ‘arrāda arba‘ūn raǧul(...)
  • 337  De nombreux sens sont possibles. Nous avons traduit selon le contexte, kurr, comme kura, pouvant s (...)
  • 338  « Fī haḏihi l-nawba » : « dans cette affaire, ce cas, cet événement ».

« Les gens se mirent en arme (labisa al-nās al-silāḥ) : le calife fit sortir sept mille ǧawšan332qu’il fit distribuer. Des manǧanīq333 et des ‘arrādāt334 furent dressés – quarante coupeurs de bois (šaqqāq)335 travaillaient le bois (ḫašab) afin de faire des boucliers (turās), des maǧāniq (sic) et des ‘arrāda. C’est ainsi qu’il y avait deux cent soixante-dix ‘arrāda et manǧanīq, quarante hommes étant préposés à chaque ‘arrāda336. Chaque jour, il sortait plus de cent boulets (kurr337) des arsenaux (ḫizāna).
[…] Un jour, on sortit pour les Turcs vingt-cinq mille flèches et deux cent soixante boulets (kurr) des arsenaux du calife. Rien ne fut réclamé à personne, non plus qu’on emprunta de l’argent à ceux qui en avaient (ḏawī l-māl).
Le fabricant de verre du calife (zaǧǧāǧ al-ḫāṣṣ) raconta qu’il avait produit, pendant ces événements338, dix-huit mille bouteilles (qārūra) destinées au nafṭ, sans compter celles qui leur restaient de l’affaire de Takrīt (nawbat Takrīt). »

  • 339  Magistrat urbain, théoriquement chargé, dans les villes, de la surveillance du respect des bonnes (...)

Face aux troupes du sultan, « l’armée du calife », ‘askar al-ḫalīfa. À ses côtés, les ‘ayyārūn, équivalents des aḥdāṯ damascènes. Puis, les combats se faisant de plus en plus rudes, on appela tous les Bagdadiens à prendre les armes. Ils s’exécutèrent, du marchand au bas peuple ; le muḥtasib se chargeait de la distribution des armes339. Bientôt, les ḥurrās (« gardiens »)

« crièrent, dans les rues et dans les souks, que celui qui voulait participer au ǧihād (man arāda al-ǧihād) se mît en arme et se rendît au rempart (al-sūr). Une multitude (al-ḫalq) sortit alors ».

  • 340  Il faut absolument comparer le récit d’Ibn al-Ǧawzī à celui du siège de Damas en 1148 dans Ibn al (...)

32Dès lors, la victoire appartenait à tous. Des héros avaient émergé, tel cet Abū l-Ḥusayn al-‘Ayyār qui, de nuit, attaqua les postes avancés des armées ennemies à la tête de piétons et de mauvais garçons (al-raǧǧāla wa l-šuṭṭār)340.

  • 341  P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense du royaume de Jérusale (...)
  • 342  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 88-89, an 499.

33Mais, en revenant au contexte syrien, les sièges les plus nombreux ne concernaient pas de telles villes. On visait avant tout la conquête de forteresses et de châteaux. Pendant toute la période que nous étudions, Francs et musulmans réalisèrent plus d’une centaine de sièges dont un bon nombre ne nous est connu qu’en passant, par la mention anodine, dans une source arabe ou latine, de la prise de telle ou telle place. D’autres encore ne donnèrent pas même lieu à combat ; soit la garnison s’enfuyait, soit elle négociait sa reddition. Enfin, nul ne peut estimer le nombre de sièges dont les chroniqueurs ne parlent pas. Il n’est par exemple presque jamais question des tours de guet dont l’archéologie rappelle l’existence, tout particulièrement dans le royaume de Jérusalem341. Pour ce que les chroniqueurs nous transmettent, quelques impressions se dégagent : les Croisés eurent beaucoup de mal à s’emparer de forteresses puissantes, bien défendues. Pour peu qu’ils s’en donnèrent la peine, les musulmans obtinrent régulièrement des réussites fulgurantes. La prise puis la destruction par Ṭuġtakīn, en 499/1105, du château (ou de la forteresse) que les auteurs arabes nomment Ḥiṣn al-‘Āl, identifié avec Qasr Bardawīl, dans le Sawād, à l’ouest du Ǧawlān, sur la rive orientale du lac de Tibériade, ne laisse pas de surprendre à une époque où les armées damascènes étaient dominées par celles de leurs ennemis francs342 :

  • 343 Stricto sensu « entre lui et Damas » : « baynahu wa bayna Dimašq naḥwa yawmayn ».

« Finalement, Baudouin (Baġdawīn) construisit un château (ḥiṣn) entre ses territoires et Damas343, à environ deux jours [de cette dernière ville]. Ṭuġtakīn prit peur de cette situation et des malheurs qui pourraient en advenir. Il rassembla donc son armée (‘askar) et s’en alla les combattre. Le roi de Jérusalem, d’Acre et d’autres lieux encore se mit en route pour aider et assister ce comte contre les musulmans. Mais le comte lui fit savoir qu’il pouvait rester chez lui et qu’il était capable de faire face aux musulmans s’ils le combattaient. Baudouin s’en retourna donc à Acre. Puis Ṭuġtakīn se présenta devant les Francs et ils s’affrontèrent. Le combat s’intensifiant, deux émirs de l’armée damascène prirent la fuite. Ṭuġtakīn les poursuivit et les tua. Les Francs s’enfuirent vers leur château, où ils se réfugièrent. Ṭuġtakīn dit alors :
“Qui brillera à les combattre obtiendra de moi ce qu’il me demandera. Je donnerai cinq dinars à qui me ramènera une pierre du château.”
Les fantassins (al-raǧǧāla) se précipitèrent et montèrent au château. Ils le démolirent et en apportèrent les pierres à Ṭuġtakīn qui leur versa ce qu’il leur avait promis et ordonna qu’on précipite les pierres dans la vallée (al-wādī). Ils firent prisonniers ceux qui se trouvaient dans le château (man bi l-ḥiṣn), mais il donna des ordres et ils les exécutèrent tous, si ce n’est les chevaliers captifs qui étaient cent. Très peu de ceux qui se trouvaient dans le château en réchappèrent. Ṭuġtakīn revint à Damas victorieux ; la ville fut parée pendant quatre jours. »

  • 344 Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. II, p. 409, qui appelle le château ‘Āl ou ‘Al‘al (selon un m (...)
  • 345  P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense du royaume de Jérusale (...)
  • 346 Historia, RHC, Occ., t. IV, L. X, 5-6, p. 533-534.

34À ce récit, Sibṭ b. al-Ǧawzī ajoute que l’attaque avait été nocturne344, Ibn al-Qalānisī qu’elle s’était déroulée à l’improviste. Le château était-il terminé ? Nous l’ignorons. De même, et malgré des photographies aériennes qui semblent confirmer le démantèlement345, on ne sait s’il était aussi inexpugnable que ces deux chroniqueurs le prétendent. En revanche, nous savons que des piétons (al-raǧǧāla) faisaient partie de l’armée de Ṭuġtakīn. Possédaient-ils des compétences particulières en matière de poliorcétique ? Là encore, rien ne peut être affirmé : le vocable (al-raǧǧāla) qu’emploie Ibn al-Aṯīr peut englober toutes sortes de combattants. Le seul chroniqueur latin à évoquer l’armée damascène, Albert d’Aix, parle bien de Sarrasins aux côtés des Turcs de Damas, mais non à propos du siège qu’il n’évoque pas346.

35Autre impression, sur laquelle on reviendra régulièrement : apparemment, les Francs réalisèrent des progrès substantiels, peut-être très rapides. Enfin, chacun des belligérants privilégiait des techniques d’assaut, sans doute pour des raisons d’efficacité.

  • 347  Encore récemment R. Ellenblum, « Siege warfare and construction of Frankish concentric castles », (...)
  • 348  Comparer Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 1-8 aux auteurs arabes (références citées sup (...)
  • 349  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 335 ; Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 221 ; P. Deschamps, L (...)

36Mais il est quelque peu hasardeux de se limiter à l’aspect technique de la guerre de siège, ainsi qu’on l’a souvent fait347 : une réussite ou un échec n’étaient pas forcément dus à l’habileté des assiégeants. Une multitude de facteurs entrait en compte, dont le moral des assiégés, sur lequel les didacticiens insistaient tant et que de nombreux chroniqueurs mettent en valeur. Il n’en allait pas différemment pour les assiégeants – malgré toutes les supputations autour de l’échec de la deuxième croisade, on ne peut oublier le rôle assurément néfaste joué par les dissensions qui minaient les armées franques348. Une armée de secours forçait parfois à lever un siège en bonne voie. Ce fut le cas à A‘zāz, en 518/1124, que Balak, Ṭuġtakīn et les troupes d’Āq Sunqur al-Bursuqī étaient sur le point de prendre : alors que la ville était sur le point de tomber, que l’action des sapeurs et des hommes préposés à l’assaut rendait la tâche facile, une armée franque se présenta. Les musulmans durent lever le siège ; battus lors de la bataille qui s’ensuivit, ils durent se retirer349.

1.4. Déroulement des combats350

1.4.1. Les cavaliers

    37Il n’existe pas de modèle type ou « siège idéal » à partir duquel il serait possible d’analyser les évolutions de la guerre de siège. C’est sans doute la raison pour laquelle les auteurs de traités militaires se contentent de donner des « conseils » à leur lecteur. Chaque siège était unique, au VIe/XIIe siècle comme à d’autres époques. Quelques récits de chroniqueurs permettent néanmoins d’envisager à quel point, a priori, la guerre de siège était affaire de spécialistes – d’ailleurs souvent mis en scène dans les illustrations qui ont été conservées (ci-dessous).

    Scène de siège, fin du XIIe siècle

    Scène de siège, fin du XIIe siècle

    Ms. Petrus de Éboli, De rebus siculis carmen (c. 1187-1200), Bibl. de la Bourgeoisie, Berne, cok. 120, f° 109.

    • 351  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 375-376/LT, p. 203-204.

    38En fait, chacun des protagonistes avait un rôle que les descriptions des chroniqueurs permettent de caractériser sommairement. En théorie, les cavaliers étaient peu utiles aux assiégeants. Les cavaliers légers étaient notamment utilisés en tant qu’informateurs ; ils devaient chevaucher aux environs de la place assiégée en quête d’ennemis potentiels, et pouvaient être chargés du ravitaillement. Les cavaliers lourds, peu mobiles, coûteux à nourrir (ainsi que leurs chevaux), perdaient la place qui était la leur en temps normal. Plus que jamais, c’est à pied que la décision se faisait. Cela étant dit, ils pouvaient combattre à pied, sous la direction du souverain. Ce sont eux qui menèrent l’assaut, par exemple, aux côtés du prince de Damas, Šams al-mulūk, lorsqu’il s’empara de Banyasen 527/1132351 :

    • 352  Il s’agit sans doute de grands boucliers construits spécialement pour les sièges.
    • 353  « Ilā an tamakkanū minhu » : « jusqu’à s’en rendre maîtres ». C’est d’ailleurs ainsi que traduit (...)
    • 354  « Wa hāǧamūh ». Le verbe est polysémique. R. Le Tourneau traduit « ils donnèrent l’assaut ».

    « Il se mit en route à la fin de muḥarram, prit position devant [la ville] le dimanche 1er ṣafar 527/11 décembre 1132 et mena l’assaut à la tête de l’armée (fī l-‘askar). S’y trouvait un grand nombre de cavaliers et de fantassins (ǧamā‘a wāfira mina l-ḫayyāla wa l-raǧǧāla) qui, effrayés par cette attaque inopinée, furent frappés d’impuissance et découragés. [Šams al-mulūk] s’approcha du rempart sous la protection des boucliers disposés en forme de palissade352, avec l’aide des Ḫurāsāniens et des sapeurs (wa qaruba min sūrihim bi-daraq al-ǧafatiyāt wa l-ḫurāsāniyyīn wa l-naqqābīn). Il mit pied à terre, imité en cela par tous les Turcs (al-Atrāk) qui tirèrent des flèches contre ceux qui se trouvaient sur le rempart. [Ces derniers] se mirent à l’abri et il n’en resta pas un pour montrer sa tête tant les archers étaient nombreux (li-kaṯrat al-rumāt). [Šams al-mulūk] fit approcher les « palissades » (al-ǧafatiyāt – soit les boucliers) d’un endroit de la muraille qu’il jugea faible (ilā makān istaraqqahu) et ils le sapèrent jusqu’à atteindre leur but353. Puis ils le firent s’écrouler354 et ils entrèrent en nombre dans la ville. Les Francs qui s’y trouvaient cherchèrent refuge dans la citadelle (al-qal‘a) et dans les tours (al-abrāǧ), s’y retranchèrent et s’y défendirent. La cité fut conquise, sa porte ouverte, tous les Francs qu’on y trouva tués ou faits prisonniers. Quand ceux qui s’étaient enfuis dans la citadelle et dans les tours virent ce qu’il en était, une attaque [imminente], aucun secours, aucun renfort possible, ils demandèrent l’amān qui leur fut accordé. Ils en descendirent, et ils furent tous faits prisonniers. »

    • 355 Kalak : radeau « consistant en outres gonflées et attachées les unes aux autres sur lesquelles on a (...)
    • 356 Samn : plutôt du beurre fondu.
    • 357  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 248 ; Histoire anonyme de la première croisade, (...)
    • 358 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 462 sq.

    39Encore l’attaque avait-elle été menée tambour battant. La campagne, que Šams al-mulūk avait tenue secrète jusqu’au dernier moment, n’avait pas posé de problème logistique particulier, d’autant plus que Banyas n’était guère éloignée de Damas. Ainsi qu’on l’a vu, il en allait très différemment lorsque le siège s’éternisait. La nourriture des chevaux, tout particulièrement, posait question. D’autant plus que les assiégés pouvaient opérer des sorties afin d’intercepter le ravitaillement. C’est ainsi que lors du siège de Bagdad que nous avons évoqué, « un radeau355 transportant de la farine, du sucre, du miel, de la graisse356, des fers à chevaux (na‘l li l-ḫayl) et d’autres choses encore » qui arrivait de Mossoul fut intercepté par les hommes du calife (aṣḥāb al-ḫalīfa). Lors du siège d’Antioche, pendant la première croisade, la garnison de la ville n’avait pas agi différemment. Début mars 1098, par exemple, elle avait surpris une colonne dirigée par Raymond de Saint-Gilles qui arrivait de Saint-Siméon357. Plusieurs dizaines d’années plus tard, pendant la deuxième croisade, Anur choisit également d’essayer de rompre les lignes de ravitaillement des armées latines ; les puits furent comblés, les points d’eau détruits358.

    • 359 Pour D. Nicolle, (Saladin and the Saracens, Oxford, 1986, p. 13 : « Mid 12th century paper fragment (...)

    40Mais les cavaliers lourds étaient employés de différentes manières. Ils protégeaient l’armée contre une attaque menée par d’autres cavaliers lourds (embusqués par les assiégés ou faisant partie de troupes de secours) et pouvaient faire barrage aux tentatives de sortie de l’armée ennemie. Peut-être le fragment de papier d’époque fatimide du XIIe siècle retrouvé à Fusṭāṭ représente-t-il, d’ailleurs, l’une de ces sorties redoutables qui donnaient lieu à de véritables batailles rangées aux portes de la place assiégée. La présence d’archers, au sommet des deux tours du premier plan, laisse penser que l’artiste décrivait un siège, et le cavalier musulman, au centre du fragment, semble sortir à la rencontre de l’ennemi359.

    Fragment d’un papier d’époque fatimide (Fusṭāṭ, XIIe siècle)

    Fragment d’un papier d’époque fatimide (Fusṭāṭ, XIIe siècle)

    British Museum.

    • 360 Ibn AbīṬayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 119 ; cf. également (...)

    41L’on pense évidemment au siège de Damas, en 523/1129, à la violente attaque de Būrī contre un contingent franc (chargé du ravitaillement)360 :

    • 361  « Fī hāḏihi l-ḥāla ».
    • 362  De toute évidence, le texte est corrompu. Nous avons traduit au plus compréhensible.
    • 363 ‘Alā ġurra ; on pourrait lire ‘alā ġirra (« à leur insu »), mais l’indication temporelle d (...)

    « Les Francs se rendirent à Ǧisr et y campèrent en ḏū l-qa‘da de cette année. L’armée (‘askar) de Damas effectua une sortie contre eux et demanda le combat (wa tabba‘ū li l-ḥarb). Mais pas un Franc ne sortit à eux, pas plus ce jour-là que le lendemain. Les jours passèrent, et eux étaient [toujours] dans cet état [d’esprit]361 : ils ne sortaient pas de leur campement ; ils montaient à cheval chaque jour, mais ils restaient autour de leurs tentes. Ensuite, leurs provisions s’amenuisèrent. Alors le maudit Guillaume de Bures (Kilyām Dabūr), seigneur (ṣāḥib) de Tibériade, effectua une sortie à la tête d’un corps de l’armée franque – tous les hommes (raǧul) de l’armée ayant été rassemblés – vers le Ḥawrān362. L’émir Tāǧ al-mulūk, seigneur (ṣāḥib) de Damas, en fut informé. Il envoya donc rapidement un groupe de forts d’entre les nobles (aqwiyā’ nuǧabā’) sous la direction du grand émir (amīr min umarā’) connu sous le nom de Šams al-Ḫawāṣṣ, avec ordre de les affronter. Ils partirent donc contre eux et les trouvèrent aux premières lueurs de l’aurore363. C’est alors que les musulmans fondirent sur eux et les passèrent au fil de l’épée jusqu’au milieu de la matinée (ilā ḍuḥā nahār). »

    42Par-delà ses exagérations, Ibn Abī Ṭayyi’ montre à quel point le camp d’une armée assiégeante était vulnérable, d’une part pour des raisons d’approvisionnement, d’autre part parce qu’elle était forcément à la merci de chevauchées brutales. Cette fois, la réaction musulmane avait été très rapide ; apparemment, les Francs n’avaient pas eu le temps de prendre des mesures de précaution efficaces.

    • 364 Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. X, 33-35, p. 646-647
    • 365 On a déjà dit que R. Ellenblum, « Three generations of Frankish castle building in the Latin Kingdo (...)
    • 366 Maregart ou Malregart : Histoire anonyme de la première croisade, p. 71 ; Guibert de Nogent, Gesta (...)
    • 367  Ibn al-Qalānisī, loc. cit.
    • 368  Guillaume de Tyr, op. cit., p. 761 sq. ; J.-M. Mouton, Damas, p. 79.
    • 369 Bustān, p. 128 ; J.-M. Mouton, loc. cit.
    • 370 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 465.
    • 371 Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVIII, p. 111sq.

    43En revanche, les Francs prirent le temps de s’organiser devant Ascalon – il est vrai après bien des déboires. Les sorties de la garnison causaient bien des dégâts en territoire franc ; en 1109, l’une d’elles avait même atteint les portes de Jérusalem, y semant la panique364. Le roi de Jérusalem fit donc construire des châteaux face à la cité fatimide365, sur le même mode, finalement, qu’à Antioche (où « Maregart » et « La Mahomerie » avaient été édifiés devant la ville366). Pendant le siège de Damas de 1148, l’armée damascène effectua également des sorties qui gênèrent fortement l’avancée des Croisés367. Plus largement, Anur avait mis au point une série d’opérations de harcèlement de l’ennemi qui semble bien avoir porté ses fruits. Sa progression fut tout particulièrement retardée dans la Ġūṭa, où les musulmans surent habilement jouer des obstacles naturels (canaux, vergers, petits murets bordant les sentiers) qui permettaient à leurs archers et autres fantassins de frapper sans être vus, ou du moins seulement au dernier moment368. De sorte que le court siège de Damas n’en fut pas vraiment un. Les Francs réussirent certes à apparaître sous les remparts369, mais ils ne purent s’atteler réellement à la tâche. De véritables batailles eurent lieu aux environs de la ville ; à l’occasion d’une d’elles, les Francs prirent soin de trouver un « terrain propice pour leur charge ou un subterfuge pour battre en retraite370 ». Devant Bagdad, en 1157, le même phénomène se produisit371.

    • 372 Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 47.
    • 373 Ibid., p. 47-8.

    44En fait, c’est surtout sous les remparts que les cavaliers lourds devenaient moins utiles ; ils y constituaient des cibles privilégiées. Au VIe/XIIe siècle, il y avait, devant Apamée, un terrain abrupt parsemé de pierres, de colonnes et autres traces d’un glorieux passé. En 1121, alors qu’Usāma b. Munqiḏ et Šihāb al-dīn Maḥmūd b. Qarāǧa avaient prévu de l’attaquer, ils avancèrent difficilement au milieux des ruines : leurs chevaux avaient du mal à marcher entre les pierres. Dès lors, ils ne purent déloger les Francs qui s’y étaient retranchés. Ils réussirent pourtant à passer et Usāma décida de parvenir coûte que coûte à l’entrée de la citadelle. Mais lui et ses hommes furent bousculés par les cavaliers et les fantassins qu’ils croyaient avoir laissés à l’arrière. Une fois parvenus devant la porte d’entrée, ces cavaliers francs mirent pied à terre et envoyèrent leurs chevaux dans la citadelle. Ils se muèrent en fantassins, les pointes de leurs lances dressées372. De toute évidence, la lourdeur des cavaliers musulmans les avait gênés. Tout d’abord, ils n’avaient pu avancer aussi rapidement qu’ils l’avaient souhaité. Ensuite, le texte d’Usāma les montre empâtés et passifs sous le feu des archers francs373. De même, une fois l’assaut donné, ils étaient moins à l’aise pendant les combats urbains que les fantassins, plus légers et connaissant mieux le terrain.

    1.4.2. Les fantassins

    a.– Les « lanceurs de trait » : protéger, harceler
    • 374 Ibid., p. 22.

    45Dans le camp des assiégés, tous les « lanceurs de traits » s’avéraient indispensables. Le moindre récit de siège ou de combats urbains, la moindre représentation iconographique les met en valeur, archers, arbalétriers, frondeurs, lanceurs de nafṭ. En 549/1154, au Caire, Usāma, en compagnie de ‘Abbās, qui s’opposait à Ibn Ruzzayk, eut à combattre dans les rues. La lutte dura une journée entière, du milieu de la matinée au coucher du soleil. Si les cavaliers, toujours montés, tentaient de leur barrer le passage, ils semblent surtout avoir eu à déplorer l’activité des archers et des frondeurs qui se trouvaient sur les terrasses. Les femmes et les enfants eux-mêmes participaient à ces bombardements, de leurs fenêtres374. Ailleurs, l’émir munqiḏite éprouve le besoin de montrer à quel point un archer habile et intelligent pouvait mettre à mal deux cavaliers, fussent-ils parmi les fāris les plus courageux – Usāma lui-même et Ǧum‘a al-Numayrī. L’anecdote se déroule vers 1122, près d’Apamée. Alors que les deux cavaliers venaient de se défaire aisément de huit cavaliers francs, ils se mirent à examiner la forteresse. Mais un avorton (Usāma utilise à escient le diminutif ruwayǧil, « petit homme ») arriva, décidé à les attaquer, muni d’un arc (qaws) et de flèches (nuššāb). Il n’eut aucune peine à les mettre en fuite.

    • 375  De cette rareté, on a généralement tiré la conclusion, à tort pensons-nous, que « les guerriers de (...)
    • 376 RHC, Occ., t. I, p. 564 : « Engins dreçoient en la vile contre les noz ausint bons ou meilleurs qui (...)
    • 377  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 155 ; iṣn al-Ṣawr se trouve au Diyār Bakr (cf. note 5 (...)

    46Même si cela leur était plus difficile, les archers étaient tout de même utiles aux assiégeants. Ainsi, lors du siège de Banyas dont il a été question, les « Turcs » de Šams al-mulūk, archers confirmés, s’étaient vus chargés de tirs de protection qu’Ibn al-Qalānisī, sans doute porté à magnifier leur rôle, affirme très efficaces. En revanche, il est très peu question, dans les sources arabes, des arbalétriers (ǧarḫī, en général, dans les sources tardives), de sorte qu’on peut se demander si les chroniqueurs, peu soucieux de précision, ne les incluaient pas, parfois, parmi les rumāt, « archers » (en fait « lanceurs de traits, de projectiles »), de même qu’ils se contentaient de nommer les arbalètes qaws (« arc ») avec un qualificatif (parfois oublié)375. D’ailleurs, l’Eracles signale des tirs d’arbalètes tyriens, lors de la défense (finalement inefficace) de la ville, en 1124376. Surtout, le témoignage d’Usāma b. Munqiḏ dont on a déjà parlé est sans appel : la défense de Ḥiṣn al-Ṣawr assiégée par Zankī était assurée par des arbalétriers (ǧarḫī). Zankī les craignait, lui qui tenta de les apeurer 377 :

    • 378  La suite montre qu’il s’agit d’une tour.
    • 379 Stricto sensu « des poignets » – min zunūdihim.

    « J’ai assisté au siège de Ḥiṣn al-Ṣawr aux côtés du roi des émirs (malik al-umarā’) l’atabeg Zankī […]. Il était plein d’arbalétriers (al-riǧāl al-ǧarḫiyya) – ceci se passait après son échec devant Āmid. Aussitôt que les tentes furent dressées, il envoya l’un de ses compagnons crier sous le château (ḥiṣn) :
    “Et, les arbalétriers (yā ǧamā‘a al-ǧarḫiyya), l’atabeg vous dit : – Par la grâce (ni‘ma) du sultan, si un seul de mes hommes est tué par vos traits (nuššāb), je vous couperai les mains !”
    Puis l’on dressa les mangonneaux (manǧānīq) face au château. Ils abattirent l’un de ses côtés378. À peine cette destruction fut-elle réalisée que les fantassins (al-riǧāl) y montèrent. C’est alors qu’un ǧandār de l’atabeg, un Alépin nommé Ibn al-‘Urayq, monta par cette brèche et attaqua [les arbalétriers] à l’épée. Mais ils lui infligèrent plusieurs blessures et le jetèrent de la tour (burǧ) dans le fossé. Puis nos hommes pénétrèrent en masse dans la brèche et s’emparèrent du château. Les lieutenants de Zankī s’y rendirent, prirent les clés et les envoyèrent à Ḥisām al-dīn Timurtāš b. Īl-Ġāzī b. Artuq auquel [Zankī] donna le château.
    Or il advint qu’un trait d’arbalète (nuššāba ǧarḫ) atteignit un des Ḫurāsāniyya au genou – lui fendant la rotule (en fait « la partie qui est à l’intersection du genou »). Il mourut.
    Dès que l’atabeg eut pris le château, il fit mander les arbalétriers – ils étaient neuf. Ils vinrent, les arbalètes (qisī) bandées sur l’épaule. Il ordonna qu’on leur coupe le pouce379 ; leurs mains perdirent tout mouvement et dépérirent.
    Quant à Ibn al-‘Urayq, il soigna ses blessures et guérit après avoir frôlé la mort. C’était un homme courageux, qui faisait face aux dangers. »

    • 380  Le passage dans lequel Anne Comnène fait de l’arbalète une arme monstrueuse, typiquement latine, e (...)
    • 381 Histoire anonyme de la première croisade, p. 38-39.

    47En revanche, les auteurs latins font plus régulièrement mention d’arbalètes parmi les défenseurs francs, signe peut-être d’une utilisation plus importante, plus précoce surtout380. Pendant le siège de Nicée, en mai-juin 1097, l’auteur anonyme des Gesta fait état d’archers et d’arbalétriers chargés, comme les hommes de Šams al-mulūk, de protéger les sapeurs381 :

    « Puis le comte de Saint-Gilles et l’évêque du Puy tinrent conseil sur les moyens de miner une tour qui se trouvait devant leurs tentes. Des hommes furent désignés pour la miner, avec des arbalétriers et des archers pour les protéger. »

    • 382  R. Grousset, Histoire des croisades, p. 222, citant un extrait de l’Eracles : « li nostre firent u (...)
    • 383 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 127.
    • 384 Pour H. Nickel, « The mutual influence of Europe and Asia in the field of arms and armour » dans D. (...)

    48Par la suite, les arbalétriers francs paraissent avoir été de plus en plus redoutables – ainsi à Qaysariyya (Césarée), sur la côte palestinienne, en 1101, où ils sont décrits perchés au haut d’une tour de bois aux côtés des archers. De là, ils pouvaient atteindre toute cible voulue dans la ville assiégée382. Lors du siège de Kerak par Saladin, à la fin de la période qui nous occupe, aucun de ses hommes ne pouvait s’approcher de la forteresse « du fait des nombreux tirs de flèches d’arbalètes (ǧarḫ) et d’arcs (qaws), ainsi que de pierres au moyen de mangonneaux (manǧanīqāt)383 ». Peut-être l’arbalète avait-elle subi des améliorations substantielles sous l’influence des arcs composites orientaux384 ?

    b.– Les naffāṭūn ; le nafṭ
    • 385 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 285-286.

    49De fait, si l’arbalète semble bien avoir été un instrument privilégié des combattants francs, l’utilisation du nafṭ ne leur fut pas transmise. Du moins les textes à notre disposition ne laissent-ils rien entendre de tel. Pourtant, ils en souffrirent précocement dans leurs tentatives de s’emparer des places fortes musulmanes. Dans les chroniques, tous les récits de siège quelque peu développés montrent des naffāṭūn (« lanceurs de naphte ») tenter d’incendier les machines de siège ennemies. Celui qu’Ibn al-Qalānisī consacre au siège de Tyr, en 505/1111-1112, est justement célèbre. Il décrit la sortie des habitants de la ville (ahl Ṣūr) avec « du nafṭ, du bois, du goudron et une machine/un instrument pour allumer un incendie (ālat al-ḥalq) ». Puis ils lancèrent « le feu près de la petite tour » franque (ils en avaient construit deux) qu’ils réussirent, grâce au vent, à enflammer et à détruire. Enfin, le feu se propagea à la deuxième tour. Mais les Francs veillaient ; ils réagirent promptement et réussirent à éteindre cet incendie-là385 ».

    • 386 J.-T. Reinaud, I. Favé, Du feu grégeois, des feux de guerre et des origines de la poudre à canon, (...)
    • 387 Al-Ṭarsūsī, Tabira, éd. K. Sader, p. 176-186 ; Ibn Manglī,al-iyalfī l-urūb fī fat al (...)
    • 388  M. Canard, « Textes relatifs à l’emploi du feu grégeois chez les Arabes », Bulletin d’études arabe (...)
    • 389  Sur l’utilisation des bateaux, voir les articles de V. Christides mentionnés dans l’article de l’E (...)

    50Comme les Byzantins, les musulmans étaient des experts en nafṭ386, dont les traités militaires exposent de nombreuses recettes387. Dès le milieu du VIIe siècle, les musulmans en faisaient un usage régulier388. La flotte arabe en était équipée lors du siège de Constantinople, en 715-717. Avec le temps, de nombreux modes de propulsion avaient été mis au point389.

    Assaillant byzantin faisant usage de feu grégeois au moyen d’un siphon portatif

    Assaillant byzantin faisant usage de feu grégeois au moyen d’un siphon portatif

    Ms. byzantin de Bologne ; cf. également (autre ms. byzantin) Bibl. Vaticana., Cod. Vat. Gr. 1605, XIe siècle.

    • 390  Même si les archéologues sont généralement prudents. Cf. A. J. Boas, Crusader archaelogy. The mate (...)
    • 391 Voir C. Hillenbrand, op. cit., p. 528.
    • 392  Ainsi que vingt mille torches : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. . al-Šammā‘, t. IV, 1, (...)

    51Les chroniqueurs parlent surtout des lancers, par des hommes ou par des mangonneaux, de qārūra, pluriel qawārīr, « bouteilles en verre » mais également, comme en témoignent l’archéologie390 et les traités militaires, pots en argile. À Kafarṭāb, Usāma b. Munqiḏ fut témoin du lancer d’un des assaillants, un Turc391. Lors de l’incendie de Fusṭāṭ menacée par Amaury Ier, vingt mille qārūra-s auraient été utilisées, selon les auteurs arabes392. Plusieurs petits récipients en terre cuite ont été retrouvés, par exemple à Fusṭāṭ (ci-dessous). Ils semblent avoir été façonnés manuellement, mais non sans répondre à un modèle standardisé. Ils ressemblent beaucoup à ceux qui sont figurés dans certains manuscrits arabes. Les pots projetés par des machines de jet étaient de taille plus importante.

    Pot à naphte en terre cuite

    Pot à naphte en terre cuite

    Trouvé à Fusṭāṭ, sans doute du XIIe siècle, collection M. Mercier. Poids : 460 g. Contenance : 345 g d’eau. 115 mm de hauteur par 105 mm de diamètre. Probablement lancé à la main.

    « Grenade explosive » en terre cuite

    « Grenade explosive » en terre cuite

    Trouvée à Fusṭāṭ, sans doute du XIIe siècle, collection M. Mercier. Poids : 365 g. Contenance : environ 175 à 180 g d’eau. 131 mm de hauteur par 80 mm de diamètre. Goulot très étroit (2 mm environ) situé à l’extrêmité supérieure du « chapeau ». Lancement probable à la fronde ou au moyen d’une cordelette.

    • 393  Pour la période qui nous concerne, al-Ṭarsūsī, Tabṣira, éd. K. Sader, p. 177 et suivantes, beauc (...)
    • 394  Voir aussi Tabṣira, éd. Cl. Cahen, pl. IV : arbalète pour lancement d’une bouteille de nafṭ.
    • 395  M. Mercier, op. cit., p. 92 sq. : lancement d’une mèche allumée contre l’ennemi ; J.-F. Fino, loc (...)
    • 396  Voir par exemple Anne Comnène, Alexiade, XIV, II, 10, à propos de Tyr : « […] une nuit, ils rempli (...)

    52Les traités militaires font état de procédés plus sophistiqués393 – notamment de jets au moyen de flèches394, de massues à asperger… voire même de grenades (ci-dessus)395. Naturellement, la composition du nafṭ variait selon le type d’emploi prévu. Lorsque le pot lancé ne possédait pas de mèche, le nafṭ devait se répandre facilement ; on lançait ensuite une torche pour que la cible atteinte s’embrase396.

    • 397  Ces frondes étaient peut-être utilisées pour projeter le récipient où se trouvait le nafṭ. Si Ib (...)
    • 398 Al-zarrāqūn étaient des « lanceurs de javelines », mais R. Dozy souligne (Supplément aux dictionn (...)
    • 399 Muntaam, t. XVIII, p. 112.
    • 400 Cf. par exemple le traité militaire d’époque mamelouke (ms. original XIVe s., copié fin XVe-début X (...)

    53Il fallait prendre garde à ce que le produit ne s’écoule pas sur le lanceur, qui n’était pas forcément équipé d’une combinaison adaptée ; il risquait la mort, en cas d’accident. À Bagdad, en 552/1157-8, Ibn al-Ǧawzī signale l’utilisation de frondes397 et de « javelines à nafṭ » ou « bâtons à feu » (zarrāqāt al-nār398) par les troupes califales. Il raconte ensuite la mort d’un émir appartenant à l’armée assiégeante ; il avait été touché par une grenade (ou un pot) de nafṭ (qārūra nafṭ)399. Des vêtements de protection ininflammables existaient, dont on possède des représentations tardives400.

    • 401  Ibn al-Furāt, op. cit., p. 211.
    • 402  Les tours mobiles franques étaient également recouvertes de peaux de bête, mais l’objectif était i (...)
    • 403  Cf. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 19, p. 852.
    • 404 Historia, RHC, Occ., t. IV, L. VI, 19, p. 476, à propos du siège de Jérusalem. Noter que l’Anonyme (...)
    • 405  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 286-7/LT p. 113-114.

    54Le développement de l’utilisation du nafṭ fut tel, au cours du VIe/XIIe siècle, que lors de la réception par Saladin de l’envoyé du calife al-Nāṣir li-Dīn Allāh, le šarīfFaḫr al-dīn, ce dernier arriva notamment avec deux « charges de nafṭ » et « cinq lanceurs de nafṭ (zarrāq), experts en élaboration de mise à feu (li ṣinā‘at al-iḥrāq bi l-nār)401 ». D’ailleurs, les Francs ne s’y étaient pas trompés, eux qui, très tôt, avaient tenté de protéger leur matériel de siège à l’aide de vinaigre402, puis recouvert leurs machines de peaux retournées spécialement préparées403. Selon Albert d’Aix, ils auraient été guidés en cela par des Syriens chrétiens404. À Tyr, pendant le siège de 505/1111-2, leurs efforts furent vains405 :

    « Le feu finit par prendre au sommet de cette tour, et comme les Francs s’affairaient à l’éteindre avec du vinaigre et de l’eau, le marin s’empressa de suspendre d’autres paniers et en même temps lança de l’huile bouillante dans de petites cruches pour que l’incendie se développe. Le feu s’intensifia, se propagea de proche en proche et devint violent, atteignant les deux hommes postés au sommet de la tour dont l’un fut tué et l’autre échappa aux flammes en descendant. Le feu embrasa toute la partie supérieure de la tour, gagna ensuite l’étage (ṭabaqa) au-dessous, puis celui du milieu, se diffusant dans le bois de l’ouvrage ; il atteignit tous ceux qui se trouvaient tout autour et dans les étages. Incapables d’éteindre l’incendie, tous les Francs qui étaient postés dans la tour et autour d’elle prirent la fuite. »

    • 406  Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 27. Mais il ne s’agit pas seulement de nafṭ.

    À Ascalon, en 1153, le vent seul sauva leur tour mobile406.

    c.– Les sapeurs
    • 407 Alexiade, XI, I, 6-7.

    55Si les Francs ne surent (ou ne voulurent) jamais utiliser le « feu grégeois », il faut écarter l’idée qu’ils ne sapaient pas les murailles. Certes, ils ne paraissent pas avoir maîtrisé toutes les techniques de siège avec le même brio que leurs adversaires musulmans (ou les Byzantins) ; mais du moins les pratiquaient-ils, pour la plupart. Lors de la première croisade, le contingent de Raymond de Saint-Gilles comptait des sapeurs qui furent actifs pendant le siège de Nicée. Le témoignage d’Anne Comnène, souvent rejeté au prétexte qu’elle fait la part belle à l’empereur son père, n’occulte pas les tentatives de celui qu’elle appelle Isangélès. Il est vrai qu’après avoir entretenu des relations difficiles, les deux hommes s’étaient ensuite entendus ; au moment où elle écrivait, Anne devait avoir gardé le souvenir d’un homme qui finalement avait accepté l’autorité d’Alexis. Les opérations qu’elle décrit laissent augurer d’une connaissance avérée de certaines techniques (construction de « tortues » permettant aux sapeurs d’agir en toute quiétude ainsi qu’aux manieurs de béliers de frapper la muraille)407 :

    « Isangélès, tout à l’action du moment, construisit une bastille en bois de forme circulaire dont il recouvrit de peaux les deux flancs et d’osier tressé la face intérieure ; une fois qu’elle fut solidement et entièrement achevée, il l’approcha de la tour qu’on appelle Gonatès. […]
    Quand Isangélès, en homme parfaitement expérimenté, eut construit la bastille en bois dont nous avons parlé et que les spécialistes en machines de guerre appellent “tortue”, il y fit introduire des hommes armés pour battre la muraille, ainsi que d’autres soldats munis d’instruments en fer pour ébranler cette tour par en bas ; les premiers étaient chargés de combattre contre les défenseurs du rempart afin de permettre aux seconds, grâce à cela, de miner la tour. De plus, ces derniers substituaient des poutres aux pierres qu’ils retiraient. Quand ils furent arrivés jusqu’à la paroi intérieure du mur au point de voir la lumière filtrer par une fissure, ils mirent le feu aux poutres qui s’enflammèrent. Quand elles furent réduites en cendre, la tour Gonatès s’inclina davantage encore, de sorte qu’elle ne perdit pas son nom. Après avoir fait au reste des remparts une ceinture de béliers et de tortues, et comblé le fossé extérieur avec de la terre pour ainsi dire en un instant, si bien que le terrain n’était plus de part et d’autre qu’une face unie, les Celtes s’adonnèrent de tout leur pouvoir au siège de la ville. »

    • 408  Ces techniques sont exposées par M. Balard, « La poliorcétique des croisés lors de la première cro (...)
    • 409 Histoire anonyme de la première croisade, p. 37 : « Le jour de l’Ascension du Seigneur, nous comme (...)

    56Peut-on considérer ce texte comme digne de confiance ? Les chroniques latines corroborent l’emploi des techniques mises en œuvre par les hommes de Raymond de Saint-Gilles408. Trois beffrois avaient été construits ; on avait surtout essayé de miner la muraille et d’y provoquer une brèche au moyen de béliers. Peut-être même, ainsi que le soutient l’auteur anonyme des Gesta, une tour de bois avait-elle été édifiée (ou au moins envisagée)409. À première vue, donc, le récit d’Anne Comnène semble probant. Il faut pourtant noter qu’il apparaît surtout comme un révélateur de la faiblesse de la poliorcétique croisée : aucune de leurs tentatives n’aboutit. La mine qui permettait de « voir la lumière » (ce qui pose problème pour une mine) ne permit que d’incliner la tour de Gonatès « davantage encore ». D’ailleurs, la suite est édifiante. Elle fait intervenir le basileus, qui

    « à plusieurs reprises, avait considéré de près tous ces détails et constaté l’impossibilité où se trouvaient les Latins de prendre Nicée malgré leurs forces qui dépassaient toute évaluation ».

    • 410  Anne Comnène aurait utilisé le terme helepolis pour désigner de l’artillerie lourde et non des tou (...)
    • 411  Le siège est raconté par toutes les Histoires des croisades. R. Rogers, Latin siege warfare in the (...)

    57Le récit des tentatives croisées préparait l’intervention de l’empereur. Celui-ci arrivé, il prit les choses en main – en faisant construire les « hélépoles de différents genres » qui manquaient aux Croisés410. Mais si Anne cherche effectivement à mettre en valeur l’action de son père, au final on ne peut nier une participation byzantine décisive qui permit la prise de la ville411.

    • 412  Voir les deux textes dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle, op. cit., p (...)
    • 413  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 268-270.
    • 414  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 16. Mais il mentionne bien la panique des musulmans.
    • 415  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 16-17 (souligne l’activité des sapeurs) ; Guibert de Nogent, Gesta Dei (...)

    58Les Croisés n’avaient pu prendre Nicée par la force. Les sapeurs de Raymond avaient été incapables de faire s’écrouler la tour dont ils s’étaient chargés. Ils récidivèrent à Ma‘arrat al-Nu‘mān, mais on ne sait pas vraiment s’ils furent plus efficaces. La réussite du siège dépendit essentiellement d’une tour mobile plus haute que les remparts – c’est du moins ce que soutient Ibn al-Qalānisī. L’auteur anonyme des Gesta dit simplement que « les nôtres avaient sapé » la muraille, ce que voyant, les « Sarrasins furent saisis de terreur et s’enfuirent dans la cité412 ». On ne sait donc pas avec certitude si les remparts s’étaient écroulés – ni le Liber de Raymond d’Aguilers413, ni le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr414 ne s’intéressent à la question. En revanche, l’on sait qu’à ‘Arqa, les tentatives de sapes furent vouées à l’échec malgré un creusement en profondeur cette fois-ci415.

    • 416 Historia, op. cit., L. XI, 1-2, p. 663-664.
    • 417 Kāmil, t. IX, p. 131.
    • 418  Outre les références citées plus haut, voir, sur le site de ‘Arqa, Guide bleu, 1932, p. 66.
    • 419 Cf. R. Rogers, Latin siege warfare in the twelfth century, p. 89.
    • 420 Op. cit., L. XVIII, 18, p. 849-850.
    • 421 Ibid., L. XVIII, 19, p. 851-853.
    • 422  Des sapeurs furent également actifs lors du siège de Damiette par les Francs et les Byzantins.

    59Au printemps 502/1108, ‘Arqa put enfin être prise. L’Historia d’Albert d’Aix et le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr présentent une version différente de cette conquête. Pour le premier, Guillaume Jourdain l’assiégea trois semaines ; il la bombarda sans relâche et, surtout, exerça un blocus rigoureux. C’est seulement par ce moyen qu’il réussit à s’en emparer. Affamés, les habitants s’enfuirent après avoir percé la muraille (ce que les Francs n’avaient pu faire). Les Francs purent alors y pénétrer après avoir enfoncé la porte d’entrée416. Ibn al-Aṯīr soutient quant à lui que la garnison demanda l’amān qui lui fut accordé. Seul son commandant, Isrā’ḫl, ne fut pas autorisé à s’en aller, car Guillaume exigeait la libération par les Damascènes de l’un de ses compagnons emprisonné depuis sept ans déjà417. Le récit d’Albert d’Aix dénote une certaine forme d’impuissance des Francs face à une forteresse de montagne haut perchée sur un tell418. Les Francs avaient en tout cas renoncé à la sape. Ce ne fut pas toujours le cas au long des trois premiers quarts du XIIe siècle. Au contraire des villes côtières, situées en plaine, les places fortes de l’intérieur syrien étaient pour la plupart surélevées, ce qui limitait l’intérêt des tours mobiles. Dès lors, le bombardement et la sape demeuraient bien les techniques les plus appropriées419. Si, lors de l’attaque de Šayzar à l’automne 1157, il n’en est pas fait mention (mais les Francs ne pénétrèrent que dans la ville, selon Guillaume de Tyr420), des mineors sont signalés à Ḥārim, à la fin de cette même année et au début de la suivante421 : après que « li engin » (machines de siège) aient été dressées, semant l’épouvante à l’intérieur de la place (« si que cil dedanz em furent molt espoenté »), l’on se rendit compte que la configuration du chastiaux (« asis en un tertre ») appelait le creusement d’une mine. Là encore, les sapeurs n’atteignirent pas leur objectif ; Ḥārim céda sous l’effet des bombardements422.

    • 423  Tous les auteurs soulignent l’efficacité des «urāsāniens. La sape permit à Nūr al-dīn d’entrer dan (...)
    • 424 Kitāb al-I‘tibār, p. 155 (voir le texte ci-dessus). Mais Zankī avait promis dès l’arrivée d’êtr (...)
    • 425  Selon Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 140 (texte traduit supra).

    60Au contraire, les sapeurs des armées musulmanes faisaient preuve d’une efficacité redoutée. Ils étaient mis à contribution quel que soit le type de siège. Lorsqu’il accourut vers Édesse révoltée, par exemple, Nūr al-dīn, pourtant parti d’urgence, avait emmené ses sapeurs avec lui423. Les auteurs arabes laissent généralement pointer de l’admiration pour les Ḫurāsāniens, experts patentés dont on prenait le plus grand soin. Lors du siège du château de Ṣawr dont il a déjà été question, Zankī réagit ainsi violemment à la mort d’un d’entre eux424. Habitués à creuser et à entretenir les qanāt (canaux), ils avaient développé une facilité aux antipodes de celle des sapeurs provençaux. On les retrouve dans les principales armées syriennes – Alep, Damas. Les Alépins, également, étaient réputés pour leur aptitude à miner. En fait, dans tous les territoires musulmans irrigués par des canaux souterrains, des hommes paraissent avoir maîtrisé les techniques de construction (étayage) et de creusement auxquelles la sape faisait appel. À al-Aṯārib assiégée par Tancrède, l’on creusa un tunnel qui devait aboutir sous la tente du prince normand qu’on aurait ainsi pu assassiner425.

    • 426 Kitāb al-I‘tibār, p. 73 ; trad. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, p. 74-75 ; trad. A. Miq (...)

    61Présent lors du siège de Kafarṭāb par l’armée de Bursuq, en 509/1115-6, Usāma b. Munqiḏ en a laissé un long récit qui constitue un témoignage précieux sur la maîtrise technique des Ḫurāsāniens, ici confrontés à une forteresse puissante. Par-delà l’émerveillement d’Usāma ou le demi-succès des Ḫurāsāniens, ce passage souligne la qualité des constructions franques426 :

    • 427 En fait « wa naamū al-naqb bi l-aḫšāb kaḏālika ilā asās al-bāšūra ».
    • 428  Nous suivons ici la traduction d’A. Miquel, Des enseignements de la vie, p. 199 ; H. Derenbourg, A (...)

    « Ils s’installèrent devant Kafarṭāb, où se trouvaient les deux frères de Théophile et les Francs, et l’attaquèrent. Ils engagèrent les Ḫurāsāniens dans le fossé afin de creuser une sape. Les Francs, se sentant perdus, mirent le feu à la forteresse (ḥiṣn), incendiant les toits qui s’écroulèrent sur les chevaux, les bêtes de somme, les porcs et les prisonniers. Tout brûla. [Quant aux] Francs, ils restèrent accrochés sur les murailles, au sommet de la forteresse (mu‘allaqīn fī a‘lāh ‘alā l-ḥīṭān).
    Il me vint à l’idée d’entrer dans la sape (al-naqb) pour l’examiner. Je descendis donc dans le fossé alors que flèches et pierres se déversaient sur nous comme la pluie, et pénétrai [dans la sape]. J’y constatai une science extraordinaire (ḥikma ‘aẓīma) : ils avaient creusé depuis le fossé jusqu’à la barbacane (bāšūra) ; sur les deux côtés de la galerie (naqb) ils avaient disposé des étais supportant des traverses qui empêchaient la partie supérieure (mā fawqahā) de s’effondrer. Le coffrage consolidait la sape de cette manière jusqu’aux fondations de la barbacane427. Puis [les Ḫurāsāniens] avaient creusé à la base du mur de la barbacane, qu’ils avaient maintenu par-dessous, et étaient parvenus aux fondements de la tour (al-burǧ). La galerie était étroite – elle n’avait été faite que pour ménager cet accès-là428. Arrivés à ce point, ils l’avaient élargie sous le mur de la tour (fī ḥā’iṭ al-burǧ) qu’ils avaient soutenu par des poutres, faisant emporter un à un les morceaux de roche [que le creusement rejetait]. À force de creuser (mina l-naqš), le sol de la galerie était devenu boueux. Ayant vu [ce que je voulais], je sortis alors que les Ḫurāsāniens ne m’avaient pas reconnu. M’eussent-ils reconnu qu’ils ne m’auraient pas laissé sortir sans leur [verser] une forte contribution (mā tarakūnī aḫruǧ illā bi-ġarāma kaṯīra lahum).
    Ils entreprirent de couper du bois sec et d’en bourrer la galerie. Le lendemain matin, ils y mirent le feu. Nous nous étions équipés et avancés jusqu’au fossé pour attaquer la forteresse quand la tour s’écroulerait. Flèches et pierres déferlaient sur nous qui étions à rude épreuve. Le premier effet du feu fut de faire tomber les joints de chaux qui liaient les pierres. Puis [la tour] se fissura, la fissure s’élargit et la tour s’écroula. Nous pensions qu’après cela, nous serions en mesure de pénétrer [dans la tour] et d’attaquer [l’ennemi]. Mais c’était la face extérieure qui était tombée ; le mur intérieur était intact. Nous demeurâmes là jusqu’à ce que le soleil nous brûlât, et nous regagnâmes notre campement, grandement mis à mal par les pierres qu’on nous jetait. »

    62Finalement, un fantassin plus décidé que les autres eut l’idée de se servir du mur écroulé comme d’un escalier. Il gravit les pierres qui s’amoncelaient et réussit à atteindre le sommet de la tour. Un combat s’ensuivit, pendant lequel il se distingua. Ses compagnons l’ayant suivi, les Francs reculèrent. Un Turc avait fait usage du nafṭ, provoquant une folle panique parmi eux. Dépassés par le nombre, ils cédèrent finalement. La place fut conquise.

    • 429  Version différente par Guillaume de Tyr. Sur tout ceci, voir N. Élisséeff, ND, t. III, p. 509.

    63Un tel récit a l’avantage de la précision : pour peu qu’ils en aient été capables, les chroniqueurs ne décrivent pas les sapes sinon que de manière évasive. Lorsqu’ils racontent les prises d’Édesse par Zankī puis Nūr al-dīn ou les multiples sièges que subit Banyas, Guillaume de Tyr et ses pairs ne s’étendent pas. Fait notable : qu’elle fût assiégée par Šams al-mulūk (en 527/1132) ou par Nūr al-dīn (qui effectua plusieurs tentatives), on ne peut qu’être surpris de la facilité avec laquelle on pénétrait dans cette dernière ville. Deux techniques furent principalement utilisées : les remparts furent minés et bombardés. En 552/1157, par exemple, selon Ibn al-Qalānisī, Nūr al-dīn mêla bombardement intensif et sape. C’est la sape qui s’avéra la technique la plus efficace. La tour minée s’effondra ; les troupes pénétrèrent dans la ville par la brèche ainsi créée ; la population fut massacrée429.

    d.– Les autres piétons et leur armement : escaladeurs, constructeurs de machines, serveurs de machines de jet, etc.
    • Édifier le campement
    • 430  Ch. Gravett, Medieval siege warfare, Oxford, 1990, p. 23.
    • 431  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 338.

    64Redoutés, les sapeurs s’activaient devant la place assiégée au milieu d’une foule de fantassins. Les archers, les arbalétriers et les frondeurs les protégeaient autant que possible. À l’écart, lanciers, piquiers et autres combattants attendaient qu’on leur donne l’ordre de monter à l’assaut, aux côtés de cavaliers qui avaient dû laisser leurs chevaux au campement. D’autres cavaliers étaient postés tout près, prêts à fondre sur quiconque viendrait menacer l’armée assiégeante. D’autres encore protégeaient le campement (ainsi que des fantassins) que des valets d’armée avaient édifié. Pour le prémunir des attaques de l’ennemi, l’on pouvait creuser un fossé et dresser des palissades430. C’est que l’on s’installait parfois pour longtemps. L’on resta des mois, par exemple, devant Qal‘at Ǧa‘bar, en 540/1146. La prise des villes côtières palestiniennes par les Francs prit plus de temps encore. Devant Alep, en 518/1124-5, ils avaient431

    « construit dans leur camp des abris et des cabanes (masākin wa buyūt) pour se protéger de la chaleur et du froid et étaient décidés à séjourner là. Mais Dieu Très Haut – qu’il soit loué – eut pitié des gens d’Alep, les sauva de la calamité et les tira de l’adversité ».

    • 432 Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. IV, p. 1964 sq.
    • 433 Bustān, p. 119-120. Récit voisin d’Ibn AbīṬayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 198  (...)
    • 434  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 119 (le texte est (...)
    • 435 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 287-8/LT p. 114-115.

    65En fait, il n’est pas rare qu’un chroniqueur parle d’un campement comme d’une véritable ville. Ainsi l’auteur anonyme du Bustān, à propos du même siège d’Alep432. Selon lui, une crue providentielle du Quwayq sauva les Alépins tout autant qu’Āq Sunqur al-Bursuqī. Tentes emportées, armes égarées… : lorsqu’ils affrontèrent al-Bursuqī, le lendemain de la crue, les assiégeants étaient diminués433. Devant Damas, en 1129, Ibn Abī Ṭayyi’ inverse les rôles. Reclus dans leur campement, menacés par une cavalerie musulmane revigorée, d’assiégeants les Francs se muèrent en assiégés. Seul le manque de nourriture les poussa à sortir de leurs tentes434. Lorsque le siège échouait, on incendiait, comme les Francs à Tyr, « les baraquements qu’ils avaient construits dans leur camp pour s’y loger ». L’ensemble du matériel qu’on ne pouvait emporter subissait le même sort435.

    • Escaladeurs
    • 436 Histoire anonyme de la première croisade, p. 107.

    66La nuit venue, les combattants regagnaient le campement. Ils y demeuraient parfois, comme Usāma et ses compagnons devant Kafarṭāb, jusqu’au moment où on leur ordonnait de se préparer. Alors on endossait son armure, on se munissait de son épée, de son javelot, de sa lance, de sa massue et on partait à l’assaut. Parmi les hommes qui étaient mis à contribution, certains maîtrisaient plus que les autres l’escalade. C’était le cas des Daylamites, dans les armées musulmanes. Montagnards, combattants redoutés, ils étaient en première ligne au moment de l’assaut. Pour le reste, tous les fantassins pouvaient emprunter l’échelle qui avait été dressée contre les remparts. La ville d’Antioche fut prise une fois les hommes de Bohémond venus436

    « jusqu’à l’échelle qui était dressée et fortement liée aux murs de la cité ; environ soixante hommes des nôtres l’escaladèrent et furent répartis entre les tours dont [Pirrhus] avait la garde ».

    • 437  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVIII, p. 114.
    • 438  L’illustration ici présentée est accompagnée d’un commentaire d’Ibn al-Zaraḏkāš.

    67Portés vers l’assaut, les Francs usaient souvent de ces échelles. Les musulmans de Syrie beaucoup moins, si l’on en croit le peu de mentions auxquelles elles ont droit dans les chroniques arabes. Pourtant, lors du siège de Bagdad, en 1157, les hommes de Muḥammad Šāh « vinrent avec les échelles qu’ils avaient construites ; il y avait quatre cents grandes échelles ». En pure perte437. La précision du chroniqueur n’est pas anodine : différents types d’échelles existaient438.

    Salālim al-ḥisār (« échelles de siège »)

    Salālim al-ḥisār (« échelles de siège »)

    Ibn al-Zaraḏkāš, al-Anīq fī l-manāǧīq, éd. Iḥsān Hindī, Le Caire, 1405/1985, pl. 27.

    • Constructeurs de machines, artilleurs et leurs machines
    • 439 Latin siege warfare in the twelfth century, p. 62, p. 49 (« While there is no mention of local craf (...)

    68Des hommes qui construisaient ces échelles, nous ne savons pratiquement rien. Encore n’exigeaient-elles pas les compétences pointues d’autres hommes dont la réussite (ou l’échec) du siège dépendait : ingénieurs, charpentiers, maçons, artilleurs. D’eux également, les sources disent peu de choses, sinon qu’ils étaient indispensables. Sans doute les armées franques manquaient-elles de ces « techniciens » pendant la première croisade. Livrées à elles-mêmes devant Antioche alors qu’elles avaient pu bénéficier de l’aide byzantine à Nicée, elles purent s’appuyer sur l’aide des Italiens – les Génois – à Jérusalem. On a même avancé l’hypothèse, crédible mais non étayée par les textes, de l’emploi, par les Croisés, de native engineers, selon l’expression de R. Rogers439.

    • 440 Ibid., p. 50 et chap. 2.
    • 441  G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 462-463.

    69Les navires génois qui vinrent mouiller à Jaffa transportaient des charpentiers, des menuisiers et des ouvriers avec leurs outils. Ils comblèrent, pour partie, le manque qui s’était fait ressentir jusque-là. Deux tours de siège, un bélier, un beffroi, de grands boucliers portables, des machines de jet et des échelles furent notamment construits. Plus tard, pendant le siège des cités côtières palestiniennes, les Latins continuèrent à s’appuyer sur les flottes des cités maritimes italiennes440. Parfois, cela ne suffit pas. À Tyr, Guillaume de Tyr souligne que l’on fit appel à l’ingénieur arménien Havedic (Awétik’)441.

       

    • 442  Pour les armées latines, outre l’ouvrage de R. Rogers qui vient d’être mentionné, voir essentielle (...)

    70Les engins que ces hommes construisaient et maniaient étaient nombreux. Ils sont bien connus442. Pour ce qui est des machines des armées musulmanes, on dispose de l’inestimable Ṭabṣira d’al-Ṭarsūsī qui permet de pallier les silences des chroniques où de nombreuses armes ne sont pas mentionnées. Pour les armées latines, l’on doit se contenter de ces textes narratifs.

    71L’assaut se faisait de plusieurs manières. Si c’était à la suite de l’écroulement d’un pan de muraille (ou d’une tour), c’est que la sape avait fonctionné ; les musulmans maîtrisaient mieux cette technique que les Francs. Les remparts pouvaient être escaladés, notamment au moyen d’échelles ; il était rare que ce procédé suffise. L’on pouvait emprunter une brèche qui n’avait pas été causée par une sape, mais soit par les coups donnés de manière répétée par un « bélier » (kabš en arabe), soit par un bombardement ; Francs et musulmans faisaient grand usage de ces deux techniques. Enfin, une tour de bois (burǧ) permettait d’atteindre la muraille sans difficulté, à moins qu’on se soit contenté d’y dresser des machines de jet qui harcelaient l’adversaire ; lors de la conquête des villes maritimes palestiniennes, les Francs usèrent souvent de cet instrument. Évidemment, l’ensemble de ces techniques pouvaient être employées concomitamment, et elles n’étaient pas réservées aux assiégeants, si ce n’est le bélier.

    • 443  Naturellement, l’on ne peut être sûr de ces chiffres.
    • 444  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 287-8/LT p. 113-114. Cf. également Albert d’Aix, H (...)

    72Qu’ils décrivent ou non ces instruments, les textes montrent qu’ils subirent des évolutions. Les Francs, tout particulièrement, semblent avoir notablement amélioré leur qualité dès la première décennie du XIIe siècle. La tour de bois utilisée à Ma‘arrat al-Nu‘mān avait peu de chose en commun avec celles que les Tyriens eurent tant de mal à détruire en 505/1111-2. Les auteurs latins décrivent sommairement la première ; peu mobile (cent hommes devaient la pousser), elle ne disposait pas d’un pont avancé qui aurait permis le passage sur les remparts. Quant aux tours de Tyr, c’est à nouveau à Ibn al-Qalānisī que l’on doit la meilleure description. Mobiles, l’une mesurait environ vingt mètres, l’autre autour de vingt-cinq443. Des mangonneaux et toutes sortes d’armes y étaient entreposés444 :

    • 445 Histoire anonyme de la première croisade, p. 172-175.

    La tour de Ma‘arrat al-Nu‘mān selon les Gesta anonymes :
    « Raymond, comte de Saint-Gilles, fit construire un château (l’Anonyme utilise le mot castrum) de bois fort et élevé ; ce château était disposé et construit sur quatre roues. À l’étage supérieur se trouvaient plusieurs milites et Évrard le Veneur, qui sonnait très fort de la trompette ; au dessous étaient des milites revêtus de leur armure, qui poussèrent le château près de la muraille, contre une tour. Ce que voyant, la gent païenne fit aussitôt une machine (instrumentum) qui jetait de grosses pierres sur le château, si bien que presque tous nos milites furent tués. Ils jetaient aussi du feu grégeois sur le château dans l’espoir de l’incendier et de le détruire, mais Dieu tout-puissant ne voulut pas que le château brûlât cette fois, car il surpassait en hauteur les murs de la cité.
    Nos chevaliers placés à l’étage supérieur, parmi lesquels Guillaume de Montpellier et beaucoup d’autres, lançaient d’énormes pierres sur les défenseurs de la muraille. Ils tapaient si raide sur leurs boucliers que le bouclier et l’homme tombaient, celui-ci mortellement frappé, à l’intérieur de la ville. Ainsi combattaient ceux-ci ; d’autres tenaient des lances garnies de pennons et, à l’aide de leurs lances et d’hameçons de fer, ils cherchaient à attirer les ennemis à eux. On combattit ainsi jusqu’au soir445. »

    • 446  Traduction de R. Le Tourneau.

    Les tours deTyr et leur destructionselon Ibn al-Qalānisī :
    « La construction des deux tours et de leurs béliers (kibāš) fut terminée au bout de soixante-quinze jours. Les Francs se mirent à les pousser en avant et à s’en servir pour l’attaque le 10 ša‘bān [505]/11 février 1112. Ils les rapprochèrent des remparts de la ville et le combat redoubla contre elles. La plus petite des deux tours était haute de plus de quarante coudées (ḏirā‘), la plus grande dépassait cinquante coudées (soit environ 20 et 25 m).
    […]
    À ce moment, les habitants de la ville furent près de leur perte. C’est alors qu’un officier de marine (muqaddam al-baḥriyya), originaire de Tripoli, qui avait des connaissances en métallurgie ( ? : al-ṣandaqa446) et une expérience éclairée des choses de la guerre (aḥwāl al-ḥarb), entreprit de fabriquer des grappins de fer (kalālīb ḥadīd) destinés à s’accrocher au bélier, lorsqu’il battait la muraille, par la tête et par les côtés, au moyen de cordes (ḥibāl) que tiraient des soldats. Ils tiraient si vigoureusement que la tour de bois faillit tomber sous leur effort. Parfois les Francs en venaient à briser le bélier par crainte pour la tour, parfois il était faussé ou détérioré, parfois il était fracassé par deux grosses pierres attachées ensemble qu’on lançait sur lui de la ville. Les Francs fabriquèrent plusieurs béliers qui furent brisés de cette manière l’un après l’autre. Chacun d’eux avait soixante coudées de long, était attaché par des cordes à la tour de bois, et portait à la tête une pièce de fonte qui pesait plus de vingt livres. Les Francs continuèrent à fabriquer de nouveaux béliers et poussèrent la tour à proximité du mur. Alors, ce marin dont on vient de parler mit en jeu une poutre longue, épaisse et solide qu’il dressa sur le bastion de la ville qui faisait face à la tour des Francs. Au sommet de cette poutre en était fixée une autre formant potence et qui mesurait quarante coudées de long. Elle tournait sur des roulettes, au moyen d’un cabestan (ou d’un treuil : bi-awlāb), à la guise de celui qui la manœuvrait, tout comme les vergues des bateaux. À l’une des extrémités de cette poutre mobile était fixée une flèche de fer et à l’autre extrémité des cordes qui tournaient sur poulie (ḥibāl mudāra bihā), à la guise de l’homme chargé de la manœuvre. Il y faisait monter des jarres pleines de saletés et d’immondices qu’il déversait sur les Francs dans la tour pour les détourner des béliers. La situation des occupants de la tour devint difficile et ils furent détournés de leurs occupations normales. Le marin susnommé prit alors des paniers à raisin et des couffins qu’il remplit d’huile, de goudron, de bois à brûler ( ? : sarāqa), de résine et d’écorce de roseau. Il y mit le feu et lorsqu’il eut pris, les suspendit à l’appareil qui a été décrit et les balança au-dessus de la tour franque. Le feu finit par prendre au sommet de cette tour, et comme les Francs s’affairaient à l’éteindre avec du vinaigre et de l’eau, le marin s’empressa de suspendre d’autres paniers et en même temps lança sur la tour de l’huile bouillante dans de petites cruches pour que l’incendie se développât. Le feu s’intensifia, se propagea de proche en proche et devint violent, atteignant les deux hommes postés au sommet de la tour dont l’un échappa aux flammes en descendant. Le feu embrasa toute la partie supérieure de la tour, gagna ensuite l’étage au-dessous, puis celui du milieu, se diffusant dans le bois de l’ouvrage ; il atteignit tous ceux qui se trouvaient tout autour et dans les étages.
    […]
    (Les Francs ont finalement été vaincus, leur tour détruite et pillée.)
    Jamais tour franque, ni dans le passé, ni dans le présent, n’eut un sort pareil à celle-là qui fut brûlée depuis le haut jusqu’en bas. Ce qui facilita le résultat, c’est la hauteur égale des deux tours (celle des Francs et celle de la ville). Si l’une d’elles avait dépassé l’autre, c’est la moins haute qui aurait été détruite ».

    • 447  S. Runciman, Histoire des croisades, p. 363.
    • 448  R. Rogers, op. cit., Appendice I, p. 249-250, donne la liste de toutes les tours utilisées par le (...)
    • 449  Ibn al-Qalānisī, loc. cit.
    • 450  Cf. trad. Cl. Cahen, p. 143.
    • 451 Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 9, p. 671-672.

    73Ces deux textes (le deuxième, très long, ne peut être cité dans sa totalité) illustrent les progrès dont il a été question. Du côté musulman, en 1099 comme en 1112, on usa du nafṭ et on bombarda les Francs avec précision. En 1112, le fait que l’auteur des procédés ingénieux qui permirent la destruction de la grande tour ait été marin peut signifier qu’il était égyptien. Or la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī témoigne d’une science de l’élaboration des armes très poussée ; peut-être renvoie-t-elle à des pratiques fatimides. Mais les Francs surtout avaient fait un bond technologique. Peut-on l’expliquer par la présence d’une flotte byzantine ? Ibn al-Qalānisī (comme les chroniqueurs latins d’ailleurs) attribuent les constructions aux seuls Francs (al-Firanǧ). Et il a par ailleurs été soutenu que « les Byzantins ne firent rien d’autre que de ravitailler l’armée franque447 ». Toujours est-il que la maîtrise de la technique de la tour de bois alla crescendo tout au long du VIe/XIIe siècle. Elle constitua un moyen d’attaque privilégié contre les cités côtières palestiniennes448. En revanche, ils en firent moins usage à l’intérieur des terres, sans doute, ainsi qu’on l’a dit, pour des raisons topographiques. Quant aux musulmans, s’ils savaient également en bâtir (les Tyriens en avaient élevé une avant de s’appuyer sur le marin égyptien449), ainsi que le montrent la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī450 ou le siège de Banyas par les Damascènes et leurs alliés francs, ils ne les utilisaient pas comme armes offensives451.

    • 452 Ibid.,
    • 453 J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, construction, attaque, défense, Paris, 1969, p.  (...)

    74L’officier de marine de Tyr avait fait preuve d’une précision étonnante. Il n’innovait en rien, puisque les artilleurs de Ma‘arrat al-Nu‘mān réussissaient sans guère de difficulté à toucher leur cible. De tels experts, engingnieurs du type de celui qui dirigeait les opérations, sur la miniature reproduite plus haut, étaient une denrée rare parmi les Francs pendant la période de leur installation. Peut-être l’Arménien Havédic dont il a été question n’était-il pas le seul dans ce cas. Les compétences reconnues des Arméniens en matière de poliorcétique plaident pour leur enrôlement précoce par les Francs, de même que l’importance qu’ils allaient acquérir dans les armées d’Antioche et d’Édesse. Mais les sources ne disent rien d’aussi formel452. Les machines de jet dont on faisait usage, au Moyen Âge, sont connues grâce aux descriptions des traités militaires musulmans et byzantins. Différentes tentatives de reconstitution ont été réalisées453, travail d’autant plus difficile qu’en arabe, en latin comme en français la terminologie employée est floue.

    1.1.3. La question des machines de jet

    • 454  Le manuscrit de la Tabṣira comporte des représentations de qaws ziyār simple et triple, ainsi q (...)
    • 455 Tabṣira, éd. K. Sader, p. 119 -120 ; éd. et trad. partielle Cl. Cahen, p. 129 sq. ; C. Hillenbran (...)
    • 456 Le siège de Paris par les Normands, éd. H. Waquet, Paris, 1942, p. 42-43. Mais le fait qu’ils aien (...)
    • 457  C. Hillenbrand, loc. cit.
    • 458  Rapporté par D. Nicolle qui discute les caractéristiques de cette arme dans Medieval siege weapons(...)
    • 459  Ibn al-Ǧawzī, op. cit., p. 111, traduit plus haut.
    • 460 Description précise par P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet », loc. cit., p. 180 sq.

    75Parmi les machines de jet, se distinguent celles à ressort et celles à balancier. Dans les engins à ressort, la flexion d’un grand arc provoquait l’envoi des projectiles. Un treuil permettait de les bander, comme dans les arbalètes. Al-Ṭarsūsī décrit un qaws ziyār monté sur un châssis fixe où trois arbalètes pouvaient être simultanément montées454. Il n’est pas fait état, dans nos chroniques, de l’utilisation d’une telle arme par les armées musulmanes (non plus que par les armées franques qui accusaient un retard technologique certain sur ce plan), même si l’on peut s’interroger sur l’efficacité redoutable des artilleurs455. Au début des croisades, les machines à balancier étaient connues depuis longtemps en Orient comme en Occident. Lors du siège de Paris par les Normands, en 866, Abbon mentionne de tels engins456. Si l’utilisation de telles machines ne fait aucun doute même lors des sièges menés par les armées de la première croisade, l’on s’interroge sur la force qui provoquait la propulsion des projectiles. La traction humaine était employée de longue date, quelle que soit la taille des bombardes utilisées. Le français médiéval use surtout du mot pierriere (avec des variantes orthographiques). Les auteurs arabes différencient la ‘arrāda, « baliste », et le manǧanīq (plusieurs pluriels possibles, dont maǧānīq et manǧanīqāt), « mangonneau ». Mais le premier terme est très peu utilisé par les chroniqueurs des croisades. Apparemment, il désignait des engins moins puissants et plus mobiles que les maǧānīq457. Au Ve/XIe siècle, le voyageur persan Nāṣir i-Ḫusraw rapporte qu’à Tripoli des ‘arrādāt étaient placées en batterie face à la mer, par crainte d’attaques grecques458. À Bagdad, en 1157-8, les assiégés en firent construire en nombre, ainsi que des maǧānīq459. ‘Arrādāt (mais cela n’est pas fermement établi) et surtout maǧānīq n’étaient pas forcément actionnés par la force humaine : un contrepoids pouvait soit la compléter, soit la remplacer460. Dans ce dernier cas, il pouvait être mobile ou fixe ; leur puissance était bien plus importante que celle des engins à traction humaine. En Europe occidentale, on les appelle plus communément « trébuchet ».

    • 461 Mais voir K. De Vries, « Catapults are not atomic bombs : towards a redefinition of ‘effectiveness’ (...)
    • 462 Tabira, éd. Cl. Cahen, commentaire, p. 157-158.

    76On s’est beaucoup interrogé sur les trébuchets, leur apparition et leur diffusion. La difficulté essentielle vient de ce qu’on ne sait pas où ni à quel moment précis les mangonneaux à contrepoids apparurent : les chroniqueurs utilisent invariablement les mêmes vocables (essentiellement al-manǧanīq pour les auteurs arabes). Pour l’historien militaire, la question est d’importance puisqu’elle l’interpelle sur l’efficacité des bombardements réalisés461 et sur les modifications architecturales qui en résultèrent. Pendant longtemps, à la suite de Claude Cahen notamment qui pouvait s’appuyer sur la Tabṣira, le plus ancien traité militaire à décrire un engin à contrepoids, on considéra que les trébuchets à contrepoids étaient apparus à la fin du VIe/XIIe siècle462 :

    « Les mangonneaux ici décrits appartiennent à deux types bien distincts. Tous les premiers, arabe, persan-turc, ou rūmī-franc, avec des différences de détail, ont ceci de commun qu’il n’y est fait aucune allusion à un contrepoids […].
    Par contre, le mangonneau décrit par Ibn al-Abraqī correspond à une technique plus récente et de principe inverse. Dans un tel mangonneau, ce n’est plus la force humaine qui provoque le redressement de la flèche, mais le jeu d’un poids suspendu à son extrémité courte […]. Deux sous-types existent encore, selon que le contrepoids, faisant partie intégrante de la flèche, est donc toujours situé sur son axe (c’est « le trébuchet ») ou que, suspendu à son extrémité courte, il soit mobile par rapport à elle et toujours verticalement en dessous de cette extrémité. C’est à un mangonneau de la seconde espèce que nous avons ici affaire […].
    Mais Murḍā nous place ici devant un problème délicat d’origine. Il est bien connu que, jusqu’à la fin du XIIe siècle, il n’a été utilisé universellement que le type d’engin à traction humaine, communément appelé en Occident « pierrière », et qui est encore pour Murḍā évidemment le type usuel. Par la suite, […] il semble bien que l’on voie apparaître le « trébuchet » dans l’Occident méditerranéen à la fin du XIIe siècle, tandis que le mangonneau à contrepoids mobile n’y apparaît, importé d’Orient, qu’au second tiers du XIIIe […]. Comme par ailleurs Murḍā dit que le mangonneau qu’il nous décrit d’après Ibn al-Abraqī est persan, ce serait donc en domaine seldjoukide qu’il faudrait placer l’invention. »

    • 463  Mais déjà D. Hill, « Trebuchets », loc. cit., p. 108. Voir surtout P. E. Chevedden, « The inventio (...)
    • 464 P. E. Chevedden, « Fortifications and the development of defensive planning during the crusader per (...)

    77Cette chronologie a récemment été remise en cause par Paul E. Chevedden463. Des trois types de trébuchets (mot le plus souvent utilisé par les historiens) – manié par traction humaine, hybride (soit mêlant l’utilisation du bras humain et de la force de gravité) et à contrepoids , les guerriers byzantins, musulmans et même occidentaux auraient fait un usage précoce464 :

    « By the ninth century the hybrid trebuchet was being used in the MiddleEast and the Mediterranean world,as well as in northern Europe.The early twelfth century marked a breakthrough in the development of mechanical artillery with the introduction of the counterweight trebuchet.»

    • 465 Ibid., p. 37 sq. On peut tout de même s’interroger sur ce fait.

    78Les Croisés auraient eux-mêmes utilisé des trébuchets hybrides. Leur avantage : les pierres très lourdes qu’ils pouvaient propulser à des distances plus importantes, et les dégâts qui en résultaient. Dégâts plus importants encore du fait des trébuchets à contrepoids, les pierres étant plus grosses encore465.

    • 466 P. Chevedden, « The invention of the counterweight trebuchet », p. 113. Cf. également id., « Black (...)
    • 467 Kitāb al-I‘tibār, cité par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 524, qui effectue la conver (...)
    • 468 Mufarriǧ al-kurūb, ms 1703, BN, Paris, fo. 61 r°, cité par R. Hill, « Trebuchets », loc. cit., p. (...)

    79Paul E. Chevedden s’appuie d’une part sur une confusion, dans le manuscrit de la Tabṣira (des feuillets ayant été mélangés) que Claude Cahen avait édité (la confusion a été révélée par le nouvel éditeur du texte, Karen Sader), d’autre part sur une relecture des sources narratives arabes, latines, arméniennes, syriaques et grecques. Sur ce point, sa marge de manœuvre est faible. Ni les sources latines, ni les sources arabes (avant le XIIIe siècle) ne donnent de nom particulier aux mangonneaux (pour utiliser un terme utilisé par les textes) à contrepoids, fussent-ils hybrides. Les auteurs arabes parlent toujours de manǧanīq, par exemple. Il faut donc se contenter d’une part des qualificatifs parfois attribués par ces auteurs à certaines machines ; d’autre part de conjectures sur leur efficacité. C’est ainsi que les expressions maǧānīq ‘ā’ila (Usāma b. Munqiḏ, à propos des machines utilisées par Jean II Comnène devant Šayzar, en 532/1138), maǧānīq ‘iẓām (Ibn al-Aṯīr, à propos du même empereur, toujours devant Šayzar), manǧanīq ‘aẓīm (Bundarī, à propos du siège de Bagdad par le sultan Muḥammad Šāh en 552/1157), manǧanīq kibār (différents auteurs arabes qui suivaient tous, selon nous, ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, à propos du siège d’Alexandrie par les Siciliens, en 569-570/1174) désigneraient des engins à contrepoids466. Quant aux effets de telles machines, le témoignage d’Usāma, à Šayzar, est édifiant : les Byzantins pouvaient tirer « à une distance supérieure à celle couverte par une flèche, leur pierre pesant vint à vingt-cinq raṭl », soit entre 64 et 80 kg467. Ce poids, important, qui impressionnait Usāma, ne correspond pourtant pas à ce qu’un trébuchet à contrepoids pouvait projeter, au siècle suivant. Ibn Wāṣil, par exemple, évoque des pierres de 140 raṭl syriens, soit 259 kg, dans le récit du siège de Homs par al-Ṣāliḥ Ayyūb, en 646/1248-9468.

    • 469 Itti‘āẓ al-unafā’, t. III, p. 22. Noter que le siège dure quarante jours selon Maqrīzī.
    • 470 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221, 266-268, 362 sq., 415-416, 422-423, 440-441 (préparatifs de Zan (...)

    80L’analyse des sources arabes sur lesquelles nous nous sommes appuyé n’apporte rien de décisif. Dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, Ibn al-Qalānisī signale ainsi les maǧānīq mis en batterie par al-Afḍal devant Jérusalem, en 491/1098 (d’autres sources, et notamment l’Itti‘āẓ al-ḥunafā de Maqrīzī, estiment qu’il en avait quarante). Une brèche (ṯulma) fut réalisée dans la muraille ; les assiégés demandèrent l’amān469. Devant Baalbek, en 503, les Damascènes mirent en branle des maǧānīq ; après trente-cinq jours de siège, la ville se rendit. Vingt-trois ans plus tard, Šams al-mulūk fit de même contre cette ville. Par la suite, les mentions de maǧānīq deviennent nombreuses. Zankī pouvait en aligner plus d’une dizaine, par exemple lorsqu’il s’empara de Baalbek. Anur à Banyas, Sarḫad et Bosra, Zankī à Édesse, etc. : toutes les armées musulmanes assiégeantes étaient munies de maǧānīq. Les principales villes comportaient des arsenaux ; dès l’époque de Zankī, viser la conquête d’une place importante signifiait faire construire des mangonneaux à l’avance. Lorsqu’il fallut aller soumettre le gouverneur de Bosra qui s’était rebellé, Nūr al-dīn demanda même à ses alliés damascènes, proches de cette cité, de lui fournir les maǧānīq et les machines de guerre nécessaires470 .

    • 471 Ta’rīḫalab, p. 388, 389, 393, 395.
    • 472 Kāmil, t. IX, p. 301-304.
    • 473 Zubda, t. II, p. 155-156, an 504 ; p. 203-205 ; p. 209.
    • 474  Ce terme fait débat. Voir P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet », p. 210-211, pour lequel c’est (...)
    • 475 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 350 ; Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 19, p. 851-8 (...)

    81Incontestablement beaucoup plus souvent utilisées, et en plus grand nombre, ces machines étaient-elles plus efficaces ? Il semble que oui, même si les auteurs arabes ne le précisent pas toujours, de même qu’ils ne prennent pas la peine de caractériser (ne serait-ce que par un adjectif) ces mangonneaux. ‘Aẓīmī insiste surtout sur l’efficacité des maǧānīq de Zankī, à Ba‘rīn (531/1137) et à Baalbek, et sur celle des engins byzantins à Šayzar (année suivante)471. Ibn al-Aṯīr rappelle, à ce propos, que Zankī s’empara des machines que l’empereur byzantin avait abandonnées en s’en allant472. Ibn al-‘Adīm dit que Tancrède vint assiéger al-Aṯārib au moyen de mangonneaux (maǧānīq) et d’un immense bélier (kabš kabīr) dont les coups s’entendaient à une distance d’un demi-farsaḫ. À Zardanā, en 516/1122, Īl-Ġāzī, Balak et Ṭuġtakīn avaient quatre mangonneaux. Baudouin en avait également plusieurs lorsqu’il attaqua Bālis (même année)473. Ibn al-Qalānisī et l’auteur de l’Eracles témoignent de la variété des machines mises en batterie par les Francs et de la puissance de certaines d’entre elles, à la fin de la période qui nous occupe. Pour le premier, c’est grâce à leurs maǧānīq qu’ils réussirent à prendre Ḥārim, en 553/1158. Il prend la peine de préciser à quel point ils firent du mal ; ils leur permirent de s’emparer de la place par l’assaut. L’Eracles évoque plusieurs batteries de pierrières, dont l’une, très grosse, appelée chaable474, projetait des pierres énormes. L’une de ces pierres tua le gouverneur (chevetaigne, en fait), ce qui poussa les assiégés à se rendre475.

    • 476 Récits des malheurs de la nation arménienne, op. cit., p. 85.
    • 477  Th. Bianquis, « Le qasr de Damas », loc. cit.

    82De tout ceci, il ressort donc, essentiellement, que les armées musulmanes (et franques, d’ailleurs) furent de plus en plus capables, au fil du temps, d’assumer la logistique nécessaire à la mise en batterie régulière de machines de jet démontables. C’est surtout après 1120 que les mentions de mangonneaux se multiplient. Cette utilisation plus massive correspond, pour ce qui est des armées musulmanes, à l’époque où elles devinrent plus offensives. En revanche, que ces machines de jet aient ou non été beaucoup plus efficaces, ce qui impliquerait qu’elles aient été hybrides ou à contrepoids, les chroniques ne permettent pas de l’affirmer absolument. Il est probable que les armées seldjouqides connaissaient le trébuchet hybride. Le recit d’Aristakès de Lastivert du siège de Mantzikert par le sultan Toġril, en 1054, est sans appel. Une machine énorme (baban), sans doute, comme l’écrit Matthieu d’Édesse, d’origine byzantine, avait été dressée par les Turcs. L’un de ses boulets « défonça » le mur de la ville « et y pratiqua une brèche ». Quatre cents hommes la servaient, ce qui exclut le trébuchet à contrepoids, faisant pencher pour une machine hybride476. Il semble bien que cet événement atteste d’un tournant dans l’art militaire, tournant réalisé au milieu du Ve/XIe siècle, conséquemment à l’arrivée des Turcs au Proche-Orient. Les Byzantins, les Arméniens et les Turcs seldjouqides, véritables passeurs de techniques extrême-orientales, furent les acteurs majeurs de ce tournant477:

    « La campagne des Seldjouqides en Arménie au milieu du XIe siècle, puis contre Alep, protégée par ses murailles et ses tours, montre que ces Turcs sortis de la steppe depuis une trentaine d’années manœuvraient à la perfection les armes techniques les plus complexes pour attaquer des fortifications, même s’ils ne connaissaient pas toujours un succès rapide. »

    • 478  Voir, à nouveau, G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 536-538, sur les « machines de guerre performantes (...)
    • 479  Voir les tableaux de P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet », appendices 1 et 2, p. 217-222.
    • 480 Comme en convient P. E. Chevedden, « Fortifications and defensive planning during the crusader peri (...)
    • 481 Ibid.

    83Pour peu qu’elle renvoie effectivement à l’époque fatimide, la Tabṣira témoigne d’un savoir théorique exceptionnel. Les textes arabes et latins font état de véritables combats d’artillerie où les musulmans paraissent rivaliser d’audace (comme à Tyr, en 1112). En fait, les progrès techniques se diffusèrent lentement en Syrie. Les pouvoirs turcs qui s’y étaient installés à la fin du Ve/XIe siècle ne disposaient pas de l’assise financière nécessaire pour disposer à volonté de machines de jet perfectionnées. Peut-être connus avant la fin du XIIe siècle, les trébuchets hybrides et plus encore à contrepoids ne pouvaient être utilisés par les armées damascènes ou alépines du début de ce siècle, qui étaient trop faibles. Quoi qu’il en fût de leur maîtrise du trébuchet hybride, les Francs semblent s’être adaptés au contexte oriental. Sans doute bénéficièrent-ils, sur le plan de l’artillerie également, de l’aide byzantine et surtout arménienne, comme à Tyr, en 1124 (où l’ingénieur militaire Awétik‘ fit sans doute beaucoup plus que ce qu’en dit Guillaume de Tyr ; le trébuchet qu’il maniait semble avoir été hybride ; on ne peut exclure qu’il ait été à contrepoids478). Les sources narratives arabes peuvent être suppléées par les sources arméniennes et syriaques, qui semblent faire régulièrement mention de trébuchets hybrides479. S’il faut adhérer à l’hypothèse selon laquelle les maǧānīq kabīr (ou ‘aẓīm, etc.) étaient à contrepoids, on ne peut nier que seules les armées puissantes (byzantines, seldjouqides, zankides à la fin de la période qui nous occupe ?) les mirent en batterie. Les modifications les plus importantes de l’architecture fortifiée datent d’ailleurs seulement de la fin du VIe/XIIe siècle et du début du suivant480, soit du moment où l’on dispose de textes précis sur le trébuchet à contrepoids481. De toute manière, le bombardement des murs d’une ville n’était qu’un aspect de la guerre de siège.

    1.5. Les progrès de la guerre de siège

    84Par-delà les types de machines que l’on utilisait, c’est l’ensemble des techniques de la guerre de siège qui se perfectionnèrent pendant la période que nous étudions. La facilité grandissante avec laquelle on prit villes, châteaux et forteresses montre que l’art militaire poursuivit la progression qu’il avait entamée dans la deuxième moitié du Ve/XIe siècle. En 540/1146, Zankī, qui il est vrai se sentait sûr de lui et avait le temps (il avait décidé de renoncer à Damas), décidait de ne pas bombarder Qal‘at Ǧa‘bar. Il préférait attendre afin de ne pas endommager la forteresse qu’il savait avoir les moyens de prendre par la force s’il le désirait. Cette attitude témoigne non seulement d’une sûreté de soi et du peu de souci que ses ennemis lui causaient, mais aussi d’une maîtrise technique indéniable.

    • 482 C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 527: « In Crusader times it signified a kind of tower hous (...)

    85Francs et musulmans employèrent les mêmes techniques, si ce n’est en ce qui concerne les tours de bois que les musulmans n’utilisaient pas en tant qu’armes offensives (les textes arabes ne parlent pas même de dabbāba482). Comme ni Zankī, ni Nūr al-dīn n’en firent usage, on peut exclure l’argument économique : ils avaient les moyens d’en construire. Il faut plutôt expliquer ce fait par un choix tactique et surtout par la qualité de leurs sapeurs, qui permettaient d’économiser bien des vies humaines. C’est sans doute pour la même raison que l’on semble avoir moins souvent escaladé dans les armées musulmanes que dans les armées franques. De toute évidence, ces derniers ne réussirent jamais à combler leur retard en matière de sape. Ils la pratiquèrent, mais on peut soupçonner la participation active de sapeurs arméniens. Ils ne maîtrisèrent jamais le feu grégeois ; on peut se demander si les Byzantins ne refusèrent pas de leur en transmettre le secret. En revanche, leurs tours de bois témoignent d’un essor technologique certain et leurs machines de jet n’eurent très vite rien à envier à celles de leurs ennemis.

    Notes de fin

    248  Mais non la première. En général, elle est traitée à la fin des ouvrages qui nous sont parvenus. C’est le cas d’al-Harṯamī, d’al-Harawī et même d’Ibn Manglī, malgré le titre de son traité (al-Ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa ḥifẓ al-durūb). Cela étant dit, la guerre de siège est longuement développée, alors que nombre de chapitres n’ont droit qu’à quelques lignes de texte imprimé (ainsi dans le Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. XXIV, p. 56-60).

    249  Non publiées par Cl. Cahen dans son édition. Cf. éd. K. Sader, p. 238-239.

    250 Al-taḏkira al-harawiyya, chap. XXI et XXIII ; Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. XXIV et XXV.

    251 Tabṣirat arbāb al-albāb, p. 239 : « Wa in kānat al-madīna aṣīna lāama fīhā wa lāḥīla tatimm alayhā »

    252 Al-taḏkira al-harawiyya, p. 248 (texte arabe) et 234 (trad.) ; Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, p. 56.

    253  Al-Harawī, loc. cit.

    254  Toutes les chroniques arabes s’accordent sur ce point.

    255 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, p. 58.

    256 Ibid. ; al-Taḏkira al-harawiyya, p. 248-9 (texte arabe) et 235 (trad.).

    257 Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, p. 61.

    258 Ibid., p. 62.

    259  On peut tout aussi bien traduire, dans le contexte, par « semeurs de fausses nouvelles », ainsi que le fait J. Sourdel-Thomine, al-Taḏkira al-harawiyya, p. 239.

    260 Ibid., p. 244 (texte arabe) et 238 (trad.).

    261  Voir supra, « Les sources ».

    262  Sur ces techniques, très générales, voir également Cl. Cahen, « Ḥiṣār, I. Généralités », EI2, t. III, p. 485 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 529 et suivantes ; Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 208 et suivantes. Il est également très intéressant de se reporter à Y. Garlan, La guerre dans l’Antiquité, Paris, 1972, p. 117-138.

    263 Mutaarsiyāsat al-urūb, p. 61.

    264 Al-takira al-harawiyya, p. 243 (texte arabe), p. 236 (trad.) ; Tabṣirat arbāb al-albāb, p. 238-239.

    265  Th. Bianquis a énuméré les méthodes d’investissement et d’assaut des places fortes dans « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au XIe siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », dans Castrum 3. Rome, 1988, p. 64 : « Pour venir à bout d’une ville fortifiée ou d’une citadelle isolée, il fallait tout d’abord disposer des troupes en suffisance pour l’encercler complètement et être en mesure de résister à une sortie des assiégés ou à une attaque d’une armée de secours. Le nombre des assaillants devait donc être supérieur à celui des défenseurs. On comptait sur la disette pour venir à bout de la résistance des défenseurs. Des récits rapportent l’expulsion des bouches inutiles, hors des murailles, vers les lignes ennemies. […] Dans certaines régions, il était possible de priver d’eau les assiégés qui devaient se rendre quand les citernes étaient vides. »

    266  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. II, p. 595 : « Furieux, Alp Arslān fit distribuer quatre-vingt mille flèches de bois dur (nuššāb ḫalnaǧ) qui furent tirées sur la ville en sus de la ration quotidienne. Les assiégés ripostèrent et, au petit matin, le sultan eut son cheval tué sous lui, atteint à la tête par un projectile de mangonneau. » Voir encore p. 659-660. Le tir d’archers très bien entraînés était surtout utilisé pour couvrir l’activité des sapeurs.

    267 Al-taḏkira al-harawiyya et Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, passim. Le second de ces ouvrages est tout de même très théorique.

    268 Islamic perspectives, p. 523.

    269  Stendhal, La chartreuse de Parme.

    270 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 35-36.

    271 Histoire anonyme de la première croisade, p. 94-97 : « Les nôtres, apprenant que les Turcs avaient ainsi enseveli leurs morts, tous se préparèrent et vinrent en toute hâte au diabolique édifice. Ils ordonnèrent d’exhumer les cadavres, de briser les tombes et de les traîner hors des sépulcres. Tous les cadavres furent jetés dans une fosse et les têtes coupées furent apportées au camp, afin qu’on pût en savoir le nombre, sauf qu’ils avaient chargé de têtes quatre chevaux des ambassadeurs de l’amiral de Babylone et les avaient envoyés vers la mer ». Pour Nicée, voir J. Bradbury, The medieval siege, Woodbridge, 1992, p. 96.

    272 Ta’rīḫ alab, p. 363.

    273  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221-222, à comparer avec l’Histoire anonyme de la première croisade, p. 172-179.

    274 Ta’rīḫ al-islām, p. 3432-3433. Sur les massacres de Ma‘arrat al-Nu‘mān et de Jérusalem dans l’historiographie arabe, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 59-66.

    275 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 15-16, p. 728-732.

    276  Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 271-272.

    277  Voir le récit de Guillaume de Tyr, op. cit., L. XX, 6.

    278 Historia, RHC, Occ., t. III, L. I, 28, p. 359. Foucher attribue cet acte aux écuyers et aux pauvres piétons.

    279 R. C. Finucane, Soldiers of the faith. Crusaders and Moslems at war, New York, 1983, p. 103

    280  Foucher de Chartres, loc. cit.

    281 Histoire anonyme de la première croisade, p. 182-183 ; Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. I, p. 274 ; N. Élisséeff, « iṣn al-Akrād », EI 2a, loc. cit.

    282  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 273-274 (« Quand les habitants de Saïda eurent constaté ces préparatifs, leur courage faiblit car ils redoutaient le sort de Beyrouth »). Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 139. Voir aussi Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. III, p. 46. Pour Beyrouth, voir Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 268-269.

    283  Le Munaam d’Ibn al-Ǧawzī renferme, à cet égard, une mine de renseignements. Pour l’Occident médiéval, voir le numéro de Senefiance qui est consacré à la violence (Aix-en-Provence, 1994) ; Ph. Contamine et O. Guyotjeannin, La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, t. II, La violence et les gens, Paris, 1996 ; Cl. Gauvard, « Violence », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, Dictionnaire raisonné de l’Occidentmédiéval, Paris, 1999, p. 1201-1209.

    284  E. Sivan, « Réfugiés syro-palestiniens au temps des croisades », REI, t. XXXV, 1967, p. 135-147 et H. Dajani-Shakeel, « Displacement of the Palestinians during the Crusades », The Muslim World, t. LXVIII, 1978, p. 157-175 ; S. D. Munaǧǧid, « Al-lāǧi‘ūn al-maqādisa ilā Dimašq ba‘d al-ġazū al-firanǧī wa natā’iǧ hiǧratihim », Actes du troisième colloque du Bilād al-Šām, Amman, 1983, p. 710-23 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 302 et suivantes.

    285  E. Sivan, « Réfugiés syro-palestiniens au temps des croisades », loc. cit.

    286  J. Berlioz, « Fléaux », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, Dictionnaire raisonné, op. cit., p. 405-421 sur le dynamisme des populations médiévales occidentales face aux fléaux.

    287 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 140.

    288 Ibid., p. 334-335, an 539.

    289 Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 266.

    290 Ibid., p. 267-268.

    291 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 242-244.

    292 C. Hillenbrand, « ‘Abominable acts’ : the career of Zengi », passim et supra, à propos de ses stratégies. Rappelons qu’Ibn al-Aṯīr dit expressément, à propos de sa conquête d’al-Aṯārib, qu’il refusait qu’on fît des prisonniers et qu’on accordât l’amān parce qu’il voulait terroriser le pays.

    293 Bustān, p. 125.

    294  Ibn al-Qalānisī dit bien que la population de Baalbek avait obtenu l’amān ; seuls les soldats étaient donc touchés.

    295  Version un peu différente dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 272-273 : le gouverneur (wālī) est écorché vif et les trente-sept hommes de la garnison pendus. Voir encore Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. I, p. 86 et Bustān, loc. cit.

    296  Plus donc que le sort fait aux assiégés. Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 422-423. Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 310-311 et C. Hillenbrand, op. cit., p. 117 et note 45.

    297 Zubda, t. II, p. 139 (an 492).

    298 Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 222.

    299 Zubda, t. II, p. 138.

    300 Histoire anonyme de la première croisade, p. 205 et note 4 (à propos d’Albert d’Aix) ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. VI, 28, p. 482-483, qui accuse le comte de vénalité ; Raymond d’Aguilers, RHC, Occ., t. III, p. 300 ; S. D. Goitein, « Al-ðuds », EI 2a, t. V, p. 322. Les historiens des croisades tiennent désormais compte des lettres de la Geniza, mais ne remettent pas en cause la livraison de la ville à Raymond (voir par exemple J. Richard, Histoire des croisades, p. 79). Il est vrai que Raymond et l’auteur anonyme des Gesta étaient présents.

    301  M. Kilani, L’invention de l’autre. Essais sur le discours anthropologique, Lausanne, 1994, p. 164 sq.

    302  Dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 44 v°-45 r° ; trad. A.-M. Eddé, « Francs et musulmans de Syrie au début du XIIe siècle », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (éd.), Dei gesta per Francos, op. cit., p. 164-165.

    303  A.-M. Eddé (cf. ci-dessus) signale qu’aucun sceau de Tancrède n’est connu à ce jour, en s’appuyant sur H. E. Mayer, Das Siegelwesen in den Kreuzfahrerstaaten, Munich, 1978, p. 19. La formule est évidemment symbolique.

    304  Effectivement, à Ǧabala Tancrède promit la vie sauve aux assiégés et respecta sa parole : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, LT p. 87.

    305  C’est celui qu’il a en tout cas retenu dans SN, p. 259. Il est vrai que les autres sources ne parlent pas du massacre (cf. note 27) et que Matthieu d’Édesse, Chronique, RHC, Arm., t. I, p. 95, dit expressément : « Le vaillant champion du Christ, Tancrède, ayant réuni des troupes, vint dans la province d’Alep attaquer la place forte d’al-Aṯārib. Après un siège continu pendant quelques temps, il s’en rendit maître ; mais il épargna la garnison. » Mais les sources quelque peu détaillées ne concordent pas (voir encore une autre version dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 155-156).

    306  Noter que c’est le pragmatisme qui motive Tancrède.

    307  Voir le récit d’Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 262/LT p. 86. Voir également, très souvent négligé, Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. III, p. 44.

    308  Toutes les histoires des croisades traitent de la chute de Tyr avec précision. Voir par exemple S. Runciman, Histoire des croisades, p. 424 (avec références à Foucher de Chartres et Guillaume de Tyr, note 49).

    309 Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 209.

    310 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 415-416 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 301-304 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 265.

    311 Historia, RHC, Occ., t. I, L. XV, 4. Voir également son discours où il compare le manque d’allant des jeunes princes francs à l’ardeur de l’empereur byzantin, L. XV, 1.

    312 Historia (et Eracles), RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 31, p. 937.

    313 AbūŠamā, Kitāb al-rawatayn, t. I, 2, p. 347-348. Au contraire, on refusait parfois tout accord avec les assiégés, tel Nūr al-dīn devant Banyas, en 552/1157(Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524).

    314  Sur les citadelles urbaines, voir les remarques de Th. Bianquis, « Le qasr de Damas avant les Seljoucides », dans Castrum 8, Rome-Madrid, à paraître ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 477-492.

    315  Selon Ibn al-Qalānisī (op. cit., p. 440-1), avant de retourner en Djéziré, en 1146, Zankī avait demandé à ses services de construire et d’entreposer des armes de siège à Baalbek, ce qui montre qu’il programmait sa campagne bien à l’avance.

    316  Le siège de Damas a fait l’objet de nombreuses études, dont A. J. Forey, « The failure of the siege of Damascus in 1148 », Journal of Medieval History, vol. X, 1984, p. 13-23 ; J.-P. Niederkorn, « Traditio a quibus minime cavimus », MIÖG, vol. XCV, 1987, p. 53-68 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 78 sq., a récemment démontré que les sources arabes n’avaient pas été suffisamment prises en considération : essentiellement Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 462-466 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, publié par J.-M. Mouton, « Yūsuf al-Fandalāwī, cheikh des malékites de Damas sous les Bourides », REI, t. LI, 1983, p. 63-75 . Ces deux auteurs étaient présents lors du siège. Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, II, 190 v° à 193 r° et éd. Elshayyal, t. II, p. 513-518, reproduit notamment le récit par ailleurs disparu d’Ibn Abī Ṭayyi’.

    317  Al-Afḍal l’avait également assiégée et prise à la veille de l’arrivée des Croisés.

    318  En 1084, après sa victoire contre Muslim b. Qurayš, Sulaymān b. Qutulmuš avait attaqué Alep ; Tutuš s’en empara par trahison deux ans plus tard.

    319  Elle avait auparavant été attaquée par Atsiz en 1072 et 1076, Muslim b. Qurayš en 1083. Tutuš s’en était emparé par traîtrise.

    320  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 440-441.

    321  Malgré les efforts des Croisés. Cf. par exemple La Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, Chant IV, 1, p. 211-212 : « A la premier porte dont il mur vont faillant, / Là heberja Tangrès, qui le cuer ot sachant, / Et ot en sa compaigne dant Hungier l’Allemant, / Et Rogier de Rosoi, qui un poi va clochant. / Par là ne lor venra vitaille tant né quant, / Car cil lor deffendra à l’espée trenchant » (« Ce n’est pas par là que leur – soit les assiégés – ravitaillement leur parviendra / Car l’accès en sera défendu à l’épée »).

    322  Le soutien byzantin alla bien au-delà du soutien logistique, selon Anne Comnène, Alexiade, t. III, XI, II, 1 etc. Voir ci-après, « Sapeurs ».

    323  Le récit le plus détaillé du siège d’Antioche est celui de J. France, Victory in the East, chap. 7, 8, 9.

    324 Chronique anonyme syriaque, trad. J.-B. Chabot, « Un épisode de l’histoire des croisades », dans les Mélanges offerts à M. Gustave Schlumberger, t. I, Paris, 1924, p. 177. Parmi les sources arabes, voir Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 290 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 191-192. Autres références : cf. N. Élisséeff, ND, t. II, note 1, p. 396.

    325 Ibid., p. 171-172 ; Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVI, 4.

    326  Commode parce qu’il renferme différentes versions : Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. I, p. 138 et suivantes ; Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. VIII, p. 3850-3851 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 332 sq. Rien de tel néanmoins dans Grégoire le Prêtre, Chronique, RHC, Arm., t. I, p. 159.

    327  Encore les Francs purent-ils assiéger Bilbays, Alexandrie ou Damiette (avec les Byzantins), en Égypte.

    328  Pour l’armée de Sayf al-dīn Ġāzī, maître de Mossoul, voir notamment Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVII, p. 62-64.

    329 J.-M. Mouton, Damas, p. 83.

    330  Exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 285-286 (Tyriens).

    331 Muntaẓam, t. XVIII, p. 111-118.

    332  Cuirasse à lamelle. Cf. M. Gorelik, « Oriental armour of the Near and Middle East from the eighth to the fifteenth centuries as shown in works of art », dans R. Elgood (éd.), Islamic arms and armour, Londres, 1979, p. 30-63 ; D. Nicolle, « Jawshan, cuirie and coats-of-plates : an alternative line of development for hardened leather armour », dans id. (éd.), A companion to medieval arms and armour, Woodbridge, 2002.

    333  « Mangonneaux », sur lesquels voir ci-dessous.

    334  Communément traduit « balistes ». Souvent considéré comme un mangonneau de petite taille.

    335  Plutôt que « linger, marchand de linge, toilier », comme dans R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, t. I, p. 775.

    336  En fait « dans chaque ‘arrāda il y avait quarante hommes » : « fī kull ‘arrāda arba‘ūn raǧul ». Mais dans ce cas, la ‘arrāda ne serait pas une baliste.

    337  De nombreux sens sont possibles. Nous avons traduit selon le contexte, kurr, comme kura, pouvant signifier « globe, boule ». Il peut également s’agir des projectiles des frondes.

    338  « Fī haḏihi l-nawba » : « dans cette affaire, ce cas, cet événement ».

    339  Magistrat urbain, théoriquement chargé, dans les villes, de la surveillance du respect des bonnes mœurs mais qui s’occupait également de l’organisation des marchés et de la police. Cf. Cl. Cahen, M. Talbi, « isba, I. General : sources, origines, duties », EI 2a, t. III, p. 495.

    340  Il faut absolument comparer le récit d’Ibn al-Ǧawzī à celui du siège de Damas en 1148 dans Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 466-66/LT p. 294-299.

    341  P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense du royaume de Jérusalem, index ; D. Pringle, The Red Tower (al-Burj al-Ahmar). Settlement in the Plain of Sharon at the Time of the Crusaders and Mamluks, A. D. 1099-1516, Londres, 1986 ; id., « Towers in Crusader Palestine », Château-Gaillard, 1994, p. 1-28, repris dans Fortification and Settlement in Crusader Palestine, Aldershot, 2000.

    342  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 88-89, an 499.

    343 Stricto sensu « entre lui et Damas » : « baynahu wa bayna Dimašq naḥwa yawmayn ».

    344 Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. II, p. 409, qui appelle le château ‘Āl ou ‘Al‘al (selon un ms) et le situe entre al-Sawād et al-Baṯaniyya. Voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 241.

    345  P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. II, La défense du royaume de Jérusalem, p. 191 et pl. XXVIII.

    346 Historia, RHC, Occ., t. IV, L. X, 5-6, p. 533-534.

    347  Encore récemment R. Ellenblum, « Siege warfare and construction of Frankish concentric castles », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (éd.), Dei gesta per Francos, op. cit., p. 187-198.

    348  Comparer Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 1-8 aux auteurs arabes (références citées supra).

    349  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 335 ; Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 221 ; P. Deschamps, Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, p. 343-344 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, index (s. v. A‘zāz).

    350  Afin de ne pas alourdir notre propos, aucune section ne sera spécifiquement consacrée à l’armement (si ce n’est aux machines de jet qui posent question) ; voir, outre les études antérieures citées en note, A. Zouache, « L’armement entre Orient et Occident au VIe/XIIe siècle : casques, masses d’armes et armures », à paraître dans les AI, 2007.

    351  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 375-376/LT, p. 203-204.

    352  Il s’agit sans doute de grands boucliers construits spécialement pour les sièges.

    353  « Ilā an tamakkanū minhu » : « jusqu’à s’en rendre maîtres ». C’est d’ailleurs ainsi que traduit R. Le Tourneau.

    354  « Wa hāǧamūh ». Le verbe est polysémique. R. Le Tourneau traduit « ils donnèrent l’assaut ».

    355 Kalak : radeau « consistant en outres gonflées et attachées les unes aux autres sur lesquelles on adapte des planches » (Kazimirski, Dictionnaire arabe-français, t. II, p. 925).

    356 Samn : plutôt du beurre fondu.

    357  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 248 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 91 (qui parle de mille victimes).

    358 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 462 sq.

    359 Pour D. Nicolle, (Saladin and the Saracens, Oxford, 1986, p. 13 : « Mid 12th century paper fragment from Cairo showing Fatimid warriors emerging, perhaps from Asqalan, to fight European invaders. The horsemen of both armies wear long mail hauberk ».

    360 Ibn AbīṬayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 119 ; cf. également Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 226-227. Comparer ces auteurs avec Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XIII, 26, p. 595-598, qui ne nie pas la défaite.

    361  « Fī hāḏihi l-ḥāla ».

    362  De toute évidence, le texte est corrompu. Nous avons traduit au plus compréhensible.

    363 ‘Alā ġurra ; on pourrait lire ‘alā ġirra (« à leur insu »), mais l’indication temporelle de la phrase suivante montre que l’auteur a souci d’insister sur le temps que dura le massacre.

    364 Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. X, 33-35, p. 646-647

    365 On a déjà dit que R. Ellenblum, « Three generations of Frankish castle building in the Latin Kingdom of Jerusalem », loc. cit.(surtout p. 517-523) rejette l’argument stratégique. De toute façon, les châteaux avaient forcément différentes fonctions. Voir également D. Pringle, « Crusader castles, the first generation », Fortress, vol. I, 1989, p. 14-25.

    366 Maregart ou Malregart : Histoire anonyme de la première croisade, p. 71 ; Guibert de Nogent, Gesta dei per Francos, RHC, Occ., t. IV, L. IV, 3, p. 170. Pour la Mahumeria, voir Raymond d’Aguilers, op. cit., RHC, Occ., t. III, p. 242-243 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 89, 97 et index ; J. France, Victory in the East, index.

    367  Ibn al-Qalānisī, loc. cit.

    368  Guillaume de Tyr, op. cit., p. 761 sq. ; J.-M. Mouton, Damas, p. 79.

    369 Bustān, p. 128 ; J.-M. Mouton, loc. cit.

    370 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 465.

    371 Ibn al-Ǧawzī, Muntaam, t. XVIII, p. 111sq.

    372 Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 47.

    373 Ibid., p. 47-8.

    374 Ibid., p. 22.

    375  De cette rareté, on a généralement tiré la conclusion, à tort pensons-nous, que « les guerriers de l’islam ne firent pas grand cas de l’arbalète » ou que « En somme, bien connue des musulmans, l’arbalète resta pour eux assez marginale au plan militaire ». Ces deux passages sont extraits de Cl. Gaier, « Quand l’arbalète était une nouveauté. Réflexions sur son rôle militaire du Xe au XIIIe siècle », Le Moyen Âge, t. 99, 1993, p. 211, 228. Cl. Cahen ne dit pas autre chose, « Technique et organisation socio-militaire dans le monde musulman “classique” », dans Structuresféodales et féodalisme de l’Occident méditérranéen, IXe-XIIe siècles, Bilans et perspectives de recherches, Paris, 1980, p. 66. Il s’y demande si l’usage de l’arbalète ne s’est pas perfectionné « après le contact avec les Croisés ou, plus tard encore, les Mongols ». Il est incontestable que l’arbalète fut très tôt connue dans le monde musulman. Le vocable qu’utilise d’ailleurs Anne Comnène, tzangra, vient sans doute de l’arabe ǧarḫ ou du persan arḫ. K. Huuri, Zur Geschichte des Mittelatlterlichen Geschützwesens aus Orientalischen Quellen, Helsinki, 1941, p. 113-114, a repéré des emplois précoces, dès 637 à la bataille d’al-Qādisiyya (qaws al-wākiyya utilisés par les Persans, Balāḏurī) ou vers 880 (qaws al-riǧl dont firent usage les esclaves noirs révoltés, Ṭabarī). Cl. Gaier reprend ces informations et en conclut que « la chronologie de l’arbalète dans les pays musulmans est floue » (loc. cit., note 14, p. 211). Claude Cahen n’était pas revenu sur la question dans son édition partielle de la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī (cf. notamment p. 151-154, sur les arbalètes). Cet auteur permet de différencier plusieurs types d’arbalètes : le qaws al-ḫusbān, simple arc avec guide-flèches ; le qaws al-riǧl, « arbalète à pied » ; l’arbalète à tour, rarement appelée ‘aqqār, en général nommée ǧarḫ (ce mot semble être devenu générique, désignant toute arbalète, par opposition à l’arc). Quant au ziyār, c’est un « engin fixe lourd », du type des machines de siège. Noter que ni le qaws al-zanbūrak, ni le qaws al-nāwak ne sont mentionnés par al-Ṭarsūsī. Claude Cahen propose d’identifier nāwak et zanbūrak (p. 154).

    376 RHC, Occ., t. I, p. 564 : « Engins dreçoient en la vile contre les noz ausint bons ou meilleurs qui grosses pierres descendoient seur aux et à l’aller et au venir. Leur treoit l’en espessèment (en grande quantité) d’ars et d’abalestes qui estoient en hautes tors. Pierres meneurs leur gitoit l’en assez à fondes ei as meins. Li nostre qui demoroient el chastel de fust, se penoient mout de trere d’ars et d’arbalestes à cels qui se montroient seur les murs. Les pierres hurtoient si granz coux as murs que la poudriere en voloit ausint grant comme une nue, et sembloit que la forteresse s’escrollat toute et qu’ele deust cheoir, et que les pierres des engins passoient jusqu’enz enz la vile ».

    377  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 155 ; iṣn al-Ṣawr se trouve au Diyār Bakr (cf. note 54). Il a déjà été question de cet événement supra (« Structure des armées »). Ce passage est curieusement ignoré par les historiens militaires, alors que plusieurs traductions du Kitāb al-I‘tibār en langues occidentales existent.

    378  La suite montre qu’il s’agit d’une tour.

    379 Stricto sensu « des poignets » – min zunūdihim.

    380  Le passage dans lequel Anne Comnène fait de l’arbalète une arme monstrueuse, typiquement latine, est bien connu (Alexiade, VIII, 6 : « La tzangra est un arc barbare, absolument inconnu des Grecs. Il ne se tend pas, la main droite tirant la corde, et la gauche repoussant l’arc ; celui qui tend cet instrument de guerre, particulièrement puissant, doit se tenir pour ainsi dire à la renverse et appuyer fortement les deux pieds sur les demi-cercles de l’arc, tandis que des deux mains il tire à soi la corde avec grand effort. En son milieu, se trouve une armure semi cylindrique qui touche à la corde elle-même ; elle est à peu près de la dimension d’un trait de grande longueur et va de la corde jusqu’au milieu de l’arc : c’est par là que sont lancés des traits de toute sorte. Aussi bien les traits qu’on y place sont-ils très courts, mais très gros et munis au bout d’une redoutable armature de fer. Du fait de la projection, rendue violente par la corde et par toute la force déployée, les traits ne rebondissent pas en arrière de l’endroit où ils sont venus frapper l’un après l’autre, mais ils traversent un bouclier, perforent une cuirasse de fer épais et poursuivent leur vol de l’autre côté. C’est à ce point qu’est violente et irrésistible la force de tels traits. Ce trait a déjà transpercé une statue de bronze, venant à frapper le rempart d’une très grande ville, ou bien il s’est fixé la pointe à l’intérieur, ou bien il a disparu la pointe enfoncée dans l’épaisseur du mur. Telle est l’action de la tzangra, action réellement diabolique ; celui qui est atteint par l’un des ces coups est bien malheureux, car il meurt subitement sans même sentir le coup, tant il est violent. » On considère en général qu’Anne exagérait les effets de l’arbalète et en faisait un instrument latin pour déconsidérer les Croisés. Cf. par exemple Cl. Gaier, « Quand l’arbalète était une nouveauté », loc. cit.

    381 Histoire anonyme de la première croisade, p. 38-39.

    382  R. Grousset, Histoire des croisades, p. 222, citant un extrait de l’Eracles : « li nostre firent un chastel de fust (de bois) mout fort, qui estoit plus hauz que toutes les tors de la ville, si que cil qui estoient au darrenier estage pooient viser à trere d’ars et d’arbalestes (tirer à l’arc et à l’arbalète) où leur plesoit en la cité. »

    383 Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. X, p. 127.

    384 Pour H. Nickel, « The mutual influence of Europe and Asia in the field of arms and armour » dans D. Nicolle (éd.), A companion of medieval arms and armour, Woodbridge, 2002, p. 122-124, « it was probably during the Crusades that European bowyers became acquainted with the latest forms of Easter composite bows and adapted these for their crossbows and thus improved the weapon’s power to a degree that in 1139 the Second Latran Council banned its use against Christians ».

    385 Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 285-286.

    386 J.-T. Reinaud, I. Favé, Du feu grégeois, des feux de guerre et des origines de la poudre à canon, Paris, 1845 et un album de 17 planches ; M. Mercier, Le feu grégeois, les feux de guerre depuis l’Antiquité, la poudre à canon, Paris, 1952 ; J. R. Partington, A history of Greek fire and gunpowder, Baltimore, 1999 ; M. E. J. Richardson, V. Christides, « Nafṭ, 1. et 2. », EI2a, t. VII, p. 884-890 ; A. Y. al-Hassan, « Gunpowder composition for rockets and cannon in Arabic military treatise in thirteenth and fourteenth centuries », éd. www.gabarin.com ; D. Nicolle, Medieval siege weapons, 2. Byzantium, the Islamic world and India, 476-1526, Oxford, 2003, passim, pl. hors texte, C.

    387 Al-Ṭarsūsī, Tabira, éd. K. Sader, p. 176-186 ; Ibn Manglī,al-iyalfī l-urūb fī fat al-madā’in wa if al-durūb, chap. 6. Du même auteur, al-Adilla al-rasmiyya fī l-ta‘ābī al-ḥarbiyya, éd. M. S. Ḫaṭṭāb, Bagdad, 1409/1988. Voir également C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 528-529.

    388  M. Canard, « Textes relatifs à l’emploi du feu grégeois chez les Arabes », Bulletin d’études arabes (Alger), t. VI, 1946, p. 3-7.

    389  Sur l’utilisation des bateaux, voir les articles de V. Christides mentionnés dans l’article de l’EI2a ; superbe illustration dans A. B. Hoffmeyer, « Military equipment in the Byzantine manuscript of Scylitzes in Biblioteca Nacional in Madrid », Gladius, t. V, 1966 : fig. 24 (navire byzantin faisant usage d’un siphon) ; D. Haldane, « The fire-ship of al-Ṣāliḥ Ayyūb and Muslim use of Greek fire », dans D. J. Kagay et L. J. A. Villalon (éd.), The circle of war in the Middle Ages, Woodbrige, 1999, p. 137-144.

    390  Même si les archéologues sont généralement prudents. Cf. A. J. Boas, Crusader archaelogy. The material culture of the Latin East, Londres et New York, 1999, p. 179 : « Ceramic Greek fire vessels are found throughout the Middle East. They are small, measuring on average 10-15 cm with a maximum diameter of 8-12 cm. They are extremely hard-fired and very thick, often have mouled decoration and on some occasion are glazed. Although they are reasonably common finds, there is so far no conclusive evidence that they were in fact containers for Greek fire and the alternative name, sphero-conical vessels, is usually preferred by students of medieval ceramics. […] However, their frequent appearance at known battle site, in the debris around fortifications, would seem to support the theory that they were indeed containers of Greek fire ».

    391 Voir C. Hillenbrand, op. cit., p. 528.

    392  Ainsi que vingt mille torches : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. . al-Šammā‘, t. IV, 1, p. 24.

    393  Pour la période qui nous concerne, al-Ṭarsūsī, Tabṣira, éd. K. Sader, p. 177 et suivantes, beaucoup plus sobre que les auteurs postérieurs.

    394  Voir aussi Tabṣira, éd. Cl. Cahen, pl. IV : arbalète pour lancement d’une bouteille de nafṭ.

    395  M. Mercier, op. cit., p. 92 sq. : lancement d’une mèche allumée contre l’ennemi ; J.-F. Fino, loc. cit., p. 27.

    396  Voir par exemple Anne Comnène, Alexiade, XIV, II, 10, à propos de Tyr : « […] une nuit, ils remplirent avec de la poix liquide quantité de vases de terre qu’ils lancèrent sur les machines dressées contre la ville. Ces vases forcément se brisèrent et le liquide se répandit autour des charpentes. Sur celles-ci, ils jetèrent des torches allumées, puis encore d’autres vases contenant une grande quantité de naphte qui, prenant feu, fit aussitôt jaillir des flammes et réduisit en cendres les machines des Francs. En même temps que s’allumait le jour, l’incendie s’allumait aussi sur les tortues de bois, montant dans l’air comme une tour de feu. »

    397  Ces frondes étaient peut-être utilisées pour projeter le récipient où se trouvait le nafṭ. Si Ibn al-Ǧawzī ne le précise pas, tout le passage le laisse penser. Cf. J.-F. Fino, « Le feu et ses usages militaires », Gladius, t. IX, 1970, p. 22.

    398 Al-zarrāqūn étaient des « lanceurs de javelines », mais R. Dozy souligne (Supplément aux dictionnaires arabes, t. I, p. 588) que le mot zarrāq signifie également « lanceur de nafṭ ». Zarrāqa signifie « tuyau », « siphon » et « le tube avec lequel on lançait le nafṭ ». Ces « bâtons à feu » sont attestés dans le domaine byzantin. D. Nicolle, Medieval siege weapons, op. cit., pl. C (Pyrotechnics weapons), 1, propose « a conjectural reconstruction of a portable Greek Fire syphon » ; il le nomme nafṭ zarrāqa. Ce « siphon portable » ressemble quelque peu au siphon que porte un fantassin sur la miniature d’un manuscrit byzantin de la bibliothèque de Bologne reproduit ci-dessus D. Nicolle (loc. cit.) décrit son utilisation : « An airtight copper ‘box’ containing inflammable liquid is mounted above a hand-held siphon. The inclusion of chemicals that would later be used in gunpowder probably meant it was no longer necessary to pre-heat the fuel. The pressure is here provided by a handle within a quarter-circle of brass of bronze, as indicated by a small Byzantine drawing ».

    399 Muntaam, t. XVIII, p. 112.

    400 Cf. par exemple le traité militaire d’époque mamelouke (ms. original XIVe s., copié fin XVe-début XVIe s., coll. De Keir). Voir A. Y. al-Hassan et D. R. Hill, Sciences et techniques en Islam, Paris, 1999, p. 207 ; D. Nicolle, Medieval warfare source book, t. II, Christian Europe an its neighbours, op. cit., p. 295.

    401  Ibn al-Furāt, op. cit., p. 211.

    402  Les tours mobiles franques étaient également recouvertes de peaux de bête, mais l’objectif était ici de se protéger des flèches, des pierres et autres projectiles.

    403  Cf. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 19, p. 852.

    404 Historia, RHC, Occ., t. IV, L. VI, 19, p. 476, à propos du siège de Jérusalem. Noter que l’Anonyme ne fait pas état de telles tentatives lors de la prise de Ma‘arrat al-Nu‘mān, pendant laquelle les musulmans avaient déjà tenté de brûler une tour de bois au moyen du feu grégeois.

    405  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 286-7/LT p. 113-114.

    406  Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. I, L. XVII, 27. Mais il ne s’agit pas seulement de nafṭ.

    407 Alexiade, XI, I, 6-7.

    408  Ces techniques sont exposées par M. Balard, « La poliorcétique des croisés lors de la première croisade », Byzantinisdne Forschungen v. 25, 1999, p. 221-230 ; R. Rogers, Latin siege warfare in the twelfth century, op. cit., p. 22 sq. ; J. Bradbury, The medieval siege, op. cit., p. 123-129.

    409 Histoire anonyme de la première croisade, p. 37 : « Le jour de l’Ascension du Seigneur, nous commençâmes à attaquer la ville de tous côtés et à construire des machines de bois et des tours de bois, afin de pouvoir renverser les tours de l’enceinte. » En note, l’éditeur cite une lettre d’Anselme de Ribemont qui confirme la construction de « machines » mais non des tours. R. Rogers, op. cit., p. 22, rejette ce témoignage en arguant surtout d’un manque de temps.

    410  Anne Comnène aurait utilisé le terme helepolis pour désigner de l’artillerie lourde et non des tours mobiles, comme on l’a souvent cru. Voir P. E. Chevedden, « The invention of the counterweight trebuchet : a study in cultural diffusion », p. 80.

    411  Le siège est raconté par toutes les Histoires des croisades. R. Rogers, Latin siege warfare in the twelfth century, p. 16-25 et, après lui, J. France, Victory in the East, p. 162 sq. ont minimisé le soutien byzantin. Selon eux, le témoignage d’Anne est biaisé par son souci de magnifier le rôle de son père, ce qui est incontestable mais ne signifie pas qu’elle travestit forcément les faits. Pour ce qui est des machines de siège fournies par les Byzantins, R. Rogers nie leur existence (p. 25 : « however, there is no clear evidence indicating that the Byzantines provided the crusaders with siege technology or specific machines »). P. E. Chevedden, « The invention of the counterweight trebuchet », Dumbarton Oaks Papers, t. 54, 2000,p. 76-78, 82, 85 et passim tente de démontrer le contraire.

    412  Voir les deux textes dans UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, Xe-XIIIe siècle, op. cit., p. 64-67. De l’Anonyme, R. Grousset, Histoire des croisades, t. I, p. 123, a tiré la conclusion qu’un pan de la muraille s’était écroulé.

    413  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. III, p. 268-270.

    414  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 16. Mais il mentionne bien la panique des musulmans.

    415  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 16-17 (souligne l’activité des sapeurs) ; Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. IV, L. VI, 23, p. 218-219 et trad. M.-C. Garand, p. 226-227 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. IV, L. V, 31, p. 451-452 ; R. Rogers, op. cit., p. 46.

    416 Historia, op. cit., L. XI, 1-2, p. 663-664.

    417 Kāmil, t. IX, p. 131.

    418  Outre les références citées plus haut, voir, sur le site de ‘Arqa, Guide bleu, 1932, p. 66.

    419 Cf. R. Rogers, Latin siege warfare in the twelfth century, p. 89.

    420 Op. cit., L. XVIII, 18, p. 849-850.

    421 Ibid., L. XVIII, 19, p. 851-853.

    422  Des sapeurs furent également actifs lors du siège de Damiette par les Francs et les Byzantins.

    423  Tous les auteurs soulignent l’efficacité des «urāsāniens. La sape permit à Nūr al-dīn d’entrer dans la ville ; il en avait été de même lorsque son père s’en était emparé. Voir notamment Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 228 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. II, p. 290 ; Michel le Syrien, Chronique, t. III, p. 270 ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 191-192 ; N. Élisséeff, ND, t. III, p. 396-398.

    424 Kitāb al-I‘tibār, p. 155 (voir le texte ci-dessus). Mais Zankī avait promis dès l’arrivée d’être cruel avec les défenseurs.

    425  Selon Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. IX, p. 140 (texte traduit supra).

    426 Kitāb al-I‘tibār, p. 73 ; trad. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, p. 74-75 ; trad. A. Miquel, Des enseignements de la vie, p. 189-190. Pour Kafarṭāb, généralement identifiée avec «ān Šayḫūn, voir N. Élisséeff, ND, t. I, p. 218. La place, entourée d’une enceinte et d’un fossé, avait fait l’objet après 509/1106 de modifications de la part des Francs.

    427 En fait « wa naamū al-naqb bi l-aḫšāb kaḏālika ilā asās al-bāšūra ».

    428  Nous suivons ici la traduction d’A. Miquel, Des enseignements de la vie, p. 199 ; H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, p. 74, traduit quant à lui « Il n’existait pour eux aucun autre chemin vers le château fort ».

    429  Version différente par Guillaume de Tyr. Sur tout ceci, voir N. Élisséeff, ND, t. III, p. 509.

    430  Ch. Gravett, Medieval siege warfare, Oxford, 1990, p. 23.

    431  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 338.

    432 Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. IV, p. 1964 sq.

    433 Bustān, p. 119-120. Récit voisin d’Ibn AbīṬayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 198 r°-v° et 201r°.

    434  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. I, p. 119 (le texte est traduit plus haut).

    435 Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 287-8/LT p. 114-115.

    436 Histoire anonyme de la première croisade, p. 107.

    437  Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. XVIII, p. 114.

    438  L’illustration ici présentée est accompagnée d’un commentaire d’Ibn al-Zaraḏkāš.

    439 Latin siege warfare in the twelfth century, p. 62, p. 49 (« While there is no mention of local craftsmen serving the crusaders, this possibility cannot be ruled out »).

    440 Ibid., p. 50 et chap. 2.

    441  G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 462-463.

    442  Pour les armées latines, outre l’ouvrage de R. Rogers qui vient d’être mentionné, voir essentiellement celui de J. Bradbury, The medieval siege, op. cit. En ce qui concerne les armées musulmanes, C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 523-528, explique le fonctionnement des machines de siège musulmanes. Cf. également D. Nicolle, Medieval siege weapons, op. cit.

    443  Naturellement, l’on ne peut être sûr de ces chiffres.

    444  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 287-8/LT p. 113-114. Cf. également Albert d’Aix, Historia, L. XII, 5, p. 691.

    445 Histoire anonyme de la première croisade, p. 172-175.

    446  Traduction de R. Le Tourneau.

    447  S. Runciman, Histoire des croisades, p. 363.

    448  R. Rogers, op. cit., Appendice I, p. 249-250, donne la liste de toutes les tours utilisées par les Francs.

    449  Ibn al-Qalānisī, loc. cit.

    450  Cf. trad. Cl. Cahen, p. 143.

    451 Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 9, p. 671-672.

    452 Ibid.,

    453 J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, construction, attaque, défense, Paris, 1969, p. 141-151 ; D. Hill, « Trebuchets », Viator, t. iv, 1973, p. 99-114 ; P. E. Chevedden et alii, « The trebuchet : recent reconstructions and computer simulations reveal the operating principles of the most powerful weapon of its time », Scientific American, 1995, p. 66-71 ; D. Nicolle, Medieval siege weapons, op. cit. 

    454  Le manuscrit de la Tabṣira comporte des représentations de qaws ziyār simple et triple, ainsi que d’une šabka (sorte de mantelet qui protégeait le qaws et, sans doute aussi, les artilleurs des projectiles tirés par les assiégés) : Bodleian Library, Ms. Hunt 264, fo 85 r° et 87 v°, Oxford ; éd. Cl. Cahen, fig. 1, 2, 3 et 16. Cf. aussi D. Nicolle, S. Thompson, Medieval siege weapon,op. cit., p. 44.

    455 Tabṣira, éd. K. Sader, p. 119 -120 ; éd. et trad. partielle Cl. Cahen, p. 129 sq. ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 526. D. Nicolle, Medieval siege weapons, soutient que le « qaws al-ziyār » était utilisé « at least the 12thcentury ». Rappelons qu’il propose de situer l’écriture de la Tabṣira dès 1169, date de la prise de pouvoir de Saladin en Égypte, ce qui signifierait que son concepteur s’appuyait sur une expérience (au moins théorique) antérieure. Encore une fois, l’on bute sur les textes narratifs qui ne mentionnent pas une telle arme. Mais ils font souvent état d’une précision surprenante, parmi les Grecs, les Arméniens et les musulmans. M. Canard se demande ainsi (Aristakès de Lastivert, Récit des malheurs de la nation arménienne, trad. M. Canard et H. Berbérian, Bruxelles, 1973, note 1, p. 83-85) s’il ne faut pas voir en la machine nommée p‘ilikuan en arménien,dont un vieux prêtre se sert pour dévier les projectiles lancés par les Turcs assiégeant Mantzikert en 1054 (p. 85 : « Mais un des nôtres, un vieux prêtre qui était très expert dans les arts, installa son p‘ilikuan et, quand les ennemis mettaient une pierre dans la fronde de la machine et la lançaient sur la ville, ce prêtre dirigeait son boulet tout droit sur la pierre de l’adversaire, afin qu’il frappât la pierre venant du camp des infidèles et la renvoyât sur eux-mêmes ») une arbalète géante « fonctionnant suivant le même principe que l’arbalète, le projectile glissant sur un fût » (mais le texte traduit dit que le « boulet » du prêtre repoussait les pierres des Turcs).

    456 Le siège de Paris par les Normands, éd. H. Waquet, Paris, 1942, p. 42-43. Mais le fait qu’ils aient été à traction humaine ou « hybrides » est discuté par P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet : the halfway step to the counterweight trebuchet », dans D. J. Kagay et Th. M. Vann, On the social origins of medieval institutions : essays in honor of Joseph F. O’Callaghan, Leyde, etc., 1998, p. 196 sq. Cf. aussi, bien que vieilli, G. M. Gillmor, « The introduction of the traction trebuchet into the Latin West », Viator, t. XII, 1981, p. 1-8, et surtout S. Mc Cotter, « Byzantines, Avars and the introduction of the trebuchet », www.deremilitari.org (introduction du trébuchet à traction par les Avars dès le VIIe siècle).

    457  C. Hillenbrand, loc. cit.

    458  Rapporté par D. Nicolle qui discute les caractéristiques de cette arme dans Medieval siege weapons, op. cit., p. 7-8.

    459  Ibn al-Ǧawzī, op. cit., p. 111, traduit plus haut.

    460 Description précise par P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet », loc. cit., p. 180 sq.

    461 Mais voir K. De Vries, « Catapults are not atomic bombs : towards a redefinition of ‘effectiveness’ in premodern military technology », War in History, t. IV, 1997, p. 454-470, repris dans Guns and men in medieval Europe 1200-1500. Studies in military history and technology, Aldershot, 2002, XVIII.

    462 Tabira, éd. Cl. Cahen, commentaire, p. 157-158.

    463  Mais déjà D. Hill, « Trebuchets », loc. cit., p. 108. Voir surtout P. E. Chevedden, « The invention of the counterweight trebuchet », loc. cit. ; id., « Artillery in Late Antiquity : prelude to the Middle Ages », dans I. A. Corfis, M. Wolfe (éd.), The medieval city under siege, op. cit., p. 131-173 ; id., « The hybrid trebuchet », loc. cit., p. 179-222 ; D. Nicolle, Medieval siege weapons, op. cit.

    464 P. E. Chevedden, « Fortifications and the development of defensive planning during the crusader period », dans D. J. Kagay et L. J. A. Villalon (éd.), The circle of war in the Middle Ages, op. cit., p. 36. Cet article résume les précédents et essaie d’analyser les évolutions architecturales qui en résultèrent.

    465 Ibid., p. 37 sq. On peut tout de même s’interroger sur ce fait.

    466 P. Chevedden, « The invention of the counterweight trebuchet », p. 113. Cf. également id., « Black camels and blazing bolts : the bolt-projecting trebuchet in the Mamluk army », Mamluk Studies Review, vol. viii, 1, 2004, p. 229-232.

    467 Kitāb al-I‘tibār, cité par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 524, qui effectue la conversion.

    468 Mufarriǧ al-kurūb, ms 1703, BN, Paris, fo. 61 r°, cité par R. Hill, « Trebuchets », loc. cit., p. 106, repris par P. E. Chevedden, « Fortifications and defensive planning during the crusader period », p. 37.

    469 Itti‘āẓ al-unafā’, t. III, p. 22. Noter que le siège dure quarante jours selon Maqrīzī.

    470 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221, 266-268, 362 sq., 415-416, 422-423, 440-441 (préparatifs de Zankī ; il ordonne la construction de mangonneaux et d’autres machines de guerre en prévision de son attaque contre Damas), 449, 451-452 et passim.

    471 Ta’rīḫalab, p. 388, 389, 393, 395.

    472 Kāmil, t. IX, p. 301-304.

    473 Zubda, t. II, p. 155-156, an 504 ; p. 203-205 ; p. 209.

    474  Ce terme fait débat. Voir P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet », p. 210-211, pour lequel c’est un trébuchet hybride ; mais D. Nicolle et Ph. Contamine l’identifiaient à la calabre, dérivé de ‘arrāda.

    475 Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 350 ; Historia, RHC, Occ., t. I, L. XVIII, 19, p. 851-853 ; R. Grousset, Histoire des croisades, t. II, p. 388.

    476 Récits des malheurs de la nation arménienne, op. cit., p. 85.

    477  Th. Bianquis, « Le qasr de Damas », loc. cit.

    478  Voir, à nouveau, G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 536-538, sur les « machines de guerre performantes » des Arméniens. Il démontre que les auteurs byzantins eux-mêmes (pourtant sans doute au courant du degré de perfectionnement de la poliorcétique byzantine) louent le savoir-faire arménien.

    479  Voir les tableaux de P. E. Chevedden, « The hybrid trebuchet », appendices 1 et 2, p. 217-222.

    480 Comme en convient P. E. Chevedden, « Fortifications and defensive planning during the crusader period », loc. cit.Les transformations pourraient néanmoins avoir été plus précoces dans le domaine byzantin, dès le règne de Manuel I Comnène (1143-1180) : C. Foss, D. Winfield, Byzantine fortifications : an introduction, Pretoria, 1986, p. 48, mais cette thèse est discutée. Voir P. E. Chevedden, « The invention of the counterweight trebuchet », p. 73 et note4.

    481 Ibid.

    482 C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 527: « In Crusader times it signified a kind of tower housing soldiers whose task it was to attack the walls of a citadel or town. Sometimes the penthouse had four storeys, one of wood, one of lead, one of iron and one of copper. »

    Table des illustrations

    Titre Scène de siège, fin du XIIe siècle
    Légende Ms. Petrus de Éboli, De rebus siculis carmen (c. 1187-1200), Bibl. de la Bourgeoisie, Berne, cok. 120, f° 109.
    URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/392/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 12k
    Titre Fragment d’un papier d’époque fatimide (Fusṭāṭ, XIIe siècle)
    Légende British Museum.
    URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/392/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 12k
    Titre Assaillant byzantin faisant usage de feu grégeois au moyen d’un siphon portatif
    Légende Ms. byzantin de Bologne ; cf. également (autre ms. byzantin) Bibl. Vaticana., Cod. Vat. Gr. 1605, XIe siècle.
    URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/392/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 12k
    Titre Pot à naphte en terre cuite
    Légende Trouvé à Fusṭāṭ, sans doute du XIIe siècle, collection M. Mercier. Poids : 460 g. Contenance : 345 g d’eau. 115 mm de hauteur par 105 mm de diamètre. Probablement lancé à la main.
    URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/392/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 12k
    Titre « Grenade explosive » en terre cuite
    Légende Trouvée à Fusṭāṭ, sans doute du XIIe siècle, collection M. Mercier. Poids : 365 g. Contenance : environ 175 à 180 g d’eau. 131 mm de hauteur par 80 mm de diamètre. Goulot très étroit (2 mm environ) situé à l’extrêmité supérieure du « chapeau ». Lancement probable à la fronde ou au moyen d’une cordelette.
    URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/392/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 12k
    Titre Salālim al-ḥisār (« échelles de siège »)
    Légende Ibn al-Zaraḏkāš, al-Anīq fī l-manāǧīq, éd. Iḥsān Hindī, Le Caire, 1405/1985, pl. 27.
    URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/392/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 12k

    © Presses de l’Ifpo, 2008

    Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

    Acheter

    Volume papier

    Chargement

    Unavailable