Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

 | 
Abbès Zouache

Chapitre III

Les armées : structures (2)

Entrées d'index

Mots clés :

armée, armement

Géographique :

Syrie

Note de l’éditeur

Pour des raisons éditoriales, le Chapitre III est scindé en trois documents.
Voir le texte de Les armées : structures (1)
Voir le texte de Les armées : structures (3)

Texte intégral

II. Les armées musulmanes : composition

1Nulle source ne se penchant directement sur les armées musulmanes d’al-Šām du vie/xiie siècle, on ne les connaît, paradoxalement, pas beaucoup plus que les armées latines. Quelques informations, ici ou là, montrent que ces armées étaient hétéroclites. S’y mêlaient soldats professionnels et combattants occasionnels. C’est seulement à l’époque zankide qu’elles furent, semble-t-il, mieux organisées.

1. Le vocabulaire : Ǧayš, ‘askar et Ǧund

  • 233  La dixième forme peut signifier « recruter, lever des troupes ».
  • 234  Voir L. Gardet, J. Berque, « Djamā‘a », EI2a, t. ii, p. 411.
  • 235  Par exemple Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab ; al-Farāhīdī, Kitāb al-‘Ayn ; Ibn Fāris, al-Maqāyīs fī l-l (...)
  • 236  Cf. par exemple xxxvii, 28 : « Wa mā anzalnā ‘alā qawmihi min ba‘dihi min ǧundin min al-samā’ wa m (...)
  • 237  S’il paraît improbable qu’il faille retrouver les anciennes provinces romaines dans les ǧund-s syr (...)
  • 238  Les auteurs arabes ne s’accordent pas. D. Sourdel, loc. cit., opte pour Abū Bakr, et H. Kennedy, T (...)
  • 239  Ǧund dit des ‘awāṣim.Se reporter, pour plus de détail, aux ouvrages cités dans les deux notes préc (...)
  • 240  Ou synecdoque, si l’on veut. Mais ces tropes sont difficiles à distinguer. Cf. A. Dupriez, Gradus. (...)
  • 241  Cf. le Lisān al-‘Arab : « Wa l-ǧund : al-madīna, wa ǧam‘uhā aǧnād, wa ḫaṣṣa Abū ‘Ubayda bihi mudun (...)

2« L’armée », dans l’Orient médiéval arabe, était vue comme une réunion d’hommes dont le but était de faire la guerre ; d’où la présence en abondance, dans les textes, pour la désigner, de dérivés de la racine Ǧ. M. ‘. (« rassembler, réunir233 »), racine qui renvoie à des notions très importantes en islam : ǧam‘, ǧamī‘, ǧamā‘a234, etc.Une armée, c’était un ǧam‘ allant faire la guerre, al-ḥarb. On trouve une telle définition dans la plupart des dictionnaires235, sous ǧund (pluriel aǧnād ou ǧunūd), ǧayš (pluriel ǧuyūš) et ‘askar (pluriel ‘asākir), vocables dont les auteurs arabes font communément usage. À première vue, ils sont synonymes et donc interchangeables ; ils n’en ont pas moins chacun un ou des sens spécifiques. Ǧund, le seul employé dans le Coran, y signifie « troupe armée236 ». Assez rapidement, il subit un glissement sémantique : à partir de l’époque omeyyade, il renvoya aux régions militaires de Syrie que, selon la tradition musulmane, le calife ‘Umar aurait créées237 (à moins que cette création ne doive être attribuée à Abū Bakr238). Certainement limité à quatre primitivement (Homs, Damas, al-Urdunn et Filasṭīn), le nombre de ǧund-s augmenta ensuite, jusqu’à comprendre sous les Abbassides les zones frontières arabo-byzantines239. Le premier dīwān, créé par ‘Umar, fut le dīwān al-ǧund. Tout naturellement, le mot ǧund en vint à signifier, par métonymie240, au pluriel les soldats cantonnés dans ces circonscriptions et au singulier la réunion de ces soldats (l’armée de chaque circonscription). Dès lors, du moins en théorie, les ǧund-s ou les aǧnād des auteurs médiévaux faisaient référence à ces armées ou à leurs membres241.

  • 242  Les dictionnaires arabes signalent qu’al-ǧanad était une pierre semblable à de l’argile (ṭīn) ; le (...)
  • 243  Ibn Fāris, al-Maqāyīs fī l-luġa, s. v. Mais voir également le Lisān al-‘Arab, s. v.

3La racine du deuxième mot employé, Ǧ.Y.Š., n’est pas connotée plus positivement que Ǧ. N. D.242. Elle renvoie à l’idée d’agitation et d’ébullition243 :

 « Une seule origine : le tourbillon de poussière (al-ṯawarān) et le bouillonnement (al-ġalayān) »,

  • 244  Édition électronique, Bāb al-ǧīm ma‘a l-yā’- ǧayš.
  • 245  Lisān al-‘Arab, loc. cit.
  • 246  Ibid., s. v. Šidda signifie également « la force, la vigueur », ou « le malheur, l’adversité ».

précise Ibn Fāris dans al-Maqāyīs fī l-luġa. Dans al-Nihāya fī ġarīb al-ḥadīṯ wa l-āṯār d’Ibn al-Aṯīr, ǧāša est donné comme synonyme de fāra, bouillonner, être en ébullition et, de là, s’emporter, être en colère244. C’est seulement la forme ǧayyaša qui définit l’action de réunir des hommes pour faire la guerre ; ce n’est pourtant pas le maṣdar de cette forme qui est synonyme de ǧund, mais bien ǧayš (wa l-ǧayš : al-ǧund, wa qīla : ǧamā‘at al-nās fī l-ḥarb245). De ǧund mais aussi de ‘askar, mot le plus mal connu des trois, d’origine persane et à la tonalité toute aussi négative. Ibn Manẓūr commence d’ailleurs sa notice par al-‘askara, qu’il définit comme al-šidda wa l-ǧadb, « la violence et le mal246 ».

  • 247  Une cinquantaine d’ouvrages. À nos sources, ont été ajoutés un certain nombre de chroniques ancien (...)
  • 248  Il faut avoir conscience du fait que le compilateur peut utiliser (ou non) les mêmes mots que ses (...)

4L’évolution du terme ǧund influa sur son utilisation ; après la création des régions militaires syriennes, les auteurs arabes ne pouvaient l’employer sans ambiguïté. On ne s’étonnera pas, dès lors, qu’un sondage effectué sur un corpus relativement étendu d’ouvrages écrits au Moyen-Âge, essentiellement des livres d’histoire et d’adab, montre sinon un désintérêt pour le mot, du moins un emploi moins important au fil du temps247. Plus on s’éloigne des débuts de l’islam, moins le terme est présent dans les textes. Al-ǧayš et al-‘askar, qui le côtoyaient déjà, apparaissent alors de plus en plus souvent, jusqu’à ce qu’al-‘askar, à l’époque qui nous intéresse, se soit plus complètement imposé comme le mot le plus largement utilisé248.

  • 249  Cas où ǧund se distingue : al-Harawī, Kitāb al-taḏkira, texte arabe p. 244, où ǧayš et ‘askar sont (...)
  • 250  À noter que le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧawzī est dans le même cas (167 occurrences pour al-‘askar, 111 p (...)
  • 251  Ta’rīḥ Ḥalab, p. 361,363,365,367,369,371,384 et passim.
  • 252  Pour la période ayyoubide, cf. R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk army », Studia Islam (...)
  • 253  Armée envoyée par Sanǧar : Ta’rīḫ Ḥalab, p. 376 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 335 (ǧay (...)
  • 254  Exemple : Kāmil, t. ix, p. 101 (année 500) : fī ǧayš ; ṭabl al-ǧayš.
  • 255  Ibidem, p. 72 : « Fī haḏihi l-sana, waalat marākib min bilād al-Firanǧ ilā madīnat al-Lāḏiqiyya f (...)

5Dans les traités d’art militaire de la fin du vie/xiie siècle, la Tabṣira d’al-Ṭarsūsī et le Kitāb al-taḏkira d’al-Harawī, seul al-ǧund (et son pluriel) se distingue parfois (rarement) des deux autres termes. La plupart du temps, il sont interchangeables249. Les principales chroniques (surtout le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī, le Ta’rīḫ Ḥalab d’al-‘Aẓīmī, le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr ou la Zubda d’Ibn al-‘Adīm) sur lesquelles nous nous sommes appuyé consacrent également la large domination de ‘askar (très large pour Ibn al-Qalānisī, qui en fait une utilisation presque exclusive), dans un ordre néanmoins différent : ‘askar, ǧund et ǧayš250. ‘Askar (et son pluriel ‘asākir) y est un terme générique qui désigne tout type d’armée, quel que soit le nombre d’hommes qui la constituent, celles des Francs, des Byzantins ou des musulmans, d’un prince, d’une principauté ou même d’une région. Al-‘Aẓīmī, par exemple, emploie les expression ‘asākir Miṣr, ‘asākir al-Firanǧ, ‘askar al-Sulṭān, ‘askar Ḥalab, ‘askar Sayf al-dīn, ‘asākir al-Šarq, etc.251. Comme pour la période ayyoubide, on ne peut donc, dès lors, considérer que le mot ‘askar désigne systématiquement les troupes personnelles d’un prince ou d’un émir252. Les mêmes formules sont d’ailleurs présentes dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, de Tāǧ al-dawla Tutuš prenant position devant Homs à la tête de son armée, « fī ‘askarih », à l’armée égyptienne, « ‘askar Miṣr » etc. Quant au vocable ǧayš, il est l’équivalent de ‘askar, mais seulement en partie : il désigne essentiellement des armées importantes, la plupart du temps orientales ou d’origine orientale253 ; Ibn al-Aṯīr, qui se sert le plus de ce mot, lui donne une acception très générale254. Ǧund, enfin, a également cette valeur générique à l’occasion tout en continuant à désigner des « soldats255 ».

6En revanche, dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, aǧnād et un dérivé de ‘askar, ‘askariyya, prennent parfois un sens spécifique :

  • 256  P. 114/LT p. 33.

[Libération de Ṭuġtakīn ; commandements que Tutuš lui avait confiés, an 488/1095]
« Il l’avait ensuite comblé de telle manière qu’il pouvait compter sur la justesse de son esprit, sur son habileté à administrer les affaires courantes et à exercer le commandement général (isfahsalāriyya) sur ses ‘askariyya256. »

  • 257  P. 217/LT p. 37.

[L’amīr Yāġī Siyān arrive d’Antioche pour prendre en main, à Alep, an 490/1097]
« l’administration, les décisions, les ordres et les défenses de ses ‘askariyya et de sa population. [Riḍwān et Yāġī Siyān prennent la route.] Ils restèrent pendant un mois aux environs de Šayzar, puis la discorde s’éleva entre les chefs militaires (muqaddamū al-‘askar) : ils se séparèrent, chacun retourna chez soi et le prince (al-malik) regagna Alep257 ».

  • 258  P. 228-229/LT p. 49-50.

[Le calife fatimide al-Musta‘lī meurt, son fils al-Āmir lui succède sous l’égide d’al-Afḍal, an 495/1101-2]
« Il sut bien se conduire et se bien comporter envers l’ensemble d’al-aǧnād, d’al-‘askariyya et de tous ses sujets. […] Al-Afḍal, le seigneur (sayyid) Abū l-Qāsim Šāhanšāh b. Amīr al-Ǧuyūš le fit reconnaître comme souverain par al-aǧnād, les émirs et l’ensemble de ses sujets (kāffat al-ra‘āya), les eunuques (al-ḫuddam) et les gens du palais (al-awliyā’), et l’installa à la place de son père immédiatement après sa mort258. »

[Qiliǧ Arslān ravitaille son armée, après une victoire, an 496/1103]
« Lorsque après cela Qiliǧ Arslān reprit sa marche, il arriva dit-on, en Syrie et dépêcha un envoyé à Alep afin de demander l’autorisation, pour les négociants de la ville, d’apporter à son armée des vivres (al-mīra) et des provisions (al-azwād) et tout ce dont avait besoin l’ensemble d’ al-‘askariyya et d’al-aǧnād.

  • 259  P. 273-274/LT p. 101.

[Sidon est prise par Baudouin de Jérusalem et le roi de Norvège, Sigurd]
« […] le gouverneur (al-wālī), le contrôleur des finances (al-zimām), l’ensemble d’al-aǧnād et d’al-‘askariyya et de très nombreux habitants quittèrent la ville et prirent la direction de Damas dix jours avant la fin de ǧumādā [I] 504/4 décembre 1110 […]259. »

  • 260  P. 300/LT p. 128.

[Al-Afḍal décide d’envoyer une flotte pour ravitailler Tyr, an 507/1113-4]
« Il ordonna d’armer une flotte qui emporterait à Tyr du grain, du ravitaillement, la solde (māl al-nafaqa) d’al-aǧnād et d’al-‘askariyya, et du grain à vendre à la population260. »

  • 261  P. 337/LT p. 163.

[Prise de Tyr par les Francs, an 518/1124]
« Un arrangement fut conclu, au terme duquel la ville serait livrée aux Francs à condition qu’ils accordent la vie sauve à tous ceux qui s’y trouvaient et autorisent tous les ‘askariyya et les civils qui le voudraient à s’en aller avec ce qu’ils pourraient emporter de leurs biens et à rester ceux qui voudraient rester. […]
L’atabeg ayant pris position, avec son ‘askar, face aux Francs, la porte de la ville s’ouvrit. La population fut autorisée à partir […] ; en fin de compte, tous les ‘askariyya et [tous] les civils (ra‘iyya) sortirent [de la ville] 261. »

  • 262  P. 349/LT p. 175-176.

[Mort de Ṭuġtakīn ; lui succède son fils Tāǧ al-mulūk Būrī, an 522/528]
« Ce dernier [i. e. Būrī] agit selon les conseils de son père et s’attacha aux points sur lesquels celui-ci avait insisté en faisant ses dernières recommandations : bien traiter toute la population que contenait Damas, ‘aǧnād, ‘askariyya […]262. »

  • 263  Supplément aux dictionnaires arabes, t. ii, p. 128.
  • 264  28 occurrences ont été dénombrées.
  • 265  Pour ‘Aẓīmī, cf. par exemple Buġya, t. viii, p. 3677. ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī : dans Abū Šāma, Ki (...)
  • 266  Même opposition, année 552, p. 338 (éd. Amedroz) : « wa haraat al-aǧnād wa l-ra‘āyā […] », (« les (...)
  • 267  « The armies of Saladin », Cahiers d’histoire égyptienne, 1951, p. 304-320.

7Le vocable ‘askariyya, donné comme le pluriel de ‘askarī (soldat, fantassin) par R. Dozy263, est d’un emploi plutôt rare à l’époque qui nous concerne. Ibn al-Qalānisī surtout en fait usage264, ainsi qu’al-‘Aẓīmī et ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, mais beaucoup plus incidemment265. Dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, il peut tout autant renvoyer au collectif « les militaires » (d’où l’opposition al-‘askariyya/al-ra‘iyya – militaires/civils dans le sixième extrait266), qu’à un type spécifique de soldats. Soldats différents de ceux appelés al-aǧnād (même si ce mot peut aussi désigner l’ensemble des hommes en armes), mais qu’il est difficile d’identifier, Ibn al-Qalānisī ne les décrivant jamais. Doit-on les voir, simplement, comme les membres du ‘askar du prince (ou de l’émir), qui formaient son armée personnelle, composée principalement de cavaliers lourds ? Mais quid, dans ce cas, des aǧnād ? Quel type de combattants ce terme désignerait-il alors ? Des fantassins ? Des combattants occasionnels, non professionnels ? Les membres de « milices urbaines », moins bien équipés, non montés ? Peut-on, également, considérer al-‘askariyya comme des mercenaires, le mot al-aǧnād, dès lors, définissant les « combattants permanents » ? Comme des « auxiliaires », au contraire des « réguliers », al-aǧnād ? Il faut plutôt admettre qu’Ibn al-Qalānisī n’accorde pas une seule acception à ces termes. Le traducteur français du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, Roger Le Tourneau, traduit d’ailleurs, alternativement, al-‘askariyya par « soldats », « troupes appelées », « mercenaires », « troupes mercenaires », « armée », « troupes auxiliaires », « militaires », « soldats appelés », etc. H. A. R. Gibb attribue trois sens différents au mot al-aǧnād : soldats dans un sens très large ; forces militaires d’une région ; troupes locales ou milices, se distinguant des ‘askarī en ce qu’ils n’étaient pas des archers montés, se battant seulement avec la lance ou l’épée267.

  • 268  D’autres ‘askar-s venaient s’ajouter à celui du prince.
  • 269  À Šayzar également, l’armée se nommait, si on suit Usāma, ‘askar et/ou ǧund. Malheureusement, dans (...)
  • 270  Exemples : p. 36, 38, 46 (phrase analogue : « kāna ‘indanā raǧul min al-ǧund yuqāl lahu Rāfi‘ al-K (...)
  • 271  H. A. R. Gibb, The Damascus chronicle, op. cit., p. 36.
  • 272  Les chroniqueurs ne distinguent malheureusement pas toujours ‘askariyya et aǧnād, et nomment indis (...)
  • 273  Les auteurs arabes de l’époque des croisades ne font plus du tout état des anciens ǧund-s. Lorsqu’ (...)
  • 274  H. A. R. Gibb, op. cit., p. 37 pour les octrois de terre. Il se base en fait sur un extrait du Ḏay (...)
  • 275  Ibn al-Qalānisī n’est pas le seul auteur arabe à juxtaposer deux types de troupes. Par exemple, Ib (...)

8Seule certitude : l’utilisation conjointe de ces deux termes par le mieux informé des chroniqueurs montre qu’au vie/xiie siècle (en fait avant la prise de Damas par Nūr al-dīn) deux types de combattants réguliers formaient l’armée des souverains, des hommes qui souvent combattaient ensemble et auxquels les princes se devaient d’accorder tous leurs soins, ainsi que Ṭuġtakīn l’avait rappelé à son fils avant de mourir. Au ‘askar personnel, composé de cavaliers lourds avant tout turcs, précieux et recherchés, nucleus de l’armée268, se greffait un deuxième cercle de combattants, constamment appelés al-aǧnād par les auteurs arabes, sans doute de recrutement plus varié, cavaliers (plus légers) et/ou fantassins269 : régulièrement, Usāma b. Munqiḏ se sert, dans le Kitāb al-I‘tibār, d’une formule du type « fa-ǧā’anī raǧul min aǧnādinā »(stricto sensu « c’est alors qu’un homme – l’un de nos aǧnād  me vint ») ; l’homme en question est tantôt un cavalier, tantôt un fantassin270. Moins la principauté (ou l’émirat) était puissante, plus elle s’appuyait sur ces aǧnād271 qui étaient d’un coût moins élevé que les cavaliers parfois nommés al-‘askariyya. Ainsi s’explique, sans doute, le fait qu’à Šayzar les soldats turcs étaient si peu nombreux ; ou que lorsque Āq Sunqur al-Bursuqī s’empara d’Alep, la ville était entre les mains des reliquats des aǧnād de Riḍwān, al-‘askariyya, non payés, ayant quitté la ville272. Doit-on, en revanche, relier ces troupes aux armées des circonscriptions militaires de l’époque abbasside qui n’étaient pourtant, si on en croit les auteurs arabes, que de très lointains souvenirs273 ? En d’autres termes, les armées provinciales continuaient-elles à exister, sous une forme ou une autre, les aǧnād constituant alors des réserves territoriales, non mobilisées en permanence, entretenues par des octrois de terre274 ? En l’absence d’une documentation plus complète, rien de tel ne peut être affirmé ; les sources ne décrivent pas un système aussi organisé, mais évoquent, simplement, des potentats montagnards disposant d’une certaine force militaire275.

  • 276  Récit détaillé de ces événements, qui se déroulent en 421-422 de l’hégire, par Th. Bianquis, Damas (...)
  • 277  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 6 : « wa kāna bi Wādī l-Taym min amāl Ba(...)
  • 278  Voir essentiellement Ibn al-Furāt, loc. cit. ; Ibn al-Qalānisī, loc. cit. et p. 470-471 (assassina (...)

9L’activité de chefs de guerre plus ou moins indépendants du pouvoir central était ancienne en Syrie. Dans le premier tiers du ve/xie siècle, un chef arabe, Naṣr b. Mušarraf, s’était imposé au nord du Ǧabal Baḥrā’ ; ses velléités d’indépendance lui avaient attiré les foudres des Byzantins, maîtres d’Antioche et suzerains théoriques de la région. D’autres montagnards, les Banū l-Aḥmar, avaient élevé un château à partir duquel ils contrôlaient la route de Lattaquié à Ḥiṣn Barzuwayh ; Fatimides puis Byzantins les avaient attaqués. Des « armées » de tels potentats, on sait surtout qu’elles n’avaient pu rivaliser avec celle que conduisait Niqita, le capétan byzantin qui, à l’occasion d’une campagne fulgurante, les avait ramenés à la raison, semant terreur, destruction et désolation dans les territoires qu’ils avaient un temps réussi à contrôler276. Au vie/xiie siècle, d’autres pouvoirs de ce type sont attestés, par exemple dans le Wādī l-Taym et dans le Ǧabal ‘Āmila ; ils disposaient de forces armées non négligeables auxquelles les Francs ou les musulmans firent appel à l’occasion. Comme au ve/xie siècle, les pouvoirs centraux (Francs et Turcs avaient remplacé Byzantins et Fatimides) n’étaient pas suffisamment puissants pour exercer un contrôle direct sur les confins de leurs principautés, des espaces de liberté existaient dont profitèrent les ismaéliens mais aussi des « émirs », tel Ḍaḥḥāk dans le Wādī l-Taym277. Là encore, de leurs armées de campagnards et/ou de montagnards, on sait peu de chose ; leurs apparitions sont soit trop rapidement traitées (dans le Ta’rīḫ al-duwal d’Ibn al-Furāt), soit racontées avec une charge symbolique trop lourde pour qu’on puisse s’en faire une idée précise (dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī). On peut simplement affirmer qu’elles ne semblent pas avoir été permanentes, du moins en totalité, qu’elles reposaient sur des solidarités familiales et certainement religieuses, et que, si elles étaient essentiellement composées de fantassins, elles comptaient également des cavaliers278.

  • 279  Voir le beau récit d’Ibn al-Qalānisī, loc. cit., trad. LT, p. 302-303. La tentative contre Tāǧ al- (...)

10Autre certitude : on ne peut minimiser leur importance. Ḍaḥḥāk, en tout cas, apparaît comme un chef de guerre sinon puissant, du moins reconnu comme tel par les ismaéliens. Le récit de son assassinat par leurs hommes en 543 (vingt ans après qu’il eut vengé son frère en massacrant les troupes de Bahrām), sous la plume d’Ibn al-Qalānisī, a ceci de frappant qu’il ne diffère pratiquement en rien de celui narrant la tentative des mêmes ismaéliens contre Tāǧ al-mulūk Būrī : même infiltration de son entourage qui est amadoué par deux hommes « grâce à leur spécialité », l’un étant fabricant d’arcs, l’autre fabricant de flèches (« […] raǧulayn aḥadhumā qawwās, al-āḫar naššābī), même patience, l’occasion favorable étant longtemps attendue, même brutalité le jour venu. Même châtiment, également, une fois les deux hommes pris : la mort que Ḍaḥḥāk, auquel un souffle de vie restait lorsqu’on les lui amena, décréta avant de s’éteindre. Son fils lui succéda et prit « le commandement du Wādī l-Taym » ; il en informa le suzerain damascène279.

11L’avènement des Zankides fit-elle disparaître cette dichotomie entre al-‘askariyya et al-aǧnād ? Ibn al-Qalānisī continue d’utiliser le premier mot, mais beaucoup plus rarement. Surtout, le couple al-‘askariyya/al-aǧnād disparaît complètement de sa chronique. Pour le chroniqueur damascène, quelque chose avait changé. Avec Nūr al-dīn, dont les sources continuent de dire qu’il s’appuyait, en partie, sur un recrutement local, la centralisation s’accrut ; des quantités de numéraires inédites purent être investies dans l’armée ; des soldats professionnels plus nombreux purent être recrutés ; l’armée régulière s’étoffa continuellement. L’autorité suprême était désormais plus affirmée, rarement contestée, du moins avant que l’Égypte ne fût enfin conquise. Ibn al-Qalānisī ne ressent plus le besoin de faire la distinction entre les combattants, pour autant que cette distinction continuât d’exister.

2. Composition des armées musulmanes

2.1. Le noyau : armées régulières

12Héritières des armées seldjouqides et, secondairement, fatimides, les armées musulmanes d’al-Šām reposaient toutes sur un noyau de troupes régulières peu nombreuses, inscrites sur les registres officiels (ǧarīda) du dīwān al-‘arḍ, souvent (mais non systématiquement) appelées ‘askar, dont faisaient partie les aǧnād dont il vient d’être question. La conquête turque n’avait pas donné lieu, à la fin du ve/xie siècle, à une déferlante humaine ; si on passe sur les exagérations de certains chroniqueurs, rien de comparable aux armées de la première croisade n’est consigné par les auteurs arabes. Au vie/xiie siècle, les ‘askar-s des souverains turcs ne pouvaient suffire, pas plus que les comitatus des envahisseurs francs d’ailleurs, à soutenir le rythme élevé des combats. Il fallait s’appuyer sur d’autres forces armées lorsque les affrontements se multipliaientou, plus simplement, lorsqu’ils nécessitaient des armées nombreuses, même si la décision paraît le plus souvent avoir dépendu d’un petit noyau de soldats d’élite sur lesquels nous reviendrons.

  • 280  L’historiographie officielle en dit peu de chose ; il faut donc se reporter à ce qu’a écrit Ibn Ab (...)
  • 281  Ibn al-Aṯīr, repris par plusieurs auteurs postérieurs, rappelle que lorsque Nūr al-dīn écrivait à (...)

13À l’armée régulière du prince, permanente et composée de cavaliers lourds, de cavaliers légers et de fantassins, s’ajoutait le ‘askar (troupe personnelle) de ses principaux émirs auxquels il avait confié un iqṭā‘ de bon rapport qui leur permettait d’entretenir des combattants professionnels. En cela, comme les armées franques, toute armée musulmane de quelque importance était une fédération de troupes qui reposait sur des liens d’interdépendance, l’un accordant son aide, l’autre lui assurant les moyens de vivre et de s’enrichir. Que les émirs fussent ou non d’anciens esclaves du prince, leurs liens étaient personnels, d’homme à homme. Principale faiblesse d’un tel système : les armées pouvaient se dissoudre au gré des circonstances, des intérêts, des ambitions, des caractères. Lorsqu’une autorité supérieure faiblissait, il lui devenait de plus en plus difficile d’exiger le service militaire ; parfois, il lui fallait combattre ceux auxquels elle avait hier fourni un iqṭā‘ ou tout autre moyen d’accéder à la puissance. Les successeurs de Ṭuġtakīn et de Būrī, à Damas, furent régulièrement confrontés aux velléités d’indépendance de certains de leurs émirs ; Riḍwān disparu, ses descendants trop jeunes ou incapables, Alep fut la proie de ses anciens officiers et elle ne retrouva calme, sérénité, armée digne de ce nom et prospérité qu’une fois un pouvoir fort rétabli ; Nūr al-dīn lui-même dut faire face aux ambitions de son frère Nuṣrat al-dīn280 et, à la fin de son règne, composer avec ce que certains chroniqueurs arabes présentent comme une forme de sédition. Non que son autorité eût faibli ; simplement, son émir Saladin281 pouvait s’appuyer sur des ressources équivalentes ou même supérieures aux siennes.

14Au fil du ve/xiie siècle, les émirs de haut rang disposèrent de ‘askar-s de plus en plus conséquents, mais toujours quantitativement inférieurs à celui du prince auquel ils étaient affidés. Néanmoins, l’ensemble ne suffisait toujours pas à mener seul la guerre contre les Francs. Le coût d’entretien d’une armée régulière très nombreuse aurait sans doute été trop lourd pour des budgets somme toute limités. Il était donc préférable de faire appel à des auxiliaires, turcomans et arabes, qui constituaient les mercenaires des armées musulmanes. Stipendiés, appâtés parfois par le butin qu’on leur faisait miroiter, ils continuèrent, au vie/xiie siècle, à être aussi indispensables qu’aux siècles précédents. Ponctuellement, des combattants occasionnels venaient les soutenir.

2.2. Les « volontaires » : al-mutaṭawwi‘a

  • 282  M. Bonner, Aristocratic violence and holy war, loc. cit., p. 7, 39-40 et passim.
  • 283  De même, face aux Géorgiens. Exemple : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 452.
  • 284  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3442 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 75-6. Bazġaš prend et détruit Ṭab (...)

15Les troupes régulières et auxiliaires étaient composées de professionnels de la guerre qui en vivaient, même dans le cas de bédouins qui transhumaient avec leur bétail. D’autres combattants, occasionnels ceux-ci, étaient également intégrés aux armées musulmanes quand les circonstances l’imposaient. Les chevauchées rapides n’y faisaient pas appel : alors la guerre était-elle réservée à une caste. Mais dès qu’il était question de bataille rangée d’importance, dès qu’il fallait faire nombre, une foule d’occasionnels était alignée, quitte à sacrifier des hommes dont le métier premier n’exigeait pas forcément d’être habile au maniement des armes. Les « volontaires », al-mutaṭawwi‘a (ou muṭṭawwi‘a), pour « volontaires de la foi »  le mot ġāzī (pluriel ġuzāt) étant peu employé à notre période  étaient de ceux-là. En vérité, peu est dit, dans les textes, de ces hommes animés d’une ferveur religieuse hors du commun, pour lesquels honneur et religion ne faisaient qu’un, et qui avaient choisi de laisser là famille, labeur et notabilité pour mourir en martyrs. La tradition était ancienne en terre d’islam282 ; à l’époque qui nous occupe, les Francs n’étaient pas les seuls à faire naître des vocations : toutes les zones frontières où l’infidèle était combattu, aux confins indiens ou chinois par exemple, donnaient lieu à de telles mobilisations283. Sur le front intérieur, les armées qui allaient se mesurer aux ismaéliens comportaient souvent de très nombreux mutaṭawwi‘a. Ainsi de celle de Bazġaš, en 497/1103-1104284 :

« Cette année-là, Bazġaš, commandant de l’armée (muqaddam ǧayš) de Sanǧar, rassembla une armée nombreuse et une multitude de volontaires de la foi (muṭṭawwi‘a), et il alla combattre les ismaéliens. »

  • 285  Ce sont des mutaawwia qui enterrent l’émir Ayāz que le sultan Muḥammad a fait exécuter : Ibn al- (...)
  • 286  Cf. Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. viii, p. 116 (mais les événements se déroulent en 408) : « wa ǧama‘a (...)

16En fait, ces combattants, à l’apport non négligeable puisqu’il est souvent estimé à plusieurs milliers d’hommes, parfois proches du commandant de l’armée285, ne participaient, en sus des défenses des places où ils se trouvaient, qu’aux batailles d’envergure, parfois après avoir répondu à la mobilisation décrétée par le prince286 ; ils étaient absents de la majorité des opérations de petite guerre qui constituaient l'essentiel des affrontements.

  • 287  Kāmil, t. ix, p. 16.

17En Syrie, ils sont signalés à plusieurs reprises dans différentes armées  armées dites de coalition, damascènes, alépines ou même égyptiennes. Leur participation à la déroute de Karbūqā devant Antioche est bien connue. Selon Ibn al-Aṯīr, dont le témoignage n’est malheureusement pas très précis, ils étaient des milliers qui firent honneur aux musulmans, pendant que les soldats professionnels se débandaient287 :

  • 288  Même information dans la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, t. ii, p. 137.

« Néanmoins, un groupe de muǧāhid fit face, combattit en nombre (ḥisbatan), à la recherche du martyre (al-šahāda). Mais les Francs en tuèrent des milliers288. »

  • 289  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221 ; éd. Amedroz p. 136. Voir également la trad. de LT, p. 42.

Ibn al-Qalānisī confirme289 :

  • 290  Riǧāl : pluriel de raǧul (« homme ») mais également de rāǧil (« piéton »). L’opposition entre ceux (...)

« […] s’échappèrent ceux qui disposaient de purs-sangs rapides, mais l’épée (sayf) s’abattit sur les fantassins290 volontaires de la foi, muǧāhid, luttant avec le désir ardent de mener le ǧihād et de défendre les musulmans. »

  • 291  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 223/LT p. 44.
  • 292  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 84-85 ; Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. ii, p. 150-151.
  • 293  Informations les plus intéressantes : Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 278-283 ; Albert d’Aix, Histor (...)
  • 294  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 185.
  • 295  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 339-340.
  • 296  Ibid., p. 298.
  • 297  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 521-523.

18Lorsque al-Afḍal fut défait devant Ascalon, en 492/1099, ils subirent le même sort : la tuerie n’épargna ni les fantassins, ni les volontaires, ni les gens de la ville, al-rāǧil wa l-muṭṭawwi‘a wa ahl al-balad291.Lors de sa terrible défaite de l’année 498/1105, à Artāḥ, Riḍwān avait sept mille fantassins, parmi lesquels on comptait trois mille « volontaires de la foi292 ». L’expédition à la tête de laquelle Mawdūd s’en alla attaquer Tall Bāšir, en 504/1111, leur accordait une place importante puisque ce sont eux, avec le commun des soldats (al-sūqa), qui attaquèrent la forteresse et firent une brèche dans la muraille. À nouveau, leur ardeur ne fut pas récompensée : Aḥmadīl, selon Ibn al-Qalānisī, fut plus ou moins acheté par Josselin et les autres chefs de l’armée, malades, laissèrent faire. La ferveur initiale s’effaça, le siège fut interrompu, bientôt l’expédition se transforma en fiasco293. Quelques années plus tard, avant de venir écraser Roger d’Antioche à l’Ager sanguinis, en 513/1119, Īl-Ġāzī avait réuni des masses incomparables, vingt mille hommes – des soldats, mais également des mutaṭawwi‘a294. Battu à Marǧ al-Ṣuffar, Ṭuġtakīn était accompagné par des volontaires très zélés qui furent tout autant massacrés que les autres soldats à pied295. En 531/1137, l’armée de Damas qui fut interceptée par le comte de Tripoli en comportait également, en sus du ‘askar et des auxiliaires turcomans. Elle livra courageusement bataille et remporta la victoire296. En 552/1157, après avoir appris l’éclatante victoire de son frère Nuṣrat al-dīn Amīr Amīrān, Nūr al-dīn, ne voulant pas être en reste, décida d’organiser une campagne pour laquelle il fit proclamer, notamment, l’appel aux mutaṭawwi‘a297.

  • 298  Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. lxxiv, p. 2345 ; J.-M. Mouton, « Yūsuf al-Fandalāwī (...)

19Parfois, la geste particulièrement exemplaire d’un de ces volontaires est contée. Ainsi de ce Maghrébin, grand voyageur, qui passa du Caire à Bagdad, vécut également à Damas et finalement mourut en martyr (šahīd) face aux Francs. Croyant zélé, homme brave et hardi, il avait été de toutes les batailles qui avaient opposé Francs et Égyptiens. Autre personnage qui marqua son temps : le fameux šayḫ Yūsuf al-Fandalāwī, qui, refusant de céder aux imprécations de Nūr al-dīn, s’en alla fièrement jeter sa vie en pâture aux Francs qui assiégeaient Damas298.

20Cependant, les chroniqueurs  et notamment Ibn al-Aṯīr  ne semblent pas forcément donner un sens religieux aux vocables mutaṭawwi‘a/muṭṭawwi‘a. Lorsqu’il raconte la bataille qui opposa Tancrède et Riḍwān d’une part, Ǧāwalī et le comte d’Édesse d’autre part, en 502/1108, Ibn al-Aṯīr prend le soin de souligner qu’abandonné par certains de ses hommes, dont ‘Imād al-dīn Zankī et Baktāš al-Nahāwandī,

« Ǧāwalī conserva mille cavaliers (fāris) auxquels s’ajoutèrent une foule de volontaires (ḫalq min al-muṭṭawwi‘a). Puis il campa à Tall Bāšir, et Tancrède les rejoignit. Il avait mille cinq cents cavaliers (fāris) francs et six cents cavaliers de Riḍwān, sans compter l’infanterie. »

  • 299  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 735.

21Dans un tel cas, les mutaṭawwi‘a n’étaient évidemment pas motivés par la foi puisqu’ils combattaient aux côtés des infidèles. En fait, les chroniqueurs ne distinguent pas suffisamment les fuqahā’, ṣūfiyya, zuhād, mutadayyinīn et autres ṣāḥib al-‘amāma, tous persuadés de l’impérieuse nécessité d’aider les puissants à combattre les Francs, parfois peut-être de les y pousser, des masses en mal d’aventure, attirées par le couvert qu’on leur fournissait et les émoluments que des princes tels que Nūr al-dīn leur versaient. Sans perspective de gain, leur motivation s’évaporait, comme pendant le siège de Banyas par Nūr al-dīn : des volontaires abandonnèrent l’armée régulière au prétexte que les opérations traînaient, que la difficulté les épuisait ; en réalité, ils avaient eu connaissance de l’état déplorable des caisses du prince zankide et ils craignaient d’en être de leurs deniers299. Quoi qu’il en soit, ils sont très souvent présents, tout au long du siècle qui plus est, piétons très légèrement armés, plus utilisés pour gêner l’adversaire qu’entrant dans les schémas tactiques des chefs de guerre, se retrouvant alors souvent isolés sur le champ de bataille, la fuite des soldats professionnels les prenant peut-être au dépourvu, massacrés donc, sans qu’ils aient pourtant démérité.

2.3. Populations en armes

  • 300  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 229 (an 518).
  • 301  Op. cit., p. 393/LT p. 224.
  • 302  Ibid., p. 339-340 (voir également éd. Amedroz, légèrement différente, p. 213)/LT p. 164 sq. L’aute (...)

22D’autres combattants occasionnels s’en rapprochaient, dont les hommes et les femmes inclus sous l’expression très générale ahl al-balad, « population de la ville », qui ne se contentèrent pas, au vie/xiie siècle, de lutter pour la défense de leur ville assiégée. Pendant les moments les plus difficiles, une sorte d’arrière-ban pouvait être décrété face aux Francs, à Ascalon, par exemple, en 492/1099, comme on l’a vu. Al-ra‘iyya, les « sujets » (ou les « civils », parfois), pouvaient se mettre en branle et, un temps au moins, porter toute arme disponible. Enfin informés de l’arrivée d’Āq Sunqur al-Bursuqī, les Alépins assiégés par Baudouin II et Dubays, pourtant épuisés par leur résistance héroïque, sortirent ainsi de la ville pour aller livrer combat contre les Francs. Sans succès : ces derniers se dérobèrent300. Ibn al-Qalānisī évoque parfois les « gens du peuple », aṣḥāb al-aṭrāf, qui intègrent par exemple, en 529/1135, l’armée du calife al-Mustaršid bi-llāh301. Les armées musulmanes pouvaient être en fait très hétéroclites, d’où peut-être leur manque d’efficacité. Le récit que le même chroniqueur fait de la bataille de Marǧ al-Ṣuffar (ḏū l-ḥiǧǧa 519/janvier 1126) illustre parfaitement cette hétérogénéité302 :

  • 303  R. Le Tourneau (loc. cit.) traduit « de jeunes recrues ».
  • 304  On peut également traduire « gens du peuple ».
  • 305  Qaṣr Ḥaǧǧāǧ et Šāġūr : quartiers suburbains situés au sud de Damas ; al-‘Aqaba : certainement al-‘ (...)

« Le lundi 27 ḏū l-ḥiǧǧa/25 janvier 1126, il y avait là, selon le décret arrêté par Dieu et Sa sagesse efficiente, une foule nombreuse (ḫalq kaṯīr) d’aḥdāṯ et de jeunes inexpérimentés (al-šabbāb al-aġrār303) de Damas, d’hommes (riǧāl) de la Ġūṭa, du Marǧ, des provinces bordières (aṭrāf)304, d’aḥdāṯ des Bāṭiniyya, réputés pour leur courage et leur bravoure, venus de Homs et d’ailleurs, d’al-‘Aqaba, de Qaṣr Ḥaǧǧāǧ et de Šāġūr305, cavaliers (ḫayyāla) et fantassins (raǧǧāla) armés de pied en cap, et ceux qui partaient au combat avec les volontaires engagés par zèle pieux (al-nāhiḍ ma‘a l-mutaṭawwi‘a al-mutadayyinīn). Ils avaient pris leurs dispositions pour entrer dans les rangs (maṣṣāf) avant la rencontre, car on parlait beaucoup de la force et du nombre (kaṯra) de l’armée de l’islam (‘askar al-islām) […]. »

23De tels passages sont nombreux, dans les sources arabes, du moins avant le règne de Nūr al-dīn. En manque d’hommes, l’armée régulière bouride n’était pas la seule à faire appel à tous les hommes capables de combattre si besoin était. Le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ fait régulièrement état de telles mobilisations à Šayzar.

  • 306  Un corps auxiliaire de l’armée mamelouke était appelé al-Ǧabaliyya ; on en sait peu de choses, sin (...)
  • 307  Cf. le récit de leur déroute face à Ḍaḥḥāk (qui les prend par surprise) : « Quand ils [i. e., les (...)
  • 308  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 239, 284 sq., 362-364.
  • 309  Les meilleurs récits sont ceux de Guillaume de Tyr, Historia, L. xvii, 3, 4 et d’Ibn al-Qalānisī, (...)
  • 310  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 425. Cf. également Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p.87 ; Ibn al (...)
  • 311  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 492. Si la rapidité de la réaction des musulmans est soulignée (wa a (...)
  • 312  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 208. Quelques expressions communes font pense (...)
  • 313  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 210-216.

24Comme les urbains, les « ruraux », hommes des plaines et des vallées aussi bien que montagnards, devaient répondre à l’appel des souverains306. Il a déjà été question des hommes du Wādī l-Taym que Nūr al-dīn soumit après une vigoureuse campagne, en 550/1155, contre leur émir Ḍaḥḥāk qui refusait de lui faire allégeance. Leurs ennemis jurés, les ismaéliens, paraissent avoir possédé une véritable armée qu’ils pouvaient grossir, si on s’en tient à ce que dit Ibn al-Qalānisī, de leurs membres un peu partout disséminés ; des aḥdāṯ al-Bāṭiniyya sont parfois signalés. Fantassins et cavaliers s’y mêlaient307. Ṭuġtakīn lui-même, comme à Marǧ al-Ṣuffar, n’hésita pas à les employer. D’autres montagnards, tout aussi autonomes, pouvaient rejoindre les Damascènes ou les Alépins. Ainsi de ceux du Ǧabal Baḥrā’ qui aidèrent Ṭuġtakīn à prendre Rafaniyya ; des fantassins du Ǧabal ‘Āmila qui contribuèrent, aux côtés des Damascènes et des Tyriens, à l’échec du siège de Tyr mené par Baudouin en 505/1111 ; des paysans montagnards recrutés par Šams al-dawla révolté contre son frère Šams al-mulūk, en 526/1132308. Les paysans n’étaient pas en reste, de la Ġūṭa et de la Bekaa tout particulièrement, archers à pied dont l’habileté fit des ravages parmi les troupes de la deuxième croisade venues assiéger Damas, fallāḥūn postés dans les jardins, passant d’un chemin à l’autre, se réfugiant derrière des habitations fortifiées situées à l’intérieur même des vergers, décochant leur flèches afin d’empêcher l’ennemi d’avancer, voire même le contraindre au repli. Sans cesse harcelés, vite harassés, les Francs furent retardés309. Ces riǧāl al-Biqā‘ furent mis à contribution à d’autres reprises, par exemple lors du siège de Damas par Zankī en 534/1139-40310, ou, selon Ibn al-Qalānisī, à l’occasion d’une poursuite de pillards francs, en ramaḍān 546 (12 décembre 1151-9 janvier 1152). Pour le chroniqueur damascène, le wālī de Baalbek (Naǧm al-dīn Ayyūb) se dressa contre les Francs qui emportaient hommes, femmes, enfants, vieillards, bêtes de labour, troupeaux et bêtes de somme. À ses hommes (riǧāl), s’ajoutèrent « une multitude d’hommes de la Bekaa », « ḫalq kaṯīr min riǧāl al-Biqā‘ ». La poursuite fut rude ; signe divin, une forte neige ralentit les pillards qui, une fois rattrapés, furent pour la plupart massacrés, seuls quelques-uns réussissant à s’échapper311. Pour Sibṭ b. al-Ǧawzī, les ravages avaient lieu dans la biqā‘ de Baalbek ; ‘Aṭā’ al-Ḫādim, qui se trouvait à Alep, envoya l’infanterie (al-raǧǧāla) chasser les Francs. Après avoir été rejointe par des hommes de cette même biqā‘ et avoir profité de la neige envoyée par Dieu, elle put tomber sur les Francs, les vaincre et récupérer le butin qui avait été fait312. En Syrie du Nord, des paysans pouvaient également prendre les armes, contre les musulmans comme contre les Francs d’ailleurs, maniant l’arc avec la même adresse que les archers de la Bekaa. L’un des hommes de Balak, qui alors bloquait Alep, l’apprit à ses dépens. Alors qu’il traversait, avec tout le détachement auquel il appartenait, un village nommé Ḥaddādīn, il se saisit d’une chèvre. Mal lui en prit : aussitôt un paysan se saisit de son arc, lui décocha une flèche et le tua. La réaction fut terrible, disproportionnée : le siège de la grotte où les habitants s’étaient retranchés fut promptement mené ; comme ils refusaient de se rendre, ils furent enfumés ; on dénombra cent cinquante victimes313.

25Ni les armées musulmanes ni les armées franques n’hésitèrent à s’appuyer sur ces ruraux, et non pas seulement en cas d’extrême difficulté. Après l’avènement de Nūr al-dīn, néanmoins, prince dont les moyens financiers étaient supérieurs à ceux de ses prédécesseurs, ils sont un peu moins souvent mentionnés dans les textes. Le pouvoir central s’était renforcé, les ‘askar-s s’étaient étoffés ; le prince et ses affidés pouvaient plus souvent s’en passer. Et, surtout, l’urgence était moins forte, l’initiative appartenant désormais, de plus en plus souvent, aux musulmans. Pourtant ces ruraux, comme tous les combattants occasionnels, ne disparurent jamais des armées de campagne. Ils n’échappaient qu’aux coups de main les plus rapides, razzias de déprédation ou expéditions punitives.

2.4. Les aḥdāṯ

  • 314  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 521 où sont énumérés al-muǧāhidūn, al-aḥdāṯ, al-mutaṭawwi‘ (...)
  • 315  Voir essentiellement, E. Ashtor-Strauss, « L’administration urbaine en Syrie médiévale », RSO, vol (...)
  • 316  Surtout P. von Sievers, loc. cit.
  • 317  Th. Bianquis, « L’ânier de village, le chevalier de la steppe, le cavalier de la citadelle, trois (...)
  • 318  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 680.
  • 319  À Damas : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 355, 476 et 497, cité par
    J.-M. Mouton, Damas, p (...)
  • 320  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 179 (pour Alep).
  • 321  Outre Damas et Alep : Baalbek (Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 265 et 425) ; J.-M. Mouton, loc. cit.(...)
  • 322  Pour Alep, on ne dispose pas d’une source aussi documentée que la chronique d’Ibn al-Qalānisī pour (...)
  • 323  M. Yared-Riachi, Politique extérieure, passim ; J.-M. Mouton, op. cit., passim.
  • 324  A. Havemann, loc. cit.

26On peut légitimement se demander s’il faut considérer les aḥdāṯ des villes syriennes comme des combattants occasionnels. En fait, et malgré les nombreux travaux qui ont été consacrés au phénomène de « l’autonomismeurbain » en terre d’islam, aux aḥdāṯ, futuwwā et autres fityān, ces deux derniers mots étant très rares pour la période qui nous concerne314, il est très difficile de caractériser précisément ce qu’on a pris l’habitude d’appeler militia ou « milices urbaines315 ». Très tôt en Iraq, aux iiie/ixe et ive/xe siècle, les aḥdāṯ semblent former des milices très organisées, troupes permanentes chargées du maintien de la paix dans la cité316. En Syrie, à Damas et à Alep, au siècle suivant, des groupements analogues apparurent, toujours plus forts lorsque l’autorité du prince était faible, recrutant sans doute dans la fange du peuple, d’où les appellations dévalorisantes qui souvent y renvoient dans les chroniques arabes. Ces groupements s’institution-nalisèrent peu à peu317. Formant des bandes armées qui s’arrogeaient la domination d’un quartier et que les notables contrôlaient plus ou moins, ils symbolisaient la mise en place, dans la seconde moitié du ve/xie siècle, « d’un nouveau type de société qui assurait une rente de situation à qui possédait des armes et savait les utiliser318 ». Au vie/xiie siècle, jusqu’à la période zankide au moins, les aḥdāṯ, qui continuent d’être cités aux côtés de couches de la population peu honorables, ‘awāmm, awbāš, ġawġā’319, ḥaramiyya320, ce qui montre que leur recrutement n’avait guère changé par rapport au siècle précédent, jouaient un rôle majeur dans les grandes villes syriennes321. Oubliant leurs origines contestataires, devenus les porte-parole de notables qui les contrôlaient sans trop de difficultés, ils choisirent la plupart du temps de soutenir les pouvoirs turcs récemment installés, même s’il furent parfois les bras armés de contestations vigoureuses322. À Damas, les princes seldjouqides puis bourides durent à plusieurs reprises ferrailler avec eux323 ; à Alep, pendant la période d’anarchie qui suivit la mort de Riḍwān, ils dirigèrent la cité aux côtés des aǧnād324.

  • 325  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 673 : « […] l’organisation de ces mécontents en une fac (...)
  • 326  Cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 236, pour Damas.
  • 327  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 411, fait état de la gestion par le ra’īs d’un certain nombre de tax (...)

27À vrai dire, des formations auxquelles ils appartenaient, on sait peu de choses. Véritables formations paramilitaires325, elles semblent avoir permis à leur chef, le ra’īs al-aḥdāṯ, ra’īs al-madīna ou ra’īs al-balad muqaddam al-aḥdāṯ, selon les auteurs, de frayer avec les plus hauts officiers des souverains. Il était relayé, sur le terrain, par des muqaddamūn dont on imagine aisément que chacun d’entre eux contrôlait un quartier de la ville326 et qu’il commandait lui-même à des « officiers » subalternes. À la base, les miliciens, apparemment recrutés parmi les jeunes sans foi ni loi, néo-arrivants (à Damas, les réfugiés palestiniens étaient nombreux) qui compensaient leur manque d’entregent par la force physique, la hardiesse et peut-être une certaine habileté à manier épée et coutelas, ou urbains de longue date sans véritable métier, trouvaient dans leur activité reconnaissance et émoluments327.

  • 328  Investiture du ra’īs Raḍī al-dīn Abū Ġālib al-Tamīmī, en ḏū l-qa‘da 548/ janvier 1154.
  • 329  Cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 232.

28Nées du désordres, les milices devaient assurer l’ordre ; au prince et aux notables, le ra’īs garantissait la paix civile en cas d’accord, menait la révolte en cas de discorde. Par cette fonction policière, il empiétait sur les fonctions du šiḥna et du chef de la šurṭa. Comme ces officiers, il touchait là au pouvoir militaire. Ne portait-il pas d’ailleurs à Damas, en sus de la robe d’honneur offerte par le prince, lors de son investiture, monture caparaçonnée, épée et bouclier328 ? N’était-il pas entouré par une garde rapprochée, à l’image des plus puissants émirs329 ?

  • 330  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 298/LT p. 126 (assassinat de Mawdūd ; Ṭuġtakīn et Mawdūd sont entour (...)
  • 331  Ibid., p. 365/293.

29À bien des égards, les aḥdāṯ apparaissent comme des soldats. Certains semblent tout aussi professionnels que les Ḫurāsāniens et les Daylamites aux côtés desquels ils assuraient la protection rapprochée du souverain. Nulle différenciation n’est faite, en tout cas, entre les uns et les autres. Tous, lorsqu’il en est question, portent les mêmes armes, « sabres effilés, épées à la pointe aiguë, cimeterres variés, poignards330 » ; tous se jetèrent sur les hommes qui tentèrent d’assassiner Tāǧ al-mulūk Būrī, et les dépecèrent à coups d’épées, « fa-qaṭa‘ūhumā bi l-suyūf331 ».

  • 332  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 223-230, choisit de ne mentionner qu’al-muslimūn et al-Ḥalabiyyūn ; (...)
  • 333  Il faut lire firqa wāfira, comme dans l’éd. Amedroz du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq (p.265) plutôt que firqa (...)
  • 334  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 411. Sa chronologie est incertaine.
  • 335  Ce mot désigne ceux qui sont gagnés à sa cause, en qui il peut avoir confiance (les « loyalistes » (...)
  • 336  Ibid., p. 279/LT p. 107.
  • 337  Ibid., p. 266-268/LT p. 91-93.
  • 338  Ibid., p. 215-216.
  • 339  Surtout ibid., p. 391-392/LT p. 221-223.
  • 340  Les principaux auteurs arabes en parlent tous : Ibn al-Qalānisī, Sibṭ b. al-Ǧawzī, Ibn al-Furāt. V (...)

30Pour le reste des aḥdāṯ, rien ne dit qu’ils avaient des compétences guerrières particulières. Dès que la situation l’exigeait ou que le prince le jugeait nécessaire, ils étaient alignés pendant les combats, que l’ennemi fût ou non musulman. Naturellement, ils défendaient systématiquement leur cité lors des sièges, sur les remparts et devant la ville, lorsque des sorties étaient organisées. À Alep, ils luttèrent contre les Francs et Dubays en 518/1122332, comme face aux Byzantins, lors de la courte apparition de ces derniers devant la ville, en ša‘bān532/avril 1138. Ils firent alors preuve, en l’absence de Zankī, d’initiative et de courage, en envoyant un « corps important333 » au devant des assiégeants. Ce corps l’emporta et fit de nombreuses victimes dans les rangs ennemis – l’un des officiers (muqaddam) byzantins les plus en vue fut même tué334. Bien auparavant, Riḍwān, affolé par l’annonce de l’arrivée de la puissante armée de Mawdūd, en 504/1110-11, avait décidé de boucler la ville et de confier la défense des remparts à « al-ǧund wa aḥdāṯ al-Bāṭiniyya wa l-ṭā’i‘īn335 », donnant même toute liberté aux mauvais garçons, al-ḥarāmiyya336, pour qu’ils se saisissent des soldats djéziréens isolés. Alep tint bon, au contraire de Baalbek que Ṭuġtakīn avait assiégée pendant trente-cinq jours l’année précédente. Dans cette ville, les premiers à faire défection avaient été « un groupe d’aḥdāṯ et d’aǧnād de la ville337 ». À Damas, les aḥdāṯ s’opposèrent tout autant, aux côtés des troupes régulières, à Riḍwān, en 489/1095338, qu’à Zankī, en 529/1134339, et aux troupes de la deuxième croisade, en 543/1149340. À cette occasion, ils sont associés par les auteurs arabes à l’héroïsme dont tous les Damascènes auraient fait preuve.

  • 341  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 126.
  • 342  Ibid., p. 150-151. Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 229-230/LT p. 61-62.
  • 343  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 339-340/LT p. 164-167. Marǧ al-Ṣuffar : Ibn Šaddād, al-Alāq al-ḫaṭī (...)

31Mais, comme les montagnards et autres ruraux, les aḥdāṯ se trouvaient également aux côtés des combattants professionnels pendant les batailles qui se déroulaient près de leurs cités ; il n’était pas question, pour des raisons logistiques évidentes, d’en user pendant les quelques longues campagnes que les princes musulmans durent réaliser. Ils ne sont pas signalés lors des expéditions de Nūr al-dīn contre les Seldjouqides de Rūm, non plus que dans les corps expéditionnaires à la tête desquels Šīrkūh se rendit en Égypte. Une cartographie même sommaire des affrontements auxquels ils participèrent montre qu’ils n’étaient pas alignés au-delà des frontières reconnues des principautés de Damas ou d’Alep avant les Zankides, non plus que loin de leurs villes d’origines sous Nūr al-dīn. Lorsqu’il alla combattre Duqāq en 490/1097, entre Hama et Kafarṭāb, Riḍwān put donc rassembler sans difficulté « tous les Turcs, les bédouins et les aḥdāṯ d’Alep qu’il put341 ». Quelques années plus tard, en 498/1105, à Artāḥ, place forte toute proche d’Alep, les aḥdāṯ étaient encore très nombreux dans l’armée très hétéroclite qu’il avait réunie. Face aux troupes de Tancrède, les fantassins (al-rāǧil), dont sans doute ils étaient, tinrent bon, mais la cavalerie (al-ḫayr) prit la fuite. Les premiers furent massacrés ; Artāḥ tomba342. Plus au sud, l’une des batailles où ils furent alignés par Ṭuġtakīn eut lieu à Marǧ al-Ṣuffar, plaine située au sud de la Ġūṭa, traditionnellement considérée par les auteurs arabes comme faisant partie du district de Damas (min arḍ Dimašq). Ils se mêlèrent à d’autres irréguliers aux côtés desquels ils constituaient une infanterie pléthorique et inutile qui subit les plus lourdes pertes343.

  • 344  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 191. À l’évidence, Ibn al-‘Adīm résume à l’excès sa source.

32Encore ces batailles rangées nécessitaient-elles une piétaille nombreuse qu’on pouvait utiliser pour protéger, sur plusieurs rangs, les cavaliers lourds de Riḍwān ou Ṭuġtakīn. Mais, et toujours dans une zone qui pouvait être atteinte sans trop de difficulté par des piétons non professionnels, les aḥdāṯ participèrent également à des opérations plus circonscrites, n’exigeant pas a priori leur présence, comme la prise d’une ville ou une expédition de secours. Après la bataille de l’Ager sanguinis, par exemple, ils sont signalés lors du siège et de la prise d’al-Aṯārib, dans un rôle il est vrai plus conforme à leur image de combattants/pillards344 :

  • 345  Il s’agit de Ṭuġtakīn qui n’avait pas participé à la bataille.
  • 346  Nahabū. On aurait plutôt attendu « ils assiégèrent ».

« L’atabeg345 rejoignit, à Artāḥ, Naǧm al-dīn [√l-Ġāzī] qui s’en retourna et s’installa devant al-Aṯārib. Il ravagea ses faubourgs et les pilla, massacrant tous ceux qu’il pouvait. [Puis] les aḥdāṯ sortirent d’Alep et pillèrent (sic)346 sa forteresse (ḥiṣn). Alors [la garnison] demanda l’amān, qui lui fut accordé après que [la place] leur eut été livrée. [√l-Ġāzī] les envoya vers un endroit sûr. »

  • 347  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 545 : « wa ǧahhaza al-ayyāla wa l-raǧ (...)
  • 348  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 284-288/LT p. 110-115. Mais il n’y est pas directement que (...)
  • 349  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 521 sq. (an 552/1157).
  • 350  Ibid.
  • 351  Ibid., p. 489.
  • 352  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, sub anno ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p.220-223 ; N. Él (...)

33Le maître de Damas, Ṭuġtakīn, les intégra pour sa part dans un corps expéditionnaire envoyé au secours de Tyr en 505/1111. Pressé par Baudouin Ier de Jérusalem, son gouverneur, ‘Izz al-mulk Anuštakīn, n’avait pu que faire appel aux Damascènes. Il offrait, en retour, la livraison de sa cité. Quoique l’action ne fût pas très efficace347, au final, Tyr ne céda point ; épuisés, les Francs échouèrent348. Près de cinquante ans plus tard, Nūr al-dīn n’en usa pas différemment avec les aḥdāṯ qu’il les appelât au ǧihād, ainsi que presque toute la population damascène d’ailleurs349, en 552/1157, ou qu’il les lançât avec les ‘askariyya, l’année suivante, contre les Francs qui, à nouveau, ravageaient le Ḥawrān. La troupe ainsi constituée était si bien équipée que les infidèles (al-kuffār), impressionnés, renoncèrent à l’affrontement qui s’annonçait et se replièrent350. En fait, avant même de s’imposer à Damas, Nūr al-dīn avait su s’allier les aḥdāṯ. Lors de son ultime tentative contre la capitale de la principauté bouride, ils avaient refusé de répondre à l’appel aux armes351 ; au contraire, ils « lui livrèrent la ville, al-balad, par Bāb al-Šarqī, et il s’en rendit maître352 ».

  • 353  C’est ce que pense H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », loc. cit., p. 318, à propos des « loc (...)
  • 354  Kāmil, t. vi, p. 342, à propos de la bataille d’al-Ṭawāḥīn opposant Ibn Ṭulūn et al-Mu‘taḍid.
  • 355  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 425 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 236.

34Chaque souverain fit donc appel aux aḥdāṯ en tant que troupes auxiliaires. Ils étaient à sa disposition par l’intermédiaire du ra’īs. Alors que les combattants professionnels coûtaient cher, ils permettaient de faire nombre, ainsi que les autres combattants « occasionnels ». C’est sous Ṭuġtakīn à Damas et sous Riḍwān à Alep qu’ils soutinrent le plus souvent les armées régulières, ce qui s’explique par le fait que c'est sous ces deux princes que la pression franque fut la plus forte. Sur le champ de bataille, ils semblent surtout avoir formé une infanterie légèrement équipée. Épées et couteaux sont les seules armes qui leur sont directement attribuées (mais il s’agissait de membres de la garde personnelle du prince de Damas) ; cependant, rien n’interdit de penser qu’ils pouvaient également faire usage de la lance353. Évidemment, se pose le problème de leur efficacité. On considère, en général, que les aḥdāṯ étaient peu efficaces sur le champ de bataille. Ainsi pour Ibn al-Aṯīr, alors quelque peu méprisant354, al-aḥdāṯ sont « ceux qui n’ont aucune science en matière de guerre », « al-laḏīn lā ‘ilm lahum fī l-ḥarb ».  Ils ne valaient pas les ‘askariyya, qui, lorsqu’ils leur furent opposés, leur infligèrent de cuisantes défaites. Ainsi, en 534/1141, une sortie des aḥdāṯ damascènes face aux troupes de Zankī, près du Muṣallā, aboutit à une défaite355.

  • 356  Ibid., p. 339-340.
  • 357  Lors de la défaite d’Āq Sunqur face à Tutuš, les aḥdāṯ d’Alep, qui étaient alignés, ne sont aucune (...)

35Assurément, comme d’ailleurs les autres combattants occasionnels, paysans de la Ġūṭa ou de la Bekaa, montagnards du Ǧabal Baḥrā’, du Ǧabal ‘Āmila, troupes de l’émir du Wādī l-Taym, notamment, les aḥdāṯ ne pouvaient rivaliser avec tous les types de combattants professionnels sur le champ de bataille ; ils ne pouvaient être utiles que pendant les opérations locales (surtout les sièges, pendant lesquels ils étaient mis à contribution) et régionales. Avant la bataille, ils « prenaient leurs dispositions pour entrer dans les rangs avant la rencontre356 », venant se greffer à l’armée régulière, dont la tenue seule emportait la décision. Pourtant, en quelques occasions, ils paraissent avoir tenu bon pendant que les cavaliers du ‘askar, pour une raison ou une autre, se débandaient. Face aux Byzantins, devant Alep, ils furent même victorieux, et, généralement, ils semblent avoir ardemment défendu leurs villes lorsqu’elles étaient en danger357. Il faut ainsi, sans doute, quelque peu nuancer le jugement d’Ibn al-Aṯīr, pour une époque qui avait vu leurs milices s’institutionnaliser.

3. Les combattants : fāris wa rāǧil

36Parmi les topoi les plus souvent véhiculés, celui qui fait des cavaliers les « seigneursde la guerre » est sans doute le plus difficile à remettre en question, notamment du fait d’une documentation trop pauvre. Abondamment répété dans les sources narratives, il conduit très naturellement à une vision quelque peu univoque de la guerre, vision qu’on s’entend aujourd’hui à moduler, sans pour autant nier le fait que les combattants montés formaient le cœur des armées médiévales. Pas plus que leurs pairs latins, les chroniqueurs arabes n’ont laissé de description même vague de cette élite, non plus d’ailleurs que des autres combattants. Usāma b. Munqiḏ seul, qui n’était pas un chroniqueur, mais un poète et un soldat, s’y laisse parfois aller.

3.1. Les cavaliers : fāris, ṭawāšī, qarāġulām, ġulām, mamlūk

3.1.1. Du fāris arabe au fāris turc

  • 358  Ibn Fāris, al-Maqāyīs fī l-luġa, éd. électronique, op. cit. Voir également Ibn Manẓūr, Lisān al-‘A (...)
  • 359  Pour plus de détail, voir « Fāris », EI2a, t. ii, p. 800 (Rédaction).
  • 360  Expression utilisée par Th. Bianquis, « L’ânier de village, le chevalier de la steppe, le cavalier (...)
  • 361  Cité par Th. Bianquis, ibid., p. 91, que nous suivons ici ; cf. note 6, p. 98, la référence au Ta’ (...)

37Les cavaliers, indistinctement appelés milites ou equites dans les sources latines, sont inlassablement nommés, dans les textes arabes, fāris (pluriel fursān, plus rarement fawāris). Ce vocable y désigne tout type de cavaliers, sans présumer de leur qualité – cavaliers lourds ou cavaliers légers. À la différence de rākib, mot peu employé par les chroniqueurs, fāris ne se contentait pourtant pas, originellement, de simplement renvoyer au fait d’être monté. Le fāris, c’était l’expert en matière équine, tout à la fois le cavalier, le maître, le vétérinaire et l’écuyer ; un homme pour lequel la monture n’était pas seulement un outil de transport ou de combat – « fāris, yaqūlūn huwa ḥuṣn al-furūsiyya wa l-farāsa358 ». Assez rapidement, le fāris devint une figure louée par les poètes359, en laquelle honneur, fierté et courage se concentraient. Dans les territoires syriens, le fāris, arabe par essence, acquérait, notamment par son excellence au maniement du sabre, la stature de « seigneur de la steppe360 », au xe siècle et dans la première moitié du xie siècle. Au viie/xiiie siècle, Ibn al-‘Adīm, dans la Zubda, célébrait à travers lui une époque révolue dans des récits qui mêlaient geste et histoire ; Ibn ‘Asākir lui-même, au siècle précédent, pourtant habituellement si avare de ses mots lorsqu’il s’agissait de retracer la vie de personnages militaires, avait consacré de longues pages à l’un d’entre eux, « chevalier » arabe d’exception, Abū l-Hayḏām al-Murrī, « aḥad fursān al-‘arab al-maḏkūrīn wa suǧ‘ānihim al-mašhūrīn … wa lahu aš‘ār wa aḫbār361 ».

  • 362  Cf. Cl. Cahen et F. Taeschner, « Futuwwa », EI2a, t. ii, p. 961, avec bibliographie des travaux de (...)
  • 363  Voir M. Hammer-Purgstall, « Sur la chevalerie des Arabes antérieure à celle de l’Europe. Sur l’inf (...)
  • 364  C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 437, qui souligne que la futuwwa est encore mal connue.
  • 365  Le terme fāris continua néanmoins d’avoir une connotation socioculturelle. Cf. « Fāris », EI2a, t. (...)
  • 366  Nous avons déjà évoqué (chapitre « Les sources ») la fin de La conquête de Jérusalem (dans Croisad (...)
  • 367  Voir la dernière chanson du deuxième cycle de la croisade : Saladin, éd. L.S. Crist, Genève-Paris, (...)
  • 368  L’obstacle ultime que constituait la religion est même en partie écarté, Saladin étant tenté par l (...)

38Des valeurs que ces fursān étaient censés glorifier à la futuwwa362 d’une part, et à celles que la littérature courtoise des xiie et xiiie siècles attribuait aux chevaliers d’Occident d’autre part, il n’y avait qu’un pas qui fut aisément franchi au xixe siècle363. Or, en aucun cas, et malgré des parallèles incontestables entre futuwwa et chevalerie364, l’Orient musulman n’avait connu de phénomène comparable à celui qui fit des chevaliers, en Europe, les membres d’une caste puis, une fois chevalerie et noblesse confondues, une classe sociale365. En fait, plus peut-être que des fursān arabes des périodes omeyyade et abbasside, les savants orientalistes, qui souvent faisaient des croisades le pivot de l’histoire de l’Orient musulman et y recherchaient des institutions analogues à celles qui avaient marqué l’Occident, s’inspiraient des chansons de geste où très tôt, comme dans La conquête de Jérusalem de Graindor de Douai, des combattants musulmans (en général les chefs) avaient été assimilés à la chevalerie franque366. Cette tendance avait d’ailleurs trouvé un aboutissement précoce en la transformation rapide du personnage de Saladin en une figure légendaire367, archétype des chevaleries arabes et latines qui se rejoignaient en lui368. Païen certes, mais dont la monstruosité était sinon effacée, du moins fortement édulcorée, Saladin devenait un ennemi dont la proximité permettait d’envisager avec moins de douleur les victoires.

  • 369  Il est intéressant de remarquer que pour l’historiographie arabe contemporaine, sans doute influen (...)

39Pour les orientalistes, qu’il fût kurde importait peu, non plus qu’il vécût à une époque qui avait vu triompher un autre type de cavalier, turc (et accessoirement kurde) celui-là, vecteur, pour les auteurs arabes, de valeurs différentes de celles que véhiculaient les fursān arabes369.

  • 370  Kitāb al-Itibār, p. 65. Trad. H. Derenbourg, p. 66et trad. A. Miquel, p. 185.

40Non que les fursān des siècles précédents aient complètement disparu, au vie/xiie siècle, ou du moins l’esprit qui les caractérisait : même s’il est en partie biaisé, l’autoportrait qu’Usāma b. Munqiḏ construit patiemment, dans le Kitāb al-I‘tibār, l’atteste suffisamment, lui pour qui honneur et bravoure étaient le sel de la vie, lui qui répondait fièrement au roi Foulques de Jérusalem370 :

« Le roi me dit :
– Usāma, par la vérité de ma religion, sans conteste, j’ai éprouvé, hier, une joie très vive.
Je répondis :
– Allāh réjouisse le roi ! De quoi t’es-tu réjoui ?
Il continua :
– On m’a dit que tu étais un très grand chevalier (fāris ‘aẓīm) ; je ne pensais pas que tu en fusses un.
Je répliquai :
– Seigneur (mawlā) ! Je suis un chevalier (fāris) de ma race (ǧins) et de mon peuple (qawm). »

  • 371  Voir, sur la guerre et le jeu, G. Bouthoul, La Guerre, Paris, 1953, p. 20 ; G.Bouthoul, R. Carrère (...)
  • 372  Al-Ǧāḥiẓ, Risāla ilā Fatḥ b. Ḫāqān fī manāqib al-Turk, trad. J. Sauvaget, Historiens arabes. Pages (...)

41Mais, et l’existence du Kitāb al-I‘tibār ne doit pas l’occulter, Usāma et les autres émirs arabes qu’il côtoyait (son père, ses cousins, etc.) faisaient plutôt figure d’exception au vie/xiie siècle. Un processus s’était mis en place, depuis le milieu du siècle précédent, qui conduisait, progressivement, à leur éviction par les cavaliers turcs (ou, accessoirement, kurdes). Avec ces derniers, une nouvelle conception de la guerre s’imposait ; les joutes habiles et plus ou moins désordonnées des cavaliers arabes n’étaient plus de mise ; la bataille perdait le caractère ludique qu’elle avait eu jusqu’alors371. Loués pour leurs qualités martiales, très tôt considérés comme indispensables par les souverains musulmans, à Bagdad comme ailleurs, les cavaliers turcs ne bénéficiaient pas de la même aura que les fursān arabes. On sait combien les auteurs arabes faisaient preuve d’ambiguïté vis-à-vis de ces Turcs, considérés comme bon militaires car barbares patentés, comme les Francs d’ailleurs. Les pages bien connues qu’al-Ǧāḥiẓ leur consacre frappent par l’accent mis sur leur professionnalisme. Nul geste, nulle émotion ne transparaissent à travers des propos froidement mélioratifs372 :

« Le Turc, lui, a deux paires d’yeux : une devant et une autre derrière la tête. […] À l’heure de l’épreuve le Turc a donc avec lui tout ce qui est nécessaire à lui-même, à son arme, à sa monture et au soin de celle-ci.
Quant à leur faculté de supporter sans faiblir le trot, les courses ininterrompues, les déplacements lointains dans la nuit, les marches à travers les pays, elle est des plus extraordinaires. En premier lieu, le cheval du Kharidjite n’a pas l’endurance du bidet du Turc ; et le Kharidjite ne sait soigner son cheval que comme un cavalier sait le faire. Le Turc, lui, est plus expérimenté qu’un maréchal-ferrant, qu’un vétérinaire, plus habile qu’un dresseur à obtenir ce qu’il veut de son bidet. Car c’est lui qui l’a mis au monde, élevé lorsqu’il n’était encore qu’un poulain. […]
Si tu faisais le compte de la vie du Turc, si tu la détaillais jour par jour, tu constaterais qu’il passe sur le dos de sa monture plus de temps qu’il n’en passe à terre.
Pour ce qui est de savoir endurer le trot, si les guerriers de la frontière, les piqueurs de la poste, les eunuques et les Ḫāriǧites réunissaient toutes leurs forces en un même individu, ils n’arriveraient pas tous à égaler un Turc. […]
Le Turc, lui, est à la fois berger, palefrenier, dresseur, maquignon, maréchal-ferrant, vétérinaire et cavalier : à lui seul il est toute une collectivité à la fois. »

42Par-delà le poids évident des stéréotypes et le caractère purement théorique de ces considérations, il est impossible de ne pas faire le lien avec le sens originel du vocable fāris, tel qu’il a été rappelé plus haut. C’est sans doute en connaissance de cause qu’al-Ǧāḥiẓ, prosateur brillant, fait du cavalier turc le fāris idéal (« ḥuṣn al-furūsiyya wa l-farāsa »).

  • 373  C’est du moins ainsi qu’il présente les choses. Dans sa chronique, les personnages de Ṭuġtakīn et (...)

43Quelques siècles après les Manāqib al-Turk d’al-Ǧāḥiẓ, et contrairement aux ouvrages d’Ibn ‘Asākir et d’Ibn al-‘Adīm, le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq laisse entrevoir une même admiration pour les cavaliers turcs, désormais libres, qui avaient ramené l’ordre à Damas, l’avaient préservée de la menace franque et s’étaient attelés, selon lui, avec enthousiasme au ǧihād373. À son époque, le fāris était essentiellement un technicien de la guerre, bon combattant destiné surtout à ce maintien de l’ordre et à lutter contre les Francs, Turc essentiellement, auteur d’exploits pour lequel il était célébré, non sans affabulation parfois. En effet, les meilleurs d’entre ces cavaliers, ceux qui s’étaient distingués au combat ou, plus simplement, qui appartenaient à l’élite dirigeante, faisaient régulièrement l’objet, dans les chroniques arabes, de récits à la forte tonalité épique. Ils avaient autant droit qu’Abū l-Hayḏām al-Murrī aux qualificatifs les plus élogieux, les plus communs étant šuǧ‘ān et abṭāl.

3.1.2. Fāris, ġulām

  • 374  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524.
  • 375  Ibid., p. 399-401.

44Šuǧ‘ān et abṭāl, qu’on traduit généralement par « courageux », « vaillants », « héros », « preux », etc., sont souvent utilisés par les chroniqueurs, qu’il s’agisse de cavaliers ou non, de combattants musulmans ou de chevaliers francs. Ibn al-Qalānisī parle, par exemple, dans le récit qu’il consacre à la victoire de Nūr al-dīn sur Baudouin III, en 552/1157, près du lac de Tibériade, de deux hommes (raǧul), deux « vaillants » (abṭāl) dont l’un, héroïque, trouva la mort après avoir tué quatre infidèles des plus braves, « šuǧ‘ān al-kāfira374 ». Pas plus que les autres chroniqueurs, Ibn al-Qalānisī ne paraît, donc, attribuer de sens technique à ces termes, même s’il est incontestable que parfois, ils caractérisent plus spécialement quelques combattants, ceux qui appartenaient à la garde rapprochée du prince375 :

« … et Nūr al-dīn resta à sa place, tenant bon (ṯābitan) face aux Francs avec un petit nombre de ses plus braves (šuǧ‘ān) ġilmān et de ses plus valeureux (abṭāl) ḫawāṣṣ »

45En revanche, on peut se demander si, dans les traités d’art militaire, et notamment dans la Ṭabṣira d’al-Ṭarsūsī, abṭāl et šuǧ‘ān ne représentent pas un type particulier de cavaliers, au rôle tactique bien déterminé :

  • 376  « Protecteurs, défenseurs. » Ce mot renvoie certainement aux archers à pied dont le rôle défensif (...)
  • 377  « Wa l-takun al-ḫayyāla wa l-abṭāl min warā’ihim wuqūfan muzāḥū l-illa, wa l-umāt wa l-šuǧ‘ān mi (...)

 « Que la cavalerie et les abṭāl se tiennent derrière eux, éloignés du danger[par] les ḥumāt376 ; les šuǧ‘ān, derrière eux, attendent de charger377. »

  • 378  Cl. Cahen, op. cit., p. 160 (note 1).

46À l’évidence, al-Ṭarsūsī différencie les cavaliers selon leur rôle sur le champ de bataille. Claude Cahen avait considéré que378

« les mots abṭāl et šuǧ‘ān, que l’on rencontre constamment dans les chroniqueurs, sont pris ici, et par conséquent aussi sans doute chez eux, dans le sens technique de cavaliers lourds ».

  • 379  Taḏkira al-harawiyya, p. 249-250 (texte arabe), p. 233 (traduction, ici modifiée).

47Dans les chroniques, l’emploi de ces vocables est par trop varié pour pouvoir systématiquement leur attribuer une telle acception. Dans la Taḏkira al-harawiyya, le mot abṭāl renvoie à des « guerriers d’élite » (qu’on imagine évidemment lourdement armés) qu’à une occasion al-Harawī caractérise par leur expérience en matière militaire379 :

  • 380  « Baqiyyat al-riǧāl. » Al-baqiyya peut également signifier « l’élite ».

« Qu’il dispose lui-même al-aṭlāb, et qu’il ne s’en remette à personne d’autre [sur ce point]. Qu’il se fasse d’abord un rempart de la confiance de Dieu. Puis qu’il range le centre (qalb) en ligne de bataille, y massant les hommes et y choisissant les abṭāl, car ce sera peut-être le point visé [par l’ennemi]. Qu’il place à l’aile droite ceux sur lesquels il [peut] s’appuyer et se reposer, et de même à l’aile gauche. Qu’il range [ses troupes] en ordre sur les deux côtés (wa l-yurratib al-ǧānibayn) et organise les deux ailes. Qu’il mette en réserve de l’armée (‘askar) le reste des hommes380 et un corps (‘uṣba) d’abṭāl, de ceux qui ont déjà expérimenté les ruses de guerre (ḥiyal al-ḥarb) et goûté la douceur des coups de lance et d’épée (ḥalāwat al-ṭa‘n wa l-ḍarb). »

  • 381  Éd. et trad. G. T. Dennis, Maurice's Strategikon : Handbook ofByzantine Military Strategy, Philade (...)
  • 382  Maurice's Strategikon, op. cit., p. 15, 26, 76. Rien de bien différent dans les Constitutions tact (...)

48Il faut plutôt se demander avec David Nicolle si al-Ṭarsūsī (ou sa source) ne se base pas sur des écrits théoriques grecs ou persans, et ne reprend pas la distinction que faisait le rédacteur du Strategikon attribué à l’empereur Maurice entre cursores et defensores – troupes d’assaut et troupes défensives381. L’armée byzantine telle que Maurice la décrit était basée sur le tagma, unité tactique qui fluctuait entre deux cents et quatre cents cavaliers ; trois tagma ou plus formaient une moira (pas plus de trois mille hommes), trois moira un meros (pas plus de six ou sept mille hommes). Chaque meros était composé d’un tiers de cursores et de deux tiers de defensores ; les premiers conduisaient la poursuite, après que l’ennemi eut été mis en fuite ; les defensores suivaient les cursores en bon ordre, afin, si besoin était, de les soutenir ou les suppléer382.

  • 383  Ainsi que le fait D. Nicolle, loc. cit. Cf. également la distinction faite par Faḫr al-Mudabbir da (...)
  • 384  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 25, p. 925 ; trad. (ici modifiée) de M. Zerner, Croisades et pè (...)

49Mais qu’on assimile ou non, dans le texte d’al-Tarsūsī, les abṭāl aux defensores et les šuǧ‘ān aux cursores383, on ne peut évidemment affirmer que de tels combattants existaient dans les armées syriennes de l’époque qui nous concerne, et d’autant plus qu’en général la Tabṣira paraît plutôt décrire l’armée fatimide. Les sources narratives ne sont pas suffisamment précises ; elles laissent simplement entrevoir des cavaliers lourds très professionnels, polyvalents, tout autant habiles au tir à l’arc qu’à l’escrime à l’épée et au maniement de la lance, menant la charge et constituant un corps peu nombreux de soldats d’élite, faisant bloc autour du souverain lorsqu’il le fallait, se distinguant de cavaliers plus légèrement armés, appelés parfois rumāt (archers), la plupart du temps seulement fāris. Guillaume de Tyr fait une distinction de ce type, lorsqu’il décrit l’armée que Šīrkūh aligna à la bataille d’al-Bābayn384 :

« En vérité, la distribution des forces entre ceux qui s’apprêtaient au combat (praelium) était très inégale. Siraconus avait douze mille Turcs, dont neuf mille étaient couverts de cuirasses (loricae) et portaient des casques (galeae), les trois mille restant ayant seulement arc (arcus) et flèches (sagittae). En outre, il y avait dix ou onze mille Arabes qui, conformément à leur usage, se servaient de lances (lanceae). Les nôtres étaient tout juste trois cent soixante-quatorze cavaliers (equites), sans les Égyptiens vils et efféminés qui étaient plutôt un obstacle et un fardeau que de quelque utilité. En outre, il y avait des cavaliers légèrement armés (equites levis armaturae) qu’on appelle Turcopoles, mais nous ne savons pas en quel nombre. D’après le récit de beaucoup que nous entendîmes, ce jour-là, dans un si grand combat (conflictio), la majorité fut complètement inutile. »

  • 385  Tout particulièrement Albert d’Aix, Historia, passim. Cf. J. France, Victory in the East, p. 147 s (...)
  • 386  Histoire anonyme de la première croisade, p. 113 : « Et Agulani fuerunt numero iii millia, qui neq (...)
  • 387  Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 242.
  • 388  Voir les index des éditions P. Paris et S. Duparc-Quioc. Le poète (Chant vii, laisse 3) en parle c (...)

50Que l’on puisse faire confiance ou non à Guillaume de Tyr, on remarquera que c’est avec le prisme de l’armée franque qu’il voit les troupes de Šīrkūh. Pendant la première croisade, les chroniqueurs latins, au contraire, insistaient sur la différence entre leurs armées et celles des ennemis païens, qu’elles disaient surtout composées d’archers montés385. Pourtant, ils faisaient état, à l’occasion, de cavaliers lourds analogues aux chevaliers francs ; l’auteur des Gesta anonymes, repris par Guibert de Nogent, évoque trois mille Agulani couverts de fer, ainsi que leurs montures386 ; Raymond d’Aguilers distingue, dans la garnison d’Antioche, les optimi milites des milites gregariori387 ; dans la Chanson d’Antioche, les Agulani de l’Anonyme sont appelés Agolans, et il est parfois question d’esclavons388.

  • 389  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 23, p. 1042-1043 ; trad. partielle par M.Zerner dans Croisades (...)

51Guillaume de Tyr fait montre d’une connaissance bien plus approfondie des us et coutumes des musulmans, dans un passage qui, il est vrai, se situe en dehors des limites chronologiques imparties à ce travail, puisqu’il concerne la cuisante défaite de Saladin à Montgisard, en 573/1177389 :

« […] il apparut que sans compter ceux qui montaient des bêtes de somme et des chameaux, il était entré à l’intérieur de notre territoire vingt-six mille cavaliers (equites) équipés. Parmi ceux-ci, huit mille étaient remarquables (egregius) – ils les appellent dans leur langue Toassim, et les dix-huit mille restants étaient communs (gregarius), ils les appellent Caragolam. Parmi les remarquables, il y en avait mille revêtus de soie de couleur safran par-dessus leurs cuirasses (loricae), de même que l’était Saladin, qui l’assistaient comme gardes du corps privés. En effet, les satrapes des Turcs et leurs plus grands princes, qu’eux-mêmes appellent Emir en langue arabe, ont l’habitude d’élever avec soin des adolescents nés d’esclaves, ou achetés, ou tombés entre leurs mains dans les combats ; ils les instruisent diligemment dans la discipline de la guerre (disciplina militari) ; lorsqu’ils sont devenus adultes, ils leur donnent une solde (stipendium) proportionnée au mérite de chacun et leur confèrent même des possessions considérables. Dans les hasards de la guerre, ils ont l’habitude de leur confier le soin de veiller à la sûreté de leur personne, et mettent beaucoup d’espoir en eux pour remporter la victoire. Ils les appellent en leur langue Mameluc. Entourant sans cesse leur seigneur, ils font tous ensemble les plus grands efforts pour éloigner de lui les blessures et le suivent jusqu’à la mort. »

52L’archevêque de Tyr, qui semble ici avoir tiré parti des explications d’une source arabe (écrite ou orale), ne prend plus modèle sur les armées latines pour différencier deux types de cavaliers sur la base, plutôt vague malheureusement, de leur qualité au combat. Cette distinction entre Toassim et Caragolam nous intéresse en ce qu’elle se retrouve dans des extraits très connus des Ḫiṭaṭ de Maqrīzī, qui affirme alors citer les Mutaǧaddidāt du Qāḍī al-Fāḍil. Un premier extrait nous concerne directement, puisqu’il décrit une revue de l’armée de Saladin, le 8 muḥarram 567/11 septembre 1171 : après avoir expliqué ce qu’était un ṭulb, mot sur lequel on reviendra, al-Qāḍī al-Fāḍil (ou Maqrīzī) signale que quatorze mille cavaliers avaient été dénombrés, dont la plupart (akṯar) étaient des ṭawāšī, le reste des qarāġulām. Les ṭawāšī, précise-t-il alors, sont ceux dont le rizq (la solde) :

  • 390  Ḫiṭaṭ, t. i, p. 163. Voir encore E. M. Quatremère, Histoire des sultans mamelouks, Paris, 1840, t. (...)

« s’élève de 700 à 1000 ou 120 (sic, pour, sans doute, 1200) [dinars ?], ou une somme intermédiaire (wa mā bayna ḏālika), et qui a un train de bagages (bark) de dix animaux ou moins, chevaux, bardots (birḏawn), mulets et chameaux ; il a un ġulām pour lui porter ses armes (silāḥ)390 ».

  • 391  Maqrīzī, loc. cit.
  • 392  T. iv, p. 226.
  • 393  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 67 ; Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā’, t. iii, p. 32 (très proche du préc (...)
  • 394  Ta’rīḫ al-islām, p. 3786. Mais al-Ḏahabī paraît douter qu’il ait pu vivre jusqu’à cette époque.
  • 395  Ibid., p. 3924, an 567.
  • 396  Maqrīzī, ia, t. ii, p. 237 ; Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuǧūm al-hira, t. iv, p. 39 ; Ibn Ḫallikān, W (...)
  • 397  Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 59.
  • 398  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār Banī Ayyūb, t. ii, p. 2.

53Une autre citation des Mutaǧaddidāt, qui fait référence à une époque plus tardive, signale un autre dénombrement qui attribuait à Saladin, en 577/1181, 8640 fāris dont 111 émirs, 6976 ṭawāšī et 1535 qarāġulām391. Ailleurs, dans les mêmes Ḫiṭaṭ, Maqrīzī donne une définition du mot al-ṭawāšī, donné comme un mot turc, déformation populaire de ṭābūšī, signifiant « eunnuque » (al-ḫaṣī)392. À l’époque qui nous concerne, les mentions de ṭawāšiyya sont rares et plutôt tardives. Sa‘d al-dawla al-Ṭawāšī, auquel Ibn al-Aṯīr, Maqrīzī et Ḏahabī attribuent le commandement d’un corps expéditionnaire fatimide, en 496/1102-3, pose problème ; peut-être faut-il, avec Ibn Muyassar, simplement l’appeler Sa‘d al-dawla al-Qawwāṣī, ou même al-‘Awāṣī, comme Ibn al-Qalānisī393. Al-Ḏahabī parle d’un certain Mūsā al-Ṭawāšī, esclave affranchi de Niẓām al-mulk, qui avait habité à Bagdad, au ribāṭ al-Zawzanī, et vécu jusqu’en 544/1149-50394. Mais ce n’est pas avant la fin du règne de Nūr al-dīn qu’il est plus régulièrement question de quelques ṭawāšī, tel, venu d’Orient à nouveau, al-Ustāḏ ‘Imād al-dīn Ṣandal al-Ṭawāšī al-Muqtafawī que le calife avait envoyé à Damas afin de porter à Nūr al-dīn et à Saladin des robes d’honneur et autres marques de considération en récompense de l’union réalisée entre la Syrie et l’Égypte395. Plus proches de ces souverains, se distinguèrent tout particulièrement al-ṭawāšī Bahā’ al-dīn Qarāquš al-Asadī al-Rūmī, eunuque, ancien mamelouk d’Asad al-dīn Šīrkūh, affranchi, honoré du rang d’émir, passé après la mort de son maître au service de Saladin qui lui confia, au tout début de son règne, la construction de la citadelle du Caire et l’extension de ses remparts396 ; le proche serviteur de Nūr al-dīn, al-ṭawāšī Šāḏabaḫt al-ḫādim397 ; al-ṭawāšī Ǧamāl al-dīn Rayḥān, « l’un des plus grands des ḫuddam », qui firent serment de rester unis dans leur fidélité à al-Malik al-Ṣāliḥ Ismā‘īl après le décès de son père Nūr al-dīn398.

  • 399  À l’époque mamelouke, le mot ṭawāšī est synonyme d’« eunuque ». Pour les périodes antérieures, cel (...)
  • 400  Il faut sans doute lire ḫayl al-ṭawāšī, plutôt que ḫayl al-ṭawāṣin, dans le Kitāb al-taḏkira d’al- (...)

54Mais il faut à nouveau rappeler que ces ṭawāšī, pour la plupart eunuques399, n’étaient représentatifs que d’une élite très peu nombreuse d’esclaves qui avaient gravi les échelons de l’armée jusqu’à côtoyer les souverains et se voir confier d’importantes responsabilités. Il en allait tout autrement des milliers de cavaliers signalés par Guillaume de Tyr et al-Qāḍī al-Fāḍil, cavaliers dont on ne connaît ni l’origine, ni les caractéristiques. Sans doute étaient-ils de ces cavaliers lourds dont on a déjà parlé, au contraire des qarāġulām moins bien équipés. La distinction entre cavaliers lourds et cavaliers plus légèrement équipés existait depuis longtemps déjà ; les mots ṭawāšī et qarāġulām vinrent entériner cette distinction. De toute façon, ils appartiennent surtout à l’époque ayyoubide  ils n’apparaissent qu’à la fin de la période zankide ; les sources qui les mentionnent sont toutes tardives ; on n’entend même jamais parler de qarāġulām dans les armées de Nūr al-dīn400.

  • 401  Voir les travaux de D. Ayalon en Bibliographie et surtout, pour la période qui nous concerne, « As (...)
  • 402  C. Hillenbrand, Islamic Perspectives, p. 439.
  • 403  Exemple : Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1982.
  • 404  D. Ayalon, « Aspects of the Mamlūk phenomenon », loc. cit., p. 198 et suivantes.
  • 405  Exemple d’Arġaš al-Niẓāmī : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 12.
  • 406  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. x, p. 4556 (« Abū l-Ġanā’im Tāǧ al-mulk ») ; A. K. S. Lambton, « The inter (...)

55Cela étant dit, la question de savoir si tous étaient ou non des esclaves se pose. Il semble que non, ainsi que le dit Guillaume de Tyr dans le passage qui a été cité ; l’étaient seuls les plus « remarquables » des « remarquables », qui formaient les « gardes du corps privés » des « plus grand princes » et des « émirs ». Guillaume faisait preuve, ainsi, d’une connaissance poussée du « phénomène mamelouk401 ». Déjà, les sources latines de la première croisade faisaient état d’esclavons et des Angulani (transcription d’al-ġulām). En effet, à la fin du ve/xie siècle, au cœur des armées régulières seldjouqides, se trouvaient des mamlūk-s qu’on se procurait en dehors du dār al-Islām402, essentiellement aux frontières orientales du monde musulman où ils étaient soit achetés, soit razziés403, soit offerts par des potentats soumis ou alliés aux Seldjouqides404. D’autres, moins nombreux, venaient des frontières occidentales de l’Empire (Grecs, Arméniens, Géorgiens, qui fournissaient également des mercenaires libres et volontaires). Les grands émirs (c’est l’un d’eux, Karbūqā, que les Croisés affrontèrent à Antioche), qui disposaient d’armées conséquentes, procédaient de la même manière que les sultans ; les vizirs eux-mêmes pouvaient entretenir une forte troupe composée de ces soldats rigoureusement élevés pour en faire des combattants d’élite, tels les Niẓāmiyya de Niẓām al-mulk qui continuèrent, après sa mort, de peser sur la politique des sultans405. Ils crièrent ainsi vengeance après l’assassinat de leur maître, entretenant les désordres et éliminant son successeur, Tāǧ al-mulk Abū l-Ġanā’im406.

  • 407  Par exemple Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 261 : « […] ǧamā‘a minhum mamlūk ifranǧī kāna li l-Ḥāfiẓ (...)
  • 408  Kāmil, t. ix, p. 248.
  • 409  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1594 sq.
  • 410  Voir la longue notice que M. Yared-Riachi lui consacre dans Politique extérieure, p. 252-253.
  • 411  AbūŠāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. I. al-Zaybaq, t. i, p. 115.
  • 412  Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. iv, p. 1963.
  • 413  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 290 (corriger Anuz par Anur), 310, 353 ; M. Yared-Riachi, op. cit., p. 2 (...)
  • 414  Formule évidemment rhétorique : tous n’étaient pas des mamelouks.
  • 415  En fait « sous ton autorité » : bi-ḥukmika.
  • 416  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1985.
  • 417  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 130 (an 502). Autres exemples : ibid., p. 67 (Duqāq prend al-Raḥba à Qāy (...)

56En fait, toutes les armées musulmanes comportaient de ces esclaves militaires, dans des proportions que les sources ne permettent pratiquement jamais de préciser mais qu’on devine souvent minimes. Au Caire, en revanche, les esclaves noirs étaient très nombreux, mais ils n’étaient pas les seuls esclaves. Des mamelouks étaient également importés. Ainsi, les auteurs arabes signalent qu’al-Afḍal avait été tué par un mamelouk franc (mamlūk firanǧī) d’al-Ḥāfiẓ qui, hasard ou non, l’avait culbuté d’un coup de lance avant de lui trancher la tête407. Pour ce qui est des modestes armées des principautés de Damas et d’Alep, puis de l’armée zankide, il est très difficile d’appréhender leur poids réel. En effet, le mot mamlūk est très peu utilisé dans les textes avant la fin du règne de Nūr al-dīn ; lorsque c’est le cas, il fait de plus presque exclusivement référence à des émirs de haut rang. Ibn al-Aṯīr précise par exemple, dans les quelques lignes qu’il consacre à l’obituaire de Ṭuġtakīn, qu’il était un mamelouk du prince (al-malik) Tutuš b. Alp Arslān408. C’était, en effet, une pratique courante, chez les Seldjouqides et leurs épigones, que de confier à des esclaves (ou à des affranchis) qui s’étaient distingués une fonction militaire de choix ; atabegs et autres titulaires de fonctions importantes étaient souvent d’anciens esclaves. La carrière de Qasīm al-dawla Āq Sunqur est à cet égard exemplaire409, de même que celle de Ṭuġtakīn, auquel ses qualités martiales permirent sucessivement d’accéder au commandement de l’armée de Tutuš, de le représenter à Damas, de devenir gouverneur de Mayyāfāriqīn et enfin d’être nommé atabeg de Duqāq dont il épousa la mère, Ṣafwat al-mulk410. L’émir Ǧāwalī, seigneur de Mossoul que Baudouin d’Édesse et Tancrède affrontèrent, était un ancien mamelouk d’Āq Sunqur al-Bursuqī411, lui-même « mamlūk al-amīr Bursuq mamlūk al-sulṭān412 ». Mu‘īn al-dīn Anur, qui présida aux destinées de la principauté bouride au moment où les prétentions zankides sur Damas s’affirmaient, était quant à lui un ancien mamelouk de Ṭuġtakīn413. Croyant leur dernière heure venue, émirs et officiers de l’armée que Tāǧ al-dawla al-Aḫras b. Riḍwān avait réunis s’écrièrent « Ô seigneur, nous sommes tes esclaves (mamālīk)414, à ton bon vouloir415 ! » ; après en avoir miraculeusement réchappé, ils décidèrent de le supprimer, l’un de ses mamelouks, Lu’lu’, prenant la tête des comploteurs416. À l’heure où les Francs pressaient ses possessions, le cadi de Tripoli, Faḫr al-mulk Ibn ‘Ammār, avait confié la place de ‘Arqa à l’un de ses ġilmān417.

  • 418  D. Sourdel et alii, « Ghulām », EI2a, t. ii, p. 1079-1091.
  • 419  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 14.
  • 420  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, année 501/LT p. 81 (légèrement modifié) : « Faḫr al-mulk avai (...)
  • 421  Éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 114. Voir également, pour Damas, la remarque de
    J.-M. Mouton (Damas, note (...)

57Pour déceler la présence de mamelouks, il faut, la plupart du temps, se pencher sur d’autres termes qui parfois, mais non systémati-quement, y font référence. Il en est ainsi du vocable ġulām (pluriel ġilmān) qui signifiait, à l’origine, « jeune homme », « garçon », puis prit le sens de « servant », « page » (très souvent servile) et enfin de « garde du corps ». Alors lié à son maître par des liens très personnels, il n’était pas forcément esclave418. Il n’est donc pas possible de voir un mamelouk derrière chaque ġulām. Le contexte seul, par exemple, permet de déduire que les trente ġulām-s avec lesquels Yāġī Siyān s’enfuit d’Antioche étaient des hommes d’armes, sa garde personnelle419. Il en est de même de ceux (al-ġilmān) auxquels le cadi de Tripoli, Faḫr al-mulk b. ‘Ammār, laissa le soin de protéger la ville qu’il avait confiée à son cousin Abū l-Manāqib et aux officiers de l’armée420. En revanche, Abū Šāma montre clairement que les mots mamlūk et ġulām étaient souvent synonymes lorsqu’il retrace le parcours d’Asad al-dīn Šīrkūh. Il révèle que ce dernier « laissa un certain nombre de ġilmān, cinq cents mamelouks qui formaient [le corps des] Asadiyya » (« wa ḫalafa ǧamā‘a min al-ġilmān ḫamsami’a mamlūk wa hum al-Asadiyya »)421.

  • 422  Sur les awāṣṣ, voir M. A. J. Beg, « al-Khāṣṣa wa l-‘Āmma », EI2a, t. iv, p.1098 ; G. Orhonlu, « K (...)
  • 423  Parfois, ġilmān et ḫawāṣṣ sont distingués. Par exemple, lorsqu’un des mamelouks de Ṭuġtakīn, un Tu (...)
  • 424  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 122.
  • 425  Et d’autres soldats. Ibid., p. 378-379 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 281.
  • 426  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 538 ; Cl. Cahen, SN, p. 398 ; N.Élisséeff, ND, t. ii, p. 5 (...)

58Ces ġilmān/mamelouks constituaient les familiares de Guillaume de Tyr, l’entourage immédiat des princes et des émirs, comme dans le cas de Yāġī Siyān, d’où le nom de ḫawāṣṣ422 (« les proches ») que leur donnent parfois les auteurs arabes. Là encore, ce mot ne renvoie pas systématiquement, dans les chroniques, à des militaires ou à des esclaves423. Régulièrement, néanmoins, ils apparaissent ainsi, soldats d’élite qui combattaient, sur le champ de bataille aux côtés de leur maître. Ceux de Tāġ al-dawla Tutuš furent tous faits prisonniers lors de la défaite d’al-Rayy ; la libération de Ṭuġtakīn par Barkyārūq ne fut pas isolée  tous les ḫawāṣṣ connurent le même bonheur424. Šams al-mulūk mena l’assaut contre Hama, en 527/1133, à la tête des esclaves turcs de sa garde (« fī ḫawāṣṣihi min al-ġilmān al-Atrāk »)425. Quelques années plus tard, les ḫawāṣṣ (cette fois différenciés des ġilmān), de Nūr al-dīn formaient également sa « garde » qui lui permit de ne pas subir une défaite trop cuisante426.

  • 427  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 345.
  • 428  Ibid., p. 387-390.
  • 429  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1957 (« Āq Sunqur b. ‘Abd Allāh »).
  • 430  Ibid., p. 167.

59Lorsque le puissant auquel ils étaient attachés était décédé, ces ḫawāṣṣ pouvaient aller en servir un autre comme le « groupe de ḫawāṣṣ, des ġilmān turcs de son père » que Ṭuġtakīn accueillit avec sollicitude, en 521/1127-8 : l’amīr Mas‘ūd, fils et successeur d’Āq Sunqur al-Bursuqī, venait de mourir près d’al-Raḥba427. Comme ils occupaient de hautes fonctions, participant par exemple au « conseil de gouvernement » (maǧlis) à Damas, sous les Bourides, au même titre que les émirs, les « commandants » (muqaddamūn) d’al-‘askariyya et des dirigeants (a‘yān) des aǧnād428, ils étaient les premiers menacés en cas de défaite, de crise de régime ou de succession. Vainqueur de Qasīm al-dawla Āq Sunqur, Tutuš ordonna ainsi qu’on tranchât la tête de certains de ses ḫawāṣṣ429 ; ceux de Riḍwān subirent les foudres, après sa disparition, de son fils Alp Arslān al-Aḫras : il en fit exécuter certains, se saisit de l’argent des autres430.

  • 431  Histoire des sultans mamelouks, op. cit., t. i, p. 200-202 ; D.Ayalon, « Studies on the structure (...)
  • 432 .Surtout R. S. Humphreys, loc. cit. et From Saladin to the Mongols. The Ayyubids of Damascus, op. c (...)
  • 433  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, iii, 17 r° : « ǧa‘alahu min ḫāṣṣatihi wa afāḍil ahl ḥalqatihi », ci (...)

60Ces ḫawāṣṣ – esclaves militaires, tous cavaliers  formaient un « cercle » autour du souverain, une ḥalqa. Ce vocable, sous les Ayyoubides, désignait, ainsi que l’avait établi E. M. Quatremère, la garde « royale » qui entourait le sultan pendant les combats ; elle était composée des meilleurs des soldats431. La ḥalqa sulṭaniyya de Saladin est bien connue432 ; à l’époque de Nūr al-dīn, une seule mention est faite d’une ḥalqa, par un historien tardif, Ibn al-Furāt, qui ne cite pas sa source (peut-être Ibn Abī Ṭayyi’), à propos d’un mamlūk nommé Qiliǧ chèrement racheté aux Francs par Nūr al-dīn (trois cents dinars ṣūrī) qui l’incorpora dans sa ḥalqa433. Ce seul extrait, qui peut s’expliquer par une utilisation anachronique du mot ḥalqa, ne permet pas de justifier de l’existence d’une ḥalqa sous Nūr al-dīn. Il faut sans doute s’en tenir à un groupe de ḫawāṣṣ plus ou moins formel.

  • 434  Il ne faut surtout pas en déduire que tous les officiers étaient mamelouks. Un grand nombre d’émir (...)
  • 435  Voir le récit de cette révolte par J.-M. Mouton, Damas, p. 138-141.

61Mais, encore une fois, ces mamelouks faisaient tous partie du cercle restreint du pouvoir. Il semble bien que sous Nūr al-dīn, qui avait des moyens supérieurs à ceux de ses prédécesseurs, le nombre de mamelouks crût, les meilleurs d’entre eux seuls étant intégrés à son entourage immédiat (les ḫawāṣṣ), le reste formant l’élite de son armée, l’ensemble constituant un corps redoutable. Dans les armées d’Alep et de Damas seldjouqides et bourides, les mamelouks étaient également nombreux parmi les cadres politico-militaires, bien qu’à ces époques aussi il ne faille pas négliger le personnel libre434. À Damas, les anciens mamelouks de Ṭuġtakīn jouèrent un rôle important sous ses successeurs. Leur poids y est tout particulièrement illustré par les séditions qu’ils menèrent contre Šihāb al-dīn Maḥmūd, en 530/1136. Dirigés par Bazwāǧ, ils parvinrent, au moins momentanément, à faire plier le prince435.

  • 436  Ta’rīḫ Ḥalab, p. 382. Le texte est très confus. On sait que Sawār opérait souvent avec des cavalie (...)
  • 437  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 35 ; Ibn al-Aṯīr (proche de Maqrīzī), sub anno ; Ḏahabī, K (...)
  • 438  Voir par exemple, dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 306 (1115), l’assaut de la ville menée par al-Atr (...)
  • 439  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 284-288/LT p. 110-115. À noter que Ṭuġtakīn, pour Ibn al-Qalānisī, r (...)
  • 440  Op. cit., p. 49, an 505 : « Ṭuġtakīn se mit en marche, de Damas, pour aider la population de Tyr. (...)

62Pour le reste des troupes, avant l’époque zankide, les mamelouks apparaissent d’une part peu nombreux, d’autre part au centre des combats les plus importants. Mais, lorsqu’il n’est pas question de ġulām-s, il faut souvent se contenter, pour les identifier, de la mention souvent vague d’al-Atrāk (les Turcs formaient la majorité des mamelouks). Mention vague et dont il faut se méfier, parfois, les historiens arabes ne différenciant pas forcément Turcs libres (Turcomans surtout) et non libres (mamelouks). Il en est ainsi, par exemple, lorsque al-‘Aẓīmī consigne la victoire sur les Francs, en 523/1128-9, de Sayf al-dīn Sawār : il est dit à la tête d’un détachement « de Turcs et d’Arabes » (« sariyya min al-Atrāk wa l-‘Arab »)436. De même, les « mille trois cents fāris turcs » que Ṭuġtakīn envoya au fils d’al-Afḍal, Šaraf al-Ma‘ālī, avant la bataille de Ramla (498/1105), paraissent avoir été au moins en partie des Turcomans ; en tout cas, ils étaient sous le commandement d’un chef turcoman – Ṣabāwā437. Comme pour le terme ġulām, il faut donc précaution garder. En fait, lorsque des mamelouks sont concernés, leur excellence au combat est soulignée. Ibn al-Qalānisī se fait en général louangeur, au moyen, souvent, d’un adjectif de supériorité ou de tout autre mot mélioratif438. Parfois, la comparaison de deux chroniques s’avère déterminante. Ainsi, lorsque Ibn al-Qalānisī évoque l’envoi, par Ṭuġtakīn, aux Tyriens assiégés par les Francs, en 505/1111, d’un « groupe important de Turcs, plus de deux cents cavaliers, archers d’élite, avec leur équipement complet439 », Maqrīzī parle plus simplement de ġulām-s, « des forts d’entre les Turcs », (ǧalīl min al-Atrāk)440.

3.2. Les écuyers

  • 441  Dans un sens large, le mot peut signifier tout type de serviteurs. Exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl (...)
  • 442  Kitāb al-I‘tibār, p. 60. Cf. également p. 91, 115.

63Les fawāris possédaient au moins un écuyer, qu’il faut différencier d’al-atbā‘, les « valets » (ou plus généralement, tous ceux qui constituaient la suite des combattants, et donc de l’armée)441. En arabe, le terme qui le désigne est rikābī, de rikāb, « étrier ». Le rikābī tenait l’étrier du cheval de son maître quand celui-ci montait ou descendait de cheval, ce qui était presque impossible seul quand on portait une cotte de mailles ou une armure. Comme les armigeri francs, ils paraissent avoir été chargés de l’entretien des montures et de l’équipement de leur maître. Ainsi en était-il de Ġunaym, écuyer d’Usāma qui dormait à l’étable de l’hôte d’Usāma où il avait conduit sa mule. Un jeune Turc enivré lui asséna un coup de couteau finalement salvateur puisqu’il permit à une infection de s’épancher442. Les écuyers transportaient également les armes de leur maître, même si cette tâche semble avoir été effectuée, pour ce qui était des puissants, par le silāḥdār.

  • 443  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 102-103.

64 Incontestablement, au moins pour un certain nombre, ils participaient aux combats, tel, en 500/1106-7, celui qui défendit l’honneur de Ǧakarmiš défait par Ǧāwalī443 :

« Quand ils furent en ordre de bataille, Ǧāwalī chargea, du centre, le centre de Ǧakarmiš qui se débanda. Ǧakarmiš demeura seul ; il ne pouvait fuir, à cause de sa paralysie : il ne pouvait monter à cheval, il était transporté dans une litière. Quand ses compagnons (aṣḥāb) s’enfuirent, un écuyer (rikābī) noir combattit vaillamment pour lui, mais il fut tué. L’un des enfants du roi (malik) Qārūt Bak (sic) b. Dāwud, nommé Aḥam (sic), l’affronta. Il combattit sous ses yeux. Mais il reçut un coup de lance, fut blessé et prit la fuite – il allait mourir à Mossoul. Les hommes de Ǧāwalī ne purent accéder à Ǧakarmiš avant que l’écuyer noir soit tué. Alors seulement ils le firent prisonnier et le conduisirent à Ǧakarmiš qui ordonna de le surveiller avec soin. »

  • 444  Voir supra, à propos des écuyers francs.
  • 445  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 192 : l’écuyer du prince (malik) Mas‘ūd (en fuite) va demander l’amān à (...)
  • 446  Kitāb al-Itibār, p. 144. Yūsuf participe activement à la chasse au lion.

65Véritable morceau d’épopée, ce passage met en avant un sans grade ; il n’est pas sans rappeler les vers de la Chanson d’Antioche qui célébraient l’exploit de Gautier Daire444. Tout autant que son vain courage, sa fidélité envers un maître diminué est louée ; fidélité qu’exprime également la phrase qu’Usāma avait rédigée à propos de Ġunaym : « Il s’était expatrié avec moi et je lui en savais gré. » Les rikābī se voyaient d’ailleurs, parfois, confier des messages d’importance, comme d’aller demander l’amān après une défaite445. Ils secondaient leur maître dans toutes les situations, tel Yūsuf, le ġulām d’Usāma qui faisait office d’écuyer (ġulām lī rikābī) et dont la vie fut mise en danger, pendant une chasse, par des lionnes446.

3.3. Les fantassins : al-rāǧil

  • 447  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 2852.

66On connaît rarement l’origine et le statut des fantassins. Assurément, une hiérarchie existait parmi eux, dominée par des « professionnels » à la technicité éprouvée qui y gagnaient prestige et émoluments supérieurs. Des autres, on ne sait pratiquement rien, si ce n’est qu’ils pouvaient être levés par n’importe quel prince, à n’importe quel moment. Zankī, par exemple, avait la réputation d’imposer aux paysans de servir dans ses armées447 :

« J’ai entendu dire par un groupe de paysans d’Alep que, pendant son règne (wilāya), ils subissaient, de son fait, injustice et oppression. L’injustice dont ils parlaient le plus était l’obligation qu’il faisait aux gens (al-nās) de rejoindre l’infanterie (min ǧam‘ al-raǧǧāla) pour les batailles et les sièges (li l-qitāl wa l-ḥiṣār). Ceci, afin de mener le ǧihād contre les infidèles (al-kuffār). Cela était une obligation, pour eux ; un devoir envers lui. »

  • 448  Niẓām al-mulk, Traité de gouvernement, p. 177.

67Que le statut de piéton ait été globalement dévalorisé ne fait aucun doute, comme le montre le silence pesant des annalistes à leur sujet, silence qui fait d’ailleurs écho à celui sur d’autres laissés pour compte des sociétés médiévales, notamment les paysans. Même s’il était tombé en désuétude, à l’époque seldjouqide, le cursus des mamelouks tel que le présente Niẓām al-mulk illustre leur statut inférieur : afin de lui inculquer humilité et sens de l’autorité, le jeune mamelouk devait aller exclusivement à pied, pendant un an, toute incartade étant sévèrement punie448.

  • 449  Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. xxi, p. 54.
  • 450  « […] s’il était primitivement enregistré comme piéton et était passé au service à cheval, il ne f (...)

68On ne doit néanmoins pas se représenter les armées médiévales comme des organisations cloisonnées, interdisant toute promotion. Des soldats pouvaient alternativement servir à pied ou à cheval, selon les nécessités du moment et, certainement, les disponibilités en équipement (chevaux, etc.). Al-Harṯāmī conseillait au chef (al-ra’īs) de distinguer le combattant (muqātil) à cheval du combattant à pied, ainsi que celui qui servait tout autant en tant que cavalier (fāris) que fantassin (rāǧil)449. L’armée (certainement fatimide) telle que la dépeint al-Maḫzūmī différenciait quatre catégories de troupes, sur le plan de la rénumération, dont des troupiers à affectation variable qui combattaient soit à cheval, soit à pied, d’où une révision permanente de leur solde450. Dans les armées musulmanes, comme dans les armées franques d’ailleurs, les soldes des fantassins étaient inférieures à celles des cavaliers ; mais il n’était pas impossible d’y passer d’une arme à une autre.

  • 451  Tabṣira, loc. cit.
  • 452  Mot qui peut également, selon R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, s. v., désigner des «  (...)
  • 453  Il peut s’agir de piétons spécialisés dans le maniement de boucliers dont ils formaient un véritab (...)
  • 454  Taḏkira al-harawiyya, p. 254-255 (texte arabe), 226-227 (trad. française).
  • 455  L’armée de Hārūn al-Rašīd comportait déjà un corps de naffāṭūn. Cf. N.Élisséeff, ND, t. iii, p. 73 (...)
  • 456  Muntaẓam, t. xviii, p. 183. L’anecdote se déroule en 564.

69La hiérarchie entre les fantassins n’est pas expressément exposée par les historiens médiévaux ; de toute façon, elle découlait de leur rôle pendant les combats. Schématiquement, dans l’armée régulière, se distinguaient d’une part tous ceux qui ne combattaient pas forcément, faisant masse, protégeant les fronts de bandière, s’infiltrant dans les rangs ennemis lorsque la charge des cavaliers avait été couronnée de succès et massacrant alors à l’envi, légèrement armés (pique ou lance, épée, bouclier parfois), d’autre part les piétons spécialisés, tout aussi professionnels que les meilleurs des fāris. Parmi eux, une place particulière était accordée aux différents « lanceurs de traits » (rumāt), et notamment les archers et les arbalétriers qui devaient, selon al-Ṭarsūsī, se placer en première ligne pendant la bataille afin de briser dans son élan la charge adverse451. Pendant les sièges, ils étaient surtout utiles aux assiégés, même si, au moment de l’échelade, les assiégeants pouvaient tenter de protéger les escaladeurs par des volées de flèches ou d’arbalètes. Les arbalétriers faisaient partie de l’élite des fantassins dont al-Harawī rappelle qu’il fallait leur accorder une attention soutenue, « ouvriers (ṣunnā‘) et muqaddamūn (contremaîtres ?) tels que (sic) maçons (mi‘māriyya), serveurs de manǧanīq (manǧanīqiyya), arbalétriers (ǧarḫiyya), lanceurs de javelines (zarrāqūn452), spécialistes du/porteurs de boucliers (turāsa)453et sapeurs (naqqābūn) 454 ». Rien, dans les textes, ne dit de quelle manière ces fantassins, surtout spécialisés dans la poliorcétique et auxquels on peut ajouter les ḥaǧǧārūn (lanceurs de pierres, frondeurs), parfois évoqués par les chroniqueurs de la première croisade, étaient organisés. Une anecdote rapportée par Ibn al-Ǧawzī montre à quel point les lanceurs de nafṭ, al-naffāṭūn ou al-zarrāqūn, depuis très longtemps familiers des armées de l’islam455, étaient imprégnés de leur métier456 :

« Et, dans la nuit du 15 ša‘bān, un événement étrange eut lieu : un homme se trouvait dans la boutique du marchand de parfum, dans la rue de Dār al-Daqīq, lorsque un autre arriva, un naffāṭ qui jouait avec un flacon (qārūra) de nafṭ. C’est alors qu’elle tomba involontairement de ses mains. Le nafṭ détruisit tout ce que contenait l’échoppe et se fixa sur les vêtements de l’homme présent qui dut se dévêtir. Sa peau se détacha du cou à la ceinture de son pantalon. On se saisit du naffāṭ qui fut emprisonné. Mais une lutte s’ensuivit, et il fut délivré. »

  • 457  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 388 (an 531, Ba‘rīn), p. 389 (an 532, Homs).
  • 458  Par exemple Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 436-437 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 331-33 (...)

70Également hautement qualifiés, les sapeurs alépins sont mal identifiés. Aussi réputés que les Ḫurāsāniyya, ils furent utilisés par tous les guerriers qui dominèrent Alep et tout particulièrement par Zankī et Nūr al-dīn qui, il est vrai, furent beaucoup plus offensifs que leurs prédécesseurs. Ils apparaissent, par exemple, lors de la plupart des sièges que le premier eut à mener, notamment à Ba‘rīn, Homs457 ou Édesse. La prise de cette dernière ville leur dut beaucoup selon les auteurs arabes. Leur acharnement, aux côtés des Ḫurāsāniyya, autres sapeurs patentés et redoutés (ils étaient habitués à creuser et à entretenir les qanāt), permit de créer une brèche dans laquelle les hommes de Zankī s’engouffrèrent458.

4. Organisation des armées

  • 459  A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », loc. cit., p. 33sq.

71Néophytes en matière administrative, les Seldjouqides s’étaient inspirés de l’exemple ghaznévide lorsqu’ils s’étaient imposés au Ḫurāsān, dans la première moitié du ve/xie siècle ; par la suite, l’influence persane avait été décisive459. Il en était de même au plan militaire ; ainsi que le montre le Traité de gouvernement de Niẓām al-mulk, les Seldjouqides furent influencés par diverses traditions  turque, abbasside, persane  lorsqu’il leur fallut constituer un appareil militaire efficace. En grande partie héritières des armées seldjouqides, les armées d’al-Šāmprocédaient de la même variété d’influences (auxquelles il faut ajouter, en Syrie centrale et méridionale, l’influence fatimide et byzantine). Elles sont mal connues, aucun ouvrage didactique ne les dépeignant. À tenter de comprendre leur organisation, on en est souvent réduit à se reporter à ce qu’on sait des armées seldjouqides ou même abbassides et fatimides, et à faire usage des passages les plus théoriques des traités militaires, ceux qui semblent renvoyer à des pratiques qui s’étaient perpétuées depuis les premiers temps de l’islam.

4.1. Le dīwān ; les revues

  • 460  Ibid., p. 259-260 ; C. E. Bosworth, « Saldj‚ḳides », EI2a, t. vii, p. 936 et suivantes.
  • 461  Bāhir, p. 83 ; la richesse des Zankides est mise en avant pour expliquer ce fait.
  • 462  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 316-317/LT p. 146. Sous les Seldjouqides, la charge de ‘āriḍ al-ǧayš pouvai (...)
  • 463  Zubda, t. ii, p. 543. Sur le titre de amīd, voir Cl. Cahen, « ‘Amīd », EI2a, t. i, p. 434.
  • 464  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 494/LT p. 329.

72Le dīwān al-‘arḍ (aussi, parfois, appelé dīwān al-ǧayš) constituait, dans l’administration seldjouqide, un des quatre départements du dīwān al-a‘lā présidé par le vizir ; le dirigeait le ‘āriḍ al-ǧayš (ou ṣāḥib dīwān al-‘arḍ ou, simplement, al-‘āriḍ) qui avait en charge tout ce qui concernait la paie de l’armée régulière et des émirs, le recrutement, le rassemblement des hommes et leur inspection. Le vizir supervisait même, en théorie, à travers lui, les iqṭā‘-s militaires460. De ce dīwān, on n’a pratiquement aucune trace, en Syrie, aux époques seldjouqides et bourides, très peu à l’époque zankide, pendant laquelle, dès Zankī, selon Ibn al-Aṯīr, l’administration pouvait très largement soutenir la comparaison avec celle des sultans seldjouqides461. Pour la première période, Ibn al-Qalānisī et Ibn al-‘Adīm font simplement état d’un ‘āriḍ pour l’un, d’un ‘āriḍ al-ǧayš pour l’autre : en 511/1117, selon le premier, l’iṣfahsallār Yāruqtāš fut expulsé de la citadelle d’Alep et fut remplacé dans la charge d’iṣfahsallār et au contrôle des finances (al-naẓar fī l-amwāl) par l’émir Abū l-Ma‘ālī (al-Muḥassin) b. al-Mallāḥī al-‘āriḍ al-Dimašqī qui « prit la charge des affaires et du gouvernement à Alep462 ». Plus précis encore, Ibn al-‘Adīm signale que Sulṭān Šāh nomma à la direction des affaires et au commandement de l’armée (taqdimat al-‘askar) le ‘āriḍ al-ǧayš al-‘amīd Abū l-Ma‘ālī al-Muḥassin Ibn al-Mallāḥī463. Enfin, lors de l’annonce de la mort, en šawwāl 547/janvier 1153, de l’émir Sa‘d al-dawla Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. al-Muḥassin b. al-Mallaḥī, qu’on inhuma dans le cimetière de la Grotte (maqābir al-Kahf), Ibn al-Qalānisī rappelle que « son père avait exercé à Alep des charges administratives et politiques, ainsi que ‘arḍ al-aǧnād » (« wa taqaddama wāliduhu fī Ḥalab fī l-tadbīr wa l-siyāsa, wa ‘arḍ al-aǧnād)464 ».

  • 465  Sur al-‘arḍ, voir C. E. Bosworth, « ‘Isti‘rāḍ, ‘arḍ », EI2, t. iv, p. 276-281 ; id., « Muster, rec (...)
  • 466  À l’époque des Grands Seldjouqides, des maîtres de revue provinciaux auraient existé, selon C. E. (...)
  • 467  Il ne faut pas oublier les informations d’ordre financier, qui permettaient de payer le soldat à s (...)
  • 468  Al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 37.

73Même succincts, ces deux chroniqueurs laissent entrevoir qu’al-‘āriḍ avait les mêmes attributions en Syrie que dans l’administration des Grands Seldjouqides, au moins à Alep, avant que la ville n’échût aux Artuqides puis aux Zankides. Parmi ces attributions, al-‘arḍ  le rassemblement, la revue et l’inspection des troupes , n’était pas la moins importante en des temps où les soldats manquaient. Sans doute héritée de Byzance et, peut-être, de l’Iran sassanide, cette pratique est attestée, en Syrie, aux époques bouride et zankide465. Cette opération très solennelle, effectuée devant le souverain, dirigée par le ‘āriḍ466, permettait à l’époque abbasside de mettre à jour les registres du dīwān al-ǧayš où étaient consignées les informations notées lors du recrutement des soldats. Leurs qualités de combattant, l’état de leurs montures et de leur armement devaient être scrupuleusement relevés afin d’éviter toute malversation  que des inconnus se fassent passer pour des soldats afin de se faire payer des soldes auxquelles ils n’avaient pas droit, qu’ils ne s’emparent de chevaux de valeur ou qu’ils ne cherchent à déstabiliser les combattants467. Al-Māwardī recommandait ainsi expressément au commandant de l’armée468 :

« Sixièmement, qu’il examine (yataṣaffaḥ) l’armée (al-ǧayš) afin d’en expulser ceux susceptibles de causer défection parmi les muǧāhidūn et d’alarmer les musulmans, ou les espionner pour les polythéistes (mušrikūn). »

  • 469  Ibn al-Aṭīr, Bāhir, p. 169.

74Des précautions analogues étaient toujours de mise à l’époque de Nūr al-dīn dont Ibn al-Aṯīr, toujours soucieux de le présenter de la manière la plus laudative, rappelle qu’il se faisait un honneur de faire enregistrer les noms des soldats de tous les émirs, asmā’ aǧnād kull amīr, dans les registres de son dīwān. À côté de leur nom, figurait la description de leurs armes, silāḥ et de leurs montures, dawābb. Ainsi empêchait-il certains émirs, assurément cupides, de ne pas entretenir autant d’hommes qu’il lui incombait. L’atmosphère était alors au ǧihād ; les combats pouvaient menacer à tout instant ; les troupes devaient être prêtes dès l’annonce de la mobilisation469.

  • 470  Safar Nāma, trad. du persan (en arabe) par Yaḥyā al-Ḫaššāb, Beyrouth, 1983 (3e éd.), p. 94-95. Sur (...)
  • 471  Pour l’armée fatimide, voir la revue décrite par Ibn al-Ma’mūn al-Baṭā’iḥī, Aḫbār Miṣr, éd. A. F. (...)
  • 472  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 488 /LT p. 323 ; Mir’āt al-zamān, sub anno.
  • 473  Dans al-Bundarī, Ta’rīḫ al-dawla al-Salǧūqiyya, p. 75-76.
  • 474  ia, t. i, p. 163.
  • 475  Dans G. Tantum, « Muslim warfare : a study of a medieval Muslim treatise on the art of war », dans (...)

75Quelques descriptions détaillées de revues ont été conservées, dont celle de l’armée fatimide par Nāṣir i-Ḫusraw qui visita l’Égypte au milieu du ve/xie siècle470, mais aucune, à notre connaissance, qui concerne directement la Syrie pendant la période ici étudiée471. Ibn al-Qalānisī et Sibṭ b. al-Ǧawzī évoquent rapidement celle que tint Nūr al-dīn aux portes de Damas, en 546/1151472 ; ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī fait mention de celle qui précéda le départ des troupes de Šīrkūh pour l’Égypte, en 564/1169473 ; al-Maqrīzī cite al-Qāḍī al-Fāḍil à propos de celle que tint Saladin en Égypte, en 567/1171474. On ne sait donc pas si, à l’exemple de ce qui se faisait à l’époque abbasside, l’habileté des soldats était évaluée par des exercices imposés, afin que chacun d’entre eux puisse être dirigé vers le régiment où il serait le plus utile et se voir attribuer un grade correspondant à ses compétences. Au contraire des traités d’al-Harṯamī, d’al-Ṭarsūsī ou d’al-Harawī, le Nihāyatal-su’lwal-ummiyata‘līma‘mālal-furūsiyya (« L’instruction complète dans la pratique de l’art militaire ») de Muḥammad b. ‘Īsa al-Rammāḥ présente ce qui semble avoir été la base de toute revue475 :

  • 476  Ibn Manglī se contente de dire dans le Kitāb al-ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa if al-dur(...)

« Quand il s’approche de l’ennemi476, le commandant d’armée doit mener une autre revue de ses troupes. Il doit appeler le Secrétaire de la revue (kātib al-‘arḍ), et doit vérifier les noms des soldats, leur nombre et équipement, exécuter une inspection de leurs tenues et examiner leurs armes, afin qu’il puisse disposer chaque classe de soldats à sa place, selon l’ordre dont nous traiterons plus bas. Parmi eux, ceux qui sont munis des armes de premier ordre et du meilleur équipement doivent être placés au premier rang : leurs tenues les protégeront jusqu’aux pieds. Alors il faut prêter attention à ceux dont l’équipement est de moins bonne qualité que les leurs, et les placer au second rang. Puis, prête attention à ceux dont l’équipement est de moins bonne qualité que ceux du second rang, et place-les au troisième rang : leur équipement leur fournit une moindre protection que les seconds. Ensuite, inspecte ceux dont l’équipement est d’une moins bonne qualité que les leurs et place les au quatrième rang, et ceux en état pire que le leur, place-les au cinquième. Ainsi l’armée est-elle mise en formation. Enfin, quelqu’un doit inspecter les fantassins, et ceux auxquels leur équipement apporte une bonne protection seront devant le premier rang [des cavaliers], selon si le commandant de l’armée décide de les disposer en trois ou quatre rangs ».

  • 477  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār ; Maqrīzī, loc. cit.
  • 478  Ibid. : « wa šāhadat rusul al-Rūm wa l-Firanǧ mā arġama unūf al-kāfira ». Arġama a également le se (...)

76Des revues de l’armée, il y en avait donc de deux types, au moins : celles qui se déroulaient à proximité de la capitale du souverain, pendant lesquelles l’état des forces était vérifié, le recrutement effectué ou affiné. Certains soldats se voyaient refuser l’incorporation, tels ceux qu’Usāma b. Munqiḏ demanda à Nūr al-dīn de pouvoir recruter pour le compte du vizir fatimide ‘Abbās, ou les bédouins (al-‘urbān) que Saladin renvoya en 567/1171477. Ces revues avaient également une fonction psychologique : la puissance du prince était étalée, un message implicite tout aussi rassurant que menaçant était adressé à ses sujets – ils seraient protégés, mais toute tentative de sédition serait impitoyablement châtiée. Parfois, des ambassadeurs avaient été invités ; qu’ils fussent alliés ou ennemis, il s’agissait, là encore, d’impressionner, d’exposer combien celui qui ferait la guerre au souverain aurait à en pâtir. Dans la description pourtant succincte de la revue qui se tint en 567/1171 au Caire, al-Qāḍī al-Fāḍil semble prendre un plaisir particulier à souligner que « les ambassadeurs des Byzantins et des Francs assistèrent à ce qui allait jeter les infidèles à la poussière478 ». D’autres revues qui précédaient la bataille avaient essentiellement pour but d’organiser l’armée, d’assigner son rôle à chacune des troupes qui la constituaient et de vivifier le moral des combattants.

  • 479  G. Tantum, loc. cit., p. 191-192.
  • 480  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 540.
  • 481  À l’époque d’al-Maḫzūmī, en Égypte, des connaissances de cet ordre sont toujours nécessaires : cf. (...)

77Aucun registre des dīwān-s n’a été conservé ; quelques auteurs, dont Abū l-Faraǧ Qudāma dans le Kitāb al-ḫaraǧ wa ṣan‘at al-kitāba, que Muḥammad b. Īsā al-Rammāḥ copie allègrement479, exposent néanmoins la méthode qui devait être utilisée par les secrétaires des dīwān-s. L’ensemble des connaissances qu’ils devaient maîtriser formait une science, appelée physiognomonie (firāsa). Les secrétaires devaient se faire le plus précis possible et pour cela utiliser un vocabulaire spécifique, très technique. Traits caractéristiques des hommes et des chevaux (« ḥulā l-riǧāl wa šiyāt al-ḫayl ») étaient minutieusement consignés ; on devait pouvoir les reconnaître à l’aide de ces seules précisions. Cette méthode, née sous les Omeyyades, eut cours jusqu’aux Seldjouqides. On ne sait si les secrétaires auxquels Nūr al-dīn faisait consigner tout ce qui concernait les soldats, tel cet al-Muntaǧab Abū Sālim b. ‘Abd al-Raḥmān al-Ḥalabī, mort en 553/1158, qui avait été « mutawwalī kitābat al-ǧayš wa ‘arḍ al-aǧnād » au dīwān de Nūr al-dīn480, avaient été formés à la firāsa481.

4.2. Le vizir et l’armée

  • 482  Th. Bianquis, « Wazīr », EI2a, t. ix, p. 185 sq. ; al-Māwardī, al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 24-29. P (...)
  • 483  Tous les chroniqueurs insistent sur sa puissance militaire. En 464/1071-1072, Alp Arslān l’envoie (...)
  • 484  Anecdote intéressante rapportée par Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 409, pendant le siège de Bagdad (...)
  • 485  Th. Bianquis, loc. cit. ; A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya, tafsīr ǧadīd, op. cit., index.
  • 486  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 786, soutient que Nūr al-dīn « ne semble pas avoir apporté de modific (...)
  • 487  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. viii et ix, sub anno.
  • 488  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 493 et J.-M. Mouton, Damas, p. 206.
  • 489  Lorsque Riḍwān accourut à Alep, après la mort de son père, c’est le vizir Abū l-Qāsim qui lui ouvr (...)

78Dans l’empire seldjouqide, l’ensemble des dīwān-s étaient théoriquement sous la responsabilité du wazīr. Al-Māwardī différencie, dans les Aḥkām al-sulṭāniyya, wazīr al-tanfīḏ et wazīr al-tawfīḍ, le premier ayant des attributions limitées, le second se voyant déléguer par le calife de considérables pouvoirs civils et militaires482. Ceux de Niẓām al-mulk furent extrêmement étendus. Comme les plus grands émirs, il entretenait une armée nombreuse de mamelouks ; il accompagna Alp Arslān pendant presque toutes ses campagnes militaires et en dirigea même un certain nombre483. Après lui, la fonction perdit progressivement en importance, le vizir se voyant surtout chargé de la gestion des finances484. En Égypte, le vizirat connut également une évolution spectaculaire à la fin du ve/xie siècle, avec Badr al-Ǧamālī, le premier des « vizirs militaires485 ». Mais lui et ses successeurs étaient, pour la plupart, avant tout des hommes de guerre. En Syrie, à la fin du ve/xie siècle et pendant les trois premiers quarts du vie/xiie siècle486, il n’y eut pas de wazīr tafwīḍ ; le vizirat resta une charge civile. Tout au plus des vizirs sont-ils mentionnés aux côtés de leur souverain pendant des campagnes, tels al-Ḥasan Ibn Ṭāhir qui accompagnait Sulaymān b. Qutulmuš en 470/1086, lorsque ce dernier alla affronter Tāǧ al-dawla Tutuš ; Zarrīn Kumur qui se joignit à Qasīm al-dawla Āq Sunqur à l’occasion de l’attaque avortée de ce dernier et de Tutuš contre Tripoli en 485/1092487 ; ou, en 547/1152, Abū l-Fawāris qui suivit Abaq dans son expédition punitive contre Bosra488. Le vizir pouvait également être envoyé en ambassade et jouer un rôle diplomatique, par exemple de négociateur d’alliances489.

4.3. La direction des armées ; souverains et grands émirs

  • 490  Cf. notamment les chapitres ii, iii, xxxi, xxxii.
  • 491  Chap. xxxi, p. 53. Le reste du chapitre (p. 53-54) consiste en une longue et vague énumération des (...)

79Historiens et didacticiens du Moyen Âge concentrent souvent leurs propos sur le seul chef ; dans les traités militaires, il fait l’objet de chapitres spécifiques, fort développés dans le Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb490. Al-Harṯamī y défend tout particulièrement l’obligation, pour le ra’īs al-ǧayš, de bien connaître ses soldats, autant physiquement que moralement, autant dans l’attente que dans l’action, simplement parce qu’il lui fallait attribuer « sa place à chacun d’entre ses hommes ». Le modèle, si modèle il y avait, était ce commandant qui connaissait491

« l’ism, le nasab, la ville (ou le pays : balad), l’apparence de chacun d’entre eux et même leur épée (sayf) et leur ceinturon (minṭaqa), leur monture (dābba) et leur compagnon de voyage (rafīq), ainsi que l’étendue de leur activité (‘amal) au combat (ḥarb). »

  • 492  Ibid., chap. vi, p. 21-22. Voir également le chap. viii.

80Mais le commandant de l’armée ne devait pas pour autant agir en autocrate : il devait prendre garde à écouter les conseils de ses intimes et de ses amis, sous peine de s’égarer492 ; en dernier recours, il lui appartenait néanmoins de décider.

  • 493  Voir par exemple Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 3845 et suivantes ; C.Hillenbrand, « “Abominable (...)
  • 494  Sur l’image héroïque qu’en donnent les sources arabes, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 75-76.

81Le chef suprême de l’armée, c’était, en théorie, à l’époque qui nous intéresse, le souverain, turc essentiellement (princes de Damas et d’Alep) mais non exclusivement (princes arabes de Šayzar). Comme les rois, princes et comtes francs, les princes musulmans se devaient d’être à la tête de leurs troupes ; les portraits qu’en font les chroniqueurs tendent très souvent à en faire de bons guerriers. En tout cas, presque tous menèrent très régulièrement leurs hommes au combat. Certains se distinguèrent plus particulièrement par de remarquables aptitudes de combattants ou de tacticiens, la figure qui émerge peut-être le plus étant celle de Zankī, tout autant dépeint comme cruel que comme formidable lutteur, intelligent stratège et fin tacticien493. Avant lui, Ṭuġtakīn était un prince sans cesse sur la brèche, se déchargeant plus rarement que ne le firent ses successeurs sur ses officiers494.

  • 495  Ce dernier, ḥāǧib selon Ibn al-Aṯīr notamment, est dit amīr al-‘askar par Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al- (...)
  • 496  Ta’rīḫalab, p. 382-383 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 245 (pour l’aversion). Sawār resta ensuit (...)
  • 497  Ces événements sont, pour la plupart, commodément résumés par Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. i(...)
  • 498  En tant que père de Saladin, pour Naǧm al-dīn. Pour Šīrkūh, voir les références citées dans la not (...)

82Les souverains déléguaient régulièrement leur commandement à un de leurs émirs, quelle que soit la fonction qu’il occupait (iṣfahsallār, šiḥna, ḥāǧib, etc.). Là encore, quelques hauts officiers sont plus particulièrement portés au pinacle par les auteurs médiévaux pour leurs qualités martiales, tels Bazwāǧ ou Mu‘īn al-dīn Anur sous les Bourides, Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġisiyānī495 ou Sayf al-dīn Sawār auprès de Zankī, Šīrkūh ou son frère Naǧm al-dīn Ayyūb pendant le règne de Nūr al-dīn. Tous étaient des émirs de haut rang, bénéficiaient d’iqṭā‘-s de bon rapport et entretenaient une troupe personnelle importante. Tous, comme les autres émirs, pouvaient passer du service d’un souverain à un autre. On ne sait pas avec certitude pourquoi Sayf al-dīn Sawār quitta le prince de Damas pour celui d’Alep ; qu’il eût ou non éprouvé une subite aversion pour Taǧ al-mulūk Būrī, la perspective d’y bénéficier d’un poste important dut sans doute compter puisqu’al-‘Aẓīmī, ainsi qu’on le verra, insiste sur la fonction d’al-šiḥnakiyya d’Alep et de sa région qui lui fut offerte496. Sawār devint donc le lieutenant, nā’ib, de Zankī en Syrie (ce dernier en était régulièrement absent). Avant de devenir l’un des principaux soutiens de Nūr al-dīn, Naǧm al-dīn Ayyūb, qui était entré au service de Zankī en 532/1138, était passé au prince bouride après qu’il l’eût assiégé dans Baalbek, dont il était le dizdār au nom de Zankī. Il avait livré la ville contre la promesse (qui fut tenue) d’importants iqṭā‘-s et de compter parmi les principaux émirs du prince de Damas. Les auteurs arabes insistent sur la dureté du siège, et surtout, l’impossibilité d’y résister : l’appel à l’aide que Naǧm al-dīn avait envoyé au fils aîné de Zankī, Sayf al-dīn Ġāzī, n’avait mené à rien. Plus tard, alors que Nūr al-dīn accentuait sa pression sur Damas, Naǧm al-dīn œuvra d’une manière souterraine en sa faveur497. En fait, la carrière de ces émirs n’avait rien à envier à celle (tout de même plus instable) d’Usāma b. Munqiḏ qui semble être passé d’un employeur à un autre plus par intérêt que par le goût immodéré de l’aventure qu’il s’attribue dans le Kitāb al-I‘tibār. Naǧm al-dīn et Šīrkūh avaient débuté la leur à Takrīt, sous les Grands Seldjouqides ; ils la terminèrent en maîtres de l’Égypte498. Celle du fameux ḥāǧib Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġīsiyānī, qui avait servi Āq Sunqur al-Bursuqī avant de devenir l’un des principaux collaborateurs de Zankī, avait été moins mouvementée.

  • 499  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 79-80. Abū Bakr était muqaddam al-Bakǧiyya, muqa de Niṣibīn. L’anecdote e (...)
  • 500  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 79 et 169.

83Les souverains devaient composer avec leurs grands émirs, et faire en sorte de les retenir. Zankī ne s’y trompait pas, lui qui, aux dires d’Ibn al-Aṯīr, ne supportait pas qu’un de ses serviteurs le quittât. Un de ses « grands émirs » (amīr kabīr), un certain Abū Bakr, s’y étant risqué et s’étant rendu auprès de Ḥisām al-dīn Timurtāš, à Mārdīn, Zankī exigea de ce dernier qu’il le lui renvoie. Timurtāš ayant refusé d’obtempérer, il alla l’assiéger. Abū Bakr fut alors conduit à la cour du sultan Mas‘ūd, mais sans y trouver le havre de paix qu’il avait espéré : rancunier au possible, Zankī ne cessa d’envoyer des présents au sultan et à son vizir jusqu’à obtenir qu’on le lui livre. « Alors il l’emprisonna, et on n’en entendit plus parler499. » L’autre moyen, unanimement employé celui-là, pour retenir les émirs, était de les abreuver d’iqṭā‘-s et d’honneurs (laqab-s nombreux qui équivalent, à Damas, à ceux du prince à la fin de la période bouride ; cumul de fonctions, etc.). À cet égard, une étape fut franchie par les Zankides qui responsabilisèrent leur émirs quant à leurs iqṭā‘-s (Zankī), puis, dans la même intention, les rendirent héréditaires (Nūr al-dīn)500.

  • 501  Ibid., p. 172.

84Encore les Zankides exercèrent-ils une autorité incontestable sur leurs hommes, sans commune mesure avec celle de leurs prédécesseurs immédiats à Alep ou même à Damas. Ibn al-Aṯīr rappelle, dans des passages il est vrai fort peu objectifs501 :

« Aucun émir ne s’asseyait auprès de lui (i. e. Nūr al-dīn) qu’il ne le lui ait ordonné, si ce n’est Naǧm al-dīn Ayyūb, le père de Sālāḥ al-dīn Yūsuf. Quant aux autres, comme Asad al-dīn Šīrkūh, Muǧid al-dīn Ibn al-Dāya, etc., et bien, lorsqu’ils se trouvaient en sa présence, ils restaient debout jusqu’à ce qu’il leur ordonnât de s’asseoir. »

85Cette question de l’autorité, qui va de pair avec celle de la désunion des musulmans face aux Francs, a depuis longtemps été avancée comme une des causes des difficultés qu’ils éprouvèrent à l’arrivée des Croisés. Incontestablement, après la mort de Tutuš et jusqu’à ce que Nūr al-dīn soit suffisamment puissant pour rassembler sous son nom l’ensemble des forces musulmanes (Zankī était bien trop craint pour pouvoir mener quelque coalition que ce soit), ces dernières souffrirent d’un manque de « leadership ». Les oppositions auxquelles Karbūqā fut confronté sont bien connues ; les auteurs latins s'en firent l'écho en leur temps.

  • 502  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 358/LT p. 186. Il s’agit du siège de Damas par les Francs (...)

86Pour ce qui était de la décision, néanmoins, il faut garder à l’esprit que tout chef militaire ne décidait pas seul. Théoriquement, comme l’exprimait al-Harṯamī, le commandant d’armée devait consulter ceux en qui il pouvait avoir confiance. En pratique, de la même manière qu’un « conseil restreint » (maǧlis) participait à la prise de décision politique ou stratégique, les dispositions tactiques n’étaient pas forcément le fait du seul souverain. Malheureusement, les sources sont bien souvent silencieuses sur ce point. Tout au plus certaines formules montrent-elles clairement que, lorsque les troupes étaient constituées d’une coalition de plusieurs armées, la tactique adoptée avait été discutée collégialement502 :

« Lorsque Tāǧ al-mulūk fut au courant de cette situation, il se hâta de former un détachement avec les plus valeureux des Turcs de Damas, les Turcomans qui y étaient arrivés et les Arabes venus avec l’émir Marra ; il leur ajouta l’émir Sayf al-dawla Sawār à la tête des troupes de Hama (‘askar Ḥamā) et il arrêta avec eux qu’ils se mettraient en route à la fin de la journée et marcheraient toute la nuit pour arriver au matin dans la région de Burāq, car on pouvait escompter qu’à leur retour du Ḥawrān, les maudits aboutiraient à cet endroit. »

87De plus, les princes s’appuyaient sur des grands émirs auxquels des fonctions étaient proposées, certaines ressortissant directement à la direction de l’armée.

4.4. Charges, fonctions et titres

4.4.1. L’atabeg

  • 503  Cl. Cahen, « Atābak (Atabeg) », EI2a, t. i, p. 721. Pour la période seldjouqide, voir plus général (...)

88À l’origine, l’atabeg (du turc ata, père, et bek, prince) était une sorte de tuteur chargé par le sultan ou un prince seldjouqide de l’éducation et de la protection d’un de ses fils. La fonction était réservée à des émirs turcs, même si Niẓām al-mulk se vit ajouter par Malik Šāh le titre d’atabeg à son laqab en 465/1072503. De fait, l’atabeg, qui épousait la mère de son pupille, acquérait une position éminente auprès du souverain ; il était une sorte de régent aux attributions mal définies mais qui pouvaient être très étendues, allant jusqu’à une mainmise complète sur l’administration et l’armée.

  • 504  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vi, p. 2805-8. Riḍwān aurait été l’instigateur de l’assassinat (cf. p. 280 (...)

89En Syrie, à la fin du ve/xie siècle, l’atabeg possédait encore d’importants pouvoirs. Après la mort de Malik Šāh, Tutuš avait nommé deux atabegs pour ses fils Duqāq et Riḍwān, Ṭuġtakīn pour le premier (en 486/1093), Ǧanāḥ al-dawla pour le second (l’année suivante). Chacun avait reçu un iqṭā‘ important  Homs pour Ǧanāḥ al-dawla, Mayyāfāriqīn pour Ṭuġtakīn. Chacun, après la mort de Tutuš, avait tenté de prendre en main le gouvernement et l’armée de la principauté dont leur protégé avait hérité. Ṭuġtakīn y avait réussi sans difficulté après son retour de captivité, en 488/1095, mais non pas Ǧanāḥ al-dawla qui s’était heurté à la forte et complexe personnalité de Riḍwān avec lequel il avait entretenu des relations difficiles qui avaient abouti d’abord à sa fuite vers Homs, en 490/1096, ensuite à son assassinat par les ismaéliens en 496/1101504.

90Le parcours de Ṭuġtakīn est bien connu : simple mamelouk, il s’était élevé dans la hiérarchie seldjouqide jusqu’à fonder sa propre dynastie après la mort de Duqāq, en 497/1104. Ce dernier, avant de s’éteindre, lui avait très explicitement confié les rênes du pouvoir et l’avait chargé de veiller sur son jeune fils, Tutuš. Au plan militaire, avant même la mort de Duqāq, il dirigeait l’armée et prenait parfois, seul, des décisions d’ordre stratégique ou tactique. Ǧanāḥ al-dawla semble également avoir pris la direction des troupes pendant la courte période qu’il passa auprès de Riḍwān, si on en croit Ibn al-‘Adīm qui à deux reprises, dans la Buġya, utilise la formule atābak ‘askar. Une première fois, il précise que :

  • 505  Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. vi, p. 2806.

« […] lorsque Tāǧ al-dawla Tutuš avait tué Qasīm al-dawla Āq Sunqur et conquis le pays, il avait donné Homs à Ǧanāḥ al-dawla Ḥusayn et l’avait fait atābak ‘askar de son fils Riḍwān505 ».

  • 506  Ibid., p. 2807.
  • 507  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 227. Il ne donne pas ici sa source ; il ne (...)
  • 508  Ainsi que, parfois, l’expression atābak al-ǧayš. Cf. D. Ayalon, « Studies on the structure of the (...)
  • 509  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, i, 82 r° (an 508), à propos de Lu’lu’ al-Ḫādim, (...)
  • 510  Ni Ibn al-Qalānisī, ni al-‘Aẓīmī n’usent de la formule atābak al-‘askar.
  • 511  J.-M. Mouton, Damas, p. 215.

91Plus loin, dans cette même notice consacrée à Bāqī al-dawla (autre laqab de Ǧanāḥ al-dawla), Ibn al-‘Adīm cite directement Usāma b. Munqiḏ qui parle également de Ǧanāḥ al-dawla en tant qu’atābak ‘askar al-malik Riḍwān506. De cette expression, qu’on retrouve parfois sous la plume d’Ibn al-Furāt, à propos de l’émir Bazwāǧ par exemple, « atābak ‘askar al-malik Šihāb al-dīn ṣāḥib Dimašq507 », non plus que de l’utilisation, par des chroniqueurs il est vrai tous tardifs, de la formule atābak al-‘asākir, il ne faut conclure que la fonction d’atābak al-‘asākir, qui, à l’époque mamelouke, consistait en un commandement suprême de l’armée508, existait dès l’époque que nous étudions : lorsqu’ils emploient cette formule, Ibn Abī Ṭayyi’ et al-Ḏahabī509 tombent sans doute dans le travers de l’anachronisme510. Pourtant, comme le montre d’ailleurs la formule atābak ‘askar, on ne peut nier la spécificité militaire de la fonction d’atabeg – dès cette époque, il était avant tout destiné à commander l’armée. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que si le mot atābak évolua, sous les Bourides, jusqu’à devenir un titre honorifique que le souverain conférait aux « hommes les plus influents de son entourage »511, il lui était adjoint celui d’al-isfahsalār, « commandant des armées ». De fait, les trois hommes qui portèrent ces titres, Amīn al-dawla Kumuštakīn, Bazwāǧ et Mu‘īn al-dīn Anur, exercèrent un contrôle effectif sur les troupes des princes qu’ils servirent.

  • 512  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 367, 382-383 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 543.

92La fonction d’atabeg évolua également à Alep où après la fuite de Ǧanāḥ al-dawla et jusqu’à la mort de Riḍwān on n’en entend plus parler. Ensuite, et jusqu’à la prise de la ville par les Artuqides, les hommes qui réussirent à s’emparer du pouvoir s’arrogèrent le titre.De fait, le « régent » est atabeg (il peut également porter le titre d’isfahsalār) : Lu’lu’ al-Ḫādim tout d’abord, d’Alp Arslān b. Riḍwān (507/1113) puis de son frère Sulṭān Šāh (508-10/1114-7) ; Šams al-Ḫawāṣṣ Yāruqtāš ensuite, du même Sulṭān Šāh, pendant un mois, en 511/1117 ; Ibn al-Malḥī al-Dimašqī enfin. Ce jeu de chaises musicales montre que la fonction avait été vidée de sa substance512.

  • 513  Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. et trad. C. Hillenbrand, p. 54, dit Alp Arslan et al-Ḫafāǧī, t (...)
  • 514  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 126-127 ; ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, dans Bundarī, op. cit., p.187 ; A. K. S (...)

93Le calme revenu à Alep, ‘Imād al-dīn atābak Zankī, ainsi que l’appellent les sources arabes, témoigne d’un usage plus traditionnel d’al-atābakiyya. Il avait effectivement deux des fils du sultan seldjouqide auprès de lui, Alp Arslān et Farruḫān Šāh513, sur lesquels il comptait bien, le jour venu, s’appuyer afin de disputer honneurs et pouvoirs aux autres grands émirs de l’entourage des sultans. En fait, il n’en profita pas vraiment ; au contraire, il dut promptement réagir à la soudaine rébellion menée par l’un des deux princes, Alp Arslān (selon Ibn al-Aṯīr) ou Farruḫān Šāh (selon Ibn al-Qalānisī et Ibn al-‘Adīm), à Mossoul, en ḏū l-qa‘da 539/mai 1145514. Quant à Nūr al-dīn, qui n’était pas, quant à lui, un pur produit de la cour seldjouqide, il ne s’occupa que tardivement des affaires orientales, et encore sans véritablement interférer dans les luttes de factions entre prétendants au sultanat. Il ne porta pas le titre d’atabeg.

4.4.2. Al-isfahsalār ; al-salār

  • 515  Spāh : « armée » ; sālār : « commandant », « chef ». Voir N. Élisséeff, « La titulature de Nūr ad- (...)
  • 516  C. E. Bosworth, S. Digby, « Ispahsālār, sipahsālār », EI2a, t. iv, p. 208.
  • 517  Cf. par exemple Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p.3316 : « al-isfahsalār ‘Abd al-Maǧīd al-Ṣūfī al-Ham (...)

94Le mot arabe isfahsalār (ou isfahsallār, iṣfahsalār, iṣfahsallār, iṣbahsalār, etc.) dérive du persan ispahsālār (sipahsālār) qui signifie « commandant d’armée515 ». C’est à partir du ive/xe siècle, sous les Bouyides, qu’il fut régulièrement utilisé par les auteurs arabes qui lui donnaient effectivement le sens de commandant suprême de l’armée, mais également, et notamment après les difficultés éprouvées par les derniers Bouyides, celui de simple « commandant » ou « officier516 ». Par la suite, et même si le plus souvent c’était une marque d’honneur que de recevoir le titre d’isfahsalār, le terme demeura d’usage varié. Ainsi en fut-il sous les Grands Seldjouqides, qui, en général, l’attribuaient à un émir turc qui commandait une armée importante, qu’il s’agisse de l’armée du sultan ou, au moins, d’une armée provinciale. Néanmoins au cours du vie/xiie siècle ce titre ne semble pas avoir été exclusivement réservé aux militaires en exercice517.

  • 518  J.-M. Mouton, Damas, p. 213 et note 80. L’inscription est analysée par G. Wiet, « Deux inscription (...)
  • 519  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 214/LT p. 33 (trad. un peu différente).

95En Syrie, le mot isfahsalār fut d’un emploi contrasté tout au long de la période qui nous occupe. Kumuštakīn (ou Anuštakīn) b. Tutuš paraît, selon une inscription datée de 481/1088, avoir été le premier à bénéficier de ce qui, dans son cas, n’était qu’une distinction, au contraire d’al-isfahsalār Ṭuġtakīn, qui exerçait effectivement le commandement des armées518. Dès lors donc, le titre était honorifique tout autant qu’il dénotait un pouvoir effectif. Il est d’ailleurs symptomatique qu’à son retour de captivité, selon Ibn al-Qalānisī, on ait rendu la charge à Ṭuġtakīn519 :

  • 520  R. Le Tourneau (loc. cit.) traduit plus littéralement « l’inspection de l’armée ».

 « Il arriva à Damas en 488/1095 et fut accueilli par al-malik Šams al-dawla [Duqāq], son armée et les principales figures de l’État. Il fut comblé de marques d’honneur et d’estime, lui fut rendue la compétence de commander l’armée (al-naẓar fī l-isfahsalāriyya)520 et on s’en remit à lui pour l’administration de la principauté (al-mamlaka) et la politique générale. »

  • 521  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 73.

Il en était de même, finalement, qu’à Ḥarrān où, à la veille de la victoire musulmane de 497/1104521,

« Ḥarrān appartenait à un mamelouk de Malik Šāh prénommé Qarāǧa. Il y installa comme lieutenant un homme qu’on appelait Muḥammad al-Iṣbahānī. L’année précédente, Qarāǧa étant sorti [de la ville], al-Iṣbahānī se souleva contre lui, soutenu en cela par les habitants de la ville (ahl al-balad), du fait de son injustice. Homme endurci et sagace, al-Iṣbahānī ne laissa [vivant] à Ḥarrān, parmi les compagnons (aṣḥāb) de Qarāǧa, personne d’autre qu’un ġulām turc connu sous le nom de Ǧāwalī. Il le nomma commandant de l’armée (iṣfahsalār al-‘askar) et en fit son familier. Un jour que [Muḥammad] s’était assis en sa compagnie pour boire, Ǧāwalī et un de ses serviteurs (ḫādim), qui s’étaient entendus pour l’assassiner le mirent à mort alors qu’il était ivre. »

  • 522  Cf. par exemple Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 68-69, 73, 75-76 et passim (Usāma utilise le (...)
  • 523  Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 316/LT p. 146 (an 512) : al-isfahsalār Yāruqtāš al-Ḫādim, « (...)
  • 524  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 401 et passim ; J.-M. Mouton, loc. cit.
  • 525  Par exemple Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p. 3218 : « al-Mawlā al-Ifahsalār al-Malik Imād al-dīn (...)
  • 526  Les extraits qui suivent posent le problème du maximum de cavaliers que dirigeait un officier supé (...)

96Le titre d’isfahsalār apparaît également, tout autant qu'une fonction effective, comme une distinction marquant un grand pouvoir lorsque les auteurs arabes soulignent la puissance d’al-isfahsalār Mawdūd et d’al-isfahsalār al-Bursuqī522. De même, à Alep, Yāruqtāš al-Ḫādim, un temps maître de la ville, accola-t-il ce titre à celui d’atabeg523. Et il n’en alla pas différemment à Damas, sous les Bourides : les principaux personnages de l’armée (d’Amīn al-dawla Kumuštakīn à Mu‘īn al-dīn Anur524) se virent également conférer les deux distinctions ; elles signalaient leur rang, mais ils exerçaient effectivement le commandement sur l’armée. Il en était évidemment de même de ‘Imād al-dīn Zankī, auquel de rares textes et quelques inscriptions confèrent le titre525. Pourtant, sous son règne, ainsi qu’en témoigne un passage du Ta’rīḫ Ḥalab d’al-‘Aẓīmī qu’en éclaire un autre, de la Zubda d’Ibn al-‘Adīm cette fois, le titre semble perdre quelque peu de son prestige. Il y est en tout cas question de plusieurs émirs isfahsalār occupant un grade intermédiaire, inférieur à celui de commandant d’armées526 :

  • 527  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, p. 393.
  • 528  Plutôt qu’iṣfahlāriyya, comme dans le texte édité où les erreurs sont nombreuses.

[Alors que l’empereur byzantin menace Alep, un Turc infidèle de l’armée byzantine informe les Alépins, qui alertent Zankī. Celui-ci réagit (année 532/1138)527.]
« L’information parvint à l’atabeg qui renvoya l’infanterie (al-raǧǧāla) à Alep, ainsi que l’émir Sayf al-dīn [Sawār] qui avait cinq cents cavaliers (fāris) dirigés par quatre émirs iṣfahsalāriyya528. Cela donna du cœur à la population (nās) [alépine], ceci le 27 raǧab [532]/10 avril 1138, jour de la mission du prophète. »

  • 529  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 265.

[Mêmes événements529]
« Alors les gens (al-nās) furent vigilants et se tinrent sur leurs gardes. Il écrivirent à l’atabeg Zankī pour l’informer de tout ceci ; l’information lui parvint alors qu’il se trouvait à Homs. Il envoya sur le champ l’émir Sayf al-dīn Sawār, l’infanterie alépine et cinq cents cavaliers (fāris), dirigés par quatre émirs iṣfahsalār, dont Zayn al-dīn ‘Alī Kūǧak (Küük). Dès lors, le cœur des Alépins fut raffermi ; ils arrivèrent [à Alep] le 27 raǧab [532]/10 avril 1138 ».

  • 530  Kitāb al-I‘tibār, p. 63 : Isbāsalār uluġ, l’un des cavaliers de Hama que les Munqiḏites rencontr (...)
  • 531  N. Élisséeff, « La titulature de Nūr ad-Dīn d’après ses inscriptions », loc. cit., p.168.
  • 532  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 508 (an 549).
  • 533  Ibid., p. 547 (an 553) : Nūr al-dīn donne en iqṭā‘ la ville de Ḥarrān à l’amīr al-aǧall al-isfahsa (...)
  • 534  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 502 (an 549), p. 540 (an 553), p. 544 (an 554).

97D’ailleurs, Usāma b. Munqiḏ, qui rédigeait à une époque où le titre s’était déprécié, n’en fait un usage ni restreint ni élitiste530, et Nūr al-dīn l’abandonna bien vite ; après l’année 543/1149, il disparaît du protocole de ses inscriptions531. Dès lors, il est réservé à quelques-uns de ses émirs de haut rang, principaux dignitaires de son État, tel Ibn al-Dāya, qu’Ibn al-Qalānisī appelle al-amīr al-isfahsalār Muǧid al-dīn Abū Bakr Muḥammad, nā’ib al-mawlā (le seigneur) al-Malik Nūr al-dīn à Alep532, Zayn al-dīn ‘Alī Kūǧaq dont il vient d’être question, commandant en chef de l’armée de Mossoul533, et Asad al-dīn Šīrkūh, commandant en chef de l’armée de Syrie534.

  • 535  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 17-18 (an 564), repris par Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. vii, p. (...)

98Incontestablement, à la fin du règne de Nūr al-dīn, le titre demeurait prestigieux, même s’il ne correspondait plus forcément à un commandement militaire. Nūr al-dīn, selon Ibn al-Aṯīr, s’en servit, dans sa correspondance avec Saladin, afin de montrer combien ce dernier était son obligé  tout autant que les autres émirs qui se trouvaient en Égypte535 :

 « Nūr al-dīn lui écrivait “al-amīr al-isfahsalār” et il apposait son paraphe (‘alāma) en tête de la lettre au lieu d’écrire son nom (ism). [De plus], il n’écrivait pas à lui seul, mais : “al-amīr al-isfahsalār Ṣalāḥ al-dīn et l’ensemble des émirs d’Égypte. Faites ainsi.” »

  • 536  Kāmil, t. ix, p. 359 (an 544) et p. 467 (récit de la prise de Ḥārim par Nūr al-dīn : Quṭb al-dīn a (...)

Ibn al-Aṯīr utilise d’ailleurs, à propos du commandement de l’armée de Mossoul (celle de Sayf al-dīn Ġāzī, puis celle de Quṭb al-dīn) par Zayn al-dīn ‘Alī, l’expression amīr al-ǧayš536.

  • 537  Les auteurs arabes n’allongent en général pas la première voyelle.
  • 538  Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. ix, p. 357.
  • 539  V. F. Büchner, C. E. Bosworth, « Sālār », EI2a, t. viii, p. 92.

99Le titre al-salār537, « commandant » en persan, était moins prestigieux, même s’il était également conféré à des émirs qui pouvaient occuper d’importantes responsabilités. On trouve ainsi mention d’un salār commandant d’armée, aux confins orientaux des territoires musulmans, en 543/1148-9 (al-Salār Ḥusayn qui dirigeait, avec Ibrāhīm al-‘Alawī, émir du Hindustān, une armée levée par Bahrām Šāh de Ġazna538). Le salār était un émir, officier de l’armée, de rang juste inférieur à celui d’isfahsalār, équivalent, dans les documents administratifs de Perse orientale et de Transoxiane du milieu du vie/xiie siècle, au muqaddam et au sarhang539.

  • 540  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 67, peu clair. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 106 ; E. Ho (...)

100C’est le sens qu’on retrouve, en Syrie, à la fin du ve/début du xiie siècle : la mort de Karbūqā, en 494/1101, ayant provoqué de nombreux troubles en Djéziré, Qāymāz, l’un des mamelouks d’Alp Arslān, s’était installé à al-Raḥba, devançant ainsi l’arrivée de Duqāq. Mais ce dernier arriva finalement avec l’atabeg Ṭuġtakīn, en 496/1102-3, et assiégea la place. Siège vain et vaine résistance, puisque Qāymāz décéda peu après ; l’un de ses ġulām-s turcs, nommé Ḥasan, lui succéda. Ce dernier craignait Duqāq plus que tout ; très vite, la paranoïa l’envahit. Persuadé que soldats et notables finiraient par le trahir, gagné par une folie des grandeurs qui le conduisit à faire appeler la prière en son seul nom, il prit les mesures qui lui semblaient s’imposer. Des soldats furent éloignés, un certain nombre d’officiers, « ǧamā‘a min al-salāriyya », emprisonnés, des dignitaires de la ville assassinés. En vain, à nouveau, Duqāq se présentant devant la cité et réussissant à s’en emparer, cette fois avec l’aide de la populace, mais non sans que Ḥasan, qui s’était réfugié dans la citadelle, ne réussisse à obtenir l’amān540.

  • 541  Bustān, p. 119.
  • 542  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. x, p. 4536. Sur Baḫtiyār et ses descendants, voir les références données p (...)
  • 543  M. Yared-Riachi, loc. cit.
  • 544  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 213, 215-216.
  • 545  Ibid., p. 316.
  • 546  En 526/1132 selon le Bustān, p. 122.
  • 547  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 477.
  • 548  Bustān, p. 129 (an 544, à propos de leur fuite de Damas).
  • 549  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 290 (« al-salār Bahrām b. Maḥmūd b. Baḫtiyār ») ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al- (...)

101Par la suite, les sources font peu mention de salār-s. Il est rapidement question, à l’occasion, de l’amīr Mas‘ūd, salār, gouverneur de Tyr, en 516/1122-3541. Quelques années auparavant, émergeaient les figures du père du vizir fatimide Ibn al-Salār et de Baḫtiyār al-Atābakī542. Le premier, après la prise de Jérusalem par les troupes égyptiennes, en 491/1098, laissa là Sukmān b. Artuq et se lia à al-Afḍal qui lui conféra le laqab Ḍiyāf al-dawla. Le second, šiḥna de Damas peut-être dès le règne de Tutuš543, organisa avec le ra’īs la résistance à Riḍwān en 489/1096, reçut Ṭuġtakīn à son retour de captivité et s’empressa de se remettre à son service544. Il conserva son poste, étant chargé de l’administration de la cité (tawallī l-balad) et de la gestion de la population (siyāsat al-ra‘iyya). Il donna naissance à une dynastie de salār/šiḥna. Ses descendants reçurent le titre comme la charge : à sa mort, au milieu de ša‘bān 511/février 1118, son fils, le salār ‘Umar, en fut immédiatement investi545. Il en fut de même pour ses fils Zayn al-dīn Ismā‘īl et ‘Imād al-dīn lorsqu’il mourut546 – Ibn al-Qalānisī appelle le premier al-salār547, l’auteur du Bustān confond les deux sous la dénomination al-salāriyya548. Enfin, Ibn al-‘Adīm et Ḏahabī évoquent un autre petit fils de Baḫtiyār, Bahrām b. Maḥmūd b. Baḫtiyār, qui ne semble pas avoir occupé la charge de šiḥna, mais auquel le titre d’al-salār était tout de même conféré, šayḫ né en 523/1128-9 et décidé en 614/1217-8549.

4.4.3. Le ḥāǧib

  • 550  C. E. Bosworth, A. K. S. Lambton, D. Sourdel, « Ḥādjib », EI2a, t. iii, p. 45-49 ; J.-M. Mouton, D (...)
  • 551  EI2a, loc. cit.
  • 552  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1987 (an 507). Cf. également t. vii, p. 3436, al-ḥāǧib al-Aǧall Ḫaṭ (...)
  • 553  J-M. Mouton, op. cit., p. 208 (citant le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ).
  • 554  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 335 et p. 458 ; Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zayba (...)
  • 555  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, i, 27 r° dans J.-M. Mouton, op. cit., p. 208.
  • 556  AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, éd. Al-Zaybaq, t. iii, p. 133 sq. (année 578/1182-1183).
  • 557  « Wa huwa akbar umarā’ih » : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p.229 (cite ba‘ḍ(...)
  • 558  Selon Ibn al-Aṯīr, Kāmil, repris par Bosworth et alii, EI2a, loc. cit.
  • 559  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p. 3219, t. viii, p. 3846, t. viii, p. 3849. Ibn al-‘Adīm l’appelle « (...)
  • 560  Kitāb al-Itibār, p. 156-157. Voir également les p. 2, 45, 48-49, 94, 98-99, 150-151, 156-158.

102À l’époque qui nous concerne, la charge de ḥāǧib s’était franchement militarisée550. Cet officier de la cour, turc en général, à l’origine véritable « maître de cérémonie » (ou « chambellan »), avait, en général, rang d’émir et, dans l’empire seldjouqide, possédait une troupe personnelle de mamelouks, s’occupait de discipline militaire, et, pendant les batailles, pouvait commander un corps d’armée. L’étendue de l’empire imposait de nommer plusieurs ḥāǧib-s, chapeautés par un ḥāǧib al-ḥuǧǧāb551. En Syrie, avant Zankī, peu est dit des ḥāǧib-s à Alep – on apprend, par exemple, que parmi les hommes tués, après la mort de Riḍwān, par son successeur Tāǧ al-mulūk Alp Arslān et son atabeg Lu’lu’ al-Ḫādim, se trouvait Alftakīn al-ḥāǧib552. À Damas, plusieurs cohabitèrent ; des grands émirs avaient parfois leur propre ḥāǧib, tel Maḥmūd al-Mustaršidī qui cumulait cette fonction avec celle de kātib553. Parfois, le ḥāǧib bénéficiait de la confiance du souverain et à ce titre pouvait être envoyé comme ambassadeur en Égypte ou à Bagdad, tel, en 542/1147, ce même Maḥmūd al-Mustaršidī (en Égypte) ou, en 517/1123, ‘Alī b. Ḥāmid (à Bagdad)554. Les ḥāǧib-s pouvaient également se voir confier la direction d’une expédition, tel le ḥāǧib Isrā’īl, qui alla attaquer, en 502/1110, la place forte de ‘Arqa à la tête de trois cents hommes555 ou, beaucoup plus tard, al-ḥāǧib Ḥisām al-dīn Lu’lu’ qui commandait la flotte qui battit Renaud de Châtillon sur la mer Rouge556. Un ḥāǧib, l’émir Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġisiyānī557, qui avait auparavant été au service d’al-Bursuqī558, joua un rôle important auprès de ‘Imād al-dīn Zankī. C’est lui qui fut ainsi envoyé, à la tête d’un détachement, prendre possession d’Alep en son nom559. Dans le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ, le personnage qu’il campe, cruel, haut en couleur et orgueilleux est d’ailleurs un émir de très haut rang, commandant d’armées, véritable chef de guerre, à propos duquel Zankī lui-même, pourtant tout autant redouté par ses hommes que par ses ennemis, déclarait560 :

« “[Sur mes] trois ġulām-s, l’un d’eux craint Dieu très Haut et ne me craint pas” (il s’agissait de Zayn al-dīn ‘Alī Kūǧak, que Dieu l’ait en sa miséricorde). “Le deuxième me craint et ne craint pas Dieu Très Haut” (il s’agissait de Naṣīr al-dīn Sunqur). “Le troisième ne craint ni Dieu, ni moi” (il s’agissait de Ṣalāḥ al-dīn Muḥammad b. Ayyūb al-Ġasiyānī, sic, que Dieu l’ait en sa miséricorde) ».

  • 561  Pour le dīwān al-ǧayš, sans doute (ou plutôt son chef). Mais il peut également s’agir du vizir qui (...)
  • 562  À comparer avec ce qu’écrit Niẓām al-mulk sur les « demandes et réclamations des soldats ; manière (...)

103Un passage du Bāhir d’Ibn al-Aṯīr montre qu’il avait également un rôle d’administrateur militaire. En effet, à des soldats qui se plaignaient d’un retard de solde, Zankī demanda s’ils avaient d’abord fait état de leurs griefs au dīwān561 et s’ils les avaient exposés à l’amīr ḥāǧib Ṣalāḥ al-dīn562 :

« Si l’on négligeait vos affaires, il fallait en parler à Ṣalāḥ al-dīn. S’il les avait également négligées, alors auriez-vous pu vous plaindre, tous ensemble (al-ǧamī‘), auprès de moi : je les aurais punis (i. e. Ṣalāḥ al-dīn et les autres dignitaires) pour leur négligence. Mais maintenant, c’est vous qui avez tort. »

  • 563  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 83. Ibn al-Aṯīr considère que le poste d’amīr ḥāǧib était très important au (...)

104Après avoir puni ces hommes et fait suspendre le paiement de leur solde, Zankī finit, après que certains émirs furent intervenus en leur faveur, par convoquer al-dīwān (pour ṣāḥib al-dīwān) et Ṣalāḥ al-dīn, et leur reprocher leur insouciance. Secoués par ses remontrances, ils prirent sur leurs propres deniers et avancèrent les arriérés563.

  • 564  Expression d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 266 (voir également p. 290) ; Ibn al-Qalānisī, op. cit.(...)
  • 565  J.-M. Mouton, op. cit., p. 208 et note 45, sur les cumuls, celui de ḥāǧib/šiḥna étant le plus fréq (...)
  • 566  J.-M. Mouton, op. cit., p. 209.
  • 567  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 200-201.
  • 568  J.-M. Mouton, loc. cit.
  • 569  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 78. Autres exemples : J.-M. Mouton, loc. cit. Cf. également (...)

105En fait, des ḥāǧib-s avaient occupé une place éminente auprès du prince avant même l’avènement de Zankī, à Alep comme à Damas. Dans cette dernière ville, Yūsuf b. Fīrūz avait même eu, au début du règne de Šams al-mulūk, la « gestion des affaires » (tadbīr al-amr)564. Il cumulait les fonctions de ḥāǧib et de šiḥna565, comme d’autres ḥāǧib-s avant lui566. À Alep, sous Īl-Ġāzī, le ḥāǧib Nāṣir faisait fonction de šiḥna ; il soutint, ainsi que le ra’īs de la ville, Malik b. Qurnāṣ, la révolte de Sulaymān b. Īl-Ġāzī, qui, en sus d’avoir procédé à l’assassinat d’un certain nombre de ḫawāṣṣ d’Īl-Ġāzī, se saisit de tous ses ḥuǧǧāb (ce qui montre qu’il y en avait plusieurs en charge), les fit maltraiter et, surtout, leur fit raser la barbe. En ce moment de crise, le ḥāǧib et šiḥna Nāṣir commandait à l’armée (al-‘askar) : c’est lui qui sortit à la rencontre des Francs qui, informés des difficultés alépines, s’étaient aventurés aux portes de la ville. Il les bouscula, les vainquit et leur tua nombre d’hommes567. Assurément, la fonction de ḥāǧib était un « passage dans la carrière des honneurs568 » ; parfois, elle permettait d’accéder à un poste de gouverneur, comme ‘Īsā à Ḥiṣn al-Ḥarība569.

4.4.4. Le šiḥna

  • 570  A. K. S. Lambton, « Shiḥna », EI2a, t. ix, p. 438 ; id., « The internal structure of the Saljuq em (...)
  • 571  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 213. Le šina Baḫtiyār dirige les opérations.
  • 572  J.-M. Mouton, Damas, p. 210-212.
  • 573  A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », p. 244.
  • 574  « […] wa qutila ma‘a Qasīm al-dawla raḥimahu Allāh arba‘a ‘ašar muqaddam, minhum Naḫtakīn šiḥna Ba (...)
  • 575  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 221, qui signale sa tombe. Mais p. 230, il est dit « wālī l-balad » (...)
  • 576  Ibid., p. 210.

106Pas plus que le ḥāǧib, finalement, le šiḥna n’avait de fonction bien définie. Souvent vu comme une sorte de praefectus, en général considéré comme un « gouverneur militaire », il pouvait, en tout cas, prendre la tête du ‘askar, ainsi qu’il a été vu à propos du ḥāǧib et šiḥna Nāṣir à Alep570. Les Seldjouqides, qui résidaient près d’Ispahān, nommaient un šiḥna, gouverneur militaire de Bagdad. En tant que gouverneur militaire, le šiḥna, auquel incombait le maintien de l’ordre dans la cité et qui disposait de combattants professionnels, était étroitement lié au ra’īs, chef des aḥdāṯ, avec lequel il devait collaborer, tout particulièrement lorsque la ville était assiégée, l’organisation de sa défense leur revenant, ainsi à Damas menacée par Riḍwān en 488/1095. Incontestablement, il devait également contrebalancer le pouvoir du ra’īs, empêcher qu’il ne fasse preuve d’une autonomie trop marquée571. Dans la principauté bouride, le plus souvent, deux titulaires se partageaient la charge, non turcs le plus souvent, ce qui montre, pour Jean-Michel Mouton, que « la fonction était avant tout politique ». Ses attributions ne portaient que sur la seule ville de Damas où il était un homme de confiance du prince. En son absence, ce dernier pouvait d’ailleurs lui déléguer son autorité, tel Ṭuġtakīn à Baḫtiyār572. Il en allait différemment, donc, des territoires qui dépendaient directement du sultan seldjouqide, où les šiḥna-s pouvaient avoir compétence sur une province573 et où des émirs turcs de premier plan, souvent, occupaient la fonction. À Bagdad, par exemple, la šiḥnakiyya fut notamment occupée par Īl-Ġāzī ou Āq Sunqur al-Bursuqī. De même, à Alep, la fonction ressortit très tôt aux militaires turcs, et, sous Zankī au moins, put s’étendre à l’ensemble de la principauté alépine. Déjà, Qaǧqar (ou Quǧqar), šiḥna sous Qasīm al-dawla Āq Sunqur, faisait partie des muqaddam-s qui perdirent la vie lors de la bataille qui coûta la sienne à Āq Sunqur en 487/1095 face à Tutuš574. En 518/1124, en réaction aux déprédations commises par les Édesséniens dans le Šabaḫtān, le nā’ib de Timurtāš, ‘Umar al-Ḫāṣṣ, s’en alla les rencontrer avec trois cents cavaliers (fāris) ; il les rejoignit, les affronta et les mit en fuite à Marǧ Aksās, et revint à Alep, rapportant têtes de mort et butin. Timurtāš nomma donc ‘Umar šiḥnakiyya d’Alep575. Le poste était de confiance ; il était honorable – l’année précédente, sous Sulaymān, la trêve signée avec le maître d’Antioche ayant abouti à la livraison, par les Alépins, de la forteresse d’al-Aṯārib à Sire Alain, l’homme qui la possédait jusqu’alors, le ḥāǧib Ǧibra’il b. Barq (ou Yurq), se vit offrir, en compensation, šiḥnakiyya Ḥalab576.

  • 577  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 244 : « […] sāra ilā Sinǧar fa-imtanaa man bihāalayhi umma ṣālaḥū(...)
  • 578  Ta’rīḫalab, p. 382-383. Ibn al-Furāt emploie également l’expression « šiḥna Ḥalab » à propos de Š (...)

107Avec Zankī, le mot šiḥna (ou son pluriel) désigna plus encore un officier militaire, tels les šiḥan qu’il envoya, de Sinǧār, conquérir la région du Ḫābūr lorsqu’il alla prendre possession de ses territoires, en 521/1127-8577. À Alep, dont il était souvent absent, un homme dirigeait l’armée et défendait la principauté. Al-‘Aẓīmī livre ses attributions578 :

« [En 524/1129-30], l’émir Sayf al-dīn Sawār se lassa du service de Tāǧ al-mulūk [Būrī] et vint servir à Alep l’atabeg ‘Imād al-dīn Zankī qui l’honora et le combla de cadeaux. Il lui attribua de nombreux iqṭā‘-s et lui donna al-šiḥnakiyya d’Alep et de sa province (a‘māl). »

  • 579  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 360-361.
  • 580  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 833.
  • 581  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221/LT p. 41 (an 491).
  • 582  Exemple : Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 47. Le mutawallī ou ṣāḥib al-šurṭ (...)

108Dans l’ensemble de l’empire zankide, le šiḥna semble surtout avoir eu pour fonction de commander l’armée régulière de la ville où il était nommé. À Māksīn, où Nūr al-dīn, qui était en route pour Sinǧār qu’il voulait récupérer après la mort de son frère Sayf al-dīn Ġāzī, s’arrêta, c’est au šiḥna que le bawwāb (portier) alla demander l’autorisation de faire entrer un « individu turcoman » dans la ville. Il n’avait pas fini sa phrase que Nūr al-dīn, qui l’avait suivi, entrait dans la maison du šiḥna. Ce dernier le reconnut, se leva et lui baisa la main579. Sous Nūr al-dīn, le šiḥna s’arrogea peu à peu les attributions du ra’īs ; il demeura un gouverneur militaire qui assurait le maintien de l’ordre dans et hors de la cité, contrôlant parfois, à l’aide d’une garnison, toute une région, ce même si des particularismes locaux subsistaient. À Mossoul, par exemple, le šiḥna paraît surtout avoir été un chef de la police ; à Damas, la fonction continua à être occupée par le ḥāǧib Yūsuf b. Fīrūz, gardant sa tonalité politique580. De toute façon,la charge continuait à être prestigieuse ; elle symbolisait le contrôle militaire exercé sur une ville. Ainsi, à la manière d’Ibn al-Qalānisī selon lequel avant de prendre Ma‘arrat al-Nu‘mān, pendant la première croisade, les Francs avaient proposé aux habitants de la ville (ahl al-balad) de la leur livrer moyennant la sauvegarde de leur personne et de leurs biens et contre acceptation d’un šiḥna franc581, lorsqu’ils cherchent à illustrer la main mise des Francs sur l’Égypte, les auteurs arabes insistent sur le fait que les Fatimides les avaient laissé installer un šiḥna et des chevaliers en garnison au Caire582.

4.4.5. Wālī, nā’ib

  • 583  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 788.

109D’autres hommes, administrateurs de villes et de forteresses, pouvaient prendre la tête d’une armée : les wālī-s ou les nā’ib-s. Ces deux termes n’avaient pas forcément un sens précis à l’époque qui nous intéresse. Le second, en fait, désignait simplement le délégué d’un prince ou d’un émir dans une place (ou dans une région). Fréquemment, il est ainsi question de combats (en général d’ampleur limitée) menés par tel ou tel nā’ib, quel que soit l’ennemi. Parfois, Sawār, dont on a vu qu’al-‘Aẓīmī lui avait attribué la charge de šiḥnakiyya d’Alep et de sa région, est simplement nommé, dans les chroniques arabes, « nā’ib Zankī fī Ḥalab ». Nūr al-dīn possédait des nā’ib-s dans ses principales places (en 560/1165, il aurait nommé Saladin nā’ib de Damas). Sous ce prince, le commandement de la garnison et tout ce qui concernait les soldats à l’intérieur de la ville (paiement des soldes, etc.) étaient confiés au nā’ib583.

  • 584  Al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya, p. 221, insiste sur la méfiance que le prince doit éprouver en (...)
  • 585  J.-M. Mouton, op. cit., p. 239, et passim ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, passim.
  • 586  J.-M. Mouton, loc. cit. ; Kitāb al-I‘tibār, p. 46, 101, 103 et passim (voir l’index sous Šihāb al- (...)
  • 587  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 204 (an 486) : récit de l’attaque de Tyr par une armée égyptienne, l (...)

110Quant au vocable wālī, il pouvait également être utilisé pour signifier une délégation quelconque de pouvoir, à propos des Francs comme des musulmans. Mais, souvent, les chroniqueurs en usaient dans le sens de « gouverneur ». Dans ce cas, le wālī, représentant du prince, était souvent un émirturc. Il disposait d’une garnison plus ou moins étoffée, selon l’importance de la place qu’il dirigeait, à la tête de laquelle il pouvait soit défendre cette place et ses environs des agressions de l’ennemi, soit mener des expéditions déprédatrices, qu’elles fussent ou non vengeresses. Lorsqu’une campagne était décidée par le prince, le wālī était parfois mis à contribution, d’autant plus qu’il pouvait mobiliser la population des environs de la ville où il se trouvait. Naturellement, l’un des soucis de ce prince était d’éviter que ses wālī-s ne se sentissent suffisamment puissants pour se déclarer indépendants584. Malgré les artifices utilisés, tel leur ponctuel déplacement d’un gouvernorat à un autre, la principauté bouride fut régulièrement secouée de tentatives de révoltes, tous les moyens étant alors bons pour réussir, même l’alliance avec les Francs585. D’ailleurs, de véritables dynasties naquirent dont la dépendance par rapport au prince n’était que théorique. Ainsi des Banū Qarāǧā de Homs et de Hama, dont Usāma retrace partiellement la geste586. Les Fatimides connurent également des problèmes de ce type avec leurs wālī-s, par exemple à Tyr ou à Ascalon587. Sous les Zankides, le renforcement de l’autorité centrale limita de telles vélléités d’indépendance. Parfois absents de leurs gouvernements, ces wālī-s y étaient représentés par des nā’ib-s.

4.4.6. Wālī l-qal‘a, dizdār

  • 588  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 401. En 521/1127, l’émir Kutulġ Abah al-Sulṭānī, qui av (...)
  • 589  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iii, p. 1299. À noter qu’Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 206-209, parle de l (...)
  • 590  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 230. Voir également A.-M. Eddé, Principauté d’Alep, note 403, p. 25 (...)
  • 591  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 247.
  • 592  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1822. Il semble que la fusion entre les fonctions de šiḥna et de(...)

111Enfin, on trouve trace d’un wālī l-qal‘a (« gouverneur de la citadelle ») à Alep. Dès le ve/xie siècle, les Fatimides avaient pris l’habitude de nommer un wālī de la ville et un wālī de la citadelle, afin que leurs pouvoirs se contrebalançassent588. La tradition semble s’être perpétuée  à la mort du Mirdasside Naṣr b. Maḥmūd, en 468/1075, il est ainsi question d’un wālī l-qal‘a589 ; en 518/1124, en entrant dans la ville, Āq Sunqur al-Bursuqī y trouva un certain ‘Abd al-Karīm, wālī l-qal‘a qui partageait le pouvoir avec un wālī l-balad, l’homme dénommé ‘Umar al-Ḫāṣṣ dont il a déjà été question en tant que šiḥna590. Lorsqu’il pritpossession d’Alep au nom de Zankī, le « ḥāǧib Ṣalāḥ al-dīn al-Bāġīsiyānī (sic) » se rendit dans la citadelle afin d’y rétablir l’ordre, y nommant un wālī591 ; à la fin du règne de Nūr al-dīn, à Alep au moins, le personnage, qui était son homme de confiance, jouait un rôle important dans la ville : Šāḏbaḫt al-Ḫādim, qui occupait le poste à la mort de Nūr al-dīn, fut le premier informé du décès par pigeon voyageur. Selon Ibn al-‘Adīm, il réunit les « commandants », les notables, les fuqahā’ et les émirs et leur annonça la nouvelle ; puis il les fit jurer fidélité à al-Malik al-Ṣāliḥ592.

  • 593  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. iv, p. 51 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, t. vii, p. 142 ; Ibn (...)
  • 594  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 296.
  • 595  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 247 ; voir encore dans le Bāhir, p. 79, la nomination d’un « dizdāri (...)
  • 596  Bāhir, p. 154.
  • 597  Ibid., p. 59.

112Parfois, à propos des Zankides, quelques auteurs arabes utilisent le terme dizdār, vocable qu’Ibn al-Furāt juge nécessaire de définir dans l’obituaire qu’il consacre à Šīrkūh : son frère aîné, Naǧm al-dīn Ayyūb, avait été fait dizdār de Takrīt par Muǧāhid al-dīn Bahrūz. Selon lui, diz, en persan, signifiait « la citadelle (al-qal‘a) » et dār, « celui qui garde » (al-ḥāfiẓ) ; le dizdār, c’était donc le « gardien de la citadelle », ḥāfiẓ al-qal‘a, et, plus généralement, le « gouverneur » (al-wālī)593. En 544/1149, au moment de la succession de Sayf al-dīn Ġāzī, à Mossoul, Nūr al-dīn fut ainsi appelé par ‘Abd al-Malik Wālid Šams al-dīn Muḥammad, dizdār de Sinǧār, qui lui promit la livraison de la ville594. En fait, le mot est surtout utilisé à propos des territoires orientaux des Zankides. Lorsque Zankī prit possession de ceux qui lui avaient été attribués, en Djéziré, il nomma ainsi un dizdāriyya de la citadelle de Mossoul qui avait autorité sur toutes les citadelles, ce qui en ferait donc une sorte de superintendant des forteresses595. Après avoir pris possession de Mossoul en 566/1171, Nūr al-dīn y confirma Sayf al-dīn, mais y installa tout de même un gouverneur dans la citadelle, un de ses ḫādim, Sa‘d al-dīn Kumuštakīn qui fut fait dizdār (ǧa‘alahu dizdāran fīhā)596. Pour la Syrie, les auteurs arabes se contentent en général de l’expression wālī l-qal‘a ou de wālī, même si Ibn al-Aṯīr prétend que lorsqu’il s’empara de Baalbek, en 534/1139-40, Zankī y laissa Naǧm al-dīn Ayyūb en tant que dizdār597.

4.4.7. Autres fonctions : ǧandār, ǧamdār, silāḥdār

  • 598  Réd., « Djāndār ou djandār », EI2a, t. ii, p. 444. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, s. v (...)
  • 599  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 458-459 (an 542).
  • 600  Ibid., p. 341-342 (assassinat de Mawdūd).
  • 601  Ibid., p. 501/LT p. 337 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3807 (obituaire de Ḥaydara ; la vocalisation (...)

113Les chroniqueurs évoquent parfois d’autres fonctions, sans que les soldats les occupant fassent forcément partie, comme cela sera le cas les siècles suivants, d’unités organisées. Ils font ainsi parfois état d’al-ǧandāriyya (singulier al-ǧandār), mot qui désignait chez les Grands Seldjouqides les hommes qui formaient les régiments de gardes attachés à la personne du souverain, sans doute dirigés par l’amīr ǧandār (ou ǧāndār)598 qui était un émir de haut rang. En état d’infériorité peu avant la bataille qui lui permit de battre l’émir Buzbah (ou Buz Aya) à Makar Bābakān, près de Hamaḏān, en 542/1147-8, le sultan seldjouqide dut ainsi son salut à l’arrivée d’un certain nombre de grands émirs dont l’amīr ǧandār, seigneur de l’Azerbaïdjan, avec ses mille cavaliers599. Les principaux émirs seldjouqides, tel Mawdūd, s’entouraient également de ǧandāriyya600. À Damas, sous les Bourides, un corps de gardes du corps est également attesté ; il était constitué de Daylamites, de Ḫurāsāniens et même d’aḥdāṯ. À une occasion, à propos de l’assassinat, décidé par le prince, du ra’īs et vizir Ḥaydara en 548/1154, Ibn al-Qalānisī en parle comme d’al-ǧandāriyya601 :

« […] puis al-ǧandāriyya l’emmenèrent dans le ḥammām de la citadelle le dimanche 1erḏū l-qa‘da 548/18 janvier 1154 et lui tranchèrent la tête […]. »

  • 602  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 44.
  • 603  Ibid., p. 44-45.

114Les souverains n’étaient pas les seuls à être assistés de ǧandāriyya qui suivaient leur maître où qu’il aille, et notamment pendant les combats. Ils accompagnaient ainsi Mu‘īn al-dīn Anur lors d’une expédition contre Šayzar ; comme le campement avait été installé sur le territoire de Hama, on amena à l’émir un vieil homme qui allait s’avérer être un maître ès brigandages, le fameux al-Zamarrakal. Comme il s’était plaint d’avoir été spolié par l’armée (al-‘askar), Mu‘īn al-dīn ordonna à quelques-uns de ses ǧandāriyya de le surveiller jusqu’au matin. Ils s’exécutèrent, mais il leur faussa compagnie pendant la nuit602. Les ǧandāriyya ne se limitaient donc pas à la seule protection de leur émir ; bénéficiant de sa confiance, ils pouvaient être envoyés en mission particulière, tel Sawmān, ancien habitant de Šayzar, que le même Mu‘īn al-dīn avait dépêché, peu avant les événements que l’on vient de raconter, pour régler une de ses affaires avec quelques autres de ses hommes, et qui rêvait de « boire le sang » d’al-Zamarrakal603.

  • 604  Bāhir, p. 82 ; repris par Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 105.
  • 605  Kāmil, t. ix, p. 435. Dans le Bustān, p. 132 (même année), Nūr al-dīn se fait livrer al-Raqqa par (...)
  • 606  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 155 ; Ḥiṣn al-Ṣawr se trouve au Diyār Bakr (cf. note 54). Ce (...)

115Les Zankides possédaient également des ǧandāriyya, à propos desquels on ne sait pas beaucoup plus de choses. Ibn al-Aṯīr raconte une anecdote qui fait intervenir un ǧandāriyya de ‘Imād al-dīn Zankī604 ; il révèle également qu’après l’une de ses maladies, en 554, Nūr al-dīn enleva al-Raqqa aux enfants d’Amīrak al-ǧandār qui avait été l’un de ses principaux émirs, « min a‘yān al-umarā’ » – peut-être faut-il comprendre qu’il avait été son amīr ǧandār605. Un peu plus précis, Usāma b. Munqiḏ montre que le recrutement des ǧandāriyya devait être varié et qu’ils devaient participer aux combats : alors que Zankī piétinait devant Ḥiṣn al-Ṣawr, de nombreux arbalétriers (ǧarḫiyya) la défendant, « un homme, l’un des ǧandāriyya de l’atābak, un Alépin nommé Ibn al-‘Urayq », se distingua particulièrement. Les mangonneaux occasionnèrent une brèche, il y pénétra, s’affronta, épée à la main, aux arbalétriers qui le blessèrent à maintes reprises, se saisirent de lui et le jetèrent du haut de la tour à laquelle il avait pu accéder. Mais il avait ouvert le chemin et le château fut pris606.

  • 607  EI2a, loc. cit.
  • 608  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, al-Barq al-šāmī, t. iii, p. 52 et t. v, p. 123 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. (...)
  • 609  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 180-1. S. Elbeheiry, Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyou (...)

116Ces maigres informations ne permettent pas d’avancer l’existence de véritables régiments de ǧandār dès le vie/xiie siècle dans les armées syriennes, comme cela allait être le cas, au siècle suivant, sous les Seldjouqides de Rūm607. Encore dispose-t-on de quelques données à leur propos, ce qui n’est pas le cas des ǧamdāriyya (maîtres de la garde robe), avec lesquels il est aisé de les confondre. Quelques auteurs arabes évoquent, au début de l’époque ayyoubide, un certain Surḫak, ancien mamelouk et ǧamdār de Nūr al-dīn, auquel al-Malik al-Ṣāliḥ Ismā‘īl confia la place de Ḥārim en 574/1178-9 et qui, comme il rechignait à la livrer à Saladin et avait reçu une ambassade franque, se fit emprisonner par ses propres hommes, qui le donnèrent au sultan ayyoubide608. Autre émir à porter le titre d’al-ǧamdār, Ḫuṭluḫ, ancien mamelouk de Nūr al-dīn également, était maître de Ḥiṣn ‘Akkār lorsque, en 565/1165, alors qu’en Égypte Francs et Byzantins assiégeaient Damiette, les Francs « volèrent » (saraqū) la place aux musulmans, faisant prisonnier son maître609.

  • 610  Cf. Niẓām al-mulk, Traité de gouvernement, p.176 ; Shai Har-El, « Silāḥdār », EI2a, t. ix, p. 609.
  • 611  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 246, repris par Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 123 et Abū Šāma, Kitāb (...)
  • 612  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 360.
  • 613  Shai Har-El, loc. cit.Peut-être cette responsabilité était-elle partagée avec l’émir ǧamdār. Cf. A (...)

117Il n’est pas beaucoup plus question, non plus, de la fonction de silāḥdār, « porteur d’armes » (responsable de la sécurité de l’armurerie où étaient déposées les armes entre les combats ?), très ancienne en terre d’islam, importante sous les Grands Seldjouqides ; Niẓām al-mulk lui attribue un rôle éminent auprès du sultan qui témoigne de la confiance que ce dernier devait lui accorder610. On comprend mieux, dès lors, la colère qu’éprouva Nūr al-dīn après que son silāḥdār eut été fait prisonnier lors d’une défaite que Josselin II lui infligea en 546/1151-2. Il faut dire que Josselin décida de le narguer. Il renvoya son silāḥdār, ainsi que les armes qui avaient été saisies, au gendre de Nūr al-dīn, le sultan seldjouqide de Rūm (Mas‘ūd b. Qilīǧ Arslān), en lui faisant dire que ce n’était que des prémices. Hors de lui, Nūr al-dīn aurait décidé de tout faire pour que Josselin fût fait prisonnier611. Deux ans auparavant, Nūr al-dīn avait été appelé par des émirs peu après la mort de son frère Sayf al-dīn Ġāzī. Ils lui avaient promis de lui livrer ses possessions dont Sinǧār. Il fallait faire vite ; Nūr al-dīn avait immédiatement pris la route, avec soixante-dix cavaliers seulement, des émirs. Arrivé finalement à Sinǧār, il avait campé devant la ville ; il n’avait, dit Ibn al-Aṯīr, pas même un rikābī (écuyer) et un silāḥdār612. On ne sait pas grand-chose de plus du silāḥdār ; à l’époque mamelouke, c’était un émir (on l’appelait amīr silāḥ) qui dirigeait l’arsenal du palais (silāḥḫānah)613.

  • 614  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 368-369/LT p. 196-197.

118Commandait-il aux silāḥiyya qu’Ibn al-Qalānisī signale dans la suite du prince bouride614 ?

  • 615  Ibid., note 1 p. 369. Ceux qui portent un kazāġand, sans doute.
  • 616  Ǧāwūš : héraut. Cf. R. Mantran, « ā’ūsh », EI2a, t. ii, p. 16.

« Le prince héritier monta à cheval dans cet appareil jusqu’à son palais de la citadelle au milieu des émirs, des chefs militaires et de la garde – Ḫurāsāniyya, ġilmān, silāḥiyya, qazāġandiyya (sic)615 et ǧāwūšiyya616 – au jour qui a été indiqué, avec tous les dignitaires présents. »

  • 617  Muntaam, éd. Beyrouth, 1358 h., t. x, p. 43. Le calife est al-Mustaršid, sur lequel voir C. Hille (...)

119Comme les ǧāwūšiyya (hérauts), les silāḥiyya avaient donc un rôle protocolaire. Ceux dont parle Ibn al-Ǧawzī, qui avaient rang d’émir, dirigeaient des troupes pendant les combats617 :

  • 618  L’émir Bak Abah, gouverneur d’al-Baṣra.

« Et, en rabī‘ II [529], il revêtit d’une robe d’honneur vingt-deux émirs d’al-silāḥiyya. Puis les informations se succédèrent, annonçant que Mas‘ūd avait complètement changé de disposition, qu’il avait réuni les troupes (al-‘asākir) et avait pris la direction de Bagdad. Le calife envoya donc [un message] à Bakbah618, lui demandant de venir. […]
Quand le calife entendit cela, il envoya son avant-garde à al-Marǧ – il y avait al-Ǧāwalī, šiḥna de Bagdad, Kaǧbah, Arġaš et un groupe d’al-silāḥiyya, à la tête de deux mille cinq cents cavaliers (fāris). »

120On ne sait pas grand-chose de plus des silāḥiyya.

5. La question des unités de l’armée

  • 619  Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. xii, p. 28-29. Le style épuré et parfois maladroit du texte a été (...)

121Les sources narratives n’en disent pas plus sur les grades intermédiaires de l’armée (la plupart du temps, il faut se contenter du terme plutôt vague de muqaddam) que sur l’existence d’unités organisées. Le problème est d’importance car il pose directement celui du niveau d’organisation des armées musulmanes, et donc celui de leur efficacité. À l’époque abbasside, selon al-Harṯamī, les armées étaient subdivisées en plusieurs unités, d’une part en fonction du nombre d’hommes qui les constituaient, d’autre part selon les missions qui leur étaient assignées. Le chapitre xii du Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb s’attache à expliquer à combien d’hommes chaque unité correspondait619 :

  • 620  L’éditeur signale, en note 1 p. 28, l’expression sāraba bi l-nahār, Coran, Sūrat al-Ra‘d, 1.
  • 621  Cf. note 4, p. 28.
  • 622  Al-Qāmūs al-muḥīṭ(sous « ḥasḥasa ») :« al-asḥās : al-sayf al-mubīr wa l-raǧul al-ǧawād, wa alam. (...)
  • 623  Note 6, p. 28 : « al-azlum allaḏī yaqa‘ a‘dā’ah ». Voir également le Lisān al-arab, s. v.
  • 624  Les dictionnaires signalent pourtant qu’une ǧumra, pluriel ǧamr, comprenait mille cavaliers. Mais (...)

« Ils dirent : al-sarāyā comprennent entre trois cents et cinq cents hommes (nafr). Ce sont les [unités] qui effectuent des sorties de nuit, celles qui sortent de jour étant nommées al-sawārib 620. Quant à ce qui dépasse cinq cents [hommes], c’est une armée (ǧayš) : jusqu’à huit cents [hommes], ce sont des mayāšir621. Ce qui atteint les huit cents hommes, c’est une armée ; en deçà, ce sont des troupes (ǧuyūš). Au-delà de huit cents [hommes] et jusqu’à mille [hommes], c’est al-ḥasḥās622 ; ce qui atteint le millier [d’hommes], c’est al-ǧayš al-azlam623 ; ce qui atteint les quatre mille [hommes], c’est une armée généreuse (al-ǧayš al-ǧaḥfal) ; ce qui atteint les douze mille [hommes], c’est une armée nombreuse (al-ǧayš al-ḥarrār).
Lorsque al-sarāya et al-sawārib se subdivisent, après leur sortie, alors, en deçà de quarante [hommes], ce sont des ǧarā’id(détachements, patrouilles) ; de quarante à moins de trois cents [hommes], ce sont des maqānib ; de trois cents à moins de cinq cents [hommes], ce sont des ǧamarāt624. Lorsqu’ils étaient en route, ils nommaient [la troupe de] quarante [hommes] al-‘uṣba. Et ils disaient : sont préférables les sarāyā de quatre cents [hommes], [de même que] les armées (ǧuyūš) de quatre mille [hommes] : et tu n’en resteras pas à moins de douze [mille hommes]. »

  • 625  Chap. xi, p. 26-27.

122Dans le chapitre précédent, al-Harṯamī différenciait, pêle-mêle, trente « catégories » (ṣinf) de troupes, cette fois essentiellement en fonction de leurs missions avant, pendant et après les combats625.

123Seules sources sur lesquelles on peut s’appuyer, les chroniques, pour l’époque qui nous intéresse, continuent d’utiliser certains mots présents dans les différentes énumérations d’al-Harṯamī. Il est ainsi régulièrement question de sarāyā (« détachements »), de ǧarīda (formations légèrement équipées composées d’un nombre limité de cavaliers), de ṭalā’i‘ (éclaireurs), de sāqa (train de l’armée), parfois de kardūs (« escadrons »), de katība (détachement ou escadron), etc. Se pose alors la question de savoir si ces vocables y renvoient à des unités spécifiques, organisées (et entraînées) dans un but bien précis. En d’autres termes, peut-on y voir les traces d’une organisation élaborée, d’un ordre articulé fragmentant avec efficacité l’unité du corps de bataille, préfigurant, en quelque sorte, les appareils plus élaborés d’époque mamelouke ?

  • 626  S. Elbeheiry, op. cit., résumé récemment dans « L’organisation militaire des Ayyoubides », dans L’ (...)
  • 627  S. Elbeheiry, « L’organisation militaire des Ayyoubides », p. 70. Pour plus de détails, voir id., (...)

124Ce qu’on a dit plus haut des ḫawāṣṣ et de la ḥalqa ne va pas dans ce sens ; en dehors de ces unités d’élite tout particulièrement affectées à la protection du souverain, sur le champ de bataille, seule l’existence de corps d’armes est assurée  cavalerie/infanterie ; cavalerie lourde/cavalerie légère, etc. ; parmi les soldats à pied, archers/arbalétriers, frondeurs/piquiers, etc. Encore le passage d’une arme à une autre n’était-il pas impossible. Pour le reste, mais sans que rien ne puisse être affirmé, les informations faisant cruellement défaut, l’impression laissée par les chroniqueurs est celle d’armées organisées de manière plutôt lâche, qui s’adaptaient aux circonstances. Pourtant, S. Elbeheiry a défendu l’idée d’armées zankides puis ayyoubides fortement structurées, très hiérarchisées626. Selon lui, les unes, avant les autres, étaient divisées en ṭulb-s, eux-mêmes « organisées en plusieurs unités », les « jamâ‘a », chacune de ces ǧamā‘a étant « divisée en trois jarîdas627 » :

« Ce mot, chez les Zenguides, désignait une division de cavaliers ayant pour rôle d’assurer la sécurité des corps d’armée. Les Ayyoubides adoptèrent la plupart des institutions militaires zenguides, et, par conséquent, on pense que la jarîda ayyoubide était de même nature[…] La jarîda se divisait à son tour en un certain nombre d’unités, désignées par le terme sariyya. Les sariyyas intervenaient dans l’organisation d’embuscades ou pour provoquer des escarmouches. Elles servaient également à faire des démonstrations de force afin d’impressionner l’ennemi et d’exercer une pression psychologique tandis que le gros de l’armée restait en retrait ».

  • 628  Id., Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides, p. 110. S. Elbeheiry se base, pour en a (...)
  • 629  S. Elbeheiry, op. cit. p. 120-121.
  • 630  Voir, sur les conclusions de S. Elbeheiry, ce qu’écrit R. S. Humphreys, « The emergence of the Mam (...)

125En fait, les chroniqueurs ne font aucunement état d’armées aussi structurées. Ils ne paraissent pas, par exemple, faire usage du mot ǧarīda pour désigner, ainsi que le pense S. Elbeheiry, « une unité comportant soixante-dix cavaliers628 » qui aurait exclusivement été chargée d’assurer la sécurité des troupes. De même, il est difficile de considérer al-sāqa comme « une unité de combat placée à l’arrière de l’armée sur le champ de bataille », aux tâches militaires bien précises – tout particulièrement assurer la sécurité d’une armée sur ses arrières629. Que des soldats aient dû protéger la marche des troupes est évident ; que des formations monolithiques aient assuré systématiquement cette tâche l’est beaucoup moins. Du moins les sources narratives ne disent-elles rien de tel630.

  • 631  S. Elbeheiry, op. cit., p. 88-102 ; A. Ayalon, « From Ayyūbidsto the Mamluks », REI, t. xlix, 1981 (...)

126En revanche, en de rares occasions il est vrai, quelques auteurs arabes parlent bien, dès l’époque zankide, d’aṭlāb (pluriel de ṭulb)631. Lors du siège et de la prise de Ba‘rīn par Zankī, en 531/1137, Ibn al-Aṯīr rapporte :

« Dès lors, le martyr (al-šahīd) rassembla ses troupes (‘asākir), les exhorta au ǧihād, les excita contre les misérables infidèles, arrangea ses bataillons (rattaba aṭlābah), encouragea ses hommes (aṣḥāb), les divisa en sections (ḥazzaba aḥzābah), les engagea au combat. »

  • 632  ia, t. i, p. 163. La traduction est la plus littérale possible. Voir également la traduction de (...)

127Le mot ṭulb est encore mal expliqué. Seul Maqrīzī en fournit une définition dans un passage difficile des Ḫiṭaṭ où sont citées les Mutaǧaddidāt du Qāḍī al-Fāḍil. Selon lui, lors de la revue tenue par Saladin en 567/1171, l’armée égyptienne comprenait, au total, cent soixante-sept aṭlāb632 :

« Le ṭulb, dans la langue des Ġuzz, c’est : l’émir commandant qui possède un étendard lié (‘alam ma‘qūd), un clairon embouché (būq maḍrūb) et un nombre de deux cents à cent ou soixante-dixcavaliers (fāris). [La revue dura] jusqu’à ce que la journée s’éteigne et la nuit naisse. Il s’en retourna sans que leur revue (‘arḍ) fut terminée. Au nombre des présents, il y avait cent quarante-sept ṭulb ; vingt ṭulb étaient absents. Le total approchait quatorze mille cavaliers dont la plupart étaient des ṭawāšiyya […]. »

  • 633  Pour la période ayyoubide, cf. R. S. Humphreys, loc. cit., p. 79-82.
  • 634  Pour les Ayyoubides : R. S. Humphreys, loc. cit., p. 81, suivi par A.-M. Eddé, Principauté ayyoubi (...)

128L’imprécision d’al-Qāḍī al-Fāḍil et la rareté des occurrences de ce mot pour la période zankide633 ne permettent pas de définir les aṭlāb. Les extraits du Bāhir d’Ibn al-Aṯīr et des Mutaǧaddidāt montrent qu’il s’agissait d’unités tactiques, assemblées juste avant le combat, tout autant que des formations de parades et de revues commandées par un émir. Il est probable que sous les Zankides, comme sous les Ayyoubides634, le nombre d’hommes qui constituaient ces unités n’était pas fixé à l’avance, de manière définitive ; tout dépendait de l’importance de l’armée qui avait été réunie. Encore cela vaut-il dans le cas où les Zankides auraient eu l’habitude de diviser leur armées en aṭlāb (puis en aḥzāb). D’ailleurs, on peut s’interroger sur la date d’apparition de telles unités. Ni les Bourides, ni les Seldjouqides de Syrie ne paraissent en avoir fait usage ; du moins aucune trace ne nous en est parvenue. À nouveau, on en est réduit à vaguement lier cette apparition aux transformations qui s’opèrent à partir de Zankī : les moyens financiers sont décuplés, les armées permanentes plus nombreuses, la professionnalisation plus poussée encore.

Notes de fin

233  La dixième forme peut signifier « recruter, lever des troupes ».

234  Voir L. Gardet, J. Berque, « Djamā‘a », EI2a, t. ii, p. 411.

235  Par exemple Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab ; al-Farāhīdī, Kitāb al-‘Ayn ; Ibn Fāris, al-Maqāyīs fī l-luġa ; Ibn Sīdah, al-Muḫaṣṣaṣ, etc. Un certain nombre de ces dictionnaires sont commodément réunis dans un CD-ROM intitulé Ǧāmi‘ ma‘āǧim al-luġa al-‘arabiyya, s. l. n. d.

236  Cf. par exemple xxxvii, 28 : « Wa mā anzalnā ‘alā qawmihi min ba‘dihi min ǧundin min al-samā’ wa mā kunnā munzilīn »(« Après lui, nous n’avons fait descendre du ciel aucune armée sur son peuple ») ; ou xix, 75 (« Ils sauront alors qui est dans la pire de situations et quel est celui dont l’armée est la plus faible »). Voir encore xxxvii, 75 ; xliv, 24 ; lxvii, 20.

237  S’il paraît improbable qu’il faille retrouver les anciennes provinces romaines dans les ǧund-s syriens, l’influence byzantine joua par l’intermédiaire des attributions des duces byzantins qui avaient eu de nombreux Arabes sous leur commandement (mais la question appelle une étude plus précise des sources arabes). Cette vision des choses est celle de J. F. Haldon, « The ajnād and the “Thematic myth” », dans A. Cameron (éd.), The Byzantine and Early Islamic Near East, vol. iii, States, resources and armies, Princeton, 1995, p. 379-423. Pour D. Sourdel, « Djund », EI2, t. ii, p.616, les circonscriptions de Syrie « devaient correspondre approximativement aux anciennes divisions byzantines ». Voir encore les actes du Colloque du Bilād al-Šām, Amman, 1974, publiés la même année à Beyrouth, sous le titre al-Mu’tamar al-dawlī li ta’rīḫ Bilād al-Šām.

238  Les auteurs arabes ne s’accordent pas. D. Sourdel, loc. cit., opte pour Abū Bakr, et H. Kennedy, The armies of the Caliphs, loc. cit., p. 31, pour ‘Umar. Voir aussi le Lisān al-‘Arab cité ci-dessous.

239  Ǧund dit des ‘awāṣim.Se reporter, pour plus de détail, aux ouvrages cités dans les deux notes précédentes.

240  Ou synecdoque, si l’on veut. Mais ces tropes sont difficiles à distinguer. Cf. A. Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires (Dictionnaire), Paris, 1984, p. 290-293 (« métonymie ») et p. 440-441 (« synecdoque »).

241  Cf. le Lisān al-‘Arab : « Wa l-ǧund : al-madīna, wa ǧam‘uhā aǧnād, wa ḫaṣṣa Abū ‘Ubayda bihi mudun al-Šām, wa aǧnād al-Šām ḫams kūr ». Ibn Sīdah :« yuqāl al-Šām ḫamsat aǧnād : Dimašq wa Ḥimṣ wa Qinnasrīn wa l-Urdunn wa Filasṭīn, yuqāl li-kull madīna minhā ǧund […] wa fī ḥadīṯ ‘Umar : innahu ḫaraǧa ilā l-Šām fa-laqiyahu umarā’ al-aǧnād, wa hiya hāḏihi l-ḫamsat amākin, kull wāḥid minhā yusammā ǧundan ayy al-muqīmīn bihā min al-muslimīn al-muqātilīn ».

242  Les dictionnaires arabes signalent qu’al-ǧanad était une pierre semblable à de l’argile (ṭīn) ; le Maqāyīs précise que c’est une terre dure et inégale (al-arḍ al-ġalīẓa) où se trouvent des pierres blanches, et il fait le lien avec al-ǧalad (mot qui peut désigner, au contraire, un terrain uni et dur). Le Mufradāt al-Qur’ān al-Karīm (même édition électronique mentionnée supra) fait également le lien avec cette pierre (ici al-ǧund et non al-ǧanad), et va plus loin, puisqu’il y voit l’origine du sens « troupe armée » : « On dit al-ǧund pour al-‘askaren référence à la rudesse d’al-ǧund, soit de la terre rude et inégale où se trouvent des pierres. »

243  Ibn Fāris, al-Maqāyīs fī l-luġa, s. v. Mais voir également le Lisān al-‘Arab, s. v.

244  Édition électronique, Bāb al-ǧīm ma‘a l-yā’- ǧayš.

245  Lisān al-‘Arab, loc. cit.

246  Ibid., s. v. Šidda signifie également « la force, la vigueur », ou « le malheur, l’adversité ».

247  Une cinquantaine d’ouvrages. À nos sources, ont été ajoutés un certain nombre de chroniques anciennes (Balāḏurī, Futūḥ al-buldān ; fiabarī, Ta’rīḫ, etc.), des « encyclopédies » comme le Fihrist d’Ibn al-Nadīm, quelques ouvrages d’adab tels ceux d’al-Ǧāḥiẓ ou d’al-Mubarrad (al-Kāmil fī l-luġa wa l-adab). La recherche a été effectué d’une part sur des textes imprimés, d’autre part sur des textes intégralement publiés électroniquement (CD-ROM et alwaraq.net). Se posait le problème du ou des mots recherchés. Plusieurs options ont primitivement été retenues, avec ou sans l’article, au singulier et/ou au pluriel, etc. Finalement, il est apparu qu’il valait mieux se tenir à une seule forme, en l’occurrence le singulier précédé de l’article, et accessoirement le pluriel, toujours avec l’article.

248  Il faut avoir conscience du fait que le compilateur peut utiliser (ou non) les mêmes mots que ses sources, ce qui fausse complètement les résultats des sondages. Le Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb d’al-Harṯamī montre qu’à l’époque d’al-Ma’mūn, pour un didacticien militaire, l’armée, c’était avant tout al-ǧayš. Le Firhist d’Ibn al-Nadīm dénote un quasi-abandon du mot ǧund (une seule occurrence) à l’avantage de ǧayš (six occurrences), et de ‘askar (sept occurrences, notamment dans l’expression ahl al-‘askar) ; pour traduire un mot chinois, c’est ǧayš qui est utilisé : « Dans chaque ville chinoise, il y a quatre émirs ; on appelle l’un d’eux al-anǧūn, ce qui signifie émir des émirs (amīr al-umarā’). Un autre porte le nom de ṣarāsibah, ce qui signifie chef de l’armée (ra’s al-ǧayš) […]. » : éd. alwaraq.net, Maḏāhib ahl al-Ṣīn wa šay’ min aḫbārihim, p. 213.

249  Cas où ǧund se distingue : al-Harawī, Kitāb al-taḏkira, texte arabe p. 244, où ǧayš et ‘askar sont synonymes ; en revanche, ǧund désigne les soldats (dans l’expression qulūb al-ǧund).

250  À noter que le Muntaẓam d’Ibn al-Ǧawzī est dans le même cas (167 occurrences pour al-‘askar, 111 pour al-ǧund et 60 pour al-ǧayš). Pour le Kāmil, l’ordre est le suivant : 527 occurrences pour al-‘askar, 327 pour al-ǧund et 184 pour al-ǧayš. L’ordre n’est pas le même dans la Buġya d’Ibn al-‘Adīm, sans doute parce que ce dernier y accorde beaucoup plus d’importance aux époques les plus reculées que dans la Zubda et qu’il y retranscrit scrupuleusement ses sources. Il en est de même dans le Muḫtaṣar du Ta’rīḫ Dimašq d’Ibn ‘Asākir.

251  Ta’rīḥ Ḥalab, p. 361,363,365,367,369,371,384 et passim.

252  Pour la période ayyoubide, cf. R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk army », Studia Islamica, t. xlv, 1977, p. 76-79. H. A. R. Gibb, The Damascus chronicle of the Crusades, Londres, 1932, p. 32-33, suivi par N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 722, ont tendance à limiter le askar aux troupes personnelles du souverain ou d’un émir – cf. R. S. Humphreys, ibid., p. 77 et note 3.

253  Armée envoyée par Sanǧar : Ta’rīḫ Ḥalab, p. 376 ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 335 (ǧayš al-muslimīn).

254  Exemple : Kāmil, t. ix, p. 101 (année 500) : fī ǧayš ; ṭabl al-ǧayš.

255  Ibidem, p. 72 : « Fī haḏihi l-sana, waalat marākib min bilād al-Firanǧ ilā madīnat al-Lāḏiqiyya fīhā al-tuǧǧār wa l-aǧnād wa l-ḥuǧǧāǧ wa ġayr ḏālika. »

256  P. 114/LT p. 33.

257  P. 217/LT p. 37.

258  P. 228-229/LT p. 49-50.

259  P. 273-274/LT p. 101.

260  P. 300/LT p. 128.

261  P. 337/LT p. 163.

262  P. 349/LT p. 175-176.

263  Supplément aux dictionnaires arabes, t. ii, p. 128.

264  28 occurrences ont été dénombrées.

265  Pour ‘Aẓīmī, cf. par exemple Buġya, t. viii, p. 3677. ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī : dans Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. ii, p. 132, t. iv, p. 98 et 244. Toutes les autres occurrences de ce mot (au nombre de 6), dans le Rawḍatayn, sont issues du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq d’Ibn al-Qalānisī.

266  Même opposition, année 552, p. 338 (éd. Amedroz) : « wa haraat al-aǧnād wa l-ra‘āyā […] », (« les militaires et les civils accoururent[…] »).

267  « The armies of Saladin », Cahiers d’histoire égyptienne, 1951, p. 304-320.

268  D’autres ‘askar-s venaient s’ajouter à celui du prince.

269  À Šayzar également, l’armée se nommait, si on suit Usāma, ‘askar et/ou ǧund. Malheureusement, dans le Kitāb al-I‘tibār comme dans les chroniques, il est fort difficile de distinguer les différents types de combattants.

270  Exemples : p. 36, 38, 46 (phrase analogue : « kāna ‘indanā raǧul min al-ǧund yuqāl lahu Rāfi‘ al-Kilābī, wa huwa fāris mašhūr […] ») et passim.

271  H. A. R. Gibb, The Damascus chronicle, op. cit., p. 36.

272  Les chroniqueurs ne distinguent malheureusement pas toujours ‘askariyya et aǧnād, et nomment indistinctement l’ensemble al-‘askar ou al-‘asākir, voire al-ǧund ou al-ǧayš, ce qui ajoute à la confusion.

273  Les auteurs arabes de l’époque des croisades ne font plus du tout état des anciens ǧund-s. Lorsqu’ils délimitent une province, ils parlent, la plupart du temps, de ‘amal, pluriel a‘māl. Ces provinces (ou territoires) dépendaient toujours d’une ville centre, essentiellement Damas et Alep (‘amal Dimašq, ‘amal Ḥalab, etc.). Ils continuent néanmoins à faire usage des vocables ṯaġr, ṯuġūr, qui désormais désignent les places fortes menacées ou prises par les Francs. Ainsi des villes côtières du Sāḥil conquises ou en passe de l’être, dans la première moitié du vie/xiie siècle.

274  H. A. R. Gibb, op. cit., p. 37 pour les octrois de terre. Il se base en fait sur un extrait du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq (éd. Amedroz, p. 331) où est mentionnée la volonté d’Ibn Ruzzayk de s’accorder avec les Francs, contre tribut. Concernant l’argent à verser, Ibn al-Qalānisī précise son origine : « yuḥmalu ilayhim min al-ḫizāna wa mā yufraḍ ‘alā iqṭā‘ al-muqaddamīn min al-aǧnād ». De cette phrase, H. A. R. Gibb conclut que les aǧnād , en Égypte, étaient des forces de réserves territoriales maintenues par des octrois de terre. Quelles qu’aient pu être les influences égyptiennes en Syrie, l’armée fatimide (bien connue grâce aux ouvrages d’al-Maḫzūmī, d’al-Maqrīzī et d’al-Qalqašandī), instrument sophistiqué et très hiérarchisé, disposant d’importants moyens financiers, n’est pas comparable aux armées des principautés seldjouqide et bouride de Damas et d’Alep, voire même à l’armée zankide. Au vie/xiie siècle, l’armée fatimide est divisée en deux principaux corps : les ḫawāṣṣ al-ḫalīfa (ṣibyān al-ḥuǧar, ustāḏ, ṣibyān al-ḫāṣṣ) et ce que les auteurs arabes nomment ṭawā’if al-aǧnād, « armée régulière » composée de régiments connus d’après le nom de leur fondateur (Ǧuyūšiyya, Rayḥāniyya, etc.). Elle est permanente, ou partiellement semi-permanente, dans la mesure où certains régiments peuvent disparaître et être complètement ou partiellement remplacés par d’autres. Naturellement, s’y ajoutent les auxiliaires bédouins. Voir W. J. Hamblin, Fatimid army, passim.

275  Ibn al-Qalānisī n’est pas le seul auteur arabe à juxtaposer deux types de troupes. Par exemple, Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, p. 204 (texte arabe), 137 (trad.) : « Wa ǧannada al-ḫalīfa al-ǧunūd wa l-‘asākir », […] (« The caliph mobilized the junūd and the ‘askars[…]. »).

276  Récit détaillé de ces événements, qui se déroulent en 421-422 de l’hégire, par Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 480-487.

277  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 6 : « wa kāna bi Wādī l-Taym min amāl Balabakk arbāb maḏāhib abīṯa mutalifa min al-Nuayriyya wa l-Durziyya wa l-Maǧūs wa ġayrihim. Wa amīruhum ismuhu al-aḥḥāk […] wa kāna lahu aḫḫ yuqāl lahu Baraq b. Ǧandal, wa kāna muqaddam fī ahl Wādī l-Taym […] » : al-Ḍaḥḥāk est dit « émir » de l’ensemble des communautés, son frère Baraq « commandant » parmi la population du Wādī l-Taym. Ibn al-Qalānisī ne fait pas état d’une telle hiérarchie (Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 351 sq.).

278  Voir essentiellement Ibn al-Furāt, loc. cit. ; Ibn al-Qalānisī, loc. cit. et p. 470-471 (assassinat de Ḍaḥḥāk b. Ǧandal) ; J.-M. Mouton, Damas, index.

279  Voir le beau récit d’Ibn al-Qalānisī, loc. cit., trad. LT, p. 302-303. La tentative contre Tāǧ al-mulūk Būrī se situe p. 365-366 de la même chronique. Enfin, voir p. 427 (an 534) l’aide apportée, à Banyas, par les hommes du Wādī (riǧāl Wādī l-Taym) contre les Francs.

280  L’historiographie officielle en dit peu de chose ; il faut donc se reporter à ce qu’a écrit Ibn Abī Ṭayyi’, conservé par Ibn al-Furāt et (mais plus succinctement) par Abū Šāma.

281  Ibn al-Aṯīr, repris par plusieurs auteurs postérieurs, rappelle que lorsque Nūr al-dīn écrivait à Saladin, il utilisait la formule « al-amīr al-iṣfahsalār ». Cf. Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, p. 408 : « Wa kāna Nūr al-dīn yukātibu Ṣalāḥ al-dīn bi l-amīr al-iṣfahsalār […] bal yaktubu : al-amīr al-iṣfahsalār Ṣalāḥ al-dīn wa kāffat al-umarā’ bi l-Diyār al-miṣriyya yaf‘alūn kaḏā wa kaḏā. »

282  M. Bonner, Aristocratic violence and holy war, loc. cit., p. 7, 39-40 et passim.

283  De même, face aux Géorgiens. Exemple : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 452.

284  Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3442 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 75-6. Bazġaš prend et détruit Ṭabas, entre Nīsābūr et Kirmān. Voir également M. G. S. Hodgson, « The Ismā‘īlī State », dans TheCambridge History of Iran, Cambridge, 1968, p. 445.

285  Ce sont des mutaawwia qui enterrent l’émir Ayāz que le sultan Muḥammad a fait exécuter : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 82 (an 498 ; reprend Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, sub anno).

286  Cf. Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. viii, p. 116 (mais les événements se déroulent en 408) : « wa ǧama‘a al-‘asākir wa kataba ilā sā’ir bilād al-islām yastanfiru al-nās fa-iǧtama‘a ilayhi min al-mutaawwia mi’at alf wa išrūn alf » ; en 543, face aux troupes de la deuxième croisade, Mu‘īn al-dīn Anur fait la même chose (Kāmil, sub anno) ; Nūr al-dīn également, en 552 (Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t.i, p.341).

287  Kāmil, t. ix, p. 16.

288  Même information dans la Zubda d’Ibn al-‘Adīm, t. ii, p. 137.

289  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221 ; éd. Amedroz p. 136. Voir également la trad. de LT, p. 42.

290  Riǧāl : pluriel de raǧul (« homme ») mais également de rāǧil (« piéton »). L’opposition entre ceux qui disposent d’un cheval et qui s’enfuient, et les volontaires, qui vont à pied, fait opter pour le deuxième cas.

291  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 223/LT p. 44.

292  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 84-85 ; Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. ii, p. 150-151.

293  Informations les plus intéressantes : Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 278-283 ; Albert d’Aix, Historia, L. xi, 38-42, p. 681-684.

294  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 185.

295  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 339-340.

296  Ibid., p. 298.

297  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 521-523.

298  Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ Dimašq, éd. al-‘Amrawī, t. lxxiv, p. 2345 ; J.-M. Mouton, « Yūsuf al-Fandalāwī, cheikh des malékites de Damas sous les Bourides », REI, vol. li, 1983, p. 63-75.

299  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 735.

300  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 229 (an 518).

301  Op. cit., p. 393/LT p. 224.

302  Ibid., p. 339-340 (voir également éd. Amedroz, légèrement différente, p. 213)/LT p. 164 sq. L’auteur du Bustān, p. 120, n’évoque que les habitants de Damas (ahl Dimašq).

303  R. Le Tourneau (loc. cit.) traduit « de jeunes recrues ».

304  On peut également traduire « gens du peuple ».

305  Qaṣr Ḥaǧǧāǧ et Šāġūr : quartiers suburbains situés au sud de Damas ; al-‘Aqaba : certainement al-‘Uqayba, au nord de cette même ville. Cf. LT, note 1, p. 166 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, éd. al-‘Amrawī, index et trad. N. Élisséeff (introduction géographique), index.

306  Un corps auxiliaire de l’armée mamelouke était appelé al-Ǧabaliyya ; on en sait peu de choses, sinon que leurs commandants étaient appelés muqaddam al-Ǧabaliyya. Cf. D. Ayalon, « The auxiliary forces of the Mamluk Sultanate », Der Islam, t. lxv, 1988, p. 31-32.

307  Cf. le récit de leur déroute face à Ḍaḥḥāk (qui les prend par surprise) : « Quand ils [i. e., les hommes du Wādī l-Taym] approchèrent de sa bande (ḥizb) – Dieu la disperse – et de sa troupe – Dieu l’abandonne –, ils se ruèrent à l’assaut, alors qu’ils se trouvaient dans leur camp, bien tranquilles, sans s’en méfier. Leur héraut poussa le cri de guerre, tandis que les autres ne se doutaient de rien et n’avaient pas idée du fléau qui s’abattait sur eux. Le temps que le cavalier puisse enfourcher sa monture, le fantassin prendre ses armes et son équipement, la mort s’abattit sur la plupart d’entre eux […] » (Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 352-353/LT p. 180). Les ismā‘īlī dā‘ī, qui dirigeaient les « Assassins », étaient des chefs religieux, politiques et militaires ; venaient ensuite les rafīq, puis les fidā’ī (combattants), enfin les lāṣiq (débutants). Cf. D. Nicolle, Medievalwarfare source book. Christian Europe and its neighbours, p. 147 ; B. Lewis, « The Ismā‘īlites and the Assassins », dans K. M. Setton (éd.), A History of the Crusades, t. i, p. 99-132.

308  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 239, 284 sq., 362-364.

309  Les meilleurs récits sont ceux de Guillaume de Tyr, Historia, L. xvii, 3, 4 et d’Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 462-466. Voir également Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 196-199.

310  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 425. Cf. également Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p.87 ; Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 373-374.

311  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 492. Si la rapidité de la réaction des musulmans est soulignée (wa asra‘ū…), rien ne dit qu’ils étaient tous montés. Guillaume de Tyr ne mentionne pas ces événements.

312  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p. 208. Quelques expressions communes font penser que Sibṭ disposait du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq et d’une autre source, à moins qu’il n’ait de lui-même modifié le texte d’Ibn al-Qalānisī. Sa version est peu plausible, Baalbek étant beaucoup plus proche de Damas que d’Alep ; on voit mal, vu la distance entre les deux places, comment des piétons auraient pu arriver à temps pour rattraper les pillards. Peut-être Sibṭ confond-il plusieurs événements.

313  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 210-216.

314  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 521 où sont énumérés al-muǧāhidūn, al-aḥdāṯ, al-mutaṭawwi‘a min fityān al-balad.

315  Voir essentiellement, E. Ashtor-Strauss, « L’administration urbaine en Syrie médiévale », RSO, vol. xxxi, 1956, p. 73-128 ; Cl. Cahen, « Mouvements populaires et autonomisme urbain dans l’Asie musulmane du Moyen Âge », Arabica, vol. V, 1958, p. 225-250 et vol. vi, 1959, p. 233-265 ; Th. Bianquis, « Notables et malandrins d’origine rurale à Damas à l’époque fatimide », BEO, vol. xxvi, 1973, p.202 et suivantes ; P. von Sievers, « Military, merchants and nomads : the social evolution of the Syrian cities and countryside during the classical period, 780-969/164-354 », Der Islam, vol. lvi, 1979, p. 212-244 ; A. Havemann, « The vizier and the ra’īs in Saljuq Syria : the struggle for urban self-representation », IJMES, vol. xxi, 1989, p. 233-244 ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p.671-686 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 235-237.

316  Surtout P. von Sievers, loc. cit.

317  Th. Bianquis, « L’ânier de village, le chevalier de la steppe, le cavalier de la citadelle, trois personnages de la transition en Syrie », dans M. A. Al-Bakhit et R.Schick (éd.), Bilād al-Shām during the Abbasid period (132 A. H./750 A. D.-451 A. H./1059 A. D.). Proceedings of the Fifth International Conference on the History of Bilād al-Shām, 1-11 ša‘bān 1410 A. H./4-8 mars 1990, Amman, p. 96 sq.

318  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 680.

319  À Damas : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 355, 476 et 497, cité par
J.-M. Mouton, Damas, p. 236 et note 223. Lire tout particulièrement le récit des massacres des Ismaéliens, en 523/1129, p. 351-356 (« La nouvelle fut immédiatement divulguée, et les aḥdāṯ se répandirent dans Damas, ainsi que la plèbe, al-ġawġā’, et la pègre, al-awbāš, épées, suyūf, et poignards, ḫanāǧir, dégainés […] »).

320  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 179 (pour Alep).

321  Outre Damas et Alep : Baalbek (Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 265 et 425) ; J.-M. Mouton, loc. cit., remarque qu’on signale des aḥdāṯ dans la Ġūṭa ; le même chroniqueur fait également référence (voir le passage traduit plus haut) à des aḥdāṯ min al-Bāṭiniyya.

322  Pour Alep, on ne dispose pas d’une source aussi documentée que la chronique d’Ibn al-Qalānisī pour Damas. Les aḥdāṯ y sont dès lors beaucoup moins bien connus.

323  M. Yared-Riachi, Politique extérieure, passim ; J.-M. Mouton, op. cit., passim.

324  A. Havemann, loc. cit.

325  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 673 : « […] l’organisation de ces mécontents en une faction dotée d’un chef, parfois d’un emblème, drapeau et d’une musique de fifres et de tambours sur le modèle militaire […] ».

326  Cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 236, pour Damas.

327  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 411, fait état de la gestion par le ra’īs d’un certain nombre de taxes. De là, Cl. Cahen, « Mouvements populaires », loc. cit., suivi en cela par A. Havemann, « The vizier and the ra’īs », op. cit, p. 239 et J.-M. Mouton, op. cit., p. 235 et note 215 a conclu qu’une part importante des fonds ainsi contrôlés était utilisée pour rétribuer les aḥdāṯ.

328  Investiture du ra’īs Raḍī al-dīn Abū Ġālib al-Tamīmī, en ḏū l-qa‘da 548/ janvier 1154.

329  Cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 232.

330  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 298/LT p. 126 (assassinat de Mawdūd ; Ṭuġtakīn et Mawdūd sont entourés de « Daylamites, Ḫurāsāniyya, aḥdāṯ et « silāḥiyya bi anwā‘ al-silāḥ »etc. », mais Ibn al-Qalānisī semble plus rechercher ici l’effet de style que la précision).

331  Ibid., p. 365/293.

332  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 223-230, choisit de ne mentionner qu’al-muslimūn et al-Ḥalabiyyūn ; id., Buġya, t. vii, p. 3478-3493.

333  Il faut lire firqa wāfira, comme dans l’éd. Amedroz du Ḏayl ta’rīḫ Dimašq (p.265) plutôt que firqa wāḥida, comme dans l’édition de S. Zakkār, qui n’a guère de sens ici.

334  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 411. Sa chronologie est incertaine.

335  Ce mot désigne ceux qui sont gagnés à sa cause, en qui il peut avoir confiance (les « loyalistes »). Auparavant, Riḍwān avait pris des otages parmi les habitants (ahl) de la ville. Rappelons qu’à Alep la population était majoritairement chiite.

336  Ibid., p. 279/LT p. 107.

337  Ibid., p. 266-268/LT p. 91-93.

338  Ibid., p. 215-216.

339  Surtout ibid., p. 391-392/LT p. 221-223.

340  Les principaux auteurs arabes en parlent tous : Ibn al-Qalānisī, Sibṭ b. al-Ǧawzī, Ibn al-Furāt. Voir leurs chroniques, sub anno.

341  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 126.

342  Ibid., p. 150-151. Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 229-230/LT p. 61-62.

343  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 339-340/LT p. 164-167. Marǧ al-Ṣuffar : Ibn Šaddād, al-Alāq al-ḫaṭīra (Dimašq), p. 182 ; N. Élisséeff, « Mardj al-Ṣuffar », EI2a, t. vi, p. 546 (importante bibliographie).

344  Ibn al-‘Adīm, op. cit., p. 191. À l’évidence, Ibn al-‘Adīm résume à l’excès sa source.

345  Il s’agit de Ṭuġtakīn qui n’avait pas participé à la bataille.

346  Nahabū. On aurait plutôt attendu « ils assiégèrent ».

347  Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. al-Ġāmidī, t. ii, p. 545 : « wa ǧahhaza al-ayyāla wa l-raǧǧāla ilā Ṣūr nuǧda, fa-lam yaqdirū ‘alā l-duḫūl ».

348  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 284-288/LT p. 110-115. Mais il n’y est pas directement question de aḥdāṯ : Ibn al-Qalānisī parle de « mauvais garçons », al-raǧǧāla al-ḥarāmiyya. Mêmes ḥarāmiyya recrutés par Šams al-dawla (al-ḥarāmiyya al-mufsidīn) : ibid., p. 363-364 ; Sibṭ b. al- Ǧawzī, op. cit., p. 544-547 (beaucoup moins positif envers Ṭuġtakīn, mais son récit est un peu embrouillé) ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p.125-126.

349  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 521 sq. (an 552/1157).

350  Ibid.

351  Ibid., p. 489.

352  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, sub anno ; Sibṭ b. al-Ǧawzī, Mir’āt al-zamān, éd. Hyderabad, p.220-223 ; N. Élisséeff, Nūr al-dīn, t. iii, p. 832.

353  C’est ce que pense H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », loc. cit., p. 318, à propos des « local or militia troops », aǧnād.

354  Kāmil, t. vi, p. 342, à propos de la bataille d’al-Ṭawāḥīn opposant Ibn Ṭulūn et al-Mu‘taḍid.

355  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 425 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 236.

356  Ibid., p. 339-340.

357  Lors de la défaite d’Āq Sunqur face à Tutuš, les aḥdāṯ d’Alep, qui étaient alignés, ne sont aucunement mis en cause par Ibn al-‘Adīm (Buġya, t. iv, p. 1957), au contraire des bédouins.

358  Ibn Fāris, al-Maqāyīs fī l-luġa, éd. électronique, op. cit. Voir également Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab, s. v. F. R. S.

359  Pour plus de détail, voir « Fāris », EI2a, t. ii, p. 800 (Rédaction).

360  Expression utilisée par Th. Bianquis, « L’ânier de village, le chevalier de la steppe, le cavalier de la citadelle, trois personnages de la transition en Syrie », loc. cit., p. 97.

361  Cité par Th. Bianquis, ibid., p. 91, que nous suivons ici ; cf. note 6, p. 98, la référence au Ta’rīḫ madīnat Dimašq d’Ibn ‘Asākir. Abū l-Hayḏām vivait à l’époque de Hārūn al-Rašīd.

362  Cf. Cl. Cahen et F. Taeschner, « Futuwwa », EI2a, t. ii, p. 961, avec bibliographie des travaux de F. Taeschner ; mise au point plus récente par A. Hartmann, « Al-Nāṣir li-Dīn Allāh », EI2a, t. vii, p. 996 ; id., An-Nāṣir li-Dīn Allāh (1180-1225). Politik, religion, kultur in der späten Abbāsidenzeit, Berlin, New York, 1975.

363  Voir M. Hammer-Purgstall, « Sur la chevalerie des Arabes antérieure à celle de l’Europe. Sur l’influence de la première sur la seconde », JA, t. xiii, 1849, p. 5-14. Cf. tout particulièrement, p. 11, l’explication apportée au Graal : « Ce passage, extrêmement important pour l’histoire de la chevalerie, donne en même temps l’explication la plus naturelle du graal, ce vase merveilleux, confié à la garde des Templiers, auquel ceux-ci n’ont pas manqué d’attacher un sens gnostique, comme les inscriptions arabes de ces vases le prouvent. Le mot de graal n’est peut-être qu’une corruption du mot arabe al-kas, avec l’article mis en arrière. Quoi qu’il en soit de cette étymologie, il n’est point de doute que la coupe du saint Graal ne soit retrouvée dans la coupe de la chevalerie arabe, kassol-fetouwet. » P. 12 : « Le temps qui s’est écoulé entre le mot du Prophète, qui déclarait, par la bouche de Gabriel, son gendre Ali le chevalier par excellence, à la bataille d’Ohod (2-3 = 624), et les ambassades chevaleresques du calife Nassir-li dinillah (607 = 1210), embrasse six siècles, de sorte que la chevalerie arabe est de quatre siècles plus ancienne que l’européenne, dont la plus belle époque commença avec le temps des croisades et finit avec elles. Il est bon de remarquer que le calife Nassir-li dinallah était contemporain de Saladin, auquel il avait envoyé un diplôme de prince, un an plus tôt qu’il n’avait été revêtu lui-même du grade de chevalier par le cheikh Abdol-Djebbar. Or le temps de Saladin, de Richard Cœur de Lion, du duc Léopold d’Autriche, et du roi Philippe Auguste, c'est-à-dire la fin du xiie siècle, est la plus belle époque de la chevalerie chrétienne. » Voir encore W. Boutros Ghali, La tradition chevaleresque chez les Arabes, Paris, 1919.

364  C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 437, qui souligne que la futuwwa est encore mal connue.

365  Le terme fāris continua néanmoins d’avoir une connotation socioculturelle. Cf. « Fāris », EI2a, t. ii, p. 800 (Rédaction).

366  Nous avons déjà évoqué (chapitre « Les sources ») la fin de La conquête de Jérusalem (dans Croisades et pèlerinages, p. 350-351), où est racontée la fin de Cornumaran : « “Ce païen fut un grand chevalier ; jamais on n’a vu un cœur aussi gros. Quel malheur qu’il n’ait pas voulu adorer le Seigneur Dieu et vénérer et servir la Sainte Vierge.” “Oui, en vérité, ajoute Baudouin, il faut le dire, s’il avait eu foi en Dieu, il aurait été le meilleur chevalier du monde ; je n’ai jamais vu de chevalier qui sache mieux attaquer à la lance, esquiver, poursuivre, bondir, faire demi-tour ; il savait donner des coups redoutables de son épée et, dans la mêlée, se battre farouchement.” » Cornumaran est ensuite enterré avec honneur en dehors des murs de Jérusalem (il n’était pas chrétien).

367  Voir la dernière chanson du deuxième cycle de la croisade : Saladin, éd. L.S. Crist, Genève-Paris, 1972.

368  L’obstacle ultime que constituait la religion est même en partie écarté, Saladin étant tenté par la conversion.

369  Il est intéressant de remarquer que pour l’historiographie arabe contemporaine, sans doute influencée par ce que Saladin était devenu en Occident, Saladin est également l’incarnation de la chevalerie arabe. Sur le« mythe » de Saladin dans le monde arabe, voir C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 594.

370  Kitāb al-Itibār, p. 65. Trad. H. Derenbourg, p. 66et trad. A. Miquel, p. 185.

371  Voir, sur la guerre et le jeu, G. Bouthoul, La Guerre, Paris, 1953, p. 20 ; G.Bouthoul, R. Carrère, Le défi de la guerre (1790-1974). Deux siècles de guerres et de révolutions, Paris, 1976, p. 72 sq. Voir encore R. Caillois, Bellone ou la pente de la guerre, Paris, 1963. Plus particulièrement, sur le ve/xie siècle, voir la remarque de B. Martin lors des « discussions » consécutives à l’intervention de Th. Bianquis, « La fortune politique du cavalier turc en Syrie au xie siècle. Éléments pour l’élaboration d’un war game », dans A. Bazzana (dir.), Castrum 3, Rome, 1988, p. 86.

372  Al-Ǧāḥiẓ, Risāla ilā Fatḥ b. Ḫāqān fī manāqib al-Turk, trad. J. Sauvaget, Historiens arabes. Pages choisies, traduites et présentées, Paris, rééd. 1988, p. 8-9.

373  C’est du moins ainsi qu’il présente les choses. Dans sa chronique, les personnages de Ṭuġtakīn et de Nūr al-dīn ressortent du lot.

374  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 523-524.

375  Ibid., p. 399-401.

376  « Protecteurs, défenseurs. » Ce mot renvoie certainement aux archers à pied dont le rôle défensif était expliqué, dans le passage précédent, même si rien, a priori, n’interdit de considérer qu’il désigne une autre type de cavalier que les abṭāl et les šuǧ‘ān.

377  « Wa l-takun al-ḫayyāla wa l-abṭāl min warā’ihim wuqūfan muzāḥū l-illa, wa l-umāt wa l-šuǧ‘ān min alfihim yanṭaẓirūn al-ḥamla » : Ṭarsūsī, Tabṣirat arbāb al-lubāb, éd. K. Sader, p. 225 ; éd. Cl. Cahen, p. 126 (texte arabe, légèrement différent de celui édité par K. Sader). Trad. Cl. Cahen, p. 148-149 ; trad. D.Nicolle (reprenant et modifiant légèrement celle de Cl. Cahen), « Medieval warfare : the unfriendly interface », Journal of Military History, t. 63, 1999, p. 592-593. Autre traduction possible : « Que la cavalerie et les abṭāl se tiennent derrière eux, éloignés du danger, et que les ḥumāt et les šuǧ‘ān, derrière eux, attendent la charge. » La difficulté vient ici de l’incompatibilité théorique entre le terme al-ḥumāt et l’action de charger. Trad. Cl. Cahen : « Ainsi la cavalerie et les abṭāl par derrière se tiennent à l’écart du danger dont ces archers les protègent, et les šuǧ‘ān attendent de charger » ; trad. D. Nicolle : « The cavalry and “defensive cavalry” [abṭāl] to the rear are separated from danger by the archers. Meanwhile the “offensive cavalry” [šuǧ‘ān] wait to deliver a charge ».

378  Cl. Cahen, op. cit., p. 160 (note 1).

379  Taḏkira al-harawiyya, p. 249-250 (texte arabe), p. 233 (traduction, ici modifiée).

380  « Baqiyyat al-riǧāl. » Al-baqiyya peut également signifier « l’élite ».

381  Éd. et trad. G. T. Dennis, Maurice's Strategikon : Handbook ofByzantine Military Strategy, Philadelphie, 1984. Cf. également une distinction analogue de la cavalerie, mais non aussi clairement formulée, par Flavius Arrianus, Acies contra Alanos, analysé par A. B. Bosworth, « Arrian and the Alani », Harvard Studies in Classical Philology, vol. 81, 1977, p. 217-255 ; D. Nicolle, loc. cit.

382  Maurice's Strategikon, op. cit., p. 15, 26, 76. Rien de bien différent dans les Constitutions tactiques de Léon VI (886-912), éd. et trad. G. T. Dennis, « Campaign organization and tactics », Three Byzantine military treatises, Washington, 1985, p.241-335, qui « repeat, rephrase, and adapt the Strategikon to conditions in the late ninth century »(G. T. Dennis, « The Byzantines in battle », dans N. Oikonomidès (dir.), To empolemo Byzantino – Byzantium at war, Athènes, 1997, p. 167 ; voir également le schéma p. 171).

383  Ainsi que le fait D. Nicolle, loc. cit. Cf. également la distinction faite par Faḫr al-Mudabbir dans Cl. Cahen, op. cit., p. 162 et D. Nicolle, loc. cit., p. 595.

384  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 25, p. 925 ; trad. (ici modifiée) de M. Zerner, Croisades et pèlerinage, p. 668-669.

385  Tout particulièrement Albert d’Aix, Historia, passim. Cf. J. France, Victory in the East, p. 147 sq.

386  Histoire anonyme de la première croisade, p. 113 : « Et Agulani fuerunt numero iii millia, qui neque lanceas neque sagittas neque ulla arma timebant, quia omnes erant undique cooperti ferro et equi eorum ipsique nolebant in bellum ferre arma, nisi solummodo gladios » (autre mention p. 49) ; Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, RHC, Occ., t. iii, L. v, 8, p. 189-90.

387  Liber, RHC, Occ., t. iii, p. 242.

388  Voir les index des éditions P. Paris et S. Duparc-Quioc. Le poète (Chant vii, laisse 3) en parle comme « de fieffés orgueilleux, ceux-là ». La description qui suit est intéressante : « Il faut savoir, ce qui peut étonner, que pour rien au monde ils ne voudraient charger leurs chevaux de lances, d’écus ni d’étendards : ils les font porter par un homme qui court à leurs côtés. » Mais il ne s’agit pas des seuls Agolans.

389  Historia, RHC, Occ., t. i, L. xix, 23, p. 1042-1043 ; trad. partielle par M.Zerner dans Croisades et pèlerinages, p. 700 (avec confusion des no de chapitre).

390  Ḫiṭaṭ, t. i, p. 163. Voir encore E. M. Quatremère, Histoire des sultans mamelouks, Paris, 1840, t. i, 2, p. 132 ; H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », loc. cit., p. 308-309 et note 31 p. 309 ; S. Elbeheiry, Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides, thèse Paris-IV, 1971, p. 47-48 ; Y. Lev, Saladin in Egypt, op. cit., p. 143-144.

391  Maqrīzī, loc. cit.

392  T. iv, p. 226.

393  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 67 ; Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā’, t. iii, p. 32 (très proche du précédent) ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3434 (année 493 ; critique Sibṭ b. al-Ǧawzī, mais nous n’avons pu trouver le passage en question dans le Mir’āt al-zamān) ; Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, p. 74 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, opte pour al-Qawāmiṣī(cf. index) ; Y. Lev, Saladin in Egypt, note 9, p. 144, penche pour cette solution.

394  Ta’rīḫ al-islām, p. 3786. Mais al-Ḏahabī paraît douter qu’il ait pu vivre jusqu’à cette époque.

395  Ibid., p. 3924, an 567.

396  Maqrīzī, ia, t. ii, p. 237 ; Ibn Ṭaġrībirdī, al-Nuǧūm al-hira, t. iv, p. 39 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, t. iv, p. 91-92. Voir, pour sa carrière postérieure, M. Sobernheim, « Ḳarāḳūsh, Bahā’ al-dīn, etc. », EI2a, t. iv, p. 613. Ne pas le confondre avec Šaraf al-dīn al-Armanī al-Muẓaffarī al-Nāṣirī, mamlūk arménien du neveu de Saladin, Taqī al-dīn, qui s’attaqua à la Tripolitaine et au sud de la Tunisie, dès 568/1172. Sur lui, voir Ch. Pellat, « Ḳarāḳūsh, Šaraf al-dīn, etc. », EI2a, t. iv p. 614.

397  Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 59.

398  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār Banī Ayyūb, t. ii, p. 2.

399  À l’époque mamelouke, le mot ṭawāšī est synonyme d’« eunuque ». Pour les périodes antérieures, cela fait toujours discussion. Non sans reconnaître que le mot pouvait avoir un autre sens, E. M. Quatremère, op. cit., note 63, pensait globalement qu’il en avait toujours été ainsi ; H. A. R. Gibb, loc. cit., note 31, considère qu’à la fin de la période zankide et à la fin de la période ayyoubide,« ṭawāšī meant a trooper belonging to the upper of the two ranks of mamluks, the lower being called qaraghulams » ; A. Ayalon, « On the Eunuchs in Islam », JSAI, t. i, 1979, p. 79, penche pour une synonymie ṭawāšī/eunuque ; Y. Lev, op. cit., p. 146, souligne que lorsque les sources de l’époque ayyoubide parlent d’un ṭawāšī qui était un eunuque, elles le disent fermement, ce qui tendrait à montrer que cela n’était pas forcément le cas, et il met même en doute, pour la période mamelouke, l’équation ṭawāšī = eunuque.

400  Il faut sans doute lire ḫayl al-ṭawāšī, plutôt que ḫayl al-ṭawāṣin, dans le Kitāb al-taḏkira d’al-Harawī, p. 243 (texte arabe).

401  Voir les travaux de D. Ayalon en Bibliographie et surtout, pour la période qui nous concerne, « Aspects of the Mamlūk phenomenon, A. The importance of the Mamlūk institution » Der Islam, vol. lii, 1976, p. 196-225. Intéressantes remarques dans « Mamlūkiyyāt, a)- A first attempt to evaluate the Mamlūk military system », dans Jerusalem studies in Arabic and Islam, ii, Jérusalem, 1980, p. 321-339, repris dans Outsiders in the lands of Islam : Mamluks, Mongols and Eunuchs, Londres, 1988, i. L’article « Mamlūk » du même auteur dans l’EI2a, t. vi, p. 314-321, porte exclusivement sur la période mamelouke.

402  C. Hillenbrand, Islamic Perspectives, p. 439.

403  Exemple : Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1982.

404  D. Ayalon, « Aspects of the Mamlūk phenomenon », loc. cit., p. 198 et suivantes.

405  Exemple d’Arġaš al-Niẓāmī : Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 12.

406  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. x, p. 4556 (« Abū l-Ġanā’im Tāǧ al-mulk ») ; A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », dans J. A. Boyle (éd.), The Cambridge History of Iran, vol. 5, The Saljuq and Mongol periods, Cambridge, 1968, p. 263.

407  Par exemple Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 261 : « […] ǧamā‘a minhum mamlūk ifranǧī kāna li l-Ḥāfiẓ fa-araǧūalayhi fa-amala alayhi al-Firanǧī fa-ṭa‘anahu fa-qatalahu […] ».

408  Kāmil, t. ix, p. 248.

409  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1594 sq.

410  Voir la longue notice que M. Yared-Riachi lui consacre dans Politique extérieure, p. 252-253.

411  AbūŠāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. I. al-Zaybaq, t. i, p. 115.

412  Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. iv, p. 1963.

413  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 290 (corriger Anuz par Anur), 310, 353 ; M. Yared-Riachi, op. cit., p. 261.

414  Formule évidemment rhétorique : tous n’étaient pas des mamelouks.

415  En fait « sous ton autorité » : bi-ḥukmika.

416  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1985.

417  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 130 (an 502). Autres exemples : ibid., p. 67 (Duqāq prend al-Raḥba à Qāymāz, « min mamālīk al-sulṭān Alb Arslān) », p. 73 (Qarāǧa, mamelouk de Malik Šāh, maître de Harrān) et passim. Pour les Fatimides, voir ibid., p. 67-68 (Sa‘d al-dawla al-Ṭawwāšī, mamelouk d’al-Afḍal), p. 68 (Tāǧ al-‘Aǧam) ; Maqrīzī, Itti‘āẓ al-unafā’, t. iii, p. 216 ; W. J. Hamblin, Fatimid Army, passim.

418  D. Sourdel et alii, « Ghulām », EI2a, t. ii, p. 1079-1091.

419  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 14.

420  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, année 501/LT p. 81 (légèrement modifié) : « Faḫr al-mulk avait laissé le soin de garder Tripoli à sa place à son cousin Abū l-Manāqib, aux officiers de l’armée (wuǧūh ‘askarih) et à ses ġilmān […]. »

421  Éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 114. Voir également, pour Damas, la remarque de
J.-M. Mouton (Damas, note 55, p. 158) : « Il semble que pour Damas on puisse traduire le terme de ġulām par “esclave” dans la mesure où Ibn al-Qalānisī qualifie Aylbā qui tenta d’assassiner Šams al-mulūk tantôt de mamlūk, tantôt de ġulām » (Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 382 et 399).

422  Sur les awāṣṣ, voir M. A. J. Beg, « al-Khāṣṣa wa l-‘Āmma », EI2a, t. iv, p.1098 ; G. Orhonlu, « Khāṣṣ », EI2a, t. iv, p. 1094 (mais porte essentiellement sur la période ottomane). Chaque auteur ayant une utilisation qui lui est propre des mots al-ḫawāṣṣ et al-ġilmān, il faut se garder de toute généralisation trop hâtive. La garde personnelle du calife al-Mu‘taḍid était composée d’affranchis d’al-Muwaffaq, appelés al-ġilmān al-ḫāṣṣa (EI2a, « Ghilmān », p. 1079).

423  Parfois, ġilmān et ḫawāṣṣ sont distingués. Par exemple, lorsqu’un des mamelouks de Ṭuġtakīn, un Turc nommé Aylab, tenta d’assassiner le même Šams al-mulūk, en 528, il manqua réussir : ses ḫawāṣṣ et ses ġilmān s’étaient éloignés (Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 382-383). ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī parle (Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. I. al-Zaybaq, t. iii, p. 268) des mamālīk al-ḫawāṣṣ de Saladin. Voir par contre, moins précis, Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 79, 81, 121, 150, 154, 187, 237, 310-311.

424  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 122.

425  Et d’autres soldats. Ibid., p. 378-379 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 281.

426  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 538 ; Cl. Cahen, SN, p. 398 ; N.Élisséeff, ND, t. ii, p. 527-528.

427  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 345.

428  Ibid., p. 387-390.

429  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1957 (« Āq Sunqur b. ‘Abd Allāh »).

430  Ibid., p. 167.

431  Histoire des sultans mamelouks, op. cit., t. i, p. 200-202 ; D.Ayalon, « Studies on the structure of the Mamluk army », BSOAS, t. xv, 1953, p.448 ; id., « Ḥalqa », EI2a, t. iii, p. 99 ; R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk army », loc. cit., p. 67 sq. ; A.-M. Eddé, « Quelques institutions militaires ayyoubides », dans U. Vermeulen et D. De Smet (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, vol. ii, Louvain, 1996, p.163-168.

432 .Surtout R. S. Humphreys, loc. cit. et From Saladin to the Mongols. The Ayyubids of Damascus, op. cit., index.

433  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, iii, 17 r° : « ǧa‘alahu min ḫāṣṣatihi wa afāḍil ahl ḥalqatihi », cité par A.-M. Eddé, « Quelques institutions militaires ayyoubides », loc. cit., p. 163-164 et note 1 p. 164. Ibn Abī Ṭayyi’, cette fois cité par Abū Šāma, fait également référence à une ḥalqa, pour l’année 570/1174, à propos de l’armée de Saladin (du moins c’est ce qu’a conclu H. A. R. Gibb, loc. cit., p. 305 et note 8).

434  Il ne faut surtout pas en déduire que tous les officiers étaient mamelouks. Un grand nombre d’émirs ne l’étaient pas, par exemple dans l’entourage de Nūr al-dīn. Pour Damas seldjouqide et bouride, voir J.-M. Mouton, Damas, « Origine et statut du personnel politique », p. 180-183. P. 181 : « Le personnel militaire, turc dans sa grande majorité, venait souvent d’un milieu bien particulier, celui de la servilité. » Voir également p. 182, l’énumération de nisba-s, qui « témoignaient de leur servilité passée ».

435  Voir le récit de cette révolte par J.-M. Mouton, Damas, p. 138-141.

436  Ta’rīḫ Ḥalab, p. 382. Le texte est très confus. On sait que Sawār opérait souvent avec des cavaliers turcomans. Autre mention ambiguë du mot al-Atrāk (pour Turcomans), p. 365, an 504.

437  Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 35 ; Ibn al-Aṯīr (proche de Maqrīzī), sub anno ; Ḏahabī, Kitāb al-duwal, trad. A. Nègre, p. 66. Ces cavaliers étaient des archers, d’après Foucher de Chartres. Cf. W. J. Hamblin, Fatimid Army, p.281 ; R. C. Smail, Crusading warfare, p. 85-86.

438  Voir par exemple, dans le Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 306 (1115), l’assaut de la ville menée par al-Atrāk ; p. 463, les « Atrāk al-quttāl al-futtāk » (an 543/1148) ; p.358-360 les « plus valeureux des Turcs de Damas », « al-Atrāk al-Dimašqiyyīn », opposés aux Turcomans, lors du siège de Damas de l’année 523 ; p. 255-256 « les Turcs » alignés lors de l’affrontement entre le sultan Muḥammad opposé à Ṣadaqa ; p. 422-423 les šuǧ‘ān al-Atrāk qui résistent à Zankī, à Baalbek (an 533), etc.

439  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 284-288/LT p. 110-115. À noter que Ṭuġtakīn, pour Ibn al-Qalānisī, répondait à une demande du wālī de Tyr et de sa population qui avaient réclamé des Turcs (« Ils le priaient instamment de faire diligence et de se hâter d’envoyer un nombre imporant de Turcs […] »). Une fois les Francs repoussés, les Turcs rentrèrent à Damas en ayant perdu une vingtaine des leurs.

440  Op. cit., p. 49, an 505 : « Ṭuġtakīn se mit en marche, de Damas, pour aider la population de Tyr. Il s’installa à un jour [de marche] d’eux, dans un champ de Banyas, et leur expédia deux cents ġilmān turcs, des forts d’entre les Turcs. Ils combattirent les Francs, dont ils tuèrent mille cinq cents. » Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 290-291, parle seulement d’Atrāk (an 506).

441  Dans un sens large, le mot peut signifier tout type de serviteurs. Exemple : Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 368-369. Intéressant passage de Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, t. i, p. 178, à propos des atbā‘, pour une époque postérieure à celle qui nous occupe (règne de l’Ayyoubide al-Malik al-‘Azīz ‘Uṯmān), avec différenciation des fāris selon le nombre d’atbā‘ qu’ils possédaient : l’un dix, l’autre vingt, et celui en ayant plus, jusqu’à cent.

442  Kitāb al-I‘tibār, p. 60. Cf. également p. 91, 115.

443  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 102-103.

444  Voir supra, à propos des écuyers francs.

445  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 192 : l’écuyer du prince (malik) Mas‘ūd (en fuite) va demander l’amān à son frère le sultan Maḥmūd, après sa défaite (an 514) ; il faut dire que le prince était abandonné de tous. Autres exemples de messageapporté par un écuyer : Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1982 (lettre de Niẓām al-mulk) ; Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, éd. Beyrouth, t. x, p. 170 (année 552).

446  Kitāb al-Itibār, p. 144. Yūsuf participe activement à la chasse au lion.

447  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 2852.

448  Niẓām al-mulk, Traité de gouvernement, p. 177.

449  Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. xxi, p. 54.

450  « […] s’il était primitivement enregistré comme piéton et était passé au service à cheval, il ne fait que revenir à son service originel ; et s’il était primitivement enregistré comme cavalier il est ramené avec le service à pied à un état comportant diminution », Cl. Cahen, « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al-Makhzūmī », JESHO, vol. xv, 1972, p. 168.

451  Tabṣira, loc. cit.

452  Mot qui peut également, selon R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, s. v., désigner des « lanceurs de nafṭ ».

453  Il peut s’agir de piétons spécialisés dans le maniement de boucliers dont ils formaient un véritable rempart pendant la bataille, ou d’hommes (qui pouvaient être les mêmes) portant à bout de bras des boucliers afin de constituer une protection aux soldats qui avançaient vers les remparts, ou aux mineurs, ou à ceux qui actionnaient les béliers, etc.

454  Taḏkira al-harawiyya, p. 254-255 (texte arabe), 226-227 (trad. française).

455  L’armée de Hārūn al-Rašīd comportait déjà un corps de naffāṭūn. Cf. N.Élisséeff, ND, t. iii, p. 733 et les références n° 1.

456  Muntaẓam, t. xviii, p. 183. L’anecdote se déroule en 564.

457  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 388 (an 531, Ba‘rīn), p. 389 (an 532, Homs).

458  Par exemple Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 436-437 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 331-332, qui ne dit pas que les sapeurs étaient alépins.

459  A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », loc. cit., p. 33sq.

460  Ibid., p. 259-260 ; C. E. Bosworth, « Saldj‚ḳides », EI2a, t. vii, p. 936 et suivantes.

461  Bāhir, p. 83 ; la richesse des Zankides est mise en avant pour expliquer ce fait.

462  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 316-317/LT p. 146. Sous les Seldjouqides, la charge de ‘āriḍ al-ǧayš pouvait également être un tremplin pour un poste plus élevé, le vizirat (cf. A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », p. 263).

463  Zubda, t. ii, p. 543. Sur le titre de amīd, voir Cl. Cahen, « ‘Amīd », EI2a, t. i, p. 434.

464  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 494/LT p. 329.

465  Sur al-‘arḍ, voir C. E. Bosworth, « ‘Isti‘rāḍ, ‘arḍ », EI2, t. iv, p. 276-281 ; id., « Muster, recruitment and review in medieval Islamic armies », dans War, technology and society in the Middle East, Londres, 1975, p. 59-77. Sur le ‘āriḍ, voir également al-Māwardī, al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 203-205.

466  À l’époque des Grands Seldjouqides, des maîtres de revue provinciaux auraient existé, selon C. E. Bosworth, loc. cit., p. 75, qui se base sur un diplôme d’investiture d’un ‘āriḍ qui a été conservé.

467  Il ne faut pas oublier les informations d’ordre financier, qui permettaient de payer le soldat à sa juste valeur. Pour le domaine fatimide, voir Maḫzūmī, Minhaǧ, trad. Cl. Cahen, « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al-Makhzūmī », loc. cit., p. 164-165 : « Quant au Secrétariat de l’armée, il ne comporte plus aujourd’hui de technique exigeant qu’on s’y arrête ni de science nécessitant qu’on l’enseigne : la fonction consiste aujourd’hui à inscrire le nom de l’officier et de ses soldats, ainsi que le fixe alloué à chacun d’eux pour sa solde, après quoi on attribue les districts correspondant à l’estimation attachée à son nom. À chaque heure lors de la revue sort [l’ordre] qu’exigent les diminutions d’effectifs ou les différences d’équipements. L’homme de bien n’a à y jeter qu’un regard hâtif et à y appliquer qu’une première pensée, sans s’y attarder ni s’y adonner tout entier […].

468  Al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 37.

469  Ibn al-Aṭīr, Bāhir, p. 169.

470  Safar Nāma, trad. du persan (en arabe) par Yaḥyā al-Ḫaššāb, Beyrouth, 1983 (3e éd.), p. 94-95. Sur les revues fatimides, voir également les lignes intéressantes de Maqrīzī, Itti‘āẓ al-ḥunafā’, t. iii, p. 339.

471  Pour l’armée fatimide, voir la revue décrite par Ibn al-Ma’mūn al-Baṭā’iḥī, Aḫbār Miṣr, éd. A. F. Sayyid, p. 60, événements de l’année 517/1123.

472  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 488 /LT p. 323 ; Mir’āt al-zamān, sub anno.

473  Dans al-Bundarī, Ta’rīḫ al-dawla al-Salǧūqiyya, p. 75-76.

474  ia, t. i, p. 163.

475  Dans G. Tantum, « Muslim warfare : a study of a medieval Muslim treatise on the art of war », dans R. Elgood (éd.), Islamic arms and armour, Londres, 1979, p. 190. Cet auteur se demande si la revue ici décrite n’est pas d’origine grecque. Voir également la description d’une revue abbasside (fin ixe siècle) par Hilāl al-Ṣābī, Kitāb al-wuzarā’, p. 17-19, trad. H. Busse, p. 17-20, reprise par C. E. Bosworth, loc. cit., p. 72-73. La revue était très solennelle. Elle se faisait en présence du calife, au-dessous duquel étaient assis les secrétaires du dīwān al-ǧayš responsables de la paie (kuttāb al-‘aṭā’) et le vizir. Le commandant de l’armée présentait le registre où figuraient le nom de ses hommes ; le vizir appelait chaque homme qui était ensuite testé sur ses prouesses au jeu de briǧās (il devait projeter sa lance dans un anneau de métal fixé au sommet d’une colonne en bois). Le calife inscrivait lui-même sur le registre le niveau du lanceur : ǧim pour ǧayyid (excellent), ṭā’ pour mutawassiṭ (moyen), dāl pour dūn (inférieur) si le coup était manqué. Puis les kuttāb al-ǧayš examinaient l’homme au physique afin de vérifier s’il correspondait bien à la description qui en était faite sur le registre. Secrétaires auxquels il allait incomber de préparer de nouveaux registres en différenciant les ǧayyid qui allaient former la garde personnelle du calife, le ‘askar al-ḫāṣṣa ; les mutawassiṭ-s, placés sous le commandement du ṣāḥib al-šurṭa, formant le ‘askar al-ḫidma (« armée de service »), employés à des tâches sécuritaires (protéger les routes de l’Iraq au Ḫurāsān et autres points stratégiques) ; le reste des soldats était envoyé dans les provinces afin d’aider aux tâches administratives, comme la collecte des taxes, utilisé pour le dressage des chevaux et toutes les corvées de l’étable ou attaché à la police d’officiels à Bagdad, Wāsiṭ et Kūfa. À noter qu’un autre corps existait, celui des muḫtārūn (« les choisis »), composé d’esclaves, mamālīk, sélectionnés parmi les plus braves soldats de chaque division de l’armée.

476  Ibn Manglī se contente de dire dans le Kitāb al-ḥiyal fī l-ḥurūb wa fatḥ al-madā’in wa if al-durūb, p. 292, qu’il fallait se soucier des dispositions tactiques avant la bataille.

477  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār ; Maqrīzī, loc. cit.

478  Ibid. : « wa šāhadat rusul al-Rūm wa l-Firanǧ mā arġama unūf al-kāfira ». Arġama a également le sens de dépiter, causer du dépit.

479  G. Tantum, loc. cit., p. 191-192.

480  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 540.

481  À l’époque d’al-Maḫzūmī, en Égypte, des connaissances de cet ordre sont toujours nécessaires : cf. Cl. Cahen, « L’administration financière de l’armée fatimide d’après al-Maḫzūmī », JESHO, vol. xv, 1972, p. 165.

482  Th. Bianquis, « Wazīr », EI2a, t. ix, p. 185 sq. ; al-Māwardī, al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 24-29. Pour la période seldjouqide, voir également A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », loc. cit., p. 260-268.

483  Tous les chroniqueurs insistent sur sa puissance militaire. En 464/1071-1072, Alp Arslān l’envoie guerroyer au Fārs à la tête d’une grosse armée ; il y est victorieux. Cf. en général C. E. Bosworth, « The political and dynastic history of the Iranian world (A.D. 1000-1217) », dans J. A. Boyle (éd.), The Cambridge History of Iran, vol. 5, loc. cit., p. 99-102 et passim ; H. Bowen, C. E. Bosworth, « Niẓām al-mulk », EI2a, t. vii, p. 69.

484  Anecdote intéressante rapportée par Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 409, pendant le siège de Bagdad par le sultan Maḥmūd (année 551-2) : « Le calife ordonna qu’on promulgue que chaque blessé recevrait cinq dinars. Chaque fois qu’un homme était blessé, il se présentait au vizir qui les lui donnait. »

485  Th. Bianquis, loc. cit. ; A. F. Sayyid, al-Dawla al-fāṭimiyya, tafsīr ǧadīd, op. cit., index.

486  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 786, soutient que Nūr al-dīn « ne semble pas avoir apporté de modifications profondes au système en vigueur avant son avènement ».

487  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. viii et ix, sub anno.

488  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 493 et J.-M. Mouton, Damas, p. 206.

489  Lorsque Riḍwān accourut à Alep, après la mort de son père, c’est le vizir Abū l-Qāsim qui lui ouvrit les portes de la cité, en tant que nā’ib fī al-qal‘a : J.-M. Mouton, loc. cit.

490  Cf. notamment les chapitres ii, iii, xxxi, xxxii.

491  Chap. xxxi, p. 53. Le reste du chapitre (p. 53-54) consiste en une longue et vague énumération des types d’hommes que le chef doit distinguer : « Distingue le brave, le glorieux et le vantard, le courageux, celui qui n’en fait qu’à sa tête, celui qui est lent, et celui qui s’élance toujours le premier. Distingue le courageux, le fort (ḥāriz) et le rusé ; le brave, l’habile et le dissimulateur ; le brave, celui qui fuit et celui qui simule la fuite et revient. Distingue celui qui s’interrompt tout à coup, au plus fort de la course ; celui qui [reste] à son poste. Distingue l’opiniâtre, le hardi face à son adversaire. Distingue l’homme qui combat devant ses compagnons ; distingue celui qui combat à l’arrière, sous la protection de ses compagnons. Distingue l’homme constant, de cœur. Distingue l’homme léger, faible de cœur. Distingue l’homme qui ne fait pas défection, celui qui combat quand son chef le voit, celui qui combat quand son compagnon (ṣāḥib) le voit. Distingue l’homme qui combat alors que personne ne le voit, celui qui combat sous l’emprise de la colère, celui qui combat alors qu’il le désire ardemment, celui qui combat par passion (šahwa), celui qui combat pour vivre ; distingue l’homme qui combat par générosité, celui qui combat par zèle religieux (tadayyun). Distingue l’homme que les autres trouvent lâche ; distingue le poltron, le fanfaron ; distingue le poltron qui a l’apparence du brave. Distingue le combattant à cheval, le fantassin, celui qui combat et à cheval et à pied ; distingue le cavalier (fāris) habile, celui détesté et stupide, le cavalier bon archer (al-ǧayyid al-rāmī), le bon frappeur, l’homme bien inspiré. Distingue la particularité de tous. » Voir également le passage du Tafriǧ al-kurūb fī tadbīr al-ḥurūb d’al-Anṣarī, éd. et trad. G. t. Scanlon (A Muslim manual of war, Le Caire, 1961), reproduit par C. Hillenbrand, Islamic perspectives, p. 515.

492  Ibid., chap. vi, p. 21-22. Voir également le chap. viii.

493  Voir par exemple Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. viii, p. 3845 et suivantes ; C.Hillenbrand, « “Abominable acts” : the career of Zengi », dans M. Hoch et J. Phillips éd.), The Second Crusade. Scope and Conséquences, op. cit., p. 111-132.

494  Sur l’image héroïque qu’en donnent les sources arabes, voir J.-M. Mouton, Damas, p. 75-76.

495  Ce dernier, ḥāǧib selon Ibn al-Aṯīr notamment, est dit amīr al-‘askar par Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, p. 53 (et notes 25, 26).

496  Ta’rīḫalab, p. 382-383 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 245 (pour l’aversion). Sawār resta ensuite au service de Nūr al-dīn dont il commanda également l’armée. Notice biographique par M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 259-260.

497  Ces événements sont, pour la plupart, commodément résumés par Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. i, p. 255-261 (« Ayyūb wālid al-sulṭān Ṣalāḥ al-dīn ») ; t. vii, p. 144 (« al-sulṭān Ṣalāḥ al-dīn »). Voir également Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 44, 59, 119-120, 126 et index ; Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 127, t. ii, p. 17, p. 250 et index ; Cl. Cahen, « Ayyūb », EI2a, t. i, p. 795 ; N. Élisséeff, ND, t. iii, index ; R. S. Humphreys, The Ayyubids of Damascus, index.

498  En tant que père de Saladin, pour Naǧm al-dīn. Pour Šīrkūh, voir les références citées dans la note précédente et, plus spécifiquement, Ibn Ḫallikān, op. cit., t. ii, p. 479-481 ; Ibn al-Aṯīr, Bāhir, index ; Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, t. i, 2, p.415 sq., 533-539 et passim ; D. S. Richards, « Shirkūh », EI2a, t. ix, p. 486.

499  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 79-80. Abū Bakr était muqaddam al-Bakǧiyya, muqa de Niṣibīn. L’anecdote en dit long sur la pugnacité de Zankī.

500  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 79 et 169.

501  Ibid., p. 172.

502  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 358/LT p. 186. Il s’agit du siège de Damas par les Francs en 523.

503  Cl. Cahen, « Atābak (Atabeg) », EI2a, t. i, p. 721. Pour la période seldjouqide, voir plus généralement A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », loc. cit., p. 239-244.

504  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vi, p. 2805-8. Riḍwān aurait été l’instigateur de l’assassinat (cf. p. 2806-2807).

505  Ibn al-‘Adīm, op. cit., t. vi, p. 2806.

506  Ibid., p. 2807.

507  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p. 227. Il ne donne pas ici sa source ; il ne doit pas s’agir d’Ibn Abī Ṭayyi’, puisque ce dernier est cité à la fin du paragraphe.

508  Ainsi que, parfois, l’expression atābak al-ǧayš. Cf. D. Ayalon, « Studies on the structure of the Mamluk army », BSOAS, t. xvi, 1954, p. 58-59 ; id., « Atābak al-‘asākir », EI2a, t. i, p. 732.

509  Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, i, 82 r° (an 508), à propos de Lu’lu’ al-Ḫādim, dit « atābak askar Alb Arslān b. Riwān » ; Ḏahabī, Kitāb duwal al-islām, trad. A. Nègre, Damas, 1979, p. 102 et note 4, à propos de Kumuštakīn, « atābak al-‘askar de l’armée damascène (an 530), repris par Nu‘aymī, Dāris, t. i, p.178 : cité par J.-M. Mouton, Damas, note 93, p. 215 et A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, note 340, p. 244.

510  Ni Ibn al-Qalānisī, ni al-‘Aẓīmī n’usent de la formule atābak al-‘askar.

511  J.-M. Mouton, Damas, p. 215.

512  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 367, 382-383 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 543.

513  Ibn al-Azraq, Ta’rīḫ al-Fāriqī, éd. et trad. C. Hillenbrand, p. 54, dit Alp Arslan et al-Ḫafāǧī, titre porté par l’un des deux fils du sultan, sans qu’on sache lequel. Voir ibid., note 29.

514  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 126-127 ; ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, dans Bundarī, op. cit., p.187 ; A. K. S. Lambton, « Internal structure of the Saljuq empire », p. 243 et note 2 ; S.Heidemann, « Zangī », EI2a, t. xi, p. 451. Selon Ibn al-Aṯīr, loc. cit., suivi par A. K. S. Lambton, Zankī aurait cherché à contrôler l’Iraq au nom d’Alp Arslān.

515  Spāh : « armée » ; sālār : « commandant », « chef ». Voir N. Élisséeff, « La titulature de Nūr ad-Dīn d’après ses inscriptions », BEO, t. xiv, 1952-4, p. 167-168.

516  C. E. Bosworth, S. Digby, « Ispahsālār, sipahsālār », EI2a, t. iv, p. 208.

517  Cf. par exemple Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p.3316 : « al-isfahsalār ‘Abd al-Maǧīd al-Ṣūfī al-Hamaḏānī, wa kāna min mašā’iḫ al-Ṣūfiyya wa ẓirāfihim […] ». (année 530) ; Ibn al-Malḥī al-Dimašqī, dont il a déjà été question, portait, outre le titre d’atabeg, celui d’isfahsalār.

518  J.-M. Mouton, Damas, p. 213 et note 80. L’inscription est analysée par G. Wiet, « Deux inscriptions arabes de Syrie méridionale », Syria, vol. xlii, 1965, p. 81-90. Voir également N. Élisséeff, « La titulature de Nūr ad-dīn d’après ses inscriptions », BEO, t. xiv, 1952-1954, p.168.

519  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 214/LT p. 33 (trad. un peu différente).

520  R. Le Tourneau (loc. cit.) traduit plus littéralement « l’inspection de l’armée ».

521  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 73.

522  Cf. par exemple Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 68-69, 73, 75-76 et passim (Usāma utilise le mot isbāsālar) ; Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 314-315.

523  Ibn al-Qalānisī,ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 316/LT p. 146 (an 512) : al-isfahsalār Yāruqtāš al-Ḫādim, « mutawwalī isfahsalāriyya alab », faisant une trêve avec les Francs et leur livrant Ḥiṣn al-Qubba ; puis p. 316-317, on apprend qu’al-isfahsalār Yāruqtāš est expulsé de la citadelle d’Alep et « qu’al-isfahsalāriyya et le contrôle des finances avaient été remis à l’émir Abū l-Ma‘ālī b. (al-Muḥassin) b. al-Mallāḥī al-‘āriḍ al-Dimašqī ».

524  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 401 et passim ; J.-M. Mouton, loc. cit.

525  Par exemple Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p. 3218 : « al-Mawlā al-Ifahsalār al-Malik Imād al-dīn Qasīm al-dawla Zankī b. Qasīm al-dawla Āq Sunqur » ; RCEA, n° 3112 (537/1142).

526  Les extraits qui suivent posent le problème du maximum de cavaliers que dirigeait un officier supérieur, même si cela dépendait sans doute de la taille de l’armée. En 527, alors qu’il allait assiéger Zankī dans Mossoul, le calife abbasside avait trente émirs et douze mille fāris, soit, pour peu qu’un tel calcul soit révélateur de quoi que ce soit, quatre cents fāris par émir : Ibn al-Ǧawzī, Muntaẓam, t. xvii, p. 276. Rappelons que Niẓām al-mulk, Traité de gouvernement, p. 160, considère que dans le corps des « moufred (soldats d’élite) », tous cavaliers, il devait y avoir « par cinquante hommes, un officier qui les connaîtra bien et les commandera dans le service ». Il est vrai qu’il n’est pas question ici d’émir.

527  ‘Aẓīmī, Ta’rīḫalab, p. 393.

528  Plutôt qu’iṣfahlāriyya, comme dans le texte édité où les erreurs sont nombreuses.

529  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 265.

530  Kitāb al-I‘tibār, p. 63 : Isbāsalār uluġ, l’un des cavaliers de Hama que les Munqiḏites rencontrent et mettent en déroute.

531  N. Élisséeff, « La titulature de Nūr ad-Dīn d’après ses inscriptions », loc. cit., p.168.

532  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 508 (an 549).

533  Ibid., p. 547 (an 553) : Nūr al-dīn donne en iqṭā‘ la ville de Ḥarrān à l’amīr al-aǧall al-isfahsalār Zayn al-dīn (seigneur d’Irbil) ; N. Élisséeff, ND, t. ii, p. 545 et n° 1.

534  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 502 (an 549), p. 540 (an 553), p. 544 (an 554).

535  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 17-18 (an 564), repris par Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-ayān, t. vii, p. 155.

536  Kāmil, t. ix, p. 359 (an 544) et p. 467 (récit de la prise de Ḥārim par Nūr al-dīn : Quṭb al-dīn assembla son armée et se mit promptement en marche, précédé par Zayn al-dīn ‘Alī, le chef de son armée – amīr ǧayših.

537  Les auteurs arabes n’allongent en général pas la première voyelle.

538  Ibn al-Aṯīr, op. cit., t. ix, p. 357.

539  V. F. Büchner, C. E. Bosworth, « Sālār », EI2a, t. viii, p. 92.

540  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 67, peu clair. M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 106 ; E. Honigmann, Th. Bianquis, « al-Raḥba », EI2a, t. viii, p. 393.

541  Bustān, p. 119.

542  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. x, p. 4536. Sur Baḫtiyār et ses descendants, voir les références données par J.-M. Mouton, Damas, note 60 p. 210 ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, p. 269 (notice biographique). Sur al-Malik al-‘Ādil Ibn al-Salār, voir G. Wiet, « al-‘Ādil b. al-Salār », EI2a, t. iii, p. 927.

543  M. Yared-Riachi, loc. cit.

544  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 213, 215-216.

545  Ibid., p. 316.

546  En 526/1132 selon le Bustān, p. 122.

547  ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 477.

548  Bustān, p. 129 (an 544, à propos de leur fuite de Damas).

549  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. i, p. 290 (« al-salār Bahrām b. Maḥmūd b. Baḫtiyār ») ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-Islām, p. 4458 : « Bahrām b. Maḥmūd b. Baḫtiyār. Al-salār, Abū Muammad al-Atābakī, ‘Imād al-dīn. Šayḫ, ǧalīl, Dimašqī, mu‘ammar ».

550  C. E. Bosworth, A. K. S. Lambton, D. Sourdel, « Ḥādjib », EI2a, t. iii, p. 45-49 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 208-209.

551  EI2a, loc. cit.

552  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1987 (an 507). Cf. également t. vii, p. 3436, al-ḥāǧib al-Aǧall Ḫaṭīr al-mulk Abū Manṣūr Nūštakīn b. ‘Abd Allāh al-Riḍwānī.

553  J-M. Mouton, op. cit., p. 208 (citant le Kitāb al-I‘tibār d’Usāma b. Munqiḏ).

554  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 335 et p. 458 ; Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 380 ; J.-M. Mouton, loc. cit., souligne qu’il « ne semble pas que lors de ces démarches il eût rang de négociateur ; il se contentait de porter les messages du prince et en rapportait la réponse ».

555  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, i, 27 r° dans J.-M. Mouton, op. cit., p. 208.

556  AbūŠāma, Kitāb al-rawatayn, éd. Al-Zaybaq, t. iii, p. 133 sq. (année 578/1182-1183).

557  « Wa huwa akbar umarā’ih » : Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, éd. Elshayyal, t. ii, p.229 (cite ba‘ḍ ahl al-ta’rīḫ ; proche du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, cf. note 5).

558  Selon Ibn al-Aṯīr, Kāmil, repris par Bosworth et alii, EI2a, loc. cit.

559  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. vii, p. 3219, t. viii, p. 3846, t. viii, p. 3849. Ibn al-‘Adīm l’appelle « al-amīr al-ḥāǧib alāḥ al-dīn al-‘Imādī ».

560  Kitāb al-Itibār, p. 156-157. Voir également les p. 2, 45, 48-49, 94, 98-99, 150-151, 156-158.

561  Pour le dīwān al-ǧayš, sans doute (ou plutôt son chef). Mais il peut également s’agir du vizir qui coiffait tous les départements du dīwān.

562  À comparer avec ce qu’écrit Niẓām al-mulk sur les « demandes et réclamations des soldats ; manière d’en agir avec la troupe »(Traité de gouvernement, chap. 31, p. 202) : « Toute demande émanant des soldats doit être transmise par la bouche de leurs chefs et de leurs officiers. Si elle est favorablement accueillie, cet heureux résultat sera obtenu par leur intervention et cette circonstance augmentera le respect que l’on doit avoir pour eux. Ainsi, lorsque les militaires auront un désir à exprimer, ils n’auront pas besoin de recourir à un intermédiaire et le prestige de l’officier demeurera sauf. Si un soldat parle insolemment à son chef et s’il n’a pas pour lui les égards qui lui sont dus, s’il méconnaît ses devoirs, il est indispensable de le punir, afin que le supérieur conserve sa prééminence. »

563  Ibn al-Aṯīr, Bāhir, p. 83. Ibn al-Aṯīr considère que le poste d’amīr ḥāǧib était très important auprès de Zankī : cf. la nomination de Ṣalāḥ al-dīn al-Yāġisiyānī, Kāmil, t. ix, p. 244 sq. Al-Harawī, al-Takira al-harawiyya, p. 220-221 (texte arabe), p. 261-262 (trad.) souligne l’importance de la fonction et insiste également sur le rôle d’intermédiaire du ḥāǧib, entre le peuple et le souverain cette fois : il devait lui transmettre les plaintes qui avaient été émises. Mais le ḥāǧib a moins d’autonomie, puisqu’il n’est que transmetteur : le souverain seul décide des mesures à prendre.

564  Expression d’Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 266 (voir également p. 290) ; Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 388. Sur le poids des ḥāǧib-s sous les Bourides, cf. J.-M. Mouton, op. cit., p. 209.

565  J.-M. Mouton, op. cit., p. 208 et note 45, sur les cumuls, celui de ḥāǧib/šiḥna étant le plus fréquent.

566  J.-M. Mouton, op. cit., p. 209.

567  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 200-201.

568  J.-M. Mouton, loc. cit.

569  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 78. Autres exemples : J.-M. Mouton, loc. cit. Cf. également Abū Šāma, op. cit., t. iii, p. 252, l’émir al-ḥāǧib Badr al-dīn Ibrāhīm gouverneur de la citadelle (qal‘a) de Homs, puis de celle d’Alep (époque ayyoubide). Voir également Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 117.

570  A. K. S. Lambton, « Shiḥna », EI2a, t. ix, p. 438 ; id., « The internal structure of the Saljuq empire », loc. cit., p. 244-245. J.-M. Mouton, op. cit., p. 211, énumère les définitions données au terme par H. Baša, Cl. Cahen, R. Le Tourneau et J. Sauvaget – « gouverneur général », « gouverneur militaire », « préfet », « commissaire du gouvernement ». Il faut dire que Niẓām al-mulk lui-même semble confondre šiḥna, wālī et muqṭa‘ (A. K. S. Lambton, loc. cit.).

571  Ibn al-Qalānisī, ayl ta’rīḫ Dimašq, p. 213. Le šina Baḫtiyār dirige les opérations.

572  J.-M. Mouton, Damas, p. 210-212.

573  A. K. S. Lambton, « The internal structure of the Saljuq empire », p. 244.

574  « […] wa qutila ma‘a Qasīm al-dawla raḥimahu Allāh arba‘a ‘ašar muqaddam, minhum Naḫtakīn šiḥna Baġdād wa Qaǧqar šiḥna Ḥalab […] » : Ibn al-‘Adīm, Buġya, t.iv, p. 1962.

575  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 221, qui signale sa tombe. Mais p. 230, il est dit « wālī l-balad » lors de l’arrivée d’Āq Sunqur al-Bursuqī.

576  Ibid., p. 210.

577  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 244 : « […] sāra ilā Sinǧar fa-imtanaa man bihāalayhi umma ṣālaḥūh wa sallamū l-balad ilayhi wa sayyara minhā al-šian ilā l-Ḫābūr fa-malakah […]. »

578  Ta’rīḫalab, p. 382-383. Ibn al-Furāt emploie également l’expression « šiḥna Ḥalab » à propos de Šawār. Voir par exemple éd. Elshayyal, t. i, p. 305 et passim. De même Ibn Abī Ṭayyi’, dans ibid., p. 306.

579  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 360-361.

580  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 833.

581  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 221/LT p. 41 (an 491).

582  Exemple : Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 47. Le mutawallī ou ṣāḥib al-šurṭa qui avait également en charge le maintien de l’ordre, peut-être sous l’autorité du šiḥna, commandait aux šurṭī-s qui ne semblent pas avoir été des militaires. Voir E. Tyan, Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’islam, Leyde, 1960, p. 566-615 ; J. S. Nielsen, « Shurṭa », EI2a, t. x, p. 510 ; N.Élisséeff, ND, t. iii, p. 834 ; J.-M. Mouton, Damas, p. 212-213.

583  N. Élisséeff, ND, t. iii, p. 788.

584  Al-Harawī, al-Taḏkira al-harawiyya, p. 221, insiste sur la méfiance que le prince doit éprouver envers ses gouverneurs : « Que le prince se garde de maintenir […] trop longtemps un gouverneur dans les places frontières (ṯuġūr) ou aux confins du pays, car cela incite les sujets à croire qu’il agit en toute indépendance, n’est plus responsable de leurs délits ni soumis à une autorité supérieure […]. »

585  J.-M. Mouton, op. cit., p. 239, et passim ; M. Yared-Riachi, Politique extérieure, passim.

586  J.-M. Mouton, loc. cit. ; Kitāb al-I‘tibār, p. 46, 101, 103 et passim (voir l’index sous Šihāb al-dīn Maḥmūd b. Qarāǧā). Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p.397-398, signale même qu’ils avaient un wālī à Homs.

587  Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 204 (an 486) : récit de l’attaque de Tyr par une armée égyptienne, le wālī, l’émir Munīr al-dawla al-Ǧuyūšī s’étant révolté. Les Tyriens prennent le parti du Caire ; le gouverneur est finalement pris, ramené en Égypte et décapité. Pour Ascalon (an 504), ibid., p. 275-276 (même échec, finalement).

588  Th. Bianquis, Damas et la Syrie, t. ii, p. 401. En 521/1127, l’émir Kutulġ Abah al-Sulṭānī, qui avait été nommé wālī l-madīna, semble avoir réussi à occuper la citadelle, selon Ibn al-Qalānisī, jusqu’à l’arrivée des troupes de Zankī(Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 347).

589  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iii, p. 1299. À noter qu’Ibn al-Qalānisī, op. cit., p. 206-209, parle de l’émir Nūḥ, « ṣāḥib qal‘at Ḥalab », qui la livre à Tutuš en 487/1094. Sur les Mirdassides, voir Th. Bianquis, « Mirdās, Banū », EI2a, t. vii, p. 115.

590  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 230. Voir également A.-M. Eddé, Principauté d’Alep, note 403, p. 250, qui donne un autre exemple (« Sālim b. Mālik, gouverneur de la citadelle, et al-Ḥutaytī, ra’īs puis gouverneur de la ville en 478/1085 », d’après Zubda, t. ii, p. 95 sq. et Buġya, t. i, p. 54 et t. ix, p. 4157).

591  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 247.

592  Ibn al-‘Adīm, Buġya, t. iv, p. 1822. Il semble que la fusion entre les fonctions de šiḥna et de wālī l-qal‘a dont parle A.-M. Eddé (loc. cit.) pour la période suivante était déjà entamée.

593  Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal, t. iv, p. 51 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a‘yān, t. vii, p. 142 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb, t. i, p. 7 : « wa fawwaḍa [Muǧāhid al-dīn] ilā Naǧm al-dīn Ayyūb duzdāriyya (sic) Takrīt, fa-sārā ilayhā, wa nazalā bi-qal‘atihā, fa-aqāmā bihā mudda » ; voir également note 1.

594  Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. ii, p. 296.

595  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 247 ; voir encore dans le Bāhir, p. 79, la nomination d’un « dizdāriyya qal‘at Kawāšī » par le même Zankī.

596  Bāhir, p. 154.

597  Ibid., p. 59.

598  Réd., « Djāndār ou djandār », EI2a, t. ii, p. 444. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, s. v. (« écuyer qui porte les armes »).

599  Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 458-459 (an 542).

600  Ibid., p. 341-342 (assassinat de Mawdūd).

601  Ibid., p. 501/LT p. 337 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al-islām, p. 3807 (obituaire de Ḥaydara ; la vocalisation est erronée – al-ǧundāriyya).

602  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-I‘tibār, p. 44.

603  Ibid., p. 44-45.

604  Bāhir, p. 82 ; repris par Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 105.

605  Kāmil, t. ix, p. 435. Dans le Bustān, p. 132 (même année), Nūr al-dīn se fait livrer al-Raqqa par Isḥāq b. Mubārak (et non Amīrak) al-ǧandār. Sous les Mamelouks, l’amīr ǧandār avait, notamment, les bardāriyya (huissiers de la porte : ceux qui ouvraient la porte lorsqu’un visiteur était introduit auprès du sultan) sous son autorité. Ibn al-Dawādarī, cité par A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 257, dit qu’Asad al-dīn Šīrkūh « était peut-être, comme on dit (kamā qīla) barddār de Nūr al-dīn ». De cette phrase (douteuse), A.-M. Eddé tire la conclusion que les barddāriyya existaient sans doute dès le règne de Nūr al-dīn, mais non sous cette appellation.

606  Usāma b. Munqiḏ, Kitāb al-Itibār, p. 155 ; Ḥiṣn al-Ṣawr se trouve au Diyār Bakr (cf. note 54). Ces événements ont lieu vers 1133, selon H. Derenbourg, Autobiographie d’Ousâma, note 1 p. 152.

607  EI2a, loc. cit.

608  ‘Imād al-dīn al-Iṣfahānī, al-Barq al-šāmī, t. iii, p. 52 et t. v, p. 123 ; Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. x, p. 88, 122 ; Ibn al-‘Adīm, Zubda, t. iii, p. 38 ; Abū Šāma, Kitāb al-rawatayn, éd. al-Zaybaq, t. ii, p. 469.

609  Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 180-1. S. Elbeheiry, Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides, loc. cit., p. 27-28, 39, lit al-ǧandār au lieu d’al-ǧamdār.

610  Cf. Niẓām al-mulk, Traité de gouvernement, p.176 ; Shai Har-El, « Silāḥdār », EI2a, t. ix, p. 609.

611  Ibn al-Aṯīr, Kāmil, t. ix, p. 246, repris par Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 123 et Abū Šāma, Kitāb al-rawḍatayn, éd. al-Zaybaq, t. i, p. 246.

612  Ibn al-Aṯīr, op. cit., p. 360.

613  Shai Har-El, loc. cit.Peut-être cette responsabilité était-elle partagée avec l’émir ǧamdār. Cf. A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 254 et note 447.

614  Ḏayl ta’rīḫ Dimašq, p. 368-369/LT p. 196-197.

615  Ibid., note 1 p. 369. Ceux qui portent un kazāġand, sans doute.

616  Ǧāwūš : héraut. Cf. R. Mantran, « ā’ūsh », EI2a, t. ii, p. 16.

617  Muntaam, éd. Beyrouth, 1358 h., t. x, p. 43. Le calife est al-Mustaršid, sur lequel voir C. Hillenbrand, « al-Mustarshid », EI2a, t. vii, p. 733.

618  L’émir Bak Abah, gouverneur d’al-Baṣra.

619  Muḫtaṣar siyāsat al-ḥurūb, chap. xii, p. 28-29. Le style épuré et parfois maladroit du texte a été respecté, dans la mesure où cela ne nuisait pas à sa compréhension.

620  L’éditeur signale, en note 1 p. 28, l’expression sāraba bi l-nahār, Coran, Sūrat al-Ra‘d, 1.

621  Cf. note 4, p. 28.

622  Al-Qāmūs al-muḥīṭ(sous « ḥasḥasa ») :« al-asḥās : al-sayf al-mubīr wa l-raǧul al-ǧawād, wa alam. Wa Banū l-asḥās : qawm min al-Arab ».

623  Note 6, p. 28 : « al-azlum allaḏī yaqa‘ a‘dā’ah ». Voir également le Lisān al-arab, s. v.

624  Les dictionnaires signalent pourtant qu’une ǧumra, pluriel ǧamr, comprenait mille cavaliers. Mais cf. également la note 9, p. 28 du Muḥtaṣar siyāsat al-ḥurūb.

625  Chap. xi, p. 26-27.

626  S. Elbeheiry, op. cit., résumé récemment dans « L’organisation militaire des Ayyoubides », dans L’Orient de Saladin. L’art des Ayyoubides, Paris, 2001, p. 68-71.

627  S. Elbeheiry, « L’organisation militaire des Ayyoubides », p. 70. Pour plus de détails, voir id., Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides, chap. i et ii.

628  Id., Les institutions de l’Égypte au temps des Ayyoubides, p. 110. S. Elbeheiry se base, pour en arriver à cette conclusion, sur un passage du Bāhir d’Ibn al-Aṯīr (p. 95), où celui-ci décrit Nūr al-dīn, pris par le temps, se précipitant sur la route de Sinǧār « ǧarīdatan », avec soixante dix cavaliers. Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, t. i, p. 118, reprend la formule.

629  S. Elbeheiry, op. cit. p. 120-121.

630  Voir, sur les conclusions de S. Elbeheiry, ce qu’écrit R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk army », loc. cit., note 1 p. 79.

631  S. Elbeheiry, op. cit., p. 88-102 ; A. Ayalon, « From Ayyūbidsto the Mamluks », REI, t. xlix, 1981, p. 53 ; R. S. Humphreys, « The emergence of the Mamluk army », loc. cit., p. 79-82.

632  ia, t. i, p. 163. La traduction est la plus littérale possible. Voir également la traduction de H. A. R. Gibb, « The armies of Saladin », loc. cit., p. 76.

633  Pour la période ayyoubide, cf. R. S. Humphreys, loc. cit., p. 79-82.

634  Pour les Ayyoubides : R. S. Humphreys, loc. cit., p. 81, suivi par A.-M. Eddé, Principauté ayyoubide, p. 242.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable