Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre III

Les armées : structures (3)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre III est scindé en trois documents.
Voir le texte de Les armées : structures (1)
Voir le texte de Les armées : structures (2)

Texte intégral

III. Guerre et économie

1. De l’impossibilité d’estimer les budgets militaires

  • 635  Voir également Richard Ritz-Nigel, De necessariis observantiis Scaccarii dialogus, rédigé entre 11 (...)
  • 636   Sur l’Égypte fatimide, voir essentiellement W. J. Hamblin, Fatimid army, chap. 4. 1., p. 97-105, (...)

1Qu’elles soient latines ou musulmanes, les sociétés syriennes étaient organisées pour et par la guerre. Les classes dirigeantes militaires – turques ou franques, essentiellement – cherchaient avant tout à se perpétuer et à conquérir des territoires. Pour cela, il fallait disposer d’appareils militaires puissants, suffisamment souples pour être mis à contribution sinon à l’envi, du moins autant que possible, et surtout dès que cela était urgent. Ces appareils coûtaient cher, même si le système féodal dans le domaine latin, les iqṭā‘-s dans le domaine musulman, permettaient de faire assumer une partie de ce coût sur l’élite dont le souverain s’entourait (chevaliers fieffés, émirs dotés d’iqṭā‘-s). Malgré tout, c’était à celui-ci qu’incombait la plupart des dépenses. Même s’il est quelque peu chimérique de distinguer, à l’époque qui nous occupe, dépenses civiles et militaires, il faut se souvenir que les secondes étaient essentiellement de deux ordres : celles qui ressortissaient à la préparation de la guerre (entretien d’armées permanentes ou semi-permanentes, notamment paiement des soldes et, dans le cas des armées musulmanes, achat et éducation des esclaves militaires ; constitution de stocks d’armes ; élévation et réfection de forteresses etc.) ; celles qui permettaient de financer les opérations proprement dites (notamment frais de logistique et enrôlement de mercenaires). Il ne faut néanmoins pas oublier un troisième type de dépenses, qui n’était pas négligeable à une époque où on était si souvent en guerre, consécutives aux affrontements celles-là (tribut, réfection des châteaux et forteresses, paiement de rançons, remplacement des soldats morts, faits prisonniers ou ayant déserté etc.)635. Il est malheureusement impossible, en l’état de notre documentation, d’évaluer ces dépenses autrement que d’une manière très empirique. Alors que pour l’Égypte, par exemple, quelques encyclopédistes (Qalqašandī notamment) ont transmis des chiffres qui permettent, tant bien que mal, d’appréhender les ressources financières de l’État fatimide, on ne peut s’appuyer sur rien de tel pour la Syrie du vie/xiie siècle, qu’il s’agisse des États musulmans ou des États francs636. Ni budget global, ni budget militaire ne peuvent être estimés. Seules certitudes : d’une part l’incontestable impression de mieux-être économique laissée par les sources, une fois les conséquences des déprédations de la fin du ve/xie siècle plus ou moins effacées ; d’autre part le changement d’échelle qui se produisit avec l’avènement des Zankides, et surtout à partir de la réunification de la Syrie par Nūr al-dīn – le numéraire fut alors plus abondant, du côté musulman.

2. Des sources de revenus multiples

  • 637  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 793 et suivantes, en tire l’essentiel de ses informations sur « Fisca (...)
  • 638  J.-M. Mouton, Damas, p. 219 sq.
  • 639  Id., ibid., p. 220.
  • 640  Voir les articles qui leur sont consacrés dans l’Encyclopédie de l’Islam(sous « djizya », « zakāt  (...)
  • 641  Ibn Qudāma, Précis de droit musulman, p. 280-1, permet de connaître le montant de la ğizya à l’ext (...)
  • 642  Ibn Qudāma, op. cit., p. 59.

2Les sources de revenus étaient multiples, tant régulières qu’irrégulières. En ce qui concerne le domaine musulman, le ḥanbaliteIbn Qudāma en livre un tableau général commode, bien que quelque peu incomplet, pour la fin de la période zankide637. Ce qu’il dit correspond grosso modo à ce qu’on sait des périodes antérieures638. Au premier rang des ressources, les impôts levés par le prince pesaient plus ou moins lourdement sur les administrés, selon les taux qui étaient pratiqués. Riḍwān avait la réputation de demander toujours plus. Au contraire, les premiers Bourides semblent avoir essayé de ne pas trop pressurer leurs sujets afin de se faire mieux accepter, et Nūr al-dīn, presque toujours présenté sous son meilleur jour par les auteurs arabes, abolit bon nombre d’impôts arbitraires ou impopulaires, telles les taxes sur la halle aux fruits et le marché au légume, dès son entrée dans Damas, en 544/1149639. En effet, en terre musulmane, on distinguait les impôts dits « canoniques » des impôts exceptionnels, occasionnels ou arbitraires, ces derniers diversement nommés dans les textes, le terme mukūs étant l’un de ceux qui reviennent le plus souvent640. Les premiers comprenaient la ğizya (impôt de capitation qui frappait les ḏimmī-s)641, la zakāt ou ṣadaqa (impôt de solidarité, « aumône » légale que tout musulman devait payer, prélevée sur les biens mobiliers et immobiliers) dont il faut noter qu’elle pouvait être versée à un volontaire de la foi afin de lui permettre de s’équiper642,  et le ḫarağ, impôt foncier proprement dit, perçu contrairement aux précédents selon le calendrier solaire, qui pesait notamment sur les récoltes, sur lequel les souverains s’appuyaient le plus, en général. À ces revenus conventionnels, s’ajoutaient tous ceux qui avaient trait au butin, dont les auteurs latins et arabes se complaisent à parler en terme hyperbolique, d’où l’importance qu’on doit lui prêter. Il faut dire que les chroniques abondent de mentions de prises toutes plus impressionnantes que les autres, denrées variées, bétail, armement, femmes, enfants, vieillards et autres hommes qui allaient grossir les marchés aux esclaves. Pour ce qui était des occupations de villes, les princes savaient pourtant qu’il valait mieux empêcher les pillages qui auraient hypothéqué l’avenir, quitte à limiter les biens qu’on pouvait en tirer. Ceci explique l’attitude conciliante de Zankī après la prise d’Édesse, à laquelle il évita les spoliations et les destructions généralisées que ses troupes brûlaient d’effectuer. En revanche, une fois qu’il l’eût reprise après la révolte de 1146, Nūr al-dīn laissa ses troupes la saccager.

3. Le butin ; son partage

3Naturellement, les guerriers francs cherchaient tout autant que leurs ennemis musulmans à amasser du butin. Faire la guerre, dans la mentalité médiévale, c’était également piller, amasser du butin, tout particulièrement au moyen de chevauchées de déprédation dont l’efficacité, en Occident, avait fait réagir les autorités ecclésiastiques, qui avaient cherché à les limiter. S’enrichir, notamment pour financer l’achat et l’entretien de leur équipement, était l’un des objectifs de tous les combattants, objectif indissociable des autres objectifs de guerre – politiques ou moraux.

3.1. Musulmans

  • 643  Par exemple al-Māwardī, Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 126 : māl al-fay’ ma’ḫūḏ ‘afwan wa māl al-ġanīma m (...)
  • 644  Voir par exemple al-Māwardī, Akām al-sulṭāniyya, passim, où sont notamment exposées les divergenc (...)
  • 645  Cf. surtout al-Māwardī, Akām al-sulṭāniyya, chap. xii, p. 126-141 ; Ibn Qudāma, op. cit., p. 274 (...)
  • 646  Ce qui ne signifie en rien qu’il ait été plus proche des pratiques en cours au vie/xiie siècle, so (...)
  • 647  Al-Māwardī, op. cit., p. 131.
  • 648  Op. cit., p. 277-8 puis p. 275-6.

4Les chroniqueurs utilisent presque exclusivement le vocable ġanīma pour signifier « butin », alors que traditionnellement, on différenciait fay’ (biens acquis sans combat, lors de la reddition d’une place) et la ġanīma proprement dite643. Même si, au Moyen Âge, les différentes écoles juridiques divergeaient quelque peu quant à la répartition de ce butin644, elles s’accordaient sur le fait que l’autorité (l’État, le prince, l’émir) n’en récupérait qu’un cinquième. Il en faisait usage pour la collectivité, les quatre autres cinquièmes étant répartis entre les combattants645. Al-Māwardī surtout et, plus proche de la période qui nous intéresse646, Ibn Qudāma, se font très précis. Ainsi que le premier le précise, al-ġanīma647 « comprend [plusieurs] catégories : les prisonniers de guerre, les femmes (et les enfants) captifs, les terres (arḍ) et l’argent (amwāl) ». […] « La règle selon laquelle [le souverain] se saisit d’un cinquième du butin s’applique à ce qu’ont pris une ou deux [personnes] (wa yağrī  ‘alā mā ġanimahu al-wāḥid wa l-iṯnān ḥukm al-ġanīma fī aḫḏ ḫumsih). Abū Ḥanīfa et ses deux compagnons ont dit : “On ne prend le cinquième (ḫums) que lorsqu’il y a un détachement”. Mais ils diffèrent quand à [ce qui constitue] un détachement ». Selon le second, deux types de ġanīma se distinguaient, la terre (arḍ), que le souverain pouvait soit « partager, soit constituer en waqf au profit des musulmans », et tous les autres biens, qui « revenaient à tous ceux qui, marchands ou autres, étaient présents à la bataille, en étant aptes à combattre et après s’être préparés à le faire, et en fonction de la qualité (ṣifa) sous laquelle ils ont assisté au combat ». Il précise ensuite les modalités du partage648 :

  • 649  Voir ci-dessous les avis divergents des juristes exposés par al-Māwardī.

« On doit commencer, dans le partage, par prélever les biens nécessaires à la conservation du butin, à son transport et, d’une manière générale, à tout ce qui concerne le service du butin. On attribue ensuite les dépouilles des ennemis tués à ceux auxquels elles reviennent et les récompenses promises à ceux qui les ont méritées. On prélève alors le quint (ḥums) sur les biens qui restent. De ce quint, il est fait cinq parts649 : 1) une part est attribuée à Dieu et à son Prophète ; elle est employée à des dépenses d’armement, de ravitaillement et d’intérêt commun. 2) une part revient aux proches parents du Prophète, c'est-à-dire aux Hachémites (Banū Hāšim) et aux Banū l-Muṭṭālib, qu’ils soient riches ou pauvres ; les hommes ont droit à une part double de celle des femmes. 3) une part est attribuée aux orphelins pauvres. 4) une part aux indigents. 5) une part aux étrangers de passage. On procède ensuite à la distribution des autres parts supplémentaires (anfāl) et des gratifications discrétionnaires (raḍ). Les biens qui restent sont alors répartis à raison d’une part par fantassin et de trois parts par cavalier, soit une part pour le cavalier et deux pour son cheval. Ibn ‘Umar a en effet rapporté que le Prophète donnait deux parts au cheval et une part à celui qui le montait. Un cheval qui n’est pas de race arabe a droit à une part et son propriétaire à une part. Quand un homme a deux chevaux, on donnera, à chacun des deux chevaux, la part qui lui revient ; nul ne peut faire participer plus de deux chevaux au butin, et nulle autre monture que le cheval n’a droit au butin ».

  • 650  Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 138-141pour tout ce qui suit.

5À certaines occasions, des parts de butin pouvaient être attribuées unilatéralement par le commandant en chef. Ces parts sont appelées anfāl. Y ont droit ceux qui ont tué un ennemi, auxquels la dépouille revient, dépouille qui n’est pas soumise au quint ; ceux « qui ont rendu d’éminents services aux musulmans » pendant la bataille ; ceux qui auront répondu à un appel du commandant en chef, lorsqu’il déclare par exemple « Quiconque entrera dans la brèche, ou escaladera le rempart, aura tant », ou « Quiconque mènera dix têtes de bétail en aura une » etc. De même, le commandant en chef peut promettre 1/4 des prises au détachement envoyé en avant-garde, 1/3 des prises pour celui placé en arrière-garde. Dans ce cas, le quint est d’abord prélevé sur les prises rapportées, puis la part du détachement prélevée, enfin le reste « versé à la masse du butin et partagé, à la fois, entre ces détachements ». Enfin, des gratifications discrétionnaires peuvent être accordées à des femmes, des enfants, des infidèles ou des esclaves n’ayant « pas accès au partage du butin », « en proportion de leurs services ». Ces règles théoriques sont peu différentes, au fond, de celles qu’al-Māwardī expose avec bien plus de détail650. Selon lui, il ne faut répartir le butin qu’une fois la victoire assurée ; ainsi les soldats ne s’en soucient pas, et ils peuvent se concentrer sur les combats. Lorsque la guerre est terminée, il peut être divisé en territoire ennemi, à moins qu’on préfère attendre de passer en territoire musulman. Mais c’est le commandant d’armée qui décide. Lorsque la répartition est faite, il vaut mieux commencer par les biens de ceux qui ont été tués, chacun de ceux qui ont tué recevant les biens de leur victime. Les conditions de partage sont édictées par le souverain avant qu’il soit réalisé. Le butin est constitué des vêtements du défunt, de ses armes et de son cheval. Les autres biens qu’était censé posséder le défunt, restés au campement, ne sont pas considérés comme faisant partie du butin. Pour l’argent qu’il était susceptible de transporter, les avis divergent ; seul Mālik soutient que le quint doit être prélevé sur la dépouille. Puis le commandant prélève le quint sur la totalité du butin, et le distribue ; il est divisé en cinq parts. Selon Abū Ḥanīfa, Abū Yūsuf, Muḥammad et Mālik, le quint doit être divisé en trois parts pour les orphelins, les pauvres et les voyageurs. Ibn ‘Abbās parle d’une division en six parts, dont l’une pour Dieu, attribuée à l’entretien de la Ka‘ba. Al-Māwardī, qui opte pour les cinq parts, explique ensuite à qui, selon lui, revient le quint : le Prophète (pour le bien être public), ses descendants, les orphelins, les pauvres, les voyageurs. Après (avant, selon une autre opinion) que le quint a été attribué, le commandant s’occupe de ceux qui ont droit à une petite récompense, à savoir ceux présents pendant la bataille, mais ne pouvant prétendre à une part de butin  esclaves, femmes, enfants (sic) et malades. Les sujets non musulmans protégés reçoivent une récompense (hors système de la ġanīma) selon leur effort, mais aucun ne peut obtenir autant que la part de butin d’un cavalier ou un fantassin. Ensuite le butin proprement dit (ġanīma) est distribué, après donc que le quint et les petites récompenses ont été prélevés, aux « gens du ğihād (ahl al-ğihād) quiont assisté à la bataille », hommes libres, musulmans, qu’ils aient ou non combattu, parce que « celui qui ne combat pas soutient le combattant, et l’encourage lorsqu’il en a besoin ». La division est à l’entière discrétion du souverain (wa qāla Mālik : māl al-ġanīma mawqūf ‘alā ra’y al-imām) selon la part légale de chacun. Pour Mālik, il peut même faire des parts inégales, et attribuer une part à ceux qui n’ont pas participé à la bataille, mais al-Māwardī réfute cette interprétation des choses (il s’appuie sur le prophète : wa fī qawl al-nabī […] : al-ġanīma li-man šahida al-waq‘a). Puis le partage est détaillé :

« S’il (i. e.  le butin) est réservé à ceux qui ont participé à la bataille, le cavalier (al-fāris) doit avoir la prééminence sur le fantassin (al-rāğil) du fait de sa plus grande peine. Mais on diverge sur l’importance de cette prééminence. Ainsi, Abū Ḥanīfa dit : “Le cavalier reçoit deux parts, le fantassin une seule”. Al-Šāfi‘ī dit : “Le cavalier reçoit trois parts et le fantassins une seule, mais la part du cavalier n’est donnée qu’à ceux qui ont un cheval (aṣḥāb al-ḫayl), ceux qui montent une mule, un âne, un chameau, un éléphant reçoivent la part du fantassin, sans qu’il y ait distinction entre le pur-sang (‘itāq al-ḫayl) et le cheval qui n’est pas de race (hiğān)”.Sulaymān b. Rabī‘a dit : “Seuls les purs-sangs d’exception/supérieurs (al-‘itāq al-sawābiq) donnent lieu à part [de butin]. Si [un soldat] participe à la bataille avec un cheval, il reçoit une part même s’il ne combat pas avec lui. S’il le laisse au camp, il ne la reçoit pas. S’il assiste à la bataille avec plusieurs chevaux (afrās), il ne reçoit une part que pour un seul cheval”. Abū Ḥanīfa et Muḥammad disent la même chose. Abū Yusūf dit : “Des parts sont octroyées pour deux chevaux” ; Al-Awzā‘ī est d’accord. Ibn Uyayna dit : “Il (i. e. le soldat) reçoit une part pour ce dont il a besoin, mais non pas quand il n’en a pas besoin”. Lorsqu’un cheval meurt pendant la bataille, il (i. e. son propriétaire) reçoit une part, mais s’il meurt avant la bataille, il ne reçoit rien. Il en est de même si c’est lui qui meurt. Abū Ḥanīfa dit : “Si lui et ses chevaux meurent après être entrés en territoire de guerre (dār al-ḥarb), il reçoit une part. Si des renforts arrivent avant que le combat (ḥarb) n’éclate, ils participent au butin (al-ġanīma) ; mais s’ils arrivent après, ils n’y participent pas”. Abū Ḥanīfa dit : “S’ils (i. e. les renforts) pénètrent en territoire de guerre avant que la bataille n’ait débuté, ils partagent [le butin] avec eux (i. e. ceux qu’ils viennent soutenir)”. Le butin est divisé d’une manière égale entre les « réguliers » (troupes soldées : murtaziqat al-ğayš) et les volontaires (al-muṭawwi‘a) si l’ensemble participe à la bataille. Si un groupe (qawm) effectue une expédition sans l’accord du souverain (al-imām), un cinquième de leur butin est retenu. Abū Ḥanīfa a dit : “Le cinquième n’est pas retenu”. Al-Ḥasan a dit : “Ils ne possèdent pas leur butin” ».

6Puis al-Māwardī termine en insistant sur le fait que le guerrier s’étant tout particulièrement illustré reçoit la même part de ġanīma, mais non sans avoir droit à un supplément en reconnaissance de son mérite.

7Les explications d’al-Māwardī et d’Ibn Qudāma, renvoient à une situation idéale ; on peut se demander si elles étaient scrupuleusement appliquées. Au moins illustrent-elles l’importance du butin pour les combattants. C’était d’autant plus une source d’enrichissement qu’ils avaient droit à des parts additionnelles. Non soumises au quint, les dépouilles (vêtements, parures, armes, cheval et son harnachement etc.) de l’ennemi tué appartenaient ainsi à celui qui l’avait abattu, dans la mesure où il l’avait fait pendant le combat, sans qu’il ait bravé l’interdiction de combattre. De même, les combattants les plus méritants pouvaient se voir accorder des parts supplémentaires  par leur commandant en chef.

3.2. Francs

  • 651  J. Riley-Smith, « Early crusaders to the East and the costs of crusading 1095-1130 », dans M. Good (...)
  • 652  Histoire anonyme de la première croisade, p. 46-9. W. G. Zajac, « Captured property on the first c (...)

8Si on ne peut évidemment réduire la première croisade à une simple « expédition de pillage » (plundering expedition, selon l’expression de J. Riley-Smith651), il est incontestable que parmi les motivations des Croisés, la recherche de butin n’était pas négligeable. Les informations allant dans ce sens sont très nombreuses dans les sources ; les quelques mots qu’échangèrent les Croisés avant de s’en aller affronter les Turcs à Dorylée sont suffisamment révélateurs652 :

« Il y eut entre nous un entretien intime, dans lequel, après avoir loué Dieu et pris conseil, nous disions : “Soyez de toute manière unanimes dans la foi du Christ et dans la victoire de la sainte croix, car aujourd’hui, s’il plaît à Dieu, vous deviendrez tous riches” ».

  • 653  Histoire anonyme de la première croisade, p. 212-3. Voir également p. 50-51, 66-7, et index p. 231 (...)
  • 654  Des mesures étaient souvent prises par les commandants pour empêcher que les soldats oublient de c (...)
  • 655  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 274.
  • 656  Albert d’Aix, op. cit., L. vi, 23, p. 479, à propos du Templum domini. Sur cette « loi de conquête (...)
  • 657  W. Zajac, ibid., p. 169 sq.
  • 658  Alors qu’il avait ravagé les environs de Soisson, à la fin du ve siècle, Clovis demanda à ses sold (...)
  • 659 Al-Māwardī, Akām al-sulṭāniyya, p. 130 sq. ; D. Jenkins (éd. et trad.), The law of Hywel Dda : law (...)

9Mais de quelle manière ce butin était réparti, nous l’ignorons avec précision. Les règles qui avaient cours en Europe à la veille de la croisade, dont on peut supposer que les Croisés les appliquaient, sont très mal connues. Les chroniqueurs latins n’en disent rien de très probant. S’il prend soin de rappeler que le patriarche, la veille de la bataille d’Ascalon, prit soin de faire crier dans toute l’armée que tout homme « qui songerait à faire du butin avant que la bataille fût terminée serait excommunié »653, l’auteur anonyme des Gesta, par exemple, ne fait jamais état d’un partage général organisé, pas plus d’ailleurs que les autres chroniqueurs654. En fait, les quelques informations qui nous sont parvenues sont contradictoires. En effet, se dégage parfois l’impression que des règles relativement précises devaient être respectées. Les chevaliers qui possédaient une « maison » divisaient le butin entre leurs hommes et en réservaient une partie à leur seigneur, tel Tancrède qui, à Jérusalem, se fit un devoir de mettre de côté la part de Godefroy de Bouillon, qu’il servait alors. Une hiérarchie se dégage même, à l’occasion, ainsi lorsque, pendant la marche vers Jérusalem, un château ayant été attaqué, on apprend que les pauvres (« nos pauvres ») se servirent en premier, puis ce fut le tour des pedites pauperes, avant les milites plebei655. Or, très régulièrement, et quel que soit le type de combat concerné, c’est l’absence de toute répartition qui était la règle : le premier à s’emparer d’un bien était considéré comme son possesseur, en vertu d’une sorte de « droit de conquête » qui semble même avoir été appliqué après la première croisade656. Peut-être faut-il expliquer cette absence de règle par le caractère hétéroclite des armées croisées, qui étaient composées de contingents aux traditions diverses. Contingents qui, surtout, très rapidement d’alliés pouvaient se transformer en concurrents. Les affrontements même larvés qui opposèrent les chefs de la croisade ne les autorisaient pas à se risquer sur le terrain fragile et miné d’une division un tant soit peu égalitaire des richesses enlevées à l’ennemi. De toute façon la variété des troupes de la croisade et surtout leur importance numérique auraient rendu illusoire toute tentative de ce type, ce que les barons ne pouvaient ignorer. Ils tentèrent bien, de diverses manières, de faire profiter le plus grand nombre des biens saisis à l’ennemi657, mais il ne s’agissait pas stricto sensu de règle générale de répartition du butin. Seules les troupes organisées autour de leur seigneur paraissent avoir participé d’un système de partage que ce seigneur dirigeait. Ces informations parcellaires amènent même à se demander si, en Occident, à la veille de la première croisade, le butin était distribué selon des règles précises, fixées oralement. Il est vrai que l’anecdote sur le vase de Soisson rapportée par Grégoire de Tours montre, mais pour une époque bien antérieure à celle que nous étudions, que des coutumes fixaient des modalités de partage. Règles dont Grégoire de Tours ne dit malheureusement rien. Il permet seulement de comprendre que nul, même le roi, ne pouvait les enfreindre. S’il désirait ne pas les respecter, il devait auparavant avoir obtenu l’approbation de ses soldats658. À unepériode également antérieure à celle qui nous intéresse, les « lois d’Hywel Dda » (roi gallois du xe siècle) attribuaient le tiers du butin au roi, le reste étant réparti entre les soldats.En Espagne, les souverains chrétiens avaient droit à un cinquième des prises dès la fin du xie siècle. L’influence musulmane détermina sans doute l’adoption d’un tel pourcentage. On peut également faire un parallèle entre le quadrillero, officier chargé de superviser la répartition du butin dans les villes espagnoles, élu par les soldats, dans les armées de Castille des xiie-xiiie siècles, et le āmil al-fay’ des auteurs arabes, et notamment d’al-Māwardī659.

  • 660  Historia, RHC, Oc., t. iv, L. x, 29-31, p. 644-5 (31, p. 645 pour la part du roi).
  • 661  Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. iii, L. I, 7, p. 94-5 ; Th. S. Asbridge, S. (...)

10Les États nés de la croisade, aux armées mieux organisées et régulièrement sur la brèche, confrontées à la nécessité de maintenir des forces bien entraînées et bien équipées, ne pouvaient se contenter du statu quo que les nécessités avaient imposées, pendant la croisade. L’existence de règles régissant avec précision le partage du butin est désormais attestée. Après la réussite d’une attaque des bédouins du Wādī Mūsā, au début du printemps 1107, Baudouin en enfuma bon nombre dans les grottes où ils s’étaient réfugiés, avec leurs troupeaux. Puis on leva le camp ; le butin fut partagé sur les bords du Jourdain entre le roi et les chevaliers. Albert d’Aix, qui consigne ces événements, prend la peine de préciser que deux jours après, le roi retourna à Jérusalem avec le tiers de ce butin qui lui était échu en partage660. À Tall Dānīṯ, en 1115661 :

« En ce lieu, il y avait une certaine plaine en partie recouverte de cadavres, en partie pleine d’une foule de chameaux et d’autres animaux chargés de richesses, qui gênaient nos hommes pour abattre [l’ennemi], et aidaient à s’échapper ceux qui fuyaient. Pourtant, nos hommes poursuivirent l’ennemi moins de deux milles [mille : environ 1 500 m] après Sarmīn, les passant au fil de l’épée, les blessant et les tuant. En fin de compte, les vainqueurs revinrent portant, conduisant, ramenant différentes prises et chargés de richesses. Remerciant Dieu le créateur, ils arrivèrent joyeux auprès de leur seigneur, le prince Roger en personne, qui occupait le champ de bataille. Quelle liste des richesses récoltées devrais-je établir alors que ni sa quantité, ni sa variété n’est reconnaissable par quiconque ? Quel nombre d’ennemis tués, puisqu’ils sont innombrables ? Dans nos rangs, peu [de victimes] furent dénombrées. En effet, le prince occupa le champ de bataille pendant trois jours, et ordonna personnellement que les biens qu’on lui amenait soient gardés pour lui, comme il revient à un tel prince. Le reste devait être partagé comme l’exigeait la souveraineté et la coutume de cette même cour ».

  • 662  Guillaume de Tyr, op. cit., L. x, 13 ; Croisades et pèlerinages, p. 531. Voir le récit de S. Runci (...)

11La division du butin se faisait traditionnellement après une bataille (le jour même ou le lendemain, comme à Tall Dānīṯ) ou au retour d’une campagne, sous la direction du souverain, qui semble avoir eu toute latitude dans la répartition. Ainsi, le lendemain de sa victoire près d’Artāḥ, en 1105, Tancrède fit rassembler et distribuer le butin à ses hommes, puis il retourna à Antioche. Le souverain se devait néanmoins de respecter les accords conclus avant la bataille ou l’assaut final, dans le cas d’un siège. À Césarée, en 1101, le butin fut réuni devant le roi Baudouin, qui, conformément au pacte qu’il avait signé avec les Génois, leur en donna un tiers. Guillaume de Tyr a conservé les teneurs de ce pacte662.

« Une fois rédigées des conditions convenables, il fut statué entre eux et confirmé sous la foi du serment de part et d’autre, que, tant qu’ils voudraient demeurer avec la flotte dans le royaume, toute ville ou village fortifié qui serait pris sur les ennemis avec leurs secours leur vaudrait le tiers des dépouilles et de tout l’argent qui seraient enlevés, à partager entre eux sans aucune contestation, et que les deux autres tiers seraient réservés au roi ».

12En outre, il semble qu’une portion fixe de la part des principaux seigneurs était reversée à des institutions religieuses.

  • 663  Sur ces deux derniers points, voir les exemples donnés par R. C. Smail, Crusading warfare, n° 3 et (...)
  • 664  Charte datée de 1174 : R. Röhricht, Regesta regni Hierosolymitani, n° 519, n° 212 et 477 ; J. Rich (...)
  • 665  J. Delaville-Le Roulx, Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem 1100 (...)
  • 666  Historia, RHC, Occ., L. xvii, 27, p. 805 ; Croisades et pèlerinages, p. 639-40. Il s’agit de l’éch (...)

13Les ordres militaires étaient plus que réticents à participer à la division du butin ; ils tentaient, dès que cela leur était possible, de conserver ce dont ils s’étaient emparés663. Le traité conclu en 1142 entre le comte de Tripoli et l’ordre de l’Hôpital laisse penser qu’après rassemblement des biens saisis, une part importante était attribuée au comte ; la part de tous ceux qui avaient participé au combat était ensuite tirée au sort. Les Hospitaliers avaient droit à la moitié de la part du comte ; à la fin de la période que nous étudions, on leur donnait l’équivalent664. Mais le pourcentage qui revenait au comte n'est pas connu, de même que celui auquel le prince d’Antioche avait droit. Pour ce qui est du roi de Jérusalem, sa part a peut-être évolué dans le temps (à moins qu’elle n’ait été variable selon les prises). L’exemple de l’expédition du Wādī Mūsā évoqué plus haut fait état d’une attribution d’un tiers des prises au roi, alors qu’en 1168, Amaury Ier fit la promesse aux Hospitaliers (pour prix de leur participation active à une nouvelle expédition égyptienne) d’une part de les laisser pressurer les cités d’Égypte une fois la conquête du pays assurée, d’autre part de leur attribuer une part importante de butin après que lui-même se fût accordé la moitié à laquelle il avait droit665. Seules certitudes, donc : le roi avait tout latitude en matière de répartition du butin ; les parts des uns et des autres pouvaient varier selon les accords préalables au déclenchement des combats. Tout ceci ne doit pas occulter le fait que lors des prises de villes par la force, selon Guillaume de Tyr, l’habitude de laisser à celui qui s’était servi le premier la pleine possession de ses nouveaux biens s’était perpétuée666 :

« Mais le maître de la milice du Temple, Bernard de Tremelay, et ses frères, arrivés bien avant les autres, avaient occupé le passage et ne permettaient à personne d’entrer sauf aux leurs. On dit qu’ils les repoussaient pour obtenir plus de dépouilles et plus grande abondance d’argent en entrant les premiers. C’est un usage observé jusqu’à aujourd’hui comme une loi chez nous, que dans toutes les villes prises de force, ce que chacun ravit pour son compte en entrant lui est acquis de droit et à perpétuité, à lui et à ses héritiers. Si tous avaient pu entrer indistinctement, la cité aurait pu être prise et les dépouilles auraient suffi aux vainqueurs. Mais il est rare qu’une œuvre viciée à la racine et pervertie dans l’intention finisse bien, parce que “mauvais butin ne donne pas de bons résultats”. Pendant qu’emportés par leur cupidité, ils refusent d’avoir des associés dans le partage du butin, seuls ils se trouvent exposés au péril mérité de la mort ».

  • 667  Ibid., L. xx, 9, p. 954.
  • 668 Ibid. ; Croisades et pèlerinages, p. 679. Noter que le traducteur médiéval ne traduit pas ce passag (...)

14Par-delà le ton imprécatoire de cet extrait, bien compréhensible lorsqu’on songe à l’aversion de l’archevêque de Tyr pour les ordres militaires en général, et les Templiers en particulier (même en matière de butin, ils auraient fait preuve d’indépendance et de cupidité), il faut retenir « l’usage » permettant de ne pas opérer de partage des biens. Cet usage est d’ailleurs implicitement confirmé par un autre passage de l’Historia de Guillaume de Tyr, tout aussi imprécatoire d’ailleurs. Il y vise un seul homme, cette fois, Milon de Plancy, dont son traducteur médiéval déplore qu’il ne doutoit mie assez Nostre Seingneur, ventierres estoit et bobanciers, mesdisanz trop, envieus et mellis, ne prisoit riens autrui que soi, Miles de Planci avoit non667. Lors de la campagne égyptienne de 1168, il eut le tort, pour le chroniqueur, de conseiller au roi de composer avec le calife et le sultan égyptiens plutôt que de s’emparer de vive force du Caire et de Babiloine. Il ne cherchait alors qu’à tromper les chevaliers et autres combattants, prêts au pillage généralisé, et ainsi à réserver au roi tous les avantages de l’expédition. Car, ainsi que Guillaume se fait à nouveau un devoir de le rappeler668 :

« lorsque les villes sont prises de force, les armées remportent toujours de bien plus riches dépouilles que si elles sont livrées aux rois et aux princes à la suite d’un traité et sous des conditions déterminées, qui sont avantageuses seulement aux seigneurs eux-mêmes. Ici, en effet, au milieu du tumulte et des dévastations, ce qui se présente à chacun et qu’il occupe lui appartient en vertu du droit de la guerre, quel que soit le cas, et accroît le pécule du vainqueur ; là, en revanche, ce qui est l’objet de tractations est utile aux seuls rois et ce qui est revendiqué va au Trésor public (fiscus) ».

4. Les rançons

  • 669  Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 133-4.

15Incontestablement, et même s’il ne faut pas se faire d’illusion sur son poids dans les budgets militaires, le butin participait du financement de la guerre. Parmi les prises, les hommes n’étaient pas du dernier rapport. Ainsi que le rappelle al-Māwardī669,

  • 670  Sens déduit de ce qui avait été dit auparavant ; on peut également traduire « sans qu’il y ait com (...)

« Ceux que [le souverain] a trouvé possesseurs d’argent (māl) alors que les musulmans en sont dépourvus et en manquent, qu’il les relâche donc contre de l’argent, dont il fera une ressource pour l’islam et une force pour les musulmans. […] L’argent reçue de la rançon (fidā’) est un butin (ġanīma) qui s’ajoute aux [autres] butins (ġanā’im). […] S’il [souhaite] échanger les captifs femmes et enfants contre de l’argent, il est permis qu’il le fasse, parce que cette rançon est une vente (bay‘). L’argent de leur rançon les remplace en tant que butin (wa yakūn māl fidā’ihim maġnūmmakānihim), et il ne doit pas offrir de compensation, à leur place, à ceux dont ils formaient une partie de leur butin (ġanīma), au-delà de la part d’intérêt public. […] Ceux auxquels le butin appartient (al-ġānimūn) qui refusent de céder leurs droits ne peuvent y être contraints, mais doivent y agréer d’eux-mêmes. En cela, la règle diffère de celle qui s’applique en matière de prisonniers de guerre (ḥukm al-asrā), à propos desquels il (i. e. le souverain) n’est pas obligé d’apaiser ceux qui les ont capturés (istiṭāba nufūs al-ġanā’im), parce que tuer des hommes est permis alors que tuer des captifs femmes et enfants est interdit. Ainsi, les femmes et les enfants captifs deviennent un butin en argent (mālmaġnūm), que les propriétaires ne peuvent être forcés de livrer (lā yastanzilūn ‘anhu) sans qu’ils n’y aient agréé (illa bi-istiṭāba l-nufūs)670».

  • 671  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 402/LT p. 233-4.

16Vente et rachat de prisonniers alimentaient un marchéqui souffrait rarement d’un manque d’approvisionnement ; au contraire, les chroniqueurs consignent régulièrement une chute des prix consécutive à la réduction en captivité de milliers d’hommes. En 530/1136, une lettre arrivée de Šayzar annonciatrice des victoires de Sawār en Syrie du Nord prit même la précaution d’annoncer que malgré les multitudes réduites en captivité, les prix allaient rester fermes671 :

« Les dernières informations reçues de cette région nous obligent, pour le bien de la Religion (al-dīn) à les répandre et à y faire participer l’ensemble des musulmans. Les Turcomans – que Dieu les multiplie et leur vienne en aide – se sont rassemblés au nombre de trois mille cavaliers formant un corps d’armée bien équipé et ont entrepris un raid contre le territoire de Lattaquié et de ses environs, à l’improviste et à l’insu de la garnison qui n’avait pris presque aucune précaution pour repousser leur attaque. Ils ont regagné Šayzar, après cette incursion (ġazzāt), le mercredi 11 rağab [531]/15 avril [536] avec plus de sept mille prisonniers, hommes, femmes, garçons et filles (ṣabiyya), et cent mille têtes de bétail : bœufs, moutons, chevaux et ânes. Le territoire dont ils se sont rendus maîtres et qu’ils ont ravagé comprend plus de cent villages grands et petits. Les prisonniers se succèdent sans arrêt si bien que la Syrie (al-Šām) est pleine de captifs et de bêtes de somme. Voilà un désastre comme les Francs n’en ont jamais connu. À la suite de cela les prisonniers ne seront vendus qu’à leur valeur et aucune réduction ne sera faite sur le prix primitif. Les Turcomans se dirigent avec eux vers Alep, le Diyār Bakr et la Ğazīra ».

  • 672  Ibn Abī Ṭayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 306. Selon lui, les Tu (...)

17Pourtant, ainsi que le précise le père d’Ibn Abī Ṭayyi’, qui assista au retour de Sawār du haut des remparts (les portes de la ville étaient constamment fermées lorsque ce dernier s’absentait), « le prix du captif atteignit 1,5 dinars »672.

  • 673  Inscription retrouvée le siècle dernier dans la cours de la mosquée Dayr al-Muslimīn de Bosra ; Cf (...)
  • 674 Kitāb al-Itibār, p. 81-2.
  • 675  J.-M. Mouton, Damas, p. 87.
  • 676  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 398 (an 549/1154).
  • 677  Lettre traduite par S. D. Goitein, A Mediterranean society, vol. V, The Individual, Berkeley, 1982 (...)
  • 678  Un autre document de la Geniza (S. D. Goitein, A Mediterranean society, vol. ii, p. 137) fait état (...)
  • 679 Kitāb al-Itibār, loc. cit. ; Y. Friedman, « The ransom of captives in the Latin Kingdom of Jerusal (...)
  • 680 Kitāb al-Itibār, p. 80-1. Le fils du gouverneur d’al-Ṭūr avait été fait prisonnier par le seigneur (...)
  • 681  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 471.

18En fait, les textes arabes qui montrent l’importance de la vente d’esclaves razziés sont nombreux. On peut même supposer, notamment à partir du témoignage d’Usāma b. Munqiḏ, que certains s’en faisaient une profession. En effet, lorsqu’il fait état des rachats de prisonniers qu’il effectuait, en territoire franc, en son nom propre et en celui de Mu‘īn al-dīn Anur, dont on apprend par ailleurs, dans une inscription datée de 544/1149, qu’il accordait de l’importance à cette activité pieuse673, Usāma met en scène un démon, šayṭān, un certain Guillaume Ğība, qui effectuait régulièrement des raids maritimes, arraisonnant les vaisseaux musulmans qu’il croisait, réduisant équipage et passagers en esclavage. Il les vendait ensuite sur la place d’Acre, où il fit montre, face à Usāma, d’une rapacité hors du commun. Il refusa, notamment, de lui vendre les captifs qui lui restaient autrement qu’en bloc, pour son malheur d’ailleurs, ces derniers réussissant finalement à s’échapper avec l’aide des paysans des environs d’Acre674. Les marchés de captifs prospéraient également du côté musulman, comme le montre la lettre envoyée de Šayzar qui annonçait l’arrivée des prisonniers sur les marchés alépins, de Djéziré et du Diyār Bakr. À Damas, des représentants francs paraissent avoir réalisé les mêmes rachats qu’Usāma, à Acre, écumant les marchés, où, tel Guillaume Vacher, leur maîtrise de la langue arabe permettait de se débrouiller sans difficulté675. Aux dires d’Ibn al-Aṯīr, qui, il est vrai, se faisait un devoir de déconsidérer des Bourides qui avaient le tort de résister aux ambitions de Nūr al-dīn, définitivement considéré comme le chantre par excellence du ğihād, ils avaient même pignon sur rue dans leur capitale. Ils pouvaient y déambuler à l’envi et imposer la libération des chrétiens qu’ils rencontraient. Ils y « examinaient tous les esclaves mâles (mamlūk) ou femelles (ğāriya) chrétiens, laissant celui qui voulait y rester, emportant de force celui qui désirait rentrer chez lui, que son maître y consentisse ou non »676. Il n’était pas question d’argent ici. Or, et même s’il faut, la plupart du temps, considérer les montants avancés par les chroniqueurs comme révélateurs d’ordre de grandeur plutôt qu’en tant que tels, et s’il est indéniable que la totalité des sommes avancées n’était pas versée, incontestablement, les circulations monétaires générées par les ventes/rachats de prisonniers étaient importantes. Pour ce qui est des sans-grades, le parallèle entre deux textes d’origine et d’époque différentes a depuis longtemps été fait. Dans l’ouvrage géographique d’al-Muqaddasī (fin du ive/fin du xe siècle) intitulé Aḥsan al-taqāsim fī ma‘rifat al-aqālim (« La meilleure division pour la connaissance des provinces ») comme dans une lettre en hébreu de la Geniza du Caire qui décrit le rachat par la communauté juive d’Égypte d’individus faits prisonniers à Jérusalem en 1099, trois hommes valaient cent dinars677. Dans ce dernier cas, l’auteur de la lettre précise que par chance, les Croisés ne connaissaient pas les prix pratiqués, ce qui permit de libérer bien plus d’hommes que la communauté avait prévus678. Mais les Francs se firent sans trop de difficultés aux usages proche-orientaux, jusqu’à, au temps des victoires de Saladin, mettre en place une organisation de rachat des captifs. Les prix leur étaient alors connus, et ils pouvaient même marchander, tel l’aventurier Guillaume Ğība dont il a été question, qui exigea d’Usāma quarante-trois dinars pour un jeune ascète, rağul zāhid, et un vieillard. Grosso modo, les tarifs pratiqués avaient donc peu changé depuis l’époque de la première croisade679, même si on ne peut exclure une certaine inflation, à certaines époques et selon les régions. Ainsi, les Francs fixèrent à cinquante dinars la rançon du simple bédouin qui organisa l’évasion du fils du gouverneur (wālī) égyptien d’al-Ṭūr, avant 538/1144680. Les Francs tiraient un avantage substantiel et régulier de ces rançons. N’apprend-on pas, à l’occasion du décès en prison du vizir de Mossoul Ğamāl al-dīn Abū Ğa‘far Muḥammad b. ‘Alī b. Abī Manṣūr al-Iṣfahānī, en šabān 559/juin-juillet 1164, vizir qui avait officié sous les ordres du Zankide Quṭb al-dīn, qu’il : « rachetait chaque année pour dix mille dinars [de captifs], en Syrie seulement, sans compter ceux rachetés aux Géorgiens »681.

  • 682  À Nicée, ce sont les Byzantins qui mènent les opérations. Voir Anne Comnène, Alexiade, t. iii, p.  (...)
  • 683  Selon Montecuccoli, cité par A. Corvisier, La guerre. Essais historiques, p. 200. Les problèmes d’ (...)
  • 684  F. A. Cazel, Jr., « Financing the crusades », dans K. M. Setton (éd.), A history of the Crusades, (...)
  • 685  RHC, Occ., t. iv, vii, 53, p. 542.
  • 686  Sur ce point, Y. Friedmann, op. cit., passim ; Id., ; J. Richard, « Les prisonniers et leur rachat (...)

19Et si, au tout début de leur arrivée en Syrie, ils paraissent avoir été réticents à adopter les us et coutumes orientaux (conserver des prisonniers en vie, s’en servir comme monnaie d’échange ou comme une source de revenu)682, les Francs s’y firent rapidement, tout d’abord parce que pour faire la guerre, il fallait « trois choses : de l’argent, de l’argent et de l’argent »683, argent dont, avant même de partir pour la croisade, on manquait déjà en Occident684. Albert d’Aix le dit expressément dans son Historia, à propos d’une décision du roi Baudouin Ier, en 1101 : pris par la nécessité, « parce que dans ses terres nouvelles et inconnues, beaucoup d’argent lui manquait pour payer les soldes », il préféra épargner les quarante-cinq captifs dont il avait pourtant auparavant ordonné la décapitation. Il les fit relâcher et conduire en territoire damascain contre la « somme inouïe » de cinquante mille besants d’or685. Naturellement, cette attitude perdurapar la suite ; toute réticence à rançonner des prisonniers s’envola686.

  • 687  Un tableau partiel mais commode est donné par Y. Friedman, Encounter between enemies, p. 158-161 ( (...)
  • 688 Zubda, t. ii, p. 221 sq. Voir également Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 103 et index (sous Ba (...)
  • 689  Autres références dans Y. Friedman, loc. cit.
  • 690  Cenz mile michelois : c’est une maniere de besanz qui lors coroientEracles, dans Historia, RHC, (...)
  • 691  À moins qu’il ne s’agisse d’une confusion de Maqrīzī ou de sa source. Voir N. Élisséeff, op. cit., (...)
  • 692  Cf. J.-M. Mouton, Damas, p. 230. Ou même aux deux cent mille dinars annuels qui auraient été consa (...)
  • 693  Bustān, p. 135 (an 560). Intéressante analyse de la libération par Guillaume de Tyr, Historia, RHC (...)
  • 694  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 68 (« il avait été fait prisonnier par Nūr al-dīn en 559, et était re (...)
  • 695  Cf. Y. Friedmann, loc. cit.

20De nombreuses rançons de personnages de renom sont connues ; régulièrement, les chiffres des chroniqueurs divergent, mais ils restent la plupart du temps dans les mêmes ordres de grandeur687. De fait, tout dépendait du rang du personnage d’une part, de la teneur des négociations qui avaient été menées d’autre part, sans compter le fait que, parfois, on ne s’en tenait pas à une simple somme d’argent : des prisonniers pouvaient être libérés, et des places fortes livrées. Il en fut ainsi lors de la libération de Baudouin II par Timurtāš, en 518/1124. La négociation fut longue ; du côté musulman, l’émir Abū l-‘Asākir Sulṭān b. Munqiḏ la menait. On s’accorda, selon Ibn al-‘Adīm, sur la restitution par les Francs d’al-Aṯārib, de Zardanā, d’al-Ğazr, de Kafarṭāb et de ‘Azāz, en sus de quatre-vingt mille dinars, dont vingt-mille devaient être payés d’avance, sans compter la promesse de travailler à la perte de l’honni Dubays b. Ṣadaqa688. Ces conditions financières sont proches de celles énoncées par Guillaume de Tyr689, dans la mesure où l’on accepte de considérer que quatre besants valaient trois dinars – il parle de cent mille besants690. La variété des sommes mises en avant dans les chroniques ne permet pas de fixer un prix moyen pour chaque catégorie de puissants – souverain, émir ou chevalier de premier plan, simple émir, etc. Néanmoins, il y est régulièrement question de rançons de souverains de l’ordre de la centaine de milliers de dinars et/ou de besants, somme considérable, seuil qui sans doute représentait un outil commode pour les chroniqueurs. Lorsque des sommes supérieures sont citées, elles apparaissent très clairement comme des affabulations, tels les cinq cent mille dinars (et cinq places fortes) qui auraient été versés, selon Maqrīzī, pour la libération d’un roi franc ; ils auraient couvert les frais de construction de l’hôpital édifié par Nūr al-dīn peu après son entrée à Damas, en 549/1154691. Déjà, cent mille dinars représentaient une très forte somme, notamment si on la compare aux quelques dizaines de milliers de dinars qui semblent avoir constitué, sous les Bourides, le revenu annuel des hauts personnages de l’État, et plus encore si on garde en mémoire la dépense moyenne annuelle de cent dinars que le prédicateur damascain al-Ḥusayn b. Ṭallāb avait prévue pour les dix dernières années de sa vie, sous ces mêmes Bourides692. C’est le prix, en tout cas, que, selon l’auteur du Bustān, Nūr al-dīn exigea en échange de la libération de Bohémond III d’Antioche, en 560/1165, en sus de la restitution de cinq cents prisonniers musulmans. Bohémond n’ayant pas les moyens de payer cette somme, il dut aller quémander son aide à l’empereur byzantin, qui la lui accorda contre l’installation à Antioche du patriarche grec Athanase II693. Quelques années plus tard, en 570/1174, Raymond III de Tripoli, aurait été libéré, après huit longues années de captivité, contre cent cinquante mille dinars selon Ibn al-Aṯīr, quatre-vingt mille selon Michel le Syrien et Guillaume de Tyr (mais il s’agit de besants, dans ce dernier cas)694. Déjà, au tout début de l’implantation des Francs en Syrie, Bohémond avait été relâché, selon quelques auteurs (notamment Ibn al-Aṯīr) contre cent mille dinars695.

  • 696  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 252 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 127-8 ; (...)
  • 697  Buġya, t. vii, p. 3478.
  • 698  Guillaume de Tyr, op. cit., L.xviii, 9, p.
  • 699  Bustān, p. 132 ; Grégoire le Prêtre, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 190 ; Kinnamos, RHC, Gr., t. i (...)
  • 700  Soit 40 kg d’or.
  • 701  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 55-6.
  • 702  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 206 (an 516/1122) ; Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 66-7 (Ḥas (...)
  • 703  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 102, an 517/1123-4. Pour les šīnī et la buṭṣa, voir n° 3. (...)

21Naturellement, moins le captif était de rang élevé, moins les rançons étaient importantes. Elles restaient néanmoins élevées pour les personnages de premier plan – autour de la moitié de la somme demandée pour un prince, dans le cas du rachat d’un de ses fils. Zankī exigea ainsi cinquante mille dinars contre la libération de Sawinğ b. Tāğ al-mulūk Būrī et d’un certain nombre de ses émirs, dont le prince zankide s’était saisi traîtreusement696. C’est à ce prix, selon Ibn al-‘Adīm, que le même Zankī racheta Dubays b. Ṣadaqa au prince de Damas auquel les bédouins qui l’avaient emprisonné l’avaient livré697. Les Templiers auraient reçu soixante mille pièces d’or des Égyptiens contre la livraison de Naṣr b. ‘Abbās698. Pour l’auteur anonyme du Bustān, Nūr al-dīn obtint de l’empereur byzantin soixante mille dinars pour un « fils de roi »  (le « fils de la sœur du roi Alphonse » ; il s’agit en fait de Bertrand, fils d’Alphonse Jourdain) et trente chevaliers (fāris), en 554/1159. Plus vraisemblablement, c’est plusieurs milliers de prisonniers qu’il dut relâcher – six mille selon Kinnamos, dix mille selon Grégoire le Prêtre699. Les officiers importants pouvaient également valoir leur pesant d’or, tel le chevalier (fāris min akābir fursānih) que Raymond offrit sans succès de racheter dix mille dinars700 (et mille prisonniers), à la fin du ve/début du xiie siècle701. Le neveu de Tancrède se serait racheté mille dinars, prix que coûta au père d’Usāma l’intrépide guerrier qu’était Ḥasanūn (et un étalon), alors que le fils du gouverneur d’Ascalon en valait le double. Deux fois moins qu’un personnage civil important comme le vizir Ibn al-Mawṣil, que Ğanāḥ al-dawla avait capturé et emprisonné à Homs, pour lequel quatre mille dinars avaient été exigés702. Quant aux simples soldats, on ne sait s’ils étaient vendus au même prix que les simples individus dont il a été question plus haut. Mais un passage de l’Itti‘āẓ al-ḥunafā’ de Maqrīzī laisse entendre qu’ils valaient bien plus703 :

« En ša‘bān [517]/septembre-octobre 1123 les flottes arrivèrent, avec un équipage sain et sauf. Elles ramenaient comme butin deux šīnī francs et une grande buṭṣa, ainsi que de nombreuses femmes et de nombreux hommes. Comme on disait à al-Ma’mūn qu’on pouvait récupérer, comme rançon des prisonniers en question, plus de vingt mille dinars par tête (‘aynan), il dit : “Par Dieu, je n’en laisserai pas un seul en vie ! Cinq cents de nos hommes ont été tués, équivalant à cent mille [dinars]. Dieu [nous] a donné la victoire de manière à ce que le prix du sang soit payé par leur intermédiaire (wa qad aẓfara Allāh bi-mā yakūn diyyatan ‘anhum). On ne pourra colporter que nous avons vendu les Francs et que nous avons gagné leur prix en échange de nos hommes” ».

22Si l’on suit le vizir Ibn al-Ma’mūn, donc, chacun de ses hommes, dont on peut supposer qu’il s’agissait de combattants de valeur, s’échangeait contre deux cents dinars.

5. Autres revenus : cadeaux et tributs

  • 704  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 52, à propos (...)
  • 705  J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, p. 74-5. Péage du même type à Tripoli : au pont de Mont (...)
  • 706  Cf. par exemple Tancrède qui exige le paiement du tribut annuel par les Alépins, dans Ibn al-‘Adīm (...)
  • 707  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. x, 4, p. 633, selon lequel le roi Baudouin voulait ac (...)
  • 708  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 278 ; Histoire anonyme de la première croisade, p (...)
  • 709  Raymond d’Aguilers, loc. cit.
  • 710  Cf. H. Dajani-Shakeel, « Diplomatic relations between Muslim and Frankish rulers 1097-1153 », p. 1 (...)
  • 711  Cf. J. Tolan, Sarrasins, passim.
  • 712  De laude novae militiae, www.deremilitari.org. Mais saint Bernard s’explique ailleurs : s’il convi (...)

23D’autres revenus étaient les bienvenus, à Jérusalem, Antioche, Tripoli, Édesse comme à Damas ou à Alep, parmi lesquels il faut distinguer les « exploits de justice », qui comprenaient l’ensemble des recettes des amendes et autres confiscations. Plus directement liés à la guerre, des cadeaux étaient ponctuellement offerts aux souverains704, et, rapidement, des péages qui taxaient les convois de passage furent installés par les Francs, tel celui qui se trouvait sur la route des caravanes entre l’Égypte et Bagdad, au sud du royaume de Jérusalem705. Mais ces sources de revenus n’étaient tout de même pas aussi liées à l’activité guerrière que les tributs (al-qaṭī‘a ou al-muqāṭa‘a, dans les chroniques arabes), qui mettaient en jeu des sommes importantes – suffisamment, en tout cas, pour qu’en cas de retard une pression supplémentaire fût exercée sur le débiteur, au pire au moyen de razzias, au mieux de simples menaces706. C’est que cet argent finançait en partie la guerre, tout particulièrement au début du xiie siècle. Albert d’Aix évoque ainsi un roi de Jérusalem désargenté, attendant le tribut de Saïda pour payer les soldes des troupes707. Tributs qui n’étaient d’ailleurs pas exclusivement constitués d’argent ; des chevaux, ou le partage d’une récolte, par exemple, pouvaient s’y ajouter. Très tôt, en fait, les Francs prirent l’habitude d’exiger des tributs, ou d’accepter ceux qu’on leur proposait. Dès la première croisade, certaines cités de la côte palestinienne obtinrent un répit en négociant la livraison d’importantes sommes d’argent – le maître de Tripoli, Ibn ‘Ammār, aurait ainsi versé 15 000 aurei en 1099708 pendant que la cadi de Ğabala en fournissait 5 000709. Rapidement, les tributs devinrent un élément incontournable des relations complexes qu’ils établirent avec leurs voisins musulmans710. Pourtant, il n’entrait pas dans le projet des premiers Croisés, dont les chroniqueurs latins mettaient sans cesse en avant l’exaltation et la volonté de destruction de l’engeance païenne, de composer sous quelque forme que ce soit avec elle, serait-ce en les rendant tributaires711. Quelques années plus tard, saint Bernard de Clairvaux insistera, dans le De laudae novae militiae : ni allégeance, ni paiement ou réception de tribut ne devaient être acceptés, selon lui, par la « nouvelle milice », qui devait avant tout se consacrer à l’élimination des pagani712.

  • 713  Sur ces termes et, plus généralement, les théories juridiques sur la guerre et les musulmans, voir (...)
  • 714  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 141.
  • 715  Ibn AbīṬayyi’ ap. AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 329. Autre exemple : Ibn a (...)

24Ces refus théoriques, qui, finalement, tombaient rapidement dans l’oubli, pour peu qu’ils eussent été connus au-delà d’un cercle d’initiés, étaient partagés par quelques juristes musulmans, pour lesquels tout arrangement avec l’infidèle était répréhensible. Mais c’était l’idée inverse qui s’était imposée parmi les musulmans. Les traités d’interruption des affrontements, hudna, muhādana, muwāda‘a ou, plus rarement, musālama, que les souverains étaient habilités à passer selon des modalités précises (la plupart des juristes considéraient par exemple qu’une hudna ne devait pas s’étaler sur plus de dix ans) ne suscitaient, en général, ni aversion ni résistance, non plus, au fond, que leur pendant – le paiement d’un tribut713. Mais il faut différencier les sommes qui étaient versées de manière subite, suite à une campagne brutale et imprévue, dont on exigeait parfois qu’elles fussent livrées « dans un court laps de temps », fī mudda yasīra714,  de celles que des traités dûment négociés fixaient. Les premières, qui seules permettaient, la plupart du temps, à ceux qui se trouvaient en état d’infériorité de repousser un agresseur, n’étaient qu’apport certes recherché, mais occasionnel. C’est ainsi, par exemple, que nombre de places maritimes purent éloigner le danger franc, un temps, pendant la première croisade. De même, les émirs qui contrôlaient Damas, après la mort de Nūr al-dīn, n’obtinrent la fin de l’offensive franque qui se préparait qu’après négociation et livraison d’un tribut par les Damascains715.

  • 716  Voir en général M. Khadduri, War and peace in the law of Islam, p. 216 sq. ; H. Dajani-Shakeel, «  (...)
  • 717  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 398 (an 549).
  • 718  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 264.
  • 719  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 147-8.
  • 720  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 268 et 273 (an 503) ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 156 (an 504) ; (...)
  • 721  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 141 (an 504). Ibn al-‘Adīm maintient pourtant, ibid., t. ii, p. 163, (...)
  • 722  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 292 ; Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 163.
  • 723  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 179, 185, 231-2.
  • 724  Ibid., p. 186 (an 513).Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 151.

25Parfois, de telles menaces aboutissaient à une trêve en bonne et due forme716, soit au versement régulier d’une somme d’argent déterminée, mensuellement ou, le plus souvent, annuellement. Des ambassadeurs la livraient alors au terme fixé, à moins que le créditeur ne se sentisse suffisamment puissant pour envoyer des émissaires en prendre livraison dans la capitale du débiteur, tel le roi de Jérusalem qui, aux dires d’Ibn al-Aṯīr, dépêchait ses hommes à Damas717. À l’époque qui nous intéresse, les Francs furent pratiquement les seuls bénéficiaires de paiements réguliers, et parmi eux essentiellement le roi de Jérusalem et le prince d’Antioche, même si le comte de Tripoli profita également de l’état d’infériorité des forces musulmanes, dans les premières années du vie/xiie siècle718. Selon les termes du traité passé avec le prince de Damas en 503/1110, par exemple, les forteresses de Ḥiṣn al-Akrād (Le Crac des Chevaliers), Ḥiṣn al-Tuffān et Maṣyāf devaient lui payer un tribut annuel. Mais les profits qu’il en tirait étaient sans commune mesure avec les sommes que le prince d’Antioche soutirait à ses voisins, du moins avant l’installation de Zankī à Alep. Tancrède, tout particulièrement, mit la principauté alépine sous une coupe réglée, de même, à vrai dire, que les petits émirats frontaliers du territoire antiochéen. Le tribut de 7 000 dinars que Riḍwān, pressé par Bohémond et par Josselin de Courtenay, s’engagea à payer (sans compter les dix chevaux de prix et les prisonniers qu’il s’engageait à libérer) en 496/1103 ne suffirent bientôt plus719. En 503-4/1110-1, enfin de nouveau seul maître d’Antioche, Tancrède, furieux de l’attitude de Riḍwān et, plus généralement, de l’ensemble des potentats musulmans pendant la première expédition de Mawdūd, imposa un tribut de 10 000 dinars aux Munqiḏites de Šayzar et un autre de 20 000 dinars (annuels) à Riḍwān, en sus de divers cadeaux – dix chevaux de prix et, à nouveau, la libération de prisonniers720. Ibn al-Aṯīr, qui comme souvent propose une version synthétique des faits, lie les différents tributs payés par les musulmans, dans toute la Syrie, afin d’illustrer la force de leur soumission : Riḍwān devait 32 000 dinars à Tancrède, Ibn Munqiḏ 4 000 dinars, ‘Alī Kurdī, seigneur de Ḥamā, 2 000 ; le maître de Tyr versait quant à lui 7 000 dinars au roi de Jérusalem721. Grosso modo, pour ce qui est de la Syrie du Nord, une telle situation perdura jusqu’à l’installation de Zankī à Alep, même si on ne sait pas vraiment, par exemple, pendant combien de temps le maître de Ḥamā continua à payer. À la mort de Tancrède, Roger, son successeur, réclama les 10 000 et 20 000 dinars que les maîtres de Šayzar et d’Alep devaient ; ils s’exécutèrent sans difficulté722. De Yāruqtāš al-Ḫādim à Āq Sunqur al-Bursuqī, tous les maîtres d’Alep furent tributaires des Francs723. À l’arrivée d’Īl-Ġāzī les Alépins étaient dans une situation difficile724 :

« Il proposa aux Francs de leur faire livrer de l’argent de ‘Azāz afin qu’ils s’en éloignent, mais ils refusèrent, du fait de la force de leur ambition contre l’islam (li-quwwa aṭmā‘ihim fī amr al-islām). Īl-Ġāzī ne pouvait pas même nourrir les montures ; Alep était réduite à la dernière extrémité. Quand ceux qui se trouvaient à ‘Azāz surent cela et désespérèrent de repousser les Francs, ils la leur livrèrent. Puis les Alépins leur écrivirent pour leur proposer une trêve (ṣulḥ), ce à quoi ils répondirent favorablement, grâce à la bonté de Dieu. Il fut convenu qu’ils livreraient aux Francs Tall Hurāq, qu’ils paieraient les quatre mois du tribut (al-qaṭī‘a) qui avait été fixé pour Alep – soit 1 000 dinars – et que leur reviendraient le nord et l’ouest [de la principauté] d’Alep ».

Et l’année qui suivit son triomphe de l’Ager sanguinis, Īl-Ġāzī conseillait à son fils Sulaymān, auquel il avait confié Alep, d’accepter toutes les conditions exigées par les Francs.

  • 725  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 408 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 299. Voir également Ib (...)
  • 726  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 21 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 223 (versement non effe (...)
  • 727  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. vii, 12, p. 514 ; 13, p. 515. Voir également ibid., L (...)
  • 728  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 122 (an 501/1107-8).
  • 729  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 269.
  • 730  Ils lui réclamèrent, selon Ibn al-Qalānisī (ibid., p. 275) 7 000 dinars en un an et trois mois.
  • 731  Voir J.-M. Mouton, Damas, p. 69-70, 71.
  • 732  Mais il ne s’agit pas ici, à proprement parler, d’un tribut. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ.(...)
  • 733  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 398 ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., éd. Amedroz, p. 314 ; Abū Šāma, Kit (...)
  • 734 Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 259.
  • 735  Sans doute jusqu’en 552/1157, date à laquelle la trêve avec les Francs fut rompue. En 553-4/1158-9 (...)
  • 736  Sans succès selon Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā, t. iii, p. 266. Mais on sait par ailleurs que Ḍirġā (...)
  • 737  Parmi les sources arabes (redondantes), voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 11-14.
  • 738  En 544/1150, al-‘Ādil b. al-Salār envoie Usāma auprès de Nūr al-dīn avec de l’argent, afin de l’in (...)
  • 739  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 514.

26Si les choses changèrent par la suite en Syrie du Nord, où Zankī inversa suffisamment les rôles  pour que le maître de Ḥārim, par exemple, lui proposât de partager avec lui la moitié des revenus de la ville, ou que les Francs enfermés dans Ba‘rīn fassent la promesse de lui donner 50 000 dinars pour qu’il cessât de l’assiéger725, il n’en fut pas de même au sud du pays. Là, ce fut seulement après les conquêtes de Saladin que les musulmans purent également profiter de telles mannes avec quelque régularité. Le roi de Jérusalem fut toujours, et même un temps pendant le règne de Nūr al-dīn, en mesure d’imposer des tributs réguliers à ses ennemis. Et si les chroniqueurs ne s’accordent pas toujours sur les montants ni sur la périodicité concernés, ils furent pratiquement toujours élevés, de l’ordre de plusieurs milliers de dinars. Dès 1099, alors que le roi de Jérusalem n’était pas encore couronné, effrayés par la défaite qu’al-Afḍal venait de subir devant leurs murs, les Ascalonites avaient dû accepter de promettre le versement de 20 000 dinars, pressés par des Francs ivres de victoire qui refusaient de se contenter des 12 000 dinars qui leur avaient été proposés726. L’année suivante, cette même ville, Césarée et Acre, rejoignant Arsūf, s’engagèrent à payer 5 000 besants par mois, sans compter le ravitaillement qu’elles devaient fournir aux troupes de Godefroy de Bouillon727. Bientôt, Tyr livra 5 000 dinars à Baudouin Ier728pendant que Ṣaydā’ en versait 2 000 puis, sur injonction du roi, 6 000 (en 503/1109-10)729. Šams al-Ḫilāfa, à Ascalon, s’aligna également sur les exigences franques, en 504/1110-1730. Mais les Francs ne se contentèrent pas d’imposer les cités côtières affaiblies : Damas bouride ne fut pas en reste, qu’elle dût partager les revenus de certaines contrées qui faisaient en théorie partie de sa principauté731, payer 20 000 besants par mois au roi de Jérusalem pour prix de son soutien contre Zankī, en 1140732, ou subir la venue, à Damas, d’envoyés francs venus chercher l’argent qui leur était dû733. Les Fatimides en passèrent également par là : selon Maqrīzī734, à partir de 549/1154, al-Ṣāliḥ b. al-Ruzzayk paya 33 000 dinars par an au roi de Jérusalem735, somme que dix ans plus tardun ambassadeur de ce même roi aurait réclamée à un autre vizir égyptien, Ḍirġām736. Šāwar promit successivement à Amaury de le défrayer 1 000 dinars par jour lors de sa première intervention en Égypte ; de lui verser un tribut annuel et 400 000 pièces d’or (dont 200 000 sur le champ) pour le pousser à intervenir à nouveau, en 562/1167 ; de porter ce tribut à 100 000 dinars annuels, cette même année 562/1167, suite au départ de Šīrkūh ; de payer 1 M de dinars (dont 100 000 l’auraient effectivement été), l’année suivante737. Nūr al-dīn lui-même, qui reçut pourtant tribut des Fatimides738, n’avait obtenu, après son installation à Damas, la tranquillité qu’il recherchait sur ses frontières méridionales qu’en concluant une trêve d’un an avec le roi de Jérusalem, selon laquelle il devait lui verser un tribut de 8 000 dinars tyriens (ṣūrī)739.

  • 740 Historia, RHC, Occ., t. i, L. xx, 29-30, p. 995-999

27Outre le roi de Jérusalem, le prince d’Antioche ou le comte de Tripoli, les ordres militaires levaient également tribut, tels les Templiers, dont Guillaume de Tyr signale qu’ils recevaient 2 000 pièces d’or tous les ans des Assassins. En 1172, leur maître, pris d’une soudaine passion pour les Évangiles et les écrits des apôtres, les étudia sans relâche, jusqu’à maîtriser l’enseignement christique. Après avoir instruit son peuple des mérites du christianisme et leur avoir fait mettre fin à cele desloiauté (la pratique de l’Islam), il aurait envoyé un ambassadeur offrir sa conversion au christianisme, ainsi que celle de son peuple, au roi de Jérusalem, contre l’abandon du tribut. Amaury Ier donna son accord avec enthousiasme, mais les Templiers assassinèrent l’ambassadeur, qui avait été renvoyé avec la bonne nouvelle. Par la suite, Amaury eut toutes les peines du monde à convaincre le maître des Assassins qu’il n’était pour rien dans l’assassinat. L’anecdote, qui prête à doute, met surtout en cause les Templiers, dont Guillaume ne dit pas clairement pourquoi ils agirent ainsi. En effet, le roi avait même proposé de remplacer les 2 000 pièces d’or, une importante somme donc, par une rente qui leur aurait été versée sur ses propres deniers740.

6. Paiement des troupes

6.1. Soldes et autres contributions en terre musulmane

  • 741  Takira al-harawiyya, p. 227. Voir aussi al-Ṭurṭūšī dans Ibn Ḫaldūn (qui le critique), al-Muqaddim (...)

28Malgré leur apport indéniable au budget de l’État, rançons, tributs ou butins ne pouvaient remplacer les revenus réguliers que le bien être économique assurait. Or la stabilité politico-militaire seule permettait aux agriculteurs de produire en toute quiétude et aux marchands de commercer sans craindre l’insécurité sur les routes, toutes choses qui nécessitaient des troupes nombreuses et bien équipées, régulièrement payées. Niẓām al-mulk ne consacre pas par hasard un chapitre à la « nécessité d’avoir toujours disponible la solde de l’armée ». Il y conseille de toujours prévoir les dépenses à leur consacrer, la somme prévue devant être « prête et distribuée aux soldats à l’échéance ».Naturellement, le célèbre vizir savait qu’il fallait se méfier des troupes mal payées, sources de désordres, susceptibles de mettre une dynastie en danger. Méfiance qu’il n’était d’ailleurs pas le seul à éprouver vis-à-vis des militaires – elle constitue un thème courant de la littérature didactique arabe. Dans la Taḏkira al-harawiyya, al-Harawī insiste sur la nécessité, pour le sultan, de s’assurer que les soldats « reçoivent les soldes auxquelles ils ont droit. Qu’il ne leur fasse point attendre leur paiement au point de les gêner et de les irriter, car ils risqueraient ensuite de l’abandonner dans le besoin »741. Niẓām al-mulk enjoint même de laisser le souverain leur remettre « leurs soldes de ses propres mains : cela ne peut qu’augmenter leur attachement et leur fidélité à son égard ».

  • 742  Traité de gouvernement, chap. 19, p. 160-1, à propos des « moufred » (soldats d’élite ?), auxquels (...)
  • 743  Ibid., chap. 23, p. 170-1.
  • 744  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 83 : « Il dit : Il avait un groupe nombreux d’écuyers ḫurāsāniens (Ḫurāsāni (...)
  • 745  D. Nicolle, Medieval warfare source book, t. ii, Christian Europe and its neighbours, p. 253 pour (...)
  • 746  B. J. Beshir, « Fatimid military organization », p. 45.
  • 747  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 121. Ibn ‘Ammār voulait se ren (...)
  • 748  Id., ibid., p. 288, an 505 : wa kāna lahum fīhā al-ğirāya wa l-wāğib fī kull šahr. Ibn al-Qalānisī (...)

29Variables selon les mérites des combattants742, ces soldes étaient distribuées tous les trois mois, selon ce même auteur743. Un passage du Bāhir, qui fait état du paiement trimestriel, par Zankī, d’une forte solde (ğāmikiyya) à ses Ḫurāsāniens, confirme que les Seldjouqides et leurs épigones zankides avaient adopté une telle périodicité744, sans doute héritée de l’époque abbasside (le paiement était alors effectué quatre ou six fois par an)745. Cela ne signifie néanmoins pas qu’elle était une règle dans tous les États musulmans. Dans l’empire fatimide, on passa de huit paiements par an, au début du règne d’al-Ḥākim, à un paiement mensuel, sous al-Mustanṣir et ses successeurs746. Lorsqu’il s’absenta de Tripoli menacée par les Francs, en 501/1107-8, c’est six mois de soldes (wāğib dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, ğāmakiyya dans le Kāmil) qu’Ibn ‘Ammār laissa à ses hommes747. De retour à Damas, les « Turcs » envoyés par Ṭuġtakīn soutenir Tyr reçurent les traitements prévus pour  chaque mois, fī kull šahr748. De plus, les Ḫurāsāniens de Zankī faisaient partie de l’armée régulière ; d’autres combattants pouvaient être enrôlés pour la durée d’une campagne, qui pouvait être courte.

  • 749  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 200-1 (an 515).

30Quant aux auxiliaires bédouins, ils étaient engagés, semble-t-il, après négociation avec le chef de tribu, et non individuellement. C’est à lui qu’était versée la somme d’argent qui avait été convenue. Cela étant dit, les chroniqueurs ne s’attardent pas sur les modalités qui présidaient au paiement. Par exemple, à quel usage les 100 000 dinars que Dubays b. Ṣadaqa s’engagea à verser à Īl-Ġāzī afin qu’il puisse lever des Turcomans auraient été précisemment destinés (paiement des soldats ? équipement ? ravitaillement ?), nous l’ignorons749.

  • 750  Cl. Cahen, « ‘Aṭā’ », EI2a, t. i, p. 729.
  • 751  Wāğib dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī.

31En fait, les émoluments étaient divers en terre musulmane. Traditionnellement, on distinguait la solde (‘aṭā’750, mot que les chroniqueurs remplacent la plupart du temps, pour l’époque qui nous concerne, par ğāmakiyya751), qui était payée par le dīwān al-‘arḍ (ou dīwān al-ğayš), d’autres allocations (notamment les allocations en nature) et des parts de butin. Peut-être mal informés, ou simplement parce qu’il était difficile de tomber dans l’exagération, les chroniqueurs arabes occultent généralement les soldes. Ils insistent bien plus sur le butin, souvent présenté comme incommensurable. Lorsqu’ils mentionnent la participation des Turcomans aux combats, ils se contentent ainsi d’évoquer leur attrait irrésistible pour le pillage. On peut pourtant douter que la perspective de piller suffisait systématiquement à les motiver, tout au long du vie/xiie siècle, et tout particulièrement sous les Zankides, alors qu’ils formaient, de facto, des troupes semi-régulières. Enfin, il ne faut pas négliger les contributions spéciales que versaient les chefs d’armée, notamment avant les campagnes longues et dangereuses.

  • 752  W. J. Hamblin, op. cit., p. 119.
  • 753  Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuğūm al-hira, t. v, p. 244 (traduit ici) ; Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā, t. i (...)

32À ce propos, un texte fort intéressant d’Ibn al-Ṭuwayr, reproduit par deux compilateurs tardifs (Maqrīzī et Ibn Ṭaġrībirdī, dont les versions diffèrent), détaille la nafaqa (somme accordée aux combattants avant de partir en expédition ou lors de l’avènement d’un nouveau calife752) que chaque soldat recevait lorsqu’il faisait partie de l’armée chargée de remplacer la garnison d’Ascalon753 :

  • 754  Ce dernier paragraphe est bien plus clair dans l’Itti‘āẓ.

« Il dit : Tous les six mois, al-Ḥāfiẓ envoyait une armée (‘askar) plus ou moins nombreuse (fī l-qilla wa l-kaṯra) selon ce qu’il avait appris des intentions franques, à Ascalon, où elles se joignaient à al-Markaziyya, al-Kināniyya et autres corps qui s’y trouvaient. Le petit nombre, c’était trois à quatre cents cavaliers (fursān), (soit ceux qu’il envoyait en expédition), le grand nombre, quatre à six cents. Un émir était à la tête de chaque centaine de cavaliers. On confiait à l’émir al-ḫarīṭa – ce mot [désigne ce qui] porte les feuilles d’enrôlement du dīwān (wa haḏā ism li-ḥaml awrāq al-‘arḍ min al-dīwān) – afin qu’il convienne avec le gouverneur (wālī) d’Ascalon de les passer en revue. Puis il lui remettait la somme d’argent qu’il donnait en nafaqa à ceux auxquels elle manquait/devait aller (problème d’arriéré ? – ṯumma  yusallimu  ilayhi  mablaġan  min  al-māl  yunfiquhu  fīman  fātathu  al-nafaqa). La nafaqa des émirs s’élevait à 100 dinars ; celle des soldats (ağnād) à 30 dinars. Or il arriva que le gouverneur d’Ascalon envoya une missive informant le calife de mouvements, du côté des Francs. Alors ce dernier dépêcha, cette fois-ci, une forte troupe (‘udda kabīra), à la tête de laquelle se trouvait Ğalāl al-dīn Ğalab Rāġib, l’émir qui avait découvert la vérité à propos de l’assassinat de Ḥasan, le fils du calife, au moyen d’un liquide empoisonné. Le calife lui dépêcha 100 dinars, signe du rassemblement et de la préparation (al-tağrīd wa l-ihtimām)754 ».

  • 755  Mais voir Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 300 (an 507/1113-4).

33Les sommes ainsi mobilisées peuvent impressionner (il suffit de faire le rapport entre ces nafaqa-s et un corps expéditionnaire de cinq mille hommes environ), mais on ne sait pas si le versement de la nafaqa était une obligation lors des campagnes syriennes755. En ce cas, elle en alourdissait d’autant le coût.

  • 756  ‘Imād al-dīn, ap. al-Bundarī, p. 75-6 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 14.
  • 757  Ibn al-Aṯīr, loc. cit.
  • 758  Id., Bāhir, p. 139.

34Les Fatimides n’avaient pas l’apanage de telles allocations. On en entend également parler lors de la troisième expédition (victorieuse) de Šīrkūh en Égypte, en 564/1169. Nūr al-dīn lui permit alors de choisir deux mille cavaliers dans son armée (‘askar), et lui concéda 200 000 dinars, qui lui servirent à enrégimenter cinq mille (selon ‘Imād al-dīn) ou six mille (selon Ibn al-‘Aṯīr) cavaliers turcomans756. Puis, selon Ibn al-Aṯīr, il donna vingt dinars à chacun des cavaliers du corps expéditionnaire (kull fāris mimman ma‘a Asad al-dīn, soit sept ou huit mille cavaliers), somme que le chroniqueur prend soin de distinguer de leur solde (ġayr maḥsūba min ğāmakiyyatihi)757, notamment destinée à couvrir les frais du voyage758.

  • 759  Après les combats, des « gratificationsdiscrétionnaires » peuvent être atribuées à ceux qui n’ont (...)
  • 760  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 124 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 722.
  • 761  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 89. Cf. également Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 241 ; Sibṭ (...)

35D’autres types de contributions spéciales pouvaient enfin être distribuées ou promises aux soldats, avant ou même pendant les affrontements759. Il s’agissait, en fait, d’aiguiser leur appétit au combat, soit en leur allouant au dernier moment une somme d’argent, soit en leur en promettant une. Ainsi, avant de prendre Ḥārim, en 559/1164, Nūr al-dīn accorda de l’argent à ses preux760. Soixante ans auparavant, Ṭuġtakīn avait hurlé à ses hommes, lorsqu’il s’était mis en tête d’investir et de détruire Ḥiṣn ‘Āl (ou Ḥiṣn ‘Al‘al), que les Francs avaient construit à seulement deux jours de Damas761 :

« […] je donnerai cinq dinars à celui qui viendra à moi avec une pierre de ce château ! ».

  • 762  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 409.

Lors du siège de Bagdad par le sultan Muḥammad Šāh b. Maḥmūd, en 551-2/1156-7, le calife promit la même somme à chaque blessé762 :

« Le calife ordonna qu’on promulgue que chaque blessé recevrait cinq dinars. Chaque fois qu’un homme était blessé, il se présentait au vizir qui les lui donnait ».

  • 763  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 198 : tableau des soldes journalières en Angleterre (de (...)
  • 764  C. E. Bosworth, « Recruitment, master and review in medieval Islamic armies », dans V. J. Parry et (...)
  • 765  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 362, an 526.
  • 766  Ta’rīḫ al-zamān, p. 134-5 (année 508/1115). La version de E. A. W. Budge, Chronography, Londres, 1 (...)

36Mais si, en général, les chroniqueurs précisent à combien s’élevaient de telles récompenses, il en va différemment des soldes : très peu de chiffres nous sont parvenus, peut-être moins encore que pour l’Occident médiéval763. On sait simplement avec certitude qu’elles variaient selon que l’on servait à cheval ou à pied, et sans doute selon sa spécialité (arbalétrier, sapeur etc.) et le coût de son armement. De même, ainsi qu’il a été dit, la qualité des soldats et leur expérience étaient prises en compte764. Sous les Bourides, il était important, pour un prince qui accédait au pouvoir, de déclarer que les soldes et les iqṭā‘-s allaient être conservés en l’état, ce qui montre qu’elles permettaient également de s’attacher les soldats. À la mort de Tāğ al-mulūk Būrī, en 526/1132 son fils confirma, notamment, iqṭā‘-s et ğāmakiyya765. En territoire arménien, un passage du Ta’rīḫ al-zamān de Barhebraeus montre que parmi les professionnels turcs enrôlés par la veuve de Kogh Vasil, les cavaliers touchaient quatre fois plus que les fantassins766 :

« Elle rassembla une vaste armée de cavaliers et de fantassins. Elle donna à chaque cavalier douze dinars d’or et trois dinars à chaque fantassin ».

  • 767  Les troupes régulières recevaient soit l’infāq (les Ḥuğariyya, et peut-être les autres régiments s (...)
  • 768  Itti‘āẓ al-unafā, t. iii, p. 241-2 ; W. J. Hamblin, op. cit., p. 116.
  • 769  C’est ce que pense W. J. Hamblin, op. cit., p. 116-7 (il s’appuie aussi sur quelques autres chiffr (...)
  • 770  Leur titre laisse penser qu’ils étaient à cheval. Voir également W. J. Hamblin, op. cit., p. 47-8. (...)
  • 771  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, an 544 (Ibn Salār) ; Ibn Ṭaġrībridī, al-Nuğūm al-ẓāhira, t. v(...)

37En fait, les seules informations relativement complètes et fiables qui nous sont parvenues renvoient au domaine fatimide767. À la fin de l’Itti‘āẓ al-ḥunafā’, Maqrīzī signale ainsique parmi les Ṣibyān al-rikāb, les officiers (muqaddam ; ils étaient douze pour plus de deux mille hommes) recevaient 50 dinars par mois, et les autres membres du régiment, selon leur rang (rang non précisé par Maqrīzī) 20, 15, 10 ou 5 dinars768. Doit-on en déduire, ainsi que d’un texte de Qalqašandī qui estime la solde mensuelle des officiers (zimām) de l’armée et des Sūdān à 50, 40 ou 30 dinars mensuels, que chaque combattant recevait 5, 10, 15 ou 20 dinars par mois pendant que 30, 40 ou 50 dinars étaient versés aux officiers769 ? Peut-être, mais rien de tel ne peut être absolument affirmé : les ṣibyān al-rikāb étaient des soldats d’apparat dont on ne sait pas s’ils participaient aux combats770. En outre, les soldes évoluèrent pendant tout le vie/xiie siècle, certains vizirs les augmentant même exagérément771 ; enfin, une partie de la solde était constituée d’avantages en nature.

  • 772  E. Ashtor, Social and economic history of the Near East in the Middle Ages, Berkeley, 1976, p. 132 (...)
  • 773  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 10, 13-14.
  • 774  Ibn al-Ğawzī, Muntaam, t. xvii, p. 203-4.
  • 775  Usāma b. Munqiḏ, op. cit., p. 49-50.

38Quant aux tarifs pratiqués hors de l’empire fatimide, les deux cent mille dinars consacrés par Šīrkūh à l’enrôlement des cinq ou six mille cavaliers turcomans, en  564/1169, permettent de déduire qu’en moyenne, trente à quarante dinars avaient été attribués à chaque cavalier. Mais, outre le fait qu’aucune différenciation n’est faite entre ces cavaliers, la difficulté essentielle vient de ce qu’on ne sait pas pour quelle durée ils avaient été engagés – peut-être deux mois, vue l’expédition envisagée.  Dans ce cas, on serait proche des « douze dinars d’or » de Barhebraeus, de même que des informations qu’E. Ashtor a pu rassembler : il a pu relever qu’à la fin du xe siècle, en Iraq, la solde d’un cavalier s’élevait de 12 à 14 dinars par mois, celle d’un fantassin à 3,5 dinars772. Mais un calcul fait à partir du Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ fait état de résultats très différents. En 544/1150 (soit quatorze ans avant la troisième campagne de Šīrkūh), Usāma recruta à Damas 860 cavaliers pour le compte du vizir fatimide al-‘Ādil Ibn al-Salār, qui lui avait octroyé pour cela 6 000 dinars. Cette fois, en moyenne, 7 dinars par cavalier fut dépensée773. Il faut dire que ces cavaliers avaient été refusés dans l’armée de Nūr al-dīn, ce qui laisse présumer de leur moins bonne qualité, donc de leur moindre coût. Au contraire, les nombres cités par Ibn al-Ğawzī (mais dans le contexte irakien) plaident plutôt pour les coûts dénotés par les dépenses faites par Šīrkūh : selon lui, Dubays b. Ṣadaqa aurait recruté, en 523/1129, 10 000 cavaliers (fāris) avec 500 000 dinars, soit cinquante dinars par cavaliers774. En tout cas, à Šayzar, un cavalier à la retraite devait se contenter de peu ; encore n’y avait-il droit qu’en récompense de ses bons et loyaux services. C’est la leçon de l’anecdote racontée par Usāma qui retrace un exploit de Ḥamadāt, vieux serviteur kurde des Munqiḏites qui accepta, un temps, la proposition de Sulṭān b. Munqiḏ. Contre la simple protection de la mosquée sise en face de chez lui et l’inscription de ses fils dans le rôle de l’armée, il lui avait été promis « deux dinars par mois et une charge de farine (daqīq) ». Refusant finalement de cesser de guerroyer, Ḥamadāt reprit du service et récupéra la solde qui était la sienne775.

  • 776  Usāma b. Munqiḏ, op. cit., p. 75. L’événement dont il est ici question est la prise de Kafarṭāb pa (...)

39Quant aux fantassins, il est simplement possible de se référer à un autre passage du Kitāb al-I‘tibār, où un sergent franc s’attribue une solde mensuelle dont on peut se demander si elle ne renvoie pas à ce que touchaient, en fait, les piétons musulmans. Il faut en tout cas noter la proximité de la somme annoncée avec celles relevées par Barhebraeus et E. Ashtor776 :

  • 777  Il n’est pas inintéressant de comparer les sommes dont il vient d’être question au salaire de l’ar (...)

« Ils livrèrent donc la forteresse (ḥiṣn), et les prisonniers furent alors emmenés aux tentes de Bursuq b. Bursuq. Je reconnus celui qui était sorti à la rencontre du Turc ; on les avait réunis dans la grande tente (sarādiq) de Bursuq b. Bursuq afin qu’ils fixent leur prix de rachat. Il se présenta – c’était un sergent – et dit : “Combien me prendrez-vous ? – Nous voulons six cents dinars.” Il leur rit alors au nez et dit : “Je suis sergent, ma solde (dīwānī) est de deux dinars mensuels. Où voulez-vous que j’en trouve six cents ?” Puis il retourna s’asseoir parmi ses compagnons »777.

6.2. Les soldes en territoire franc

  • 778  Voir G. Duby, Le dimanche de Bouvines, p. 137 et suivantes.
  • 779  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 197 ; H. Nicholson, Medieval warfare, p. 48-9.

40Mais Usāma rapportait peut-être, simplement, les paroles d’un sergent franc, ce qui permettrait de quelque peu combler nos lacunes sur le domaine franc : les chroniqueurs latins ne livrent pas les montants des émoluments touchés par les hommes qui combattaient sous bannière franque, et l’exemple de l’Europe est peu parlant. Là, l’habitude de payer les troupes était déjà ancrée au xiie siècle. Encore faut-il différencier selon les types de combattants : vassaux recevant des indemnités diverses, et notamment celles qui ressortissaient aux dépassements de service ; guerriers temporaires répondant à un appel de leur seigneur ; simples volontaires bien souvent motivés par la possibilité de recevoir un appointement régulier ; mercenaires enfin, tels ces « Brabançons » originaires des pays mosans et rhénans aux surnoms imagés, à l’efficacité redoutée et qui suscitaient une haine tenace, trace vivace d’atrocités réelles ou supposées que pour rien au monde on aurait oubliées778. Alors que les uns (les volontaires, tout particulièrement) étaient alléchés par la perspective d’un service plutôt long et donc de soldes mensuelles, les autres (les guerriers temporaires, mais également les chevaliers) se satisfaisaient amplement d’émoluments journaliers, le temps de leur service. D’ailleurs, pour les chevaliers, bien souvent la solde n’était qu’une sorte « d’indemnité de campagne », sans guère de lien avec les salaires professionnels des mercenaires ou, plus encore, des soldats permanents des siècles suivants779. La plupart du temps, en fait, les salaires étaient versés journellement, notamment en France et en Angleterre.

  • 780 Assises, éd. RHC, Occ., Lois, t. i, chap. 134-7, p. 209-212 ; J. Richard, « The political and eccle (...)

41Il en était sans doute de même dans les territoires d’Outre mer, du moins si l’on s’en tient au tardif Livre de Jean d’Ibelin, rare texte qui s’attarde quelque peu sur les salaires touchés par les chevaliers et sergents « soudoyers », dont on a dit que le maréchal les avait en charge. Selon ce texte, dans le royaume de Jérusalem, à une époque indéterminée, chaque soudoyer aurait reçu quatre besants par jour, ce qui, si l’on adopte le taux de change de quatre besants pour trois dinars dont il a été question, reviendrait à une solde d’environ 90 dinars par mois. Chiffre sans commune mesure avec ceux des sources arabes, improbable par là-même. En fait, les Assises permettent simplement de se faire une idée des relations qui s’établissaient entre le soudoyer et son employeur. Il était engagé (et payé) pour une durée déterminée à l’avance ; son traitement était journalier. S’il ne servait pas aussi longtemps qu’il avait été entendu, il était considéré comme un déserteur : chevalier ou sergent, il se voyait confisquer cheval et armure ; simple fantassin, il subissait le terrible supplice des mains trouées au fer rougi780.

  • 781  Selon les auteurs. Essentiellement Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 250 ; Histoire (...)
  • 782  J. Prawer, « La noblesse et le régime féodal du royaume latin de Jérusalem », Le Moyen Âge, 1959, (...)
  • 783  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 457 et n° 247 pour ce qui est du domaine arménien : « Il sembl (...)

42On ne sait pas plus combien les combattants francs touchaient pour risquer leur vie. Leurs soldes sont moins connues encore que celles des stipendiés musulmans. Pas plus celle des nombreux milites qui s’attachaient au plus offrant que celle de fantassins dont on suppute qu’ils agissaient de manière identique. L’exemple de Tancrède, haut seigneur qui passa d’un maître à un autre, recevant donc plusieurs traitements, par exemple 300 ou 400 marcs d’argent afin de se poster avec ses hommes dans le petit château qui avait été construit face à la porte de Saint-Georges781, pendant le siège d’Antioche, ne peut en rien être généralisé. D’autant plus qu’à l’évidence, et notamment pendant les périodes les plus difficiles pour les armées croisées, le seigneur se devait de ravitailler ses hommes. Il faut donc s’en tenir, pour les fantassins, aux deux dinars (soit 2,6 besants) mensuels avancés par le sergent présenté à Bursuq b. Bursuq, et, pour les chevaliers, aux calculs effectués par J. Prawer, selon lequel un chevalier mercenaire touchait un besant par jour, soit une trentaine de besants par mois (22,5 dinars)782. Sans doute, comme dans les domaines musulmans et arméniens, les fantassins étaient-ils bien moins payés que les cavaliers783.

6.3. Fiefs et iqṭā‘-s

  • 784  Sur le phénomène de l’iqṭā‘, voir Cl. Cahen, « L’évolution de l’iqṭā‘ du ixe au xiiie siècle. Cont (...)
  • 785  Op. cit., p. 265 et passim.

43En théorie, seuls les simples soldats étaient soldés – et notamment les mercenaires. Ceux qui se trouvaient au sommet de la hiérarchie des combattants, émirs musulmans et chevaliers francs, pouvaient certes recevoir des émoluments pour une campagne, par exemple, dans le cas des chevaliers du royaume de Jérusalem, lorsqu’elle se déroulait en dehors des frontières « théoriques » (soit reconnues par tous) du royaume, ou lorsqu’elle n’en finissait plus. Mais, pour l’essentiel, si on écarte également les parts avantageuses de butin qu’ils ne manquaient pas de recevoir, à l’occasion, leur traitement était constitué de l’iqṭā‘ et du fief784. Claude Cahen a démontré combien ces concessions de terre et des droits qui s’y rattachaient différaient par nature, à l’origine, mais non sans que l’iqṭā‘, dans certains pays, « au point d’arrivée » du système qui s’était très tôt mis en place, soit devenu « presque l’équivalent d’un fief occidental[…] »785.

  • 786  J.-M. Mouton s’est penché sur la question des iqṭā‘-s bourides, N. Élisseff sur les iqṭā‘-s zankid (...)
  • 787  Sur les différents types d’iqṭā‘-s sous les Seldjouqides, voir Cl. Cahen et A. K. S. Lambton, loc. (...)
  • 788  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 174 (an 509).
  • 789  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 77.
  • 790  Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. ii, p. 118 (an 487) : « et il attribua al-Šām en iqṭā‘ à son armée (li (...)
  • 791  Voir supra, « Les ethnies ». Ṣāliḥ b. Yaḥyā, Histoire de Beyrouth (voir les références dans J.-M. (...)

44À l’époque que nous étudions, en Syrie comme en Djéziré786, les iqṭā‘-s (militaires)787 formaient les soldes des émirs. Ces derniers devaient fournir un certain nombre de soldats, fixé à l’avance, en fonction du rapport de leur iqṭā‘. Le détenteur du pouvoir se devait de contrôler l’attribution des iqṭā‘-s, puisqu’en dépendait la richesse, la puissance et la fidélité des officiers. Après l’assassinat d’Alp Arslān b. Riḍwān, à Alep, Lu’lu’ devint muqaddam ‘askar Ḥalab wa mutawwalī iqṭā‘ al-ğund788. Zankī avait coutume de rappeler à ses hommes combien leurs iqṭā‘-s leur tenaient lieu de propriétés789. En sus de sa valeur monétaire, souvent approximativement fixée, l’iqṭā‘ se définissait, la plupart du temps, en fonction du nombre d’homme qu’il permettait d’entretenir. Malheureusement, pour ce qui est de la Syrie, les chroniqueurs ne s’étendent guère avant la période zankide. Ils se contentent généralement, tel Ibn al-‘Adīm à propos de la prise d’Alep par Tutuš ou par Zankī790, de rapporter la division, par un chef de guerre victorieux, de la contrée dont il venait de s’emparer en iqṭā‘. Un seul texte, conservé par une source tardive, qui reproduit le diplôme délivré en 542/1148 à l’émir Buḥtur par le dernier des Bourides, Muğīr al-dīn Abaq, montre qu’en échange de l’abandon d’une partie de ses pouvoirs, le souverain attendait bien qu’il lui fournisse un certain nombre de combattants à cheval (quarante). La principale source de revenu du muqṭa‘ résidait dans le droit qui lui était concédé de lever l’impôt sur les paysans791.

  • 792 ‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, p. 382-3 (an 524). Comme l’iqṭā‘ constituait la solde des émirs, en promettre (...)
  • 793  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 254(an 500/1106-7). Ci-dessous, des vues stratégiques anal (...)

45Aucune autre information de ce type n’a transparu. On a l’impression qu’à Damas, les princes bourides, avant tout soucieux de consolider leur principauté, attentifs à ce qu’aucun de leur émir ne devienne trop puissant, évitèrent de concéder d’iqṭā‘ trop important, et qu’ils en usèrent surtout en tant que récompenses pour services rendus ou comme lot de consolation d’un haut personnage dont ils avaient été les alliés, tel Ibn ‘Ammār qui, en 503/1110, se vit accorder par Ṭuġtakīn al-Zabadānī et ses dépendances. Il n’en allait pas différemment à Alep, et même sous les Zankides, où Sayf al-dīn Sawār reçut de nombreux iqṭā‘-s après être passé à leur service792. On ne sait pas, non plus, quelles exigences Tuġtakīn avait eu lorsque, au commencement du vie siècle de l’Hégire, il avait installé sur les marges de la principauté, face au royaume de Jérusalem, un émir turcoman fraîchement arrivé à Damas. Ibn al-Qalānisī se contente de souligner que l’émir al-Iṣfahbaḏ (sic) était allé s’installé dans son iqṭā‘ (qui comprenait le Wādī Mūsā, Mu’āb, al-Šāra, al-Ğibāl et al-Balqā) avec son armée, où les Francs l’avaient violemment attaqué, ne lui laissant que la fuite pour seul recours793.

  • 794  En Syrie du Nord, sous les Ayyoubides, alors qu’al-Ẓāhir avait pris soin de contrôler les émirs, e (...)
  • 795  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. iv, 1, p.95, seul chroniqueur à apporter cet (...)

46La documentation devient un peu plus abondante à partir de l’arrivée de Zankī en Syrie, mais sans que les sources ne donnent de détail sur le rapport des iqṭā‘-s non plus que le nombre de soldats que le bénéficiaire devait entretenir et équiper794, leur solde étant naturellement à sa charge. Si, après le terrible tremblement de terre de 565/1170, Nūr al-dīn donna bien Ba‘rīn en iqṭā‘ à l’émir ‘Ayn al-dawla b. Kūğāb (sic, pour Kūğak) avec 500 cavaliers, à charge pour lui de la remettre en état, on ne sait si cet émir dut, par la suite, fournir ce même nombre de cavaliers au prince zankide795.

  • 796  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 169 : « […] lorsque un d’entre eux (ses soldats : ağnād) mourait et qu’il l (...)
  • 797  Voir par exemple Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. al-Shamma, t. iv, 1, p. 56, citant Ibn Ḫallikā (...)
  • 798  Cf. N. Élisséeff, ND, p. 727-8.

47C’est sur l’hérédité de l’iqṭā‘ que les Zankides innovèrent. Ibn al-Aṯīr attribue la décision de les rendre héréditaires à Nūr al-dīn, dans un passage où il s’attache à expliquer ses succès. Selon lui, ses hommes luttaient avec courage, sur le champ de bataille, parce que les officiers lui étaient très fortement attachés : grâce à lui, ils savaient pouvoir léguer leur iqṭā‘ à leur descendance. Ils ne les en défendaient que plus rigoureusement796. Dans les faits, quelques « dynasties » découlèrent de cette décision, dont la plus connue est celle que créa Šīrkūh à partir de ses iqṭā‘-s de Ḥimṣ, Palmyre et Raḥba. Ce dernier, qui était l’un des plus puissants émirs de Nūr al-dīn, entretenait, grâce à ces villes et leurs territoires, une troupe personnelle de 500 mamelouks (les Asadiyya)797. En pratique, les muqṭa‘-s, tout aussi étroitement surveillés par Nūr al-dīn qu’ils l’avaient été par son père, devaient rendre compte au dīwān al-ğayš, où des secrétaires consignaient, outre la valeur des biens concédés, les services qu’ils devaient – dont le nombre et le nom des hommes, ainsi que l’armement et les animaux à fournir798.

  • 799  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. iv, 1, p. 76-80 (an 564). Autres exemples de partage des revenus (...)

48Ainsi donc, Nūr al-dīn ne put, pas plus que les rois francs de Jérusalem, éviter de s’appuyer sur des personnages puissants auxquels il déléguait une part importante de son pouvoir. Dans quelle mesure cette évolution, et plus généralement celle de l’iqṭā‘ en Syrie, fut influencée par la proximité avec les Francs, nous ne saurions le dire. Au moins peut-on supposer que l’affrontement sinon permanent, du moins régulier et pratiquement toujours latent exigeait une stabilité des structures dont les Zankides ne pouvaient être que conscients. En revanche, en l’état de nos connaissances, il est difficile d’établir un lien même indirect entre les fiefs latins et les iqṭā‘-s, les premiers seraient-ils des « fiefs de besants ». En général, les sources donnent plutôt l’impression de mondes francs et musulmans échangeant peu leurs expériences, parfois même surpris (ainsi Usāma quant à la justice ordonnée par les chevaliers) du fonctionnement de « l’ennemi », et ce malgré l’incontestable insertion des Francs dans le jeu politique syrien. Pourtant, en matière d’iqṭā‘-s et de fiefs, on sait que la promixité pouvait se faire promiscuité, ainsi que l’atteste, par exemple, l’obituaire consacré par Ibn al-Furāt à Yārūq b. Arslān al-Turkumānī, qui partageait avec un « seigneur » franc un village en iqṭā‘799 :

  • 800  Des mots étant illisibles dans le texte à notre disposition, nous ne sommes pas sûrs de cette dern (...)

« Il effectua des expéditions de guerre sainte (ġazawāt) célèbres contre les Francs. À propos de sa bravoure, on raconte qu’al-Malik al-‘Ādil Nūr al-dīn Maḥmūd b. ‘Imād al-dīn Atābak Zankī, maître (ṣāḥib) de la Syrie, d’Alep, de Damas et autres lieux syriens, donna à ce Yārūq, en iqṭā‘, un village du Ğabal al-Suḫḫāq (sic, sans doute pour Ğabal al-Summāq) qui était partagé de moitié entre les musulmans et les Francs. Le seigneur muqṭa‘ franc, celui qui [partageait] le village avec lui, voulut lui porter préjudice. S’ils désiraient diviser la récolte (al-ġallāl), dès que l’un des Francs se rendait à la meule, il subissait un préjudice »800.

49Ibn al-Furāt termine son récit en racontant comment, blessé dans son honneur, le fougueux Yārūq réagit, se disputa avec le Franc, le tua ainsi que sept de ses hommes. Ils lui abandonnèrent donc le village, qu’il fit fructifier. Naturellement, il utilise le mot muqṭa‘ pour désigner le bénéficiaire franc de l’autre moitié de village. Seul importait le revenu que les guerriers en tiraient, nonobstant les subtilités d’ordre juridique qui avaient présidé à l’attribution du village.

50On peut d’ailleurs douter que ces subtilités aient été connues d’Ibn al-Furāt ou de sa source. Pour lui comme pour tous les auteurs arabes, iqṭā‘ et fiefs (pour peu qu’ils s’y intéressent) avaient les mêmes objectifs, et aboutissaient au même résultat : fournir à son détenteur des revenus suffisants pour qu’il puisse entretenir un certain nombre de soldats à la tête desquels il répondait à l’appel de son seigneur. Il leur importait peu que le fieffé résidât dans son fief, en général, au contraire du muqṭa‘, ou que le transfert de souveraineté était bien plus poussé dans le cas du fief : c’est seulement en tant que menace que bien souvent (mais non exclusivement) les Francs étaient appréhendés.

  • 801  Sur les différents types de fiefs voir supra.

51Jean d’Ibelin livre une liste certes très utile, mais malheureusement incomplète, des fiefs en terre du royaume de Jérusalem, dont on ne sait donc pas combien de chevaliers en étaient détenteurs. De toute manière, ces fiefs ne suffisaient pas. À l’époque que nous étudions, les souverains francs usèrent sans guère se limiter de l’allocation de fiefs en argents, « fiefs en besant », « fiefs rentes » ou « de soudée » qu’on a déjà évoqués. Ce n’était, en réalité, rien d’autre que des rentes attribuées (et retirées) à des hommes qui avaient les mêmes obligations envers eux que les autres fieffés801. Lorsque le fief était de rapport suffisamment important, le chevalier à qui il avait été alloué devait un service de plusieurs hommes, qu’il devait équiper, payer et ravitailler.

  • 802  Voir J. Prawer, « Social classes in the Latin kingdom : the Franks », dans K. M. Setton (éd.), A h (...)

52Tout cela était d’un prix élevé, même si la majorité des fiefs exigeaient un simple service de cors. La situation économique des chevaliers ne fut jamais très bonne dans l’Orient latin, d’où les très nombreuses razzias qu’ils menaient régulièrement. D’où, également, pour les plus puissants d’entre eux, la cession d’un certain nombre de forteresses aux ordres militaires, plus aptes (car plus riches) à défendre les marges des États francs. On considère en général, mais pour une période postérieure à celle qui nous occupe, qu’un fief argent rapportait entre 400 et 500 besants par an, souvent payés en produits agricoles, somme à comparer au salaire d’un besant par jour des chevaliers « soudoyers »802. Mais d’autres revenus venaient s’y agréger – et notamment tout ce qui ressortissait au butin.

  • 803  J. Richard, Histoire des croisades, p. 105.

53C’est pour le souverain que le système du fief était très avantageux. Il lui permettait de disposer, dans son entourage, de combattants hautement qualifiés, très vite mobilisables. En théorie, les détenteurs de fiefs territoriaux se devaient d’y résider, ce qui peut, à première vue, paraître moins intéressant. En fait, les deux systèmes avaient leur intérêt et se complétaient. Les fieffés en terre habitaient en général dans le château seigneurial, entourés de la plupart de leurs vassaux (en Occident, ces derniers logeaient dans le plat pays). Là aussi, la mobilisation des hommes s’en trouvait accélérée, la réaction à une attaque de l’ennemi facilitée, une razzia aisément réalisée. Divisés en une multitude de fiefs, sortes d’unités territoriales dans lesquels une place forte, un seigneur et des hommes d’armes suffisamment expérimentés vivaient, les territoires francs étaient, dans l’absolu, suffisamment défendus par le régime féodal803.

7. Difficultés à financer la guerre

  • 804  Zubda, t. ii, p. 173-4 (an 508).

54Tout au long de la période qui nous occupe, les musulmans comme les Francs eurent des difficultés récurrentes à entretenir des troupes permanentes de qualité en nombre suffisant, à enrôler des mercenaires lorsque cela était nécessaire. Du côté musulman, certains princes furent plus particulièrement touchés par le manque d’argent, tels les successeurs de Riḍwān. Ibn al-‘Adīm raconte que dans la principauté d’Alep, Lu’lu’ al-Ḫādim dut recourir à la vente de villagespour pouvoir entretenir l’armée804 :

« Les récoltes s’amenuisèrent à Alep, du fait que les Francs avaient mis la main sur la majorité de sa principauté, et de la peur [qu’on éprouvait] pour ce qui en restait. L’argent déclina, alors qu’on en avait besoin pour l’entretien de l’armée (al-ğund). Dès lors, Lu’lu’ vendit de nombreux villages de la principauté. Le cadi d’Alep, Abū Ġānim Muḥammad b. Hibat Allāh b. Abī Ğarāda, s’occupa de la vente, Lu’lu’ se chargeant d’attribuer ce qu’elle rapporta aux besoins de la citadelle, de l’armée et de la ville ».

  • 805  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 349/LT p. 175-176 (an 522). Le ğihād peut n’apparaître que (...)

55Sinon courantes, de telles pratiques n’avaient rien d’exceptionnel, qu’elles fussent ou non imposées par la pression franque. Beaucoup plus légitimiste que l’aventurier Lu’lu’, Ṭuġtakīn, qui se trouvait alors à Bagdad, demanda au calife al-Mustaršid l’autorisation de vendre des lots cultivés en friche et des champs en jachère, toutes terres sans propriétaires. Il s’agissait, selon le prince de Damas, de les faire mettre en culture afin qu’on puisse « tirer avantage de leurs produits et de dépenser le montant de leur prix au bénéfice des troupes enrôlées pour le ğihād »805.

  • 806  Buġya, t. viii, notamment p. 3850-1.

56Mais, pour tous les potentats, latins ou musulmans, l’impôt direct ou indirect restait le moyen le plus simple et le plus efficace pour surmonter les difficultés d’argent. D’où les augmentations régulières des taux d’imposition, ou tout au moins le maintien de taux élevés. Dans la notice de la Buġya qu’il lui consacre, Ibn al-‘Adīm laisse entrevoir le soin avec lequel Zankī gérait ses territoires. L’armée et plus généralement la guerre constituaient une part importante de ses dépenses ; il fallait absolument que les paysans puissent produire sans tracas806. Les quelques lignes de la Riḥla d’Ibn Ğubayr consacrées aux impositions musulmanes et franques sont suffisamment connues pour qu’on n’y revienne pas. En revanche, il n’est pas inutile de rappeler que Zankī assumait, en Djéziré au moins, de pressurer ses paysans :

« Il dit : [il s’occupait de] choses moins importantes que cela : il apprit qu’un certain nombre de paysans de Mossoul étaient allés [s’installer] à Mārdīn. Il écrivit alors à Ḥisām al-dīn [Timurtāš], lui demandant de les renvoyer. Ce dernier répondit : “Nous, nous traitons bien les paysans, nous allégeons leurs charges. Nous ne prenons que le dixième de leurs récoltes. Si vous faisiez comme nous, ils ne vous auraient pas quitté. Le martyr (al-šahīd) dit alors à son ambassadeur : – Dis à ton maître : si tu ne prenais qu’un pour cent, ce te serait beaucoup : tu t’occupes de ton plaisir (laḏḏa), dans ta capitale (fī ra’s Mārdīn). Quant à moi, si je prenais deux tiers, ce serait encore peu : j’attaque l’ennemi et mène le ğihād en permanence. Sans moi, il y a longtemps que tu n’aurais pu boire de l’eau en paix à Mārdīn, et que les Francs l’auraient conquise. Si tu ne renvoies pas les paysans, j’installerai tout paysan du territoire de Mārdīn dont je me saisirai sur celui de Mossoul”. [Timurtāš] les renvoya alors. Rien ne montre mieux combien [Zankī] se tenait au courant des affaires du royaume (aḥwāl  al-mamlaka) ».

  • 807  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xiii, 17, p. 581(1125).
  • 808  Sur les questions de démographie arménienne dans le royaume de Jérusalem, voir G. Dédéyan, Les Arm (...)

57Les budgets francs étaient tout aussi grevés par l’effort militaire que celui de leurs ennemis. On a dit qu’ils durent confier un certain nombre de leurs forteresses aux ordres militaires, notamment afin de se décharger du poids de leur entretien, ou que ces ordres devinrent rapidement indispensables au financement de toute expédition d’envergure. Déjà, pendant la deuxième croisade, Louis vii avait dû à l’assistance des Templiers de pouvoir voyager sans souci de numéraire. Mais le manque d’argent avait déjà tracassé nombre de barons, pendant la première croisade. Alexis Comnène avait vite compris les avantages qu’il pouvait en tirer. Il avait tenté de s’attacher ces barons en leur faisant miroiter un enrichissement rapide. Thoros fit de même à Édesse, où il put aisément attirer le futur Baudouin II de Jérusalem. Une fois sa couronne ceinte, ce dernier connut un endettement récurrent : il lui fallait bien payer les armées de mercenaires qu’il recrutait807. Autre roi de Jérusalem qui eut bien du mal à concilier ses ambitions et ses revenus, Amaury Ier dut, avant sa dernière expédition égyptienne, faire des concessions exorbitantes aux Hospitaliers. Peut-être apocryphes, ses atermoiements adressés à l’Arménien Thoros II venu lui rendre visite à Jérusalem en disent au moins long sur l’image dépensière que bien malgré lui il s’était forgée808.

  • 809  Assises de Jérusalem, L. cxxxiv, p. 209-11.
  • 810  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xi, 11, p. 469-72. Guillaume précise que les « michels » étaient un (...)

58Mais ces deux rois ne furent sans doute pas les seuls à avoir du mal à payer leurs troupes. Les Assises de Jérusalem dénotent ces difficultés lorsqu’elles s’étendent sur les risques encourus par un employeur mauvais payeur. Il subissait les foudres du connétable, qui avait pouvoir de lui faire saisir ses biens et de les vendre afin de satisfaire le sodeer ; en cas de situation grave, le fautif pouvait être traduit devant la Haute Cour809. Malheureusement, les chroniqueurs ont laissé peu d’informations sur de tels retards de paiement (comme sur les paiements, d’ailleurs). Guillaume de Tyr nous apprend, par exemple, comment Baudouin d’Édesse, en mal d’argent pour honorer les soldes de « ceux qui l’avaient servi fidèlement », réussit à berner son beau-père, Gabriel de Mélitène, en faisant jouer une scène à certains de ses chevaliers. Alors que Baudouin et Gabriel conversaient en toute quiétude, des chevaliers désignés par avance vinrent les interrompre, et exigèrent d’être rétribués, sous peine de récupérer ce que le comte avait gagé – à savoir sa barbe. Surpris, rapidement furieux et finalement compatissant, Gabriel, qui refusait d’envisager qu’un homme comme son beau-fils pût perdre « la marque du mâle, la gloire de son visage, ce qui fait l’autorité de l’homme », et qu’impressionna une ultime surenchère des chevaliers (ils menacèrent de quitter Baudoin sur le champ), céda et paya les trente mille « michels » (michaelitarus) réclamés810. Par-delà ce qu’elle nous révèle des rapports entre Francs et Orientaux et des ennuis financiers de Baudouin, cette anecdote montre à quel point les rapports d’argent pouvaient compromettre les relations entre ces seigneurs francs et leurs hommes. Bien qu’éberlué par la teneur du gage, Gabriel ne montra aucune surprise devant les reproches et les exigences des milites.

  • 811  Arbre généalogique dans Cl. Cahen, SN, p. 543.
  • 812  F. Chandon de Briailles, « Lignages d’Outremer. Les seigneurs de Margat », Syria, vol. xxv, 1946-8 (...)
  • 813  Ainsi que sa reconquête puisque il est très probable que les musulmans l’occupèrent à nouveau – se (...)
  • 814  Il faut dire que les archives du Temple ne nous sont pas parvenues. P. Deschamps, Les chateaux des (...)

59Particulièrement significative est, à cet égard, le parcours d’une des plus puissantes familles seigneuriales de la principauté d’Antioche811, les Mazoir (ou les Mazoyer, de l’ancien français Masoeiers), qui possédaient d’immenses territoires dans les régions de Ğabala, de Bāniyās et de Marqab812. Rapidement, le fondateur de la dynastie, Renaud, ainsi que ses descendants, eurent de plus en plus de mal à entretenir et à défendre leurs possessions, surtout Marqab, dont la reconstruction et la défense étaient extrêmement chers813. Sans guère avoir le choix d’agir différemment, ils échangèrent, cédèrent ou vendirent châteaux, casaux et autres domaines aux Hospitaliers, aux Templiers, au prince d’Antioche ou à d’autres seigneurs de la principauté, ainsi qu’en témoignent de nombreux actes, qui concernent surtout les Hospitaliers814. C’est à ces derniers, d’ailleurs, que Bertrand, en 1186, vendit al-Marqab, ainsi, semble-t-il, que tous les biens qui restaient à la famille : il n’avait plus les moyens d’assumer les opérations de guerre qui lui incombaient.

  • 815  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, cliii et cliv, p. 713-4.
  • 816  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 13, p. 903-4 (voir surtout la version de l’Eracles). Les péril (...)
  • 817 Op. cit., L. xvii, 10, p. 775.

60On ne s’étonnera donc point qu’en certaines occasions les souverains ne purent financer la levée d’armées. L’argent manquait ponctuellement ; il fallait absolument s’en procurer. On a dit qu’Amaury se lia corps et âmes aux ordres militaires. En 1104, Tancrède, auquel Bohémond avait, selon Raoul de Caen, laissé la ville « sans protection (tutela), sans argent, sans hommes stipendiés », fit contribuer les Antiochiens les plus riches à hauteur de la somme nécessaire à l’équipement des troupes et au recrutement de nouveaux mercenaires. Promesse d’une restitution fut faite aux contributeurs : il s’agissait d’un emprunt, et non d’un don815. On alla parfois plus loin, par exemple en 1166, à Jérusalem, où un impôt fut décidé pour financer l’expédition égyptienne, après consultation du parlement – dix pour cent des biens meubles furent demandés à ceux qui n’accompagnaient pas l’ost royal816. En 1149, alors que Nūr al-dīn menaçait Antioche, le patriarche n’hésita pas à déroger à la règle qu’il s’était jusqu’alors fixée : il paya l’enrôlement de soldats de ses propres deniers817.

  • 818  Cf. K. M. Setton (éd.), A history of the crusades, t. vi, p. 390.
  • 819  L’expédition eut lieu en 511/1118.
  • 820  Itti‘āẓ al-ḥunafā, t. iii, p. 54 (an 509).

61Plus généralement, les subsides envoyés par des coreligionnaires européens régulièrement sollicités qui évitaient ainsi de se déplacer avaient leur utilité, de même que ceux que pouvaient verser les cités maritimes italiennes, à l’occasion. Ainsi, les Vénitiens ne se contentèrent pas d’une participation effective au siège (et à la prise) de Tyr ; ils octroyèrent 100 000 besants au patriarche et au roi de Jérusalem818. À Damas également, on pouvait exceptionnellement recevoir d’importants subsides, sous une forme ou sous une autre, par exemple en provenance de la riche Égypte avec laquelle Ṭuġtakīn entretenait de bonnes relations. Maqrīzī cite, sous l’année 509/1115-6, l’extrait d’une lettre de reproche qu’al-Afḍal lui aurait envoyée après l’expédition de Baudouin à al-Faramā819. Après réception de la missive, Ṭuġtakīn se rendit à Ascalon, où il prit l’armée en main. Il y fut honoré, ainsi que Šams al-Ḫawāṣṣ, « ce grand commandant » (muqaddam kabīr), par de nombreux cadeaux de grande valeur. Puis, une fois l’hiver installé, l’armée et les bédouins ayant été démobilisés, Ṭuġtakīn demanda l’autorisation de s’en retourner à Damas. Il l’obtint et s’en retourna dans sa capitale où il reçut, un peu plus tard, une seconde livraison de cadeaux. À nouveau particulièrement gâté, Šams al-Ḫawāṣṣ fut le bénéficiaire, à lui seul, de l’équivalent de dix mille dinars. Au total, il avait été versé, cette fois-ci, pour trente mille dinars de cadeaux à Ṭuġtakīn et à ses hommes. L’ensemble de la campagne avait occasionné le versement de cent mille dinars820.

IV. Les problèmes matériels

1. Le ravitaillement

  • 821 Al-Takira al-harawiyya, chap. xiii.
  • 822  Rapporté par F. Géré et alii, Dictionnaire de la pensée stratégique, loc. cit., p. 161.
  • 823  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 502 (an 548).

62Al-Harawī consacre un chapitre à la « nécessité d’amasser des richesses, des approvisionnements, des équipements de guerre et de se concilier les cœurs des sujets et des hommes d’armes »821. Il reconnaît, comme la plupart de ses contemporains d’ailleurs, l’importance de tout ce qui ressort de la logistique – ravitaillement, transport des troupes, stockage de l’armement. En particulier, en des temps où la famine pouvait surgir à tout moment, on avait pleinement conscience que toute armée était « un estomac », selon le mot de Wellington822. C’était alors une tradition que d’user de l’arme économique, qu’on abatte ou qu’on déracine, simplement, les vergers des faubourgs d’une ville assiégée ou qu’on décrète plus subtilement un embargo des exportations vers cette ville. C’est ainsi que Nūr al-dīn fit interdire l’exportation des céréales vers Damas, dont il cherchait à s’emparer. « Le ravitaillement fut coupé de tous côtés, min kull ğihāt », et le prince bouride, déjà peu aimé, en fut d’autant déconsidéré. Certains Damascains décidèrent même d’émigrer823.

1.1. Les armées musulmanes

  • 824  Pour Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 350, Nūr al-dīn et Qiliğ Arslān firent la paix du fai (...)
  • 825  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 272/LT p. 98 (« le ravitaillement du camp se faisait rare, (...)
  • 826  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 13, p. 903-4. L’Eracles (mêmes pages) traduit (...)

63Pour autant, les autorités ne prirent pas de mesures énergiques destinées à maîtriser le ravitaillement. Durant une bonne partie du vie/xiie siècle, l’approvisionnement des troupes posa donc problème, à des degrés il est vrai divers. Cela étant dit, mais sans qu’on en ait de témoignage direct, il semble bien qu’il y eut amélioration notable sous les Zankides. À partir du règne de Nūr al-dīn, on n’entend plus guère parler de difficultés à se ravitailler, ou du moins beaucoup moins souvent824, et les opérations ne s’interrompirent généralement plus de ce fait, alors que cela n’était pas rare auparavant. Les expéditions sultanales du début du vie/xiie siècle se firent presque toutes, à des degrés divers, dans des conditions difficiles pour les hommes comme pour les animaux. Par exemple, en 503/1110, les troupes durent être démobilisées. Les vivres manquaient ; il fallut bien que Mawdūd se résolût à interrompre le siège d’Édesse825. Un demi-siècle plus tard, Šīrkūh ne paraît pas avoir éprouvé de telles difficultés lors de ses expéditions égyptiennes – du moins les sources n’en disent-elles rien. Au contraire, Guillaume de Tyr laisse percer une pointe d’admiration lorsqu’il décrit l’avancée rapide des troupes musulmanes à travers le désert, lors de sa deuxième campagne. Chameaux, vivres, eau transportée dans des outres… tout avait soigneusement été préparé. Le roi ne put lui barrer le passage826. Pourtant, les modes de production, de stockage et de circulation n’avaient été ni bouleversés, ni révolutionnés, et les effectifs avaient crû, augmentant d’autant les besoins. Simplement, l’appareil militaire zankide fonctionnait à une échelle sans commune mesure avec ceux des dynasties qui l’avaient précédé en Syrie, bien moins riches, et bénéficiait plus complètement du dynamisme incontestable de l’économie syrienne. En effet, il semble que la Syrie, dont les campagnes avaient été complètement ravagées pendant le troisième tiers du xie siècle, avait reconstitué son potentiel agricole dans les années 1140-1150.

  • 827  Al-Taḏkira al-harawiyya, p. 254 (texte arabe), p. 228 (trad. française, ici modifiée).

64Mais comment gérait-on le ravitaillement ? Un certain empirisme dominait. Les auteurs arabes qui se penchent sur la question se contentent de conseils d’ordre très général827 :

« Que le prince inspecte également les greniers à grain avec leurs réserves de froment, d’orge, de lentilles et de pois, ainsi que les granges à paille. Qu’il inspecte les magasins et ce qu’ils contiennent de sel, de beurre fondu, d’huile d’olive (zuyūt) et de graisse (adhān), leur abondance de suif (šuḥūm) et de namaksūd ou lanières de viande et de foie salées et séchées. Et s’il arrive à quelque ignorant de dire“Quel besoin [de faire] ce qu’il dit, rappelle, rédige, écrit et répète ?”, alors [qu’il sache] que nous avons vu les occupants d’un château (ḥiṣn) bien fortifié et puissant, ayant combattu vigoureusement, le quitter, en sortir humiliés et le livrer [à l’assiégeant] quand le sel en vint à leur manquer. Il s’agissait du château de Kawkab, près de Tibériade ».

  • 828  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 103, où cette attitude est expliquée : « Lorsqu’il conquérait une forteress (...)
  • 829  R. Levy, The social structure of Islam, loc. cit., p. 442 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 737.
  • 830  Nizām al-mulk, Traité de gouvernement, p. 169.

65Quelques décennies avant la rédaction de la Taḏkira, Nūr al-dīn, en homme de bon sens, était habité des mêmes idées, aux dires d’Ibn al-Aṯīr. Lorsqu’il s’était emparé des territoires de Josselin, il avait installé des garnisons et des provisions pour dix ans dans chacune des places fortes qu’il avait occupées828. Ni Ibn al-Aṯīr ni al-Harawī ne s’intéressent ici aux armées en campagne. Les sources arabes, en général, en parlent peu, du moins pas directement. Cela ne signifie néanmoins pas, ainsi qu’on l’a parfois soutenu, qu’ils ne l’évoquent pas du tout et surtout que les armées vivaient exclusivement du pays où elles guerroyaient829. Il faut se souvenir que Niẓām al-mulk traite des « provisions de fourrage » qu’il « faut avoir, dans les relais », dans un chapitre consacré aux pérégrinations des sultans seldjouqides, dont la cour était itinérante. On avait souci d’organiser ces déplacements ; un certain nombre de règles (toujours de bon sens) devaient être respectées. Il s’agissait, notamment, d’éviter de trop pressurer les paysans830 :

  • 831  Sic, sans doute pour iqṭā‘.

« Quand le souverain se met en route, on ne trouve pas (toujours), dans toutes les stations où il fait halte, du fourrage et des provisions préparés. Il faut alors se procurer, à n’importe quel prix et avec beaucoup de peine, les rations du jour, ou les prendre chez les paysans en les taxant. Ceci est un mauvais procédé. On s’approvisionnera donc en fourrage, sur toutes les routes par où le prince doit passer, dans tous les villages qui sont en même temps des lieux de halte et dans leurs environs, que ce soient des fiefs831 ou des biens de la couronne. S’il n’y a ni caravansérail, ni village, on prendra du fourrage dans la localité la plus proche. Les officiers réuniront dans un dépôt tout ce qu’ils recueilleront et ils utiliseront ce fourrage, s’il en est besoin ; sinon, ils le vendront et en verseront le produit au trésor comme ils font des autres taxes. De la sorte, les sujets ne seront pas molestés et on trouvera du fourrage en quantité suffisante, quand les circonstances l’exigeront ».

  • 832  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 231.

66Il en était ainsi, en théorie, avant le délitement du sultanat seldjouqide, au vie/xiie siècle, des armées des sultans en campagne : les déplacements étaient planifiés, des étapes prévues, où des hommes étaient envoyés par avance afin de préparer tout ce qui était nécessaire aux soldats et surtout à leurs montures. En Syrie, peu de chroniqueurs font état de telles planifications. Tout au plus Ibn al-Qalānisī, comme souvent le plus précis, relève-t-il que le Seldjouqide de Rūm Qiliğ Arslān, tout juste vainqueur d’al-Danišmand, en ḏū l-qa‘da 496/6 mars-4 avril 1103, ayant poursuivit jusqu’en Syrie, dépêcha à Alep un de ses hommes qui demanda l’autorisation, pour les négociants de la ville, de venir ravitailler son armée. Évidemment, la population se félicita d’une telle offre832.

  • 833  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278-83. Ces événements se déroulent en 505/1111. Plusieurs (...)

67Le plus avantageux, c’était bien de combattre sur ou près des terres d’un allié ou mieux encore d’un obligé. À lui, alors, de préparer les provisions pour les hommes, le fourrage pour les bêtes. La deuxième expédition syrienne menée par Mawdūd, par exemple, tira grand profit de l’alliance du seigneur de Šayzar, Sulṭān b. Munqiḏ, qui était directement intéressé par la coalition que le maître de Mossoul avait réunie : les Francs, auxquels il versait tribut, pressuraient sa principauté. Il était donc sorti à la rencontre de Mawdūd et de Ṭuġtakīn (le seul qui finalement restait à ses côtés) et les avait invités à séjourner sur son territoire. Ils s’établirent au sud de Šayzar, où le marché de l’armée, sūq al-‘askar, vint s’approvisionner sur le marché de Šayzar. Finalement, les soldats ne manquèrent de rien. Sulṭān s’était dépensé sans compter833.

  • 834  Nuwayrī, Nihāyat al-Arab, p. 3312, an 547. Sultanat (seldjouqide) de Muḥammad b. Maḥmūd. Après l’a (...)
  • 835  L’épisode est célèbre. Voir par exemple Ibn Wāṣil, Mufarriğ al-kurūb, t. ii, p. 358-9 ; Abū Šāma, (...)
  • 836  Bahā’ al-dīn b. Šaddād, Al-nawādir al-sulṭāniyya, éd. alwaraq.net, p. 12.
  • 837  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. iii, L. ii, 2, p.101-2.
  • 838  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 180, à compléter par Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. iii, sub anno (plus synt (...)

68Ces deux exemples mettent en lumière l’une des caractéristiques essentielles du ravitaillement des armées musulmanes médiévales : dans le cas d’armées nombreuses qui se battaient loin de leurs bases tout particulièrement, des négociants l’assuraient en partie. Véritable marché itinérant, le sūq al-‘askar prenait la route en même temps que les troupes, qui y trouvaient en permanence toutes sortes de denrées, mais également des armes, des vêtements, un linceul834 … et jusqu’aux fruits et la glace que Richard Cœur de Lion réclama à Saladin, lors d’un épisode célèbre de la troisième croisade835. Pendant le règne de ce dernier, on apprend d’ailleurs que les prisonniers qui avaient été réduits en esclavage étaient immédiatement vendus au sūq al-‘askar. Tel est le sort que subit la jeune Franque que des voleurs avaient emmenée et que Saladin, suite aux supplications de sa mère, décida de racheter pour la lui rendre836. Pendant les interruptions des combats, même, l’ennemi pouvait y faire des achats. En fait, les Francs s’étaient sans doute très tôt habitués à la présence de marchands musulmans dans leur camp. Déjà, les chroniqueurs de la première croisade se plaignaient de la facilité avec laquelle les musulmans étaient informés des moindres faits et gestes des Croisés. Gautier le Chancelier raconte qu’avant la bataille de l’Ager sanguinis, des espions déguisés en vendeurs d’oiseaux s’étaient rendus dans le camp chrétien, ce qui signifie que leur venue n’avait rien de surprenant. Une fois leurs renseignements pris, ils purent d’ailleurs s’en retourner à leur guise837. Mais, bientôt, on alla plus loin. Informé de l’arrivée des Croisés, en 585/1189, Saladin décida de s’emparer de Šaqīf Arnūn (Beaufort), qu’il craignait de laisser sur ses arrières. Son maître, Renaud (Arnāṭ), fin arabisant qui possédait également Sidon, négocia intelligemment la reddition de la place. Les opérations de siège furent interrompues, le blocus assoupli. Renaud, qui en fait ne cherchait qu’à gagner du temps, fit acheter des vivres au sūq al-‘askar musulman. Il pourvut ainsi au mieux sa forteresse, dont il renforçait les défenses avec l’accord bienveillant de Saladin, qui resta sourd aux mises en garde des quelques personnes qui, dans son entourage, s’étaient aperçues de la duplicité de Renaud838.

  • 839  Mais elles participèrent à des expéditions importantes, dans le cadre d’alliances.
  • 840  ‘Abd al-Laṭīf al-Baġdādī, Kitāb al-ifāda wa l-i‘tibār fī l-umūr al-mušāhada wa l-ḥawādiṯ al-mu‘āya (...)
  • 841  C’est ce que soutient S. Elbeheiry, op. cit., p. 198.
  • 842  Précis de droit d’Ibn Qudāma, p. 277. En juriste, Ibn Qudāma peut également faire référence au déb (...)

69On entend peu parler des sūq-s al-‘askar avant la période zankide, et jamais en ce qui concerne les armées bourides et seldjouqides (d’Alep), sans doute parce qu’elles ne furent jamais capables de réunir des forces très nombreuses et d’organiser des campagnes d’envergure839. Pour ce qui est des armées zankides, la comparaison avec les armées ayyoubides, qui paraissent avoir été plus sophistiquées encore (peut-être un héritage fatimide ?), ne peut néanmoins être faite, du fait du silence des sources arabes. On ne trouve rien d’équivalent, à leur propos, à la description quelque peu émerveillée du sūq al-‘askar de Saladin, en 587/1191, par ‘Abd al-Laṭīf al-Baġdādī. Il y est par exemple question de cent quarante drogueries, de très nombreux restaurateurs ou de plus de mille bains confectionnés artisanalement par des Maghrébins. Un šiḥna disposant d’un registre de contrôle des commerçants autorisés à vendre leurs marchandises y aurait officié840. De même, s’il est plausible que les marchands possédaient des armes, utiles tout autant pour protéger leur bien que pour défendre leur vie lorsque la bataille avait tourné au fiasco, à laquelle ils pouvaient parfois participer, à des titres divers, il est difficile, à l’époque qui nous intéresse, de les envisager comme des « marchands-soldats » donnant forcément d’eux-mêmes pendant les combats841. Ibn Qudāma précise qu’ils avaient droit au butin, lorsqu’ils « étaient présents à la bataille ». Cela ne signifie pas que cela était systématiquement le cas842.

  • 843  Ou, disent simplement les auteurs arabes, « du grain ».
  • 844  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 3847 : wa sayyara sariyya taqaddamat ma‘a  l-aṯqāl ; Id., ibid., (...)
  • 845  Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. iii, p. 204 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 71.
  • 846  Voir le récit de la chevauchée de Nūr al-dīn, accompagné de ses émirs, vers Sinğār. Ils y parvienn (...)

70Naturellement, le ravitaillement n’était pas assuré par les seuls commerçants. Avant de partir en campagne, on réunissait de l’orge843 et du fourrage pour les chevaux, des provisions pour les hommes, viande séchée, biscuits, fruits secs et autres aliments dont on ne peut dresser la liste : les rations des soldats ne sont pas connues. L’ensemble était transporté à dos de bêtes de sommes, mule, bardots, ânes, chameaux, mulets et chevaux de bâts avec le reste des bagages (en général ṯiql, pluriel aṯqāl), formant ce qu’on appelle le « train », qui précédait l’armée844. Mais nul chroniqueur ne décrit un service d’intendance chargé de cette besogne. En tout état de cause, lorsque la bataille était sur le point d’être déclenchée, on éloignait les bagages sous bonne garde845, à moins que le commandant en chef ne décidât, tel Šīrkūh à al-Bābayn, de les placer au centre (qalb). Lorsque les combattants prenaient la route sans ces aṯqāl, qui comprenaient, outre la nourriture, les vêtements, les tentes et les armes (dont les armes de siège démontées, indispensables en cas d’attaque programmée d’une ville ou d’une forteresse), ils étaient dits ğarīdatan, « légèrement équipés ». Alors chaque cavalier se contentait de ce que sa besace ou tout autre sac contenait846.

  • 847  Kāmil, t. ix, p. 195. Voir également C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn İl-Ghāzī », Der I (...)

71Les auxiliaires nomades, et notamment les Turcomans, ne semblent pas avoir eu ces soucis de préparation, du moins ceux que Zankī et surtout son père Nūr al-dīn ne sédentarisèrent pas. Quelques lignes du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, il est vrai très critique à leur égard, sont fort instructives sur leur mode de fonctionnement847 :

  • 848  Cette phrase peut se lire différemment « il (i. e. Īl-Ġāzī, et non plus les Turcomans) comptait le (...)

« Īl-Ġāzī ne s’attardait pas en territoire franc, car il ne rassemblait les Turcomans que sur [leur] avidité (ṭama‘). Chacun se présentait avec un sac contenant de la farine et du šāt (sans doute de la viande de mouton séchée), et comptait les heures jusqu’au butin qu’il réclamait sans délai848. Puis [Īl-Ġāzī] prenait le chemin du retour, car si leur séjour se prolongeait, ils se dispersaient : il n’avait pas d’argent à leur distribuer ».

  • 849  Voir Manāqib al-Turk, dans J. Sauvaget, Historiens arabes. Pages choisies, traduites et présentées(...)

72De la farine et de la viande certainement séchée constituaient, donc, les rations des Turcomans, qui apparaissent un peu plus étoffées que celles des « Turcs » d’al-Ğāḥiẓ, qui se contentaient de la seule viande849. Ibn al-Aṯīr n’évoque malheureusement pas les rations des chevaux, qui ne pouvaient se contenter des seuls herbages. Il fallait également leur fournir des graminées. Il ressort tout de même que la guerre était censée durer peu de temps, celui d’amasser du butin. Il était inutile de s’encombrer. On s’appuyait sur les ressources locales.

73Les Turcomans se louaient également de manière plus classique, contre de l’argent et la promesse que le ravitaillement serait assuré. C’est ainsi qu’en 523/1129, effrayé par l’annonce du déferlement très prochain des Francs sur Damas, Tāğ al-mulūk Būrī fit appel aux Turcomans

  • 850  Ou, simplement, de « grains » : al-ġilāl.

« auxquels il offrit suffisamment d’argent et de céréales850 pour les inciter à répondre avec empressement à sa demande ».

  • 851  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 357/LT p. 185.

74Différentes tribus répondirent favorablement à une exhortation qui, en outre, faisait la part belle au ğihād, selon le chroniqueur. Elles envoyèrent au prince bouride de très nombreux guerriers, auxquels ce dernier « donna tout ce qu’il fallait pour leur nourriture et de l’orge (qaḍīm) pour leurs chevaux »851.

  • 852  Voir par exemple Id., ibid., p. 283/LT p. 110, an 504/1111, à propos de l’armée de coalition menée (...)
  • 853  Sur ces deux lieux, voir EI2a, s. v. et N. Élisséeff, ND, t. i, p. 180 et p. 264.

75Mais, en revenant à l’exemple précédent, il est évident que les campagnes d’Īl-Ġāzī étaient tout de même trop longues pour que les provisions que les sacs de chaque Turcoman contenaient suffisent. Se posait notamment le problème des grains des chevaux, dans la mesure où l’eau ne manquait pas en Syrie du Nord. Il leur était impossible de ne pas vivre sur le pays, ce qui participait de leur réputation de pillards invétérés. Ils n’étaient d’ailleurs pas les seuls à agir ainsi : outre les provisions emportées par l’armée, celles transportées puis vendues par les négociants du sūq al-‘askar ou achetées sur place par des officiers comme ceux qu’évoque Niẓām al-mulk, toutes les armées vivaient sur les contrées où elles se trouvaient852. Il faut noter, à cet égard, que les lieux de rassemblement et d’étapes étaient choisis avec soin. On faisait en sorte, surtout, de pouvoir se procurer de l’eau et faire paître les bêtes sans difficulté. Ainsi seulement l’attente ne se transformait-elle pas en calvaire pour les hommes et les bêtes. Dès lors, certains sites accueillirent régulièrement des armées tout au long de la période médiévale. Ce fut le cas de Marğ al-Ṣuffar, au sud de Damas, à une dizaine de kilomètres au sud de Kiswa. En Syrie du Nord, la petite plaine nommée Marğ Dābiq jouait le même rôle. D’ailleurs, de très nombreux combats s’y déroulèrent au long de l’histoire853.

  • 854  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 278 et suivantes/LT p. 106 sq., à propos de l’expédition de Mawdūd, (...)

76Vivre sur le pays, cela signifiait bien souvent s’emparer de tout ce qui était disponible. Une intendance médiocre ou inexistante, des besoins très importants – il fallait bien se nourrir, ainsi que les chevaux de guerre et les bêtes de sommes… Les paysans étaient nécessairement spoliés854 :

« Les troupes se procurèrent ce qu’il leur fallait dans cette province, n’étant pas en mesure d’apporter avec elles du fourrage et des vivres ».

  • 855  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 3851-2, citant le Ta’rīḫarrān d’Abū l-Maḥāsin b. Salāma al-Ḥarrā (...)
  • 856  Id., Zubda, t. ii, p. 212.

77Si Zankī interdisait formellement à ses hommes de marauder855, il n’en était pas souvent ainsi. Dans un court passage consacré aux exactions de Balak et de ses hommes dans la principauté alépine, Ibn al-‘Adīm consigne les vaines tentatives des paysans de Ḥaddādīn d’empêcher le vol d’une chèvre856. Un guerrier y perdit la vie ; tous les villageois furent soit massacrés, soit réduits en esclavage.

  • 857  Exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq,  295-6.

78En général, une fois l’armée arrivée à destination, des unités de fourrageurs, diversement nommées dans les sources (Ibn al-Aṯīr parle même de ğālī l-mīra), s’égayaient dans les campagnes environnantes en quête du nécessaire. Quelquefois, elles en rencontraient d’autres, venues du camp ennemi, déclenchant des accrochages. En de rares occasions, les fourrageurs se trouvaient nez à nez avec l’ensemble des forces adverses, ce qui pouvait aboutir à un déclenchement intempestif de la bataille857.

  • 858  Un irdabb représentait environ 69,6 kg.
  • 859  La flotte venait relever la garnison et ravitailler deux fois par an. Les Ḫiṭaṭ sont cités par B. (...)

79Finalement, avant le règne de Nūr al-dīn, il n’était guère que l’appareil administratif égyptien à se distinguer : l’armée fatimide réussit pendant plus d’un demi-siècle à approvisionner régulièrement ses cités côtières de Palestine malgré les difficultés posées par le coût et le transport des denrées. En effet, rapidement, ces cités, qui il est vrai passèrent les unes après les autres à l’ennemi, ce qui diminuait d’autant l’effort à fournir, ne disposèrent plus d’un arrière pays où elles pouvaient se ravitailler. Même lâche, la présence franque demeurait un obstacle à la mise en culture des terres qui pouvaient l’être, et même si les relations commerciales ne s’interrompirent jamais complètement, par exemple avec Damas, et si des périodes de trêves permettaient de commercer avec les Francs, l’essentiel venait d’Égypte. En terme de céréales, cela représentait d’importantes quantités envoyées annuellement : 120 000 irdabb-s858 à Tyr et à Ascalon, selon Maqrīzī, dans les Ḫiṭaṭ. Total qui devait certainement varier en fonction des besoins et des disponibilités, puisque le même chroniqueur parle, ailleurs, de l’envoi à Tyr de 15 000 irdabb-s de blé (qamḥ) et de nombreuses provisions (en 516/1122-3), ou de la réception par Ascalon de 23 631 irdabb-s de céréales (ġirār), en 517/1123-4859.

1.2. Les armées franques

1.2.1. La première croisade

  • 860  Par exemple Histoire anonyme de la première croisade, index p. 236. Également dans l’Alexiade d’An (...)
  • 861  « On ne trouve à acheter ni pain ni vin ni viande ni chapons ni perdrix ; il n’y a plus rien à man (...)
  • 862  Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. i, Chant iii, 18, p. 170. Baudouin et ses hommes avaient en v (...)
  • 863  Ibid., Chant iv, 29-30, p. 243-47

80Les chroniqueurs latins sont unanimes : les immenses foules qui partirent en croisade durent faire face à d’insolubles problèmes de ravitaillement. Insolubles car si, contrairement à ce que ces auteurs laissent souvent entendre, les contingents croisés n’étaient pas dénués de toute forme d’intendance, il était impossible de pourvoir aux besoins quotidiens de plus d’une centaine de milliers de Croisés. En conséquence de cela, disettes et famines se multiplièrent. Les récits qui en font état abondent dans les sources latines860, à tel point que le lecteur, marqué par leur répétition presque ordonnée et des images poignantes, a l’impression qu’elles rythmèrent la marche des Croisés plus même que l’avancée vers l’absolu hiérosolymitain. Il faut dire que malgré toutes les souffrances qu’elles engendraient, les famines avaient l’avantage, pour les auteurs de la Chanson d’Antioche par exemple, de donner l’occasion à une solidarité d’un type nouveau de s’exprimer. Alors qu’il en était réduit à la dernière des extrémités, sur la route de Tarse, né pain né vin né char né capons ne pertris/Ne truevent qu’achater, li mengiers est faillis861, Baudouin envoya des mesaigiers à Tangré le Puillant (Tancrède de Pouille) pour lui faire l’aumône de vivres. Ce dernier, pourtant son concurrent avéré, lui fit répondre qu’il partagerait de bon cœur tout ce qui était en sa possession (Volontiers, bieaus amis ; De tant com en avons, le vous sera partis)862. Devant Antioche, alors qu’à nouveau la nourriture venait à manquer, que l’accablement gagnait l’armée, que Godefrois de Buillon, li hardis, s’évertuait à remobiliser les troupes, les barons, saisis de colère, se réunirent en conseil. Ils décidèrent de faire crier publiquement par toute l’armée (par tonte l’ost) que tout homme ayant conservé une réserve de nourriture devait la partager avec les autres. Naturellement, les Croisés (qui risquaient, il est vrai, la réquisition de tout ce qu’ils possédaient) s’exécutèrent863.

  • 864  Les Tafurs sont visés, donc la fange des Croisés. Voir ibid., t. ii, Chant v, 1-2, p. 3-9. Voir ég (...)
  • 865 Zubda, t. ii, p. 137.

81Les auteurs arabes étaient conscients de ces difficultés de ravitaillement. Sans évidemment les transformer en révélateurs de solidarités, ils y consacrent quelques lignes. Le cannibalisme des Firanğ les marqua, mais non pas suffisamment pour qu’ils développent une rhétorique poussée à ce propos. Ils le mentionnent plutôt rapidement, beaucoup plus par exemple que les auteurs de la Chanson d’Antioche, qui expriment leur horreur par la bouche des « païens », notamment celle de Garsion (Yāġī Siyān), et prennent soin de disculper les barons864. Ibn al-‘Adīm s’y attarde peu865, pas plus que le tardif Nuğūm al-zāhira d’Ibn Ṭaġrībirdī, qui cherche surtout à montrer dans quel état de faiblesse les Francs se trouvaient pour en arriver à une telle extrémité. Dans le camp franc, raconte-t-il, on mangeait les feuilles des arbres. Et

  • 866 Nuğūm al-zāhira, t. v, p. 147-8.

« ce qui est étrange, c’est que les Francs, quand ils sortirent à la rencontre des musulmans, étaient dans une telle faiblesse, du fait de la faim et de l’absence de nourriture, qu’ils mangeaient des morts866 ».

  • 867  Alexiade, t. iii, x, vi, 1, à propos des hommes de Pierre l’Ermite : « Les enfants à la mamelle, p (...)
  • 868  E. Peters, TheFirst crusade. The Chronicle of Fulcher of Chartres and other source materials, loc. (...)
  • 869  Histoire anonyme de la première croisade, p. 172-9. Également Guibert de Nogent, Gesta Dei per Fra (...)
  • 870  Par exemple R. C. Finucane, Soldiers of the faith.Crusaders and Moslems at war, loc. cit., p. 64.

82L’anthropophagie est confirmée par Anne Comnène867 et surtout par de nombreuses sources latines, de la lettre des chefs de la croisade à Pascal II868 aux Gesta anonymes869. Elle ne doit pas occulter d’autres épisodes dominés par la faim et les souffrances innommables qui l’accompagnaient. Boire des eaux croupies, le sang des bêtes crevées ou sa propre urine, manger herbes, rats, souris, insectes, charognes, peaux et semelles… tel fut, parfois, le quotidien des Croisés. Incontestablement, ainsi que le soulignait Ibn Ṭaġrībirdī, de tels régimes auraient dû être un handicap majeur pour les combattants, vu les efforts qu’ils devaient ponctuellement réaliser. Cela ne fut pas – ou peu – le cas, sans qu’on puisse vraiment savoir pourquoi. De même, il est impossible de vérifier si la mortalité, déjà naturellement élevée au Moyen Âge, avait pu atteindre les sommets dévastateurs qu’on a supposé870, les plus touchés étant naturellement les pauperes qui suivaient l’armée.

  • 871  Histoire anonyme de la première croisade, p. 167.
  • 872 Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 278. Voir W. Porges, « The clergy, the poor, and the non-combatants on (...)

83En sus de les protéger, les chevaliers se devaient de nourrir ces hordes dépenaillées. Régulièrement, l’évêque du Puy, Adémar de Monteil les exhortait à faire preuve de charité. Il leur répétait que seuls l’amour et la solidarité envers les pauperes leur permettraient d’être « sauvés »871. On alla même plus loin, puisque selon Raymond d’Aguilers, à ‘Arqa872 :

« Il fut prêché à ce moment que les gens devraient donner le dixième de tout ce qu’ils avaient pris, parce qu’il y avait de nombreux pauvres et de nombreux malades dans l’armée : et il fut ordonné qu’ils donneraient un quart à leurs prêtres, aux messes desquels ils assistaient, et un quart à leurs évêques. Ils devaient donner les deux parts restant à Pierre l’Ermite, qu’ils avaient chargé des pauvres laïques et ecclésiastiques ».

  • 873  Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. i, Chant iii, 17, p. 168 : Mais ne treuvent point d’erbe, et (...)

84Après la prise d’Antioche, Raymond, qui se voulait le chef de la croisade, s’occupa plus particulièrement de cette classe de croisés. Mais, de fait, tous les puissants furent poussés à prendre en charge leur ravitaillement. Les plus pauvres n’en allaient pas moins régulièrement fourrager, seuls ou sous la protection des combattants. Une part importante du ravitaillement de la première croisade fut assurée par cette activité indispensable. En territoire ennemi tout particulièrement, les chevauchées déprédatrices furent nombreuses, mais non pas forcément efficientes. Après avoir quitté Mamistra, Perron d’Estraenor, Renaud le membré et Bauduin de Boloigne échouèrent à trouver le fourrage et le blé qu’ils recherchaient873.

  • 874  Par exemple après le départ de Nicée (ibid., Chant iii, 2, p. 150) ou de Artāḥ (ibid., Chant iii, (...)
  • 875  Il en fut ainsi dans l’armée de Bohémond assiégeant Durazzo, selon Anne Comnène, Alexiade, t. iii, (...)
  • 876  Toutes les sources s’étendent sur le rôle décisif du ravitaillement byzantin. Voir par exemple Ann (...)
  • 877  J. France, Victory in the East, p. 190 sq.
  • 878  Histoire anonyme de la première croisade, p. 77. Cf. également Raymond d’Aguilers, Liber, p. 245.

85On avait d’autres moyens de réunir les vivres nécessaires aux soldats et aux non-combattants. Tout d’abord, on n’avait pas pris la route sans prévoir ; des provisions avaient été réunies. On faisait de même chaque fois qu’on quittait une ville de halte, où un ravitaillement important avait été mis à disposition874. Les denrées étaient transportées à dos de mulet, essentiellement, sous bonne garde assurément. Rapidement épuisées, elles devaient être remplacées par toutes celles que le pays fournissait. En territoire ami, on cherchait avant tout à obtenir du souverain l’autorisation de se rendre sur les marchés des places que l’on traversait, où des achats étaient faits, semble-t-il individuellement875. Au mieux, cet allié fournissait lui-même les approvisionnements. L’empereur byzantin mit son intendance au service des armées croisées à bien des reprises. Il est évident qu’elle leur fut indispensable876. Les Arméniens jouèrent également, un rôle important, qui participa peut-être de la « stratégiearménienne » qui présida à la traversée de l’Asie Mineure877. Les chroniqueurs de la croisade font état de l’aide apportée par des Arméniens à « Coxon », à Ma‘raš ou à Antioche, contre rétribution apparemment (ils ne le précisent pas toujours). Devant Antioche, Arméniens et Syriens se firent des intermédiaires précieux878 :

« Les Arméniens et les Syriens, voyant que les nôtres étaient revenus les mains à peu près vides, se concertèrent pour parcourir les montagnes et la contrée dont on a parlé, y rechercher habilement et y acheter du blé et des aliments et les rapporter au camp où régnait une grande famine. Ils vendaient la charge d’un âne huit hyperpres (purpuratus), qui valaient 120 sous en deniers. Alors moururent beaucoup des nôtres qui n’avaient pas les moyens d’acheter aussi cher ».

  • 879  Histoire anonyme de la première croisade, p. 99. Il n’est pas le seul chroniqueur latin à proférer (...)

86Par delà la dénonciation implicite des prix pratiqués par des chrétiens orientaux qu’ailleurs, le même chroniqueur accusera d’approvisionner les Turcs d’Antioche879, il faut noter l’achat individuel de denrées qu’un tel passage implique. La solidarité évoquée ailleurs n’était-elle qu’un vœu pieux ? Les imprécations ponctuelles d’Adhémar ou la décision du conseil des barons montrent qu’à l’ordinaire, tous ceux qu’un puissant ne nourrissait pas devaient se débrouiller seuls.

  • 880  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 274. Autres saisies : Histoire anonyme de la prem (...)
  • 881  Voir notamment Histoire anonyme de la première croisade, p. 180-1 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, O (...)
  • 882  Exemple : Histoire anonyme de la première croisade, p. 190-1, le roi de Tripoli « donna 15 000 bes (...)
  • 883  Raymond d’Aguilers, op. cit., p. 273.
  • 884  Cf. par exemple le ravitaillement effectué pendant le siège de ‘Arqa. Blé, vin, viande, fromage, o (...)

87Après Antioche, outre les razzias parfois très profitables qu’ils effectuèrent (comme sous Ḥiṣn al-Akrād880), les Croisés continuèrent à s’adresser aux différents potentats des contrées qu’ils traversaient. Plusieurs, tels les maîtres de Šayzar, de Tripoli, de Beyrouth ou de Césarée promirent de fournir nourriture pour les hommes et fourrage pour les bêtes881. Des livraisons furent effectuées ; à quel mode de distribution elles donnèrent lieu, nous l’ignorons882. Parfois, les Croisés purent aller faire leurs achats dans des villes musulmanes. Ainsi, suite à un butin très abondant qui les avait enrichi, « des chevaliers (milites) et de nombreux hommes forts parmi la plèbe » se rendirent à Šayzar et à Ḥimṣ d’où ils revinrent avec mille chevaux de prix883. Bon gré mal gré, donc, les Francs poursuivirent leur route, palliant tant bien que mal les déficiences de leur logistique. Ils pouvaient profiter, également, de ce que leur livraient régulièrement différentes flottes, notamment venues de Gênes et de Byzance. Elles jouèrent un rôle fondamental dans l’approvisionnement des armées en marche, jusqu’à Tripoli. Les Croisés ne s’y étaient pas trompés. Après Antioche, Raymond d’Aguilers rapporte qu’on décida d’abandonner la route intérieure. On préféra aller longer la côte car là, il était possible de se faire ravitailler par mer884.

1.2.2. Autres croisades

  • 885  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, L. vii, 24, p. 243-4 ; M.-C. Garrand, (...)

88Même avertis des souffrances qui les attendaient, au moins par les récits que les acteurs de la première croisade avaient fait de leurs pérégrinations, d’autres hommes empruntèrent la voie de terre pour se rendre à Jérusalem. Tous éprouvèrent également les pires difficultés à se ravitailler, et notamment en Anatolie ; tous dépendirent du bon vouloir byzantin. « L’arrière-croisade » de 1100-1101 fut une catastrophe sans précédent que très rapidement les chroniqueurs latins se firent un devoir d’expliquer par la félonie des Byzantins. Guibert de Nogent déclare ainsi qu’après s’être engagé à faciliter l’accès aux marchés sur son territoire, le basileus conseilla d’une part de s’aventurer dans « je ne sais quel désert situé en Paphlagonie », d’autre part de « ne pas prendre plus de provisions qu’il ne leur en faudrait pour quarante jours » : lui se chargerait de leur en procurer. Bientôt égarés, manquant de vivres puis affamés, moribonds et trop exténués pour résister aux attaques incessantes des Turcs, ils furent massacrés885.

  • 886  Sur ce qui suit, voir essentiellement Eudes de Deuil, De profectione Ludovici vii in Orientem, pas (...)
  • 887  On n’avait prévu des vivres que pour huit jours.

89Cet épisode montre clairement qu’on ne savait pas gérer des masses d’hommes très nombreux, et rappelle à quel point ces Croisés-là, pas plus que leurs prédécesseurs ou que leurs successeurs d’ailleurs, ne pouvaient se passer de l’intendance byzantine. Lors de la deuxième croisade886, Louis VII résista à ceux qui le poussaient à attaquer Constantinople notamment parce qu’il savait ne pas pouvoir poursuivre sans l’assistance des Grecs. Pas plus que celle de Conrad III, son intendance n’était en mesure d’assurer le ravitaillement de l’ensemble des hommes et des femmes qui le suivaient. Des Grecs dont on dépendait mais qu’on haïssait toujours autant que précédemment. Eudes de Deuil et Guillaume de Tyr se complaisent à les accuser de perfidie. Ils les rendent responsables de la disette qui toucha les Croisés allemands après Nicée887.

  • 888  Pour ce qui est de la réception du roi de Hongrie, voir Suger, Œuvres, t. ii, éd. F. Gasparri, Par (...)
  • 889  Voir Suger, op. cit., n° 27 p. 108-9, une autre lettre du roi à Suger, n° 27, datée de 1148 (après (...)

90D’une croisade à l’autre, les mêmes pratiques eurent cours en matière de ravitaillement : une préparation diplomatique destinée à obtenir de souverains alliés la fourniture de vivres et surtout l’accès libre aux marchés, où tout un chacun pouvait aller acheter ce que bon lui semblait ; l’autorisation de piller les campagnes en cas de marchés insuffisamment approvisionnés ; l’envoi d’unités de fourrageurs aux alentours du camp de l’armée en cas de nécessité. Peut-être doit-on néanmoins, par rapport à la première croisade, déceler une volonté plus marquée, de la part de Louis vii, de prendre les devants. Il avait promptement écrit à Roger de Sicile afin qu’il lui procurât le nécessaire en cours de route ; il obtint, sans guère de difficultés, le soutien du roi de Hongrie (au contraire de Conrad III) ; il s’accorda finalement sagement avec l’empereur byzantin, Manuel, qui lui promit guides, ravitaillement facilité (par l’accès aux marchés surtout) et droit de piller en cas de manques888. Pourtant, malgré la présence permanente de marchands et de changeurs dans le train de l’armée et les efforts des Byzantins, on en fut parfois réduit aux même expédients que cinquante ans plus tôt889. Manger des chevaux qui ne pouvaient plus avancer, manquer d’eau, voler et piller, souffrir et périr du fait de la faim. Mais les dernières extrémités (l’anthropophagie surtout) ne semblent pas avoir été atteintes, preuve d’amélioration certaine. Il faut dire que la voie de mer fut finalement empruntée, ce qui limita les famines. Ensuite, les Croisés purent s’appuyer sur les appareils des États latins, chose que n’avaient pu faire les participants à la première croisade.

1.2.3. États latins

  • 890  Voir le récit de ces événements R. L. Nicholson, « The growth of the Latin states, 1118-1144 », da (...)
  • 891  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 41, p. 683. Noter qu’un ms. parle de 26 000 homme (...)
  • 892  Id., loc. cit. Mêmes difficultés de ravitaillement dans Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., (...)
  • 893  Rappelons qu’à Durazzo Bohémond éprouva les pires difficultés à approvisionner ses hommes. Voir An (...)

91Ces appareils sont très mal connus, et il est donc très difficile d’en évaluer l’efficacité. On sait que dans certains cas, des armées franques se retirèrent notamment parce que les vivres et le fourrage commençaient à manquer. Dans d’autres c’est clairement une pénurie qui provoqua la fin des hostilités. C’est la raison pour laquelle, par exemple, à l’automne 1123, mais seulement après des semaines de déprédations dans la région d’Alep, Josselin ordonna la retraite890. Mais cet exemple est plutôt isolé. Il est par exemple intéressant de remarquer qu’Albert d’Aix, dont la chronique est riche d’enseignements pour les premières années de l’installation des Francs en Syrie, les plus difficiles, fait peu état de difficultés de cet ordre. Dans un cas précis, il parle d’une famine : la coalition réunie autour de Šayzar par Baudouin Ier en 1111 pour faire face aux troupes de Mawdūd avait alors atteint, selon lui, 16 000 combattants891. Les vivres transportés par chacun des contingents s’avérant insuffisants, il avait fallu compter sur les villes et places-fortes amies. Or les musulmans, très nombreux, menaçaient ces dernières avec une telle vigueur, faisaient régner une telle terreur que rapidement toute possibilité d’approvisionnement fut interrompue. Pain (aliment de base) et fourrage manquèrent. Une famine s’ensuivit, qui provoqua la mort de mille hommes892. Sans doute était-il trop difficile de nourrir une telle profusion d’hommes893, d’autant plus que les musulmans manœuvraient intelligemment, selon Albert.

  • 894  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, L. i, 33, p. 365, repris par Guillaume de Tyr (v (...)
  • 895  Guillaume de Tyr, op. cit., L. ix, 14, p. 386-7 ; Foucher de Chartres, op. cit., p. 365-6.
  • 896  Id., ibid., L. xvi, 8-13, p. 715-728 pour l’ensemble de l’expédition.

92En fait, les toutes premières années de l’installation en Syrie surtout furent difficiles, comme en témoigne par exemple la disette que les troupes du prince d’Antioche et du comte d’Édesse en route vers Jérusalem eurent à souffrir, à la fin de 1099. Selon Foucher de Chartres, 25 000 hommes accompagnaient Bohémond, son frère Baudouin et Daimbert de Pise, tout juste débarqué à Laodicée894. Rapidement, les provisions de voyage s’épuisèrent, et comme seuls les habitants de Tripoli et de Césarée avaient accepté de leur vendre des denrées, le maraudage s’avérant impossible en ce mois de décembre, la disette fut terrible. Terrible mais brève : on arrivait à Jérusalem. Tout à son désir de l’expliquer, Guillaume de Tyr livre une information intéressante. En effet, selon lui, tout s’expliquait par le fait que les Francs ne possédaient pas suffisamment de bêtes de sommes ou autres animaux qu’ils auraient pu employer au transport des provisions895. Quelle différence avec le train de bagages pléthorique qu’accorde le même chroniqueur à l’armée du roi Baudouin III en 1147, lors de son expédition malheureuse dans le Ḥawrān. Son récit en partie épique mentionne bien un défaut d’eau et, sur l’extrême fin du voyage, un certain manque de vivres. Mais il fait également état d’une longue colonne de bagage, qui ralentissait la marche des soldats, et de bêtes de somme (dont des chameaux) en nombre suffisant pour transporter les malades et les blessés896.

  • 897  Id., ibid., L. ix, 19, p. 394 et L. ix, 20, p. 395 pour les présents apportés au roi.

93Tout aussi symptomatique des difficultés ponctuelles des Francs à approvisionner leurs troupes, au tout début du xiie siècle, est la levée du siège d’Arsūf par Godefroy de Bouillon. Le récit qu’en fait Guillaume de Tyr oppose clairement des assiégés abondamment munis en vivres, armes et toutes choses nécessaires à la résistance, et une armée franque au contraire dénuée de ressources et ne disposant pas, de plus, de navires. Dès lors, on accueillit avec bienveillance les reguli suburbani dont parle le chroniqueur latin, sans doute des petits émirs des campagnes environnantes, qui vinrent les bras chargés de provisions – pain, vin, figues et raisins secs897.

  • 898  Albert d’Aix, op. cit., L. x, 5-6, p. 633-4.
  • 899  Albert d’Aix, op. cit., L. xii, 21, p. 702-3 (expédition de 1116) et 25-7, p. 705-7 (1118) ; Guill (...)
  • 900  Albert d’Aix, ibid., p. 707.

94En général, les armées franques ne furent point réduites aux dernières extrémités. Sans doute échaudés par ce à quoi ils avaient assisté lors de la première croisade, les chefs de guerre prenaient soin, dans la mesure du possible, de bien préparer les campagnes qu’ils avaient décidé de mener. Pour Albert d’Aix,  les razzias d’Hugues de Saint-Omer dans le Sawād, dans le dernier tiers de l’année 1105, avaient notamment pour objectif de procurer un ravitaillement conséquent au roi de Jérusalem qui alors assiégeait Saïda898. Des vivres, en général du pain (ou du grain), du vin, de l’huile et de la viande séchée pour les hommes, de l’orge et du fourrage pour les bêtes, transportés à dos de bêtes de sommes (mules, mulets et même chameaux, lorsqu’il s’agissait de guerroyer à l’extrême sud ou en Égypte), suivaient les combattants en convoi. Il en était ainsi lors des expéditions de Baudouin Ier sur la mer Rouge, en 1116, ou en territoire égyptien, deux ans plus tard. Dans les deux cas, Albert d’Aix et, dans une moindre mesure, Guillaume de Tyr, laissent entendre que la marche des armées avait été soigneusement organisée, de sorte qu’on ne souffrît point d’un quelconque manque de nourriture. Ayla en 1116, al-Faramā en 1118, furent atteintes sans complications. À al-Faramā, on fit même un butin fort abondant, les habitants de la place, effrayés par cette arrivée impromptue, l’ayant abandonnée899. Baudouin Ier tomba malade et décéda. Parmi les serviteurs qui l’avaient accompagné, se trouvait un cuisinier « qui appartenait à sa maison (domus) ». Il le fit mander et lui demanda de saler sa dépouille pour qu’elle pût résister jusqu’à Jérusalem, où il souhaitait être enterré. Ce fut fait900.

  • 901  Assiégés dans Ba‘rīn par Zankī, par exemple, les Francs mangèrent leurs chevaux, selon Ibn al-Qalā (...)
  • 902  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xiii, 26, p. 596-7 ; Croisades et pèlerinages, p. 577. Pour le trad (...)

95Il semble bien qu’après les carences de la première croisade et quelques moments difficiles, à l’occasion, pendant tel ou tel siège901, telle ou telle campagne, au début de leur présence en Syrie essentiellement, les armées franques bénéficièrent d’un ravitaillement suffisant. Comme leurs ennemis musulmans, les Francs s’appuyaient inévitablement, en partie, sur les terres où ils guerroyaient. Des unités spécialisées étaient chargées de fourrager ici et là lorsqu’on se trouvait en territoire ennemi. Là encore, peu a transparu de leur organisation. La plupart du temps, leur activité seule est mentionnée. Un passage de la chronique de Guillaume de Tyr, consacré au siège de Damas par les Francs, en 1129, s’étend un peu plus. Il apparaît que les fourrageurs, qui appartenaient à une« classe » inférieure de l’armée, se mettaient à l’œuvre dès le camp dressé, sous la protection de cavaliers902 :

 « L’armée atteignit les confins de Damas sous la protection de Dieu avec succès. Mais lorsqu’elle fut parvenue au lieu dit Marğ al-Ṣuffar (Mergesephar), les hommes de la troupe « inférieure » se séparèrent de l’armée (separaverunt se ab exercitu inferioris manus homines). Leur office dans les camps est d’habitude de se disperser de long en large dans la zone suburbaine pour y chercher les approvisionnements nécessaires à la nourriture tant des hommes que des bêtes de somme. On les avait mis sous la garde du seigneur Guillaume de Bures avec mille cavaliers (equites). Ils commencèrent selon la coutume à se séparer les uns des autres et à se répandre imprudemment dans toute la région, chacun cherchant à marcher sans compagnon afin de pouvoir s’emparer de ce qu’il découvrirait pour son propre compte sans partage. Tandis qu’ils étaient ainsi occupés, détruisant et dévastant les alentours  pour emporter les dépouilles, ils commencèrent avec beaucoup d’imprudence à transgresser la discipline militaire. En apprenant cela, le prince de Damas Doldequinus espéra, comme cela arriva, qu’il pourrait défaire ces imprudents, ignorants des lieux, s’il surgissait subitement sur eux avec les siens. Il prit les plus rapides et les plus habitués à la chose militaire parmi les siens et vint tout d’un coup attaquer les nôtres qui fourrageaient. Il les mit promptement en fuite, surpris sans défense tandis qu’ils étaient occupés à de tout autres soins, et les dispersa à travers champs, les massacra, ne cessa de les poursuivre jusqu’à ce que, tant le vulgaire que l’élite chargée de les garder n’eussent pris la fuite ; beaucoup périrent ».

2. Les chevaux

2.1. Les Croisades

  • 903  Selon Végèce (voir B. S. Bachrach, « Caballus et caballarius in medieval warfare », dans H. Chicke (...)
  • 904  Éd. Hagenmeyer, Epistulae et chartae, lettre n° 2, p. 157. Par delà la perte de chevaux, incontest (...)

96Les sources latines de la première croisade accordent presque plus d’importance aux montures de l’élite des combattants qu’aux piétons. C’est que comme les hommes, elles connurent les affres d’un voyage long et finalement très périlleux. Celles, du moins, qui réussirent à demeurer en vie suffisamment longtemps pour arriver en Syrie : la mortalité fut sans doute très élevée parmi les bêtes, et notamment parmi les chevaux de combat. Ils souffrirent, comme les hommes, de la fatigue, du manque d’eau et de nourriture, du climat ou d’épidémies ; parfois, leurs maîtres les mangeaient. L’une des principales conséquences de cet état de fait fut que nombre de chevaliers dérogèrent. Il leur fallut  combattre à pied. Les chroniques abondent de mentions de pénurie de chevaux, particulièrement pendant la traversée de l’Asie mineure ou lors du siège d’Antioche. En janvier 1098, par exemple, le manque d’orge et de fourrage903 ainsi que l’impossibilité de compenser ceux-ci par une pâture de qualité, en plein hiver, provoquèrent une terrible famine qui décima la population équine. Pendant qu’Anselme de Ribemont déplorait, dans la lettre qu’il adressa à Manassé904,

« qu’il ne se trouvât pas dans toute notre armée sept cents cavaliers, sans que les hommes courageux et hardis manquent, mais parce que les chevaux avaient presque tous succombés à la privation des subsistances et à l’excès du froid »,

  • 905  Histoire anonyme de la première croisade, p. 78-9.

l’auteur anonyme des Gesta affirmait que905

« dans tout l’ost, on n’eût pu trouver mille milites qui avaient des chevaux en bon état ».

  • 906  Anselme de Ribemont, loc. cit. ; lettre des chefs de la croisade à Urbain ii, éd. Hagenmeyer, op.  (...)
  • 907   Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 273 pour les mille chevaux.

97Un peu plus tard, désormais assiégés par Karbūqā dans Antioche où ils avaient réussi à prendre pied, les Croisés en furent réduits à manger leurs chevaux et leurs ânes906. Puis la situation s’améliora incontestablement, notamment grâce aux ressources locales. Des chevaux furent livrés par les cités qui acceptèrent de livrer tribut ; d’autres encore furent achetés sur les marchés de Šayzar et de Ḥimṣ, villes qui avaient préféré collaborer plutôt que de subir le sort terrible de Ma‘arrat al-Nu‘mān. On en ramena mille destriers de première qualité907.

  • 908  Sans compter les « vols » individuels, comme celui du destrier Fabur l’Arabis, Chanson d’Antioche, (...)
  • 909  Histoire anonyme de la première croisade, p. 194-5.
  • 910  Id., ibid., p. 198-9 ; Raymond d’Aguilers, op. cit., p. 294-5. Voir encore Albert d’Aix, apud J. F (...)

98Pendant les combats, s’emparer des montures des adversaires semble même être devenu sinon une obsession, du moins un objectif constant. Les témoignages des participants à la croisade laissent entendre que le moindre affrontement victorieux représentait une occasion de plus de compenser au moins partiellement la pénurie908. Ce jusque sous les murs de Jérusalem, début juin 1099, lorsque Raymond Pilet, Raymond de Turenne (Raimundus de Taurina) « et quelques autres », détachés de l’armée, fondirent sur les deux cents bébouins (Arabes) qu’ils rencontrèrent. Le chroniqueur prend soin de relever qu’ils « saisirent trente chevaux »909. Quelques jours plus tard, c’est cent trois chevaux qui furent enlevés à des combattants égyptiens cette fois910.

  • 911  Eudes de Deuil, op. cit., L. vii, est malheureusement pratiquement la seule source latine sur ces (...)

99Naturellement, les rapprochements que nous avons souvent effectués entre les première et deuxième croisades valent également sur ce plan, du moins pendant la portion d’Asie Mineure que les hommes de Louis vii et de Conrad III traversèrent. Chevaux mal nourris, épuisés, ne pouvant dès lors supporter le poids des hommes en armes ni galoper, mourant d’inanition quand ils ne succombaient pas aux blessures infligées par les flèches des Turcs : mêmes maux qu’un demi-siècle plus tôt, racontés par un seul chroniqueur cette fois, Eudes de Deuil. À nouveau, les chevaliers ne pouvaient tenir leur rang ; bien souvent il leur fallut combattre à pied. Mais les choses évoluèrent différemment. Alors que les troupes de Conrad subissaient des échecs retentissants, Louis vii poursuivit un temps sa route. À Adalia, il se rendit compte qu’on ne pouvait continuer ainsi. Les montures qui subsistaient étaient très faibles ; il était impossible de s’en procurer d’autres en meilleur état en nombre suffisant. Il accepta les offres du représentant byzantin. On termina le voyage par voie de mer911.

2.2. L’Orient latin ; la remonte

  • 912 Alexiade, t. iii, xiv, ii, 14.

100Malgré leur préférence pour des chevaux occidentaux plus lourds et plus puissants que les chevaux orientaux (et consommant plus de nourriture), les Francs ne purent faire autrement que se contenter, en partie, des seconds. Ils continuèrent à les enlever à des ennemis défaits, ou à les exiger soit pour partie d’un tribut, soit d’une rançon. Peut-être leur fut-il même permis de les acheter en territoire musulman. Les Byzantins paraissent avoir pu le faire, en tout cas, si on suit un passage de l’Alexiade d’Anne Comnène. Envoyé en Syrie par le basileus pour dresser Baudouin de Jérusalem contre Tancrède, en 1111-1112, Manuel Boutoumitès et ses hommes ne rentrèrent pas sans avoir acheté912

« des chevaux de race à Damas, à Édesse et même en Arabie ».

  • 913 Kitāb al-I‘tibār, p. 97. Usāma conclut « Nous fumes étonnés de son ignorance et de sa faible intell (...)
  • 914  Supra sur le butin ; Coran, viii, 62/60 ; F. Viré, « Khayl », EI2a, t. iv, p. 1143-6.

101Vendre son cheval à l’ennemi franc n’était pas impossible lors d’un rapprochement. Ainsi, le frère d’Usāma b. Munqiḏ, ‘Izz al-dawla Abū l-Ḥasan ‘Alī, en céda-t-il un à un chevalier de Kafarṭāb (fāris min al-Ifranğ Kafarṭāb). Un an après, le cheval mourut. Le cavalier franc réclama donc son prix. Il reprochait aux Munqiḏites de lui avoir fait boire une substance qui provoquait la mort un an après absorption913. On était alors loin de l’interdiction absolue défendue par les juristes de vendre des chevaux à l’extérieur du Dār al-Islām. En effet, le cheval était considéré comme un combattant, qui avait donc droit, en tant que tel, à une part de butin914.

  • 915  Voir, pour tout ce qui concerne le sujet, J. H. Pryor, « Transportation of horses by sea during th (...)
  • 916  A. Hyland, loc. cit.
  • 917  Foucher de Chartres, Historia, éd. Hagenmeyer, p. 669. L’expédition vénitienne comprenait selon lu (...)
  • 918  J. H. Pryor, op. cit., p. 115.
  • 919  Retraits, n° 84.

102Des chevaux n’en venaient pas moins d’Occident par voie de mer, l’expérience byzantine en matière de transport maritime d’animaux ayant sans doute été formative pour les flottes italiennes qui assuraient le transport. En effet, dès 1038, des navires byzantins transféraient les montures de leurs mercenaires normands vers la Sicile à travers le détroit de Messine915. À l’époque de la première croisade, la traversée de l’Adriatique était chose relativement aisée, mais non les voyages plus longs. De toute façon, tout voyage demeurait dangereux. Ainsi, en 1097, un bateau qui charriait des chevaux et des mulets pour le compte d’Étienne de Blois et de Robert de Normandie s’échoua916. Des progrès rapides furent néanmoins réalisés, ainsi que l’atteste Foucher de Chartres : si, selon lui, en 1101, les Croisés arrivés à Jérusalem par voie de mer avaient dû se passer de leurs chevaux, dès 1123 ce n’était plus le cas. Des navires les avaient transportés sans encombre, même s’il avait fallu fréquemment descendre à terre afin de les ménager917. Il faut sans doute, dès lors, considérer que l’importation de chevaux d’Occident en Terre sainte fut régulière, même si l’on ne dispose pas de suffisamment d’éléments pour l’affirmer. En 1129, Hugues de Payen n’était pas revenu sans combattants ni chevaux918. Et, surtout, la Règle du Temple fait clairement état d’un tel commerce. Les retraits détaillent la réception des bêtes arrivées d’Occident. Lorsqu’elles débarquaient, elles devaient être placées dans la caravane du Maréchal, qui devait attendre, avant de les donner et même de les toucher, que le Maître les ait vues. Il pouvait alors se servir ou, à son bon vouloir, en réserver un ou deux afin de les offrir à des hommes importants, voire même à un frère chevalier919.

2.3. Les chevaux dans la règle du Temple et ses retraits

  • 920  Voir par exemple retraits, n° 77.
  • 921  A. Hyland, op. cit., n° 60 p. 186, remarque que le sens du mot « roncin » évolua, de cheval de bât (...)
  • 922  Retraits, n° 175.
  • 923  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 457-8.
  • 924  Retraits, n° 103.

103Nulle autre source médiévale n’apporte autant d’informations sur les chevaux que la règle du Temple et ses retraits. Ils y sont omniprésents, preuve supplémentaire de leur importance. Tous n’avaient pas la même valeur. La règle distingue les destriers, chevaux de guerre par excellence ; les « Turcomans », moins robustes certes, mais également plus agiles et plus flamboyants, recherchés et réservés au Maître et à quelques-uns des hauts dignitaires920 ; les palefrois, un peu moins cotés ; les roncins, enfin, en général utilisés par les combattants de moindre rang921. L’ensemble, auquel s’ajoutaient les mulets et les chevaux de traits, formaient la « caravane », qui fonctionnait de manière autonome sous la responsabilité du maréchal et du sous-maréchal. C’est parfois sous l’appellation plus spécifique de « caravane des chevaux » qu’elle apparaît dans la règle. Des écuyers y étaient employés, sur lesquels le sous-maréchal veillait.  Si un écuyer était sans seigneur, pour une raison ou une autre, le sous-maréchal pouvait le réquisitionner et l’intégrer à la caravane. Au contraire, il se devait de confier l’un des écuyers de la caravane à un frère chevalier qui en manquait, à partir du moment où l’un de ses supérieurs le lui avait demandé. De fait, il lui appartenait de gérer les écuyers de la caravane en fonction des besoins, notamment de ceux du Gonfanonier922. En revanche, c’est au maréchal qu’il revenait d’approvisionner la caravane. Importations en Occident ou en territoire arménien923, prises de guerre, livraison pour partie de rançon, achats diverslui incombaient. Lui seul pouvait acheter des chevaux, des mulets ou des mules en quelque terre que ce soit, non sans en informer le Maître si celui-ci était présent. Ce dernier lui fournissait, d’ailleurs, les sommes d’argent nécessaires à ces achats924.

  • 925  Retraits, n° 115.
  • 926  Ibid., n° 123.
  • 927 Ibid., n° 127.
  • 928 Règle (Upton-Ward), n° 66.

104C’est évidemment au maréchal que s’adressait le commandeur de la Terre de Jérusalem lorsqu’il avait besoin de chevaux pour les étables et les parcs de dressage. Il semble bien que c’est sous l’autorité de ce dernier que se déroulait le dressage des chevaux. Il pouvait d’ailleurs lui-même en acheter, ainsi que des polains (« poulains »)925. Ce commandeur avait des pouvoirs très étendus. Ne pouvait-il pas donner des chevaux (de même que des mulets et des mules) aux membres de l’ordre, où qu’il se trouvât926 ? Quant aux commandeurs de la Terre de Tripoli et d’Antioche, ils fournissaient eux-mêmes chevaux, mules, mulets et autres équipements aux baillies qui relevaient de leur autorité927. Théoriquement, l’ordre ne procurait pas de cheval à tous les frères chevaliers. Aux « chevaliers séculiers qui servaient ad terminum », on conseillait d’acheter une monture, à charge pour l’ordre de la remplacer en cas de décès. Lorsque son service se terminait, il recevait la moitié de son prix928 :

« Nous ordonnons à tous les chevaliers séculiers qui désirent, le cœur pur, servir Jésus-Christ et la maison du Temple de Salomon pour une duréedétermninée d’acheter avec loyauté un cheval convenable, des armes et tout ce qui leur sera nécessaire pour leurs besoins. En outre, nous ordonnons aux deux parties de fixer un prix pour le cheval et de noter le prix par écrit de manière à ce qu’il ne soit pas oublié. Que tout ce dont le chevalier, son écuyer et son cheval ont besoin, comme les fers à cheval, leur soient donnés par fraternelle charité, selon l’aisance de la maison. Si d’aventure, pendant le terme, le cheval venait à mourir au service de la maison, et que la maison puisse le faire, le Maître le remplacerait. Si, à la fin de son terme, le chevalier souhaite rentrer dans son pays, il laissera à la maison par charité la moitié du prix du cheval ; et l’autre moitié, il la recevra, s’il le veut, comme aumône de la maison ».

2.4. Le restor

  • 929  C’est ce que pense J. Richard, « La confrérie de la croisade : à propos d’un épisode de la premièr (...)
  • 930  Cf. J. La Monte, Feudal monarchy in the Latin Kingdom of Jerusalem 1100 to 1291, p. 120 ; J. Richa (...)

105Ces achats impliquaient nécessairement que le chevalier fût sinon riche, du moins suffisamment aisé pour s’équiper. Il en était de même pour tout chevalier, qu’il servît ou non dans un ordre militaire. Dès la première croisade, le rachat des montures mortes avait posé problème. Les dépenses inhérentes au voyage avaient vite épuisé les réserves en numéraire que les Croisés n’avaient pas manqué de constituer avant de partir. Or il avait bien fallu racheter des montures lorsque celles avec lesquelles on avait entrepris le voyage avaient succombé. Les barons avaient évidemment mis la main à la bourse. Raymond d’Aguilers rapporte qu’à la suite d’un conseil qui réunit, pendant le siège d’Antioche, les chefs de la croisade et Adhémar du Puy, Raymond de Saint-Gilles créa une sorte de fonds commun destiné au remplacement des chevaux morts au combat. Qu’on nomme ou non ce type d’institution « confrérie », et surtout qu’elle fût ou non temporaire929, l’idée d’une parenté avec le restor dont parlent Usāma b. Munqiḏ et les Assises de Jérusalem vient immédiatement à l’esprit. Selon ces dernières, le roi, par l’intermédiaire du maréchal, se devait de remplacer les chevaux de tous ses vassaux tombés malades, blessés ou tués, sauf en cas de faute du vassal. C’est pour cela que les combattants devaient se présenter à l’armée tout équipés. Le maréchal examinait les montures, en déterminait le prix et les faisait inscrire à la « secrète » (le trésor royal). Dès lors, elles étaient soumises au restor ; en cas de malheur elles étaient remplacées par une autre monture, à moins d’un remboursement de son prix930.

  • 931  Notamment Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, LI p. 644.
  • 932 Kitāb al-I‘tibār, p. 67. Le début de ce texte est cité plus haut.

106Mais ces informations valent surtout pour une période tardive. Rien de très clair n’a transparu pour les premiers temps de l’installation latine en Syrie. Nous ignorons à quelle époque remonte l’instauration d’un tel système. Sans doute faut-il voir en la « confrérie » évoquée par Raymond d’Aguilers et d’autres actions de « solidarité » imposées par les nécessités les ancêtres du restor. Raoul de Caen évoque à plusieurs reprises le soin que Tancrède prenait de ses chevaliers, qu’il soutenait moralement et équipait matériellement931. Surtout, Usāma b. Munqiḏ, qu’on ne peut soupçonner pour sa part de complaisance envers le prince normand, est formel. En 1110, à l’occasion d’un violent accrochage entre ses hommes et les piétons de Šayzar dont il a déjà été question, Tancrède proclamait932 :

« Ce jour-là, de nombreux piétons (rāğil) étaient sortis de Šayzar. Les Francs les chargèrent, mais sans ébranler leurs lignes. Tancrède s’énerva alors et dit : “Vous êtes de mes chevaliers (fursān) ! Chacun d’entre vous touche l’équivalent de la solde de cent musulmans (wa kull wāḥid minkum lahu dīwān miṯl dīwān mi’a muslim) ! Ceux-ci sont des sergents (c'est-à-dire des fantassins), et vous êtes incapables de les déloger !” Ils répondirent : – “C’est que nous avons peur pour nos chevaux. Sinon, nous les aurions atteints et leur aurions porté des coups de lance”. [Tancrède] reprit : – “Les chevaux (ḫayl) sont à moi ; celui dont le cheval (ḥiṣān) aura été tué, je le lui remplacerai”. Ils exécutèrent alors plusieurs charges sur les Šayzarites (al-nās), mais si soixante-dix chevaux (ḥiṣān) leur furent tués, ils ne purent les déloger de leurs positions ».

2.5. Les musulmans

  • 933  Voir, les contributions récentes et très utiles de Sh. Al-Sarraf et A. Vernay-Nouri dans Chevaux e (...)
  • 934  Texte arabe publié sous le titre La parure des cavaliers et l’insigne des preux de Ben Hodeïl el-A (...)
  • 935  L’ouvrage est, la plupart du temps, simplement appelé Kitāb al-Nāṣirī. Il a été traduit par A. Per (...)

107À l’époque qui nous intéresse, le cheval occupait depuis longtemps déjà une place particulière dans la culture arabo-musulmane933. Il avait inspiré une abondante littérature théorique, dont des traités de lexicologie (Kutub al-ḫayl, « Livres des chevaux ») qui se consacrent presque exclusivement à la terminologie hippique et aux généalogies de chevaux célèbres. En revanche, les traités de furūsiyya s’intéressent à l’élevage, au dressage, à l’entraînement et aux soins à apporter aux chevaux. La plupart de ceux qui nous sont parvenus sont tardifs, mais ils reproduisent partiellement des ouvrages d’époque abbasside, eux-mêmes, bien souvent, héritiers de traditions grecques et persanes. Il en est ainsi du remarquable Kitāb ḥilyat al-fursān wa ši‘ār al-šuğ‘ān de l’Andalou Ibn Huḏayl, qui vivait dans la seconde moitié du viiie/xive siècle934, ou du Kāšif hamm al-wayl fī ma‘rifat amrāḍ al-ḫayl, rédigé vers 740/1339-40 par Ibn al-Munḏir, chirurgien vétérinaire en chef du sultan mamelouk Naṣīr al-dīn Muḥammad b. Qalāwūn935.

  • 936  Sur ce point, voir, pour l’époque mamelouke, D. Ayalon, « The system of payment in Mamluk military (...)

108Ces traités apportent une masse d’information qu’il est, la plupart du temps, impossible de vérifier. En effet, les chroniqueurs occultent la question de l’élevage et du dressage des animaux. De sorte qu’il est même difficile, à l’époque qui nous concerne, de retrouver l’origine des chevaux936. On ne sait même pas à quel point le cheval arabe et le cheval « turcoman » (dit également originaire du Turkestan) cohabitaient dans les armées. Le premier paraît avoir conservé tout son prestige. Plus petit et moins robuste que le second, il était sans doute négligé par les cavaliers lourds, cuirassés, qui composaient l’élite de l’armée. Le Kitāb al-I‘tibār lui-même, qui assurément constitue une mine de renseignement sur les chevaux, s’occupe presque exclusivement des pièces rares, chevaux d’exception qui marquaient la mémoire. De même, des haras qui avaient été installés à la périphérie des grandes villes syriennes et mésopotamiennes, à l’époque abbasside, les chroniques ne disent rien.

  • 937  D. Nicolle, Medieval warfare sourcebook, t. ii, Christian Europe and its neighbours , p. 271.
  • 938  Ibn Munḏir, Le Nâcéri, op. cit., p. 164, 378, 388 sq., repris (plus complètement) par A. Hyland, T (...)

109Quelques références glanées ici ou là permettent seulement d’appréhender la multiplicité des races qui avaient cours. Les croisements étaient nombreux, le sang arabe étant considéré comme indispensable. À la fin du Moyen-Âge, on pensait que le cheval de guerre idéal était moitié arabe, moitié turcoman937. Ibn al-Munḏir, tout particulièrement utile, mêle les origines géographiques et les races. Il met en valeur, outre les chevaux arabes (faras, venus du Ḥiğāz ou du Yémen), les chevaux djéziréens, maghrébins (ou berbères, dits également barbes), de Barqa (Cyrénaïque), égyptiens et ḫurāsāniens (turcomans). Il souligne évidemment la beauté des faras, coursiers à nuls autres pareils, loue la solidité des chevaux djéziréens, caractérisés par une bonne croupe ainsi que par des épaules et des antérieurs puissants. Nombre d’entre eux étaient largement mêlés de sang arabe. Il déplore la lourdeur des chevaux d’al-Barqa, ou la disgrâce de la poitrine des chevaux égyptiens. Il rappelle la fierté des chevaux berbères, néanmoins handicapés par des naseaux trop étroits. Les meilleurs d’entre eux étaient mêlés de sang arabe, mais ceux qui ne l’étaient pas, robustes, endurants et peu coûteux, procuraient bien du plaisir à leur maître, notamment en montagne. Ils ne valaient pas, néanmoins, l’excellent cheval de guerre qu’était le šihrī du Ḫurāsān, fort, si dur au mal qu’il ignorait les blessures, naturellement porté au combat. Bien dressé, il pouvait même user de ses sabots et de ses dents, à la demande de son cavalier938.

  • 939  Le français sans doute adopta ce dernier mot en créant celui de « bardot », croisement entre une â (...)

110Plus généralement, la tradition arabe voulait qu’on différenciât les chevaux en fonction de la pureté de leur sang. Quatre degrés étaient retenus : al-‘arabī ou al-‘atīq, pur sang de noble ascendance ; le « sang mêlé », al-hağīn ou al-šihrī, le père étant plus pur que la mère, situation qui s’inverse avec « l’approchant », al-muqrif ; le cheval de trait ou de bât enfin, al-birḏawn, de parents communs939.

  • 940  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 265-6/LT p. 90-1, année 503/1109-10.
  • 941  Al-ḫuyūl al-‘arabiyya al-sabbāq. En fait, sabbāq ou subbāq désigne « celui qui devance les autres (...)
  • 942  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 185, an 513. Voir encore Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 146 (...)
  • 943 Historia, RHC, Occ., t. i, p. 550.
  • 944  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 105, an 500, à propos de l’armée de Qiliğ Arslān battu par Ğāwalī.
  • 945  Id., ibid., p. 72-4, an 497 : Ğakarmiš prend des places franques par ruse, après la victoire de Ḥa (...)

111À l’époque qui nous concerne, le pur-sang arabe gardait tout son prestige ; il était d’autant plus apprécié que sa lignée était noble. Il constituait alors un présent de choix, que parfois les chroniqueurs se plaisent à consigner. Ainsi d’Ibn al-Qalanisī contant le voyage que Ṭuġtakīn entreprit à Bagdad, en 503/1109, afin de « rendre hommage à la noble famille du Prophète et à son représentant, et à la maison du sultan Ġiyāṯ [al-dunyā wa l-dīn Muḥammad] »940. En sus de nombreux autres présents, il emporta « tout ce qu’il put de chevaux arabes purs-sangs »941, en pure perte d’ailleurs, puisqu’il rebroussa chemin. De même, selon Ibn al-Aṯīr, Sanğar n’accepta que cinq purs-sangs arabes, afrās ‘arabiyya, de son neveu Maḥmūd, qu’il venait de battre et avec lequel il avait accepté de faire la paix942. Quant à Albert d’Aix, sans que ce fût un cadeau, il met en valeur le cheval arabe à la tête duquel Baudouin Ier chargea lors de sa victoire à Ramla (1101). Un pur-sang, sans doute, nommé Gazela en arabe (« Gazelle »), du fait de sa rapidité943. Mais, en ce qui concerne la masse des chevaux, ces chroniqueurs se contentent (quand ils prennent la peine d’user d’un adjectif épithète) d’expressions vagues, du type al-ḫayl al-ğayyida (« un excellent cheval »)944. Il n’y est ainsi pas question de la race des chevaux. Rien donc sur les chevaux turcomans qu’on utilisait, non plus que sur les montures franques, si ce n’est, parfois, une volonté de les différencier des montures musulmanes945.

  • 946  Ainsi que d’autres souks, spécialisés en matériel équin. À Alep, le souk des selliers se trouvait (...)
  • 947  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 869-70, d’après Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat  Dimašq.
  • 948 ia, t. i, p. 163.
  • 949  En 1154. Kitāb al-Itibār, p. 25. S’y trouvaient aussi vingt-cinq chameaux. ‘Abbās possédait quant (...)
  • 950  Une incertitude demeure quant aux ağnād. H. A. R. Gibb (The Damascus chronicle of the Crusades, Lo (...)

112Peut-être les bédouins (Arabes et Turcomans) tenaient-ils une place importante dans le commerce des chevaux. Des marchés aux chevaux et aux bestiaux existaient946, tels le sūq al-ḫayl wa l-ğamal (« marché aux chevaux et aux chameaux »), à Damas, de bon rapport pour le souverain qui les taxait, ou le sūq al-dawwāb, « marché des bêtes de somme » qui se trouvait près du maydān al-ḥaṣā’ (« l’hippodrome aux cailloux »)947. Les émirs s’y procuraient peut-être un certain nombre des bêtes qu’ils possédaient, qu’on imagine nombreuses au vu du témoignage déjà mentionné de Maqrīzī, selon lequel un ṭawāšī possédait un train de bagages pouvant aller jusqu’à dix animaux, chevaux, bardots, chameaux et bêtes de sommes948. Rappelons également que l’écurie (iṣṭabl) d’Usāma b. Munqiḏ en Égypte renfermait trente-six chevaux (ḥiṣān) et mules de selle949. Quant aux autres cavaliers, ils étaient équipés par leur maître – le souverain ou l’émir détenteur d’un iqṭā‘ lui permettant de faire face aux frais que cet équipement engendrait950.

  • 951  Chronique, t. iii, p. 205-6. Ces événements se déroulent en janvier 1122 selon Michel, mais un an (...)
  • 952  Voir notamment Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 210-216.
  • 953  Voir surtout Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 462-3 (an 558) et 467-9 (an 559).

113Les besoins étaient donc importants ; mais il est difficile de statuer sur les disponibilités. Quelques passages, dans nos sources, plaident pour un approvisionnement moins difficile que pour les Francs. Les razzias musulmanes qu’elles consignent sont bien moins nombreuses que les razzias franques. Ces dernières se soldaient parfois par des prises impressionnantes. Il arrive même que les textes évoquent une profusion de chevaux, dans les confins djéziréens tout particulièrement, où des tribus turcomanes qui étaient en contact avec les steppes d’Asie centrale transhumaient. Ainsi, Michel le Syrien évoque les « milliers de chevaux nus » (sans harnachement) que Balak précipita en avant des troupes afin qu’ils ouvrent le chemin à travers la neige, lors d’une expédition punitive contre Michel de Kargar951.  Mais, là encore, il faut distinguer selon les époques et les souverains : alors que pendant la période « d’anarchie », à Alep, on souffrit grandement de la perte de 500 puis de 300 chevaux952, Nūr al-dīn n’eut aucune difficulté, malgré l’ampleur de sa défaite à La Bocquée (al-Buqay‘a), à assurer la renouvellement des montures de sa cavalerie décimée. Il les fit venir de Damas et d’Alep, ce qui montre qu’il y disposait – ou dans les environs – de haras bien fournis953.

  • 954  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 164-5. Sans forcément se reporter aux traités de furūsiyya, il est intéress (...)

114Où ces chevaux étaient dressés, nous l’ignorons également. Il n’est pratiquement jamais question de dressage dans nos chroniques, et rarement des enclos ou des écuries où les chevaux étaient mis au repos et gardés pendant la saison froide. Dans la réponse qu’il fit à un homme pieux de Ğazīrat Ibn ‘Umar, qui lui avait écrit sa réprobation de son amour pour le jeu de polo, Nūr al-dīn évoque brièvement dressage et entraînement du cheval. L’hippodrome et le jeu de polo sont mis en avant954 :

« De plus, nous ne pouvons souscrire au devoir de ğihād nuit et jour, été comme hiver. C’est que les soldats (al-ğund) ont besoin de repos. Si nous laissions les chevaux dans leur enclos (marābiṭ), ils engraisseraient, deviendraient incapables de répondre à la demande de marche forcée (‘alā idmān al-sīr fī l-ṭalab), et ne sauraient pas, également, changer promptement de direction lors du karr wa l-farr, sur le champ de bataille. Nous les montons et les dressons au moyen de ce jeu. Ils perdent ainsi leur surcharge, et s’accoutument à changer rapidement de direction et à obéir à leur cavalier (rākib) pendant la guerre. Dieu m’est témoin que c’est ce qui me pousse à jouer au polo ».

  • 955  Voir les remarques de F. Viré, « Maydān », EI2a, t. vi, p. 912, sur l’étymologie du mot.
  • 956  Suivi par Ibn al-Furāt, Sibṭ b. al-Ğawī et J.-M. Mouton, Damas, p. 79. Mais Ibn al-Qalānisī ne dit (...)
  • 957  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 400.

115Les hippodromes de Damas et d’Alep sont bien connus. Chacune de ces deux cités disposait de deux maydan-s où toutes sortes d’activités équestres se déroulaient – tout particulièrement l’entraînement des soldats et la pratique du polo955. Ils constituaient également, parfois, un lieu de promenade pour le souverain et sa suite. On y prenait l’air. À Damas, le maydān al-aḫḍar (« l’hippodrome vert ») se situait à l’ouest de la cité, sur les bords du fleuve Baradā. Les Francs auraient poussé jusque-là lors du siège de Damas pendant la deuxième croisade. Selon Ibn al-Aṯīr, ils s’y seraient installés956. L’autre hippodrome, dit « des cailloux » (maydān al-ḥaṣā’) se trouvait au sud de la ville, près du quartier du même nom. Šihāb al-dīn semble avoir aimé s’y promener accompagné. C’est durant l’une de ses sorties que Bazwağ porta un coup mortel au ḥāğib Yūsuf b. Fīrūz957.

  • 958  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. v, p. 2277 et passim.
  • 959  Id., loc. cit. ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 595.
  • 960  Voir supra, la traduction d’un texte d’Ibn al-Furāt retraçant l’installation des Turcomans à Alep.
  • 961  Selon Ibn Šaddād, repris par J. Sauvaget, Alep, p. 119 et n° 383 (où les dimensions de chacun des (...)
  • 962  J. Sauvaget, loc. cit. et N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 731-2.

116Longtemps, il n’y eut qu’un seul maydān à Alep, ḫāriğ Bāb Qinnasrīn, « à la sortie de la porte de Qinnasrīn »958. Il existait déjà à l’époque mirdasside959 ; Zankī y construisit un pavillon où il se changeait lorsqu’il venait jouer au polo960. Plus petit, « l’hippodrome noir » (al-maydān al-aswād) avait été aménagé par Nūr al-dīn en 1153961. Il se trouvait devant Bāb al-‘Iraq (la « Porte de l’Iraq ») ; les Turcomans récemment installés dans le quartier dit d’al-Yārūqī s’y entraînaient et s’y divertissaient. Ce prince avait également aménagé un autre hippodrome, le maydān al-aḫḍar, sur le terre-plein de la citadelle. Il y jouait au polo jusque pendant la nuit, éclairé par des torches962.

2.6. La question du ravitaillement

117S’ils ne s’y attardent que très rarement, les textes lient presque systématiquement la question de l’approvisionnement des chevaux à celle de leurs cavaliers. Qu’ils aient ou non pratiqué l’équitation, les chroniqueurs, dont les ouvrages constituent l’essentiel du corpus sur lequel nous nous appuyons, ne pouvaient ignorer les innombrables difficultés posées par l’animal fragile qu’était le cheval. Tous les participants à la première croisade déplorèrent les hécatombes que le climat ou des mauvais choix d’itinéraires provoquaient régulièrement parmi les animaux ; Eudes de Deuil fit de même lors de la deuxième croisade. Ils avaient conscience que la mort ou l’affaiblissement des chevaux de guerre diminuaient les chances de réussite de leur expédition.

  • 963  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. ix, 38, p. 609.
  • 964  Ibid.

118Mais il ne suffit pas de se limiter à l’exemple de la première et de la deuxième croisade. Toutes les armées médiévales se trouvaient confrontées au même problème : nourrir suffisamment et correctement les montures. Suffisamment et correctement car seuls des chevaux en bon état pouvaient, le moment venu, subir le choc de la bataille. Les tactiques employées, sur lesquelles nous reviendrons, étaient toutes éprouvantes pour les chevaux de guerre – charge frontale ou karr wa l-farr tout particulièrement. De sorte qu’on ne pouvait se permettre de les faire chevaucher trop longtemps avant de combattre. Sinon, il était impossible d’en exiger les efforts nécessaires. En campagne, il fallait leur laisser le temps de se reposer, parfois une journée ou deux (lorsque le voyage avait été long). Pendant ce temps de repos, les animaux se nourrissaient. Outre du grain et du fourrage, qu’il fallait avoir transportés, ils mangeaient de l’herbe (grasse si possible), seule à même de partiellement remplacer les grains. Dans son récit des accrochages qui eurent lieu devant Césarée, à la suite de la prise d’Acre par Baudouin Ier (en mai 1104), entre soixante « Arabes » et les habitants de Césarée, dirigés par un seul cavalier de métier (equites), qui de plus était mal rétabli d’une maladie, Albert d’Aix livre une information intéressante. Les Arabes vainquirent et dispersèrent sans peine les deux cents Chrétiens de Césarée, qui étaient à pied ; quant au chevalier, ils lui tranchèrent la tête. Tête qui fut déposée dans un des « petits sacs » (sacculi) porté par un écuyer, où on avait l’habitude de mettre le fourrage (pabulum) pour les chevaux963. Le combat se déroulait alors que l’été 1104 était bien entamé (Acre avait été prise fin mai 1104), à une période où, en Palestine, l’herbe était déjà brûlée par le soleil. Les cavaliers arabes, venus d’Ascalon964, n’en étaient guère éloignés : un peu  plus de quatre-vingts kilomètres, soit moins de trois jours de cheval si on considère que trente kilomètres étaient quotidiennement effectués (mais on peut penser que les cavaliers, non chargés, effectuaient des étapes plus longues). Comme tous les cavaliers musulmans, ils disposaient de ces sacs individuels qui contenaient du fourrage (d’autres étaient réservés au grain, d’autres encore à la nourriture), dont les écuyers prenaient soin.

  • 965  B. S. Bachrach (voir infra) penche quant à lui pour un poids supérieur : 588,9 à 679,5 kg (1 300 à (...)
  • 966  Aujourd’hui, le cheval arabe mesure de 1,48 à 1,56 m au garrot.
  • 967  Ces mesures sont celles d’A. Hyland, The medieval warhorse, p. 114. Cf. également Id., The warhors (...)
  • 968  Ci-dessus, n° 947.

119On ne peut en aucune manière ignorer les contraintes qui s’imposaient aux cavaliers et, plus généralement, aux services d’intendance lorsqu’ils s’agissait de partir en campagne. Les rations que l’homme ou ses servants (écuyer, esclaves…) pouvaient transporter pour lui-même et (surtout) pour ses chevaux (deux au moins, dont l’un de remonte, monté par l’écuyer, à moins que ce dernier ne soit à dos de mulet) constituaient l’une de ces contraintes. Rations très difficiles à apprécier, d’autant plus qu’il faudrait connaître la taille et le poids médian des chevaux médiévaux. Bien que beaucoup reste à faire en ce domaine (l’iconographie des manuscrits arabes n’a ainsi pratiquement pas été mise à contribution, jusqu’ici), plusieurs évaluations ont été proposées. Différents modes de calculs ont été adoptés. Les uns se basent sur les quelques squelettes qui ont été exhumés, les autres sur les sources iconographiques (notamment la Tapisserie de Bayeux). D’autres encore tentent d’établir des analogies avec les chevaux contemporains. Globalement, on s’accorde pour considérer que les chevaux médiévaux étaient en général plus petits que les chevaux actuels. Les chevaux européens mesuraient en moyenne de 1,52 à 1,57 m au garrot et pesaient de 545 à 590 kg965. D’une taille sans doute de très peu inférieure, les chevaux turcomans si appréciés des Templiers étaient par contre bien moins lourds – de 360 à 400 kg. Les chevaux arabes, enfin, plus petits (bien en deçà de 1,52 m au garrot966) avaient un poids compris entre 315 et 356 kg967. Que les chevaux des Francs aient été en partie (car il montaient également des chevaux « locaux ») plus puissants que ceux de leurs ennemis ne nous intéresse guère ici. En revanche, il faut souligner qu’ils mangeaient plus – ce dont leurs maîtres devaient absolument tenir compte. En Europe, on avait l’habitude de nourrir les chevaux grassement, ce qui n’était pas le cas en Orient, où on recherchait avant tout, comme le montre le passage traduit du Bāhir plus haut, des chevaux fins, résistants, endurants et rapides968. De même, les animaux venus d’Occident buvaient plus d’eau. Or cette eau était plus rare en Orient. Il fallait donc forcément les habituer à moins boire, et surtout moins souvent.

  • 969  Manāqib al-Turk, dans J. Sauvaget, Historiens arabes. choisies, traduites et présentées, loc. cit. (...)

120De toute façon, qu’ils appartinssent aux musulmans ou aux Francs, il fallait nourrir les chevaux. Les « qualités » qu’al-Ğāḥiẓ prêtait à la monture du cavalier turc tiennent évidemment de la mythologie969 :

« De même de sa monture : il lui suffit de pousses, de brindilles, de feuilles d’arbre. Il ne l’ombrage point quand il fait soleil et ne la couvre point quand il fait froid ».

  • 970  Pour les chevaux contemporains, voir par exemple W. Martin-Rosset (éd.), L’alimentation des chevau (...)
  • 971  Un passage du traité d’Ibn Manglī intitulé De la chasse, trad. F. Viré, p. 69, souligne l’attentio (...)
  • 972  Voir également A. Hyland, The medieval warhorse, p. 113.

121La ration du cheval est et était très variable, selon la taille et le poids, le sexe, le poids du cavalier, sa race et son activité. En campagne, la durée et la topographie de l’étape, le climat (les fortes chaleurs comme les basses températures nécessitaient un effort supérieur), la participation ou non à un combat etc. démultipliaient cette variabilité. Son maître ou son écuyer seuls étaient à même de juger la quantité de nourriture qu’il devait ingurgiter. Non ruminants, les chevaux ont un petit estomac (7 % du volume total)970. Leur digestion est fragile. Il faut veiller à ce qu’ils ne mangent pas trop vite, de manière fractionnée et dans un ordre convenable (dans l’idéal, le fourrage, l’eau puis les grains)971. Ils risquent notamment un gonflement brusque de l’estomac, après une ration trop importante suivie d’eau trop abondamment bue. Autre danger, cause de mortalité, les coliques terribles, du type de celles qui touchèrent nombre des chevaux croisés, qui manquaient d’eau ou qui, assommés par les chaleurs estivales, buvaient beaucoup trop, et beaucoup trop vite972.

  • 973  On mesure aujourd’hui les rations en litres ; mais, par commodité, nous nous en sommes tenus aux k (...)
  • 974  Mais les moyennes elles-mêmes diffèrent selon les auteurs. Il n’est parfois question que de 4,5 kg (...)
  • 975  On retrouve donc globalement les quantités actuelles.
  • 976  R. S. Bachrach, loc. cit.
  • 977  Histoire anonyme de la première croisade, p. 55-7.

122Quant aux rations, ce qui a été dit montre qu’il est très difficile de les apprécier, d’autant plus qu’on divise de moitié, en général, la ration d’un cheval inactif toute une journée. Des moyennes ont tout de même été calculées. Aujourd’hui, la ration moyenne d’un cheval de 500 kg qui effectue entre deux et trois heures de travail par jour est de 4 kg de foin et 5 kg d’avoine973 (en sus de 4 kg de paille)974. Comme le cheval possède un estomac de faible contenance, ces rations doivent être données en plusieurs fois – trois repas en général, parfois deux, jusqu’à cinq pour certains. Au Moyen Âge, selon R. S. Bachrach, un animal occidental qui pesait de 588,9 (1 300 pounds) à 679,5 (1 500 pounds) kilogrammes consommait en moyenne 11,3 kg de nourriture par jour, dont la moitié était constituée de grain et l’autre de fourrage975. Lorsqu’il disposait de suffisamment d’herbe grasse, la ration se tranformait : 18,12 kg d’herbe et 5,4 kg de grains976. À ces rations de nourriture, il fallait ajouter l’eau. Là encore, la quantité d’eau qu’un cheval boit est très variable – de 15 à 60 litres par jour. Dans l’Orient médiéval, plus on s’approchait des régions désertiques et plus on essayait d’habituer les chevaux à moins boire. Mais des limites ne devaient pas être dépassées ; les chevaux des Croisés en firent suffisamment les frais977. Pour R. S. Bachrach, c’est de 36 à 54 litres que les destriers médiévaux absorbaient tous les jours.

  • 978  R. S. Bachrach, loc. cit., qui renvoie à l’étude classique de R. A. Brown, The Normans and the Nor (...)

123Naturellement, de tels chiffres ne peuvent être considérés en tant que tels : les variables sont bien trop nombreuses. Par exemple, la proportion de fourrage et de grain qu’on donnait réellement est inconnue. Il ne faut pas, non plus, minimiser l’adaptabilité des chevaux. On sait par exemple que la plupart des races souffrent sous la neige. Lorsqu’il reste au pré, néanmoins, le cheval peut la creuser et se nourrir, et finalement résister à l’hiver (même s’il maigrit). De même, s’il est incapable de digérer la cellulose, qui est très présente dans les pâturages pauvres des climats arides, il peut tout de même s’y adapter en augmentant sa consommation. L’on doit donc s’en tenir aux ordres de grandeur que ces chiffres révèlent. Or, ils sont élevés, et laissent augurer de contraintes fortes pour le cavalier et son intendance. En août 1066, à Dives-sur-Mer, l’armée de Guillaume le Conquérant aurait consommé presque 3,5 M de litres d’eau978.

  • 979  Les mulets de très bonne constitution portaient, aux siècles derniers, une charge de 130 kg en moy (...)

124On mesure mieux, en considérant l’ensemble de ces chiffres comme de simples ordres de grandeur, la complexité de la tâche des services d’intendance lors de la préparation des campagnes. On comprend mieux encore, également, pourquoi la guerre, en Syrie médiévale, était surtout constituée, hormis les sièges, d’opérations de petite guerre, faites de chevauchées rapides, pendant lesquelles chaque cavalier, accompagné d’un train de bagages limité, pouvait transporter les rations des chevaux (sans compter celle des hommes, moins encombrantes). Il est difficile de connaître le rayon d’action de ces armées à effectif forcément réduit ; on peut néanmoins l’imaginer guère élevé. Même s’ils pouvaient cheminer lourdement chargés (un peu plus de 100 kg pour les mulets, moins pour les bardots, moins solides, plus du double pour les chameaux979), les animaux de bât transportaient également le reste de l’équipement du cavalier (notamment les armes et la tente). Qu’on juge ou non fiables les chiffres avancés par R. S. Bachrach (autour de 11 kg de nourriture consommée chaque jour par le cheval), le rayon d’action du cavalier était limité, sans doute à une dizaine de jours avec un seul animal de bât.

  • 980  H. Ahrweiler, « Les campagnes militaires à Byzance », p. 93-4.

125Ces problèmes étaient décuplés lorsque l’armée était composée de plusieurs milliers de cavaliers – en sachant que chacun d’entre eux possédait au moins un cheval de remonte. D’où les interminables trains d’armée ; d’où la diversité des moyens de ravitaillement – dont les indispensables « marchés de l’armée ». Après la déliquescence de l’empire seldjouqide et jusqu’à ce que l’empire zankide soit suffisamment consolidé, les appareils militaires musulmans semblent avoir été incapables d’organiser le ravitaillement de telles armées (car la nourriture des chevaux n’était pas seule en question). D’ailleurs, ainsi qu’on l’a dit, les armées bourides et seldjouqides (d’Alep) ne s’y risquèrent pas. Il en alla un peu différemment des Francs, qui étaient tenus de s’entraider et qui bénéficiaient de soutiens extérieurs puissants (au nord, des Arméniens). Ils réunirent quelques coalitions d’importance, pour faire face notamment aux armées des maîtres de Mossoul. Mais ils éprouvèrent alors bien des difficultés (ainsi que ces mêmes maîtres de Mossoul). Les première et deuxième croisades constituaient donc bien des paris risqués, réussi, au final, pour la première, mais le prix à payer fut très lourd. Hommes et bêtes (qu’on oublie souvent) furent décimés. Sans doute a-t-on minimisé les compétences logistiques des armées médiévales occidentales. Le soutien des Byzantins, qui disposaient quant à eux, comme les Fatimides semble-t-il, d’un appareil sophistiqué et extrêmement compliqué980, fut décisif, de même que celui des Arméniens. Les difficultés posées par le ravitaillement des chevaux, sur lesquelles il est difficile d’être précis, montrent que l’organisation d’une campagne militaire était chose très complexe, nécessitant d’importants investissements qui ne pouvaient donc être continuellement répétés. Elles limitaient l’exercice de la guerre, dans le temps comme dans l’espace.

2.7. Importance du facteur monture dans la guerre

  • 981  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-20 (notre meilleure source, malgré quelques incohérenc (...)

126L’extrait du Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ sur le « restor » antiochéen traduit plus haut suffit à lui seul à démontrer l’importance du facteur monture dans la guerre pour les Francs comme pour les musulmans. Préserver sa monture pour les hommes de Tancrède comme pour tous les cavaliers était vital en des temps où elle était très chère. Chacun des protagonistes disposait de troupeaux où il pouvait puiser certes à l’envi, mais qu’il fallait entretenir et régulièrement renouveler. Les chroniques parlent rarement, sinon de manière allusive, des lieux de pâture, rares et circonscrits plus on se déplaçait vers le sud d’al-Šām. Dès la fin de l’hiver (et même durant celui-ci dans les zones désertiques), qui arrivait tôt, l’on menait les bêtes au pâturage, mais le risque était grand de se faire razzier par l’ennemi. Les périodes de trêve s’avéraient donc fondamentales, la liberté de circulation et de pacage étant alors théoriquement garantie. Ainsi, un état de trêve presque permanent entre Francs et musulmans permettait de profiter des riches herbages de la région de Bāniyās. En muḥarram 552/1157, Baudouin la viola brusquement. Informé de la présence de chevaux et de bestiaux damascains qui paissaient, il les surprit et leur enleva de nombreuses bêtes. Puis il les conduisit en Palestine, où l’armée se réjouit tout particulièrement de l’arrivée des chevaux, dont elle manquait. La riposte de Nūr al-dīn ne tarda pas ; il attaqua et assiégea Banyas, sans parvenir néanmoins à la prendre. Un peu plus tard, son frère Amīr Amīrān réussit néanmoins à intercepter et à détruire un important détachement franc, auxquel, souligne Ibn al-Qalānisī, il prit à son tour des chevaux (entre autre butin). Ainsi l’outrecuidance des « polythéistes » (mušrikūn), qui  étaient allés jusqu’à « violer leur promesse [de respecter] la trêve […] et à rompre les serments de paix », fut-elle punie981.

  • 982  La même chose existait entre Byzantins et Musulmans en Cilicie, aux époques précédentes.
  • 983  Le pèlerinage de Maître Thietmar, dans Croisades et pèlerinages, p. 941-2.

127La violation de la trêve était chose inacceptable, d’autant plus qu’en théorie, un modus vivendi s’imposait aux belligérants. Il semble même, selon le témoignage de Maître Thietmar, il est vrai daté du début du xiiie siècle, que les troupeaux se croisaient ou même se côtoyaient982. Les pâturages n’étant pas si nombreux, on se les partageait, tels ceux du mont Carmel, dernier contrefort méridional du massif montagneux du Liban983 :

« Le mont Carmel a plusieurs sommets. Vers le sud, il s’avance en mer sur une longueur de près de deux journées de marche et il est large d’une journée. Il est couvert de pâturages, utiles au bétail et très plaisants à voir. […] En période de trêve, les chrétiens, Templiers, Hospitaliers, frères de la nation allemande, se rassemblent auprès de ce mont chaque année en février avec chevaux et mules. Ils plantent des tentes dans les prés et passent agréablement et joyeusement le temps pendant que leurs chevaux s’engraissent de bonne herbe. Ils appellent cette foire “haraz”. Les Sarrasins et les bédouins y viennent également en période de trêve pour des joutes, car les Bédouins sont des cavaliers merveilleusement experts ».

  • 984  S. Ory,  « Ḥārim », EI2a, t. iii, p. 208-9.

128De fait, un regard même rapide jeté sur la localisation des combats au vie/xiie siècle fait apparaître l’importance des zones de pâturage dans les objectifs de guerre. On se battait pour les contrôler ; au mieux, on s’accordait pour les partager. Ainsi de La Bocquée des sources latines, la Buqay‘a des auteurs arabes, plaine d’effondrement où cultures et herbages se mêlaient harmonieusement. Les Francs s’y installèrent dès la première croisade. Ils firent de l’une des places fortes qui la surveillait, Ḥiṣn al-Akrād, le formidable bastion dont les musulmans eurent par la suite tant de mal à s’emparer. Nūr al-dīn y subit une terrible défaite, en 558/1173. Il avait pensé y prendre pied de la même manière qu’à Ḥārim, autre cité stratégique par sa situation sur la route joignant Alep et Antioche, et surtout centre économique dominant une riche plaine céréalière et des pâturages. Qui la détenait contrôlait les troupeaux qui venaient y paître, en sus des récoltes. À l’époque de Nūr al-dīn, il semble que l’usage voulait qu’on se les partageât – deux tiers au maître de Ḥārim, un seul à l’adversaire, dont il fallait éviter les chevauchées déprédatrices. Après l’avoir prise, en 564/1169, Nūr al-dīn la confia à un homme de confiance, l’émir Mağd al-dīn Ibn al-Dāya984.

  • 985  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 289.
  • 986  Ğašīr, pour ğušār.
  • 987  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 210-6 pour l’ensemble des opérations menées par Balak ; p. 212 pour (...)
  • 988  Entre les marais de ‘Uṭayba et Ḥiğğāna et la steppe désertique à l’est de Damas : Ibn Šaddād, al-A (...)
  • 989  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 401/LT p. 231.

129Les attaques contre les troupeaux laissés en pâture étaient la plupart du temps brusques et d’une violence inouïe. Ainsi, en muḥarram 506/juin-juillet 1112, lorsque l’émir Mawdūd alla s’installer devant Sarūğ, Josselin profita de ce qu’on avait lâché les chevaux et les autres bêtes au milieu des récoltes sans aucune précaution pour surgir tout à coup, alors qu’on ne l’attendait pas. Il massacra les hommes et se saisit de la plupart des animaux985. S’emparer des bêtes de l’ennemi, c’était bien évidemment s’enrichir et grossir son propre troupeau, mais également affaiblir durablement un adversaire qu’on rendait incapable de mener la moindre opération de représailles digne de ce nom. C’est sans doute pourquoi les pâturages éloignés (temporaires ou non) ne constituaient pas les seules cibles privilégiées. Les « haras » (ou enclos) situés dans les faubourgs des principales cités subissaient également des attaques en règle tout aussi violentes. Alors qu’il cherchait à s’emparer d’Alep, Balak, qui s’était heurté à une forte résistance dans le village proche de Ḥaddādīn, ordonna qu’on pille un haras986 alépin où se trouvaient trois cents chevaux. Tous furent emportés987.À Damas, les chevaux paissaient tout près de la ville, à al-Marğ988, lorsque Bazwāğ et ses alliés révoltés, en 530/1136989,

« prirent les chevaux au pâturage, les emmenèrent et s’en emparèrent – ils étaient nombreux et de toutes sortes, appartenant à tous les émirs, les militaires et les civils et étaient d’un grand prix. Ils quittèrent Tall Rāhit pour al-Marğ avec tous ces animaux le vendredi 27 ğumādā I/4 mars 1136 de cette année-là ».

  • 990  Il y avait également des vols individuels lorsque l’armée était en halte. Voir les anecdotes savou (...)
  • 991  Id., ibid., p. 194, an 514 (ravages sur la rive syrienne de l’Euphrate ; un millier de personnes e (...)
  • 992  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 215 et n° 3, p. 216.

130Mais de telles opérations paraissent avoir été plus souvent pratiquées par les Francs que par les musulmans990. C’est du moins l’impression que laisse la lecture des sources, et singulièrement des chroniques. Faut-il y voir une indication de plus grandes difficultés des Francs à trouver des chevaux, la razzia permettant de compenser une pénurie ponctuelle ? La marque d’une spécificité stratégique de Francs qui avaient particulièrement conscience de la lourdeur des coups assenés à l’ennemi lorsqu’on le privait de chevaux ? Un simple signe du fait que les Francs furent un temps plus offensifs que les musulmans ? Ne doit-on pas, plutôt, considérer que les sources arabes focalisent, simplement, sur les razzias franques ? En tout état de cause, Alep fut tout particulièrement visée, avant que les Zankides y établissent un pouvoir fort. À peine échappé de Ḫartpert (en 1123), Josselin, dont on sait par ailleurs qu’il razziait régulièrement les troupeaux musulmans de Djéziré991, y enleva cinq cents chevaux, semble-t-il au nord de la cité.  Peu après, ce fut le tour de sīr Alān, seigneur d’al-Aṯārib, de s’emparer de trois cents têtes, cette fois au sud de la ville. Quant à Josselin, après avoir traversé l’Euphrate, il s’en était pris, cette fois, à la région du Šabaḫtān, d’où il repartit avec plus de dix mille moutons et chevaux992.

3. Le train de l’armée. Valets, bouviers et autres : les progrès de la logistique

  • 993  Voir J. W. Nesbitt, « The rate of march of crusading armies in Europe : a study and computation », (...)
  • 994  Mot polysémique. Voir plus haut, à propos des fāris turcs.
  • 995  Ibn Al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 159.

131Les structures étatiques étant insuffisantes à l’époque médiévale, les armées durent assurer l’entretien et le transport de leur matériel et, plus généralement, de tout ce qui leur permettait de fonctionner. Du fait de leur interminable train de bagages, les principaux contingents de la première croisade pouvaient s’étaler sur soixante-quinze kilomètres – soit trois jours de marche993 ! Pendant les campagnes, dans les armées musulmanes, cette tâche incombait à des non-combattants que les sources laissent souvent imaginer pléthoriques, qui voyageaient pour certains avec les bagages (al-aṯqāl), pour d’autres aux côtés de leurs maîtres. Ils sont en général appelés, dans les sources arabes, al-atbā‘, stricto sensu « ceux qui suivent quelqu’un », mot en général employé avec l’acception de « valets », mais également ġilmān994ou ġilmān al-‘askar. Malencontreusement,  la déconsidération qui les entourait les rend complètement anonymes. Ils n’intéressent pas plus les auteurs arabes que les chroniqueurs latins, en général. On sait simplement que dans les armées musulmanes, chacun des combattants était accompagné d’un ou plusieurs serviteurs, qui semblent avoir été de condition servile. Usāma parle ainsi régulièrement de ses ġulām-s, esclaves civils toujours à ses côtés pendant ses pérégrinations. Leurs tâches étaient variées, toutes dégradantes, du montage des tentes à la préparation des collations. Lorsque les troupes étaient à demeure, puisqu’une partie n’était jamais démobilisée, ils occupaient les mêmes fonctions. Mais les chroniqueurs arabes décrivent surtout les massacres dont ils étaient les victimes malheureuses. Lorsque l’ennemi déferlait sur le camp musulman, de serviteurs indispensables ils devenaient gêneurs négligeables995 :

  • 996  Il est question ici de la bataille de Dāniṯ, qui se déroule en septembre 1115. Les récits des aute (...)
  • 997  Al-sūqiyya, mot qui peut également désigner les « boutiquiers ».

Année 509/1114-5. Mention de la défaite de l’armée (‘askar) du sultan par les Francs996« Quand Roger, seigneur (ṣāḥib) d’Antioche, fut informé du siège de Kafarṭāb, il prit la route avec cinq cents cavaliers et deux mille piétons pour la défendre. Mais il arriva involontairement (ġayr ‘ilm bihā) à l’endroit où les tentes des musulmans avaient été plantées. Il les vit vides de combattants, car ils n’y étaient pas [encore] arrivés. Tout ce qui s’y trouvait fut pillé, et de nombreux bouviers997et esclaves de l’armée (ġilmān al-‘askar) furent massacrés. Puis les troupes (al-‘asākir) arrivant en ordre dispersé, les Francs tuèrent tous ceux qui arrivaient jusqu'à eux. [Enfin] l’émir Bursuq survint à la tête de cent cavaliers (fāris) environ, vit la situation et monta sur une colline qui se trouvait là avec son frère Zankī. Les bouviers (al-sūqiyya) et les ġilmān les entourèrent et se mirent sous leur protection, mais ils empêchaient [ainsi] l’émir Bursuq de descendre [de la colline]. En effet, son frère et ceux qui l’accompagnaient lui conseillèrent d’en descendre et de se sauver. Mais il déclara “Je ne le ferais pas, mais mourrais pour la cause de Dieu (fī sabīl Allāh) : je serais la rançon (fidā’) des musulmans”. Mais ils le convainquirent (fa-ġalabūh ‘alā ra’yih), et il s’enfuit, ainsi que ceux qui étaient avec lui. Les Francs les poursuivirent pendant un farsaḫ environ, puis s’en retournèrent, et achevèrent d’amasser du butin et de massacrer. Ils brûlèrent de nombreuses personnes. L’armée (al-‘askar) se dispersa, chacun allant de son côté ».

  • 998  Voir notamment Retraits, n° 77, 148 et suivants, 156 et suivants etc.

132Il n’en allait pas différemment des serviteurs des soldats francs, dont on entend très rarement parler en dehors de la première croisade. Il a été question du cuisinier de Baudouin Ier, qui se trouvait à ses côtés lors de son ultime expédition, contre al-Faramā. Il est intéressant de remarquer qu’apparemment, il ne possédait pas de chirurgien, auquel sans doute serait revenu de découper ses entrailles et de faire en sorte que son corps puisse supporter le voyage jusqu’à Jérusalem. Mais c’est surtout la règle du Temple qui laisse augurer de l’importance du « train » des armées latines, même si elle ne s’attache qu’à l’élite (montée) de l’ordre. Écuyers en très grand nombre, valets de toute sorte, queux formaient un ensemble très nombreux et extrêmement hiérarchisé, chacun s’attelant à sa tâche et à nulle autre998.

  • 999  Par exemple pendant le siège de Jérusalem : Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. viii, (...)
  • 1000  Éd. P. Paris, t. ii, chant vii, 19, p. 166.
  • 1001  Voir, à ce sujet, les efforts de N. Prouteau, « Bâtir et assiéger au temps des croisades : regards (...)
  • 1002  Anne Comnène, Alexiade, t. iii, xi, vii, 6 : envoi par le duc de Chypre, par ordre du basileus, de (...)
  • 1003  Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. i, L. xv, 9 et 10.
  • 1004  Id., ibid., L. xix, 28, p. 934. Guillaume ne dit néanmoins pas qu’il s’agit d’ouvriers francs ou f (...)
  • 1005  Eracles dans ibid., p. 932

133Enfin, il ne faut pas oublier que des ouvriers spécialisés faisaient partie du train de l’armée, spécialement en cas d’expédition d’envergure. Leurs compétences étaient mises en œuvre à l’occasion des sièges. Si tout un chacun pouvait aller chercher et transporter du bois et autres matériaux, la construction et l’utilisation de machines diverses exigeaient des qualités spécifiques qu’on suppose avoir été très recherchées. On a dit qu’al-Harawī préconisait d’en prendre tout particulièrement soin. Ils étaient présents dans les armées franques dès la première croisade, où ils ne s’illustrèrent pas que pendant les sièges999 : dans la Chanson d’Antioche, Pieres mène l’évêque du Puy et les barons à l’endroit où la sainte lance était enfouie, où douze ovriers se mettent à la tâche avec leurs bons pics acérés1000. Ils paraissent avoir été ensuite régulièrement utilisés, même s’il faut souvent se contenter de déceler leur présence par la présence d’un mot (artifex dans l’Historia de Guillaume de Tyr, par exemple) ou d’une expression (architecture peritos dans la même chronique). Rien n’est dit, la plupart du temps, de leur recrutement ni de leur statut1001. Seuls quelques maigres indices laissent entrevoir un recrutement « d’experts » (ingénieurs, maçons, charpentiers, tailleurs de pierre etc.) orientaux, notamment arméniens, peut-être byzantins1002. Il est à l’occasion question d’artisans et de coupeurs de bois de l’armée de Damas, particulièrement pendant le siège de Banyas, en 11401003. À partir de la seconde moitié du xiie siècle, un professionnalisme de plus en plus poussé, permis par une augmentation substantielle des ressources dans chaque camp, les rend plus nombreux, plus indispensables également. Leur rôle est particulièrement mis en valeur par Guillaume de Tyr et son traducteur médiéval lors du siège d’Alexandrie par les armées fatimides et franques, en 1167. Dans un passage tout à la gloire des Francs, Guillaume met en scène le sultan (soldanus, pour vizir militaire) égyptien en visite aux assiégeants. Ayant soin de le présenter avec l’honneur seyant à son rang, il le montre multipliant les largesses. Il distribuait, notamment, des salaires (salarii) importants aux ouvriers1004. Auparavant, il avait fait état de l’arrivée d’une escadre de renforts dirigée par l’archevêque de Tyr. Armements et provisions avaient été ainsi amassés. Une fois le tout débarqué, les nefs devenaient inutiles. En chef de guerre avisé, Amaury Ier ordonna qu’on s’en servît pour construire une tour de bois. Les charpentiers(« charrons ») furent mis à contribution1005 :

  • 1006  Les mâts des nefs.

Li rois comanda à prendre les mendres nés1006 qui mout estoient grant et fist asembler charpentiers. Un chastel fist lever que l’en pooit veoir par tout en la vile ; perrieres fist drecier entor les murs, chaables et turquoises qui gitoient grant planté de pierres as murs et en la vile, si que tuit li citoiens avoient grant poor, qu’il ne se savoient ou garantir.

  • 1007  arīda, pluriel arā’id, navires de transport des chevaux. Rappelons que pour Ibn Mammātī (voir Ib (...)
  • 1008  AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 334. Comparer avec Ibn Šaddād, op. cit., p.  (...)

134Rarement bien informés sur les armées franques, les chroniqueurs arabes peuvent néanmoins s’avérer précieux. Même si on peut s’interroger sur la fiabilité de son information, ‘Imād al-dīn al-I◊fahānī témoigne ainsi, pour l’armée sicilienne débarquant à Alexandrie, en 569/1174, d’une logistique désormais impressionnante. Il faut tout particulièrement noter les 1 500 chevaux transportés par les ṭarīda-s1007, ainsi que les 50 000 non-combattants1008 :

  • 1009  Rappelons qu’Ibn Wāṣil, Mufarriğ al-kurūb, t. ii, p. 13, considère également qu’un šīnī contenait (...)
  • 1010  Traduction incertaine, d’après le contexte (mais d’autres sont possibles), de l’expression al-rāği (...)

« Al-‘Imād a dit : Le sultan était résolu à remédier sans retard à la situation, mais deux choses l’en empêchaient (i‘taraḍahu amrān). La première était l’arrivée et le positionnement de la flotte sicilienne à Alexandrie ; la seconde était l’affaire (nawba) d’al-Kanz, sa déloyauté et sa mort. Quant à l’arrivée de la flotte, elle eut lieu le dimanche 26 ḏū l-ḥiğğa 569/28 juillet 1174 ; elle prit la fuite le 1er muḥarram 570/2 août 1174. Puis [al-‘Imād] cite une lettre envoyée par Saladin à l’un de ses émirs de Syrie, afin de lui expliquer la situation […]. Puis ils firent descendre les chevaux des ṭarā’id, et les piétons des vaisseaux (marākib) [qui les transportaient]. Il y avait 1 500 chevaux et 30 000 combattants, tant cavaliers (fāris) que fantassins (rāğil), 36 tarīda-s, qui transportaient les chevaux, et 200 šīnī-s1009, dont chacun contenait 150 fantassins (rāğil). [Quant aux] navires (sufun) qui transportaient les grandes et autres machines de guerre et de siège en bois, ils étaient au nombre de 6. [Enfin], il y avait 40 navires (markab) qui transportaient les provisions (azwād) des hommes. S’y trouvaient des mousses1010, les valets d’écurie (ġilmān al-ḫayyāla), les charpentiers de marine (ṣunnā‘ al-marākib), de tours d’attaque (abrāğ al-zaḥf), de béliers (dabābāt) et de mangonneaux (manğanīqiyya) : 50 000 hommes au total. Lorsqu’ils finirent de débarquer, ils exécutèrent une charge contre les musulmans qui les repoussa jusqu’au rempart ».

  • 1011  R. Morozzo della Rocca, A. Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei secoli xi-xiii, Turin, (...)

135S’il ne renvoie pas aux armées latines de Syrie, ce passage illustre néanmoins les progrès qui avaient été réalisés en matière de logistique depuis les débuts de l’installation latine. Non qu’elle n’ait alors été forcément déficiente, ainsi que l’atteste la réussite (même difficile) de la première croisade. La navigation avait alors déjà joué un rôle fondamental – les flottes byzantines essentiellement, puis italiennes (génoise, pisane et vénitienne), relayées parfois par celles que dirigeaient des aventuriers (Guynemer de Boulogne, Edgar Aetheling), avaient transporté vivres et hommes, armes parfois, et participé à l’occasion de manière décisive à la prise de cités côtières. Ensuite, les Égyptiens furent les seuls à leur disputer le contrôle de la Méditerranée orientale, sans grand succès au final, même s’il fallut un demi-siècle pour que la dernière ville sous leur contrôle tombât. Néanmoins, à la fin de la période qui nous occupe, la mer Méditerranée était définitivement dominée par les Italiens, désormais capables d’acheminer des tonnages très importants en Terre sainte. Chevaux, armes, denrées, matières premières… : les États latins pouvaient d’ores et déjà s’appuyer sur l’aide européenne. Aux périodes ultérieures, cette aide allait même devenir indispensable ; les efforts de Saladin lui-même, qui allait tenter de mettre sur pied une flotte efficace, n’allaient rien y changer. Évidemment, la puissance financière des Templiers en faisait des importateurs très présents sur les marchés, dès avant la mort d’Amaury Ier. En avril 1162, par exemple, deux importants marchands vénitiens, Romano et Samuel Mairano, passèrent un contrat, à Acre, qui stipulait qu’ils devaient livrer cinquante cantares de fer aux Templiers, soit environ onze tonnes1011.

  • 1012  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 24, p. 674.
  • 1013  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 22, p. 917-8. Les Égyptiens sont complètement passés sous sile (...)

136Mais les transports se faisaient essentiellement par voie de terre ; là aussi, les progrès furent probants. C’est du moins ce que laissent penser les textes. On a dit déjà que les armées zankides n’avaient rien de commun avec celles qui les avaient précédées en Syrie. Pour ce qui est des armées franques, il est intéressant de comparer le récit d’Albert d’Aix de la laborieuse traversée de l’Euphrate sur un nombre insuffisant de bateaux, en 1110, par les Francs et les Arméniens poursuivis par les troupes de Mawdūd1012, et celui que Guillaume de Tyr fait des campagnes égyptiennes d’Amaury Ier. Le ton change ; alors qu’Albert cherchait avant tout à justifier les difficultés franques par la puissance de l’ennemi, Guillaume au contraire met en avant les compétences des hommes d’Amaury. Ainsi, en mars 1167, lors de la poursuite de l’armée de Šīrkūh, alors que ce dernier avait dressé son camp au bord du Nil, en face de celui des Francs, le roi fit avancer des nefs et transporter des poutres de palmier. Il ordonna qu’on construisît un pont de bateau. En quelques jours, on atteignit le milieu du fleuve, mais la menace turque empêcha la poursuite des travaux1013.

4. L’assistance sanitaire

  • 1014  Voir Emilie Savage-Smith, F. Klein-Franke et Zhu Ming, « Ṭibb », EI2a, t.x, p. 451, avec une bibli (...)
  • 1015  C’est l’opinion qui est en général défendue par les spécialistes de la médecine médiévale, par exe (...)
  • 1016  Historia, L. xviii, 34 ; Croisade et pèlerinages, p. 655-6.

137Les informations manquent quant à l’assistance médicale dans les armées. Les meilleures sources, le Kitāb al-I‘tibār’ d’Usāma b. Munqiḏ et le ‘Uyūn al-anbā’ fī ṭabaqāt al-aṭibbā’ d’Ibn Abī Uṣaybi‘a, par exemple, montrent clairement d’une part que la science médicale arabe avait atteint un degré certain de perfectionnement1014, d’autre part qu’elle était globalement supérieure à la science latine1015. Les médecins arabes, notamment chrétiens, étaient sans conteste recherchés par les souverains francs. Ainsi que le déplorait Guillaume de Tyr1016,

« Nos princes de l’Orient, en ceci très influencés par les femmes, dédaigneux de la physique de nos Latins, n’ont confiance que dans la médecine des Juifs, des Samaritains, des Syriens et des Sarrasins ; ils s’abandonnent imprudemment à eux pour être soignés et se livrent à des gens ignorants des principes physiques ».

  • 1017  Voir la très riche notice d’« Abū Sulaymān Dāwūd b. Abī l-Munā b. Abī l-Fāna » dans Ibn Abī Uṣaybi (...)
  • 1018  « Pas plus qu’en ».
  • 1019  L’ensemble de l’extrait de la Chanson d’Antioche (éd. P. Paris, t. i, Chant v, xlviii, p. 275-6) i (...)

138Lors de son expédition égyptienne de 1167, Amaury Ier demanda au calife fatimide de lui attacher Abū Sulaymān, dont les compétences l’avaient émerveillé1017. Déjà, pendant la première croisade, après avoir extrait Renaud Porquet des griffes de ses hommes, qui l’avaient fortement navré de leurs grans masses de plonc, et l’avoir fait mettre sanglant et tout pasmé (« inconscient ») sur un cheval, Garsions le fit transporter en son palais, et, malgré son refus de croire en Mahomet en sa sainte bonté […] né qu’en1018 un chien tué, le confia aux bons soins d’un de ses excellents médecins1019 :

A un de ses bons mires l’a li rois comandé. Et si l’ont de ses plaies gari et respassé.

  • 1020  Sur ceux qui pratiquaient dans les hôpitaux (bimaristān), D. M. Dunlop, « Bimaristān. 1. Early per (...)

139Praticiens de la classe dirigeante, ces médecins se voyaient parfois chargés de patients plus anonymes. Plusieurs anecdotes, dans le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma, s’attardent sur les soins consacrés à ces anonymes par des médecins qui le sont tout autant, pour nous, que ceux qui exerçaient dans les bimaristān de Damas et d’Alep1020.

  • 1021  Singulier Ğarrāḥ, pluriel ğarrāḥūn, mais on trouve également ğarā’iḥī. Cf. M. Meyerhof, t. Sarnell (...)
  • 1022 Kitāb al-Itibār, p. 55. Le nom de Zayd n’est pas cité directement ici ; il se déduit du passage pr (...)
  • 1023  Ibid., p. 52. À noter qu’un ġulām est présent pendant les soins, sans qu’on puisse préciser s’il a (...)
  • 1024  Ibid., p. 60.

140Le Kitāb al-I‘tibār est également le seul ouvrage à faire régulièrement état des soins prodigués par les chirurgiens, al-ğarā’iḥī1021, nonobstant la déconsidération dont ils paraissent avoir souffert à son époque. Il livre même le prénom de l’un d’eux, Zayd, qui officiait pour les maîtres de Šayzar. Comme les autres chirurgiens dont parle Usāma, il fit des merveilles, lorsqu’il fallut, par exemple, après une bataille près de Kafarṭāb, en 497/1104, recoudre la paupière et une partie de l’œil de l’oncle d’Usāma, ‘Izz al-dawla Sulṭān. Correctement recousu, l’œil put retrouver son état originel ; avec le temps, on ne put le distinguer de celui qui n’avait subi aucun dommage1022. Auparavant, il avait pris soin du père d’Usāma, qu’une blessure profonde, à la main, faisait souffrir. La peau pendait ; un nerf « semblable à un caillou de l’Euphrate » avait été rompu ; là encore, il avait fallu recoudre1023. En Djéziré, alors qu’Usāma se trouvait aux côtés de Zankī, il fut invité par l’un de ses amis dans sa maison. Attaqué par un jeune Turc ivre, son écuyer Ġunaym y récolta une taillade à l’abdomen. Un chirurgien fut appelé à son chevetet le soigna, ainsi que de l’agresseur, qui était quant à lui atteint à l’épaule1024.

  • 1025  Kitāb al-Itibār, p. 40 sq., sur le « premier combat (qitāl) auquel Usāma assista ».
  • 1026  On peut douter que la piétaille fût l’objet de la même attention.
  • 1027  D. Nicolle, Medieval warfare source book, t. ii, Christian Europe and its neighbours, p. 258 (« by (...)
  • 1028  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 102-3 (an 500).
  • 1029  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278 et suivantes (an 504). À noter que pendant la même exp (...)

141Mais plus que la qualité des chirurgiens, indéniable, c’est leur présence dans le train de l’armée qui pose ici question (de même que celle des médecins, d’ailleurs). À al-Faramā, Baudouin Ier avait un cuisinier personnel, mais non un médecin ou un chirurgien. Dans les exemples dont il a été question, Usāma ne précise pas où son père et son oncle se firent soigner. Kafarṭāb n’était guère éloignée de Šayzar, où ils purent rentrer rapidement. D’ailleurs, Usāma, absent de la bataille, puisqu’il dit lui-même avoir combattu pour la première fois quelques années plus tard, était présent lorsque son père fut soigné1025. Quant aux soins de Ġunaym, le chirurgien officiait à demeure. En fait, il en était sans doute de même que pour tout ce qui concernait le ravitaillement : une assistance sanitaire était indispensable en cas de long déplacement d’une armée nombreuse. Elle devait prendre soin des officiers comme de tous les guerriers1026, en cas de nécessité, à l’image de ce qui se faisait dans les armées abbassides ou byzantines, même si on ne peut présumer d’un même niveau d’organisation1027. C’est ainsi que des émirs malades ou blessés purent être transportés sur des litières pendant une campagne militaire, tel Bursuq b. Bursuq, que la goutte empêchait même de parler, lors d’une des expéditions de Mawdūd en Syrie1028. On retrouve même un chef de guerre diminué, Ğakarmiš en l’occurrence, sur un champ de bataille, au tout début du vie siècle de l’Hégire. C’est sur une litière qu’il s’y était fait transporter, malgré sa paralysie, aux dires d’Ibn al-Aṯīr. Il y trouva la mort1029.

  • 1030  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 77.
  • 1031  Ibid., p. 163. L’homme y gagna le surnom d’al-Mašṭūb (« le balafré »). Des vétérinaires étaient ég (...)

142En revanche, les troupes qui opéraient près de leurs bases, qui pouvaient rapidement y retourner, ne s’embarrassaient évidemment pas de non-combattants qui les auraient ralentis dans leur progression. C’est ainsi que lors d’un combat qui se déroula dans le Rūğ, au nord de Šayzar, Numayr al-‘Allārūzī, pourtant sérieusement blessé, ne fut pas soigné sur place. Il s’y était tellement distingué qu’il avait reçu un coup d’épée en pleine face, qui lui fendit le sourcil, la paupière, la joue, le nez et la lèvre supérieure. Ses compagnons lui bandèrent la blessure et le ramenèrent à Šayzar par une nuit fraîche et pluvieuse. On l’y recousit, et il guérit. Là encore, il ne subit aucun dommage irréversible1030. De même, à l’occasion d’un autre affrontement, un homme dont la moitié du visage pendait suite à un coup d’épée du même type fut reconduit à Šayzar pour y subir l’intervention du chirurgien. Il faut dire que cette fois, c’est à Bandar Qanīn, village qui se trouvait aux portes de cette ville, que Francs et musulmans s’étaient affrontés1031.

5. Arsenaux

  • 1032  Pour une période antérieure, voir par exemple Ibn al-Ğawzī, Muntaẓam, éd. Beyrouth, 1358 H., t. vi (...)
  • 1033  Traité de gouvernement, chap. 19, p. 160. Voir également C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p.  (...)

143La fourniture des armes fut très tôt une prérogative de l’État en terre musulmane. Même si la cour était itinérante, sous les Seldjouqides, on disposait d’arsenaux1032 où étaient entreposées  les armes qu’on distribuait aux troupes régulières. Niẓām al-mulk rappelle que celles des troupes d’élite appelées « moufred », dont cent étaient ḫurāsāniens et cent daylamites, devaient1033

« toujours [être] tenues en bon état ; on les leur remettra quand il en sera besoin et on les leur reprendra ensuite. Parmi ces armes il y aura vingt baudriers et boucliers garnis d’ornements en or, cent quatre-vingts baudriers et boucliers ornés d’argent, et des lances de Khatt ».

  • 1034  Ex. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 81 (à propos de la mise à mort de l’émir Ayāz) : … anna Ayāz taq (...)
  • 1035  À l’exception des arsenaux fatimides, mieux connus notamment grâce à la description qu’en fait Ibn (...)
  • 1036  Supra.
  • 1037  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 477/LT p. 309-10.

144À l’époque qui nous concerne, ces arsenaux, qu’on appelait surtout ḫizānat al-silāḥ ou simplement ḫizāna (« magasin », « entrepôt »)1034, plutôt que zardḫāna, sont la plupart du temps passés sous silence par les chroniqueurs, de sorte qu’on ne sait pas comment ils fonctionnaient1035. Les silāḥdār-s les dirigeaient-ils, à l’image de l’amīr silāḥ, qui gérait l’arsenal du palais sous les Mamelouks ? Nous l’ignorons1036. À Damas, ils se trouvaient dans la citadelle, sous la responsabilité d’un officier proche du souverain. Lorsqu’une campagne était décrétée, les troupes régulières, membres du ‘askar, se voyaient offrir un jeu d’armes neuves ou rénovées qu’ils devaient restituer après leur retour. À l’évidence, une intendance s’occupait de remettre en état celles qui avaient été endommagées. Deux passages du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq évoquent la distribution1037 :

« Quand Muğīr al-dīn et ses compagnons (aṣḥāb) prirent connaissance de cette situation, ils se réunirent dans la citadelle, armés de pied en cap (bi l-silāḥ al-šākk) et firent prendre dans ses arsenaux (ḫazā’in) les armes et le matériel (‘udad) qui s’y trouvaient et qui furent distribués aux ‘askariyya. Ils décidèrent ensuite d’attaquer la populace assemblée (ğam‘ al-awbāš), de fondre sur elle et de la réduire à merci ».

  • 1038  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 298 (an 601) : incendie, pendant deux jours, de l’arsenal (izānat al (...)
  • 1039  ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 338 (exposition).
  • 1040  Dayl ta’rīḫ Dimašq, p. 521 ; éd. Amedroz, p. 340 (an 552/1157). Voir encore Guillaume de Tyr, RHC, (...)

145Les arsenaux, si importants qu’il fallait les reconstituer en cas de destruction inopinée1038, contenaient, en sus des armes des soldats1039, les précieuses machines de siège dont on apprend, à l’occasion de l’organisation d’une campagne de Nūr al-dīn contre les Francs, que le souverain tenait à organiser lui-même leur expédition1040 :

  • 1041  « Ilā l-‘askar al-manṣūr » dans l’éd. Amedroz ; ilā ‘askarihi al-manṣūr, dans l’éd. Zakkār.

« Nūr al-dīn arriva à la ville bien gardée (al-balad al-maḥrūs, soit Damas) le jeudi 27 rabī‘ I afin d’organiser la sortie des machines de guerre (ālāt al-ḥarb) et leur envoi à l’armée (‘askar). Il n’y resta que quelques jours, puis se dirigea sur le champ vers les armées de Turcomans et de bédouins rassemblées pour mener le ğihād contre l’ennemi infidèle. […] Dès son arrivée, il se mit en quête de réaliser ce qu’il était venu faire. Il ordonna d’expédier les mangonneaux (mağānīq) et les armes (silāḥ) nécessaires à l’arméevictorieuse1041et de proclamer, dans la ville bien gardée, aux ġuzzāt, aux muğāhid-s, aux aḥdāṯ  et aux fityān et étrangers volontaires de s’équiper et de se tenir prêt à aller mener le ğihād contre les Francs, [ces] tenants du polythéisme et de l’hérésie. Lui-même se mit immédiatement en marche vers l’armée victorieuse […] ».

  • 1042  H. A. R. Gibb, The Damascus chronicle of the Crusades, Londres, 1932, p. 38-9, ne parvient pas non (...)

146Apparemment, donc, seuls les soldats réguliers se voyaient distribuer des armes (du moins les ‘askariyya, puisqu’il n’est pas question des ağnād1042) ; les autres devaient eux-mêmes s’équiper. De toute façon, ces derniers faisaient surtout nombre ; on ne comptait guère sur leur efficacité.

  • 1043  Sur le kazaġand, A. Zouache, « L’armement entre Orient et Occident au vie/xiie siècle : casques, m (...)

147Un extrait du Kitāb al-I‘tibār décrit la mise à disposition, avant que les combats ne débutent, de cuirasses par le chef de l’armée. Au printemps 1110, aors que la trêve entre les Munqiḏites et les Antiochiens avait expirée, Tancrède attaqua la ville de Šayzar. La lutte s’engagea. À l’intérieur d’une maison qui lui appartenait, Ḥasanūn, le guerrier kurde dont il a déjà été question, attendait son cheval et son kazaġand1043. Pressé d’en découdre, il réclama au père d’Usāma un vêtement de protection, fût-il léger (libās ḫafīf). Ce dernier lui répondit :

« Ces mulets portent des armes (silāḥ) à disposition. Endosse celle qui te convient ». À ce moment-là, je me tenais derrière mon père ; j’étais tout jeune, c’était le premier jour où j’assistais à un combat ».

  • 1044 Kitāb al-Itibār, p. 66.

Ḥasanūn passa en revue les kazaġand-s, mais aucune ne lui alla. Écumant de rage, jaloux des exploits de Kāmil b. Mašṭūb, il se jeta au combat sans être cuirassé1044.

  • 1045  Th. Asbridge, S. B. Edgington, The Antiochene’s wars, p. 145. Baudouin vient d’arriver à Antioche (...)

148En terre franque, le prince distribuait également les armes avant une campagne. Gautier le Chancelier en fait même une obligation1045 :

« Quand tout ceci fut accompli, le roi, qui se trouvait à Antioche, réunit promptement ses gens au nom de la guerre, des régions lointaines ou proches, et de tous les lieux où ce fut possible. Puis il  s’occupa à s’armer, ainsi que ses hommes, avec des armes de guerre et autres équipements guerriers, ainsi qu’il convient à un roi ».

Conclusion

149Reconstituer les « structures » des principales armées syriennes des trois premiers quarts du vie/xiie siècle relevait en grande partie de la gageure. À de multiples reprises, il a fallu se reporter aux exemples abbasside, seldjouqide et fatimide, côté musulman, européen ou même chypriote côté chrétien. Des sources tardives, comme les Assises de Jérusalem ou la Taḏkira al-harawiyya, dont on ne sait pas vraiment à quel point elles renvoient également à des situations antérieures à leur époque de rédaction, ont permis de compléter les manques de la documentation. S’ils intéressent peu aux armées latines, la plupart des chroniqueurs latins ignorent presque complètement celles de l’ennemi. Là encore, les « pèlerins-écrivains » de la croisade se contentent généralement d’une image grossière et déformée des « païens ». Gautier le Chancelier n’apporte guère plus sur ce plan. De l’armée qui le séquestra à Alep, il ne dit rien. Il faut attendre, en fait, l’Historia de Guillaume de Tyr pour trouver une information quelque peu distanciée, sans doute parce que Guillaume appartenait à une génération qui avait appris à vivre face aux musulmans. Mais la curiosité dont il fait parfois preuve révèle aussi une personnalité originale, cultivée, pouvant dépasser, dans la deuxième partie de son œuvre, les a priori de ses prédécesseurs. Ses efforts d’explication du « phénomène mamelouk », par exemple, participent de notre connaissance des armées musulmanes. Il en est de même de ses portraits des principaux chefs de guerre musulmans, qui, il est vrai, en disent également beaucoup sur la perception qu’on pouvait en avoir, à Jérusalem, Antioche ou Tripoli.

  • 1046  Romain du Puy, seigneur d’outre-Jourdain, s’opposa au roi Baudouin II ; Hugues du Puiset (comte de (...)

150Dans quelle mesure ce qu’avancent les auteurs arabes était représentatif des connaissances partagées par l’élite cultivée des sociétés auxquelles ils appartenaient, nous l’ignorons. Des armées franques, ils ne disent pas grand-chose. Au mieux ils paraissent les ignorer, au pire les méconnaître. Quelques mots ici, une allusion là montrent que l’essentiel était connu. Grosso modo, on savait ce qui faisait la force des Templiers. Leur assise financière était connue de Yāqūt. Mais les chroniqueurs se contentent de cet « essentiel ». Pas plus que leurs homologues latins, ils ne cherchent à expliquer le fonctionnement des troupes ennemies. La même structure pyramidale caractérisait les armées des uns comme des autres. Au sommet, le souverain, roi, prince ou comte ici, malik et bientôt sulṭān là. Les auteurs arabes et latins s’accordent sur ce point : c’est à lui seul qu’il revenait de décider. L’armée, c’était avant tout un corps organisé autour d’un homme qui réalisait l’unité d’action, possédait, si possible, des qualités psychologiques d’exception et dont les paroles avaient valeur de prescription. Il n’en était pas moins entouré de dignitaires, grands émirs musulmans et barons francs, qui le conseillaient et bien souvent le suppléaient. Généralement tue lorsqu’il était présent, leur valeur est célébrée par les chroniqueurs lorsqu’il était absent, à l’occasion de victoires remportées sur l’ennemi, par exemple. De leur brio, il fallait évidemment se méfier. À Damas, sous les Bourides, on prit soin de limiter leur puissance. Malgré tout, des révoltes éclatèrent. Une partie de l’armée fit sécession avec Bazwağ, finalement ramené à la raison. À Alep, après la mort de Riḍwān et jusqu’à l’avènement de Zankī, qui détenait le pouvoir militaire contrôlait la ville et sa principauté. Malgré quelques révoltes contre le roi de Jérusalem1046, toutes mineures, et l’existence d’un « parti de la noblesse », parmi les Francs, l’armée demeura, globalement, un instrument au service de la politique des souverains. Et même si le roi de Jérusalem dut composer avec ses vassaux, il réussit sans trop de difficultés à secourir les autres Francs – notamment à Édesse.

151Seuls les Zankides bénéficièrent de conditions en partie analogues. Les figures de premier plan qui les entouraient, de Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġisiyānī à Šīrkūh, ne contestèrent pas leur autorité. Nūr al-dīn put leur accorder sans crainte des iqṭā‘-sde fort rapport, qui permettaient l’entretien de troupes personnelles nombreuses. Les possessions de Šīrkūh, qui lui procuraient de quoi entretenir notamment cinq cents mamelouks (les Asadiyya), lui auraient sans doute livré la ville d’Alep, pendant la période précédente. Lui et les autres grands émirs de Nūr al-dīn étaient en tout cas assez puissants pour, désormais, laisser dans leurs iqṭā‘-s de fortes garnisons, capables de réagir promptement aux attaques franques. Un peu sur le modèle du fief franc.

  • 1047  Voir, sur ce point, les réflexions de Th. Bianquis dans sa préface à M. Yared-Riachi, Politique ex (...)

152Mais l’un de ces grands émirs (Šīrkūh) ayant réussi à s’imposer en Égypte, une nouvelle dynastie fut fondée. Dès que Nūr al-dīn mourut, Saladin s’employa à s’approprier son héritage. En fait, l’obligation de loyauté pour un officier, sulṭān, malik, amīr, ou de rang plus modeste, envers ceux qui étaient au-dessus de lui et ceux qui lui étaient confiés était limitée, en terre d’islam. Il y avait une différence fondamentale entre la pratique musulmane et l’attitude franque. L’adoubement, le serment de vassalité, toute la superstructure intellectuelle et idéologique des légendes et des poèmes, des chansons de geste, mettait en valeur la loyauté comme une des vertus indispensables au noble combattant et la félonie comme une tare. Il n’y avait rien d’équivalent du côté musulman1047.

153Les échelons subalternes nous échappent presque totalement. Il n’est question que d’émirs, dans les rangs musulmans. Dans les armées franques, les « sergents » semblent occuper une place intermédiaire entre les chevaliers et les simples pedites, au début de la période qui nous occupe. Ensuite, le terme est diversement utilisé, par exemple par Usāma b. Munqiḏ. Il désigne les hommes mobilisés par les communes.

154Car les armées étaient diverses. À la base, dans les principautés musulmanes, une armée régulière (bien souvent appelée ‘askar), sorte de troupe personnelle constituée pour l’essentiel de cavaliers lourds, qui apparaît peu structurée à l’arrivée des Croisés. Elle s’étoffa tout au long du siècle. Les soldats professionnels (et notamment les mamelouks) devinrent plus nombreux, apparemment mieux encadrés, certainement mieux équipés. Très (trop) sollicités, ils étaient secondés par des soldats de moindre qualité, et par des combattants occasionnels (aḥdāṯ notamment) souvent mis à contribution, jusqu’au règne de Nūr al-dīn. Les troupes personnelles des grands émirs d’une part, les auxiliaires bédouins d’autre part, venaient compléter le tout. Longtemps difficiles à contrôler, ces derniers avaient l’avantage de n’être pas entretenus en dehors des périodes de combat.

155En théorie, dans le domaine franc, les armées n’étaient pas permanentes. Rapidement, en fait, les nécessités exigèrent du souverain qu’il disposât continûment de combattants hautement qualifiés. La multiplication des fiefs en argent mit effectivement des chevaliers à sa disposition. Des piétons furent stipendiés, mais de quelle manière, nous l’ignorons. De même, les Turcoples formaient des corps dont on ne sait pas comment ils étaient intégrés au reste de l’armée. Il est tentant, pour se faire une idée de l’organisation de l’ensemble, de se reporter à ce que l’on sait de l’armée créée par les ordres militaires. La règle du Temple et surtout ses retraits décrivent une organisation très hiérarchisée, qui assignait une fonction précise à chacun de ses membres. Une organisation qui préfigurait les armées de métier de la fin du Moyen-Âge et du début de l’époque moderne. Incontestablement, les États latins s’étaient munis de l’outil indispensable à leur survie face à un ennemi de plus en plus menaçant.

156L’institution très originale du restor illustre les efforts d’adaptation des Francs aux conditions proche-orientales. Baignant théoriquement en milieu hostile, ils surent rapidement passer outre aux traditions européennes. De même, sans doute la « chevalerie » fut-elle particulièrement ouverte, au moins jusqu’aux années 1150. Là encore, la nécessité fit loi. Le courage et l’aptitude au combat avaient déterminé les ascensions individuelles, pendant la première croisade. Cela fut également le cas, pour partie, par la suite.

157Pendant les trois premiers quarts du vie/xiie siècle, les Francs mirent en place les structures qui allaient leur permettre de résister aux coups de boutoirs portés par Saladin. Les musulmans consolidèrent très lentement celles dont ils avaient héritées, tout particulièrement des Seldjouqides (eux-mêmes héritiers de traditions diverses, turques, ghaznavides, abbassides, sāmānides). Ils ne purent commencer à renverser le rapport de force initial que sous les Zankides. Il n’y eut ni bouleversement des structures préexistantes, ni création d’organisations aussi originales que les ordres militaires chrétiens. Simplement, avec les Zankides, l’on passait à une autre échelle. Les moyens matériels qu’ils pouvaient mobiliser étaient sans commune mesure avec ceux de leurs prédécesseurs. Ces derniers, à Alep et à Damas, visaient avant tout la sauvegarde de leur indépendance. Pour cela, il fallait tout particulièrement assurer le ravitaillement de leur capitale. Des armées peu nombreuses mais hautement qualifiées furent chargées de cette mission. Elles échouèrent à Alep, où les Francs avaient réussi à contrôler les riches plaines sur lesquelles la ville s’appuyait traditionnellement. Les grands émirs s’emparèrent du pouvoir. À Damas, les Bourides parvinrent à résister à la pression franque, au prix de traités parfois désavantageux (surtout pour les paysans). Le dynamisme économique, marqué par la remise en culture de terres en jachères dès l’époque de Ṭuġtakīn, procura le numéraire nécessaire à l’emploi ponctuel de mercenaires turcomans et au versement de tributs importants.

  • 1048  La confiscation ne fut pas pratiquée à une échelle suffisamment grande pour représenter une source (...)

158Car la guerre avait un prix élevé. Les rares chiffres évoqués par les sources à propos de la moindre campagne vont au-delà de la centaine de milliers de dinars. L’imposition, qui constituait l’essentiel des ressources sur lesquelles les souverains pouvaient s’appuyer, finançait difficilement ces expéditions1048. Dès lors, elles ne pouvaient se renouveler. On mesure donc les moyens dont disposaient Nūr al-dīn et Amaury (qui fit appel à l’impôt général) pour attaquer l’Égypte à plusieurs reprises. Encore ne sait-on rien de l’entretien des armées régulières. Il est impossible d’estimer le nombre d’agriculteurs nécessaires à la production de ce que mangeaient les soldats et leurs montures – des improductifs. L’achat et l’entretien des animaux fragiles qu’étaient les chevaux pesaient très lourdement sur les budgets. Sans doute les Francs, en s’attaquant régulièrement aux troupeaux alépins, avaient-ils conscience des avantages stratégiques et tactiques qu’ils pouvaient tirer de telles attaques. Ils réussirent globalement, par ce biais et par d’autres, à maintenir un niveau de remonte satisfaisant. À cet égard comme à bien d’autres, le soutien occidental joua à plein. Sur ce plan également, les Francs paraissent avoir été mieux armés que leurs ennemis musulmans avant la montée en puissance zankide. Au fond, le seul appareil militaire bien organisé auquel ils eurent affaire, au moment de leur arrivée, l’appareil fatimide, était également le moins efficace et peut-être le moins convaincu, car les Francs constituaient une barrière inespérée entre l’Égypte fatimide et les Seldjouqides, qui lui étaient si hostiles.

Notes de fin

635  Voir également Richard Ritz-Nigel, De necessariis observantiis Scaccarii dialogus, rédigé entre 1176 et 1179, cité par G. Duby, Le dimanche de Bouvines. 27 juillet 1214, rééd. Paris, 1985 (1re éd. 1973) p. 132 : « L’argent est nécessaire, non seulement en temps de guerre, mais dans la paix. […] dans la guerre il est dépensé pour fortifier les châteaux, pour le gage des soldats, et en beaucoup d’autres occasions qui dépendent de la nature des personnes payées pour la défense du royaume ». Cf. également Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 192.

636   Sur l’Égypte fatimide, voir essentiellement W. J. Hamblin, Fatimid army, chap. 4. 1., p. 97-105, où les difficultés posées par toute estimation d’un budget militaire médiéval apparaissent clairement. L’auteur est obligé de multiplier les hypothèses (notamment à partir de chiffres qui renvoient à des époques largement antérieures ou postérieures à celle qui l’intéresse), ce qui pèse sur la crédibilité des estimations finales.

637  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 793 et suivantes, en tire l’essentiel de ses informations sur « Fiscalité et finances sur Nūr ad-Dīn ».

638  J.-M. Mouton, Damas, p. 219 sq.

639  Id., ibid., p. 220.

640  Voir les articles qui leur sont consacrés dans l’Encyclopédie de l’Islam(sous « djizya », « zakāt », « ṣadaqa », « ‘ushr », « maks », « kharadj » etc.).

641  Ibn Qudāma, Précis de droit musulman, p. 280-1, permet de connaître le montant de la ğizya à l’extrême fin du règne de Nūr al-dīn. N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 795-6, compare les chiffres qu’il donne à ceux se rapportant à la fin du règne fatimide au Caire, à la fin du vie/xiie siècle dans la même ville, en 1110 à Bagdad (cf. S.D. Goitein, « Evidence on the Muslim Poll Tax from non Muslim sources. A Geniza study », JESHO, vol. vi, 1963, p. 287).

642  Ibn Qudāma, op. cit., p. 59.

643  Par exemple al-Māwardī, Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 126 : māl al-fay’ ma’ḫūḏ ‘afwan wa māl al-ġanīma ma’ḫūḏ qahran. Mais le même auteur dit également, p. 136 : « Quant à al-ġanīma, elle a plus de catégories (aqsām) et de règles (aḥkām) parce qu’elle est le principe (aṣl) dont découle le fay’, ce qui fait que son champ d’application est plus vaste ».

644  Voir par exemple al-Māwardī, Akām al-sulṭāniyya, passim, où sont notamment exposées les divergences  (de détail) entre Hanéfites et Shaféites.

645  Cf. surtout al-Māwardī, Akām al-sulṭāniyya, chap. xii, p. 126-141 ; Ibn Qudāma, op. cit., p. 274 sq. ; F. Lokkegaard, « Fay’ », EI2a, t. ii, p. 869 ; Id., « Ghanīma », EI2a, t. ii, p. 1005 ; N. Élisséeff, op. cit., p. 802.

646  Ce qui ne signifie en rien qu’il ait été plus proche des pratiques en cours au vie/xiie siècle, son ouvrage étant surtout théorique.

647  Al-Māwardī, op. cit., p. 131.

648  Op. cit., p. 277-8 puis p. 275-6.

649  Voir ci-dessous les avis divergents des juristes exposés par al-Māwardī.

650  Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 138-141pour tout ce qui suit.

651  J. Riley-Smith, « Early crusaders to the East and the costs of crusading 1095-1130 », dans M. Goodich, S. Menache et S. Schein (éd.), Cross cultural convergences in the Crusader periody, New York etc., 1997, qui à la question were the early crusades at least in part large-scale plundering expeditions (p. 244) répond it is difficult to maintain either that the establishment of Western settlements in Palestine was in the minds of the armsbearing crusaders form the start or that they were moved by the prospects of plunder (p. 256). En fait, J. Riley-Smith montre que se croiser n’était pas une bonne affaire pour les membres de familles de possédants. Cela ne signifie néanmoins pas qu’ils en étaient conscients avant de partir, ni qu’ils ne participaient pas de la mentalité de leur époque, qui liait étroitement guerre et pillage/enrichissement. Voir également, du même auteur, « The motives of the earliest crusaders and the settlement of Latin Palestine, 1095-1100 », English Historical Review, t. 98, 1983 ; The First Crusade and the idea of crusading, Londres, 1986 ; The first Crusaders, 1095-1131, Cambridge, 1997.

652  Histoire anonyme de la première croisade, p. 46-9. W. G. Zajac, « Captured property on the first crusade », dans J. Philipps (éd.), The First Crusade : origins and impact, Manchester, 1997, p. 155, confond l’intervention de Bohémond adressée « aux autres, c'est-à-dire au comte de Saint-Gilles, au duc Godefroy, à Hugues le Mainsné, à l’évêque du Puy et à tous les autres chevaliers du Christ, de se hâter et de marcher rapidement au combat, leur faisant dire : “Si aujourd’hui ils veulent prendre part à la lutte, qu’ils viennent vaillamment” » et « l’entretien intime » (sermo secretus) que les Croisés eurent entre eux.

653  Histoire anonyme de la première croisade, p. 212-3. Voir également p. 50-51, 66-7, et index p. 231 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, p. 491-2.

654  Des mesures étaient souvent prises par les commandants pour empêcher que les soldats oublient de combattre, obnubilés qu’ils étaient par le butin. Cf. les exemples donnés par R. C. Smail, Crusading warfare, p. 123 et n° 3.

655  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 274.

656  Albert d’Aix, op. cit., L. vi, 23, p. 479, à propos du Templum domini. Sur cette « loi de conquête », voir J. Prawer, The Crusader’s kingdom, p. 63-4 et n° 6, ainsi que W. G. Zajac, op. cit., p. 162-3, avec d’autres références aux sources latines. Les prises d’Antioche, de Ma‘arrat al-Nu‘mān et de Jérusalem, tout particulièrement, laissent penser qu’aucune règle n’avait cours parmi les Croisés.

657  W. Zajac, ibid., p. 169 sq.

658  Alors qu’il avait ravagé les environs de Soisson, à la fin du ve siècle, Clovis demanda à ses soldats de l’autoriser à prendre, en plus de sa part de butin, un vase. L’un d’entre eux refusa. Plus tard Clovis le lui fit payer. Voir Grégoire de Tours, Libri historiarum, éd. B. Krusch et W. Levison, Hanovre, 1951, p. 72-3 ou ii, chap. 27, p. 139-40 ; W. J. Zajac, op. cit., n° 13 p. 173 ; H. Nicholson, Medieval warfare, p. 133.

659 Al-Māwardī, Akām al-sulṭāniyya, p. 130 sq. ; D. Jenkins (éd. et trad.), The law of Hywel Dda : law texts from Medieval Wales, Llandysul, Dyfed, 1986, p. 10 ; W. G. Zajac, « Captured propertyand the First Crusade », op. cit., p. 157 ; J. Powers, « Frontier competition and legal creativity : a Castilian-Aragonese case study based on twelfth-century municipal military law », Speculum, vol. LII, 1977, p. 478-9 ; Id., A society organized for war : the Iberian municipal militias in the central Middle Ages, 1000-1284, Berkeley, 1988, chap. VII, et surtout p. 163 ; D. Nicolle, Medieval warfare source book. Christian Europe and its neighbours, p. 239-40, 246 ; P. Buresi, La frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule ibérique, Paris, 2004, p. 108.

660  Historia, RHC, Oc., t. iv, L. x, 29-31, p. 644-5 (31, p. 645 pour la part du roi).

661  Gautier le Chancelier, Bella Antiochena, RHC, Occ., t. iii, L. I, 7, p. 94-5 ; Th. S. Asbridge, S. B. Edgington, The Antiochene’s wars, p. 106.

662  Guillaume de Tyr, op. cit., L. x, 13 ; Croisades et pèlerinages, p. 531. Voir le récit de S. Runciman, Histoire des croisades, p. 347. Pour Artāḥ : Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. ix, 47, p. 621.

663  Sur ces deux derniers points, voir les exemples donnés par R. C. Smail, Crusading warfare, n° 3 et 4 p. 103, et l’extrait de l’Historia de Guillaume de Tyr ci-dessous. Voir encore les quelques lignes des Annales ianuenses de Caffaro citées par W. G. Zajac, op. cit., p. 158.

664  Charte datée de 1174 : R. Röhricht, Regesta regni Hierosolymitani, n° 519, n° 212 et 477 ; J. Richard, Le comté de Tripoli, p. 56.

665  J. Delaville-Le Roulx, Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem 1100-1310, n° 402 ; R. Röhricht, Regesta Regni Hierosolymitani, n° 452.

666  Historia, RHC, Occ., L. xvii, 27, p. 805 ; Croisades et pèlerinages, p. 639-40. Il s’agit de l’échec devant Ascalon.

667  Ibid., L. xx, 9, p. 954.

668 Ibid. ; Croisades et pèlerinages, p. 679. Noter que le traducteur médiéval ne traduit pas ce passage.

669  Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 133-4.

670  Sens déduit de ce qui avait été dit auparavant ; on peut également traduire « sans qu’il y ait compensation », ou « sans qu’il y ait apaisement ».

671  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 402/LT p. 233-4.

672  Ibn Abī Ṭayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 306. Selon lui, les Turcomans allèrent vendre leur butin « dans le Diyār Bakr, à Mossoul, en Djéziré ».

673  Inscription retrouvée le siècle dernier dans la cours de la mosquée Dayr al-Muslimīn de Bosra ; Cf. M. Van Berchem, « Inscriptions arabes de Syrie », Mémoires de l’Institut égyptien, t. iii, 1897, repris dans Opéra Minora, t. i, Genève, 1978, p. 368-81 ; RCEA, t. viii, n° 3146 ; C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 550-2 (analyse de l’inscription et de l’extrait d’Usāma) ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 296-8 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 87 sq. ; UMR 5648, Pays d’islam et monde latin, xe-xiiie siècle. Textes et documents, loc. cit., p. 117-20. Le waqf est consacré pour « la libération des Musulmans des prisons des infidèles, al-kuffār, de ceux qui sont sans famille et qui n’ont pas les moyens de se libérer eux-mêmes ». Noter que l’inscription fait expressément mention du fait que cela n’était réservé qu’aux sunnites, ahl al-sunna. Enfin, la constitution du village en waqf est réalisée en fait par Surhak, serviteur d’Anur.

674 Kitāb al-Itibār, p. 81-2.

675  J.-M. Mouton, Damas, p. 87.

676  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 398 (an 549/1154).

677  Lettre traduite par S. D. Goitein, A Mediterranean society, vol. V, The Individual, Berkeley, 1982, p. 374-9. Voir plus spécialement p. 376 : Had the accepted practice been followed, that is, of selling three Jewish captives for a hundred (dinars), the whole available sum would had been spent for the ransom of only a few.

678  Un autre document de la Geniza (S. D. Goitein, A Mediterranean society, vol. ii, p. 137) fait état des efforts d’un homme de lettre pour réunir la même somme par captif, au xiie siècle. Voir également Y. Friedman, Encounter between enemies. Captivity and ransom in the Latin Kingdom of Jerusalem, Leyde etc., 2002, p. 149.

679 Kitāb al-Itibār, loc. cit. ; Y. Friedman, « The ransom of captives in the Latin Kingdom of Jerusalem », dans M. Balard (éd.), Autour de la première croisade, Paris, 1996, p. 183.

680 Kitāb al-Itibār, p. 80-1. Le fils du gouverneur d’al-Ṭūr avait été fait prisonnier par le seigneur de Bayt Ğibrīl, qui fixa sa rançon à 2 000 dinars. Un an ayant passé sans nouvelle, on lui adjoignit un autre prisonnier, le bédouin en question. Ce dernier fut libéré après que le fils du gouverneur ait promis au seigneur qu’il se rendrait auprès de son père afin de ramener l’argent de sa propre rançon, à laquelle celle du bédouin s’ajouterait. Des mois passèrent ; le bédouin ne revenait pas. En fait, il passait son temps à creuser un souterrain jusqu’à la fosse où le fils du gouverneur était détenu. Finalement, il acheva le souterrain et le fit s’évader.

681  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 471.

682  À Nicée, ce sont les Byzantins qui mènent les opérations. Voir Anne Comnène, Alexiade, t. iii, p. 7-16.

683  Selon Montecuccoli, cité par A. Corvisier, La guerre. Essais historiques, p. 200. Les problèmes d’argent sont récurrents dans les passages de l’Alexiade d’Anne Comnène consacrés à la première croisade.

684  F. A. Cazel, Jr., « Financing the crusades », dans K. M. Setton (éd.), A history of the Crusades, t. V, p. 118. Voir également G. Duby, Le dimanche de Bouvines. 27 juillet 1214, p. 134 sq.

685  RHC, Occ., t. iv, vii, 53, p. 542.

686  Sur ce point, Y. Friedmann, op. cit., passim ; Id., ; J. Richard, « Les prisonniers et leur rachat au cours des croisades », Actes du 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 1996, p. 63-73.

687  Un tableau partiel mais commode est donné par Y. Friedman, Encounter between enemies, p. 158-161 (p. 158-9 pour la période qui nous occupe). De nombreuses sources arabes ne sont pas prises en compte.

688 Zubda, t. ii, p. 221 sq. Voir également Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 103 et index (sous Baġdawīn). Il est possible que lorsqu’il évoque 80 000 dinars (et 30 prisonniers) à propos de « Baudouin le Petit », Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 106, ait confondu les deux Baudouin.

689  Autres références dans Y. Friedman, loc. cit.

690  Cenz mile michelois : c’est une maniere de besanz qui lors coroientEracles, dans Historia, RHC, Occ., t. i, L. xiii, 15, p. 576 (confusion dans le tableau d’Y. Friedman). Cela ferait 75 000 dinars. Mais le taux de change entre besants et dinars dépendait de nombreuses conditions, et notamment de la qualité des monnaies échangées. Plusieurs auteurs se sont penchés sur le problème avec plus ou moins de bonheur. Cf. les références citées par Y. Friedman, op. cit., n° 160 p. 151. Le taux de quatre besants pour trois dinars est avancé par D. M. Metcalf, « Islamic, Byzantine and Latin influence in the iconography of Crusader coins and seals », dans K. Cigaar et H. Teule, East and West in the Crusader states, Leuwen, 1999, p. 167.

691  À moins qu’il ne s’agisse d’une confusion de Maqrīzī ou de sa source. Voir N. Élisséeff, op. cit., p. 841.

692  Cf. J.-M. Mouton, Damas, p. 230. Ou même aux deux cent mille dinars annuels qui auraient été consacrés, selon Abū Šāma, aux œuvres de bienfaisance sous Nūr al-dīn : Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 71. Le rachat de prisonniers musulmans était compté parmi ces dépenses. Cf. N. Élisséeff, ND, p. 810.

693  Bustān, p. 135 (an 560). Intéressante analyse de la libération par Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 11, p. 900 sq. ; Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 326, chiffre également la rançon à 100 000 dinars (outre le « jeune prince », « tous ceux qu’il détenait » ; noter l’intervention de Thoros). Sur l’intervention byzantine, voir M. W. Baldwin, « The Latin states under Baldwin III and Almaric I », dans K. M. Setton (éd.), A history of the Crusades, t. i, p. 554-4 ; R.-J. Lilie, Byzantium and the Crusader states, 1096-1204, p. 190-1.

694  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 68 (« il avait été fait prisonnier par Nūr al-dīn en 559, et était resté dix ans en prison, jusqu’à cette année, Sa‘d al-dīn le relâchant contre 150000 dinars ṣūrī et mille prisonniers ») ; version un peu différente d’Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 350 (« il était – que Dieu le maudisse – prisonnier de Nūr al-dīn depuis la déroute de Ḥārim ; il avait proposé de se racheter pour beaucoup d’argent, mais Nūr al-dīn avait refusé. Puis lorsqu’il fut sur le point de mourir, Faḫr al-dīn Mas‘ūd Ibn al-Zaġfarānī insista tellement auprès de lui qu’il le vendit pour 150000 dinars et la libération de mille prisonniers ») ; Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 365 ; Guillaume de Tyr, op. cit., L. xx, 28, p. 995. Une charte (cf. référence dans Y. Friedman, op. cit., tableau 2, p. 160) fait mention d’une participation des Hospitaliers de l’ordre de 37 000 besants. Le roi de Jérusalem aida le comte à payer (Guillaume de Tyr, loc. cit.).

695  Cf. Y. Friedmann, loc. cit.

696  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 252 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. i, p. 127-8 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 361 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 38.

697  Buġya, t. vii, p. 3478.

698  Guillaume de Tyr, op. cit., L.xviii, 9, p.

699  Bustān, p. 132 ; Grégoire le Prêtre, Chronique, RHC, Arm., t. i, p. 190 ; Kinnamos, RHC, Gr., t. iv, 21, p. 188 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p.356 ; N. Élisséeff, ND, p. 542.

700  Soit 40 kg d’or.

701  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 55-6.

702  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 206 (an 516/1122) ; Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 66-7 (Ḥasanūn), p. 80 (fils du gouverneur ; voir supra, n° 675).

703  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 102, an 517/1123-4. Pour les šīnī et la buṭṣa, voir n° 3. Quant à l’événement dont il est fait état ici, il ne peut s’agir de la bataille de mai 1123 qui eut lieu au large d’Ascalon lors de laquelle les Égyptiens, défaits par une importante flotte vénitienne, auraient perdu plusieurs galères (voir notamment Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, LT p. 160 ; Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xii, 23, p. 546-7, qui paraît exagérer les dommages égyptiens ; Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, L. iii, 20, p. 452-3). Avant cette bataille, les Égyptiens avaient assiégé Jaffa sans succès par voie de terre et par voie de mer. Ni Ibn al-Ma’mūn (Aḫbār Miṣr, éd. A. F. Sayyid), ni Ibn Muyassar (Aḫbār Miṣr, cf. p. 91 sq.) ne donnent la même information que Maqrīzī, qui peut, il est vrai, confondre différents événements. Sur le contexte, voir M. Yared-Riachi, Politique extérieure, chap. ix, et notamment les pages 150-1.

704  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, dans Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 52, à propos des cadeaux reçus par Nūr al-dīn, confiés au cadi afin qu’il les consacre aux mosquées.

705  J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, p. 74-5. Péage du même type à Tripoli : au pont de Mont-Pèlerin jusqu’en 1125 (ensuite, il est cédé aux Hospitaliers), entre Ṭarṭūs et Le Crac des Chevaliers.

706  Cf. par exemple Tancrède qui exige le paiement du tribut annuel par les Alépins, dans Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 156 (an 504).

707  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. x, 4, p. 633, selon lequel le roi Baudouin voulait accepter les conditions à lui offertes par les habitants de Saïda, mais redoutait les reproches des « fidèles du Christ ».

708  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 278 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 191.

709  Raymond d’Aguilers, loc. cit.

710  Cf. H. Dajani-Shakeel, « Diplomatic relations between Muslim and Frankish rulers 1097-1153 », p. 190-215.

711  Cf. J. Tolan, Sarrasins, passim.

712  De laude novae militiae, www.deremilitari.org. Mais saint Bernard s’explique ailleurs : s’il convient de tuer les païens, c’est parce qu’ils constituent une menace ; en temps « normal », un autre moyen de les empêcher d’opprimer les chrétiens ne serait pas mal venu.

713  Sur ces termes et, plus généralement, les théories juridiques sur la guerre et les musulmans, voir M. Khadduri, op. cit., chap. 28 (notamment p. 203 sq.), résumé dans Id., « Hudna », EI2a, t. iii, p. 546 (Hudna : abstract noun from the root H. D. N. with the sense of ‘‘calm’’, ‘‘peace’’. Other terms which have the same meaning are muwāda‘a, muṣālaḥa, musālama and mutāraka, the general meaning of which in Islamic law is the abstention of the parties concerned from hostilities against each other. The process of entering into a peace argeement with the enemy is called muhādana or muwāda‘a, but the instrument of peace is hudna (peace agreement) ; Id., « Ṣulḥ », EI2a, t. ix, p.845 ; J. Schacht., « ‘ahd », EI2a, t. i, p. 255. Sur les trêves entre Musulmans et Francs, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 68 et suivantes, qui s’appuie sur M. Köhler, Allianzen und Verträge, passim.

714  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 141.

715  Ibn AbīṬayyi’ ap. AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 329. Autre exemple : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 246 (an 522) : forte somme d’argent payée à Josselin d’Édesse pour qu’il laisse Alep tranquille.

716  Voir en général M. Khadduri, War and peace in the law of Islam, p. 216 sq. ; H. Dajani-Shakeel, « Diplomatic relations between Muslim and Frankish rulers 1097-1153 », p. 211-2.

717  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 398 (an 549).

718  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 264.

719  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 147-8.

720  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 268 et 273 (an 503) ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 156 (an 504) ; Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, trad. Cl. Cahen, « Compléments aux Historiens arabes des Croisades : extraits d’Ibn Abī Ṭayyi », Studi in onore di F. Gabrieli, Rome, 1984, t. i, p. 143-4 (an 503 ; selon lui les prisonniers libérés sont au nombre de quarante).

721  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 141 (an 504). Ibn al-‘Adīm maintient pourtant, ibid., t. ii, p. 163, un montant de 20 000 dinars pour les Alépins (refus, en fait, de Tancrède d’accepter cette somme).

722  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 292 ; Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 163.

723  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 179, 185, 231-2.

724  Ibid., p. 186 (an 513).Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 151.

725  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 408 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 299. Voir également Ibn al-Aṯīr, ibid., p. 254 (Ḥārim).

726  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 21 ; Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 223 (versement non effectué).

727  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. vii, 12, p. 514 ; 13, p. 515. Voir également ibid., L. vii, 51, p. 541 (délégations d’Ascalon, de Césarée, d’Acre et de Tyr chargées de présents et des tributs sollicitant le respect des accords passés).

728  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 122 (an 501/1107-8).

729  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 269.

730  Ils lui réclamèrent, selon Ibn al-Qalānisī (ibid., p. 275) 7 000 dinars en un an et trois mois.

731  Voir J.-M. Mouton, Damas, p. 69-70, 71.

732  Mais il ne s’agit pas ici, à proprement parler, d’un tribut. Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. v, 7, p. 669.

733  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 398 ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., éd. Amedroz, p. 314 ; Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 301.

734 Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 259.

735  Sans doute jusqu’en 552/1157, date à laquelle la trêve avec les Francs fut rompue. En 553-4/1158-9, Ṭalā’i‘ versa tribut à Nūr al-dīn, vers lequel il s’était tourné. Lors d’une ambassade, il est fait état d’un cadeau d’une valeur de 30000 dinars, et de 70000 dinars de contribution à la lutte contre les Francs. Voir Th. Bianquis, « Ṭalā’i‘ b. Ruzzīk », EI2a, t. ix, p. 149 ;A. F. Sayyid, Al-dawla al-fāimiyya, tafsīr ğadīd, p. 217 (et n° 43 les références aux sources arabes mentionnant l’ambassade). À noter que les Francs tentèrent, selon Maqrīzī (A. F. Sayyid, loc. cit.), de convaincre Ṭalā’i‘ de revenir à l’alliance avec eux en lui envoyant un ambassadeur chargé de présents.

736  Sans succès selon Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā, t. iii, p. 266. Mais on sait par ailleurs que Ḍirġām s’accorda cette année-là avec les Francs dont il obtint d’essayer d’empêcher les troupes de Nūr al-dīn d’envahir l’Égypte. Cf. A. F. Sayyid, op. cit., p. 224 ; N. Élisséeff, ND, t. ii, p. 582-4.

737  Parmi les sources arabes (redondantes), voir Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 11-14.

738  En 544/1150, al-‘Ādil b. al-Salār envoie Usāma auprès de Nūr al-dīn avec de l’argent, afin de l’inciter à attaquer Tibériade, mais cet argent ne devait être donné au Zankide que dans le cas où il effectuait cette attaque (Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 10 et suivantes). En 558/1163, Šawār, qui s’était déplacé à Damas, lui promit le tiers des revenus égyptiens ; une fois Ḍirġām évincé, il refusa de payer, mais dut faire appel aux Francs pour que Šīrkūh accepte de s’en aller ; lors de la deuxième expédition de Šīrkūh, en 562/1167, il reçut finalement 50 000 dinars avant de quitter l’Égypte.

739  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 514.

740 Historia, RHC, Occ., t. i, L. xx, 29-30, p. 995-999

741  Takira al-harawiyya, p. 227. Voir aussi al-Ṭurṭūšī dans Ibn Ḫaldūn (qui le critique), al-Muqaddima, trad. V. Monteil, p. 240.

742  Traité de gouvernement, chap. 19, p. 160-1, à propos des « moufred » (soldats d’élite ?), auxquels des rations quotidiennes et des appointements sont fournis.

743  Ibid., chap. 23, p. 170-1.

744  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 83 : « Il dit : Il avait un groupe nombreux d’écuyers ḫurāsāniens (Ḫurāsāniyya [] l-rikāb) auxquels était versée une forte solde (ğāmakiyya wāfira), qu’on rassemblait, au dīwān, là où cela était prévu/là où il le fallait (wa kāna fī l-dīwān [man] yağma‘ūnahā min ğihātihā), et qu’on leur répartissait tous les trois mois. Une année, la solde tarda un peu ».

745  D. Nicolle, Medieval warfare source book, t. ii, Christian Europe and its neighbours, p. 253 pour les Abbassides. Il lie cette périodicité à un manque de numéraire. L’un des paiements était fait pendant la revue annuelle des troupes (‘arḍ).

746  B. J. Beshir, « Fatimid military organization », p. 45.

747  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 121. Ibn ‘Ammār voulait se rendre à Bagdad via Damas.

748  Id., ibid., p. 288, an 505 : wa kāna lahum fīhā al-ğirāya wa l-wāğib fī kull šahr. Ibn al-Qalānisī différencie al-ğirāya et al-wāğib, sans doute pour wağība (« pension, gage, solde etc. »). Pour R. Le Tourneau (p. 115), il s’agit de « soldes » et de « rations ».

749  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 200-1 (an 515).

750  Cl. Cahen, « ‘Aṭā’ », EI2a, t. i, p. 729.

751  Wāğib dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī.

752  W. J. Hamblin, op. cit., p. 119.

753  Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuğūm al-hira, t. v, p. 244 (traduit ici) ; Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā, t. iii, p. 190-1. Les versions de ces auteurs se complètent. Cf. également Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, ii, 59 v°.  A. F. Sayyid a reconstitué la version d’Ibn al-Ṭuwayr dans son édition de la Nuzhat al-muqlatayn fī aḫbār al-dawlatayn, p. 41-2.

754  Ce dernier paragraphe est bien plus clair dans l’Itti‘āẓ.

755  Mais voir Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 300 (an 507/1113-4).

756  ‘Imād al-dīn, ap. al-Bundarī, p. 75-6 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 14.

757  Ibn al-Aṯīr, loc. cit.

758  Id., Bāhir, p. 139.

759  Après les combats, des « gratificationsdiscrétionnaires » peuvent être atribuées à ceux qui n’ont pas droit au partage du butin : femmes, enfants, infidèles ou esclaves, et ce « en proportion de leurs services » (Ibn Qudāma, Précis de droit, op. cit., p. 276).

760  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 124 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 722.

761  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 89. Cf. également Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 241 ; Sibṭ b. al-Ğawzī, Mir’at al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 458-9.

762  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 409.

763  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 198 : tableau des soldes journalières en Angleterre (de 1150 environ à 1300 environ) et en France (1202 et 1295).

764  C. E. Bosworth, « Recruitment, master and review in medieval Islamic armies », dans V. J. Parry et M. E. Yapp (éd.), War, society and technology in the Middle East, Londres, 1975, p. 73-4 ; W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 116-7.

765  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 362, an 526.

766  Ta’rīḫ al-zamān, p. 134-5 (année 508/1115). La version de E. A. W. Budge, Chronography, Londres, 1932, p. 246, citée par G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 1158-9, est légèrement différente (elle précise que la solde est mensuelle) : « Elle rassembla une vaste armée de cavaliers et de fantassins et, chaque mois, elle donnait douze dinars d’or à chaque cavalier et trois dinars à chaque fantassin ».

767  Les troupes régulières recevaient soit l’infāq (les Ḥuğariyya, et peut-être les autres régiments stationnés au Caire ; partiellement en nature), soit l’īğāb (troupes stationnées dans les garnisons de province) ; enfin, certains détenaient des iqṭā‘-s. Voir essentiellement Cl. Cahen, « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al-Makhzūmī », JESHO, vol. xv, 1972, p. 163 et suivantes, p. 171 et suivantes ; W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 106-114.

768  Itti‘āẓ al-unafā, t. iii, p. 241-2 ; W. J. Hamblin, op. cit., p. 116.

769  C’est ce que pense W. J. Hamblin, op. cit., p. 116-7 (il s’appuie aussi sur quelques autres chiffres, et discute les critères possibles de différenciation).

770  Leur titre laisse penser qu’ils étaient à cheval. Voir également W. J. Hamblin, op. cit., p. 47-8. L’auteur arabe le mieux informé est Qalqašandī (Ṣubḥ al-a‘ša, index).

771  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, an 544 (Ibn Salār) ; Ibn Ṭaġrībridī, al-Nuğūm al-ẓāhira, t. v, p. 338 (Šāwar) ;  G. Wiet, L’Égypte arabe, p. 292.

772  E. Ashtor, Social and economic history of the Near East in the Middle Ages, Berkeley, 1976, p. 132-3, 154, cité par W. J. Hamblin, op. cit., p. 118 et n° 1.

773  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 10, 13-14.

774  Ibn al-Ğawzī, Muntaam, t. xvii, p. 203-4.

775  Usāma b. Munqiḏ, op. cit., p. 49-50.

776  Usāma b. Munqiḏ, op. cit., p. 75. L’événement dont il est ici question est la prise de Kafarṭāb par Bursuq b. Bursuq, en septembre 1115.

777  Il n’est pas inintéressant de comparer les sommes dont il vient d’être question au salaire de l’artisan qui édifia le mašhad dans lequel Riḍwān fut enterré, selon Ibn Abī Ṭayyi’, dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, I, 75 v° (cité par A.-M. Eddé, « Riḍwān, prince d’Alep de 1095 à 1113 », REI, vol. liv, p. 124 et n° 91) : le mašhad coûta 40 000 dinars, et l’artisan, nommé Amān b. Mušīr, toucha un dinar par semaine (soit 4 dinars/mois).

778  Voir G. Duby, Le dimanche de Bouvines, p. 137 et suivantes.

779  Ph. Contamine, La guerre au Moyen Âge, p. 197 ; H. Nicholson, Medieval warfare, p. 48-9.

780 Assises, éd. RHC, Occ., Lois, t. i, chap. 134-7, p. 209-212 ; J. Richard, « The political and ecclesiastical organization of the Crusader states », dans K. M. Setton (éd.), A history of the Crusades, t. v, p. 226.

781  Selon les auteurs. Essentiellement Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 250 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 99 ; Raoul de Caen, Gesta Tancredi, L. l, p. 643.

782  J. Prawer, « La noblesse et le régime féodal du royaume latin de Jérusalem », Le Moyen Âge, 1959, p. 60.

783  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 457 et n° 247 pour ce qui est du domaine arménien : « Il semble, d’ailleurs, que les cavaliers aient perçu une solde trois fois plus élevée que les fantassins ».

784  Sur le phénomène de l’iqṭā‘, voir Cl. Cahen, « L’évolution de l’iqṭā‘ du ixe au xiiie siècle. Contribution à une histoire comparée des sociétés médiévales », AESC, 1953, p. 25-52, repris dans Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 231-69 (réimpression ici utilisée) ; Id., « Iḳṭā‘ », EI2a, t. iii, p. 1088 ; A. K. S. Lambton, « Reflexions on the iqṭā‘ », Arabic and Islamic Studies in honour of H. A. R. Gibb, Leyde, 1965, p. 621 et suivantes. Il est utile également de se référer à R. S. Humphreys, The Ayyubids of Damascus, Appendix B, p. 371-5, et A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 279 et suivantes.

785  Op. cit., p. 265 et passim.

786  J.-M. Mouton s’est penché sur la question des iqṭā‘-s bourides, N. Élisseff sur les iqṭā‘-s zankides. Seuls nous intéressent, a priori, les iqṭā‘ militaires, ceux que R. S. Humphreys appelle les « iqṭā‘-s des émirs ».

787  Sur les différents types d’iqṭā‘-s sous les Seldjouqides, voir Cl. Cahen et A. K. S. Lambton, loc. cit. Commode, A. K. S. Lambton, Continuity and change in medieval Persia, New York, 1987, p. 99 et suivantes (cinq types distingués).

788  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 174 (an 509).

789  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 77.

790  Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. ii, p. 118 (an 487) : « et il attribua al-Šām en iqṭā‘ à son armée (li ‘askarihi), Ma‘arrat al-Nu‘mān et Lattaquié à Yāġī Siyān. Puis il nomma Abū l-Qāsim b. Badī‘ vizir d’Alep » ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 247 (an 522).

791  Voir supra, « Les ethnies ». Ṣāliḥ b. Yaḥyā, Histoire de Beyrouth (voir les références dans J.-M. Mouton, op. cit., n° 40 p. 187) ; Cl. Cahen, op. cit., p. 258 (et n° 8) et suivantes ; K. Salibi, « The Buḥturids of the Ġarb, medieval lords of Beirut and of Southern Lebanon », Arabica, t. viii, 1961, p. 80. Pour J.-M. Mouton (ibid., p. 187-8), « il n’est pas certain que l’iqṭā‘ s’accompagnât d’un abandon systématique de souveraineté ». Il en serait donc de même que sous les Zankides, qui faisaient très attention à éviter un transfert total de leur pouvoir.

792 ‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, p. 382-3 (an 524). Comme l’iqṭā‘ constituait la solde des émirs, en promettre était normatif. Ainsi des Bourides envers Nāğm al-dīn Ayyūb, en 541 (Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 345). À la mort de Šīrkūh, Ḍiyā’ al-dīn Īsā al-Hakkarī réussit à convaincre les grands émirs de soutenir Saladin en promettant, notamment, des iqṭā‘-s de fort rapport. Voir encore, mais ne concernant pas la Syrie, de tels usages dans Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 26 ; Ibn al-Ğawzī, Muntaẓam, éd. Beyrouth, 1358 H., t. ix, p. 206.

793  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 254(an 500/1106-7). Ci-dessous, des vues stratégiques analogues des Égyptiens, à la fin de la période que nous étudions. J.-M. Mouton, op. cit., p. 186, signale que les princes se servirent également de l’iqṭā‘ comme monnaie d’échange pour persuader des gouverneurs ayant du mal à quitter des places fortes.

794  En Syrie du Nord, sous les Ayyoubides, alors qu’al-Ẓāhir avait pris soin de contrôler les émirs, et d’éviter de leur en concéder de trop étendus, les iqṭā‘-s s’échelonnaient entre 40 et 250 cavaliers : A.-M. Eddé, op. cit., p. 282.

795  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. iv, 1, p.95, seul chroniqueur à apporter cette information.

796  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 169 : « […] lorsque un d’entre eux (ses soldats : ağnād) mourait et qu’il laissait un fils, il lui confirmait son iqṭā‘. Si l’enfant était grand, il s’en occupait lui-même ; s’il était petit, on lui adjoignait un homme intelligent, digne de confiance, qui gérait ses affaires jusqu’à ce qu’il grandisse. Les soldats disaient “Ceci est notre propriété (amlāk) ; elle se transmet de père en fils. Nous combattrons pour elle”. Ce fut l’une des principales causes de [leur] fermeté pendant les combats et les batailles (fī l-mašāhid wa l-ḥurūb) ». On ne sait pas vraiment quand Nūr al-dīn prit la décision. Dans le Kāmil, t. ix, p. 463, Ibn al-Aṯīr dit qu’après la défaite de la Bocquée (an 558), « il envoya des messages à Alep et à Damas, fit venir argent, vêtements, tentes, armes et chevaux. Il les donna aux soldats (al-nās) en remplacement de tout ce qui leur avait été pris, selon leurs déclarations. Alors l’armée (al-‘askar) redevint comme si elle n’avait pas subi de déroute. Les iqṭā‘-s de tous ceux qui avaient péri furent attribuées à leurs enfants ». Quant à ce dernier point, rappelons qu’en Occident, lorsque un enfant était détenteur d’un fief (« fief en quenouille »), un baillistre pouvait l’administrer provisoirement.

797  Voir par exemple Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. al-Shamma, t. iv, 1, p. 56, citant Ibn Ḫallikān (s. v.). Rien ne dit que ce Šīrkūh n’avait pas une armée plus étoffée, puisqu’il n’est question ici que de mamlūk-s.

798  Cf. N. Élisséeff, ND, p. 727-8.

799  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. iv, 1, p. 76-80 (an 564). Autres exemples de partage des revenus entre Francs et Musulmans dans R. C. Smail, Crusading warfare, n° 7 p. 59 (notamment la Riḥla d’Ibn Ğubayr).

800  Des mots étant illisibles dans le texte à notre disposition, nous ne sommes pas sûrs de cette dernière phrase.

801  Sur les différents types de fiefs voir supra.

802  Voir J. Prawer, « Social classes in the Latin kingdom : the Franks », dans K. M. Setton (éd.), A history of the crusades, vol. V, p. 135-6.

803  J. Richard, Histoire des croisades, p. 105.

804  Zubda, t. ii, p. 173-4 (an 508).

805  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 349/LT p. 175-176 (an 522). Le ğihād peut n’apparaître que comme un prétexte.

806  Buġya, t. viii, notamment p. 3850-1.

807  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xiii, 17, p. 581(1125).

808  Sur les questions de démographie arménienne dans le royaume de Jérusalem, voir G. Dédéyan, Les Arméniens, t. ii, p. 866 et suivantes.

809  Assises de Jérusalem, L. cxxxiv, p. 209-11.

810  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xi, 11, p. 469-72. Guillaume précise que les « michels » étaient une pièce d’or qui tirait son nom du prénom d’un empereur byzantin.

811  Arbre généalogique dans Cl. Cahen, SN, p. 543.

812  F. Chandon de Briailles, « Lignages d’Outremer. Les seigneurs de Margat », Syria, vol. xxv, 1946-8, p. 231-58, à compléter par N. Élisséeff, « Al-Marqab », EI2a, t. vi, p. 577-87 (méconnu de Th. Asbridge, The creation of the principality of Antioch, p. 161).

813  Ainsi que sa reconquête puisque il est très probable que les musulmans l’occupèrent à nouveau – selon al-‘Aẓīmī – de 525/1130 à 534/1140, le chroniqueur gênois Caffaro (De Liberatione civitatum Orientis Liber, RHC, Occ., t. v, p. 67) signalant quant à lui que Renaud ii Mazoir s’en empara après sa prise par tricherie en 1140. Sur tout ceci, voir N. Élisséeff, loc. cit.

814  Il faut dire que les archives du Temple ne nous sont pas parvenues. P. Deschamps, Les chateaux des croisés en Terre sainte, t. iii, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche, Paris, 1973, annexe ii.

815  Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, cliii et cliv, p. 713-4.

816  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 13, p. 903-4 (voir surtout la version de l’Eracles). Les périls augmentant à partir de Saladin, les mesures de ce type se multiplièrent, comme l’impôt général décidé en 1183 par un parlement, à Jérusalem. Description précise par Guillaume de Tyr, op. cit., t. i, L. xxii, 23, p. 1109-12 ; J. La Monte, Feudal Monarchy, p. 180-2 ; R. Grousset, Histoire des croisades, t. ii, p. 480. L’impôt était universel ; il touchait les chrétiens comme les musulmans et les juifs ; les seigneurs payaient pour leur paysannerie non libre.

817 Op. cit., L. xvii, 10, p. 775.

818  Cf. K. M. Setton (éd.), A history of the crusades, t. vi, p. 390.

819  L’expédition eut lieu en 511/1118.

820  Itti‘āẓ al-ḥunafā, t. iii, p. 54 (an 509).

821 Al-Takira al-harawiyya, chap. xiii.

822  Rapporté par F. Géré et alii, Dictionnaire de la pensée stratégique, loc. cit., p. 161.

823  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 502 (an 548).

824  Pour Michel le Syrien, Chronique, t. iii, p. 350, Nūr al-dīn et Qiliğ Arslān firent la paix du fait de la famine. Un froid soudain ayant détruit les récoltes, le grain disponible s’amoindrit et les deux partis préfèrent sagement s’accorder. Nūr al-dīn était intervenu à la fin de l’année 554/1159, et avait cessé les hostilités l’année suivante. Selon Michel (p. 357), Syrie, Palestine, Assyrie, Arménie, Perse et jusqu’à l’Inde connurent une famine qui dura quatre ans.

825  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 272/LT p. 98 (« le ravitaillement du camp se faisait rare, on ne trouvait plus de vivres ; aussi la nécessité poussa-t-elle les armées de l’islam à abandonner le siège »). Même manque de vivre lors de l’expédition d’al-Bursuqī : Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 106 (citant Ibn al-Aṯīr).

826  Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 13, p. 903-4. L’Eracles (mêmes pages) traduit L’appareillement fu si grant en la paiennie nime que li rois Amauris en oï la nouvelle certeinne. […] Lors revint une autre novele que Siracons avoit fet trousser viandes à grant tens et fesoit porter eue en bouciaux seur granz chamels qui pooit soufire as homes et as chevaux par meinz jorz, et vouloit passer par les deserz ou li fill Israel furent quant il venoient en la terre de promission.

827  Al-Taḏkira al-harawiyya, p. 254 (texte arabe), p. 228 (trad. française, ici modifiée).

828  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 103, où cette attitude est expliquée : « Lorsqu’il conquérait une forteresse (ḥiṣn), Nūr al-dīn – que le Très Haut lui soit miséricordieux – ne la quittait pas avant de l’avoir emplie d’hommes et de provisions suffisantes pour dix ans, par crainte que les Francs soient à nouveau victorieux contre les musulmans. Ainsi leurs forteresses (ḥuṣūn) seraient-elles prêtes, ne manquant de rien ». Malgré le ton louangeur d’Ibn al-Aṯīr, cette attitude, qui dénote une conception défensive de la guerre, n’avait rien de révolutionnaire. Les auteurs latins font en général les mêmes remarques, concernant les souverains latins cette fois.

829  R. Levy, The social structure of Islam, loc. cit., p. 442 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 737.

830  Nizām al-mulk, Traité de gouvernement, p. 169.

831  Sic, sans doute pour iqṭā‘.

832  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 231.

833  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278-83. Ces événements se déroulent en 505/1111. Plusieurs décennies plus tard, c’est également sur un « allié », Šāwar en l’occurrence, que Šīrkūh compta en Égypte.

834  Nuwayrī, Nihāyat al-Arab, p. 3312, an 547. Sultanat (seldjouqide) de Muḥammad b. Maḥmūd. Après l’assassinat de Ḫāṣbak, un linceul est ramené du sūq al-‘askar.

835  L’épisode est célèbre. Voir par exemple Ibn Wāṣil, Mufarriğ al-kurūb, t. ii, p. 358-9 ; Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. iv, p. 258.

836  Bahā’ al-dīn b. Šaddād, Al-nawādir al-sulṭāniyya, éd. alwaraq.net, p. 12.

837  Bella Antiochena, RHC, Occ., t. iii, L. ii, 2, p.101-2.

838  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 180, à compléter par Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. iii, sub anno (plus synthétique, mais n’utilise pas l’expression sūq al-‘askar, se contentant de sūq al-muslimīn).

839  Mais elles participèrent à des expéditions importantes, dans le cadre d’alliances.

840  ‘Abd al-Laṭīf al-Baġdādī, Kitāb al-ifāda wa l-i‘tibār fī l-umūr al-mušāhada wa l-ḥawādiṯ al-mu‘āyana fī arḍ Miṣr, éd. Le Caire, s. d., p. 8, cité par S. Elbeheiry, Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides, thèse Paris IV, 1971, p. 198-9. Nous n’avons pu consulter l’ouvrage d’al-Baġdādī. S. Elbeheiry justifie l’existence d’un šiḥna de l’armée par la phrase suivante : wa kuntu aḥfaẓu ‘adad al-dakākīna li-annahā kānat maḥfūẓatan ‘inda šiḥna l-sūq wa aẓunnuhā sab‘at ālāf dukkān.

841  C’est ce que soutient S. Elbeheiry, op. cit., p. 198.

842  Précis de droit d’Ibn Qudāma, p. 277. En juriste, Ibn Qudāma peut également faire référence au début de l’islam.

843  Ou, disent simplement les auteurs arabes, « du grain ».

844  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 3847 : wa sayyara sariyya taqaddamat ma‘a  l-aṯqāl ; Id., ibid., t. i, p. 328. Et voir le passage du Kāmil (t. ix, p. 159) d’Ibn al-Aṯīr traduit ci-dessous. N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 738 : « Si la campagne doit être longue, de la viande sur pied, moutons et bœufs, suit l’armée ».

845  Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. iii, p. 204 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 71.

846  Voir le récit de la chevauchée de Nūr al-dīn, accompagné de ses émirs, vers Sinğār. Ils y parviennent crottés et affamés : Ibn al-Aṯīr, Bāhir, index (sous Sinğār).

847  Kāmil, t. ix, p. 195. Voir également C. Hillenbrand, « The career of Najm al-dīn İl-Ghāzī », Der Islam, vol. Lviii, 1981, p. 272.

848  Cette phrase peut se lire différemment « il (i. e. Īl-Ġāzī, et non plus les Turcomans) comptait les heures jusqu’au butin qu’il se hâtait de faire » (wa ya‘uddu al-sā‘āt li-ġanīma yata‘ağğaluhā).

849  Voir Manāqib al-Turk, dans J. Sauvaget, Historiens arabes. Pages choisies, traduites et présentées, Paris, rééd. 1988, p. 8-10.

850  Ou, simplement, de « grains » : al-ġilāl.

851  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 357/LT p. 185.

852  Voir par exemple Id., ibid., p. 283/LT p. 110, an 504/1111, à propos de l’armée de coalition menée par Mawdūd.

853  Sur ces deux lieux, voir EI2a, s. v. et N. Élisséeff, ND, t. i, p. 180 et p. 264.

854  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 278 et suivantes/LT p. 106 sq., à propos de l’expédition de Mawdūd, en 504/1110-1111.

855  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 3851-2, citant le Ta’rīḫarrān d’Abū l-Maḥāsin b. Salāma al-Ḥarrānī.

856  Id., Zubda, t. ii, p. 212.

857  Exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq,  295-6.

858  Un irdabb représentait environ 69,6 kg.

859  La flotte venait relever la garnison et ravitailler deux fois par an. Les Ḫiṭaṭ sont cités par B. J. Beshir, « Fatimid military organization », p. 50 et n° 465 ; les autres chiffres sont fournis par l’Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 96 (reprend à l’identique Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, p. 93) et 106. Sur l’importance de l’approvisionnement égyptien pour les cités côtières, voir également Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 262 (Tripoli), 300 (Tyr) ; Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, p. 96-7.

860  Par exemple Histoire anonyme de la première croisade, index p. 236. Également dans l’Alexiade d’Anne Comnène : voir t. iii, xi, i, p. 7 ; xi, iv, 3, p. 20 ; xi, ix, p. 39 ; xv, iv, 2-3, p. 100etc.

861  « On ne trouve à acheter ni pain ni vin ni viande ni chapons ni perdrix ; il n’y a plus rien à manger ».

862  Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. i, Chant iii, 18, p. 170. Baudouin et ses hommes avaient en vain cherché à s’approvisionner. Avant de rencontrer les hommes de Tancrède, ils avaient erré quatre jours pendant lesquels la faim les avait tenaillés, la sensation de s’être perdu ajoutant plus encore à leur angoisse.

863  Ibid., Chant iv, 29-30, p. 243-47

864  Les Tafurs sont visés, donc la fange des Croisés. Voir ibid., t. ii, Chant v, 1-2, p. 3-9. Voir également Chant viii, 5, p. 294-5, à propos de Ma‘arrat al-Nu‘mān.

865 Zubda, t. ii, p. 137.

866 Nuğūm al-zāhira, t. v, p. 147-8.

867  Alexiade, t. iii, x, vi, 1, à propos des hommes de Pierre l’Ermite : « Les enfants à la mamelle, par exemple, ou bien ils les mutilaient, ou bien ils les empalaient sur des pieux et les faisaient rôtir au feu ; quant aux gens avancés en âge, ils leur infligeaient toute espèce de torture ».

868  E. Peters, TheFirst crusade. The Chronicle of Fulcher of Chartres and other source materials, loc. cit.,  p. 234-5.

869  Histoire anonyme de la première croisade, p. 172-9. Également Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, L. vii, 23, p. 241-3.

870  Par exemple R. C. Finucane, Soldiers of the faith.Crusaders and Moslems at war, loc. cit., p. 64.

871  Histoire anonyme de la première croisade, p. 167.

872 Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 278. Voir W. Porges, « The clergy, the poor, and the non-combatants on the first crusade », Speculum, vol. xxi, 1946, p. 11.

873  Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. i, Chant iii, 17, p. 168 : Mais ne treuvent point d’erbe, et si n’ont point de blé.

874  Par exemple après le départ de Nicée (ibid., Chant iii, 2, p. 150) ou de Artāḥ (ibid., Chant iii, 27, p. 190-1).

875  Il en fut ainsi dans l’armée de Bohémond assiégeant Durazzo, selon Anne Comnène, Alexiade, t. iii, xiii, vii, 2, p. 112. Des Longobards ayant réussi à  ravitailler Bohémond, « ils organisèrent de nombreux marchés, pour que les Celtes puissent s’y fournir abondamment de ce dont ils avaient besoin pour leur subsistance ».

876  Toutes les sources s’étendent sur le rôle décisif du ravitaillement byzantin. Voir par exemple Anne Comnène, Alexiade, x, 2, p. 99 et passim ; Histoire anonyme de la première croisade, index p. 247-8.

877  J. France, Victory in the East, p. 190 sq.

878  Histoire anonyme de la première croisade, p. 77. Cf. également Raymond d’Aguilers, Liber, p. 245.

879  Histoire anonyme de la première croisade, p. 99. Il n’est pas le seul chroniqueur latin à proférer cette accusation.

880  Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 274. Autres saisies : Histoire anonyme de la première croisade, p. 181 ; Raymond d’Aguilers, ibid., p. 173.

881  Voir notamment Histoire anonyme de la première croisade, p. 180-1 ; Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. v, 39, p. 457-8. Les Histoires des croisades de R. Grousset, S. Runciman, J. Prawer etc. décrivent en détail la marche des Croisés vers Jérusalem ; toutes reviennent ponctuellement sur les accords de ravitaillement conclus entre les cités côtières palestiniennes et les Francs.

882  Exemple : Histoire anonyme de la première croisade, p. 190-1, le roi de Tripoli « donna 15 000 besants et quinze destriers de grand prix ; il nous fournit aussi un abondant ravitaillement en chevaux, ânes et denrées de toute sorte, ce qui enrichit toute l’armée du Christ ».

883  Raymond d’Aguilers, op. cit., p. 273.

884  Cf. par exemple le ravitaillement effectué pendant le siège de ‘Arqa. Blé, vin, viande, fromage, orge et huile furent apportés : Histoire anonyme de la première croisade, p. 188-9. Cette flotte avait déjà abordé à Port Saint-Siméon (cf. ibid., n° 5). Voir également ibid., p. 196-7 ; Raymond d’Aguilers, Liber, p. 276, 290. Sur l’importance de l’activité maritime de Byzance, voir notamment Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., L. iii, 39, p. 380, et les histoires générales citées ci-dessus, passim ; E. H. Byrne, Genoese shipping in the 12th and 13th centuries, Cambridge (Massachusetts), 1930. Sur l’aspect maritime de la croisade, voir S. M. Foster, Some aspects of maritime activity and the use of sea power in relation to the crusading states, 1096-1169, PhD, Oxford, 1978, à manier avec précaution, ainsi que le rappelle J. H. Pryor, « “Water, water everywhere, Nor any drop to drink”. Water supplies for the fleets of the first crusade », dans M. Balard, B. Z. Kedar et J. Riley-Smith (éd.), Dei gesta per Francos. Études sur les croisades dédiées à Jean Richard, Aldershot etc., 2001, n° 2 p. 21 ; J. France, « The first crusade as a naval entreprise », Mariner’ Mirror, vol. 83, 1997, p. 389-97.

885  Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iv, L. vii, 24, p. 243-4 ; M.-C. Garrand, Geste de Dieu par les Francs, p. 272-3. Guibert se base essentiellement sur Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, L. ii, 16, p. 398-9. La source latine la plus complète est Albert d’Aix, op. cit., L. vii, 16-17, p. 569-570.

886  Sur ce qui suit, voir essentiellement Eudes de Deuil, De profectione Ludovici vii in Orientem, passim ; V. G. Berry, « The Second Crusade », dans K. M. Setton (éd.), A history of the crusades, t. i, p. 463-512.

887  On n’avait prévu des vivres que pour huit jours.

888  Pour ce qui est de la réception du roi de Hongrie, voir Suger, Œuvres, t. ii, éd. F. Gasparri, Paris, 2001, Lettre n° 15, mi-juillet 1147, p. 104, les références à une lettre du roi.

889  Voir Suger, op. cit., n° 27 p. 108-9, une autre lettre du roi à Suger, n° 27, datée de 1148 (après le 19 mars), où est dénoncée la perfidie de l’empereur et déploré le manque de vivres, qui provoqua une famine. En un seul jour, la plupart des barons meurent ; Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xvi, 19 à 26.

890  Voir le récit de ces événements R. L. Nicholson, « The growth of the Latin states, 1118-1144 », dans K. M. Setton (éd.), A history of the crusades, t. i, p. 420.

891  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 41, p. 683. Noter qu’un ms. parle de 26 000 hommes (cf. n° 24).

892  Id., loc. cit. Mêmes difficultés de ravitaillement dans Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., L. ii, 45-6, p. 423-4.

893  Rappelons qu’à Durazzo Bohémond éprouva les pires difficultés à approvisionner ses hommes. Voir Anne Comnène, Alexiade, t. iii, xiii, ii et iii.

894  Foucher de Chartres, Historia, RHC, Occ., t. iii, L. i, 33, p. 365, repris par Guillaume de Tyr (voir note suivante).

895  Guillaume de Tyr, op. cit., L. ix, 14, p. 386-7 ; Foucher de Chartres, op. cit., p. 365-6.

896  Id., ibid., L. xvi, 8-13, p. 715-728 pour l’ensemble de l’expédition.

897  Id., ibid., L. ix, 19, p. 394 et L. ix, 20, p. 395 pour les présents apportés au roi.

898  Albert d’Aix, op. cit., L. x, 5-6, p. 633-4.

899  Albert d’Aix, op. cit., L. xii, 21, p. 702-3 (expédition de 1116) et 25-7, p. 705-7 (1118) ; Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. xi, 29, p. 505-6 et 31, p. 507-9 (1118).

900  Albert d’Aix, ibid., p. 707.

901  Assiégés dans Ba‘rīn par Zankī, par exemple, les Francs mangèrent leurs chevaux, selon Ibn al-Qalānisī (Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 408, an 531/1137).

902  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xiii, 26, p. 596-7 ; Croisades et pèlerinages, p. 577. Pour le traducteur en ancien français, les fourrageurs sont des piétons, les hommes chargés de les protéger des cavaliers (Eracles, dans ibid.) : Tan chevauchierent qu’il vindrent en un leu que l’en apele Mergesafar ; lors distrent qu’il convenoit à envoier foresteiers par le païs por aporter viandes, et commanderent que Guillaume des Bures, li connestables le roi, l’esgardast o mil chevaucheeurs. La gent à pié s’espendirent par le païs. Li esquier meismes, por convoitise de gaaignier, peçoioient les viles et en aportoient maintes manieres de gaainz. Quant li chevalier et li sergant qui les guidoient virent ce, si quiderent qu’il fussent tuit asseur ; si voudrent entendre au gaignier et s’espandirent par la terre il meismes, ne oncques puis ne se tindrent ensemble. Doldequins li rois de Damas, ot esperance que cil de nostre loi n’alassent folement com cil qui ne savoient la terre. Si s’estoit aprochié d’ax por savoir s’il lor pouist fere domage. Il vint o sa gent tuit en conroi. Si trova la nostre gent espandue par divers leus, tantost les corut sus et les commença à ocirre partout là où il les consivoit. Cil qui n’estoient mi legier à asembler se desconfirent et tornerent en fuie. Li Tur les porsivoient tant qu’il en occistrent assez ; auquns en eschaperent et corurent en l’ost et conterent cele mesaventure as barons.

903  Selon Végèce (voir B. S. Bachrach, « Caballus et caballarius in medieval warfare », dans H. Chickering et Th. H. Seiler (éd.), The study of chivalry : resources and approaches, Kalamazoo, 1988, reproduit sur le site www.deremilitari.org) constituées à peu près pour moitié de grains (en général de l’orge ou de l’épeautre, parfois de l’avoine), et pour moitié de foin. Le foin pouvait être remplacé par de l’herbe mais en quantité moindre (ratio de trois pour un) du fait d’une teneur en eau supérieure. Mais, comme le reconnaît d’ailleurs B. S. Bachrach, cette situation n’était que théorique, et renvoyait à un type de cheval qui n’avait plus forcément cours dans l’Occident médiéval.

904  Éd. Hagenmeyer, Epistulae et chartae, lettre n° 2, p. 157. Par delà la perte de chevaux, incontestable, il faut prendre avec précaution les informations chiffrées, qui ont surtout pour objectif de montrer le déséquilibre qui existait entre Francs et Turcs, auxquels une abondance de chevaux est attribuée. Anselme dit un peu plus loin que ces sept cents cavaliers battirent quinze mille Turcs venus d’Alep ; Daimbert, Godefroy et Raymond de Saint-Gilles considèrent quant à eux qu’il ne restait pas plus de cent chevaux en bon état.

905  Histoire anonyme de la première croisade, p. 78-9.

906  Anselme de Ribemont, loc. cit. ; lettre des chefs de la croisade à Urbain ii, éd. Hagenmeyer, op. cit., p. 166 (précisent que les Croisés tuent les chevaux et les ânes qui étaient exténués) ; lettre du clergé et du peuple de Lucques, dans ibid., p. 166 ; Histoire anonyme de la première croisade, p. 128-30 et n° 3.

907   Raymond d’Aguilers, Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 273 pour les mille chevaux.

908  Sans compter les « vols » individuels, comme celui du destrier Fabur l’Arabis, Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. i, chant iv, surtout 15-17, p. 221-225.

909  Histoire anonyme de la première croisade, p. 194-5.

910  Id., ibid., p. 198-9 ; Raymond d’Aguilers, op. cit., p. 294-5. Voir encore Albert d’Aix, apud J. France, Victory in the East, p. 356, évoquant la prise de 400 chevaux devant Jérusalem.  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. vi, 4, p. 468.

911  Eudes de Deuil, op. cit., L. vii, est malheureusement pratiquement la seule source latine sur ces événements.

912 Alexiade, t. iii, xiv, ii, 14.

913 Kitāb al-I‘tibār, p. 97. Usāma conclut « Nous fumes étonnés de son ignorance et de sa faible intelligence ».

914  Supra sur le butin ; Coran, viii, 62/60 ; F. Viré, « Khayl », EI2a, t. iv, p. 1143-6.

915  Voir, pour tout ce qui concerne le sujet, J. H. Pryor, « Transportation of horses by sea during the era of the crusades, 8th century to 1255 », Mariner’s Mirror, vol. lxviii, 1982, repris dans Commerce, shipping and naval warfare in the medieval Mediterranean, Londres, 1987, p. 112 ; A. Hyland, The medieval warhorse, p. 144. La capacité des vaisseaux de transport est mal connue. J. H. Pryor considère que vers 1038, elle était d’environ 21 animaux par navire. Anne Comnène (op. cit., t. iii, x, viii, citée par A. Hyland, loc. cit.) parle, à l’époque de la première croisade, d’un navire pirate de trois mâts transportant 1 500 hommes et 80 chevaux d’Italie en Illyrie, ce qui est douteux. Se reporter à Hélène Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris, 1966.

916  A. Hyland, loc. cit.

917  Foucher de Chartres, Historia, éd. Hagenmeyer, p. 669. L’expédition vénitienne comprenait selon lui 120 navires, 15 000 hommes armés et 300 chevaux. Les bâtiments de transport sont dits à plusieurs étages. Des ouvriers les occupent également. Voir aussi Guillaume de Tyr, Historia, L. xii, 23, p. 546-7 ; A. Hyland, loc. cit. et n° 24 et 25.

918  J. H. Pryor, op. cit., p. 115.

919  Retraits, n° 84.

920  Voir par exemple retraits, n° 77.

921  A. Hyland, op. cit., n° 60 p. 186, remarque que le sens du mot « roncin » évolua, de cheval de bât à cheval de selle de moindre qualité, mais tout de même utilisé pour les combats.

922  Retraits, n° 175.

923  G. Dédéyan, Les Arméniens, t. i, p. 457-8.

924  Retraits, n° 103.

925  Retraits, n° 115.

926  Ibid., n° 123.

927 Ibid., n° 127.

928 Règle (Upton-Ward), n° 66.

929  C’est ce que pense J. Richard, « La confrérie de la croisade : à propos d’un épisode de la première croisade », Mélanges oferts à E. R. Labande, Poitiers, 1974, p. 620 et suivantes. Voir également J. C. Riley-Smith, « A note on confraternities in the Latin Kingdom of Jerusalem », The Bulletin of Institute of Historical Research, vol. xliv, 1971, p. 301-8, et la synthèse récente de Th. Asbridge, The creation of the principality of Antioch 1098-1130, p. 104 et suivantes.

930  Cf. J. La Monte, Feudal monarchy in the Latin Kingdom of Jerusalem 1100 to 1291, p. 120 ; J. Richard, Le royaume latin de Jérusalem, p. 87.

931  Notamment Gesta Tancredi, RHC, Occ., t. iii, LI p. 644.

932 Kitāb al-I‘tibār, p. 67. Le début de ce texte est cité plus haut.

933  Voir, les contributions récentes et très utiles de Sh. Al-Sarraf et A. Vernay-Nouri dans Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, catalogue de l’exposition de l’Institut du monde arabe (novembre 20002-mars 2003), Paris, 2002.

934  Texte arabe publié sous le titre La parure des cavaliers et l’insigne des preux de Ben Hodeïl el-Andalousy, Paris, 1922 ; trad. française sous le même titre, Paris, 1924. Sur l’auteur, voir également F. Viré, « Ibn Hudhayl », EI2a, t. iii, p. 804.

935  L’ouvrage est, la plupart du temps, simplement appelé Kitāb al-Nāṣirī. Il a été traduit par A. Perron sous le titre Le Nâcéri, Paris, 1852-1860, 3 vol. Sur l’auteur, voir l’introduction du vol. i, ainsi que J. Ruska, F. Viré, « Ibn al-Mundhir », EI2a, t. iii, p. 890.

936  Sur ce point, voir, pour l’époque mamelouke, D. Ayalon, « The system of payment in Mamluk military society », JESHO, vol. i, 1958, p. 263.

937  D. Nicolle, Medieval warfare sourcebook, t. ii, Christian Europe and its neighbours , p. 271.

938  Ibn Munḏir, Le Nâcéri, op. cit., p. 164, 378, 388 sq., repris (plus complètement) par A. Hyland, The medieval warhorse, p. 115.

939  Le français sans doute adopta ce dernier mot en créant celui de « bardot », croisement entre une ânesse et un cheval. Voir F. Viré, « Faras », EI2, t. ii, p. 804.

940  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 265-6/LT p. 90-1, année 503/1109-10.

941  Al-ḫuyūl al-‘arabiyya al-sabbāq. En fait, sabbāq ou subbāq désigne « celui qui devance les autres à la course ».

942  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 185, an 513. Voir encore Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 146-7, an 526 : l’émir al-Muntaḍī Abū l-Fawāris et Waṯṯāb b. Musāfir al-Ġanawī ambassadeurs du calife fatimide al-Ḥāfiẓ à Damas, offrant des robes d’honneurs, des chevaux etc.

943 Historia, RHC, Occ., t. i, p. 550.

944  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 105, an 500, à propos de l’armée de Qiliğ Arslān battu par Ğāwalī.

945  Id., ibid., p. 72-4, an 497 : Ğakarmiš prend des places franques par ruse, après la victoire de Ḥarrān ; il déguise ses hommes en Francs, et leur confie les chevaux de Francs qui avaient été battus. Ibn Mulā‘ib subit le même stratagème, à Apamée. Ibn al-Aṯīr (p. 195) compare également ḫayl al-Turkumān aux ḫayl al-Firanğ, à l’avantage des seconds, mais il peut simplement s’agir de la « cavalerie », car le mot ḫayl est souvent employé avec ce sens-là.

946  Ainsi que d’autres souks, spécialisés en matériel équin. À Alep, le souk des selliers se trouvait contre la mosquée du même nom (masğid al-sarrāğīn). On trouvait, dans le faubourg du Ḫāḍir, tout ce qui était nécessaire  à l’entretien des chevaux – paille, orge etc. Cf. Ibn al-‘Adīm, Buġya, index ; Ibn Šaddād, A‘lāq al-ḫaṭīra, Ḥalab, index ; J. Sauvaget, Alep, p. 106 et passim.

947  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 869-70, d’après Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat  Dimašq.

948 ia, t. i, p. 163.

949  En 1154. Kitāb al-Itibār, p. 25. S’y trouvaient aussi vingt-cinq chameaux. ‘Abbās possédait quant à lui deux cents chevaux et juments, deux cents mulets de selle et quatre cents chameaux qui portaient les bagages (ibid., p. 24).

950  Une incertitude demeure quant aux ağnād. H. A. R. Gibb (The Damascus chronicle of the Crusades, Londres, 1932, p. 39) suppose qu’ils devaient se présenter à l’appel munis de leur propre monture, mais sans se justifier.

951  Chronique, t. iii, p. 205-6. Ces événements se déroulent en janvier 1122 selon Michel, mais un an plus tôt selon Barhebraeus (Chronography, p. 250), cité par G. Dédéyan, Les Arméniens, p. 1219 et n° 4.

952  Voir notamment Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 210-216.

953  Voir surtout Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 462-3 (an 558) et 467-9 (an 559).

954  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 164-5. Sans forcément se reporter aux traités de furūsiyya, il est intéressant de comparer ce que dit Nūr al-dīn à ce qu’avance al-Ğāḥiẓ (Manāqib al-Turk, dans J. Sauvaget, Historiens arabes, op. cit., p. 8) : « Le Turc, lui, est plus expérimenté qu’un maréchal-ferrant vétérinaire, plus habile qu’un dresseur à obtenir ce qu’il veut de son bidet. Car c’est lui qui l’a mis au monde, élevé lorsqu’il n’était encore qu’un poulain. Il vient à lui quand il l’appelle, court derrière lui quand il galope. Il l’y a si bien accoutumé qu’il connaît son appel comme un cheval connaît “hue !”, une chamelle “ha !”, un chameau “jahi !”, une mule “adas !”, un âne “sasa !”, comme un idiot de village connaît son sobriquet et un enfant son nom ».

955  Voir les remarques de F. Viré, « Maydān », EI2a, t. vi, p. 912, sur l’étymologie du mot.

956  Suivi par Ibn al-Furāt, Sibṭ b. al-Ğawī et J.-M. Mouton, Damas, p. 79. Mais Ibn al-Qalānisī ne dit rien de tel.

957  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 400.

958  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. v, p. 2277 et passim.

959  Id., loc. cit. ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 595.

960  Voir supra, la traduction d’un texte d’Ibn al-Furāt retraçant l’installation des Turcomans à Alep.

961  Selon Ibn Šaddād, repris par J. Sauvaget, Alep, p. 119 et n° 383 (où les dimensions de chacun des deux maydān-s sont données).

962  J. Sauvaget, loc. cit. et N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 731-2.

963  Historia, RHC, Occ., t. iv, L. ix, 38, p. 609.

964  Ibid.

965  B. S. Bachrach (voir infra) penche quant à lui pour un poids supérieur : 588,9 à 679,5 kg (1 300 à 1 500 lb).

966  Aujourd’hui, le cheval arabe mesure de 1,48 à 1,56 m au garrot.

967  Ces mesures sont celles d’A. Hyland, The medieval warhorse, p. 114. Cf. également Id., The warhorse, 1250-1600, Londres, 1998, p. 10. Elles diffèrent peu, pour les chevaux d’Occident, de celles de B. S. Bachrach, « Caballus et caballarius in medieval warfare », loc. cit. Du même auteur, il faut également consulter « Animals and warfare in early medieval Europe », Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull'alto Medioevo, vol. xxxi, Spolète, 1985, p. 707-64 ; « On the origins of William the Conqueror's horse transports », Technology and Culture, vol. xxvi, 1985, p. 306 et suivantes. Les estimations de J. France, Western warfare in the age of the crusades, 1000-1300, Londres, 1999, p. 23-4, notamment basées sur R. H. C. Davis, « Warhorses of the Normans », Battle, vol. x, 1987, p. 67-82, sont sans doute en deçà de la réalité. Voir encore H. Nicholson, Medieval warfare, p. 104-5, qui pose notamment le problème de la fiabilité des informations fournies par les sources fictionnelles, qui nous semblent devoir être considérées avec précaution : elles tendent toutes à l’exagération ; J. Clark (éd.), The medieval horse and its equipment, c. 1150-c. 1450, Londres, 1995, p. 22 et suivantes.

968  Ci-dessus, n° 947.

969  Manāqib al-Turk, dans J. Sauvaget, Historiens arabes. choisies, traduites et présentées, loc. cit., p. 9.

970  Pour les chevaux contemporains, voir par exemple W. Martin-Rosset (éd.), L’alimentation des chevaux, Paris, 1990 ; R. Wolter, Alimentation du cheval, Paris, 1994.

971  Un passage du traité d’Ibn Manglī intitulé De la chasse, trad. F. Viré, p. 69, souligne l’attention que les valets devaient théoriquement porter aux chevaux : « Ainsi, une cause majeure de l’haleine fétide que peuvent exhaler les chevaux vient de la malpropreté de ces valets qui, les mains souillées par le fumier, vont se les laver dans le seau où, ensuite, ils font boire les montures ; en été, celles-ci absorbent avec la nausée cette eau infecte qui leur donne une haleine empestée. Il n’est de force et de puissance qu’en Allāh ».

972  Voir également A. Hyland, The medieval warhorse, p. 113.

973  On mesure aujourd’hui les rations en litres ; mais, par commodité, nous nous en sommes tenus aux kilogrammes. Rappelons que le fourrage est soit du foin (graminées : herbes de prairie ; ou légumineuses : trèfle, luzerne ; ou un mélange des deux), soit de la paille (pied de certaines céréales – en général le froment, l’avoine ou le blé, selon les régions).

974  Mais les moyennes elles-mêmes diffèrent selon les auteurs. Il n’est parfois question que de 4,5 kg d’orge et non de paille dans les ouvrages cités plus haut.

975  On retrouve donc globalement les quantités actuelles.

976  R. S. Bachrach, loc. cit.

977  Histoire anonyme de la première croisade, p. 55-7.

978  R. S. Bachrach, loc. cit., qui renvoie à l’étude classique de R. A. Brown, The Normans and the Norman Conquest, New York, 1968, pp. 150-51. Ce dernier établit que Guillaume le Conquérant disposait de deux à trois mille chevaux à Hastings.

979  Les mulets de très bonne constitution portaient, aux siècles derniers, une charge de 130 kg en moyenne ; aujourd’hui, le maximum évoqué est de 150 kg.

980  H. Ahrweiler, « Les campagnes militaires à Byzance », p. 93-4.

981  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 519-20 (notre meilleure source, malgré quelques incohérences, an 551-2). Récit détaillé des événements et références aux autres sources dans N. Élisséeff, ND, t. i, p. 272, t. iii, p. 504 et suivantes.

982  La même chose existait entre Byzantins et Musulmans en Cilicie, aux époques précédentes.

983  Le pèlerinage de Maître Thietmar, dans Croisades et pèlerinages, p. 941-2.

984  S. Ory,  « Ḥārim », EI2a, t. iii, p. 208-9.

985  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 289.

986  Ğašīr, pour ğušār.

987  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 210-6 pour l’ensemble des opérations menées par Balak ; p. 212 pour ce qui est des chevaux.

988  Entre les marais de ‘Uṭayba et Ḥiğğāna et la steppe désertique à l’est de Damas : Ibn Šaddād, al-A‘laq al-ḫaṭīra, Dimašq, p. 181 ; N. Élisséeff, « Mardj Rāhiṭ », EI2a, t. vi, p. 544 ; Id., ND, t. i, p. 251.

989  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 401/LT p. 231.

990  Il y avait également des vols individuels lorsque l’armée était en halte. Voir les anecdotes savoureuses contées par Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 44-5 : un compagnon de Mu‘īn al-dīn Anur raconte une tentative avortée de dérober un cheval dans le camp franc, pendant la nuit ;  p. 45-6 : l’un des hommes d’Usāma, ‘Alī b. l-Dūdawayhi, s’empare d’un cheval, de nuit, au nez et à la barbe des Francs, mais une mule rompt son licol, le suit et l’effraie. Cette dernière anecdote offre un parallèle troublant avec celle de l’écuyer Gautier Daire contée par la Chanson d’Antioche, éd. P. Paris, t. i, chant iv, surtout 15-17, p. 221-225.

991  Id., ibid., p. 194, an 514 (ravages sur la rive syrienne de l’Euphrate ; un millier de personnes environ est tué ou réduit en esclavage ; puis il va dans la partie orientale de la province d’Alep, où il emprisonne à nouveau de nombreux hommes et femmes, et emporte des chevaux) ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 322 (an 514 également).

992  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 215 et n° 3, p. 216.

993  Voir J. W. Nesbitt, « The rate of march of crusading armies in Europe : a study and computation », Traditio, vol. xix, 1963, p. 167-81 ; D. Nicolle, Medieval warfare sourcebook, t. ii, Christian Europe and his neighbours, p. 270.

994  Mot polysémique. Voir plus haut, à propos des fāris turcs.

995  Ibn Al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 159.

996  Il est question ici de la bataille de Dāniṯ, qui se déroule en septembre 1115. Les récits des auteurs latins (et notamment de Gautier le Chancelier) ne concordent pas. Sur le contexte, voir Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 73-6, qui décrit longuement la prise de Kafarṭāb, mais ne consacre que quelques lignes à la bataille.

997  Al-sūqiyya, mot qui peut également désigner les « boutiquiers ».

998  Voir notamment Retraits, n° 77, 148 et suivants, 156 et suivants etc.

999  Par exemple pendant le siège de Jérusalem : Guillaume de Tyr, Historia, RHC, Occ., t. i, L. viii, 6, p. 332 (voir également l’Eracles, même page).

1000  Éd. P. Paris, t. ii, chant vii, 19, p. 166.

1001  Voir, à ce sujet, les efforts de N. Prouteau, « Bâtir et assiéger au temps des croisades : regards sur l’utilisation du savoir-faire technique de l’autre », dans Chrétiens et musulmans en Méditerranée médiévale (viiie-xiiie siècle) : échanges et contacts, Poitiers, 2003, p. 159-72 ; Id., « L’art de la charpenterie et du génie militaire dans le contexte des croisades : recrutement et fonctions des techniciens francs (xiie-xiiie siècle) », dans N. Faucherre, J. Mesqui et N. Prouteau (éd.), La fortification au temps des croisades, Rennes, 2004, p. 279-86.

1002  Anne Comnène, Alexiade, t. iii, xi, vii, 6 : envoi par le duc de Chypre, par ordre du basileus, des matériaux nécessaires et des ouvriers chargés de construire le château dit du Mont-Pèlerin afin de bloquer Tripoli « à l’endroit où l’indiquerait Isangélès » (pour Anne, Raymond de Saint-Gilles avait demandé à l’empereur byzantin de le construire).

1003  Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. i, L. xv, 9 et 10.

1004  Id., ibid., L. xix, 28, p. 934. Guillaume ne dit néanmoins pas qu’il s’agit d’ouvriers francs ou faisant partie de l’armée franque. On le déduit seulement, mais il faut rester prudent, car il a tendance, pendant toutes les opérations, à occulter toute participation égyptienne autre que financière.

1005  Eracles dans ibid., p. 932

1006  Les mâts des nefs.

1007  arīda, pluriel arā’id, navires de transport des chevaux. Rappelons que pour Ibn Mammātī (voir Ibn Šaddād, al-Nawādir al-ṣulṭāniyya, n° 1 p. 48), chacune pouvait en transporter quarante au maximum. Hors, ici, il est question de 36 ṭarīda-s, soit 1 440 chevaux, ce qui plaide pour la fiabilité des données de ‘Imād al-dīn.

1008  AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 334. Comparer avec Ibn Šaddād, op. cit., p. 48-9.

1009  Rappelons qu’Ibn Wāṣil, Mufarriğ al-kurūb, t. ii, p. 13, considère également qu’un šīnī contenait 150 combattants.

1010  Traduction incertaine, d’après le contexte (mais d’autres sont possibles), de l’expression al-rāğil al-mutafarriq, expression proche d’al-riğāl al-mutafarriq dont parle R. Dozy (d’après Amari, toujours dans le cas de vaisseaux de transport), Supplément aux dictionnaires arabes, t. ii, p. 260. Il dit ignorer « ce qu’il faut entendre sous ce terme ».

1011  R. Morozzo della Rocca, A. Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei secoli xi-xiii, Turin, 1940, n° 158 et R. H. Bautier, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale, du xiiie siècle au xive siècle, Revue d’histoire de la sidérurgie, vol. i, 1960, p. 10, cités par A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, p. 216.

1012  Albert d’Aix, Historia, RHC, Occ., t. iv, L. xi, 24, p. 674.

1013  Guillaume de Tyr, op. cit., L. xix, 22, p. 917-8. Les Égyptiens sont complètement passés sous silence par Guillaume de Tyr ; on ne peut exclure leur assistance technique.

1014  Voir Emilie Savage-Smith, F. Klein-Franke et Zhu Ming, « Ṭibb », EI2a, t.x, p. 451, avec une bibliographie récente.

1015  C’est l’opinion qui est en général défendue par les spécialistes de la médecine médiévale, par exemple, récemment, par F. Sanagustin, « Médecine et société au temps des croisades : de l’empirisme à la rationalité », dans De Toulouse à Tripoli. Itinéraires de cultures croisées, Toulouse, 1997, p. 133-142. F. Micheau, « Les médecins orientaux au service des princes latins », dans I. Dravelants, B. van den Abeele, Occident et Proche Orient : contacts scientifiques au temps des croisades, p. 95-115, parle quant à elle de conclusion « trop rapide ». Voir encore C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 352-4.

1016  Historia, L. xviii, 34 ; Croisade et pèlerinages, p. 655-6.

1017  Voir la très riche notice d’« Abū Sulaymān Dāwūd b. Abī l-Munā b. Abī l-Fāna » dans Ibn Abī Uṣaybi‘a, ‘Uyūn al-anbā’ fī ṭabaqāt al-aṭibbā’, éd. Nizār Riḍā, Beyrouth, 1965, p. 587-90. Cf. Cl. Cahen, « Indigènes et croisés. Quelques mots à propos d’un médecin d’Amaury et de Saladin », Syria, 1934, p. 351-60. Autres exemples dans l’article de F. Micheau cité ci-dessus.

1018  « Pas plus qu’en ».

1019  L’ensemble de l’extrait de la Chanson d’Antioche (éd. P. Paris, t. i, Chant v, xlviii, p. 275-6) ici utilisé est le suivant : Renaut Porquet ont pris Sarrasin et Esclé, / De grans masses de plonc l’ont moult fortement navré ; / Jà l’eussent li Turc iluec endroit tué, / Quant Garsions s’escrie et Mahom a juré / Que mais n’estra li Frans touchiés né adesé, / Et sé nus plus l’atouche, chier sera comparé. / Sansadoine ses fieus, l’a des Turs delivré. / Garsion vint avant, son branc li a osté ; / Sor un cheval le lievent sanglant et tout pasmé, / El palais Garsion l’en on li Turc mené. / En milieu de la salle ont un tapis jeté, / Là ont Renaud Porquet li Paien désarmé. / Garsions l’en appe’e, si li a demandé : / « Di va, Renaut Porquet, aue as-tu empensé? / Creras en Mahomet, n’en sa sainte bonté? » / « Naie », ce dist Renaus, « né qu’en un chien tué. / Por Dieu, ociez-moi, que moult l’ai desiré. » /  Et respons Garsions : « Tout el ai empensé ». / A un de ses bons mires l’a li rois comandé, / Et si l’ont de ses plaies gari et respassé.

1020  Sur ceux qui pratiquaient dans les hôpitaux (bimaristān), D. M. Dunlop, « Bimaristān. 1. Early period and Muslim East », EI2a, t. i, p. 1222 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 838-43 et index (s. v. « médecin »).

1021  Singulier Ğarrāḥ, pluriel ğarrāḥūn, mais on trouve également ğarā’iḥī. Cf. M. Meyerhof, t. Sarnelli, « Djarrāḥ », EI2a, t. ii, p. 481 ; D. C. Munro et C. D. Haagensen, « Arabian Medicine as represented in the Memoirs of Usāmah ibn Munqidh », Annals of Medical History, vol. V, 1933, p. 226-235, réimpr. dans F. Sezgin, Beiträge zur geschichte der Arabisch-Islamischen Medizin, t. ii, p. 254-64 ; D. Nicolle, « Wounds, military surgery and the reality of crusading warfare. The evidence of Usāmah’s memoires », loc. cit.

1022 Kitāb al-Itibār, p. 55. Le nom de Zayd n’est pas cité directement ici ; il se déduit du passage précédent.

1023  Ibid., p. 52. À noter qu’un ġulām est présent pendant les soins, sans qu’on puisse préciser s’il assistait le chirurgien ou si c’était un ġulām du père d’Usāma.

1024  Ibid., p. 60.

1025  Kitāb al-Itibār, p. 40 sq., sur le « premier combat (qitāl) auquel Usāma assista ».

1026  On peut douter que la piétaille fût l’objet de la même attention.

1027  D. Nicolle, Medieval warfare source book, t. ii, Christian Europe and its neighbours, p. 258 (« by the 8th to 10th century, however, the ‘Abbāsid army had its own highly developed field hospital, apparently with camel-litters for the wounded »), et p. 256 à propos de l’armée byzantine. Rappelons que dans les Tactica, Leo conseillait d’avoir un médecin et un chirurgien avec six à huit ambulanciers. Cf. A. B. Hoffmeyer, Military equipment in the Byzantine manuscript of Scylitzes in Bibliotheca Nacional in Madrid, Gladius, t. v, 1966, p. 42.

1028  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 102-3 (an 500).

1029  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 278 et suivantes (an 504). À noter que pendant la même expédition Sukmān al-Quṭubī (ou al-Quṭbī) était très malade ; il renonça finalement, et prit le chemin du retour, mais trop tard, puisqu’il mourut en route (voir supra, « Les ethnies »).

1030  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 77.

1031  Ibid., p. 163. L’homme y gagna le surnom d’al-Mašṭūb (« le balafré »). Des vétérinaires étaient également préposés au soin des animaux. Voir ibid., p. 67.

1032  Pour une période antérieure, voir par exemple Ibn al-Ğawzī, Muntaẓam, éd. Beyrouth, 1358 H., t. viii, p. 257.

1033  Traité de gouvernement, chap. 19, p. 160. Voir également C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 464-5.

1034  Ex. Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 81 (à propos de la mise à mort de l’émir Ayāz) : … anna Ayāz taqaddama ġilmānuhu li-yalbasū l-silāḥ min ḫizānatihi…

1035  À l’exception des arsenaux fatimides, mieux connus notamment grâce à la description qu’en fait Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn, p. 133-4, p. 135 (ḫizānat al-tağammul – wa hiya ḫizāna fīhā anwā‘ min al-silāḥ yaḫruğ minhā li l-wazīr wa l-umarā’ … hiya min ḥuqūq ḫazā’in al-silāḥ), p. 149, et également p. 152 (mušārif ḫazā’in al-silāḥ). Voir également W. J. Hamblin, Fatimid army, p. 140-5.

1036  Supra.

1037  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 477/LT p. 309-10.

1038  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 298 (an 601) : incendie, pendant deux jours, de l’arsenal (izānat al-silāḥ) du calife, à Bagdad. Lorsqu’ils en prennent connaissance, « les rois » (al-mulūk) envoient des armes en nombre à Bagdad.

1039  ayl ta’rīḫ Dimašq, éd. Amedroz, p. 338 (exposition).

1040  Dayl ta’rīḫ Dimašq, p. 521 ; éd. Amedroz, p. 340 (an 552/1157). Voir encore Guillaume de Tyr, RHC, Occ., t. i, L. xv, 9 et 10, la présence de poutres de bois, à Damas, préparées bien à l’avance et entreposées dans le but de s’en servir le moment venu.

1041  « Ilā l-‘askar al-manṣūr » dans l’éd. Amedroz ; ilā ‘askarihi al-manṣūr, dans l’éd. Zakkār.

1042  H. A. R. Gibb, The Damascus chronicle of the Crusades, Londres, 1932, p. 38-9, ne parvient pas non plus à trancher.

1043  Sur le kazaġand, A. Zouache, « L’armement entre Orient et Occident au vie/xiie siècle : casques, masses d’armes et armures », à paraître dans les AI, 2008.

1044 Kitāb al-Itibār, p. 66.

1045  Th. Asbridge, S. B. Edgington, The Antiochene’s wars, p. 145. Baudouin vient d’arriver à Antioche après la défaite de l’Ager sanguinis.

1046  Romain du Puy, seigneur d’outre-Jourdain, s’opposa au roi Baudouin II ; Hugues du Puiset (comte de Jaffa) à Foulques d’Anjou. Il fit d’ailleurs appel aux Musulmans. Mais les autres barons ne suivirent pas. La période suivante fut plus difficile pour les souverains francs.

1047  Voir, sur ce point, les réflexions de Th. Bianquis dans sa préface à M. Yared-Riachi, Politique extérieure.

1048  La confiscation ne fut pas pratiquée à une échelle suffisamment grande pour représenter une source de financement importante.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable